2.1. AVANT LA FORMATION ANALYSER COLLECTIVEMENT LE BESOIN

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "2.1. AVANT LA FORMATION 2.1.1. ANALYSER COLLECTIVEMENT LE BESOIN"

Transcription

1 AVANT LA FORMATION

2 2.1. AVANT LA FORMATION L avant-formation est l étape initiale du processus de formation et son importance est cruciale pour la réussite du programme. C est en effet lors de ce moment que l apprenant trouve normalement réponse au «pourquoi» de l action de formation pour ensuite définir sa posture à l égard de celle-ci. Dans ce registre, plusieurs travaux rapportent que la motivation est un ingrédient essentiel dans la réussite de la formation car ses effets affectent directement les performances de l apprenant 10. La motivation est ici envisagée comme la direction, l intensité et la persistance des comportements orientés vers l apprentissage dans un contexte de formation. Colquitt et al. (2000 cités dans Delobbe, 2007 : 73) D une part, la motivation détermine le niveau d attention avec lequel l apprenant va s impliquer dans les activités d apprentissage, tout comme son degré d attention et de mémoire. D autre part, elle conditionne l effort avec lequel il tentera d appliquer dans son travail ce qu il a appris en formation 11. Pour l organisation, l objectif premier sera donc de motiver l apprenant pour la formation. A cette fin, deux actions peuvent être déployées : (1) analyser collectivement le besoin et ; (2) définir conjointement les objectifs ANALYSER COLLECTIVEMENT LE BESOIN Une formation n a de sens que si elle répond à un besoin. Par conséquent, recourir à l analyse de ce dernier est nécessaire car elle permettra de mettre en évidence l écart existant entre une situation présente et une situation future (ex. un niveau de compétence à atteindre pour combler une lacune ou satisfaire à de nouvelles exigences) 12. Dans ce cadre, la littérature nous apprend que la meilleure façon pour motiver un collaborateur est de l impliquer dans les décisions relatives à sa formation. A cette fin, une pratique que l organisation peut mettre en place consiste à réunir le supérieur et son collaborateur pour qu ils s entretiennent sur le sujet. En effet, lorsque cette rencontre est formellement organisée avant la formation, la motivation de l apprenant augmente significativement et plus particulièrement quand la discussion met l accent sur les futurs bénéfices que le salarié pourra en retirer, et sur l utilité de la formation pour l exercice du métier 13. L origine d un tel constat s explique par le fait que les facteurs qui motivent l adulte à apprendre sont rarement superficiels. Ils sont au contraire toujours liés à un projet personnel comme celui d enrichir ses connaissances et son expérience ou de trouver des solutions concrètes à un problème Fenouillet (2011) 11 Carré et Fenouillet (2011) ; Laroche et Haccoun (1999) 12 Gérard (2008) 13 Tannenbaum et Yukl (1992 cités dans Laroche et Haccoun, 1999) 14 Rivard et Lauzier (2013)

3 Lors de l entretien, le but principal du supérieur à l égard de son collaborateur sera donc de lui faire percevoir l utilité réelle de cette activité d apprentissage tout en lui montrant que sa présence en formation résulte d une décision commune et réfléchie et non suite à une injonction ou à un contrôle extérieur 15. Pour ce faire, deux «bonnes pratiques» peuvent être proposées au supérieur : questionner l utilité de la formation pour l activité professionnelle et identifier les motifs d engagement de l apprenant. QUESTIONNER L UTILITÉ DE LA FORMATION MOTIFS D ENGAGEMENT CHEZ L APPRENANT Avons-nous l impression que la formation est la meilleure solution? Si non, quelles autres options? Sommes-nous convaincus du bien-fondé de ce qui sera enseigné? Pourrons-nous en retirer quelque chose de significatif pour le métier? Quels motifs sous-tendent mon engagement en formation? Motifs intrinsèques : ex. désir d apprendre? plaisir d échanger et de rencontrer? intérêt pour les outils? Motifs extrinsèques : ex. économique? prescrit? dérivatif (cf. éviter des situations désagréables au travail)? Quels sont les motifs qui ont le plus de poids? Dans ce dernier registre, une importante étude francophone a pu montrer que chez l adulte apprenant, plusieurs motifs étaient susceptibles de sous tendre un engagement en formation 16. Généralement ces motifs reposent à la fois sur des ressorts intrinsèques et extrinsèques et peuvent soit être orientés vers la participation, soit vers l apprentissage en formation. Lorsque les motifs extrinsèques fondés sur la présence en formation prennent le dessus par rapport à des motifs intrinsèques tournés vers l apprentissage, l organisation entre non seulement en contradiction avec l espace d autonomie que présuppose tout projet individuel de formation mais risque aussi de ne pas favoriser un engagement durable de l apprenant à l égard de l activité d apprentissage 17. Ces résultats amènent donc à plaider une nouvelle fois pour une implication conjointe du supérieur et de l apprenant en amont du processus de formation. 15 Bourgeois (2006) 16 Cette étude est résumée dans Carré et Fenouillet (2011). Pour plus de détails, le lecteur pourra aussi consulter le rapport de recherche francophone disponible sur le site web de l IUIL. 17 Fenouillet (2011)

4 QUAND LA FORMATION EST OBLIGATOIRE Le contexte de l entreprise exige parfois que la formation soit obligatoire. Cependant, il arrive trop souvent que le salarié soit convoqué sans savoir pourquoi. Pour éviter que la formation soit interprétée négativement, l organisation peut travailler sur la réputation de la formation et la publicité qui circule à son propos car celles-ci influencent la motivation à apprendre des participants. Laroche et Haccoun (1999) Pour agir en ce sens, voici quelques recommandations : Informer et communiquer sur la formation. Présenter les faits qui sont à l origine du besoin de formation. Mettre en avant les bénéfices de cette formation (ex. témoignages). Lorsqu elle prend la forme d un entretien, cette pratique comporte en effet de nombreux bénéfices tant pour le supérieur, que pour son collaborateur. D une part, elle évite que le besoin se confonde avec l envie 18. D autre part, elle permet de voir si l action de formation peut répondre au besoin identifié oui ou non 19 et si oui, de quelle(s) façon(s). Toutefois, il ne suffit pas d avoir des motifs de formation. Il faut que l apprenant puisse aussi considérer sa réalisation DÉFINIR CONJOINTEMENT LES OBJECTIFS Effectivement, tout individu ne sera motivé à s engager dans une tâche d apprentissage que si celle-ci a du sens pour lui et qu il croit en ses chances de la réussir. Dans le cas contraire, la formation risquerait de perdre en efficacité car l apprenant s investit rarement dans une activité qu il estime ne pas être en mesure de pouvoir réaliser. Ce phénomène s explique en réalité par le fait que pour être pleinement engagé, l adulte a besoin de se sentir compétent et autonome à l égard de ce qu il entreprend 21. Suivant ces principes, définir les objectifs de formation conjointement avec l apprenant lors d un entretien peut s avérer particulièrement payant. Pour réaliser au mieux cette action, plusieurs travaux ont réussi à démontrer le bien-fondé de certaines pratiques à mettre en œuvre par le supérieur hiérarchique. La première consiste à évaluer le sentiment d efficacité personnelle de l apprenant car ses croyances d efficacité auront des effets non négligeables sur son engagement, ses performances et sa trajectoire de formation 22. Pour ce faire, le supérieur peut d abord demander à son collaborateur dans quelle mesure il se sent capable de participer à la formation préalablement identifiée 23. Il peut en outre le questionner par rapport à ses capacités à acquérir les compétences visées (savoir, savoir-faire ou savoir-être). 18 Meignant (2003) 19 Dans beaucoup d entreprises, la formation est régulièrement considérée comme une fin en soi, alors qu elle n est pas forcément la solution la plus adaptée pour répondre au besoin. Parfois, d autres types d actions sont plus adaptés pour répondre au besoin (ex. recrutement, mobilité). 20 Peterson et al. (1993 cités dans Fenouillet, 2011) 21 Bourgeois (2006) 22 Galand et Vanlede (2004) 23 Foucher et Morin (2007)

5 A partir des réponses obtenues, le supérieur peut ensuite aider l apprenant à se fixer lui-même des objectifs. A partir du moment où c est lui qui définit les objectifs qu il souhaite atteindre à l issue de la formation, l apprenant sera beaucoup plus réceptif durant celle-ci, et plus particulièrement à l égard des éléments qui pourront lui être utiles pour atteindre les objectifs 24. Néanmoins, pour être motivants, ces objectifs doivent répondre à certaines caractéristiques : ils doivent être 1) suffisamment rapprochés dans le temps ; 2) être suffisamment spécifiques et précis ; et 3) présenter un niveau de difficulté optimal 25. Dans cette perspective, l organisation pourra sensibiliser les supérieurs à l existence de deux bonnes pratiques : le carnet de bord et la méthode SMART. LE CARNET DE BORD LA MÉTHODE SMART Le carnet de bord est un outil extrêmement utile pour aider l apprenant à formuler des objectifs. Ce support pourra non seulement lui permettre de les consigner mail il pourra aussi accompagner l apprenant tout au long de la formation afin qu il puisse y noter des éléments qui font sens pour lui et à partir desquels il pourra tirer des enseignements pour sa pratique. Pour permettre la réalisation d un objectif et la mesure de son avancement, ce dernier doit être fixé de façon SMART : S : M : A : R : T : spécifique mesurable atteignable réaliste temporellement défini Petit et al. (2012) En définissant conjointement les objectifs, le supérieur et son collaborateur peuvent ainsi mieux dimensionner le contenu de ce qui sera attendu à l issue de la formation. En envisageant la finalité de cette action, ils auront aussi l occasion de voir si il n est pas nécessaire de mener d autres démarches en parallèle 26. Enfin, en adhérant aux objectifs qu il s est fixé, l apprenant prend formellement la décision de s engager dans l action de formation, ce qui fait qu il ne remettra plus en cause la motivation qui l a conduit dans l action 27. Néanmoins, si la motivation est un ingrédient essentiel pour la réussite de la formation, elle n abolit ni l effort d apprentissage, ni la mise en place et le maintien de stratégies efficaces pendant la formation. 24 Petit et al. (2012) 25 Locke et Latham (1990 cités dans Bourgeois 2006) 26 Gérard (2008) 27 Fenouillet (2011)

6 Mettre en pratique ces principes dans votre entreprise? Découvrez ici notre formation pour responsables de formation. Contact : INSTITUT UNIVERSITAIRE INTERNATIONAL LUXEMBOURG (IUIL) 2015 IUIL Gabriel VAN BUNNEN Tél. : Fax. : , rue du Parc L-5374 Munsbach

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

Motivation et confiance en soi : les clés de la réussite?

Motivation et confiance en soi : les clés de la réussite? Fédération des Associations de Parents de l Enseignement Officiel Motivation et confiance en soi : les clés de la réussite? Avec la participation de : Julie Martina Équipe de rédaction : Christophe Desagher

Plus en détail

Le parcours de validation et de valorisation est aussi une quête de reconnaissance sociale

Le parcours de validation et de valorisation est aussi une quête de reconnaissance sociale Le parcours de validation et de valorisation est aussi une quête de reconnaissance sociale Béatrice Van Haeperen, IWEPS 1 Colloque «valider et valoriser ses compétences: un accélérateur de parcours professionnel

Plus en détail

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention

Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention Guide d utilisation en lien avec le canevas de base du plan d intervention À moins d indications contraires, toutes les définitions

Plus en détail

Conceptualiser et concevoir un programme de formation

Conceptualiser et concevoir un programme de formation Conceptualiser et concevoir un programme de formation Les informations obtenues à partir de l évaluation des besoins de formation vous aideront à concevoir le programme de formation. Ce travail doit s

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS...9 PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 Comment accroître la motivation de mon enfant à l école?...15 Comment favoriser l autonomie et le sens des responsabilités chez mon enfant?...29

Plus en détail

Le développement des compétences au service de l organisation apprenante

Le développement des compétences au service de l organisation apprenante Daniel Held et Jean-Marc Riss : Le développement des compétences au service de l organisation apprenante Paru dans : Employeur Suisse, no 13, 1998 Les changements de plus en plus importants et rapides

Plus en détail

Les meilleures pratiques de promotion et de prévention en contexte scolaire québécois. Catherine Martin 14 mai 2009

Les meilleures pratiques de promotion et de prévention en contexte scolaire québécois. Catherine Martin 14 mai 2009 Les meilleures pratiques de promotion et de prévention en contexte scolaire québécois Catherine Martin 14 mai 2009 Sommaire de la présentation 1. Comment définir les meilleures pratiques et les inscrire

Plus en détail

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions :

Pour rappel, l entretien annuel est un acte de management qui recouvre trois principales fonctions : L entretien annuel d évaluation : mode d emploi De quoi parlons-nous? Après avoir montré que l évaluation est un acte de management chargé d enjeux pour l ensemble des acteurs de l entreprise (cf. Fiche

Plus en détail

VADÉMÉCUM FORMATIONS DE FORMATEURS

VADÉMÉCUM FORMATIONS DE FORMATEURS CREFECO Centre régional francophone pour l Europe Centrale et Orientale VADÉMÉCUM FORMATIONS DE FORMATEURS Document élaboré par les stagiaires Formation Formateurs de formateurs CREFECO, 10-14 octobre

Plus en détail

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire Guide du programme Juin 2008 Attributs du diplômé de la Colombie-Britannique Au cours de consultations qui se sont échelonnées sur toute une année dans l ensemble de la province, des milliers de citoyens

Plus en détail

Idéopolis #4 Le temps, le travail et vous Avril 2014

Idéopolis #4 Le temps, le travail et vous Avril 2014 Idéopolis #4 Le temps, le travail et vous Avril 2014 À l aube de ce printemps tellement attendu, les indicateurs économiques surveillés par Workopolis semblent pointer vers une hausse graduelle de l emploi

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

Utiliser une analyse de compétences pour développer une offre de formation Un guide à l intention des éducateurs et des formateurs

Utiliser une analyse de compétences pour développer une offre de formation Un guide à l intention des éducateurs et des formateurs Utiliser une analyse de compétences pour développer une offre de formation Un guide à l intention des éducateurs et des formateurs Utiliser une analyse de compétences pour développer une offre de formation

Plus en détail

ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ

ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ ECVET GUIDE POUR LA MOBILITÉ 2 GUIDE POUR LA MOBILITÉ ECVET «Le système européen de crédits d apprentissage pour l enseignement et la formation professionnels (ECVET) est un cadre technique pour le transfert,

Plus en détail

INVESTIR POUR L AVENIR

INVESTIR POUR L AVENIR Employers in Education THE EUROPEAN FEDERATION OF EDUCATION EMPLOYERS INVESTIR POUR L AVENIR Déclaration conjointe sur l éducation, la formation et la recherche La présente déclaration conjointe a pour

Plus en détail

Mettez toutes les chances de votre côté pour réussir votre parcours

Mettez toutes les chances de votre côté pour réussir votre parcours Mettez toutes les chances de votre côté pour réussir votre parcours à l Université de Cergy-Pontoise Le guide pour votre orientation et votre insertion professionnelle Service commun universitaire d information,

Plus en détail

L ACTE DE MESURER ET D ÉVALUER

L ACTE DE MESURER ET D ÉVALUER SECTION 1 L ACTE DE MESURER ET D ÉVALUER OBJECTIF RECHERCHÉ L acte de mesurer et d évaluer est plus difficile que ce qu on peut imaginer au premier abord. S il est relativement aisé de calculer quelque

Plus en détail

Jeu des 7 situations managériales.

Jeu des 7 situations managériales. Team building Jeu des 7 situations managériales. RECRUTER PILOTER ET PARLER POUR ÊTRE COMPRIS FORMER COACHER RESOUDRE, GERER LES CONFLITS DELEGUER et DEVELOPPER L'AUTONOMIE PAR DES MICRO-PROJETS CONDUIRE

Plus en détail

- Conceptualisation de la démarche de recherche documentaire (transférabilité de cette méthode. Profession

- Conceptualisation de la démarche de recherche documentaire (transférabilité de cette méthode. Profession COMPETENCE : RECHERCHE DOCUMENTAIRE FICHE EDUSCOL (Non) Nature de l activité : Travail méthodologique : Savoir faire transférable : Acquérir la méthode de recherche documentaire transposable dans toutes

Plus en détail

Chercheur, entrepreneur : 2 profils pour 1 talent?

Chercheur, entrepreneur : 2 profils pour 1 talent? Parole d expert Chercheur, entrepreneur : 2 profils pour 1 talent? Daphné HIRSCHFELD RANDSTAD Pierre MOREELS RANDSTAD Marjorie PREVOST - GALILEI Avec le soutien de : Chercheur, entrepreneur : 2 profils

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

ÊTRE ACTEUR DE LA. Développer ses compétences clés pour être acteur de la relation client. Communiquer avec les clients, les usagers.

ÊTRE ACTEUR DE LA. Développer ses compétences clés pour être acteur de la relation client. Communiquer avec les clients, les usagers. ÊTRE ACTEUR DE LA relation client Développer ses compétences clés pour être acteur de la relation client Module A 20 heures Communiquer avec les clients, les usagers Contexte et finalité de la formation

Plus en détail

Présentation du jeu de négociation autour de la problématique de l orpaillage

Présentation du jeu de négociation autour de la problématique de l orpaillage Présentation du jeu de négociation autour de la problématique de l orpaillage «La façon de nous voyons les choses est la source de la façon dont nous pensons et de la façon dont nous agissons Jamais nous

Plus en détail

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1 glossaire Les définitions succinctes, présentées dans ce glossaire, sont, en grande partie, tirées des chapitres du Manuel. Elles sont en harmonie avec les références relatives au Processus de Bologne.

Plus en détail

Fiche de décryptage. L évaluation, comme acte de management. De quoi parlons-nous? Pourquoi un entretien individuel d évaluation?

Fiche de décryptage. L évaluation, comme acte de management. De quoi parlons-nous? Pourquoi un entretien individuel d évaluation? L évaluation, comme acte de management De quoi parlons-nous? Il s agit de faire le point sur l un des principaux outils de management, l entretien annuel d évaluation : rappeler quels en sont les objectifs

Plus en détail

FORMATION CONTINUE RECHERCHE APPLIQUÉE OUTILS PÉDAGOGIQUES. Droit appliqué pour les salariés des services juridiques

FORMATION CONTINUE RECHERCHE APPLIQUÉE OUTILS PÉDAGOGIQUES. Droit appliqué pour les salariés des services juridiques FORMATION CONTINUE RECHERCHE APPLIQUÉE OUTILS PÉDAGOGIQUES Droit appliqué pour les salariés des services juridiques PRÉSENTATION DE LA FORMATION Contexte La dynamique de l économie luxembourgeoise génère

Plus en détail

BROCHURE EXPLICATIVE DE LA SECTION ALLEMANDE

BROCHURE EXPLICATIVE DE LA SECTION ALLEMANDE est s- O u BROCHURE EXPLICATIVE DE LA SECTION ALLEMANDE Sèvres s est ues -Ou -O aris vres vres 1 parvis Charles de Gaulle 92310 Sèvres France email : sis@sis-sevres.net Tel. : +33 [0]1 72 77 70 40 Les

Plus en détail

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES

FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Germain Duclos Psychoéducateur et orthopédagogue FAVORISER LA MOTIVATION SCOLAIRE CHEZ LES ÉLÈVES Image tirée sur Google 3 Le décrochage scolaire pose le problème de la motivation scolaire chez plusieurs

Plus en détail

EEPU MOURILLON 26 rue Ernest RENAN 83000 Toulon

EEPU MOURILLON 26 rue Ernest RENAN 83000 Toulon EEPU MOURILLON 26 rue Ernest RENAN 83000 Toulon Réseau du Socle ACTIONS 2012-2013 Considération due aux élèves : -restauration de la confiance dans l élève -restauration de l estime de soi -prise en compte

Plus en détail

Section C. Section C. ction C. Section C. Section C. Section C. Section C. Section C G UIDE DE LA FIXATION OBJECTIFS

Section C. Section C. ction C. Section C. Section C. Section C. Section C. Section C G UIDE DE LA FIXATION OBJECTIFS ction C G UIDE DE LA FIXATION S e c t i o n C DES OBJECTIFS ction C janvier 2002 Dans ce guide, le masculin est utilisé comme représentant des deux sexes, sans discrimination à l égard des femmes et des

Plus en détail

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle

Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle ANNEXE 2006-CA505-09-R5077 Politique de soutien à la réussite aux études de 1 er cycle Décanat des études de premier cycle Février 2006 Énoncé de politique l Université s engage à soutenir l étudiant dans

Plus en détail

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES. AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE

GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES. AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE GUIDE D ACCOMPAGNEMENT DES OUTILS D EVALUATION DE COMPETENCES AU SERVICE DES ENSEIGNANTS DU 1 er DEGRE SECONDAIRE I. CADRE LÉGAL Développer des compétences, telle est désormais la mission de l école. Le

Plus en détail

Actes de la Journée interdépartementale des Pilotes Coup de Pouce Clé d Île-de-France

Actes de la Journée interdépartementale des Pilotes Coup de Pouce Clé d Île-de-France Actes de la Journée interdépartementale des Pilotes Coup de Pouce Clé d Île-de-France «Mobiliser les acteurs du Coup de Pouce Clé autour des Parents» Mardi 28 Janvier 2014 Paris Le 28 janvier 2014, l équipe

Plus en détail

Connaissez-vous des manager-coach?

Connaissez-vous des manager-coach? Savez-vous manager-coach, à la mode, à la mode, Savez-vous manager-coach à la mode de chez nous! Sylvie Bellard Connaissez-vous des manager-coach? Qu est ce qui fait qu ils sont manager-coach? Des réponses,

Plus en détail

Préparer la formation

Préparer la formation Préparer Promouvoir des enseignants Profédus propose des exemples variés de contenus d enseignement en éducation à la santé. Les fiches ne sont pas conçues en «prêt à penser» ; elles restent largement

Plus en détail

Formation certifiante au métier de coach scolaire

Formation certifiante au métier de coach scolaire Formation certifiante au métier de coach scolaire 1 Préambule CoachingMaestro est un portail de formations dédié à toute personne intéressée dans l accompagnement des jeunes. Préambule Ses missions sont

Plus en détail

4 e escale : Évaluation (ou bilan)

4 e escale : Évaluation (ou bilan) 4 e escale : Évaluation (ou bilan) Dernière escale avant d arriver à bon port : l évaluation! Cette étape peut paraître bien anodine en terme d impact sur votre action (puisque celle-ci est déjà passée!),

Plus en détail

Mon boss ne délègue pas

Mon boss ne délègue pas Situation 3 Mon boss ne délègue pas L importance d une rhétorique soignée Les situations de pur rapport de force Autonomie et contrôle La délégation Explication/justification La situation Pierre, notre

Plus en détail

Entretien professionnel : Guide de l évaluateur

Entretien professionnel : Guide de l évaluateur Entretien professionnel : Guide de l évaluateur REFERENCES JURIDIQUES Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale notamment l article 76-1,

Plus en détail

Association suisse des services d aide et de soins à domicile

Association suisse des services d aide et de soins à domicile Association suisse des services d aide et de soins à domicile Concept qualité pour l aide et les soins à domicile dans le cadre de l introduction d une gestion de la qualité institutionnalisée dans les

Plus en détail

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec

Mon portrait Renseignements généraux Les renseignements généraux font état des principales caractéristiques du jeune. On y trouve quand, où et avec MON PORTRAIT Ce portrait, obtenu à partir du questionnaire en ligne, permet de structurer l échange avec le jeune en vue de planifier les actions à entreprendre. Il procure à celui-ci un bilan de ses réponses

Plus en détail

Stage RésoLP 2012. Isabelle LYONNET LP L.LABE -Lyon

Stage RésoLP 2012. Isabelle LYONNET LP L.LABE -Lyon Stage RésoLP 2012 Isabelle LYONNET LP L.LABE -Lyon Celui qui acquiert les compétences définies par le programme à chaque niveau du cursus et dans chaque APSA :la «C.A.» avec son versant «moteur» et son

Plus en détail

Augmenter et partager le leadership pour mieux réussir en affaires

Augmenter et partager le leadership pour mieux réussir en affaires «L Avenir de l agriculture : l Agriculteur!» Le jeudi 10 novembre 2011 Augmenter et partager le leadership pour mieux réussir en affaires Edith Luc, Ph.D. Consultante et auteure en leadership des personnes

Plus en détail

Les bonnes pratiques du recrutement en ligne

Les bonnes pratiques du recrutement en ligne POUR VOUS ÉCLAIRER DANS LE COMMERCE DE DÉTAIL Les bonnes pratiques du recrutement en ligne Avant-propos Au Québec, le commerce de détail compte près de 24 000 établissements et 300 000 employés. Les jeunes

Plus en détail

PROGRAMMES FORMATIONS

PROGRAMMES FORMATIONS PROGRAMMES FORMATIONS LES FORMATIONS INSTRUCTEURS 26 LES MILLS EST LA SEULE SOCIÉTÉ AU MONDE QUI MESURE LA QUALITÉ D ENSEIGNEMENT DES COURS EN INVESTISSANT DANS LA FORMATION DES INSTRUCTEURS PAGE _05 Modules

Plus en détail

La méthode de coaching

La méthode de coaching La méthode de coaching De Françoise Barquin Déclaration d activité de Formation enregistrée sous le n 11 75 50467 75 136 rue du Faubourg Poissonnière Paris 75010 - T/ 01 42 73 18 36-06 79 64 01 15 frbarquin@lobbycom.fr

Plus en détail

Engager une action de prévention des RPS

Engager une action de prévention des RPS Que sont les RPS (Risques Psycho Sociaux)? Les risques psycho sociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress», qui n est en fait qu une manifestation de ce risque en entreprise. Ils

Plus en détail

La supervision des stagiaires. Dans le cadre du programme de stage du baccalauréat spécialisé et de la maîtrise en criminologie.

La supervision des stagiaires. Dans le cadre du programme de stage du baccalauréat spécialisé et de la maîtrise en criminologie. La supervision des stagiaires Dans le cadre du programme de stage du baccalauréat spécialisé et de la maîtrise en criminologie. Coordonnatrices de stage Joanne Cardinal 120 Université/University(14002)

Plus en détail

Politique numéro 28 portant sur L ÉVALUATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN DU CÉGEP MARIE-VICTORIN

Politique numéro 28 portant sur L ÉVALUATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN DU CÉGEP MARIE-VICTORIN COLLÈGE D'ENSEIGNEMENT GÉNÉRAL ET PROFESSIONNEL MARIE-VICTORIN Politique numéro 28 portant sur L ÉVALUATION DU PERSONNEL DE SOUTIEN DU CÉGEP MARIE-VICTORIN Adoptée le 25 juin 2002 CA-2002-87-736 Révisée

Plus en détail

BILAN DES COMPETENCES

BILAN DES COMPETENCES 2014 BILAN DES COMPETENCES L OBJECTIF DE NOTRE ACTION Permettre au futur collaborateur : D engager une réflexion approfondie sur son passé et son devenir, un travail d introspection professionnel, permettant

Plus en détail

Plan d action annuel

Plan d action annuel Plan d action annuel Mise en contexte La Coordination ATL a pour objectif de développer l offre d accueil Temps libre sur le territoire de la Commune afin de répondre aux besoins des familles, de développer

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Didactique professionnelle et formation initiale d enseignants : tensions et richesses

Didactique professionnelle et formation initiale d enseignants : tensions et richesses Didactique professionnelle et formation initiale d enseignants : tensions et richesses Jacqueline Beckers PERF (Professionnalisation en Éducation : Recherche et Formation) Université de Liège 2 champs

Plus en détail

Formations de formateurs

Formations de formateurs Formations de formateurs Document élaboré lors du séminaire en ingénierie de la formation au CREFECO (10-14 octobre 2011) animé par Michel Boiron, directeur du CAVILAM Alliance française Contenu Définition

Plus en détail

Entretien professionnel : Guide de l évalué

Entretien professionnel : Guide de l évalué Entretien professionnel : Guide de l évalué REFERENCES JURIDIQUES Loi n 84-53 du 26 janvier 1984 portant dispositions statutaires relatives à la fonction publique territoriale notamment l article 76-1,

Plus en détail

Groupe Eyrolles, 2013 ISBN : 978-2-212-55610-0

Groupe Eyrolles, 2013 ISBN : 978-2-212-55610-0 Groupe Eyrolles, 2013 ISBN : 978-2-212-55610-0 2 e partie Quelle est votre Valeur ajoutée professionnelle? Notre message aux jeunes diplômés? Venez chez nous développer votre employabilité. Pierre Puig,

Plus en détail

À nous de jouer! Des messages pour favoriser la mise en œuvre d actions concertées en faveur du développement moteur des enfants

À nous de jouer! Des messages pour favoriser la mise en œuvre d actions concertées en faveur du développement moteur des enfants À nous de jouer! Des messages pour favoriser la mise en œuvre d actions concertées en faveur du développement moteur des enfants À nous de jouer! Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, de l Enseignement

Plus en détail

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience

«Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience «Donnons envie aux entreprises de faire de la Formation continue à l Université!» (Stand D07) La formation continue à l Université Fiche expérience UNIVERSITE PARIS 8 ENTREPRISE FNAIM Monter les salariés

Plus en détail

MODÈLE GUIDE D APPRÉCIATION DU RENDEMENT DU PERSONNEL DU PERSONNEL INTRODUCTION LES OBJECTIFS DU GUIDE D ÉVALUATION DE RENDEMENT BUT

MODÈLE GUIDE D APPRÉCIATION DU RENDEMENT DU PERSONNEL DU PERSONNEL INTRODUCTION LES OBJECTIFS DU GUIDE D ÉVALUATION DE RENDEMENT BUT INTRODUCTION En matière de gestion des ressources humaines, il ne suffit pas à une municipalité de bien choisir et de bien former son personnel, il faut qu'elle puisse périodiquement en contrôler l'évolution,

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

Étapes d élaboration d une formation en compétences essentielles (CE) ou en anglais langue seconde (ALS) propre à l entreprise

Étapes d élaboration d une formation en compétences essentielles (CE) ou en anglais langue seconde (ALS) propre à l entreprise Étapes d élaboration d une formation en compétences essentielles (CE) ou en anglais langue seconde (ALS) propre à l entreprise Vous souhaitez commencer à mettre en œuvre une formation en CE, mais vous

Plus en détail

Le Volontariat international de la Francophonie (VIF)

Le Volontariat international de la Francophonie (VIF) Partage Le Volontariat international de la Francophonie (VIF) Solidarité Engagement Diversité culturelle 1. LE VOLONTARIAT INTERNATIONAL DE Qu est ce que le Volontariat International de la Francophonie?

Plus en détail

Evolution ou révolution dans les métiers des Achats et de la Supply Chain?

Evolution ou révolution dans les métiers des Achats et de la Supply Chain? Evolution ou révolution dans les métiers des Achats et de la Supply Chain? La 11ème conférence annuelle de l'aca a été un succès grâce à l'implication de tous les intervenants: merci à tous! Cette année,

Plus en détail

COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE?

COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE? COMMENT PROGRAMMER et EVALUER LE LANGAGE? PROGRAMMER LES APPRENTISSAGES Programmation # Progression Progression: division du savoir en petites unités réparties dans le temps: aller du simple au complexe.

Plus en détail

Les nouvelles pédagogies de la formation

Les nouvelles pédagogies de la formation Chaire laborh en Management Humain et Transformations du Travail ILSM-Rapport de recherche RH-Entreprises Rapport de recherche, vol. 1 (3), 2011 Les nouvelles pédagogies de la formation Rapport théorique

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

La méthode de travail efficace. Apprendre les leçons par la rédaction de fiche de travail

La méthode de travail efficace. Apprendre les leçons par la rédaction de fiche de travail La méthode de travail efficace Pour réussir ses études, il faut avant tout une bonne stratégie d apprentissage en organisant très méthodiquement sa façon d apprendre. Organiser un planning de travail La

Plus en détail

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION

L ÉVALUATION DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION STONA Laurent ls@bepecaser.org L DANS LES DIFFÉRENTS PROCESSUS DE FORMATION Évaluer, c est donner une valeur. Puisque toute formation vise des objectifs, tout acte de formation ou de sensibilisation nécessite

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

Améliorer durablement la qualité de l audit. Juin 2014

Améliorer durablement la qualité de l audit. Juin 2014 Améliorer durablement la qualité de l audit Juin 2014 L enjeu Selon les résultats du plus récent cycle d inspection du Conseil canadien sur la reddition de comptes (CCRC), sur le plan de la qualité de

Plus en détail

M1 FINANCE-M1 MARKETING-M1 MANAGEMENT DE LA PERFORMANCE-M1 MANAGEMENT ET ORGANISATIONS DU STAGE AU RAPPORT

M1 FINANCE-M1 MARKETING-M1 MANAGEMENT DE LA PERFORMANCE-M1 MANAGEMENT ET ORGANISATIONS DU STAGE AU RAPPORT Place du Maréchal De Lattre de Tassigny 75775 PARIS CEDEX 16 DEPARTEMENT MSO Bureau des Stages M 1- Gestion- D 404 Tél. 01.44.05.46.09 Fax 01.44.05.46.61 M1 FINANCE-M1 MARKETING-M1 MANAGEMENT DE LA PERFORMANCE-M1

Plus en détail

Les exigences de la norme ISO 9001:2000 1.1 La gestion des ressources humaines

Les exigences de la norme ISO 9001:2000 1.1 La gestion des ressources humaines Introduction Les ressources humaines (RH) sont souvent considérées comme des fonctions de support, voire comme à l origine de certains surcoûts. Pour cela dans de nombreuses entreprises de taille moyenne

Plus en détail

Accompagnement des managers : la solution coaching

Accompagnement des managers : la solution coaching Accompagnement des managers : la solution coaching Dans sa circulaire DGOS/RH4/2013/295 du 19 juillet 2013, la Ministre des Affaires sociales et de la santé indique les axes et actions prioritaires à mettre

Plus en détail

PROFIL DE COMPÉTENCES

PROFIL DE COMPÉTENCES PROFIL DE COMPÉTENCES Direction et direction adjointe à la gestion d un établissement scolaire Bureau du recrutement, des stages et du développement des compétences Service de la gestion des personnes

Plus en détail

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques

Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Evaluer des élèves de Seconde par compétences en Sciences Physiques Introduction Depuis quelques années, le terme de «compétences» s installe peu à peu dans notre quotidien ; aussi bien dans la vie de

Plus en détail

Éducation de la petite enfance Contribution importante à l'égalité des chances

Éducation de la petite enfance Contribution importante à l'égalité des chances Éducation de la petite enfance Contribution importante à l'égalité des chances Thèses et exigences de l'initiative des villes: Politique sociale Introduction Dans sa stratégie 2015 "Élargir la politique

Plus en détail

Élaborer des preuves relatives à l impact de l information sur le marché du travail

Élaborer des preuves relatives à l impact de l information sur le marché du travail Élaborer des preuves relatives à l impact de l in sur le Présentation de Jean-Pierre Voyer (SRSA) et Cathleen Johnson (Université de l Arizona) à la Conférence du FMMT sur l IMT Winnipeg, 14 février 2007

Plus en détail

Nos propositions de coaching

Nos propositions de coaching 1 Nos propositions de coaching 1) Nous accompagnons nos clients sur des demandes opérationnelles très concrètes : Faire face à des difficultés personnelles et /ou professionnelles. Pour soi même, pour

Plus en détail

Comment présenter le livret de compétences aux familles?

Comment présenter le livret de compétences aux familles? Séminaire Évaluation Comment présenter le livret de compétences aux familles? Introduction Dans la perspective d une acquisition effective des compétences attendues à la fin de l école maternelle relatives

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : C* Dernière modification : 11/09/2008 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Management d équipe(s) autonome(s) I OBJECTIF

Plus en détail

Note d accompagnement des programmes de langues en immersion

Note d accompagnement des programmes de langues en immersion Note d accompagnement des programmes de langues en immersion Question de départ Etre professeur de langue dans une classe où des élèves sont engagés dans un processus d immersion dans cette même langue-cible

Plus en détail

Les UNT au service des établissements : des exemples de scénario concrets

Les UNT au service des établissements : des exemples de scénario concrets Les UNT au service des établissements : des exemples de scénario concrets La lutte contre l échec La formation continue La problématique des étudiants salariés Le flux croissant d étudiants en situation

Plus en détail

Programme Pilote de Mentoring «for GDF SUEZ»

Programme Pilote de Mentoring «for GDF SUEZ» Programme Pilote de Mentoring «for GDF SUEZ» Février 2011 SOMMAIRE Définition du mentoring Objectifs du programme Profils des participants Relation mentor / mentorée Règles du jeu : conditions de réussite

Plus en détail

Modules de formations proposés

Modules de formations proposés Modules de formations proposés 1. La boîte à outils de l organisateur 2. Améliorer les performances par l approche processus 3. Réussir un diagnostic d organisation 4. Manager un projet jusqu au succès

Plus en détail

L école française pour mon enfant un choix, un droit

L école française pour mon enfant un choix, un droit L école française pour mon enfant un choix, un droit Cette publication s adresse plus particulièrement aux couples francophone-anglophone qui vivent dans des régions où les francophones sont minoritaires.

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

Programme Cisco Networking Academy (CNA) Accord Académie Régionale - Académie Locale. De: (Nom du Legal Main Contact [LMC] de l académie Régionale)

Programme Cisco Networking Academy (CNA) Accord Académie Régionale - Académie Locale. De: (Nom du Legal Main Contact [LMC] de l académie Régionale) Programme Cisco Networking Academy (CNA) Accord Régionale - Locale Date: A: Nom de l établissement: De: (Nom du Legal Main Contact [LMC] de l académie Régionale) L Régionale «Réseau CERTA» et ont convenu

Plus en détail

SKRIVA vous présente, avec l intervention de M. Tony BEERDEN (ALCOBE) des cycles de formation sur ces thèmes dans la région Aquitaine.

SKRIVA vous présente, avec l intervention de M. Tony BEERDEN (ALCOBE) des cycles de formation sur ces thèmes dans la région Aquitaine. SKRIVA FORMATION CONTINUE Vous avez du mal à gérer votre temps et à vous organiser? Vous avez à gérer des relations avec des personnes «difficiles»? Vous êtes confrontés au stress dans votre vie professionnelle

Plus en détail

Série des Traités du Conseil de l'europe - n 202. Convention européenne en matière d'adoption des enfants (révisée)

Série des Traités du Conseil de l'europe - n 202. Convention européenne en matière d'adoption des enfants (révisée) Série des Traités du Conseil de l'europe - n 202 Convention européenne en matière d'adoption des enfants (révisée) Strasbourg, 27.XI.2008 STCE 202 Adoption des enfants (révisée), 27.XI.2008 2 Préambule

Plus en détail

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL LI Bin Résumé 1. Thème. Le droit de propriété a été l objet de réformes successives en Chine.

Plus en détail

LA DEMARCHE COMPETENCE

LA DEMARCHE COMPETENCE LA DEMARCHE COMPETENCE Chapitre 6 : Les actions de la Démarche Compétence Chapitre 6 : Les actions de la Démarche Compétence... 1 6.1. Évaluation des compétences... 2 6.1.1 Mesure des écarts entre compétences

Plus en détail

Diversification de la formation: une démarche vers la professionnalisation de l'enseignement du français. Le cas du Vietnam

Diversification de la formation: une démarche vers la professionnalisation de l'enseignement du français. Le cas du Vietnam Diversification de la formation: une démarche vers la professionnalisation de l'enseignement du français. Le cas du Vietnam Colloque International, Liège - 22, 23 et 24 octobre 2014 La professionnalisation

Plus en détail

Class code. Former les Éducateurs À l'informatique pour notre Société Numérique. MagicMakers MagicMakers 1

Class code. Former les Éducateurs À l'informatique pour notre Société Numérique. MagicMakers MagicMakers 1 Class code Former les Éducateurs À l'informatique pour notre Société Numérique. MagicMakers MagicMakers 1 I. UNE VISION 2 En 2016 Madame la Maire de Villeneuve-les-Bois a été convaincue de l intérêt de

Plus en détail

COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS?

COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS? COMMENT L APP0 EST-IL PERÇU PAR LES ETUDIANTS? Retour sur l expérience vécue par les tuteurs et réflexion sur le ressenti des étudiants ETOUNDI Ulrich, HENRIEL Théo, NAHORNYJ Robin Etudiants en 4 ème année,

Plus en détail

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1.

Management Stratégique. Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1. Management Stratégique Saïd YAMI Maître de Conférences en Sciences de Gestion ERFI/ISEM Université Montpellier 1 Cours de Master 1 Plan du Module 1 Introduction : Qu est ce que la stratégie? 1- Processus

Plus en détail

Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007

Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007 Le Réseau de conciliation du secteur financier Un cadre pour la collaboration Le 10 Août, 2007 Page 1 sur 15 NOTE La présente note et les documents joints décrivent un cadre pour la collaboration continue

Plus en détail

Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles

Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles Cet outil offre aux conseillers en orientation professionnelle : un processus étape par étape pour réaliser une évaluation informelle

Plus en détail