Vers un cadre juridique pour certains prestataires de services de confiance L expérience belge

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Vers un cadre juridique pour certains prestataires de services de confiance L expérience belge"

Transcription

1 Vers un cadre juridique pour certains prestataires de services de confiance L expérience belge Etienne MONTERO Professeur Ordinaire à l Université de Namur (Belgique) Directeur de recherches au Centre de Recherches Informatique et Droit (CRID) Allocution présentée dans le cadre du séminaire «Confiance et environnements électroniques» Montréal, 20 novembre 2008 Dans le souci de renforcer la «sécurité» et la «confiance» sur les réseaux numériques, on assiste depuis quelques années à l apparition de «tiers de confiance», dont la fonction est d apporter des garanties de sécurité et de fiabilité : services de certification, d archivage et d horodatage de données électroniques, de recommandé électronique, de blocage transitoire des sommes versées, etc. Si le marché de ces services de confiance tend à se développer, c est avec difficulté et un niveau de qualité variable. L absence de cadre juridique entraîne plusieurs inconvénients : certains prestataires peu scrupuleux offrent des services insuffisamment fiables sur le plan technique et juridique ; l absence de critère minimal de qualité empêche les destinataires des services de savoir quel prestataire est digne de confiance et, partant, de choisir un service apte à satisfaire leurs besoins ; les juges risquent d être confrontés à des questions juridiques épineuses relatives à ces services, pour lesquelles le droit commun s avère insuffisant. insécurité quant à la reconnaissance juridique des documents et données traités par ces services (p. ex. valeur juridique d un recommandé électronique lorsque la loi exige le recours à une lettre recommandée? opposabilité d un horodatage? droit de détruire ses archives papier une fois numérisées?). On imagine la déconvenue en cas de perte de documents archivés, de faillite d un prestataire de confiance en l absence de règles relatives à la reprise de ses activités, ou d utilisation de technologies inaptes à assurer les garanties attendues. Pareils incidents seraient évidemment de nature à ruiner la confiance déposée en ces tiers dits de confiance! Il est dès lors primordial d encadrer juridiquement ces nouveaux «métiers de la confiance» 1, d une manière comparable au régime juridique d ores et déjà prévu dans le contexte limité des services de certification de clés cryptographiques utilisées à des fins de signature électronique 2. Réflexion menée autour de deux axes : établissement d un cadre juridique pour certains «tiers de confiance» (définition d un tronc commun de critères à satisfaire et de dispositions propres à chaque service) et reconnaissance juridique de documents, données ou envois 1 Cf. Avis n 3 relatif aux pistes pour renforcer la confiance dans le commerce électronique (01/06/2004). 2 Loi du 9 juillet 2001 fixant certaines règles relatives au cadre juridique pour les signatures électroniques et les services de certification, M.B., 29 septembre E. Montéro novembre

2 électroniques (concrètement, un certain nombre de présomptions ou d assimilations sont prévues en faveur des documents issus de services ou de systèmes conformes à la loi). I. Méthodologie adoptée La prise en considération d un certain nombre de données et contraintes factuelles et juridiques, justifie les grands choix architecturaux arrêtés. Difficulté de définir une notion générique et uniforme de prestataire de confiance La notion de service de confiance est protéiforme et recouvre, dans son acception habituelle, des métiers extrêmement divers. 1 Certains services sont toujours fournis en ligne, normalement contre rémunération et à la demande individuelle du destinataire de service, et répondent dès lors à la notion de «service de la société de l information» (ex. le recommandé électronique ou le blocage transitoire des sommes versées), mais ce n est pas le cas de tous les services. Ainsi, dans le cas du service d archivage électronique, le contrat n est pas toujours conclu et exécuté à distance et par voie électronique. Il se peut en effet que le destinataire du service préfère rencontrer le prestataire, négocier le contrat, lui apporter personnellement ses documents électroniques au lieu de les envoyer en ligne... C est pourquoi le critère de la prestation à distance et par voie électronique ne pouvait être retenu en toutes hypothèses. C est également la raison pour laquelle tout service de confiance ne peut être assimilé à un service de la société de l information. 2 Le prestataire d un service de confiance se positionne souvent comme un tiers par rapport à une relation entre deux ou plusieurs personnes (il y est recouru en fonction d une qualification particulière 3 ou afin de disposer d un élément de preuve opposable : une date, le moment d un envoi ), mais ce n est pas toujours le cas. Par exemple, les documents archivés peuvent être à vocation purement interne à une entreprise, sans que l on songe à l opposer à une autre partie. 3 S il pouvait sembler séduisant d élaborer un régime général pour tous les services de confiance, existants ou à venir, une étude attentive nous a dissuadé d adopter une telle démarche, pour le moins hasardeuse et inadéquate. Tout d abord, il est apparu clairement, à la lumière d une étude empirique, que quatre services de confiance spécifiques avaient le plus grand besoin de réglementation : l archivage électronique, le recommandé électronique, l horodatage électronique et le blocage transitoire des sommes versées. Par contre, ont été écartés: les services qui fonctionnent très bien dans un cadre contractuel, tel le dépôt de codes sources (escrow) les services déjà réglementés (certification) les services auto-régulés (labellisation) les services trop peu développés ou inexistants en Europe (certification de la qualité de mineur, infomédiaire ). 3 Ainsi, la conservation de données est un métier en soi. D où le recours à un professionnel spécialisé, dans le but d assurer la pérennité de ses archives. E. Montéro novembre

3 Réglementer un marché si jeune, voire inexistant, est apparu périlleux dans la mesure où il est quasiment impossible de déterminer quelles sont les caractéristiques précises de ces services, les bonnes et les mauvaises pratiques, les dangers pour le destinataire, les attentes du marché, etc. En adoptant un cadre juridique général commun aux services de confiance, abstraitement définis, et susceptible de couvrir des services inexistants à ce jour, on risquait de freiner les initiatives nouvelles et de voir tomber dans son champ d application des activités qui sont en réalité étrangères aux services de confiance. En définitive, il a semblé préférable de recourir à la voie énumérative, en bâtissant un cadre juridique souple pour les quatre services de confiance précités, qui ont le mérite d exister et qui ont réellement besoin d une réglementation pour favoriser leur développement. Ce qui n empêche évidemment pas le législateur d élargir ultérieurement ce champ d application, si d autres services venaient à apparaître sur le marché, avec le même besoin d encadrement juridique. Tenir compte des règles déjà existantes et applicables aux métiers de la confiance Les activités des prestataires de services de confiance sont déjà soumises à des règles ressortissant au droit des contrats (devoir de bonne foi, obligation d information en sa triple déclinaison : obligation de renseignement, de conseil et de mise en garde), au droit de la responsabilité, au droit de la concurrence (usages honnêtes, pratiques commerciales déloyales ), au droit de la consommation (clauses abusives, obligations d information spécifiques ) ou encore à la loi sur les services de la société de l information. Les prestataires de service de confiance peuvent aussi se voir appliquer les règles relatives à la publicité trompeuse ou mensongère. De même, si le prestataire de service de confiance peut être considéré comme prestataire de service de la société de l information, il est tenu de fournir une série d informations générales relatives à son activité professionnelle. Ces dispositions étant déjà d application, seuls les aspects spécifiques aux services de confiance doivent encore être réglés. Opportunité de dispositions spécifiques ou plus contraignantes dans les relations B2C À la vérité, la question a semblé prématurée pour certains services. L étude empirique a révélé, d entrée de jeu, que les services d archivage et d horodatage électroniques s adressent en priorité aux professionnels, organismes publics ou privés. Les prestataires du secteur ont choisi de s orienter d abord vers le monde des affaires et de l e-government, là où la demande était la plus forte, sur un marché émergeant. Les acteurs et les observateurs du marché estiment que ces services de confiance doivent se développer suffisamment entre professionnels avant de s orienter B2C. Par ailleurs, la plupart des services offerts sont encore trop coûteux pour attirer le consommateur. Par contre, le service de recommandé électronique s adresse à tout destinataire, professionnel ou consommateur. On relève néanmoins que, pour l instant, les particuliers y recourent moins que les professionnels. Au total, il n a pas paru opportun de prévoir, au niveau du cadre général des prestataires de services de confiance, des dispositions spécifiques pour les destinataires des services qui auraient la qualité de consommateurs. Cela ne s est avéré utile que pour la réglementation du service particulier de blocage transitoire des sommes versées (en ce qu il fallait envisager le régime spécifique en Belgique des paiements anticipés). Pour les autres régimes particuliers (archivage, horodatage et recommandé électroniques), il ne semble pas y avoir E. Montéro novembre

4 une nécessité actuelle de protéger particulièrement le consommateur. À vrai dire, dans les services de confiance, les destinataires, qu ils soient professionnels ou consommateurs, souffrent souvent d une même fragilité : leur manque de maîtrise des technologies. À cet égard, tous méritent un même niveau de protection. En outre, l existence en soi d une réglementation des services de confiance, applicable à tous, devrait suffire à inciter le consommateur à utiliser ces services, sans qu il soit besoin de lui accorder une couche de protection supplémentaire. Tenir compte des contraintes européennes Conformément aux principes du droit européen (principes de la loi du pays d origine, de la reconnaissance mutuelle et de non-autorisation préalable), il est interdit à un Etat membre de prétendre soumettre les prestataires établis dans un autre État membre à ses propres règles et contrôles. De surcroît, l accès à l activité d un prestataire de services de la société de l information et l exercice de celle-ci ne peuvent être soumis à aucune autorisation préalable, ni à aucune autre exigence ayant un effet équivalent. Or, on pourrait être tenté de voir une exigence d effet équivalent dans le fait de n accorder des effets juridiques qu aux services des prestataires qui respectent le cadre juridique belge des services de confiance et qui se sont en outre déclarés auprès de l Administration. Afin de permettre aux prestataires établis dans un autre État membre de bénéficier des présomptions ou assimilations instaurées par la loi, il convenait d imaginer un système d accréditation volontaire. Ainsi, comme leurs homologues belges, les prestataires établis à l étranger peuvent demander une accréditation, moyennant un audit pratiqué, à leurs frais, par l entité de leur choix. En effet, les entités habilitées à procéder à de tels audits sont certifiées par le système belge d accréditation, ou par tout organisme équivalent établi dans l Espace économique européen. Ce qui implique, par exemple, qu un prestataire de service de confiance établi en Pologne pourrait en théorie se faire accréditer suite à un audit pratiqué par une entité polonaise certifiée par un système polonais d accréditation. Principe de neutralité technologique La loi pose essentiellement des principes, tout en évitant de faire référence à des standards techniques voués à une obsolescence rapide. A cet effet, le cadre juridique élaboré prévoit : un tronc commun d exigences applicables à l ensemble des services visés ; des règles spécifiques à chacun des services ; la création d une Commission des services de confiance chargée de rédiger des référentiels techniques de manière à assurer un suivi des évolutions technologiques et de pouvoir procurer des directives concrètes aux prestataires. La Commission est également compétente pour rédiger les formulaires de déclaration et d accréditation volontaire, formuler des avis concernant les services de confiance ou l opportunité d élargir le champ d application du cadre légal et statuer sur les recours et les plaintes en matière d accréditation et de déclaration. Principe d équivalence fonctionnelle Ce principe vise à éviter des différences de traitement juridique entre documents papier et documents électronique. Par exemple, on constate qu en pratique, le recommandé électronique est de nature à offrir des garanties supplémentaires par rapport au recommandé papier. Ainsi, le recommandé électronique permet de procéder à une vérification de l identité de l expéditeur (alors ce n est pas l usage en matière de recommandé traditionnel, du moins E. Montéro novembre

5 en Belgique) et de garantir l intégrité du contenu du message envoyé. Pour éviter toute différence de traitement entre le recommandé papier et le recommandé électronique, il a été préconisé d imposer au prestataire d un service de recommandé électronique des obligations similaires à celles assumées par La Poste dans le cadre du recommandé papier : fournir à l expéditeur un accusé d envoi de son message au destinataire ; mettre en œuvre des moyens raisonnables de manière à protéger le contenu du message de l expéditeur contre toute altération et modification et à prévenir contre toute perte ou tout détournement du message par un tiers ; fournir un accusé, selon le cas, de réception ou de refus du message par le destinataire ou de sa non-délivrance, vérifier l identité du destinataire, etc. À condition de respecter les obligations communes à tous les prestataires de service de confiance et les obligations propres au prestataire de recommandé électronique, le recommandé électronique serait valable et pleinement assimilé à une lettre recommandée à «La Poste». Autre exemple : l horodatage. Dans le système actuel, seuls les actes enregistrés ou mentionnés dans un acte authentique autrement dit, soumis à la perception d une taxe ou d un droit permettent à une personne d obtenir volontairement date certaine. Permettre à l horodatage électronique de conférer date certaine eût créé une distorsion entre les personnes recourant à l horodatage électronique (non taxé) et celles recourant aux méthodes traditionnelles (soumises à taxation). En définitive, le corps de règles envisagé cherche un équilibre entre souplesse et sécurité. Il s est agi d établir un cadre relativement souple pour stimuler l offre des services de confiance, dans le respect des contraintes européennes. En même temps, ce cadre devait être suffisamment sécurisant pour protéger les destinataires des services de confiance et assurer un niveau minimum de qualité. II. Vue générale du cadre juridique Concrètement, le cadre juridique des prestataires de services de confiance se compose de dispositions générales impératives, communes aux quatre services de confiance retenus, et d obligations supplétives, spécifiques à chaque service (pour permettre un certain nombre d adaptations contractuelles en fonction des demandes et des attentes du client, plus ou moins rigoureuses selon les besoins ; les prestataires peuvent librement décider de se conformer à ces obligations particulières additionnelles, dont le respect entraîne une reconnaissance juridique renforcée). Dispositions communes. Toute personne physique ou morale fournissant un des services concernés doit au minimum respecter un tronc commun comportant les obligations suivantes : devoir d impartialité 4, confidentialité des données transmises 5, sécurisation des données 6, information du destinataire sur certains aspects du service 7, qualification et expérience du personnel eu égard au service fourni 8, solidité financière 9, etc. 4 Les prestataires doivent faire preuve d impartialité vis-à-vis des destinataires de leurs services et des tiers. 5 Les prestataires ne peuvent détourner, à quelque fin que ce soit, les données qui leur sont transmises. Ils ne peuvent les détenir et les consulter que dans la mesure nécessaire à l accomplissement de leurs services. 6 Les prestataires mettent en œuvre les moyens nécessaires en vue de préserver la sécurité des données qui leur sont transmises, et notamment d'empêcher qu elles soient déformées, endommagées ou accessibles à des tiers non autorisés. 7 Les prestataires fournissent aux destinataires de leurs services, avant la conclusion du contrat et pendant toute la durée de celui-ci, un accès facile et direct à une série d informations, formulées de manière claire et compréhensible (les modalités et conditions précises d utilisation de leurs services ; le fonctionnement et l accessibilité de leurs services ; les mesures qu ils adoptent en matière de sécurité ; les procédures de E. Montéro novembre

6 Dispositions spécifiques. En matière d archivage électronique, le prestataire doit offrir des garanties spécifiques relatives, notamment, au maintien de la lisibilité des données, à leur intégrité et à la durabilité des documents archivés. maintenir la lisibilité des données* empêcher la modification des données* (excepté support ou format) détection, datation et enregistrement des opérations sur les données mesures de sécurité pas de cession de droits sur les données, ni de droit de rétention restitution des données sous une forme lisible et exploitable* *sinon présumé fautif jusqu à preuve du contraire En matière d horodatage électronique, le prestataire doit veiller essentiellement à utiliser des procédures de datation fiable, reposant sur le temps universel coordonné, et à ne pas laisser entendre qu il délivre une «date certaine» (art C.civ.) En matière de recommandé électronique, le prestataire doit fournir, notamment, des garanties particulières concernant la délivrance de certificats de temps et la fiabilité des accusés de réception, la délivrance d une preuve de dépôt par l émetteur et, le cas échéant, une preuve de réception par le destinataire. Il doit également assurer la confidentialité des données, prévenir toute altération, perte ou détournement des données et prévoir une indemnité en cas de perte, d altération ou de détournement du message. En matière de blocage transitoire des sommes versées, le prestataire doit, entre autres : offrir des moyens de paiements sécurisés, assurer une vérification de l identité du prestataire (éviter phishing) et l envoi d un accusé de réception du paiement, gérer l interaction avec le droit de renonciation du consommateur + Obligations corrélatives du vendeur : mode de livraison avec accusé de réception signé envoi copie de l accusé de réception au prestataire BTS informer le prestataire de BTS si droit de renonciation Reconnaissance juridique de données électroniques. En guise d incitant à respecter le nouveau cadre légal, certaines présomptions sont instaurées en faveur des documents électroniques issus de systèmes conformes aux exigences légales et réglementaires : consécration du principe suivant lequel l obligation légale d archivage peut être satisfaite moyennant le recours à un système d archivage électronique respectant certains critères de qualité, sans préjudice d exigences légales ou réglementaires particulières; présomption réfragable d intégrité des données conservées sur support numérique (si le système d archivage électronique respecte certains critères de notification d incidents, de réclamation et de règlement des litiges ; les garanties qu ils apportent ; l étendue de leur responsabilité ; l existence ou l absence d une couverture d assurance et, le cas échéant, son étendue ; la durée du contrat et les modalités pour y mettre fin ; les effets juridiques attachés à leurs services ; le cas échéant, le numéro d accréditation attribué au prestataire par l Administration. 8 Les prestataires recourent à des personnes ayant les connaissances spécifiques, l expérience et les qualifications nécessaires à la fourniture de leurs services. 9 Les prestataires disposer des ressources financières suffisantes pour fonctionner conformément aux exigences prévues par la loi et ses arrêtés d exécution, en particulier pour endosser la responsabilité de dommages, en contractant, au besoin, une assurance appropriée. E. Montéro novembre

7 qualité) ; présomption réfragable de fiabilité des copies numériques 10 ; équivalence entre le titre original et sa copie numérique ; présomption réfragable d exactitude de la date apposée par horodatage ; équivalence de principe entre le recommandé électronique et le recommandé papier. En ce qui concerne l archivage et l horodatage électroniques, il convient de noter que ces présomptions concernent non seulement les documents ou les données électroniques issus des services de confiance, mais également les documents ou les données électroniques issus de systèmes utilisés par une personne physique ou morale pour son propre compte, en interne. Enfin, des mesures de contrôle, d avertissement et de règlement transactionnel sont prévues, ainsi que des sanctions. 10 Les documents issus d un système de numérisation présentant un certain nombre de qualités sont reconnus comme la copie fidèle et durable de l original papier, sous réserve de la preuve contraire, et bénéficient de la même valeur probante que lui si ce dernier a été détruit. E. Montéro novembre

Les Tiers de Confiance

Les Tiers de Confiance ANR LISE - ADIJ Preuve informatique : quelles nouveautés techniques pour quelles évolutions juridiques? Bibliothèque de l Ordre, Paris, 8 décembre 2011 Les Tiers de Confiance Eric A. CAPRIOLI Avocat à

Plus en détail

COMMERCE ELECTRONIQUE - Signature électronique et cryptographie 71. Sommaire

COMMERCE ELECTRONIQUE - Signature électronique et cryptographie 71. Sommaire COMMERCE ELECTRONIQUE - Signature électronique et cryptographie 71 SIGNATURE ELECTRONIQUE ET CRYPTOGRAPHIE Sommaire A- Signature électronique I - Textes luxembourgeois 1. Code civil (Extrait: Articles

Plus en détail

Le statut juridique de l archivage électronique : questions choisies

Le statut juridique de l archivage électronique : questions choisies Le statut juridique de l archivage électronique : questions choisies 05.06.2014 Brussels London - www.liedekerke.com Bernard VANBRABANT, Counsel Kirsten VAN GOSSUM, Associate Amandine PHILIPPART DE FOY,

Plus en détail

Envoi et réception des documents sociaux par voie électronique

Envoi et réception des documents sociaux par voie électronique 2008 Envoi et réception des documents sociaux par voie électronique EASYPAY GROUP Juli 2008 Table des matières Introduction... 3 Simplification administrative... 3 Participation au développement durable...

Plus en détail

L ARCHIVAGE LEGAL : CE QU IL FAUT SAVOIR

L ARCHIVAGE LEGAL : CE QU IL FAUT SAVOIR L ARCHIVAGE LEGAL : CE QU IL FAUT SAVOIR INTRODUCTION A la suite de grands scandales financiers qui ont ébranlés le monde des affaires, les instances législatives et réglementaires des Etats Unis ont remis

Plus en détail

Proposition de directive relative au timeshare 1

Proposition de directive relative au timeshare 1 Proposition de directive relative au timeshare 1 - Avis de l ULC - Les sollicitations et engagements de timeshare concernant les consommateurs luxembourgeois s effectuent essentiellement à l étranger d

Plus en détail

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part,

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part, CONVENTION D INTERMEDIAIRE D ASSURANCES. Entre les soussignés, ci-après dénommés «les Parties» : a) IBS Europe s.a. dont le siège social est situé au N 68 de la Route de Luxembourgà L-4972 DIPPACH (Grand

Plus en détail

Les outils «cloud» dédiés aux juristes d entreprises. Cadre juridique

Les outils «cloud» dédiés aux juristes d entreprises. Cadre juridique Les outils «cloud» dédiés aux juristes d entreprises Cadre juridique Présenté par Béatrice Delmas-Linel et Céline Mutz Cabinet De Gaulle Fleurance & Associés 29 juin 2012 1 Introduction La dématérialisation

Plus en détail

Étape 2. Respecter les règles applicables aux relations commerciales entre professionnels et les droits du consommateur

Étape 2. Respecter les règles applicables aux relations commerciales entre professionnels et les droits du consommateur Étape 2 Respecter les règles applicables aux relations commerciales entre professionnels et les droits du consommateur n Les règles applicables aux relations entre professionnels (relations b to b) Des

Plus en détail

LA SIGNATURE ELECTRONIQUE

LA SIGNATURE ELECTRONIQUE LA SIGNATURE ELECTRONIQUE Date de publication : 14/11/2008 Les échanges par voie électronique ne cessent de croître. Or, leur caractère entièrement dématérialisé fait naître de nouveaux enjeux juridiques.

Plus en détail

I La conservation des dossiers médicaux répond à un triple intérêt :

I La conservation des dossiers médicaux répond à un triple intérêt : mai 2009 DOSSIERS MEDICAUX CONSERVATION ARCHIVAGE Article 45 (article R.4127-45 du code de la santé publique) «, le médecin doit tenir pour chaque patient une fiche d'observation qui lui est personnelle

Plus en détail

GS1 Belgium & Luxembourg CONVENTION D ECHANGE pour les factures dématérialisées

GS1 Belgium & Luxembourg CONVENTION D ECHANGE pour les factures dématérialisées GS1 Belgium & Luxembourg CONVENTION D ECHANGE pour les factures dématérialisées La présente convention est établie le [----------] ENTRE [Nom du destinataire de la facture], ayant son siège social situé

Plus en détail

LOI N 2006-01 portant Code des Postes

LOI N 2006-01 portant Code des Postes REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi LOI N 2006-01 portant Code des Postes EXPOSE DES MOTIFS Le secteur postal connaît actuellement des mutations liées notamment aux avancées technologiques,

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE CONDITIONS GENERALES DE VENTE 1. Objet Champ d application Hungry Minds Un pas plus loin SA offre à ses clients un éventail complet de services en matière de communication (stratégie conseil création production).

Plus en détail

LICENCE D UTILISATION DE LA DO NOT CALL ME LIST : CONDITIONS GENERALES

LICENCE D UTILISATION DE LA DO NOT CALL ME LIST : CONDITIONS GENERALES LICENCE D UTILISATION DE LA DO NOT CALL ME LIST : CONDITIONS GENERALES Introduction Dans les présentes conditions, l'on entend par : - Abonné : toute personne physique ou morale qui utilise un service

Plus en détail

CONTRAT D INTERCHANGE EDI

CONTRAT D INTERCHANGE EDI CLUB INFORMATIQUE DES GRANDES ENTREPRISES FRANCAISES 21, avenue de Messine - 75008 PARIS Tél. : 01 56 59 70 00 - Fax : 01 56 59 70 01 http://www.cigref.fr cigref@cigref.fr CONTRAT D INTERCHANGE EDI Janvier

Plus en détail

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA Le statut des associés des sociétés commerciales La protection des associés des sociétés commerciales constitue une avancée du droit OHADA sur le droit congolais La République démocratique du Congo (RDC)

Plus en détail

Règlement de la Consultation

Règlement de la Consultation MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Communauté d Agglomération de Châlons-en-Champagne Direction Générale Commande Publique 26, rue Joseph-Marie Jacquard 51009 CHÂLONS-EN-CHAMPAGNE CEDEX

Plus en détail

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e. ARCHIVAGE électronique

RECUEIL DE LEGISLATION. S o m m a i r e. ARCHIVAGE électronique MEMORIAL Journal Officiel du Grand-Duché de Luxembourg 3057 1623 MEMORIAL Amtsblatt des Großherzogtums Luxemburg RECUEIL DE LEGISLATION A N 150 110 22 4 août mai 2009 2015 S o m m a i r e ARCHIVAGE électronique

Plus en détail

Législation et droit d'un administrateur réseaux

Législation et droit d'un administrateur réseaux Législation et droit d'un administrateur réseaux Réalisé par : GUENGOU Mourad OULD MED LEMINE Ahmedou 1 Plan de présentation I. Introduction générale II. L Administrateur Réseaux 1) Mission de l administrateur

Plus en détail

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme

Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme Recommandation sur la commercialisation des comptes à terme 2012-R-02 du 12 octobre 2012 1 Contexte Dans le cadre de son action de veille sur la publicité et les nouveaux produits, l ACP a constaté sur

Plus en détail

Autorisation de traiter les formalités douanières et autorisation d agir en tant que représentant de taxe

Autorisation de traiter les formalités douanières et autorisation d agir en tant que représentant de taxe WDS ANTWERPEN BVBA www.wds-customs.nl OFFICE ANTWERPEN Noorderlaan 117 B-2030 Antwerpen t +32 3 541 52 45 e wdsantwerpen@waalhaven-group.be Autorisation de traiter les formalités douanières et autorisation

Plus en détail

2.2.5 LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC

2.2.5 LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC 2.2.5 LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC 139 LA SOCIÉTÉ DE L ASSURANCE AUTOMOBILE DU QUÉBEC La Société de l assurance automobile du Québec «a pour mission d assurer et de protéger les personnes

Plus en détail

Nouvelle Loi sur le Volontariat Droits et Devoirs. Elleboudt Laetitia

Nouvelle Loi sur le Volontariat Droits et Devoirs. Elleboudt Laetitia Nouvelle Loi sur le Volontariat Droits et Devoirs 2008 Elleboudt Laetitia La nouvelle Loi relative aux droits des volontaires A qui, à quoi et où s applique la nouvelle loi? Quel traitement fiscal pour

Plus en détail

Conditions Générales de Vente Internet. www.teicee.com. 7, rue Alfred Kastler 14000 CAEN. informatiquetélécominternet

Conditions Générales de Vente Internet. www.teicee.com. 7, rue Alfred Kastler 14000 CAEN. informatiquetélécominternet informatiquetélécominternet Conditions Générales de Vente Internet www.teicee.com 7, rue Alfred Kastler 14000 CAEN Table des matières 1 Identification de l entreprise 3 2 Objet 3 3 Conditions de vente

Plus en détail

LES ENJEUX JURIDIQUES ET TECHNIQUES DE LA DÉMATÉRIALISATION DES MARCHÉS PUBLICS

LES ENJEUX JURIDIQUES ET TECHNIQUES DE LA DÉMATÉRIALISATION DES MARCHÉS PUBLICS LES ENJEUX JURIDIQUES ET TECHNIQUES DE LA DÉMATÉRIALISATION DES MARCHÉS PUBLICS MARCHÉS PUBLICS INTRODUCTION La dématérialisation des procédures de marchés publics est une technique permettant une gestion

Plus en détail

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011

Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Guide de la pratique sur les réserves aux traités 2011 Texte adopté par la Commission du droit international à sa soixante-troisième session, en 2011, et soumis à l Assemblée générale dans le cadre de

Plus en détail

La société civile de droit commun et la planification successorale

La société civile de droit commun et la planification successorale La société civile de droit commun et la planification successorale PRIVATE BANKING WWW.INGPRIVATEBANKING.BE La société civile de droit commun et la planification successorale La société civile de droit

Plus en détail

ANNEXE: RÈGLEMENT DU SERVICE «ZOOMIT ING» DES SERVICES HOME BANK

ANNEXE: RÈGLEMENT DU SERVICE «ZOOMIT ING» DES SERVICES HOME BANK ANNEXE: RÈGLEMENT DU SERVICE «ZOOMIT ING» DES SERVICES HOME BANK 1. OBJET DU RÈGLEMENT DU «SERVICE ZOOMIT ING» Le règlement du service Zoomit ING (ci-après dénommé le «Règlement») a pour objet de donner

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES D ACHAT BONTAZ CENTRE

CONDITIONS GENERALES D ACHAT BONTAZ CENTRE CONDITIONS GENERALES D ACHAT BONTAZ CENTRE Article 1 : Objet et champ d application Sauf accord particulier dûment négocié entre les parties sous quelque forme que ce soit, ces présentes conditions générales

Plus en détail

CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE

CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE Rabat, le 25 décembre 2000 CIRCULAIRE N 06/00 RELATIVE A LA GESTION INDIVIDUELLE DE PORTEFEUILLE EN VERTU D UN MANDAT PAR UNE SOCIETE DE BOURSE Aux termes de l'article premier du Dahir portant loi n 1-93-212

Plus en détail

Recommandations pour les entreprises qui envisagent de souscrire à des services de Cloud computing

Recommandations pour les entreprises qui envisagent de souscrire à des services de Cloud computing Recommandations pour les entreprises qui envisagent de souscrire à des services de Cloud computing D un point de vue juridique, la CNIL constate que le Cloud computing soulève un certain nombre de difficultés

Plus en détail

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Sécurité sociale»

Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Sécurité sociale» Comité sectoriel de la sécurité sociale et de la santé Section «Sécurité sociale» CSSS/10/101 AVIS N 10/21 DU 7 SEPTEMBRE 2010 CONCERNANT LA DEMANDE DU MINISTRE DES AFFAIRES SOCIALES RELATIVE AU PROTOCOLE,

Plus en détail

Conditions générales de prestations de services

Conditions générales de prestations de services Conditions générales de prestations de services Article 1 Objet Les présentes conditions générales (ci-après les «Conditions Générales») ont pour objet de préciser les modalités d intervention de GEVERS

Plus en détail

Archivage électronique - Règle technique d exigences et de mesures pour la certification des PSDC

Archivage électronique - Règle technique d exigences et de mesures pour la certification des PSDC Archivage électronique - Règle technique d exigences et de mesures pour la certification des PSDC Sommaire Description du modèle de surveillance Définitions Objectifs de la surveillance des PSDC Présentation

Plus en détail

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION

APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION APPEL A CANDIDATURES REFERENCEMENT PRESTATAIRES POUR L APPUI CONSEIL CONTRAT DE GENERATION Date limite de remise des candidatures : Le 27/12/2013 Envoi des offres : aurelie.huby@midi-pyrenees.cci.fr Le

Plus en détail

28.8.2014 Journal officiel de l Union européenne L 257/73

28.8.2014 Journal officiel de l Union européenne L 257/73 28.8.2014 Journal officiel de l Union européenne L 257/73 RÈGLEMENT (UE) N o 910/2014 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 23 juillet 2014 sur l identification électronique et les services de confiance

Plus en détail

FICHE N 10 SÉCURITÉ DES DONNÉES

FICHE N 10 SÉCURITÉ DES DONNÉES L article 34 de la loi «Informatique et Libertés» impose à un responsable de traitement de prendre toutes les précautions utiles pour préserver la sécurité des données dont il est responsable, en fonction

Plus en détail

AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE

AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE C.C.A. 12 COMMISSION DES CLAUSES ABUSIVES AVIS SUR UNE CLAUSE PORTANT MODIFICATION UNILATÉRALE D UNE PRIME DE POLICE D ASSURANCE PROTECTION JURIDIQUE Bruxelles, le 21 octobre 2003 2 Avis sur une clause

Plus en détail

Le recouvrement de créances

Le recouvrement de créances Le recouvrement de créances 008 Note Ce dossier s adresse aux indépendants, dirigeants de petites et moyennes entreprises, ainsi qu à leurs conseillers. Les termes abordés ont été volontairement vulgarisés

Plus en détail

Code de conduite du Label de Qualité BeCommerce pour la Vente à

Code de conduite du Label de Qualité BeCommerce pour la Vente à Code de conduite du Label de Qualité BeCommerce pour la Vente à Distance January 1 2013 Le Code de conduite du label de qualité BeCommerce a pour objectif de poser les principes de base à respecter pour

Plus en détail

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit.

CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06. Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Tunis, le 20 mai 2011 CIRCULAIRE AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT N 2011-06 Objet : Renforcement des règles de bonne gouvernance dans les établissements de crédit. Le Gouverneur de la Banque Centrale de Tunisie,

Plus en détail

Ordonnance sur les services de certification électronique

Ordonnance sur les services de certification électronique Ordonnance sur les services de certification électronique (OSCert) 784.103 du 12 avril 2000 (Etat le 23 mai 2000) Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 28, 62 et 64 de la loi du 30 avril 1997 sur les

Plus en détail

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions

Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions Norme internationale d information financière 2 Paiement fondé sur des actions OBJECTIF 1 L objectif de la présente Norme

Plus en détail

COMMISSION DES CLAUSES ABUSIVES AVIS SUR LES CONDITIONS GENERALES DES CONTRATS DE LOCATION DE VEHICULES AUTOMOBILES

COMMISSION DES CLAUSES ABUSIVES AVIS SUR LES CONDITIONS GENERALES DES CONTRATS DE LOCATION DE VEHICULES AUTOMOBILES C.C.A. 17 COMMISSION DES CLAUSES ABUSIVES AVIS SUR LES CONDITIONS GENERALES DES CONTRATS DE LOCATION DE VEHICULES AUTOMOBILES Bruxelles, le 1 juin 2005 2 Avis sur les conditions générales des contrats

Plus en détail

Contrat d agence commerciale

Contrat d agence commerciale http://www.droitbelge.net infos@droitbelge.net Contrat d agence commerciale Auteur: Me Frédéric Dechamps, avocat AVERTISSEMENT Ce document est une version d évaluation du contrat. Il a pour seul objectif

Plus en détail

1. Le recours à l accord-cadre

1. Le recours à l accord-cadre LES ACCORDS-CADRES Inspirés de la technique française des marchés à bons de commande, les accords-cadres ont été consacrés en droit communautaire par les directives du 31 mars 2004 (2004/17 et 2004/18)

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-009

Décision du Défenseur des droits MSP-2014-009 Décision du Défenseur des droits MSP-2014-009 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision relative à l annulation des rachats des cotisations arriérées présentation observations Cour d Appel Domaine(s) de

Plus en détail

2.2 Objet du contrôle Il y a lieu de vérifier les points suivants de manière individuelle ou combinée.

2.2 Objet du contrôle Il y a lieu de vérifier les points suivants de manière individuelle ou combinée. Protection des données; examen périodique des applications informatiques; CONDITIONS GÉNÉRALES (également valables lors de recours à des sociétés d audit) 1 Quiconque souhaite charger une société d audit

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DES BOITES POSTALES 1. DEFINITIONS

CONDITIONS GENERALES DES BOITES POSTALES 1. DEFINITIONS CONDITIONS GENERALES DES BOITES POSTALES 1. DEFINITIONS bpost : bpost, Société Anonyme de Droit Public, ayant son siège social à 1000 Bruxelles, Centre Monnaie, enregistrée sous le n d entreprise TVA BE

Plus en détail

2008 Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières. applicables à l exécution d opérations sur titres

2008 Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières. applicables à l exécution d opérations sur titres 008 Règles de conduite pour négociants en valeurs mobilières applicables à l exécution d opérations sur titres Table des matières Préambule... 3 A Directives générales... 4 Art. Base légale... 4 Art. Objet...

Plus en détail

onditions Générales P h o n e W e b M é d i t e r r a n é e Club des Pins - STAOUELI- Tél : 021 394 460 Fax: 021 394 461 E-mail: info@phoneweb-med.

onditions Générales P h o n e W e b M é d i t e r r a n é e Club des Pins - STAOUELI- Tél : 021 394 460 Fax: 021 394 461 E-mail: info@phoneweb-med. onditions Générales P h o n e W e b M é d i t e r r a n é e Tél : 021 394 460 Fax: 021 394 461 E-mail: info@phoneweb-med.com Adresse : Ilot 128 Route du SAHEL Club des Pins - STAOUELI- Article 01:... -

Plus en détail

Conditions générales pour la certification de systèmes de

Conditions générales pour la certification de systèmes de Page : 1 de 5 1 Généralités Le Service de Certification ESCEM propose aux entreprises de certifier leurs Systèmes de Management Qualité (SMQ), Santé Sécurité au travail (SMS) ou Environnement (SME). Les

Plus en détail

Premier arrêt de la Cour de Cassation sur la preuve électronique Cour de Cassation, Civ. 2, 4 décembre 2008 (pourvoi n 07-17622)

Premier arrêt de la Cour de Cassation sur la preuve électronique Cour de Cassation, Civ. 2, 4 décembre 2008 (pourvoi n 07-17622) Page 1 Premier arrêt de la Cour de Cassation sur la preuve électronique Cour de Cassation, Civ. 2, 4 décembre 2008 (pourvoi n 07-17622) Le 15 février 2009 - Résumé - L arrêt rendu par la deuxième chambre

Plus en détail

CONDITION GENERALES DE VENTE

CONDITION GENERALES DE VENTE CONDITION GENERALES DE VENTE Les présentes conditions de vente sont conclues d une part par M.ROPERT gérant de Serveur HQ, dont le siège social est situé au 1 RUE DES ROSIERS dans la ville de MERIEL (95630)

Plus en détail

REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE COLLECTIVE QUALITE TOURISME

REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE COLLECTIVE QUALITE TOURISME REGLEMENT D USAGE DE LA MARQUE COLLECTIVE QUALITE TOURISME Version du 17/04/2014 Approuvée par le comité de pilotage de la Marque QUALITE TOURISME Déposée à l'inpi le 07/07/2014 et publiée au BOPI n 2014-32

Plus en détail

Conditions Générale de «Prestations de services»

Conditions Générale de «Prestations de services» Conditions Générale de «Prestations de services» Article 1 - Définitions Nom commercial, ORDI-HS, désigne l Auto-entrepreneur, M. HAMID Farid, 5 Avenue de Jouandin, 64100, Bayonne. (A.E, entreprise non

Plus en détail

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010

L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 L 343/10 Journal officiel de l Union européenne 29.12.2010 RÈGLEMENT (UE) N o 1259/2010 DU CONSEIL du 20 décembre 2010 mettant en œuvre une coopération renforcée dans le domaine de la loi applicable au

Plus en détail

Règlement Internet Banking. Helpdesk Internet Banking: 02 548 28 00 ou helpdesk@triodos.be

Règlement Internet Banking. Helpdesk Internet Banking: 02 548 28 00 ou helpdesk@triodos.be Règlement Internet Banking Helpdesk Internet Banking: 02 548 28 00 ou helpdesk@triodos.be Article 1. Définitions 1.1 La Banque: la succursale belge de Triodos Bank nv, société anonyme de droit néerlandais,

Plus en détail

Le premier bilan de la médiation bancaire

Le premier bilan de la médiation bancaire Depuis plusieurs années, certains établissements avaient désigné, de leur propre initiative, des médiateurs pour régler les différends avec leur clientèle. La médiation bancaire, qui a été généralisée

Plus en détail

REFERENTIEL ASSURANCE QUALITE FOURNISSEUR

REFERENTIEL ASSURANCE QUALITE FOURNISSEUR MINISTÈRE DE LA DÉFENSE ÉTAT-MAJOR DES ARMÉES CENTRE D IDENTIFICATION DES MATERIELS DE LA DEFENSE REF_080423_CIMD REFERENTIEL ASSURANCE QUALITE FOURNISSEUR Relatif aux PRESTATIONS D IDENTIFICATION/CODIFICATION

Plus en détail

CENTRE MAROCAIN DE L INNOVATION CAHIER DE CHARGES REFERENCEMENT DES PRESTATAIRES DE SERVICES

CENTRE MAROCAIN DE L INNOVATION CAHIER DE CHARGES REFERENCEMENT DES PRESTATAIRES DE SERVICES CENTRE MAROCAIN DE L INNOVATION CAHIER DE CHARGES REFERENCEMENT DES PRESTATAIRES DE SERVICES Décembre 2012 1. Introduction Conscient des enjeux de l innovation, le Ministère de l Industrie, du Commerce

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DU SERVICE BANQUE EN LIGNE ECOBANK

CONDITIONS GENERALES DU SERVICE BANQUE EN LIGNE ECOBANK CONDITIONS GENERALES DU SERVICE BANQUE EN LIGNE ECOBANK 1. OBJET Les présentes conditions générales fixent les modalités d accès et de fonctionnement du service de banque en ligne fourni par ECOBANK (le

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR NORME INTERNATIONALE D AUDIT 620 UTILISATION DES TRAVAUX D UN EXPERT DESIGNE PAR L AUDITEUR Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009)

Plus en détail

3. NORMES RELATIVES A LA CERTIFICATION DES COMPTES ANNUELS CONSOLIDES

3. NORMES RELATIVES A LA CERTIFICATION DES COMPTES ANNUELS CONSOLIDES 3. NORMES RELATIVES A LA CERTIFICATION DES COMPTES ANNUELS CONSOLIDES Considérant que la révision des comptes consolidés doit s exercer conformément aux normes générales de révision; que ses caractéristiques

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084

LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084 Montreuil, le 03/11/2009 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION, DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084 OBJET : Loi de simplification et clarification du droit et d allègement des procédures

Plus en détail

MODULE 1 : INTRODUCTION A LA GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE

MODULE 1 : INTRODUCTION A LA GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE MODULE 1 : INTRODUCTION A LA GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE 1. L IMPORTANCE DE SYSTEME DE GESTION D UNE MUTUELLE DE SANTE Une mutuelle de santé est une organisation et de solidarité ; elle constitue un

Plus en détail

DISPOSITIF PARTICULIER DE CERTIFICATION DES DIAGNOSTIQUEURS IMMOBILIERS

DISPOSITIF PARTICULIER DE CERTIFICATION DES DIAGNOSTIQUEURS IMMOBILIERS DISPOSITIF PARTICULIER DE CERTIFICATION DES DIAGNOSTIQUEURS IMMOBILIERS Diffusion contrôlée : - Membres du comité - Examinateurs - Référents techniques page 1/15 O/Préambule Les décisions de certification,

Plus en détail

LES OUTILS. Connaître et appliquer la loi Informatique et Libertés

LES OUTILS. Connaître et appliquer la loi Informatique et Libertés LES OUTILS Connaître et appliquer la loi Informatique et Libertés SEPTEMBRE 2011 QUE FAUT-IL DÉCLARER? Tous les fichiers informatiques contenant des données à caractère personnel sont soumis à la Loi Informatique

Plus en détail

Bonnes pratiques de l'ocde pour la gestion des sinistres d assurance

Bonnes pratiques de l'ocde pour la gestion des sinistres d assurance DIRECTION DES AFFAIRES FINANCIERES ET DES ENTREPRISES Bonnes pratiques de l'ocde pour la gestion des sinistres d assurance Ces bonnes pratiques, préparée par le Comité des assurance de l'ocde, ont été

Plus en détail

CERTIFICATION CERTIPHYTO

CERTIFICATION CERTIPHYTO CONDITIONS GENERALES DE CERTIFICATION MONOSITE Indice 2 Page 1/12 «Distribution de produits phytopharmaceutiques, Application en prestation de service de produits phytopharmaceutiques, Conseil à l utilisation

Plus en détail

Évaluation et recommandations

Évaluation et recommandations ÉVALUATION ET RECOMMANDATIONS 13 Évaluation et recommandations Les personnes souffrant de troubles mentaux s intègrent mal sur le marché du travail. En Belgique, par rapport aux personnes qui ont une bonne

Plus en détail

Agrément des hébergeurs de données de santé. 1 Questions fréquentes

Agrément des hébergeurs de données de santé. 1 Questions fréquentes Agrément des hébergeurs de données de santé 1 Questions fréquentes QUELS DROITS POUR LES PERSONNES CONCERNEES PAR LES DONNEES DE SANTE HEBERGEES? La loi précise que l'hébergement de données de santé à

Plus en détail

Objet de la consultation

Objet de la consultation REGLEMENT DE LA CONSULTATION Objet de la consultation Télésurveillance des alarmes anti-intrusion et incendie, avec gardiennage pour les bâtiments de la Communauté d agglomération Caen la mer MARCHES PUBLICS

Plus en détail

Directives de la CHS PP D 01/2014

Directives de la CHS PP D 01/2014 Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle CHS PP Directives de la CHS PP D 01/2014 français Habilitation des gestionnaires de fortune actifs dans la prévoyance professionnelle Edition

Plus en détail

Le régime juridique qui est contractuellement attaché aux

Le régime juridique qui est contractuellement attaché aux La rédaction des clauses relatives aux biens dans les DSP La question des biens au sein des de délégation de service public nourrit de nombreux contentieux devant le juge administratif. L une des problématiques

Plus en détail

Le contrat Cloud : plus simple et plus dangereux

Le contrat Cloud : plus simple et plus dangereux 11 février 2010 CONFERENCE IDC CLOUD COMPUTING Le Cloud dans tous ses états Le contrat Cloud : plus simple et plus dangereux Les bons réflexes pour entrer dans un contrat Cloud en toute sécurité Benjamin

Plus en détail

Solution de facturation électronique Signée

Solution de facturation électronique Signée Solution de facturation électronique Signée (Article 289V du Code Général des Impôt) Fiche d information Sommaire La facture... 2 En quoi consiste la dématérialisation fiscale de la facture?... 3 Qu est-ce

Plus en détail

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES

LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES LE DROIT BANCAIRE LES CONTRATS BANCAIRES Objectif: Examiner la réglementation des rapports entre le client et le banquier à travers l étude des contrats bancaires. LES CONTRATS BANCAIRES : La banque, comme

Plus en détail

VIE PRIVEE CIRCUS BELGIUM

VIE PRIVEE CIRCUS BELGIUM VIE PRIVEE CIRCUS BELGIUM CIRCUS BELGIUM reconnaît l'importance de la protection des informations et données à caractère personnel. C'est pourquoi nous faisons tout ce qui est en notre pouvoir pour protéger

Plus en détail

Archivage électronique et valeur probatoire

Archivage électronique et valeur probatoire Archivage électronique et valeur probatoire Livre blanc Archivage électronique et valeur probatoire Livre blanc 2 Sommaire 1 Introduction 3 2 Archive et archivage 5 2.1 Qu est-ce qu une archive? 5 2.2

Plus en détail

Livre blanc Compta La dématérialisation en comptabilité

Livre blanc Compta La dématérialisation en comptabilité Livre blanc Compta La dématérialisation en comptabilité Notre expertise en logiciels de gestion et rédaction de livres blancs Compta Audit. Conseils. Cahier des charges. Sélection des solutions. ERP reflex-erp.com

Plus en détail

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS

ACTUALITÉS ASSURANCES & RISQUES FINANCIERS Edito A l occasion de la rentrée, le pôle Assurances de Lefèvre Pelletier & Associés vous propose un panorama de l actualité juridique du deuxième trimestre 2008, enrichi de décisions parues au cours de

Plus en détail

Annexe 5. CONTRAT CYBERPLUS PRO Souscrit dans le cadre du cyberp@iement Titre 1Conditions Particulières

Annexe 5. CONTRAT CYBERPLUS PRO Souscrit dans le cadre du cyberp@iement Titre 1Conditions Particulières Annexe 5 Souscrit dans le cadre du cyberp@iement Titre 1Conditions Particulières DESIGNATION DE L ENTREPRISE ci-après "le Client" Nom ou Dénomination sociale... représentée par.. (Nom et prénom du représentant

Plus en détail

Responsabilité des dirigeants d entreprise en société

Responsabilité des dirigeants d entreprise en société Responsabilité des dirigeants d entreprise en société François MOISES, avocat Un des objectifs de la constitution d une société est de mettre son patrimoine privé à l abri des poursuites des créanciers

Plus en détail

Conditions d entreprise

Conditions d entreprise 1. Contenu du contrat 1.1. Tout entrepreneur qui exécute des travaux pour le compte de (nommé ci-après BASF) accepte l application de ces conditions générales à l exclusion de ses propres conditions standards.

Plus en détail

Ces conditions de vente prévaudront sur toutes autres conditions générales ou particulières non expressément agréées par SUD LOGICIEL GESTION.

Ces conditions de vente prévaudront sur toutes autres conditions générales ou particulières non expressément agréées par SUD LOGICIEL GESTION. Conditions générales de vente de SUD LOGICIEL GESTION Les présentes conditions de vente sont conclues d une part par la société SUD LOGICIEL GESTION. au capital de 3000 euro dont le siège social est à

Plus en détail

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007

DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES. Gildas Rostain. September 2007 DEVOIRS ET RESPONSABILITE DES EXPERTS AMIABLES ET JUDICIAIRES Gildas Rostain September 2007 INTRODUCTION Le rôle de l expert Les différentes missions d expertise La définition de l expertise judiciaire

Plus en détail

27.6.2014 Journal officiel de l Union européenne L 189/59

27.6.2014 Journal officiel de l Union européenne L 189/59 27.6.2014 Journal officiel de l Union européenne L 189/59 RÈGLEMENT (UE) N o 655/2014 DU PARLEMENT EUROPÉEN ET DU CONSEIL du 15 mai 2014 portant création d une procédure d ordonnance européenne de saisie

Plus en détail

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée.

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée. 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 Annexe 11: Systèmes informatisés

Plus en détail

MEMENTO Version 0.94 25.08.04

MEMENTO Version 0.94 25.08.04 PREMIER MINISTRE Secrétariat général de la défense nationale Direction centrale de la sécurité des systèmes d information Sous-direction des opérations Bureau conseil Signature électronique Point de situation

Plus en détail

Les process particuliers d acquisition et de vente

Les process particuliers d acquisition et de vente Chapitre 3 Les process particuliers d acquisition et de vente 600 On s arrêtera ici sur deux process particuliers : d une part, la vente aux enchères d entreprises (A), d autre part les opérations dites

Plus en détail

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011

Recommandation sur le traitement des réclamations 2011-R-05 du 15 décembre 2011 2011-R-05 du 15 décembre 2011 1. Contexte L information du client sur les modalités d examen des réclamations ainsi que le traitement de ces dernières font l objet de plusieurs textes, notamment de nature

Plus en détail

ÉPARGNE TEMPS DÉCRET CIRCULAIRE DECRET

ÉPARGNE TEMPS DÉCRET CIRCULAIRE DECRET LE COMPTE ÉPARGNE TEMPS DÉCRET N 2004-878 DU 26 AOÛT 2004 MODIFIE CIRCULAIRE DU 31 MAI 2010 SUR LA REFORME DU CET DANS LA FONCTION PUBLIQUE DECRET 2010-531 DU 21 MAI 2010 Le compte épargne temps (CET)

Plus en détail

I. LE PROJET DE RENOUVELLEMENT DES SUPPORTS D ARCHIVAGE ÉLECTRONIQUE

I. LE PROJET DE RENOUVELLEMENT DES SUPPORTS D ARCHIVAGE ÉLECTRONIQUE SUIVI D UN PROJET D ARCHIVAGE ÉLECTRONIQUE : LES DIFFICULTÉS D APPLICATION DU CADRE NORMATIF DANS LE MONDE BANCAIRE Le poste que j occupe au sein du service d archives du Crédit Lyonnais qui sont désormais

Plus en détail

Conditions générales pour les Éditeurs Conditions générales pour la participation au réseau de partenaires financeads.

Conditions générales pour les Éditeurs Conditions générales pour la participation au réseau de partenaires financeads. Conditions générales pour les Éditeurs Conditions générales pour la participation au réseau de partenaires financeads. 1 Généralités La société financeads International GmbH (ci-après : financeads) propose

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES LIEES A L EXECUTION DU MARCHE

CONDITIONS GENERALES LIEES A L EXECUTION DU MARCHE CONDITIONS GENERALES LIEES A L EXECUTION DU MARCHE 1/5 ARTICLE CG.1 : DEFINITIONS DES PARTIES CONTRACTANTES L «adjudicateur» est l AGEFIPH, représentée dans le cadre du marché par son Directeur Général.

Plus en détail

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE

Jugement du 7 avril 2011. Melle X c/ M. Y EXPOSÉ DU LITIGE Tribunal de grande instance de Paris 5 ème Chambre 2 ème Section Jugement du 7 avril 2011 Melle X c/ M. Y RG n 09/15353 Références de publication : - http://www.lexbase.fr/ EXPOSÉ DU LITIGE Monsieur Y,

Plus en détail

OUTILS DE GESTION ET D EVALUATION AU POSTE : Collecte/réparation/vente d électroménager. Assistant(e) secrétaire commercial(e)

OUTILS DE GESTION ET D EVALUATION AU POSTE : Collecte/réparation/vente d électroménager. Assistant(e) secrétaire commercial(e) OUTILS DE GESTION ET D EVALUATION AU POSTE : Collecte/réparation/vente d électroménager Assistant(e) secrétaire commercial(e) Référentiel d activités+analyse d activités Référentiel de compétences Référentiel

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES POUR LA LOCATION DE GRUES, LE GRUTAGE ET LE TRANSPORT. 1. Conditions générales

CONDITIONS GENERALES POUR LA LOCATION DE GRUES, LE GRUTAGE ET LE TRANSPORT. 1. Conditions générales CONDITIONS GENERALES POUR LA LOCATION DE GRUES, LE GRUTAGE ET LE TRANSPORT 1. Conditions générales 1.1 Conditions générales : les contions ci-dessous concernent la location de grues, le grutage et le transport

Plus en détail