Lutin Laboratoire des Usages en Technologies

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Lutin Laboratoire des Usages en Technologies"

Transcription

1 Lutin Laboratoire des Usages en Technologies d Information Numérique (à la Cité des Sciences) Offres à destination des entreprises (club d entreprises) Le principe de la plate-forme RNRT Le laboratoire des usages en technologies d information numériques (LUTIN) est une plate-forme RNRT (Réseau National de Recherches en Télécommunications), agréée en 2002 et qui doit ouvrir ses portes en Le consortium des fondateurs de cette plate-forme regroupe des chercheurs universitaires, des entreprises et la Cité des Sciences et de l Industrie de la Villette où se trouve implanté le laboratoire des usages. Par principe, cette plate-forme est ouverte aux entreprises pour exploiter les infrastructures et les compétences présentes afin de valider les développements qu ils envisagent sur le plan de leurs usages, de leur ergonomie et de leur acceptabilité. Le public participant aux tests La Cité des Sciences accueille trois millions de visiteurs par an : le public est diversifié mais comporte un grand nombre de scolaires, de retraités, de familles, pour les visites ainsi que des habitués de tous profils pour les espaces tels la Cyberbase ou la médiathèque. Son état d esprit de curiosité permettra d intégrer aisément la participation à des tests à l expérience que constitue sa visite. Les participants aux tests sont tous indemnisés. Le recrutement est fait par le personnel de Lutin soit par contact préalable (ex : groupes), soit à la volée dans les couloirs de la Cité. Lutin est aisément accessible auprès des restaurants et à l entrée des parkings, au pied des ascenseurs au niveau 2. Les conditions de respect du droit à l image seront garantis par un accord explicite demandé aux participants et par des techniques de floutage pour les personnes situées dans l environnement. Les entreprises partenaires s engagent à respecter ces mêmes critères et à ne pas avoir communication des coordonnées des participants. Lutin peut étendre son recrutement si nécessaire à des publics plus ciblés, soit pour les faire venir à la Cité des Sciences, soit en se déplaçant à domicile ou sur d autres lieux, à l aide de l équipement mobile «lab-in-a-box». Un «club usagers» sera mis en place parallèlement au club entreprises de façon à associer des partenaires représentants des utilisateurs issus de divers milieux (associations de consommateurs, enseignants, groupes citoyens, etc.). Lutin se doit aussi d innover dans les formes de partenariat avec le public, au-delà de l image des cobayes que peut laisser parfois la pratique des tests. Les entreprises auront ainsi l occasion de mettre en débat auprès de représentants constitués d utilisateurs potentiels, leurs offres de produits et de services. 1

2 Applications, services et produits concernés Lutin est centré sur les technologies d information numériques. La combinaison du numérique avec tout autre support ou vecteur paraît indispensable dans toute application mais nous veillons à ne pas traiter de supports non numériques. Les technologies d accès à la connaissance et les applications, services, interfaces liés à la mobilité sont nos deux thèmes prioritaires. Le lien entre les questions ergonomiques de manipulation, celles plus sémiotiques d interprétation des contenus et les conditions d appropriation dans des contextes d usages sont au cœur de la démarche : les contenus (Web, télé numérique, etc.) sont donc aussi traités dans Lutin. Les objets communicants sont plutôt traités sur la plate-forme RNRT Coucou de Grenoble, les applications collectives et professionnelles sont plutôt traités au laboratoire des usages de Sophia Antipolis, les innovations liées au handicap sont plutôt explorées au laboratoire des usages de Toulouse. Ces différentes platesformes se coordonnent entre elles dans le cadre du réseau Thématique Pluridisciplinaire 32 du CNRS STIC (acceptabilité, ergonomie et usages des TIC). Services offerts La plate-forme LUTIN propose aux entreprises de mettre leur produit à l épreuve, à tout moment de son développement, grâce à des méthodes de tests, effectués par des spécialistes de différentes sciences humaines à l aide d équipement perfectionné de suivi des comportements des utilisateurs. Le public est sélectionné très rapidement selon des critères prédéfinis dans le flot des visiteurs présents chaque jour à la Cité ou recruté de façon spécifique. Plusieurs scénarios sont possibles : 1/ Positionnement d un projet complet avec partenariat avec une entreprise. A chaque phase du projet, l intervention des chercheurs spécialistes des domaines concernés est proposée. Ce travail peut comporter des aspects d observation en amont, de brainstorming sur des concepts-produits/ services innovants, de reprise de produits qui n obtiennent pas le succès escompté (projet de Lutin.com : Clinique des Objets Malades) et déboucher sur des opérations de tests plus classiques. 2/ Etudes multiclients sur des observations et analyses d usages (en amont du développement). Ces études peuvent être plus proches de la recherche. On constate en effet que la plupart des problèmes soulevés dans les observations dans le cadre de tests opérationnels ne peuvent être analysés de façon approfondie car il s agit toujours de comportements qui peuvent être expliqués par de multiples critères croisés à la fois. C est pourquoi il est nécessaire de se donner le temps d étudier certains de ces facteurs de comportements, ou certaines tendances plus lourdes indépendamment d un produit donné. 3/Validation de concept avec ou sans prototypage. Au tout début du projet, l entreprise souhaite valider l acceptabilité de son concept, voire tester l intérêt et les contraintes propres à certaines fonctionnalités envisagées. Elle peut créer un prototype rapide (ou le demander à l équipe de Lutin) ou se contenter de valider un concept sur la base de scénarios par exemple. Avec un prototype, des tests avec protocole sont déjà possibles, en fixe ou en mobile, avec suivi vidéo et codage de tous les événements pour analyse. Sans prototype, un ou plusieurs focus group sont organisés dans les locaux, filmés et analysés. Dans les deux cas, l analyse et les recommandations portent aussi bien sur les contenus, les services que sur les interfaces. 2

3 4/ Tests ergonomiques de prototypes (réalisés par l entreprise, installés sur nos plate-forme matérielles ou sur celles apportés spécialement par le demandeur). Les protocoles de tests peuvent, selon les cas, être très expérimentaux, avec contrôle précis de certaines variables dans des scénarios très contraints, ou au contraire plus naturels, dans des situations réalistes, avec indicateurs précis mais moins directement comparables. Toute la gamme des protocoles (depuis les potentiels évoqués imagerie cérébrale des zones activées selon les activités, l eye-tracking, jusqu au scénarios ouverts) sont offerts et c est leur combinaison raisonnée qui fait souvent la différence. Les scénarios peuvent être fixe (dans une pièce) ou mobile (réseau Wi-Fi au sein de la Cité), individuel, en couple séparé (5 salles disponibles simultanément) ou en groupe. Là encore, les analyses et recommandations portent à la fois sur les contenus, les services et les interfaces. Tous les protocoles permettent de récupérer à la fois des données quantitatives sur les actions des utilisateurs, les fréquences d utilisation (récupération de tous les logs par exemple) et qualitatives sur les écrans comme sur les utilisateurs (montage vidéo en direct des différents composants de l action et indexation à la volée grâce à deux systèmes «The Observer Pro» complets). Les verbalisations des utilisateurs sont récupérées en cours d action ainsi que les autoconfrontations et les questionnaires fermés, et sont analysés. 3/ Tests de fonctionnalités et de modes alternatifs de réalisation de ces fonctions. Ces tests ont un caractère plus analytique et ne s intéressent pas au produit dans son ensemble mais seulement à une fonction donnée. Un protocole spécifique est créé pour valider les choix et comparer des solutions pour une fonction donnée. L exploitation des données est du même ordre que la précédente mais le contexte n est plus complet et permet de mieux isoler certains facteurs précis. NB : selon les demandes, il est aussi possible d observer des situations totalement naturelles, en entreprises ou à domicile, grâce à notre équipement «lab-in-a-box» qui permet de disposer de toutes les fonctions du laboratoire des usages hors les murs. Equipement plate-forme fixe Le laboratoire des usages Lutin dispose à son ouverture de trois ensembles d équipement et de protocoles : plate-forme fixe, plate-forme mobile, dispositif d observation portable. Composants de la plate-forme fixe! Une régie comportant 5 postes de travail, 5 stations vidéo performantes, avec logiciels d indexation, d annotation en cours de test et de montage (2 ensembles complets The Observer Pro, de Noldus, ce qui permet le déroulement de deux tests en simultané). La régie est équipée de glaces sans tain pour suivre en direct les activités dans les 5 salles de tests.! Deux salles de tests expérimentaux comportant un équipement d imagerie cérébrale pour l étude des potentiels évoqués et deux oculomètres (eyetracking), reliés entre eux.! Une grande salle de tests dits naturels permettant de mettre en scène des scénarios d activité (avec mobilier adaptable aux scénarios) à plusieurs si nécessaire, sur des terminaux de type PC, PDA, téléphones, téléviseurs, disponibles dans le laboratoire.! Deux salles de tests individuels pouvant être combinées aux salles précédentes dans certains scénarios 3

4 ! Equipement vidéo et son : 16 caméras analogiques mobiles pour toutes les salles, Modules de capture d écran sur le réseau, outils de montage des vues simultanées et de numérisation, 16 micros de haute qualité, outil de mixage du son, disques de sauvegarde à haute capacité.! Une salle de visonnage permet au personnel, aux chercheurs et aux entreprises de visionner les documents produits en dehors des salles de tests elles-mêmes. Plate-forme mobile Composants de la plate-forme mobile! Un réseau WiFi permettant de diffuser des applications innovantes proposées par les entreprises, pour des scénarios se déroulant dans le grand hall de la Cité des Sciences et dans les espaces d exposition principaux.! Dispositifs d observation vidéo embarqués, lunettes, mini-caméras, portées par les utilisateurs ou fixées sur le terminal.! Matériel de suivi vidéo par des observateurs! Caméra pilotable à distance centrée sur la zone d accueil. Les données ainsi recueillies peuvent être traitées et analysées dans la régie. Equipement d observation portable Un «lab-in-a-box» (Norm Wilcox Associates) est disponible pour des observations hors site, à domicile ou dans d autres espaces, lorsque le public et les activités à observer le nécessitent. Le traitement et l annotation peuvent y être fait en direct (Logiciel The Observant). Développements La plate-forme ne développe pas de prototypes mais peut réaliser l installation logicielle de certaines applications sur ses propres machines ou terminaux. PC, PDA et téléphones portables font partie des équipements présents en permanence au laboratoire pour les tests. Les chercheurs de Lutin produiront cependant des méthodes originales ou combinées à partir de méthodes existantes et viseront à leur donner une implémentation informatique, sur des bases ouvertes à la communauté et aux entreprises. Personnel de plusieurs disciplines Le laboratoire des usages est animé par une équipe de chercheurs universitaires, associés au CNRS, dans les disciplines suivantes : ergonomie, psychologie cognitive, anthropologie, sociologie, sémiotique, informatique, intelligence artificielle, interfaces homme-machine, communication. Pour chacune des disciplines, un laboratoire est considéré comme spécialiste mais c est la collaboration entre disciplines qui fait la valeur ajoutée de la plate-forme Lutin. Pour tout projet, plusieurs disciplines peuvent être mobilisées selon des proportions différentes. 4

5 Liste des disciplines et des laboratoires concernés Ergonomie : Paris VIII, IRIT, UTC, IRCAM Psychologie et sciences cognitives : Paris VIII, LCP-CNRS, UTC, LIP6 Anthropologie : UTC Sociologie : UTC, LCP-CNRS, Paris VIII Sémiotique : UTC, LCP-CNRS Interfaces homme-machine : IRIT, LIP6, Paris VIII, UTC, IRCAM Informatique, intelligence artificielle : LIP6, Paris VIII, IRCAM Communication : LCP, UTC Le personnel permanent est composé de 3 personnes formées dans plusieurs de ces diverses disciplines, d un technicien et d un secrétariat. Il est dirigé par Dominique Boullier, coordonnateur de la plate-forme et directeur de l unité mixte de services 2701 du CNRS. Garanties Les résultats de chacun des tests effectués sont propriété unique du demandeur. Des clauses de confidentialité et des dispositifs techniques adaptés sont mis en place d un commun accord pour chaque opération. La prestation du laboratoire ne peut cependant s améliorer que si les expériences de méthodes mises en œuvre sont capitalisées. Seuls ces résultats, dans le respect des clauses de confidentialité sont transférables et réexploitables. La plate-forme RNRT LUTIN est en phase expérimentale et ne fournit aucune garantie de service. Elle peut ainsi être soumise à des aléas techniques qui entraîneraient seulement le non-paiement de la prestation par le commanditaire sans autre recours. La responsabilité des opérations durant la phase de tests est déléguée par les entreprises au personnel de LUTIN, qui se réserve le droit d interrompre ou de modifier les protocoles dans des situations critiques. Les personnels des entreprises extérieures au consortium sont accueillis selon leur demande au sein du laboratoire et peuvent observer les tests, sous réserve du respect du règlement intérieur et des consignes données par le personnel de LUTIN. Tarifs La plate-forme est financée pour ses investissements par le RNRT et la Région Ile de France, pour son activité académique en partie par le CNRS, pour son fonctionnement par le RNRT en partie pour certains personnels. Pour les autres activités et notamment cette offre de services pour les entreprises, Lutin doit assurer l autofinancement de ses consommables, de ses vacataires, des frais de fonctionnement générés par les prestations, des indemnisations du public. Les tarifs d utilisation de la plate-forme sont négociés au cas par cas selon la durée, les équipements et le personnel mobilisé, le nombre d utilisateurs testés, le type de fournitures demandées (degré d élaboration des résultats). 5

6 Le tarif indicatif d utilisation ci-dessous permet aux entreprises intéressées d anticiper sur la faisabilité de leur demande.! Utilisation de la plate-forme pendant une journée : une salle, un technicien, deux utilisateurs (deux tests de deux heures avec indemnisation), un ergonome, sans élaboration des protocoles, sur machine fournie ou avec installation rapide sur nos machines, restitution des résultats bruts sous forme de rapport synthétique et de montage vidéo sommaire (ensemble de la prestation réalisée dans la journée) 700 Euros HT. (à multiplier selon le nombre de jours souhaités pour un nombre d utilisateurs supérieur)! Mêmes prestations avec élaboration conjointe des protocoles pendant une journée avant test, travail d analyse et de recommandations d une journée après test 1500 Euros HT.! Focus group d une demi-journée avec recrutement, indemnisation, scénarisation préalable, animation, filmage, montage, restitution et analyses (8 personnes, 2 animateurs-analystes et un technicien) 4000 Euros HT. Les statuts des entreprises Les entreprises ou institutions peuvent avoir trois statuts : - les membres fondateurs du consortium pour le projet RNRT - les membres du Club d entreprises ou de l équipe projet CNRS-STIC LUCSI - les utilisateurs de la plate-forme. Les prestations de la plate-forme sont gratuites pour les membres fondateurs dès lors que leur action s inscrit dans le cadre des projets mentionnés dans le projet RNRT et financés à ce titre. Les membres du Club d entreprises ainsi que de l équipe projet se voient appliquer le tarif ci-dessus. Les utilisateurs extérieurs versent en sus des tarifs de chaque prestation présentés ci-dessus un droit d entrée forfaitaire de 3000 Euros pour chaque intervention. Les entreprises désirant devenir membres du Club d entreprises acquittent une adhésion de 1000 Euros par an. Elles reçoivent un bulletin semestriel de veille technologique sur les méthodes en études d usages des technologies d information numériques. Elles participent aux décisions d animation et d organisation de la plate-forme pour répondre au mieux à leurs demandes. Les entreprises membres du club entreprises sont invitées à des séminaires fermés présentant les travaux les plus récents des équipes ou des partenaires de Lutin sur des thèmes se rapportant aux usages des TIC. 6

CONTENU DES U.E MASTER JMIN. Expression écrite, orale

CONTENU DES U.E MASTER JMIN. Expression écrite, orale CONTENU DES U.E MASTER JMIN Contenu des U.E UE 101 Communication, culture et expression (anglais, expression écrite et orale) UE 102 Conception et développement informatique UE 103 Conception sonore Expression

Plus en détail

Master Sciences cognitives

Master Sciences cognitives Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Sciences cognitives Université Lumière - Lyon 2 Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président

Plus en détail

Management de l Innovation

Management de l Innovation Management de l Innovation Mention du Master Sciences et Technologies de l Université Pierre et Marie Curie Directeur du Département de Formation : Patrick Brézillon Contact secrétariat : 01 44 39 08 69

Plus en détail

Programme national de numérisation. Ministère de la Culture et de la Communication. Appel à projets 2012. Services numériques culturels innovants

Programme national de numérisation. Ministère de la Culture et de la Communication. Appel à projets 2012. Services numériques culturels innovants Paris, le 28 novembre 20 Secrétariat général Service de la coordination des politiques culturelles et de l innovation Département de la Recherche, de l Enseignement supérieur et de la Technologie Programme

Plus en détail

Instrumentation de la recherche en Education : analyse épistémologique de quelques logiciels d aide à l analyse d enregistrements vidéos

Instrumentation de la recherche en Education : analyse épistémologique de quelques logiciels d aide à l analyse d enregistrements vidéos Instrumentation de la recherche en Education : analyse épistémologique de quelques logiciels d aide à l analyse d enregistrements vidéos Laurent Veillard UMR ICAR (CNRS, Université Lyon 2, ENS de lyon)

Plus en détail

Télé-Procédure de Gestion d Incidents : Spécifications et Prototype.

Télé-Procédure de Gestion d Incidents : Spécifications et Prototype. Télé-Procédure de Gestion d Incidents : Spécifications et Prototype. By Sébastien Pinel Performed at Laboratory LIG Equipe IIHM Université Joseph Fourrier Grenoble In partial fulfillment of the requirements

Plus en détail

Présentation du projet de la médiathèque de Mauguio

Présentation du projet de la médiathèque de Mauguio Présentation du projet de la médiathèque de Mauguio Ce projet nous donne l opportunité de tester des scénarios auxquels nous réfléchissons depuis l ouverture de notre portail en octobre 2008 et la mise

Plus en détail

Réunion du cluster Habitat Bâtiment Intelligent (HBI) 17 Mars 2014 L I NTELLIGENCE ENERGÉTIQUE

Réunion du cluster Habitat Bâtiment Intelligent (HBI) 17 Mars 2014 L I NTELLIGENCE ENERGÉTIQUE Réunion du cluster Habitat Bâtiment Intelligent (HBI) 17 Mars 2014 P RÉSENTATION DU PROJET ADVICE ACCEPTA BILITÉ ET DROIT DE L I NTELLIGENCE ENERGÉTIQUE Présentation du Projet ADvICE En quelques mots La

Plus en détail

APPEL A PROJETS. WE NETWORK Le Silicium - 3, Avenue du Bois L abbé - 49070 BEAUCOUZE MARS 2015

APPEL A PROJETS. WE NETWORK Le Silicium - 3, Avenue du Bois L abbé - 49070 BEAUCOUZE MARS 2015 APPEL A PROJETS Appel à projets à destination des PME pour l émergence et l accompagnement de projets d innovation en Pays de Loire dans le domaine des objets et solutions communicants (Internet des objets,

Plus en détail

Résultats de l'appel à projets CréaMOOCs

Résultats de l'appel à projets CréaMOOCs Résultats de l'appel à projets CréaMOOCs www.enseignementsup-recherche.gouv.fr @sup_recherche / #1anFUN APPEL A PROJETS CREAMOOCS : DES RESULTATS QUI TEMOIGNENT D UNE FORTE IMPLICATION DES REGROUPEMENTS

Plus en détail

Bac Pro Gestion-Administration. Nice - Formation Académique des 10 et 17 février 2012 1

Bac Pro Gestion-Administration. Nice - Formation Académique des 10 et 17 février 2012 1 Bac Pro Gestion-Administration Nice - Formation Académique des 10 et 17 février 2012 1 Exemples de scénarios pédagogiques sur les trois années de formation D après l Académie de Toulouse 2 A partir des

Plus en détail

Prestations - catalogue et tarifs

Prestations - catalogue et tarifs Prestations - catalogue et tarifs Tarifs en vigueur du 01/01/2012 au 31/12/2012 votés en CA du 12/12/2011. Présentation générale 3 Location amphithéâtre 3 Location salle de visioconférence 4 Prestations

Plus en détail

Manuel d utilisation pour les formateurs

Manuel d utilisation pour les formateurs Manuel d utilisation pour les formateurs Bienvenue! Vous êtes formateur/trice d enseignants ou de formateurs, ce manuel est fait pour vous! Il a pour objectif de vous guider dans l utilisation des deux

Plus en détail

UNITE U 6.2 : PROJET TECHNIQUE OBJET DE L'EPREUVE.

UNITE U 6.2 : PROJET TECHNIQUE OBJET DE L'EPREUVE. UNITE U 6.2 : PROJET TECHNIQUE OBJET DE L'EPREUVE. Cette épreuve permet de valider les compétences C1, C2, C3 et T2 du référentiel au travers de la démarche de projet 15 que le candidat aura mis en œuvre.

Plus en détail

L organisation d un séminaire Une démarche de management de projet

L organisation d un séminaire Une démarche de management de projet Les fiches En Lignes de La lettre du CEDIP* Fiche n 65 décembre 2014 L organisation d un séminaire Une démarche de management de projet Sommaire : Qu est-ce qu un séminaire?...p. 1 Le séminaire est-il

Plus en détail

SCIENCES - TECHNOLOGIES - SANTE. STIC : Sciences et Technologies de l Information et de la Communication. Parcours Informatique

SCIENCES - TECHNOLOGIES - SANTE. STIC : Sciences et Technologies de l Information et de la Communication. Parcours Informatique 2012-2015 Niveau : MASTER année Domaine : Mention : Spécialité : Volume horaire étudiant : SCIENCES - TECHNOLOGIES - SANTE STIC : Sciences et Technologies de l Information et de la Communication Parcours

Plus en détail

Rapport d évaluation du master

Rapport d évaluation du master Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation du master Science politique de l Université de Strasbourg Vague C 2013-2017 Campagne d évaluation 2011-2012 Section des Formations et des diplômes

Plus en détail

Ministère de la Culture et de la Communication

Ministère de la Culture et de la Communication Paris, le 11 juin 2014 Secrétariat général Service de la coordination des politiques culturelles et de l innovation Département de la Recherche, de l Enseignement supérieur et de la Technologie Appel à

Plus en détail

Site(s) (lieux où la formation est dispensée, y compris pour les diplômes délocalisés) :

Site(s) (lieux où la formation est dispensée, y compris pour les diplômes délocalisés) : Evaluation des diplômes Masters Vague D Académie : Paris Etablissement déposant : Académie(s) : / Etablissement(s) co-habilité(s) : / Mention : Economie managériale et industrielle Domaine : Economie,

Plus en détail

L Ircam, institution du dialogue art-science

L Ircam, institution du dialogue art-science L Ircam, institution du dialogue art-science Hugues Vinet 1 1. STMS, IRCAM-CNRS-UPMC IRCAM, 1 place Igor Stravinsky, 75004 Paris, France hugues.vinet@ircam.fr 1. Jalons historiques et liens institutionnels

Plus en détail

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration

PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration PROGRAMME DE CRÉATION ET INNOVATION TECHNOLOGIQUES EN CLASSE DE SECONDE GÉNÉRALE ET TECHNOLOGIQUE Enseignement d exploration Préambule La société doit faire face à de nouveaux défis pour satisfaire les

Plus en détail

MATHÉMATIQUES ET SCIENCES HUMAINES

MATHÉMATIQUES ET SCIENCES HUMAINES MATHÉMATIQUES ET SCIENCES HUMAINES LOUISANDRÉ VALLET TRAITENQ. Logiciel de dépouillement et de traitement d enquêtes sur microordinateur compatible Mathématiques et sciences humaines, tome 104 (1988),

Plus en détail

Place de Wallonie, 1 à 5100 Jambes Secrétariat : 081/33.44.84 Accompagnement.recherche@spw.wallonie.be. Guide pratique pour les études de faisabilité

Place de Wallonie, 1 à 5100 Jambes Secrétariat : 081/33.44.84 Accompagnement.recherche@spw.wallonie.be. Guide pratique pour les études de faisabilité Direction générale opérationnelle Économie, Emploi et Recherche Département du Développement technologique Direction de l Accompagnement de la Recherche Place de Wallonie, 1 à 5100 Jambes Secrétariat :

Plus en détail

LE DESSIN ANIME ASSISTE PAR ORDINATEUR EN MILIEU SCOLAIRE

LE DESSIN ANIME ASSISTE PAR ORDINATEUR EN MILIEU SCOLAIRE 179 LE DESSIN ANIMÉ ASSISTÉ PAR ORDINATEUR EN MILIEU SCOLAIRE La pratique du dessin animé en établissement scolaire pose à la fois des problèmes techniques et des difficultés d'organisation : - Relation

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

SCIENCES DE L ÉDUCATION

SCIENCES DE L ÉDUCATION UniDistance 1 Centre d Etudes Suisse Romande Formation universitaire SCIENCES DE L ÉDUCATION En collaboration avec L Université de Bourgogne à Dijon Centre de Formation Ouverte et A Distance CFOAD UniDistance

Plus en détail

MOBILEARN : La réalité augmentée au service de l apprentissage informel

MOBILEARN : La réalité augmentée au service de l apprentissage informel Submitted on: 6/6/2014 MOBILEARN : La réalité augmentée au service de l apprentissage informel Elhadi Djebbari Service technologies de l information, UNIVERSCIENCE, (Cité des sciences et de l industrie),

Plus en détail

empreinte.com WebTV WEBTV solution solution EMPREINTE.COM WebTV depuis 1997 Diffusion vidéo universelle EMPREINTE.COM

empreinte.com WebTV WEBTV solution solution EMPREINTE.COM WebTV depuis 1997 Diffusion vidéo universelle EMPREINTE.COM EMPREINTE.COM WebTV depuis 1997 WebTV WEBTV solution solution Qualité vidéo HD MP4 compatible Web & Mobile Responsive Design WebTV Live - VoD Mobile, Tab, PC Logiciel de gestion et hébergements Clé en

Plus en détail

APPEL A PROJETS DE RECHERCHE 2015

APPEL A PROJETS DE RECHERCHE 2015 INSTITUT DE FORMATION SUPERIEURE DES CADRES DIRIGEANTS RESEAU DE CHERCHEURS DE L INSTITUT DE FORMATION SUPERIEUR DES CADRES DIRIGEANTS APPEL A PROJETS DE RECHERCHE 2015 La Fédération des Etablissements

Plus en détail

SOLUTION PROFESSIONNELLE POUR VOTRE COMMERCE

SOLUTION PROFESSIONNELLE POUR VOTRE COMMERCE SMART HIGH-TECH 135 AV DU MAINE 75014 PARIS www.smart-tech.fr www.commerce-solutions.eu Directeur&Ingénieur Léon KING Tél. : +33 (0)1 43.21.26.65 Port.: +33 (0)6 29.90.06.59 Fax : +33 (0)1 70.24.88.73

Plus en détail

Étudier. collaborer. partager. avec les solutions Toshiba L É COLE N UMÉRIQUE T OSHIBA. * Environnement Numérique de Travail

Étudier. collaborer. partager. avec les solutions Toshiba L É COLE N UMÉRIQUE T OSHIBA. * Environnement Numérique de Travail * Étudier L É COLE N UMÉRIQUE T OSHIBA partager collaborer avec les solutions Toshiba * Environnement Numérique de Travail Votre métier, enseigner Vous êtes enseignant, responsable pédagogique, directeur

Plus en détail

Guide d établissement des budgets des propositions soumises aux appels à projets de

Guide d établissement des budgets des propositions soumises aux appels à projets de Guide d établissement des budgets des propositions soumises aux appels à projets de l ANR 1. INTRODUCTION...3 2. PRINCIPES GENERAUX...4 2.1. Assiette et taux de l aide... 4 2.2. TVA... 5 2.3. Règles spécifiques

Plus en détail

Vidéosurveillance sur IP

Vidéosurveillance sur IP Vidéosurveillance sur IP Solutions de sécurité basées sur le protocole TCP/IP Pour des applications domestiques, Small Office, Professionnelles et à grande échelle. 1/12 Concept Les solutions de sécurité

Plus en détail

Plan d actions 2011/2014

Plan d actions 2011/2014 Plan d actions 2011/2014 Le présent plan d actions s organise en fiches actions, qui précisent les objectifs opérationnels des actions et explicite les modalités de mise en œuvre. Ces fiches répondent

Plus en détail

LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE

LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE LES NOUVEAUX PROGRAMMES DE MATHÉMATIQUES EN STS M A T H S S T S Animation académique Taverny lundi 24 mars 2014 et Savigny sur Orge vendredi 28 mars 2014 PREMIERS REPÈRES Les programmes de STS ont été

Plus en détail

Élargissez vos compétences en intégrant une formation Bac +6 répondant aux enjeux de l'éco-innovation

Élargissez vos compétences en intégrant une formation Bac +6 répondant aux enjeux de l'éco-innovation Mastère Spécialisé Économie circulaire : les outils de l Écologie industrielle et de l Éco-conception Bac +6 Élargissez vos compétences en intégrant une formation Bac +6 répondant aux enjeux de l'éco-innovation

Plus en détail

Villa Cavrois 3D, application de visite sur tablette tactile mobile

Villa Cavrois 3D, application de visite sur tablette tactile mobile Dossier de presse du 12 juin 2015 Villa Cavrois 3D, application de visite sur tablette tactile mobile Une coproduction CMN-AGP Conçue par Robert Mallet-Stevens, terminée en 1932, la villa Cavrois est considérée

Plus en détail

Formation de chargés de missions d'évaluation, intervenants dans les organisations (Fonction publique, entreprises, Santé)

Formation de chargés de missions d'évaluation, intervenants dans les organisations (Fonction publique, entreprises, Santé) MASTER PROFESSIONNEL Sciences de l éducation master (bac+5). (ex DESS) Consultant chargé de missions d évaluation Pour devenir intervenant chargé de missions d évaluation : Expert, consultant ou coach

Plus en détail

La gestion des contraintes pour modéliser les stratégies humaines d'ordonnancement et concevoir des interfaces homme-machine ergonomiques

La gestion des contraintes pour modéliser les stratégies humaines d'ordonnancement et concevoir des interfaces homme-machine ergonomiques La gestion des contraintes pour modéliser les stratégies humaines d'ordonnancement et concevoir des interfaces homme-machine ergonomiques Clément Guerin Sous la direction de J.M. Hoc et de N. Mebarki Réunion

Plus en détail

Pour vos formations, colloques et réunions d affaires. Direction générale de la formation continue

Pour vos formations, colloques et réunions d affaires. Direction générale de la formation continue Pour vos formations, colloques et réunions d affaires Direction générale de la formation continue BIENVENUE AU CENTRE DE FORMATION CONTINUE Le Centre de formation continue de l Université Laval met à la

Plus en détail

LE PROJET «INFINI DRIVE» POUR LE DEVELOPPEMENT DES INFRASTRUCTURES DE RECHARGE DES VEHICULES ELECTRIQUES, RETENU PAR L ADEME

LE PROJET «INFINI DRIVE» POUR LE DEVELOPPEMENT DES INFRASTRUCTURES DE RECHARGE DES VEHICULES ELECTRIQUES, RETENU PAR L ADEME Communiqué de presse Paris, le 20 juin 2012 Investissements d Avenir LE PROJET «INFINI DRIVE» POUR LE DEVELOPPEMENT DES INFRASTRUCTURES DE RECHARGE DES VEHICULES ELECTRIQUES, RETENU PAR L ADEME Lancé à

Plus en détail

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population.

Première STMG1 2014-2015 progression. - 1. Séquence : Proportion d une sous population dans une population. Première STMG1 2014-2015 progression. - 1 Table des matières Fil rouge. 3 Axes du programme. 3 Séquence : Proportion d une sous population dans une population. 3 Information chiffrée : connaître et exploiter

Plus en détail

MASTER PROFESSIONNEL INFORMATION ET COMMUNICATION DANS L ESPACE LOCAL ET REGIONAL ICELR.2008/2009

MASTER PROFESSIONNEL INFORMATION ET COMMUNICATION DANS L ESPACE LOCAL ET REGIONAL ICELR.2008/2009 MASTER PROFESSIONNEL INFORMATION ET COMMUNICATION DANS L ESPACE LOCAL ET REGIONAL ICELR.2008/2009 La spécialité Information et communication dans l espace local et régional ( ICELR) est dispensée à l ISCEA/

Plus en détail

Autonomie et fragilités de la recherche académique Financements sur projet et reconfigurations du travail scientifique

Autonomie et fragilités de la recherche académique Financements sur projet et reconfigurations du travail scientifique L irrésistible ascension du capitalisme académique 18-19 avril 2013 Autonomie et fragilités de la recherche académique Financements sur projet et reconfigurations du travail scientifique Julien Barrier

Plus en détail

AUDIT DU LAN ET DU PARC INFORMATIQUE

AUDIT DU LAN ET DU PARC INFORMATIQUE 1 AUDIT DU LAN ET DU PARC INFORMATIQUE Objectifs : vérification du plan d adressage audit des postes en service création de documents sur le LAN et le matériel informatique LE RESEAU ET LE PARC INFORMATIQUE

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE

PRÉSENTATION GÉNÉRALE PRÉSENTATION GÉNÉRALE Cadrage institutionnel : Arrêté du 27 août 2013 fixant le cadre national des formations dispensées au sein des masters «métiers de l enseignement, de l éducation et de la formation»

Plus en détail

Compte rendu de l intervention de Jean-Louis LACOMBE. Rencontre européenne de la technologie du 23 mars 2005. La Fondation d entreprise EADS

Compte rendu de l intervention de Jean-Louis LACOMBE. Rencontre européenne de la technologie du 23 mars 2005. La Fondation d entreprise EADS Compte rendu de l intervention de Jean-Louis LACOMBE Rencontre européenne de la technologie du 23 mars 2005 La Fondation d entreprise EADS La fondation d entreprise créée par EADS est conçue comme une

Plus en détail

MASTER PROFESSIONNEL MÉDIATION ET MODÈLES DE DÉVELOPPEMENT. Description des UE, semestres 3 et 4 2011-2012

MASTER PROFESSIONNEL MÉDIATION ET MODÈLES DE DÉVELOPPEMENT. Description des UE, semestres 3 et 4 2011-2012 MASTER PROFESSIONNEL MÉDIATION ET MODÈLES DE DÉVELOPPEMENT Description des UE, semestres 3 et 4 2011-2012 UE 1 Médiation et communication dans les organisations 40h CM, 20h TD - 6 ECTS, coefficient 2 Session

Plus en détail

Annexe 4 Service Messagerie DSI CNRS

Annexe 4 Service Messagerie DSI CNRS Annexe 4 Service Messagerie DSI CNRS Contenu I. Introduction... 2 II. Description de l Offre de Service Messagerie unifiée... 2 1. Services proposés... 2 2. Utilisation... 2 3. Types de fournitures...

Plus en détail

Campus Paris Saclay. Enquête sur les usages, transports, logements et services. L enquête en ligne. Les bonnes pratiques identifiées par le benchmark

Campus Paris Saclay. Enquête sur les usages, transports, logements et services. L enquête en ligne. Les bonnes pratiques identifiées par le benchmark Campus Paris Saclay L enquête en ligne Les déplacements : des spécificités par statut L équipement : un intérêt marqué pour les transports doux et les services pratiques Le logement : des attentes et des

Plus en détail

LE CREDIT D IMPÔT RECHERCHE FRANCAIS (article 244 quater B du CGI)

LE CREDIT D IMPÔT RECHERCHE FRANCAIS (article 244 quater B du CGI) LE CREDIT D IMPÔT RECHERCHE FRANCAIS (article 244 quater B du CGI) Ce dispositif constitue un véritable atout pour l attraction d activités de recherche en France. Le vote de La loi de finances 2011 a

Plus en détail

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL

E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL E-COMMERCE VERS UNE DÉFINITION INTERNATIONALE ET DES INDICATEURS STATISTIQUES COMPARABLES AU NIVEAU INTERNATIONAL Bill Pattinson Division de la politique de l information, de l informatique et de la communication

Plus en détail

Recommandations pour la mise en oeuvre pédagogique Organisation du module d activité. Utilisation du simulateur de conduite "EF-SCOOT Prévention"

Recommandations pour la mise en oeuvre pédagogique Organisation du module d activité. Utilisation du simulateur de conduite EF-SCOOT Prévention Recommandations pour la mise en oeuvre pédagogique Organisation du module d activité Utilisation du simulateur de conduite "EF-SCOOT Prévention" Ce document a été réalisé conjointement par l Inspection

Plus en détail

UNIVERSITÉ PARIS 1 PANTHÉON-SORBONNE CENTRE SAINT-CHARLES MASTER MULTIMÉDIA INTERACTIF 47, RUE DES BERGERS 75015 PARIS

UNIVERSITÉ PARIS 1 PANTHÉON-SORBONNE CENTRE SAINT-CHARLES MASTER MULTIMÉDIA INTERACTIF 47, RUE DES BERGERS 75015 PARIS UNIVERSITÉ PARIS 1 PANTHÉON-SORBONNE CENTRE SAINT-CHARLES MASTER MULTIMÉDIA INTERACTIF 47, RUE DES BERGERS 75015 PARIS 1 SOMMAIRE FORMATION 03 presentation 04 programme 05 enseignants 08 ÉTUDIANTS 10 les

Plus en détail

Actions menées sur la thématique santé et autonomie

Actions menées sur la thématique santé et autonomie Actions menées sur la thématique santé et autonomie Mireille Campana, Sous-directrice des réseaux et des usages des technologies de l information et de la communication 1. L intérêt de la DGCIS pour la

Plus en détail

LE CREDIT D IMPOT RECHERCHE

LE CREDIT D IMPOT RECHERCHE octobre 2013 LE CREDIT D IMPOT RECHERCHE Les entreprises éligibles à ce crédit sont celles qui sont imposées selon un régime de bénéfice réel et qui exercent une activité industrielle, commerciale ou agricole.

Plus en détail

LES USAGES DES TECHNOLOGIES NUMERIQUES : DES EXPERIENCES INTERACTIVES EN CONTEXTE MUSEAL

LES USAGES DES TECHNOLOGIES NUMERIQUES : DES EXPERIENCES INTERACTIVES EN CONTEXTE MUSEAL LES USAGES DES TECHNOLOGIES NUMERIQUES : DES EXPERIENCES INTERACTIVES EN CONTEXTE MUSEAL Plaine Commune, déjeuner de la technologie - 13 décembre 2011 Geneviève Vidal, LabSic Université Paris 13 Nathalie

Plus en détail

Rôle des STIC dans les grands enjeux sociétaux, économiques et environnementaux. La Vision d ALLISTENE. 5 janvier 2012 Michel Cosnard

Rôle des STIC dans les grands enjeux sociétaux, économiques et environnementaux. La Vision d ALLISTENE. 5 janvier 2012 Michel Cosnard A Rôle des STIC dans les grands enjeux sociétaux, économiques et environnementaux La Vision d ALLISTENE 5 janvier 2012 Michel Cosnard Missions d Allistene Stratégie de recherche et d innovation Distingue

Plus en détail

Réunion du 6 octobre 2014

Réunion du 6 octobre 2014 Réunion du 6 octobre 2014 Présent(e)s: Pascale Catoire Vincent Lebois Yann Mercier-Brunel Emmanuel Gagnepain (visio) Excusé(e)s: Christophe Beaubras Olivier Carrillo Sylvie Dardaillon Mathieu Kessler Mounib

Plus en détail

Expérimentation télétravail au Conseil. Expérimentation télécentres dans le Lot

Expérimentation télétravail au Conseil. Expérimentation télécentres dans le Lot TÉLÉTRAVAIL DANS LE LOT Expérimentation télétravail au Conseil général é du Lot juin 2011/juin 2012 Expérimentation télécentres dans le Lot Focus sur le Télécentre de Latronquière Télétravail au sein du

Plus en détail

LOGICIELS PHOTOCOPIEURS DÉVELOPPEMENT FORMATION ASSISTANCE MATERIELS

LOGICIELS PHOTOCOPIEURS DÉVELOPPEMENT FORMATION ASSISTANCE MATERIELS LOGICIELS PHOTOCOPIEURS DÉVELOPPEMENT ASSISTANCE MATERIELS FORMATION Votre expert en solutions globales Plus de 25 ans d expériences, nous nous appuyons sur des partenaires leader du marché en matériel

Plus en détail

Connectiques et Utilisation d un disque dur multimédia MMEMUP

Connectiques et Utilisation d un disque dur multimédia MMEMUP Date : TP : Disque dur multimédia MMEMUP Nom : Prénom : Classe : Groupe : Bac Pro SEN Hazebrouck Enseignement PROFESSIONNEL. Lycée Saint Joseph Connectiques et Utilisation d un disque dur multimédia MMEMUP

Plus en détail

Université Saint-Joseph. Manuel de pédagogie universitaire. www.mpu.usj.edu.lb. avec le soutien de

Université Saint-Joseph. Manuel de pédagogie universitaire. www.mpu.usj.edu.lb. avec le soutien de Université Saint-Joseph Manuel de pédagogie universitaire www.mpu.usj.edu.lb avec le soutien de B-7 - DISPOSITIFS D APPRENTISSAGE NUMERIQUES* 1- Qu est-ce qu un dispositif d apprentissage numérique? Un

Plus en détail

Outil de collecte et de traitement des données de production et de distribution

Outil de collecte et de traitement des données de production et de distribution Outil de collecte et de traitement des données de production et de distribution Sifoee, 1 place Louis Chazette 69001 Lyon Tél. : +33 4 82 53 96 77, Fax. : +33 4 82 53 93 29, Web : www.sifoee.com SOMMAIRE

Plus en détail

Le CNRS : une grande diversité de métiers

Le CNRS : une grande diversité de métiers - Septembre 2004 Le CNRS : une grande diversité de métiers Une grande variété de métiers sont exercés dans les unités de recherche et de services du CNRS. Le CNRS compte 25 283 agents : 11 349 chercheurs,

Plus en détail

Vendredi 6 mars 2015

Vendredi 6 mars 2015 Vendredi 6 mars 2015 Les rêves Le point d équilibre pour réfléchir à l orientation Les résultats Les capacités Les parcours ne sont pas forcément en ligne droite, Un projet se monte, se défait, se reconstruit

Plus en détail

L assistant de direction, en fonction de son emploi, peut exercer des activités diverses dans les domaines cités précédemment.

L assistant de direction, en fonction de son emploi, peut exercer des activités diverses dans les domaines cités précédemment. L Y C E E 18 rue Delayant - BP 534-17022 La Rochelle Cedex 1-05 46 28 05 70-05 46 41 51 31 ce.0170028n@ac-poitiers.fr - http://hebergement.ac-poitiers.fr/l-jd-larochelle D A U T E T PRESENTATION GENERALE

Plus en détail

Présentation de la Caméra intra-orale KODAK 1500

Présentation de la Caméra intra-orale KODAK 1500 Présentation de la Caméra intra-orale KODAK 1500 Nouvelle version filaire USB et pilote TWAIN Pourquoi utiliser une caméra intra-orale? Communiquez, éduquez, motivez Les patients voient ce que vous observez

Plus en détail

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE

PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE Référentiel de certification du Baccalauréat professionnel GESTION ADMINISTRATION PRÉSENTATION DU RÉFÉRENTIEL PAR PÔLE 1 Le référentiel de certification du Baccalauréat GESTION ADMINISTRATION Architecture

Plus en détail

Licence professionnelle Systèmes d information, méthodes et outils

Licence professionnelle Systèmes d information, méthodes et outils Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence professionnelle Systèmes d information, méthodes et outils Université Pierre Mendes France - Grenoble - UPMF Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A)

Plus en détail

L Avenue Digital Media. Visualisation de processus industriels par l image 3D. créateur de mondes virtuels

L Avenue Digital Media. Visualisation de processus industriels par l image 3D. créateur de mondes virtuels L Avenue Digital Media Visualisation de processus industriels par l image 3D créateur de mondes virtuels L Avenue Digital Media En quelques mots L Avenue Digital Media est spécialisée dans les créations

Plus en détail

UN DISPOSITIF DE FORMATION PARENTALE DANS UN MUSEE

UN DISPOSITIF DE FORMATION PARENTALE DANS UN MUSEE N 31 - AILINCAI Rodica [docteur en sciences de l éducation. Laboratoire Éducation & Apprentissages, Université Paris 5 1 ] UN DISPOSITIF DE FORMATION PARENTALE DANS UN MUSEE 1. Contexte et questions de

Plus en détail

IAFACTORY. sommaire MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS. étude marketing, expérience utilisateur, ergonomie étude concurrentielle. principes.

IAFACTORY. sommaire MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS. étude marketing, expérience utilisateur, ergonomie étude concurrentielle. principes. sommaire principes p objectifs méthode prestation, livrable, tarif aperçu visuel à propos d MATERIALIZE YOUR NEXT SUCCESS conseil en architecture de l information www.iafactory.fr contact@iafactory.fr

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières. Convergence Voix - Données

Cahier des Clauses Techniques Particulières. Convergence Voix - Données Cahier des Clauses Techniques Particulières Convergence Voix - Données SOMMAIRE - Objet du document et du marché - Contexte et périmètre du projet - Configurations existantes et besoins - Services attendus

Plus en détail

Les aides fiscales à la recherche Le CIR et la JEI

Les aides fiscales à la recherche Le CIR et la JEI Les aides fiscales à la recherche Le CIR et la JEI Le Crédit d impôt recherche - Objectif? Le CIR, élément clé de la compétitivité, doit stimuler l investissement en R&D - Quelles entreprises sont concernées?

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention REFERENTIEL PROFESSIONNEL DU DIPLÔME D ETAT D INGENIERIE SOCIALE (DEIS) Contexte de l intervention Les transformations sociales, la territorialisation et la complexité croissante des dispositifs liés aux

Plus en détail

Sécurité des personnes et des biens matériels

Sécurité des personnes et des biens matériels Sécurité des personnes et des biens matériels Sécurité des personnes et des biens matériels Identification simple et fiable grâce à la technologie RFID de deister electronic La protection des personnes

Plus en détail

Communauté d Universités et Établissements. Stratégie Territoriale et Initiative d Excellence. Université Côte d Azur (UCA) - page 1

Communauté d Universités et Établissements. Stratégie Territoriale et Initiative d Excellence. Université Côte d Azur (UCA) - page 1 Communauté d Universités et Établissements Stratégie Territoriale et Initiative d Excellence Université Côte d Azur (UCA) - page 1 En 2015 le paysage français de l Enseignement supérieur et de la Recherche

Plus en détail

Coffret Distributeur de DJ10: Distributeur de jetons (Avec PC embarqué Siemens et suite logicielle)

Coffret Distributeur de DJ10: Distributeur de jetons (Avec PC embarqué Siemens et suite logicielle) Distributeur de jetons & Point de vente Etudes des solutions électroniques d un point de vente avec distributeur de jetons Le Distributeur de jetons en un clin d œil Sections Electronique, Informatique

Plus en détail

2013-2014. psychologie. UFR des Sciences de l Homme

2013-2014. psychologie. UFR des Sciences de l Homme 2013-2014 DU LYCÉE À L UNIVERSITÉ psychologie UFR des Sciences de l Homme OBJECTIFS de la formation Vous êtes intéressé par les études de psychologie? A l Université Bordeaux Segalen, cette formation s

Plus en détail

Note de Service spéciale "Les modalités d'inspection des enseignants" Année 2014-2015. Classes Nom et émargement Classes Nom et émargement

Note de Service spéciale Les modalités d'inspection des enseignants Année 2014-2015. Classes Nom et émargement Classes Nom et émargement Note de Service spéciale "Les modalités d'inspection des enseignants" Année 2014-2015 Tableau d'émargement Classes Nom et émargement Classes Nom et émargement 1 8 2 9 3 10 4 11 5 12 6 13 7 14 Je demande

Plus en détail

Laurence Langlois-Bluem Académie de Nancy-Metz

Laurence Langlois-Bluem Académie de Nancy-Metz Laurence Langlois-Bluem Académie de Nancy-Metz La baladodiffusion ou «podcasting» c est la possibilité de télécharger des contenus audio et vidéo qui peuvent être ensuite transférés sur des lecteurs numériques

Plus en détail

Groupe Banque européenne d investissement. Politique de vidéosurveillance

Groupe Banque européenne d investissement. Politique de vidéosurveillance Groupe Banque européenne d investissement TABLE DES MATIERES 1. Objet et champ d application de la politique de vidéosurveillance... 2 2. Respect de la vie privée, protection des données et conformité

Plus en détail

LE RESEAU IM@DOC. Ce réseau est issu de l'identification et de la formation de personnes et d'équipes ressources en numérisation.

LE RESEAU IM@DOC. Ce réseau est issu de l'identification et de la formation de personnes et d'équipes ressources en numérisation. RESEAU METHODOLOGIQUE POUR LA RECHERCHE, LA PRODUCTION ET LE TRANSFERT TECHNOLOGIQUE SUR LES BANQUES D'IMAGES ET DOCUMENTS SCIENTIFIQUES EN SCIENCES HUMAINES ET SOCIALES Ce réseau est issu de l'identification

Plus en détail

CATALOGUE DE SERVICES DE LA DIRECTION DU SYSTEME D INFORMATION DE L UNIVERSITE DE LIMOGES

CATALOGUE DE SERVICES DE LA DIRECTION DU SYSTEME D INFORMATION DE L UNIVERSITE DE LIMOGES CATALOGUE DE SERVICES DE LA DIRECTION DU SYSTEME D INFORMATION DE L UNIVERSITE DE LIMOGES Sommaire Fiche 1 : Gestion des identités : annuaires et authentification Fiche 2 : Connectez-vous en toute sécurité

Plus en détail

Spécialiste de la gestion de flux documentaires et de l environnement informatique associé. STEP : Un projet, deux ambitions

Spécialiste de la gestion de flux documentaires et de l environnement informatique associé. STEP : Un projet, deux ambitions Spécialiste de la gestion de flux documentaires et de l environnement informatique associé STEP : Un projet, deux ambitions STEP, un projet, deux ambitions Des activités innovantes au service des entreprises

Plus en détail

Mobilité et nomadisme SIPPEREC 24/10/2006

Mobilité et nomadisme SIPPEREC 24/10/2006 Mobilité et nomadisme SIPPEREC 24/10/2006 Hub telecom: un aperçu Une filiale d Aéroport de Paris Une licence nationale d opérateur de télécommunications Leader des solutions de télécommunications sur les

Plus en détail

PROJET TRIBOX-2012-A

PROJET TRIBOX-2012-A PROJET TRIBOX-2012-A Auteur : Seck Mbaye Gueye Comparaison entre Tribox et Call Manager express Membres du projet: GUITTON Jordan MORELLE Romain SECK Mbaye Gueye Responsable de la formation: MOTAMED Cina

Plus en détail

Le Visio-laboratoire La visioconférence au service de la formation scientifique

Le Visio-laboratoire La visioconférence au service de la formation scientifique Le Visio-laboratoire : la visioconférence au service de la formation scientifique II Le Visio-laboratoire La visioconférence au service de la formation scientifique Pierre BAZART, Pierre.Bazart@cri.ens-cachan.fr

Plus en détail

Prise en compte du facteur humain. Cédric Soubrié

Prise en compte du facteur humain. Cédric Soubrié Prise en compte du facteur humain Cédric Soubrié 12/02/2011 Les deux cours + projet Conception centrée utilisateurs Les règles à suivre Définition du projet Conception Implémentation Nom : Cédric Soubrié

Plus en détail

Bosch DCN Next Generation Applications

Bosch DCN Next Generation Applications Bosch DCN Next Generation Applications Nouvelle suite logicielle comprise! DCN Next Generation Systèmes de conférence DCN Next Generation : Système unique et unifié pour les conférences de tous types et

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE AUDITORIUM EXTENSION S-3

FICHE TECHNIQUE AUDITORIUM EXTENSION S-3 FICHE TECHNIQUE AUDITORIUM EXTENSION S-3 D une surface de 800m² l Auditorium dispose de 900 places assises et d une scène de 20 mètres d ouverture. Sa conception lui permet d accueillir des manifestations

Plus en détail

Le Programme «Archives Audiovisuelles de la Recherche»

Le Programme «Archives Audiovisuelles de la Recherche» 1 Maison des Sciences de l Homme (MSH) Equipe Sémiotique Cognitive et Nouveaux Médias (ESCoM) Le Programme «Archives Audiovisuelles de la Recherche» GAAV (version 1.0) un logiciel de gestion d archives

Plus en détail

Les solutions G5 Point de Vente et G5 Centrale

Les solutions G5 Point de Vente et G5 Centrale Les solutions et G5 Centrale Pour vous aider à faire face à un monde devenu complexe, individuel, incertain, et interdépendant, Progmag capitalise depuis plus de 20 ans sur les meilleures pratiques rencontrées

Plus en détail

Kit d organisation des rencontres académiques

Kit d organisation des rencontres académiques Concertation nationale sur le numérique pour l éducation Kit d organisation des rencontres académiques Ce kit a été réalisé en coopération avec 1 Comment organiser une rencontre au sein de mon académie

Plus en détail

Rapport d évaluation de la licence professionnelle

Rapport d évaluation de la licence professionnelle Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Entrepreneuriat de l Université Paris 13 - Paris-Nord Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation 2012-2013 Section

Plus en détail

Tout au long de votre cursus Quel métier futur? Dans quel secteur d activité? En fonction de vos goûts et aptitudes et du «niveau d emploi» dans ce

Tout au long de votre cursus Quel métier futur? Dans quel secteur d activité? En fonction de vos goûts et aptitudes et du «niveau d emploi» dans ce Tout au long de votre cursus Quel métier futur? Dans quel secteur d activité? En fonction de vos goûts et aptitudes et du «niveau d emploi» dans ce «profil» S orienter (éventuellement se réorienter) dans

Plus en détail

Le Focus Group. - Bases de données, personnes ayant déjà participé à des expériences et acceptant de participer à des études ultérieures.

Le Focus Group. - Bases de données, personnes ayant déjà participé à des expériences et acceptant de participer à des études ultérieures. Le Focus Group I. Définition «Le Focus groupe est une discussion de groupe ouverte, organisée dans le but de cerner un sujet ou une série de questions pertinents (Kitzinger, Markova, & Kalampalikis, 2004).

Plus en détail