Aeroplan Canada Devenir l une des 50 meilleures

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Aeroplan Canada Devenir l une des 50 meilleures"

Transcription

1 ÉTUDE DE CAS CONTEXTE Aeroplan Canada Devenir l une des 50 meilleures entreprises au Canada Les 18 et 19 mars dernier avait lieu le vingt-cinquième tournoi Excalibur. Les étudiants de vingt-sept universités québécoises et canadiennes étaient en lice. Les sept équipes finalistes ont analysé un cas réel d entreprise, celui d Aeroplan Canada. Le cas a aussi été étudié par un professeur après le tournoi. Aeroplan, programme de fidélisation coalisé par excellence du Canada, est la propriété de Groupe Aeroplan Inc., un chef de file mondial dans la gestion de la fidélisation. Aeroplan Canada a son siège social à Montréal et possède un établissement à Toronto ainsi que deux centres d appel, l un à Montréal et l autre à Vancouver. Historique de l entreprise En 1984, Aeroplan a fait ses débuts comme outil promotionnel pour la clientèle d affaires d Air Canada. Un an plus tard, plus de voyageurs assidus avaient déjà adhéré au programme. En 2004, Aeroplan a lancé sa nouvelle image de marque, qui l a positionnée en tant qu entité distincte d Air Canada et comme programme de fidélisation par excellence du Canada. En 2008, le Fonds de revenu Aeroplan est devenu une société mondiale de gestion de la fidélisation cotée en bourse, appelée Groupe Aeroplan Inc., qui est axée sur la croissance et verse des dividendes. En 2009, les opérations des centres d appel de Montréal et Vancouver sont transférées d Air Canada à Aeroplan. Ainsi, plus de 800 agents faisant partie du syndicat TCA sont venus se joindre à 350 autres employés qui font partie du personnel administratif d Aeroplan. Ce transfert a e f f e c t i f Septembre / Octobre

2 représenté un changement de culture important pour plusieurs employés appartenant anciennement à Air Canada. Aujourd hui, Aeroplan a plus de quatre millions de membres actifs. Ceux-ci accumulent des milles Aeroplan par l intermédiaire d un réseau en expansion de plus de 75 partenaires d envergure mondiale représentant au-delà de 150 marques dans les secteurs de la finance, de la vente au détail et du voyage. Aeroplan s est donné comme mission d inspirer la fidélité de ses membres et partenaires, d enrichir l existence de ses membres et d avoir un impact significatif sur ses actionnaires, partenaires et l entreprise met l accent sur la participation des employés, ce qui signifie que leur opinion est encouragée employés, ainsi que sur les communautés qu elle côtoie. La culture de l organisation comprend les six éléments suivants : l engagement des employés le transfert des connaissances l innovation le client au centre des actions la motivation pour l action la collaboration Cette culture s appuie sur des valeurs partagées par tous : partenariat, authenticité, inclusion, originalité, simplicité, agilité et solidité d opinion avec la capacité de faire des concessions. Dès 2008, plus d un an avant la transition d Air Canada vers Aeroplan, avait débuté un changement de culture chez les agents des centres d appel. On leur avait notamment présenté l image de marque d Aeroplan et remplacé les affiches et le logo d Air Canada par ceux d Aeroplan. Au moment de la transition, l entreprise a mis en place une stratégie de communication qui expliquait notamment les changements en matière de gestion des ressources humaines, le plan de croissance ainsi que les changements post-transition. Dans son plan de croissance, Aeroplan s est donné cinq objectifs : constituer pour ses membres la marque de fidélisation la plus respectée au Canada, bâtir un réseau gagnant de relations avec ses partenaires clients et fournisseurs, être considéré comme l un des meilleurs employeurs au Canada, être reconnu comme un leader dans la communauté et, finalement, obtenir des résultats affichant une croissance vigoureuse et durable. Pour y arriver, Aeroplan s est doté d un style de gestion démocratique. Ainsi, l entreprise met l accent sur la participation des employés, ce qui signifie que leur opinion est encouragée, respectée et prise en considération lors de décisions d affaires. Une politique de portes ouvertes favorisant une libre communication entre les employés est clairement présente et l accent est mis sur la gestion des talents. Aeroplan vise ainsi à favoriser l engagement, la motivation et la collaboration de ses employés. Répartition par années de service 42 % des employés ont cinq années de service et moins. 13 % ont entre cinq et 10 années de service. 29 % ont entre 10 et 20 années de service. 16 % ont plus de 20 années de service. Sondage sur le niveau d engagement Chaque année depuis 2006, Aeroplan invite ses employés à répondre à un sondage afin de mesurer leur niveau d engagement à l égard de l organisation. Jusqu à l an dernier, le sondage était effectué par Illumina Research (anciennement Environics). En 2010, à la demande de la haute direction, Aeroplan a décidé d avoir recours, en plus du fournisseur habituel, aux services d Aon Hewitt. La répartition des effectifs d Aeroplan VANCOUVER Personnel administratif : 36 Agents de centre d appel : 447 TORONTO Personnel administratif : 36 MONTREAL (siège social) Personnel administratif : 281 Agents de centre d appel : e f f e c t i f Septembre / Octobre 2011

3 L intention des dirigeants était alors de faire éventuellement partie des 50 meilleures entreprises au Canada, un des cinq objectifs de son plan de croissance. Depuis leur intégration parmi les employés d Aeroplan, c est la première fois que les agents des centres d appel étaient invités à répondre au sondage. Au total, 996 employés (88 % des effectifs), dont près des deux tiers sont des agents de centre d appel, ont répondu au sondage effectué par Aon Hewitt. La répartition par groupes d âge des employés ayant répondu au sondage est la suivante : moins de 30 ans : à 45 ans : à 50 ans : à 60 ans : à 65 ans : ans et plus : 4 Source : Rapport final Aon Hewitt Voici les faits saillants qui ressortent du sondage : Selon le personnel administratif, même si Aeroplan ne fait pas partie du groupe des 50 meilleures entreprises au Canada, elle se compare tout de même, pour une première année, à la moyenne des entreprises canadiennes ayant participé au sondage, et se situe légèrement au-dessus des entreprises nord-américaines et internationales. Or, les résultats du sondage rempli par les employés des centres d appel sont inférieurs à ceux du sondage rempli par les employés administratifs. Les efforts du comité exécutif pour communiquer la vision et la stratégie de l entreprise sont perçus positivement et se sont nettement améliorés par rapport aux années précédentes. Le niveau d engagement est similaire dans les différents groupes d âge, à l exception du groupe des employés de 51 à 60 ans dont le niveau d engagement est supérieur à celui des autres groupes. Tableau 1 indicateurs clés d'engagement Indicateur 1 La gestion du rendement Énoncé a. La façon de gérer le rendement ici m amène à contribuer autant que possible au succès de notre organisation. b. La façon de gérer le rendement ici permet de concentrer mes efforts vers l atteinte des objectifs de cette organisation (gestion du rendement). 2 Les processus de travail a. Les processus en place me permettent d être aussi productif que possible. 3 Les ressources 4 La réputation de l employeur a. Les outils et les ressources fournis par cette organisation me permettent d être aussi productif que possible. a. Cette organisation est considérée comme l un des meilleurs employeurs pour une personne qui possède mes compétences et mon expérience. b. Si j en avais l occasion, je recommanderais les produits et/ou les services de cette organisation à des clients éventuels (réputation de l employeur, responsabilité sociale de l organisation). c. La réputation de l organisation contribue à attirer les meilleurs candidats (réputation de l employeur, responsabilité sociale de l organisation). d. Mes valeurs personnelles sont semblables à celles de cette organisation (motivation intrinsèque, réputation de l employeur, responsabilité sociale de l organisation). e. Nous nous tenons tous responsables de vivre selon les valeurs de l organisation (collègues, réputation de l employeur). f. Dans cette organisation, les employés sont traités de façon juste, respectueuse et honnête (responsabilité sociale de l organisation, réputation de l employeur). 5 Les perspectives de carrière a. Mes perspectives de carrière sont bonnes ici. 6 La reconnaissance a. Je reçois une reconnaissance appropriée (outre la rémunération et les avantages sociaux) pour ma contribution et/ou mes réalisations. 7 Les tâches reliées au travail a. Je prends réellement plaisir à effectuer mes tâches quotidiennes. Selon Aon Hewitt, afin d augmenter le niveau d engagement des employés, les entreprises devraient se concentrer sur le ou les deux facteurs qui ont le plus grand impact potentiel positif sur cet élément. e f f e c t i f Septembre / Octobre

4 De façon générale, le niveau d engagement du personnel administratif a légèrement fléchi par rapport aux autres années. Les éléments le plus valorisés par les employés sont les relations avec les collègues de travail, les avantages sociaux, la responsabilité sociale de l entreprise et le soutien du gestionnaire. Ces résultats se reflètent au cours des ans. Dans les centres d appel de Montréal et Vancouver, une gestion plus étroite des agents (supervision des appels et coaching deux fois par mois) a été introduite pour assurer la qualité et l efficacité du service à la clientèle. Cette gestion semble par contre être un irritant important pour les agents. De plus, plusieurs se perçoivent comme des employés de 2 e classe par rapport à leur supérieur et aux employés administratifs. La gestion de la performance est aussi sévèrement critiquée par plusieurs agents des centres d appel. À partir des résultats du sondage, Aon Hewitt a identifié sept indicateurs clés d engagement (ceux où l entreprise a moins bien performé). Ces indicateurs sont ceux sur lesquels Aeroplan doit s améliorer pour favoriser le niveau d engagement de ses employés (voir le tableau de la page précédente). Votre mandat Aeroplan Canada vous a engagé à titre de consultants afin d accompagner l équipe de direction dans la réalisation de son objectif de se classer parmi les 50 meilleures entreprises au Canada d ici trois ans. 1. À partir de l information dont vous disposez, précisez globalement votre compréhension des enjeux. 2. Présentez au comité de direction un plan d action concret de gestion des ressources humaines pour atteindre son objectif de se classer parmi les 50 meilleures entreprises au Canada d ici trois ans. Pour ce faire, vous devez : présenter de façon détaillée la démarche souhaitée en identifiant deux indicateurs clés soutenus par cinq actions au total visant à élever l engagement des employés au même niveau que celui des employés des 50 meilleurs employeurs au Canada, et ce, dans un délai de trois ans ; préciser les impacts de vos recommandations sur la gestion des ressources humaines et sur l organisation. Votre plan doit présenter les actions précises, les résultats escomptés, ainsi qu un échéancier. ÉTUDE DE CAS ANALYSE DES ÉTUDIANTS Miser sur l engagement Voici l analyse du cas d Aeroplan Canada, telle qu elle a été présentée par l équipe de l École des sciences de la gestion de l Université du Québec à Montréal, gagnante du tournoi, composée de Geneviève Robert-Huot, Cynthia Rozon-Lacelle et Gabrielle Ste-Marie Isherwood sous la direction de Daniel Beaupré, CRHA. Les concurrentes disposaient d une heure et demie pour étudier le cas qui leur était soumis et de vingt minutes pour le présenter. Le transfert des activités des centres d appel de Montréal et Vancouver d Air Canada à Aeroplan comporte pour cette dernière certains enjeux en rapport avec sa culture organisationnelle. Considérons d abord la situation actuelle Dans un sondage, les employés d Aeroplan ont indiqué quelques éléments qu ils valorisent dans l entreprise : les relations harmonieuses avec les collègues, les avantages sociaux, la responsabilité sociale de l entreprise et le soutien des gestionnaires. Par contre, ils ont indiqué certains points à améliorer. Ce sont la gestion du rendement, la réputation de l employeur, les procédures de travail, les ressources, les perspectives de carrière, la reconnaissance et les tâches reliées au travail. Pour qu Aeroplan puisse se classer parmi les cinquante meilleures entreprises au Canada d ici trois ans, le plan d action doit prioriser deux indicateurs d amélioration, soit la gestion du rendement et la réputation de l employeur. Les actions proposées 4 2 e f f e c t i f Septembre / Octobre 2011

5 dans le plan à l égard de ceux-ci englobent les autres indicateurs ainsi que les éléments valorisés par les employés dans le sondage. Trois enjeux prioritaires Pour atteindre son objectif, Aeroplan doit tenir compte de trois principaux enjeux directement reliés aux indicateurs ciblés. L entreprise doit favoriser l engagement, en travaillant d abord sur son système de gestion du rendement, ce qui se répercutera sur sa réputation en tant qu employeur de choix. Elle devra ensuite faire en sorte d homogénéiser sa culture ; en effet, en raison de la fusion, deux cultures différentes s affrontent dans l organisation, ce qui se répercute sur le système de gestion de la performance. Le développement des compétences des employés constitue le troisième enjeu, qui pourra être vérifié par le système de gestion du rendement. Travailler sur ces trois enjeux contribuera au bout du compte à améliorer la réputation d employeur d Aeroplan. Toutes les mesures proposées dans le plan d action en cinq étapes visent cet objectif : favoriser l engagement, l homogénéisation de la culture et le développement de la compétence des employés pour permettre à Aeroplan de se hisser parmi les cinquante meilleures entreprises au Canada. Première étape : la communication Il est important d assurer dès maintenant une bonne communication avec les employés et de la maintenir tout au long de la mise en œuvre du plan d action et pendant son suivi. Aeroplan doit communiquer aux employés des centres d appel la vision qui était la sienne lors de l acquisition. Pour ce faire, il faudra les réunir à Montréal, Vancouver et Toronto pour leur rappeler les objectifs de l entreprise et les valeurs prônées par l organisation. Ces valeurs doivent être mises en valeur pour que les employés s en souviennent et y adhèrent ; elles peuvent être affichées notamment dans les salles de repos ou dans l intranet. Elles doivent non seulement être connues, mais aussi intégrées dans les processus et les pratiques quotidiennes de gestion des ressources humaines, par exemple dans les affichages de poste, dans le système d évaluation du rendement, etc. La communication visera aussi à assurer un suivi des attentes générées par le sondage chez les employés. Il s agira de démontrer ainsi que les résultats du sondage sont réellement pris en compte par la direction. Une bonne communication démontrera l intérêt de l entreprise pour les employés et contribuera à créer un bon climat de travail. Les employés devront donc être mis au courant des points forts, des points à améliorer qui sont ressortis du sondage. Ils seront ainsi au courant des efforts faits par l entreprise. La communication est donc un processus qui se déroulera tout au long du plan d action. Mais il est important de créer l urgence, d indiquer le pourquoi des changements et de les justifier pour réduire la résistance des employés. La création d un comité de changement, formé de membres de la direction et d employés des opérations, permettra de planifier la nouvelle forme d organisation du travail, de cibler les priorités et les modes de formation et la gestion de la performance. Grâce à ce comité, l entreprise pourra obtenir la rétroaction des employés concernant les changements. Deuxième étape : l organisation du travail Les changements dans l organisation du travail constituent une étape qui doit être réalisée dans les trois premiers mois du plan, parce qu elle va jouer directement sur la réputation de l employeur et aussi sur le système de gestion de la performance. Sur le plan de l organisation du travail, on constate un manque d homogénéité dans la culture, issue à la fois d Air Canada et d Aeroplan. Par exemple, les anciens employés d Air Canada faisaient partie d un syndicat dont ils partagent encore les valeurs. On constate également une contradiction entre les valeurs prônées par Aeroplan et le style de gestion des agents de centres d appel. Mais en 2010, c était la première fois qu Aeroplan invitait ces agents à participer à son sondage sur le niveau d engagement. C est un peu inadmissible, parce ces employés sont gérés de façon différente : ils subissent plus de contrôles, ils ont des objectifs plus restrictifs, alors que dans l ensemble de l organisation, Aeroplan préconise davantage la collaboration et l entraide. Les changements dans l organisation du travail vont aussi permettre d accroître la flexibilité, par la formation d équipes de Sur le plan de l organisation du travail, on constate un manque d homogénéité dans la culture travail polyvalentes, particulièrement quant au service à la clientèle. Aujourd hui, il y a des services en interrelation ; ainsi, une personne peut acheter de billets d avion et les payer avec des points Aeroplan. Chaque employé doit donc être au courant des services offerts par Aeroplan, donc être polyvalent dans son poste. Et pour ce faire, il faudra vérifier la marge de manœuvre quant à l autonomie et à la prise de décision, en vue notamment de conserver les jeunes employés. Chaque équipe de travail devra être autonome, c est-à-dire qu elle visera une amélioration continue en s entraidant constamment. Les e f f e c t i f Septembre / Octobre

6 superviseurs deviendront des facilitateurs plutôt que des contrôleurs, particulièrement en ce qui concerne les agents d appel, qui faisaient l objet de beaucoup de contrôle. Il sera particulièrement important de connaître l augmentation de l engagement des employés et leur satisfaction à l égard des changements. Troisième étape : la formation Au cours des trois mois suivants, l accent devra être mis sur la formation. Elle devra viser l innovation et le transfert des connaissances, toujours dans le but d améliorer le service à la clientèle et aussi de développer le potentiel de la relève. Mais il faudra tenir compte des styles de gestion et de la culture qui divergent selon les catégories d emploi. En ce moment, la gestion de la performance ne permet pas vraiment de miser sur ces aspects. Pour les agents des centres d appel, par l entremise de la réorganisation du travail, un jumelage des compétences assez informel pourra être établi entre les employés. Il serait intéressant de publier des capsules d information dans l intranet : ainsi, une fois par semaine, une capsule sur un produit, un service, un nouveau partenaire ou encore une astuce pour améliorer le service à la clientèle pourrait être affichée. L entreprise continuera aussi de donner du coaching aux agents, ce qu elle faisait déjà de façon assez régulière, mais dans une optique de développement des compétences et non de contrôle. Pour ce qui est des superviseurs dans les centres d appel, qui agiront désormais à titre de facilitateurs, il faudra adapter la formation pour soutenir l appropriation de leur nouveau rôle. Une formation spécifique en gestion pourra notamment les aider à développer la polyvalence de leurs équipes de travail. Ils recevront également une formation en matière de coaching, de reconnaissance et de gestion de la performance, trois éléments qui se sont dégagés du sondage. Quatrième étape : la gestion de la performance Cette étape, qui sera réalisée entre le sixième et le douzième mois, est importante non seulement parce que les employés ont mentionné leur insatisfaction à l égard de la gestion du rendement, mais aussi parce que l organisation est en croissance. Il faudra aussi évaluer les compétences acquises par les employés lors de la formation. Aeroplan doit mettre en place une politique qui permettra, étant donné la nouvelle organisation du travail, d évaluer non seulement les équipes, mais aussi les performances individuelles. Dans le sondage, les employés ont mentionné que leur évaluation n était pas en rapport avec la réussite de l entreprise ; il faudra donc donner aux employés une rétroaction constructive qui leur donnera l impression qu ils contribuent au succès de l organisation. Selon la nouvelle politique, ils se verront fixer des objectifs organisationnels. Ces objectifs devront être SMART, c est-à-dire simples, mesurables, atteignables, réalistes et limités dans le temps. Évidemment, quand un comportement positif sera remarqué, il faudra donner de la reconnaissance. Oui, celle-ci pourra être en lien avec la rémunération, par exemple les augmentations salariales, mais il ne faut pas oublier que la reconnaissance non pécuniaire peut être tout aussi importante. Aeroplan doit aussi continuer à enregistrer les appels. Toutefois, cette mesure ne doit pas être coercitive, mais plutôt viser à mesurer la qualité du service offert par les employés aux clients. Cinquième étape : les activités sociales Enfin, Aeroplan ne doit pas négliger la socialisation au sein de l entreprise. Au cours de la deuxième année, il faudra donc organiser des activités sociales afin de consolider l esprit d équipe, dans la foulée de la nouvelle organisation du travail qui aura été instaurée. Ces activités devront mettre sur un pied d égalité toutes les catégories d emploi. Ces activités sociales peuvent être organisées par régions, selon les intérêts des employés, et ainsi de suite. Par ailleurs, comme Aeroplan est une entreprise responsable socialement, pourquoi ne pas mettre en place des activités reliées à cette préoccupation, par exemple planter des arbres, tenir des activités de financement? Ces actions ne pourront manquer de favoriser l engagement des employés et d uniformiser la culture organisationnelle. Le suivi Le suivi et le contrôle de la mise en œuvre du plan se feront au cours de la troisième année du plan. Aeroplan devra mesurer le rendement de son investissement ainsi que l atteinte des objectifs fixés. Il sera particulièrement important de connaître l augmentation de l engagement des employés et leur satisfaction à l égard des changements. L homogénéité de la culture sera mesurée en vérifiant le taux de participation aux activités sociales et l adhésion aux valeurs de l entreprise. L augmentation des compétences, qui se fera sentir au niveau du service à la clientèle, témoignera pour sa part de l atteinte des objectifs de formation. C est ainsi que ce plan d action en cinq étapes amènera Aeroplan à travailler sur deux indicateurs, soit la gestion du rendement et la réputation de l employeur, lui permettant ainsi de se hisser parmi les cinquante meilleurs employeurs au Canada d ici trois ans. 4 4 e f f e c t i f Septembre / Octobre 2011

7 ÉTUDE DE CAS ANALYSE DU PROFESSEUR Pour créer une culture axée sur l engagement Aeroplan a connu récemment d importants changements, dont l intégration, en 2009, de huit cents agents de centre d appel syndiqués auparavant employés par Air Canada. par Dionne Pohler, Ph. D., département des ressources humaines et du comportement organisationnel,école de commerce Edwards, Université de Saskatchewan Traduit par Danièle Veillette, traductrice agréée Il faut louer l entreprise pour la façon dont elle a géré la transition du personnel et remplacé l image d Air Canada par celle d Aeroplan ; mentionnons entre autres sa stratégie détaillée de communication qui expliquait le plan de croissance et les changements prévus quant à la gestion des ressources humaines. Il semble aussi que la direction se soit toujours efforcée de répondre aux préoccupations des employés et de favoriser leur engagement, comme en témoignent les sondages menés régulièrement auprès du personnel depuis 2006 de même que l engagement de l organisation à devenir l un des meilleurs employeurs au Canada. Cependant, un changement de culture organisationnelle d une telle ampleur présente des difficultés, notamment les différents niveaux d engagement du personnel administratif et des agents de centre d appel. La stratégie de gestion d Aeroplan, axée sur une participation active, et ses pratiques de gestion des ressources humaines ne sont pas harmonisées ; de plus, il semble y avoir un manque de cohérence entre les valeurs des employés et celles d Aeroplan. En conséquence, pour que l entreprise puisse atteindre ses objectifs en ce qui a trait à l engagement des employés, il faut se préoccuper dès maintenant des deux aspects les plus cruciaux, à savoir l amélioration des systèmes de gestion de la performance et la réputation de l entreprise auprès des employés. Harmoniser ses stratégies Aeroplan doit s assurer que sa stratégie globale et sa stratégie de gestion des ressources humaines concordent parfaitement avec ses pratiques actuelles en matière de personnel, et que celles-ci appuient activement sa mission et ses valeurs. Pour créer une culture fondée sur le travail d équipe, la collaboration et l inclusion, il faut abolir les structures hiérarchiques, réelles ou perçues. Les politiques plus strictes de gestion de la performance des agents de centre d appel créent des divisions entre les groupes d employés. Pour diminuer les conséquences négatives d une «surveillance» et encourager le travail d équipe, on pourrait notamment jumeler des employés nouveaux et plus anciens grâce à un programme de mentorat axé sur l amélioration de la qualité et de l efficience du service à la clientèle. Un programme de mentorat, s il est bien conçu, contribue à la fidélisation et à la socialisation des employés. Le niveau d engagement relativement supérieur observé au sein des groupes d employés plus âgés peut avoir un effet positif sur les nouveaux employés, si les mentors sont judicieusement choisis. En outre, en jumelant des membres du personnel administratif et des agents de centre d appel pour certaines rotations de postes, on aiderait les employés à comprendre les difficultés et obstacles propres à chaque fonction et à identifier des améliorations possibles des processus. On atténuerait peut-être également le réflexe «nous et eux» qui subsiste après une fusion. Des équipes de travail autonomes, dont les superviseurs deviennent simplement des coordonnateurs, peuvent aussi être plus efficaces pour l organisation et la surveillance du travail, dans le cadre d une stratégie axée sur une participation active. Impliquer le syndicat La stratégie adoptée par Aeroplan pour la gestion de sa maind œuvre consiste notamment à mettre l accent sur la participation des employés et à prendre leur opinion en considération pour les décisions d affaires. Cependant, on ne mentionne pas la participation du syndicat, qui représente l essentiel du personnel. Les syndicats se méfient souvent des stratégies de participation des employés et les voient comme des tentatives d accroître la charge de travail et de contourner le syndicat en offrant aux employés une tribune dans leur milieu de travail. La meilleure façon de s assurer qu Aeroplan tire profit de la participation des employés est d obtenir l approbation du syndicat TCA, car son appui est essentiel à la réussite. En demandant l opinion du syndicat lors de la conception et de la mise en œuvre des initiatives de participation des employés, on créera et on maintiendra une bonne relation de travail avec ce dernier. Le syndicat peut aussi s avérer une excellente ressource et fournir une information précieuse sur ce qui importe pour les employés. Il peut également être un moyen de communication efficace entre les employés et l entreprise, en informant la direction des préoccupations avant que celles-ci ne deviennent des problèmes sérieux. e f f e c t i f Septembre / Octobre

8 Miser sur la fierté des employés Il faut reconnaître que le travail des employés de centre d appel peut être épuisant, répétitif et irritant. Les répondants au sondage ont indiqué qu ils ne prennent pas réellement plaisir à effectuer leurs tâches. Si ce n est d offrir aux employés une plus grande autonomie quant à la façon dont ils répondent aux appels des clients, il y a peu de mesures qui permettraient d enrichir leurs fonctions et de favoriser ainsi une plus grande motivation intrinsèque. En outre, il y a vraisemblablement peu d occasions de promotion au sein du centre d appel lui-même, comme le révèlent les préoccupations exprimées dans le sondage sur les perspectives de carrière chez Aeroplan. L entreprise doit donc se concentrer sur des mesures propres à favoriser une motivation intrinsèque en misant sur la fierté des employés. Les initiatives de responsabilité sociale des entreprises sont des outils efficaces pour améliorer la réputation d un employeur et, de là, sa capacité d attirer et de conserver d excellents employés, en particulier ceux de la génération Y qui veulent contribuer à la société par leur travail. Les résultats du sondage montrent que les employés d Aeroplan accordent une grande importance à la responsabilité sociale de l entreprise ; cela concorde avec la mission d Aeroplan qui consiste à avoir un impact significatif sur les communautés qu elle côtoie. Il n est pas nécessaire que ces initiatives soient coûteuses et elles devraient être intégrées aux pratiques commerciales et de gestion des ressources humaines pour être considérées comme sincères. Par exemple, Aeroplan pourrait offrir à des groupes d employés plusieurs heures rémunérées par mois pour accomplir du travail bénévole. Plus précisément, en regroupant du personnel administratif et des agents de centre d appel, on favoriserait le travail d équipe et on éliminerait les distinctions artificielles entre les groupes. En incitant les employés à travailler avec leurs collègues à l extérieur du lieu de travail, on encourage l innovation et le partage des connaissances. L entreprise pourrait peut-être aussi faire réaliser un audit de l effet sur l environnement de ses produits et services, et de ses partenaires à l échelle mondiale. En étant perçue comme une entreprise respectueuse de l environnement, Aeroplan influencera peut-être la tendance des employés à recommander ses produits et services à leurs amis et aux membres de leur famille. En intégrant les mesures et buts environnementaux aux incitatifs axés sur le groupe, Aeroplan offrirait aux employés des occasions intéressantes de rendre le milieu de travail plus écologique. L entreprise pourrait demander directement aux employés quels types d initiatives en matière de responsabilité sociale ils jugent importants et comment elle pourrait les intégrer aux processus de travail actuels, ce qui concorderait également avec les valeurs actuelles de l organisation et sa stratégie axée sur une participation active. En mettant l accent sur la fierté des employés et l identification à des valeurs, on encourage la motivation intrinsèque et on accroît le plaisir de travailler. Récompenser les employés Les employés ont indiqué qu ils n ont pas l impression de recevoir de forme de reconnaissance, autre que leur rémunération, pour leur apport et leurs réalisations. La responsabilité sociale des entreprises est liée aux initiatives environnementales et sociales au sein de la collectivité, mais elle consiste aussi à investir durablement dans son personnel. Puisque Aeroplan est une entreprise de fidélisation, récompenser ses employés loyaux serait en accord avec sa mission. Par exemple, ceux qui atteignent certaines étapes d ancienneté ou qui offrent un service à la clientèle hors pair pourraient recevoir des milles Aeroplan gratuits. Il serait judicieux de récompenser les groupes plutôt que les personnes, ce qui favoriserait davantage une culture axée sur la collaboration. En conclusion Aeroplan devrait s assurer qu elle communique les résultats du sondage sur l engagement à tous les employés, faire preuve de transparence au sujet de ses plans quant à la façon de traiter les préoccupations soulevées et présenter un plan d action avec un échéancier réaliste en continuant à rendre des comptes. Ces recommandations peuvent nécessiter une nouvelle déclaration d engagement de la part de la direction à l égard d une participation active ainsi qu un réexamen des politiques et pratiques de gestion des ressources humaines en vue d assurer leur harmonisation avec la stratégie. Si les employés ont, en dernier ressort, l impression que ce que l entreprise dit concorde avec ce qu elle fait et que ses valeurs correspondent aux leurs, Aeroplan se rapprochera de son but, à savoir devenir l un des meilleurs employeurs au Canada. À tout le moins, il en résultera un personnel plus motivé et engagé. Pour obtenir plus d information sur le tournoi Excalibur, visitez le site Internet organisé par : commandité par : 4 6 e f f e c t i f Septembre / Octobre 2011

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010

Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Politique municipale sur l accueil, l intégration et la rétention des personnes immigrantes Juin 2010 Commissariat aux relations internationales et à l immigration Table des matières Page Déclaration d

Plus en détail

Pourquoi investir dans la formation? Autodiagnostic. Gérer vous-même la formation de votre main-d œuvre

Pourquoi investir dans la formation? Autodiagnostic. Gérer vous-même la formation de votre main-d œuvre Pourquoi investir dans la formation? Autodiagnostic Gérer vous-même la formation de votre main-d œuvre Développer les compétences de votre main-d œuvre avec l aide d Emploi-Québec LA FORMATION FAIT DÉJÀ

Plus en détail

Le leader d Ingénieurs Canada

Le leader d Ingénieurs Canada Le leader d Ingénieurs Canada Sommaire Ingénieurs Canada existe pour fournir du soutien et du leadership à l échelle nationale au nom des organismes de réglementation du génie, afin de promouvoir et de

Plus en détail

BILAN DE L ANNÉE 2010-2011

BILAN DE L ANNÉE 2010-2011 BILAN DE L ANNÉE 2010-2011 Table des matières Grandes lignes... 1 Revue des activités... 2 Énergie... 4 Transport... 4 Mobilité de la main-d œuvre... 4 Collaboration intergouvernementale... 4 La voie à

Plus en détail

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire -

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Juin 2009 1 Objectifs Réalisée par CROP pour le compte de l Association québécoise d établissements

Plus en détail

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH

RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH RÉSUMÉ DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION ÉVALUATION DES PRIX ET DES BOURSES SPÉCIALES DU CRSH Juillet 2012 Contexte Les prix et les bourses spéciales du Conseil de recherches en sciences humaines (CRSH) forment

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

Énoncé de valeurs éthiques

Énoncé de valeurs éthiques Énoncé de valeurs éthiques Tel qu adopté par le conseil d administration le 5 octobre 2011 Membres de l Association des écoles supérieures d art de Montréal Centre NAD Conservatoire de musique de Montréal

Plus en détail

UN SERVICE À VOTRE IMAGE

UN SERVICE À VOTRE IMAGE UN SERVICE À VOTRE IMAGE Un service Un service de de Mutuelles qui qui inspire inspire la fierté! la fierté! Depuis 2012, Depuis l AQEI 2012, offre l AQEI un offre outil un sur outil mesure à mesure ses

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents?

Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents? > pour un meilleur rendement des organisations et des personnes Vos stratégies d attraction et de rétention vous permettent-elles d attirer et de fidéliser les meilleurs talents? L optimisation du capital

Plus en détail

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine

Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Succès d une entreprise étrangère dans la pénétration du secteur financier en Amérique Latine Coface - Natixis a décidé d internationaliser son activité d assurance crédit en Amérique Latine en 1997. Le

Plus en détail

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Natalie Rinfret, Ph.D. Colloque de l Association des directeurs généraux des services

Plus en détail

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie

La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie La fidélisation des employés : un remède efficace face à la pénurie Par Serge Lamarche, vice-président, Service à la clientèle, ADP Canada Dénicher des employés qualifiés dans le secteur du commerce de

Plus en détail

PLAN DE COURS MBA-8C18 Groupe 15. Volet A - Gestion des ressources humaines

PLAN DE COURS MBA-8C18 Groupe 15. Volet A - Gestion des ressources humaines Département d organisation et ressources humaines École des sciences de la gestion Université du Québec à Montréal «Créer de la valeur exige audace et engagement» PLAN DE COURS MBA-8C18 Groupe 15 Volet

Plus en détail

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL

GROUPE TMX LIMITÉE. (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL 1. Généralités GROUPE TMX LIMITÉE (anciennement la Corporation d Acquisition Groupe Maple) (la «société») MANDAT DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité

Plus en détail

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales

Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Processus officiel relatif aux Normes de pratique actuarielles internationales Introduction Une norme de pratique est une instruction sur le comportement attendu de l actuaire évoluant dans un contexte

Plus en détail

2.1. AVANT LA FORMATION 2.1.1. ANALYSER COLLECTIVEMENT LE BESOIN

2.1. AVANT LA FORMATION 2.1.1. ANALYSER COLLECTIVEMENT LE BESOIN AVANT LA FORMATION 2.1. AVANT LA FORMATION L avant-formation est l étape initiale du processus de formation et son importance est cruciale pour la réussite du programme. C est en effet lors de ce moment

Plus en détail

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc.

M. Serge Bertrand, CRHA Président, Le Groupe Performa inc. GESTION DES RESSOURCES HUMAINES 1. Gestion opérationnelles des RH 2. Audits GHR 3. Recrutement et dotation 4. Évaluation psychométrique 5. Consolidation et coaching 6. Transition de carrière 1. COMMENT

Plus en détail

Politique de développement et de gestion des ressources humaines

Politique de développement et de gestion des ressources humaines RÈGLEMENT N 3 Politique de développement et de gestion des ressources humaines Adopté par le Conseil d administration Le 26 mars 1996 - Résolution n o 1931 Table des matières I. Préambule... 3 II. Objectifs

Plus en détail

Quelques conseils pour le choix des indicateurs

Quelques conseils pour le choix des indicateurs IDENTIFIER LES INDICATEURS ET LES CIBLES Pourquoi se doter d indicateurs de suivi Étant donné l aspect dynamique du contexte dans lequel s inscrit votre projet, il est important de mesurer de façon continue

Plus en détail

La gestion de la performance. au cœur de la réussite. Présentation générale

La gestion de la performance. au cœur de la réussite. Présentation générale La gestion de la performance au cœur de la réussite. Présentation générale La gestion de la performance au cœur de la réussite. Au sein de Watson, nous savons que la réussite mondiale de notre entreprise

Plus en détail

AVIS. Présenté par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain

AVIS. Présenté par la Chambre de commerce du Montréal métropolitain AVIS DEMANDE LIÉE À L ACQUISITION PROJETÉE PAR LA CORPORATION D ACQUISITION GROUPE MAPLE DU GROUPE TMX INC., D ALPHA TRADING SYSTEMS LIMITED PARTNERSHIP, D ALPHA TRADING SYSTEMS INC. ET DE LA CAISSE CANADIENNE

Plus en détail

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation

L évaluation au CRDI. Version de juillet 2013. Division de la stratégie générale et de l évaluation L évaluation au CRDI Version de juillet 2013 Division de la stratégie générale et de l évaluation La démarche du CRDI en matière d évaluation Le CRDI appuie le recours à la recherche, par les pays en développement,

Plus en détail

Plan d action de développement durable 2012-2015

Plan d action de développement durable 2012-2015 Plan d action de développement durable 2012-2015 1 contexte Avec l adoption de sa Politique de développement durable par le Conseil d administration le 15 mai 2008, l École de technologie supérieure (ÉTS)

Plus en détail

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015

Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Comité permanent des finances de la Chambre des communes Consultations prébudgétaires de 2015 Mémoire de l'alliance canadienne des associations étudiantes Résumé Depuis 2008, le gouvernement du Canada

Plus en détail

Tableau synoptique du chapitre 7

Tableau synoptique du chapitre 7 Tableau synoptique du chapitre 7 Le rôle du superviseur dans le processus de rémunération Le superviseur peut être appelé à : participer à l évaluation des postes de ses employés. prendre des décisions

Plus en détail

Préambule... 3. Attentes exprimées à l égard de la fusion... 4. Mission... 5. Vision et engagements... 6. Valeurs organisationnelles...

Préambule... 3. Attentes exprimées à l égard de la fusion... 4. Mission... 5. Vision et engagements... 6. Valeurs organisationnelles... POSITIONNEMENT STRATÉGIQUE 2010-2015 TABLE DES MATIÈRES Préambule... 3 Attentes exprimées à l égard de la fusion... 4 Mission... 5 Vision et engagements... 6 Valeurs organisationnelles... 7 Principes de

Plus en détail

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION

SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION SOMMAIRE DE LA RÉPONSE DE LA DIRECTION Rapport d évaluation final de l Initiative de la nouvelle économie (INÉ) Date : le 17 mars 2010 Programme de l INÉ : contexte Dans le cadre du plan du gouvernement

Plus en détail

Politique de gestion intégrée des risques

Politique de gestion intégrée des risques 5, Place Ville Marie, bureau 800, Montréal (Québec) H3B 2G2 T. 514 288.3256 1 800 363.4688 Téléc. 514 843.8375 www.cpaquebec.ca Politique de gestion intégrée des risques Émise par la Direction, Gestion

Plus en détail

SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI

SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI SUBvENTION CANADIENNE LA NOUVELLE POUR L EMPLOI LE PLAN D ACTION ÉCONOMIQUE DE 2013 Le Plan d action économique de 2013 représente le prochain volet du plan à long terme du gouvernement pour renforcer

Plus en détail

Portrait de la rémunération globale

Portrait de la rémunération globale CHAPITRE 1 Portrait de la rémunération globale pendant longtemps, on a surtout considéré les programmes de rémunération comme un mal nécessaire pour attirer des employés compétents et les fidéliser. Pour

Plus en détail

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère

La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère La Gestion des talents entre dans une nouvelle ère Tom Pfeiffer Partner Audit Deloitte Sacha Thill Senior Consultant Operations Excellence & Human Capital Deloitte Soucieuses du bien-être et du développement

Plus en détail

RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE

RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE RAFFINEZ VOTRE STRATÉGIE DE PLACEMENT, SIMPLIFIEZ VOTRE VIE Un seul investissement, tout le raffinement que vous recherchez Vous menez une vie active, riche de projets que vous souhaitez réaliser. Vous

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

EMPLOYEUR. Vous êtes un employeur et aimeriez faire reconnaitre les compétences d un ou de plusieurs de vos employés?

EMPLOYEUR. Vous êtes un employeur et aimeriez faire reconnaitre les compétences d un ou de plusieurs de vos employés? La reconnaissance des compétences en milieu de travail est un processus officiel de l industrie par lequel on identifie, évalue et confirme les compétences acquises à travers l expérience professionnelle

Plus en détail

Tableau synoptique du chapitre 4

Tableau synoptique du chapitre 4 Tableau synoptique du chapitre 4 Les objectifs du processus d évaluation du rendement des employés L évaluation du rendement doit principalement servir à améliorer la qualité du travail de l employé et

Plus en détail

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE

SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE Description de programme PROMOUVOIR L AUTONOMIE ÉCONOMIQUE SUR LE PLAN COMMUNAUTAIRE 1125, promenade Colonel By, Ottawa (Ontario) K1S 5B6 Tél. : (613) 520-2600, poste1588 Téléc. : (613) 529-3561 Courriel

Plus en détail

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La gestion de la santé et de la sécurité du travail doit faire partie intégrante des activités quotidiennes d un établissement.

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES Table des matières CONTEXTE...5 OBJET...7 CHAMP D APPLICATION...7 PRINCIPES GÉNÉRAUX ET VALEURS...7 OBJECTIFS GÉNÉRAUX...8 OBJECTIFS PARTICULIERS...8 DISPOSITIONS

Plus en détail

Assemblées des États membres de l OMPI

Assemblées des États membres de l OMPI F A/55/INF/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 4 AOÛT 2015 Assemblées des États membres de l OMPI Cinquante-cinquième série de réunions Genève, 5 14 octobre 2015 STRATÉGIE DE GESTION DES CONNAISSANCES DE L ORGANISATION

Plus en détail

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP)

Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) F CDIP/14/5 ORIGINAL : ANGLAIS DATE : 8 SEPTEMBRE 2014 Comité du développement et de la propriété intellectuelle (CDIP) Quatorzième session Genève, 10 14 novembre 2014 RÉSUMÉ DU RAPPORT D ÉVALUATION DU

Plus en détail

Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec

Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec Recruter et sélectionner son personnel avec Emploi-Québec Coordination Direction des mesures et services aux entreprises et du placement Ministère de l Emploi et de la Solidarité sociale Rédaction Direction

Plus en détail

Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille 2015

Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille 2015 Appel de demandes de subventions communautaires pour services à la famille Introduction Autism Speaks Canada est fière de verser une aide financière aux fournisseurs de services de différentes régions

Plus en détail

Littératie financière : un investissement dans l avenir

Littératie financière : un investissement dans l avenir Littératie financière : un investissement dans l avenir Allocution de Terry Campbell Président Association des banquiers canadiens Prononcée devant La Conférence de Montréal Le 12 juin 2012 Montréal SEUL

Plus en détail

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE PENSÉE ET VISION STRATÉGIQUE Avoir une perspective globale des enjeux actuels et futurs du client ainsi que de définir des orientations visant

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DUPERSONNEL DE SOUTIEN (PO 13) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL

Plus en détail

Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec

Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec Rapport pour Syndicat des professionnelles et professionnels du gouvernement du Québec Programme de bourses Fonds commémoratif Louise-Montpetit-Morisseau Développement et validation de l échelle de mesure

Plus en détail

Guide pour la production du plan d action annuel à l égard. handicapées

Guide pour la production du plan d action annuel à l égard. handicapées Guide pour la production du plan d action annuel à l égard des personnes handicapées à l intention des ministères, des organismes publics et des municipalités Document synthèse Édition 2011 RÉDACTION Mike

Plus en détail

OUTIL DE PLANIFICATION DE L ÉVALUATION DU MAINTIEN DE L ÉQUITÉ SALARIALE

OUTIL DE PLANIFICATION DE L ÉVALUATION DU MAINTIEN DE L ÉQUITÉ SALARIALE OUTIL DE PLANIFICATION DE L ÉVALUATION DU MAINTIEN DE L ÉQUITÉ SALARIALE 2014-2015 FAITES VOTRE BILAN Cet outil vise à faciliter la planification de l évaluation du maintien de l équité salariale, selon

Plus en détail

La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées?

La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées? La planification des RH et la dotation en personnel : comment sont-elles reliées? Contexte Nous entendons dire : «La planification des RH constitue le fondement de la dotation en personnel sous la nouvelle

Plus en détail

Observations aux fins du budget fédéral 2015

Observations aux fins du budget fédéral 2015 Le 6 août 2014 Comité permanent des finances de la Chambre des communes finapbc-cpb@parl.gc.ca Observations aux fins du budget fédéral 2015 Résumé Nous vous remercions de nous permettre de vous faire connaître

Plus en détail

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot

Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Postes Canada : Étude de cas de Home Depot Les partenariats de marketing contribuent à augmenter les taux de conversion de ventes La campagne de services à domicile de Home Depot donne des résultats remarquables

Plus en détail

Découvrez l avantage Raymond James

Découvrez l avantage Raymond James Découvrez l avantage Raymond James En choisissant Raymond James, vous obtenez davantage que des services d un conseiller financier d expérience. Son but : répondre à vos besoins. Vous bénéficiez aussi

Plus en détail

PLAN DE COURS MBA-8418A-19. Gestion des ressources humaines

PLAN DE COURS MBA-8418A-19. Gestion des ressources humaines Département d organisation et ressources humaines École des sciences de la gestion Université du Québec à Montréal «Créer de la valeur exige audace et engagement» PLAN DE COURS MBA-8418A-19 Gestion des

Plus en détail

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE

MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE MODÈLE POUR L ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE GLOBALE D ENTREPRISE Direction du développement des entreprises et des affaires Préparé par Michel Coutu, F.Adm.A., CMC Conseiller en gestion Direction de la gestion

Plus en détail

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE

GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Nom : Date : GESTION PERSONNELLE NIVEAU TROIS ÉCOLE SECONDAIRE Compétence 1 : Bâtir et maintenir une image de soi positive Niveau trois : Développer des habiletés afin de maintenir une image de soi positive

Plus en détail

«Pour une mobilisation durable : Visez l engagement»

«Pour une mobilisation durable : Visez l engagement» «Pour une mobilisation durable : Visez l engagement» Louis Fortin, MBA Président Actualisation IDH Le 23 avril 2014 Contenu de la présentation 1 L engagement en chiffre 4 Un leader mobilisateur 2 Les piliers

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES CHARTE DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT Le Comité de gestion des risques (le «Comité») du Conseil d administration (le «Conseil») a pour mandat d assister le Conseil de la Société canadienne d hypothèques

Plus en détail

Accès au financement

Accès au financement Accès au financement Objectif de cette enquête L accès au financement est d une importance cruciale pour la réussite d une entreprise et un facteur important de la croissance économique en Europe suite

Plus en détail

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis

Axes prioritaires d interventions économiques de la. Chambre de commerce de Lévis 1 Axes prioritaires d interventions économiques de la Chambre de commerce de Lévis Préambule Regroupant près de 140 000 habitants et plus de 65 000 travailleurs, le territoire de la Ville de Lévis profite

Plus en détail

PLAN D ACTION 2013-2015 DE L AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE MONTRÉAL À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES

PLAN D ACTION 2013-2015 DE L AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE MONTRÉAL À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES PLAN D ACTION 2013-2015 DE L AGENCE DE LA SANTÉ ET DES SERVICES SOCIAUX DE MONTRÉAL À L ÉGARD DES PERSONNES HANDICAPÉES Période du 1 er avril 2013 au 31 mars 2015 PLAN D ACTION 2013-2015 DE L AGENCE DE

Plus en détail

Objet : Mise en œuvre du plan d efficience de TransÉnergie. Établir une démarche d efficience de votre organisation structurée;

Objet : Mise en œuvre du plan d efficience de TransÉnergie. Établir une démarche d efficience de votre organisation structurée; Rapport d étape HYDRO-QUÉBEC MISE EN ŒUVRE DU PLAN D EFFICIENCE DE TRANSÉNERGIE Raymond Chabot Grant Thornton & Cie Conseillers en administration Société en nom collectif Le 29 juin 2007 Monsieur Pierre

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI)

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI) COMMUNIQUÉ 14-COM-002 14 juillet 2014 Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI) L Association des superviseurs prudentiels des caisses (ASPC) a créé un groupe

Plus en détail

Questionnaire de sondage: de la communication interne dans l organisation

Questionnaire de sondage: de la communication interne dans l organisation Cours 7 Audit : Exemple de questionnaire Questionnaire de sondage: de la communication interne dans 1. Votre organisation s est-elle dotée officiellement d une stratégie, d un programme ou d une politique

Plus en détail

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de

ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de ATELIER DE LANCEMENT DES TRAVAUX POUR LA POURSUITE DE LA MISE EN ŒUVRE DU PLAN STRATEGIQUE ------------------ Allocution de Monsieur le Président de la Commission de l UEMOA Ouagadougou, 05 Mars 2015 1

Plus en détail

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document :

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document : Cahier de gestion TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES CODE : Nature du document : Règlement X Politique Directive administrative Procédure Date d adoption : Le 13 juin 2007 X C.A. C.E.

Plus en détail

Plan stratégique 2012-2015 Vérificateur général du Québec

Plan stratégique 2012-2015 Vérificateur général du Québec Plan stratégique 2012-2015 Vérificateur général du Québec Au service de l Assemblée nationale pour une saine gestion des fonds publics, dans la perspective d un développement durable Photo de la page couverture

Plus en détail

CHOISIR POUR L AVENIR

CHOISIR POUR L AVENIR CHOISIR POUR L AVENIR La politique de développement durable de la Société du parc Jean Drapeau présentée par la Direction des Affaires publiques et du développement durable Mars 2009 CHOISIR POUR L AVENIR

Plus en détail

Plan d action DE développement durable 2014-2015. de l Administration portuaire de Québec

Plan d action DE développement durable 2014-2015. de l Administration portuaire de Québec Plan d action DE développement durable 2014-2015 de l Administration portuaire de Québec 1 Plan d action DE développement durable 2014-2015 L Administration portuaire de Québec (APQ) publie son premier

Plus en détail

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES EMPRUNTEURS HYPOTHÉCAIRES

Plus en détail

Rapport de vérification interne. Cadre de gestion et de contrôle des demandes d agrément. de la Division des régimes de retraite privés

Rapport de vérification interne. Cadre de gestion et de contrôle des demandes d agrément. de la Division des régimes de retraite privés Rapport de vérification interne du Cadre de gestion et de contrôle des demandes d agrément de la Division des régimes de retraite privés du Bureau du surintendant des institutions financières Novembre

Plus en détail

Plan stratégique 2004-2007

Plan stratégique 2004-2007 Plan stratégique 2004-2007 Mot du directeur général Au cours des dernières années, plusieurs travaux importants et consultations tant à l interne qu à l externe ont conduit le Collège à l adoption de nombreux

Plus en détail

Excellent service, soins prodigués avec compassion

Excellent service, soins prodigués avec compassion Centre d accès aux soins communautaires du Centre Plan stratégique (2014-2017) Sommaire Excellent service, soins prodigués avec compassion EXCELLENT SERVICE, SOINS PRODIGUÉS AVEC COMPASSION Le Plan stratégique

Plus en détail

POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec

POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE du Regroupement québécois de la danse pour le secteur de la danse professionnelle au Québec 1. PRÉSENTATION DE LA POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE En avril 2005, le Regroupement

Plus en détail

Options de transformation de votre régime de retraite à prestations déterminées

Options de transformation de votre régime de retraite à prestations déterminées Options de transformation de votre régime de retraite à prestations déterminées SOLUTIONS EFFICACES POUR RÉPONDRE AUX BESOINS ACTUELS ET FUTURS DE VOTRE ENTREPRISE ET DE VOTRE PERSONNEL Répondre aux besoins

Plus en détail

PLAN D ACTION MINISTÉRIEL POUR L ANALYSE COMPARATIVE ENTRE LES SEXES

PLAN D ACTION MINISTÉRIEL POUR L ANALYSE COMPARATIVE ENTRE LES SEXES PLAN D ACTION MINISTÉRIEL POUR L ANALYSE COMPARATIVE ENTRE LES SEXES EN RÉPONSE AUX CONCLUSIONS ET RECOMMANDATIONS CONTENUES DANS LE CHAPITRE 1 «L ANALYSE COMPARATIVE ENTRE LES SEXES» DU RAPPORT DU PRINTEMPS

Plus en détail

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ 2015 ENQUÊTE AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ La clé qui ouvre de nouvelles portes AU CŒUR DE L HABITATION ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ ENQUÊTE 2015 AUPRÈS DES ACCÉDANTS À LA PROPRIÉTÉ

Plus en détail

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION

2.3. APRÈS LA FORMATION 2.3.1. FAVORISER LES OPPORTUNITÉS D APPLICATION APRÈS LA FORMATION 2.3. APRÈS LA FORMATION Lorsque la formation est terminée, l organisation doit finalement s assurer que l apprenant puisse utiliser de manière concrète les nouveaux apprentissages. Cette

Plus en détail

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU

OUTIL D AUTOÉVALUATION DU Institut de leadership en éducation OUTIL D AUTOÉVALUATION DU L EADERSHIP Instructions Ministère de l Éducation INSTRUCTIONS ET RECOMMANDATIONS POUR L UTILISATION EFFICACE DE L OUTIL Les recherches montrent

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 56 e réunion Distr. : restreinte 12 février 2013 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

Là où les produits promotionnels et le marketing se rencontrent

Là où les produits promotionnels et le marketing se rencontrent Là où les produits promotionnels et le marketing se rencontrent QUI NOUS SOMMES CE QUE NOUS FAISONS CE QUI NOUS REND DIFFÉRENTS Nous sommes des entreprises primées de partout au Canada qui se sont regroupées

Plus en détail

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca

www.marquecanadabrand.agr.gc.ca www.mangezcanadien.ca La recherche antérieure a montré que la majorité des consommateurs canadiens affichent une préférence marquée pour l achat de produits alimentaires canadiens par rapport aux produits d importation. Est-ce

Plus en détail

LOI SUR L ACCESSIBILITÉ POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES DE L ONTARIO (LAPHO) - 2005. Ricoh Canada NORMES D ACCESSIBILITÉ INTÉGRÉES Plan pluriannuel

LOI SUR L ACCESSIBILITÉ POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES DE L ONTARIO (LAPHO) - 2005. Ricoh Canada NORMES D ACCESSIBILITÉ INTÉGRÉES Plan pluriannuel LOI SUR L ACCESSIBILITÉ POUR LES PERSONNES HANDICAPÉES DE L ONTARIO (LAPHO) - 2005 Ricoh Canada NORMES D ACCESSIBILITÉ INTÉGRÉES Plan pluriannuel Partie I DISPOSITIONS GÉNÉRALES Section Initiative Description

Plus en détail

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008

ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 Construire un avenir brillant ÉNERGISER L AVENIR Étude d information sur le marché du travail 2008 www.avenirbrillant.ca Financé par le gouvernement du Canada par l entremise du Programme des conseils

Plus en détail

Comment tirer avantage des médias sociaux dans votre entreprise?

Comment tirer avantage des médias sociaux dans votre entreprise? De simple divertissement à instrument polyvalent Comment tirer avantage des médias sociaux dans votre entreprise? SOMMAIRE 2 De simple divertissement à instrument polyvalent 2 Dix astuces pour que votre

Plus en détail

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité

Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Fiche Contenu 18-1 : Exigences organisationnelles pour un système de gestion de la qualité Définition Le terme organisation dans le contexte d un modèle de gestion de la qualité est utilisé pour indiquer

Plus en détail

La réalisation de projets entrepreneuriaux en milieu scolaire : un outil pour la réussite des jeunes

La réalisation de projets entrepreneuriaux en milieu scolaire : un outil pour la réussite des jeunes La réalisation de projets entrepreneuriaux en milieu scolaire : un outil pour la réussite des jeunes ATELIER : Motiver et engager les jeunes dans leur parcours Présenté par : Éric Darveau, Directeur général

Plus en détail

Vision commune pour le développement économique d Ottawa Ville d Ottawa et Administration de l aéroport international Macdonald-Cartier d Ottawa

Vision commune pour le développement économique d Ottawa Ville d Ottawa et Administration de l aéroport international Macdonald-Cartier d Ottawa 71 1. Contexte et objectif a. Contexte Il est largement reconnu que les aéroports commerciaux contribuent au développement économique de la région où ils sont situés, et ce, de plusieurs manières : ils

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION DIAGNOCURE INC. (la «Société») MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION (le «Conseil») Le rôle du Conseil consiste à superviser la gestion des affaires et les activités commerciales de la Société afin d en assurer

Plus en détail

Solutions d implantation Norme Entreprise en Santé

Solutions d implantation Norme Entreprise en Santé Solutions d implantation Norme Entreprise en Santé TABLE DES MATIÈRES PORTRAIT DE L ENTREPRISE 1 PREMIÈRE «ENTREPRISE EN SANTÉ ÉLITE»! 2 PRIX ET DISTINCTIONS 4 AVANTAGES DE LA NORME 5 SOLUTIONS D IMPLANTATION

Plus en détail

Dialogue sur le financement

Dialogue sur le financement CONSEIL EXÉCUTIF EB137/3 Cent trente-septième session 20 mai 2015 Point 5 de l ordre du jour provisoire Dialogue sur le financement Rapport du Secrétariat INTRODUCTION 1. Par la décision WHA66(8), l Assemblée

Plus en détail

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE

POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE POLITIQUE DE DÉVELOPPEMENT DURABLE Adoptée par le Conseil d administration le 15 mai 2008 par sa résolution CA-265-2647, mise à jour le 15 novembre 2012 par la résolution CA-301-3112 1. PRÉAMBULE Alors

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL REVISION DU CHAPITRE 5 DU GUIDE D ÉLABORATION D UN PROGRAMME D ACCÈS À L ÉGALITÉ COMMISSION DES DROITS DE LA PERSONNE

DOCUMENT DE TRAVAIL REVISION DU CHAPITRE 5 DU GUIDE D ÉLABORATION D UN PROGRAMME D ACCÈS À L ÉGALITÉ COMMISSION DES DROITS DE LA PERSONNE DOCUMENT DE TRAVAIL REVISION DU CHAPITRE 5 DU GUIDE D ÉLABORATION D UN PROGRAMME D ACCÈS À L ÉGALITÉ COMMISSION DES DROITS DE LA PERSONNE ET DES DROITS DE LA JEUNESSE (CDPDJ) OCTOBRE 2005 LLee ppr réésseennt

Plus en détail

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016

RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 RCDR PLAN STRATÉGIQUE 2013-2016 MISSION Le Réseau canadien de documentation pour la recherche (RCDR) est un partenariat d universités canadiennes qui se consacre à étendre l accès au contenu numérique

Plus en détail

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9

Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) ISBN 0-7711-3999-9 Données de catalogage avant publication (Éducation, Citoyenneté et Jeunesse Manitoba) 371.9 Un travail collectif : Renseignements aux parents d élèves ayant des besoins spéciaux ISBN 0-7711-3999-9 1. Éducation

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises

Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises Adéquation entre formation et emploi : le rôle des universités québécoises 27 mai 2011 CREPUQ ADÉQUATION ENTRE FORMATION ET EMPLOI : LE RÔLE DES UNIVERSITÉS QUÉBÉCOISES TABLE DES MATIÈRES Introduction...

Plus en détail

Commentaires de la Banque Nationale

Commentaires de la Banque Nationale Commentaires de la Banque Nationale Livre blanc de l OCRCVM Modifications apportées aux règles concernant l obligation de mise à niveau des compétences et le versement direct de commissions Le 29 avril

Plus en détail