E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL"

Transcription

1 E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL Bill Pattinson Division de la politique de l information, de l informatique et de la communication OCDE La définition d indicateurs statistiques appropriés sur l économie et la société de l information est essentielle à une bonne compréhension des mécanismes et des tendances qui prévalent dans ce domaine et à l établissement d une base adéquate pour le développement et le contrôle d une politique. Ces prémices ont conduit à la constitution en 1997 d un groupe d experts statisticiens ad hoc : le groupe de statisticiens du comité des politiques de l informatique, de l information et de la communication, ou comité PIIC [en anglais, Information, Computer and Communication Policy Committee (ICCP)]. Son objectif est de mettre en place un ensemble de définitions et de méthodologies pour faciliter la compilation de données comparables au niveau international permettant de mesurer les différents aspects de la société de l information, de l économie de l information et du commerce électronique. À la fin 1998, le statut de groupe de travail a été accordé à ce groupe ad hoc. La première réunion du groupe de travail sur les indicateurs de la société de l information (GT/ISI, ou WPIIS en anglais pour Working Party on Indicators for the Information Society) s est tenue en avril Le Dr Fred Gault, de Statistique Canada préside le GT/ISI, la Suède et la France assurant les vice-présidences. Le GT/ISI ne se réunit qu une fois par an, mais un certain nombre des questions qu il traite intéressent également le Groupe de Voorburg, qui se réunit annuellement pour discuter de sujets liés aux statistiques du secteur des services. Lors des dernières réunions de ce groupe, la présentation des documents et les discussions qui s en sont suivies ont permis d avancer plus rapidement sur un certain nombre des questions présentées ci-dessous que ce n aurait été le cas autrement. Les travaux ont également bénéficié de leur inscription à l ordre du jour de plusieurs réunions Eurostat sur la société de l information. Ce document se donne pour objectif de présenter les travaux du GT/ISI, dans la mesure où ils concernent le commerce électronique. Dans un premier temps, il serait approprié de présenter les travaux sur la mesure du e-commerce au sein du programme général de travail du GT/ISI, c est-à-dire la définition et la mesure de la société de l information. Le programme du GT/ISI et le e-commerce Le programme de travail du GT/ISI concerne la définition et la mesure de tous les aspects de l économie et de la société de l information. Pour cela, un schéma a été élaboré qui considère l économie de l information comme comprenant le secteur des technologies de l information et de la communication, le secteur des contenus, les productions de ces secteurs et leur application aux processus industriels et commerciaux (business processes) classiques. Le GT/ISI a commencé par développer une définition acceptée au niveau international du secteur des technologies de l information et de la communication (TIC). La définition de l OCDE basée sur l activité a été approuvée par le GT/ISI en juin 1998 et officialisée par le comité des politiques de l informatique, de l information et de la communication (PIIC) en septembre L OCDE en est venue par la suite à «mettre en œuvre cette définition» en développant un ensemble d indicateurs statistiques pour ce secteur 1. Il est également important de définir l ensemble des produits émanant du secteur TIC, et l OCDE travaille à réaliser une telle définition pour sa réunion d avril Cet ensemble doit être constitué à partir des nomenclatures existantes de produits. Les nomenclatures pertinentes à cet égard sont la Classification des Produits Centrale (utilisée pour la 1. Un exemplaire de cette publication est disponible gratuitement à l adresse Internet suivante : ou sur demande à l OCDE. Statistique.net 115

2 production des biens et services) et le Système Harmonisé (utilisé pour les échanges internationaux de biens). Bien qu il s agisse de deux nomenclatures structurées, elles n identifient pas spécifiquement les biens et services TIC. En conséquence, elles nécessitent des modifications avant de pouvoir être utilisées pour la mesure des produits du secteur TIC. Par ailleurs, et c est plus important, ces deux nomenclatures sont relativement anciennes ; de ce fait elles ne distinguent pas les nouveaux biens et services pour lesquels les utilisateurs recherchent des informations. À ce jour, les travaux sur cette partie du projet ont été quelque peu plus lents que souhaitable, mais on peut espérer aboutir à une conclusion pour la réunion du GT/ISI d avril La définition du secteur TIC basée sur l activité est limitée aux secteurs qui permettent, par des moyens électroniques, le traitement, la transmission et la visualisation des informations, mais elle exclut les secteurs qui produisent les informations, les activités dites de «contenu». Le secteur des «contenus» connaît une croissance rapide dans l économie et intéresse fortement les décideurs en matière politique. Les travaux entrepris envisagent la question du secteur des «contenus» à la fois en termes d activités et en termes de produits. La première étape consiste à formuler une analyse argumentée des biens et des services qui pourraient relever de ces catégories et à partir de là, à élaborer des définitions du secteur et des produits. Il faut mesurer l importance et le taux de diffusion des «contenus» électroniques ainsi que les conséquences ressenties au niveau des activités et des produits plus traditionnels et, d une manière générale, dans l économie et la société. L évaluation complète de l économie et de la société de l information nécessite en outre un suivi détaillé de la manière dont les produits de ces secteurs sont diffusés dans l économie. À cet effet, l OCDE travaille avec les groupes précédemment évoqués au développement de modèles d enquêtes sur l utilisation des biens et services TIC par tous les agents économiques, les entreprises, les administrations et les ménages. Le modèle d enquête le plus avancé concerne les entreprises. Les pays nordiques jouent un rôle moteur dans son développement. Il est envisagé qu une première version du questionnaire soit adoptée lors de la réunion du GT/ISI de Les enquêtes sur l utilisation des TIC par les ménages sont également en cours de développement, sous l impulsion de l Australie. Une proposition d un ensemble de questions types à utiliser au niveau international, selon ce que les agences statistiques des États membres jugeront approprié, sera présentée lors de la réunion du GT/ISI de Les travaux sur un modèle d enquête pour l administration sont moins avancés car peu de pays ont entrepris des enquêtes d utilisation des TIC pour ce secteur, à l exception notable de l Australie et du Canada. Définition et mesure du commerce électronique Les processus industriels et commerciaux électroniques fonctionnent à partir de technologies et d applications TIC. À cet égard, la mesure du e-commerce est l un des éléments de l utilisation des TIC ; elle peut être ainsi envisagée dans le contexte des modèles d enquêtes d utilisation des TIC évoquées ci-dessus. Toutefois, du fait de l extrême intérêt porté au e-commerce par les pouvoirs publics et les médias, un point distinct a été inscrit au programme de travail du GT/ISI. L impulsion pour ces travaux a été donnée par le plan d action e-commerce de l OCDE adopté par les ministres lors de la conférence de 1998 sur le commerce électronique (Ottawa, octobre 1998). L un des sept points d action de ce plan demandait d «engager des travaux sur la définition et la mesure du commerce électronique». Par la suite, l OCDE a organisé un séminaire (21 avril 1999), qui a réuni des professionnels, des décideurs politiques, des chercheurs et des statisticiens pour discuter des questions de définition et de mesure du e-commerce. Lors de sa réunion qui a suivi ce séminaire, le GT/ISI a décidé de créer un groupe d experts sur la définition et la mesure du e-commerce, avec pour mission de «mettre au point des définitions du commerce électronique qui soient pertinentes pour les politiques et statistiquement opératoires». Pour cela, le groupe d experts a travaillé sur les trois aspects interdépendants de ce problème : un cadre intégrant les besoins des utilisateurs et leurs priorités, les définitions et la mesure statistique. Il en a fait une présentation lors de la réunion du GT/ISI Les résultats de ces travaux ont été présentés lors de nombreuses réunions et conférences au cours des 12 mois qui se sont écoulés entre les réunions du GT/ISI de 1999 et 2000 ; ils sont résumés ci-dessous. En ce qui concerne les besoins des utilisateurs, les travaux se sont inspirés du modèle présenté par Industrie Canada au séminaire d avril 1999 évoqué ci-dessus. Ce modèle distingue trois ensembles fondamentaux d indicateurs nécessaires pour les besoins des pouvoirs publics. Ces indicateurs concernent l état de préparation, l intensité et les effets du e- commerce. Ils sont définis dans l encadré ci-dessous, le modèle général étant présenté sous forme de diagramme en figure 1. Les besoins des pouvoirs publics et les indicateurs dépendront du niveau d activité constatée du e-commerce. Initialement, la demande d indicateurs concernera l état de préparation d une économie au e-commerce. Ensuite, il 116 Insee Méthodes

3 faudra disposer d un ensemble d indicateurs pour mesurer l intensité de l utilisation du e-commerce. Aux stades ultérieurs de développement du e-commerce, apparaîtra le besoin d indicateurs sur l incidence du e-commerce sur l économie et la société d une manière générale. État de préparation mesure de l infrastructure existante permettant l exercice d activités de e-commerce ; Intensité mesure de l étendue de l utilisation du e-commerce par les agents économiques dans l exercice de leur activité économique et sociale courante ; Effets mesure de l incidence du e-commerce sur l économie et la société. Comme le présente la figure 1, on constate un certain recouvrement entre les trois ensembles d indicateurs. De plus, certains indicateurs qui pourraient être développés pourraient servir pour plusieurs niveaux d activité de e-commerce. En ce qui concerne les définitions, un grand nombre sont utilisées dans le monde et elles sont largement différentes. Certaines incluent toutes les transactions financières et commerciales réalisées de manière électronique, d autres limitent le e-commerce au commerce de détail via l internet. Les premières existent depuis des dizaines d années et génèrent chaque année des milliers de milliards de dollars. Par contre, le second type est relativement nouveau et est encore très limité. Une enquête sur l opinion des professionnels concernant la définition du e-commerce, menée pour le compte de Statistique Canada, a mis en évidence une distinction entre l e-business et l e-commerce, ce dernier n englobant que les transactions commerciales, l e-business quant à lui concernant toutes les autres formes de processus industriels et commerciaux (Statistique Canada [1999]). Il était essentiel que la transaction soit menée au moyen de quelque forme de réseau informatique pour pouvoir être incluse dans l une ou l autre catégorie. Les définitions des décideurs politiques sont souvent très larges, car ceux-ci souhaitent comprendre l incidence du e- commerce dans l économie et l ensemble des processus industriels et commerciaux. Par ailleurs, ils ont également besoin de données à un niveau très fin du fait qu il est nécessaire de mesurer différents segments du e-commerce car les déterminants, les solutions technologiques, les incidences et les implications politiques peuvent être différents. Figure 1. Traduire les besoins des pouvoirs publics en indicateurs du e-commerce Niveau d activité du commerce électronique État de préparation potentiel d utilisation accès infrastructure technologique infrastructure socioéconomique Intensité importance des transactions/activité nature des transactions/activité Effets gains d efficacité emploi, qualifications, organisation du travail nouveaux produits, services, modèles industriels et commerciaux contribution à la création de richesse modification des chaînes de valeur sectorielles/des produits Source : OCDE (1999), Définition et mesure du e-commerce : Rapport d étape Temps Étant donné la diversité des besoins des utilisateurs, il est devenu relativement évident qu une seule définition ne serait pas adaptée à tous les besoins. Aussi, le groupe d experts a envisagé de développer un ensemble de définitions cohérentes entre elles et qui peuvent être utilisées pour dégager des indicateurs pour tous les besoins. De toutes les définitions qui ont été développées, il apparaît clairement que ces définitions devront inclure trois dimensions différentes : les réseaux de communication sur lesquels est basé le e-commerce, les applications qui sont considérées comme faisant partie du e-commerce et les activités économiques (ou les processus industriels et commerciaux) exercés. Statistique.net 117

4 En termes de mesure statistique, on a constaté une intense activité jusqu à ce jour, bien que toutes les initiatives n aient pas été pleinement coordonnées. De nombreuses mesures montrent l état de préparation au e-commerce de plusieurs économies. Il existe de nombreux indicateurs sur l infrastructure des télécommunications dans les états membres et sur les compétences professionnelles nécessaires pour exercer des activités de e-commerce. Dans de nombreux pays, il existe également des indicateurs de diffusion des ordinateurs et de l internet dans l économie et plus généralement dans la société, et un certain nombre d indicateurs de l intensité de leur utilisation ont été développés. Pour la mesure de la valeur des ventes électroniques, en particulier sur l internet, l utilisation d enquêtes par sondage n a pas jusqu à présent donné de résultats très fiables, du fait du petit nombre d entreprises et de ménages réalisant de telles transactions. Avec l augmentation du nombre et de la valeur des transactions réalisées sur l internet, ce problème deviendra moins préoccupant et le niveau de précision des données s améliorera. De nombreux pays ont d ores et déjà entrepris des tentatives pour mesurer ces transactions. La mesure des effets du e-commerce n a que peu retenu l attention jusqu ici, et un travail plus important est nécessaire dans ce domaine. En avril 2000, l OCDE a organisé une réunion commune du groupe de travail sur l économie de l information (GT/EI) et du groupe de travail sur les indicateurs de la société de l information (GT/ISI) pour permettre d aboutir à une conclusion sur ces questions. La réunion est arrivée aux conclusions suivantes : Le modèle sur l utilisation (état de préparation, intensité, effets ; voir ci-dessus) est approprié. Il est opportun de prévoir deux définitions des transactions du e-commerce, une définition large et une définition étroite. La définition large concerne la vente et l achat de biens et de services via des réseaux électroniques. La vente et l achat sont définis par l action de passer commande, et non par le paiement ou la livraison. La définition étroite concerne la vente ou l achat de biens et de services sur l internet. Une liste provisoire d indicateurs pour les entreprises et les administrations a été acceptée comme point de départ pour un examen plus détaillé de leur pertinence en vue de fournir des données comparables au niveau international. Il était approprié de constituer un groupe d experts pour mieux spécifier (de façon plus détaillée) les termes utilisés dans les définitions et pour examiner et affiner la liste des indicateurs à partir d une étude des pratiques statistiques des pays membres. L OCDE a de ce fait organisé une réunion du groupe d experts ad hoc en novembre 2000 pour examiner les questions soulevées lors des réunions d avril. Les experts ont confirmé la décision précédemment adoptée selon laquelle il devrait y avoir deux définitions, et ont seulement proposé de modifier la rédaction de la définition restreinte en la limitant aux transactions sur l internet, sans plus faire référence au protocole internet (Internet-protocol based networks). Les experts ont proposé en outre que les pays devraient, dans leurs formulaires d enquêtes, donner des exemples de ce qui doit être pris en compte, pour préciser ce que recouvrent ces définitions. Les définitions opérationnelles proposées figurent dans les encadrés 1 et 2 ci-dessous. Encadré 1. La définition restreinte une définition opérationnelle des transactions internet Commandes reçues/passées sur une page Web, sur un extranet et les autres applications qui fonctionnent sur l internet, telle que l EDI sur l internet, le minitel sur l internet ou toute autre application du Web, indépendamment du mode d accès au Web (par exemple un téléphone mobile ou un téléviseur). Le paiement et la livraison finale des biens et des services peuvent être effectués en ligne ou hors ligne. Encadré 2. La définition large : une définition opérationnelle des transactions électroniques Comprend toutes les transactions sur l internet définies ci-dessus plus les commandes reçues/passées par EDI ou toute autre application en ligne utilisée dans les transactions automatisées (par exemple systèmes téléphoniques interactifs). Les commandes reçues/passées par télécopie, téléphone ou mél non interactif ne doivent pas être prises en compte. Le paiement et la livraison finale des biens et des services peuvent être effectués en ligne ou hors ligne. Il a été également demandé à la réunion du groupe d experts ad hoc d envisager la question de l élaboration d une liste de processus industriels et commerciaux spécifiques pour lesquels des indicateurs pourraient être définis. Dans la liste initiale adoptée en avril, seul le terme générique «processus industriels et commerciaux spécifiques» ( specific business processes ) a été utilisé, processus autres que la passation de «commandes». Des membres de l OCDE ont mesuré des processus industriels et commerciaux spécifiques jugés particulièrement pertinents dans leur contexte et pour les 118 Insee Méthodes

5 enquêtes d entreprise qu ils effectuent. À partir d un examen de ces listes et de la discussion intervenue lors de la réunion, il a été proposé que l ensemble des processus industriels et commerciaux figurant dans l encadré 3 constitue l ensemble initial pour des comparaisons au niveau international. Encadré 3. Processus industriels et commerciaux (business processes) à utiliser comme ensemble initial pour des comparaisons au niveau international - Commande de biens et de services à la fois ventes et achats - Paiement en ligne des biens et services à la fois reçus et paiements - Réalisation de transactions financières autres que les paiements en ligne, par exemple transactions bancaires - Livraison numérique de services en tant que fournisseur et client - Marketing et promotion / recherche d informations - Recrutement de personnel/recherche de travail - Utilisation de bases de données en ligne en tant que fournisseur et utilisateur Après avoir établi des définitions opérationnelles du e-commerce et des processus pour lesquels des indicateurs pourraient être nécessaires, la réunion du groupe d experts ad hoc était alors en mesure d examiner la liste des indicateurs à partir de leurs propres expériences nationales et des résultats d une enquête sur la disponibilité des données effectuée par l OCDE. Ils ont conclu que la liste des indicateurs figurant ci-dessous devrait être retenue pour un premier exercice de collecte de données par l OCDE, sous réserve que ces indicateurs puissent être calculés sur une base comparable au niveau international. L OCDE a été invitée à poursuivre le travail d harmonisation en vue d aboutir à un ensemble de données comparables pour les indicateurs figurant dans l encadré 4 ci-dessous. Encadré 4. Indicateurs de base du secteur des entreprises pour la mesure du e-commerce 1. Nombre/proportion d entreprises disposant d ordinateurs 2. Emploi (niveau et proportion) des entreprises disposant d ordinateurs 3. Nombre/proportion d entreprises ayant un accès à l internet 4. Emploi (niveau et proportion) des entreprises disposant d un accès à l internet 5. Nombre/proportion d entreprises exécutant des processus industriels ou commerciaux spécifiques sur l internet : - Commandes de biens et de services (à la fois vente et achat) - Paiement en ligne des biens et services (à la fois réception et paiement) - Réalisation de transactions financières autres que les paiements en ligne, par exemple les transactions bancaires - Livraison numérique de services (en tant que fournisseur et client) - Marketing et promotion / recherche d informations - Recrutement de personnel / recherche d emploi - Utilisation de bases de données en ligne (en tant que fournisseur et utilisateur) 6. Nombre/proportion d entreprises disposant d un site Web 7. Nombre/proportion d entreprises projettant d utiliser l internet 8. Nombre/proportion d entreprises recevant des commandes sur des réseaux électroniques 9. Valeur des commandes de biens et de services reçues sur l internet 10. Valeur des commandes de biens et de services reçues sur des réseaux électroniques 11. Proportion des commandes de biens et de services reçues sur l internet 12. Proportion des commandes de biens et de services reçues sur des réseaux électroniques La réunion du groupe d experts a également reconnu l importance de la mise au point d indicateurs comparables au niveau international pour le secteur des ménages. Bien que n ayant pas discuté dans le détail des activités (ou des processus) à mesurer, ils ont pu aboutir à un ensemble d indicateurs pour le secteur des ménages. À cet égard, il a été reconnu que certains indicateurs devraient porter sur les ménages et d autres sur les individus. À partir de leur expérience internationale à ce jour, les experts se sont mis d accord sur la liste de base figurant dans l encadré 5 cidessous. Statistique.net 119

6 Encadré 5. Indicateurs de base du secteur des ménages pour la mesure du e-commerce 1. Nombre/proportion de ménages disposant d ordinateurs 2. Nombre/proportion de ménages ayant accès à l internet 3. Nombre/proportion de ménages déclarant des obstacles spécifiques à l égard du e-commerce 4. Nombre/proportion des individus réalisant des activités spécifiques sur l internet : - achat de biens et de services (à usage privé) - paiement de biens et de services (à usage privé) - activités professionnelles à domicile - activités de jeu à domicile - transactions bancaires à domicile 5. Valeur des commandes passées par des individus sur l internet L avenir Les conclusions de la réunion du groupe d experts ci-dessus n ont à ce stade qu un caractère provisoire et sont actuellement proposées aux participants pour vérification et examen supplémentaire. Elles seront alors diffusées plus largement aux délégués du GT/ISI pour solliciter leurs commentaires. L avis des délégués du GT/EI sera recueilli lors de la réunion qui se tient le 6 décembre Il peut être intéressant de noter qu à ce stade, le point le plus controversé concerne le traitement des commandes passées par mél. Comme cela ressort de la définition, l intention est de ne prendre en compte que les méls qui permettent, d une certaine manière, de passer une commande automatisée. En pratique, il n est pas certain que ce type de définition puisse être mis en œuvre dans des enquêtes statistiques. Il est probable que des discussions supplémentaires interviendront avant qu une décision finale soit adoptée. Étant parvenu à un accord sur un ensemble de définitions et d indicateurs, il est important de passer à l étape suivante de ce processus, le calcul des indicateurs. Dans le cadre de ce processus, il y a beaucoup à apprendre sur le degré de comparabilité des indicateurs entre les pays, ou sur la possibilité de les rendre comparables. Par conséquent, l OCDE propose de commencer par une collecte des indicateurs disponibles au début de Cette première collecte donnera une idée réelle de la faisabilité des décisions prises. Si les indicateurs se révèlent comparables, l OCDE les publiera vers l été L étape finale du programme sera alors la réalisation d un manuel méthodologique provisoire, susceptible d être utilisé par les pays membres pour leur permettre de produire des statistiques comparables au niveau international. Aucun calendrier n a été prévu pour ce travail car il dépend des résultats des premières étapes. La réunion d avril 2001 du GT/ISI examinera probablement la priorité qu il convient de donner à cette mission. Enfin, il convient de noter que les travaux de l OCDE à ce jour ont porté sur les indicateurs d «état de préparation» et d «intensité» précédemment définis. Il reste encore beaucoup à faire pour étendre cet ensemble d indicateurs à la mesure des effets du e-commerce. 120 Insee Méthodes

7 Documents de référence OCDE (1998), Compte rendu résumé de la seconde réunion ad hoc sur les indicateurs de la société de l information, DSTI/ICCP/AH/M(98)1/Rev 1. OCDE (1999), Exposé de Richard Simpson, Industry Canada, au séminaire OCDE sur la définition et la mesure du e- commerce, avril http ://www.oecd.org/dsti/sti/it/ec/act/agenda_ecworkshop.htm OCDE (1999), Définition et mesure du e-commerce, Rapport d étape, DSTI/ICCP/IIS(99)4/FINAL. http ://www.oecd.org/dsti/sti/it/ec/act/paris_ec/paris-ec_docs_1.htm OCDE (1999), L utilisation des biens et services TIC par les ménages, Vers un système de statistiques comparables au niveau international, DSTI/ICCP/IIS/RD(99)3. OCDE (2000), Compte rendu de la réunion conjointe du groupe de travail sur l économie de l information (GT/EI) et du groupe de travail sur les indicateurs de la société de l information (GT/ISI). Statistique Canada (1999), Une vérification de la réalité pour définir le commerce électronique. Rapport élaboré par CGI pour Statistique Canada. http ://www.statcan.ca/francais/ips/data/88f0006xib99006.htm Statistique.net 121

LA MESURE DU COMMERCE ÉLECTRONIQUE L EXPÉRIENCE CANADIENNE

LA MESURE DU COMMERCE ÉLECTRONIQUE L EXPÉRIENCE CANADIENNE LA MESURE DU COMMERCE ÉLECTRONIQUE L EXPÉRIENCE CANADIENNE Daniel April Chef du bureau Enquêtes sur la radiodiffusion et la télédistribution, Statistique Canada Le commerce électronique, plus précisément

Plus en détail

AVANT PROPOS. Ce report est soumis au Forum de Paris sur le commerce électronique les 12 et 13 octobre 1999.

AVANT PROPOS. Ce report est soumis au Forum de Paris sur le commerce électronique les 12 et 13 octobre 1999. Non classifié DSTI/ICCP/IIS(99)4/FINAL DSTI/ICCP/IIS(99)4/FINAL Or. Ang. Non classifié Organisation de Coopération et de Développement Economiques OLIS : 07-Oct-1999 Organisation for Economic Co-operation

Plus en détail

Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires

Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires Livre blanc IDC réalisé pour Ricoh Septembre 2012 Synthèse Angle mort organisationnel : Le rôle des processus métiers documentaires dans la croissance du chiffre d affaires Angèle Boyd // Joseph Pucciarelli

Plus en détail

NOM DU PROJET. Contrat de projet commenté

NOM DU PROJET. Contrat de projet commenté Commentaire général préalable: Le «contrat de projet» présenté ci-après fait suite à la lettre de mission envoyée par le Directeur Général au Maître d Ouvrage d un projet. Il a 3 objectifs majeurs : -

Plus en détail

Note de synthèse de l OCDE sur la gestion publique Impliquer les citoyens : L information, la consultation et la participation du public dans le processus de prise de décision Retirer les bénéfices Investir

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE CES/2004/4 1 er avril 2004 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION DE STATISTIQUE et COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

L État du commerce électronique dans l industrie du sport au Canada

L État du commerce électronique dans l industrie du sport au Canada L État du commerce électronique dans l industrie du sport au Canada Mars 2002 icongo, Inc 740, rue St Maurice, bureau 602 Montréal, (Québec) Canada H3C 1L5 Tél. : 514-866-2664 Télécopieur : 514-866-8404

Plus en détail

Fonds pour la recherche en Ontario

Fonds pour la recherche en Ontario Chapitre 4 Section 4.10 Ministère de la Recherche et de l Innovation Fonds pour la recherche en Ontario Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.10 du Rapport annuel 2009 Contexte

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 56 e réunion Distr. : restreinte 12 février 2013 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

CAC/GL 53-2003 SECTION 1 PRÉAMBULE

CAC/GL 53-2003 SECTION 1 PRÉAMBULE DIRECTIVES SUR L APPRÉCIATION DE L ÉQUIVALENCE DE MESURES SANITAIRES ASSOCIÉES À DES SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES DENRÉES ALIMENTAIRES 1 SECTION 1 PRÉAMBULE CAC/GL 53-2003 1. Il n est

Plus en détail

La publication, au second

La publication, au second Les entreprises industrielles françaises de plus en plus impliquées dans les NTIC Malgré l adoption accélérée des différents outils des nouvelles technologies de l information et de la communication (NTIC)

Plus en détail

Comité du programme et budget

Comité du programme et budget F WO/PBC/18/12 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 12 JUILLET 2011 Comité du programme et budget Dix-huitième session Genève, 12 16 septembre 2011 RAPPORT SUR L ÉTAT D AVANCEMENT DE LA MISE EN ŒUVRE D UN SYSTÈME

Plus en détail

CADRE POUR LA COORDINATION INTERNATIONALE DES INTERVENTIONS D APPLICATION DES LOIS DE PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE

CADRE POUR LA COORDINATION INTERNATIONALE DES INTERVENTIONS D APPLICATION DES LOIS DE PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE CADRE POUR LA COORDINATION INTERNATIONALE DES INTERVENTIONS D APPLICATION DES LOIS DE PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE Sujet de discussion pour la 34 e Conférence internationale des commissaires à la protection

Plus en détail

Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011. Rapport de vérification interne

Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011. Rapport de vérification interne Vérification des procédures de démarcation de l encaisse en fin d exercice 2010-2011 Rapport de vérification interne Octobre 2011 TABLE DES MATIÈRES 1.0 INTRODUCTION... 3 1.1 CONTEXTE... 3 1.2 ÉVALUATION

Plus en détail

UN PLAN D ACTION POUR L AVENIR LE RÔLE DE L AIIT DANS LA RÉALISATION D UNE INSPECTION RENFORCÉE ET PROFESSIONNELLE PARTOUT DANS LE MONDE

UN PLAN D ACTION POUR L AVENIR LE RÔLE DE L AIIT DANS LA RÉALISATION D UNE INSPECTION RENFORCÉE ET PROFESSIONNELLE PARTOUT DANS LE MONDE 3 UN PLAN D ACTION POUR L AVENIR LE RÔLE DE L AIIT DANS LA RÉALISATION D UNE INSPECTION RENFORCÉE ET PROFESSIONNELLE PARTOUT DANS LE MONDE Proposition de Michele Patterson, Présidente, juin 2008 Introduction

Plus en détail

Agence canadienne de développement international (ACDI) 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Canada

Agence canadienne de développement international (ACDI) 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Canada Agence canadienne de développement international (ACDI) 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Canada Téléphone : (819) 997-5006 1 800 230-6349 (sans frais) Ligne pour les malentendants et

Plus en détail

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la gouvernance ministérielle. Rapport final

BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ. Vérification de la gouvernance ministérielle. Rapport final BUREAU DU CONSEIL PRIVÉ Vérification de la gouvernance ministérielle Division de la vérification et de l évaluation Rapport final Le 27 juin 2012 Table des matières Sommaire... i Énoncé d assurance...iii

Plus en détail

Code de bonnes pratiques de la statistique européenne

Code de bonnes pratiques de la statistique européenne Code de bonnes pratiques de la statistique européenne POUR LES SERVICES STATISTIQUES NATIONAUX ET COMMUNAUTAIRES Adopté par le Comité du système statistique européen 28 septembre 2011 Préambule La vision

Plus en détail

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE Le comité de gouvernance et d éthique («comité») est un comité du conseil d administration de Groupe SNC-Lavalin inc. («Société») qui aide le conseil

Plus en détail

Ingénierie, design et communication COM-21573

Ingénierie, design et communication COM-21573 Notes de cours Module 1 La gestion de projets d ingénierie Édition Hiver07 FSG 2007 Ingénierie, design et communication Daniel Dupuis Faculté des sciences et de génie Université Laval Faculté des sciences

Plus en détail

Vérification de la fonction de trésorerie

Vérification de la fonction de trésorerie Vérification de la fonction de trésorerie La fonction de trésorerie est conforme à l ensemble des dispositions législatives et des politiques Ottawa, le 28 novembre 2013 Le vérificateur général Alain Lalonde

Plus en détail

Rapport d étape Examen des hauts fonctionnaires de l Assemblée législative le 7 juillet 2011

Rapport d étape Examen des hauts fonctionnaires de l Assemblée législative le 7 juillet 2011 A. Examen Rapport d étape Examen des hauts fonctionnaires de l Assemblée législative le 7 juillet 2011 En mai 2011, le président de l Assemblée législative du Nouveau-Brunswick a officiellement chargé

Plus en détail

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F OMPI MM/A/42/3 ORIGINAL : anglais DATE : 15 août 2009 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION PARTICULIÈRE POUR L ENREGISTREMENT INTERNATIONAL DES MARQUES (UNION DE MADRID)

Plus en détail

CONCEPTS DE BASE DU COMPTE SATELLITE DU TOURISME (CST) Table des matières

CONCEPTS DE BASE DU COMPTE SATELLITE DU TOURISME (CST) Table des matières CONCEPTS DE BASE DU COMPTE SATELLITE DU TOURISME (CST) Table des matières 1. Généralités 2. Nouvelle norme internationale 3. L importance des partenariats dans l élaboration des Comptes Satellites du Tourisme

Plus en détail

Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises

Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises Des TIC de plus en plus diversifiées dans les entreprises Sonia Besnard, Pascale Chevalier, Patrice Victor, Insee Pays de la Loire Danièle Guillemot, Yusuf Kocoglu, Centre d études de l emploi En France,

Plus en détail

À quelles lacunes en matière de données doit-il être remédié?

À quelles lacunes en matière de données doit-il être remédié? Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 5 avril 2011 Français Original: anglais ECE/CES/2011/9 Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Cinquante-neuvième

Plus en détail

TRAITEMENT DES DONNÉES ET ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS

TRAITEMENT DES DONNÉES ET ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS 7 TRAITEMENT DES DONNÉES ET ÉTABLISSEMENT DE RAPPORTS INFORMATIONS GÉNÉRALES Une fois les données recueillies, celles-ci sont traitées transmises sur support informatique (saisie ), organisées et nettoyées

Plus en détail

ACCORD MULTILATÉRAL ACCORD MULTILATÉRAL

ACCORD MULTILATÉRAL ACCORD MULTILATÉRAL ACCORD MULTILATÉRAL ENTRE AUTORITÉS COMPÉTENTES CONCERNANT L ÉCHANGE AUTOMATIQUE DE RENSEIGNEMENTS RELATIFS AUX COMPTES FINANCIERS (ENSEMBLE SIX ANNEXES), SIGNÉ À BERLIN LE 29 OCTO- BRE 2014 DÉCLARATION

Plus en détail

Table des matières. Introduction

Table des matières. Introduction Table des matières Introduction Buts et objectifs 1.Améliorer la qualité du service fourni aux divers clients/mandants de la Caisse 2.Fixer des objectifs clairs et mesurables dont la réalisation puisse

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies E/CN.3/2007/8 Conseil économique et social Distr. générale 18 décembre 2006 Français Original : anglais Commission de statistique Trente-huitième session 27 février-2 mars 2007 Point 3 g)

Plus en détail

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr. générale 14 octobre 2014 Français Original: anglais Conseil du développement industriel Quarante-deuxième session Vienne, 25-27 novembre

Plus en détail

CENTRE DE POLITIQUE ET D ADMINISTRATION FISCALES

CENTRE DE POLITIQUE ET D ADMINISTRATION FISCALES ORGANISATION DE COOPÉRATION ET DE DÉVELOPPEMENT ÉCONOMIQUES MÉTHODES DE DÉTERMINATION DES PRIX DE TRANSFERT JUILLET 2010 Avertissement: Ce document, préparé par le Secrétariat de l OCDE, n a pas de valeur

Plus en détail

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires

Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Misereor a-t-elle besoin «d études de base»? Document d information à l intention des partenaires Texte allemand : EQM/Misereor, janvier 2012 Traduction : Service des langues de MISEROR, mars 2012 Ce document

Plus en détail

CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L'OMC Genève, 17-18 février 2003

CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L'OMC Genève, 17-18 février 2003 CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L'OMC Genève, 17-18 février 2003 Organisée conjointement par l'union interparlementaire et le Parlement européen Point 2b) de l'ordre du jour provisoire LE VOLET DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Norme comptable internationale 11 Contrats de construction

Norme comptable internationale 11 Contrats de construction Norme comptable internationale 11 Contrats de construction Objectif L objectif de la présente norme est de prescrire le traitement comptable des produits et coûts relatifs aux contrats de construction.

Plus en détail

VÉRIFICATION DU PROGRAMME DES CHAIRES DE RECHERCHE DU CANADA

VÉRIFICATION DU PROGRAMME DES CHAIRES DE RECHERCHE DU CANADA VÉRIFICATION DU PROGRAMME DES CHAIRES DE RECHERCHE DU CANADA Division de la vérification interne Conseil de recherches en sciences humaines 21 novembre 2012 TABLE DES MATIÈRES SOMMAIRE... 3 1. CONTEXTE...

Plus en détail

PROGRAMME VILLES VERTES

PROGRAMME VILLES VERTES PROGRAMME VILLES VERTES FINALITÉ DU PROGRAMME L OCDE a lancé un programme intitulé Villes vertes afin d évaluer dans quelle mesure les politiques de croissance verte au sein des villes et de développement

Plus en détail

Note de l Office for National Statistics du Royaume-Uni

Note de l Office for National Statistics du Royaume-Uni Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 31 mars 2015 Français Original: anglais ECE/CES/2015/5 Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Soixante-troisième

Plus en détail

DESCRIPTIF DETAILLE DU PROJET BÉNIN : Projet e-bénin

DESCRIPTIF DETAILLE DU PROJET BÉNIN : Projet e-bénin DESCRIPTIF DETAILLE DU PROJET BÉNIN : Projet e-bénin Le projet propose une approche intégrée du développement du secteur des TIC considérée sous trois aspects différents : promouvoir l accès aux TIC, favoriser

Plus en détail

Rôle des services nationaux de statistique concernant la mesure du développement durable

Rôle des services nationaux de statistique concernant la mesure du développement durable Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 27 mars 2015 Français Original: anglais ECE/CES/2015/19 Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Soixante-troisième

Plus en détail

Assemblée générale. Nations Unies A/65/63/Add.1. La délocalisation au sein des organismes des Nations Unies. Note du Secrétaire général

Assemblée générale. Nations Unies A/65/63/Add.1. La délocalisation au sein des organismes des Nations Unies. Note du Secrétaire général Nations Unies A/65/63/Add.1 Assemblée générale Distr. générale 30 juillet 2010 Français Original : anglais Soixante-cinquième session Points 130 et 137 de l ordre du jour provisoire* Examen de l efficacité

Plus en détail

Information relative aux apparentés

Information relative aux apparentés Information relative aux apparentés Base des conclusions Chapitre SP 2200 Manuel de comptabilité de CPA Canada pour le secteur public Préparée par les permanents du Conseil sur la comptabilité dans le

Plus en détail

Norme ISA 402, Facteurs à considérer pour l audit d entités faisant appel à une société de services

Norme ISA 402, Facteurs à considérer pour l audit d entités faisant appel à une société de services IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 402, Facteurs à considérer pour l audit d entités faisant appel à une société de services Le présent document a

Plus en détail

Bulletin officiel spécial n 9 du 15 octobre 2009. Annexe II c Définition des épreuves

Bulletin officiel spécial n 9 du 15 octobre 2009. Annexe II c Définition des épreuves Annexe II c Définition des épreuves Épreuve EP.1 : Épreuve d étude d un projet de construction Unité UP 1 Coefficient : 4 1 - Contenu de l épreuve Cette épreuve recouvre tout ou partie des compétences

Plus en détail

Version finale de la ligne directrice sur la gouvernance d entreprise

Version finale de la ligne directrice sur la gouvernance d entreprise Renvoi : Ligne directrice à l intention des banques / SPB / SFP / ACC / SAV / SSM / SAM / SPA Le 28 janvier 2013 Destinataires : Institutions financières fédérales (IFF) Objet : Version finale de la ligne

Plus en détail

CHAPITRE 4. APPLICATION DE LA NOTION D ETABLISSEMENT STABLE

CHAPITRE 4. APPLICATION DE LA NOTION D ETABLISSEMENT STABLE COMMERCE ELECTRONIQUE ET IMPOTS @ OCDE CLARIFICATION POUR L APPLICATION DE LA DÉFINITION D ÉTABLISSEMENT STABLE DANS LE CADRE DU COMMERCE ÉLECTRONIQUE : MODIFICATIONS DES COMMENTAIRES SUR L ARTICLE 5 22

Plus en détail

Le résumé ci-après condense un certain nombre de résultats sélectionnés. Le rapport intégral peut être obtenu auprès de Pro Senectute Suisse.

Le résumé ci-après condense un certain nombre de résultats sélectionnés. Le rapport intégral peut être obtenu auprès de Pro Senectute Suisse. Résumé de l étude Les seniors et Internet Pro Senectute Suisse L utilisation des technologies de la communication et de l information (TIC) par les personnes de 65 ans et plus en Suisse en 2015 Institut

Plus en détail

SOBERMAN ^ CHARTERED ACCOUNTANTS

SOBERMAN ^ CHARTERED ACCOUNTANTS SOBERMAN ^ CHARTERED ACCOUNTANTS Le 16 mars 2012 Société canadienne d évaluation 1485, avenue Laperrière Ottawa (Ontario) K1Z 7S8 À l attention de : Madame Tracy Fiander-Trask, Trésorière PRIVÉ ET CONFIDENTIEL

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/5/7 REV. ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 21 JUILLET 2010 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Cinquième session Genève, 26 30 avril 2010 PROJET RELATIF À LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE

Plus en détail

2. Généralité sur le Processus de l EIE

2. Généralité sur le Processus de l EIE 2 2. Généralité sur le Processus de l EIE 2.1 Quel est le but du processus de l eie? Le processus de l Etude d Impact Environnemental (EIE) est une procédure interdisciplinaire et en plusieurs étapes pour

Plus en détail

TIM HORTONS INC. POLITIQUE SUR LES CONTRÔLES ET PROCÉDURES DE COMMUNICATION DE L INFORMATION

TIM HORTONS INC. POLITIQUE SUR LES CONTRÔLES ET PROCÉDURES DE COMMUNICATION DE L INFORMATION A. Objet général TIM HORTONS INC. POLITIQUE SUR LES CONTRÔLES ET PROCÉDURES DE COMMUNICATION DE L INFORMATION Adoptée le 27 octobre 2009 (dernière mise à jour le 6 novembre 2013) L adoption de la présente

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats

Section 9. Établissement de rapports et communication des résultats Section 9 Établissement de rapports et communication des résultats 135 Établissement de rapports et communication des résultats Distribuer rapidement les résultats aux parties prenantes. Choisir le moyen

Plus en détail

Bases des conclusions. Conversion des devises Chapitre SP 2601. Juillet 2011 CCSP. Page 1 de 9

Bases des conclusions. Conversion des devises Chapitre SP 2601. Juillet 2011 CCSP. Page 1 de 9 Conversion des devises Chapitre SP 2601 Juillet 2011 CCSP Page 1 de 9 AVANT-PROPOS La lettre de mise à jour n o 34 du Manuel de comptabilité de l ICCA pour le secteur public, publiée en juin 2011, comprenait

Plus en détail

NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE

NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE Distr.: GÉNÉRALE E/ECA/STATCOM/3/5 21 octobre 2011 NATIONS UNIES CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L AFRIQUE FRANÇAIS Original: ANGLAIS Troisième réunion de la Commission africaine

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE ATTENDU : A. que le paragraphe 83(1) de la Loi sur les Indiens reconnaît le pouvoir des Premières nations de

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 300 PLANIFICATION D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 300 PLANIFICATION D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS NORME INTERNATIONALE D AUDIT 300 PLANIFICATION D UN AUDIT D ETATS FINANCIERS Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe

Plus en détail

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face

Défis auxquels les gestionnaires de chaîne logistique de santé publique doivent faire face La professionnalisation des gestionnaires de chaîne logistique de santé publique pour de meilleurs résultats en matière de santé Livre blanc n 1 Coalition pour les Produits de Santé de la Procréation Défis

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 24 janvier 2014 Français Original: anglais ECE/CES/2014/7 Commission économique pour l Europe Conférence des statisticiens européens Soixante-deuxième

Plus en détail

Assurance médicaments 2.0

Assurance médicaments 2.0 PRINCIPES ET PRIORITÉS Assurance médicaments 2.0 Avant-propos Objectif Pour renouveler les discussions nationales sur un cadre pancanadien d assurance médicaments, il faut présenter des preuves claires

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

Mission d Appui aux Partenariats Public-Privé

Mission d Appui aux Partenariats Public-Privé Paris, le 31 Octobre 2005 AVIS n 2005-01 portant sur le dossier de rénovation de L Institut National des Sports et de l Education Physique (INSEP) présenté par le Ministère de la Jeunesse, des Sports et

Plus en détail

Chapitre 7 Ministère du Développement des ressources humaines / Andersen Consulting

Chapitre 7 Ministère du Développement des ressources humaines / Andersen Consulting Ministère du Développement des ressources humaines / Andersen Consulting Contenu Contexte................................................................ 101 Examen du contrat........................................................

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

Éclairer les choix en matière de recherche :

Éclairer les choix en matière de recherche : Éclairer les choix en matière de recherche : Indicateurs et décisions Sommaire Le savoir au service du public Sommaire 1 Sommaire La création de nombreux biens publics passe par la recherche exploratoire

Plus en détail

Réalisation d une étude épidémiologique

Réalisation d une étude épidémiologique Réalisation d une étude épidémiologique Dr A.TIBICHE, Médecin Epidémiologiste, Service d Epidémiologie et de Médecine Préventive, CHU de Tizi-Ouzou. Introduction La réalisation d une étude épidémiologique

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE TYPES D UNE EVALUATION RETROSPECTIVE DECENTRALISEE

TERMES DE REFERENCE TYPES D UNE EVALUATION RETROSPECTIVE DECENTRALISEE TERMES DE REFERENCE TYPES D UNE EVALUATION RETROSPECTIVE DECENTRALISEE Ce document décrit le canevas recommandé par la Division de l évaluation et de la capitalisation pour rédiger les termes de référence

Plus en détail

Sphinx Institute. Conseil et expertise en collecte et analyse de données. Confiez-nous vos projets!

Sphinx Institute. Conseil et expertise en collecte et analyse de données. Confiez-nous vos projets! Sphinx Institute Conseil et expertise en collecte et analyse de données Confiez-nous vos projets! Sphinx Institute, un label pour vos études Sphinx Institute est un pôle de compétences qui vous conseille

Plus en détail

NVIS 2c. CNIS Groupe de travail «Niveaux de vie et inégalités sociales» Note de travail n 2 (Avril 2006)

NVIS 2c. CNIS Groupe de travail «Niveaux de vie et inégalités sociales» Note de travail n 2 (Avril 2006) NVIS 2c CNIS Groupe de travail «Niveaux de vie et inégalités sociales» Note de travail n 2 (Avril 2006) Ce texte est provisoire et fragmentaire. Il vise à alimenter une discussion sur les éléments qui

Plus en détail

D ACTION L A N. Plan d action. sur les infrastructures essentielles

D ACTION L A N. Plan d action. sur les infrastructures essentielles D ACTION L A N Plan d action sur les infrastructures essentielles Sa Majesté la Reine du Chef du Canada, 2009 No de cat. : PS4-66/2009F-PDF ISBN : 978-1-100-90319-4 Imprimé au Canada Table des matières

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM)

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) 1 ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) CHARTE DU COMITÉ DES FINANCES, DE L AUDIT COMPTABLE ET DE LA GESTION DES RISQUES Mandat Le Comité des finances, de l audit

Plus en détail

SERIE OCDE LES PRINCIPES DE BONNES PRATIQUES DE LABORATOIRE ET LA VERIFICATION DU RESPECT DE CES PRINCIPES. Numéro 2 (révisé)

SERIE OCDE LES PRINCIPES DE BONNES PRATIQUES DE LABORATOIRE ET LA VERIFICATION DU RESPECT DE CES PRINCIPES. Numéro 2 (révisé) DIFFUSION GÉNÉRALE OCDE/GD(95)66 SERIE OCDE LES PRINCIPES DE BONNES PRATIQUES DE LABORATOIRE ET LA VERIFICATION DU RESPECT DE CES PRINCIPES Numéro 2 (révisé) ORIENTATIONS A L INTENTION DES AUTORITES DE

Plus en détail

PROPOSITION D ETUDE ETUDE DU MARCHE BELGE DES SEMINAIRES ET CONFERENCES

PROPOSITION D ETUDE ETUDE DU MARCHE BELGE DES SEMINAIRES ET CONFERENCES PROPOSITION D ETUDE ETUDE DU MARCHE BELGE DES SEMINAIRES ET CONFERENCES MAI 2007 TABLE DE MATIERES 1. FICHE TECHNIQUE 3 1.1. Objet 3 1.2. Méthode 3 1.3. Questions et analyses exclusives 3 1.4. Rapport

Plus en détail

Sondage sur les expériences d hospitalisation des patients canadiens Foire aux questions

Sondage sur les expériences d hospitalisation des patients canadiens Foire aux questions Janiver 2014 Sondage sur les expériences d hospitalisation des patients canadiens Foire aux questions Sondage sur les expériences d hospitalisation des patients canadiens Questions sur le projet 1. En

Plus en détail

1. Contexte. 2. Dresser le bilan : expériences et nouveaux développements

1. Contexte. 2. Dresser le bilan : expériences et nouveaux développements Renforcer la redevabilité mutuelle pour améliorer l efficacité et les résultats en matière de développement pour la santé : accords conclus à Nairobi par les signataires du IHP+ sur la future approche

Plus en détail

S e r v i r l e s clients actuels de maniè r e e f f ic a ce grâce a u «Co n s u m er Insight»

S e r v i r l e s clients actuels de maniè r e e f f ic a ce grâce a u «Co n s u m er Insight» Siège mondial : 5 Speen Street Framingham, MA 01701 États-Unis P.508.935.4400 F.508.988.7881 www.idc-ri.com S e r v i r l e s clients actuels de maniè r e e f f ic a ce grâce a u «Co n s u m er Insight»

Plus en détail

L éco-innovation dans l industrie : favoriser la croissance verte

L éco-innovation dans l industrie : favoriser la croissance verte Eco-Innovation in Industry: Enabling Green Growth Summary in French L éco-innovation dans l industrie : favoriser la croissance verte Résumé en français L éco-innovation sera un élément essentiel des efforts

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES SUR LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE

LIGNES DIRECTRICES SUR LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE LIGNES DIRECTRICES SUR LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE INTRODUCTION Les Lignes directrices sur la gouvernance d entreprise encadrent les responsabilités du Conseil d administration et de la direction afin

Plus en détail

DECLARATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION : PLAN D ACTION DE LA BEAC MATRICE DES PRINCIPALES MESURES

DECLARATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION : PLAN D ACTION DE LA BEAC MATRICE DES PRINCIPALES MESURES DECLARATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION : PLAN D ACTION DE LA BEAC MATRICE DES PRINCIPALES MESURES N MESURES ECHEANCES OBSERVATIONS 1. Mtre sur pied un Groupe de Travail placé sous l autorité du Comité

Plus en détail

Suivi du Plan d action de la gestion pour la vérification de l Agence canadienne de développement économique du Nord

Suivi du Plan d action de la gestion pour la vérification de l Agence canadienne de développement économique du Nord Better government: with partners, for Canadians Suivi du Plan d action de la pour la vérification de l Agence canadienne de développement économique du Nord Janvier 2013 Suivi du Plan pour la vérification

Plus en détail

Chacun est conscient qu il sera souvent nécessaire de mobiliser les notions abordées en première et, parfois, de les reprendre.

Chacun est conscient qu il sera souvent nécessaire de mobiliser les notions abordées en première et, parfois, de les reprendre. UE Atelier B Deux groupes de stagiaires ont suivi les exposés sur les séquences pédagogiques. Les échanges ont principalement porté sur les apports notionnels (quelles notions aborder), le bornage (jusqu

Plus en détail

Le Bureau du vérificateur général. Vérification interne des mécanismes de contrôle interne du système financier GX

Le Bureau du vérificateur général. Vérification interne des mécanismes de contrôle interne du système financier GX Préparé pour : Le Bureau du vérificateur général Vérification interne des mécanismes de contrôle interne du système financier GX Le 18 novembre 2009 1 Introduction KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. a été chargée

Plus en détail

VIVA RIO HAITI (SPGEI) Système de production, de gestion et de suivi d évaluation des informations PREPARE ET PROPOSE PAR :

VIVA RIO HAITI (SPGEI) Système de production, de gestion et de suivi d évaluation des informations PREPARE ET PROPOSE PAR : VIVA RIO HAITI (SPGEI) Système de production, de gestion et de suivi d évaluation des informations TITRE DU PROJET : Système d Information PREPARE ET PROPOSE PAR : Marcelin Paul Feguns, Ing Sergo Louis

Plus en détail

PROFIL DU CONSEIL D ADMINISTRATION APPROUVÉ PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION DE CDC LE 8 DÉCEMBRE 2015 (Modifie le profil en date du 30 mars 2009)

PROFIL DU CONSEIL D ADMINISTRATION APPROUVÉ PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION DE CDC LE 8 DÉCEMBRE 2015 (Modifie le profil en date du 30 mars 2009) CONSTRUCTION DE DÉFENSE (1951) LIMITÉE PROFIL DU CONSEIL D ADMINISTRATION APPROUVÉ PAR LE CONSEIL D ADMINISTRATION DE CDC LE 8 DÉCEMBRE 2015 (Modifie le profil en date du 30 mars 2009) Mission de la Société

Plus en détail

RAPPORT SUR L ÉTAT D AVANCEMENT DE L APPLICATION DES MESURES D ALLÈGEMENT DU CYCLE DE PROJET DU FEM

RAPPORT SUR L ÉTAT D AVANCEMENT DE L APPLICATION DES MESURES D ALLÈGEMENT DU CYCLE DE PROJET DU FEM Réunion du Conseil du FEM 5 7 novembre 2013 Washington GEF/C.45/04 9 octobre 2013 Point 9 de l ordre du jour RAPPORT SUR L ÉTAT D AVANCEMENT DE L APPLICATION DES MESURES D ALLÈGEMENT DU CYCLE DE PROJET

Plus en détail

MANUEL DE MANAGEMENT DE LA QUALITE. «Votre satisfaction est notre objectif, chacun de son poste est le garant de son application»

MANUEL DE MANAGEMENT DE LA QUALITE. «Votre satisfaction est notre objectif, chacun de son poste est le garant de son application» MANUEL DE MANAGEMENT DE LA QUALITE «Votre satisfaction est notre objectif, chacun de son poste est le garant de son application» SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 4 1.1. Généralités... 4 1.2. Domaine d application...

Plus en détail

ajustement Audit des cadres ERM

ajustement Audit des cadres ERM Alex andra Psic a, cmc RESPONSABLE DE DIRECTION INTERIS CONSULTING INC. D ANS L ABSOLU, LE CADRE DE MANAGEMENT DES RISQUES DE l entreprise (ERM) doit être suffisamment adapté à ses objectifs, à ses risques

Plus en détail

Comité aviseur sur les mesures de performance en médias numériques À DES FINS DE DISCUSSION

Comité aviseur sur les mesures de performance en médias numériques À DES FINS DE DISCUSSION FONDS DES MÉDIAS DU CANADA Comité aviseur sur les mesures de performance en médias numériques Date : Le 28 juin 2011 Présentatrices : C. Briceno et J. Look À DES FINS DE DISCUSSION OBJET : Indicateurs

Plus en détail

AVIS A. 874 D INITIATIVE RELATIF À L AMÉLIORATION DE LA DISPONIBILITÉ DE STATISTIQUES RÉGIONALES

AVIS A. 874 D INITIATIVE RELATIF À L AMÉLIORATION DE LA DISPONIBILITÉ DE STATISTIQUES RÉGIONALES AVIS A. 874 D INITIATIVE RELATIF À L AMÉLIORATION DE LA DISPONIBILITÉ DE STATISTIQUES RÉGIONALES Adopté par le Bureau le 4 juin 2007 2 Liège, le 4 juin 2007 PRÉAMBULE Les différentes étapes de la régionalisation

Plus en détail

DOUZIÈME CONFÉRENCE DE NAVIGATION AÉRIENNE PROJET DE RAPPORT DU COMITÉ SUR LE POINT 3 DE L ORDRE DU JOUR

DOUZIÈME CONFÉRENCE DE NAVIGATION AÉRIENNE PROJET DE RAPPORT DU COMITÉ SUR LE POINT 3 DE L ORDRE DU JOUR 23/11/12 Révision 26/11/12 DOUZIÈME CONFÉRENCE DE NAVIGATION AÉRIENNE Montréal, 19 30 novembre 2012 PROJET DE RAPPORT DU COMITÉ SUR LE POINT 3 DE L ORDRE DU JOUR Le projet ci-joint de rapport sur le point

Plus en détail

Guide de travail pour l auto-évaluation:

Guide de travail pour l auto-évaluation: Guide de travail pour l auto-évaluation: Gouvernance d entreprise comité d audit Septembre 2014 This document is also available in English. Conditions d application Le Guide de travail pour l auto évaluation

Plus en détail

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT?

ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Accueil de jour de la petite enfance ET SI COMMUNES ET ENTREPRISES COLLABORAIENT? Propositions en vue d un partenariat public privé pour la mise en place de crèches et garderies Lausanne Région Août 2002

Plus en détail

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS Le comité des risques associés à la sécurité, au milieu de travail et aux projets («comité») est un comité

Plus en détail

Or. Ang. DIRECTION DE L ENVIRONNEMENT REUNION CONJOINTE DU COMITE SUR LES PRODUITS CHIMIQUES ET DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES PRODUITS CHIMIQUES

Or. Ang. DIRECTION DE L ENVIRONNEMENT REUNION CONJOINTE DU COMITE SUR LES PRODUITS CHIMIQUES ET DU GROUPE DE TRAVAIL SUR LES PRODUITS CHIMIQUES Non classifié ENV/JM/MONO(99)24 ENV/JM/MONO(99)24 Or. Ang. Non classifié Organisation de Coopération et de Développement Economiques OLIS : 28-Oct-1999 Organisation for Economic Co-operation and Development

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

Audit de l inscription automatique à une pension de la Sécurité de la vieillesse Phase 1A

Audit de l inscription automatique à une pension de la Sécurité de la vieillesse Phase 1A Direction générale des services de vérification interne Audit de l inscription automatique à une pension de la Sécurité de la vieillesse Phase 1A Février 2014 Non Classifié SP-611-03-14F Vous pouvez télécharger

Plus en détail

Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund

Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund Statuts du Comité d audit A. Mandat La fonction principale du Comité d audit (le «Comité») est d aider le Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund (la «Société»)

Plus en détail

Description du projet et contexte dans lequel il s inscrit au sein de l institution

Description du projet et contexte dans lequel il s inscrit au sein de l institution Nom de l Institution Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale Nom du projet Base de données salaires et durée conventionnels de travail Acronyme CAO-CCT Description du projet et contexte

Plus en détail

2014-2015 GABARIT DE PRÉSENTATION DES SOUMISSIONS PAR LES INSTITUTIONS FÉDÉRALES

2014-2015 GABARIT DE PRÉSENTATION DES SOUMISSIONS PAR LES INSTITUTIONS FÉDÉRALES Rapport annuel sur l application de la canadien 2014-2015 GABARIT DE PRÉSENTATION DES SOUMISSIONS PAR LES INSTITUTIONS FÉDÉRALES INSTRUCTIONS : Conformément aux exigences en matière de rapport prévues

Plus en détail