FORMATION INITIALE - STAGE AVOCAT -

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "FORMATION INITIALE - STAGE AVOCAT -"

Transcription

1 FORMATION INITIALE - STAGE AVOCAT - DOSSIER DE PRESSE 8 juin 2010 Contacts presse : Stéphanie DUPERIE, assistante des relations presse / Claire KELLER, Chef du service communication / Ecole Nationale de la Magistrature 10 rue des Frères Bonie Bordeaux cedex

2 Sommaire Le stage avocat Objectifs Cabinets et affectation Préparation Déroulement Le bilan Satisfaction des auditeurs Plébiscité par les avocats Le cadre La loi La convention actuelle Formation Continue Partenariat ENM-CNB Les missions de l ENM ANNEXES Annexe 1 : bilan quantitatif Annexe 2 : bilan qualitatif Annexe 3 : Convention de mise en œuvre du stage avocat des ADJ 1

3 Le stage avocat La formation des auditeurs de justice débute par un stage en cabinet d avocats de 6 mois. Chaque auditeur est accueilli par un cabinet d avocat afin de participer au fonctionnement du cabinet et de se familiariser avec le monde judicaire et ses diverses fonctions. Objectifs - Connaître le métier d avocat la déontologie l organisation de la profession le secret professionnel la gestion du cabinet les relations entre confrères la stratégie de l avocat - Identifier et intérioriser les droits de la défense et leur pratique devant l ensemble des juridictions - Appréhender la demande de justice et sa mise en forme par l avocat - Appréhender la relation au justiciable à tous les stades de la procédure. Dans un souci pédagogique, l auditeur de justice doit appréhender le rôle de l avocat dans un maximum de contentieux judiciaires différents sans être cantonné à un nombre limité d actes ou de contentieux. Il est mis en situation par le maître de stage, il assiste et de participe activement à l ensemble des actes tant écrits qu oraux accomplis par l avocat. Cabinets et affectation Une liste de 310 cabinets d avocats acceptant d accueillir des auditeurs de justice en stage a été établie en 2008 grâce travail conjoint des Bâtonniers, des directeurs de centre de stage et des magistrats délégués à la formation Chaque cabinet d avocat avait préalablement rempli une fiche descriptive d activité. L ENM procède à l affectation des auditeurs de justice après avoir recueilli leurs desiderata géographiques. ILE DE FRANCE : UNE REGION TRES PRISEE Une forte proportion d auditeurs de justice étant issue de la région parisienne, les choix géographiques se sont naturellement reportés sur les cabinets d avocats situés dans le ressort des Cour d Appel de Paris et de Versailles. Sur les 127 auditeurs : - 40 auditeurs ont effectué leur stage dans le ressort de la Cour d appel de Paris (dont 20 à Paris) auditeurs ont effectué leur stage dans le ressort de la Cour d appel de Versailles 2

4 Préparation Dés leur rentrée, du 1 er février 2010 au 12 février 2010, les auditeurs ont suivi une préparation au stage avocat. Des enseignements portant spécifiquement sur la profession d avocat ont été dispensés aux auditeurs de justice pour un volume de 27 heures. Sous la coordination de M e Dacharry, avocat au barreau de Bordeaux et enseignant associé de l ENM, sont organisées huit directions d études portant notamment sur l organisation des cabinets, les honoraires, la déontologie et la relation avec le client, la rédaction d actes et les techniques de plaidoirie, la médiation et la transaction. Ces directions d études animées par 16 avocats, sont complétées par deux conférences portant sur le rôle de l avocat en matière pénale, ainsi que sur le secret professionnel. Déroulement La promotion 2010 effectue son stage au sein d un cabinet d avocat du 22 février au 16 juillet Volontairement placé en début de formation, le stage avocat constitue une occasion unique pour les futurs magistrats de découvrir le monde judiciaire de l autre côté du miroir : celui de l avocat avec ses grands principes tel que le contradictoire ; celui du justiciable avec ses attentes ou ses questionnements. Un stage en plein exercice L auditeur peut accomplir, sous le contrôle du maître de stage, tous les actes dévolus à l avocat. Il peut notamment plaider devant l ensemble des juridictions, à l exclusion de la Cour d Assises, en «substituant» et «sous le contrôle» du maître de stage qui doit toujours être présent. L accord du président d audience et des parties doit être sollicité. S agissant des actes écrits, l auditeur peut rédiger les actes sous le contrôle du maître de stage sans toutefois avoir vocation à les signer. La mention de la qualité du rédacteur est laissée à la libre appréciation du maître de stage A noter : Les auditeurs qui exerçaient la profession d avocat avant d intégrer l ENM, sont dispensés du stage d avocat et effectuent un stage extérieur dans une autre juridiction. 3

5 Le bilan Le stage s est majoritairement déroulé dans un climat de disponibilité et de confiance réciproques : les avocats ont réservé un très bon accueil aux auditeurs de justice, ont eu à cœur d échanger avec eux et de leur faire découvrir la réalité de leur profession ; de leur côté, les auditeurs se sont impliqués dans ce stage et se sont bien intégrés dans ces structures professionnelles. Satisfaction des auditeurs Les objectifs pédagogiques ont été atteints pour 65% des auditeurs de la promotion 2008 et 71% de ceux de la Les auditeurs de justice de la promotion 2009 ont apprécié d effectuer leur stage avocat avant la période d étude et le stage juridictionnel dans la mesure où ce temps d observation et de pratique leur a permis : - d appréhender dès le début de leur formation la demande de justice et sa mise en œuvre par l avocat, - d identifier concrètement le rôle des acteurs judiciaires, de se familiariser à leur futur environnement professionnel, et d aborder la suite de leur formation de façon réaliste, en s appuyant sur les observations et expériences qu ils ont pu faire, - de profiter de cette période pour combler leurs éventuelles lacunes, s agissant notamment de certains auditeurs recrutés sur titre qui travaillaient préalablement dans un domaine d activité n ayant que peu de relation directe avec les contentieux traités habituellement par un tribunal correctionnel par exemple, - d identifier des besoins de formation. Les 2 matières les plus traitées sont le droit pénal et le droit civil en nette progression comparativement à l année Matières traitées (en % d ADJ concernés) ADJ ADJ - droit pénal et procédure pénale, - droit commercial, - droit du travail, - droit civil et procédure civile, - droit administratif, - autres contentieux 93% 77 % 73 % 65 % 47 % 42 % 80 % 68 % 69 % 82 % 48 % 35 % 4

6 En 2009, la rédaction d actes a été la principale activité des stagiaires. Actes réalisés (en % d ADJ concernés) : ADJ ADJ - recherches juridiques, - assistance à rendez-vous - rédactions d actes, - assistance à expertise, - conduite d entretien, - compte rendu de décisions 99 % 97 % 96 % 83 % 67 % 56 % 76 % 84 % 82 % 59 % 48 % 37 % ADJ= Auditeurs de justice Plébiscité par les avocats Les stagiaires apportent leurs connaissances et leur pratique afin d aider au mieux les cabinets les accueillants. En 2009, 90% des avocats accueillant ont considéré que les objectifs du stage avocat (appréhender le rôle de l avocat dans un maximum de contentieux judiciaires différents sans être cantonné à un nombre limité d actes ou de contentieux) été atteints, contre 87% en % des avocats se disent prêts à accueillir à nouveau un auditeur de justice. Ils étaient 84% en

7 Le cadre La loi La loi organique du 5 mars 2007 a modifié l article 19 de l Ordonnance du 22 décembre 1958 en instituant dans la formation des auditeurs de justice un stage obligatoire de six mois minimum auprès d un barreau ou comme collaborateur d un avocat inscrit au barreau. La formation initiale, dispensée à l ENM, a intégré cette obligation légale dans un programme pédagogique plus large afin d en optimiser les acquis. La convention actuelle Après avoir dressé un bilan de la mise en œuvre de la convention-cadre du 1 er février 2008, prévu à l article 8 de ladite convention, Le directeur de l Ecole nationale de la magistrature - ENM - Le président du Conseil national des barreaux Le président de la Conférence des bâtonniers Le bâtonnier de l Ordre des avocats du barreau de Paris ont convenu ensemble des modalités suivantes : - Article 1 : Les objectifs du stage - Article 2 : Préparation au stage - Article 3 : Lieu du stage - Article 4 : Statut de l auditeur de justice - Article 5 : Journées d accueil et de suivi - Article 6 : Contenu du stage - Article 7 : Bilan du stage - Article 8 : Suivi de la convention De plus, chaque auditeur de justice dispose d une convention individuelle. 6

8 La formation Continue La sous direction de la formation continue, spécialisée dans la formation des magistrats, et le département des formations professionnelles spécialisés (autres publics) conçoivent et organisent les actions de formations ouvertes aux avocats. Partenariat ENM-CNB L objectif est de développer une culture judicaire commune à toutes les professions du droit. Il s agit d inscrire cette ouverture dans la durée. Aussi, l Ecole et le CNB vont-ils mettre en place courant 2010 une convention liant les deux organismes de formation. Dès à présent, l ENM a un interlocuteur unique, le CNB qui est l organisme certificateur pour les actions de formation continue suivies par les avocats. Auparavant, l ENM s adressait aux différentes écoles de formation du Barreau. Selon les sessions, les avocats peuvent être avec des magistrats, et/ ou des magistrats étrangers, et/ ou des juges consulaires, et/ ou des juges de proximité, et/ ou des notaires, et/ ou des mandataires judiciaires. Quelques dates clés de la collaboration ENM-CNB 2001 : première session ouverte aux avocats co-organisée avec des partenaires extérieurs : première session co-organisée avec le Barreau de Paris : ouverture de sessions de formation organisées par l ENM aux avocats, proposées via les différentes écoles de formation du barreau : Suite au rapport Darrois sur l évolution des professions du droit, Les Affaires civiles et du Sceau demande une ouverture plus large entre organismes formateurs des professions du droit : mise en place du partenariat CNB ENM. 7

9 Les missions de l ENM Dernières fonction occupées Jean François Thony, directeur de l ENM depuis le 13 septembre > 2007 Sous-directeur des affaires juridiques et Chef du Group d Intégrité Financière, Fonds Monétaire International 2000 > 2002 Conseiller à la Cour d Appel de Versailles 1997 > 2000 Directeur du Programme Mondial Contre le Blanchiment de l Argent, Office des Nations Unies pour le Contrôle des Drogues et la Prévention du Crime (OCDPC) 1991 > 1997 Conseiller juridique, Conseiller juridique hors classe, Programme d'assistance juridique du PNUCID (Programme des Nations Unies pour le contrôle international des drogues) Unique école de formation des magistrats de l'ordre judiciaire français, l Ecole Nationale de la Magistrature (ENM) est un établissement public national à caractère administratif placé sous la tutelle du Garde des Sceaux, Ministre de la Justice. La loi organique, portant statut de la magistrature, lui confie : l organisation des concours d accès, la formation professionnelle des auditeurs de justice - futurs magistrats français, la formation continue des magistrats français en fonction, la formation des magistrats non professionnels (juges consulaires et de proximité) la contribution à la formation de futurs magistrats d États étrangers liés à la France par des accords de coopération et le perfectionnement de magistrats de ces États > 1991 Procureur de la République au Tribunal de Grande Instance de Roanne 1. Le recrutement et la formation initiale Des candidats au profil diversifié L'École est chargée du recrutement de ses élèves, majoritairement par voie de concours. Afin de renforcer la diversité sociale du corps des magistrats, l ENM a créé trois classes préparatoires prenant en compte les critères sociaux. Une école d application La Direction de la formation initiale, située à Bordeaux, conçoit et met en œuvre la formation des auditeurs de justice, en s appuyant sur un cadre de référence européen. Pendant 31 mois, les auditeurs confrontent la théorie et les méthodologies enseignées à la pratique professionnelle et aux réalités sociales, économiques et humaines. 8

10 2. La formation continue La Direction de la formation continue, basée à Paris, conçoit et organise les actions de formation destinées aux magistrats français. Celles-ci se déroulent en France et dans l Union européenne. Tout au long de la carrière Depuis le 1 er janvier 2008, les quelques magistrats sont tenus de se former chaque année. La formation continue s inscrit dans le prolongement de la formation initiale. Elle garantit l actualisation et l approfondissement des connaissances des magistrats. Elle accompagne également les magistrats nommés sur des fonctions jamais exercées auparavant. 3. Les formations professionnelles spécialisées Le Département des formations professionnelles spécialisées conçoit et organise la formation des magistrats non professionnels (juges consulaires, juges de proximité) ainsi que celle des collaborateurs de justice (conciliateurs, délégués du procureur) et des avocats. Ces publics constituent un renfort indispensable pour l institution judiciaire. En 2009, ils ont été près de 4000 à suivre une formation de 1 à 12 jours. 4. La coopération internationale Depuis sa création, l ENM, via son Département International, a noué des relations de coopération technique avec une soixantaine de pays, basées sur la confiance et la réciprocité. Trois axes forts L ENM dispense des actions de formation, initiale ou continue, destinées à près de 600 magistrats étrangers. Elle intervient régulièrement dans des programmes de coopération technique, définis de façon bilatérale avec un pays ou un institut de formation de magistrats partenaires, sur des sujets comme l expertise ou l audit de formation ; les jumelages Elle participe aux appels d offres lancés par la Commission européenne, dans le cadre des divers programmes de l Union Européenne au profit des nouveaux Etats-membres, des pays candidats à l entrée dans l Union européenne ou des pays tiers. L ENM en chiffres Formation initiale : 3 promotions simultanées en cours de formation en 2009 Promotion 2010 : 127 auditeurs ; Promotion 2009 : 140 auditeurs ; Promotion 2008 : 207 auditeurs. Formation continue en 2009 : 6500 magistrats différents inscrits sur 440 formations. En 2009 : 336 juges de proximité et 1478 juges consulaires formés (486 en formation initiale et 992 en formation continue). En 2010 : 42 sessions sont ouvertes aux avocats avec un total de 537 places offertes. Coopération : Plus de soixante missions à l étranger 9

11 ANNEXES Annexes 1 : bilan quantitatif des stages avocat Promotion 2008 Promotion ADJ 134 ADJ Taux de réponse sur le questionnaire quantitatif 82 % 69 % % d auditeurs ayant pu connaître de situations relatives à : - la demande de justice et sa mise en forme par l avocat - la stratégie de l avocat - les relations entre confrères - la déontologie - la relation au justiciable à tous les stades de la procédure - le secret professionnel - l organisation de la profession - la pratique des droits de la défense devant l ensemble des juridictions 99 % 99 % 98 % 98 % 96 % 96 % 96 % 88 % 100 % 100 % 85 % 85 % 83 % 100 % 85 % 70 % 10

12 Juridiction concernée Conclusions et plaidoiries (% d ADJ concernés / nombre moyen de conclusions rédigées et de plaidoiries effectuées par auditeur) Promotion 2008 Promotion 2009 TGI au civil (fond et référés) 89 % d ADJ concernés En moyenne, 10,5 actes par ADJ 64 % / 7,8 par ADJ Correctionnelle 83 % / 5,5 par ADJ 66 % / 3,8 par ADJ Tribunal d instance (civil) 79 % / 6 par ADJ 60 % / 4 par ADJ JAF 70 % / 5,5 par ADJ 56 % / 4,6 par ADJ Cour d appel (civil) 65 % / 2,5 par ADJ 54 % / 2 par ADJ Tribunal de commerce 53 % / 2,4 par ADJ 40 % / 2 par ADJ Conseil des prud hommes 48 % / 1,4 par ADJ 50 % / 3,4 par ADJ Juge d instruction 45 % / 1,5 par ADJ 29 % / 1,3 par ADJ TPE / JE 39 % / 1,25 par ADJ 35 % / 1,6 par ADJ Cour d appel (pénal) 40 % / 1 par ADJ 31 % / 1 par ADJ JEX 39 % 27 % Tribunal de police 31 % 22 % Tribunal administratif 29 % 30 % JLD 20 % 20 % 11

13 Annexe 2 : bilan qualitatif des stages avocat Promotion 2008 Promotion 2009 Auditeurs Avocats Auditeurs Avocats Taux de réponse sur le questionnaire qualitatif 35 % 64 % 79 % 67 % Taux de satisfaction sur la présentation aux chefs de juridiction, DCS, Bâtonnier et maître de stage et la signature de la convention de stage 91 % 92 % 84 % 91 % Taux de satisfaction quant à l accueil au sein du cabinet d avocat 91 % 93 % Nécessité de procéder à un bilan à mi-stage 50 % 56 % 80 % 73 % Préparation au stage avocat satisfaisante pour 80 % 90 % 70 % 86 % A ce stade de la formation de l ADJ, les activités proposées (consultation, rédaction d acte, plaidoirie ) sont adaptées pour 98 % 93 % 93 % 97 % Progression de l ADJ dans l appréhension du rôle de l avocat 92 % 93 % 96 % 100 % Objectifs du stage avocat (appréhender le rôle de l avocat dans un maximum de contentieux judiciaires différents sans être cantonné à un nombre limité d actes ou de contentieux) totalement atteints pour 65 % 87 % 71 % 90 % Durée du stage : - excessive, - satisfaisante, - insuffisante 83 % 16 % 10 % 82 % 3 % 71 % 28 % 12 % 85 % 2 % Stage globalement : - indispensable, - utile, - inutiles 28 % 70 % 1 % Bilan positif pour 91 % d avocats 60 % 38 % 0,9 % Bilan positif pour 90 % d avocats % d avocats prêts à accueillir à nouveau un ADJ 84 % 94 % Les réponses aux questionnaires quantitatifs (nominatifs) et qualitatifs (non nominatifs) adressés aux auditeurs ainsi qu aux avocats permettent une vision d ensemble sur le déroulement de ces stages, synthétisée dans les tableaux cidessous. 12

14 Annexe 3 : Convention de mise en œuvre du stage avocat des ADJ CONVENTION DE MISE EN ŒUVRE DU STAGE AVOCAT DES AUDITEURS DE JUSTICE Le directeur de l Ecole nationale de la magistrature, Jean-François THONY Le président de la Conférence des bâtonniers, Le président du Conseil national des barreaux, Le bâtonnier de l ordre des avocats du barreau de Paris, Avocats et magistrats contribuent au quotidien au fonctionnement du service public de la justice, et tout doit être mis en œuvre, dès le stade de la formation initiale des futurs magistrats, pour que ces professionnels, au-delà de leurs spécificités, coopèrent dans le souci d améliorer la qualité du service rendu au justiciable. A la faveur de la réforme de l ordonnance n du 22 décembre 1958 par la loi organique n du 5 mars 2007 qui a porté à six mois la durée du stage que les auditeurs de justice doivent obligatoirement effectuer au sein d un cabinet d avocat, il convient de définir avec précision les modalités de mise en œuvre de ce stage qui représente désormais une part importante de la formation des auditeurs de justice. Après voir dressé un bilan de la mise en œuvre de la convention-cadre du 1 er février 2008, prévu à l article 8 de ladite convention, Le directeur de l Ecole nationale de la magistrature - ENM - Le président du Conseil national des barreaux Le président de la Conférence des bâtonniers Le bâtonnier de l ordre des avocats du barreau de Paris conviennent ensemble des modalités suivantes : Article 1 : - Les objectifs du stage - Connaître le métier d avocat la déontologie l organisation de la profession le secret professionnel la gestion du cabinet les relations entre confrères la stratégie de l avocat - Identifier et intérioriser les droits de la défense et leur pratique devant l ensemble des juridictions - Appréhender la demande de justice et sa mise en forme par l avocat - Appréhender la relation au justiciable à tous les stades de la procédure. Article 2 : Préparation au stage L ENM dispense aux auditeurs de justice une formation préparatoire avant le début du stage avocat. Cette formation, conforme au programme pédagogique voté par le Conseil d administration de l Ecole, supervisée par un avocat enseignant associé à l ENM, est dispensée par des avocats. Cette préparation prend la forme d un cycle de conférences thématiques et de directions d études portant notamment sur les thèmes suivants : L organisation de la profession La déontologie La réception du client / la consultation / la stratégie de la défense La rédaction de l écrit La plaidoirie Le règlement «extrajudiciaire» des conflits 13

15 Article 3 : Lieu du stage Afin de proposer aux auditeurs de justice des lieux de stage avocat répondant d une part aux objectifs pédagogiques cidessus définis et d autre part aux préconisations de l article 6 de la présente convention, une liste nationale de cabinets d avocats est élaborée tous les ans selon les modalités suivantes : - Au moins trois mois avant le début du stage, les bâtonniers sollicités par l ENM effectuent une diffusion au sein de leur barreau afin de rechercher des cabinets volontaires pour accueillir un auditeur de justice (un auditeur de justice par cabinet d avocat, sauf exception justifiée par la taille du cabinet, par exemple lorsque le cabinet comprend plus de vingt avocat associés ou salariés. Dans cette dernière hypothèse, les auditeurs se verront affectés à des maîtres de stage différents) ; - les avocats volontaires transmettent au bâtonnier la fiche de présentation de leur cabinet (cf annexe) comprenant notamment l indication du nombre d avocats associés, du nombre de collaborateurs, des contentieux habituellement traités, des modalités matérielles d accueil de l auditeur - Après examen des candidatures par le bâtonnier et le directeur de centre de stage au sein de chaque tribunal de grande instance, ceux-ci transmettent leur proposition conjointe au sous-directeur des stages de l ENM ; - L ENM établit la liste des cabinets d avocat centres de stage après avis de l avocat avocat enseignant associé à l ENM. La liste des cabinets d avocat centres de stage est actualisée d une année sur l autre en fonction : - de l évaluation de la qualité pédagogique des lieux de stage, faite sur la base des fiches d évaluation individuelle des auditeurs de justice, - de l avis des bâtonniers, des directeurs de centre de stage, de l avocat enseignant associé à l ENM et du sous-directeur des stages de l ENM. Afin de prévenir toutes difficultés déontologiques, celui ou celle dont le père, la mère, le frère, la sœur, le conjoint, le concubin ou le partenaire uni par un pacte civil de solidarité est avocat ou travaille dans un cabinet d avocat ne peut y effectuer son stage. Le directeur de l Ecole nationale de la magistrature : - procède à l affectation des auditeurs de justice en stage avocat après avoir recueilli leurs desiderata, - informe des affectations : le maître de stage, le bâtonnier, le directeur de centre de stage, le coordonnateur régional de formation l auditeur de justice. Article 4 : Statut de l auditeur de justice Durant son stage avocat, l auditeur de justice demeure sous l autorité administrative et le contrôle de l ENM représentée localement par le directeur de centre de stage, lequel peut intervenir à tout moment du stage en son nom. L auditeur de justice perçoit son traitement versé par l ENM et ne pourra donc bénéficier d aucune autre rémunération ou gratification. L auditeur de justice est soumis à une obligation d assiduité. En cas de difficulté ou d incident, le maître de stage ou l auditeur de justice en avisent le directeur de centre de stage qui lui même en informera l ENM s il y a lieu. Des délégués de région assurent la représentation des auditeurs de justice auprès de la direction de l ENM durant la période du stage. L auditeur de justice en stage au sein du cabinet d avocat est présenté comme tel notamment auprès des clients du cabinet. Il s engage à conserver le secret de tous les faits et actes dont il a connaissance au cours du stage et doit en outre respecter les contraintes notamment horaires propres à la vie du cabinet. S agissant d un stage de plein exercice, l auditeur peut accomplir, sous le contrôle du maître de stage, tous les actes dévolus à l avocat. Il peut notamment plaider devant l ensemble des juridictions, à l exclusion de la Cour d Assises, en «substituant» et «sous le contrôle» du maître de stage qui doit toujours être présent. L accord du président d audience et des parties doit être sollicité. 14

16 La responsabilité civile encourue par l auditeur de justice à cette occasion est garantie par l Etat (article 63 de la loi du 31 décembre 1990). L auditeur de justice ne dispose pas d un droit à plaider propre et ne peut donc être personnellement désigné au titre de la commission d office. S agissant des actes écrits, l auditeur peut rédiger les actes sous le contrôle du maître de stage sans toutefois avoir vocation à les signer. La mention de la qualité du rédacteur est laissée à la libre appréciation du maître de stage. Article 5 : Journées d accueil et de suivi L accueil de l auditeur de justice est organisé par le directeur de centre de stage. Ce dernier prend l initiative de convier à l occasion de la première journée le bâtonnier, l avocat maître de stage, le président du tribunal, le procureur de la République et l auditeur de justice à une réunion de présentation. A cette occasion, la convention individuelle de stage est signée par le maître de stage, le directeur de centre de stage et l auditeur de justice. Si plusieurs auditeurs effectuent leur stage avocat dans le ressort du même tribunal, cette réunion peut naturellement être commune. Une visite du tribunal est ensuite organisée pour l auditeur afin de lui permettre d identifier l environnement institutionnel et géographique de son stage et afin de le présenter au personnel de la juridiction. Si l une des personnalités mentionnée ne pouvait être présente à la journée d accueil, l auditeur sera invité à se présenter à elle dans les meilleurs délais. Un peu avant la moitié du stage, le maître de stage convie l auditeur de justice et le directeur de centre de stage à une réunion de suivi qui sera l occasion d un échange sur son déroulement et sa concordance avec les objectifs pédagogiques du stage. A cette occasion, une première description de l activité de l auditeur est communiquée au directeur de centre de stage. Une seconde description de l activité de l auditeur est adressée en fin de stage au directeur de centre de stage. Article 6 : Contenu du stage L avocat maître de stage est invité à signer avec le directeur de centre de stage et l auditeur de justice une convention individuelle de stage mentionnant les modalités du stage et notamment son contenu (voir pièce jointe en annexe). Afin de permettre la formation la plus complète de l auditeur de justice, l avocat maître de stage, d initiative ou sur demande de l auditeur de justice, peut : - soit confier ce dernier à l un de ses confrères s il ne traite pas habituellement un type de contentieux judiciaire (ex : permanence pénale, défense des mineurs), après en avoir informé le bâtonnier, - soit solliciter le bâtonnier afin de rechercher un cabinet correspondant au besoin de formation. En tout état de cause, si ce changement de cabinet dépasse deux semaines, l accord préalable du bâtonnier et du directeur de centre de stage doit être sollicité. Ces derniers apprécient alors si une nouvelle convention de stage est nécessaire. Dans un souci pédagogique, l auditeur de justice devra appréhender le rôle de l avocat dans un maximum de contentieux judiciaires différents sans être cantonné à un nombre limité d actes ou de contentieux. Les auditeurs de justice devront être mis en situation par le maître de stage d assister et de participer activement à l ensemble des actes tant écrits qu oraux accomplis par l avocat. Article 7 : Bilan du stage A l issue du stage, le directeur du centre de stage recueille les observations et suggestions des maîtres de stage et auditeurs de justice sur l organisation et déroulement du stage. S il l estime nécessaire, il organise une réunion pour procéder à ce bilan. Le cas échéant, et après avoir recueilli l avis du bâtonnier, le directeur du centre de stage adresse à la sous-direction des stages de l ENM toutes observations et suggestions utiles. Article 8 : Suivi de la convention La présente convention fera, à l initiative du directeur de l ENM, l objet d une évaluation par les signataires courant Fait à Bordeaux, le 10 février

) Découvrez les métiers de la Justice. Informez-vous sur www.justice.gouv.fr

) Découvrez les métiers de la Justice. Informez-vous sur www.justice.gouv.fr ) Découvrez les métiers de la Justice Informez-vous sur www.justice.gouv.fr PENITENTIAIRE Sommaire SOMMAIRE Magistrat............................................................. p. 4, 5 Greffier en chef......................................................

Plus en détail

Métiers de la filière Droit. Recrutements dans les écoles de formation professionnelle

Métiers de la filière Droit. Recrutements dans les écoles de formation professionnelle Recrutement à bac Agent de recherches privées Institut de formation d agents de recherches IFAR Montpellier http://www.ifarinfo.com/ Formation préparatoire de 450h à la formation de l IFAR 3500 Clerc d

Plus en détail

Diplôme Universitaire Avocat Généraliste

Diplôme Universitaire Avocat Généraliste Diplôme Universitaire Avocat Généraliste Directeurs de la formation René Despieghelaere : Ancien Bâtonnier du Barreau de Lille Bernard Bossu : Doyen de la Faculté des Sciences Juridiques, Politiques et

Plus en détail

LA REFORME DE LA PROTECTION JURIDIQUE

LA REFORME DE LA PROTECTION JURIDIQUE LA REFORME DE LA PROTECTION JURIDIQUE Notes La loi n 2007-210 du 19 février 2007 portant réforme de l assurance de protection juridique a été publiée au Journal Officiel le 21 février 2007. Elle est d

Plus en détail

PROTOCOLE. Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe. Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice,

PROTOCOLE. Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe. Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice, PROTOCOLE Entre le Barreau de Paris, le Tribunal de Commerce et le Greffe Le Barreau de Paris, représenté par son Bâtonnier en exercice, Le Tribunal de commerce de Paris, représenté par son Président en

Plus en détail

COUR PENALE INTERNATIONALE

COUR PENALE INTERNATIONALE ICC-01/04-01/06-917 30-05-2007 1/10 EO PT COUR PENALE INTERNATIONALE Original : Français No : Date de dépôt : 29 mai 2007 LA CHAMBRE PRELIMINAIRE 1 Composée comme suit : M. le Juge Claude Jorda Mme la

Plus en détail

CONVENTIONS D HONORAIRES EN MATIERE DE DIVORCE MODÈLES

CONVENTIONS D HONORAIRES EN MATIERE DE DIVORCE MODÈLES COMMISSION DES TEXTES CONVENTIONS D HONORAIRES EN MATIERE DE DIVORCE MODÈLES Depuis le 1er janvier 2013, la conclusion de conventions d honoraires est devenue obligatoire en matière de divorce, par application

Plus en détail

le guide de l adoption

le guide de l adoption développe les solidarités www.gard.fr le guide de l adoption Sommaire LA PROCéDURE D AGRéMENT 4 La demande d agrément 4 La réunion d information 4 La confirmation avec renvoi du questionnaire 5 Les investigations

Plus en détail

Institut d études Judiciaires

Institut d études Judiciaires Institut d études Judiciaires Année universitaire 01/013 MASTER «Droit privé et sciences criminelles» SECONDE ANNEE (M) MENTION PROFESSIONNELLE «PROFESSIONS JUDICIAIRES» Responsables de la formation E.

Plus en détail

développe les solidarités le guide de l adoption

développe les solidarités le guide de l adoption développe les solidarités le guide de l adoption Sommaire LA PROCéDURE D AGRéMENT 4 La demande d agrément 4 La réunion d information 4 La confirmation avec renvoi du questionnaire 5 Les investigations

Plus en détail

Questionnaire «B» Peuvent être nommées procureurs les personnes ayant le casier judiciaire vierge et ayant le droit de vote qui ont acquis :

Questionnaire «B» Peuvent être nommées procureurs les personnes ayant le casier judiciaire vierge et ayant le droit de vote qui ont acquis : Questionnaire «B» I. Les conditions préliminaires pour la nomination au poste du procureur sont les suivantes : Aux termes de la loi régissant les rapports de service au sein du parquet : Peuvent être

Plus en détail

Grille indicative des honoraires

Grille indicative des honoraires Cabinet TISSEYRE - VIDAL Avocats "Le Jacques Cartier" 394, rue Léon BLUM 34000 MONTPELLIER Grille indicative des honoraires Tarifs applicables à compter du 1 er janvier 2012 Tél. : 04 67 66 27 25 Fax :

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006)

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE n 102 (1 er avril au 30 juin 2006) Circulaires de la Direction des affaires criminelles Signalisation des circulaires du 1 er avril au 30 juin 2006 Circulaire

Plus en détail

R E C R U T E M E N T S D E M A G I S T R A T S C O N C O U R S C O M P L E M E N T A I R E S 2 0 1 4

R E C R U T E M E N T S D E M A G I S T R A T S C O N C O U R S C O M P L E M E N T A I R E S 2 0 1 4 LES TEXTES Ordonnance n 58-1270 du 22 décembre 1958 modifiée portant loi organique relative au statut de la magistrature. Décret n 2001-1099 du 22 novembre 2001 relatif aux modalités du recrutement de

Plus en détail

CONVENTION. Maître., Avocat au Barreau de Bruxelles, dont le cabinet est établi

CONVENTION. Maître., Avocat au Barreau de Bruxelles, dont le cabinet est établi CONVENTION ENTRE: Maître., Avocat au Barreau de Bruxelles, dont le cabinet est établi ; ci-après dénommé : «L avocat» ; ET: Madame/Monsieur.., ci-après dénommé : «Le client» ; ARTICLE 1 : DROITS ET OBLIGATIONS

Plus en détail

loi macron spécial Calendrier de la loi «Macron» 21 juillet 2015 - N 34 Introduction

loi macron spécial Calendrier de la loi «Macron» 21 juillet 2015 - N 34 Introduction 21 juillet 2015 - N 34 spécial loi macron Introduction L Assemblée nationale a adopté définitivement le projet de loi Macron le 10 juillet, après un nouveau recours du gouvernement à l article 49-3. Le

Plus en détail

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs

L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945. Exposé des motifs L ORDONNANCE DU 2 FEVRIER 1945 Exposé des motifs Il est peu de problèmes aussi graves que ceux qui concernent la protection de l enfance, et parmi eux, ceux qui ont trait au sort de l enfance traduite

Plus en détail

PRÉSENTATION GÉNÉRALE LE SERVICE DE L'ACCÈS AU DROIT REGROUPE

PRÉSENTATION GÉNÉRALE LE SERVICE DE L'ACCÈS AU DROIT REGROUPE ACCÈS AU DROIT PRÉSENTATION GÉNÉRALE LE SERVICE DE L'ACCÈS AU DROIT REGROUPE au Palais de Justice, Galerie Marchande (à côté du vestiaire de l'ordre) Fax : 01 44 32 48 24 Le Bureau Pénal Le service Garde

Plus en détail

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre

Commentaire. Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre Commentaire Décision n 2011-171/178 QPC du 29 septembre 2011 M. Michael C. et autre (Renvoi au décret pour fixer certaines dispositions relatives à l exercice de la profession d avocat) Le Conseil constitutionnel

Plus en détail

PRESENTATION DE L UNION NATIONALE DES CARPA (UNCA) ARTICLE 21-1 DE LA LOI N 71-1130 DU 31 DECEMBRE 1971

PRESENTATION DE L UNION NATIONALE DES CARPA (UNCA) ARTICLE 21-1 DE LA LOI N 71-1130 DU 31 DECEMBRE 1971 PRESENTATION DE L UNION NATIONALE DES CARPA (UNCA) ARTICLE 21-1 DE LA LOI N 71-1130 DU 31 DECEMBRE 1971 & DES CAISSES DES REGLEMENTS PECUNAIRES DES AVOCATS (CARPA) GESTION DES FONDS DE TIERS, DES SEQUESTRES

Plus en détail

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice

La Justice et vous. Les acteurs de la Justice. Les institutions. S informer. Justice pratique. Vous êtes victime. Ministère de la Justice La Justice et vous Les acteurs de la Justice Les institutions S informer Justice pratique Ministère de la Justice Vous êtes victime Vous pouvez, en tant que victime d une infraction, déposer une plainte

Plus en détail

PRESENTATION DU CABINET

PRESENTATION DU CABINET PRESENTATION DU CABINET PAG Avocats - 2013 PAG AVOCATS Cabinet d'avocats parisien spécialisé en droit de la propriété intellectuelle, droit des nouvelles technologies, droit des affaires et des sociétés,

Plus en détail

Documents complémentaires au PPN du DUT Carrières juridiques (CJ) Description des parcours de modules complémentaires destinés à la poursuite d étude

Documents complémentaires au PPN du DUT Carrières juridiques (CJ) Description des parcours de modules complémentaires destinés à la poursuite d étude CPN CJ Documents complémentaires au PPN du DUT Carrières juridiques (CJ) Description des parcours de modules complémentaires destinés à la poursuite d étude S'appuyant sur l'arrêté du 3 août 2005, les

Plus en détail

L organisation du système judiciaire français et sa place dans le système institutionnel

L organisation du système judiciaire français et sa place dans le système institutionnel L organisation du système judiciaire français et sa place dans le système institutionnel 1 ère partie : le cadre A) Le système institutionnel : La constitution La France est dotée d une constitution portant

Plus en détail

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans)

- définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) Leçon introductive au droit pénal des mineurs - définition du droit pénal des mineurs (ensemble de règles visant à réprimer les comportements délinquants des personnes de moins de 18 ans) - textes régissant

Plus en détail

Comparaison de l expertise judiciaire au pénal et au civil

Comparaison de l expertise judiciaire au pénal et au civil Questions Réponse Références des Art. 156 à 169 du c.p.p. Avant l expertise Désignation de l expert Nombre d experts Nombre d experts dans le cadre d une contre expertise Possibilité de nommer une personne

Plus en détail

PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE

PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE PROTECTION DES DROITS DU TRADUCTEUR ET DE L INTERPRETE Le traducteur ou l interprète non salarié doit en permanence veiller à la préservation de ses droits tant dans l établissement de sa relation avec

Plus en détail

Recommandations sur les bons usages entre avocats et experts

Recommandations sur les bons usages entre avocats et experts Recommandations sur les bons usages entre avocats et experts Préambule Dès le début des opérations d une expertise judiciaire, les rapports entre l expert désigné par le juge et le ou les avocats de chacune

Plus en détail

EPREUVE : REGLEMENTATION PROFESSIONNELLE ET DEONTOLOGIE

EPREUVE : REGLEMENTATION PROFESSIONNELLE ET DEONTOLOGIE MESR - DGES EPREUVE D APTITUDE EXPERTS-COMPTABLES ETRANGERS (art.7 décret 96-352 du 24 avril 1996) EPREUVE : REGLEMENTATION PROFESSIONNELLE ET DEONTOLOGIE Date : 20 octobre 2008 Durée : 1 heure Les candidats

Plus en détail

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience «Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience UNIVERSITE PARIS 8 ENTREPRISE FNAIM Monter les salariés

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION

NOTICE D INFORMATION CONTRAT COLLECTIF D ASSURANCE DE PROTECTION JURIDIQUE souscrit par l Union Nationale Interprofessionnelle des Mutuelles Cogérées auprès de Matmut Protection Juridique NOTICE D INFORMATION UMC JURIS Ayant

Plus en détail

Sous l angle des pratiques et des usages, nous avons pu dresser certains constats et formuler quelques souhaits que nous vous soumettons ci-après.

Sous l angle des pratiques et des usages, nous avons pu dresser certains constats et formuler quelques souhaits que nous vous soumettons ci-après. Contribution écrite du Comité d Action Juridique (CAJ) Rhône-Alpes Au groupe de travail sur «les juridictions du XXI èmes siècle» 14 octobre 2013 Le Comité d Action Juridique est une association loi 1901

Plus en détail

SERVICE DE L EXERCICE PROFESSIONNEL

SERVICE DE L EXERCICE PROFESSIONNEL SERVICE DE L EXERCICE PROFESSIONNEL PRESTATION DE SERMENT DÉMARCHES PRÉALABLES Nous vous remercions de bien vouloir prendre rendez-vous auprès du SEP pour déposer le présent dossier accompagné de toutes

Plus en détail

REMUNERATION AIDE JURIDICTIONNELLE

REMUNERATION AIDE JURIDICTIONNELLE REMUNERATION AIDE JURIDICTIONNELLE Le montant de la rétribution «Aide Juridictionnelle» est déterminé par le nombre d unités de valeur «UV» affectées à la procédure et prévues par l article 90 du décret

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

Les principes et les mutations de l expertise dans la culture juridique française. Regard comparé avec le projet de réforme de l expertise au Québec

Les principes et les mutations de l expertise dans la culture juridique française. Regard comparé avec le projet de réforme de l expertise au Québec Les principes et les mutations de l expertise dans la culture juridique française Regard comparé avec le projet de réforme de l expertise au Québec Etienne Vergès Professeur à l'université de Grenoble

Plus en détail

Compétences visées dans la formation

Compétences visées dans la formation Droit public et science politique Responsable : Professeur Jean du BOIS de GAUDUSSON Spécialité recherche : Droit public fondamental RETRAIT DES DOSSIERS DE CANDIDATURE ENTRE LE AVRIL ET LE 1 MAI sur le

Plus en détail

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé

Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Délivrance de l information à la personne sur son état de santé Mai 2012 Préambule Le contenu et les qualités de l information Les modalités de la délivrance de l information L information du mineur, du

Plus en détail

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS

AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS AUDIENCE CORRECTIONNELLE AVERTISSEMENTS ET NOTIFICATIONS par Jean-Michel ETCHEVERRY président du tribunal de grande instance de Roanne (2 février 2009) Plusieurs réformes législatives intervenues ces dernières

Plus en détail

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2

TA de Paris - 21 février 2013, Mme X. n 1118574 /5-2 Le tribunal administratif de Paris annule le refus opposé à une candidate de participer aux épreuves d entrée à l Ecole Nationale de la Magistrature au regard de la condition de bonne moralité. Le 3 de

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D

DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D DECRET Décret n 2009-1789 du 30 décembre 2009 relatif au diplôme d expertise comptable NOR: ESRS0905375D Le Premier ministre, Sur le rapport de la ministre de l enseignement supérieur et de la recherche,

Plus en détail

CE : comment obtenir vos budgets

CE : comment obtenir vos budgets Droit en du pratique CE Pour fonctionner ou proposer des ASC aux salariés, le CE a forcément besoin de moyens financiers! Or sa principale ressource en la matière, c est l employeur, puisque c est lui

Plus en détail

Lettre recommandée avec AR : N 1A 091 493 8417 0. Adresse Mail : sec.pg.ca-toulouse@justice.fr

Lettre recommandée avec AR : N 1A 091 493 8417 0. Adresse Mail : sec.pg.ca-toulouse@justice.fr Monsieur LABORIE André Le 11 février 2014 2 rue de la Forge 31650 Saint Orens Courrier transfert Tél : 06-14-29-21-74. Tél : 06-16-15-23-45. Mail : laboriandr@yahoo.fr http://www.lamafiajudiciaire.org

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

COMITE DEPARTEMENTAL DU TOURISME DES PYRENEES ORIENTALES

COMITE DEPARTEMENTAL DU TOURISME DES PYRENEES ORIENTALES COMITE DEPARTEMENTAL DU TOURISME DES PYRENEES ORIENTALES Marché relatif à des Prestations d'assistance juridique, de représentation en justice et de prestations pour la mise en concurrence PROCEDURE ADAPTEE

Plus en détail

CONVENTION D HONORAIRES (Loi n 2007-210 du 19 février 2007)

CONVENTION D HONORAIRES (Loi n 2007-210 du 19 février 2007) CONVENTION D HONORAIRES (Loi n 2007-210 du 19 février 2007) Entre les soussignés : Maître.. Ci-après dénommé l avocat d une part Et Mr ou Mme Ci-après dénommé le client d autre part DISPOSITION SPÉCIFIQUE

Plus en détail

Examen de fin de stage judiciaire Programme de révision

Examen de fin de stage judiciaire Programme de révision Examen de fin de stage judiciaire Programme de révision Le présent document est établi sur base de l article 17, paragraphe 1 er, alinéa 2 du règlement grand-ducal du 10 juin 2009 portant organisation

Plus en détail

CONCOURS D ACCES A L ECOLE NATIONALE DE LA MAGISTRATURE

CONCOURS D ACCES A L ECOLE NATIONALE DE LA MAGISTRATURE CONCOURS D ACCES A L ECOLE NATIONALE DE LA MAGISTRATURE Note de présentation Les éléments retranscrits ci-dessous résultent du décret n 2008-1551 du 31 décembre 2008 modifiant le décret n 72-355 du 4 mai

Plus en détail

CHARTE entre la Compagnie

CHARTE entre la Compagnie < CHARTE entre la Compagnie des Experts de Justice près la Cour d Appel d Angers et les Barreaux du ressort Recommandations pratiques en matière d expertise civile Le Conseil National des Barreaux et la

Plus en détail

Marseille 12-13 octobre 2006. Table ronde nº 1: le statut du notaire

Marseille 12-13 octobre 2006. Table ronde nº 1: le statut du notaire 1 er COLLOQUE DES NOTARIATS EUROMÉDITERRANÉENS Marseille 12-13 octobre 2006 Table ronde nº 1: le statut du notaire Rapporteur Général :Maître Manuel GARCIA COLLIANTES Rapporteur national : Maître Mariagrazia

Plus en détail

Guide des contrôles périodiques

Guide des contrôles périodiques Guide des contrôles périodiques 2 Guide des contrôles périodiques Le Haut Conseil du commissariat aux comptes a adopté le présent guide des contrôles périodiques le 12 juillet 2012 (décision 2012-02).

Plus en détail

Loi organique relative à la Haute Cour

Loi organique relative à la Haute Cour Loi organique relative à la Haute Cour Dahir portant loi organique n 1-77-278 du 24 chaoual 1397 (8 octobre 1977) relative à la Haute Cour (1) Louange à Dieu Seul! (Grand Sceau de Sa Majesté Hassan II)

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 8 janvier 2015 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 8 janvier 2015 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 8 janvier 2015 Retiré LA CROISSANCE ET L'ACTIVITÉ - (N 2447) AMENDEMENT N o SPE749 présenté par Mme Capdevielle, Mme Alaux, M. Philippe Baumel, M. Ciot, M. Clément, Mme Sandrine Doucet,

Plus en détail

TRADUCTION FRANÇAISE POUR INFORMATION. Décrets et Arrêtés

TRADUCTION FRANÇAISE POUR INFORMATION. Décrets et Arrêtés TRADUCTION FRANÇAISE POUR INFORMATION Mardi 11 rabiaa II 1435 11 février 2014 157 ème année N 12 Sommaire Décrets et Arrêtés Présidence du Gouvernement Décret n 2014-764 du 28 janvier 2014, fixant les

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA JUSTICE ET DES LIBERTÉS Décret n o 2010-148 du 16 février 2010 portant application de la loi organique n o 2009-1523 du 10 décembre 2009 relative

Plus en détail

CHAPITRE 6 PROTECTION STATUTAIRE ET ASSURANCE GROUPE RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE

CHAPITRE 6 PROTECTION STATUTAIRE ET ASSURANCE GROUPE RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE CHAPITRE 6 PROTECTION STATUTAIRE ET ASSURANCE GROUPE Textes applicables : Article 11 de l ordonnance n 58-1270 du 22 décembre 1958 portant loi organique relative au statut de la magistrature ; Article

Plus en détail

Section des Formations et des diplômes

Section des Formations et des diplômes Section des Formations et des diplômes Rapport d évaluation de la licence professionnelle Activité juridique, directeur d'enquêtes privées de l Université Panthéon-Assas Vague D 2014-2018 Campagne d évaluation

Plus en détail

BAREME INDICATIF DES HONORAIRES

BAREME INDICATIF DES HONORAIRES BAREME INDICATIF DES HONORAIRES Tarifs applicables à compter du 01/01/2014 Maitre MAIRET Christophe Avocat 1 Sommaire Notice du barème p.03 Consultations et postulations p.04 Droit Civil p.05 Droit du

Plus en détail

Assistance Juridique «Vie Privée» Protection Juridique «Recours médical» et «Mesures de protection de la personne majeure»

Assistance Juridique «Vie Privée» Protection Juridique «Recours médical» et «Mesures de protection de la personne majeure» Contrat d Assurance Collectif de Protection Juridique souscrit par la Mutuelle familiale auprès de Matmut Protection Juridique Notice d information Assistance Juridique «Vie Privée» Protection Juridique

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS Ordonnance n o 2010-18 du 7 janvier 2010 portant création d une agence nationale chargée de la sécurité sanitaire de l

Plus en détail

La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent

La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent La Carpa, outil d auto-régulation de la profession d avocat et de lutte contre le blanchiment d argent Tout avocat peut être confronté, dans le cadre de son exercice professionnel, à la question du blanchiment

Plus en détail

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ

RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ RAPPORT DE STAGE ET RÉSUMÉ Instructions: 1. Le rapport doit être renvoyé au REFJ (exchanges@ejtn.eu) dans le mois suivant le stage. 2. Veuillez utiliser le formulaire ci-dessous pour rédiger votre rapport

Plus en détail

DROIT ECONOMIE - GESTION. DROIT PUBLIC DROIT DES RESSOURCES HUMAINES DES FONCTIONS PUBLIQUES (DRH Fonctions Publiques)

DROIT ECONOMIE - GESTION. DROIT PUBLIC DROIT DES RESSOURCES HUMAINES DES FONCTIONS PUBLIQUES (DRH Fonctions Publiques) 202-206 0Niveau : MASTER année Domaine : Mention : Spécialité : Volume horaire étudiant : DROIT ECONOMIE - GESTION DROIT PUBLIC DROIT DES RESSOURCES HUMAINES DES FONIONS PUBLIQUES (DRH Fonctions Publiques)

Plus en détail

Formations et diplômes. Rapport d'évaluation. Master Droit privé. Université Bordeaux. Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A)

Formations et diplômes. Rapport d'évaluation. Master Droit privé. Université Bordeaux. Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Rapport d'évaluation Master Droit privé Université Bordeaux Campagne d évaluation 2014-2015 (Vague A) Formations et diplômes Pour le HCERES, 1 Didier Houssin, président En vertu

Plus en détail

Justice, quels métiers?

Justice, quels métiers? Justice, quels métiers? Justice, quels métiers? Guide pratique genevois Les métiers du Palais de justice 2 Edition et réalisation Groupe Communication-information du Palais de justice Collaboration Office

Plus en détail

DROIT DES ASSURANCES DROIT DE LA RESPONSABILITÉ DROIT PUBLIC ECONOMIQUE DROIT SOCIAL DROIT DES BAUX COMMERCIAUX DROIT DE LA FONCTION PUBLIQUE DROIT

DROIT DES ASSURANCES DROIT DE LA RESPONSABILITÉ DROIT PUBLIC ECONOMIQUE DROIT SOCIAL DROIT DES BAUX COMMERCIAUX DROIT DE LA FONCTION PUBLIQUE DROIT D E S C O M P É T E N C E S À V O T R E S E R V I C E DROIT DES ASSURANCES DROIT DE LA RESPONSABILITÉ DROIT PUBLIC ECONOMIQUE DROIT SOCIAL DROIT DES BAUX COMMERCIAUX DROIT DE LA FONCTION PUBLIQUE DROIT

Plus en détail

NOTICE RELATIVE AU CHANGEMENT DE NOM

NOTICE RELATIVE AU CHANGEMENT DE NOM NOTICE RELATIVE AU CHANGEMENT DE NOM I- QUI PEUT DEMANDER À CHANGER DE NOM?...3 II - COMMENT CONSTITUER UN DOSSIER?...3 III - QUELS SONT LES MOTIFS JUSTIFIANT LE CHANGEMENT DE NOM?...7 IV - OÙ DÉPOSER

Plus en détail

CONCOURS DE REDACTEUR PRINCIPAL DE 2 ème CLASSE TERRITORIAL

CONCOURS DE REDACTEUR PRINCIPAL DE 2 ème CLASSE TERRITORIAL FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE CONCOURS DE REDACTEUR PRINCIPAL DE 2 ème CLASSE TERRITORIAL CENTRE DE GESTION DU JURA 5 avenue de la République BP 86 39303 CHAMPAGNOLE CEDEX Tél : 03 84 53 06 39 Fax : 03

Plus en détail

DESCRIPTION DU POUVOIR JUDICIAIRE

DESCRIPTION DU POUVOIR JUDICIAIRE DESCRIPTION DU POUVOIR JUDICIAIRE Pouvoir judiciaire Le Pouvoir judiciaire est l institution chargée d administrer la justice à travers ses tribunaux. Sa fonction est d assurer la préservation, la protection

Plus en détail

Sicard et Attias pour un barreau pénal digne

Sicard et Attias pour un barreau pénal digne Sicard et Attias pour un barreau pénal digne Anne MOREAUX - publié le 19 mai 2015 - Actualité [1] Envoyer par mail [2] Imprimer Pour leur 8e Bar à Idées, les jeunes avocats du mouvement «BAI» (bousculer-animer-innover),

Plus en détail

chronique juridique Contrats de droit privé : l académie de Créteil, un exemple à suivre! Procédures disciplinaires : le memento CHRONIQUE JURIDIQUE

chronique juridique Contrats de droit privé : l académie de Créteil, un exemple à suivre! Procédures disciplinaires : le memento CHRONIQUE JURIDIQUE CHRONIQUE JURIDIQUE chronique juridique Contrats de droit privé : l académie de Créteil, un exemple à suivre! Lors de notre congrès de Lille, une motion a été proposée par la commission «métier» sur les

Plus en détail

Synthèse du portrait prospectif approfondi de la branche des cabinets d avocats

Synthèse du portrait prospectif approfondi de la branche des cabinets d avocats Synthèse du portrait prospectif approfondi de la branche des cabinets d avocats Observatoire des Métiers des Professions Libérales 52-56, rue Kléber - 92309 LEVALLOIS-PERRET Cedex Tél. 01 46 39 38 77 -

Plus en détail

ENM info. Sommaire. Ce 30 e numéro d ENM info porte en lui la maturité de l Ecole. N 30 Avril 2009

ENM info. Sommaire. Ce 30 e numéro d ENM info porte en lui la maturité de l Ecole. N 30 Avril 2009 N 30 Avril 2009 ENM info La lettre de l école nationale de la magistrature L esprit des lois s épanouit à l ENM Les membres du comité de pilotage du cinquantenaire Ce 30 e numéro d ENM info porte en lui

Plus en détail

LOI N PORTANT ORGANISATION DE LA PROFESSION DE COMMISSAIRE-PRISEUR AU TOGO - DISPOSITIONS GENERALES

LOI N PORTANT ORGANISATION DE LA PROFESSION DE COMMISSAIRE-PRISEUR AU TOGO - DISPOSITIONS GENERALES LOI N PORTANT ORGANISATION DE LA PROFESSION DE COMMISSAIRE-PRISEUR AU TOGO TITRE I er - DISPOSITIONS GENERALES Article premier : La présente loi est applicable aux commissaires-priseurs, aux clercs de

Plus en détail

PRÉSENTATION DES 15 ACTIONS

PRÉSENTATION DES 15 ACTIONS PRÉSENTATION DES 15 ACTIONS UNE JUSTICE PLUS PROCHE UNE JUSTICE PLUS EFFICACE UNE JUSTICE PLUS PROTECTRICE J.21 La justice du 21 ème siècle se vit au quotidien www.justice.gouv.fr/j21 #J21 UNE JUSTICE

Plus en détail

REGLES PROFESSIONNELLES PREVUES PAR L ARTICLE 54-1 (II) DU DECRET DU 27 DECEMBRE 1985 MODIFIE

REGLES PROFESSIONNELLES PREVUES PAR L ARTICLE 54-1 (II) DU DECRET DU 27 DECEMBRE 1985 MODIFIE REGLES PROFESSIONNELLES PREVUES PAR L ARTICLE 54-1 (II) DU DECRET DU 27 DECEMBRE 1985 MODIFIE SOMMAIRE R EGLES PROFESSIONNE L LES P REVUES PAR L ARTI C LE 54-1 (II) DU DECRE T D U 27 DE CE M BRE 1985 MO

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie Une formation approfondie à la réflexion éthique appliquée aux secteurs du soin et de la santé En formation continue,

Plus en détail

VADE-MECUM des droits et devoirs du géomètre-expert stagiaire et du maître de stage

VADE-MECUM des droits et devoirs du géomètre-expert stagiaire et du maître de stage VADE-MECUM des droits et devoirs du géomètre-expert stagiaire et du maître de stage 14 juin 2011 1/11 Préambule Dans le cadre de la nécessaire communication auprès des jeunes en formation, le Conseil supérieur

Plus en détail

REUNION PUBLIQUE DE CONCERTATION SUR L OPERATION CLICHY-BATIGNOLLES. Le projet du Nouveau Palais de Justice de Paris.

REUNION PUBLIQUE DE CONCERTATION SUR L OPERATION CLICHY-BATIGNOLLES. Le projet du Nouveau Palais de Justice de Paris. REUNION PUBLIQUE DE CONCERTATION SUR L OPERATION CLICHY-BATIGNOLLES Le projet du Nouveau Palais de Justice de Paris 4 décembre 2009 LES ORIGINES DU PROJET : un fonctionnement actuel très contraint Des

Plus en détail

Fonction Publique Territoriale

Fonction Publique Territoriale Fonction Publique Territoriale Filière Catégorie Administrative B Concours Rédacteur Principal 2 ème classe Mise à jour : juillet 2014 SOMMAIRE L'EMPLOI La fonction... 2 La rémunération... 2 LES CONDITIONS

Plus en détail

CONVENTION PORTANT CREATION D UNE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE

CONVENTION PORTANT CREATION D UNE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE CONVENTION PORTANT CREATION D UNE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE Sur recommandation du Comité Monétaire institué par la Convention de Coopération du 22 novembre 1972, Le Gouvernement de la République

Plus en détail

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223

Ressources humaines Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 Ministère de la Culture et de la Communication - 01/2012 223 RESPONSABLE DE RESSOURCES HUMAINES Code : GRH01 Responsable de ressources humaines FPEGRH01 Il définit et met en œuvre la politique de ressources

Plus en détail

PROTOCOLE DE MISE EN OEUVRE DE LA COMMUNICATION ELECTRONIQUE ENTRE LES AVOCATS ET LES CHAMBRES CIVILES DE LA COUR D APPEL DE LYON

PROTOCOLE DE MISE EN OEUVRE DE LA COMMUNICATION ELECTRONIQUE ENTRE LES AVOCATS ET LES CHAMBRES CIVILES DE LA COUR D APPEL DE LYON PROTOCOLE DE MISE EN OEUVRE DE LA COMMUNICATION ELECTRONIQUE ENTRE LES AVOCATS ET LES CHAMBRES CIVILES DE LA COUR D APPEL DE LYON La cour d appel de Lyon représentée par son premier président et son procureur

Plus en détail

Sandra. «Un huissier de justice, c est un chef d entreprise» Huissière de justice (Actihuis) INFO PLUS A CONSULTER

Sandra. «Un huissier de justice, c est un chef d entreprise» Huissière de justice (Actihuis) INFO PLUS A CONSULTER Sandra Huissière de justice (Actihuis) «Je ne savais pas ce que je voulais faire. Enfin si, je savais que je ne voulais pas faire de Droit car j en avais une image trop rigide. Après mon Bac ES (ex B),

Plus en détail

A propos de la médiation

A propos de la médiation A propos de la médiation La médiation, une démarche volontaire mais spécifique Si toute personne peut, en principe, être médiateur, il faut avoir suivi avec un succès une formation d'un minimum de 90 heures

Plus en détail

CADRE D EMPLOIS DES RÉDACTEURS TERRITORIAUX Concours et examens d accès au grade de rédacteur principal de 2 ème classe

CADRE D EMPLOIS DES RÉDACTEURS TERRITORIAUX Concours et examens d accès au grade de rédacteur principal de 2 ème classe CADRE D EMPLOIS DES RÉDACTEURS TERRITORIAUX Concours et examens d accès au grade de rédacteur principal de 2 ème classe Mise à jour : 16 janvier 2015 PRÉSENTATION DU CADRE D EMPLOIS ET PRINCIPALES FONCTIONS

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS. 27 juin 2014 PROPOSITION DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS. 27 juin 2014 PROPOSITION DE LOI Le présent document est établi à titre provisoire. Seule la «Petite loi», publiée ultérieurement, a valeur de texte authentique. ASSEMBLÉE NATIONALE SERVICE DE LA SÉANCE DIVISION DES LOIS 27 juin 2014

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES RÉPUBLIQUE DU BÉNIN COUR CONSTITUTIONNELLE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er : Le présent Règlement Intérieur est pris en application des dispositions de la Loi n 90-032

Plus en détail

Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales

Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales Charte du Groupe : relations entre l établissement public et les filiales Editorial La spécificité du groupe Caisse des Dépôts, découlant du statut d établissement public particulier de sa maison-mère

Plus en détail

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL

PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Actualisation 07/2009 PROTOCOLE POUR L ACCUEIL DES STAGIAIRES D ÉCOLES DE TRAVAIL SOCIAL Partie 1 : LE CADRE GENERAL I. OBJECTIFS DE L INSTITUTION DANS LA FORMATION PROFESSIONNELLE Participer à l effort

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche NOR :

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE. Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche NOR : RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l enseignement supérieur et de la recherche NOR : Décret du Modifiant le décret n 84-431 du 6 juin 1984 fixant les dispositions statutaires communes applicables aux enseignants-chercheurs

Plus en détail

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES. Point 6 de l'ordre du jour

F Distribution: GÉNÉRALE RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES. Point 6 de l'ordre du jour Session annuelle du Conseil d administration Rome, 25 28 mai 2015 RESSOURCES, QUESTIONS FINANCIÈRES ET BUDGÉTAIRES Point 6 de l'ordre du jour Pour examen NOTE DE LA DIRECTRICE EXÉCUTIVE SUR LE RAPPORT

Plus en détail

Dillenschneider Favaro & Associés

Dillenschneider Favaro & Associés Dillenschneider Favaro & Associés cabinet d avocats paris luxembourg une histoire commune Des expériences professionnelles différentes et des expertises complémentaires ont fondé une histoire commune quand

Plus en détail

RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC

RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC RÈGLEMENT SUR LA GOUVERNANCE DE LA SOCIÉTÉ DE L'ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC ET DU FONDS D ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC Loi sur la Société de l assurance automobile du Québec (chapitre S-11.011) Le

Plus en détail

Cabinet VISAS 4 COMMISSARIAT

Cabinet VISAS 4 COMMISSARIAT Cabinet VISAS 4 COMMISSARIAT Rapport de transparence 2011-2012 SOMMAIRE 1- Présentation du cabinet... 4 1.1 Description de la structure juridique et du capital de la SARL VISAS 4 Commissariat.... 4 1.2

Plus en détail

Code de déontologie de l avocat

Code de déontologie de l avocat Code de déontologie de l avocat Code de déontologie de l avocat 2012-2013 Ordre des barreaux francophones et germanophone de Belgique Ouvrages parus dans la collection de l Ordre des barreaux francophones

Plus en détail

Questionnaire standard pour les nouveaux Etats adhérents Réponse de: [Etat] GUINEE Date de la réponse : [date] : Le 13 Février 2013

Questionnaire standard pour les nouveaux Etats adhérents Réponse de: [Etat] GUINEE Date de la réponse : [date] : Le 13 Février 2013 CONVENTION DE LA HAYE DU 25 OCTOBRE 1980 SUR LES ASPECTS CIVILS DE L ENLÈVEMENT INTERNATIONAL D ENFANTS Questionnaire standard pour les nouveaux Etats adhérents Réponse de: [Etat] GUINEE Date de la réponse

Plus en détail

MISSION MINISTÉRIELLE PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES ANNEXE AU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR JUSTICE

MISSION MINISTÉRIELLE PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES ANNEXE AU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR JUSTICE R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E MISSION MINISTÉRIELLE PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES ANNEXE AU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2010 JUSTICE NOTE EXPLICATIVE Cette annexe au projet de loi de finances

Plus en détail

ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE LE BARREAU DU QUÉBEC LE CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX

ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE LE BARREAU DU QUÉBEC LE CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES QUALIFICATIONS PROFESSIONNELLES ENTRE LE BARREAU DU QUÉBEC ET LE CONSEIL NATIONAL DES BARREAUX ARRANGEMENT EN VUE DE LA RECONNAISSANCE MUTUELLE DES

Plus en détail