Le Focus Group. - Bases de données, personnes ayant déjà participé à des expériences et acceptant de participer à des études ultérieures.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le Focus Group. - Bases de données, personnes ayant déjà participé à des expériences et acceptant de participer à des études ultérieures."

Transcription

1 Le Focus Group I. Définition «Le Focus groupe est une discussion de groupe ouverte, organisée dans le but de cerner un sujet ou une série de questions pertinents (Kitzinger, Markova, & Kalampalikis, 2004). Le focus group n est pas une méthode quantitative ou destinée à être généralisée (Bruseberg & McDonagh-Philp, 2001). Elle peut être utilisé comme une méthode complémentaire à des méthodes quantitatives ou à des données expérimentales ou peut être utilisée comme unique méthode (Kitzinger et al., 2004). La spécificité de cette méthode est l interaction entre les participants et les informations apportées par les échanges et discussions enter ces derniers (Kitzinger et al., 2004). II. Organisation d un Focus Group A. Taille et composition - En génaral, 4 à 8 personnes (au-delà les échanges deviennent difficiles à suivre) - La plupart du temps les participants se connaissent d une certaine manière (étudiants, famille, collègues, amis ) ou partagent un certain savoir concernant le sujet d étude. - La plupart des recherchent s accordent sur l importance de l homogénéité du groupe afin de capitaliser au mieux les expériences de chacun. - Il faut tenir compte de la hiérarchie au sein du groupe pour éviter des incidences sur les données. B. Population - Le nombre de groupe peut varier d un seul à une dizaine selon les études. - La population concernée dépend des hypothèses élaborées pour la recherche. C. Recrutement - Participation en échange de rétribution. - Réseaux à proximité du chercheur (étudiants, collègues ) - Bases de données, personnes ayant déjà participé à des expériences et acceptant de participer à des études ultérieures.

2 III. Tabou et sujets sensibles Il arrive que certains sujets soient difficiles à évoquer au sein d un groupe. Dans ce cas il est nécessaire de compléter l étude avec des entretiens individuels. Cependant le cas contraire peut également se produire, les participants les moins inhibés entraînant les autres dans la discussion. Les tabous et les silences sont des sources précieuses d information car ils reflètent des aspects culturels, des normes ou encore des tentatives de contrôle de l information. Il ne faut pas oublier de les analyser et se demander pour quelle raison ils surviennent et ce qui les sous-tend. IV. Gérer le Focus group et la discussion A. Rôle de l animateur - il doit décider quand il intervient et quand il doit rester silencieux - Il doit encourager le groupe mais ne pas chercher à contrôler les questions soulevées - Il doit encourager la discussion, pousser le débat au-delà des limites des participants - La différence de point de vue entre participants est analysée in situ à l aide des membres du focus group - Il peut arriver qu un participant devienne spontanément compère B. Exercices et suggestions - l animateur arrive généralement avec une série de question pour lancer la discussion - Il peut également proposer des exercices afin de favoriser l attention des participants les uns à l égard des autres et d amorcer la discussion - ex d exercices : * Présentation d items sur des fiches qu il faut classer selon son degré d accord ou de désaccord. * Proposer un dilemme aux participants * Demande de mots clés aux participants sur un sujet particulier - Un questionnaire final peut permettre aux participant de s exprimer librement en «tête à tête» avec le chercheur.

3 V. Transcrire et analyser les focus groups - il est conseillé d enregistrer voir de filmer le focus group pour faciliter l analyse des données. - il est essentiel de prendre des notes précises - L analyse consiste ensuite en différentes étapes : codage, comparaison et regroupement de thèmes similaires, puis confrontation aux facteurs expérimentaux. - Lors du codage il faut noter les anecdotes, les plaisanteries, les métaphores, etc. afin de retranscrire les interactions entre participants - La dynamique de groupe est retranscrite par les types d interaction, les questions les réactions à l opinion d autrui, la censure, les changements d avis. III. La méthode des Focus Groups est-elle appropriée à l étude en cours? Quand utiliser la méthode des focus groups? Pour étudier la variété des opinions et sentiments des acteurs sur un sujet donné. Pour mettre en évidence des différences de perspective entre des groupes d individus (par ex : experts vs novices) Pour objectiver les facteurs associés aux opinions, les comportements ou les motivations. Pour faire émerger, ou tester, des idées nouvelles de façon interactive au sein d un groupe. Pour recueillir de l information utile à la préparation, ou à l interprétation des résultats, d une étude quantitative. Quand ne pas utiliser la méthode des focus groups? Pour établir un consensus. Pour éduquer les participants. Pour recueillir une information sensible (susceptible de porter préjudice à quelqu un si elle est partagée au sein d un groupe) ou sur un sujet conflictuel (sur lequel les opinions sont radicalisées). Pour faire des inférences statistiques. Issu de : Moreau, A., Dedianne, M.-C., Letrilliart, L., Le Goaziou, M.-F., Labarère, J. & Terra, J.-L. (2004). Méthode de recherche : s approprier la méthode du Focus Group. La Revue du Praticien Medecine Générale, 645(18), IV. Avantages et inconvénients de la méthode des Focus Groups. Avantages : méthode de recherche économique en temps de recueil de données et en argent ; participants analphabètes admis à participer (par rapport à d autres types de recueil de donnée impliquant la lecture, tels que les questionnaires) ; environnement favorisant l expression et la discussion d opinions controversées ; échantillonnage du groupe sans exigence de représentativité ;

4 Inconvénients : analyse des données longue et fastidieuse ; risque de domination de certains participants au sein du groupe (leaders d opinion). Issu de : Moreau, A., Dedianne, M.-C., Letrilliart, L., Le Goaziou, M.-F., Labarère, J. & Terra, J.-L. (2004). Méthode de recherche : s approprier la méthode du Focus Group. La Revue du Praticien Medecine Générale, 645(18), V. Focus Group et IHM Utilisation du focus group à la fois en conception et en évaluation Technique utile dans la démarche centrée sur l utilisateur : peut être utilisée pour générer des idées de fonctionnalités ou pour choisir parmi des alternatives de conception, etc. - En évaluation, plusieurs variantes : Ex 3 : après discussion de groupe, constitution de petits groupes de deux ou trois personnes qui doivent explorer librement un logiciel ou réaliser des tâches précises. => situation de co-découverte suivie d une discussion de groupe. Ex 2 : réalisation de tests utilisateurs individuels puis réunion des participants pour une discussion sur les performances observées. (Bastien et Scapin, 2004) - En conception : Les méthodes de conception centrée sur l utilisateur diffèrent en fonction du degré de la participation de l utilisateur et de la part qu il a dans le processus de prise de décision. Carmel et al. (1993 ; cité par Bruseberg et McDonagh-Philp, 2001) distinguent 3 niveaux d intégration de l utilisateur dans les focus group: 1. Conception consultative: l utilisateur est considéré comme la source d information pour la conception. 2. Conception représentative: des utilisateurs représentatifs prennent part à la prise de décision. 3. Conception par consensus: les utilisateurs sont responsables de la manière dont est développé l outil. Cependant, les designers ne perçoivent pas les méthodes de conception basées sur l utilisateur de manière très positive, pour des raisons financières et temporelles mais également car les utilisateurs n ont pas toujours conscience de ce dont ils ont besoins, ils ont du mal à s abstraire des normes et de ce qui existe déjà et manquent parfois de créativité, enfin, les tests utilisateurs remettent en question le rôle du

5 designer (créateur vs médiateur) et son image. Selon Bruseberg et McDonagh-Philp, cette vision des choses renvoie à une méconnaissance des apports des techniques centrées sur l utilisateur. Les auteurs soulignent également une méconnaissance des besoins des utilisateurs, la pluparts des informations à ce sujet étant produite par des études marketing et non ergonomiques. Bibliographie: Bastien, J. M. C., & Scapin, D. L. (2002). Les méthodes ergonomiques: de l analyse à la conception et à l évaluation. Ergonomie et Informatique Avancée (Ergo-IA 2002) (Biarritz, France, 8 au 10 octobre) (pp ), Biarritz, I.D.L.S. Bruseberg, A., & McDonagh-Philp, D. (2001). Focus groups to supports the industrial/ product designer: a review based on current literature and designers feedback. Applied Ergonomics, 33, Kitzinger, J., Markova, I., & Kalampalikis, N. (2004). Quest-ce que le Focus Group? Bulletin de psychologie, 57(3), Langford, J., & McDonagh D. (2002). Focus Groups : Supporting Effective Product Development, CRC Press. Maguire, M. (2001). Methods to support human-centered design. International Journal of Human- Computer Studies, 55, Moreau, A., Dedianne, M.-C., Letrilliart, L., Le Goaziou, M.-F., Labarère, J. & Terra, J.-L. (2004). Méthode de recherche : s approprier la méthode du Focus Group. La Revue du Praticien Medecine Générale, 645(18), Annexe : Utilisation du Focus Group dans différents domaines et évolution de la méthode.

6 Tableau issu de Bruseberg, A., & McDonagh-Philp, D. (2001). Focus groups to supports the industrial/ product designer: a review based on current literature and designers feedback. Applied Ergonomics, 33,

7 Le Focus Group Se situe-t-on en conception? en évaluation de l outil? Que cherche-t-on à faire? Objectif : Démarche centrée sur l utilisateur Comprendre les utilisateurs, les tâches et les comportements Faire expliciter des points de vue individuels et confronter des points de vue au sein d un groupe Etablir le cadre de recherches ultérieures Identifier les problèmes et établir les besoins des utilisateurs et des tâches Influencer et soutenir la prise de décision Choisir parmi des alternatives de conception Générer des nouveaux concepts ou fonctionnalités Evaluer des designs existants ou des prototypes Préparer les questions, le matériel et la séance Préparation de la grille d organisation du focus group Recruter des animateurs et des participants Animer la séance Mise en méninge = questions de réflexion (en groupe) Réaliser d une ou plusieurs tâches individuellement ou en groupe Discussion de groupe Analyser le verbatim et interpréter

8 Grille d organisation de la séance ACTIVITE DETAILS TEMPS Introduction Présentation : Thème de recherche et objectifs de l expérience 5:00 Questionnaire, questions courtes orales, Mise en méninges petits exercices, etc 15:00 à Mise en commun des réponses et petit débat 20:00 de groupe Constitution des Aléatoire vs en rapport avec la mise en binômes méninge 5:00 Présentation de la tâche Consignes 5:00 Réalisation de la tâche par binôme Présentation et échange Conception ou évaluation d un outil Débat concernant les productions des sujets, les opinions, la perception, le ressenti des sujets l utilité de l outil l outil l utilisabilité de l outil l acceptabilité sociale de 30:00 à 60:00 15:00 à 30:00

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group

2 Quels usages peut-on faire du focus group? Encadré 1 L utilisation du focus group en évaluation. Explicitation Restitution. Usages du focus group LE FOCUS GROUP 1 Pourquoi utiliser cet outil en évaluation? Un focus group est un type d entretien de groupe composé de personnes concernées par une politique de développement ou une intervention. Il est

Plus en détail

ANNEXE 4. Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information. (Module 3, partie I, section 2.5)

ANNEXE 4. Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information. (Module 3, partie I, section 2.5) ANNEXE 4 Réaliser un diagnostic de sécurité Principales méthodes de collecte d information (Module 3, partie I, section 2.5) Dans les pages qui suivent, nous présentons neuf méthodes de collecte d information.

Plus en détail

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE. I. La démarche pas à pas. Lire la bibliographie : thèses, articles

GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE. I. La démarche pas à pas. Lire la bibliographie : thèses, articles GUIDE METHODOLOGIQUE POUR REALISER UNE THESE QUALITATIVE I. La démarche pas à pas Date Démarche Trouver un sujet qui vous intéresse Lire la bibliographie : thèses, articles Participer au séminaire «thèse»

Plus en détail

Supervision, coaching ou APP? 1 Les pratiques d accompagnement formateur se multiplient

Supervision, coaching ou APP? 1 Les pratiques d accompagnement formateur se multiplient Supervision, coaching ou APP? 1 Les pratiques d accompagnement formateur se multiplient Marc Thiébaud Dans de nombreux champs d activités professionnelles, on observe un développement important de pratiques

Plus en détail

1. Des contre-exemples?

1. Des contre-exemples? Approche «orientée utilisateur» et adaptation à l être humain Cours de N. Bonnardel PSY Q11B - Analyse ergonomique des situations de terrain 1. Des contre-exemples? Pour faciliter l adaptation à l être

Plus en détail

DISTINGUER LE TRAVAIL RÉMUNÉRÉ DU TRAVAIL NON RÉMUNÉRÉ

DISTINGUER LE TRAVAIL RÉMUNÉRÉ DU TRAVAIL NON RÉMUNÉRÉ Activités éducatives pour les élèves de 8 à 9 ans DISTINGUER LE TRAVAIL RÉMUNÉRÉ DU TRAVAIL NON RÉMUNÉRÉ NIVEAU : PRIMAIRE GROUPE D ÂGE : ÉLÈVES DE 8 À 9 ANS SOMMAIRE DE L ACTIVITÉ Les élèves font la différence

Plus en détail

Evaluation du stage de niveau 2, ex SASPAS, à Lyon à partir de 2 thèses

Evaluation du stage de niveau 2, ex SASPAS, à Lyon à partir de 2 thèses Evaluation du stage de niveau 2, ex SASPAS, à Lyon à partir de 2 thèses S Erpeldinger, C Dupraz, M Flori, C Perdrix, MF Le Goaziou, JP Dubois, P Girier, Y Zerbib Définition Mise en place lors de la création

Plus en détail

Compréhension de la langue

Compréhension de la langue Compréhension de la langue Les petits guides Démarche Compréhension de la langue (CP) permet aux élèves de s interroger sur le sens d un texte, en développant l écoute, la prise de parole et la justification.

Plus en détail

Analyse de l activité

Analyse de l activité Plan et liens avec UE2-15 Fondamentaux des IHM (M2 UE2-6) Valérie Renault valerie.renault@lium.univ-lemans.fr Analyse préalable de l activité [UE2-6] (cours / TP) Spécifications cahier des charges et spécifications

Plus en détail

Cours 7: Conception des systèmes interactifs (partie 1)

Cours 7: Conception des systèmes interactifs (partie 1) Cours 7: Conception des systèmes interactifs (partie 1) Anastasia.Bezerianos@lri.fr (plusieurs slides sont basés sur des slides de T. Tsandilas, W. Mackay, M. Beaudouin Lafon, D. Vogel et S. Greenberg)

Plus en détail

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1 LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES L évaluation 360 Feed-back INTRODUCTION Aujourd hui les ressources humaines sont considérées par les entreprises comme un capital. La notion de «capital humain» illustre

Plus en détail

Actes du 25 ème colloque de l ADMEE-Europe Fribourg 2013 : Evaluation et autoévaluation, quels espaces de formation?

Actes du 25 ème colloque de l ADMEE-Europe Fribourg 2013 : Evaluation et autoévaluation, quels espaces de formation? Les qualités psychométriques de l évaluation de l enseignement par les étudiantes et les étudiants : impacts des modalités pédagogiques et de passation Léon Harvey, leon_harvey@uqar.ca, Université du Québec

Plus en détail

LIRE ET RÉSUMER UN ARTICLE SCIENTIFIQUE

LIRE ET RÉSUMER UN ARTICLE SCIENTIFIQUE LIRE ET RÉSUMER UN ARTICLE SCIENTIFIQUE Jean-Baptiste Légal 2007-2008 http://j.b.legal.free.fr/blog Les publications scientifiques Plusieurs types : Ouvrages et chapitres d ouvrages Manuels Articles de

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

PRÉSENTATION GÉNÉRALE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Cadrage institutionnel : Arrêté du 27 août 2013 fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters «métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation»

Plus en détail

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL Bill Pattinson Division de la politique de l information, de l informatique et de la communication

Plus en détail

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR

FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR FD/YMC N 1-5961 Contacts IFOP : Frédéric Dabi / Yves-Marie Cann POUR Enquête sur la responsabilité sociale du scientifique Résultats détaillés Février 2007 Annexes La publication des données qui fondent

Plus en détail

UN DISPOSITIF DE FORMATION PARENTALE DANS UN MUSEE

UN DISPOSITIF DE FORMATION PARENTALE DANS UN MUSEE N 31 - AILINCAI Rodica [docteur en sciences de l éducation. Laboratoire Éducation & Apprentissages, Université Paris 5 1 ] UN DISPOSITIF DE FORMATION PARENTALE DANS UN MUSEE 1. Contexte et questions de

Plus en détail

Analyse réflexive : un outil de questionnement sur la gestion des contenus d apprentissage Outil 3

Analyse réflexive : un outil de questionnement sur la gestion des contenus d apprentissage Outil 3 Analyse réflexive : un outil de questionnement sur la gestion des contenus d apprentissage Outil 3 Yves Lenoir, D. sociologie Professeur titulaire Titulaire de la Chaire de recherche du Canada sur l intervention

Plus en détail

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif»

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Chaque parcours pourra compléter ce cadrage général par un cadrage spécifique au parcours prenant

Plus en détail

Les Normes en ergonomie des logiciels

Les Normes en ergonomie des logiciels Les Normes en ergonomie des logiciels J. M. Christian Bastien Université René Descartes Laboratoire d Ergonomie Informatique 45, rue des Saints-Pères 75270 Paris Cedex 06 Christian.Bastien@ergo-info.univ-paris5.fr

Plus en détail

Le système d info. Données de toutes sortes. Collaborateurs concernés. Action vers l extérieur

Le système d info. Données de toutes sortes. Collaborateurs concernés. Action vers l extérieur Acteurs : clients, fournisseurs, prospects etc. Actualités : lois, économie, concurrence Données de toutes sortes Trier Le système d info Stocker Traiter Action vers l extérieur Collaborateurs concernés

Plus en détail

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s

L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s L E C O U T E P r i n c i p e s, t e c h n i q u e s e t a t t i t u d e s Stéphane Safin Psychologue - Ergonome Lucid Group -

Plus en détail

CIG ARRÊTE!!! Le Sevrage Tabagique avec l aide de l hypnose Etude de 10 cas cliniques.

CIG ARRÊTE!!! Le Sevrage Tabagique avec l aide de l hypnose Etude de 10 cas cliniques. CIG ARRÊTE!!! Le Sevrage Tabagique avec l aide de l hypnose Etude de 10 cas cliniques. LUDIVINE FAGES Infirmière Anesthésiste/Hypnopraticien DIU aide au sevrage tabagique Année universitaire 2014/2015

Plus en détail

La prévention du stress et des risques psychosociaux

La prévention du stress et des risques psychosociaux Le point sur La prévention du stress et des risques psychosociaux Avec plus de 20% de salariés se déclarant stressés au travail, les entreprises doivent faire face à un enjeu majeur de santé, mais aussi

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 6 Septembre 2010

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 6 Septembre 2010 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 6 Septembre 2010 Baromètre annuel vague 6-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail

Règles d engagement. Présentation Diapositives Bibliographie Questions Les vertus de la marche

Règles d engagement. Présentation Diapositives Bibliographie Questions Les vertus de la marche Règles d engagement Présentation Diapositives Bibliographie Questions Les vertus de la marche Plan Rappels sur l agilité Scrum : une implantation de l agilité Scrum ou XP? Conclusion Historique sélectif

Plus en détail

6 et. Voir la semaine 4. Cette grille est disponible sur le site internet du. cours: Travaux. http://frobert.koumbit.

6 et. Voir la semaine 4. Cette grille est disponible sur le site internet du. cours: Travaux. http://frobert.koumbit. et 7 9 octobre 2008 1 1 Travaux A. Rapport d observation B. Planification de l animation C.Analyse de votre animation Voir la semaine 4 4 9 octobre 2008 2 2 Rapport d observation (suite) Voir au recueil

Plus en détail

CHIMIE ET SOCIETE : QUEL DIALOGUE?

CHIMIE ET SOCIETE : QUEL DIALOGUE? 1 CHIMIE ET SOCIETE : QUEL DIALOGUE? Une consultation participative initiée par la commission «Chimie et Société» Andrée Marquet Présidente de Chimie et Société Cela a été dit et redit en sciences sociales

Plus en détail

Techniques d enquête. Florence Huguenin-Richard - 2014

Techniques d enquête. Florence Huguenin-Richard - 2014 Techniques d enquête Florence Huguenin-Richard - 2014 1. Méthodologie générale Pourquoi faire une enquête? On a besoin d informations qui n existent pas ailleurs! Une enquête vient après une recherche

Plus en détail

1. Composition des groupes en formation qui ont été interrogés sur le thème de l inter- culturalité:

1. Composition des groupes en formation qui ont été interrogés sur le thème de l inter- culturalité: 1. Composition des groupes en formation qui ont été interrogés sur le thème de l inter- culturalité: Nous avons consulté les 3 sites de l INSUP plus particulièrement confrontés à la mixité culturelle :

Plus en détail

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO

EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO EVALUATION DE LA QUALITE DES SONDAGES EN LIGNE : CAS D UN SONDAGE D OPINION AU BURKINA FASO Auteur Baguinébié Bazongo 1 Ingénieur Statisticien Economiste Chef de l Unité de recherche à l Institut national

Plus en détail

DESROSIERS, Pauline (7123) MALO, Annie Démarche de réflexion partagée entre formateurs de terrain et stagiaires 1

DESROSIERS, Pauline (7123) MALO, Annie Démarche de réflexion partagée entre formateurs de terrain et stagiaires 1 DESROSIERS, Pauline (7123) MALO, Annie Démarche de réflexion partagée entre formateurs de terrain et stagiaires 1 Au Québec, les programmes de formation des enseignants accordent une large place à la formation

Plus en détail

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement.

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. Centre - Pays de Loire CHRU Tours COMMUNICATION «Conflits internes et Cohérence personnelle» SOMMAIRE Introduction page 3 Communication Page 4 Les paramètres d

Plus en détail

- Conceptualisation de la démarche de recherche documentaire (transférabilité de cette méthode. Profession

- Conceptualisation de la démarche de recherche documentaire (transférabilité de cette méthode. Profession COMPETENCE : RECHERCHE DOCUMENTAIRE FICHE EDUSCOL (Non) Nature de l activité : Travail méthodologique : Savoir faire transférable : Acquérir la méthode de recherche documentaire transposable dans toutes

Plus en détail

PRÉSENTATION DU PROGRAMME ET DES MODULES DE FORMATION

PRÉSENTATION DU PROGRAMME ET DES MODULES DE FORMATION PRÉSENTATION DU PROGRAMME ET DES MODULES DE FORMATION ORIGINES ET FONDEMENTS DU PROGRAMME La mission du Mouvement Desjardins, en tant qu institution financière coopérative, l amène à s investir dans l

Plus en détail

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire

Activité Intitulé de l'activité Volume horaire Informations de l'unité d'enseignement Implantation IPL Cursus de Bachelier en chimie Introduction à la statistique C1110 Cycle 1 Bloc 1 Quadrimestre 2 Pondération 1 Nombre de crédits 4 Nombre d heures

Plus en détail

www.provincedeliege.be/pse Photo langage

www.provincedeliege.be/pse Photo langage www.provincedeliege.be/pse 1 Photo langage Le photo langage Durée : Une heure pour le groupe classe ou 20 minutes par Technique : Expression orale sur base de supports visuels. atelier. Matériel : 30 photographies.

Plus en détail

Sexualité des séniors : des professionnels s expriment sur un sujet tabou

Sexualité des séniors : des professionnels s expriment sur un sujet tabou Sexualité des séniors : des professionnels s expriment sur un sujet tabou M a t h i l d e C O U D R A Y, E l i s a b e t e d e C A R V A L H O O B S E R V A T O I R E S t é p h a n e G R O N D I N D É

Plus en détail

Métacognition au travail et aux études

Métacognition au travail et aux études Métacognition au travail et aux études pour se motiver, performer et réussir Conférence présentée le 5 novembre 2009 Réunion nationale de la Société GRICS Par Andrée Deschênes, Commission scolaire des

Plus en détail

Les Etudes Qualitatives Produits Nouveaux sur Internet. Jean-Claude ANDREANI, Groupe ESCP-EAP. Françoise CONCHON, Institut INSEMMA

Les Etudes Qualitatives Produits Nouveaux sur Internet. Jean-Claude ANDREANI, Groupe ESCP-EAP. Françoise CONCHON, Institut INSEMMA 1 Jean-Claude ANDREANI, Groupe ESCP-EAP Françoise CONCHON, Institut INSEMMA Les Etudes Qualitatives Produits Nouveaux sur Internet INTRODUCTION Les études qualitatives produits nouveaux menées sur Internet

Plus en détail

TECHNIQUES D ENQUETE

TECHNIQUES D ENQUETE TECHNIQUES D ENQUETE Le Système d Information Marketing L étude de marché Les différentes sources d informations Méthodologie d enquête BENSGHIR AFAF ESTO 1 Plan d'apprentissage du cours " Méthodologie

Plus en détail

CORRIGÉ TYPE DU TEST

CORRIGÉ TYPE DU TEST ECOLE DES HAUTES ETUDES COMMERCIALES D ALGER Niveau : 1 ème année Master TC Groupes : 1 et 5 Date : 18/05/2014 Durée du test : 1h30 CORRIGÉ TYPE DU TEST [ Page 1 sur 6 ] Module : Recherche Marketing Enseignant

Plus en détail

Actes du 24 ième colloque de l Admee Europe L évaluation des compétences en milieu scolaire et en milieu professionnel

Actes du 24 ième colloque de l Admee Europe L évaluation des compétences en milieu scolaire et en milieu professionnel PRATIQUES EVALUATIVES ENSEIGNANTES ET SOCLE COMMUN DES CONNAISSANCES ET DES COMPETENCES : PRATIQUES EFFICACES? PRATIQUES INNOVANTES? Sandra Safourcade, université de Rennes 2, centre de recherche sur l

Plus en détail

UNIVERSITE TUNIS EL MANAR DEPARTEMENT DE PSYCHOLOGIE DE L ISSHT

UNIVERSITE TUNIS EL MANAR DEPARTEMENT DE PSYCHOLOGIE DE L ISSHT UNIVERSITE TUNIS EL MANAR DEPARTEMENT DE PSYCHOLOGIE DE L ISSHT Document de référence pour la conception et la rédaction des Rapports de Stage effectués en milieu professionnel pour l obtention du Master

Plus en détail

Intervenir sur les interactions parents-enfants dans un contexte muséal scientifique

Intervenir sur les interactions parents-enfants dans un contexte muséal scientifique Intervenir sur les interactions parents-enfants dans un contexte muséal scientifique Rodica AILINCAI, doctorante, Laboratoire «Éducation et Apprentissages», Université Paris 5 René Descartes Annick WEIL-BARAIS,

Plus en détail

L'accompagnement personnalisé au lycée Kirschleger de Munster

L'accompagnement personnalisé au lycée Kirschleger de Munster L'accompagnement personnalisé au lycée Kirschleger de Munster 3 classes de seconde 5 classes de première Organisation par cycles : 4 cycles en seconde comme en première -un fonctionnement par petits groupes

Plus en détail

BANQUE DE QUESTIONS D'EXAMEN ÉTUDE DE MARCHÉ MRK-14811

BANQUE DE QUESTIONS D'EXAMEN ÉTUDE DE MARCHÉ MRK-14811 NQUE DE QUESTIONS D'EXMEN ÉTUDE DE MRCHÉ MRK-. Nommer et expliquer brièvement chacune des étapes du processus de recherche en marketing.. Qu'est-ce que l'échelle de ratio?. Nommer deux plans d'expérimentation

Plus en détail

L ENQUÊTE : ENTRETIEN ET QUESTIONNAIRE

L ENQUÊTE : ENTRETIEN ET QUESTIONNAIRE Hervé Fenneteau L ENQUÊTE : ENTRETIEN ET QUESTIONNAIRE 3 e édition Conseiller éditorial : Frédéric Poulon Dunod, 2015 5 rue Laromiguière, 75005 Paris www.dunod.com ISBN 978-2-10-072234-1 Sommaire Avant-propos

Plus en détail

Apprendre à rédiger un compte-rendu d expérience

Apprendre à rédiger un compte-rendu d expérience Apprendre à rédiger un compte-rendu d expérience Séquence réalisée en cycle 3 Sylvie FRÉMINEUR P.E., École du Chaumet, Évires, 74 Jean-Michel ROLANDO Formateur, IUFM Bonneville, 74 Les relations entre

Plus en détail

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011

L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 L ouverture des marchés de l électricité et du gaz naturel pour les clients professionnels Baromètre annuel vague 7 Septembre 2011 Baromètre annuel vague 7-1 - PRESENTATION DE L ETUDE Baromètre annuel

Plus en détail

Cours TPB4 sur le «Focus Group» ou «Groupe d animation»

Cours TPB4 sur le «Focus Group» ou «Groupe d animation» Cours TPB4 sur le «Focus Group» ou «Groupe d animation» 1. Qu est-ce que le «focus group» ou groupe d animation? - Le «focus group» ou aussi groupe d animation est un certain type d entretien en groupe

Plus en détail

Présentation ED portable le 10 septembre 2014

Présentation ED portable le 10 septembre 2014 1 Présentation ED portable le 10 septembre 2014 Je vais m appuyer sur une séquence pour le cycle d orientation qui entre dans les thèmes de géographie du PER au 10 ème degré «De la production à la consommation

Plus en détail

Quelle transformation de l état dentaire et quels principaux actes réalisés? OBJECTIFS ET MÉTHODES

Quelle transformation de l état dentaire et quels principaux actes réalisés? OBJECTIFS ET MÉTHODES OBJECTIFS ET MÉTHODES L évaluation de l action a pour objectif de mesurer l efficacité de la campagne en termes de santé, l intérêt financier à engager une telle action, d appréhender le degré de compréhension

Plus en détail

Engager une action de prévention des RPS

Engager une action de prévention des RPS Que sont les RPS (Risques Psycho Sociaux)? Les risques psycho sociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress», qui n est en fait qu une manifestation de ce risque en entreprise. Ils

Plus en détail

LES OUTILS D ENQUÊTE: LE

LES OUTILS D ENQUÊTE: LE LES OUTILS D ENQUÊTE: LE QUESTIONNAIRE ET L ENTRETIEN DUT 1A - Méthodo Gilles Droniou droniou@jeudevi.org Chargé de recherches, JEUDEVI www.jeudevi.org 2015/2016 DATES À RETENIR, ET AUTRES JOYEUSETÉS Achetez

Plus en détail

Les outils pour réaliser le diagnostic. auprès de la population

Les outils pour réaliser le diagnostic. auprès de la population Les outils pour réaliser le diagnostic auprès de la population dans le cadre de la mise en œuvre du diagnostic pour les Ateliers Santé Ville Propositions d outils par L instance Régionale d Education et

Plus en détail

d évaluation Objectifs Processus d élaboration

d évaluation Objectifs Processus d élaboration Présentation du Programme pancanadien d évaluation Le Programme pancanadien d évaluation (PPCE) représente le plus récent engagement du Conseil des ministres de l Éducation du Canada (CMEC) pour renseigner

Plus en détail

Séminaire Relation médecin patient

Séminaire Relation médecin patient Séminaire Relation médecin patient Université Claude Bernard Lyon 1, Département de médecine générale, 3 cycle Novembre 2007 OBJECTIFS GENERAUX : 1) Pratiquer la relation d aide et connaître l approche

Plus en détail

Stratégies métacognitives. Leur intégration dans la classe de FLE (1) 1- Introduction 2- Domaine d action 3- L apport théorique

Stratégies métacognitives. Leur intégration dans la classe de FLE (1) 1- Introduction 2- Domaine d action 3- L apport théorique Stratégies métacognitives. Leur intégration dans la classe de FLE (1) Raquel Partemi rpartemi@logos.uncu.edu.ar María Cristina Azcona sanchere@speedy.com.ar Noemí Jiménez castellotejimenez@yahoo.com.ar

Plus en détail

Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www. Moteurs de recherche. Médias Sociaux. Web. Mobilité. Assurance automobile

Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www. Moteurs de recherche. Médias Sociaux. Web. Mobilité. Assurance automobile Votre outil pour vous démarquer sur le terrain de l interactivité. www Web Mobilité Médias Sociaux Moteurs de recherche Assurance automobile Votre nouveau terrain de concurrence: l interactivité On parle

Plus en détail

4.10. Cahier technique. THEME 4 Méthodes de formation. Evaluation de la formation

4.10. Cahier technique. THEME 4 Méthodes de formation. Evaluation de la formation Cahier technique THEME 4 Méthodes de formation 10 Evaluation de la formation 4.10 Les cahiers techniques sont des outils destinés aux agents des services publics responsables de la restructuration du système

Plus en détail

Grille d identification de risques psychosociaux au travail : un levier pour l action dans le milieu

Grille d identification de risques psychosociaux au travail : un levier pour l action dans le milieu Gatineau, 19 juin 2012 Grille d identification de risques psychosociaux au travail : un levier pour l action dans le milieu Carole Chénard, MBA Chargée de projet Promotion de la santé des travailleurs

Plus en détail

Management Interculturel

Management Interculturel Management Interculturel La mondialisation et l ouverture des marchés ont permis l interconnexion des mondes. Ces phénomènes ont en même temps accéléré la mutation des modes de pensée et de consommation.

Plus en détail

Les actifs et la retraite. 17 septembre 2010

Les actifs et la retraite. 17 septembre 2010 Les actifs et la retraite 17 septembre 2010 Sommaire 1 - La méthodologie 3 2 - Les résultats de l'étude 5 A - Le niveau de préoccupation à l égard de la retraite 6 B - L évaluation des ressources et des

Plus en détail

Bien-être et mal-être au travail : la perception des salariés

Bien-être et mal-être au travail : la perception des salariés Bien-être et mal-être au travail : la perception des salariés N 110150 Votre contact Ifop : Adeline Merceron adeline.merceron@ifop.com Février mars 2012 Note méthodologique Etude réalisée pour : Kelformation.com

Plus en détail

Objectifs d apprentissage

Objectifs d apprentissage Formation continue OIIQ 2010-2011 9 novembre 2010 Sylvie Gendron, Ph.D. Faculté des sciences infirmières Université de Montréal Objectifs d apprentissage Différencier les finalités de chacune de cinq approches

Plus en détail

L ENTRETIEN de Recherche

L ENTRETIEN de Recherche L ENTRETIEN de Recherche I. UTILISATION DE L ENTRETIEN DE RECHERCHE I.1. L entretien Exploratoire I.1.A. Caractéristiques Techniques Des Entretiens Exploratoires I.1.B. Fonctions De L entretien Exploratoire

Plus en détail

La projet technologique terminal

La projet technologique terminal La pédagogie de projet La projet technologique terminal Parce que les élèves apprennent mieux en étant actifs et créatifs 21 septembre 2012 D après «Séminaire national STI2D - L'épreuve de projet» 1 La

Plus en détail

Cognitivo-comportementale

Cognitivo-comportementale Approches psycho-sexuelles Cognitivo-comportementale Cette thérapie qui porte sur les cognitions (manière de penser), mais aussi sur les sensations et les comportements, apprend à modifier sa manière de

Plus en détail

Elisabeth DELAIS ROUSSARIE UMR 7110 / LLF Laboratoire de Linguistique formelle Université de Paris Diderot

Elisabeth DELAIS ROUSSARIE UMR 7110 / LLF Laboratoire de Linguistique formelle Université de Paris Diderot Elisabeth DELAIS ROUSSARIE UMR 7110 / LLF Laboratoire de Linguistique formelle Université de Paris Diderot JOURNEES IPFC Paris, 5 et 6 décembre 2011 Pour travailler sur l acquisition de la dimension orale

Plus en détail

Introduction à la recherche qualitative (I) Principes

Introduction à la recherche qualitative (I) Principes Introduction à la recherche qualitative (I) Principes Jacques CITTEE - DUERMG Module d aide à la préparation de la thèse Février 2013 La recherche qualitative Une recherche dont les problématiques et les

Plus en détail

Les Petits Débrouillards présentent

Les Petits Débrouillards présentent Les Petits Débrouillards présentent Un programme éducatif pour développer et accompagner la pratique d activités scientifiques et techniques sur les territoires. Soutenu par les investissements d avenir

Plus en détail

Diffuser des connaissances pro-environnementales sur le Web : rôle de la qualité ergonomique du site sur les intentions de comportements

Diffuser des connaissances pro-environnementales sur le Web : rôle de la qualité ergonomique du site sur les intentions de comportements Diffuser des connaissances pro-environnementales sur le Web : rôle de la qualité ergonomique du site sur les intentions de comportements Barbara Bonnefoy, Aline Chevalier, et Marie Bréda LAPPS (EA 4386)

Plus en détail

Programme de la séance : Introduction à la théorie de l iceberg (le modèle culturel de l iceberg)

Programme de la séance : Introduction à la théorie de l iceberg (le modèle culturel de l iceberg) Programme de la séance : Introduction à la théorie de l iceberg (le modèle culturel de l iceberg) Acquis d apprentissage Interpersonnels : 1. Meilleure connaissance et empathie culturelle lors des échanges

Plus en détail

QUALITE DE VIE AU TRAVAIL DANS UNE ADMINISTRATION :

QUALITE DE VIE AU TRAVAIL DANS UNE ADMINISTRATION : QUALITE DE VIE AU TRAVAIL DANS UNE ADMINISTRATION : ROLE DU STYLE DE LEADERSHIP ET DU CLIMAT DE JUSTICE SUR LE HARCELEMENT MORAL ET LE STRESS A partir d une communication réalisée pour l AIPTLF BOLOGNA

Plus en détail

Compétences relationnelles

Compétences relationnelles Compétences relationnelles Servir et aider Servir, aider ou assister des personnes, répondre à ses demandes et à des questions, être au service de clients. Capacité à communiquer chaleureusement avec les

Plus en détail

COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS?

COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS? COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS? Retour sur l expérience vécue par les tuteurs et réflexion sur le ressenti des étudiants ETOUNDI Ulrich, HENRIEL Théo, NAHORNYJ Robin Etudiants en 4 ème année,

Plus en détail

Management de l innovation I: développement et mise en oeuvre

Management de l innovation I: développement et mise en oeuvre Management de l innovation I: développement et mise en oeuvre Congrès INSOS 2011, le 31 août 2011 Dr Regula Ruflin Programme: 1. Qu est-ce que l «Innovation»? 2. Management de l innovation 3. Processus

Plus en détail

Introduction. Une traditionnelle opposition

Introduction. Une traditionnelle opposition Introduction Introduction XIII Dans la méthodologie des études en sciences sociales, on a longtemps opposé les approches quantitatives et qualitatives, comme deux philosophies en contradiction souvent,

Plus en détail

Enseignement recherche ED N 2

Enseignement recherche ED N 2 Enseignement recherche h ED N 2 Les Techniques de recueil de données 1 DMG de Paris 7 Le but de la recherche générer une hypothèse, développer une théorie Tester une hypothèse Mesurer - des questions différentes!

Plus en détail

Code déontologique à l attention des professionnels de l information - Projet

Code déontologique à l attention des professionnels de l information - Projet VVBAD Beroepscode voor informatieprofessionnals - Ontwerp http://www.vvbad.be/views/beroepscode proposition de traduction - K. Bergé - 07.06.2010 -----------------------------------------------------------------------------------------------

Plus en détail

GROUPE IDRAC Bachelor 1

GROUPE IDRAC Bachelor 1 GROUPE IDRAC Bachelor 1 Mai 2015 Enquêtes et e-sondages CODE Semestre Nombre heures Nombre crédits Langue d enseignement MKGA102 1 20 2 Français Département académique : MARKETING/COMMERCE/COMMUNICATION

Plus en détail

Perception des discriminations au travail : regard croisé salariés du privé et agents de la fonction publique

Perception des discriminations au travail : regard croisé salariés du privé et agents de la fonction publique Perception des discriminations au travail : regard croisé salariés du privé et agents de la fonction publique - Synthèse de l'institut CSA Baromètre 5 ème édition N 1101846 Janvier 2012 2, rue de Choiseul

Plus en détail

Dans une étude, l Institut Randstad et l OFRE décryptent le fait religieux en entreprise

Dans une étude, l Institut Randstad et l OFRE décryptent le fait religieux en entreprise Communiqué de presse Dans une étude, l Institut Randstad et l OFRE décryptent le fait religieux en entreprise Paris, le 27 mai 2013 L Institut Randstad et l Observatoire du Fait Religieux en Entreprise

Plus en détail

Performances sociales (I) : un outil d'audit des performances sociales proposé par Cerise et ses partenaires

Performances sociales (I) : un outil d'audit des performances sociales proposé par Cerise et ses partenaires Performances sociales (I) : un outil d'audit des performances sociales proposé par Cerise et ses partenaires BIM n - 28 juin & 05 juillet 2005 Cécile LAPENU En novembre 2003, deux BIM avaient présenté

Plus en détail

2 ième séance plateforme. Juin 2010

2 ième séance plateforme. Juin 2010 2 ième séance plateforme Juin 2010 1 Objectifs de la réunion Synthèse de la réunion précédente -> cartographie des compétences des laboratoires Faire émerger les besoins communs -> établir le contour des

Plus en détail

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013)

Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Guide francophone d analyse systématique des articles scientifiques (GFASAS) S. Tétreault 1, E. Sorita, A. Ryan & A. Ledoux (2013) Considérant le nombre d articles scientifiques disponibles, il est essentiel

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

Eléments de cadrage pour la lettre de mission destinée aux membres du groupe de travail

Eléments de cadrage pour la lettre de mission destinée aux membres du groupe de travail Eléments de cadrage pour la lettre de mission destinée aux membres du groupe de travail Recommandation concernant «la bientraitance : définition et repères pour la mise en œuvre» L Anesm a pour mission

Plus en détail

ogiciel Véronique Messager

ogiciel Véronique Messager énie ogiciel Véronique Messager Préface de Bernadette Lecerf-Thomas Postface de Françoise Engrand Coacher une équipe agile Guide à l usage des ScrumMasters, chefs de projets, managers et de leurs équipes!

Plus en détail

SÉMINAIRES D ANALYSE COLLABORATIVE DES PRATIQUES : DÉCRIRE DES SITUATIONS POUR FAIRE ÉVOLUER DES PRATIQUES

SÉMINAIRES D ANALYSE COLLABORATIVE DES PRATIQUES : DÉCRIRE DES SITUATIONS POUR FAIRE ÉVOLUER DES PRATIQUES CAMPANALE Françoise & DESSUS Philippe Laboratoire des sciences de l éducation & IUFM, Grenoble Francoise.Campanale@grenoble.iufm.fr ; Philippe.Dessus@upmf-grenoble.fr SÉMINAIRES D ANALYSE COLLABORATIVE

Plus en détail

Anastasia.Bezerianos@lri.fr. (plusieurs slides sont basés sur des slides de T. Tsandilas, W. Mackay, M. Beaudouin Lafon, D. Vogel et S.

Anastasia.Bezerianos@lri.fr. (plusieurs slides sont basés sur des slides de T. Tsandilas, W. Mackay, M. Beaudouin Lafon, D. Vogel et S. Cours 5: Conception des systèmes & Modèles conceptuels Anastasia.Bezerianos@lri.fr (plusieurs slides sont basés sur des slides de T. Tsandilas, W. Mackay, M. Beaudouin Lafon, D. Vogel et S. Greenberg)

Plus en détail

DOCUMENT D INFORMATION

DOCUMENT D INFORMATION DOCUMENT D INFORMATION Devenir citoyens : sondage d opinion auprès des Canadiens et des Canadiennes Commandé par la Fondation Pierre Elliott Trudeau en collaboration avec l Université Dalhousie Objet :

Plus en détail

Evaluer des logiciels éducatifs

Evaluer des logiciels éducatifs DES-TEF 2001-2002 Evaluer des logiciels éducatifs Bernadette Charlier Cellule d Ingénierie Pédagogique Département Education et Technologie FUNDP 1 Evaluer des logiciels éducatifs hyper et multimédias

Plus en détail

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs.

Aujourd hui, pas un seul manager ne peut se dire à l abri des conflits que ce soit avec ses supérieurs, ses collègues ou ses collaborateurs. MANAGERS : COMMENT PRENEZ-VOUS EN CHARGE LES CONFLITS? AUTO-EVALUEZ-VOUS! Dans un contexte économique morose et qui perdure, nous sommes confrontés à un grand nombre de difficultés et de frustrations.

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Service de formation sur mesure GUIDE D AUTODÉVELOPPEMENT GUIDE D AUTODÉVELOPPEMENT des compétences en communication Programme de formation en communication à l'intention

Plus en détail

Résumé: Perceptions des étudiants universitaires au sujet des carrières du secteur communautaire

Résumé: Perceptions des étudiants universitaires au sujet des carrières du secteur communautaire Résumé: Perceptions des étudiants universitaires au sujet des carrières du secteur communautaire Mars 2010 Le Conseil RH fait progresser les enjeux relatifs à la main-d œuvre communautaire. En tant que

Plus en détail

Développer et piloter l implication des collaborateurs Paru dans : Employeur Suisse, 8.4.1999

Développer et piloter l implication des collaborateurs Paru dans : Employeur Suisse, 8.4.1999 Daniel Held Développer et piloter l implication des collaborateurs Paru dans : Employeur Suisse, 8.4.1999 La valeur ajoutée apportée : le vrai défi pour les ressources humaines Depuis plusieurs années,

Plus en détail

LES FICHES OUTILS DE L ANIMATION

LES FICHES OUTILS DE L ANIMATION LES FICHES OUTILS DE L ANIMATION Page 1 sur 16 FICHE 1 LES TECHNIQUES D ANIMATION DE GROUPE FICHE 2 LES DIFFERENTES OPERATIONS MENTALES FICHE 3 LES VERBES D ACTION FICHE 4 LES METHODES DE RESOLUTIONS DE

Plus en détail