NOTE D ORIENTATION DU SECRETAIRE GENERAL. Aide à la consolidation de l état de droit : l approche de l ONU

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "NOTE D ORIENTATION DU SECRETAIRE GENERAL. Aide à la consolidation de l état de droit : l approche de l ONU"

Transcription

1 U N I T E D N A T I O N S N A T I O N S U N I E S NOTE D ORIENTATION DU SECRETAIRE GENERAL Aide à la consolidation de l état de droit : l approche de l ONU (F) Avril 2008

2 U N I T E D N A T I O N S Résumé N A T I O N S U N I E S NOTE D ORIENTATION DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL Aide à la consolidation de l état de droit : l approche de l ONU La présente note expose les principes directeurs et définit le cadre général dans lequel s inscrivent les activités menées par l ONU au niveau national en faveur de l état de droit. Ces principes et ce cadre s appliquent en toutes circonstances, notamment en situation de crise, après une crise, aux fins de la prévention des conflits, en période de conflit ou après un conflit, et dans l optique du développement. Afin de conserver à la démarche de l ONU son caractère intégré et cohérent, la présente note s inspire des normes et directives appliquées par l Organisation; elle décrit en outre les éléments constitutifs fondamentaux sur lesquels doit s appuyer l action menée en faveur de l état de droit. Tel qu on le conçoit dans le système des Nations Unies, l état de droit désigne un principe de gouvernance en vertu duquel l ensemble des individus, des institutions et des entités publiques et privées, y compris l État lui-même, ont à répondre de l observation de lois promulguées publiquement, appliquées de façon identique pour tous et administrées de manière indépendante, et compatibles avec les règles et normes internationales en matière de droits de l homme. Il implique, d autre part, des mesures propres à assurer le respect des principes de la primauté du droit, de l égalité devant la loi, de la responsabilité au regard de la loi, de l équité dans l application de la loi, de la séparation des pouvoirs, de la participation à la prise de décisions, de la sécurité juridique, du refus de l arbitraire et de la transparence des procédures et des processus législatifs. La justice est un idéal de responsabilité et d équité en ce qui concerne la protection et la revendication des droits, ainsi que la prévention et la punition des violations. Son administration fait appel à des mécanismes tant judiciaires et formels qu informels, coutumiers et traditionnels. Sur ces bases, divers termes sont utilisés pour décrire les différentes approches et activités qui renforcent l état de droit, comme la réforme du secteur de la sécurité, l administration de la justice, la protection, la lutte contre l impunité. A. Principes directeurs 1. Fonder l assistance prêtée sur les normes et règles internationales. 2. Tenir compte du contexte politique. 3. Fonder l assistance sur la situation spécifique du pays concerné. 4. Promouvoir les droits fondamentaux et une même justice pour les deux sexes. 5. Garantir la maîtrise nationale. 6. Soutenir les partisans locaux de la réforme. 7. Appliquer une démarche stratégique cohérente et intégrée. 8. Agir en coordination et nouer des partenariats de façon productive (F) 1

3 B. Conditions propices au renforcement de l état de droit 1. Une constitution ou un dispositif équivalent. 2. Un cadre juridique effectivement appliqué. 3. Un système électoral. 4. Des institutions (justice, gouvernance, sécurité et droits de l homme). 5. Des processus et mécanismes de justice transitionnelle. 6. Des citoyens et une société civile qui contribuent au renforcement de l état de droit et tiennent les fonctionnaires et les institutions publiques comptables de leurs actes (F) 2

4 Introduction Comme énoncé dans la Charte des Nations Unies, les trois volets principaux de la mission de l Organisation sont les suivants : maintenir la paix et la sécurité internationales; parvenir au progrès économique et social, ainsi qu au développement; encourager le respect des droits de l homme et des libertés fondamentales. La promotion de l état de droit est au cœur de cette mission. La présente note expose les principes directeurs et définit le cadre général dans lequel s inscrivent les activités menées par les Nations Unies au niveau national en faveur de l état de droit. Ces principes et ce cadre s appliquent en toutes circonstances, y compris en situation de crise, après une crise, aux fins de la prévention des conflits, en période de conflit ou après un conflit, et dans l optique du développement. Les modalités de l aide à la consolidation de l état de droit fournie par les Nations Unies découlent de la Charte, du droit international et des très nombreux traités, déclarations, directives et recueils de principes élaborés dans l intérêt de sociétés nationales et d un ordre international fondés sur la primauté du droit. L ensemble des droits de l homme, l état de droit et la démocratie sont corrélés, se renforcent mutuellement et s apparentent aux valeurs et principes fondamentaux des Nations Unies, universels et indivisibles. Le renforcement de l état de droit au niveau international implique le respect de la Charte et du droit international, notamment en ce qui concerne l usage de la force, ainsi que de l égalité souveraine des Etats; de leur côté, ceux-ci doivent s acquitter de la responsabilité qui leur incombe de protéger leur population contre le génocide, les crimes contre l humanité, le nettoyage ethnique et les crimes de guerre. L état de droit passe aussi par l application effective, au niveau national, des principaux dispositifs législatifs nationaux et internationaux. Au niveau national, l ONU intervient principalement en prêtant une assistance technique et en renforçant les capacités existantes au bénéfice des États Membres, à leur demande et/ou à celle du Conseil de sécurité, et ce conformément aux politiques, priorités et plans nationaux. Ainsi l ONU est-elle en position de répondre aux besoins des pays de manière souple, sans recourir à des formules stéréotypées ni à l importation de modèles étrangers, mais plutôt en s appuyant sur les évaluations nationales, sur les aspirations et les besoins locaux, et sur un large éventail de parties prenantes. A. Principes directeurs 1. Fonder l assistance prêtée sur les normes et règles internationales Les fondements normatifs de l assistance prêtée par les Nations Unies au titre de la consolidation de l état de droit sont la Charte et les quatre piliers de l ordre juridique international : le droit international des droits de l homme, le droit international humanitaire, le droit pénal international et le droit international des réfugiés. Les innombrables traités, déclarations, directives et ensembles de principes adoptés par les Nations Unies constituent des normes universellement applicables. En tant que telles, celles-ci sont empreintes d une légitimité dont on ne peut dire qu elle caractérise les modèles nationaux exportés, qui sont plutôt le reflet des valeurs et de l expérience des donateurs et des prestataires d assistance. Ces normes définissent en outre le cadre normatif de l engagement de l ONU : à titre d exemple, jamais l Organisation n instaurera ni ne participera aux délibérations de tribunaux qui autorisent la peine capitale, pas plus (F) 3

5 qu elle n entérinera d accord de paix prévoyant l amnistie pour des actes de génocide, des crimes de guerre, des crimes contre l humanité ou des atteintes graves aux droits de l homme. En toute circonstance, la ligne de conduite de l ONU vis-à-vis des enjeux liés à l état de droit s inspire des normes internationales applicables et est élaborée en conformité avec celles-ci. 2. Tenir compte du contexte politique Il est arrivé que la communauté internationale sous-estime l étendue de la volonté politique nécessaire à l appui d un renforcement effectif de l état de droit et qu elle n investisse pas suffisamment dans la concertation au sujet de la promotion du respect de la légalité. Les activités menées à ce titre ne le sont pas dans un vide économique ou politique, aussi requièrent-elles des modifications de l appareil juridique ainsi que des structures institutionnelles de gouvernance et de leur mode de fonctionnement. Comme toutes les réformes de portée nationale, la consolidation de l état de droit est plus avantageuse pour certains que pour d autres. Des enjeux politiques viennent se greffer sur des problèmes techniques. Or, dans le cadre de l action menée en faveur de l état de droit, on accorde souvent une importance trop grande à la dimension technique de l entreprise, au détriment des considérations politiques et stratégiques. Tant que les intervenants nationaux ne verront pas l utilité de militer pour l état de droit, l assistance technique n aura que peu d impact. Les hauts représentants de l ONU sur le terrain doivent comprendre la nature politique de leur mission et faire porter leur effort tant sur cette dimension que sur la dimension institutionnelle. En coopération avec le Siège et en partenariat avec les dirigeants politiques nationaux et les autres parties prenantes, il incombe aux responsables de l ONU sur le terrain de ménager l espace politique nécessaire à la réforme et de veiller à ce que la prééminence du droit ne soit pas entachée par quelque influence inappropriée ou abus de pouvoir de la sphère politique. 3. Fonder l assistance sur la situation spécifique du pays concerné Une approche efficace et viable de la consolidation de l état de droit commence par une analyse approfondie des capacités et des besoins nationaux, pour laquelle on mobilise dans toute la mesure possible les compétences du pays considéré. L Organisation doit examiner en détail les besoins de chaque pays en matière de droit et de justice en fonction de sa conjoncture propre, et notamment de la situation et de la nature du ou des régimes en vigueur (formel, informel, coutumier, traditionnel) et de la culture, des traditions et des institutions qui le(s) sous-tendent, notamment le rôle des femmes dans la société, la position des groupes minoritaires et la situation des enfants. En outre, l assistance prêtée en faveur de l état de droit doit être en harmonie avec les obligations juridiques internationales qui incombent au pays. L ONU doit évaluer avec soin les nombreux facteurs qui ont rendu nécessaire une telle assistance, comme par exemple la nature et les causes d un conflit récent ou de violations des droits de l homme survenues dans le passé, et organiser sa contribution en conséquence. Elle doit convaincre l ensemble des partenaires impliqués dans la consolidation de l état de droit que cette approche est la bonne. 4. Promouvoir les droits fondamentaux et une justice qui traite hommes et femmes sur un pied d égalité L ONU se heurte à de nombreuses difficultés pour trouver la parade à des situations politiques, culturelles et opérationnelles délicates qui font obstacle à ses interventions en faveur des principes du droit. Elle ne doit pas passer outre aux dispositions du droit (F) 4

6 international qui sont applicables aux femmes, aux enfants, aux minorités, aux réfugiés, aux déplacés et aux autres groupes susceptibles d être exposés à la marginalisation et à la discrimination dans le pays. La discrimination fondée sur le sexe est généralisée dans toutes les cultures, et il est impératif d accorder l attention voulue aux questions de parité des sexes à tous les stades des interventions en faveur de la légalité. Il incombe à l ONU de contribuer à instaurer la prééminence du droit pour tous sur un pied d égalité, en accordant l attention voulue aux droits et aux vulnérabilités spécifiques des enfants. Il faut éviter les solutions susmentionnées qui ont pour effet de promouvoir les droits des groupes sociaux dominants en laissant les autres sur le bord du chemin. 5. Garantir la maîtrise nationale Aucun programme de consolidation de l état de droit ne peut fonctionner à long terme s il est imposé de l extérieur. Ce sont les parties prenantes du pays concerné qui doivent avoir la maîtrise du processus et prendre les décisions. Pour que l état de droit soit instauré, la participation pleine et effective de ces parties prenantes entre autres les responsables gouvernementaux, l appareil judiciaire et autres instances compétentes, les professionnels du droit, les chefs traditionnels, les femmes, les enfants, les minorités, les réfugiés et les déplacés, les autres individus marginalisés et la société civile est primordiale. L expérience montre que l état de droit est renforcé si l entreprise de réforme vise principalement à mettre l État en position de respecter ses obligations juridiques internationales et si elle est crédible et conforme aux principes d intégration, de participation et de transparence, facilitant une légitimité et une maîtrise nationale accrues. Pour que cette maîtrise soit effective, il faut que tous les segments de la société soient démarginalisés par le droit. 6. Soutenir les partisans locaux de la réforme Les programmes de l ONU doivent permettre de recenser les groupes qui sont favorables aux réformes, de les appuyer et de leur donner des moyens d agir. L Organisation doit faciliter les processus qui permettent aux diverses parties prenantes nationales de débattre et de décrire les éléments constitutifs du plan que leur pays a l intention d exécuter pour renforcer l état de droit et instaurer une justice stable. L objectif est d aider les pays à élaborer une vision, des priorités et une approche pour la réforme et les programmes associés. À cette fin, il est essentiel de consulter la population et de s assurer qu elle comprend et appuie la réforme. L ONU doit encourager la diffusion de l information auprès de tous les groupes de la société et appuyer les campagnes de sensibilisation et d éducation du public, ainsi que les initiatives de consultation de la population. Les organisations de la société civile, les groupes féminins, les associations juridiques nationales, les groupes de promotion des droits de l homme et les défenseurs des victimes et des prisonniers, ainsi que les individus qui risqueraient sinon d être tenus à l écart (membres du régime précédent qui n ont pas commis de crime et ex-combattants) doivent tous avoir voix au chapitre. Les enfants et les adolescents doivent aussi avoir la possibilité de participer et il doit être pris acte du rôle qu ils jouent en tant qu agents du changement. 7. Appliquer une démarche stratégique cohérente et intégrée La promotion de l état de droit ne consiste pas seulement à fournir des avis techniques. L assistance prêtée par l ONU est le plus efficace si elle fait appel à un large éventail de compétences appliquées à des domaines très divers, entre autres les droits politiques, juridiques et fondamentaux, le développement et les sciences sociales, qu ils (F) 5

7 relèvent ou non de la compétence du système des Nations Unies. Il est de même nécessaire d adopter une démarche qui englobe tous les aspects des systèmes juridiques efficaces et rationnels, notamment leur gestion et leur supervision. L ONU doit élaborer une approche intégrée et stratégique, en tenant compte des processus de planification existants, ce qui implique de : 1) mener des évaluations conjointes et exhaustives avec la participation active et sans réserve des parties prenantes nationales, afin de déterminer les besoins eu égard à l état de droit et les obstacles à sa consolidation; 2) appuyer l élaboration d une stratégie intégrée en matière d état de droit, qui repose sur les résultats des évaluations réalisées; 3) mettre au point un programme conjoint de consolidation de l état de droit qui s inspire de la stratégie; 4) désigner des personnes comptables des résultats escomptés et assigner des responsabilités pour l exécution. 8. Agir en coordination et nouer des partenariats de façon productive Le renforcement de l état de droit passe par une multitude d activités menées par de nombreuses entités du système des Nations Unies et de la communauté internationale au sens large. Les interventions passées ont parfois été parcellaires, inadaptées aux besoins et guidées par les donateurs, d où la mise en place d institutions bancales, bâties sur des principes contradictoires, avec à la clef des gains superficiels à court terme, au détriment de réformes viables et axées sur le long terme. Pour que l aide à la consolidation de l état de droit soit couronnée de succès, il faut le soutien et l engagement actif de toutes les parties prenantes, qui doivent procéder de façon coordonnée et sur la base d une stratégie intégrée. Toutes les entités du système des Nations Unies impliquées dans ce type d assistance doivent opter pour des approches et des stratégies communes, agir en complément les unes des autres, et leurs responsables doivent avoir conscience que le succès de cette entreprise sera fonction de l étendue des partenariats qu ils noueront et de l appui qu ils apporteront au concept de maîtrise nationale. B. Conditions propices au renforcement de l état de droit 1. Une constitution ou un dispositif équivalent, législation suprême du pays qui, entre autres : Valide les libertés et droits fondamentaux tels qu énoncés dans les traités internationaux, contient des dispositions propres à assurer leur respect par la législation intérieure et prévoit des réparations efficaces pour les victimes de violations, donnant ouverture à une action en justice; Pose pour principe la non-discrimination en fonction de la race, de la couleur de la peau, du sexe, de la langue, de la religion, des opinions politiques ou autres, des origines nationales ou sociales, des biens détenus, de la naissance ou de tout autre statut, et protège les minorités nationales; Pose pour principe l égalité des hommes et des femmes; Définit et délimite les pouvoirs du gouvernement et de ses divers secteurs, en propre et vis-à-vis les uns des autres et de la population; Limite les pouvoirs exceptionnels et les dérogations aux libertés et droits fondamentaux en cas de situation d urgence à ceux qui sont autorisés aux termes des normes internationales; Donne les moyens d agir à un appareil judiciaire indépendant et impartial (F) 6

8 2. Un cadre juridique effectivement appliqué, conforme aux normes internationales, qui protège les droits de l homme et prévoit des réparations effectives, ainsi que : Des lois équitables en matière d immigration, de nationalité et d asile; Des lois pénales, applicables notamment aux crimes transnationaux, et un code de procédure pénale qui garantissent une administration efficace et équitable de la justice à l encontre des auteurs d infractions y compris les mineurs en conflit avec la loi et au bénéfice des victimes et des témoins, qui sont conformes aux principes fondamentaux de justice relatifs aux victimes de la criminalité et aux victimes d abus de pouvoir (entre autres); Une législation et une réglementation pénitentiaires qui sont conformes à l Ensemble de règles minima pour le traitement des détenus (entre autres); Des lois pour la protection des minorités, des enfants, des populations déplacées et rapatriées et des autres groupes marginalisés ou vulnérables, qui tiennent compte de leur situation spécifique et des normes internationales applicables en la matière, rendent la discrimination illicite et prévoient des réparations le cas échéant; Des lois qui instituent une protection juridique pour les droits des femmes, comme pour ceux des hommes, et qui assurent par l entremise de tribunaux nationaux compétents et d autres institutions publiques la protection effective des femmes contre toute forme de discrimination; Des lois qui protègent la libre association et le droit de réunion et garantissent que les lois sur la presse, sur la diffamation, sur la radio et la télévision, entre autres, respectent la liberté d expression, d opinion et d information; Une législation en matière de sécurité qui protège les droits fondamentaux auxquels il est impossible de déroger et assure aux civils la possibilité d exercer contrôle et supervision; Des lois relatives à l appareil judiciaire, à la pratique juridique et aux poursuites qui sont compatibles avec les Principes fondamentaux relatifs à l indépendance de la magistrature, Principes de base relatifs au rôle du barreau et Principes directeurs applicables au rôle des magistrats du parquet (entre autres); Des textes législatifs et directives sur le comportement de la police et des autres forces de sécurité conformes au Code de conduite pour les responsables de l application des lois et aux Principes de base sur le recours à la force et l utilisation des armes à feu par les responsables de l application des lois (entre autres); Des procédures équitables pour le règlement des différends relatifs aux droits civils et à l administration des lois, règlements, procédures et institutions. 3. Un système électoral qui, entre autres : Assure, au moyen d élections organisées régulièrement et sans fraude, que la volonté de la population constitue le fondement de l autorité du gouvernement; Assure que chaque citoyen est habilité à participer au gouvernement de son pays, directement ou par le truchement de représentants choisis librement, notamment grâce à l application de mesures spéciales temporaires; Assure l égalité d accès aux services publics, y compris aux fonctions électives; Garantit le suffrage universel et sans exclusion, ainsi que le vote à bulletin secret; (F) 7

9 Établit la non-discrimination dans le domaine des droits politiques et garantit des élections dépourvues d intimidation et respectueuses de certains droits indispensables tels que les libertés d expression, d opinion, d information, de réunion et d association; Instaure une administration électorale objective, sans parti pris et indépendante et prévoit l examen par une autorité indépendante des irrégularités signalées; Prévoit le transfert du pouvoir aux partis et aux candidats déclarés victorieux selon la loi. 4. Des institutions (justice, gouvernance, sécurité et droits de l homme) bien structurées et financées et dont le personnel est adéquatement formé et doté des moyens voulus pour élaborer, promulguer, faire appliquer la loi et statuer à son sujet le cas échéant, de telle sorte que tous les individus puissent exercer leurs droits fondamentaux sur un pied d égalité, à savoir : Une institution ou un mécanisme législatif en charge de la formulation et de la promulgation publique des lois selon des procédures transparentes; Des institutions ou mécanismes de supervision efficaces (organes de lutte contre la corruption, commissions parlementaires, institutions nationales de défense des droits de l homme, commissions indépendantes sur les droits de l homme et bureaux de médiation, en conformité avec les Principes de Paris); Un appareil judiciaire indépendant, impartial et doté des moyens voulus pour faire respecter la loi avec intégrité et garantir qu elle s applique à tous, dans les limites de son pouvoir juridictionnel; Des institutions d État dotées des capacités voulues pour élaborer des orientations et administrer efficacement la justice, assurer la sécurité, prévenir les infractions, enquêter sur les violations de la loi et poursuivre les contrevenants; Des services de police et de maintien de l ordre qui protègent les individus et les groupes de population, appliquent la loi sans discrimination et prennent des mesures appropriées lorsque des infractions à la loi sont signalées, notamment au moyen de mécanismes de supervision appropriés; Des services pénitentiaires qui veillent à ce que les conditions de détention et le système de réinsertion soient sûrs et humains, et à ce que des solutions de substitution à la privation de liberté et des mesures de déjudiciarisation soient proposées; Des services d assistance juridique et parajuridique accessibles aux personnes démunies, qui assurent aussi une défense adéquate et efficace à ceux qui sont accusés d avoir enfreint la loi; Un service social qui vient en aide aux victimes et aux témoins d infractions et d abus de pouvoir, notamment les enfants, et participe efficacement à l administration de la justice de sorte que les torts subis donnent lieu à réparation; Un système qui régit efficacement les droits et les responsabilités au sein de la famille, sur la base de l égalité des sexes et dans le souci de l intérêt des enfants, qui assure leur protection contre les sévices, l exploitation, le délaissement et autres traitements préjudiciables; Une formation professionnelle à l intention des avocats, des juges, des procureurs, des fonctionnaires chargés du maintien de l ordre et du personnel pénitentiaire, qui prône une culture du service, de la discipline et du respect de la déontologie; (F) 8

10 Des forces militaires et de défense civile qui servent la constitution ou un dispositif équivalent, ainsi que les autres lois nationales et le gouvernement démocratiquement élu, et qui appliquent le droit international humanitaire; Des mécanismes efficaces et accessibles aux fins, entre autres, du règlement équitable des différends portant sur les biens et le logement entre individus, particuliers et groupes de la société, ou entre ces divers plaignants et des organes de l État impliquant les tribunaux civils ou administratifs, des dispositifs de substitution ou traditionnels de règlement des conflits, ou encore des commissions ou mécanismes appropriés. 5. Des processus et mécanismes de justice transitionnelle, adaptés à la situation propre à chaque pays mais conformes aux normes internationales, qui permettent de s attaquer aux violations commises à grande échelle dans le passé de sorte que les responsabilités soient définies et la justice rendue afin que la réconciliation devienne possible dispositifs judiciaires ou non, tels que tribunaux pénaux spéciaux, commissions de la vérité, procédures de vérification et programmes axés sur les réparations. 6. Des citoyens et une société civile qui contribuent au renforcement de l état de droit et tiennent les fonctionnaires et les institutions publiques comptables de leurs actes : Un système de gouvernance qui promeut une culture de la légalité, de la démarginalisation par le droit et fait en sorte que la population soit consciente et ait connaissance de l ensemble de ses droits et de ses responsabilités; Des collectivités qui ont un accès égal à la justice et ont les moyens de participer au règlement pacifique des différends et aux interventions relatives à leurs besoins et préoccupations en matière de sécurité; Un accès sans restriction aux mécanismes judiciaires et autres qui permettent de surveiller de façon indépendante l exercice de l autorité par les instances exécutives et de détecter les abus de pouvoir; Une société civile forte qui compte, entre autres, des organisations non gouvernementales, des associations professionnelles, des groupes féminins, des syndicats et des organisations locales dont les membres sont correctement formés, disposent de moyens et d un financement adéquats et sont bien organisés; Des médias libres, responsables et en plein essor (F) 9

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2005)5 du Comité des Ministres aux Etats membres relative aux droits des enfants vivant en institution (adoptée par le Comité des Ministres le

Plus en détail

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger

GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE. Servir et protéger GUIDE POUR LA CONDUITE ET LE COMPORTEMENT DES FORCES DE POLICE Servir et protéger En bref Comité international de la Croix-Rouge 19, avenue de la Paix 1202 Genève, Suisse T +41 22 734 60 01 F +41 22 733

Plus en détail

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme

L action de la France au sein du Conseil des droits de l Homme La France candidate au Conseil des droits de l Homme UN Photo/Jean-Marc Ferré Les droits de l Homme font partie des valeurs fondatrices de la République française et de sa politique étrangère. C est dans

Plus en détail

41/128 Déclaration sur le droit au développement

41/128 Déclaration sur le droit au développement 41/128 Déclaration sur le droit au développement L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de la Charte des Nations Unies relatifs à la réalisation de la coopération internationale en

Plus en détail

Déclaration sur le droit au développement

Déclaration sur le droit au développement Déclaration sur le droit au développement Adoptée par l'assemblée générale des Nations Unies dans sa résolution 41/128 du 4 décembre 1986 L'Assemblée générale, Ayant à l'esprit les buts et principes de

Plus en détail

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin

Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la lutte contre la traite des êtres humains par Saint-Marin Comité des Parties de la Convention du Conseil de l'europe sur la lutte contre la traite des êtres humains Recommandation CP(2014)17 sur la mise en œuvre de la Convention du Conseil de l Europe sur la

Plus en détail

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Résolutions et décisions prises par la Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption V.07-80749 (F) 150207 160207 *0780749* Table des matières A. Résolutions... 3

Plus en détail

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités

Cadre général du Forum sur les questions relatives aux minorités Nations Unies Assemblée générale Distr. générale 17 septembre 2012 Français Original: anglais A/HRC/FMI/2012/2 Conseil des droits de l homme Forum sur les questions relatives aux minorités Cinquième session

Plus en détail

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni.

Ghana, de l Inde, de la Jordanie, du Kenya, du Mexique, de New Zélande, du Portugal, de Serbie et du Royaume Uni. Principes de Belgrade sur la relation entre les Institutions nationales des droits de l Homme et les Parlements (Belgrade, Serbie, les 22-23 février 2012) Le séminaire international de février 2012 sur

Plus en détail

Convention des Nations Unies contre la corruption (New York, 31 octobre 2003)

Convention des Nations Unies contre la corruption (New York, 31 octobre 2003) Convention des Nations Unies contre la corruption (New York, 31 octobre 2003) OBJECTIFS La Convention des Nations Unies contre la corruption (la Convention) est la première initiative prise au niveau mondial

Plus en détail

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/58/499)]

Résolution adoptée par l Assemblée générale. [sur le rapport de la Troisième Commission (A/58/499)] Nations Unies A/RES/58/137 Assemblée générale Distr. générale 4 février 2004 Cinquante-huitième session Point 108 de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur le rapport de la Troisième

Plus en détail

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP)

GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Strasbourg, 22 août 2014 CDDH-CORP(2014)10 COMITÉ DIRECTEUR POUR LES DROITS DE L'HOMME (CDDH) GROUPE DE RÉDACTION SUR LES DROITS DE L HOMME ET LES ENTREPRISES (CDDH-CORP) Projet de recommandation du Comité

Plus en détail

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence

Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence Plan d Action de Ouagadougou contre la traite des êtres humains, en particulier des femmes et des enfants, tel qu adopté par la Conférence ministérielle sur la migration et le développement. Plan d Action

Plus en détail

Charte du tourisme durable

Charte du tourisme durable Annexes Charte du tourisme durable Annexe 1 Les participants de la Conférence mondiale du Tourisme durable, réunis à Lanzarote, îles Canaries, Espagne, les 27 et 28 avril 1995, Conscients que le tourisme

Plus en détail

CONSEIL INTERNATIONAL DES ARCHIVES GROUPE DE TRAVAIL SUR LES DROITS DE L HOMME

CONSEIL INTERNATIONAL DES ARCHIVES GROUPE DE TRAVAIL SUR LES DROITS DE L HOMME CONSEIL INTERNATIONAL DES ARCHIVES GROUPE DE TRAVAIL SUR LES DROITS DE L HOMME PRINCIPES DE BASE RELATIFS AU RÔLE DES ARCHIVISTES POUR LA DÉFENSE DES DROITS DE L HOMME PROJET 21-06-2014 INTRODUCTION Les

Plus en détail

NOTE D ORIENTATION DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL. Aide au renforcement de l état de droit au niveau international : approche de l ONU

NOTE D ORIENTATION DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL. Aide au renforcement de l état de droit au niveau international : approche de l ONU UNITED NATIONS NATIONS UNIES NOTE D ORIENTATION DU SECRÉTAIRE GÉNÉRAL Aide au renforcement de l état de droit au niveau international : approche de l ONU Mai 2011 - 2 - Résumé Par la présente note, le

Plus en détail

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999

RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 NATIONS UNIES S Conseil de sécurité Distr. GÉNÉRALE S/RES/1270 (1999) 22 octobre 1999 RÉSOLUTION 1270 (1999) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4054e séance le 22 octobre 1999 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

Pacte républicain pour la paix, la réconciliation nationale et la reconstruction en République centrafricaine

Pacte républicain pour la paix, la réconciliation nationale et la reconstruction en République centrafricaine Annexe I à la lettre datée du 15 mai 2015 adressée à la Présidente du Conseil de sécurité par le Chargé d affaires par intérim de la Mission permanente de la République centrafricaine auprès de l Organisation

Plus en détail

A/RES/62/134. 8 Voir Documents officiels du Conseil économique et social, 2005, Supplément n o 3 (E/2005/23), chap. II,

A/RES/62/134. 8 Voir Documents officiels du Conseil économique et social, 2005, Supplément n o 3 (E/2005/23), chap. II, Nations Unies A/RES/62/134 Assemblée générale Distr. générale 7 février 2008 Soixante-deuxième session Point 63, a, de l ordre du jour Résolution adoptée par l Assemblée générale [sur la base du rapport

Plus en détail

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE Page 1 MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE ET D ÉTHIQUE Le comité de gouvernance et d éthique («comité») est un comité du conseil d administration de Groupe SNC-Lavalin inc. («Société») qui aide le conseil

Plus en détail

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit

Proposition. Obtenir l approbation du conseil concernant les modifications proposées à la charte du Comité d audit Proposition N o : 2015-S05f Au : Conseil d administration Pour : DÉCISION Date : 2015-04-22 1. TITRE Modifications à la charte du Comité d audit 2. BUT DE LA PROPOSITION Obtenir l approbation du conseil

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE

CHARTE DE L AUDIT INTERNE CHARTE DE L AUDIT INTERNE Septembre 2009 Introduction La présente charte définit la mission et le rôle de l audit interne de l Institut National du Cancer (INCa) ainsi que les modalités de sa gouvernance.

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS Le comité des risques associés à la sécurité, au milieu de travail et aux projets («comité») est un comité

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/18/Add.30 28 février 2005 FRANÇAIS Original: RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention sur

Plus en détail

Plan de Travail Commun entre le Cluster Protection, le Gouvernement Centrafricain et les ONGs Nationales pour 2008

Plan de Travail Commun entre le Cluster Protection, le Gouvernement Centrafricain et les ONGs Nationales pour 2008 Plan de Travail Commun entre le Cluster Protection, le Gouvernement Centrafricain et les ONGs Nationales pour Le Plan de Travail Commun se base sur les objectifs stratégiques de l Appel Consolidé (CAP)

Plus en détail

Programme «Renforcer la réforme démocratique dans les pays du voisinage méridional»

Programme «Renforcer la réforme démocratique dans les pays du voisinage méridional» Programme «Renforcer la réforme démocratique dans les pays du voisinage méridional» Projet «Promotion de la bonne gouvernance, lutte contre la corruption et le blanchiment d argent» (SNAC Tunisie) Lancement

Plus en détail

25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE

25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE MJU-25 (2003) 6 25 e CONFÉRENCE DES MINISTRES EUROPÉENS DE LA JUSTICE Sofia (9-10 octobre 2003) - COOPERATION INTERNATIONALE DANS LA LUTTE CONTRE LE TERRORISME INTERNATIONAL ET MISE EN OEUVRE DES INSTRUMENTS

Plus en détail

Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance

Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance Ce Sondage sur la volonté d améliorer la gouvernance a été adapté, avec la permission de Quantum Transformation Technologies, de son Governance & Managerial

Plus en détail

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES

CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES CONSEIL DE L EUROPE COMITE DES MINISTRES Recommandation Rec(2006)8 du Comité des Ministres aux Etats membres sur l assistance aux victimes d infractions (adoptée par le Comité des Ministres le 14 juin

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

60/147 Résolution adoptée par l Assemblée générale le 16 décembre 2005

60/147 Résolution adoptée par l Assemblée générale le 16 décembre 2005 Principes fondamentaux et directives concernant le droit à un recours et à réparation des victimes de violations flagrantes du droit international des droits de l homme et de violations graves du droit

Plus en détail

LA CONSTITUTION CANADIENNE

LA CONSTITUTION CANADIENNE Objectifs d apprentissage Présenter aux élèves la notion de loi constitutionnelle. Comprendre l histoire et la nature de la Constitution canadienne. Mieux connaître les responsabilités des divers ordres

Plus en détail

Cadre institutionnel pour le développement durable

Cadre institutionnel pour le développement durable DOCUMENT DE POSITION DE L CADRE INSTITUTIONNEL POUR LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Cadre institutionnel pour le développement durable Conférence des Nations Unies sur le développement durable Rio+20, Rio de

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

En novembre 2004, le Conseil européen a adopté le «programme de La Haye : renforcer la liberté, la sécurité et la justice dans l Union européenne».

En novembre 2004, le Conseil européen a adopté le «programme de La Haye : renforcer la liberté, la sécurité et la justice dans l Union européenne». AVIS SUR LE PROCHAIN PROGRAMME JUSTICE DE L UNION EUROPEENNE 1. Cadre de l avis En novembre 2004, le Conseil européen a adopté le «programme de La Haye : renforcer la liberté, la sécurité et la justice

Plus en détail

ASF RECHERCHE UN(E) AVOCAT(E)-FORMATEUR VOLONTAIRE

ASF RECHERCHE UN(E) AVOCAT(E)-FORMATEUR VOLONTAIRE ASF RECHERCHE UN(E) AVOCAT(E)-FORMATEUR VOLONTAIRE POUR UN ATELIER DE FORMATION DU POOL NATIONAL D AVOCATS DE LA RDC EN MATIERE DE JUSTICE PENALE INTERNATIONALE ET DU SYSTEME DE STATUT DE ROME DE LA CPI

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Coalition pour la Cour pénale internationale (CCPI) Questionnaire pour les candidats judiciaires à la CPI Élections de décembre 2011

Coalition pour la Cour pénale internationale (CCPI) Questionnaire pour les candidats judiciaires à la CPI Élections de décembre 2011 Conscients des restrictions auxquelles sont soumis les juges de la CPI concernant les commentaires extrajudiciaires qui pourraient affecter l indépendance mentionnée à l article 40 du Statut de Rome et

Plus en détail

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok

PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok PROMOTION DE LA SANTÉ Résumé des chartes et déclaration d Ottawa, de Jakarta et de Bangkok OUTIL DE RÉFÉRENCE LA CHARTE D OTTAWA (1986) Une contribution à la réalisation de l objectif de la santé pour

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE

POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE POLITIQUE SUR LES RELATIONS DES PREMIÈRES NATIONS AVEC LES CONTRIBUABLES PARTIE I PRÉAMBULE ATTENDU : A. que le paragraphe 83(1) de la Loi sur les Indiens reconnaît le pouvoir des Premières nations de

Plus en détail

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières

Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières DIRECTORATE FOR FINANCIAL AND ENTERPRISE AFFAIRS Les Principes et les Bonnes Pratiques Relatifs à la Sensibilisation et l Education Financières RECOMMANDATION DU CONSEIL Ces Principes et Bonnes Pratiques

Plus en détail

RESOLUTION. Objet : Adoption des normes universelles visant à lutter contre la corruption au sein des forces/services de police

RESOLUTION. Objet : Adoption des normes universelles visant à lutter contre la corruption au sein des forces/services de police Page 1 RESOLUTION Objet : Adoption des normes universelles visant à lutter contre la corruption au sein des forces/services de police L Assemblée générale de l O.I.P.C.-Interpol, réunie en sa 71 ème session

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

Les Principes fondamentaux

Les Principes fondamentaux Les Principes fondamentaux DU MOUVEMENT INTERNATIONAL DE LA CROIX-ROUGE ET DU CROISSANT-ROUGE Christoph von Toggenburg/CICR Les Principes fondamentaux du Mouvement international de la Croix-Rouge et du

Plus en détail

Treizième Congrès des Nations Unies pour la prévention du crime et la justice pénale

Treizième Congrès des Nations Unies pour la prévention du crime et la justice pénale Nations Unies A/CONF.222/16 Treizième Congrès des Nations Unies pour la prévention du crime et la justice pénale Doha, 12-19 avril 2015 Distr. générale 10 avril 2015 Français Original: anglais Point 3

Plus en détail

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes

Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes DECISION 2009-02 Décision du Haut Conseil du Commissariat aux Comptes Relative aux contrôles périodiques auxquels sont soumis les commissaires aux comptes Principes directeurs du système des contrôles

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION

MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION Le conseil d administration a mis sur pied le comité de la gestion des ressources en personnel de direction

Plus en détail

QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION

QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION QU EST- CE QU UNE CONSTITUTION La Constitution est un ensemble de textes juridiques qui définit les différentes institutions composant l État et qui organise leurs relations. Elle peut comporter également

Plus en détail

RESEAU PAIX ET SECURITE POUR LES FEMMES DE L ESPACE CEDEAO SECTION COTE D IVOIRE

RESEAU PAIX ET SECURITE POUR LES FEMMES DE L ESPACE CEDEAO SECTION COTE D IVOIRE RESEAU PAIX ET SECURITE POUR LES FEMMES DE L ESPACE CEDEAO SECTION COTE D IVOIRE INTRODUCTION Au cours de l année 2013, le Réseau Paix et Sécurité des Femmes dans l Espace CEDEAO section Côte d Ivoire

Plus en détail

RSE Charte Responsabilité Sociétale Vignal Lighting Group

RSE Charte Responsabilité Sociétale Vignal Lighting Group RSE Charte Responsabilité Sociétale Vignal Lighting Group «Comment Vignal Lighting Group intègre les problématiques de développement durable dans son activité» Page 1 Mot du Président Le Développement

Plus en détail

Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion

Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion Adoptés par la Délégation des Commissions de gestion le 16 novembre 2005, soumis pour information aux Commissions de gestion le 20 janvier

Plus en détail

Concertation francophone de haut-niveau sur les violences faites aux femmes et aux filles

Concertation francophone de haut-niveau sur les violences faites aux femmes et aux filles Concertation francophone de haut-niveau sur les violences faites aux femmes et aux filles 57 e session de la Commission de la condition de la femme, 4 15 mars 2013 Plan d action francophone sur les violences

Plus en détail

Liste de points à traiter établie avant la soumission du troisième rapport périodique du Sénégal (CAT/C/SEN/3)*

Liste de points à traiter établie avant la soumission du troisième rapport périodique du Sénégal (CAT/C/SEN/3)* Nations Unies Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants Distr. générale 3 août 2010 Français Original: anglais CAT/C/SEN/Q/3 Comité contre la torture

Plus en détail

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5

CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 CAC/GL 62-2007 Page 1 de 5 PRINCIPES DE TRAVAIL POUR L ANALYSE DES RISQUES EN MATIÈRE DE SÉCURITÉ SANITAIRE DES ALIMENTS DESTINÉS À ÊTRE APPLIQUÉS PAR LES GOUVERNEMENTS CAC/GL 62-2007 CHAMP D APPLICATION

Plus en détail

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ

POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ POLITIQUE DE PRÉVENTION ET DE GESTION DES CONFLITS D INTÉRÊTS AU SEIN D HOSPIMUT SOLIDARIS RÉSUMÉ Rue Saint-Jean 32-38 à 1000 Bruxelles Table des matières 1. Introduction 3 2. Réglementation 3 3. Rappel

Plus en détail

Offre active et prestation des services en français

Offre active et prestation des services en français Offre active et prestation des services en français 1 Ce projet a été financé par le gouvernement de l'ontario. Les opinions exprimées dans ce document représentent celles des auteures et ne représentent

Plus en détail

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32)

Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données (article 32) www.coe.int/tcy Strasbourg, 19 février 2013 (projet pour examen) T-CY (2013) 7 F Comité de la Convention sur la Cybercriminalité (T-CY) Note d orientation n 3 du T-CY Accès transfrontalier aux données

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies Conseil économique et social Distr. générale 25 septembre 2012 Français Original: anglais ECE/AC.30/2012/3 Commission économique pour l Europe Groupe de travail sur le vieillissement Conférence

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-185 RESUMÉ ANONYMISÉ DE LA DÉCISION Décision relative à une Recommandation Domaines de compétence de l Institution : Défense des droits de l'enfant, Droits

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

Protocole d accord de coopération entre la Cour pénale internationale et le Commonwealth

Protocole d accord de coopération entre la Cour pénale internationale et le Commonwealth Protocole d accord de coopération entre la Cour pénale internationale et le Commonwealth ICC-PRES/10-04-11 Date d entrée en vigueur : 13 juillet 2011 Publication du Journal officiel PROTOCOLE D ACCORD

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT Comité d audit 1.1 Membres et quorom Au moins quatre administrateurs, qui seront tous indépendants. Tous les membres du comité d audit doivent posséder des compétences financières

Plus en détail

Charte de Compliance ERGO Insurance sa

Charte de Compliance ERGO Insurance sa Charte de Compliance ERGO Insurance sa Introduction Sur la base de la circulaire PPB/D. 255 du 10 mars 2005 sur la compliance adressée aux entreprises d assurances, une obligation légale a été imposée

Plus en détail

Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants

Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants NATIONS UNIES CAT Convention contre la torture et autres peines ou traitements cruels, inhumains ou dégradants Distr. GÉNÉRALE CAT/C/MUS/Q/3 20 juillet 2009 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMITÉ CONTRE LA

Plus en détail

CHARTE D AUDIT INTERNE

CHARTE D AUDIT INTERNE CHARTE D AUDIT INTERNE adoptée par le Conseil des gouverneurs le 26 mars 2013 Centre de recherches pour le développement international Ottawa, Canada Assurances et conseils afin de soutenir le développement

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000

Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Nations Unies S/RES/1306 (2000) Conseil de sécurité Distr. générale 5 juillet 2000 Résolution 1306 (2000) Adoptée par le Conseil de sécurité à sa 4168e séance, le 5 juillet 2000 Le Conseil de sécurité,

Plus en détail

VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO

VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO VILLE DE JOLIETTE POLITIQUE EN MATIÈRE DE SURVEILLANCE VIDÉO Adoptée à la séance du 21 janvier 2013 par la résolution G2013-00-18 TABLE DES MATIÈRES Page 1. INTRODUCTION... 3 2. CADRE JURIDIQUE... 3 3.

Plus en détail

Secrétariat. Nations Unies ST/SGB/2008/13. Circulaire du Secrétaire général. Organisation du Bureau des affaires juridiques.

Secrétariat. Nations Unies ST/SGB/2008/13. Circulaire du Secrétaire général. Organisation du Bureau des affaires juridiques. Nations Unies ST/SGB/2008/13 Secrétariat 1 er août 2008 Circulaire du Secrétaire général Organisation du Bureau des affaires juridiques En application de la circulaire ST/SGB/1997/5, intitulée «Organisation

Plus en détail

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES*

DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* R. GESTION DU RISQUE DANS LES CADRES RÉGLEMENTAIRES* Le Groupe de travail des politiques de coopération en matière de et de normalisation: Reconnaissant que l atténuation du risque qui peut avoir une incidence

Plus en détail

Propositions et contributions reçues des gouvernements. Pérou: éléments à inclure dans la Convention des Nations Unies contre la corruption

Propositions et contributions reçues des gouvernements. Pérou: éléments à inclure dans la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies A/AC.261/IPM/11 Assemblée générale Distr.: Générale 12 novembre 2001 Français Original: Espagnol Réunion préparatoire informelle du Comité spécial chargé de négocier une convention contre

Plus en détail

Rapport du Comité d audit

Rapport du Comité d audit Cote du document: EB 2008/94/R.34 Point de l ordre du jour: 16 b) i) Date: 19 août 2008 Distribution: Publique Original: Anglais F Rapport du Comité d audit Conseil d administration Quatre-vingt-quatorzième

Plus en détail

DÉVELOPPEMENT DURABLE

DÉVELOPPEMENT DURABLE Loi sur le DÉVELOPPEMENT DURABLE UNE LOI FONDAMENTALE POUR LE QUÉBEC La Loi sur le développement durable, sanctionnée le 19 avril 2006, établit un nouveau cadre de gestion pour tous les ministères et organismes

Plus en détail

Mécanismes internationaux pour la promotion de la liberté d expression DÉCLARATION CONJOINTE RELATIVE AUX CRIMES CONTRE LA LIBERTÉ D EXPRESSION

Mécanismes internationaux pour la promotion de la liberté d expression DÉCLARATION CONJOINTE RELATIVE AUX CRIMES CONTRE LA LIBERTÉ D EXPRESSION Mécanismes internationaux pour la promotion de la liberté d expression DÉCLARATION CONJOINTE RELATIVE AUX CRIMES CONTRE LA LIBERTÉ D EXPRESSION Le Rapporteur spécial des Nations Unies (ONU) sur la promotion

Plus en détail

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION

EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION EXPORTATION ET DÉVELOPPEMENT CANADA MANDAT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. COMPOSITION ET FONCTIONNEMENT DU COMITÉ DE LA VÉRIFICATION 1. Le Comité de la vérification (le «comité»)

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Décret n o 2013-727 du 12 août 2013 portant création, organisation et attributions d un secrétariat général

Plus en détail

PROJET VISANT À AMÉLIORER L ACCÈS À LA JUSTICE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES EN AFRIQUE DE L EST. Description du projet

PROJET VISANT À AMÉLIORER L ACCÈS À LA JUSTICE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES EN AFRIQUE DE L EST. Description du projet PROJET VISANT À AMÉLIORER L ACCÈS À LA JUSTICE POUR LES ENFANTS ET LES JEUNES EN AFRIQUE DE L EST Description du projet Le projet visant à améliorer l accès à la justice pour les enfants et les jeunes

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/MP.PP/2005/2/Add.4 8 juin 2005 Original: ANGLAIS, FRANÇAIS, RUSSE COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE Réunion des Parties à la Convention

Plus en détail

Charte relative à l investissement socialement responsable de l Etablissement de Retraite additionnelle de la Fonction publique

Charte relative à l investissement socialement responsable de l Etablissement de Retraite additionnelle de la Fonction publique Charte relative à l investissement socialement responsable de l Etablissement de Retraite additionnelle de la Fonction publique 30 mars 2006 Introduction Le conseil d administration de l ERAFP a décidé,

Plus en détail

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI F OMPI A/46/11 ORIGINAL : anglais DATE : 26 novembre 2008 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI Quarante-sixième série de réunions Genève, 12

Plus en détail

Programme des experts associés des Nations Unies

Programme des experts associés des Nations Unies Programme des experts associés des Nations Unies Descriptif de poste Expert associé INT-150-13-P099-01-V I. Généralités Titre : Expert associé en ressources humaines Secteur d affectation : Service du

Plus en détail

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996.

Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Charte de la personne âgée dépendante Fondation Nationale de Gérontologie, ministère du Travail et des Affaires Sociales, 1996. Choix de vie Toute personne âgée dépendante garde la liberté de choisir son

Plus en détail

Liste des recommandations

Liste des recommandations RECOMMANDATIONS À TOUS LES MINISTÈRES ET ORGANISMES L EXERCICE DES POUVOIRS DISCRÉTIONNAIRES DE L ADMINISTRATION: Que lorsque, dans l exercice de ses pouvoirs discrétionnaires, l Administration prend une

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance

Bureau du vérificateur général du Canada. Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Bureau du vérificateur général du Canada Rapport sur la revue des pratiques d audit de performance Revues des pratiques effectuées au cours de l exercice 2011-2012 Juillet 2012 Revue des pratiques et audit

Plus en détail

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE

DOCUMENT PRÉLIMINAIRE DOCUMENT PRÉLIMINAIRE Principes universels de base de bonne gouvernance du Mouvement olympique et sportif 1. Vision, mission et stratégie p. 2 2. Structures, règlementations et processus démocratique p.

Plus en détail

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur

FIN-NET. La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers. Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans le domaine des services financiers Guide du consommateur FIN-NET La résolution extrajudiciaire des litiges transfrontaliers dans

Plus en détail

Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion

Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion Charte du conseil d administration de La Banque Toronto-Dominion ~ ~ Superviser la gestion de l entreprise et des affaires de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Nous assurons la surveillance nécessaire

Plus en détail

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE)

TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) TRAITÉ SUR L'UNION EUROPÉENNE (VERSION CONSOLIDÉE) Article 2 L'Union est fondée sur les valeurs de respect de la dignité humaine, de liberté, de démocratie, d'égalité, de l'état de droit, ainsi que de

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Table des matières CONTEXTE...5 OBJET...7 CHAMP D APPLICATION...7 PRINCIPES GÉNÉRAUX ET VALEURS...7 OBJECTIFS GÉNÉRAUX...8 OBJECTIFS PARTICULIERS...8 DISPOSITIONS

Plus en détail

Les ENGAGEMENTS de Paris Version Consolidée

Les ENGAGEMENTS de Paris Version Consolidée Les ENGAGEMENTS de Paris Version Consolidée Engagements de Paris en vue de protéger les enfants contre une utilisation ou un recrutement illégaux par des groupes ou des forces armés en place d un mécanisme

Plus en détail

ANNEXE B LOI CONSTITUTIONNELLE DE 1982

ANNEXE B LOI CONSTITUTIONNELLE DE 1982 ANNEXE B LOI CONSTITUTIONNELLE DE 1982 PARTIE I CHARTE CANADIENNE DES DROITS ET LIBERTÉS Attendu que le Canada est fondé sur des principes qui reconnaissent la suprématie de Dieu et la primauté du droit

Plus en détail

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie

Deuxième Cycle d Evaluation. Addendum au Rapport de Conformité sur la Hongrie DIRECTION GENERALE DES DROITS DE L HOMME ET DES AFFAIRES JURIDIQUES DIRECTION DES MONITORINGS Strasbourg, 11 juin 2010 Public Greco RC-II (2008) 4F Addendum Deuxième Cycle d Evaluation Addendum au Rapport

Plus en détail

Charte de Qualité sur l assurance vie

Charte de Qualité sur l assurance vie Charte de Qualité sur l assurance vie PRÉAMBULE La présente Charte de Qualité sur l assurance vie s'inspire largement de la Charte de Qualité ICMA Private Wealth Management, qui présente les principes

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

Mandat concernant l examen des activités d assistance technique de l OMPI dans le domaine de la coopération pour le développement

Mandat concernant l examen des activités d assistance technique de l OMPI dans le domaine de la coopération pour le développement F CDIP/4/8/REV/TOR ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 20 OCTOBRE 2010 Mandat concernant l examen des activités d assistance technique de l OMPI dans le domaine de la coopération pour le développement établi par

Plus en détail

INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE

INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE CHAPITRE 1 OBJET ET CHAMP D APPLICATION 1.1. Objet Les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (les

Plus en détail