PROPOSITION D ETUDE ETUDE DU MARCHE BELGE DES SEMINAIRES ET CONFERENCES

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROPOSITION D ETUDE ETUDE DU MARCHE BELGE DES SEMINAIRES ET CONFERENCES"

Transcription

1 PROPOSITION D ETUDE ETUDE DU MARCHE BELGE DES SEMINAIRES ET CONFERENCES MAI 2007

2

3 TABLE DE MATIERES 1. FICHE TECHNIQUE Objet Méthode Questions et analyses exclusives Rapport Délais Workshop Prix 4 2. OBJECTIF ET GROUPES-CIBLES 5 3. METHODOLOGIE 7 4. QUESTIONNAIRE Enquête téléphonique du côté de la demande Evolution Questions exclusives RAPPORT DELAIS PRIX CONDITIONS DE PARTICIPATION ET FORMULAIRE D INSCRIPTION AUTRES INFORMATIONS 23 1

4 2

5 1. FICHE TECHNIQUE 1.1. Objet Analyse du marché des réunions (séminaires, conférences et incentives) externes organisées au cours de l année écoulée (septembre 2006-août 2007), dans le but d obtenir une notion actuelle des caractéristiques de ce marché Méthode Enquête téléphonique menée auprès de entreprises établies en Belgique Questions et analyses exclusives Les participants à l étude ont la possibilité d y joindre des questions exclusives et d obtenir des analyses exclusives Rapport Rapport détaillé comportant un volet de texte et un volet de tableaux (inclusivement un résumé exécutif) Délais Fin mai 2007: date ultime pour les inscriptions de participation; juin 2007: définition du contenu des questions exclusives en concertation avec les participants; septembre-octobre 2007: réalisation de enquêtes; novembre-décembre 2007: analyse, mise en tableaux et rédaction du rapport standard; début janvier 2008: remise du rapport standard de l Etude du Marché Belge des Séminaires et Conférences; janvier 2008: analyse, mise en tableaux et rédaction du rapport sur les questions exclusives; fin janvier 2008: remise des rapports avec les résultats relatifs aux questions exclusives; fin janvier 2008: workshop pour les participants. 3

6 1.6. Workshop WES offre aux participants un workshop gratuit, afin d exposer les résultats de l étude Prix euros (hors TVA) pour le rapport standard; de à euros (hors TVA) pour une question exclusive. 4

7 2. OBJECTIF ET GROUPES-CIBLES Cette de WES permet de dessiner et suivre le marché des réunions externes organisées par des entreprises établies en Belgique. Par réunions externes nous entendons les séminaires, conférences et incentives organisés par les entreprises en extérieur, donc ne pas utilisant ses propres infrastructures. Le principe de base de cette étude est qu elle doit devenir un véritable instrument de gestion pour les divers acteurs du marché des séminaires, conférences et incentives, qui leur permettra d évaluer leur position de marché et de développer une stratégie de marketing cohérente. Par cette nous poursuivons un objectif triple: l analyse détaillée du volume du marché des réunions externes organisées par les entreprises établies en Belgique, et de ses caractéristiques les plus pertinentes; l analyse détaillée du processus décisionnel et des motivations sous-jacentes de ce marché des réunions externes: quels sont les critères qui jouent un rôle, qui est le décideur, ; la mise à disposition d un canal permettant aux participants de soumettre des questions à un grand échantillon de décideurs en matière de séminaires, conférences et incentives dans les entreprises établies en Belgique, pour un coût limité. Cette étude a déjà été exécutée par WES en 2004, nous permettant de faire des comparaisons avec 2004 et d observer des évolutions. L étude est commercialisée sur la base de la formule multiclient, ce qui implique que le coût global sera réparti entre les divers participants. Cette méthode permet d obtenir un prix limité comparé aux études de marché entièrement autonomes et individualisées. WES offre également aux participants la possibilité d incorporer dans l étude des questions exclusives, et donc d y imprimer des accents individualisés. Cette proposition d étude s adresse à toutes les composantes du marché des réunions externes, mais aussi aux secteurs intermédiaires et apparentés: offices de tourisme en Belgique et à l étranger; bureaux de congrès; bureaux d incentives hôtels et groupes hôteliers; villages de vacances; centres de conférences; tour-opérateurs et agents de voyages spécialisés dans le marché des séminaires et conférences; organisateurs professionnels de conférences; compagnies de transport (compagnies aériennes, compagnies ferroviaires, ); entreprises de location de voitures; agences de publicité; entreprises médiatiques, 5

8 6

9 3. METHODOLOGIE L porte sur le marché des réunions externes organisées par des entreprises établies en Belgique. Ce concept de réunions externes englobe les séminaires, les conférences et les incentives. En conformité avec les normes internationales, nous définissons les séminaires, conférences et incentives de la façon suivante: séminaires: terme collectif désignant les réunions externes d un certain nombre de personnes en un lieu déterminé, en dehors de l entreprise, ayant pour but les échanges d informations, de connaissances et d opinions, la prise de décisions, le brainstorming, un cours d entraînement, le lancement d un nouveau produit, ; conférences: réunions organisées de façon formelle en un endroit convenu d avance. Le nombre de participants peut varier d une dizaine à plus d un millier. La réunion comporte une discussion structurée, sur un ou plusieurs thèmes, ayant pour but l échange ou la transmission de connaissances et/ou la réalisation d un consensus. En dehors des sujets classiques, les conférences comportent bien souvent un volet social, pendant lequel les participants peuvent découvrir des aspects historiques ou prendre part à des activités culturelles ou touristiques de la ville ou du pays qui les accueille, tout ceci joint éventuellement à la possibilité de communiquer les uns avec les autres ou d échanger des idées de façon informelle; incentives: des voyages de motivation ou de récompense offerts par une entreprise pour lesquels l aspect détente est plus présent que l aspect information et réunion. Il s agit des incentives offerts aux salariés de l entreprise ainsi qu aux personnes externes (clients, distributeurs, ). Nous analysons le marché des réunions externes "organisées". Nous considérons une réunion externe comme "organisée" lorsqu elle comporte au moins cinq participants. Les personnes qui effectuent des voyages d affaires de façon individuelle ou en compagnie de quelques collègues en fonction d une action de vente, de recrutement, de recherche de contrats, de promotion, ne font donc pas partie de cette étude. La raison de cette délimitation est que nous entendons analyser ici cette portion du marché des séminaires, conférences et incentives qui est susceptible d être traitée dans le cadre des actions de communication offertes par des spécialistes et des intermédiaires. Les personnes en voyages d affaires individuels choisissent la destination, le logement, le moyen de transport, en premier lieu uniquement en fonction de motivations purement commerciales et d affaires, peu susceptibles d être influencées par des actions de communication. Dans le cadre de cette étude, nous nous limiterons aux séminaires, conférences et incentives se déroulant dans des espaces exploités commercialement, spécialement aménagés à cet effet et réservés par leurs utilisateurs. Ce sont, en d autres termes, des espaces fournis par les entreprises d hébergement (horeca, parcs à bungalows, ), les infrastructures de conférences et de réunions ainsi que les special venues. Sortent donc du cadre de cette étude: les réunions organisées à l intérieur des entreprises, la transmission du savoir dans le cadre du système éducatif, En ce qui concerne les séminaires et les conférences, les réunions doivent avoir pour but la transmission de connaissance. Les réunions destinées en fait à nouer des contacts sociaux (réceptions, soirées de fêtes, ) ne sont donc pas investiguées dans la présente étude. 7

10 Il n est pas tenu compte, dans l étude, d une durée minimale des séminaires, conférences et incentives. Entrent donc dans le cadre de celle-ci les réunions externes tant résidentielles (comportant une ou plusieurs nuitées) que non résidentielles (ne comportant aucune nuitée). L analyse des caractéristiques et des développements du marché des séminaires, conférences et incentives est complexe, en raison de la multiplicité des acteurs de ce marché. Nous y distinguons le côté de la demande, les intermédiaires, et le côté de l offre (cf. schéma ci-dessous). Le côté de la demande et celui de l offre peuvent entrer en contact l un avec l autre soit directement soit indirectement, par le biais d intermédiaires. Le marché des séminaires, conférences et incentives: les relations entre l offre et la demande Demande Intermédiaires Offre Entreprises Autres Indirectement Bureaux de congrès Bureaux d incentives Organisateurs professionnels de conférences (OPC) Tour-opérateurs spécialisés dans l organisation de séminaires, conférences et/ou incentives Infrastructures de conférences et réunions Infrastructures d hébergement Compagnies de transport Directement Pour connaître les caractéristiques et développements du marché belge des séminaires, conférences et incentives organisés, nous réalisons une enquête auprès des représentants de la demande. Nous commençons par délimiter la population étudiée. Cette population se compose d entreprises établies en Belgique et d autres acteurs (pouvoirs publics, associations) qui organisent des séminaires, conférences et/ou incentives. Une brève enquête préliminaire établit que les entreprises sont, de loin, les instances les plus concernées par le marché des séminaires, conférences et incentives. Par ailleurs il nous faut tenir compte de la disponibilité des données sur la population étudiée. Il existe des banques de données exhaustives sur les entreprises belges. Ce n est pas le cas pour les associations et les instances officielles établies en Belgique. Compte tenu de ce qui précède, nous ne prenons en compte dans cette étude que les entreprises établies en Belgique. Il s agit à présent de sélectionner dans cette population étudiée un échantillon représentatif susceptible de nous permettre d arriver à des conclusions suffisamment fiables. 8

11 Toutefois, il nous faut tenir compte du fait que les entreprises n organisent pas toutes de réunions externes. Des recherches antérieures ont démontré que plus élevé qu est le nombre de salariés, plus grande qu est la chance que l entreprise organise des séminaires, conférences et/ou incentives en extérieur. C est la raison pour laquelle nous nous concentrons sur les entreprises comptant 50 salariés ou plus. Pour obtenir des conclusions fiables, nous projetons d effectuer une enquête auprès de entreprises au total établies en Belgique comptant 50 salariés ou plus. En nous basant sur "Trends Top ", année 2007, nous avons calculé que entreprises sont dans ce cas. En d autres termes, parmi ces entreprises, nous en interrogerons plus d un sur trois. Pour donner à notre échantillon une assise solide, nous nous efforcerons d arriver à un nombre minimum d enquêtes par segment sur lequel nous voulons obtenir une conclusion. Ceci concerne en premier lieu la taille des entreprises (exprimée en nombres de salariés). Par ailleurs nous veillerons également à une bonne répartition dans l espace (Flandre, Bruxelles, Wallonie). Et enfin, nous garantissons une bonne répartition par secteur. Pour arriver à des conclusions fiables dans chacune de ces catégories, nous proposons la fragmentation suivante de l échantillon, en fonction de la taille de l entreprise et de la région: Catégorie par nombre de salariés % nombre d entreprises belges Nombre d enquêtes 200 salariés ou plus salariés salariés Total Source: Trends Top , 2007 Lieu d implantation % nombre d entreprises belges Nombre d enquêtes >=50 salariés Flandre Bruxelles Wallonie Total Source: Trends Top , 2007 Nous rapportant à l étude en 2004, nous savons également que près de 30% environ des entreprises de 50 salariés ou plus organisent des séminaires, conférences et/ou incentives en extérieur. En faisant porter notre enquête sur entreprises, nous visons donc à obtenir un échantillon de 450 entreprises actives sur le marché des séminaires, conférences et/ou incentives externes. 9

12 La méthode d enquête que nous avons retenue est celle de l enquête téléphonique auprès des responsables de l organisation/planification des séminaires, conférences et/ou incentives au sein de l entreprise. Afin d interroger autant que possible les décideurs directs en matière de planification de séminaires, conférences et incentives dans l entreprise, nous vérifions pour chaque entreprise si celle-ci dispose d une politique spécifique en matière de "MICE". Si tel est le cas, nous portons notre enquête sur le responsable de celle-ci. Dans le cas contraire, nous posons les questions au responsable de la conférence, du séminaire ou de l incentive le plus récent. Pour les entreprises n ayant pas organisé de séminaires, conférences ni incentives dans l année écoulée, nous limitons le questionnaire aux intentions futures et à quelques variables d identification de l entreprise. En résumé, la méthode de recherche adoptée se présente comme suit: Le marché des séminaires, conférences et incentives: méthode de recherche Demande Intermédiaires Offre Entreprises établies en Belgique Bureaux de congrès Bureaux d incentives Organisateurs Professionnels de Conférences (OPC s) Tour-opérateurs spécialisés dans l organisation de séminaires et conférences Infrastructures de réunions, de conférences et d incentives Infrastructures d hébergement Compagnies de transport Enquête téléphonique auprès de entreprises établies en Belgique 10

13 4. QUESTIONNAIRE La collecte des données pour l Etude sur le Marché Belge des Séminaires et Conférences se fait par une enquête téléphonique effectuée du côté de la demande. Les participants ont en outre la possibilité d incorporer dans l étude des questions exclusives Enquête téléphonique du côté de la demande Le but de l enquête téléphonique est de collecter toute une série de données fondamentales sur le côté de la demande du marché des séminaires, conférences et incentives en Belgique. Le côté de la demande se définit comme regroupant les entreprises établies en Belgique comptant 50 salariés ou plus. On démarre de la question centrale de savoir si l entreprise a organisé des séminaires, conférences et/ou incentives externes au cours de l année écoulée (septembre 2006 à août 2007), le questionnaire varie en fonction de la réponse à cette question. Plus spécifiquement, nous prévoyons quatre grands blocs de questions pour des entreprises ayant organisé des séminaires, conférences et/ou incentives au cours de l année écoulée: 1. Participation et volume du marché L entreprise a-t-elle organisé des séminaires, des conférences et des incentives au cours de l année écoulée? Combien de séminaires, conférences et incentives l entreprise a-t-elle organisé? Ces séminaires, conférences et incentives, duraient-ils un ou plusieurs jours? 2. Caractéristiques de la dernière réunion Afin d obtenir une compréhension aussi concrète et fiable que possible des caractéristiques du marché belge des séminaires, conférences et incentives, nous lions les questions sur les caractéristiques des réunions en extérieur au séminaire, à la conférence ou à l incentive organisé(e) le plus récemment. Si l entreprise organise des séminaires, des conférences et/ou incentives d un et de plusieurs jours, le questionnaire aura trait à l activité de plusieurs jours la plus récente. Si l entreprise n organise que des séminaires, conférences et/ou incentives d un jour, les questions se rapportent à l activité d un jour la plus récente. Le questionnaire porte sur les aspects suivants: genre d activité externe organisée (séminaire/conférence/incentive); durée de la réunion, résidentielle ou non résidentielle; nombre de participants; sujet principal de l activité (vente, lancement d un produit, réunion de management, formation, ); destination: lieu de la réunion (pays et région); genre de l environnement; mode d hébergement et catégorie hôtelière; 11

14 critères principaux dans le choix de la destination (situation géographique, image de la destination, rapport prix-qualité, existence d une infrastructure de conférences, influence des communications lancées par la destination, ) et de l hébergement et collecte d informations (moyennant foires spécifiques, revues professionnelles, Internet, ); moyen de transport; organisation: quel genre d activité a été réservé et comment (directement, intermédiaires), délai entre réservation et séminaire/conférence/ incentive (lead time); personne responsable du choix de la destination; budget. 3. Intentions, attitudes et tendances Ici nous examinons les principales attitudes et tendances dans le marché des séminaires, conférences et incentives: intention d organiser des séminaires, conférences et/ou incentives en extérieur au cours des trois prochaines années; rapport séminaires/conférences/incentives internes opposé à séminaires/conférences/incentives externes; importance du prix comme critère de décision; tendances en matière de durée et de nombre de participants; tendances en matière de méthode de réservation; tendances en matière de budget; glissement de la location des réunions externes vers l étranger; tendances en matière de choix de la destination. 4. Caractéristiques de l entreprise Au niveau des variables d identification des entreprises les données suivantes sont notées: département (production, marketing/vente, finances, ); taille de l'entreprise et du département exprimée en nombres de salariés; secteur; lieu d implantation; langue; fonction de la personne interrogée. Parmi les entreprises qui n ont pas organisé de séminaires ni conférences ni incentives au cours de l année écoulée, le questionnaire se limite aux données suivantes: l intention d organiser des séminaires, conférences et/ou incentives au cours des trois prochaines années; les variables d identification de l entreprise. 12

15 Le schéma ci-dessous rend compte des étapes successives de l enquête téléphonique: 1.1. Participation: des séminaires, conférences, et/ou incentives ont-ils été organisés au cours de l année écoulée (septembre 2006-août 2007)? Oui Non 1.2. Nombre 2. Caractéristiques de la dernière réunion 3.1. Intention pour l avenir? Oui Non 3.2. Attitudes et tendances 4. Variables d identification de l entreprise 13

16 4.2. Evolution En 2004 cette étude a été effectuée pour la première fois. Nous comparons les principales variables de la présente étude par rapport à l année Questions exclusives L est conçue comme un instrument de gestion à l intention de toutes les parties du secteur concernées. C est dans ce cadre que WES offre aux participants la possibilité d incorporer dans l étude un nombre limité de questions exclusives leur permettant d adapter celle-ci à leurs besoins spécifiques. WES vous assiste dans l analyse de votre problème d information et réfléchit avec vous à la rédaction des questions appropriées. En insérant des questions exclusives dans l étude, il devient possible d éclairer des aspects très divers. Voici quelques exemples de questions à étudier: la renommée d une destination, organisation ou produit, en comparaison avec la concurrence; l importance attachée à certaines caractéristiques, activités ou services; l évaluation de ces caractéristiques, activités ou services, en comparaison avec la concurrence; l évaluation de certaines actions, par exemple brochures ou website; le potentiel du marché; Ces questions exclusives peuvent être insérées en n importe quel point du questionnaire. Les réponses sur les questions exclusives sont mises en relation avec les caractéristiques de l entreprise et avec toutes les questions à propos du questionnaire de base. Les tableaux sont toujours accompagnés d un bref commentaire sur les principales constatations. Les résultats d une question exclusive sont rapportés exclusivement au participant qui a fait insérer cette question dans le questionnaire. L insertion de questions exclusives est soumise à l approbation de WES et fait l objet d un financement séparé. 14

17 5. RAPPORT WES établit une distinction entre le rapport standard Etude du Marché Belge des Séminaires et Conférences et les rapports exclusifs. Le but du rapport standard est de mettre à la disposition des participants les informations de gestion (surtout) chiffrées produites par l enquête téléphonique, ce qui leur permettra de construire une stratégie de marketing couronnée de succès, se basant sur ces informations. Les informations sont transmises sous forme de textes et de tableaux. Le rapport comporte également un résumé exécutif. Le rapport exclusif comporte le rapport relatif aux questions exclusives. Les rapports peuvent être fournis en néerlandais et en français. Les résultats du rapport standard font l objet de commentaires circonstanciés au cours d un workshop gratuit en anglais, organisé par WES à l intention de tous les participants à l étude. 15

18 16

19 6. DELAIS L Etude 2007 du Marché Belge des Séminaires et Conférences répondra aux délais suivants: fin mai 2007: date ultime des inscriptions de participation; juin 2007: définition du contenu des questions exclusives en concertation avec les participants; septembre-octobre 2007: réalisation de enquêtes; novembre-décembre 2007: analyse, mise en tableaux et rédaction du rapport standard; début janvier 2008: remise du rapport standard de l Etude du Marché Belge des Séminaires et Conférences; janvier 2008: analyse, mise en tableaux et rédaction du rapport sur les questions exclusives; fin janvier 2008: remise des rapports avec les résultats relatifs aux questions exclusives; fin janvier 2008: workshop pour les participants. Ces délais sont présentés visuellement sur le schéma ci-dessous. Etape de la recherche 5/07 6/07 7/07 8/07 9/07 10/07 11/07 12/07 1/08 Date ultime des inscriptions de participation X Définition du contenu des questions exclusives Réalisation de enquêtes Analyse, tableaux, rapports questions standard Remise du rapport standard de l Etude du Marché Belge des Séminaires et Conférences R Analyse, tableaux, rapports concernant les questions exclusives Remise des résultats concernant les questions exclusives Workshop pour tous les participants R W X = date ultime R = rapport W = workshop 17

20 18

21 7. PRIX Le prix de participation à l est fixé à euros, hors TVA. Cette participation comporte: un exemplaire du rapport standard de l Etude du Marché Belge des Séminaires et Conférences (textes et tableaux, inclusivement le résumé exécutif); le droit d insérer dans l étude des questions exclusives; le droit de participer au workshop. Les participants ont le droit d insérer des questions exclusives dans l étude. Le nombre en est toutefois limité. L acceptation se fait dans l ordre des inscriptions. Le prix des questions exclusives est fonction du type de la question (les montants s entendent hors TVA): question ouverte (a): euros; question fermée (b): euros; évaluation des sujets (c): 400 euros par sujet, avec un minimum de euros par question. Exemple (a): "Quels sont les principaux critères du choix d un intermédiaire?". Un maximum de trois réponses possibles est retenu pour les questions ouvertes. Exemple (b): "Quel a été le moyen de transport utilisé principalement: voiture, train, avion, autre?" Exemple (c): "Etes-vous très, assez, peu ou pas satisfait des aspects suivants des équipements?" Très satisfait Assez satisfait Peu ou pas satisfait Chambres d hôtel Salles de réunion Service Dans le prix de participation, un exemplaire des rapports concernés est toujours compris. Des exemplaires supplémentaires en néerlandais et/ou en français peuvent toujours être commandés au prix de 175 euros par rapport (hors TVA). Les conditions générales de vente de WES peuvent être consultées sur notre website 19

22 20

23 8. CONDITIONS DE PARTICIPATION ET FORMU- LAIRE D INSCRIPTION Les participants à l reconnaissent le droit d auteur de WES. Ils s engagent à n utiliser les résultats de l étude que dans un but uniquement interne et à ne pas les publier ni communiquer à des tiers, que ce soit en totalité ou en partie, et ce durant une période de deux ans, c est-à-dire jusqu à fin WES pour sa part garantit que les résultats de l étude seront communiqués aux participants uniquement, et qu ils ne seront pas publiés dans la même période. Vous pouvez vous inscrire à l en renvoyant au WES le fax-réponse ci-joint, complété et signé. WES se réserve le droit de ne pas effectuer l étude en cas de nombre insuffisant de participants. 21

24 22

25 9. AUTRES INFORMATIONS Pour plus d informations, nous vous prions de vous adresser à Rik De Keyser, administrateur-directeur, ou à Anne Verhaeghe, rechercheur du marché-conseiller. 23

26 24

27

Objectif? Ce que vous obtenez?

Objectif? Ce que vous obtenez? PROPOSITION D ÉTUDE Objectif? Cartographier et suivre le profil et le comportement du voyageur d affaires belge: Taille du marché belge des voyages d affaires (le nombre de voyages, les nuitées, les dépenses)

Plus en détail

Guide pour la préparation d une demande de financement d un projet collectif de formation sur mesure pour les unités

Guide pour la préparation d une demande de financement d un projet collectif de formation sur mesure pour les unités Guide pour la préparation d une demande de financement d un projet collectif de formation sur mesure pour les unités À L INTENTION DES GESTIONNAIRES ET AUTRES RESPONSABLES DE PROJETS DE FORMATION SUR MESURE

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats

Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Etude d image et de satisfaction 2011 Synthèse des résultats Description de l étude Depuis 10 ans, la CCI de Troyes et de l Aube s est résolument engagée dans une démarche de progrès, concrétisée par une

Plus en détail

régionale. politique Garonne

régionale. politique Garonne Enquêtes de fréquentation : le pourquoi du comment Observer, développer, promouvoir La première mission du Comité Régional de Tourisme d Aquitaine (CRTA)) consiste à promouvoir la région en France et à

Plus en détail

3. QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE PLACEMENT?

3. QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE PLACEMENT? Quels sont vos objectifs de placement? 2 3. QUELS SONT VOS OBJECTIFS DE PLACEMENT? Les facteurs à prendre en compte Ils dépendent de votre personnalité, de votre âge, de votre situation de famille et de

Plus en détail

DETAIL DES PRINCIPES RELATIFS AU TRAITEMENT DES DONNEES PERSONNELLES

DETAIL DES PRINCIPES RELATIFS AU TRAITEMENT DES DONNEES PERSONNELLES DETAIL DES PRINCIPES RELATIFS AU TRAITEMENT DES DONNEES PERSONNELLES 1. TRAITEMENT IMPARTIAL ET LEGAL IPSOS s engage à traiter les données personnelles de façon impartiale et légale. Pour se conformer

Plus en détail

Auto-évaluation. Section Sujet traité Page. 10000 Résumé.. 10-2. 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3

Auto-évaluation. Section Sujet traité Page. 10000 Résumé.. 10-2. 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3 Auto-évaluation Chapitre 10 Auto-évaluation Section Sujet traité Page 10000 Résumé.. 10-2 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3 10200 Lettre déclarative de responsabilité.. 10-4 10300 Résolution

Plus en détail

Appel à contributions. Colloque international CRIFPE. en éducation. Enjeux actuels et futurs de la formation et de la profession enseignante

Appel à contributions. Colloque international CRIFPE. en éducation. Enjeux actuels et futurs de la formation et de la profession enseignante CRIFPE 20 ans déjà colloque.crifpe.ca Colloque international 2 et 3 mai 2013, Montréal (Canada) Appel à contributions Enjeux actuels et futurs de la formation et de la profession enseignante Date limite

Plus en détail

Les normes comptables applicables aux PME belges : vers un nouveau cadre européen ou mondial?

Les normes comptables applicables aux PME belges : vers un nouveau cadre européen ou mondial? Les normes comptables applicables aux PME belges : vers un nouveau cadre européen ou mondial? Ce mémoire avait pour objectif de s inscrire dans l actualité qui entourait la modernisation du droit comptable

Plus en détail

LE MASTER IN HOSPITALITY MANAGEMENT

LE MASTER IN HOSPITALITY MANAGEMENT LE MASTER IN HOSPITALITY MANAGEMENT 1 semestre à Avignon : Validation des crédits ECTS Fin de la formation à l University Collège de Birmingham Délivrance du Master par l Université de Birmingham (Angleterre)

Plus en détail

COMITÉ DE PERFECTIONNEMENT

COMITÉ DE PERFECTIONNEMENT COMITÉ DE PERFECTIONNEMENT PROFESSIONNELLES ET PROFESSIONNELS DE RECHERCHE DE L UNIVERSITÉ LAVAL Règles de fonctionnement Le fonds de perfectionnement a pour objectif de favoriser le perfectionnement des

Plus en détail

Enquête sur l accessibilité des droits des personnes en situation de handicap

Enquête sur l accessibilité des droits des personnes en situation de handicap Enquête sur l accessibilité des droits des personnes en situation de handicap Nous avons envoyé nos questionnaires à 697 associations susceptibles de fournir une information ou un accompagnement aux personnes

Plus en détail

Base de données cartographique des services de télécommunication disponible pour la clientèle professionnelle en Wallonie

Base de données cartographique des services de télécommunication disponible pour la clientèle professionnelle en Wallonie Base de données cartographique des services de télécommunication disponible pour la clientèle professionnelle en Wallonie Rappel du projet lancé par l AWT Nature du projet : Le projet consiste à établir

Plus en détail

Les fonctions du marketing R A LLER PL US L OI

Les fonctions du marketing R A LLER PL US L OI 2 du marketing Comment intégrer les missions marketing dans les profils de poste transport logistique? Le marketing d études Le marketing stratégique Le marketing produit Le marketing opérationnel et la

Plus en détail

Réalisez votre audit interne et préparez-vous à l audit externe

Réalisez votre audit interne et préparez-vous à l audit externe ÉTAPE 14I Réalisez votre audit interne et préparez-vous à l audit externe Cette étape remplit une exigence de l article 4.2 de la norme. Exigences de la norme (article 4.2).1 Réalisez votre audit interne

Plus en détail

N 13 LE DOCUMENT UNIQUE

N 13 LE DOCUMENT UNIQUE Fiche Info Prévention & Sécurité N 13 LE DOCUMENT UNIQUE REGLEMENTATION Médecine préventive - Nombreux sont les élus qui ont été contactés par des entreprises privées ou ont entendu parler du «document

Plus en détail

Texte du Fonctionnement de La C.I. Idf. Texte Validé lors des Plénières du 26/11/2014 et 06/12/2014

Texte du Fonctionnement de La C.I. Idf. Texte Validé lors des Plénières du 26/11/2014 et 06/12/2014 Texte du Fonctionnement de La C.I. Idf Texte Validé lors des Plénières du 26/11/2014 et 06/12/2014 Table des matières 1 Fonctionnement Général de la C.I. Idf 1 2 Le fonctionnement des groupes de travail

Plus en détail

«Je voudrais évoluer»

«Je voudrais évoluer» 2 «Je voudrais évoluer» Thème : L entretien d évaluation et de carrière I. Quelques éléments du contexte Comme tous les ans, Younès Boualil s apprête à rencontrer sa supérieure hiérarchique immédiate (N

Plus en détail

REALISER UN DIAGRAMME DE GANTT

REALISER UN DIAGRAMME DE GANTT REALISER UN DIAGRAMME DE GANTT Henry Laurence GANTT (86 99) est un ingénieur américain en mécanique et consultant en management. Il est surtout connu pour avoir mis au point en 90 son célèbre diagramme

Plus en détail

Un outil pour suivre une démarche communautaire

Un outil pour suivre une démarche communautaire Paule Simard avec la collaboration de Ginette Paré et Diane Champagne Un outil pour suivre une démarche communautaire Outil développé dans le cadre de la recherche «Évaluation d initiatives de développement

Plus en détail

Guide d application des principales modifications au Règlement sur la formation continue obligatoire des ingénieurs

Guide d application des principales modifications au Règlement sur la formation continue obligatoire des ingénieurs Guide d application des principales modifications au Règlement sur la formation continue obligatoire des ingénieurs Ces modifications entrent en vigueur le 5 juin 2014 et elles s appliquent à l ensemble

Plus en détail

L Entretien Professionnel. Jean Marc DURIEZ 06.24.55.39.27

L Entretien Professionnel. Jean Marc DURIEZ 06.24.55.39.27 L Entretien Professionnel Jean Marc DURIEZ 06.24.55.39.27 Contexte de la demande L ATELIER pour L Entreprise du Groupe SIADEP Formation est bien au fait de ce sujet d importance pour les entreprises. Notre

Plus en détail

L utilisation et le contenu d un devis d événement

L utilisation et le contenu d un devis d événement Chapitre 4 Annexe B L utilisation et le contenu d un devis d événement Les formules de gestion pour la réalisation ont été discutées à l annexe 4A. Une de ces formules est le lancement, par le promoteur,

Plus en détail

Aide pour les inventeurs

Aide pour les inventeurs Aide pour les inventeurs 01 Protection de vos idées 02 Histoire du brevet 03 Avant la demande de brevet 04 Est-ce une inventivité? 05 Obtention d un brevet 01 Protection de vos idées Si vous avez une idée

Plus en détail

Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500

Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500 LES OUTILS POUR AIDER A LA REDACTION ET L EVALUATION DES PROGRAMMES Canevas de rédaction pour les demandes supérieures à 7.500 Il est recommandé de se limiter au nombre de pages indiqué, et de présenter

Plus en détail

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Surveillance des grandes banques du 21 avril 2004

Circulaire de la Commission fédérale des banques : Surveillance des grandes banques du 21 avril 2004 Circ.-CFB 04/1 Surveillance des grandes banques Page 1 Circulaire de la Commission fédérale des banques : Surveillance des grandes banques du 21 avril 2004 Sommaire 1 Objet de la circulaire 2 Obligations

Plus en détail

C D I. Une cartographie des ressources personnelles et professionnelles

C D I. Une cartographie des ressources personnelles et professionnelles C D I Une cartographie des ressources personnelles et professionnelles Association de gestion paritaire Du congé individuel de formation Du crédit et de la mutualité agricoles 1. Qu est-ce que le bilan

Plus en détail

Commentaires de la Banque Nationale

Commentaires de la Banque Nationale Commentaires de la Banque Nationale Livre blanc de l OCRCVM Modifications apportées aux règles concernant l obligation de mise à niveau des compétences et le versement direct de commissions Le 29 avril

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

ENQUETE CLIENTS RIVALIS

ENQUETE CLIENTS RIVALIS ENQUETE CLIENTS RIVALIS (octobre-décembre 2013) Introduction Rivalis effectue fréquemment des enquêtes auprès de ses clients utilisateurs de la méthode (la précédente a été réalisée en 2008). Cette année,

Plus en détail

Quels outils pour un parrainage efficace? Quel est mon rôle dans le parrainage? Quels sont les projets parrainés?

Quels outils pour un parrainage efficace? Quel est mon rôle dans le parrainage? Quels sont les projets parrainés? by Quels outils pour un parrainage efficace? Quel est mon rôle dans le parrainage? Quels sont les projets parrainés? «Accompagner quelqu un, c est se placer ni devant, ni derrière, ni à la place. C est

Plus en détail

Planification financière. Maîtriser votre avenir financier. www.bcn.ch

Planification financière. Maîtriser votre avenir financier. www.bcn.ch Planification financière Maîtriser votre avenir financier www.bcn.ch Qu est-ce que la planification financière? Une planification financière consiste à dresser le bilan de votre situation globale actuelle

Plus en détail

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE Résumé PREFACE 2 INTRODUCTION 2 1. BUT ET CHAMP D APPLICATION 2 2. REFERENCES DOCUMENTAIRES ET NORMES 3 3. TERMES ET DEFINITIONS 3 4. POLITIQUE POUR UNE CONSOMMATION RAISONNEE (PCC) 3 5. RESPONSABILITE

Plus en détail

BearingNet - Bienvenue

BearingNet - Bienvenue Contenu Introduction... 2 Choisissez une langue... 3 Devenir membre... 3 L activité... 3 Utilitaires... 3 Jours Fériés... 6 Demande d aide... 6 Demande d aide... 6 Recherche... 7 Les dernières nouvelles...

Plus en détail

L adresse de référence

L adresse de référence Version n : 1 Dernière actualisation : 18-12-2006 1) À quoi sert cette fiche? 2) Qu est-ce qu une adresse de référence? 3) Quels sont les avantages d une adresse de référence? 4) Qui peut s inscrire en

Plus en détail

Document de fond Pratiques exemplaires en matière de sondage sur la réglementation

Document de fond Pratiques exemplaires en matière de sondage sur la réglementation Document de fond Pratiques exemplaires en matière de sondage sur la réglementation Groupe de travail sur les normes en matière de sondage Avril 2011 Les opinions exprimées dans le présent document ne doivent

Plus en détail

La créativité comme pratique

La créativité comme pratique 2015 Prospectus à l intention des commanditaires La créativité comme pratique Mobiliser différents modes de pensée 14 et 15 mai 2015 dans le Quartier Latin Montréal, Québec, Canada Organisé par : L Institut

Plus en détail

Les conditions d adhésion pour les membres individuels de l association des courses d obstacles Benelux (OCRA Benelux)

Les conditions d adhésion pour les membres individuels de l association des courses d obstacles Benelux (OCRA Benelux) Les conditions d adhésion pour les membres individuels de l association des courses d obstacles Benelux (OCRA Benelux) Les conditions sont valables, pour chaque personne voulant devenir membre de l association

Plus en détail

GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE

GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE GUIDE DU TUTEUR EN ENTREPRISE Pour les employeurs, à partager avec leurs collaborateurs! Le rôle du tuteur dans l entreprise est primordial. Le tuteur est chargé d accueillir, d aider, d informer et de

Plus en détail

Le concept de marketing

Le concept de marketing Le concept de marketing Le concept de marketing englobe à la fois les techniques d étude des attentes du consommateur, la proposition d une offre répondant à ces attentes et la mise en œuvre de moyens

Plus en détail

Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso. Jorgen Schytte/StillPictures

Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso. Jorgen Schytte/StillPictures Centrale électrique à Bobo-Dioulasso, Burkina-Faso Jorgen Schytte/StillPictures 3 Collecte des données Questions traitées dans ce chapitre Quels outils utiliser pour recueillir des données sur l économie

Plus en détail

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique

Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique 1 Leçon n 1 : définition et champ d application de la comptabilité analytique PLAN DE LA LEÇON : 1. DEFINITIONS ET DOMAINE...1 1.1. Qu est-ce que la comptabilité analytique?... 1 1.2. Domaine de la comptabilité

Plus en détail

ANNEXE 6. Veuillez demander la version word au Ministère NOM DU SECTEUR DE FORMATION NOM DU PROGRAMME PROJET DE FORMATION DATE - ANNÉE

ANNEXE 6. Veuillez demander la version word au Ministère NOM DU SECTEUR DE FORMATION NOM DU PROGRAMME PROJET DE FORMATION DATE - ANNÉE ANNEXE 6 Veuillez demander la version word au Ministère NOM DU SECTEUR DE FORMATION NOM DU PROGRAMME PROJET DE FORMATION DATE - ANNÉE ÉQUIPE DE PRODUCTION Responsabilité et coordination Nom Titre Organisation

Plus en détail

51 Idées pour créer son autoentreprise

51 Idées pour créer son autoentreprise Écrit et réalisé par Mikhaël Vicarini 51 Idées pour créer son autoentreprise Première impression : Janvier 2011 Dernière édition le : 5 avril 2011 Ce même livre a été créé pour le format ebook et livre

Plus en détail

TECHNIQUES D ENQUETE

TECHNIQUES D ENQUETE TECHNIQUES D ENQUETE Le Système d Information Marketing L étude de marché Les différentes sources d informations Méthodologie d enquête BENSGHIR AFAF ESTO 1 Plan d'apprentissage du cours " Méthodologie

Plus en détail

Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020. De la version 2005 à la version 2012

Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020. De la version 2005 à la version 2012 Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020 De la version 2005 à la version 2012 Plan de la présentation L intervention sera structurée suivant les 8 chapitres de la norme. Publiée le 1 er mars 2012, homologuée

Plus en détail

Conseils pour l élaboration du Document Unique d Evaluation des Risques

Conseils pour l élaboration du Document Unique d Evaluation des Risques Partie 2 SOMMAIRE v Les objectifs du Document Unique v Quelques Recommandations v L évaluation Professionnels Une démarche Méthodologique 25-06- 2015 Isabelle Weissberger Président de BW Consultants Précédemment

Plus en détail

Profil des clients de Bed & Brussels Enquête téléphonique par Mageco sa

Profil des clients de Bed & Brussels Enquête téléphonique par Mageco sa Profil des clients de Bed & Brussels Enquête téléphonique par Mageco sa 20 décembre 2009 au 15 janvier 2010 1 Plan I. Habitudes de déplacement en City Trip 4 A. En général B. Séjour dans une chambre d

Plus en détail

PREMIERE ETAPE : CREATION DE COMPTE

PREMIERE ETAPE : CREATION DE COMPTE QUESTIONNAIRE D INSCRIPTION AU PROGRAMME ECO-ECOLE AVRIL / MAI 2013 PREMIERE ETAPE : CREATION DE COMPTE 1/ IDENTIFICATION DE L ETABLISSEMENT SCOLAIRE 1.1 -Votre établissement scolaire est : Une école élémentaire

Plus en détail

L infirmière Clinicienne

L infirmière Clinicienne DIRECTIVES AUX AUTEURS L Infirmière clinicienne est une revue scientifique en ligne. Elle diffuse principalement les travaux des infirmières, qu elles soient étudiantes, cliniciennes ou professeures. L

Plus en détail

PG-10 DÉPENSES DU CONSEIL, DES COMITÉS ET D AUTRES BÉNÉVOLES

PG-10 DÉPENSES DU CONSEIL, DES COMITÉS ET D AUTRES BÉNÉVOLES PG-10 DÉPENSES DU CONSEIL, DES COMITÉS ET D AUTRES BÉNÉVOLES Type de politique : Processus de gouvernance Les membres du conseil et des comités, ainsi que d autres bénévoles, sont autorisés à engager des

Plus en détail

Projet : Ecole Compétences Entreprise ECONOMIE

Projet : Ecole Compétences Entreprise ECONOMIE Projet : Ecole Compétences Entreprise SECTEUR : 7 ECONOMIE ORIENTATION D' ETUDES : AGENT/AGENTE EN ACCUEIL ET TOURISME FORMATION EN COURS DE CARRIERE Avec l'aide du Fonds Social Européen Outils pédagogiques

Plus en détail

La déclaration des emballages de service

La déclaration des emballages de service La déclaration des emballages de service Cette fiche d information est un complément à la brochure Pourquoi adhérer à Fost Plus? et contient des informations spécifiques à propos des emballages de service.

Plus en détail

Information Economique

Information Economique Information Economique L ACTIVITE DE L HOTELLERIE en AVEYRON Analyse de données, saisons 211 et 212 L Observatoire mensuel d activité ACTISCOPE TOURISME est un outil qui a pour but de permettre aux différents

Plus en détail

La généralisation de la couverture santé collective vue par les dirigeants

La généralisation de la couverture santé collective vue par les dirigeants La généralisation de la couverture santé collective vue par les dirigeants Septembre 2015 Contact : Frédéric Micheau Directeur de département opinion 01 78 94 90 00 fmicheau@opinion-way.com 15 place de

Plus en détail

La Première du Canada et la Compagnie Legacy offrent à tous leurs clients et aux consommateurs un accès égal à leurs produits et services.

La Première du Canada et la Compagnie Legacy offrent à tous leurs clients et aux consommateurs un accès égal à leurs produits et services. Politique de la Compagnie d assurance-vie Première du Canada («Première du Canada») et de la Compagnie d assurances générales Legacy («Compagnie Legacy») en matière de service à la clientèle : Offrir des

Plus en détail

PAR OU COMMENCER : L ETUDE DE MARCHE

PAR OU COMMENCER : L ETUDE DE MARCHE PAR OU COMMENCER : L ETUDE DE MARCHE L étude de marché est nécessaire pour : - connaître et comprendre le marché dans lequel vous vous situez, - évaluez votre chiffre d affaire potentiel, - élaborer votre

Plus en détail

Certificat de compétences Projet CAPE

Certificat de compétences Projet CAPE Certificat de compétences Projet CAPE Introduction L objectif principal du projet CAPE est de «contribuer à la mise en place de critères et de compétences de référence dans le cadre de la Certification

Plus en détail

Fiche pratique : La fiscalité des associations. 1 Approche globale

Fiche pratique : La fiscalité des associations. 1 Approche globale Fiche pratique : La fiscalité des associations A retenir : l association loi 1901 est par nature non lucrative. Cependant, dans la mesure où beaucoup d associations développent des activités économiques,

Plus en détail

Amélioration de l inspection dans une entreprise

Amélioration de l inspection dans une entreprise Département de génie mécanique Certificat en gestion et assurance de la qualité QUA151 GESTION ET TECHNIQUES D INSPECTION Projet de session Été 2013 Amélioration de l inspection dans une entreprise 1-

Plus en détail

Esarc - Pôle formations à distance

Esarc - Pôle formations à distance MASTER EUROPEEN EN MANAGEMENT DES RESSOURCES HUMAINES - BAC+5 - MRH Le Master Européen est un diplôme Bac+5, délivré par la FEDE (Fédération Européenne des Écoles). La FEDE est une association à but non

Plus en détail

Responsable grands comptes / comptes clés

Responsable grands comptes / comptes clés Responsable grands comptes / comptes clés DEFINITION DE FONCTION ET ETUDE DE REMUNERATIONS Le responsable grands comptes assure le suivi commercial des comptes clients ayant une importance stratégique

Plus en détail

MODE D EMPLOI. Classement Socialumni des Associations des Grandes Écoles PRÉSENTATION DÉROULEMENT PARTICIPATION

MODE D EMPLOI. Classement Socialumni des Associations des Grandes Écoles PRÉSENTATION DÉROULEMENT PARTICIPATION MODE D EMPLOI Classement Socialumni des Associations des Grandes Écoles PRÉSENTATION DÉROULEMENT PARTICIPATION 1 PRÉSENTATION Il est désormais impossible d'ignorer l'importance des réseaux de diplômés

Plus en détail

Les instruments juridiques de la Banque centrale européenne

Les instruments juridiques de la Banque centrale européenne Les instruments juridiques de la Banque centrale européenne Légende: Examen des différents instruments juridiques dont dispose la Banque centrale européenne. Source: Bulletin mensuel de la BCE. dir. de

Plus en détail

Circulaire du 4 septembre 2009

Circulaire du 4 septembre 2009 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat NOR : BCFF0920191C Circulaire du 4 septembre 2009 relative à l organisation, aux attributions

Plus en détail

RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET DE LA DÉCENTRALISATION / ÉLÉMENTS DE MÉTHODE POUR LA PLANIFICATION LOCALE SOMMAIRE

RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET DE LA DÉCENTRALISATION / ÉLÉMENTS DE MÉTHODE POUR LA PLANIFICATION LOCALE SOMMAIRE RENFORCEMENT DES CAPACITÉS DES ACTEURS DU DÉVELOPPEMENT LOCAL ET DE LA DÉCENTRALISATION / ÉLÉMENTS DE MÉTHODE POUR LA PLANIFICATION LOCALE SOMMAIRE 139 139 DÉFINITIONS 139 Le suivi 140 L évaluation 143

Plus en détail

ANALYSE DES RISQUES ET MANAGENEMENT DES RISQUES

ANALYSE DES RISQUES ET MANAGENEMENT DES RISQUES ANALYSE DES RISQUES ET MANAGENEMENT DES RISQUES Introduction : Le management des risques est un processus qui permet au Business Manager d équilibrer les coûts économiques et opérationnels et faire du

Plus en détail

Top 10 des fonctionnalités sur une page produit

Top 10 des fonctionnalités sur une page produit Top 10 des fonctionnalités sur une page produit une étude Sur un site e-commerce, c est notamment sur une fiche produit que se décide l acte d achat. Cette page importante va souvent permettre de convertir

Plus en détail

ECONOMIE TECHNICIEN/NE COMMERCIAL/E

ECONOMIE TECHNICIEN/NE COMMERCIAL/E Projet : Ecole Compétences Entreprise SECTEUR 7 ECONOMIE ORIENTATION D' ETUDES : TECHNICIEN/NE COMMERCIAL/E Formation en cours de Carrière Avec l aide du Fonds Social Européen Outils pédagogiques construits

Plus en détail

Quelques astuces pour explorer les sources d idées nouvelles

Quelques astuces pour explorer les sources d idées nouvelles Quelques astuces pour explorer les sources d idées nouvelles Centre Européen d Entreprise et d Innovation Héraclès Avenue Général Michel, 1 E B-6000 Charleroi Tél. : +32 71 27 03 11 fax. : +32 71 31 67

Plus en détail

Documentation et Contrat de mise à disposition d un CD de photos en basse définition pour la création de maquettes graphiques

Documentation et Contrat de mise à disposition d un CD de photos en basse définition pour la création de maquettes graphiques Documentation et Contrat de mise à disposition d un CD de photos en basse définition pour la création de maquettes graphiques Le principe : L'agence Photeam met à disposition des infographistes ou des

Plus en détail

«Pratique de la GPEC dans les entreprises»

«Pratique de la GPEC dans les entreprises» «Pratique de la GPEC dans les entreprises» Etat des lieux Etude réalisée par En partenariat avec Avril 2009 www.cerclerh.com Sommaire 1- Introduction 2- Méthodologie 3- Signalétique 4- Pratiques de la

Plus en détail

À l attention des parents (Le conseil étudiant travaillera à produire un questionnaire pour les élèves de l école.)

À l attention des parents (Le conseil étudiant travaillera à produire un questionnaire pour les élèves de l école.) À l attention des parents (Le conseil étudiant travaillera à produire un questionnaire pour les élèves de l école.) REMETTRE CE DOCUMENT AU SECRÉTARIAT DE L ÉCOLE OU NOUS LE FAIRE PARVENIR PAR COURRIEL

Plus en détail

JOINT CTF-SCF/TFC.15/4 26 octobre 2015. Réunion conjointe des Comités du CTF et du SCF Washington (États-Unis) Lundi 9 novembre 2015

JOINT CTF-SCF/TFC.15/4 26 octobre 2015. Réunion conjointe des Comités du CTF et du SCF Washington (États-Unis) Lundi 9 novembre 2015 Réunion conjointe des Comités du CTF et du SCF Washington (États-Unis) Lundi 9 novembre 2015 JOINT CTF-SCF/TFC.15/4 26 octobre 2015 Point 4 de l ordre du jour PROPOSITION CONCERNANT L AVENIR DU FORUM DE

Plus en détail

Constituez un portefeuille rentable d assurances professionnelles grâce à Trigone

Constituez un portefeuille rentable d assurances professionnelles grâce à Trigone Constituez un portefeuille rentable d assurances professionnelles grâce à Trigone Soyez plus fort. A l aise avec les assurances professionnelles Assurer des entrepreneurs demande une approche spécifique.

Plus en détail

Le Label. «Nouvelle-Calédonie au cœur de l évènement» pour les évènements à caractère touristique

Le Label. «Nouvelle-Calédonie au cœur de l évènement» pour les évènements à caractère touristique Le Label «Nouvelle-Calédonie au cœur de l évènement» pour les évènements à caractère touristique Le Label «Nouvelle-Calédonie au cœur de l évènement» Pour faciliter, encourager et soutenir l organisation

Plus en détail

Foire aux questions site e-commerce de l AFCEN

Foire aux questions site e-commerce de l AFCEN Foire aux questions site e-commerce de l AFCEN QUESTIONS GENERALES Comment créer mon compte? Comment obtenir un devis ou passer une commande? Que faire après avoir réalisé une demande de devis sur le site?

Plus en détail

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen?

Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Pourquoi l ACEP a-t-elle renouvelé le bail du 100, rue Queen? Un comité sur les locaux à bureaux composé de plusieurs membres du Conseil exécutif national a été mis sur pied. Des représentants de la gestion

Plus en détail

Positionnement global comme base pour le marketing

Positionnement global comme base pour le marketing Positionnement global comme base pour le marketing Check-list pour homes médicalisés Extrait de la publication «Communication interne et externe dans l entreprise home» par Markus Leser (2004) Publication

Plus en détail

Un outil développé par

Un outil développé par Un outil développé par 1 SOMMAIRE Calendrier de campagne... 3 Identification... 4 Paramétrage... 5 Page d accueil... 5 Tableau de bord de la campagne... 6 Ciblage des clients... 7 Choix du format... 13

Plus en détail

L ORGANISATION DES VALEURS MOBILIÈRES AU SEIN DES AGENCES BANCAIRES

L ORGANISATION DES VALEURS MOBILIÈRES AU SEIN DES AGENCES BANCAIRES L ORGANISATION DES VALEURS MOBILIÈRES AU SEIN DES AGENCES BANCAIRES Conférence présentée dans le cadre du Séminaire sur les titres d emprunt Projet de renforcement de la COSOB (PRCOSOB) Agence canadienne

Plus en détail

Le début de ce(s) traitement(s) consiste à developper un plan de traitement avec des objectifs de traitement clairement définis.

Le début de ce(s) traitement(s) consiste à developper un plan de traitement avec des objectifs de traitement clairement définis. Article 7 : spécifications de la participation au projet pilote 1. Objectifs Une équipe mobile sera créée. Cette équipe sera créée par une collaboration entre une ou plusieurs initiatives de coordination

Plus en détail

CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC

CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES LE CONTRÔLE DE QUALITE DES AGC Guide du contrôlé version 2015 PRESENTATION DES OBJECTIFS ET DES MODALITES DU CONTROLE DE QUALITE Notre profession s est

Plus en détail

Dispositions d exécution: Unités de formation

Dispositions d exécution: Unités de formation Dispositions d exécution: Unités de formation Bases Dispositions générales d exécution pour l examen de fin d apprentissage. Art. 3, al. 6, du règlement d'apprentissage et d'examen de fin d'apprentissage

Plus en détail

Informations complémentaires sur l ordonnancement

Informations complémentaires sur l ordonnancement Chapitre 5 Annexe D1 Informations complémentaires sur l ordonnancement Cette annexe présente les informations complémentaires utiles pour réaliser l ordonnancement d un événement. Ordonnancement Aspect

Plus en détail

Informations sur les objectifs et l organisation de la validation des acquis de l expérience à Télécom Bretagne

Informations sur les objectifs et l organisation de la validation des acquis de l expérience à Télécom Bretagne Informations sur les objectifs et l organisation de la validation des acquis de l expérience à Télécom Bretagne Qu est-ce que la VAE? De quoi s agit-il? La Validation des Acquis de l Expérience (VAE) est

Plus en détail

Fiche entreprise : E4

Fiche entreprise : E4 Fiche entreprise : E4 FONCTION ET CARACTÉRISTIQUES / PERSONNE INTERVIEWÉE La personne interviewée est la seule qui soit rattachée aux ressources humaines dans l entreprise et, à ce titre, elle s occupe

Plus en détail

Cahier des charges de l appel à contributions. L évolution de la politique Déchets de la Cub

Cahier des charges de l appel à contributions. L évolution de la politique Déchets de la Cub Politique Déchets de la CUB Cahier des charges de l appel à contributions - Vous êtes une association, un collectif ou un organisme partenaire des politiques communautaires; - Vous êtes intéressé par la

Plus en détail

Le management des projets informatiques : quelle est la pratique des chefs de projets?

Le management des projets informatiques : quelle est la pratique des chefs de projets? Le management des projets informatiques : quelle est la pratique des chefs de projets? La commission informatique de l'afitep (ASSOCIATION FRANCOPHONE DE MANAGEMENT DE PROJET) étudie les pratiques mises

Plus en détail

Bulletin de pratique professionnelle n o 3

Bulletin de pratique professionnelle n o 3 Bulletin de pratique professionnelle n o 3 INDICATIONS SUR LES DIVERS TYPES DE RAPPORT D ÉVALUATION 1. Les Normes d exercice 110 et 120 s appliquent à tout rapport d évaluation par lequel est transmise

Plus en détail

Pacte de solidarité entre générations Exécution Doc n 3 Arrêté royal du 9 mars 2006 Outplacement et sanctions

Pacte de solidarité entre générations Exécution Doc n 3 Arrêté royal du 9 mars 2006 Outplacement et sanctions Pacte de solidarité entre générations Exécution Doc n 3 Arrêté royal du 9 mars 2006 Outplacement et sanctions 1. L outplacement de quoi s agit-il? «L outplacement», aussi appelé reclassement professionnel,

Plus en détail

LABEL SPORT ET DEVELOPPEMENT DURABLE

LABEL SPORT ET DEVELOPPEMENT DURABLE LABEL SPORT ET DEVELOPPEMENT DURABLE Guide pratique de demande de label Date : 1 PRESENTATION DU GUIDE PRATIQUE Téléchargeable sur : www.franceolympique.com A- Règlement du Label «Développement durable,

Plus en détail

Contrat de concession exclusive de vente

Contrat de concession exclusive de vente infos@droitbelge.net Contrat de concession exclusive de vente Auteur: Me Frédéric Dechamps, avocat (Bruxelles) E-mail: fd@lex4u.com Tel: + 32 2 340 97 04 Web: www.lex4u.com AVERTISSEMENT Le contrat proposé

Plus en détail

Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel

Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel Accompagnement au Projet Personnel et Professionnel Démarche de valorisation du stage dans l élaboration du projet de l étudiant Définition : C est une démarche complémentaire du suivi de stage existant

Plus en détail

Méthodologie du mémoire

Méthodologie du mémoire Méthodologiedumémoire UFRCultureetcommunication LicenceInformationetcommunication Lesenjeuxdumémoire Un enjeu pédagogique: la préprofessionnalisation suppose de la part de l étudiant des facultésd adaptationenmilieuprofessionnel,etuncertainreculquidoitluipermettre,audelà

Plus en détail

COMMENT FAIRE UN PLAN DE COMMUNICATION. Présentation : Chrystel Skowron Responsable communication à Côte-d Or Tourisme

COMMENT FAIRE UN PLAN DE COMMUNICATION. Présentation : Chrystel Skowron Responsable communication à Côte-d Or Tourisme COMMENT FAIRE UN PLAN DE COMMUNICATION Présentation : Chrystel Skowron Responsable communication à Côte-d Or Tourisme Introduction Définition Globalement un plan de communication, c est : «Un outil qui

Plus en détail

Appui à la mise en place (ou à l amélioration) d un dispositif interne de suivi évaluation

Appui à la mise en place (ou à l amélioration) d un dispositif interne de suivi évaluation Appui à la mise en place (ou à l amélioration) d un dispositif interne de suivi évaluation Finalité : Place dans le cycle du projet : Favoriser le pilotage de projets au cours de leur mise en œuvre. 1

Plus en détail

Personal Financial Services Fonds de placement

Personal Financial Services Fonds de placement Personal Financial Services Fonds de placement Un investissement dans des fonds de placement, c est la promesse de rendements attractifs pour un risque contrôlé. Informez-vous ici sur le fonctionnement

Plus en détail

Guide d utilisation de l outil d audit de sécurité. AUDITSec. Version 3.0

Guide d utilisation de l outil d audit de sécurité. AUDITSec. Version 3.0 Guide d utilisation de l outil d audit de sécurité AUDITSec Version 3.0 Mai 2011 Historique du document Version Date Auteur Description 1.0 6 novembre 2010 Éric Clairvoyant http://ca.linkedin.com/pub/ericclairvoyant/7/ba/227

Plus en détail