Intervention: Pauvreté et Acces à la Justice

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Intervention: Pauvreté et Acces à la Justice"

Transcription

1 Intervention: Pauvreté et Acces à la Justice Je travaille pour le Réseau flamand de lutte contre la pauvreté 58 associations où les pauvres prennent la parole en Flandre et à Bruxelles sont affiliés à notre réseau. Notre but central est éradiquer la pauvreté. La lutte contre la pauvreté n est pas envisageable sans la participation des gens en pauvreté. La lutte contre la pauvreté n est pas envisageable sans une réorganisation profonde de la société. Nous partons des expériences des pauvres pour engager la lutte contre la pauvreté. C est notre plus value comme association, à côté de la recherche, des chiffres et des lois sur la pauvreté. Qu est-ce que c est pour nous, la pauvreté? La pauvreté signifie tout d abord l exclusion à plusieurs niveaux. C est le manque d opportunités et le fait de ne pas pouvoir participer, d être mis à l écart. C est une exclusion qui fait que vos droits ne sont pas garantis. En parlant de «droits», nous parlons des droits sociaux fondamentaux : le droit à la participation à la société, aux services sociaux, à un revenu décent, à une famille, à la culture et au temps libre, à l éducation et à la formation, à l emploi, à un logement salubre et abordable, à l énergie et à l eau et le droit à la santé et au bien-être. Une première exclusion en entraîne d autres : celui qui vit dans un taudis n a souvent pas la place pour faire ses devoirs et celui qui ne sait pas suivre à l école aura des difficultés pour trouver du travail. La toile d araignée à côté montre la mesure dans laquelle la pauvreté n est pas uniquement une accumulation, sinon une interdépendance d exclusions dans différents domaines de la vie. C est une toile (réseau, interdépendance) d où on ne peut pas facilement s échapper, ayant un côté visible tout comme un côté moins visible. Le fait que l accès aux droits de quelqu un est bloqué s appelle «l exclusion structurelle». Cette exclusion structurelle et sociale ne reste pas sans conséquences. Le manque d une habitation (décente), d un travail, est la partie visible de la pauvreté. On appelle parfois cela le côté matériel ou l extérieur. Mais l intérieur, la façon dont les gens vivent la pauvreté, est souvent d autant plus douloureux à supporter. C est le sentiment de honte et de stress, l impression d avoir échoué, le sentiment de solitude, d incertitude et d inutilité, ainsi que de méfiance et de peur. Comme Réseau on est membre d un Platform belge : Justice pour tous. La Plateforme Justice pour Tous est une coalition regroupant des acteurs de la société civile belge et du monde judiciaire associations, syndicats, collectifs du Nord et du Sud du pays, visant à promouvoir l accès à la justice pour tous. Elle a pour but de promouvoir et défendre l accès à la justice pour toutes les personnes en Belgique, et ce, via des actions collectives de réflexion, de sensibilisation et de revendication.

2 Accès à la justice: Difficultés : 1) Coûts : l augmentation des droits de greffe, la fin de l aide juridique gratuite pour les plus démunis avec l extension du ticket modérateur, l imposition d une TVA sur les honoraires des avocats et des huissiers. 2) Communication Un langage trop difficile ( oral et écrit ) de la part des avocats, mais aussi des magistrats, p.ex. une femme qui reçoit une lettre de la Cour qui ne mentionne que les paragraphes de la loi du code judiciaire ( selon les articles, vous devez apparaître) Pas le temps nécessaire d expliquer les procédures, les conséquences, Missing Link : pas de connaissance de la vie des gens en pauvreté, de la complexité des problèmes, MAIS aussi, pas de connaissance des gens en pauvreté du travail de l avocat, le monde judiciaire ( beaucoup de mépris et de méfiance réciproque entre les clients et le monde judiciaire) 3) l avocat est-il un spécialiste ou un généraliste? a. Les gens en pauvreté sont confrontées à une complexité des problèmes, tous liés, donc nécessitéd une approche généraliste b. Souvent, il ne s agit pas d une personne, mais d une famille, dont les membres ont tous leurs problèmes spécifiques. Souvent les familles ont besoin d une personne de confiance qui peut faire le missing link. c. Est-ce que l avocat est un technicien ou un conseiller? Souvent les avocats n ont pas les compétences, ni le temps, ni la confiance des gens nécessaire pour agir comme un conseiller. Souvent les gens en pauvreté ont plein de conseillers, mais la relation entre les conseillers et les avocats/magistrats n est pas toujours une relation de confiance et de réciprocité. 4) Manque d une aide juridique de première ligne approfondie et bien établie a. Ecrire des lettres, information compréhensible, aide juridique par téléphone b. Banques, sociétés d assurance, c. Pas mal de décisions prises par le gouvernement ou par les organisations d aide sociale ne sont pas légales. Les institutions prennent ces décisions, parce qu on sait que les seuils pour aller en justice sont très grands. 5) Qualité de travail des avocats pro deo. a. Les gens ont souvent l impression qu il existe une justice de classe (à deux vitesses?) b. Souvent des dossiers très complexes : la rémunération n est pas en proportion. Conséquence : les avocats pro deo investissent trop peu de temps dans le dossier. c. Ne pas apparaître en court d. Demander de l argent sous la table, demander de l argent après la clotûre : p.ex. divorce : maison est vendue, demander une somme. 6) Méfiance des gens en pauvreté a. Méfiance de tout : justice, conseillers, l état, b. Besoin de beaucoup de temps pour gagner la confiance c. Communication compréhensible!!!! 7) Pas de loi (des actions d intérêt collectif),( pas de class action ) en Belgique a. Causes de principe b. Droits fondamentaux

3 c. Lacune dans les lois d. Mauvaises lois e. Décisions prises malgré les lois f. Une cause pour tout un groupe des personnes Défis 8) Repenser le système d aide juridique a. Qui en a besoin? b. Pourquoi on en a besoin? c. Eviter d aller en justice! Liée à la qualité du travail législatif d. Est-ce qu on a toujours besoin d un avocat? p.ex. règlement collectif de dettes e. Première ligne? maintenant système sous-financé,en général ne donne pas une réponse aux questions des gens 9) maisons de justice modelées surles maisons médicales. a. Multidisciplinaires :approche généraliste approche specialiste b. Approche de conseiller approche de technicien c. Prévention actions, lobbying, d. Aide adminstrative e. Information f. Pistes judiciaires alternatives : médiation

Yves De Muijlder : «On essaie, mais on n y arrive pas»

Yves De Muijlder : «On essaie, mais on n y arrive pas» Yves De Muijlder : «On essaie, mais on n y arrive pas» Le président ECOLO du CPAS d Anderlecht, Yves de Muijlder, s est attelé à une tâche de réorganisation de cette institution au lourd passé de dysfonctionnements

Plus en détail

LE SENS DES SOUS POUR RÉSOUDRE LA PAUVRETÉ

LE SENS DES SOUS POUR RÉSOUDRE LA PAUVRETÉ Rapports du conseil national du bien-être social LE SENS DES SOUS POUR RÉSOUDRE LA PAUVRETÉ AUTOMNE 2011 VOLUME N o 130 On peut obtenir des exemplaires du présent rapport au : Conseil national du bien

Plus en détail

Version septembre 2013 CPAS GUIDE POUR LES USAGERS DU CPAS

Version septembre 2013 CPAS GUIDE POUR LES USAGERS DU CPAS Version septembre 2013 CPAS GUIDE POUR LES USAGERS DU CPAS PREFACE Une solution sur mesure, un pas vers une existence sans misère, le chemin vers l autonomie ou autrement dit : une aide pratique qui vous

Plus en détail

Rapport du Groupe de travail sur l accès aux services juridiques

Rapport du Groupe de travail sur l accès aux services juridiques Rapport du Groupe de travail sur l accès aux services juridiques Préparé par Alison MacPhail pour le groupe de travail sur l accès aux services juridiques du Comité d action sur l accès à la justice en

Plus en détail

QU EST-CE QUE LA SOCIETE CIVILE?

QU EST-CE QUE LA SOCIETE CIVILE? QU EST-CE QUE LA SOCIETE CIVILE? QU EST-CE QUE LASOCIETE CIVILE? Auteurs (texte original en allemand) : Nina Cvetek (Bachelor of Arts, Sciences Sociales, Université Heinrich Heine, Düsseldorf) & Friedel

Plus en détail

CE QU EN PENSENT LES MINEURS ETRANGERS NON-ACCOMPAGNES?

CE QU EN PENSENT LES MINEURS ETRANGERS NON-ACCOMPAGNES? WDYT-rapport-FR 30-03-2004 09:04 Pagina 1 CE QU EN PENSENT LES MINEURS ETRANGERS NON-ACCOMPAGNES? RAPPORT DES MINEURS ETRANGERS NON-ACCOMPAGNES SUR L APPLICATION DE LEURS DROITS EN BELGIQUE WDYT-rapport-FR

Plus en détail

On a souvent entendu que l information c est le pouvoir. En fait, c est le pouvoir d agir.

On a souvent entendu que l information c est le pouvoir. En fait, c est le pouvoir d agir. Le droit d être informé prend sa source dans les droits fondamentaux de la Charte des droits et libertés québécoise. L article 44 confirme que tout Québécois a droit à l information, sous réserve de la

Plus en détail

Les obstacles : Solutions envisageables :

Les obstacles : Solutions envisageables : 1. Quels sont les obstacles auxquels les citoyens européens doivent faire face dans l exercice de leurs droits? Que pourrait-on faire pour alléger ces obstacles? Les obstacles : Tout d abord, il y a un

Plus en détail

Discriminations et atteintes à la vie privée dans l embauche

Discriminations et atteintes à la vie privée dans l embauche Discriminations et atteintes à la vie privée dans l embauche Avant-propos Pourquoi une brochure sur la discrimination à l embauche? Aujourd hui encore, des travailleurs et des travailleuses sont écartés

Plus en détail

1 ] Droit à la santé, accès à la santé et aux soins de santé

1 ] Droit à la santé, accès à la santé et aux soins de santé 1 ] Droit à la santé, accès à la santé et aux soins de santé Le temps est venu de mesurer la santé de notre monde au sort réservé aux plus faibles. (Jean Merckaert, CCFD) CADRE GÉNÉRAL Qu entend-on par

Plus en détail

À l intention des intervenants. Présenté par le Forum jeunesse de l île de Montréal. www.fjim.org. Qui vote gagne, le Guide

À l intention des intervenants. Présenté par le Forum jeunesse de l île de Montréal. www.fjim.org. Qui vote gagne, le Guide À l intention des intervenants Présenté par le Forum jeunesse de l île de Montréal www.fjim.org Qui vote gagne, le Guide Guide à l intention des intervenants Qui vote gagne, le Guide Forum jeunesse de

Plus en détail

Nulle part où aller?

Nulle part où aller? Nulle part où aller? Répondre à la violence conjugale envers les femmes immigrantes et des minorités visibles Voix des intervenantes sur le terrain CONSEIL CANADIEN DE DÉVELOPPEMENT SOCIAL Nulle part où

Plus en détail

On ne joue pas avec les droits. Trousse éducative en droits humains pour les enfants

On ne joue pas avec les droits. Trousse éducative en droits humains pour les enfants On ne joue pas avec les droits Trousse éducative en droits humains pour les enfants Equitas Centre international d éducation aux droits humains 666, rue Sherbrooke Ouest Bureau 1100 Montréal (Québec) Canada

Plus en détail

Charte Européenne des droits et des responsabilités des personnes âgées nécessitant des soins et une assistance de longue durée

Charte Européenne des droits et des responsabilités des personnes âgées nécessitant des soins et une assistance de longue durée Charte Européenne des droits et des responsabilités des personnes âgées nécessitant des soins et une assistance de longue durée JUIN 2010 PREAMBULE La dignité humaine est un droit inviolable. L âge et

Plus en détail

Le sens des réalités, de la mesure, du fair-play La position de Caritas dans le débat actuel sur l asile et les réfugiés

Le sens des réalités, de la mesure, du fair-play La position de Caritas dans le débat actuel sur l asile et les réfugiés Le sens des réalités, de la mesure, du fair-play La position de Caritas dans le débat actuel sur l asile et les réfugiés Prise de position de Caritas_septembre 2012 I. Remarques liminaires concernant les

Plus en détail

Aidants proches Indispensables mais invisibles

Aidants proches Indispensables mais invisibles EXCLUSION, INCLUSION Aidants proches Indispensables mais invisibles EDUCATION PERMANENTE Réalisation Question Santé asbl - Service Education permanente Texte Sandrine Pequet/Question Santé Graphisme Carine

Plus en détail

QU EST-CE QUE LE PLAIDOYER?

QU EST-CE QUE LE PLAIDOYER? Aimé D. MIANZENZA Qu est-ce que le plaidoyer? QU EST-CE QUE LE PLAIDOYER? I. Introduction Le plaidoyer est devenu un outil d action incontournable des organisations de la société civile (OSC). Il en existe

Plus en détail

CRC/C/GC/12. Convention relative aux droits de l enfant. Observation générale n o 12 (2009) Nations Unies. Le droit de l enfant d être entendu

CRC/C/GC/12. Convention relative aux droits de l enfant. Observation générale n o 12 (2009) Nations Unies. Le droit de l enfant d être entendu Nations Unies Convention relative aux droits de l enfant Distr. générale 20 juillet 2009 Français Original: anglais CRC/C/GC/12 Comité des droits de l enfant Cinquante et unième session Genève, 25 mai-12

Plus en détail

Phase VI (2014-2018) du Réseau européen des Villes-santé de l OMS : objectifs et conditions

Phase VI (2014-2018) du Réseau européen des Villes-santé de l OMS : objectifs et conditions Réseau européen des Villes-santé de l OMS Phase VI (2014-2018) du Réseau européen des Villes-santé de l OMS : objectifs et conditions RÉSEAU EUROPÉEN DES VILLES-SANTÉ DE L OMS Phase VI (2014-2018) du

Plus en détail

La santé, un droit pour TOUS!

La santé, un droit pour TOUS! La santé, un droit pour TOUS! vision et recommandations Solidarité Mondiale mène la campagne La santé, un droit pour tous avec les Mutualités chrétiennes, Altéo, le CIEP, Jeunesse & Santé et l UCP. Sommaire

Plus en détail

Recommandations de bonnes. pratiques professionnelles. Participation des personnes protégées dans la mise en œuvre des mesures de protection juridique

Recommandations de bonnes. pratiques professionnelles. Participation des personnes protégées dans la mise en œuvre des mesures de protection juridique Recommandations de bonnes pratiques professionnelles Participation des personnes protégées dans la mise en œuvre des mesures de protection juridique Ce document a reçu l avis favorable du Comité d orientation

Plus en détail

Le droit à une vie meilleure

Le droit à une vie meilleure Le droit à une vie meilleure La stratégie du Danemark pour la coopération au développement Droits De L homme et Démocratie stabilité et protection Lutter contre La pauvreté DéfenDre Les Droits De L homme

Plus en détail

Développer une Stratégie Financière

Développer une Stratégie Financière PRESENTATION Résumé Vous trouverez dans cette boîte à outils : Une discussion sur la raison pour laquelle une stratégie financière est nécessaire. Des informations sur ce dont vous avez besoin pour développer

Plus en détail

Bonsoir, Mesdames et Messieurs,

Bonsoir, Mesdames et Messieurs, Bonsoir, Mesdames et Messieurs, Tout d abord je souhaiterais remercier les organisateurs de ce symposium, la Division de la Population des Nations Unies et la Fondation Roselli, pour leur invitation de

Plus en détail

2.1.2 Gouvernance : politiques et propositions d avenir Linda MAGUIRE, Conseiller électoral, Groupe gouvernance démocratique (PNUD)

2.1.2 Gouvernance : politiques et propositions d avenir Linda MAGUIRE, Conseiller électoral, Groupe gouvernance démocratique (PNUD) 2.1.2 Gouvernance : politiques et propositions d avenir Linda MAGUIRE, Conseiller électoral, Groupe gouvernance démocratique (PNUD) La réduction de la pauvreté exige une croissance économique équitable

Plus en détail

MANIFESTE POUR L INCLUSION BANCAIRE EN FRANCE DES POPULATIONS FRAGILES

MANIFESTE POUR L INCLUSION BANCAIRE EN FRANCE DES POPULATIONS FRAGILES PAR CE MANIFESTE nous, Croix-Rouge française, Secours Catholique et Union Nationale des Centres Communaux d Action Sociale (UNCCAS), alertons sur l ampleur des conséquences sociales du processus d exclusion

Plus en détail

Recherche d une réponse sociale à la mendicité des mineurs Frédérique Van Houcke - Mai 2005

Recherche d une réponse sociale à la mendicité des mineurs Frédérique Van Houcke - Mai 2005 Recherche d une réponse sociale à la mendicité des mineurs Frédérique Van Houcke - Mai 2005 Introduction La ratification en 1991 par la Belgique de la Convention des Nations Unies relative aux droits de

Plus en détail

Février 2013. Le crédit à la consommation

Février 2013. Le crédit à la consommation Février 2013 Le crédit à la consommation SOMMAIRE 2 Avant-propos Cette brochure contient des explications sur la législation belge relative au crédit à la consommation. Elle ne peut cependant pas se substituer

Plus en détail

Séparés du jour au lendemain, que faire?

Séparés du jour au lendemain, que faire? Séparés du jour au lendemain, que faire? Brochure éditée en partenariat entre la Fondation Roi Baudouin et la Fédération Royale du Notariat belge, dans le cadre du réseau d écoute des notaires dans ce

Plus en détail

Tous différents, tous égaux

Tous différents, tous égaux Tous différents, tous égaux Objectif : Comprendre comment naissent les discriminations et apprendre à les combattre Tous les êtres humains naissent libres et égaux en dignité et en droits. C est du moins

Plus en détail