La communauté de pratique selon Étienne Wenger

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La communauté de pratique selon Étienne Wenger"

Transcription

1 La communauté de pratique selon Étienne Wenger Sommaire France Henri Introduction 1. La communauté de pratique, une structure sociale de connaissances 2. Le contexte d émergence de la communauté de pratique en milieu de travail 3. Le modèle de la communauté de pratique : trois éléments constitutifs 4. Le cycle de vie de la communauté de pratique Introduction En 1991, Jean Lave et Étienne Wenger publient un ouvrage qui sort des sentiers battus, intitulé Situated learning. Legitimate peripheral participation. Ces auteurs mettent en avant l idée que l apprentissage en milieu de travail est un processus de participation dans une communauté de pratique. Cette participation, d abord périphérique, augmente graduellement avec l engagement envers la communauté et les interactions avec les autres membres. L engagement est au cœur de la vie de la communauté et de l apprentissage. En 1999, Wenger publie l ouvrage Communities of practice. Learning, meaning and identity, qui devient une référence incontournable dans le domaine. Wenger approfondit le concept de communauté de pratique et étudie le processus d apprentissage qui en résulte. Il propose une approche pour favoriser l émergence, la croissance et le maintien des communautés de pratique dans les entreprises, dans le domaine de l éducation et pour l apprentissage tout au long de la vie. En 2002, Wenger, McDermott et Snyder poursuivent l étude des communautés de pratique dans l ouvrage Cultivating communities of practice : A guide to managing knowledge. Ils fournissent une description détaillée du fonctionnement et du cycle de vie de la communauté de pratique, des conditions d émergence, de son activité, de ses productions et de ses résultats. Le texte qui suit présente de manière condensée, en points d énumération, les idées saillantes qui définissent la communauté de pratique, telles que développées par Wenger et ses collègues. 1. La communauté de pratique, une structure sociale de connaissances La communauté de pratique n est pas une nouvelle idée. Dans l histoire de l humanité, elle a été une des premières structures sociales de connaissances. La plupart d entre nous appartiennent à une communauté sans en être véritablement conscients. C est ainsi que Wenger aborde la communauté de pratique qui, de par sa nature, est une communauté d apprentissage. L activité de la communauté est effectivement d apprendre. Le but des membres n est pas d appartenir à la communauté, c est d apprendre au quotidien, apprendre des autres, apprendre sur soi, apprendre sur l objet qui nous rassemble.

2 INF Les TIC et l apprentissage en milieu de travail 2 Wenger développe trois propositions fondamentales pour expliquer sa théorie de l apprentissage social au sein des communautés. La participation est à la base du processus d apprentissage et du processus de construction de la communauté. Le processus d apprentissage est indissociable du processus de socialisation. La caractéristique essentielle d une communauté est «la force du lien social qui unit ses membres qui ont un centre d intérêt partagé». La négociation de la signification correspond au processus d apprentissage individuel et collectif. Les échanges entre les membres pour développer un sens commun à donner à leurs actions sont source d apprentissage. L activité de la communauté est ainsi décrite en termes de participation, de socialisation et de développement identitaire. Apprendre et faire sont une seule et même chose : participer constitue le fait d apprendre et de comprendre. Apprendre est un processus de participation, de négociation de la signification et de construction identitaire. La communauté de pratique est composée de personnes partageant la même profession (métier), engagées et actives dans l activité de la communauté d appartenance. Elle a pour objectif d améliorer les conditions de l exercice de la profession au quotidien par le partage, l entraide et les processus d apprentissage et d enseignement mutuels. Elle se charge d initier les nouveaux membres d une communauté professionnelle et travaille à développer l identité interne de la communauté (qui nous sommes), et l identité externe (qui nous ne sommes pas). Elle n a pas de durée prescrite, ni de projet unique. Elle évolue généralement assez lentement. Elle est ouverte à divers types de participation : active, périphérique, marginale et même la non-participation. La communauté de pratique a comme mission l apprentissage et elle constitue un lieu privilégié d apprentissage. L identité de la communauté se construit lors des échanges et du partage d idées entre les membres stimulant ainsi l apprentissage social. L apprentissage est assuré par l équilibre entre les processus de participation (échanges, partage, confrontation d idées induisant la génération de connaissances) et réification (formalisation des connaissances construites par la communauté dans des artefacts concrets : textes ou autres types de production). La communauté de pratique tolère différents niveaux de participation (figure 1). Tous les membres de la communauté n ont pas le même niveau d engagement. La participation peut évoluer dans le temps en fonction de l engagement. Lors de l entrée dans la communauté, la participation peut être plutôt périphérique; elle devient plus active au fur et à mesure que le membre s implique, participe et gagne de l expérience dans la pratique. Plutôt que de forcer la participation, les communautés vivantes «construisent des bancs» pour ceux qui restent en périphérie; dans cette zone, on cherche à favoriser les interactions et le renforcement des contacts avec le noyau.

3 INF Les TIC et l apprentissage en milieu de travail 3 La participation périphérique n est pas forcément passive; il peut s agir d une participation silencieuse. Dans ce cas, le membre est présent, mais il n exprime pas ses idées publiquement ou de manière explicite. Outsider Core Group Coordinator Peripheral Figure 1 Niveaux de participation dans une communauté de pratique. Source : Wenger et al., 2002, Cultivating communities of practice, p Le contexte d émergence de la communauté de pratique en milieu de travail Si la communauté de pratique n est pas un phénomène nouveau, où est la nouveauté? La nouveauté est le besoin exprimé par les entreprises : développer l intentionnalité et la systématisation des communautés de pratique dans une perspective de gestion des connaissances; donner à ces structures qui existent depuis longtemps à travers les âges (age-old structures) un rôle nouveau et central dans l organisation. Pour l entreprise, la communauté de pratique représente un élément clé du succès dans le contexte de l économie du savoir. On lui reconnaît la capacité de produire des connaissances, ce qui constitue une réponse à l enjeu de la productivité. À l ère industrielle, la productivité se mesurait par la capacité de réaliser un travail manuel. À l heure de l économie du savoir, la productivité se mesure à la capacité de produire des connaissances sur le travail, de bâtir des pratiques exemplaires et d innover. Dans un contexte d intense compétition et d accélération du travail, les entreprises se doivent d être constamment à l affût pour développer très rapidement des produits et des services toujours mieux adaptés à la demande.

4 INF Les TIC et l apprentissage en milieu de travail 4 Elles doivent pouvoir assimiler les changements qui en découlent et implanter de nouvelles façons de faire toujours plus efficaces. Les travailleurs de l économie du savoir sont donc pressés de participer au développement de connaissances en contexte, liées à la pratique et immédiatement transférables. Ainsi, la production de connaissances qui procure un avantage compétitif n est plus une activité réservée aux chercheurs. La gestion des connaissances produites par les travailleurs devient alors une priorité pour l organisation. La communauté de pratique fait partie des moyens choisis par de nombreuses entreprises pour soutenir la production et la gestion des connaissances de manière efficace. Elle s avère une méthode qui aide à faire face à la rapidité du changement et qui peut mener au succès. Elle peut prendre en charge la responsabilité du développement et le partage de connaissances. 3. Le modèle de la communauté de pratique : trois éléments constitutifs La communauté de pratique se structure, s organise et se définit à partir de trois éléments constitutifs principaux : un domaine, une communauté, une pratique partagée. Le domaine Le domaine de connaissances ne doit pas être confondu avec la profession ou la discipline. C est : un ensemble d enjeux, de défis et de problèmes rencontrés dans la pratique et auxquels la communauté décide de se consacrer; le sujet sur lequel la communauté focalise; la raison d être de la communauté qui définit son identité. Au cours du cycle de vie de la communauté, le domaine évoluera en fonction des défis nouveaux qui se présentent et des problèmes nouveaux surgissent. La communauté La communauté est un ensemble de personnes qui ont à cœur le domaine, c est-à-dire qui se sentent concernées par les enjeux qui sont en cause et qui s y engagent. La participation y est volontaire et prend diverses formes qui représentent diverses motivations. Le désir de voir le domaine se développer. La recherche d interactions avec les pairs pour partager quelque chose d important. Le désir de faire une contribution sachant qu elle sera appréciée. La simple envie d apprendre au sujet de la pratique dans une perspective personnelle de se perfectionner. Les relations au sein de la communauté sont fondées sur la réciprocité, la confiance et l ouverture. Les membres ont la capacité de gérer les dissensions et de les rendre productives. La pratique partagée Une pratique partagée est développée par les membres de la communauté pour être plus efficace au quotidien. Le processus de développement de la pratique doit être interprété comme un processus d apprentissage.

5 INF Les TIC et l apprentissage en milieu de travail 5 La pratique englobe l histoire de la communauté et les connaissances qui ont été développées. Elle est un ensemble socialement défini de manières de faire les choses dans un domaine spécifique des approches communes. Elle se traduit dans un ensemble de normes partagées qui constituent la base pour l action, la communication, la résolution de problème, la performance et la responsabilité. Elle est fondée sur les connaissances construites par les membres, qui se concrétisent dans des objets concrets et tangibles (réification), par exemple : un corpus de divers types de connaissances empiriques, théoriques, procédurales; des cadres de référence; des modèles, des principes; des outils; des documents; des leçons apprises; des pratiques exemplaires; des heuristiques. Elle inclut également des objets moins concrets ou intangibles (manifestation ou extériorisation de compétences). Trois facteurs contribuent à faire en sorte que la pratique soit partagée par les membres et constituent la source de cohérence pour les membres de la communauté : un engagement mutuel, une entreprise commune et un répertoire partagé. Un engagement mutuel. La communauté se caractérise par la force du lien social qui unit ses membres. Ce lien social est le résultat d un engagement des membres dans des actions communes et dans la négociation du sens à leur donner. C est dans cette négociation que les apprentissages se construisent. L engagement dans l action suppose également l entraide entre les membres, qui facilite et favorise le partage de connaissances sur la pratique et contribue au renforcement du lien social. Les membres se sentent responsables les uns des autres. Savoir aider et se faire aider devient plus important que le fait d être capable de répondre soi-même à toutes les questions. Une entreprise commune. L entreprise commune canalise l action de la communauté. Elle ne se limite pas à accomplir un objectif ou un projet préalablement établi. Elle recouvre surtout les actions communes qui visent la négociation, la révision, la confrontation des positions pour réaliser l objectif poursuivi. Ces actions communes requièrent un engagement mutuel tout en contribuant à le stimuler. Au cours du cycle de vie de la communauté, l entreprise commune est amenée à évoluer en fonction des nouveaux enjeux ou problèmes qui se présentent. Un répertoire partagé. La communauté se donne des ressources. L engagement dans le développement et l amélioration d une pratique commune amènent les membres à produire des ressources qui permettent la négociation de significations. Ces ressources qui constituent le répertoire partagé font partie intégrante de la pratique partagée (voir ce point plus haut).

6 INF Les TIC et l apprentissage en milieu de travail 6 Le fait que la communauté se donne de telles ressources renforce le sentiment d appartenance des membres, contribue au développement de son identité et génère des connaissances nouvelles. Le développement fructueux de la pratique et la qualité de l apprentissage qui en découle dépendent de l équilibre entre les actions communes, au cours desquelles les membres confrontent leurs idées et négocient le sens (participation), et la production d objets qui composent le répertoire partagé (réification). Participation + réification = apprentissage. Communauté et pratique renvoient à une structure sociale qui a un but, une intention bien spécifique. Quatre types de communauté de pratique peuvent être identifiés en fonction de quatre intentions premières : la communauté d aide et d assistance (l entraide sur la pratique, les forums d échanges; l intention est de développer la connectivité entre les pairs); la communauté de pratiques exemplaires (la vérification de la pratique, la description de nouvelles pratiques et de leur valeur); la communauté dédiée à la gestion des connaissances (la consignation, l organisation, la distribution des connaissances) ; la communauté d innovation (proche de la communauté d entraide : elle offre un encouragement à l innovation et fournit un lieu pour explorer et discuter de nouvelles idées). Quel que soit le type de communautés, les membres doivent savoir clairement quels bénéfices directs ils tireront de leur participation, sinon la communauté ne survivra pas par manque d engagement des membres. De la même manière, l entreprise doit savoir quel bénéfice elle tire de la communauté de pratique, sinon, elle n y consacrera pas les ressources et ne lui reconnaîtra pas de légitimité. Le succès de la Cop repose en grande partie sur l intersection entre les besoins de l organisation et les passions et les aspirations des participants. Le domaine doit être inspirant. Il importe donc de définir le domaine de la communauté, de cibler la pratique concernée et de reconnaître à quel type de communauté on a affaire. 4. Le cycle de vie de la communauté de pratique Le design d une communauté vise à en favoriser l émergence ou à en susciter l éveil et non pas à créer de manière formelle une structure, un système, et des rôles pour atteindre les buts organisationnels qui conviennent et s accordent aux autres éléments structurels de l organisation. Le but du design d une communauté est d amener la communauté à exprimer, à faire ressortir, sa propre direction interne, son identité et son énergie. Cette approche du design d une communauté est paradoxale et suscite un dilemme : le design sert à prévoir, planifier, organiser alors que l émergence d une communauté se produit de manière spontanée et autodirigée. Plutôt que de se centrer sur la volonté de tout prévoir et de tout planifier avec justesse et exactitude, le design de communauté se concentre sur la stimulation de la participation active. On observe cinq stades dans le cycle de vie des communautés de pratique.

7 INF Les TIC et l apprentissage en milieu de travail 7 Typiquement, une communauté de pratique évolue selon un cycle de vie en cinq stades, tel qu il est représenté sur la figure 2 : la découverte des potentialités de la communauté, l unification, la maturité, le momentum et la transformation. Figure 2 Stades de développement d une communauté de pratique. Source : CEFRIO, 2005, Travailler, apprendre et collaborer en réseau. Guide de mise en place et d animation des communautés de pratique intentionnelles, p. 23. Stade 1 : La découverte des potentialités La communauté est au stade embryonnaire. Elle est composée d un réseau plus ou moins soudé de personnes et se définira graduellement en fonction des besoins. Les activités sont surtout menées en vue de définir le domaine (les problèmes et les défis), la communauté (qui, quoi, sa valeur, les rôles et les résultats souhaités), la pratique en cause. À la base, la communauté naît d un petit noyau de personnes qui ont une passion pour le domaine et ont à cœur de développer leurs connaissances pour améliorer la pratique. Ces membres déterminent le type de communauté qu ils souhaitent : communauté d aide et d assistance, communauté de pratiques exemplaires, communauté pour le maintien et la gestion des connaissances, communauté d innovation. À ce stade, le coordonnateur ou l animateur joue un rôle très important. Il intervient pour aider les membres à : cerner de manière plus précise ce qui les intéresse; identifier les principaux enjeux; définir des activités (rencontres, séminaires, visites); trouver le rythme qui convient à chacun; développer un lien social fort; se donner les moyens pour construire la pratique partagée et un répertoire partagé (base de connaissances, répertoire de leçons apprises et de pratiques exemplaires, outils, méthodes, etc.). Ce stade correspond au design préliminaire de la communauté, lequel précise l envergure de la communauté, le domaine, la structure, les rôles, les processus de partage de connaissances, la liste des membres.

8 INF Les TIC et l apprentissage en milieu de travail 8 Stade 2 : L unification Le nombre de membres augmente. La confiance se développe et les liens de la communauté se resserrent. Les connaissances que les membres partagent gagnent en profondeur. Le principal défi de la communauté à ce stade est de s unifier. Pour cela, les membres, qui consacrent du temps à la communauté, doivent percevoir le bénéfice d y participer. Ils doivent être convaincus que les échanges, les discussions sur la pratique ont une réelle valeur ajoutée. À ce stade, le défi est d amener les membres à développer des relations de confiance et de respect, ainsi qu une prise de conscience des besoins et du fait qu ils partagent des intérêts communs. Si l unification ne se fait pas, la communauté ne peut croître et son existence est en danger. Stade 3 : La maturité La communauté définit son rôle dans l organisation et trouve sa légitimité. Elle n est plus juste un réseau d amis professionnels, elle élargit ses frontières. Elle doit gérer sa croissance en s assurant qu elle n est pas détournée de ses intentions et qu elle s intéresse toujours aux problèmes ciblés. La communauté est organisée. Elle peut mesurer et gérer la création de valeur. Elle se donne les moyens pour gérer son processus de construction de connaissances (collecter les anecdotes, les documenter, diffuser les connaissances). La communauté qui obtient une reconnaissance de l entreprise (légitimation) peut demander un soutien organisationnel : temps de travail accordé pour la participation aux activités, voyage pour faire se rencontrer les membres et participer aux événements. Stade 4 : Le momentum À ce stade, la communauté doit relever le défi de se maintenir de manière durable; surmonter le déclin de l énergie; éviter la fermeture et le cantonnement dans une pratique bien établie; veiller à son ressourcement et recruter de nouveaux membres. En somme, la communauté doit maintenir sa vitalité et développer un nouveau leadership pour se mettre en phase avec les changements qui ont pu survenir dans la pratique, dans l entreprise et au sein des membres. Stade 5 : La transformation Si la communauté a été efficace, les problèmes sont résolus et la pratique s est précisée. Il y a un risque de perte d énergie ou un risque que les membres développent d autres intérêts. La communauté peut alors se transformer de différentes façons : la dispersion des membres dans d autres communautés; la fusion à d autres communautés; s institutionnaliser ou se transformer en un club social. Elle peut également se redéfinir, se renouveler et repartir sur de nouvelles bases (nouveau domaine, nouveaux membres, nouvelle pratique). En résumé, le cycle de vie d une communauté de pratique l amène à se définir, à s organiser et à produire. Se définir Qui sommes-nous?/qui nous ne sommes pas. Pourquoi sommes-nous ensemble?/quelle est notre raison d être? Quels types de participation observe-t-on?/quelle production en résulte-t-il? À quel cycle de la vie d une communauté sommes-nous arrivés?

9 INF Les TIC et l apprentissage en milieu de travail 9 S organiser Susciter la prise de conscience chez les travailleurs qu ils ont besoin de la communauté. Assurer une solide coordination de la communauté. Recruter un coordonnateur et constituer le noyau de la communauté. Recruter les membres et les consulter pour connaître ce qui les passionne, ce qui leur pose problème, ce qu ils souhaitent que la communauté soit. Faire correspondre les besoins de la communauté avec ce que l organisation trouve important. Voir au développement d un climat de confiance et de respect. Reconnaître les contributions de chacun. Produire S assurer que la participation aboutit à des réalisations pour concrétiser l existence de la communauté. Créer de la valeur dont les membres et l organisation vont profiter. Obtenir le soutien de l entreprise : du temps et des moyens : ressources humaines, financières, technologiques; la légitimité : reconnaissance et valorisation de ce que la communauté peut apporter à l organisation. Les défis à relever Les défis à relever par l entreprise pour favoriser l émergence d une communauté de pratique sont les suivants : un défi organisationnel : faire comprendre aux travailleurs la valeur accordée à la communication et au partage; un défi communautaire : créer une valeur réelle pour les membres; un défi technique : la mise en place d un environnement cogéré qui facilite l échange, l interaction et la réflexion commune; qui permet la consignation et la réutilisation des connaissances construites par le groupe; un défi personnel : l ouverture aux idées nouvelles et maintenir la détermination à développer la pratique communautaire. Références CEFRIO, Travailler, apprendre et collaborer en réseau. Guide de mise en place et d animation des communautés de pratique intentionnelles, [En ligne]. cache/9992/www.cefrio.qc.ca/pdf/guidecommunautes.pdf (Consulté le 15 août 2011) Lave, J. et Wenger, É. (1991). Situated learning. Legitimate peripheral participation. Cambridge, University of Cambridge Press. Wenger, É. (1999). Communities of practice. Learning, Meaning and identity. Cambridge, University of Cambridge Press. Wenger, É., McDermott, R. A. et Snyder, W. (2002). Cultivating communities of practice : A guide to managing knowledge. Cambridge, Mass., Harvard Business School Press.

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE

GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème STAGE 1 GUIDE POUR LE DÉVELOPPEMENT DE COMPÉTENCES PROFESSIONNELLES (CP) POUR LE 3 ème DOMAINES: FONDEMENTS COMPÉTENCE 1: Agir en tant que professionnelle ou professionnel héritier, critique et interprète d

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document :

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document : Cahier de gestion TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES CODE : Nature du document : Règlement X Politique Directive administrative Procédure Date d adoption : Le 13 juin 2007 X C.A. C.E.

Plus en détail

ÉVALUATION PERSONNELLE

ÉVALUATION PERSONNELLE ÉVALUATION PERSONNELLE Agent (e) de développement NOM : ÉVALUÉ PAR : DATE : PROFIL DE COMPÉTENCES COMPÉTENCES PERSONNELLES Ces compétences permettent au personnel d atteindre un équilibre et de se ressources

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

Communautés virtuelles de praticiens : les défis associés au travail à distance

Communautés virtuelles de praticiens : les défis associés au travail à distance Communautés virtuelles de praticiens : les défis associés au travail à distance Diane-Gabrielle Tremblay Professeure, Télé-université, Université du Québec à Montréal October 5, 2011 2011 AGM 1 Contexte

Plus en détail

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN POLITIQUE NUMÉRO 13 POLITIQUE D ÉVALUATION DE LA CONTRIBUTION DU PERSONNEL D ENCADREMENT DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 21 juin 1995 CA-95-20-190

Plus en détail

gestion des talents brevet fédéral d informaticien... le bon profil pour le bon poste

gestion des talents brevet fédéral d informaticien... le bon profil pour le bon poste gestion des talents brevet fédéral d informaticien... le bon profil pour le bon poste un lien important avec le marché du travail. La formation professionnelle supérieure permet d acquérir les compétences

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

Objectifs de la présentation

Objectifs de la présentation Objectifs de la présentation Stimuler la réflexion des gestionnaires et des intervenants du secteur de la santé, autour de la problématique et des défis du suivi post formation Partager l expérience du

Plus en détail

Préambule... 3. Attentes exprimées à l égard de la fusion... 4. Mission... 5. Vision et engagements... 6. Valeurs organisationnelles...

Préambule... 3. Attentes exprimées à l égard de la fusion... 4. Mission... 5. Vision et engagements... 6. Valeurs organisationnelles... POSITIONNEMENT STRATÉGIQUE 2010-2015 TABLE DES MATIÈRES Préambule... 3 Attentes exprimées à l égard de la fusion... 4 Mission... 5 Vision et engagements... 6 Valeurs organisationnelles... 7 Principes de

Plus en détail

Partage d expériences en Leadership, Gestion, planification et mise en oeuvre

Partage d expériences en Leadership, Gestion, planification et mise en oeuvre Partage d expériences en Leadership, Gestion, planification et mise en oeuvre Photos 7ème Forum Régional: Gestion axée sur les resultats Nov. 12-15, 2012 Kairaba Beach Hotel, Banjul, The Gambia Contenu

Plus en détail

Partage des connaissances

Partage des connaissances Nations Unies Département des opérations de maintien de la paix Département de l appui aux missions Réf. 2009.4 Directive Partage des connaissances Approbation de : Alain Le Roy, SGA aux opérations de

Plus en détail

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C.

Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement en faveur du renforcement de la nutrition 11 juin 2013, Washington D.C. Résumé La réunion inaugurale du Réseau de la société civile du mouvement

Plus en détail

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement?

Lumesse Avis d expert. Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Lumesse Avis d expert Agile Learning Etes-vous prêt au changement? Dans l univers sans cesse mouvant de la Gestion des Talents, nous observons un nouveau changement fondamental en matière de développement

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Table des matières CONTEXTE...5 OBJET...7 CHAMP D APPLICATION...7 PRINCIPES GÉNÉRAUX ET VALEURS...7 OBJECTIFS GÉNÉRAUX...8 OBJECTIFS PARTICULIERS...8 DISPOSITIONS

Plus en détail

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

l évaluation participative

l évaluation participative l évaluation participative Mardi du RIOCM par le Centre de formation populaire Décembre 2008 Pourquoi ce thème Maîtriser la notion d évaluation Démystifier ce qu est l évaluation participative Discuter

Plus en détail

Multilinguisme et employabilité

Multilinguisme et employabilité Multilinguisme et employabilité Un inventaire des ressources dans la région de Québec Annie Pilote INRS-UCS Plan de la présentation Objectifs de l enquête Démarche méthodologique Inventaire des ressources

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

Votre Capital Humain Votre première richesse. Conseil Coaching Formation Assessment

Votre Capital Humain Votre première richesse. Conseil Coaching Formation Assessment Votre Capital Humain Votre première richesse Conseil Coaching Formation Assessment Créé en 2009, le Cabinet Ellitis propose son accompagnement aux organisations publiques et privées, dans les domaines

Plus en détail

La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de l état et des politiques économiques et sociales en Afrique:

La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de l état et des politiques économiques et sociales en Afrique: Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Fondation Hanns Seidel Original : français La problématique de l audit, du contrôle de l évaluation des institutions de

Plus en détail

ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1

ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1 ORIENTATIONS POUR L ANIMATION FRATERNELLE 1 1. INTRODUCTION L OFS, en vertu de sa propre vocation, doit veiller à partager sa propre expérience de vie évangélique avec les jeunes qui se sentent attirés

Plus en détail

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud FIC/Inf.1 15 juin 2011 Le Cap, Afrique du Sud ELABORATION D EXPOSES DIDACTIQUES POUR LE FORUM DES PARTENARIATS 2012 Note : ce document d information sera présenté dans la rubrique «Questions diverses»

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

Accompagner des équipes et des organisations, c est un plus! Transmettre au plus grand nombre vos compétences acquises sera votre challenge

Accompagner des équipes et des organisations, c est un plus! Transmettre au plus grand nombre vos compétences acquises sera votre challenge INSTITUT DE COACHING MAROC Cultiver les savoirs, semer les compétences pour que vous récoltiez les fruits de vos efforts Créé par Catherine SEKOU et Nadia JALAL, l Institut de Coaching dispense un enseignement

Plus en détail

COACHING PROFESSIONNEL. Points de repères et démarche en entreprise. Performance et Bien-être

COACHING PROFESSIONNEL. Points de repères et démarche en entreprise. Performance et Bien-être COACHING PROFESSIONNEL Points de repères et démarche en entreprise Performance et Bien-être Le coaching professionnel vise à stimuler la performance et à dynamiser les changements dans des contextes à

Plus en détail

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011

PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 H114-8-3 PROFIL DIRECTION GÉNÉRALE ADJOINTE COMMISSION SCOLAIRE DES PHARES JANVIER 2011 Adaptation du document La formation à la gestion d un établissement d enseignement, Les orientations et les compétences

Plus en détail

UNE VISION COMMUNE 2 PLAN STRATÉGIQUE : 2016-2018

UNE VISION COMMUNE 2 PLAN STRATÉGIQUE : 2016-2018 PLAN STRATÉGIQUE 2016-2018 UNE VISION COMMUNE 2 PLAN STRATÉGIQUE : 2016-2018 À ses débuts, le Centre d excellence de l Ontario en santé mentale des enfants et des adolescents (le Centre) était une petite

Plus en détail

Catalogue de formations. Leadership & développement durable

Catalogue de formations. Leadership & développement durable Catalogue de formations Leadership & développement durable Table des matières La formatrice 3 L Art de prendre de bonnes décisions 4 Mieux communiquer pour mieux collaborer 5 Développer sa capacité d influence

Plus en détail

Innover sans disparaître Mieux gérer la créativité au sein de l entreprise

Innover sans disparaître Mieux gérer la créativité au sein de l entreprise Innover sans disparaître Mieux gérer la créativité au sein de l entreprise Par Nicole Cournoyer Consultante et formatrice en créativité 2573 rue de Port-Royal, Sainte-Foy (Québec), G1V 1A5 Tél.: (418)

Plus en détail

Gestion des compétences au sein de l Administration fédérale

Gestion des compétences au sein de l Administration fédérale Gestion des compétences au sein de l Administration fédérale Profils de compétences Base Support/Epert D Décembre 2009 SUPPORT/EXPERT D 1/ PROFIL DE BASE - Tableau Gestion de X Comprendre Assimiler Analyser

Plus en détail

L équipe d ISF Qu est-ce qui nous rend uniques?

L équipe d ISF Qu est-ce qui nous rend uniques? Gestionnaire de l implication et du recrutement de talent pour le portefeuille africain : Nous cherchons un leader stratégique, passionné par la découverte et le développement d individus talentueux et

Plus en détail

Le leader d Ingénieurs Canada

Le leader d Ingénieurs Canada Le leader d Ingénieurs Canada Sommaire Ingénieurs Canada existe pour fournir du soutien et du leadership à l échelle nationale au nom des organismes de réglementation du génie, afin de promouvoir et de

Plus en détail

Cette unité d'enseignement comprend les activités d'apprentissage suivantes : SORH1B08INTR Introduction à la GRH 30 h / 2 C

Cette unité d'enseignement comprend les activités d'apprentissage suivantes : SORH1B08INTR Introduction à la GRH 30 h / 2 C Haute École Louvain en Hainaut www.helha.be Année académique 2015-2016 Bachelier en gestion des ressources humaines HELHa Tournai 1 Rue Frinoise 12 7500 TOURNAI Tél : +32 (0) 69 89 05 06 Fax : +32 (0)

Plus en détail

Treizième rapport annuel au Premier ministre sur la fonction publique du Canada

Treizième rapport annuel au Premier ministre sur la fonction publique du Canada Treizième rapport annuel au Premier ministre sur la fonction publique du Canada Kevin G. Lynch Greffier du Conseil privé et secrétaire du Cabinet Pour l année finissant le 31 mars 2006 Catalogage avant

Plus en détail

LSM propose un programme d adaptation et de solutions fondé sur un accompagnement (processus, un diagnostic, le transfert d outils, de connaissances

LSM propose un programme d adaptation et de solutions fondé sur un accompagnement (processus, un diagnostic, le transfert d outils, de connaissances 1 2 Constats en bénévolat Le milieu appelle des solutions Les organisations de la Montérégie placent le recrutement de la relève en priorité des défis à relever Le recrutement et le soutien des bénévoles

Plus en détail

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines

Un livre illustré. Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Un livre illustré Cycle: fin du 1 er cycle du primaire Durée de l activité: plusieurs semaines Résumé de la tâche Domaines généraux de formation Compétences transversales Domaines d apprentissage et compétences

Plus en détail

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe.

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe. Cours 12 Le pouvoir au sein d une organisation Les liens entre pouvoir, autorité et obéissance Le leadership et les traits personnels Les théories du leadership situationnel Pouvoir Capacité d un individu

Plus en détail

L internationalisation de sa PME : certainement possible!

L internationalisation de sa PME : certainement possible! L internationalisation de sa PME : certainement possible! 1 L internationalisation de sa PME : certainement possible! Depuis la fin des années 1980, l accélération du rythme des changements dans l économie

Plus en détail

Catalogue des Formations

Catalogue des Formations 67, Rue Aziz Bellal, Etage 3, N 2, Maarif. 32, Avenue Abdelali Benchekroune, Etage 5, N 20. Nos atouts formation Thèmes de formation En partenariat avec un réseau national et International, nous dispensons

Plus en détail

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international

Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Proposition d orientations nouvelles pour le Dialogue international Document 04 RÉUNION DU GROUPE DE PILOTAGE DU DIALOGUE INTERNATIONAL 4 Novembre 2015, Paris, France Nouvelle orientation du Dialogue international

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1361-00-16 Nombre de pages : 8 POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

Plus en détail

POSTE À POURVOIR - - OBJECTIF DU POSTE :

POSTE À POURVOIR - - OBJECTIF DU POSTE : POSTE À POURVOIR Titre : directeur de la communication Département : communications Responsable hiérarchique : directeur exécutif Subordonnés directs : attachés de presse (2), agents des communications

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Natalie Rinfret, Ph.D. Colloque de l Association des directeurs généraux des services

Plus en détail

Professionnelle. Construire un lien entre théorie et pratique

Professionnelle. Construire un lien entre théorie et pratique A.F.P. Ateliers de Formation Professionnelle Construire un lien entre théorie et pratique Plan de la présentation 1. Les A.F.P. Une nouveauté dans la réforme de la formation initiale des enseignants 2.

Plus en détail

LEADERSHIP & MANAGEMENT

LEADERSHIP & MANAGEMENT LEADERSHIP & MANAGEMENT 3 JOURS SEQUENCES Présentation DE LA VISION A L ACTION Diriger aujourd hui un service, une direction régionale, une filiale ou une entreprise nécessite la maîtrise des outils et

Plus en détail

Carrière & Leadership

Carrière & Leadership Carrière & Leadership www.100jours.ca Carrière & Leadership est un cabinet-conseil dont la mission est d accompagner les cadres supérieurs et intermédiaires... hors de leur zone de confort. Notre service

Plus en détail

"High Performance Workplace Event: People mean business"

High Performance Workplace Event: People mean business "High Performance Workplace Event: People mean business" (Cette conférence a été organisée par la Présidence britannique de l'union européenne, avec le soutien de la Commission européenne) Londres, le

Plus en détail

Plan Stratégique 2008-2013

Plan Stratégique 2008-2013 Plan Stratégique 2008-2013 Version finale Adopté le 26 septembre par le Conseil d administration Septembre 2008 Mission La Société Santé en français est un chef de file national qui assure, en étroite

Plus en détail

Questions clés pour la consultation élargie

Questions clés pour la consultation élargie Processus de planification stratégique de Terre des Hommes Fédération Internationale Questions clés pour la consultation élargie Beaucoup de progrès ont été accomplis lors de l Assemblée Générale (AG)

Plus en détail

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE PENSÉE ET VISION STRATÉGIQUE Avoir une perspective globale des enjeux actuels et futurs du client ainsi que de définir des orientations visant

Plus en détail

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Janvier 2005 This document is available in English under

Plus en détail

Plan de formation proposé

Plan de formation proposé Plan de formation proposé Objectifs de l intervention : Développer certaines compétences ciblées pour les participants afin de leur permettre d être mieux outillés dans leur gestion quotidienne. Contribuer

Plus en détail

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT

ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT ÉDUCATION THÉRAPEUTIQUE DU PATIENT Recommandations Isabelle Berthon Introduction (1) La Haute Autorité de santé et l Institut National de Prévention et d Education Pour la Santé ont publié en juin 2007

Plus en détail

Programme éducatif Chante Ta voie

Programme éducatif Chante Ta voie Programme éducatif Chante Ta voie Chante Ta Voie est un organisme de développement culturel de 44 inscrits desservant toutes les communautés. Regroupant des jeunes de 6 à 20 ans, Chante Ta Voie accueille

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Affaires et commerce Comptabilité (première partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Affaires et commerce Comptabilité (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Affaires et commerce Comptabilité (première partie) Annexe D Règlement sur les qualifications requises pour enseigner Mai 2005 (Révisée

Plus en détail

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication

Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication Termes de référence pour le recrutement d un consultant en communication A. Contexte La Conférence des Ministres de l Éducation des États et gouvernements de la Francophonie (CONFEMEN) est une organisation

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Tel qu adopté par le conseil d administration le 5 octobre 2011 Membres de l Association des écoles supérieures d art de Montréal Centre NAD Conservatoire de musique de Montréal

Plus en détail

L Accompagnement Durable

L Accompagnement Durable L Accompagnement Durable Notre objectif: contribuer à la performance de l entreprise créatrice de valeur 1 Sept 2012 L Accompagnement Durable Notre Offre Le coaching systémique global d une organisation

Plus en détail

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités

Stratégie de recherche axée sur le patient. Cadre de renforcement des capacités Stratégie de recherche axée sur le patient Cadre de renforcement des capacités 2015 Remerciements Les Instituts de recherche en santé du Canada tiennent à souligner la contribution des experts ayant siégé

Plus en détail

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc.

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc. GESTION DES RESSOURCES HUMAINES 1. Gestion opérationnelles des RH 2. Audits GHR 3. Recrutement et dotation 4. Évaluation psychométrique 5. Consolidation et coaching 6. Transition de carrière 1. COMMENT

Plus en détail

Énoncé de mission du Théâtre de la Ville

Énoncé de mission du Théâtre de la Ville Énoncé de mission du Théâtre de la Ville Août 2006 Théâtre de la Ville août 2006 page 1 1. ENONCE DE MISSION DU TDLV VERSION 2006 1.1 Les idées maîtresses L énoncé de mission d une organisation devrait

Plus en détail

FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE. Direction de projets et programmes

FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE. Direction de projets et programmes FICHE JANVIER 2009 THÉMATIQUE Direction de projets et programmes La représentation par les processus pour les projets Système d Information (SI) La modélisation de l'entreprise par les processus devient

Plus en détail

L innovation dans l entreprise numérique

L innovation dans l entreprise numérique L innovation dans l entreprise numérique Toutes les entreprises ne sont pas à l aise avec les nouvelles configurations en matière d innovation, notamment avec le concept d innovation ouverte. L idée de

Plus en détail

Page 1 sur 7 Les compétences acquises par l autoformation : relevé des pratiques et des tractations travailleurs employeurs en vue de leur reconnaissance. Principaux constats. Francine d Ortun, Ph.D. Professeure

Plus en détail

Technologie du dessin industriel

Technologie du dessin industriel Technologie du dessin industriel Compétences fondamentales RAG F1 Communication technique : Communiquer les idées et dessins techniques de façon efficace et appropriée. Résultat(s) d apprentissage spécifique(s)

Plus en détail

Le processus de mise en place de projets/démarches en développement social dans la région du Centre-du-Québec

Le processus de mise en place de projets/démarches en développement social dans la région du Centre-du-Québec Le processus de mise en place de projets/démarches en développement social dans la région du Centre-du-Québec Recherche et rédaction : Monica Jekovska, agente de recherche au CRDS 22 e Colloque du RQVVS,

Plus en détail

Intégrer les technologies dans l enseignement et l apprentissage: la vision de l UNIL. > 26 mars 2012 <

Intégrer les technologies dans l enseignement et l apprentissage: la vision de l UNIL. > 26 mars 2012 < Intégrer les technologies dans l enseignement et l apprentissage: la vision de l UNIL > 26 mars 2012 < Table des matières Intégrer les technologies dans l enseignement et l apprentissage: la vision de

Plus en détail

1ère fédération en France exclusive Coaching de Vie!

1ère fédération en France exclusive Coaching de Vie! Dossier de Presse Septembre 2015 1ère fédération en France exclusive Coaching de Vie! 2015 Création de la FEDERATION DE COACHING DE VIE! Vivre l accompagnement Coaching de Vie FCV Fédération de Coaching

Plus en détail

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS

GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBAL SAAS HR SOLUTION INTÉGRÉE DE GESTION DES TALENTS GLOBALISATION ET TRANSFORMATION RH UNE RÉPONSE FACE À L EXIGENCE DE PERFORMANCE ET DE COMPÉTITIVITÉ La globalisation des entreprises, accélérée par

Plus en détail

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE

ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE ECOLE SUPERIEURE DE L EDUCATION NATIONALE Formation des Chefs d Etablissement d Affectation Management adaptatif et délégations Support participants SOMMAIRE La formation dans son contexte p.3 Les facteurs

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

Programmes inter-entreprises

Programmes inter-entreprises Brochure interactive Programmes inter-entreprises France, 2014-2015 Pour plus d informations sur les lieux, dates et prix de nos training, veuillez consulter www.krauthammer.fr (rubrique Programmes inter-entreprises

Plus en détail

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 JANVIER 2013

PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 JANVIER 2013 PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 JANVIER 2013 Vision Nous croyons que pour régler ses problèmes les plus complexes, le Canada a besoin d un gouvernement efficace et de la participation des dirigeants de tous

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Management Interculturel

Management Interculturel Management Interculturel La mondialisation et l ouverture des marchés ont permis l interconnexion des mondes. Ces phénomènes ont en même temps accéléré la mutation des modes de pensée et de consommation.

Plus en détail

I : Management Stratégique des RH - Planification versus chemin faisant - Approches situationnistes de la gestion

I : Management Stratégique des RH - Planification versus chemin faisant - Approches situationnistes de la gestion I : Management Stratégique des RH - Planification versus chemin faisant - Approches situationnistes de la gestion II : Gestion des compétences -La problématique de la gestion des compétences dans la situation

Plus en détail

PLAN DE COURS MBA-8C18 Groupe 15. Volet A - Gestion des ressources humaines

PLAN DE COURS MBA-8C18 Groupe 15. Volet A - Gestion des ressources humaines Département d organisation et ressources humaines École des sciences de la gestion Université du Québec à Montréal «Créer de la valeur exige audace et engagement» PLAN DE COURS MBA-8C18 Groupe 15 Volet

Plus en détail

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La gestion de la santé et de la sécurité du travail doit faire partie intégrante des activités quotidiennes d un établissement.

Plus en détail

Urgence Leadership. Un programme de développement du leadership dans les entreprises québécoises

Urgence Leadership. Un programme de développement du leadership dans les entreprises québécoises Urgence Leadership Un programme de développement du leadership dans les entreprises québécoises Forum de réflexion sur le leadership d avenir - CIRANO 26 janvier 2009 1 Urgence Leadership Un programme

Plus en détail

RÈGLEMENT NO. 2010-02-289 AUX FINS DE DOTER LA MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE D UNE POLITIQUE DE GESTION DES RELATIONS AVEC SES CITOYENS

RÈGLEMENT NO. 2010-02-289 AUX FINS DE DOTER LA MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE D UNE POLITIQUE DE GESTION DES RELATIONS AVEC SES CITOYENS PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE COMTÉ DE RIVIERE-DU-LOUP RÈGLEMENT NO. 2010-02-289 AUX FINS DE DOTER LA MUNICIPALITÉ DE NOTRE-DAME-DU-PORTAGE D UNE POLITIQUE DE GESTION DES RELATIONS

Plus en détail

Gérer sous le modèle matriciel : l expérience du CRDI Normand-Laramée

Gérer sous le modèle matriciel : l expérience du CRDI Normand-Laramée Gérer sous le modèle matriciel : l expérience du CRDI Normand-Laramée Claude Belley, directeur général CRDI N-L Marie-Hélène Jobin, directrice Pôle santé 11 septembre 2012 Plan Mise en contexte La démarche

Plus en détail

Jardins carrés et Culture d Entreprise

Jardins carrés et Culture d Entreprise Jardins carrés et Culture d Entreprise Un concept innovant pour développer l efficacité collective Le concept Les jardins carrés sont une méthode de jardinage élaborée dans les années 1980 par l américain

Plus en détail

Table ronde - L infirmier soignant : tradition et évolution des pratiques

Table ronde - L infirmier soignant : tradition et évolution des pratiques Table ronde - L infirmier soignant : tradition et évolution des pratiques Plaidoyer en faveur de la santé de la population : vers une pleine reconnaissance de la contribution infirmière unique Odette Roy,

Plus en détail

ACFAS. Colloque 505 L échange de connaissances en petite enfance : comment mettre à profit les expertises des chercheurs et des praticiens

ACFAS. Colloque 505 L échange de connaissances en petite enfance : comment mettre à profit les expertises des chercheurs et des praticiens ACFAS Colloque 505 L échange de connaissances en petite enfance : comment mettre à profit les expertises des chercheurs et des praticiens Université de Montréal 13 mai 2010 1,2,3,GO! Place au dialogue

Plus en détail

CATALOGUE DE PRESTATIONS 2014

CATALOGUE DE PRESTATIONS 2014 CATALOGUE DE PRESTATIONS 2014 La Formation Professionnelle Management Relationnel Les Fondamentaux du Management Animation d équipe, Manager Coach Développer son assertivité Communiquer efficacement avec

Plus en détail

Enseignement au cycle primaire (première partie)

Enseignement au cycle primaire (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Enseignement au cycle primaire (première partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Normes d exercice de

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins

La gestion de la clientèle pour le commerce et l artisanat : vos clients et leurs besoins Qu une entreprise cherche à s adapter à son environnement et/ou à exploiter au mieux ses capacités distinctives pour développer un avantage concurrentiel, son pilotage stratégique concerne ses orientations

Plus en détail

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY

FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY FORMULATING INFORMATION SYSTEMS RISK MANAGEMENT STRATEGIES THROUGH CULTURAL THEORY I- Le processus de risk management selon ISO 27001(2005), NSIT : 8000 (2002) et Frosdick (1997) : Ce processus inclut

Plus en détail

PLAN DE LA PRÉSENTATION

PLAN DE LA PRÉSENTATION Joséphine Mukamurera, Ph.D. CRIFPE-Sherbrooke, CRIÉSÉ, IRPÉ Université de Sherbrooke 1 Conférence-CPIQ, UQTR, 17-11-2012 PLAN DE LA PRÉSENTATION 1. Développement professionnel des enseignants en exercice:

Plus en détail

RAISIN Le Réseau d Animation des Informaticiens Systèmes INter-établissement de Bordeaux 04/12/2005 RAISIN - JRES 2005 1

RAISIN Le Réseau d Animation des Informaticiens Systèmes INter-établissement de Bordeaux 04/12/2005 RAISIN - JRES 2005 1 RAISIN Le Réseau d Animation des Informaticiens Systèmes INter-établissement de Bordeaux 04/12/2005 RAISIN - JRES 2005 1 Comment RAISIN a été crée? Formations SIARS en 2003 (formations à la sécurité informatique

Plus en détail

Pourquoi investir dans la formation? Autodiagnostic. Gérer vous-même la formation de votre main-d œuvre

Pourquoi investir dans la formation? Autodiagnostic. Gérer vous-même la formation de votre main-d œuvre Pourquoi investir dans la formation? Autodiagnostic Gérer vous-même la formation de votre main-d œuvre Développer les compétences de votre main-d œuvre avec l aide d Emploi-Québec LA FORMATION FAIT DÉJÀ

Plus en détail

ADULTES DANS LE SCOUTISME

ADULTES DANS LE SCOUTISME ADULTES DANS LE SCOUTISME politique MONDIALE Adultes dans le Scoutisme 2 Bureau Mondial du Scoutisme Case postale 91 5, rue du Pré-Jérôme CH-1211 Genève 4, Plainpalais Suisse Copyright 2011, Bureau Mondial

Plus en détail