Objectifs et insuffisance de résultat

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Objectifs et insuffisance de résultat"

Transcription

1 Objectifs et insuffisance de résultat (A l attention des conseillers prud hommes et défenseurs syndicaux Philippe MASSON, octobre 2010) «Non atteinte des objectifs», «insuffisance de résultat» sont encore des motifs de licenciement souvent allégués pour se débarrasser d un salarié, s agissant notamment de l encadrement. En principe, la jurisprudence établie en 1999 et 2000 donne de solides outils pour combattre cette technique patronale. Cependant, quelques arrêts ultérieurs ont créé des brèches que les employeurs ne manquent pas d utiliser. Conseillers prud hommes CGT et défenseurs syndicaux doivent donc être vigilants pour faire respecter ce principe essentiel : «l'insuffisance des résultats au regard des objectifs fixés ne constitue pas une cause de rupture privant le juge de son pouvoir d'appréciation de l'existence d'une cause réelle et sérieuse de licenciement». Cette note présente brièvement l évolution et l état actuel de la jurisprudence dans ce domaine et quelques points de repère pouvant aider à construire la défense du salarié et, pour les conseillers prud hommes, à jouer tout leur rôle de «juge actif» au cours de l audience et du délibéré. En préalable, il a semblé utile de rappeler le fond du problème : à travers une exigence de résultat, dont l insuffisance serait un motif de sanction, c est la conception même du rapport salarial qui est mis en cause au détriment du salarié. Contenu de cette fiche : I. Rappels concernant la relation salariée et l encadrement II. III. Une jurisprudence en principe solide dont l application nécessite une grande vigilance Annexe 1 : résumé et référence des arrêts cités Annexe 2 : pour en savoir plus

2 I. Rappels concernant la relation salariée et l encadrement 1. Principe L échange salarié - employeur concerne la fourniture rémunérée d un travail et non le partage des résultats de celui-ci. Le salarié est donc comptable d une «obligation de moyens» : il met à disposition sa force de travail, c est-à-dire un ensemble de capacités, traduites en différents actes physiques et intellectuels. Il n est pas tenu à une «obligation de résultat». Le risque d un travail non conforme à l attente de l employeur est assumé par celui-ci. Il fait partie du «risque d entreprise», c est-à-dire des aléas, accidents, ou pertes pouvant survenir et dont il est légitime que l employeur en assume seul les conséquences, tout comme il se réserve les bénéfices éventuels. Dans cette relation, l employeur est investi d un pouvoir de direction, à la fois organisationnel et disciplinaire. Ce «lien de subordination» est défini par la jurisprudence comme l exécution d un travail sous l autorité d un employeur qui : - donne des ordres et des directives, - contrôle leur exécution, - sanctionne les manquements éventuels. 2. S agissant de l encadrement Dans leur diversité, et sans qu on puisse tracer une frontière étanche entre eux et les autres composantes du salariat, les ingénieurs, cadres, agents de maîtrise et un grand nombre de techniciens ont une place particulière dans le processus de travail : - des capacités d initiatives, d autonomie, de maîtrise d un ensemble de tâches étendu en nature et en diversité, mais aussi dans le temps ; - un rôle de mise en œuvre de la stratégie de l entreprise, de transformation d orientations générales en mesures concrètes d organisation, de planification, d évaluation ; - une incidence directe ou indirecte de leur activité professionnelle sur la vie quotidienne au travail d autres salariés. Cette notion d encadrement est beaucoup plus large que celle de commandement au sens hiérarchique. Elle concerne évidemment les salariés relevant de la section encadrement des conseils de prud homme et aussi bien d autres inscrits comme électeurs dans d autres sections. Pour ces salariés, le lien de subordination est tout aussi fort, mais revêt des aspects particuliers : 2

3 - les ordres et directives ne sont plus des consignes sur la façon de travailler, mais plutôt des objectifs généraux, des priorités, des normes à respecter, un ensemble de moyens à gérer ; - le contrôle de l obéissance à ces directives ne portera pas sur le respect de gestes professionnels encadrés par des instructions précises, mais sur la réalisation des objectifs assignés. 3. Une tentative d escroquerie patronale! Les employeurs vont alors essayer de donner un autre sens à la réalisation de l objectif : en faire non plus une mesure de l activité du salarié, mais une obligation dont celui-ci serait comptable. Il supportera ainsi le risque que ses efforts n aient pas conduit au résultat escompté. C est le fait même d un objectif non atteint qui justifiera la sanction et non pas un manquement dans ses obligations de vente de sa force de travail. Il s agit donc d une mise en cause de la nature même de la relation salariée qui constitue une véritable d escroquerie : - quelque soit l habillage donné à la définition des objectifs (contractualisation, fixation «concertée» lors d un entretien annuel, etc.) les objectifs stratégiques restent toujours du seul ressort de l employeur, ainsi que la détermination des moyens alloués ; - seul le travail du salarié lui est payé et les bénéfices obtenus lorsque les objectifs sont atteints ou dépassés ne sont pas partagés (sauf pour une minorité de cadres dirigeants, il y a une évidente disproportion entre les formes d intéressement ou de participation et les profits de l entreprise) ; - la réalisation d un objectif ne dépend pas de la seule bonne volonté du salarié, mais aussi d un ensemble de conditions internes et externes à l entreprise, dont il n a aucunement la maîtrise : choix d organisation, état du marché, évolution de la concurrence 3

4 II. Une jurisprudence en principe solide Appliquant strictement les principe du droit civil, la Cour de cassation a longtemps considéré qu un objectif inscrit au contrat s imposait au salarié et que le fait de ne pas le remplir constituait un motif légitime de licenciement. Par exemple, un arrêt du 10 mars 1988 justifie le licenciement d un salarié car «le contrat conclu entre la société Docteur Faust et M. X stipulait que celui-ci devait respecter les quotas de vente fixés, sans prévoir que la détermination de ces quotas était subordonnée à l'accord du représentant.» Elle a ensuite admis que le juge contrôle si les objectifs n étaient pas excessifs (cf. Cass. soc. 13 décembre 1995, n ), puis que le constat d une insuffisance de résultat n empêchait pas le juge d apprécier si le licenciement avait une cause réelle et sérieuse (cf. Cass. soc. 3 février 1999). Elle persistait cependant à prendre en considération les conditions dans lesquelles les objectifs étaient fixés (accord du salarié, éventuellement contractualisé ou décision unilatérale de l employeur ; cf. Cass. soc. 18 avril 2000). Enfin, l arrêt «Affichage Giraudy» du 14 novembre 2000 est venu éclaircir la situation en cassant l arrêt d une cour d appel dans les termes suivant : «En statuant comme elle l'a fait, alors qu'il lui appartenait d'apprécier, d'une part, si les objectifs, fussent-ils définis au contrat, étaient réalistes, d'autre part, si la salariée était en faute de ne pas les avoir atteints, la cour d'appel, qui a méconnu ses pouvoirs, a violé le texte susvisé.» Le débat est ainsi replacé sur le bon terrain : celui de l appréciation du travail accompli par le salarié et non pas du résultat de celui-ci. Seul peut lui être reproché un manquement à son obligation de moyens. Des arrêts ultérieurs (cf. Cass. soc. 22 janvier 2003 et 3 novembre 2004) ont confirmé cette position et précisé que le manquement du salarié devait résulter soit d une insuffisance professionnelle, soit d une «carence fautive». Une sanction ou un licenciement ne peut être fondé que sur les actes professionnels du salarié et non sur l insuffisance de résultat elle-même. L examen du caractère réel et sérieux d éventuels manquements allégués par l employeur doit donc être au centre du débat prud homal. Contractuel ou pas? Depuis l arrêt «Affichage Giraudy», le caractère contractuel des objectifs n est donc plus un élément susceptible d être opposé au salarié. Néanmoins, des employeurs continuent à soutenir qu un objectif déterminé de concert avec le salarié l a été en toute connaissance par celui-ci des conditions dans lesquelles il devra le réaliser ; et qu il est comptable d un résultat non satisfaisant parce qu il n avait pas su évaluer d éventuelles difficultés rencontrées! Cet «argument» est clairement écarté dans l arrêt cité du 3 novembre Plus récemment, la Cour de cassation a même considéré que la fixation unilatérale d objectifs faisait partie du pouvoir de direction de l employeur (cf. Cass. soc. 26 novembre 2008), ce qui n est en fait que le constat de pratiques managériales largement répandues et touchant bien d autres catégories que l encadrement. Pour nous, cette position rompt avec une fiction trop 4

5 longtemps admise par la Cour, celle d une véritable capacité de négociation des objectifs dont disposerait le salarié. Elle ramène la fixation d objectifs à ce qu elle est réellement : une forme particulière de directive. Insuffisance professionnelle OU faute Ces deux sortes de manquement du salarié sont de nature différente. Pour la Cour de cassation, l insuffisance professionnelle ne fait pas partie du domaine disciplinaire (cf. Cass. soc. 5 juin 2001). Cette distinction est importante en pratique : - si l employeur a fondé le licenciement sur une insuffisance professionnelle ayant entraîné des résultats insuffisants, il ne pourra au cours du procès invoquer des fautes du salarié qui n auraient pas été explicitement mentionnées dans la lettre de licenciement (cf. l arrêt du 5 juin 2001) ; - si l employeur présente comme des fautes (voire des fautes graves) des actes du salarié que le juge va analyser comme «relevant non d une mauvaise volonté délibérée mais d une insuffisance professionnelle», le licenciement est privé de cause réelle et sérieuse (cf. Cass. soc. 23 juin 2010). Rappelons enfin que l insuffisance professionnelle, même établie, peut parfois être imputable à l employeur si celui-ci a failli à son obligation de maintient de l employabilité du salarié (article L du Code du travail) ou ignoré les préconisations du médecin du travail (cf. Cass. soc. 19 décembre 2007). 5

6 III. dont l application nécessite une grande vigilance La question serait donc réglée? Hélas, plusieurs arrêts de la Cour de cassation dénotent un sérieux manque de rigueur dans le contrôle de l application de ces principes par les juges du fond. Conseillers prud hommes CGT et défenseurs syndicaux ont donc encore quelques pièges à déjouer pour conforter et tirer toutes les conséquences de la jurisprudence exposée cidessus. La lettre de licenciement L insuffisance de résultats n étant pas un motif de licenciement, on en déduit que la lettre de licenciement (qui «fixe les termes du litige») ne peut se contenter d énoncer ce grief sans préciser quels manquements conduisant à cette insuffisance sont reprochés au salarié. Ce n est malheureusement pas le raisonnement de la Cour qui a énoncé, dans un arrêt du 16 novembre 2004, jamais démenti à ce jour, que «l'insuffisance de résultats alléguée par l'employeur dans la lettre de notification du licenciement constituait un motif précis dont il appartient au juge d'apprécier la réalité et le sérieux.» Cette position incohérente a été largement critiquée par la doctrine. Elle permet à l employeur d invoquer toutes sortes de reproches lors du procès prud homal. De surcroît, elle brouille le message en direction des juges du fond puisqu elle qualifie de «motif précis» ce qui, par ailleurs, «ne peut constituer en soi une cause de licenciement». Cependant, elle n enlève rien aux obligations de l employeur, que juges et défenseurs devront faire respecter. Il est tenu : - de démontrer qu il y a réellement un écart entre des objectifs assignés au salarié et ses résultats ; - d invoquer des manquements précis en relation directe avec l insuffisance de résultats et d en apporter la preuve. Et, même s il y parvient, le juge restera libre d apprécier si ces manquements sont suffisamment sérieux pour justifier le licenciement. Le piège à éviter est que le débat porte sur le caractère sérieux de l insuffisance de résultats. L appréciation des objectifs et du contexte de leur réalisation Pour la Cour de cassation, la non atteinte des objectifs, sans être un motif de licenciement est un «indice» pouvant faire supposer un manquement du salarié. C est sans doute la signification de la formule «ne peut constituer en soi une cause de licenciement». En examinant l activité du salarié (elle seule pouvant donner lieu à des griefs justifiant sanction ou licenciement), le juge va aussi se préoccuper de la nature des objectifs (sont-ils «réalistes»? diffèrent-ils de ceux qui étaient précédemment remplis par le salarié?) et du contexte dans lequel le salarié était censé les réaliser (état du marché, modification 6

7 importante de l organisation de l entreprise, etc.). Cette préoccupation est exigée par la jurisprudence (cf. l arrêt du 14 novembre 2000 : «il lui appartenait d'apprécier, d'une part, si les objectifs ( ) étaient réalistes, d'autre part, si la salariée était en faute de ne pas les avoir atteints»). Elle est aussi logique : en fonction de ces éléments, un même acte du salarié pourra être considéré ou non comme un manquement et, si manquement il y a, jugé plus ou moins sérieux. En revanche, il y a problème si l examen du juge se borne uniquement à la nature de l objectif et au contexte. C est en ce sens que le contrôle de la Cour de cassation se montre parfois défaillant. Ainsi, un arrêt du 2 décembre 2003 énonce : «Attendu que la cour d'appel qui a constaté que les objectifs acceptés par le salarié, qui disposait des moyens nécessaires à leur accomplissement, étaient réalisables et qu'il n'était pas établi que ce secteur d'activité connaissait des difficultés particulières de nature à expliquer les résultats limités de M. X..., a ainsi fait ressortir que la non réalisation des objectifs étaient dus à l'insuffisance professionnelle du salarié.» Or les motifs avancés par la cour d appel, et dont la Cour de cassation semble se satisfaire, n invoquent aucun fait imputable au salarié, tel que la carence de l ingénieur commercial concerné par cette affaire dans le suivi des contrats en cours ou la prospection de nouveaux clients. De plus, la mention de ce que les objectifs ont été «acceptés par le salarié» est pour le moins inopportune au regard de ce qui a été développé ci-dessus. Cependant, de telles décisions restent assez rares et n ont pas fait l objet de publicité, comme la publication au BICC (Bulletin d Information de la Cour de Cassation). Et de nombreuses décisions de conseils de prud hommes ou de cours d appel «jouent le jeu» d une motivation centrée sur l activité du salarié. Notre attitude doit donc être la vigilance dans le respect d une jurisprudence de principe qui n a pas été démentie depuis dix ans et qui correspond bien à la tendance générale de la Cour de cassation qui est de fonder les décisions sur des éléments objectifs, tirés de l activité concrète du travailleur. Un exemple d examen attentif par une cour d appel : «Attendu qu'il doit être constaté que les griefs énoncés par l'employeur dans la lettre de licenciement comme constitutifs de l'insuffisance de résultats reprochée au salarié n'apparaissent pas sérieusement contestés et notamment le fait que la prospection des clients n'était faite que par téléphone, uniquement à partir du fichier fourni par la société, sans que les visites nécessaires aient été réalisées et notamment l'obligation de visiter 10 clients par jour, ainsi que cela lui avait été spécifiquement demandé ; qu'un tel nombre de visites par jour n'apparaît pas excessif étant précisé qu'il importe peu que le fichier client ait pu comporter certaines inexactitudes ; qu'en effet, aucun élément ne permet de constater que M.X aurait procédé à des démarches et à une prospection de clients nouveaux en dehors de ceux déjà figurant dans les fichiers de la société, ce qui apparaît relever manifestement d'une absence totale d'initiative de sa part alors qu'il avait pour ce faire toute latitude et que, contrairement à ce qu'il soutient, il avait bien à sa disposition les moyens normaux d'exercer son activité, tels que : téléphone, véhicule et essence correspondante, sans que la preuve soit rapportée de ce que lesdits moyens auraient été inférieurs à ceux attribués aux autres commerciaux. Qu'il a été assuré à M.X après sa réintégration, une formation de remise à niveau sur les nouveaux produits de financement et conditions financières particulières, par la DIAC, service de crédit de Renault ainsi qu'en atteste régulièrement son directeur régional. Qu'ainsi il résulte de l'analyse qui précède que M. X en s'abstenant notamment de se conformer aux directives de son employeur afférentes à la prospection, a eu un comportement professionnel fautif ou constitutif d'une insuffisance professionnelle légitimant son licenciement pour cause réelle et sérieuse ainsi que retenu à bon droit par les premiers juges dont la décision doit en conséquence être confirmée.» (Cour d appel de Toulouse, 4 juillet 2001) 7

8 Annexe 1 : résumés et références des arrêts cités dans cette fiche Le texte intégral de ces arrêts, parfois nécessaire pour en comprendre la portée exacte, peut être consulté sur Légifrance ( Cass. soc. 10 mars 1988, n Licenciement justifié pour insuffisance de résultat car «le contrat conclu entre la société Docteur Faust et M. X stipulait que celui-ci devait respecter les quotas de vente fixés, sans prévoir que la détermination de ces quotas était subordonnée à l'accord du représentant.» Cass. soc. 13 décembre 1995, n «Attendu que la cour d'appel a relevé que le salarié avait signé un contrat prévoyant un objectif de 200 implants et que cet objectif était réalisable ; qu'en l'état de ces constatations, elle a décidé, sans encourir les griefs du moyen, dans l'exercice des pouvoirs qu'elle tient de l'article L du Code du travail, que le licenciement du salarié procédait d'une cause réelle et sérieuse.» Cass. soc. 3 février 1999, n «Mais attendu que l'insuffisance des résultats au regard des objectifs fixés ne constitue pas une cause de rupture privant le juge de son pouvoir d'appréciation de l'existence d'une cause réelle et sérieuse de licenciement.» Cass. soc. 18 avril 2000, n Une cour d'appel ne peut valider un licenciement «alors qu'elle a constaté que, d'une part, la fixation des objectifs devait résulter d'un accord des parties et que, d'autre part, les objectifs avaient été fixés unilatéralement par l'employeur, ce dont il résultait que l'absence de leur réalisation, reprochée au salarié, ne constituait pas un motif de licenciement.» Cass. soc. 14 novembre 2000, n «En statuant comme elle l'a fait, alors qu'il lui appartenait d'apprécier, d'une part, si les objectifs, fussent-ils définis au contrat, étaient réalistes, d'autre part, si la salariée était en faute de ne pas les avoir atteints, la cour d'appel, qui a méconnu ses pouvoirs, a violé le texte susvisé.» Cass. soc. 5 juin 2001, n «Attendu cependant que le licenciement, ayant pour motif l insuffisance professionnelle du salarié, ne présente pas une nature disciplinaire ; qu en statuant comme elle l a fait la cour d appel qui ne pouvait prendre en considération des fautes professionnelles qui n étaient pas invoquées dans la lettre de licenciement a violé le texte susvisé.» Cass. soc. 22 janvier 2003, n «Attendu, cependant que l insuffisance de résultats ne peut constituer en soi une cause de licenciement ; qu en statuant comme elle l a fait, sans rechercher si la baisse des résultats de M. X... sur son secteur procédait soit d une insuffisance professionnelle, soit d une faute imputable au salarié, la cour d appel n a pas donné de base légale à sa décision.» Cass. soc. 2 décembre 2003, n «Attendu que la cour d'appel qui a constaté que les objectifs acceptés par le salarié, qui disposait des moyens nécessaires à leur accomplissement, étaient réalisables et qu'il n'était pas établi que ce secteur d'activité connaissait des difficultés particulières de nature à expliquer les résultats limités 8

9 de M. X..., a ainsi fait ressortir que la non réalisation des objectifs étaient dus à l'insuffisance professionnelle du salarié.» Cass. soc.3 novembre 2004, n La cour d appel qui «a constaté, appréciant les éléments de preuve qui lui étaient soumis, que l insuffisance des résultats ne procédait ni d une insuffisance professionnelle ni d une carence fautive du salarié, a décidé, dans l exercice du pouvoir d appréciation qu elle tient de l article L du Code du travail, que le licenciement était dépourvu d une cause réelle et sérieuse.» Cass. soc. 16 novembre 2004, n «Qu'en statuant ainsi, alors que l'insuffisance de résultats alléguée par l'employeur dans la lettre de notification du licenciement constituait un motif précis dont il lui appartient d'apprécier la réalité et le sérieux, la cour d'appel a violé le texte susvisé.» Cass. soc.19 décembre 2007, n «Attendu que la cour d appel, après avoir relevé que les réserves du médecin du travail étaient de nature à expliquer l insuffisance de résultats reprochée au salarié, a constaté que l employeur, qui ne pouvait ignorer les difficultés qu il rencontrait, n avait pas cherché à lui fournir un poste compatible avec les recommandations de ce médecin ( ) en a exactement déduit que la sanction injustifiée prise à son encontre devait être annulée et que l employeur avait commis une faute entraînant pour le salarié un préjudice dont elle a souverainement apprécié l étendue.» Cass. soc. 26 novembre 2008, n «Attendu, d abord, qu ayant exactement retenu que les objectifs peuvent être définis unilatéralement par l employeur dans le cadre de son pouvoir de direction, la cour d appel a par là même rejeté la thèse du salarié selon laquelle ceux-ci ne pouvaient être arrêtés que d un commun accord ; Et attendu, ensuite, que si l insuffisance de résultats, qui constitue un motif matériellement vérifiable, ne peut constituer, en soi, une cause de licenciement, il appartient au juge de rechercher si les mauvais résultats procèdent d une insuffisance professionnelle ou d une faute imputable au salarié ; que la cour d appel, qui a retenu que l insuffisance de résultats procédait du fait non fautif de l inefficacité commerciale du salarié a [pu décider] que le licenciement était fondé sur une cause réelle et sérieuse.» Cass. soc. 5 mai 2010, n «Attendu que la cour d appel, analysant la lettre de licenciement, a retenu, sans méconnaître les termes du litige, que l insuffisance de résultats invoquée résultait du comportement du salarié ; qu ayant constaté que ce comportement avait déjà été sanctionné par des mesures de mise à pied notifiées les 29 novembre et 20 décembre 2004, elle a pu déduire de ces seuls motifs qu elles sanctionnaient des agissements du salarié considérés comme fautifs par l employeur et que les mêmes faits, dont la poursuite postérieurement aux sanctions déjà prononcées n était pas invoquée, ne pouvaient justifier le licenciement.» Cass. soc. 23 juin 2010, n «Attendu que la cour d appel qui a constaté que les retards dans les travaux comptables, la reddition tardive des comptes, le défaut d ajustement de l état de rapprochement bancaire, l absence de justification des comptes de bilan, des déclarations de TVA non maîtrisées, le défaut de prise en compte de décisions prises par la commission financière reprochés au salarié relevaient non d une mauvaise volonté délibérée mais d une insuffisance professionnelle, ce dont il résultait qu il n était caractérisé aucune faute à la charge du salarié, a décidé à bon droit que le licenciement, prononcé pour faute grave, était sans cause réelle et sérieuse.» 9

10 Annexe 2 : pour en savoir plus On pourra consulter trois textes de doctrine pour approfondir le sujet traité ici. Stéphane Brissy (recueil Dalloz, 2006, n 10) «L insuffisance des résultats du salarié au regard de la cause réelle et sérieuse du licenciement.» Ce texte très accessible, écrit par l auteur d une thèse consacrée à «L obligation de résultat dans le contrat de travail», expose clairement le lien entre ces questions et les fondements de la relation salariée, ainsi que les apports et les insuffisances de la jurisprudence de la Cour de cassation. Philippe Waquet (colloque Liaisons Sociales, «Vers un nouveau droit du travail», 16 novembre 2000) «Réflexions sur les clauses d'objectifs, les contrats de missions et l'obligation de résultats du salarié.» C est le point de vue de celui qui était le conseiller doyen de la chambre sociale de la Cour de cassation au moment où elle a construit sa jurisprudence de principe. Alain Chirez (Droit Ouvrier, novembre 2006) «Insuffisances, erreurs et fautes du salarié» Cet article traite des relations entre insuffisance professionnelle et comportement fautif et de la notion «d erreur» qui peut être ou non fautive. 10

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 REPUBLIQUE FRANCAISE 1 COUR NATIONALE DE LA TARIFICATION SANITAIRE ET SOCIALE Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 Président : M. DURAND-VIEL Rapporteur : Mme WOLF Commissaire du gouvernement : Mme PICARD

Plus en détail

Droit social R È G L E M E N T A T I O N. Fraude au détachement de travailleurs et travail illégal Décret du 30 mars 2015

Droit social R È G L E M E N T A T I O N. Fraude au détachement de travailleurs et travail illégal Décret du 30 mars 2015 Lettre d information 19 Droit social R È G L E M E N T A T I O N Fraude au détachement de travailleurs et travail illégal Décret du 30 mars 2015 ~ Portage salarial Ordonnance du 2 avril 2015 ~ Convention

Plus en détail

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL FIL D ACTUALITE MAI 2015 PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL Rupture conventionnelle : de nouvelles précisions Dans deux arrêts du 25 mars 2015, la Cour de cassation considère d une part

Plus en détail

L EVALUATION PROFESSIONNELLE

L EVALUATION PROFESSIONNELLE INFODROIT- 22 mars 2011 L EVALUATION PROFESSIONNELLE Dossier préparé et présenté par Lamiel TURLOT, juriste à l UD CFDT Paris SOMMAIRE L évaluation professionnelle, une obligation pour l employeur?...3

Plus en détail

Jurisprudence. République française. Au nom du peuple français LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l'arrêt suivant :

Jurisprudence. République française. Au nom du peuple français LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE SOCIALE, a rendu l'arrêt suivant : Jurisprudence Cour de cassation Chambre sociale 17 février 2010 n 08-45.298 Sommaire : Le contrat de travail comporte pour l'employeur l'obligation de fournir du travail au salarié. Viole les articles

Plus en détail

Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287

Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287 Jurisprudence Cour de cassation Chambre commerciale 30 mars 2010 n 09-14.287 Sommaire : Texte intégral : Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287 République française

Plus en détail

A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement

A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement A Nancy 14 novembre 2012 n 12/00388, Ch. soc., M. c/ Sté Lorraine Environnement (Extraits) Sur le licenciement : Attendu que la lettre de licenciement, qui fixe les limites du litige, doit être suffisamment

Plus en détail

4ème chambre sociale, 23 février 2011 RG 10/04179

4ème chambre sociale, 23 février 2011 RG 10/04179 ASTREINTE Heures de présence au sein de l établissement 4ème chambre sociale, 23 février 2011 RG 10/04179 Les heures de présence effectuées au sein de l établissement, dans une chambre mise à la disposition

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Le : 23/08/2011 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 12 juillet 2011 N de pourvoi: 10-16911 Publié au bulletin M. Petit (conseiller doyen faisant fonction de président), président

Plus en détail

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Meier-Bourdeau et Lécuyer, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Meier-Bourdeau et Lécuyer, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 22/07/2014 Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 20 mai 2014 N de pourvoi: 13-17041 ECLI:FR:CCASS:2014:CO00494 Non publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président SCP

Plus en détail

Cour de cassation. Chambre sociale

Cour de cassation. Chambre sociale Cour de cassation Chambre sociale Audience publique du 31 mars 2015 Pourvoi n 13-25436 Publié au bulletin Cassation partielle Cour de cassation Chambre sociale Audience publique du 31 mars 2015 N de pourvoi:

Plus en détail

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président

M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 16 décembre 2010 N de pourvoi: 10-11628 Non publié au bulletin M. Mazars (conseiller doyen faisant fonction de président), président Cassation partielle

Plus en détail

L employeur peut-il mettre un salarié en congés payés forcés?

L employeur peut-il mettre un salarié en congés payés forcés? L employeur peut-il mettre un salarié en congés payés forcés? Pour éloigner temporairement de l entreprise un salarié surmené, irascible avec ses collègues, certains employeurs trouvent comme solution

Plus en détail

Droit du travail - Jurisprudence. Inaptitude médicale résultant de faits de harcèlement moral

Droit du travail - Jurisprudence. Inaptitude médicale résultant de faits de harcèlement moral Inaptitude médicale résultant de faits de harcèlement moral Cour de cassation - chambre sociale Audience publique du 14 septembre 2010 N de pourvoi: 09-66762 Cassation partielle sans renvoi Dans un arrêt

Plus en détail

REPUBL QUE FRANCA SE

REPUBL QUE FRANCA SE CIV.1 A.M COUR DE CASSATION Audience publique du 28 mai 2009 Cassation partielle sans renvoi M. BARGUE, président Pourvoi n S 08-15.802 Arrêt n 608 F-P+B REPUBL QUE FRANCA SE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Plus en détail

Conclusions de Madame l avocat général Gervaise TAFFALEAU -------------------

Conclusions de Madame l avocat général Gervaise TAFFALEAU ------------------- 1 DEMANDE D AVIS N 1200014 (Art. L. 441-1 du code de l'organisation judiciaire) (Art. 1031-1 à 1031-7 du code de procédure civile) (Art. 706-64 et suiv. du code de procédure pénale) CONSEIL DE PRUD'HOMMES

Plus en détail

M. Petit (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Petit (conseiller doyen faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 4 février 2014 N de pourvoi: 13-10630 ECLI:FR:CCASS:2014:CO00153 Publié au bulletin M. Petit (conseiller doyen faisant fonction de président),

Plus en détail

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois

A LA UNE. L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois NEWSLETTER SOCIALE M A I 2 0 1 5 A LA UNE L indemnisation due en cas de licenciement nul pour violation du statut protecteur est plafonnée à trente mois La loi du 2 août 2005 a porté la durée des mandats

Plus en détail

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s)

M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen et Thiriez, SCP Masse-Dessen, Thouvenin et Coudray, avocat(s) Références Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mercredi 9 juillet 2014 N de pourvoi: 13-17470 Publié au bulletin Cassation partielle M. Lacabarats (président), président SCP Lyon-Caen

Plus en détail

inaptitude quelles sont les obligations?

inaptitude quelles sont les obligations? inaptitude quelles sont les obligations? L inaptitude d un salarié est lourde de conséquences, et impose à l employeur d être très vigilant, qu elle soit ou non d origine professionnelle. La procédure

Plus en détail

Juin. Modernisation du Marché du Travail

Juin. Modernisation du Marché du Travail Juin Modernisation du Marché du Travail 2008 les fiches argumentaires du medef Les dispositions de l accord national interprofessionnel du 11 janvier 2008, dont la mise en œuvre requiert un support législatif,

Plus en détail

La délégation de pouvoirs

La délégation de pouvoirs La délégation de pouvoirs DELEGATIONS DE POUVOIR Secteur Pharmaceutique Paris, 27 septembre 2006 Introduction: définition, contexte et rappel des principes généraux Délégation de pouvoirs et notions voisines

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

COUR DE CASSATION R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E. Audience publique du 21 septembre 2011 Rejet M. LACABARATS, président. Arrêt n o 1054 FS-P+B

COUR DE CASSATION R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E. Audience publique du 21 septembre 2011 Rejet M. LACABARATS, président. Arrêt n o 1054 FS-P+B CIV.3 FB COUR DE CASSATION Audience publique du 21 septembre 2011 Rejet M. LACABARATS, président Pourvoi n o M 10-21.900 Arrêt n o FS-P+B R E P U B L I Q U E F R A N C A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Plus en détail

(Confédération générale du travail Force ouvrière et autre)

(Confédération générale du travail Force ouvrière et autre) Décision n 2014-388 QPC du 11 avril 2014 (Confédération générale du travail Force ouvrière et autre) Le Conseil constitutionnel a été saisi le 6 février 2014 par le Conseil d État (décision n 371062 du

Plus en détail

ALCOOL AU TRAVAIL. Sources :

ALCOOL AU TRAVAIL. Sources : 1 ALCOOL AU TRAVAIL Sources : http://www.service-public.fr/actualites/003191.html?xtor=epr-140 http://vosdroits.service-public.fr/particuliers/f32177.xhtml L'employeur peut autoriser ses salariés à boire

Plus en détail

LA DEONTOLOGIE FRANCAISE DU CONFLIT D INTERET

LA DEONTOLOGIE FRANCAISE DU CONFLIT D INTERET LA DEONTOLOGIE FRANCAISE DU CONFLIT D INTERET Le respect de la règle du conflit d intérêts est un des principes essentiels de la déontologie de l avocat français. 1. La règle Elle est énoncée par l article

Plus en détail

Editorial Elus de CE, délégués du personnel, membres

Editorial Elus de CE, délégués du personnel, membres Sommaire Le droit à formation 1 - Droit à la formation 2 des représentants du personnel Des élus titulaires du CE................................ 2 Des membres du CHSCT............................... 2

Plus en détail

Cet accord est la première illustration de l application de la loi du 31 janvier 2007 de modernisation du dialogue social.

Cet accord est la première illustration de l application de la loi du 31 janvier 2007 de modernisation du dialogue social. Ministère du travail, des relations sociales, de la famille, de la solidarité et de la ville Direction générale du travail Sous-direction des relations individuelles du travail Bureau des relations individuelles

Plus en détail

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003)

Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Loi du 20 décembre 2002 portant protection des conseillers en prévention (MB 20.1.2003) Article 1 er.- La présente loi règle une matière visée à l'article 78 de la Constitution. Chapitre I er.- Champ d'application,

Plus en détail

- 29 - TABLEAU COMPARATIF

- 29 - TABLEAU COMPARATIF - 29 - TABLEAU COMPARATIF Projet de loi portant modernisation du marché du travail Article 1 er I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : 1 Le premier alinéa est ainsi rédigé : «Le

Plus en détail

Le licenciement économique

Le licenciement économique Le licenciement économique Définition. Le licenciement économique est un licenciement d un ou plusieurs salariés en raison des difficultés économiques que connaît une entreprise. Selon les dispositions

Plus en détail

Extension de l accord du 24 juin 2010 relatif à l activité de portage salarial

Extension de l accord du 24 juin 2010 relatif à l activité de portage salarial CIRCULAIRE N 2013-15 DU 18 JUILLET 2013 Direction des Affaires Juridiques INSV0014-ACE Titre Portage salarial Objet Extension de l accord du 24 juin 2010 relatif à l activité de portage salarial Unédic

Plus en détail

http://www.legifrance.gouv.fr/affichjurijudi.do?idtexte=juritext000023803694...

http://www.legifrance.gouv.fr/affichjurijudi.do?idtexte=juritext000023803694... Page 1 sur 5 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du jeudi 31 mars 2011 N de pourvoi: 09-69963 Publié au bulletin M. Charruault, président Mme Richard, conseiller rapporteur Mme Falletti,

Plus en détail

La délégation de pouvoirs

La délégation de pouvoirs La délégation de pouvoirs, est un acte juridique par lequel une personne/autorité (le délégant) se dessaisit d'une fraction des pouvoirs qui lui sont conférés et les transfère à une personne/autorité subordonnée

Plus en détail

B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11]

B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11] B.O.I. N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 [BOI 7I-1-11] Références du document 7I-1-11 Date du document 06/10/11 BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS 7 I-1-11 N 71 DU 6 OCTOBRE 2011 INSTRUCTION DU 27 SEPTEMBRE 2011 COUR DE

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 13 juin 2013 N de pourvoi: 12-10260 ECLI:FR:CCASS:2013:C200963 Non publié au bulletin Cassation M. Bizot (conseiller doyen faisant fonction de président),

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89

Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89 Paris, le 12 janvier 2012 Décision du Défenseur des droits n MLD-2011-89 Vu l article 71-1 de la Constitution du 4 octobre 1958 ; Vu la loi organique n 2011-333 du 29 mars 2011 relative au Défenseur des

Plus en détail

CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 374699 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS DE SANTÉ A DOMICILE et autre

CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 374699 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS DE SANTÉ A DOMICILE et autre CONSEIL D'ETAT statuant au contentieux N 374699 UNION NATIONALE DES ASSOCIATIONS DE SANTÉ A DOMICILE et autre RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Ordonnance du 14 février 2014 LE JUGE DES RÉFÉRÉS

Plus en détail

M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre sociale Audience publique du 30 mai 2012 N de pourvoi: 11-12274 Non publié au bulletin Rejet M. Gosselin (conseiller le plus ancien faisant fonction de président), président SCP

Plus en détail

FICHE OBLIGATIONS LEGALES

FICHE OBLIGATIONS LEGALES FICHE OBLIGATIONS LEGALES L article 99 de la loi n 2010-1330 du 9 novembre 2 010 portant réforme des retraites a instauré, à compter du 1 er janvier 2012, pour les entreprises dont l effectif est au moins

Plus en détail

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié :

PROJET DE LOI ------ Article 1 er. I. - L article L. 1221-2 du code du travail est ainsi modifié : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, des relations sociales, de la famille et de la solidarité NOR : MTSX0805954L/Bleue-1 PROJET DE LOI portant modernisation du marché du travail ------ Article 1

Plus en détail

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Question 1 : «En France, la rédaction d un rapport sur la responsabilité sociale et environnementale

Plus en détail

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT. QUORUM: Professeur Yadh BEN ACHOUR Président

TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT. QUORUM: Professeur Yadh BEN ACHOUR Président TRIBUNAL ADMINISTRATIF DE LA BANQUE AFRICAINE DE DÉVELOPPEMENT QUORUM: Professeur Yadh BEN ACHOUR Président Juge Salihu Modibo Alfa BELGORE Vice-président Juge Anne L. MACTAVISH Membre Juge Benjamin Joses

Plus en détail

Cour de cassation de Belgique

Cour de cassation de Belgique 21 MAI 2010 C.09.0340.F/1 Cour de cassation de Belgique Arrêt N C.09.0340.F C. A., demandeur en cassation, représenté par Maître Pierre Van Ommeslaghe, avocat à la Cour de cassation, dont le cabinet est

Plus en détail

COUR DU TRAVAIL DE LIEGE Section de Liège. ARRÊT Audience publique du 17 décembre 2008 AH/SC

COUR DU TRAVAIL DE LIEGE Section de Liège. ARRÊT Audience publique du 17 décembre 2008 AH/SC N D'ORDRE Rép. :2063 * AIDE SOCIALE AIDE FINANCIÈRE DEMANDEE POUR ACQUERIR UN MATÉRIEL INFORMATIQUE ET UNE LIAISON INTERNET NOTION DE DIGNITE HUMAINE NOTION D ETAT DE BESOIN - AH/SC COUR DU TRAVAIL DE

Plus en détail

Veille législative et règlementaire

Veille législative et règlementaire Veille législative et règlementaire Veille juridique mars 2015 Élus locaux : statut protecteur pour ceux qui conservent une activité professionnelle La loi du 31 mars 2015, visant à faciliter l exercice,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 16 octobre 2012 N de pourvoi: 11-19981 Publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président Me Jacoupy, SCP Richard, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

Me Balat, SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Boulloche, SCP Odent et Poulet, SCP Ortscheidt, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s)

Me Balat, SCP Boré et Salve de Bruneton, SCP Boulloche, SCP Odent et Poulet, SCP Ortscheidt, SCP Rocheteau et Uzan-Sarano, avocat(s) Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 22 novembre 2012 N de pourvoi: 11-19523 11-19806 Non publié au bulletin Cassation Mme Flise (président), président Me Balat, SCP Boré et Salve de

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES REGLEMENTANT LE PRET DE MAIN- D ŒUVRE ENTRE ENTREPRISES

CONDITIONS GENERALES REGLEMENTANT LE PRET DE MAIN- D ŒUVRE ENTRE ENTREPRISES CONDITIONS GENERALES REGLEMENTANT LE PRET DE MAIN- D ŒUVRE ENTRE ENTREPRISES Le prêt de main d œuvre est pratiqué de longue date dans le secteur du Bâtiment. Il consiste, de la part d un entrepreneur,

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, PREMIÈRE CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Le : 18/01/2011 Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 6 janvier 2011 N de pourvoi: 09-70651 Publié au bulletin Cassation partielle M. Charruault (président), président SCP Vincent et

Plus en détail

comparante par Maître MILLIARD, avocat au barreau de NOUMÉA,

comparante par Maître MILLIARD, avocat au barreau de NOUMÉA, TRIBUNAL DU TRAVAIL DE NOUMÉA N 06/00232 Président : M. THIBAULT RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS Greffier : Brigitte LAPORTE Jugement du 20 Avril 2007 PARTIES EN CAUSE : DEMANDERESSE : -

Plus en détail

L actualité de la jurisprudence de droit public et privé

L actualité de la jurisprudence de droit public et privé Fédération de la Santé et de l Action Sociale L actualité de la jurisprudence de droit public et privé Avril 2014 La Fédération CGT Santé Action Sociale met à votre disposition une sélection non exhaustive

Plus en détail

RAPPEL DE COURS. L embauche. I. Le placement. II. Les filières de recrutement. 1. Le service public de l emploi CHAPITRE

RAPPEL DE COURS. L embauche. I. Le placement. II. Les filières de recrutement. 1. Le service public de l emploi CHAPITRE 1 CHAPITRE I. Le placement RAPPEL DE COURS L activité de placement consiste à fournir à titre habituel des services visant à rapprocher offres et demandes d emploi sans que la personne assurant cette activité

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, FINANCIERE ET ECONOMIQUE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, FINANCIERE ET ECONOMIQUE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 26 mai 1999 N de pourvoi: 96-20299 Non publié au bulletin Rejet Président : M. BEZARD, président AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS REPUBLIQUE FRANCAISE

Plus en détail

SESSION 2012 UE 3 DROIT SOCIAL. Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1

SESSION 2012 UE 3 DROIT SOCIAL. Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1 1210003 DCG SESSION 2012 UE 3 DROIT SOCIAL Durée de l épreuve : 3 heures - coefficient : 1 Aucun document personnel, ni aucun matériel ne sont autorisés. En conséquence, tout usage d une calculatrice ou

Plus en détail

Conclusions de Madame l'avocat général Béatrice De Beaupuis -------------------

Conclusions de Madame l'avocat général Béatrice De Beaupuis ------------------- 1 DEMANDE D AVIS N G 13-70.002 (Art. L. 441-1 du code de l'organisation judiciaire) (Art. 1031-1 à 1031-7 du code de procédure civile) (Art. 706-64 et suiv. du code de procédure pénale) TRIBUNAL DES AFFAIRES

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E SOC. CB COUR DE CASSATION Audience publique du 20 mai 2014 Rejet M. BAILLY, conseiller doyen faisant fonction de président Pourvoi n o J 12-26.322 Arrêt n o FS-P+B+R R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision de recommandations - article 25 de la loi organique Domaine(s) de compétence de l Institution : Défense des droits

Plus en détail

LE CONTRAT DE TRAVAIL :

LE CONTRAT DE TRAVAIL : LE CONTRAT DE TRAVAIL : 6 LIEN DE SUBORDINATION Comment distingue-t-on le travail subordonné du travail indépendant? Quelles sont les finalités du droit du travail? Quelles sont les formes du contrat de

Plus en détail

Obs. : Automaticité de la pénalité de l article L. 211-13 C. ass. : la victime n a aucune demande à formuler

Obs. : Automaticité de la pénalité de l article L. 211-13 C. ass. : la victime n a aucune demande à formuler Cass. crim., 18 mars 2014, n 12-83.274 Assurance automobile Offre d indemnité Pénalité en cas d offre tardive et insuffisante Doublement du taux de l intérêt légal Absence de demande d indemnisation de

Plus en détail

Sur le recours du MINISTRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA REFORME DE L'ETAT :

Sur le recours du MINISTRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION PUBLIQUE ET DE LA REFORME DE L'ETAT : CAA Versailles 1 er février 2011 N 09VE02141 Min. du budget c/ SA Acergy France Considérant que la SA Acergy France, anciennement dénommée Stolt Offshore, exerce une activité de travaux maritimes pétroliers

Plus en détail

Titre. Attestation relative au portage salarial. Objet CIRCULAIRE N 2011-33 DU 7 NOVEMBRE 2011. Direction des Affaires Juridiques INST0026-ACE/JBB

Titre. Attestation relative au portage salarial. Objet CIRCULAIRE N 2011-33 DU 7 NOVEMBRE 2011. Direction des Affaires Juridiques INST0026-ACE/JBB CIRCULAIRE N 2011-33 DU 7 NOVEMBRE 2011 Direction des Affaires Juridiques INST0026-ACE/JBB Titre Attestation relative au portage salarial Objet Transmission de l attestation relative au portage salarial

Plus en détail

Président : M. Blin, conseiller le plus ancien faisant fonction., président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Président : M. Blin, conseiller le plus ancien faisant fonction., président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 22/11/2011 Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 10 avril 1997 N de pourvoi: 96-83152 Publié au bulletin Rejet Président : M. Blin, conseiller le plus ancien faisant fonction.,

Plus en détail

ACCORD DU 24 JUIN 2010

ACCORD DU 24 JUIN 2010 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA FONCTION PUBLIQUE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord professionnel MODERNISATION DU MARCHÉ DU TRAVAIL (Portage salarial) ACCORD DU 24 JUIN 2010 RELATIF AU PORTAGE

Plus en détail

composition du bureau de Jugement lors des débats et du délibéré : Monsieur Jean-Luc MARTINEZ, Président Conseiller (S)

composition du bureau de Jugement lors des débats et du délibéré : Monsieur Jean-Luc MARTINEZ, Président Conseiller (S) CONSEIL DE PRUD'HOMMES de VICHY RÉPUBLIQUE FRANÇAISE au nom du peuple français Section COMMERCE JUGEMENT 18/12/2014 MINUTE n : composition du bureau de Jugement lors des débats et du délibéré : Monsieur

Plus en détail

Renonciation réciproque à recours au bail et assurances

Renonciation réciproque à recours au bail et assurances Renonciation réciproque à recours au bail et assurances Préambule Les dispositions juridiques édictées par le Code Civil en matière de contrats de location (ou de dépôt) sont supplétives de la volonté

Plus en détail

dans la poursuite pénale dirigée contre

dans la poursuite pénale dirigée contre N 14 / 2014 pénal. du 13.3.2014. Not. 30673/10/CD Numéro 3284 du registre. La Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg, formée conformément à la loi du 7 mars 1980 sur l'organisation judiciaire,

Plus en détail

La clause pénale en droit tunisien 1

La clause pénale en droit tunisien 1 La clause pénale en droit tunisien 1 Frej LOKSAIER Maître-assistant à la Faculté de Droit de Sousse La clause pénale est considérée en droit tunisien comme étant une convention accessoire par laquelle

Plus en détail

JOURNEE DE SOLIDARITE CONDITIONS DE MISE EN PLACE

JOURNEE DE SOLIDARITE CONDITIONS DE MISE EN PLACE SOCIAL N 33 SOCIAL N 18 En ligne sur le site www.fntp.fr / le 22 février 2005 ISSN 1769-4000 JOURNEE DE SOLIDARITE CONDITIONS DE MISE EN PLACE Les conditions de mise en place de la journée de solidarité

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE RÉPUBLIQUE FRANÇAISE AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS COUR D'APPEL DE PARIS Pôle 6 - Chambre 6 ARRET DU 24 Mars 2010 (n 1, 6 pages) Numéro d'inscription au répertoire général : S 08/08498-AC Décision déférée

Plus en détail

Lettre d Information Juridique CFDT UTI Lille Métropole

Lettre d Information Juridique CFDT UTI Lille Métropole 1 Lettre d Information Juridique / Mai 2015 Lettre d Information Juridique CFDT UTI Lille Métropole N 56 mai 2015 Faute grave non reconnue Lorsqu un salarié est licencié pour faute grave, il ne peut prétendre

Plus en détail

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 16 janvier 2014 Cassation Mme FLISE, président. Arrêt n o 47 F-P+B

COUR DE CASSATION R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E. Audience publique du 16 janvier 2014 Cassation Mme FLISE, président. Arrêt n o 47 F-P+B CIV. 2 CM COUR DE CASSATION Audience publique du 16 janvier 2014 Cassation Mme FLISE, président Pourvoi n o J 13-10.134 Arrêt n o F-P+B R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E AU NOM DU PEUPLE FRANÇAIS LA

Plus en détail

20 SEPTEMBRE. juin 2010

20 SEPTEMBRE. juin 2010 05224 19 20 SEPTEMBRE juin 2010 2014 LEGISLATION Les principaux changements relatifs à l organisation et au fonctionnement des SST Décision de la Direction Générale du Travail 29 avril 2014 Annulation

Plus en détail

Mme Renard-Payen, assistée de Mme Sainsily-Pineau, greffier en chef, conseiller apporteur REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Mme Renard-Payen, assistée de Mme Sainsily-Pineau, greffier en chef, conseiller apporteur REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 18/07/2012 Cour de cassation Assemblée plénière Audience publique du 2 mars 2007 N de pourvoi: 06-15267 Publié au bulletin Cassation M. Canivet (premier président), président Mme Renard-Payen, assistée

Plus en détail

DOCUMENTS REMIS A TITRE UNIQUEMENT INDICATIF L ENTREPRISE EST INVITEE A SE RAPPROCHER DE SES CONSEILS

DOCUMENTS REMIS A TITRE UNIQUEMENT INDICATIF L ENTREPRISE EST INVITEE A SE RAPPROCHER DE SES CONSEILS MISE EN PLACE D UN REGIME COLLECTIF DE PREVOYANCE ET/OU DE SANTE COMPLEMENTAIRE PAR DECISION UNILATERALE RAPPEL : COMMENT METTRE EN PLACE UN REGIME COLLECTIF EN ENTREPRISE AU PROFIT DES SALARIES? Les modalités

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 Montreuil, le 16/10/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 OBJET : Loi n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Le pôle Assurances du cabinet Lefèvre Pelletier & associés vous souhaite une très bonne année 2009 ainsi qu une agréable lecture de cette troisième Newsletter. Assurances Assurance en général Assurance

Plus en détail

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE

CHAPITRE I ER NÉGOCIATION DE BRANCHE MINISTÈRE DU TRAVAIL, DE L EMPLOI, DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE ET DU DIALOGUE SOCIAL CONVENTIONS COLLECTIVES Convention collective IDCC : 1468. CRÉDIT MUTUEL (29 juin 1987) AVENANT DU 24 SEPTEMBRE

Plus en détail

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 27 SEPTEMBRE 2011 7 I-1-11

DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 27 SEPTEMBRE 2011 7 I-1-11 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES INSTRUCTION DU 27 SEPTEMBRE 2011 7 I-1-11 COUR DE CASSATION CHAMBRE COMMERCIALE, FINANCIERE ET ECONOMIQUE ARRETS DU 31 JANVIER 2006 (n 150 FS-P+B ; Bull. Civ.

Plus en détail

GMS-Santé 2008 La Responsabilité du médecin du travail

GMS-Santé 2008 La Responsabilité du médecin du travail 1 La responsabilité du médecin du travail Les conséquences juridiques d un statut particulier 2 Intervenante Jocelyne CAYRON Docteur en Droit Maitre de Conférence en Droit Privé Responsable de Master Professionnel

Plus en détail

SCP Thouin-Palat et Boucard, SCP Tiffreau, Corlay et Marlange, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Thouin-Palat et Boucard, SCP Tiffreau, Corlay et Marlange, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 3 avril 2012 N de pourvoi: 11-11161 Non publié au bulletin Rejet Mme Favre (président), président SCP Thouin-Palat et Boucard, SCP Tiffreau, Corlay

Plus en détail

SCP Coutard et Munier-Apaire, SCP Peignot, Garreau et Bauer-Violas, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE

SCP Coutard et Munier-Apaire, SCP Peignot, Garreau et Bauer-Violas, SCP Potier de La Varde et Buk-Lament, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 12 juillet 2012 N de pourvoi: 11-24804 Non publié au bulletin Rejet M. Charruault (président), président SCP Coutard et Munier-Apaire, SCP Peignot,

Plus en détail

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Nicolaý, de Lanouvelle et Hannotin, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre civile 1 Audience publique du 26 novembre 2014 N de pourvoi: 13-16378 ECLI:FR:CCASS:2014:C101416 Non publié au bulletin Rejet Mme Batut (président), président SCP Célice, Blancpain

Plus en détail

Accord relatif à l activité de portage salarial

Accord relatif à l activité de portage salarial Accord relatif à l activité de portage salarial Préambule Le présent accord a pour finalité d organiser l activité de portage salarial. Les personnes portées sont titulaires d un contrat de travail conclu

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre sociale Audience publique du mardi 9 novembre 2010 N de pourvoi: 08-40535 Publié au bulletin Rejet Mme Collomp (président), président SCP Lyon-Caen, Fabiani et Thiriez, SCP Masse-Dessen

Plus en détail

actualité sociale : un an de jurisprudence

actualité sociale : un an de jurisprudence actualité sociale : un an de jurisprudence Octobre 2010 2 Actualité Sociale Comme chaque année, l actualité sociale a été riche, particulièrement l actualité jurisprudentielle. La production de la Cour

Plus en détail

Textes. Une fois homologués, ces 2 règlements s appliqueront aux exercices ouverts à compter du 1 er janvier 2015.

Textes. Une fois homologués, ces 2 règlements s appliqueront aux exercices ouverts à compter du 1 er janvier 2015. Textes Les règles comptables applicables au comité d entreprise Règlement ANC 2015-01 du 2 avril 2015 Règlement ANC 2015-02 du 2 avril 2015 Les prescriptions comptables applicables aux comités d entreprise

Plus en détail

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, dix-neuf mai deux mille onze.

Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, dix-neuf mai deux mille onze. N 33 / 11. du 19.5.2011. Numéro 2867 du registre. Audience publique de la Cour de cassation du Grand-Duché de Luxembourg du jeudi, dix-neuf mai deux mille onze. Composition: Marie-Paule ENGEL, présidente

Plus en détail

Lettre d information sur un projet d accord référendaire ayant pour objet la mise en place d un régime de protection sociale complémentaire

Lettre d information sur un projet d accord référendaire ayant pour objet la mise en place d un régime de protection sociale complémentaire DOCUMENT 1 Lettre d information sur un projet d accord référendaire ayant pour objet la mise en place d un régime de protection sociale complémentaire «RAISON SOCIALE EMPLOYEUR» «COORDONNEES DU SALARIE»

Plus en détail

LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE

LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CENTRE DE GESTION DE MAINE ET LOIRE NOTE D INFORMATION MARS 2008 Mise à jour JUIN 2009 (Annule et remplace la précédente) LA FORMATION DES AGENTS DE LA FONCTION PUBLIQUE

Plus en détail

N 46 Septembre 2013 1

N 46 Septembre 2013 1 N 46 Septembre 2013 1 SOMMAIRE A - CONTRAT DE TRAVAIL, ORGANISATION ET EXÉCUTION DU TRAVAIL 3 B - DURÉE DU TRAVAIL ET RÉMUNÉRATIONS 9 C - SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL 12 D - ACCORDS COLLECTIFS ET CONFLITS

Plus en détail

La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité. Marie Pierre ROUSSEAU

La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité. Marie Pierre ROUSSEAU La pertinence du choix français de la question préjudicielle de constitutionnalité Marie Pierre ROUSSEAU Avec l existence du seul contrôle a priori des lois l ordre juridique français n a jusqu à présent

Plus en détail

Il s'agit d'un accident survenu dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice des fonctions (art. 57 2 de la loi n 84-53 du 26 janvier 1984).

Il s'agit d'un accident survenu dans l'exercice ou à l'occasion de l'exercice des fonctions (art. 57 2 de la loi n 84-53 du 26 janvier 1984). Agents CNRACL : Accident de service Maladie professionnelle 85 Bd de la République 17076 La Rochelle cedex 9 Tel. 05.46.27.47.00 Fax. 05.46.27.47.08 Courriel. cdg17@cdg17.fr Note d information du 19 juillet

Plus en détail

RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL

RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL RESPONSABILITE DU DIRIGEANT EN DROIT DU TRAVAIL 02/06/2015 En matière de droit du travail, la responsabilité de l employeur peut être engagée dans de nombreuses situations que nous allons examiner ci-dessous.

Plus en détail

Responsabilité pénale de l association

Responsabilité pénale de l association Responsabilité pénale de l association Infractions limitativement définies : Le code pénal prévoit la responsabilité pénale des personnes morales à raison des infractions réalisées pour leur compte et

Plus en détail

Actualité de la jurisprudence de la chambre sociale de la Cour de cassation (Séance du 18 juin 2010)

Actualité de la jurisprudence de la chambre sociale de la Cour de cassation (Séance du 18 juin 2010) Association française de Droit du travail et de la Sécurité sociale ------------------------------------------- 5, rue du Renard 75004 Paris - fax : 01.42.71.39.27 mail : afdt.asso@gmail.com - http://www.afdt-asso.fr

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, DEUXIÈME CHAMBRE CIVILE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre civile 2 Audience publique du 9 février 2012 N de pourvoi: 11-10091 Non publié au bulletin Rejet M. Loriferne (président), président Me Ricard, SCP Gadiou et Chevallier, avocat(s)

Plus en détail

Conditions pour la location de matériel de chantier (Les présentes conditions ont été élaborées par des délégations de VSBM et SBI/SSE)

Conditions pour la location de matériel de chantier (Les présentes conditions ont été élaborées par des délégations de VSBM et SBI/SSE) Conditions pour la location de matériel de chantier (Les présentes conditions ont été élaborées par des délégations de VSBM et SBI/SSE) 1. Généralités Les conditions énoncées ci-après sont valables pour

Plus en détail

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 3

Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 3 Les Cahiers du Conseil constitutionnel Cahier n 3 Commentaire de la décision n 97-388 DC du 20 mars 1997 Loi créant les plans d'épargne retraite Le Conseil constitutionnel a été saisi par soixante-dix-huit

Plus en détail