La communauté de pratique selon Étienne Wenger

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "La communauté de pratique selon Étienne Wenger"

Transcription

1 La communauté de pratique selon Étienne Wenger Sommaire France Henri Introduction 1. La communauté de pratique, une structure sociale de connaissances 2. Le contexte d émergence de la communauté de pratique en milieu de travail 3. Le modèle de la communauté de pratique : trois éléments constitutifs 4. Le cycle de vie de la communauté de pratique Introduction En 1991, Jean Lave et Étienne Wenger publient un ouvrage qui sort des sentiers battus, intitulé Situated learning. Legitimate peripheral participation. Ces auteurs mettent en avant l idée que l apprentissage en milieu de travail est un processus de participation dans une communauté de pratique. Cette participation, d abord périphérique, augmente graduellement avec l engagement envers la communauté et les interactions avec les autres membres. L engagement est au cœur de la vie de la communauté et de l apprentissage. En 1999, Wenger publie l ouvrage Communities of practice. Learning, meaning and identity, qui devient une référence incontournable dans le domaine. Wenger approfondit le concept de communauté de pratique et étudie le processus d apprentissage qui en résulte. Il propose une approche pour favoriser l émergence, la croissance et le maintien des communautés de pratique dans les entreprises, dans le domaine de l éducation et pour l apprentissage tout au long de la vie. En 2002, Wenger, McDermott et Snyder poursuivent l étude des communautés de pratique dans l ouvrage Cultivating communities of practice : A guide to managing knowledge. Ils fournissent une description détaillée du fonctionnement et du cycle de vie de la communauté de pratique, des conditions d émergence, de son activité, de ses productions et de ses résultats. Le texte qui suit présente de manière condensée, en points d énumération, les idées saillantes qui définissent la communauté de pratique, telles que développées par Wenger et ses collègues. 1. La communauté de pratique, une structure sociale de connaissances La communauté de pratique n est pas une nouvelle idée. Dans l histoire de l humanité, elle a été une des premières structures sociales de connaissances. La plupart d entre nous appartiennent à une communauté sans en être véritablement conscients. C est ainsi que Wenger aborde la communauté de pratique qui, de par sa nature, est une communauté d apprentissage. L activité de la communauté est effectivement d apprendre. Le but des membres n est pas d appartenir à la communauté, c est d apprendre au quotidien, apprendre des autres, apprendre sur soi, apprendre sur l objet qui nous rassemble.

2 INF Les TIC et l apprentissage en milieu de travail 2 Wenger développe trois propositions fondamentales pour expliquer sa théorie de l apprentissage social au sein des communautés. La participation est à la base du processus d apprentissage et du processus de construction de la communauté. Le processus d apprentissage est indissociable du processus de socialisation. La caractéristique essentielle d une communauté est «la force du lien social qui unit ses membres qui ont un centre d intérêt partagé». La négociation de la signification correspond au processus d apprentissage individuel et collectif. Les échanges entre les membres pour développer un sens commun à donner à leurs actions sont source d apprentissage. L activité de la communauté est ainsi décrite en termes de participation, de socialisation et de développement identitaire. Apprendre et faire sont une seule et même chose : participer constitue le fait d apprendre et de comprendre. Apprendre est un processus de participation, de négociation de la signification et de construction identitaire. La communauté de pratique est composée de personnes partageant la même profession (métier), engagées et actives dans l activité de la communauté d appartenance. Elle a pour objectif d améliorer les conditions de l exercice de la profession au quotidien par le partage, l entraide et les processus d apprentissage et d enseignement mutuels. Elle se charge d initier les nouveaux membres d une communauté professionnelle et travaille à développer l identité interne de la communauté (qui nous sommes), et l identité externe (qui nous ne sommes pas). Elle n a pas de durée prescrite, ni de projet unique. Elle évolue généralement assez lentement. Elle est ouverte à divers types de participation : active, périphérique, marginale et même la non-participation. La communauté de pratique a comme mission l apprentissage et elle constitue un lieu privilégié d apprentissage. L identité de la communauté se construit lors des échanges et du partage d idées entre les membres stimulant ainsi l apprentissage social. L apprentissage est assuré par l équilibre entre les processus de participation (échanges, partage, confrontation d idées induisant la génération de connaissances) et réification (formalisation des connaissances construites par la communauté dans des artefacts concrets : textes ou autres types de production). La communauté de pratique tolère différents niveaux de participation (figure 1). Tous les membres de la communauté n ont pas le même niveau d engagement. La participation peut évoluer dans le temps en fonction de l engagement. Lors de l entrée dans la communauté, la participation peut être plutôt périphérique; elle devient plus active au fur et à mesure que le membre s implique, participe et gagne de l expérience dans la pratique. Plutôt que de forcer la participation, les communautés vivantes «construisent des bancs» pour ceux qui restent en périphérie; dans cette zone, on cherche à favoriser les interactions et le renforcement des contacts avec le noyau.

3 INF Les TIC et l apprentissage en milieu de travail 3 La participation périphérique n est pas forcément passive; il peut s agir d une participation silencieuse. Dans ce cas, le membre est présent, mais il n exprime pas ses idées publiquement ou de manière explicite. Outsider Core Group Coordinator Peripheral Figure 1 Niveaux de participation dans une communauté de pratique. Source : Wenger et al., 2002, Cultivating communities of practice, p Le contexte d émergence de la communauté de pratique en milieu de travail Si la communauté de pratique n est pas un phénomène nouveau, où est la nouveauté? La nouveauté est le besoin exprimé par les entreprises : développer l intentionnalité et la systématisation des communautés de pratique dans une perspective de gestion des connaissances; donner à ces structures qui existent depuis longtemps à travers les âges (age-old structures) un rôle nouveau et central dans l organisation. Pour l entreprise, la communauté de pratique représente un élément clé du succès dans le contexte de l économie du savoir. On lui reconnaît la capacité de produire des connaissances, ce qui constitue une réponse à l enjeu de la productivité. À l ère industrielle, la productivité se mesurait par la capacité de réaliser un travail manuel. À l heure de l économie du savoir, la productivité se mesure à la capacité de produire des connaissances sur le travail, de bâtir des pratiques exemplaires et d innover. Dans un contexte d intense compétition et d accélération du travail, les entreprises se doivent d être constamment à l affût pour développer très rapidement des produits et des services toujours mieux adaptés à la demande.

4 INF Les TIC et l apprentissage en milieu de travail 4 Elles doivent pouvoir assimiler les changements qui en découlent et implanter de nouvelles façons de faire toujours plus efficaces. Les travailleurs de l économie du savoir sont donc pressés de participer au développement de connaissances en contexte, liées à la pratique et immédiatement transférables. Ainsi, la production de connaissances qui procure un avantage compétitif n est plus une activité réservée aux chercheurs. La gestion des connaissances produites par les travailleurs devient alors une priorité pour l organisation. La communauté de pratique fait partie des moyens choisis par de nombreuses entreprises pour soutenir la production et la gestion des connaissances de manière efficace. Elle s avère une méthode qui aide à faire face à la rapidité du changement et qui peut mener au succès. Elle peut prendre en charge la responsabilité du développement et le partage de connaissances. 3. Le modèle de la communauté de pratique : trois éléments constitutifs La communauté de pratique se structure, s organise et se définit à partir de trois éléments constitutifs principaux : un domaine, une communauté, une pratique partagée. Le domaine Le domaine de connaissances ne doit pas être confondu avec la profession ou la discipline. C est : un ensemble d enjeux, de défis et de problèmes rencontrés dans la pratique et auxquels la communauté décide de se consacrer; le sujet sur lequel la communauté focalise; la raison d être de la communauté qui définit son identité. Au cours du cycle de vie de la communauté, le domaine évoluera en fonction des défis nouveaux qui se présentent et des problèmes nouveaux surgissent. La communauté La communauté est un ensemble de personnes qui ont à cœur le domaine, c est-à-dire qui se sentent concernées par les enjeux qui sont en cause et qui s y engagent. La participation y est volontaire et prend diverses formes qui représentent diverses motivations. Le désir de voir le domaine se développer. La recherche d interactions avec les pairs pour partager quelque chose d important. Le désir de faire une contribution sachant qu elle sera appréciée. La simple envie d apprendre au sujet de la pratique dans une perspective personnelle de se perfectionner. Les relations au sein de la communauté sont fondées sur la réciprocité, la confiance et l ouverture. Les membres ont la capacité de gérer les dissensions et de les rendre productives. La pratique partagée Une pratique partagée est développée par les membres de la communauté pour être plus efficace au quotidien. Le processus de développement de la pratique doit être interprété comme un processus d apprentissage.

5 INF Les TIC et l apprentissage en milieu de travail 5 La pratique englobe l histoire de la communauté et les connaissances qui ont été développées. Elle est un ensemble socialement défini de manières de faire les choses dans un domaine spécifique des approches communes. Elle se traduit dans un ensemble de normes partagées qui constituent la base pour l action, la communication, la résolution de problème, la performance et la responsabilité. Elle est fondée sur les connaissances construites par les membres, qui se concrétisent dans des objets concrets et tangibles (réification), par exemple : un corpus de divers types de connaissances empiriques, théoriques, procédurales; des cadres de référence; des modèles, des principes; des outils; des documents; des leçons apprises; des pratiques exemplaires; des heuristiques. Elle inclut également des objets moins concrets ou intangibles (manifestation ou extériorisation de compétences). Trois facteurs contribuent à faire en sorte que la pratique soit partagée par les membres et constituent la source de cohérence pour les membres de la communauté : un engagement mutuel, une entreprise commune et un répertoire partagé. Un engagement mutuel. La communauté se caractérise par la force du lien social qui unit ses membres. Ce lien social est le résultat d un engagement des membres dans des actions communes et dans la négociation du sens à leur donner. C est dans cette négociation que les apprentissages se construisent. L engagement dans l action suppose également l entraide entre les membres, qui facilite et favorise le partage de connaissances sur la pratique et contribue au renforcement du lien social. Les membres se sentent responsables les uns des autres. Savoir aider et se faire aider devient plus important que le fait d être capable de répondre soi-même à toutes les questions. Une entreprise commune. L entreprise commune canalise l action de la communauté. Elle ne se limite pas à accomplir un objectif ou un projet préalablement établi. Elle recouvre surtout les actions communes qui visent la négociation, la révision, la confrontation des positions pour réaliser l objectif poursuivi. Ces actions communes requièrent un engagement mutuel tout en contribuant à le stimuler. Au cours du cycle de vie de la communauté, l entreprise commune est amenée à évoluer en fonction des nouveaux enjeux ou problèmes qui se présentent. Un répertoire partagé. La communauté se donne des ressources. L engagement dans le développement et l amélioration d une pratique commune amènent les membres à produire des ressources qui permettent la négociation de significations. Ces ressources qui constituent le répertoire partagé font partie intégrante de la pratique partagée (voir ce point plus haut).

6 INF Les TIC et l apprentissage en milieu de travail 6 Le fait que la communauté se donne de telles ressources renforce le sentiment d appartenance des membres, contribue au développement de son identité et génère des connaissances nouvelles. Le développement fructueux de la pratique et la qualité de l apprentissage qui en découle dépendent de l équilibre entre les actions communes, au cours desquelles les membres confrontent leurs idées et négocient le sens (participation), et la production d objets qui composent le répertoire partagé (réification). Participation + réification = apprentissage. Communauté et pratique renvoient à une structure sociale qui a un but, une intention bien spécifique. Quatre types de communauté de pratique peuvent être identifiés en fonction de quatre intentions premières : la communauté d aide et d assistance (l entraide sur la pratique, les forums d échanges; l intention est de développer la connectivité entre les pairs); la communauté de pratiques exemplaires (la vérification de la pratique, la description de nouvelles pratiques et de leur valeur); la communauté dédiée à la gestion des connaissances (la consignation, l organisation, la distribution des connaissances) ; la communauté d innovation (proche de la communauté d entraide : elle offre un encouragement à l innovation et fournit un lieu pour explorer et discuter de nouvelles idées). Quel que soit le type de communautés, les membres doivent savoir clairement quels bénéfices directs ils tireront de leur participation, sinon la communauté ne survivra pas par manque d engagement des membres. De la même manière, l entreprise doit savoir quel bénéfice elle tire de la communauté de pratique, sinon, elle n y consacrera pas les ressources et ne lui reconnaîtra pas de légitimité. Le succès de la Cop repose en grande partie sur l intersection entre les besoins de l organisation et les passions et les aspirations des participants. Le domaine doit être inspirant. Il importe donc de définir le domaine de la communauté, de cibler la pratique concernée et de reconnaître à quel type de communauté on a affaire. 4. Le cycle de vie de la communauté de pratique Le design d une communauté vise à en favoriser l émergence ou à en susciter l éveil et non pas à créer de manière formelle une structure, un système, et des rôles pour atteindre les buts organisationnels qui conviennent et s accordent aux autres éléments structurels de l organisation. Le but du design d une communauté est d amener la communauté à exprimer, à faire ressortir, sa propre direction interne, son identité et son énergie. Cette approche du design d une communauté est paradoxale et suscite un dilemme : le design sert à prévoir, planifier, organiser alors que l émergence d une communauté se produit de manière spontanée et autodirigée. Plutôt que de se centrer sur la volonté de tout prévoir et de tout planifier avec justesse et exactitude, le design de communauté se concentre sur la stimulation de la participation active. On observe cinq stades dans le cycle de vie des communautés de pratique.

7 INF Les TIC et l apprentissage en milieu de travail 7 Typiquement, une communauté de pratique évolue selon un cycle de vie en cinq stades, tel qu il est représenté sur la figure 2 : la découverte des potentialités de la communauté, l unification, la maturité, le momentum et la transformation. Figure 2 Stades de développement d une communauté de pratique. Source : CEFRIO, 2005, Travailler, apprendre et collaborer en réseau. Guide de mise en place et d animation des communautés de pratique intentionnelles, p. 23. Stade 1 : La découverte des potentialités La communauté est au stade embryonnaire. Elle est composée d un réseau plus ou moins soudé de personnes et se définira graduellement en fonction des besoins. Les activités sont surtout menées en vue de définir le domaine (les problèmes et les défis), la communauté (qui, quoi, sa valeur, les rôles et les résultats souhaités), la pratique en cause. À la base, la communauté naît d un petit noyau de personnes qui ont une passion pour le domaine et ont à cœur de développer leurs connaissances pour améliorer la pratique. Ces membres déterminent le type de communauté qu ils souhaitent : communauté d aide et d assistance, communauté de pratiques exemplaires, communauté pour le maintien et la gestion des connaissances, communauté d innovation. À ce stade, le coordonnateur ou l animateur joue un rôle très important. Il intervient pour aider les membres à : cerner de manière plus précise ce qui les intéresse; identifier les principaux enjeux; définir des activités (rencontres, séminaires, visites); trouver le rythme qui convient à chacun; développer un lien social fort; se donner les moyens pour construire la pratique partagée et un répertoire partagé (base de connaissances, répertoire de leçons apprises et de pratiques exemplaires, outils, méthodes, etc.). Ce stade correspond au design préliminaire de la communauté, lequel précise l envergure de la communauté, le domaine, la structure, les rôles, les processus de partage de connaissances, la liste des membres.

8 INF Les TIC et l apprentissage en milieu de travail 8 Stade 2 : L unification Le nombre de membres augmente. La confiance se développe et les liens de la communauté se resserrent. Les connaissances que les membres partagent gagnent en profondeur. Le principal défi de la communauté à ce stade est de s unifier. Pour cela, les membres, qui consacrent du temps à la communauté, doivent percevoir le bénéfice d y participer. Ils doivent être convaincus que les échanges, les discussions sur la pratique ont une réelle valeur ajoutée. À ce stade, le défi est d amener les membres à développer des relations de confiance et de respect, ainsi qu une prise de conscience des besoins et du fait qu ils partagent des intérêts communs. Si l unification ne se fait pas, la communauté ne peut croître et son existence est en danger. Stade 3 : La maturité La communauté définit son rôle dans l organisation et trouve sa légitimité. Elle n est plus juste un réseau d amis professionnels, elle élargit ses frontières. Elle doit gérer sa croissance en s assurant qu elle n est pas détournée de ses intentions et qu elle s intéresse toujours aux problèmes ciblés. La communauté est organisée. Elle peut mesurer et gérer la création de valeur. Elle se donne les moyens pour gérer son processus de construction de connaissances (collecter les anecdotes, les documenter, diffuser les connaissances). La communauté qui obtient une reconnaissance de l entreprise (légitimation) peut demander un soutien organisationnel : temps de travail accordé pour la participation aux activités, voyage pour faire se rencontrer les membres et participer aux événements. Stade 4 : Le momentum À ce stade, la communauté doit relever le défi de se maintenir de manière durable; surmonter le déclin de l énergie; éviter la fermeture et le cantonnement dans une pratique bien établie; veiller à son ressourcement et recruter de nouveaux membres. En somme, la communauté doit maintenir sa vitalité et développer un nouveau leadership pour se mettre en phase avec les changements qui ont pu survenir dans la pratique, dans l entreprise et au sein des membres. Stade 5 : La transformation Si la communauté a été efficace, les problèmes sont résolus et la pratique s est précisée. Il y a un risque de perte d énergie ou un risque que les membres développent d autres intérêts. La communauté peut alors se transformer de différentes façons : la dispersion des membres dans d autres communautés; la fusion à d autres communautés; s institutionnaliser ou se transformer en un club social. Elle peut également se redéfinir, se renouveler et repartir sur de nouvelles bases (nouveau domaine, nouveaux membres, nouvelle pratique). En résumé, le cycle de vie d une communauté de pratique l amène à se définir, à s organiser et à produire. Se définir Qui sommes-nous?/qui nous ne sommes pas. Pourquoi sommes-nous ensemble?/quelle est notre raison d être? Quels types de participation observe-t-on?/quelle production en résulte-t-il? À quel cycle de la vie d une communauté sommes-nous arrivés?

9 INF Les TIC et l apprentissage en milieu de travail 9 S organiser Susciter la prise de conscience chez les travailleurs qu ils ont besoin de la communauté. Assurer une solide coordination de la communauté. Recruter un coordonnateur et constituer le noyau de la communauté. Recruter les membres et les consulter pour connaître ce qui les passionne, ce qui leur pose problème, ce qu ils souhaitent que la communauté soit. Faire correspondre les besoins de la communauté avec ce que l organisation trouve important. Voir au développement d un climat de confiance et de respect. Reconnaître les contributions de chacun. Produire S assurer que la participation aboutit à des réalisations pour concrétiser l existence de la communauté. Créer de la valeur dont les membres et l organisation vont profiter. Obtenir le soutien de l entreprise : du temps et des moyens : ressources humaines, financières, technologiques; la légitimité : reconnaissance et valorisation de ce que la communauté peut apporter à l organisation. Les défis à relever Les défis à relever par l entreprise pour favoriser l émergence d une communauté de pratique sont les suivants : un défi organisationnel : faire comprendre aux travailleurs la valeur accordée à la communication et au partage; un défi communautaire : créer une valeur réelle pour les membres; un défi technique : la mise en place d un environnement cogéré qui facilite l échange, l interaction et la réflexion commune; qui permet la consignation et la réutilisation des connaissances construites par le groupe; un défi personnel : l ouverture aux idées nouvelles et maintenir la détermination à développer la pratique communautaire. Références CEFRIO, Travailler, apprendre et collaborer en réseau. Guide de mise en place et d animation des communautés de pratique intentionnelles, [En ligne]. cache/9992/www.cefrio.qc.ca/pdf/guidecommunautes.pdf (Consulté le 15 août 2011) Lave, J. et Wenger, É. (1991). Situated learning. Legitimate peripheral participation. Cambridge, University of Cambridge Press. Wenger, É. (1999). Communities of practice. Learning, Meaning and identity. Cambridge, University of Cambridge Press. Wenger, É., McDermott, R. A. et Snyder, W. (2002). Cultivating communities of practice : A guide to managing knowledge. Cambridge, Mass., Harvard Business School Press.

Management Interculturel

Management Interculturel Management Interculturel La mondialisation et l ouverture des marchés ont permis l interconnexion des mondes. Ces phénomènes ont en même temps accéléré la mutation des modes de pensée et de consommation.

Plus en détail

CFC 450 PROGRAMME DES CADRES DIRIGEANTS SYLLABUS

CFC 450 PROGRAMME DES CADRES DIRIGEANTS SYLLABUS CFC 450 PROGRAMME DES CADRES DIRIGEANTS SYLLABUS AVANT-PROPOS 1. Le Programme des cadres dirigeants (PCD) est un programme de séminaire en résidence de quatre jours et demi à l intention des officiers

Plus en détail

PRATIQUE DU TRAVAIL COLLABORATIF EN COMMUNAUTéS VIRTUELLES D'APPRENTISSAGE

PRATIQUE DU TRAVAIL COLLABORATIF EN COMMUNAUTéS VIRTUELLES D'APPRENTISSAGE PRATIQUE DU TRAVAIL COLLABORATIF EN COMMUNAUTéS VIRTUELLES D'APPRENTISSAGE Guy Casteignau et Isabelle Gonon C.N.R.S. Editions Hermès, La Revue 2006/2 - n 45 pages 109 115 ISSN 0767-9513 Article disponible

Plus en détail

Le transfert des connaissances le point de vue de la gestion des connaissances

Le transfert des connaissances le point de vue de la gestion des connaissances Institut d administration publique de Québec Conférence Le transfert des connaissances le point de vue de la gestion des connaissances Réal Jacob, professeur titulaire, HEC Montréal Directeur scientifique

Plus en détail

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP.

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. MOBILIS PERFORMA PRÉSENTE LE PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN, UNE FORMATION ÉLABORÉE

Plus en détail

Enseignement au cycle primaire (première partie)

Enseignement au cycle primaire (première partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Enseignement au cycle primaire (première partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Normes d exercice de

Plus en détail

Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes. En vigueur à compter du 1 er janvier 2014

Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes. En vigueur à compter du 1 er janvier 2014 Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes En vigueur à compter du 1 er janvier 2014 Normes de mise en œuvre des programmes et applications concrètes En vigueur à compter du 1 er

Plus en détail

Définition, finalités et organisation

Définition, finalités et organisation RECOMMANDATIONS Éducation thérapeutique du patient Définition, finalités et organisation Juin 2007 OBJECTIF Ces recommandations visent à présenter à l ensemble des professionnels de santé, aux patients

Plus en détail

1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS

1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS 1. Présentation générale du volet «Recherche» du projet PASS Parallèlement aux activités d échange et d organisation des rencontres et du séminaire thématique, nous avons réalisé durant les premières phases

Plus en détail

Plan de cours Programme de leadership en entreprise pour les conseillers juridiques d entreprise

Plan de cours Programme de leadership en entreprise pour les conseillers juridiques d entreprise Plan de cours Programme de leadership en entreprise pour les conseillers juridiques d entreprise Un juriste typique qui assume un rôle de juriste d entreprise est armé d une solide formation et expérience

Plus en détail

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI

NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI note nº 08 NOTES DE SYNTHÈSE DU PACTE MONDIAL POUR L EMPLOI 1. Résumé SOUTIEN AUX PME ET À LEURS EMPLOYÉS PENDANT LA CRISE La crise financière et économique mondiale érige un certain nombre d obstacles

Plus en détail

Cours Informatique de base INF-B101-2. Alphabétisation

Cours Informatique de base INF-B101-2. Alphabétisation Cours Informatique de base INF-B101-2 Alphabétisation Présentation du cours Informatique de base «La curiosité mène à tout : parfois à écouter aux portes, parfois à découvrir l'amérique.» José Maria Eça

Plus en détail

Principles Impératif Juillet 2009. Les principes de gestion et de «leadership» chez Nestlé

Principles Impératif Juillet 2009. Les principes de gestion et de «leadership» chez Nestlé Principles Impératif Juillet 2009 Les principes de gestion et de «leadership» chez Nestlé Principles Impératif Juillet 2009 Fonction émettrice Département des Ressources humaines Auteur/département émetteur

Plus en détail

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Natalie Rinfret, Ph.D. Colloque de l Association des directeurs généraux des services

Plus en détail

Orchestras Canada/Orchestres Canada. Plan de développement du leadership et de perfectionnement professionnel

Orchestras Canada/Orchestres Canada. Plan de développement du leadership et de perfectionnement professionnel Orchestras Canada/Orchestres Canada Plan de développement du leadership et de perfectionnement professionnel 2010 2013 Issu des recherches, discussions et propositions du groupe de travail, le 21 juin

Plus en détail

L ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES AU SECONDAIRE CADRE DE RÉFÉRENCE. Version préliminaire

L ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES AU SECONDAIRE CADRE DE RÉFÉRENCE. Version préliminaire L ÉVALUATION DES APPRENTISSAGES AU SECONDAIRE CADRE DE RÉFÉRENCE Version préliminaire Dans le présent document, le masculin est utilisé sans aucune discrimination et dans le seul but d alléger le texte.

Plus en détail

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager

M2S. Formation Management. formation. Animer son équipe Le management de proximité. Manager ses équipes à distance Nouveau manager Formation Management M2S formation Animer son équipe Le management de proximité Manager ses équipes à distance Nouveau manager Coacher ses équipes pour mieux manager Déléguer et Organiser le temps de travail

Plus en détail

GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS

GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS Dans des organisations en constante évolution, un manager doit pouvoir devenir une base de sécurité pour l équipe qu il dirige. Il doit pouvoir être une source de

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

Cours Numération Mathématique de base 1 MAT-B111-3. Alphabétisation

Cours Numération Mathématique de base 1 MAT-B111-3. Alphabétisation Cours Numération Mathématique de base 1 MAT-B111-3 Alphabétisation Présentation du cours Numération «L esprit de l homme a trois clés qui ouvrent tout : le chiffre, la lettre et la note.» Victor Hugo

Plus en détail

LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET DE LEADERSHIP DU PERSONNEL ENSEIGNANT Résumé : Rapport de recherche 2013-2014

LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET DE LEADERSHIP DU PERSONNEL ENSEIGNANT Résumé : Rapport de recherche 2013-2014 LE PROGRAMME D APPRENTISSAGE ET DE LEADERSHIP DU PERSONNEL ENSEIGNANT Résumé : Rapport de recherche 2013-2014 Carol Campbell, Ann Lieberman et Anna Yashkina avec Nathalie Carrier, Sofya Malik et Jacqueline

Plus en détail

PLANIFICATION STRATÉGIQUE

PLANIFICATION STRATÉGIQUE PLANIFICATION STRATÉGIQUE Le CRDITED de Montréal est une organisation innovante qui vise l excellence. Il contribue significativement, avec ses partenaires, à la participation sociale des personnes ayant

Plus en détail

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES

SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Compétences pour les intervenants canadiens en toxicomanie SECTION VI OUTILS DE GESTION DU RENDEMENT POUR DES FAMILLES D EMPLOIS COMMUNES POUR LES COMPÉTENCES COMPORTEMENTALES Cette documentation est publiée

Plus en détail

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif»

Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Cadrage du mémoire de master MEEF commun aux mentions «1 er degré», «2 nd degré» et «Encadrement Educatif» Chaque parcours pourra compléter ce cadrage général par un cadrage spécifique au parcours prenant

Plus en détail

ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS

ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS Le 12 septembre 2013 Introduction ASSOCIATION CANADIENNE DES COURTIERS DE FONDS MUTUELS PRINCIPE DIRECTEUR N O 2 DE L ACFM NORMES MINIMALES DE SURVEILLANCE DES COMPTES Le présent Principe directeur fixe

Plus en détail

Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe

Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe Compétences, qualifications et anticipation des changements dans le secteur de l électricité en Europe Un cadre d action commun des partenaires sociaux européens du secteur de l électricité I. Introduction

Plus en détail

L importance de l'autodétermination

L importance de l'autodétermination E-SUNET NEWSLETTER 2, NOVEMBRE 2014 Réseau pour les familles de personnes handicapées par l'e-learning Le projet E-sunet a pour objectif de développer un matériel de formation en ligne pour les parents

Plus en détail

Elaborer un projet d action

Elaborer un projet d action FICHE PRATI QUE Elaborer un projet d action Un projet n est pas le fruit du hasard mais le résultat d une situation que l on juge insatisfaisante et que l on souhaite changer. On pourrait dans ce sens

Plus en détail

Le rôle de l outil de gestion des connaissances pour les communautés de pratique : le cas d une chambre de commerce et d industrie.

Le rôle de l outil de gestion des connaissances pour les communautés de pratique : le cas d une chambre de commerce et d industrie. Le rôle de l outil de gestion des pour les communautés de pratique : le cas d une chambre de commerce et d industrie. M.-L. Goury, A. Spalanzani To cite this version: M.-L. Goury, A. Spalanzani. Le rôle

Plus en détail

L ASSOCIATION DES TRAVAILLEURS SOCIAUX DU NOUVEAU-BRUNSWICK

L ASSOCIATION DES TRAVAILLEURS SOCIAUX DU NOUVEAU-BRUNSWICK L ASSOCIATION DES TRAVAILLEURS SOCIAUX DU NOUVEAU-BRUNSWICK NORMES SUR L EMPLOI DE LA TECHNOLOGIE DANS LA PRATIQUE DU TRAVAIL SOCIAL 2010 Adopté le 5 juin 2010 Table des matières Remerciements p. 3 Préface

Plus en détail

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse P R O J E T E D U C AT I F Association Espace Jeunesse I N T R O D U C T I O N Ce projet éducatif expose les orientations éducatives de l Association ESPACE JEUNESSE, chargée par la municipalité du Séquestre

Plus en détail

L attitude : la nouvelle compétence désormais reconnue dans le sport

L attitude : la nouvelle compétence désormais reconnue dans le sport Communiqué de presse Rolle, le 13.11.13 L attitude : la nouvelle compétence désormais reconnue dans le sport Education 4 Peace, Fondation Suisse basée à Rolle, en collaboration avec l UEFA, publie le premier

Plus en détail

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école

Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Ligne directrice du cours de perfectionnement pour les directrices et directeurs d école Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Janvier 2005 This document is available in English under

Plus en détail

Livre Blanc Oracle Mars 2013. Le guide ultime de la réussite d un Bureau des Projets (PMO) orienté business

Livre Blanc Oracle Mars 2013. Le guide ultime de la réussite d un Bureau des Projets (PMO) orienté business Livre Blanc Oracle Mars 2013 Le guide ultime de la réussite d un Bureau des Projets (PMO) orienté business Introduction 1 Qu est-ce qu un PMO orienté business? 2 Les six facteurs clés de succès de l alignement

Plus en détail

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe.

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe. Cours 12 Le pouvoir au sein d une organisation Les liens entre pouvoir, autorité et obéissance Le leadership et les traits personnels Les théories du leadership situationnel Pouvoir Capacité d un individu

Plus en détail

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * *

* * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * République Algérienne Démocratique et Populaire * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * * Présidence de le république * * * * * * * * * * * * * Direction Générale de la Fonction Publique

Plus en détail

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015 1. Contexte PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015 Dans le passé, on recherchait des superviseurs compétents au plan technique. Ce genre d expertise demeurera toujours

Plus en détail

Nos propositions de coaching

Nos propositions de coaching 1 Nos propositions de coaching 1) Nous accompagnons nos clients sur des demandes opérationnelles très concrètes : Faire face à des difficultés personnelles et /ou professionnelles. Pour soi même, pour

Plus en détail

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable

Principes européens et code de conduite. Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Principes européens et code de conduite Préparer et gérer des restructurations pour un avenir durable Une proposition du réseau IRENE Préambule Le réseau IRENE réunit des praticiens, experts, chercheurs,

Plus en détail

Document de synthèse

Document de synthèse Document de synthèse Réalisation d une plateforme financière novatrice pour la canalisation et la valorisation des remises d argent à travers les Institutions de Micro finance dans le couloir Italie-Sénégal

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION DE NORTHBRIDGE. À propos de Northbridge

PROGRAMME DE FORMATION DE NORTHBRIDGE. À propos de Northbridge PROGRAMME DE FORMATION DE NORTHBRIDGE À propos de Northbridge Northbridge est l une des plus importantes compagnies d assurance générale commerciale au pays avec des primes souscrites d une valeur de 1,3

Plus en détail

Master Audit Contrôle Finance d Entreprise en apprentissage. Organisation de la formation

Master Audit Contrôle Finance d Entreprise en apprentissage. Organisation de la formation Master Audit Contrôle Finance d Entreprise en apprentissage Organisation de la formation Ce document a pour objet de présenter le contenu des cours des deux années du Master Audit Contrôle Finance d entreprise

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

Stages de recherche dans les formations d'ingénieur. Víctor Gómez Frías. École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France

Stages de recherche dans les formations d'ingénieur. Víctor Gómez Frías. École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France Stages de recherche dans les formations d'ingénieur Víctor Gómez Frías École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France victor.gomez-frias@enpc.fr Résumé Les méthodes de l ingénierie ont été généralement

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

Réguler son enseignement : Pourquoi? Comment?

Réguler son enseignement : Pourquoi? Comment? Mon enseignement, je l évalue, il évolue Réguler son enseignement : Pourquoi? Comment? Lucie Mottier Lopez Université de Genève 13 mai 2013 IFRES, Liège lucie.mottier@unige.ch 1 Plan Un cadre pour penser

Plus en détail

ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL

ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL ACCOMPAGNEMENT INDIVIDUEL DES MANAGERS ET DES DIRIGEANTS des démarches de croissance, d adaptation continue et de créativité dans des environnements et des marchés en mutation DIRIGEANTS ET MANAGERS EN

Plus en détail

Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing

Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing Chapitre 1 Comprendre l évolution du marketing Ce que vous allez apprendre Définir le marketing et comprendre son rôle Comprendre les différentes évolutions du marketing Comprendre les nouveaux enjeux

Plus en détail

Les 7 Facteurs clés de Succès pour s'épanouir sur le plan personnel, familial et professionnel au Canada

Les 7 Facteurs clés de Succès pour s'épanouir sur le plan personnel, familial et professionnel au Canada Formation et Coaching en Leadership inclusif et en Management interculturel Les 7 Facteurs clés de Succès pour s'épanouir sur le plan personnel, familial et professionnel au Canada Une approche holistique

Plus en détail

Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007 2017. Résumé de synthèse

Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007 2017. Résumé de synthèse Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007 2017 Résumé de synthèse Une analyse démographique de l industrie de l assurance de dommages au Canada 2007-2017 APERÇU

Plus en détail

Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie

Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie Les approches d enseignement supporté dans l ingénierie Jan Bujnak Université de Zilina Slovaquie La parole dite et le texte écrit sur papier étaient la base ainsi que le seul moyen de transférer les informations

Plus en détail

Série «Connaissances et employabilité» Préparation au milieu de travail, 8 e et 9 e années

Série «Connaissances et employabilité» Préparation au milieu de travail, 8 e et 9 e années Série «Connaissances et employabilité» Préparation au milieu de travail, 8 e et 9 e années Les cours de la série «Connaissances et employabilité» du secondaire premier cycle sont axés sur l exploration.

Plus en détail

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais

Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Directives professionnelles Association Internationale des Praticiens de la Méthode Grinberg (IAGMP) Traduit de l'anglais Introduction Ce document est un complément au Code d Éthique et de Conduite Professionnelle

Plus en détail

Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE APERÇU Pour avoir

Plus en détail

with the support of EFMET cooperation partners:

with the support of EFMET cooperation partners: Recommandations à la Commission Européenne sur le rôle de l enseignement musical et de la formation musicale professionnelle dans le nouveau programme européenne pour la culture with the support of EFMET

Plus en détail

Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de surveillance. Approuvé par le CCRRA en juin 2015

Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de surveillance. Approuvé par le CCRRA en juin 2015 Services de conciliation en assurance Cadre de collaboration et de Approuvé par le CCRRA en juin 2015 Mise à jour du Forum conjoint des autorités de réglementation du marché financier Réseau de conciliation

Plus en détail

LE MANDAT DE MELBOURNE Un appel à l'action pour accroître la valorisation de la gestion des relations publiques et des communications

LE MANDAT DE MELBOURNE Un appel à l'action pour accroître la valorisation de la gestion des relations publiques et des communications LE MANDAT DE MELBOURNE Un appel à l'action pour accroître la valorisation de la gestion des relations publiques et des communications FORUM MONDIAL SUR LES RELATIONS PUBLIQUES NOVEMBRE 2012 Le mandat des

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion?

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion? Chantier sur la cohésion sociale et l inclusion dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés JUIN 2013 1) Mise en contexte Dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés à Saint-Camille, 4 chantiers

Plus en détail

La délégation de pouvoirs

La délégation de pouvoirs La délégation de pouvoirs, est un acte juridique par lequel une personne/autorité (le délégant) se dessaisit d'une fraction des pouvoirs qui lui sont conférés et les transfère à une personne/autorité subordonnée

Plus en détail

Objectifs de la formation et référentiel de compétences relatifs à la formation des enseignantes et enseignants du secondaire I et II1

Objectifs de la formation et référentiel de compétences relatifs à la formation des enseignantes et enseignants du secondaire I et II1 Objectifs de la formation et référentiel de compétences relatifs à la formation des enseignantes et enseignants du secondaire I et II1 Ce document, présenté comme un tout, se décline en réalité selon deux

Plus en détail

Orientation et formation au cheminement de carrière

Orientation et formation au cheminement de carrière Ministère de l Éducation Le curriculum de l Ontario 11 e et 12 e année R É V I S É Orientation et formation au cheminement de carrière 2 0 0 6 Table des matières Introduction.......................................................

Plus en détail

L évolution (révolution) du métier d enseignant-chercheur est-elle favorable à une plus grande employabilité?

L évolution (révolution) du métier d enseignant-chercheur est-elle favorable à une plus grande employabilité? 1 L évolution (révolution) du métier d enseignant-chercheur est-elle favorable à une plus grande employabilité? Prof. Gérard CLIQUET Président de la CIDEGEF IGR-IAE, Université de Rennes 1, FRANCE L année

Plus en détail

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives

Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées. Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat canadien contre l Alzheimer et les maladies apparentées Une vision collective pour une stratégie nationale sur les maladies cognitives Le Partenariat rendra possible la collaboration d un

Plus en détail

Nos sociétés du troisième millénaire, leur nature, L enseignement supérieur et l innovation technologique : les enjeux pour Europe LES NOUVEAUX DÉFIS

Nos sociétés du troisième millénaire, leur nature, L enseignement supérieur et l innovation technologique : les enjeux pour Europe LES NOUVEAUX DÉFIS 094-100 Figel 13/10/06 11:15 Page 94 L enseignement supérieur et l innovation technologique : les enjeux pour Europe Le problème fondamental auquel se trouve confrontée l Union européenne en matière d

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Musique instrumentale (deuxième partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Mai 2005 This document is available

Plus en détail

Une stratégie d enseignement de la pensée critique

Une stratégie d enseignement de la pensée critique Une stratégie d enseignement de la pensée critique Jacques Boisvert Professeur de psychologie Cégep Saint-Jean-sur-Richelieu La pensée critique fait partie des capacités à développer dans la formation

Plus en détail

Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale. Points de vue sur la situation des talents en finances au Canada. kpmg.ca/lafonctionfinances

Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale. Points de vue sur la situation des talents en finances au Canada. kpmg.ca/lafonctionfinances Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale Points de vue sur la situation des talents en finances au Canada kpmg.ca/lafonctionfinances Le talent redéfini en fonction de l économie mondiale

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi

Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi Éléments principaux de Passeport pour ma réussite Passeport pour ma réussite

Plus en détail

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques

Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Les «devoirs à la maison», une question au cœur des pratiques pédagogiques Parmi les trois domaines d activités proposés aux élèves volontaires dans le cadre de l accompagnement éducatif, «l aide aux devoirs

Plus en détail

Table des matières. Monde contemporain

Table des matières. Monde contemporain 13-0023-031 Table des matières Présentation du programme...............................1 Apport du programme à la formation des élèves................1 Nature du programme.....................................1

Plus en détail

ITIL V3. Transition des services : Principes et politiques

ITIL V3. Transition des services : Principes et politiques ITIL V3 Transition des services : Principes et politiques Création : janvier 2008 Mise à jour : août 2009 A propos A propos du document Ce document de référence sur le référentiel ITIL V3 a été réalisé

Plus en détail

ESAT Ateliers d'apprivoisement de la tablette tactile

ESAT Ateliers d'apprivoisement de la tablette tactile ESAT Ateliers d'apprivoisement de la tablette tactile Dans un objectif d appropriation des technologies numériques par les travailleurs d ESAT, j ai choisi de réaliser des ateliers d apprivoisement de

Plus en détail

sentée e et soutenue publiquement pour le Doctorat de l Universitl

sentée e et soutenue publiquement pour le Doctorat de l Universitl Du rôle des signaux faibles sur la reconfiguration des processus de la chaîne de valeur de l organisation : l exemple d une centrale d achats de la grande distribution française Thèse présent sentée e

Plus en détail

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement

Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement Pistes d intervention pour les enfants présentant un retard global de développement, MELS, novembre 2011 Page 1 Document

Plus en détail

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique

N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse. 1. Problématique N 163 - ROUX-PEREZ Thérèse CONSTRUCTION IDENTITAIRE DES ENSEIGNANTS EN FORMATION INTIALE : ENTRE REPRESENTATIONS PARTAGEES ET ELEMENTS DE DIFFERENCIATION DANS LE RAPPORT AU METIER 1. Problématique L étude

Plus en détail

Quel management dans un collectif de travail en télétravail?

Quel management dans un collectif de travail en télétravail? Quel management dans un collectif de travail en télétravail? Le passage au télétravail s accompagne de transformations importantes en termes d organisation et de pratiques. Comment faire évoluer le management

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

Conditions gagnantes pour démarrer sa transition Agile

Conditions gagnantes pour démarrer sa transition Agile Conditions gagnantes pour démarrer sa transition Agile 1 4 Les De plus en plus d organisations voient l Agilité comme une piste de solution aux problèmes auxquels elles sont confrontées. Par ailleurs,

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5

Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5 Groupe Eyrolles, 2006, ISBN : 2-212-11734-5 Chapitre 6 La gestion des incidents Quelles que soient la qualité du système d information mis en place dans l entreprise ou les compétences des techniciens

Plus en détail

Multilinguisme et employabilité

Multilinguisme et employabilité Multilinguisme et employabilité Un inventaire des ressources dans la région de Québec Annie Pilote INRS-UCS Plan de la présentation Objectifs de l enquête Démarche méthodologique Inventaire des ressources

Plus en détail

2.1. AVANT LA FORMATION 2.1.1. ANALYSER COLLECTIVEMENT LE BESOIN

2.1. AVANT LA FORMATION 2.1.1. ANALYSER COLLECTIVEMENT LE BESOIN AVANT LA FORMATION 2.1. AVANT LA FORMATION L avant-formation est l étape initiale du processus de formation et son importance est cruciale pour la réussite du programme. C est en effet lors de ce moment

Plus en détail

LA CONDUITE D UNE MISSION D AUDIT INTERNE

LA CONDUITE D UNE MISSION D AUDIT INTERNE 1 LA CONDUITE D UNE MISSION D AUDIT INTERNE Toute mission d Audit est réalisée en trois étapes essentielles: 1 ère étape : La préparation de la mission 2 ème étape : La réalisation de la mission 3 ème

Plus en détail

Comment susciter la participation des étudiant e s et en tirer parti?

Comment susciter la participation des étudiant e s et en tirer parti? Fiche ABC Comment susciter la participation des étudiant e s et en tirer parti? Introduction Il n est pas rare que les enseignant e s souhaitent faire participer davantage les étudiant e s, soit durant

Plus en détail

Formation certifiante au métier de coach scolaire

Formation certifiante au métier de coach scolaire Formation certifiante au métier de coach scolaire 1 Préambule CoachingMaestro est un portail de formations dédié à toute personne intéressée dans l accompagnement des jeunes. Préambule Ses missions sont

Plus en détail

Master 2 : Didactique des disciplines. Spécialité Mathématiques. Parcours Professionnel

Master 2 : Didactique des disciplines. Spécialité Mathématiques. Parcours Professionnel Master 2 : Didactique des disciplines Spécialité Mathématiques Parcours Professionnel Année 2010-2011 M2 : Didactique des disciplines Spécialité : Mathématiques Parcours Professionnel Année 2010-2011 PRESENTATION

Plus en détail

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur

La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE au service de la stratégie de l entreprise et de la création de valeur La RSE est aujourd hui un enjeu de première importance pour les entreprises : il reflète la prise de conscience grandissante

Plus en détail

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE»

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE» Confédération Européenne des Syndicats 1 Union des Confédérations de l Industrie et des Employeurs d Europe UNICE/UEAPME 2 Centre Européen des Entreprises à Participation Publique et des Entreprises d

Plus en détail

Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est. unique. mfa.gouv.qc.ca

Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est. unique. mfa.gouv.qc.ca Mes parents, mon éducatrice, mon éducateur, partenaires de mon développement! Parce que chaque enfant est unique mfa.gouv.qc.ca Les services de gardes éducatifs, un milieu de vie stimulant pour votre enfant

Plus en détail

CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM

CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM CANDIDATURE AUX FONCTIONS DE DIRECTEUR GENERAL DE L ENSAM 1 ère partie Déclaration d intention JEAN-PAUL HAUTIER ADMINISTRATEUR PROVISOIRE ET DIRECTEUR DE LA RECHERCHE DE L ENSAM DIRECTEUR ES QUALITE DE

Plus en détail

Présentation ED portable le 10 septembre 2014

Présentation ED portable le 10 septembre 2014 1 Présentation ED portable le 10 septembre 2014 Je vais m appuyer sur une séquence pour le cycle d orientation qui entre dans les thèmes de géographie du PER au 10 ème degré «De la production à la consommation

Plus en détail

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR :

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR : MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : Direction des ressources humaines OBJET : Formation et développement des ressources humaines (excluant le personnel cadre) NUMÉRO : DRH-006 EN VIGUEUR :

Plus en détail

Administration de l établissement. (Ressources humaines)

Administration de l établissement. (Ressources humaines) Administration de l établissement (Ressources humaines) Chapitre 3 Administration de l établissement (Ressources humaines) Section Sujet traité Page 3000 Résumé... 3-2 3100 Qualité de la gestion. 3-3 3101

Plus en détail

Quelles sont les principales stratégies pédagogiques?

Quelles sont les principales stratégies pédagogiques? - 1 - Quelles sont les principales stratégies pédagogiques? Les définitions sont issues des sources suivantes : LEGENDRE, Renald. Dictionnaire actuel de l éducation, 2 e édition. Montréal, Éditions Guérin.

Plus en détail

Analyse structurée de solutions pour BMC Remedy IT Service Management v 7

Analyse structurée de solutions pour BMC Remedy IT Service Management v 7 LIVRE BLANC SUR LES PRATIQUES ITIL Analyse structurée de solutions pour BMC Remedy IT Service Management v 7 Exploiter le potentiel des pratiques ITIL grâce aux ateliers d analyse de solutions organisés

Plus en détail

Management de l Innovation

Management de l Innovation Management de l Innovation Mention du Master Sciences et Technologies de l Université Pierre et Marie Curie Directeur du Département de Formation : Patrick Brézillon Contact secrétariat : 01 44 39 08 69

Plus en détail