SAM/TES Samenwerken voor een meer rechtvaardige maatschappij Travailler ensemble pour une société plus juste

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SAM/TES Samenwerken voor een meer rechtvaardige maatschappij Travailler ensemble pour une société plus juste"

Transcription

1 DESCRIPTIF DE VISION SAM/TES Samenwerken voor een meer rechtvaardige maatschappij Travailler ensemble pour une société plus juste Un centre d expertise en tant que balise pour le huissier de justice soucieux du bien-être social actuel et futur 1) MOTIF? Le 27 mars 2014, Marc Brackeva a été nommé Président de la Chambre nationale sur la base d un programme dans lequel la constitution d un centre d expertise juridique social était l un des fers de lance. Le présent descriptif de vision a pour but d informer tous les huissiers de justice, clairement et sans délai, au sujet de l établissement et de l objectif de ce centre d expertise. 2) OBJET? La Chambre nationale doit devenir une organisation professionnelle proactive, une source d inspiration, non seulement pour ses membres, mais également pour l ensemble des acteurs de notre société. Dans ce cadre, elle aura pour mission de fournir une assistance à ses membres, d améliorer l image de la société et de promouvoir positivement la «marque» de l huissier de justice. Le nouveau statut attribue des compétences étendues à la Chambre nationale qui est ainsi en mesure de déterminer son propre avenir en fonction des besoins de notre profession. Le défi consiste à mettre en œuvre de manière concrète les ambitions envisagées dans une structure réaliste et opérationnelle dans le cadre de laquelle l' image joue un rôle secondaire. Le centre d étude et de coordination «SAM/TES» est constitué en vue : - de garantir la continuité de la politique ; - de prévoir le meilleur appui possible de l huissier de justice (d un point de vue opérationnel, formation et expertise, TI et financier) - de développer une stratégie de communication proactive et positive de la «marque» de l huissier de justice à l égard de la société. Le nom «SAM/TES» a été choisi sans lien direct vers les huissiers de justice. En effet, l intention était de renvoyer à un contexte social plus étendu. - on entend par «SAM» : «Samenwerken voor een meer rechtvaardige maatschappij ; - et par «TES» : «Travailler ensemble pour une société plus juste». Le choix de noms de personnes (du moins en langue néerlandaise) trouve son origine dans la volonté de donner une image à la Chambre nationale et à la «marque» de l huissier de justice et de les rendre ainsi plus accessibles au grand public. «SAM/TES» aura la qualité d une ASBL avec une portée sociale. Le choix d opter pour une ASBL repose sur le fait que, au sein de telle forme juridique, les objectifs poursuivis par TES peuvent correspondre au plus haut degré à ceux de la Chambre nationale, tout en permettant d accomplir

2 des activités lucratives complémentaires afin de réaliser ces objectifs. L ASBL garantit également une responsabilité limitée à ses membres et permet d assurer la représentation des chambres d arrondissement et de la Chambre nationale dans les organes de TES (tant au niveau de l assemblée générale, qu au niveau du conseil d administration). Enfin, une ASBL peut être constituée de manière simple et rapide et le choix pour une ASBL n implique qu une charge administrative limitée dans son fonctionnement journalier. TES est fondé par 3 catégories de membres effectifs, tous membres de l assemblée générale : Toutes les 26 chambres d arrondissement des huissiers de justice actuelles (membres A); La Chambre nationale (membre B); Des personnes physiques pouvant démontrer un lien avec la CNHB par le passé et ayant joué un rôle durable au sein de la CNHB (membres C). Un directeur qui sera chargé de la gestion quotidienne sera recruté. La «SAM/TES» réalise ses activités dans le cadre de son objet social. Ce dernier sera stipulé dans les futurs statuts. Le Comité de direction de la Chambre nationale peut charger la «SAM/TES» d une mission si celle-ci est conforme au but social. Toutes les décisions politiques sont prises par le Comité de direction de la Chambre nationale. La «SAM/TES» a donc plutôt un rôle de soutien et d approfondissement dans le cadre de la gestion qui est mise en œuvre. Elle se chargera ainsi du soutien administratif et de la définition du contenu lors de l établissement des commissions de désignation et lors du développement d un centre d expertise dans le cadre de sa fonction d approfondissement. Cela n empêche toutefois pas que, pour certains projets, la «SAM/TES» doive dans la pratique pouvoir jouer un rôle de pionnier lié à son but social. La «SAM/TES» pourra ainsi être mandatée par la Chambre nationale en vue de la mise en œuvre urgente de travaux juridiques préparatoires (tels que l établissement d un règlement d ordre intérieur) qui sont nécessaires pour concrétiser la gestion, conformément au nouveau statut. Par ailleurs, le centre offrira un forum de discussion aux parties intéressées, à savoir les groupes d intérêt de la «CVG» (Conferentie van Vlaamse Gerechtsdeurwaarders Conférence des Huissiers de justice flamands), de l «UFHJ» (Union francophone des Huissiers de justice), de la «CEHJ» (Chambre européenne des Huissiers de justice), de l «UIHJ» (Union internationale des Huissiers de justice) et de la «ANCHJ» (Association nationale des Candidats-Huissiers de justice), qui toutes, avec leurs propres spécificités, sont disposées à participer à une réflexion proactive et constructive et à collaborer au développement de la profession. La «SAM/TES» demandera aux membres de l administration de ces organisations de s engager «à présenter un front uni» que ce soit dans le cadre d un mécanisme de projet ou de manière structurelle par le biais d un conseil consultatif n ayant pas droit de vote au sein du Conseil d Administration. Ce conseil consultatif renforcera le réseau grâce à la connexion entre ses membres, ce qui permettra de mieux soutenir des initiatives de formation ou de responsabilisation. En collaboration avec ces différents groupes d intérêt, la «SAM/TES» œuvrera en outre à la constitution d un service de médiation centralisé au service du citoyen. La «SAM/TES» a notamment pour but de mettre en œuvre une stratégie de communication proactive et positive dans le cadre de la promotion de la «marque» de l huissier de justice à l égard de la société, voire du monde politique. Dans ce contexte, la stratégie de «lobbying» dans sa conception traditionnelle ne sera pas suivie. La «SAM/TES» préconisera, en effet, une autre méthode de travail : après que le fond du dossier ait été préparé au mieux, le dossier sera transmis à la (aux) personne(s) appropriée(s) qui pourra (pourront) le promouvoir politiquement et socialement sur la base de ses (leurs) compétences ou de sa (leur) fonction sociale. 3) ORIGINE? Le cadre de la constitution du centre a été esquissé pour la première fois dans le rapport du Conseil permanent et a été a approuvé par ce même Conseil le 27 septembre 2012 et par l Assemblée générale le 27 octobre 2012.

3 Le 23 mai 2013, une réunion portant sur l établissement du Centre a été organisée et le même sujet a été à nouveau abordé le 20 juin 2013 au sein du Conseil permanent qui a donné son approbation sans remarques complémentaires. 4) QUELS SERVICES RELÈVENT DE LA «SAM/TES»? Le service juridique, le service financier, le service des projets techniques et le service de communication. L intention n est pas de reprendre le fonctionnement quotidien actuel ni le personnel de la Chambre nationale. De ce fait, l administration dans son ensemble (sous les auspices de la directrice Murielle Geudin), y compris la préparation administrative des affaires disciplinaires, le soutien administratif du Comité de direction, les procèsverbaux des réunions ainsi que le service d assistance TI et le service d assistance juridique (avec les juristes actuels) est maintenue au sein de la Chambre nationale. «SAM/TES» se concentre sur ce qui n a pas encore été fait ou sur ce qui peut être optimisé. Il va de soi que les missions des services de la «SAM/TES» feront l objet d une analyse détaillée tenant compte du fonctionnement actuel de la Chambre nationale. En cas de chevauchement des missions, le modus operandi le plus rentable sera toujours privilégié ce qui pourra, par exemple, mener au transfert de l un des juristes de la Chambre nationale au service juridique de la «SAM/TES». Un collaboration étroite entre le(s) service(s) de la «SAM/TES» et la Chambre nationale est en tout état de cause une condition indispensable de réussite. Vous trouverez ci-dessous un aperçu clair de la composition et des missions des différents services du centre d étude et de coordination : 1. Service juridique 1.1. Composition Un juriste (à recruter) Missions Au niveau fédéral et européen, nous sommes à la veille des procédures électroniques, avec notamment la signification par . Dans ce cadre, force est de développer une solide argumentation juridique pour le législateur en vue de maintenir la compétence territoriale et de permettre les économies nécessaires. Dans le cas contraire, ce processus pourrait en effet conduire à une détérioration des services due à la perte de l implication locale (cf. huissier de proximité). Pour la phase de démarrage : analyse juridique par un cabinet d avocats externe des possibilités pour la «SAM/TES» de reprendre les différents contrats de la Chambre nationale ainsi que des conséquences de cette reprise en termes de TVA. Centralisation de toutes les informations juridiques pertinentes pour la profession (jurisprudence, doctrine, informations pratiques). Examen sur le plan interne : profiler la profession à l égard de l ordre judiciaire, de la politique et de la société moyennant des analyses ponctuelles, des études juridiques, etc.. L ambition est de s améliorer sur le plan interne et non pas de se défendre contre la critique extérieure ; c est là la justification de cet auto-examen. Il est toutefois important d être conscient de la vision et de l agenda des différents acteurs concernés par le débat social, notamment les associations de consommateurs et de lutte contre la pauvreté, les bureaux de recouvrement, les médiateurs de dettes, etc.. Constitution d un service de médiation au service du citoyen en collaboration avec le service de communication. Contribution lors de la mise en œuvre des formations et de la rédaction du site Internet, du «e- zine» et d autres publications.

4 2. Service financier 2.1. Composition Un business controller (à recruter) Missions Étude sur la rentabilité d un achat groupé et d un partage de frais pour l achat de papier, le recrutement, les adaptations de logiciel par les fournisseurs, l énergie et les assurances. Définition d un cadre de manière à attribuer plus de compétences au collège des réviseurs d entreprises afin que celui-ci puisse mieux analyser et optimaliser l ensemble des transactions financières (passées, actuelles et à venir) de la Chambre nationale. Examen sur le plan interne : analyse et établissement d un rapport sur le rôle financier et économique de l huissier de justice en relation avec la société (qu est-ce que l huissier de justice rapporte à la société?). À titre complémentaire: formations financières, Services des projets techniques 3.1. Composition Le service des projets techniques sera coordonné par le gestionnaire de projets actuel de la CNHB. Un gestionnaire de projets supplémentaire sera recruté Missions Préparation technique de la mise en œuvre de la signature électronique et de la signification par e- mail. Après l entrée en vigueur de la législation correspondante, la Chambre nationale sera la seule autorité ayant la faculté de se charger de la valorisation et du contrôle de ces procédures de manière à ce que chaque huissier de justice puisse disposer de ces instruments. Mise en œuvre du bon de greffe électronique et communications avec les institutions publiques par le biais du bon authentique. Gestion, direction et développement technique de la plateforme «CIA» et mise en œuvre de l accès à des nouvelles bases de données. La plateforme logicielle actuelle fonctionne déjà intégralement de manière indépendante : couverture contractuelle moyennant un «Business Continuity Plan» et une convention «Escrow» et contrôle par un gestionnaire de projets externe. Le partage des codes sources et de l expertise entre les fournisseurs de logiciels de la Chambre nationale doit être davantage officialisée. Le service des projets techniques prévoit également un back-up interne du gestionnaire de projets externe. Par le biais du service de communication, tous les confrères seront informés du fonctionnement et de l indépendance de la plateforme. Gestion, direction et développement technique du FCA. 4. Service de communication 4.1. Composition Le service de communication sera piloté par le responsable de la communication / le porte parole (à recruter de préférence un juriste bilingue). Pour l exécution de certaines missions de communication, il sera fait appel à un bureau externe Missions Développement d un plan de communication stratégique à trois niveaux dans le cadre duquel aussi bien les confrères individuels que les différents groupes d intérêt et la «marque» de l huissier de justice bénéficient des instruments appropriés en vue de la mise en œuvre des objectifs stratégiques à chaque niveau. Développement d un centre de formation de manière à diffuser l expertise et l expérience de manière efficace au sein de la fonction. En concertation avec les acteurs du terrain, une offre de formation pertinente sera développée au niveau local et de manière centralisée aussi bien pour les

5 huissiers de justice stagiaires que pour les candidats huissiers de justice et les huissiers de justice titulaires. Le soutien à la gestion financière constitue un priorité. Pour chaque région, une série de soirées infos sera organisée au niveau local pour répondre aux questions spécifiques et aux problèmes des confrères : modalités d organisation de la comptabilité, traitement de la TVA, des comptes tiers et de la gestion financière en général. Développement d un forum de discussion en ligne (intranet) qui permet l échange d expertise sur différents sujets entre les confrères avec l intervention de la «SAM/TES» en tant que facilitateur. De la sorte, diverses informations synoptiques et pertinentes relatives à la fonction peuvent être consultées par les confrères individuels. L accent est mis sur les actions qui promeuvent la réputation et l efficacité de la «marque» de l huissier de justice : réseautage vers les organes traditionnels, communiqués de presse, anticipation des critiques des médias (sociaux) ou des associations professionnelles contre notre fonction, mise en œuvre d une campagne d information sur notre rôle social à l attention des citoyens et des entreprises. Conformément aux dispositions du nouveau statut, une communication vers l ensemble des confrères sera mise en œuvre à titre de responsabilisation dans le cadre de la collaboration avec des bureaux de recouvrement. La Chambre nationale incarne l huissier de justice qui s abstient de toute collaboration directe et indirecte avec des bureaux de recouvrement. Publication d un rapport annuel avec un aperçu des résultats de l examen sur le plan interne : chiffres, réalisations et thématiques de travail. Ce rapport n est pas uniquement destiné à l organisation en tant que telle, mais peut également servir de levier en vue de confronter les besoins de la politique avec ceux de la société. Une mise à jour du site Internet de la Chambre nationale est impérative afin de promouvoir une implication du citoyen et des entreprises. Le site actuel n est pas suffisamment centré sur l utilisateur. Lancement et diffusion de l «e-zine» en collaboration avec le service juridique. 5) SOUTIEN «SAM/TES» : La «SAM/TES» offrira un forum de discussion aux parties intéressées qui sont disposées à participer à «présenter un front uni» et a, de ce fait, également pour but de créer une assise sociale pour nos projets. En vue de soutenir la «SAM/TES», un conseil scientifique sera constitué ; des professeurs de différentes universités y siégeront. Ces professeurs se porteront garant du fondement scientifique et de la promotion de nos propositions et de nos points de vues. Ils appuieront également le service juridique dans la formation continue. Leur implication contribuera à l assise sociale des points de vues adoptés.

BONNE GOUVERNANCE PUBLIQUE : RAPPORT ANNUEL DU COMITÉ D AUDIT 2011

BONNE GOUVERNANCE PUBLIQUE : RAPPORT ANNUEL DU COMITÉ D AUDIT 2011 BONNE GOUVERNANCE PUBLIQUE : RAPPORT ANNUEL DU COMITÉ D AUDIT 2011 AVANT-PROPOS L ONAFTS poursuit l objectif d une bonne gestion et souhaite optimaliser sa légitimité et son intégrité. C est la raison

Plus en détail

30 avril 2015 Rencontre avec les magistrats

30 avril 2015 Rencontre avec les magistrats 30 avril 2015 Rencontre avec les magistrats Projet de recommandation (interinstituts) relative aux missions du réviseur d entreprises, de l expert-comptable externe, du conseil fiscal externe, du comptable

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

Étapes suivantes du plan d action du Manitoba

Étapes suivantes du plan d action du Manitoba Juillet 2005 Pour aller de l avant : L apprentissage et la garde des jeunes enfants Étapes suivantes du plan d action du Manitoba Introduction En novembre 1999, le gouvernement du Manitoba a confirmé son

Plus en détail

Charte de Compliance ERGO Insurance sa

Charte de Compliance ERGO Insurance sa Charte de Compliance ERGO Insurance sa Introduction Sur la base de la circulaire PPB/D. 255 du 10 mars 2005 sur la compliance adressée aux entreprises d assurances, une obligation légale a été imposée

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DU COMITÉ D AUDIT 2009

RAPPORT ANNUEL DU COMITÉ D AUDIT 2009 RAPPORT ANNUEL DU COMITÉ D AUDIT 2009 Conformément à la Charte du Comité d audit, le Comité d audit doit établir chaque année un rapport dans lequel sa composition et ses compétences sont mentionnées et

Plus en détail

Intervention: Pauvreté et Acces à la Justice

Intervention: Pauvreté et Acces à la Justice Intervention: Pauvreté et Acces à la Justice Je travaille pour le Réseau flamand de lutte contre la pauvreté 58 associations où les pauvres prennent la parole en Flandre et à Bruxelles sont affiliés à

Plus en détail

PROGRAMME MATRA SUD POUR LA FORMATION EN LEGISLATION

PROGRAMME MATRA SUD POUR LA FORMATION EN LEGISLATION PROGRAMME MATRA SUD POUR LA FORMATION EN LEGISLATION 31 mai-10 juin, 2015 La Haye, Les Pays-Bas 04-08 octobre, 2015 Tunis, Tunisie PROGRAMME MATRA SUD POUR LA FORMATION EN LEGISLATION Le programme Matra

Plus en détail

Règlement intérieur. Document de travail non mis en forme GRAND GENEVE FORUM D AGGLOMERATION FRANCO-VALDO-GENEVOIS

Règlement intérieur. Document de travail non mis en forme GRAND GENEVE FORUM D AGGLOMERATION FRANCO-VALDO-GENEVOIS Règlement intérieur Introduction Document de travail non mis en forme Le 28 juin 2012 a été signé le Projet d agglomération 2012 au travers duquel les partenaires français, genevois et vaudois ont renforcé

Plus en détail

ACTEURS DE L EXÉCUTION

ACTEURS DE L EXÉCUTION Au Luxembourg, le principal acteur de l exécution est l huissier de justice. Muni d un titre exécutoire qui remplit les conditions de son exécution (voir fiche 1), le créancier pourra s adresser à l huissier

Plus en détail

AIDE-MEMOIRE. 6 8 mars 2006 Tanger ( Maroc) Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement

AIDE-MEMOIRE. 6 8 mars 2006 Tanger ( Maroc) Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Département des Nations Unies pour les Affaires Economiques et Sociales Séminaire Régional sur l Amélioration de l Administration

Plus en détail

ADMINISTRATEUR INDEPENDANT OU EXTERNE UNE BELLE CARTE A JOUER! Benoît VANDERSTICHELEN Daniel LEBRUN

ADMINISTRATEUR INDEPENDANT OU EXTERNE UNE BELLE CARTE A JOUER! Benoît VANDERSTICHELEN Daniel LEBRUN ADMINISTRATEUR INDEPENDANT OU EXTERNE UNE BELLE CARTE A JOUER! Benoît VANDERSTICHELEN Daniel LEBRUN 2 UNE CARTE À JOUER? Grâce à leurs aptitudes, les experts comptables et conseils fiscaux sont tout désignés

Plus en détail

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience «Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience UNIVERSITE PARIS 8 ENTREPRISE FNAIM Monter les salariés

Plus en détail

Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de surveillance. Approuvé par le CCRRA en juin 2015

Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de surveillance. Approuvé par le CCRRA en juin 2015 Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de Approuvé par le CCRRA en juin 2015 Mise à jour du Forum conjoint des autorités de réglementation du marché financier Réseau de conciliation

Plus en détail

Conditions générales et Tarif de Maître BECK. Tous les montants sont majorés de la TVA de 21 % à dater du 1er Janvier 2014

Conditions générales et Tarif de Maître BECK. Tous les montants sont majorés de la TVA de 21 % à dater du 1er Janvier 2014 Conditions générales et Tarif de Maître BECK Tous les montants sont majorés de la TVA de 21 % à dater du 1er Janvier 2014 1. L avocat BECK travaille au mieux des intérêts du client sur base des présentes

Plus en détail

Rappelle dans ce contexte que l exécution des arrêts de la Cour peut nécessiter l implication du pouvoir judiciaire et des parlements ;

Rappelle dans ce contexte que l exécution des arrêts de la Cour peut nécessiter l implication du pouvoir judiciaire et des parlements ; Conférence de haut niveau sur la mise en œuvre de la Convention européenne des droits de l homme, une responsabilité partagée Déclaration de Bruxelles 27 mars 2015 La Conférence de haut niveau, réunie

Plus en détail

FICHE DE FONCTION - 04

FICHE DE FONCTION - 04 FICHE DE FONCTION - 04 ANIMATEUR/EDUCATEUR de classe 1 INTITULE DE LA FONCTION : animateur/éducateur RELATIONS HIERARCHIQUES L animateur/éducateur de classe 1 exerce ses fonctions sous la responsabilité

Plus en détail

PROJET D ETABLISSEMENT

PROJET D ETABLISSEMENT PROJET D ETABLISSEMENT «Amener chacun à une autonomie responsable» INTRODUCTION Dans l esprit du Projet Educatif défini par le Pouvoir Organisateur du Collège Notre-Dame et dans la volonté de respecter

Plus en détail

Appel d offres. Cahier des Clauses Techniques Particulières

Appel d offres. Cahier des Clauses Techniques Particulières Appel d offres Choix d un cabinet de conseil pour l accompagnement au montage de projet «Recherche Hospitalo-Universitaire en Santé» (RHU) dans le cadre de l Appel à Projet ANR, Investissements d Avenir,

Plus en détail

Dispositif «Ecole et Justice»

Dispositif «Ecole et Justice» Dispositif «Ecole et Justice» 1) La mission du CDAD : Le CDAD (Conseil Départemental de l Accès au Droit) est chargé de mettre en œuvre diverses actions afin de permettre : - l information générale des

Plus en détail

Partie 2 : Charte du Comité d audit

Partie 2 : Charte du Comité d audit Partie 2 : Charte du Comité d audit commun aux IPSS Partie 2 : Charte du Comité d audit commun aux IPSS 3 Sommaire I. Contexte...4 1. Audit interne : un défi commun pour les IPSS...4 II. Notion de Comité

Plus en détail

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes

Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Consultation en ligne de l UNESCO sur la Recommandation sur le développement de l éducation des adultes Contribution de l Institut de coopération pour l éducation des adultes (ICÉA) Juin 2014 2 Table des

Plus en détail

Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007

Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007 Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007 Page 1 sur 15 NOTE La présente note et les documents joints décrivent un cadre pour la collaboration continue

Plus en détail

Licence Sciences de gestion

Licence Sciences de gestion Formations et diplômes Rapport d'évaluation Licence Sciences de gestion Université Jean Monnet Saint-Etienne - UJM Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier

Plus en détail

CONSEIL DES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES MANDATS PROVISOIRES

CONSEIL DES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES MANDATS PROVISOIRES CONSEIL DES NORMES COMPTABLES INTERNATIONALES MANDATS PROVISOIRES (Approuvés en novembre 2004) SOMMAIRE Paragraphe Objectif du Conseil des normes comptables internationales du secteur public... 1 3 Nomination

Plus en détail

Questionnaire «B» Peuvent être nommées procureurs les personnes ayant le casier judiciaire vierge et ayant le droit de vote qui ont acquis :

Questionnaire «B» Peuvent être nommées procureurs les personnes ayant le casier judiciaire vierge et ayant le droit de vote qui ont acquis : Questionnaire «B» I. Les conditions préliminaires pour la nomination au poste du procureur sont les suivantes : Aux termes de la loi régissant les rapports de service au sein du parquet : Peuvent être

Plus en détail

DÉCLARATION SUR LES PRATIQUES DE GOUVERNANCE

DÉCLARATION SUR LES PRATIQUES DE GOUVERNANCE DÉCLARATION SUR LES PRATIQUES DE GOUVERNANCE Survol Notre conseil d administration (le «conseil») et notre direction s efforcent de demeurer des figures de proue de la saine gouvernance et de veiller au

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 14 février 2013 Français Original: anglais E/ECE/1466 Commission économique pour l Europe Soixante-cinquième session Genève, 9-11 avril 2013 Point

Plus en détail

[CONSEIL D ADMINISTRATION]

[CONSEIL D ADMINISTRATION] PLAN D ACTIONS 2016 [CONSEIL D ADMINISTRATION] Mardi 15 décembre 2015 L année 2016 s inscrit dans la continuité des défis rencontrés par l InterMire en 2015. Casimire, tout d abord, sera lancé dès les

Plus en détail

Réponse au rapport Accès à la justice en français. Congrès annuel de l AJEFO Le 4 octobre 2014

Réponse au rapport Accès à la justice en français. Congrès annuel de l AJEFO Le 4 octobre 2014 Réponse au rapport Accès à la justice en français Congrès annuel de l AJEFO Le 4 octobre 2014 1 Rapport Accès à la justice en français Les coprésidents du Comité consultatif de la magistrature et du barreau

Plus en détail

CONVENTION PARTENARIAT ENTRE NANTES MÉTROPOLE, LA VILLE DE NANTES ET L APAJH 44

CONVENTION PARTENARIAT ENTRE NANTES MÉTROPOLE, LA VILLE DE NANTES ET L APAJH 44 CONVENTION PARTENARIAT ENTRE NANTES MÉTROPOLE, LA VILLE DE NANTES ET L APAJH 44 AFIN DE FACILITER L INSERTION PROFESSIONNELLE DES JEUNES EN SITUATION DE HANDICAP Version du 26 Mars 2015 Annexe6_Projet_Convention_APAJH44_v07.odt

Plus en détail

Créer une ASBL : Comment s y prendre?

Créer une ASBL : Comment s y prendre? Créer une ASBL : Comment s y prendre? Bruxelles, 11 décembre 2013 Programme du jour: 1) Introduction 2) La personnalité juridique, différences société-asbl 2) Constitution d une ASBL 3) Mesures de publicité

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 27/12/2013 Envoi des offres : aurelie.huby@midi-pyrenees.cci.fr Le

Plus en détail

CADRE DE RÉFÉRENCE POUR L ÉLABORATION PAR LES ORS D UN PLAN QUINQUENNAL DE SERVICES EN FRANÇAIS 20XX 20XX

CADRE DE RÉFÉRENCE POUR L ÉLABORATION PAR LES ORS D UN PLAN QUINQUENNAL DE SERVICES EN FRANÇAIS 20XX 20XX CADRE DE RÉFÉRENCE POUR L ÉLABORATION PAR LES ORS D UN PLAN QUINQUENNAL DE SERVICES EN FRANÇAIS 20XX 20XX Dernière mise à jour : mars 2014 REMARQUES EXPLICATIVES En vertu du Règlement sur les services

Plus en détail

«RESEAU DE PSYCHOLOGIE DU TRAVAIL ET DES ORGANISATIONS DES PAYS DU SUD» (PTO-Sud) - REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

«RESEAU DE PSYCHOLOGIE DU TRAVAIL ET DES ORGANISATIONS DES PAYS DU SUD» (PTO-Sud) - REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES «RESEAU DE PSYCHOLOGIE DU TRAVAIL ET DES ORGANISATIONS DES PAYS DU SUD» (PTO-Sud) - REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 : Le présent règlement intérieur définit les modalités

Plus en détail

Programme Stratégique Transversal

Programme Stratégique Transversal Programme Stratégique Transversal 2013-2018 Avant-propos Gérer, c est prévoir! Prévoir, c est se fixer des objectifs à atteindre bien évidemment avec les moyens mis à notre disposition! En effet, la crise

Plus en détail

CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES. Synthèse de quelques éléments d observation

CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES. Synthèse de quelques éléments d observation CONDITIONS ET PROCESSUS FAVORABLES A LA REUSSITE D UN PROJET DANS LES ETABLISSEMENTS SCOLAIRES Synthèse de quelques éléments d observation Marc Thiébaud Septembre 2002 Remarque préliminaire Cette synthèse

Plus en détail

SYGENE L alliance des généalogistes professionnels

SYGENE L alliance des généalogistes professionnels SYGENE L alliance des généalogistes professionnels Syndicat professionnel initialement déclaré sous la terminologie : Chambre Syndicale des Généalogistes et Héraldistes de France (C.S.G.H.F.) le 28 mars

Plus en détail

Cahier des charges pour la consultation d un cabinet d avocat

Cahier des charges pour la consultation d un cabinet d avocat SEPTEMBRE 2010 Modification du SCoT Grand Douaisis Cahier des charges pour la consultation d un cabinet d avocat CONSULTATION SUR DEVIS CRITERES DE CHOIX DES MEILLEURES PROPOSITIONS : - La qualité et clarté

Plus en détail

Licence Administration Economique et Sociale

Licence Administration Economique et Sociale 1 - Objectifs de formation de la Licence AES La Licence AES est pluridisciplinaire et permet aux étudiants d acquérir une solide culture dans des disciplines aussi diverses que le droit privé, le droit

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

ACCORD DU 8 SEPTEMBRE 2009

ACCORD DU 8 SEPTEMBRE 2009 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DES AGENCES DE RECHERCHES

Plus en détail

La dissolution d une asbl

La dissolution d une asbl FICHE PRATI QUE La dissolution d une asbl La dissolution d une association sans but lucratif est un acte qui a pour but de mettre juridiquement fin à son existence. Pouvant résulter d une action volontaire

Plus en détail

Commission de la défense nationale

Commission de la défense nationale Commission de la défense nationale RÈGLEMENT XII e LÉGISLATURE CHAPITRE I Dénomination, composition et attributions Article 1 er (Dénomination) 1. La Commission de la défense nationale est la commission

Plus en détail

Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure

Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure Ce projet est cofinancé par l Union européenne 2 Europe Une saisie européenne des avoirs bancaires Éléments de procédure Prise de position

Plus en détail

FONDS DE DOTATION «Institut pour le soutien à la formation et à la recherche en imagerie, diagnostique et interventionnelle ISFRI»

FONDS DE DOTATION «Institut pour le soutien à la formation et à la recherche en imagerie, diagnostique et interventionnelle ISFRI» FONDS DE DOTATION «Institut pour le soutien à la formation et à la recherche en imagerie, diagnostique et interventionnelle ISFRI» STATUTS CONSTITUTIFS La soussignée : - La SOCIETE FRANCAISE DE RADIOLOGIE

Plus en détail

Table des matières. I. Nom, vision, mission et langues officielles... 2. II. Adhésion... 2. III. Principe de subsidiarité... 3. IV. Conseil...

Table des matières. I. Nom, vision, mission et langues officielles... 2. II. Adhésion... 2. III. Principe de subsidiarité... 3. IV. Conseil... Table des matières I. Nom, vision, mission et langues officielles... 2 II. Adhésion... 2 III. Principe de subsidiarité... 3 IV. Conseil... 3 V. Dirigeants... 6 VI. Comité exécutif... 6 VII. Autres comités...

Plus en détail

RAPPORT SUR LE SUIVI DONNÉ AUX RÉSOLUTIONS DE L ASSEMBLÉE ANNUELLE DE 1999. Cette résolution est appliquée telle qu elle a été adoptée.

RAPPORT SUR LE SUIVI DONNÉ AUX RÉSOLUTIONS DE L ASSEMBLÉE ANNUELLE DE 1999. Cette résolution est appliquée telle qu elle a été adoptée. RAPPORT SUR LE SUIVI DONNÉ AUX RÉSOLUTIONS DE L ASSEMBLÉE ANNUELLE DE 1999 Voici un sommaire des mesures prises par le conseil d administration et le personnel pour donner suite aux résolutions examinées

Plus en détail

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT

Groupe de travail. Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Groupe de travail Renforcer la confiance mutuelle RAPPORT Les participants ont tous reçu une copie du rapport particulièrement riche du précédent groupe de travail. A l issue des rapports des représentantes

Plus en détail

Contrat de Syndic. représenté aux fins des présentes par le Président de l'assemblée générale en date du nomination du soussigné.

Contrat de Syndic. représenté aux fins des présentes par le Président de l'assemblée générale en date du nomination du soussigné. Contrat de Syndic Entre les soussignés 1 - LE SYNDICAT DES COPROPRIETAIRES Le Syndicat des copropriétaires de l'immeuble sis à : représenté aux fins des présentes par le Président de l'assemblée générale

Plus en détail

Statuts du Collectif des Plateformes d Affiliation

Statuts du Collectif des Plateformes d Affiliation I - BUT ET COMPOSITION Art. 1 : DENOMINATION Il est fondé un syndicat régi par les présents statuts, sous la dénomination de : Collectif des Plateformes d Affiliation (CPA). Art. 2 : OBJET Ce syndicat

Plus en détail

SECTION 1. Statut juridique du syndic 5 1. Organe ou mandataire 5 2. Statut professionnel du syndic 7

SECTION 1. Statut juridique du syndic 5 1. Organe ou mandataire 5 2. Statut professionnel du syndic 7 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE 1. STATUT JURIDIQUE ET RESPONSABILITÉ DU SYNDIC 3 SECTION 1. Statut juridique du syndic 5 1. Organe ou mandataire 5 2. Statut professionnel du syndic 7 SECTION 2. Responsabilité

Plus en détail

UNE COUPE À VOTRE MESURE!

UNE COUPE À VOTRE MESURE! Nationale Federatie Fédération Nationale UNE COUPE À VOTRE MESURE! en ParTenariaT avec 9 bonnes raisons de devenir membre événements et concours... 15 La défense de vos intérêts de coiffeurs... 7 Soyez

Plus en détail

ASSOCIATION DES FISCALISTES D ENTREPRISE

ASSOCIATION DES FISCALISTES D ENTREPRISE ASSOCIATION DES FISCALISTES D ENTREPRISE REGLEMENT INTERIEUR Règlement intérieur AFE 1 PREAMBULE Il est prévu dans les statuts de l'afe «Association Française des Fiscalistes d Entreprise» l'établissement

Plus en détail

Traduire dans l aide sociale

Traduire dans l aide sociale Traduire dans l aide sociale Droits des personnes de langue étrangère et obligations de l état Résumé Jörg Künzli, docteur en droit et professeur, LL.M., avocat, Berne Alberto Achermann, docteur en droit,

Plus en détail

Table des matières. 1. Les composantes de la profession 15 2. La déontologie 16 3. L implication des grandes structures 17

Table des matières. 1. Les composantes de la profession 15 2. La déontologie 16 3. L implication des grandes structures 17 Table des matières Préface 7 Introduction 11 Chapitre I. L organisation de la profession 15 1. Les composantes de la profession 15 2. La déontologie 16 3. L implication des grandes structures 17 Chapitre

Plus en détail

ANNEXE F MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE

ANNEXE F MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE Le conseil d administration a constitué le Comité de gouvernance d entreprise (le «comité») pour le seconder dans son devoir de supervision de l efficacité du système de gouvernance d entreprise de la

Plus en détail

Association de fait ou ASBL? Quels avantages et quels inconvénients?

Association de fait ou ASBL? Quels avantages et quels inconvénients? Association de fait ou ASBL? Quels avantages et quels inconvénients? Dans les grandes lignes Association de fait Groupement de personnes réunies par une passion commune Elle n est régie pas aucune disposition

Plus en détail

1. Description et objectifs du Fonds. A propos du Projet Pôles Intégrés de Croissance (PIC)

1. Description et objectifs du Fonds. A propos du Projet Pôles Intégrés de Croissance (PIC) TERMES DE REFERENCE RECRUTEMENT D UN CABINET POUR LA GESTION ET L ADMINISTRATION D UN PROGRAMME DE SUBVENTIONS A L ENTREPRENEURIAT ET A L INVESTISSEMENT 1. Description et objectifs du Fonds A propos du

Plus en détail

Western Climate Initiative, inc. Budget révisé pour l année civile 2015 et dépenses prévues en 2016 6 mai 2015

Western Climate Initiative, inc. Budget révisé pour l année civile 2015 et dépenses prévues en 2016 6 mai 2015 Western Climate Initiative, inc. Budget révisé pour l année civile 2015 et dépenses prévues en 2016 6 mai 2015 Table des matières Introduction... 1 Services de plafonnement et d échange... 2 Système de

Plus en détail

Loi sur le Tribunal fiscal (LTF)

Loi sur le Tribunal fiscal (LTF) Proposition du Conseil-exécutif Loi sur le Tribunal fiscal (LTF) Direction de la justice, des affaires communales et des affaires ecclésiastiques Loi sur le Tribunal fiscal (LTF) Le Grand Conseil du canton

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE L ASSOCIATION VACO Marché professionnel

CONDITIONS GÉNÉRALES DE L ASSOCIATION VACO Marché professionnel CONDITIONS GÉNÉRALES DE L ASSOCIATION VACO Marché professionnel Article 1 Définitions / généralités a) Dans les conditions générales de l association VACO, on entendra par : - fournisseur de VACO : toute

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société)

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION. FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1. Objectifs FORAGE ORBIT GARANT INC. (Orbit Garant ou la Société) L intendance générale de la Société relève de la responsabilité du conseil d administration (les «administrateurs»).

Plus en détail

Note - Dans le présent document, le générique masculin est utilisé sans aucune discrimination et uniquement dans le but d alléger le texte.

Note - Dans le présent document, le générique masculin est utilisé sans aucune discrimination et uniquement dans le but d alléger le texte. Mémoire de la Fédération des commissions scolaires du Québec concernant le projet de loi n o 133 sur la gouvernance et la gestion des ressources informationnelles des organismes publics et des entreprises

Plus en détail

COMITÉ DES PLACEMENTS CADRE DE RÉFÉRENCE

COMITÉ DES PLACEMENTS CADRE DE RÉFÉRENCE Mis à jour le 13 janvier 2012 COMITÉ DES PLACEMENTS CADRE DE RÉFÉRENCE Mandat Le Comité des placements est un comité permanent du conseil d administration de l Association Royale de Golf du Canada (active

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION. Présentation APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Présentation Date limite de remise des candidatures : Le 04/02/2014 CCI Franche-Comté. Appel à candidatures référencement

Plus en détail

Fonctionnement et Organisation d une Association

Fonctionnement et Organisation d une Association Fonctionnement et Organisation d une Association Au profit de la Coordination des ONG de Khouribga PNUD Maroc Programme PASC INDH Khouribga, 19 décembre 2008 Sommaire & Objectifs La présentation est organisée

Plus en détail

UNAIDS/PCB(30)/12.9 25 avril 2012. 30 ème réunion du Conseil de Coordination du Programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 5-7 juin 2012

UNAIDS/PCB(30)/12.9 25 avril 2012. 30 ème réunion du Conseil de Coordination du Programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 5-7 juin 2012 UNAIDS/PCB(30)/12.9 25 avril 2012 30 ème réunion du Conseil de Coordination du Programme de l ONUSIDA Genève, Suisse 5-7 juin 2012 Mise à jour sur les indicateurs, le suivi et l évaluation du Cadre unifié

Plus en détail

Gestion de la conformité à la réglementation (GCR) (Se substitue à Gestion du respect de la législation (GRL))

Gestion de la conformité à la réglementation (GCR) (Se substitue à Gestion du respect de la législation (GRL)) Ligne directrice Objet : Catégorie : (GCR) (Se substitue à Gestion du respect de la législation (GRL)) Saines pratiques commerciales et financières N o : E-13 Date : Novembre 2014 I. Objet et portée de

Plus en détail

janvier Code de conduite du groupe

janvier Code de conduite du groupe janvier 2013 Code du groupe Engagements du Groupe 1 Engagements du Groupe À travers ses réseaux de banque de détail, sa banque de financement et d investissement, et l ensemble des métiers fondés sur l

Plus en détail

CO 2 SOLUTIONS INC. MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DES RESSOURCES HUMAINES

CO 2 SOLUTIONS INC. MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DES RESSOURCES HUMAINES CO 2 SOLUTIONS INC. MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET DES RESSOURCES HUMAINES 1. OBJET Le Comité de gouvernance et de rémunération (le «Comité») est un comité permanent du Conseil d administration de

Plus en détail

Règlement intérieur. Sommaire

Règlement intérieur. Sommaire Règlement intérieur Sommaire Règlement intérieur... 1 TITRE I : DISPOSITIONS GÉNÉRALES... 2 1. Objet du règlement intérieur... 2 2. Procédure de modification du règlement intérieur de l association...

Plus en détail

ADMINISTRATION PROVISOIRE DE CABINET D EXPERTISE COMPTABLE Guide pratique

ADMINISTRATION PROVISOIRE DE CABINET D EXPERTISE COMPTABLE Guide pratique ADMINISTRATION PROVISOIRE DE CABINET D EXPERTISE COMPTABLE Guide pratique Service du Tableau Anne-Sophie Baldini 04 72 60 26 26 - asb@oecra.fr Préambule J'ai beaucoup mieux à faire que m'inquiéter de l'avenir.

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Éléments juridiques sur la carte d achat

Éléments juridiques sur la carte d achat Annexe 2 Éléments juridiques sur la carte d achat Définition et champ d application. La carte d achat est une [art. 1.] modalité d exécution des marchés publics. C est donc à la fois une modalité de commande

Plus en détail

STATUTS LOUVAIN MÉDICAL ASBL

STATUTS LOUVAIN MÉDICAL ASBL STATUTS LOUVAIN MÉDICAL ASBL Louvain Médical, 1200 Bruxelles Numéro d identification : 11393/91 CHAPITRE I: «Dénomination, siège, but, durée» Dénomination Art. 1 Il est créé une association sans but lucratif,

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

Dossier de presse Informatique et libertés Décembre 2007. Le réseau des correspondants Informatique et Libertés dans les universités

Dossier de presse Informatique et libertés Décembre 2007. Le réseau des correspondants Informatique et Libertés dans les universités Le réseau des correspondants Informatique et Libertés dans les universités Dossier de presse CNIL Elsa Trochet Tel.01 53 73 22 48 etrochet@cnil.fr La loi «Informatique et Libertés» La loi «Informatique

Plus en détail

CADRE BUDGÉTAIRE COMMUN

CADRE BUDGÉTAIRE COMMUN PROCÉDURES OPÉRATIONNELLES STANDARD pour les PAYS ADOPTANT l approche «UNIS DANS L ACTION» Août 2014 GUIDE DU CADRE BUDGÉTAIRE COMMUN Le Cadre budgétaire commun, par sa présentation transparente et centralisée

Plus en détail

Statuts de l Association VALLEE DE MUNSTER EN TRANSITION

Statuts de l Association VALLEE DE MUNSTER EN TRANSITION Statuts de l Association VALLEE DE MUNSTER EN TRANSITION ARTICLE 1 : Nom et siège Entre toutes les personnes qui adhèrent aux présents statuts, il est formé une association dénommée : «VALLEE DE MUNSTER

Plus en détail

Étape 1 : s enregistrer en tant qu huissier de justice, candidat ou stagiaire

Étape 1 : s enregistrer en tant qu huissier de justice, candidat ou stagiaire COMMENT UN HUISSIER DE JUSTICE, CANDIDAT-HUISSIER DE JUSTICE OU STAGIAIRE PEUT-IL FAIRE APPROUVER UNE ACTIVITÉ DANS LE CADRE DE LA FORMATION PERMANENTE? A/ PLAN PAR ÉTAPES Étape 1 : s enregistrer en tant

Plus en détail

Master Droit de l entreprise

Master Droit de l entreprise Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Droit de l entreprise Institut catholique de Lille - ICL Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin,

Plus en détail

LA RECHERCHE JURIDIQUE ET LES ÉTUDES DE CAS RÉELS COMME BASES D APPRENTISSAGE DU DROIT CONSTITUTIONNEL

LA RECHERCHE JURIDIQUE ET LES ÉTUDES DE CAS RÉELS COMME BASES D APPRENTISSAGE DU DROIT CONSTITUTIONNEL LA RECHERCHE JURIDIQUE ET LES ÉTUDES DE CAS RÉELS COMME BASES D APPRENTISSAGE DU DROIT CONSTITUTIONNEL German Alfonso Lopez Daza 1 Les facultés de droit dont la mission est de former les futurs avocats,

Plus en détail

Politique et procédure de dotation de la Ville d Alma

Politique et procédure de dotation de la Ville d Alma Politique et procédure de dotation de la Ville d Alma Service des ressources humaines 15 février 2010 Résolution : 078-04-2010 TABLE DES MATIÈRES POLITIQUE... 1 BUT DE LA POLITIQUE... 1 OBJECTIFS... 1

Plus en détail

TABLEAU COMPARATIF - 99 -

TABLEAU COMPARATIF - 99 - - 99 - TABLEAU COMPARATIF Le Sénat, Vu l article 88-4 de la Constitution ; Vu la proposition de règlement du Parlement européen et du Conseil sur les exigences prudentielles applicables aux établissements

Plus en détail

RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION JOINT AU RAPPORT DE GESTION

RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION JOINT AU RAPPORT DE GESTION RAPPORT DU PRESIDENT DU CONSEIL D ADMINISTRATION JOINT AU RAPPORT DE GESTION rendant compte des conditions de préparation et d organisation des travaux du Conseil ainsi que des procédures de contrôle interne

Plus en détail

F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S. sur

F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S. sur F RSE Plan d action A04 Bruxelles, le 14.09.2006 MH/JC/LC A V I S sur L AVANT-PROJET DE PLAN D ACTION EN MATIERE DE RESPONSABILITE SOCIETALE DES ENTREPRISES EN BELGIQUE *** 2 Dans sa lettre du 10 juillet

Plus en détail

Statuts de l École de la deuxième chance de l Estuaire de la Loire

Statuts de l École de la deuxième chance de l Estuaire de la Loire Statuts de l École de la deuxième chance de l Estuaire de la Loire Article 1 : Constitution Dénomination Entre : - l Etat, - le Conseil régional Pays de Loire - le Conseil général de Loire-atlantique -

Plus en détail

POLITIQUE MUNICIPALE

POLITIQUE MUNICIPALE POLITIQUE MUNICIPALE POLITIQUE NUMÉRO : OBJET : SF-2003-01 ATTRIBUTION DES CONTRATS DE SERVICES PROFESSIONNELS DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 11 février 2003 RÉS. N O. : CM-2003-160 DATE DE RÉVISION : 30 mars

Plus en détail

Département de l Aide sociale de la Santé publique & de la Famille. Au service de la politique et des soins de santé

Département de l Aide sociale de la Santé publique & de la Famille. Au service de la politique et des soins de santé Département de l Aide sociale de la Santé publique & de la Famille Au service de la politique et des soins de santé Domaine politique de l Aide sociale, de la Santé publique et de la Famille Ministre flamand

Plus en détail

Lettre de soutien. Paris, le 30 août 2012

Lettre de soutien. Paris, le 30 août 2012 Lettre de soutien Paris, le 30 août 2012 Secrétariat du Forum Mondial sur le Droit, la justice et le Développement c/o La Banque Mondiale Vice présidence juridique 1818 H Street N.W. Washington D.C. 20433

Plus en détail

Reunion des ministres des finances des PFR francophones Washington DC. Fonds monétaire international 18 avril 2013

Reunion des ministres des finances des PFR francophones Washington DC. Fonds monétaire international 18 avril 2013 Reunion des ministres des finances des PFR francophones Washington DC Fonds monétaire international 18 avril 2013 Le suivi de Tokyo - Stratégie La stratégie proposée par la RDC à Tokyo pour renforcer la

Plus en détail

Loi suisse sur la profession d avocat: Prise de position des JDS sur le projet de loi de la FSA du 5 février 2012

Loi suisse sur la profession d avocat: Prise de position des JDS sur le projet de loi de la FSA du 5 février 2012 DJS JDS GDS Demokratische Juristinnen und Juristen der Schweiz Schwanengasse 9 Juristes Démocrates de Suisse 3011 Bern Giuristi e Giuriste Democratici Svizzeri Tel 078 617 87 17 Giuristas e Giurists Democratics

Plus en détail

Décret n 2008-517 du 20 mai 2008

Décret n 2008-517 du 20 mai 2008 Décret n 2008-517 du 20 mai 2008 Décret n 2008-517 du 20 mai 2008 fixant les modalités d organisation et de fonctionnement des Agences régionales de Développement. RAPPORT DE PRESENTATION En application

Plus en détail

Institutionnalisation du modèle PNR à l étranger le cas de la Suisse

Institutionnalisation du modèle PNR à l étranger le cas de la Suisse Institutionnalisation du modèle PNR à l étranger le cas de la Suisse Crédit images : Netzwerk Schweizer Pärke Réseau des parcs suisses 01/2015 Quelle/Source: swisstopo (5704002947 1 La Suisse possède une

Plus en détail

L EVALUATION DU CENTRE DE RECHERCHE INNOCENTI RESUME ANALYTIQUE

L EVALUATION DU CENTRE DE RECHERCHE INNOCENTI RESUME ANALYTIQUE L EVALUATION DU CENTRE DE RECHERCHE INNOCENTI RESUME ANALYTIQUE Contexte et historique L évaluation du Centre de recherche Innocenti (IRC) a été effectuée d octobre 2004 à janvier 2005 à la demande du

Plus en détail

Avec mes fournisseurs, je préfère être bien accompagné et régler mes litiges à l amiable.

Avec mes fournisseurs, je préfère être bien accompagné et régler mes litiges à l amiable. Avec mes fournisseurs, je préfère être bien accompagné et régler mes litiges à l amiable. Avec les juristes d Allianz 70 % des litiges trouvent une solution à l amiable. Protection Juridique Une assurance

Plus en détail

LE METIER DE SYNDIC. I) - Le cadre légal :

LE METIER DE SYNDIC. I) - Le cadre légal : 1 LE METIER DE SYNDIC Avec près de 8 millions de logements en Copropriété, la plupart des Français sont en relation avec un Syndic qui administre les parties communes de leur habitat collectif. Ils payent

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent

de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent Offre 2013 de formation cycles de formation professionnelle quand les talents grandissent, les collectivités progressent citoyenneté, culture et action éducative cycle de formation professionnelle restauration

Plus en détail