L EVALUATION PROFESSIONNELLE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "L EVALUATION PROFESSIONNELLE"

Transcription

1 INFODROIT- 22 mars 2011 L EVALUATION PROFESSIONNELLE Dossier préparé et présenté par Lamiel TURLOT, juriste à l UD CFDT Paris

2 SOMMAIRE L évaluation professionnelle, une obligation pour l employeur?...3 Les différents dispositifs d évaluation des salariés..5 Les conditions de mise en place du dispositif d évaluation 6 Le contrôle du juge du dispositif d évaluation...9 2

3 L évaluation professionnelle, une obligation pour l employeur? 1.1 Les dispositifs d évaluation ne sont pas obligatoires En vertu de son pouvoir de direction, l employeur peut décider ou non d évaluer son personnel. Exception: la convention collective applicable peut prévoir que l évolution de carrière est décidée suite à une appréciation des résultats individuels dans le cadre d un entretien d évaluation (Cass. Soc , n ). L employeur tient de son pouvoir de direction, le droit d évaluer le travail de ses salariés. Aussi, le refus du salarié de se soumettre à l évaluation constitue une faute, si les conditions légales de sa mise en œuvre ont été respectées (Cass. Soc , n ). Attention Dès lors que les entretiens annuels d évaluation sont pratiqués dans l entreprise, toutes catégories de salariés confondues, l employeur ne doit oublier aucun salarié dans ce processus. Dans le cas contraire, l employeur commet une discrimination interdite et des dommages et intérêts peuvent être réclamés. Cass.soc.19 janvier 2011, n et : dans cette affaire, la discrimination syndicale a été constatée par l arrêt en matière de formation et entretien annuel qui affectait nécessairement l évolution de carrière et par là le coefficient de la rémunération. La salariée a pu prétendre, en réparation du préjudice dans le déroulement de sa carrière à un reclassement dans le coefficient de rémunération qu elle aurait atteint en l absence de discrimination. 1.2 L évaluation professionnelle se distingue du devoir d adaptation de l employeur L employeur assure l adaptation des salariés à leur poste de travail. Il veille au maintien de leur capacité à occuper un emploi, au regard notamment de l évolution des emplois, des technologies et des organisations: L du Code du travail/ Cass. Soc , n ). 3

4 1.3 L évaluation professionnelle se distingue des dispositifs obligatoires en matière de formation professionnelle Bilan de compétence (article L du Code du travail) Bilan d étape professionnelle (article L du Code du travail) Entretien professionnel dans l année qui suit la 45ème année dans les entreprises d au moins 50 salariés (article L du Code du travail). Entretien obligatoire à l issue d un congé de maternité ou un congé parental d éducation. 4

5 Les différents dispositifs d évaluation des salariés 2.1 L entretien annuel d évaluation - Evaluation contradictoire entre le salarié- e et son supérieur hiérarchique. Cet entretien permet de faire le bilan de l année écoulée. Il est l occasion de définir les objectifs de l année à venir, que ce soit en termes de chiffres ou de performance, mais aussi de développement des compétences et de progression de carrière. - Méthode la plus utilisée. C est un élément essentiel de la gestion prévisionnelle de l emploi et des compétences et du suivi des carrières professionnelles. 2.2 L évaluation à 360 degrés Evaluation selon laquelle on demande leur avis sur le salarié(e) à l ensemble de ses collaborateurs. 2.3 Le Ranking Procédé de gestion du personnel venant des Etats- Unis, le terme «rank» signifiant mettre en rang. Les salariés occupant les mêmes postes sont évalués puis classés du moins au plus performant, en fonction de leur motivation et de leur rendement. Dans une affaire «HEWLETT PACKARD» la Cour d appel de Grenoble a jugé le «ranking» comme un système licite des augmentations salariales: «Le dispositif critiqué par les syndicats demandeurs s inscrit non dans une logique disciplinaire, mais dans une optique d adaptation permanente du personnel aux exigences de l entreprise, par la formation» (CA Grenoble, 12 novembre 2002, n 02/02794). 2.4 La clause d objectifs Les objectifs peuvent être fixés unilatéralement par l employeur dans le cadre de son pouvoir de direction. En cas de désaccord, le juge vérifiera le caractère raisonnable de l objectif fixé, peut importe que le salarié(e) ait accepté les conditions. 5

6 Les conditions de mise en place du dispositif d évaluation 3.1 Information et droits des salariés L employeur doit respecter les droits de la personne et les libertés individuelles Le salarié est expressément informé, préalablement à leur mise en œuvre, des méthodes et techniques d évaluations professionnelles mises en œuvre à son égard. Les résultats sont confidentiels (article L alinéa 1 du Code du travail). Le non respect de cette obligation peut ouvrir droit au paiement de dommages et intérêts (Cass. Soc. 11 avril 2008, n ). Plus généralement, aucune information concernant personnellement un salarié ne peut être collecté par un dispositif qui n a pas été porté préalablement à sa connaissance (article L du Code du travail). Grossesse: Il est interdit à l employeur de rechercher ou de faire rechercher toutes informations concernant l état de grossesse d une salariée (article L alinéa 2 du Code du travail). La femme salariée n est pas tenue de révéler son état de grossesse, sauf lorsqu elle demande le bénéfice des dispositions légales relatives à la protection de la femme enceinte (article L du Code du travail). Droit d accès et de rectification: Lorsque le support d entretien annuel d évaluation est un document manuscrit ou informatisé, destiné à être conservé par l entreprise de manière organisée, il s agit de données à caractère personnel contenues ou appelées à figurer dans un fichier, et donc soumis à la loi informatique et libertés du 6 janvier 1978 concernant le traitement des données. La personne a un droit d accès à son dossier professionnel, il peut obtenir communication de l ensemble des données le concernant qu elles soient conservées sur support informatique ou dans un dossier papier. La personne a le droit de faire rectifier ou supprimer les informations erronées. Voir le site de la CNIL : libertes/vos- droits/le- droit- de- rectification/ Concernant les évaluations informatisées, le salarié(e) le salarié doit être informé de l identité du responsable du traitement, des finalités poursuivies, du caractère obligatoire ou 6

7 facultatif des réponses à apporter, des conséquences éventuelles à son égard d un défaut de réponse des destinataires des données ainsi, le cas échéant, que des transferts de données à caractère personnel envisagés à destination d un état non membre de l Union Européenne et de leur droit d opposition, pour des motifs légitimes. Cette information est délivrée à tout salarié par la remise d un document écrit ou par voie électronique (Délibération n du 17 novembre 2005). 3.2 Déclaration à la CNIL La mise en place d un système d évaluation doit faire l objet par l employeur d une déclaration préalable à la CNIL (Commission nationale de l informatique et des libertés) si le système est informatisé (c est- à- dire si les données collectées lors de l entretien d évaluation vont figurer dans un fichier automatisé de traitement de données). Les fichiers manuels échappent au contrôle de la CNIL. Sanctions : Cass.soc. 06 avril 2004, n La Cour de cassation a jugé concernant l absence de déclaration préalable d un dispositif de contrôle électronique d entrée et de sortie du personnel: «qu à défaut de déclaration à la CNIL d un traitement automatisé d informations nominatives concernant un salarié, son refus de déférer à une exigence de son employeur impliquant la mise en oeuvre d un tel traitement ne peut lui être reproché (en l espèce le salarié avait été licencié, le licenciement a été jugé dépourvu de cause réelle et sérieuse). L absence de déclaration auprès de la CNIL, y compris par négligence, est punie de 5 ans d emprisonnement et de d amende (article du Code pénal). Une action en référé peut être envisagée pour faire interdire à l employeur de mettre en œuvre un système non déclaré préalablement à la CNIL. 3.3 Information et consultation du comité d entreprise Le CE doit être informé et consulté préalablement à la mise en œuvre dans l entreprise, sur les moyens ou les techniques permettant un contrôle de l activité des salariés (article L du code du travail). Sanction: Délit d entrave En référé, la non consultation caractérise un trouble manifestement illicite justifiant la suspension de la décision jusqu à la consultation des représentants du personnel (en l espèce il s agissait d un outil de pilotage commercial comme moyen d évaluation des salariés) (Cass. Soc.10 avril 2008, n ). 7

8 3.4 Consultation du CHSCT Le CHSCT a pour mission de contribuer à la protection de la santé physique et mentale et de la sécurité des travailleurs de l établissement et de ceux mis à sa disposition par une entreprise extérieure (article L du Code du travail). Sur le fondement de cet article, la Cour de cassation a validé la décision du juge des référés faisant interdiction à l employeur de mettre en application, le projet concernant les entretiens annuels d évaluation des salariés tant que l avis du CHSCT n aura pas été recueilli et transmis au CE. Selon la Haute juridiction: «Les évaluations annuelles devaient permettre une meilleure cohérence entre les décisions salariales et l'accomplissement des objectifs, qu'elles pouvaient avoir une incidence sur le comportement des salariés, leur évolution de carrière et leur rémunération, et que les modalités et les enjeux de l'entretien étaient manifestement de nature à générer une pression psychologique entraînant des répercussions sur les conditions de travail, c'est sans encourir les griefs du moyen que la cour d'appel a exactement décidé que le projet de l'employeur devait être soumis à la consultation du CHSCT chargé, par application de l'alinéa 1 de l'article L du code du travail, de contribuer à la protection de la santé des salariés» (Cass. Soc. 28 novembre 2007, n ). 3.5 Expertise du CHSCT Le CHSCT peut faire appel à un expert agréé en présence d un projet important modifiant les conditions de santé et de sécurité ou les conditions de travail (article L du Code du travail). 8

9 LE CONTRÔLE DU JUGE 4.1 L appréciation des critères d évaluation Critères de pertinence (article L ali 3 du Code du travail) : Les méthodes et techniques d évaluation des salariés doivent être pertinentes au regard de la finalité poursuivie (article L ali 3 du Code du travail). L évaluation ne peut reposer que sur des critères objectifs (Cass. Soc , n ). Exigence d un lien direct et nécessaire (article L du Code du travail) : Les informations demandées, sous quelque forme que ce soit, à un salarié ne peuvent avoir comme finalité que d apprécier ses aptitudes professionnelles. Ces informations doivent présenter un lien direct et nécessaire avec l évaluation de ses aptitudes. Contrôle de proportionnalité (article L du Code du travail): Nul ne peut apporter aux droits des personnes et aux libertés individuelles et collectives de restrictions qui ne seraient pas justifiées par la nature de la tâche à accomplir ni proportionnées au but recherché. Appréciation des critères de l évaluation: la jurisprudence Le juge admet tout autant que la performance et les comportements professionnels soient évalués et que le résultat de cette évaluation constitue un critère objectif et pertinent de différenciation de la rémunération. L appréciation du caractère licite ou non du système d évaluation est effectuée par le juge au cas par cas. SUR LES CRITERES COMPORTEMENTAUX Un projet d évaluation de la société WOLTERS KLUWER France a été jugé illicite par jugement du TGI de Nanterre le 05 septembre 2008, n 08/05737: Le TGI rappelle que les critères d évaluation doivent être objectifs et transparents. Le TGI juge que ce n est pas le cas lorsque: les critères mis en place restent flous et ne permettent pas de savoir si ce sont des compétences et des objectifs concrets qui sont jugés 9

10 ou si ce sont des comportements qui sont évalués avec le risque de subjectivité d une notation basée sur le comportement du salarié devant adhérer à des valeurs d entreprise. Il juge également que : la multiplication des critères comportementaux détachés de toute effectivité du travail accompli implique la multiplication de performances à atteindre qui ne sont pas dénuées d équivoques et peuvent placer les salariés dans une insécurité préjudiciable. Insécurité renforcée par l absence de lisibilité pour l avenir de l introduction de nouveaux critères d appréciation des salariés ce qui est préjudiciable à leur santé mentale. TGI de Nanterre, 20 novembre 2009, n 09/09717, ALSTOM POWER SYSTEM: Demander à un cadre de mieux communiquer avec son équipe est un bien un critère comportemental mais qui a trait à l exercice de sa fonction. Ce sont les qualités et les défauts du salarié qui sont examinés dans le perspective d un meilleur exercice du travail: initiative, décision, créativité, planification, organisation, orientation vers le résultat, animation d équipe, esprit d équipe, relationnel et communication. TGI Versailles 28 octobre 2010, Général Electric, n 10/00270: Les critères ne peuvent être identiques pour toutes les catégories professionnelles dès lors que le comportement, et non la personnalité, peuvent faire partie intégrante des qualités professionnelles pour certaines catégories. En particulier, il apparaît normal que, pour les salariés devant travailler en équipe ou ayant des fonctions d animation ou d encadrement par exemple, leur comportement constitue un critère à évaluer mais au regard de ces fonctions uniquement, sous peine de glisser vers une évaluation de leur personnalité. Il en va de même des salariés qui travaillent sur des projets et pour tous ceux dont l activité ne comporte pas d objectifs chiffrés. Le TGI de Versailles a jugé le système d évaluation licite. 4.2 Prohibition des critères d évaluation discriminatoires Article L du Code du travail : interdiction des discrimination, notamment en matière de rémunération et de promotion professionnelle en raison de son origine, de son sexe, de ses mœurs, de son orientation sexuelle, de son âge, de sa situation de famille ou de sa grossesse, de ses caractéristiques génétiques, de son appartenance ou de sa non- appartenance, vraie ou supposée à une ethnie, une nation ou une race, de ses opinions politiques, de ses activités syndicales ou mutualistes, de ses convictions religieuses, de son apparence physique, de son nom de famille ou en raison de son état de santé ou de son handicap. Discrimination syndicale: article L alinéa 1 du Code du travail Il est interdit à l employeur de prendre en considération l exercice d une activité syndicale dans l évaluation du salarié, et toute mesure contraire est abusive et donne lieu à 10

11 dommages et intérêts (Cass. Soc. 17 octobre 2006, n ). L employeur doit réduire les objectifs des intéressés en proportion du seul temps de production (Cass. Soc. 6 juillet 2010, n ). 4.3 L usage de l évaluation Instrument d individualisation pour l employeur : A condition de ne pas mettre en oeuvre un dispositif d'évaluation qui n'a pas été préalablement porté à la connaissance des salariés, l'employeur tient de son pouvoir de direction né du contrat de travail le droit d'évaluer ses salariés ; que les résultats d'une telle évaluation peuvent constituer une justification objective des décisions de l'employeur dès lors qu'elle est fondée sur des motifs objectifs étrangers à toute discrimination prohibée (cass. Soc. 5 novembre 2009, n ). Les instruments d évaluation permettent d individualiser les rémunérations à condition que le système soit pertinent, objectif et transparent. L usage disciplinaire: sanction pécuniaire illicite? La Cour de cassation répond (Cass. Soc. 19 juillet 1995, n ): Un avantage peut être accordé individuellement à certains salariés pour récompenser ou stimuler leurs qualités professionnelles sans que les autres puissent se plaindre d avoir subi une sanction; Par contre, l exclusion de certains salariés du bénéfice de l avantage consenti sous la forme d une mesure générale, applicable à l ensemble du personnel constitue une sanction pécuniaire car fondée sur un comportement jugé reprochable et ayant trait au salaire (en l espèce, augmentation générale applicable à tous les membres du personnel à l exception des personnes coupables de défaillances professionnelles). Le «ranking» ou «mauvais classement» ne constitue pas une sanction disciplinaire selon la Cour d appel de Grenoble (12 novembre 2002, 02/02794): Le système du «ranking» permet de fixer les augmentations de rémunération en fonction de la performance relative des salariés et leur positionnement selon des critères préétablis, objectifs, connus et contrôlables. Ce dispositif s inscrit non dans une logique disciplinaire mais dans une optique d adaptation permanente du personnel aux exigences de l entreprise par de la formation. EVALUATION ET LICENCIEMENT : Licenciement pour insuffisance de résultats La non réalisation des objectifs fixés ne peut pas, en soi, justifier un licenciement. Les mauvais 11

12 résultats ne peuvent justifier un licenciement que s ils procèdent soi d une insuffisance professionnelle soit d une faute imputable au salarié. Les juges doivent appréciés si les objectifs sont réalistes, raisonnables et compatibles avec le marché. L employeur doit fournir au salarié les moyens de réaliser les objectifs ou la formation nécessaire pour l adapter à l évolution de son emploi. Licenciement pour insuffisance professionnelle L insuffisance professionnelle peut constituer une cause réelle et sérieuse de licenciement lorsqu elle repose sur des éléments précis, objectifs et imputables au salarié. L employeur peut invoquer l entretien d évaluation mais ce seul élément n est pas suffisant. Le salarié ne peut refuser de se soumettre aux évaluations, il encourt le licenciement pour faute grave, sous réserve que le dispositif d évaluation ait été porté préalablement à la connaissance des salariés (Cass. Soc. 10 juillet 2002, n ) 12

L INTERIM S ENGAGE TOUS LES JOURS CONTRE LA DISCRIMINATION. Diversité. Intégration. Compétences. Emploi. Guide juridique et pratique

L INTERIM S ENGAGE TOUS LES JOURS CONTRE LA DISCRIMINATION. Diversité. Intégration. Compétences. Emploi. Guide juridique et pratique Guide-160x230-V2 2/10/06 11:35 Page 1 L INTERIM S ENGAGE TOUS LES JOURS CONTRE LA DISCRIMINATION. Diversité Intégration Compétences Emploi Guide juridique et pratique sommaire Préambule Différence entre

Plus en détail

Le droit d alerte «libertés» des Délégués du Personnel

Le droit d alerte «libertés» des Délégués du Personnel page1/13 Le droit d alerte «libertés» des Délégués du Personnel é m e r g e n c e s Note juridique d information 2007 SOMMAIRE L alerte : la mission spécifique de Délégué aux libertés... 1 L alerte : les

Plus en détail

SCP Meier-Bourdeau et Lécuyer, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Meier-Bourdeau et Lécuyer, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 20/03/2015 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 3 mars 2015 N de pourvoi: 13-23857 ECLI:FR:CCASS:2015:SO00362 Non publié au bulletin Rejet M. Frouin (président), président SCP Meier-Bourdeau

Plus en détail

Les motifs du licenciement

Les motifs du licenciement Chapitre 1 Les motifs du licenciement Exigence d une cause réelle et sérieuse Légalité du motif Contrôle des motifs par les tribunaux Une exception : la période d essai L a décision de l employeur de rompre

Plus en détail

LES LIMITES DE L UTILISATION DES NOUVELLES TECHNOLOGIES DANS L ENTREPRISE AVERTISSEMENT :

LES LIMITES DE L UTILISATION DES NOUVELLES TECHNOLOGIES DANS L ENTREPRISE AVERTISSEMENT : LES LIMITES DE L UTILISATION DES NOUVELLES TECHNOLOGIES DANS L ENTREPRISE AVERTISSEMENT : La réglementation sur les nouvelles technologies est dispersée, dans le code du travail, dans les lois, dans les

Plus en détail

Le recrutement des candidats

Le recrutement des candidats Le recrutement des candidats Article juridique publié le 01/06/2013, vu 1082 fois, Auteur : Chris 37 Les règles relatives au recrutement des candidats à l'embauche I Quels candidats recruter? Priorité

Plus en détail

LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES

LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES Le pouvoiir diisciiplliinaiire de ll emplloyeur fiiche Introduction Pour guider les comportements de ses salariés vers l atteinte de l objectif organisationnel, l

Plus en détail

HARCELEMENT MORAL. Un cadre et des mesures sont également proposés dans l Accord Cadre Européen sur le Harcèlement et la Violence au Travail de 2007.

HARCELEMENT MORAL. Un cadre et des mesures sont également proposés dans l Accord Cadre Européen sur le Harcèlement et la Violence au Travail de 2007. 1. Définition et Législation HARCELEMENT MORAL Le Harcèlement Moral est un terme juridique, faisant l objet d un cadre et d une définition précis dans le paysage législatif français. Le Harcèlement Moral

Plus en détail

Le règlement intérieur de l entreprise

Le règlement intérieur de l entreprise Le règlement intérieur de l entreprise Philippe DI MAGGIO Direction du travail et de l emploi Le règlement intérieur est un document qui précise un certain nombre d'obligations, notamment en matière d'hygiène,

Plus en détail

Surfer au travail : prudence est mère de sureté

Surfer au travail : prudence est mère de sureté Surfer au travail : prudence est mère de sureté Rares sont aujourd hui les salariés qui ne disposent pas d une connexion Internet sur leur lieu de travail. Internet constitue en effet un outil indispensable

Plus en détail

Les sanctions disciplinaires

Les sanctions disciplinaires Les sanctions disciplinaires Définition : La sanction disciplinaire est un acte unilatéral pris par le chef d entreprise pour sanctionner le comportement fautif du salarié. L employeur a un droit de sanction

Plus en détail

I Le Défenseur des droits I

I Le Défenseur des droits I DIVERSIFIER SES RECRUTEMENTS SANS DISCRIMINER la rédaction des offres d emploi Ce qui est interdit Les exceptions autorisées par la loi Comment rédiger une offre d emploi Comment diversifier ses recrutements

Plus en détail

L entreprise doit plus que jamais

L entreprise doit plus que jamais Entretien d évaluation : nouvelles règles Décider de mettre en place un système d évaluation des performances dans l entreprise n a rien de bien original. Et pourtant, cette démarche répandue et simple

Plus en détail

DEFINITION. Ce concept est de plus en plus utilisé pour des applications de gestion de flottes et de sécurisation de véhicules.

DEFINITION. Ce concept est de plus en plus utilisé pour des applications de gestion de flottes et de sécurisation de véhicules. LA GEOLOCALISATION DEFINITION - A l origine : La géolocalisation est la localisation d un objet sur une carte à l aide de positions géographiques. On utilise la géolocalisation par GPS (Global Positionning

Plus en détail

Entretiens d évaluation: les points de vigilance

Entretiens d évaluation: les points de vigilance DOSSIER N 08 2015 Mercredi 14 janvier 2015 // le dossier pratique Entretiens d évaluation: les points de vigilance Moment de dialogue entre un salarié et sa hiérarchie, l entretien d évaluation a pour

Plus en détail

LES ENTRETIENS D EVALUATION DES SALARIES

LES ENTRETIENS D EVALUATION DES SALARIES Petit-déjeuner du cabinet du 7 octobre 2011 Petit déjeuner d information du 6 novembre 09 INTRODUCTION L évaluation des salariés revêt de multiples intérêts pour l employeur comme pour le salarié. Pour

Plus en détail

Jurisprudences Harcèlement moral

Jurisprudences Harcèlement moral Jurisprudences Harcèlement moral Les éléments constitutifs du délit de harcèlement Des agissements se déroulant sur une courte durée n écartent pas la qualification de harcèlement moral Rappel : l'article

Plus en détail

Les sanctions disciplinaires. Formation animée par Maître Marie-Laure LAURENT Avocat associé Département Droit Social

Les sanctions disciplinaires. Formation animée par Maître Marie-Laure LAURENT Avocat associé Département Droit Social Les sanctions disciplinaires Formation animée par Maître Marie-Laure LAURENT Avocat associé Département Droit Social Petit déjeuner RH CCI Jeudi 22 mai 2014 Introduction Définition du pouvoir disciplinaire

Plus en détail

Représentant du personnel : un salarié pas comme les autres. Protégé ou exposé?

Représentant du personnel : un salarié pas comme les autres. Protégé ou exposé? FORMATION ASSISTANCE EXPERTISE CONSEIL Représentant du personnel : un salarié pas comme les autres. Protégé ou exposé? Dernières jurisprudences Siège social : 20, rue Martin Bernard 75647 Paris Cedex 13

Plus en détail

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Question 1 : «En France, la rédaction d un rapport sur la responsabilité sociale et environnementale

Plus en détail

LES DROITS DES AGENTS DANS LA FONCTION PUBLIQUE COMMUNALE

LES DROITS DES AGENTS DANS LA FONCTION PUBLIQUE COMMUNALE République française Polynésie française www.cgf.pf LES DROITS DES AGENTS DANS LA FONCTION PUBLIQUE COMMUNALE (Mode d emploi FPC) SOMMAIRE I Les droits liés à la personne A La définition générale des droits

Plus en détail

FAUTE LOURDE IMPUTABILITE DE LA RUPTURE. Chambre sociale 4, 22 Octobre 2014 RG 14/1205

FAUTE LOURDE IMPUTABILITE DE LA RUPTURE. Chambre sociale 4, 22 Octobre 2014 RG 14/1205 FAUTE LOURDE Chambre sociale 4, 22 Octobre 2014 RG 14/1205 Constitue une faute lourde le fait pour le salarié d'un hôtel de supprimer les comptes Facebook et Twitter de l'établissement, l'impossibilité

Plus en détail

Représentant du personnel : un salarié pas comme les autres. Protégé ou exposé?

Représentant du personnel : un salarié pas comme les autres. Protégé ou exposé? FORMATION ASSISTANCE EXPERTISE CONSEIL Représentant du personnel : un salarié pas comme les autres. Protégé ou exposé? Dernières jurisprudences Siège social : 20, rue Martin Bernard 75647 Paris Cedex 13

Plus en détail

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon http://fdv.univ-lyon3.fr

La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon http://fdv.univ-lyon3.fr La Faculté de Droit Virtuelle est la plate-forme pédagogique de la Faculté de Droit de Lyon http://fdv.univ-lyon3.fr Fiche à jour au MATIERE : Droit du travail Auteur :Stéphanie ARIAGNO PRACCA I. Cas pratique

Plus en détail

VIE PROFESSIONNELLE ET RESPECT DE LA VIE PRIVEE Par Béatrice CASTELLANE, Avocate au Barreau de Paris

VIE PROFESSIONNELLE ET RESPECT DE LA VIE PRIVEE Par Béatrice CASTELLANE, Avocate au Barreau de Paris VIE PROFESSIONNELLE ET RESPECT DE LA VIE PRIVEE Par Béatrice CASTELLANE, Avocate au Barreau de Paris La question à traiter concerne le respect de la vie privée dans le monde du travail. Jusqu à quel point

Plus en détail

Textes. Licenciement sans cause réelle et sérieuse : le projet de loi Macron

Textes. Licenciement sans cause réelle et sérieuse : le projet de loi Macron Textes Licenciement sans cause réelle et sérieuse : le projet de loi Macron Adopté le 18 juin 2015 par l Assemblée nationale, en application de l article 49 alinéa 3 de la Constitution, le projet de loi

Plus en détail

TD N 3 : correction des questions, fichier à imprimer.

TD N 3 : correction des questions, fichier à imprimer. TD N 3 : correction des questions, fichier à imprimer. Chapitre 1 : SITUATION PROFESSIONNELLE Question n 1 : Selon l article L 1321-1 du code du travail : «dans le règlement intérieur, l employeur fixe

Plus en détail

info ACTUALITÉ JURIDIQUE SOCIAL Le cumul emploi retraite dans la réforme des retraites

info ACTUALITÉ JURIDIQUE SOCIAL Le cumul emploi retraite dans la réforme des retraites n 5 > 7 mars 2014 info Sommaire > Le cumul emploi retraite dans la réforme des retraites > Discrimination : nouveau cas > Application du régime des clauses abusives aux sociétés commerciales > Mésentente

Plus en détail

Veiller à la protection de la vie privée et des données à caractère personnel. Michel Futtersack, Faculté de Droit, Université Paris Descartes

Veiller à la protection de la vie privée et des données à caractère personnel. Michel Futtersack, Faculté de Droit, Université Paris Descartes Veiller à la protection de la vie privée et des données à caractère personnel Michel Futtersack, Faculté de Droit, Université Paris Descartes Les données personnelles (ou nominatives) sont les informations

Plus en détail

INDICATIONS DE CORRECTION

INDICATIONS DE CORRECTION Sujet national pour l ensemble des Centres de gestion organisateurs CONCOURS EXTERNE DE RÉDACTEUR TERRITORIAL SESSION 2013 Des réponses à une série de questions portant sur LE DROIT PUBLIC en relation

Plus en détail

La surveillance du salarié : les régimes applicables

La surveillance du salarié : les régimes applicables La surveillance du salarié : les régimes applicables Actualité juridique publié le 06/12/2014, vu 779 fois, Auteur : Xavier Berjot OCEAN Avocats 1. La surveillance interne Dans l arrêt du 5 novembre 2014,

Plus en détail

RAPPEL DE COURS. L embauche. I. Le placement. II. Les filières de recrutement. 1. Le service public de l emploi CHAPITRE

RAPPEL DE COURS. L embauche. I. Le placement. II. Les filières de recrutement. 1. Le service public de l emploi CHAPITRE 1 CHAPITRE I. Le placement RAPPEL DE COURS L activité de placement consiste à fournir à titre habituel des services visant à rapprocher offres et demandes d emploi sans que la personne assurant cette activité

Plus en détail

Jurisprudence. Comptabilisation des heures de délégation des délégués du personnel. Cass. Soc. 16 avril 2015 : n 13-21531

Jurisprudence. Comptabilisation des heures de délégation des délégués du personnel. Cass. Soc. 16 avril 2015 : n 13-21531 Jurisprudence Comptabilisation des heures de délégation des délégués du personnel Cass. Soc. 16 avril 2015 : n 13-21531 Article L 2315-1 L employeur laisse aux délégués du personnel le temps nécessaire

Plus en détail

Délibération n 2010-259 du 29 novembre 2010. État de santé Handicap Emploi Emploi secteur privé Observations

Délibération n 2010-259 du 29 novembre 2010. État de santé Handicap Emploi Emploi secteur privé Observations Délibération n 2010-259 du 29 novembre 2010 État de santé Handicap Emploi Emploi secteur privé Observations Délibération relative à des faits de harcèlement, une discrimination salariale et un licenciement

Plus en détail

pratiques «À travail égal, salaire égal» : une notion peaufinée par les juges au fil du temps

pratiques «À travail égal, salaire égal» : une notion peaufinée par les juges au fil du temps pratiques [salaire] «À travail égal, salaire égal» : une notion peaufinée par les juges au fil du temps Après avoir consacré le principe «à travail égal, salaire égal», la Cour de cassation s est vue contrainte

Plus en détail

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur.

Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur. DCG - UE03 DROIT SOCIAL - session 2013 Proposition de CORRIGÉ Avertissement : ceci est un corrigé indicatif qui n engage que son auteur. I ÉTUDE DE SITUATIONS PRATIQUES (13 points) Dossier 1 Rappeler les

Plus en détail

CONDITIONS DE VALIDITE DE LA CLAUSE DE NON-CONCURRENCE

CONDITIONS DE VALIDITE DE LA CLAUSE DE NON-CONCURRENCE CONDITIONS DE VALIDITE DE LA CLAUSE DE NON-CONCURRENCE 05/09/2014 La clause de non-concurrence est une clause aux termes de laquelle l une des parties à un contrat s engage à ne pas exercer d activité

Plus en détail

LA LIBERTÉ D EXPRESSION AU. 31 mai 2011

LA LIBERTÉ D EXPRESSION AU. 31 mai 2011 LA LIBERTÉ D EXPRESSION AU TRAVAIL 31 mai 2011 Article L.1121.1 du code du travail L individu n abdique plus aucun de ses droits fondamentaux en entrant au travail La liberté d expression est protectrice

Plus en détail

A LA UNE. Elle apporte des précisions à ce principe dans un arrêt du 7 janvier 2015.

A LA UNE. Elle apporte des précisions à ce principe dans un arrêt du 7 janvier 2015. FÉVRIER 2015 A LA UNE Un accord collectif ne peut suppléer le règlement intérieur dans la détermination de la durée maximale de la mise à pied disciplinaire Depuis 2010, la Chambre sociale de la Cour de

Plus en détail

2. Les droits des salariés en matière de données personnelles

2. Les droits des salariés en matière de données personnelles QUESTIONS/ REPONSES PROTECTION DES DONNEES PERSONNELLES Ce FAQ contient les trois parties suivantes : La première partie traite des notions générales en matière de protection des données personnelles,

Plus en détail

Permis de conduire et contrat de travail

Permis de conduire et contrat de travail La multiplication des mesures individuelle de prise en charge des usagers, l élargissement des secteurs géographiques d intervention des associations lié notamment aux opérations de regroupement génère

Plus en détail

CADRE JURIDIQUE DE LA DIFFUSION DES OFFRES D EMPLOI SUR APEC.FR GUIDE PRATIQUE À L ATTENTION DES ENTREPRISES

CADRE JURIDIQUE DE LA DIFFUSION DES OFFRES D EMPLOI SUR APEC.FR GUIDE PRATIQUE À L ATTENTION DES ENTREPRISES CADRE JURIDIQUE DE LA DIFFUSION DES OFFRES D EMPLOI SUR APEC.FR GUIDE PRATIQUE À L ATTENTION DES ENTREPRISES Une des missions de l Apec est d accompagner les entreprises dans la rédaction et la diffusion

Plus en détail

Atelier du Social 2013 - L utilisation des NTIC par le salarié : limites et contrôle par l employeur. Partenaire Média

Atelier du Social 2013 - L utilisation des NTIC par le salarié : limites et contrôle par l employeur. Partenaire Média Sommaire Introduction Principes régissant l utilisation des NTIC en droit du travail Les relations individuelles et les NTIC Les relations collectives et les NTIC 4 Introduction Quelques définitions Nouvelles

Plus en détail

ALCOOL AU TRAVAIL. Sources :

ALCOOL AU TRAVAIL. Sources : 1 ALCOOL AU TRAVAIL Sources : http://www.service-public.fr/actualites/003191.html?xtor=epr-140 http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/f32177.xhtml L'employeur peut autoriser ses salariés à boire

Plus en détail

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique

Mieux connaître le licenciement économique. 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique Mieux connaître le licenciement économique 2 ème partie : Les principes du licenciement pour motif économique I. L obligation préalable d adaptation et de reclassement «Le licenciement pour motif économique

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-084

Décision du Défenseur des droits MLD-2014-084 Décision du Défenseur des droits MLD-2014-084 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à des observations en justice Domaine(s) de compétence de l Institution : Lutte contre les discriminations

Plus en détail

GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS. Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS

GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS. Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS GUIDE DE LA GÉOLOCALISATION DES SALARIÉS Droits et obligations en matière de géolocalisation des employés par un dispositif de suivi GSM/GPS De plus en plus d entreprises, par exemple les sociétés de dépannage

Plus en détail

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois NEWSLETTER SOCIALE M A I 2 0 1 5 A LA UNE L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois La loi du 2 août 2005 a porté la durée des mandats

Plus en détail

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation...

Guide Pratique. chef d entreprise. Salarié. Entreprise. Droit. Employeur. Délégués du Personnel. Législation. Congés Payés. Obligation... Le Guide Pratique du SOCIAL chef d entreprise Délégués du Personnel Faut il faire une visite d embauche? Droit Quel contrat pour mon salarié? Entreprise La journée de solidarité, c est quand? Obligation...

Plus en détail

Juillet 2014. Outil R8 - Préparation et guide d entretien

Juillet 2014. Outil R8 - Préparation et guide d entretien Outil R8 - Préparation et guide d entretien Juillet 2014 Juillet 2014 Outil R8 - Préparation et guide d entretien PREPARER L ENTRETIEN 1. Définir les modalités de l entretien Définir précisément la procédure

Plus en détail

APTITUDE ET INAPTITUDE MÉDICALE AU POSTE DE TRAVAIL

APTITUDE ET INAPTITUDE MÉDICALE AU POSTE DE TRAVAIL APTITUDE ET INAPTITUDE MÉDICALE AU POSTE DE TRAVAIL Attention Les notions d inaptitude et d invalidité sont totalement indépendantes l une de l autre. Seul le médecin du travail peut se prononcer sur l

Plus en détail

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes

Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes Résumé de l ouvrage : Egalité professionnelle entre les femmes et les hommes L égalité professionnelle entre hommes et femmes est un enjeu historique. En effet, il fait l objet de toutes les attentions

Plus en détail

CFDT UTI Métropole. Métropole N 52. Lettre d Information Juridique. N 52 janvier 2015. Paiement des heures supplémentaires. Internet et le travail

CFDT UTI Métropole. Métropole N 52. Lettre d Information Juridique. N 52 janvier 2015. Paiement des heures supplémentaires. Internet et le travail Lettre d Information Juridique CFDT UTI Métropole Métropole N 52 N 52 janvier 2015 Paiement des heures supplémentaires Les heures supplémentaires donnent lieu à une majoration de salaire Les heures ainsi

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD/2012-148

Décision du Défenseur des droits n MLD/2012-148 Paris, le Décision du Défenseur des droits n MLD/2012-148 Le Défenseur des droits, Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 rela tive au Défenseur

Plus en détail

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère :

pratiques Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : pratiques [mise à disposition de salariés] Salarié mis à disposition d une filiale étrangère : quelles sont les obligations de l employeur? Dans les groupes de dimension internationale, il n est pas rare

Plus en détail

GESTION DU PERSONNEL. Chef d entreprise, vos droits!

GESTION DU PERSONNEL. Chef d entreprise, vos droits! Gwendoline Aubourg GESTION DU PERSONNEL Chef d entreprise, vos droits!, 2003 ISBN : 2-7081-2979-1 Rédiger un contrat de travail Chapitre 2 38 Gestion du personnel : chef d entreprise, vos droits! I. Mentionner

Plus en détail

FICHE PRATIQUE Surveillance et libertés individuelles des salariés

FICHE PRATIQUE Surveillance et libertés individuelles des salariés FICHE PRATIQUE Surveillance et libertés individuelles des salariés Internet, badges, téléphone, caméras... les moyens permettant à une entreprise de surveiller ses salariés sont nombreux mais peuvent donner

Plus en détail

ATELIER DE LA PROFESSION. Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa compétitivité?

ATELIER DE LA PROFESSION. Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa compétitivité? ATELIER DE LA PROFESSION Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa compétitivité? Comment optimiser la politique de rémunération de l entreprise pour augmenter sa

Plus en détail

Formation droit social M E R C R E D I 2 3 A V R I L 2 0 1 4

Formation droit social M E R C R E D I 2 3 A V R I L 2 0 1 4 Formation droit social Les modalités de rupture du contrat de travail en quelques mots SÉVERINE DEVOIZE A V O C A T A S S O C I É GILLES PRIETZ C O N S E I L L E R P R U D H O M M E S M E R C R E D I 2

Plus en détail

Délibération n 2011-10 du 4 avril 2011

Délibération n 2011-10 du 4 avril 2011 Délibération n 2011-10 du 4 avril 2011 Délibération faisant suite à un refus d envoi en mission temporaire en raison de l origine ethnique de la réclamante Emploi privé / Origine ethnique / Discrimination

Plus en détail

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010

Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération n 2010-288 du 13 décembre 2010 Délibération faisant suite à un refus d embauche en raison de la grossesse de la réclamante Grossesse - Emploi Emploi privé Rappel à la loi La haute autorité

Plus en détail

Mieux connaître le licenciement économique. 3 ème partie : La procédure du licenciement pour motif économique

Mieux connaître le licenciement économique. 3 ème partie : La procédure du licenciement pour motif économique Mieux connaître le licenciement économique 3 ème partie : La procédure du licenciement pour motif économique Concernant le licenciement économique de salariés protégés, il faut nécessairement articuler

Plus en détail

Commission nationale de l informatique et des libertés. Paris, le 10 novembre 2005

Commission nationale de l informatique et des libertés. Paris, le 10 novembre 2005 Commission nationale de l informatique et des libertés Paris, le 10 novembre 2005 Document d orientation adopté par la Commission le 10 novembre 2005 pour la mise en œuvre de dispositifs d alerte professionnelle

Plus en détail

Lettre d actualité juridique en droit social

Lettre d actualité juridique en droit social Lettre d actualité juridique en droit social Juin 2012 Dans ce numéro : ACTUALITES JURISPRUDENTIELLES 1. NTIC et VIE PRIVEE : contrôle par l employeur des enregistrements effectués par un salarié au moyen

Plus en détail

Fiche conseil LA RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL. Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions :

Fiche conseil LA RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL. Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : LA RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL Fiche conseil Nos fiches conseils ont pour objectif de vous aider à mieux appréhender les notions : Certifié ISO 9001 Comptables Fiscales Juridiques, Sociales, de Gestion

Plus en détail

Les attributions des délégués du personnel

Les attributions des délégués du personnel Les attributions des délégués du personnel Le délégué du personnel a pour rôle de faciliter les relations entre l employeur et l ensemble du personnel. Sa mission principale est de présenter à l employeur

Plus en détail

Invalidité et Inaptitude

Invalidité et Inaptitude Invalidité et Inaptitude Circulaire DRT n 94-13 du 21 novembre 1994 Ministère du Travail, de l Emploi et de la Formation Professionnelle Direction des Relations du travail PLAN I. L EVOLUTION DE LA JURISPRUDENCE

Plus en détail

RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL

RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL 02/06/2015 En matière de droit du travail, la responsabilité de l employeur peut être engagée dans de nombreuses situations que nous allons examiner ci-dessous.

Plus en détail

LETTRE D'INFORMATION AU CE - Février 2008 -

LETTRE D'INFORMATION AU CE - Février 2008 - LETTRE D'INFORMATION AU CE - Février 2008 - Que peut demander le ce en février? Au mois de février le CE peut demander à être consulté sur plusieurs points : - communication du bilan du travail à temps

Plus en détail

Charte FIGARO CLASSIFIEDS

Charte FIGARO CLASSIFIEDS Charte FIGARO CLASSIFIEDS PARTIE 1 : NOTRE ENGAGEMENT 1. Notre engagement Leader privé du marché des annonces d emploi sur Internet en France, FIGARO CLASSIFIEDS a développé une offre Emploi unique sur

Plus en détail

Source : F. Benchemam, G. Galindo, GRH, éd. Gualino, 2006. AEI - L2 RH - Initiation à la GRH - Chapitre 4-1 D. Glaymann - 2014-2015 2

Source : F. Benchemam, G. Galindo, GRH, éd. Gualino, 2006. AEI - L2 RH - Initiation à la GRH - Chapitre 4-1 D. Glaymann - 2014-2015 2 1. Le recrutement et la gestion des carrières 2. Les conditions de travail 3. La rémunération 4. Les relations sociales 5. La formation 1. Identifier et préciser le(s) besoin(s) Faut-il recruter? Pour

Plus en détail

Le travailleur étranger

Le travailleur étranger Le travailleur étranger Par Mongi TARCHOUNA, Professeur et Doyen de la Faculté de droit et des sciences économiques de Sousse. Liberté et égalité, telles sont les valeurs universelles à la réalisation

Plus en détail

LE PRET DE MAIN D OEUVRE

LE PRET DE MAIN D OEUVRE LE PRET DE MAIN D OEUVRE CCI CHERBOURG-COTENTIN Marie-Laure LAURENT Avocat au Département Droit social Tel : 02.33.88.36.36 Mail : marie-laure.laurent@fidal.fr Mardi 25 juin 2013 1 Relation triangulaire

Plus en détail

ADIJ Barreau de Paris 20 septembre 2011

ADIJ Barreau de Paris 20 septembre 2011 ADIJ Barreau de Paris 20 septembre 2011 Droit du travail et nouvelles technologies Réseaux professionnels en entreprise : risques et enjeux juridiques pour l employeur et le salarié 1 SOMMAIRE L intérêt

Plus en détail

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL FIL D ACTUALITE MAI 2015 PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL Rupture conventionnelle : de nouvelles précisions Dans deux arrêts du 25 mars 2015, la Cour de cassation considère d une part

Plus en détail

Le licenciement, motifs, procédures et indemnités.

Le licenciement, motifs, procédures et indemnités. Le licenciement, motifs, procédures et indemnités. Le licenciement individuel, c'est à dire celui que ne concerne qu'un seul salarié, peut reposer soit sur un motif économique (mutations technologiques

Plus en détail

LOI INFORMATIQUE & LIBERTES ET DROIT DU TRAVAIL

LOI INFORMATIQUE & LIBERTES ET DROIT DU TRAVAIL LOI INFORMATIQUE & LIBERTES ET DROIT DU TRAVAIL La loi du 6 janvier 1978 relative à l'informatique, aux fichiers et aux libertés a été modifiée par la Loi du 6 août 2004 relative à la protection des personnes

Plus en détail

Rencontres Régionales de la CNIL. Atelier thématique RESSOURCES HUMAINES

Rencontres Régionales de la CNIL. Atelier thématique RESSOURCES HUMAINES Rencontres Régionales de la CNIL Atelier thématique RESSOURCES HUMAINES Sophie Vulliet-Tavernier, directrice des affaires juridiques Programme Gestion des ressources humaines Cybersurveillance sur les

Plus en détail

ACCORD DU 15 DÉCEMBRE 2011

ACCORD DU 15 DÉCEMBRE 2011 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Brochure n 3364 Convention collective nationale RÉGIME SOCIAL DES INDÉPENDANTS IDCC : 2796.

Plus en détail

En conséquence, il décide de présenter ses observations devant la Cour d Appel saisie du litige.

En conséquence, il décide de présenter ses observations devant la Cour d Appel saisie du litige. Décision du Défenseur des droits MLD-2014-224 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à une demande de résiliation judiciaire du contrat de travail aux torts de l employeur pour cause de discrimination

Plus en détail

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités Continuité d activité Enjeux juridiques et responsabilités Introduction Pourquoi le droit? - Contrainte - Outil de gestion Droit et management de la continuité d activité : 3 niveaux d intervention Dans

Plus en détail

Mme Goasguen (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président

Mme Goasguen (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président Le : 16/04/2015 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 21 janvier 2015 N de pourvoi: 13-25759 ECLI:FR:CCASS:2015:SO00093 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Goasguen (conseiller

Plus en détail

La HALDE. Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l égalité

La HALDE. Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l égalité La HALDE Haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l égalité 2007 La haute autorité de lutte contre les discriminations et pour l égalité a été créée par la loi du 30 décembre 2004. C

Plus en détail

VOTRE AVOCAT VOUS INFORME

VOTRE AVOCAT VOUS INFORME mars 2014 # 34 VOTRE AVOCAT VOUS INFORME TRAVAIL DANS CE NUMÉRO Accident, maladie, maternité Contrôle et contentieux - Formation professionnelle - Civ. 2 e, 13 févr. 2014, F-P+B, n 13-10.548 #ACCIDENT,

Plus en détail

Projet de loi n o 59. Présentation. Présenté par Madame Stéphanie Vallée Ministre de la Justice

Projet de loi n o 59. Présentation. Présenté par Madame Stéphanie Vallée Ministre de la Justice PREMIÈrE SESSION QUARANTE ET UNièmE LéGISLATURE Projet de loi n o 59 Loi édictant la Loi concernant la prévention et la lutte contre les discours haineux et les discours incitant à la violence et apportant

Plus en détail

Nom :... Prénom :... Classe :... Date :... 1. A a ) gestion prospective de l emploi

Nom :... Prénom :... Classe :... Date :... 1. A a ) gestion prospective de l emploi QCM Nom :................................ Prénom :... Classe :............................ Date :......... LES RESSOURCES HUMAINES Cochez la bonne réponse. Certaines questions admettent plusieurs réponses.

Plus en détail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail

Transfert des contrats de travail : Art. L. 1224-1 du Code du travail Mois AAAA Mois AAAA Mise à jour décembre 2008 Art. L. 1224-1 du Code du travail En bref Cette fiche a pour objet de présenter les conditions d application de l article L. 1224-1 du Code du travail et les

Plus en détail

Mme Lambremon (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président

Mme Lambremon (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président Le : 16/02/2015 Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 17 décembre 2014 N de pourvoi: 13-23645 ECLI:FR:CCASS:2014:SO02387 Non publié au bulletin Cassation partielle Mme Lambremon (conseiller

Plus en détail

Protection des données personnelles Faut il vraiment avoir peur de la CNIL?

Protection des données personnelles Faut il vraiment avoir peur de la CNIL? Protection des données personnelles Faut il vraiment avoir peur de la CNIL? Jean Christophe GUERRINI Avocat Associé Joséphine ROUX Avocat 1 Avant propos Enjeux et contexte des données personnelles Présentation

Plus en détail

LIVRE I er TITRE II. TITRE I er

LIVRE I er TITRE II. TITRE I er JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE C T 37003 MINISTÈRE DE L EMPLOI, DE LA COHÉSION SOCIALE ET DU LOGEMENT Ordonnance n o 2007-329 du 12 mars 2007 relative au code du travail (partie législative)

Plus en détail

La Déclaration des devoirs et des droits du/de la Journaliste

La Déclaration des devoirs et des droits du/de la Journaliste La Déclaration des devoirs et des droits Schweizer Presserat Preambule Le droit à l information, de même qu à la libre expression et à la critique, est une des libertés fondamentales de tout être humain.

Plus en détail

REVUE DE JURISPRUDENCE «RESTRUCTURATION SOCIALE»

REVUE DE JURISPRUDENCE «RESTRUCTURATION SOCIALE» NOVEMBRE 2015 REVUE DE JURISPRUDENCE «RESTRUCTURATION SOCIALE» (Novembre 2015) Le salarié peut valablement assigner son coemployeur devant le conseil de prud hommes :... p. 3 Cour cassation 30 septembre

Plus en détail

PARTIE III : LA RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL

PARTIE III : LA RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL PARTIE III : LA RUPTURE DU CONTRAT DE TRAVAIL La rupture met un terme définitif aux obligations des parties. La suspension entraîne un arrêt momentané à l'issu duquel le contrat reprend son cours. La rupture

Plus en détail

S emparer de la question de la formation professionnelle

S emparer de la question de la formation professionnelle FORMATION ASSISTANCE EXPERTISE CONSEIL S emparer de la question de la formation professionnelle Sommaire Les obligations de l employeur en matière de formation professionnelles Le plan de formation La

Plus en détail

MOYENS D ACTION DES ACTEURS DE L ENTREPRISE. L employeur :

MOYENS D ACTION DES ACTEURS DE L ENTREPRISE. L employeur : RISQUES PSYCHO-SOCIAUX AU TRAVAIL - LE CADRE JURIDIQUE - Les textes applicables dans le domaine des risques psychosociaux sont présentés en distinguant les principes généraux ayant trait à la protection

Plus en détail

Le Guide Pratique. social. d entreprise. législation TRAVAIL. Affichage obligatoire. contrat à durée déterminée. Médecine du Travail.

Le Guide Pratique. social. d entreprise. législation TRAVAIL. Affichage obligatoire. contrat à durée déterminée. Médecine du Travail. bulletin de salaire Affichage obligatoire Congés Payés Médecine du Travail Déclaration REGISTREduPERSONNEL Préalable À élections l Embauche professionnelles TRAVAIL législation social employeur contrat

Plus en détail

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010

Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 30 Décisions n 2010-40 QPC et 2010-41 QPC du 29 septembre 2010 (Peine d annulation du permis de conduire pour conduite en état alcoolique en récidive et

Plus en détail

Lettre d Information Juridique CFDT UTI Métropole N 34 - Août 2013

Lettre d Information Juridique CFDT UTI Métropole N 34 - Août 2013 254, Boulevard de l Usine 59000 LILLE Tél. : 03 20 88 36 20 - Fax : 03 20 53 21 44 Email : cfdt.metropole.lilloise@orange.fr Site : www.cfdt-metropolelilloise.fr Lettre d Information Juridique CFDT UTI

Plus en détail

RISQUES PSYCHOSOCIAUX

RISQUES PSYCHOSOCIAUX EXTRAIT PDF www.editions-tissot.fr RISQUES PSYCHOSOCIAUX 2.4 Rôle et obligations des différents acteurs au sein de l organisation 2. Les délégués du personnel - Réf. Internet : RPS.24B2 En l absence de

Plus en détail