Le sens des réalités, de la mesure, du fair-play La position de Caritas dans le débat actuel sur l asile et les réfugiés

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le sens des réalités, de la mesure, du fair-play La position de Caritas dans le débat actuel sur l asile et les réfugiés"

Transcription

1 Le sens des réalités, de la mesure, du fair-play La position de Caritas dans le débat actuel sur l asile et les réfugiés Prise de position de Caritas_septembre 2012

2 I. Remarques liminaires concernant les débats actuels en matière d asile La politique d asile de la Suisse a fait l objet ces derniers mois de débats passionnés dans les médias et au Parlement. Récemment, ces débats sur l asile se sont focalisés sur les demandeurs d asile et la criminalité, préparant le terrain à des propositions politiques faites sans vergogne au mépris de la réalité: réduction de l aide aux demandeurs d asile à la seule aide d urgence, analyses ADN, interdiction de téléphone portable, interdiction de périmètre et autres propositions qui, sous prétexte de rendre le statut de demandeur d asile moins attrayant, restreignent les droits fondamentaux des demandeurs d asile et les jettent dans des situations désespérées. De plus, le thème de la criminalité est exploité pour faire de la politique. C est en tout cas ce que montrent les décisions du Conseil national sur le durcissement du droit d asile lors de la session d été Des décisions importantes sont en suspens en ce qui concerne l orientation future de la politique d asile en Suisse. En effet, pour la première fois depuis la crise du Kosovo, les demandes d asile sont à nouveau en augmentation notamment à cause du printemps arabe et de la crise économique qui frappe l Europe centrale et l Europe de l Est. Cette évolution récente met en évidence plusieurs aspects de la migration: la Suisse, comparativement épargnée par les crises politiques et économiques, doit traiter de nombreux cas de personnes qui n arrivent plus à trouver de sources de revenus dans leur patrie ou dans d autres pays européens et qui viennent tenter leur chance en Suisse par le biais d une demande d asile. Parallèlement, la Confédération et les cantons ne sont pas en mesure de réagir adéquatement à l augmentation des demandes d asile, par manque de capacités d hébergement, de ressources financières affectées, de personnel et de volonté politique. La pénurie d hébergements résulte notamment d une décision politique de l ancien conseiller fédéral Christoph Blocher. La diminution des moyens de la Confédération a obligé les cantons à supprimer leurs hébergements de réserve. Le manque de personnel et la réorganisation malheureuse de l Office fédéral des migrations, notamment, ont pour conséquence que les procédures d asile sont devenues trop longues. Lors de sa dernière session, le Conseil national aurait dû traiter des mesures à prendre pour accélérer les procédures d asile dans le maintien d un certain fair-play. Au lieu de traiter des questions concernant une procédure adéquate, des responsabilités et des possibilités d hébergement, la Chambre du peuple a adopté des mesures populistes de durcissement de la loi sur l asile. Ces propositions sont toutefois inaptes à résoudre les problèmes complexes qui se posent en matière d asile et ne prennent pas en compte la situation concrète des cantons et des communes. Ces mesures se veulent dissuasives et cherchent à rendre la Suisse la moins attrayante possible comme pays d accueil aux yeux des demandeurs d asile. Cette attitude n a rien de nouveau. Depuis l entrée en vigueur de la loi sur l asile en 1981, on a procédé à dix révisions visant à la durcir. Toutes ces révisions ont manqué leur but dissuasif. En revanche, elles ont réussi à rendre le domaine de l asile de plus en plus complexe et confus pour les autorités et les spécialistes et à jeter les demandeurs d asile dans des situations de plus en plus précaires. Les récentes décisions du Conseil national, aussi hâtives qu irréfléchies, ajoutent encore à la confusion en interférant avec des procédures de révision déjà en cours. A travers le présent document, Caritas Suisse veut mettre en évidence les thèmes de politique d asile qui dominent les débats actuels. Cette prise de position se montre notamment très critique envers les décisions de durcissement prises par le Conseil national lors de sa session d été Ce papier de position s attache également à mettre en évidence les défis à thématiser et à maîtriser pour répondre à l exigence d une politique d asile qui soit humaine, équitable et axée vers des solutions. 3

3 II. Les décisions du Conseil national en matière de politique d asile Pendant la phase préparatoire de la session d été, la Commission des institutions politiques du Conseil national s était déjà prononcée pour des mesures de durcissement du droit d asile, avec l introduction de nouvelles privations des droits contraires aux objectifs d une politique d asile humanitaire. En outre, de nombreuses interventions ont été déposées et adoptées par le Conseil national. Même l élément central le concept de réfugiés a été remis en question. Selon le Conseil national, les demandeurs d asile ne devraient désormais plus que recevoir l aide d urgence. Par ailleurs, les droits, adoptés en 2008 pour favoriser l intégration des personnes bénéficiant d une admission provisoire, sont réduits à nouveau. Ces nouvelles mesures, si elles sont appliquées, contribueront à précariser non seulement la situation des demandeurs d asile, mais aussi celle des personnes envers qui l on a reconnu une nécessité de protection, et à les jeter dans des situations de détresse sans espoir. Il est heureux que le Conseil des États corrige un tant soit peu ces décisions. Plus que l aide d urgence pour tous Ces mesures prévoient d accorder désormais plus que l aide d urgence à tous les demandeurs d asile. À l origine, l aide d urgence avait été introduite comme une aide temporaire destinée aux personnes sous le coup d une nonentrée en matière. En 2005, on a décidé de l étendre aux demandeurs d asile déboutés. Désormais, ce régime devrait s appliquer indifféremment à tous les demandeurs d asile durant toute la procédure. Il s agit d un montant minimal de huit francs par jour, d un logement rudimentaire, sans programmes d occupation, sans prise en charge et sans aide quelconque. Le régime de l aide d urgence placerait tous les demandeurs d asile dans une situation matérielle extrêmement difficile. En plus d une procédure équitable, toute personne demandant l asile a constitutionnellement le droit à une aide et un soutien lui permettant de vivre dans la dignité. Une décision de la cour constitutionnelle fédérale allemande datant de juin 2012 stipule expressément que «la dignité humaine ne peut pas être relativisée en matière de politique de migration». En Suisse aussi, la Constitution fédérale et les décisions du tribunal fédéral sont claires: le droit fondamental à un minimum vital dans la dignité comprend non seulement le minimum vital physique, mais aussi le minimum vital socioculturel, et donc la possibilité de cultiver des relations entre les personnes et de partici- per un tant soit peu à la vie sociale, culturelle et politique. Ce droit fondamental vaut pour toute personne vivant en Suisse, quels que soient son statut de séjour et son appartenance nationale. Notre position: un régime d aide d urgence excluant de la société les personnes qui demandent l asile est contraire aux droits fondamentaux de la personne, ainsi qu à la lettre et l esprit de la Constitution fédérale. Il ne résout pas le moindre problème, ne fait au contraire qu en créer de nouveaux. En effet, cette mesure ne permet aucunement de diminuer le nombre de personnes demandant l asile. Elle ne fait que rendre leur situation de plus en plus précaire et désespérée. Concrètement, ce sont les cantons et les communes, responsables de la mise en œuvre du régime de l aide d urgence, qui seront confrontés à ses effets et aux difficultés qui en découlent. Avec d autres œuvres d entraide, nous appelons le Conseil des États à rejeter, lors de sa session d automne, le régime d aide d urgence décidé par le Conseil national. Refus de servir: une nouvelle réglementation sans effet Le Conseil national ne veut plus considérer comme motifs de demande d asile le refus de servir et la désertion. Ainsi, pour la première fois, des personnes qui sont persécutées ou torturées par le gouvernement le plus souvent totalitaire de leur pays parce que, pour des raisons politiques, ils ont refusé de servir ou qu ils ont déserté ne pourront plus invoquer la protection de la Suisse. Cette restriction vise directement les réfugiés venant d Érythrée, car on cherche à réduire leur nombre qui est en augmentation. Mais comme la vie de ces personnes est bel et bien menacée dans leur pays d origine, elles ne peuvent pas être renvoyées chez elles non plus. Selon la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga, la Suisse devra donc continuer de leur offrir l asile ou les accepter à titre provisoire. Notre position: cette décision n est rien d autre qu une politique de durcissement et de dissuasion uniquement symbolique. Dès qu il sera évident que cette nouvelle réglementation ne peut être suivie d aucun changement pratique, cette disposition restera sans effet. Ce n est pas sérieux de promulguer une disposition légale dans le seul but de faire croire que les objecteurs de conscience ne pourront plus être reconnus comme réfugiés. Promulguer 4

4 des lois inefficaces, contribue à saper la confiance de la population dans la politique. Les demandes d asile ne pourront plus être déposées dans les ambassades suisses Jusqu ici, les personnes persécutées avaient la possibilité de déposer une demande d asile dans une ambassade suisse à l étranger. Cette alternative pouvait éviter aux demandeurs d asile de se lancer inconsidérément dans un exode pénible et souvent très dangereux ou de mettre leurs destins dans les mains de passeurs. Cette possibilité n existera plus. Notre position: les demandeurs d asile potentiel pouvaient être correctement informés sur place, ce qui leur permettait de mieux évaluer leurs chances d obtenir l asile en Suisse. C était aussi une manière de promouvoir l entrée légale dans le pays. Retarder la possibilité de regroupement familial: un durcissement hors de propos Les personnes bénéficiant d une admission provisoire par exemple les réfugiés de guerre ne pourront plus faire venir leurs familles après trois ans, comme c était le cas jusqu ici, mais seulement après cinq ans. Cette prolongation est contraire au droit de procéder aussi rapidement que possible au regroupement familial, et elle entrave les efforts d intégration. Il est prouvé que les personnes ne font que de réels efforts d intégration dès lors qu elles n ont plus de souci à se faire pour les membres absents de leur famille. Notre position: le Conseil national ne tient pas compte du fait que la plupart des personnes bénéficiant d une admission provisoire restent en Suisse à cause de la situation dans leur pays et que par conséquent, on n obtiendra rien en prolongeant le délai du regroupement familial. Cette démonstration de dureté envers des personnes déjà sévèrement frappées par le destin est inappropriée. Prolongation arbitraire du délai pour les personnes bénéficiant d une admission provisoire Les demandes d autorisation de séjour des personnes provisoirement admises ne pourront désormais être examinées qu après un séjour de sept ans au lieu des cinq ans nécessaires jusqu ici. Cette décision mettrait les personnes provisoirement admises dans une plus mauvaise posture que les demandeurs d asile. Notre position: cette décision est arbitraire et contredit celle de À l époque, la révision du droit de l asile et des étrangers, partant du fait que 90% des personnes qui avaient obtenu le statut de l admission provisoire restaient en Suisse, a cherché à améliorer leur situation juridique pour leur permettre de s intégrer aussi rapidement que possible. Des centres spéciaux pour demandeurs d asile récalcitrants Le Conseil national n est pas allé jusqu à se prononcer en faveur des centres fermés qui avaient d abord été évoqués pour isoler les demandeurs d asile dont le comportement pose problème. Il lui a préféré une variante light qui prévoit des centres spéciaux pour les personnes récalcitrantes. Le danger de ces centres réside dans le fait que l on risque de criminaliser des demandeurs d asile en les privant de leur liberté sur la base de critères arbitraires. En effet, le législateur ne définit pas cette notion de «récalcitrant». Il ouvre ainsi la porte à une utilisation populiste de cette expression qui pourrait décrire toutes sortes de comportements différents. Si la notion se rapporte à des actes délictueux, il est évident qu il faut les traiter pénalement. Mais créer des centres spéciaux n est pas la bonne stratégie s il s agit de comportements simplement inadaptés et dérangeant comme des injures faites sous l emprise de l alcool. Il vaudrait bien mieux répartir ce genre de demandeurs dans différents centres de transition, leur proposer des occupations qui ont un sens et les intégrer dans des structures, même éventuellement à titre provisoire. Notre position: plusieurs causes peuvent engendrer un comportement inadapté. Les spécialistes en reconnaissent plus particulièrement trois: le manque d expériences porteuses de réussite, la déception des attentes et l absence de perspectives. On a fait de bonnes expériences, parmi les demandeurs d asile également, en proposant un engagement communautaire pour faire face à ce genre de situation apparemment sans issue. 5

5 III. Défis et approches de solutions La plupart des réfugiés trouvent refuge dans des pays en voie de développement Selon le Haut commissariat des Nations unies pour les réfugiés, plus de 43 millions de personnes de par le monde fuient la guerre et les persécutions. Les trois quarts de ces réfugiés vivent dans les pays voisins de ceux qu ils ont fuis. C est ainsi que 80% des réfugiés fuyant leur pays d origine sont accueillis par des pays en voie de développement. En 2010, tout comme l année précédente, les pays accueillant la plus grande population de réfugiés étaient le Pakistan (1,9 million), l Iran (1,1 million) et la Syrie (1 million). Actuellement, des centaines de milliers de gens fuient la Syrie et se réfugient principalement dans les pays voisins, la Turquie, le Liban, la Jordanie et l Irak. En Syrie même, le nombre de personnes déplacées à cause de la guerre civile atteindrait le million, selon les chiffres de l ONU. Notre position: La Suisse est en mesure d accueillir de plus grands contingents de personnes particulièrement vulnérables venant de pays dans lesquels des catastrophes humanitaires ont lieu. On ne peut invoquer le manque de possibilités d hébergement découlant d une décision pour justifier une politique restrictive. La volonté politique, des efforts en commun et des ressources financières raisonnables permettraient d appliquer à nouveau une politique des réfugiés humanitaire. Des gens risquent leur vie En 2011, les révolutions en Afrique du Nord ont poussé fugitifs sur la Méditerranée pour essayer de rejoindre l Italie par bateau. Plus de 1500 d entre eux se sont noyés. La Grèce a annoncé plus de demandeurs d asile à la frontière turque. L Italie, Malte et la Grèce, premières destinations européennes, ont été les pays les plus sollicités par la politique européenne des réfugiés et ils sont complètement débordés. Au sein de l Union européenne, on discute des solutions qui permettront de mieux répartir dans les différents pays les réfugiés qui arrivent. Ce Burden-Sharing devrait être politiquement prioritaire, et la Suisse devrait reconsidérer son rôle dans ce système. Notre position: en raison de sa position géographique, la Suisse se trouve dans une situation privilégiée: les accords de Dublin lui permettent de renvoyer vers d autres pays d Europe les demandeurs d asile qui ont déjà fait une demande dans le pays en question. En cas de décision de transfert dans un État signataire des accords de Dublin, toutefois, la Suisse doit prendre en compte la situation sur place, notamment en Italie, en Grèce et à Malte. Elle doit examiner les standards minimums d aide en matière de procédure d asile et de conditions de séjour. La criminalité, un thème récupéré par la politique Ces derniers temps, les médias multiplient les annonces de délits contre des biens imputés à des demandeurs d asile, notamment les personnes provenant du Maghreb. Régulièrement, des politiciens ou politiciennes formulent ensuite des propositions de mesures de durcissement. Cette fébrilité journalistique finit par faire peser un soupçon généralisé sur tous les demandeurs d asile. On publie des statistiques de la criminalité avec des chiffres incluant des personnes qui sont pourtant loin d avoir toutes fait l objet d une condamnation exécutoire. En petits caractères, les rédactions précisent ensuite que cette augmentation pourrait tenir en partie au fait que la présence policière a été renforcée et que les demandeurs d asile effectivement coupables de délits contre les biens pourraient n être finalement que quelques centaines. Lorsqu on sait que fin 2011, personnes au total étaient engagées dans une procédure d asile, force est de constater que les délinquants ne forment en fait qu une toute petite minorité. Il s agit essentiellement de jeunes hommes qui ont quitté leur patrie dans l espoir de trouver de meilleures conditions d existence. Ils ont commencé par gagner vaille que vaille un peu d argent en Italie et ont perdu très vite leurs moyens d existence à cause de la crise financière qui sévit là-bas. Les délits contre les biens et les vols, même mineurs, restent évidemment inacceptables. Et il ne fait pas de doute que ces actes, lorsqu ils sont reconnus comme délictueux, doivent être poursuivis pénalement. Mais justement, il faut qu ils soient reconnus délictueux, et qu une condamnation judiciaire ait été prononcée. Or, le débat public tel qu il est mené fait peser un soupçon généralisé sur tous les demandeurs d asile à qui l on finit par prêter une énergie criminelle. Cette attitude généralisatrice est 6

6 inadmissible. À titre d exemple, nous ne sommes pas prêts à présumer que de manière générale, tous les Suisses et toutes les Suissesses ont un penchant pour la fraude fiscale. Il faut clairement différencier un comportement criminel d un comportement qui, bien qu il soit considéré comme inadéquat dans notre société, n est pas criminel pour autant. Plutôt que de faire peser des soupçons sur une communauté tout entière, il vaudrait mieux opposer quelque chose aux personnes dont le comportement n est pas adéquat. Par exemple en leur permettant de mettre à profit leur potentiel et leurs ressources et de contribuer ainsi à la bonne marche de la société. Ce n est pas une solution que d isoler dans des centres les demandeurs d asile récalcitrants. En agissant ainsi, on ne fait que concentrer les problèmes. C est pourquoi, au contraire, il faut les répartir, s appuyant sur le constat que, de manière générale, on a fait de bonnes expériences en répartissant ces gens dans différentes communes et en leur proposant des activités occupationnelles. Notre position: Caritas trouve inquiétant que l argument de la criminalité soit impunément utilisé dans des cercles de plus en plus larges pour faire de la politique et durcir le droit d asile. Il faut une distinction stricte et une véritable séparation du droit pénal et du droit d asile. Dans le débat public, on ne fait pratiquement plus la distinction entre la criminalité qui consiste en des actes délictueux et passibles de poursuites pénales, le soupçon que de tels actes sont commis et les comportements inadéquats en soi. Un grand nombre de prises de position politiques sont en fait un simple bourrage de crâne jouant sur cette confusion, préparant ainsi le terrain à toute une série de réglementations discutables, par exemple la décision de soumettre tous les demandeurs d asile au régime de l aide d urgence. Beaucoup d interventions politiques sont en fait irréfléchies et ne font en réalité que nourrir une certaine disposition d esprit de politique intérieure. La Suisse adopte d abord une position défensive En 2011, en Suisse, personnes ont déposé une demande d asile. En 2011 toujours, 3711 personnes ont obtenu le statut de réfugiés et 3070 personnes ont bénéficié d une admission provisoire. Au total, en 2011, un peu moins de 6800 personnes ont obtenu la protection de la Suisse, soit 30% de l ensemble des demandes déposées. La Suisse se trouve ainsi en queue de peloton des pays d Europe les plus généreux en matière d asile, en l occurrence la Grande-Bretagne, l Allemagne, la France, la Suède, les Pays-Bas et l Italie. Notre position: bien que la Suisse soit loin d être en tête des pays accordant l asile, la pression politique constante contre les demandeurs d asile a réussi à créer un problème, qui touche même les quelque 6800 personnes à qui l on reconnaît chaque année le statut de personnes ayant besoin d être protégées, et à dégrader leur statut de séjour et leur situation de vie. Les personnes bénéficiant d une admission provisoire: intégration professionnelle non réussie La pratique en vigueur le montre: près de 90% des personnes demandant l asile et ayant obtenu un permis provisoire F restent durablement en Suisse, à cause de la situation dans leur pays d origine. Bien qu on ait essayé d améliorer leur situation en matière d intégration, surtout dans le domaine de l emploi, leur statut reste très incertain et précaire. Notre position: beaucoup de personnes bénéficiant d une admission provisoire n arrivent pas à trouver de logement malgré tous leurs efforts et les employeurs ne sont pas prêts à fournir un emploi à des personnes qui ont un permis F, car ils y voient trop d incertitudes. Le statut de l admission provisoire place les gens dans une situation paradoxale: on attend d eux une intégration rapide, mais en même temps, l entrée dans le monde professionnel leur reste fermée. L intégration est donc rendue très difficile, en tout cas à la première génération, et difficilement rattrapable par la suite. Dans le domaine de l asile, utilise-t-on les ressources financières à mauvais escient? Une grande partie des finances des centres fédéraux de demandeurs d asile sont employées à la sécurité; beaucoup moins sont consacrées à la prise en charge et aux possibilités d apprentissage et d occupation. Il faudrait même empêcher l apprentissage et l occupation pour ne pas encourager l intégration. En 2010, les coûts externes de sécurité des centres fédéraux se sont élevés à 12,8 millions de francs. En 2011, ils ont augmenté de 65 % et s élevaient à 20,8 millions de francs. À titre d exemple, les frais de sécurité de l hébergement d urgence de six mois au Jaunpass qui a duré de fin août 7

7 2011 à fin février 2012 ont coûté 2,2 millions de francs pour 50 places. On a argué que cette somme était nécessaire pour assurer la sécurité de la population résidente. Les cantons qui gèrent les centres d accueil doivent eux aussi être indemnisés pour leurs frais de sécurité. Ces fonds ne servent donc pas en premier lieu à la prise en charge et au soutien des demandeurs d asile, mais à la protection de la population suisse. Notre position: Caritas met en question la stratégie explicite de non-intégration des demandeurs d asile. Son expérience lui permet d affirmer qu il serait bien plus judicieux, et bien plus satisfaisant pour tous les participants, de ne pas marginaliser ces personnes et de favoriser au contraire des conditions d existence dignes. Il faudrait notamment que les gens puissent s occuper activement. Et cela devrait être le cas également pour ceux qui vont probablement devoir quitter le pays parce qu ils n ont pas obtenu le statut. Le temps qu ils passent en Suisse ne devrait pas être du temps perdu. Dans tous les cas, ce serait judicieux d investir les moyens nécessaires pour cela, moyens qui pourraient être économisés ensuite sur les coûts de sécurité. Régulariser les situations précaires Le modèle des deux cercles de la politique de migration pratiquée en Suisse et dans les pays d Europe a pour conséquence que les personnes extérieures aux pays de l UE et de l AELE n ont pas accès au marché du travail suisse. La main-d œuvre de ces pays tiers n est acceptée que pour des emplois pour lesquels la demande est grande et en fonction de contingentements fixés chaque année. C est pourquoi les personnes qui n arrivent pas à s assurer des moyens d existence dans leur pays prennent le chemin de l asile sans remplir les conditions qui leur permettraient d obtenir le statut de réfugié selon les termes de la convention de Genève sur les réfugiés. Après une décision négative, ils doivent quitter le territoire suisse à une date fixée. Jusqu à la date de leur départ, ils ont droit à l aide d urgence. Comme nous l avons déjà dit, l aide d urgence sert d aide de transition, mais joue surtout un rôle censé dissuader les personnes de rester plus longtemps en Suisse. Mais pour beaucoup d entre eux, le retour au pays n est pas possible. C est pourquoi les déboutés sont nombreux à entrer dans la clandestinité. En 2011, 1700 demandeurs d asile déboutés l ont fait. Ces gens sans-papiers travaillent dans des conditions précaires et la moitié d entre eux environ touche l aide d urgence. Fin 2010, 8400 personnes se trouvaient dans ce système d aide d urgence garantissant une contribution minime pour l alimentation, un logement rudimentaire, des soins médicaux de base et éventuellement l habillement. Notre position: pour les situations obligeant des personnes à rester des années durant dans une situation précaire, il faut concevoir plus généreusement les dispositions relatives aux personnes démunies, ou bien il faut envisager la régularisation du séjour dans un délai donné. Il s agit de trouver des solutions pragmatiques: en 2010, 8400 personnes touchaient l aide d urgence, ce qui coûte 44 millions de francs à l État. Cette aide d urgence n est pas dissuasive tout en engendrant des situations de vie difficiles. Au lieu de marginaliser les gens qui vivent dans notre pays, il vaudrait mieux mobiliser leurs compétences pour le plus grand bénéfice de la société et des personnes elles-mêmes. 8

8 IV. Améliorer les conditions de base Caritas Suisse est d avis que pour améliorer durablement la situation des personnes concernées tout en garantissant une cohabitation pacifique, et outre les domaines évoqués plus haut, quatre conditions impératives sont nécessaires: 1. Les responsables cantonaux et communaux doivent s engager en faveur d améliorations efficaces et substantielles dans le domaine de l asile et faire lever l interdiction de travailler. 2. Il faut instaurer des procédures d asile plus courtes, mais qui restent équitables. 3. Il faut augmenter les possibilités d intégration sociale et professionnelle des réfugiés reconnus comme tels et des personnes bénéficiant d une admission provisoire. 4. Il faut raccourcir autant que possible la durée du statut F des personnes provisoirement admises. Tendre à de substantielles améliorations et lever l interdiction de travailler Les responsables cantonaux et communaux peuvent contribuer de manière déterminante à ce que le thème de la politique d asile cesse d être réduit au thème de la criminalité; ils peuvent aussi mettre en place des améliorations conséquentes qui profiteront aussi bien aux demandeurs d asile qu à la population indigène. Il incombe aux responsables de se porter garants d une politique d asile équitable, de prêter la main à des possibilités d hébergement correctes et de garantir une communication transparente avec la population. On pourrait ainsi renforcer la conscience que les demandeurs d asile sont des êtres humains dont la dignité doit absolument être respectée et qui ont fondamentalement droit à un traitement équitable. Au lieu de les enfermer et de les isoler, il faut les intégrer et privilégier les échanges. Ce n est qu ainsi que l on pourra combattre la méfiance et la peur. Notre position: il est crucial que les demandeurs d asile puissent d entrée de cause exercer une occupation et suivre des cours de langue. L interdiction de travailler doit être levée, car pour les demandeurs d asile qui bénéficieront plus tard d une décision positive, elle représente du «temps perdu» pendant la durée de la procédure. D ailleurs, même lorsque les personnes retournent dans leur pays, elles devraient avoir accès à une formation et une formation continue formelle ou informelle. Des procédures plus courtes, mais équitables Tout le monde est d accord pour dire que les procédures d asile sont beaucoup trop longues. L Office fédéral des migrations (ODM) a rédigé en mars 2011 déjà un rapport proposant des mesures d accélération de ces procédures. Un groupe de travail comptant des représentants des cantons et des organisations non gouvernementales doit maintenant accompagner une réorganisation complète ces prochaines années. L une des conditions-cadres pour des procédures plus rapides est que, dans quelques centres fédéraux choisis, 80% des demandes d asile doivent être menées dans un laps de temps imposé. Caritas soutient une accélération fondée des procédures d asile. C est également dans l intérêt des demandeurs d asile, car de longues procédures à l issue incertaine représentent un stress important et beaucoup d incertitude pour les requérants. Cependant, le droit de recours doit impérativement être accordé. Cela doit également être le cas en ce qui concerne la dernière proposition de l ODM qui préconise que les demandes des requérants de pays ne nécessitant pas de visa (Macédoine, Serbie et Bosnie- Herzégovine) soient traitées en l espace de 48 heures. Notre position: les procédures accélérées doivent faire justice à la situation particulière des demandeurs d asile et garantir un délai de recours suffisant. Les représentants légaux doivent aussi absolument être indépendants de la Confédération sur le plan de l organisation. Sinon, ce serait comme si un locataire devait prendre un avocat qui travaille pour l association des propriétaires pour défendre ses intérêts. Des procédures accélérées exigent outre une augmentation substantielle du personnel de la Confédération. Mais cet investissement est rentable et permettra de faire des économies plus tard. Augmenter l intégration professionnelle et sociale Fin 2011 vivaient en Suisse réfugiés reconnus et personnes au bénéfice d une admission provisoire. Parmi les personnes au bénéfice d une admission provisoire, 9353 vivent en Suisse depuis plus de sept ans. Le faible taux d activité professionnelle parmi ce groupe de personnes est inquiétant. Il est de 18% en moyenne dans le groupe des réfugiés capables d exercer une activité professionnelle, de 28% dans le groupe des réfugiés au bénéfice d une admission provisoire et de 35% dans le groupe des personnes au bénéfice d une admission provisoire. Ces chiffres montrent à l évidence 9

9 que l intégration professionnelle des personnes du domaine de l asile est une faillite. Une grande partie d entre elles est dépendante de l aide sociale. Depuis 2008, la Confédération paie aux cantons un forfait unique d intégration de six mille francs par réfugié reconnu et par personne au bénéfice d une admission provisoire. Ce forfait doit permettre de promouvoir notamment l intégration professionnelle et l apprentissage d une langue nationale. Lorsque la Confédération a transmis aux cantons la responsabilité des mesures d intégration dans le domaine de l asile et des réfugiés, ces derniers ont d abord dû créer de nouvelles formes de collaboration et des dispositifs adéquats tenant compte du parcours et des conditions individuels des personnes qui fuyaient leur pays. Pour pouvoir mieux intégrer professionnellement les personnes au bénéfice d une admission provisoire et les réfugiés, il faut mettre sur pied toute une palette de mesures qui vont d une meilleure reconnaissance des formations et diplômes étrangers à des cours d alphabétisation. Ce genre de solutions adaptées aux situations ne sont pas encore appliquées en suffisance. Circonstance encore aggravante, le nombre de postes de travail peu qualifiés a chuté en Suisse. Dans son rapport «L intégration des immigrés et de leurs enfants sur le marché du travail en Suisse», l OCDE suggère à la Suisse de multiplier ses efforts pour l intégration des réfugiés reconnus et des personnes au bénéfice d une admission provisoire. souci que les gens se font à l égard des membres de leur famille qui ne sont pas présents. C est là un point central qui va à l encontre des décisions récentes du Conseil national qui veut au contraire que les personnes au bénéfice d une admission provisoire ne puissent faire venir leur famille qu après cinq ans, au lieu des trois ans prévus jusqu ici. Réduction de la durée du statut provisoire Nonante pour cent des personnes au bénéfice d une admission provisoire restent en Suisse. Il est urgent de raccourcir la durée du statut provisoire. Ce dernier engendre une profonde insécurité. Ce statut est source de peurs quant à l avenir et de problèmes psychiques, fait le lit de discriminations de toutes sortes et empêche une intégration professionnelle et sociale. Notre position: nous proposons de transformer le statut provisoire en statut régulier après une période de trois ans. Auteure: Marianne Hochuli, responsable du Secteur Études, Notre position: d ici 2014, les cantons doivent présenter des programmes exhaustifs d intégration des populations résidentes étrangères à la Confédération. Dans ce cadre, il faut planifier d urgence des mesures adaptées aux situations également pour les réfugiés reconnus et les personnes au bénéfice d une admission provisoire. Une étroite collaboration interinstitutionnelle entre les autorités du domaine social, du marché du travail et de la formation est fondamentale. C est la condition d un Case management professionnel. Un réseau des employeurs doit être créé et la collaboration avec les agences immobilières doit permettre de faciliter la recherche de logements adaptés et à prix abordable. L une des conditions importantes permettant d accélérer l intégration est de favoriser le regroupement familial rapide des réfugiés et des personnes au bénéfice d une admission provisoire. Souvent en effet, les efforts d intégration et des actions des personnes sont freinés par le 10

10 Nous sommes solidaires Löwenstrasse 3 Tél.: Internet: Système de gestion de la qualité Case postale Fax: Compte postal: ISO 9001 CH-6002 Lucerne Courriel: No.de client 14075

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas

Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Migration: un plus pour la Suisse Relations entre État social et migration: la position de Caritas Prise de position de Caritas_mars 2011 Migration: un plus pour la Suisse En bref: Quel est l effet de

Plus en détail

Informations destinées aux requérants d'asile auprès d un aéroport suisse

Informations destinées aux requérants d'asile auprès d un aéroport suisse Informations destinées aux requérants d'asile auprès d un aéroport suisse Vous avez trouvé refuge en Suisse et vous voulez déposer une demande d asile. L Organisation suisse d aide aux réfugiés OSAR a

Plus en détail

Service de presse 15 20 novembre 2014

Service de presse 15 20 novembre 2014 Service de presse 15 20 novembre 2014 40 ans après la ratification de la Convention européenne des droits de l homme (CEDH) Les droits fondamentaux remis en question Isabelle Bindschedler Un soutien pour

Plus en détail

Session des jeunes 2012 15 18 novembre 2012

Session des jeunes 2012 15 18 novembre 2012 Session des jeunes 2012 15 18 novembre 2012 > Dossier Expulsion forcée de requérant-e-s d asile Table des matières 1. Introduction... 3 2. Bases... 3 3. Exécution des décisions de renvoi... 3 4. Rapatriement

Plus en détail

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM)

NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) NOTE DE SYNTHÈSE DU REM (INFORM) Politiques, pratiques et données statistiques sur les mineurs isolés étrangers (MIE) dans les États membres de l UE et en Norvège 1. INTRODUCTION Cette note de synthèse

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

Belgique et migration. L Office des Étrangers

Belgique et migration. L Office des Étrangers FR Belgique et migration L Office des Étrangers Table des matières Avant-propos 1 Mission et valeurs 2 Structure et organisation 3 Compétences 4 Accès et séjour 4 Asile 6 Retour 7 Litiges et recours 8

Plus en détail

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie.

Saint-Marin Allemagne. Monaco. Saint-Siège Andorre. Norvège. Slovaquie Autriche. Pays-Bas. Slovénie Belgique. Pologne. Suède Bulgarie. Jeunes demandeurs d asile tchétchènes jouant au centre d accueil de BialaPodlaska(Pologne). Albanie France Monaco Saint-Marin Allemagne Grèce Norvège Saint-Siège Andorre Hongrie Pays-Bas Slovaquie Autriche

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 4 décembre 2009 Français Original: anglais E/C.12/CHE/Q/2-3 Comité des droits économiques, sociaux et culturels Groupe de travail de présession

Plus en détail

Session d été Compte rendu de la 2 e semaine

Session d été Compte rendu de la 2 e semaine Session d été Compte rendu de la 2 e semaine 13 juin 2014 L initiative sur les bourses d études va à l encontre de l égalité des chances et doit être refusée. Le contre-projet indirect, qui prend la forme

Plus en détail

Traduire dans l aide sociale

Traduire dans l aide sociale Traduire dans l aide sociale Droits des personnes de langue étrangère et obligations de l état Résumé Jörg Künzli, docteur en droit et professeur, LL.M., avocat, Berne Alberto Achermann, docteur en droit,

Plus en détail

Session d'été des Chambres fédérales : 2e semaine

Session d'été des Chambres fédérales : 2e semaine Session d'été des Chambres fédérales : 2e semaine Différend sur les réserves d or et les bénéfices de la Banque nationale 14 juin 2004 Numéro 24/1 Session d'été des Chambres fédérales : 2e semaine Raccourcie

Plus en détail

Le régime d asile européen commun. Affaires intérieures

Le régime d asile européen commun. Affaires intérieures Le régime d asile européen commun Affaires intérieures Europe Direct est un service destiné à vous aider à trouver des réponses aux questions que vous vous posez sur l Union européenne. Un numéro unique

Plus en détail

CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité?

CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité? CERTIFICATS DE SÉCURITÉ Qu est-ce qu un certificat de sécurité? Automne 2011 QU EST-CE QU UN CERTIFICAT DE SÉCURITÉ? Créée en 1978, la procédure actuelle trouve son fondement dans la loi sur l immigration

Plus en détail

Bénéficiaires du droit d asile dans l UE, par nationalités, 2014. Irak 5% Afghanistan

Bénéficiaires du droit d asile dans l UE, par nationalités, 2014. Irak 5% Afghanistan 82/2015-12 mai 2015 Décisions sur les demandes d asile dans l UE Les États membres de l UE ont accordé la protection à plus de 185 000 demandeurs d asile en 2014 Les Syriens demeurent les premiers bénéficiaires

Plus en détail

REVENDICATIONS PARTICULIÈRES : NÉGOCIER L ACQUITTEMENT DE LA DETTE NATIONALE DU CANADA

REVENDICATIONS PARTICULIÈRES : NÉGOCIER L ACQUITTEMENT DE LA DETTE NATIONALE DU CANADA REVENDICATIONS PARTICULIÈRES : NÉGOCIER L ACQUITTEMENT DE LA DETTE NATIONALE DU CANADA Chef Maureen Chapman Comité des Chefs sur les revendications Mémoire prébudgétaire au Comité permanent des finances

Plus en détail

Adaptations d ordonnances en raison de nouveautés en lien avec l acquis de Dublin/Eurodac

Adaptations d ordonnances en raison de nouveautés en lien avec l acquis de Dublin/Eurodac Adaptations d ordonnances en raison de nouveautés en lien avec l acquis de Dublin/Eurodac du Le Conseil fédéral suisse, vu la loi du 16 décembre 2005 sur les étrangers (LEtr) 1, vu les art. 17, al. 6,

Plus en détail

Accueil des sans-papiers et interventions policières Que dois-je faire?

Accueil des sans-papiers et interventions policières Que dois-je faire? Accueil des sans-papiers et interventions policières Que dois-je faire? A L USAGE DES BENEVOLES OU SALARIES D ASSOCIATION introduction 3 Une personne sans-papiers se présente dans un lieu d accueil de

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale

Berne, mai 2007. Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 1 Berne, mai 2007 Questions fréquentes au sujet de l aide sociale 2 Pourquoi la CSIAS en tant qu association privée peut-elle établir des normes en matière d aide sociale? La CSIAS est l association professionnelle

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

Dites NON aux idées gratuites

Dites NON aux idées gratuites Dites NON aux idées gratuites Dites NON aux idées gratuites Designers, l Alliance française des designers vous incite à ne pas participer aux concours et appels d offres qui ne prévoient pas de dédommagements

Plus en détail

Note d'information des missions diplomatiques et consulaires allemandes en France sur les obligations alimentaires envers les enfants et les conjoints

Note d'information des missions diplomatiques et consulaires allemandes en France sur les obligations alimentaires envers les enfants et les conjoints 05/2012 Note d'information des missions diplomatiques et consulaires allemandes en France sur les obligations alimentaires envers les enfants et les conjoints I. Loi applicable Lorsque le recouvrement

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 24 Commentaire de la décision n 2007-557 DC du 15 novembre 2007 Loi relative à la maîtrise de l immigration, à l intégration et à l asile Déposé sur le bureau

Plus en détail

DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ

DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ DÉCISION SUR LA RECEVABILITÉ de la requête n 42127/98 présentée par W. A. contre la Suisse La Cour européenne des Droits de l'homme (deuxième section), siégeant en chambre le 12 janvier 1999 en présence

Plus en détail

Procédure pénale. Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut

Procédure pénale. Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut Procédure pénale Thèmes abordés : Procédure par contumace/ Nouvelle procédure par défaut Corrigé : Dissertation Le jugement de la personne poursuivie en son absence Indications de méthodologie : Sur la

Plus en détail

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES

UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES F UPOV/INF/9 UNION INTERNATIONALE POUR LA PROTECTION DES OBTENTIONS VÉGÉTALES GENÈVE ACCORD entre l Union internationale pour la protection des obtentions végétales et le Conseil fédéral suisse pour déterminer

Plus en détail

Administration fédérale des contributions 2009. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport

Administration fédérale des contributions 2009. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport Administration fédérale des contributions D 3.SF.12 DUS 2009 Confidentiel n est pas destiné à la publication Rapport sur la conclusion d un protocole modifiant la Convention de double imposition entre

Plus en détail

Suite aux travaux d une sous-commission de la CER-N, un avant-projet a été élaboré en deux volets :

Suite aux travaux d une sous-commission de la CER-N, un avant-projet a été élaboré en deux volets : Office fédéral de la justice Mme Emanuella Gramegna Bundesrain 20 3003 Berne Lausanne, le 27 septembre 2013 Prise de position concernant la consultation relative à l initiative parlementaire 10.467 Prévention

Plus en détail

Avocat pour la défense des droits des animaux

Avocat pour la défense des droits des animaux Avocat pour la défense des droits des animaux Nécessité d avocats pour la défense des droits des animaux sur l ensemble du territoire helvétique Incapables de se défendre par eux-mêmes, les animaux ne

Plus en détail

7. Chapitre Régularisation 8 de. de séjour. Régularisation. séjour

7. Chapitre Régularisation 8 de. de séjour. Régularisation. séjour 7. Chapitre Régularisation 8 de séjour Régularisation de séjour En 2014 le nombre de demandes de régularisation tant humanitaire que médicale a de nouveau baissé. Le nombre de décisions positives était

Plus en détail

La pratique du droit confrontée à la mauvaise qualité de la loi

La pratique du droit confrontée à la mauvaise qualité de la loi 227 La pratique du droit confrontée à la mauvaise qualité de la loi Jean- Christophe Ménard Avocat au Barreau de Paris, docteur en droit public Maître de conférences à l Institut d études politiques de

Plus en détail

Présentation du centre (CEP) de Vallorbe

Présentation du centre (CEP) de Vallorbe Présentation du centre (CEP) de Vallorbe Introduction Le centre d enregistrement et de procédure de Vallorbe fait partie d une structure de 5 centres fédéraux, dont 1 centre de transit, répartis en Suisse

Plus en détail

Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 I. Les dispositions contestées A. Historique et contexte des dispositions contestées

Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 I. Les dispositions contestées A. Historique et contexte des dispositions contestées Commentaire Décision n 2013-347 QPC du 11 octobre 2013 M. Karamoko F. (Élection de domicile des étrangers en situation irrégulière sans domicile stable) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 17 juillet

Plus en détail

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1133932L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT

PROJET DE LOI. NOR : MAEJ1133932L/Bleue-1 ----- ÉTUDE D IMPACT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère des affaires étrangères et européennes PROJET DE LOI autorisant l approbation de la convention d entraide judiciaire en matière pénale entre le Gouvernement de la République

Plus en détail

Loi fédérale sur les professions de la santé. Avant-projet. (LPSan) Dispositions générales. Compétences au niveau bachelor. du...

Loi fédérale sur les professions de la santé. Avant-projet. (LPSan) Dispositions générales. Compétences au niveau bachelor. du... Loi fédérale sur les professions de la santé (LPSan) du... Avant-projet L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l art. 95, al. 1 et l art. 97, al. 1, de la Constitution 1, vu le message du

Plus en détail

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE

CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE Nicolae Cochinescu Juge à la Cour constitutionnelle de la Roumanie CONSIDÉRATIONS SUR LA MISE EN ŒUVRE DES DÉCISIONS DE LA COUR CONSTITUTIONNELLE 1. Conformément à l article 146 de la Constitution de la

Plus en détail

_Factsheet Almanach social 2014. Habitat

_Factsheet Almanach social 2014. Habitat Habitat L Almanach social, qu est-ce que c est? La première partie de l Almanach est consacrée aux développements sociopolitiques qui ont eu lieu l an passé. Le développement économique est évalué dans

Plus en détail

Administration fédérale des contributions. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport

Administration fédérale des contributions. Confidentiel n est pas destiné à la publication. Rapport Administration fédérale des contributions D3.A.12 DUS Confidentiel n est pas destiné à la publication Rapport sur la conclusion d un protocole modifiant la convention de double imposition avec la République

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 28/06/2013 Conseil d État N 365638 ECLI:FR:CEORD:2013:365638.20130214 Inédit au recueil Lebon Juge des référés SPINOSI, avocat(s) lecture du jeudi 14 février 2013 REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE

Plus en détail

Notice sur les allégements dans l exécution des peines et mesures

Notice sur les allégements dans l exécution des peines et mesures Notice sur les allégements dans l exécution des peines et mesures 1. Situation actuelle De l article 123 al. 2 de la Constitution fédérale (RS 101) découle le principe selon lequel l exécution des sanctions

Plus en détail

Objet et champ d application. RO 2007 5437 Les termes désignant des personnes s appliquent également aux femmes et aux hommes.

Objet et champ d application. RO 2007 5437 Les termes désignant des personnes s appliquent également aux femmes et aux hommes. Loi fédérale sur les étrangers (LEtr) 142.20 du 16 décembre 2005 (Etat le 1 er mars 2015) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu l art. 121, al. 1, de la Constitution 1, vu le message du Conseil

Plus en détail

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats

Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Définition et exécution des mandats : analyse et recommandations aux fins de l examen des mandats Rapport du Secrétaire général Résumé Lors du Sommet mondial de septembre 2005, les dirigeants des pays

Plus en détail

Il faut agir contre la montée du chômage!

Il faut agir contre la montée du chômage! Il faut agir contre la montée du chômage! En décembre 2012, le chômage au Luxembourg atteint un niveau record : 16 963 personnes inscrites comme demandeurs d emploi à l ADEM, soit un taux de chômage de

Plus en détail

La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité. Marie Pierre ROUSSEAU

La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité. Marie Pierre ROUSSEAU La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité Marie Pierre ROUSSEAU Avec l existence du seul contrôle a priori des lois l ordre juridique français n a jusqu à présent

Plus en détail

LUTTE CONTRE LES MARCHANDS DE SOMMEIL

LUTTE CONTRE LES MARCHANDS DE SOMMEIL LUTTE CONTRE LES MARCHANDS DE SOMMEIL CONSTATS ET PROPOSITIONS DE RECOMMANDATIONS SUITE AUX MIDIS D ÉCHANGES Lors des midis d échanges qui ont eu lieu les 11 mars, 26 mars, 2 et 23 avril 2009 avec toutes

Plus en détail

Skateparks, pistes VTT ou autres installations sportives: ce que vous devriez savoir à propos de la responsabilité de votre commune.

Skateparks, pistes VTT ou autres installations sportives: ce que vous devriez savoir à propos de la responsabilité de votre commune. Skateparks, pistes VTT ou autres installations sportives: ce que vous devriez savoir à propos de la responsabilité de votre commune. Une commune doit répondre comme n importe quelle personne de tout acte

Plus en détail

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration

Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration Association pour la Promotion de l Assurance Collective Clauses de désignation et de migration 1 1/ Qu est ce qu un accord de branche? Un accord de branche est un acte juridique issu d'une négociation

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013. M. Jory Orlando T.

Commentaire. Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013. M. Jory Orlando T. Commentaire Décision n 2013-312 QPC du 22 mai 2013 M. Jory Orlando T. (Conditions d attribution d une carte de séjour mention «vie privée et familiale» au conjoint étranger d un ressortissant français)

Plus en détail

IMMIGRATION : DES TABOUS AUX VALEURS

IMMIGRATION : DES TABOUS AUX VALEURS IMMIGRATION : DES TABOUS AUX VALEURS 1, rue Bixio - 75007 PARIS www.force-republicaine.fr IMMIGRATION : DES TABOUS AUX VALEURS NOTE DE CONTEXTE ET SYNTHÈSE DES PROPOSITIONS I - HISTORIQUE 1 - C est au

Plus en détail

Admis mais exclus? Résumé. L admission provisoire en Suisse. Martina Kamm Denise Efionayi-Mäder Anna Neubauer Phillippe Wanner Fabienne Zannol

Admis mais exclus? Résumé. L admission provisoire en Suisse. Martina Kamm Denise Efionayi-Mäder Anna Neubauer Phillippe Wanner Fabienne Zannol Résumé Admis mais exclus? L admission provisoire en Suisse Martina Kamm Denise Efionayi-Mäder Anna Neubauer Phillippe Wanner Fabienne Zannol avec la collaboration de Annika Fauck Etude élaborée par le

Plus en détail

Réponse de la FAMH à la consultation concernant la révision de la loi sur l analyse génétique humaine (LAGH)

Réponse de la FAMH à la consultation concernant la révision de la loi sur l analyse génétique humaine (LAGH) FAMH CH-4500 Soleure Office fédéral de la santé publique OFSP Département Biomédecine Genetic Testing Case postale 3003 Berne Soleure, mai 2015 Réponse de la FAMH à la consultation concernant la révision

Plus en détail

Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie?

Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie? FR Je suis sous procédure Dublin qu est-ce que cela signifie? B Informations pour les demandeurs d une protection internationale dans le cadre d une procédure de Dublin en vertu de l article 4 du Règlement

Plus en détail

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT)

CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) CHARLES DAN Candidat du Bénin pour le poste de Directeur général du Bureau international du Travail (BIT) FACONNER ENSEMBLE L OIT DU FUTUR «Pour tout ce qui a été, merci. Pour tout ce qui sera, oui.» (Dag

Plus en détail

Session d automne des Chambres fédérales : 2ème semaine

Session d automne des Chambres fédérales : 2ème semaine Session d automne des Chambres fédérales : 2ème semaine Répartition des réserves d or et des bénéfices de la Banque nationale 4 octobre 2004 Numéro 37/2 Session d automne des Chambres fédérales : 2e semaine

Plus en détail

CAS PRATIQUES A LA LUMIÈRE DU NON-REFOULEMENT

CAS PRATIQUES A LA LUMIÈRE DU NON-REFOULEMENT CAS PRATIQUES A LA LUMIÈRE DU NON-REFOULEMENT AMNESTY INTERNATIONAL ET LE PRINCIPE DE NON-REFOULEMENT Pour prévenir la torture, les mauvais traitements et les traitements dégradants, Amnesty International

Plus en détail

LE DROIT DES RESSORTISSANTS ETRANGERS AUX PRESTATIONS SOCIALES Novembre 2014

LE DROIT DES RESSORTISSANTS ETRANGERS AUX PRESTATIONS SOCIALES Novembre 2014 LE DROIT DES RESSORTISSANTS ETRANGERS AUX PRESTATIONS SOCIALES Novembre 2014 Tout propos et toute action en la matière doivent viser à répondre aux préoccupations légitimes des Français, qui considèrent

Plus en détail

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC)

COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) Strasbourg, 14 mai 2004 MONEYVAL (2004)7 Res COMITE EUROPEEN POUR LES PROBLEMES CRIMINELS (CDPC) COMITE RESTREINT D'EXPERTS SUR L'EVALUATION DES MESURES DE LUTTE CONTRE LE BLANCHIMENT DE CAPITAUX (MONEYVAL)

Plus en détail

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée

S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée S engager pour la survie de l enfant: Une promesse renouvelée Rapport de situation 2013 RÉSUMÉ L UNICEF s est engagé à publier des rapports annuels de situation relatifs à la survie de l enfant en soutien

Plus en détail

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A ONUSIDA/CCP (36)/15.12 Date de publication : 24 juin 2015 TRENTE-SIXIÈME RÉUNION Date : 30 juin - 2 juillet 2015 Lieu : Salle du conseil exécutif,

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MARSEILLE N 0605319 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. B. A. AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Salvage Rapporteur

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MARSEILLE N 0605319 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE M. B. A. AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Salvage Rapporteur TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE MARSEILLE N 0605319 M. B. A. M. Salvage Rapporteur Mme Teuly-Desportes Commissaire du gouvernement RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de

Plus en détail

Introduction. 1 Communication de la Commission au Conseil, au Parlement européen, au Comité économique et social

Introduction. 1 Communication de la Commission au Conseil, au Parlement européen, au Comité économique et social Observations du HCR sur la Communication de la Commission européenne «Programme commun pour l intégration : Cadre relatif à l intégration des ressortissants de pays tiers dans l Union européenne» (COM

Plus en détail

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010

LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL. I Le droit positif avant l arrêt du Conseil Constitutionnel du 18 juin 2010 LA REPARATION INTEGRALE DU DOMMAGE CORPOREL ET L ACCIDENT DU TRAVAIL En 1896, un arrêt de la Chambre Civile de la Cour de Cassation, l arrêt TEFFAINE, a retenu le principe d une responsabilité directe

Plus en détail

TAX ALERT. 4 octobre 2012. Accord fiscal avec l Allemagne, le Royaume-Uni et l Autriche

TAX ALERT. 4 octobre 2012. Accord fiscal avec l Allemagne, le Royaume-Uni et l Autriche TAX ALERT 4 octobre 2012 Accord fiscal avec l Allemagne, le Royaume-Uni et l Autriche La Commission européenne a donné son feu vert, en date du 17 avril 2012, aux accords signés par la Suisse avec l'allemagne

Plus en détail

J ai demandé l asile dans l Union européenne quel pays sera responsable de l analyse de ma demande?

J ai demandé l asile dans l Union européenne quel pays sera responsable de l analyse de ma demande? FR J ai demandé l asile dans l Union européenne quel pays sera responsable de l analyse de ma demande? A Informations sur le règlement de Dublin pour les demandeurs d une protection internationale en vertu

Plus en détail

A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement

A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement (Extraits) Sur le licenciement : Attendu que la lettre de licenciement, qui fixe les limites du litige, doit être suffisamment

Plus en détail

Copie préliminaire du texte authentique. La copie certifiée par le Secrétaire général sera publiée ultérieurement.

Copie préliminaire du texte authentique. La copie certifiée par le Secrétaire général sera publiée ultérieurement. PROTOCOLE ADDITIONNEL À LA CONVENTION DES NATIONS UNIES CONTRE LA CRIMINALITÉ TRANSNATIONALE ORGANISÉE VISANT À PRÉVENIR, RÉPRIMER ET PUNIR LA TRAITE DES PERSONNES, EN PARTICULIER DES FEMMES ET DES ENFANTS

Plus en détail

COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N 10011107 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Choplin Président de section

COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE N 10011107 AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS. M. Choplin Président de section COUR NATIONALE DU DROIT D ASILE N 10011107 M. M. Choplin Président de section Audience du 24 novembre 2010 Lecture du 15 décembre 2010 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS La Cour nationale du

Plus en détail

CEPB. Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1. Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador

CEPB. Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1. Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1 2007 2006 #49F #42E CEPB Pamela Gough Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador La responsabilité première

Plus en détail

Ordonnance relative à l admission, au séjour et à l exercice d une activité lucrative

Ordonnance relative à l admission, au séjour et à l exercice d une activité lucrative Ordonnance relative à l admission, au séjour et à l exercice d une activité lucrative (OASA) 142.201 du 24 octobre 2007 (Etat le 1 er janvier 2014) Le Conseil fédéral suisse, vu la loi fédérale du 16 décembre

Plus en détail

_Règlement Caritas Protection des enfants

_Règlement Caritas Protection des enfants _Règlement Caritas Protection des enfants 2 Convaincus que les enfants ont le droit d être protégés et stimulés dans leur développement, respectés comme des acteurs indépendants et associés aux décisions,

Plus en détail

Statuts de «pr suisse»

Statuts de «pr suisse» Statuts de «pr suisse» Art. 1 L'Association Sous le nom «Association Suisse de Relations Publiques», «Schweizerischer Public Relations Verband», «Associazione Svizzera di Relazioni Pubbliche», «Swiss Public

Plus en détail

Leçon n 3 : «Les mobilités humaines»

Leçon n 3 : «Les mobilités humaines» Leçon n 3 : «Les mobilités humaines» Introduction : Le XXè siècle a connu plus de déplacements de personnes qu aucune autre période. Les migrations peuvent être internes aux pays ou bien régionales et

Plus en détail

PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS

PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LES DROITS SEXUELS ET REPRODUCTIFS Positionnement en vue de la session spéciale des (22 septembre 2014) 2 1. FACE À UN AVENIR INCERTAIN, LES GOUVERNEMENTS DOIVENT SE REMOBILISER

Plus en détail

130 ème ASSEMBLEE DE L'UIP ET REUNIONS CONNEXES Genève, 16-20.3.2014

130 ème ASSEMBLEE DE L'UIP ET REUNIONS CONNEXES Genève, 16-20.3.2014 130 ème ASSEMBLEE DE L'UIP ET REUNIONS CONNEXES Genève, 16-20.3.2014 Commission permanente de la C-III/130/DR-am démocratie et des droits de l homme 6 mars 2014 PROTEGER LES DROITS DES ENFANTS, EN PARTICULIER

Plus en détail

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné

La justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes condamné La justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Vous êtes condamné VOUS ÊTES CONDAMNÉ PÉNALEMENT Le juge a statué sur votre cas et vous a condamné. Que vous reste-il

Plus en détail

ISSN 2284-3531 Ordine internazionale e diritti umani, (2015), pp. 389-393.

ISSN 2284-3531 Ordine internazionale e diritti umani, (2015), pp. 389-393. OBSERVATOIRE SUR LE CONTENTIEUX EUROPÉEN DES DROITS DE L HOMME N. 2/2015 1. ARRET DU 3 OCTOBRE 2014, JEUNESSE C. PAYS-BAS Faits 1. L affaire concerne le refus des autorités néerlandaises d octroyer à la

Plus en détail

SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Spinosi et Sureau, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Baraduc, Duhamel et Rameix, SCP Spinosi et Sureau, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 16 septembre 2014 N de pourvoi: 12-25943 ECLI:FR:CCASS:2014:CO00750 Non publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président SCP Baraduc,

Plus en détail

Loi fédérale sur le transfert international des biens culturels

Loi fédérale sur le transfert international des biens culturels Loi fédérale sur le transfert international des biens culturels (Loi sur le transfert des biens culturels, LTBC) 444.1 du 20 juin 2003 (Etat le 1 er janvier 2012) L Assemblée fédérale de la Confédération

Plus en détail

DIRECTION GENERALE DES ETRANGERS EN FRANCE DOSSIER DE PRESSE. Le projet de loi relatif au droit des étrangers

DIRECTION GENERALE DES ETRANGERS EN FRANCE DOSSIER DE PRESSE. Le projet de loi relatif au droit des étrangers DIRECTION GENERALE DES ETRANGERS EN FRANCE DOSSIER DE PRESSE Le projet de loi relatif au droit des étrangers Juillet 2014 Les chiffres de l immigration 200.000 étrangers hors UE sont accueillis chaque

Plus en détail

LE DROIT À ADÉQUAT. Comment lutter pour vos droits

LE DROIT À ADÉQUAT. Comment lutter pour vos droits LE DROIT À UN LOGEMENT ADÉQUAT Comment lutter pour vos droits le Centre pour les droits à l égalité au logement (CERA) et le Centre de défense des droits sociaux LE DROIT À UN LOGEMENT ADÉQUAT Cette brochure

Plus en détail

ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? SANCTIONNER AUTREMENT. Et si la prison n était pas toujours la solution?

ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? SANCTIONNER AUTREMENT. Et si la prison n était pas toujours la solution? ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? SANCTIONNER AUTREMENT Et si la prison n était pas toujours la solution? ACAT-France. Et si la prison n était pas toujours la solution? ACAT-France.

Plus en détail

Mémorandum Projet de loi de santé : risques du tiers payant généralisé

Mémorandum Projet de loi de santé : risques du tiers payant généralisé Mémorandum Projet de loi de santé : risques du tiers payant généralisé Une des mesures phares du projet de loi de santé présenté par Marisol TOURAINE, Ministre des Affaires Sociales, de la Santé et des

Plus en détail

Vu la requête, enregistrée le 7 août 2014, présentée pour Mme Ali R. [ ], par la SCPA Breillat-Dieumegard-Masson ; Mme R. demande au tribunal :

Vu la requête, enregistrée le 7 août 2014, présentée pour Mme Ali R. [ ], par la SCPA Breillat-Dieumegard-Masson ; Mme R. demande au tribunal : TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE POITIERS KG N 1402316 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Mme Ali R. M. Ellie Rapporteur M. Salvi Rapporteur public AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Le Tribunal administratif de Poitiers (2 ème chambre)

Plus en détail

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne

Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Réseau des présidents des cours suprêmes judiciaires de l Union Européenne Colloque de Dublin, vendredi 19 Mars 2010 ASPECTS PRATIQUES DE L INDEPENDANCE DE LA JUSTICE Rapport Introductif Partie III Relations

Plus en détail

20.5.2014 Journal officiel de l Union européenne L 150/143

20.5.2014 Journal officiel de l Union européenne L 150/143 20.5.2014 Journal officiel de l Union européenne L 150/143 RÈGLEMENT (UE) N o 515/2014 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 16 avril 2014 portant création, dans le cadre du Fonds pour la sécurité intérieure,

Plus en détail

Droits de l enfant au parlement Aperçu de la session d automne 2014

Droits de l enfant au parlement Aperçu de la session d automne 2014 Droits de l enfant au parlement Aperçu de la session d automne 2014 Durant cette session le Conseil national traitera plusieurs infractions concernant les droits de l enfant. Le postulat Bilan de la mise

Plus en détail

Exemples de réclamations Erreurs et omissions Agents et courtiers

Exemples de réclamations Erreurs et omissions Agents et courtiers Groupe ENCON inc. 500-1400, Blair Place Ottawa (Ontario) K1J 9B8 Téléphone 613-786-2000 Télécopieur 613-786-2001 Sans frais 800-267-6684 www.encon.ca Exemples de réclamations Erreurs et omissions Agents

Plus en détail

Document d information du CCR Consultations de CIC sur le programme des parents et des grands-parents

Document d information du CCR Consultations de CIC sur le programme des parents et des grands-parents CONSEIL CANADIEN POUR LES RÉFUGIÉS CANADIAN COUNCIL FOR REFUGEES Document d information du CCR Consultations de CIC sur le programme des parents et des grands-parents Citoyenneté et immigration Canada

Plus en détail

Le recouvrement de créances

Le recouvrement de créances Le recouvrement de créances 008 Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés ont été volontairement vulgarisés

Plus en détail

NOTE D ORIENTATION DU SECRETAIRE GENERAL. Aide à la consolidation de l état de droit : l approche de l ONU

NOTE D ORIENTATION DU SECRETAIRE GENERAL. Aide à la consolidation de l état de droit : l approche de l ONU U N I T E D N A T I O N S N A T I O N S U N I E S NOTE D ORIENTATION DU SECRETAIRE GENERAL Aide à la consolidation de l état de droit : l approche de l ONU 12-38583 (F) Avril 2008 U N I T E D N A T I O

Plus en détail

Les 7 Principes fondamentaux

Les 7 Principes fondamentaux Les 7 Principes fondamentaux Les 7 Principes fondamentaux de la Croix-Rouge Humanité Impartialité Neutralité Indépendance Volontariat Unité Universalité La Croix-Rouge trouve son origine dans la solidarité

Plus en détail

ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE

ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE ACCORD ENTRE LA COMMISSION BANCAIRE ET LA BANQUE NATIONALE DE ROUMANIE CONCERNANT LA COOPERATION RECIPROQUE ET L ECHANGE D INFORMATIONS POUR LE CONTROLE BANCAIRE ET PRUDENTIEL 1. Considérant que certaines

Plus en détail

Collection Au Quotidien. out of food

Collection Au Quotidien. out of food Collection Au Quotidien out of food Début septembre de cette année, la Belgique, comme le reste de l Europe apprend la nouvelle avec stupéfaction : l Union Européenne va supprimer la plupart des aides

Plus en détail

Guide des formalités pour la reconnaissance du statut de réfugié

Guide des formalités pour la reconnaissance du statut de réfugié Guide des formalités pour la reconnaissance du statut de réfugié Bureau de l Immigration Ministère de la Justice PRÉFACE Un «Guide des formalités pour la reconnaissance du statut de réfugié» (première

Plus en détail

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A

CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A CONSEIL DE COORDIN AT I O N DU PROGRAM M E DE L ONUSID A ONUSIDA/CCP (34)/14.14 Date de publication: 27 juin 2014 TRENTE-QUATRIEME REUNION Date: 1 er -3 juillet 2014 Lieu: Salle du Conseil exécutif, OMS,

Plus en détail

Les règles d utilisation de la vidéosurveillance avec enregistrement dans les lieux publics par les organismes publics

Les règles d utilisation de la vidéosurveillance avec enregistrement dans les lieux publics par les organismes publics Les règles d utilisation de la vidéosurveillance avec enregistrement dans les lieux publics par les organismes publics Juin 2004 TABLE DES MATIÈRES PRÉSENTATION... 1 LE CHAMP D APPLICATION... 1 LA JUSTIFICATION...

Plus en détail

CODE DE CONDUITE CONFORMITÉ AUX EXIGENCES JURIDIQUES

CODE DE CONDUITE CONFORMITÉ AUX EXIGENCES JURIDIQUES CODE DE CONDUITE LE PRÉSENT CODE DE CONDUITE EST FONDÉ SUR LES VALEURS DE GMI- DISTRIBUTION. IL A POUR OBJET DE GARANTIR QUE L ENSEMBLE DES EMPLOYÉS, DES GESTIONNAIRES ET DES DIRIGEANTS DE GMI-DISTRIBUTION

Plus en détail

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Directorate-General for Communication PUBLIC OPINION MONITORING UNIT Bruxelles, 28 avril 2014 Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Couverture

Plus en détail