_Règlement Caritas Protection des enfants

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "_Règlement Caritas Protection des enfants"

Transcription

1 _Règlement Caritas Protection des enfants

2 2 Convaincus que les enfants ont le droit d être protégés et stimulés dans leur développement, respectés comme des acteurs indépendants et associés aux décisions, et sachant que des enfants peuvent à tout moment et dans n importe quel contexte être victimes d abus, Caritas Suisse entreprend tout ce qui est en son pouvoir pour les protéger et faire respecter leurs droits. Bases juridiques et domaine d application Dans de nombreux domaines comme le recrutement, la formation continue, le travail d information, etc., Caritas Suisse a pris des mesures ciblées pour la protection des enfants. Le présent règlement s insère à un catalogue de mesures. Il émet des directives sur les procédures internes à l organisation et sur le comportement individuel. Le présent règlement instaure des règles contraignantes pour les collaboratrices et les collaborateurs engagés, pour les chargés de projet et pour les bénévoles au service de Caritas Suisse en Suisse et à l étranger. Toute violation de ces règles est impérativement sanctionnée. Le présent règlement s adresse aussi aux organisations partenaires de Caritas Suisse. Celles-ci doivent appliquer le sens et l esprit de ce document dans leur action et donc tendre à faire respecter les droits des enfants et à éviter les abus. Dans ce règlement, Caritas Suisse se base sur son Orientation où elle s engage à respecter la dignité inaliénable et les droits de chaque être humain. Ce règlement s appuie en outre sur le document la protection des enfants, cadre politique de Caritas Internationalis. Le présent règlement se fonde en outre sur la Convention relative à la protection des enfants. Définition Il y a abus au sens du présent règlement quand des enfants, c est-à-dire des personnes de moins de 18 ans, sont blessés physiquement ou de toute autre manière. La notion d abus englobe aussi bien les mauvais traitements physiques que l abus émotionnel, les cas de négligence et les agressions sexuelles. Règles de comportement individuelles Dans leur activité, les employés, les chargés de projet et les collaborateurs bénévoles de Caritas Suisse (ci-après appelés collaborateurs), doivent être conscients que les enfants sont exposés au risque d abus et reconnaître les situations où ce risque est particulièrement aigu. Dans leur travail, les collaborateurs doivent tout entreprendre pour protéger les enfants contre les abus. Ils doivent planifier et réaliser les projets et les travaux de sorte à éliminer ou du moins à minimiser ce risque. Cela signifie notamment: Contacts physiques ou sexuels Tout contact sexuel avec des enfants est strictement interdit aux collaborateurs, indépendamment des dispositions locales concernant l âge de la majorité. Il en va de même pour tout contact physique inapproprié, comme laver, habiller ou accompagner aux toilettes des enfants qui seraient capables de le faire seuls. Les allusions sexuelles verbales, gestuelles ou d un autre type sont également à bannir. Châtiments corporels Les collaborateurs ne peuvent infliger aucun châtiment corporel. Photo: Andreas Schwaiger

3 3 Exploitation, chantage Les collaborateurs ne peuvent exploiter ou faire chanter aucun enfant, ni aucun adulte. Il leur est notamment interdit de réclamer des faveurs sexuelles ou tout autre service illégitime en échange de biens, de prestations ou d une aide quelconque. Discrimination et maltraitance émotionnelle Les collaborateurs ne peuvent rabaisser, humilier, offenser ou dégrader aucun enfant, ni aucun adulte, ni les maltraiter sur le plan émotionnel. Il est interdit de discriminer des enfants ou des adultes ou d appliquer des traitements de faveur sur la base de critères inadéquats. Contacts entre quatre yeux Dans leur travail, les collaborateurs devraient si possible éviter d entrer en contact avec des enfants, si aucun autre adulte n est présent. Si ce n est pas possible, il s agit au moins d informer préalablement un autre adulte du contact. Le contact doit autant que possible avoir lieu à un endroit facilement contrôlable par les autres collaborateurs. Les collaborateurs ont en principe l interdiction d héberger des enfants dont ils n ont pas la garde, de les recevoir à leur domicile privé ou de passer la nuit dans la même chambre qu eux. Activité lucrative Caritas n embauche pas d enfants. Même à titre privé, les collaborateurs n ont pas le droit d engager, ni d occuper des enfants. Matériel illicite et substances modifiant l état de conscience La consommation et la possession, ainsi que la production et la transmission de pornographie à caractère pédophile est interdite. Il est interdit aux collaborateurs de mettre, intentionnellement ou par négligence, des enfants en contact avec du matériel illicite. Il est interdit aux collaborateurs de mettre, intentionnellement ou par négligence, des enfants en contact avec de l alcool ou d autres substances modifiant l état de conscience. Film et photografie Les collaborateurs doivent s assurer que la production de films ou de photographies préserve la dignité des enfants. Il faut notamment veiller à ce qu aucune image ne puisse être exploitée pour assouvir des pulsions sexuelles ou d autres besoins illégitimes. Transmission d informations Il est interdit aux collaborateurs d entraver d une quelconque manière le contact entre les enfants et des personnes auxquelles ils aimeraient se confier. Les collaborateurs ont le devoir de signaler à leur(e) supérieur(e) tout soupçon d abus justifié. Règles institutionnelles Recrutement du personnel Pour l attribution de postes impliquant un contact direct ou soutenu avec des enfants, les candidatures doivent être soigneusement examinées. Dans tous les cas, il y a notamment lieu de demander des renseignements auprès de deux personnes de référence indépendantes et de vérifier en bonne et due forme la réputation des candidats.

4 4 Introduction Les supérieurs et les responsables s assurent que les employés et les bénévoles de Caritas Suisse, ainsi que les collaborateurs mandatés par ses soins, sont informés de l existence de ce règlement et qu ils ont accès à un exemplaire pendant la période d introduction (cf. guide de l embauche de personnel). Ce règlement fait partie intégrante de chaque contrat de travail conclu avec Caritas Suisse. En signant son contrat, la personne confirme qu elle a pris connaissance du règlement et en reconnaît la validité. Direction Les supérieurs prennent soin d éliminer ou au moins de minimiser le risque que des enfants soient victimes d abus dans le cadre de leurs projets et travaux. Ils accordent suffisamment d importance à ce point dans la conduite des collaborateurs. Les enfants impliqués dans des projets de Caritas Suisse doivent en outre être mis au courant de leurs droits par des mesures appropriées et informés des comportements acceptables ou inacceptables de la part des adultes. Accès à des informations personnelles au sujet des enfants Les informations personnelles doivent être protégées et rendues accessibles uniquement aux collaborateurs qui en ont besoin pour remplir leurs tâches. Caritas Suisse s assure que la transmission d informations personnelles n est possible qu avec l accord de l enfant concerné si celui-ci est capable de discernement ou de son/sa représentant(e). Si des personnes extérieures visitent des projets de Caritas Suisse, elles n entrent en contact avec les enfants impliqués qu en présence des collaborateurs de Caritas-Suisse. Signalement d incidents et de cas suspects Les supérieurs doivent créer un climat de travail qui permette notamment aux enfants de signaler les éventuels cas d abus. Caritas Suisse s assure que les personnes qui signalent de bonne foi un cas d abus ou de soupçon ne subissent aucun préjudice. Les personnes qui répandent délibérément de faux soupçons sont sanctionnées. S il y a lieu de penser que des collaborateurs de Caritas se sont rendus coupables d un abus, ce soupçon doit être immédiatement signalé. Les collaborateurs de Caritas en informent leur supérieur(e) direct(e) ou, à défaut, le ou la supérieur(e) de celui-ci/celle-ci. Si un soupçon justifié leur est signalé, les supérieurs doivent immédiatement le faire savoir au directeur/à la directrice qui informe à son tour la direction du Secteur concerné, ainsi que le/la supérieur(e) de la personne suspecte et la personne de confiance de Caritas Suisse chargée de la protection des enfants. Le directeur/la directrice ouvre immédiatement une enquête et fait appel à des experts sur place ou à des organisations spécialisées dans la protection des enfants pour élucider les faits. L obligation de garder le secret doit être respectée vis-à-vis d autres personnes. Traitement des plaintes et des cas suspects En cas de soupçon d abus justifié envers un collaborateur ou une collaboratrice, on s assure que la personne suspecte n entre plus en contact avec des enfants dans son travail jusqu à la fin de l enquête. Si aucune possibilité d intervention appropriée ne peut être trouvée, la personne est suspendue pour la durée de l enquête. Caritas Suisse s assure que la réputation de la personne suspecte ne pâtisse pas inutilement pendant l établissement des faits. Les personnes qui salissent la réputation des suspects par malveillance sont sanctionnées.

5 5 Soutien des victimes Si un enfant a été abusé dans le cadre d un projet de Caritas Suisse, Caritas Suisse soutient la victime de façon appropriée. Sanctions Abuser d un enfant est une faute grave que Caritas Suisse sanctionne dans tous les cas et qui, en principe, entraîne la cessation immédiate des rapports de travail par licenciement. Toutes les sanctions juridiques sont épuisées. Les erreurs d appréciation réelles ou présumées de l âge de l enfant ne prémunissent pas contre les sanctions. Règles pour les rapports avec les organisations partenaires Collaboration Caritas Suisse ne collabore avec des organisations que dans la mesure où celles-ci appliquent des mesures de protection des enfants adaptées aux projets et aux circonstances et basées sur la Convention relative aux droits des enfants. Caritas Suisse soutient ses organisations partenaires dans l élaboration et la mise en oeuvre de mesures correspondantes. Si les organisations partenaires refusent de mettre en place des mesures appropriées, Caritas Suisse suspend la collaboration ou y met fin. Monitoring Caritas Suisse vérifie régulièrement si les organisations partenaires appliquent leurs mesures de protection des enfants et les règles de protection des enfants qu elles ont elles-mêmes fixées. Marche à suivre en cas de non respect des mesures de protection des enfants Si Caritas Suisse constate que les collaborateurs des organisations partenaires présentent un comportement contraire au sens et à l esprit du présent règlement, son/sa responsable de programme et son/sa supérieur(e) se mettent en lien avec le/la supérieur(e) compétent(e) sur place et confient au besoin à une organisation indépendante spécialisée dans la protection des enfants le soin d engager une enquête. En cas d abus répété ou de non réaction après une sommation, il peut au besoin être mis fin à la collaboration. Dispositions finales Le présent règlement a été adopté par le Présidium le Il est entré en vigueur le Lucerne, Caritas Suisse Fulvio Caccia Président Jürg Krummenacher Directeur

Code de déontologie. des entraîneurs professionnels

Code de déontologie. des entraîneurs professionnels Code de déontologie des entraîneurs professionnels En vigueur : octobre 2007 CODE DE DÉONTOLOGIE DES 1 1.0 ÉNONCÉ DE MISSION DE PATINAGE CANADA Patinage Canada est une association qui a pour mandat de

Plus en détail

Politique Institutionnelle. Politique de protection de l enfance. Direction Générale Fédérale 2007 PI 01

Politique Institutionnelle. Politique de protection de l enfance. Direction Générale Fédérale 2007 PI 01 Politique Institutionnelle Politique de protection de l enfance Direction Générale Fédérale 2007 PI 01 Politique Institutionnelle Politique de protection de l enfance 2 1. PRINCIPES : PRÉVENTION DES ABUS

Plus en détail

ANNEXE I Politique anti-harcèlement Principes et procédures

ANNEXE I Politique anti-harcèlement Principes et procédures ANNEXE I Politique anti-harcèlement Principes et procédures I. Principes I.1 Engagements MicroCred s engage à garantir à tous ses collaborateurs des conditions de travail respectueuses. Considérant que

Plus en détail

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau. Politique pour contrer le harcèlement

Centre de la petite enfance Le Petit Réseau. Politique pour contrer le harcèlement Centre de la petite enfance Le Petit Réseau Politique pour contrer le harcèlement Février 2008 2 A- Énoncé et application L objectif premier de cette politique est de consacrer notre souci de prévenir

Plus en détail

Politique en matière de harcèlement psychologique au travail

Politique en matière de harcèlement psychologique au travail Politique en matière de harcèlement psychologique au travail Projet déposé au conseil d administration Lors de sa séance du 3 juillet 2014 Gatineau (Québec) 1. OBJECTIFS La présente politique vise à instaurer

Plus en détail

CENTRE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS SPORTIFS DU CANADA CRDSC. Politique contre le harcèlement

CENTRE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS SPORTIFS DU CANADA CRDSC. Politique contre le harcèlement CENTRE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS SPORTIFS DU CANADA CRDSC Politique contre le harcèlement Version finale Adoptée par résolution du conseil d administration le 11 mai 2006 CRDSC Politique contre le harcèlement

Plus en détail

Dignité de la personne au travail BEI - 12/03 - FR

Dignité de la personne au travail BEI - 12/03 - FR Dignité de la personne au travail BEI - 12/03 - FR Politique en matière de respect de la dignité de la personne au travail La BEI vise à offrir un environnement de travail favorable, qui aide et encourage

Plus en détail

ATHLÉTISME CANADA RÈGLEMENTS CONCERNANT LE COMPORTEMENT DES MEMBRE

ATHLÉTISME CANADA RÈGLEMENTS CONCERNANT LE COMPORTEMENT DES MEMBRE ATHLÉTISME CANADA RÈGLEMENTS CONCERNANT LE COMPORTEMENT DES MEMBRE 1. Mise en vigueur de ce règlement a) Ce règlement s applique pour tous les membres d Athlétisme Canada, soit : les entraîneurs, les directeurs

Plus en détail

LIGNES DIRECTRICES DE RÉSOLU À L INTENTION DES FOURNISSEURS

LIGNES DIRECTRICES DE RÉSOLU À L INTENTION DES FOURNISSEURS LIGNES DIRECTRICES DE RÉSOLU À L INTENTION DES FOURNISSEURS INTRODUCTION Chez Produits forestiers Résolu Inc. («Résolu»), nous attachons beaucoup d importance à nos relations avec nos clients, nos fournisseurs,

Plus en détail

Stratégie de prévention des dommages causés aux enfants et aux jeunes au Nouveau-Brunswick. Définition des dommages

Stratégie de prévention des dommages causés aux enfants et aux jeunes au Nouveau-Brunswick. Définition des dommages Stratégie de prévention des dommages causés aux enfants et aux jeunes au Nouveau-Brunswick Préambule et contexte Définition des dommages La Stratégie provinciale de prévention des dommages causés aux enfants

Plus en détail

Politique d ACORD sur la protection des adultes vulnérables

Politique d ACORD sur la protection des adultes vulnérables Politique d ACORD sur la protection des adultes vulnérables 1. INTRODUCTION ACORD reconnaît que la maltraitance de personnes vulnérables, qu elles soient des pauvres, des femmes, des enfants ou des adultes

Plus en détail

Consommation de produits interdits ou règlementés (points législatifs)

Consommation de produits interdits ou règlementés (points législatifs) CLASSEUR LEGISLATION L aumônerie au quotidien F. Protection des mineurs 1. DROGUE, TABAC, ALCOOL Consommation de produits interdits ou règlementés (points législatifs) Drogues : Toute consommation de drogue

Plus en détail

MEDIATHEQUE MUNICIPALE DE BRUZ REGLEMENT INTERIEUR

MEDIATHEQUE MUNICIPALE DE BRUZ REGLEMENT INTERIEUR MEDIATHEQUE MUNICIPALE DE BRUZ REGLEMENT INTERIEUR Article 1 : Missions et dispositions générales La médiathèque est un service public, culturel et municipal. En tant que service municipal, elle fonctionne

Plus en détail

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE Servir et protéger En bref Comité international de la Croix-Rouge 19, avenue de la Paix 1202 Genève, Suisse T +41 22 734 60 01 F +41 22 733

Plus en détail

CHAPITRE 6 RELATIONS AVEC LES ÉTUDIANTS, LE PERSONNEL ET LES AUTRES PERSONNES

CHAPITRE 6 RELATIONS AVEC LES ÉTUDIANTS, LE PERSONNEL ET LES AUTRES PERSONNES CHAPITRE 6 RELATIONS AVEC LES ÉTUDIANTS, LE PERSONNEL ET LES AUTRES PERSONNES Page 88 6.1 ENCADREMENT Encadrement direct 6.1-1 L avocat assume toute la responsabilité professionnelle des affaires qui lui

Plus en détail

Politiques et procédures d embauche Approuvées par le conseil d administration le 19 juin 2013

Politiques et procédures d embauche Approuvées par le conseil d administration le 19 juin 2013 s et procédures d embauche Approuvées par le conseil d administration le 19 juin 2013 INTRODUCTION Canada Snowboard reconnaît que la gestion du risque est un aspect important du processus d embauche. La

Plus en détail

Ateliers de la Commission Sociale : LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX. 25 juin 2014

Ateliers de la Commission Sociale : LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX. 25 juin 2014 Ateliers de la Commission Sociale : LES RISQUES PSYCHOSOCIAUX 25 juin 2014 1 Intervenant Sébastien-Pierre TOMI, Avocat, Cabinet FROMONT BRIENS 2 QUELQUES CHIFFRES LES EXIGENCES AU TRAVAIL : 23% des actifs

Plus en détail

CODE D'ETHIQUE GROUPE CGR

CODE D'ETHIQUE GROUPE CGR CODE D'ETHIQUE GROUPE CGR Chaque salarié et dirigeant du groupe CGR s'engage à : RESPECTER LA PERSONNE ET SON ENVIRONNEMENT AVOIR UNE CONDUITE PROFESSIONNELLE ETHIQUEMENT IRREPROCHABLE AVOIR DES RELATIONS

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

Directive relative à la protection contre le harcèlement sexuel sur le lieu de travail au Département fédéral des affaires étrangères

Directive relative à la protection contre le harcèlement sexuel sur le lieu de travail au Département fédéral des affaires étrangères DFAE 00-6-0 Directive relative à la protection contre le harcèlement sexuel sur le lieu de travail au Département fédéral des affaires étrangères du septembre 0 vu la Loi du mars 000 sur le personnel de

Plus en détail

Violence au travail Un organisme national

Violence au travail Un organisme national Violence au travail Un organisme national Violence au travail : prévention, protocoles et sanctions Politique La Société s engage à offrir un milieu de travail sécuritaire. Elle reconnaît que la violence

Plus en détail

Charte des valeurs NIEDAX GROUP - Code de Conduite -

Charte des valeurs NIEDAX GROUP - Code de Conduite - Charte des valeurs NIEDAX GROUP - Code de Conduite - Version 1.0 Principes et lignes directrices des entreprises de NIEDAX GROUP pour un management socialement responsable Page 1 sur 7 Charte des valeurs

Plus en détail

RÈGLES RELATIVES À L ACCRÉDITATION DE MÉDIA

RÈGLES RELATIVES À L ACCRÉDITATION DE MÉDIA RÈGLES RELATIVES À L ACCRÉDITATION DE MÉDIA Du 3 au 5 juillet 2015 RÈGLES RELATIVES À L ACCRÉDITATION DE MÉDIA CUEILLETTE DES LAISSEZ-PASSER ET DE LA TROUSSE MÉDIA À votre arrivée au Palais des congrès,

Plus en détail

People. Partnership. Performance. Règlement d entreprise

People. Partnership. Performance. Règlement d entreprise People. Partnership. Performance. Règlement d entreprise Table de matières 1. Domaine de validité et but 2. Prévention des accidents prévoyance sanitaire 2.1. Principes 2.2. Prescriptions 2.3. Obligation

Plus en détail

Règlement relatif à l utilisation des ressources informatiques et de télécommunication

Règlement relatif à l utilisation des ressources informatiques et de télécommunication SECRÉTARIAT GÉNÉRAL Règlements, directives, politiques et procédures Règlement relatif à l utilisation des ressources informatiques et de télécommunication Adoption Instance/Autorité Date Résolution(s)

Plus en détail

SOCIÉTÉ DE TRANSPORT DE LAVAL

SOCIÉTÉ DE TRANSPORT DE LAVAL Page: 1 de: 5 1. PRÉAMBULE La présente politique s'inspire des articles 10 et 10.1 de la Charte des droits et libertés de la personne qui interdit toute forme de harcèlement, tant social que sexuel. Elle

Plus en détail

Politique et procédures en matière de harcèlement sexuel

Politique et procédures en matière de harcèlement sexuel CIRCULAIRE N O 543(REV.1) HRD Série: 6 Distribution A 1 29 septembre 2004 Politique et procédures en matière de harcèlement sexuel 1. Selon la politique du Bureau, chacun a le droit d être traité avec

Plus en détail

Situations interpersonnelles sensibles (harcèlement sexuel, insultes verbales, agression physique)

Situations interpersonnelles sensibles (harcèlement sexuel, insultes verbales, agression physique) POLITIQUE : SITUATIONS INTERPERSONNELLES SENSIBLES (HARCÈLEMENT SEXUEL, INSULTES VERBALES, AGRESSION PHYSIQUE) 1 CODE: HR-10 Origine : Service des ressources humaines Autorité : Résolutions 89-03-29-7.1;

Plus en détail

Code de Déontologie des Agents de Recherches Privées.

Code de Déontologie des Agents de Recherches Privées. Code de déontologie des Agents de Recherches Privées page 1 / 5 Code de Déontologie des Agents de Recherches Privées. Science des droits et des devoirs qu'impose aux Agents de Recherches Privées également

Plus en détail

Équipe d enquête indépendante Rapport public

Équipe d enquête indépendante Rapport public Enquête menée à la suite d allégations d agressions sexuelles commises par un membre du personnel de la Cour sur la personne de quatre victimes placées sous la protection de la Cour pénale internationale

Plus en détail

POLITIQUE DRHSC 2013-082

POLITIQUE DRHSC 2013-082 POLITIQUE Programme Déficience physique VÉRIFICATION DES ANTÉCÉDENTS JUDICIAIRES DE TOUTE PERSONNE DÉSIRANT EXERCER OU EXERÇANT DES FONCTIONS AU PROGRAMME DÉFICIENCE PHYSIQUE EXPÉDITEUR : Direction des

Plus en détail

Directive Lpers no 50.1

Directive Lpers no 50.1 Directive Lpers no 50.1 Utilisation d Internet, de la messagerie électronique, de la téléphonie et du poste de travail RLPers 125 1 Base 2 But La présente directive est prise en application de l article

Plus en détail

Règlement concernant la compliance du 23 août 2012 1. Chapitre 1 Principe, but et champ d application 2

Règlement concernant la compliance du 23 août 2012 1. Chapitre 1 Principe, but et champ d application 2 Règlement concernant la compliance du août 0 (Etat au 0 avril 0) Table des matières Règlement concernant la compliance du août 0 Chapitre Principe, but et champ d application Art. Principe et but Art.

Plus en détail

Tests de dépistage d alcool et de drogues au travail. Quand peut-on faire des tests de dépistage Ce dont il faut tenir compte. www.manitoba.

Tests de dépistage d alcool et de drogues au travail. Quand peut-on faire des tests de dépistage Ce dont il faut tenir compte. www.manitoba. Pour obtenir plus de renseignements sur ces lignes directrices basées sur le Code des droits de la personne, veuillez communiquer avec le bureau de la Commission des droits de la personne du Manitoba de

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES. 1. Préambule

CONDITIONS GÉNÉRALES. 1. Préambule CONDITIONS GÉNÉRALES En choisissant d utiliser le site www.assu Mag.ch, les lecteurs, utilisateurs et contributeurs déclarent avoir pris connaissance et avoir accepté expressément et sans réserves les

Plus en détail

Code de déontologie des publications du groupe L'Express de Madagascar (adopté par L Express de Madagascar, AoRaha et L Hebdo de Madagascar)

Code de déontologie des publications du groupe L'Express de Madagascar (adopté par L Express de Madagascar, AoRaha et L Hebdo de Madagascar) Code de déontologie des publications du groupe L'Express de Madagascar (adopté par L Express de Madagascar, AoRaha et L Hebdo de Madagascar) Préambule Une presse équitable, libre et indépendante est l

Plus en détail

Directive de la Direction 6.2. Utilisation d Internet, de la messagerie électronique, des réseaux sociaux, de la téléphonie et du poste de travail

Directive de la Direction 6.2. Utilisation d Internet, de la messagerie électronique, des réseaux sociaux, de la téléphonie et du poste de travail Directive de la Direction Directive de la Direction 6.2. Utilisation d Internet, de la messagerie électronique, des réseaux sociaux, de la téléphonie et du poste de travail 1 Base La présente directive

Plus en détail

Le Groupe DELACHAUX se développe depuis plus de cent ans dans des métiers variés où il a su devenir un acteur respecté et incontournable.

Le Groupe DELACHAUX se développe depuis plus de cent ans dans des métiers variés où il a su devenir un acteur respecté et incontournable. CODE D ETHIQUE Groupe DELACHAUX «L engagement du Groupe DELACHAUX» : Respect des lois et Ethique professionnelle Le Groupe DELACHAUX se développe depuis plus de cent ans dans des métiers variés où il a

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 15 4 février 2010. S o m m a i r e

RECUEIL DE LEGISLATION. A N 15 4 février 2010. S o m m a i r e MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 227 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 15 4 février 2010 S o m m a i r e Règlement grand-ducal du 1 er février

Plus en détail

Le règlement des élèves du collégial du Séminaire de Sherbrooke

Le règlement des élèves du collégial du Séminaire de Sherbrooke Le règlement des élèves du collégial du Séminaire de Sherbrooke PRÉAMBULE Lorsque des gens choisissent de vivre en groupe ou en société, ils comprennent qu ils doivent établir des règlements de vie en

Plus en détail

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté.

Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales. Nos valeurs. Notre fierté. Code d éthique des employés de Loto-Québec et de ses filiales Nos valeurs. Notre fierté. 2 Table des matières Pages 1. But du code 4 2. Champ d application 4 3. Durée d application du code 4 4. Interprétation

Plus en détail

Charte Ethique CMA CGM

Charte Ethique CMA CGM Charte Ethique CMA CGM L esprit CMA CGM L esprit CMA CGM, des valeurs familiales pour un Groupe responsable. Depuis sa création en 1978, notre Groupe s est toujours développé avec la même passion. Nous

Plus en détail

RECUEIL DES POLITIQUES PER21-DA PERSONNEL Prévention et règlement du harcèlement/discrimination en milieu de travail

RECUEIL DES POLITIQUES PER21-DA PERSONNEL Prévention et règlement du harcèlement/discrimination en milieu de travail RÉSOLUTION 61-03 17-12 Date d adoption : 25 mars 2003 31 janvier 2012 En vigueur : 25 mars 2003 31 janvier 2012 À réviser avant : RECUEIL DES POLITIQUES PRÉAMBULE 1. La présente directive administrative

Plus en détail

CODE D ETHIQUE ET DE DEONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA VILLE DE VICTORIAVILLE

CODE D ETHIQUE ET DE DEONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA VILLE DE VICTORIAVILLE Victoriaville CODE D ETHIQUE ET DE DEONTOLOGIE DES MEMBRES DU CONSEIL MUNICIPAL DE LA VILLE DE VICTORIAVILLE Règlement numéro 986-2011 Adopté le 2011 Entrée en vigueur le 2011 ARTICLE 1 : TITRE Le titre

Plus en détail

Code de conduite APPRENDRE ET GRANDIR ENSEMBLE

Code de conduite APPRENDRE ET GRANDIR ENSEMBLE Références PROGSAE-28A Éducation et Enseignement supérieur Manitoba Écoles sûres et accueillantes Code de conduite provincial Interventions et mesures disciplinaires, janvier 2014 Éducation, Citoyenneté

Plus en détail

Table des matières. 1. Mesures législatives Loi sur la protection des personnes recevant des soins Généralités 3 Principaux éléments 3

Table des matières. 1. Mesures législatives Loi sur la protection des personnes recevant des soins Généralités 3 Principaux éléments 3 OFFICE DE PROTECTION DES PERSONNES RECEVANT DES SOINS RAPPORT STATISTIQUE 2007-2008 1 Table des matières 1. Mesures législatives Loi sur la protection des personnes recevant des soins Généralités 3 Principaux

Plus en détail

Modèle de règlement intérieur

Modèle de règlement intérieur Modèle de règlement intérieur Article 1 er : Objet Le présent règlement est destiné à organiser la vie et les conditions d exécution du travail dans la collectivité. Il est complété, le cas échéant, par

Plus en détail

L obligation de déposer un rapport Guide à. l intention des employeurs, exploitants et infirmières

L obligation de déposer un rapport Guide à. l intention des employeurs, exploitants et infirmières L obligation de déposer un rapport Guide à l intention des employeurs, exploitants et infirmières Table des matières Introduction.... 3 Pourquoi faut-il déposer un rapport?... 3 Que fait l Ordre lorsqu

Plus en détail

VÉRIFICATION DU CASIER JUDICIAIRE

VÉRIFICATION DU CASIER JUDICIAIRE VÉRIFICATION DU CASIER JUDICIAIRE Manuel des ressources humaines BUT 1. La présente directive : a. fournit des lignes directrices sur les demandes de vérification du casier judiciaire et de vérification

Plus en détail

http://www.droit-technologie.org présente :

http://www.droit-technologie.org présente : http://www.droit-technologie.org présente : EXEMPLE DE DIRECTIVES RELATIVES À L UTILISATION DU COURRIER ÉLECTRONIQUE ET D INTERNET AU SEIN DE L ENTREPRISE Olivier Rijckaert Ericsson, Manager HR & Legal

Plus en détail

Charte d utilisation d internet

Charte d utilisation d internet infos@droitbelge.net Charte d utilisation d internet Auteur: Me Frédéric Dechamps, avocat (Bruxelles) E-mail: fd@lex4u.com Tel: + 32 2 340 97 04 Web: www.lex4u.com AVERTISSEMENT Le contrat proposé est

Plus en détail

CODE DE VIE DE L ÉCOLE SECONDAIRE LES SEIGNEURIES

CODE DE VIE DE L ÉCOLE SECONDAIRE LES SEIGNEURIES Conformément à l article 76 de la LIP, le conseil d établissement a approuvé unanimement les règles de conduite et les mesures de sécurité proposées par la direction de l école ce 15 avril 2015. CODE DE

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE HARCÈLEMENT

POLITIQUE SUR LE HARCÈLEMENT Mise à jour : 2011-09-14 POLITIQUE SUR LE HARCÈLEMENT Afin d'alléger le texte du présent document, le masculin sert à désigner, lorsque le contexte s'y prête, aussi bien les hommes que les femmes. POLITIQUE

Plus en détail

HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL

HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL HARCÈLEMENT EN MILIEU DE TRAVAIL SERVICES DES RESSOURCES HUMAINES Numéro du document : 0903-07 Adoptée par la résolution : 60 0903 En date du : 2 septembre 2003 Modifiée par la résolution : En date du

Plus en détail

CODE OF CONDUCT. à l intention des fournisseurs et partenaires commerciaux

CODE OF CONDUCT. à l intention des fournisseurs et partenaires commerciaux CODE OF CONDUCT à l intention des fournisseurs et partenaires commerciaux Version : 2.0 Valable à partir du : 01/01/2015 Contact : MAN SE, Compliance Awareness & Prevention, Oskar-Schlemmer-Straße 19-21,

Plus en détail

APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-486-5905 20-09-2005 EN VIGUEUR : 20-09-2005

APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-486-5905 20-09-2005 EN VIGUEUR : 20-09-2005 TITRE : POLITIQUE CONTRE LE HARCÈLEMENT CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-486-5905 20-09-2005 EN VIGUEUR : 20-09-2005 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une codification

Plus en détail

SECTION 16- CODE DE CONDUITE ET DE PRATIQUES COMMERCIALES

SECTION 16- CODE DE CONDUITE ET DE PRATIQUES COMMERCIALES SECTION 16- CODE DE CONDUITE ET DE PRATIQUES COMMERCIALES 16.1) DÉFINITIONS Les définitions suivantes s appliquent aux lignes directrices : «Compagnie» Désigne la Compagnie SouthEastern Mutual Insurance.

Plus en détail

RÈGLEMENT DE FONCTIONNEMENT

RÈGLEMENT DE FONCTIONNEMENT Tél : 01 45 77 98 98 - Fax : 01 45 77 14 18 RÈGLEMENT DE FONCTIONNEMENT 1. Les finalités de la prise en charge Conformément à la charte des droits et libertés de la personne accueillie, l équipe de la

Plus en détail

POLITIQUE SUR LE HARCÈLEMENT AU TRAVAIL SOCIÉTÉ AGIL obnl

POLITIQUE SUR LE HARCÈLEMENT AU TRAVAIL SOCIÉTÉ AGIL obnl G aménagement - gestion - innovation - legs SOCIÉTÉ OBNL POLITIQUE SUR LE HARCÈLEMENT AU TRAVAIL SOCIÉTÉ AGIL obnl Cette Politique sur le harcèlement au travail résulte de la révision et de l actualisation

Plus en détail

Révisé en décembre 2004/March 2010. Code de Déontologie Entrée en vigueur en 2002

Révisé en décembre 2004/March 2010. Code de Déontologie Entrée en vigueur en 2002 Révisé en décembre 2004/March 2010 Code de Déontologie Entrée en vigueur en 2002 Table des matières Chapitre I : Principes généraux... 2 Chapitre II : Secret professionnel... 3 Chapitre III : Obligations

Plus en détail

Page 1 de 8 (PA 6.032)

Page 1 de 8 (PA 6.032) Procédure administrative : Drogues et alcool : Membres du personnel Numéro : PA 6.032 Catégorie : Ressources humaines Pages : 8 Approuvée : le 22 juin 2015 Modifiée : 1. Préambule Le Conseil scolaire catholique

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR (mis à jour le 04/02/2015)

REGLEMENT INTERIEUR (mis à jour le 04/02/2015) REGLEMENT INTERIEUR (mis à jour le 04/02/2015) I Préambule PLP FORMATION est un organisme de formation professionnel indépendant. PLP FORMATION est domicilié au. Le présent Règlement Intérieur a vocation

Plus en détail

1. mediarte.be, Avenue des Gloires Nationales 20, 1083 Bruxelles,

1. mediarte.be, Avenue des Gloires Nationales 20, 1083 Bruxelles, Convention de stage Entre les soussignés 1. mediarte.be, Avenue des Gloires Nationales 20, 1083 Bruxelles, représenté légalement par monsieur Jan Vermoesen, agissant en qualité de directeur, faisant élection

Plus en détail

Schweizerische Gesellschaft für 1.1.1.1.2 P SGP 1.1.1.1.1.1. Société. Suisse de SSP. Code déontologique

Schweizerische Gesellschaft für 1.1.1.1.2 P SGP 1.1.1.1.1.1. Société. Suisse de SSP. Code déontologique SGP Société Suisse de 1.1.1.1.1.1 Schweizerische Gesellschaft für 1.1.1.1.2 P SSP Code déontologique Code déontologique pour les psychologues de la Société Suisse de Psychologie A Introduction et application

Plus en détail

Politique de conflits d intérêts

Politique de conflits d intérêts Politique de conflits d intérêts Politique internationale de Novartis 1 er septembre 2015 Version GIC 101.V1.FR Introduction 1.1 Objectif Novartis s engage à conduire ses activités de manière à garantir

Plus en détail

Conditions générales de la banque

Conditions générales de la banque Conditions générales de la banque Les conditions générales de la banque règlent la relation entre le/les client/s ci-après nommé/s «client» et la VZ Banque de Dépôt SA (ci-après nommée «banque»). 1. Trafic

Plus en détail

Service Enfance Ville de Vénissieux 19/10/2013

Service Enfance Ville de Vénissieux 19/10/2013 Service Enfance Ville de Vénissieux 19/10/2013 La maltraitance, qu est-ce que c est pour vous? Formation Maltraitance. 19/10/13. Intervenante : Claire Singer, Psychologue & Ph.D La maltraitance, qu est-ce

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE DE L ANACPNL CODE D ÉTHIQUE DES INTERVENANTS EN PNL

CODE D ÉTHIQUE DE L ANACPNL CODE D ÉTHIQUE DES INTERVENANTS EN PNL CODE D ÉTHIQUE DE L ANACPNL CODE D ÉTHIQUE DES INTERVENANTS EN PNL 2012-2013 CODE D ÉTHIQUE DE L ANACPNL CODE D ÉTHIQUE DES INTERVENANTS EN PNL CHAPITRE I ENGAGEMENTS ET RESPONSABILITÉS ENVERS LE PUBLIC

Plus en détail

CHARTE ETHIQUE GROUPE HEURTEY PETROCHEM

CHARTE ETHIQUE GROUPE HEURTEY PETROCHEM CHARTE ETHIQUE GROUPE HEURTEY PETROCHEM SOMMAIRE I. OBJET DE LA CHARTE ETHIQUE GROUPE... 1 II. DROITS FONDAMENTAUX... 1 1. Respect des conventions internationales... 1 2. Discrimination et harcèlement...

Plus en détail

Charte relative à la prévention et à la lutte contre le harcèlement et la violence au sein du Groupe Crédit Mutuel CIC

Charte relative à la prévention et à la lutte contre le harcèlement et la violence au sein du Groupe Crédit Mutuel CIC Groupe CM-CIC Novembre 2013 Annexe III au règlement intérieur Charte relative à la prévention et à la lutte contre le harcèlement et la violence au sein du Groupe Crédit Mutuel CIC 1 Charte relative à

Plus en détail

POLITIQUE POUR PRÉVENIR ET CONTRER LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE AU TRAVAIL ET PROMOUVOIR LA CIVILITÉ

POLITIQUE POUR PRÉVENIR ET CONTRER LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE AU TRAVAIL ET PROMOUVOIR LA CIVILITÉ POLITIQUE POUR PRÉVENIR ET CONTRER LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE AU TRAVAIL ET PROMOUVOIR LA CIVILITÉ Préambule Tous nos employés ont le droit d être traités avec intégrité, respect et dignité dans leur

Plus en détail

pao - web - design graphique - photographie

pao - web - design graphique - photographie RÈGLEMENT INTERIEUR APPLICABLE AUX STAGIAIRES I / Dispositions Générales Article 1.1. Objet du règlement : En application des dispositions de l article L.6352-3 du Code du travailet en vertu de son pouvoir

Plus en détail

Exemple de directives relatives à l utilisation du courrier électronique et d Internet au sein de l'entreprise

Exemple de directives relatives à l utilisation du courrier électronique et d Internet au sein de l'entreprise http://www.droit-technologie.org Présente : Exemple de directives relatives à l utilisation du courrier électronique et d Internet au sein de l'entreprise Olivier Rijckaert Avocat au barreau de Bruxelles,

Plus en détail

POLITIQUE VISANT À CONTRER LE HARCÈLEMENT ET LA VIOLENCE AU TRAVAIL

POLITIQUE VISANT À CONTRER LE HARCÈLEMENT ET LA VIOLENCE AU TRAVAIL POLITIQUE POLITIQUE VISANT À CONTRER LE HARCÈLEMENT ET LA VIOLENCE AU TRAVAIL # 61-03 Adoption le 14 juin 2005 Amendement le Mise en vigueur le 14 juin 2005 Résolution # C.C.-1865-06-05 Autorisation Susan

Plus en détail

5 questions-réponses sur la notion des violences sexuelles dans le sport

5 questions-réponses sur la notion des violences sexuelles dans le sport Textes-clés tirés du code du sport (source Légifrance) Article L332-6 Lors d une manifestation sportive ou de la retransmission en public d une telle manifestation dans une enceinte sportive, le fait de

Plus en détail

Harcèlement au travail : quelle approche au Conseil de l Europe?

Harcèlement au travail : quelle approche au Conseil de l Europe? Harcèlement au travail : quelle approche au Conseil de l Europe? A. Historique / Rôle des représentants du personnel B. Politique du Conseil de l Europe en matière de harcèlement C. Procédures - Interlocuteurs

Plus en détail

Code de conduite pastorale

Code de conduite pastorale Code de conduite pastorale à l intention des prêtres, diacres, séminaristes, employés et bénévoles engagés dans le ministère et les autres services de l archidiocèse d Ottawa Contenu 1 Préambule Code de

Plus en détail

POLITIQUE POUR CONTRER TOUTES FORMES DE HARCÈLEMENT AUPRÈS DU PERSONNEL DE L ACADÉMIE LAFONTAINE CA2013-14 # 66

POLITIQUE POUR CONTRER TOUTES FORMES DE HARCÈLEMENT AUPRÈS DU PERSONNEL DE L ACADÉMIE LAFONTAINE CA2013-14 # 66 POLITIQUE POUR CONTRER TOUTES FORMES DE HARCÈLEMENT AUPRÈS DU PERSONNEL DE L ACADÉMIE LAFONTAINE CA2013-14 # 66 Adoptée par le conseil d'administration Le 10 décembre 2013 Politique pour contrer toutes

Plus en détail

MUNICIPALITÉ DE FERME-NEUVE POLITIQUE PORTANT SUR LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE EN MILIEU DE TRAVAIL

MUNICIPALITÉ DE FERME-NEUVE POLITIQUE PORTANT SUR LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE EN MILIEU DE TRAVAIL MUNICIPALITÉ DE FERME-NEUVE POLITIQUE PORTANT SUR LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE EN MILIEU DE TRAVAIL Juillet 2009 TABLE DES MATIÈRES PAGE 1. Énoncé politique... 3 2. But... 3 3. Définition... 3 4. Champs

Plus en détail

2. Généralités. Autorité cantonale de la transparence et de la protection des données ATPrD Kantonale Behörde für Öffentlichkeit und Datenschutz ÖDSB

2. Généralités. Autorité cantonale de la transparence et de la protection des données ATPrD Kantonale Behörde für Öffentlichkeit und Datenschutz ÖDSB Autorité cantonale de la transparence et de la protection des données ATPrD Kantonale Behörde für Öffentlichkeit und Datenschutz ÖDSB Rue des Chanoines 2, 1700 Fribourg Autorité cantonale de la transparence

Plus en détail

Son objectif clair est donc de fournir transparence et sécurité juridique tant aux travailleurs qu aux employeurs.

Son objectif clair est donc de fournir transparence et sécurité juridique tant aux travailleurs qu aux employeurs. Convention collective de travail n 81 relative à la protection de la vie privée des travailleurs à l égard du contrôle des données de communication électroniques en réseau Commentaires Synthèse Le 26 avril

Plus en détail

CÉGEP DE SEPT-ÎLES POLITIQUE ENCADRANT L UTILISATION DES RÉSEAUX SOCIAUX

CÉGEP DE SEPT-ÎLES POLITIQUE ENCADRANT L UTILISATION DES RÉSEAUX SOCIAUX CÉGEP DE SEPT-ÎLES POLITIQUE ENCADRANT L UTILISATION DES RÉSEAUX SOCIAUX Service émetteur : Direction des ressources humaines Instance décisionnelle : Conseil d administration Date d approbation : Dernière

Plus en détail

Code de conduite professionnelle et de déontologie à l intention des administrateurs, des dirigeants et des employés

Code de conduite professionnelle et de déontologie à l intention des administrateurs, des dirigeants et des employés Avril 2015 Code de conduite professionnelle et de déontologie à l intention des administrateurs, des dirigeants et des employés La Great-West, compagnie d assurance-vie London Life, Compagnie d Assurance-Vie

Plus en détail

POLITIQUE CONTRE LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE GARDERIE TOUT-EN-JEUX

POLITIQUE CONTRE LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE GARDERIE TOUT-EN-JEUX POLITIQUE CONTRE LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE GARDERIE TOUT-EN-JEUX Approuvée par le comité de parents lors de la réunion du 15 octobre 2013 1 - Objet : L'objectif premier de cette politique est de prévenir

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES COMMISSAIRES

CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES COMMISSAIRES CODE D ÉTHIQUE ET DE DÉONTOLOGIE DES COMMISSAIRES 1. CHAMP D APPLICATION Le présent code d éthique et de déontologie s applique à tout commissaire au sens de la Loi sur l instruction publique. Il s applique

Plus en détail

Code de Conduite des Fournisseurs de Microsoft

Code de Conduite des Fournisseurs de Microsoft Code de Conduite des Fournisseurs de Microsoft Microsoft aspire à être davantage qu une bonne entreprise elle souhaite être une grande entreprise. Pour atteindre cet objectif, nous nous sommes fixé pour

Plus en détail

Les victimes et auteur-e (s) de violences domestiques dans la procédure pénale

Les victimes et auteur-e (s) de violences domestiques dans la procédure pénale Les victimes et auteur-e (s) de violences domestiques dans la procédure pénale (Le contenu de cette présentation n engage pas le Ministère public) 1 Objectifs et plan I. Tour d horizon des différentes

Plus en détail

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous NOTRE Code d éthique S engager dans le respect de tous Notre Code d éthique S engager dans le respect de tous Le présent code d éthique a été adopté par le conseil d administration du Centre de santé et

Plus en détail

Mieux connaître les normes du travail pour mieux les appliquer

Mieux connaître les normes du travail pour mieux les appliquer Mieux connaître les normes du travail pour mieux les appliquer 1 Introduction Objectif de la rencontre Présentation du formateur Durée Attentes des participants Période de question à la fin 2 Contenu A.

Plus en détail

POLITIQUE CONCERNANT LES MOYENS DE CONTRER LE HARCÈLEMENT RACIAL. Modification :

POLITIQUE CONCERNANT LES MOYENS DE CONTRER LE HARCÈLEMENT RACIAL. Modification : POLITIQUE CONCERNANT LES MOYENS DE CONTRER LE HARCÈLEMENT RACIAL Adoption : Modification : Résolution XXIV du Conseil provisoire de la CSDM du 3 juin 1998 INTRODUCTION Toute personne a le droit de vivre

Plus en détail

RESEAU BABY-SITTERS CONDITIONS GÉNÉRALES D UTILISATION DU RESEAU BABY-SITTER ET DU SERVICE EN LIGNE DE MISE EN RESEAU

RESEAU BABY-SITTERS CONDITIONS GÉNÉRALES D UTILISATION DU RESEAU BABY-SITTER ET DU SERVICE EN LIGNE DE MISE EN RESEAU RESEAU BABY-SITTERS CONDITIONS GÉNÉRALES D UTILISATION DU RESEAU BABY-SITTER ET DU SERVICE EN LIGNE DE MISE EN RESEAU Proposé par la Mairie de Floirac, le service de mise en relation «Réseau Baby-sitter»

Plus en détail

EmailGarage 6.0 campaign manager. Acceptable Use Policy

EmailGarage 6.0 campaign manager. Acceptable Use Policy EmailGarage 6.0 campaign manager Acceptable Use Policy Introduction Échanger des informations avec d autres internautes est généralement une question de bon sens et de courtoisie envers autrui. La majorité

Plus en détail

Code à l intention des partenaires commerciaux

Code à l intention des partenaires commerciaux Code à l intention des partenaires commerciaux Groupe Axpo Code à l intention des partenaires commerciaux 02 03 Table des matières Introduction... 05 I. Éthique commerciale et intégrité... 07 II. Respect

Plus en détail

Critères pour l'établissement du classement mondial 2010 de la liberté de la presse

Critères pour l'établissement du classement mondial 2010 de la liberté de la presse Critères pour l'établissement du classement mondial 2010 de la liberté de la presse La période prise en compte s'étend du 1 er septembre 2009 au 1 er septembre 2010 Donner autant d exemples que possibles

Plus en détail

Code de conduite pour les responsables de l'application des lois

Code de conduite pour les responsables de l'application des lois Code de conduite pour les responsables de l'application des lois Adopté par l'assemblée générale des Nations Unies le 17 décembre 1979 (résolution 34/169) Article premier Article 2 Les responsables de

Plus en détail

CENTRE DE RECHERCHE GRENOBLE RHÔNE-ALPES

CENTRE DE RECHERCHE GRENOBLE RHÔNE-ALPES informatiques d Inria CENTRE DE RECHERCHE GRENOBLE RHÔNE-ALPES Table des matières 1. Préambule...3 2. Définitions...3 3. Domaine d application...4 4. Autorisation d accès aux ressources informatiques...5

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA DÉONTOLOGIE DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE

RÈGLEMENT SUR LA DÉONTOLOGIE DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE RÈGLEMENT SUR LA DÉONTOLOGIE DU PERSONNEL DE LA CHAMBRE DE LA SÉCURITÉ FINANCIÈRE Loi sur la distribution de produits et services financiers (L.R.Q., c. D-9.2, a. 310) CHAPITRE I DÉFINITION, OBJET ET CHAMP

Plus en détail

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LE HARCELEMENT ET LES ACM

Jurisanimation.fr 2012 - Tous droits réservés. Les docs de LE HARCELEMENT ET LES ACM 2012 - Tous droits réservés Les docs de LE HARCELEMENT ET LES ACM LE HARCELEMENT ET LES ACM Les docs de JurisAnimation Le harcèlement était au cœur de l actualité juridique de l été. Suite à une décision

Plus en détail