Tableau synoptique du chapitre 5

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Tableau synoptique du chapitre 5"

Transcription

1 Tableau synoptique du chapitre 5 La définition de l employé mobilisé Un employé mobilisé est celui qui fait preuve d un engagement professionnel, stratégique et collectif. Les quatre leviers de la mobilisation du personnel Une entreprise qui a recours à une gestion mobilisatrice est une entreprise qui partage avec ses employés l information, le pouvoir et la connaissance, et qui reconnaît la qualité de leur travail en basant son système de récompenses sur leurs compétences et leur mérite. Quelques précisions concernant les quatre leviers de la mobilisation du personnel Pour optimiser les effets positifs de la gestion mobilisatrice, l entreprise doit absolument mettre en place les quatre leviers de la mobilisation simultanément. La culture organisationnelle et la philosophie de gestion de certaines entreprises ne permettent pas toujours l implantation des quatre leviers de la mobilisation. Pour réussir l implantation d une gestion mobilisatrice, il faut s assurer que les changements qui en découleront sont désirés par tous et que tous y participent. Les quatre leviers de la mobilisation semblent donner des résultats positifs. Cependant, il ressort que les récompenses intrinsèques sont plus efficaces et ont des effets à plus long terme sur la mobilisation que les récompenses extrinsèques. Les causes de la mobilisation les plus souvent mentionnées par les employés sont les suivantes : la participation au processus de décision, la reconnaissance intrinsèque, les responsabilités et l autonomie dans le travail, la confiance dans les gestionnaires et le travail porteur de sens. Les causes de la démobilisation les plus souvent mentionnées par les employés sont les suivantes : le manque de soutien de l équipe de travail et du superviseur, le manque de confiance envers les gestionnaires, le manque de vision des gestionnaires, le manque de communication, de transparence et de reconnaissance du superviseur et des gestionnaires, l obsession du contrôle par le superviseur, le favoritisme et les passe-droits. La relation entre la mobilisation et la motivation du personnel En ayant recours à une gestion mobilisatrice, l entreprise cherche à canaliser la motivation de ses employés vers la réalisation d objectifs organisationnels. 1

2 Tableau synoptique du chapitre 5 (suite) Quelques précisions concernant la relation entre la mobilisation et la motivation du personnel Un employé motivé ne fait pas automatiquement preuve d un engagement émotif par rapport à son poste, à l entreprise et à son équipe de travail. Les raisons qui mobilisent et motivent les employés aujourd hui ne seront pas nécessairement les mêmes demain. Les employés réagissent différemment à une insatisfaction au travail. De façon générale, on observe quatre comportements caractérisant un employé insatisfait. Il peut fuir la source d insatisfaction, exprimer son mécontentement, négliger son travail ou attendre passivement que sa situation s améliore. Un employé satisfait n est pas nécessairement un employé performant, car la satisfaction au travail est la conséquence et non pas la cause du rendement. Les pratiques de gestion mobilisatrices Les pratiques de gestion les plus couramment utilisées visent la modification de la nature de la tâche et du style de supervision. La modification de la nature de la tâche se traduit : par l enrichissement de la tâche : l employé accomplit des tâches de planification, d exécution et de contrôle de la qualité de son travail ; par le recours au travail d équipe (l enrichissement collectif des tâches) : le superviseur permet les rapports entre les postes de travail afin que s établisse un réseau d appui entre les employés et que se crée un collectif de travail. La modification du style de supervision fait du superviseur un héros que ses employés peuvent questionner et qui exerce un style de leadership démocratique. Il cumule les qualités de l artiste, de l artisan et du technocrate : c est un visionnaire qui inspire ses employés par son audace et son imagination ; il connaît son métier ; il a l esprit d équipe ; il possède le sens des responsabilités, il est réaliste et digne de confiance ; il a une pensée structurée et rationnelle ; il est méthodique, analytique et cérébral. 2

3 TERMES ET CONCEPTS À DÉFINIR Corrigé des exercices liés à la connaissance 1. Engagement professionnel, stratégique et collectif de l employé mobilisé. Engagement professionnel : l employé endosse les objectifs relatifs à son travail et il prend les meilleurs moyens pour les atteindre. Engagement stratégique : l employé fait siens la mission, les valeurs et les objectifs de son service et ceux de l entreprise. Engagement collectif : l employé s identifie à la culture et aux valeurs de son équipe de travail, il ne travaille pas en vase clos, il coopère avec ses collègues et il harmonise son travail avec le leur. 2. Communication ascendante, descendante et horizontale au sein de l entreprise. Communication verticale ascendante : le superviseur établit un réseau de communication formelle qui permet à ses employés de s exprimer sur les politiques et l orientation de l entreprise, sur sa mission, sur les problèmes de travail et sur les façons de les résoudre, etc. Communication verticale descendante : le superviseur communique avec ses employés de façon claire, précise, régulière et franche sur tous les sujets qui concernent leur travail. Communication horizontale : le superviseur établit un réseau de communication entre les membres de son équipe de travail et entre les différentes unités de l entreprise afin de favoriser les relations interpersonnelles, de créer un sentiment d appartenance et, surtout, de permettre le transfert des connaissances. 3. Pouvoir au travail. Le pouvoir au travail concerne essentiellement l appropriation par l employé de son travail. Cette appropriation est possible lorsque ce dernier peut agir sur ses méthodes de travail, sur les activités et sur les résultats de son travail, qu il peut participer au processus d innovation et au processus décisionnel, et qu il peut assumer les conséquences (positives ou négatives) de ses choix. 4. Récompense extrinsèque. Il existe deux types de récompense extrinsèque : la récompense extrinsèque non pécuniaire, qui se traduit par des signes d appréciation du superviseur et de l entreprise. la récompense extrinsèque pécuniaire, qui se traduit de différentes façons. Généralement, un salaire de base est établi en fonction des exigences de l emploi ou des compétences essentielles requises par l emploi. Ensuite, l augmentation salariale (ou la prime) est accordée à la suite de l acquisition de nouvelles compétences ou en fonction de l utilisation appropriée et efficace des compétences individuelles. 3

4 5. Récompense intrinsèque. La récompense intrinsèque est reliée à la satisfaction personnelle que l employé retire de son travail. 6. Théorie de l équité de la récompense. La récompense est jugée équitable par l employé lorsqu il considère que ce qu il reçoit (la compensation) équivaut à ce qu il apporte à l entreprise (la contribution). 7. Équipe semi-autonome de travail. Les équipes semi-autonomes de travail constituent un enrichissement collectif des tâches, puisque les membres de l équipe ne sont pas assignés à un poste de travail mais plutôt à des tâches collectives de conception, d exécution et d autocontrôle. 8. Leader dans l entreprise moderne. Pour avoir un effet positif sur la mobilisation de ses employés, le superviseur doit agir en leader, c est-àdire comme un héros que ses employés peuvent questionner et qui exerce un style de leadership démocratique. 4

5 QUESTIONS À DÉVELOPPEMENT 1. Décrivez les quatre concepts clés sur lesquels repose l avantage comparatif de l entreprise moderne. La flexibilité, la rétroactivité, l innovation et la qualité. L entreprise doit pouvoir s adapter rapidement aux exigences et aux conditions de son marché (flexibilité), répondre dans les délais les plus courts aux demandes de sa clientèle (rétroactivité), lui offrir un produit comportant de nouvelles caractéristiques qu elle ne peut trouver ailleurs, pour lesquelles elle est prête à payer le prix (innovation), et qui la satisfont au bon moment et au moindre coût (qualité). 2. Décrivez les quatre leviers de la mobilisation du personnel. Information : la mobilisation des employés ne se développe que s il y a partage de l information entre les différents paliers de l entreprise. Pouvoir : le partage du pouvoir a essentiellement pour but de permettre à l employé de s approprier son travail. Connaissance : la connaissance implique que l employé connaît : l ensemble des caractéristiques de son poste de travail. les interactions des différents postes de son service, des différents services et des différents processus de l entreprise. les politiques, les normes et les procédés de travail de l entreprise, surtout ceux associés à la qualité et à l approche client. Le fait pour le superviseur de reconnaître la qualité du travail de ses employés en basant son système de récompenses sur leurs compétences et leur mérite : un employé mobilisé est un employé qui a l assurance qu il sera récompensé à sa juste valeur, et ce, en fonction de ses compétences, de son comportement au travail et de ses résultats de travail. 3. Définissez les théories de la motivation au travail axées sur le contenu ainsi que celles axées sur le processus. Théories de la motivation axées sur le contenu : Théorie des besoins : selon Abraham Maslow (1943), le comportement humain est dicté par la satisfaction de besoins. Ainsi, lorsque l employé a satisfait ses besoins physiologiques, il est motivé à satisfaire ses besoins de sécurité et lorsque ceux-ci sont comblés, il passe alors aux niveaux subséquents, et ainsi de suite. Théorie des caractéristiques de l emploi : selon ce modèle, certaines caractéristiques de l emploi peuvent motiver l employé, alors que d autres empêchent son mécontentement. Frederic Herzberg (1968) a déterminé deux types de facteurs dans l environnement du travail : les facteurs de satisfaction, qui sont reliés au contenu du travail. les facteurs d hygiène, qui sont reliés au contexte du travail. 5

6 Théories de la motivation axées sur le processus : selon ces modèles intégrateurs de nombreuses théories sur les attitudes au travail, la motivation des employés découle d un processus d échange entre l entreprise et son employé. Ainsi, un employé est motivé à fournir un effort lorsqu il est convaincu d être capable de le faire, d être récompensé pour l avoir fait et que cette récompense le satisfait parce qu elle est désirée et qu il la juge équitable. 4. Décrivez les trois principales pratiques de gestion mobilisatrices du personnel. Modification de la nature de la tâche : elle se traduit par l enrichissement de la tâche, où l employé peut prendre des décisions en ce qui concerne le choix de ses méthodes de travail, la planification et l exécution de son travail, et la qualité de son travail. Travail d équipe : le recours au travail d équipe repose sur le principe qu il faut briser l isolement de l employé, car l être humain est un être social qui ressent le besoin de s approprier l environnement dans lequel il évolue et de se reconnaître dans un groupe social. Le superviseur doit donc favoriser les rapports entre les différents postes de travail de son service afin que s établisse un réseau d appui entre les employés et que se crée un collectif de travail. Il facilitera alors les échanges, les interactions et les liens de travail entre ses employés. Ce faisant, il éliminera le sentiment d isolement et d anonymat parmi son personnel. Modification du style de supervision : elle fait du superviseur un héros que ses employés peuvent questionner et qui exerce un style de leadership démocratique. Il cumule les qualités de l artiste, de l artisan et du technocrate, c est-à-dire qu il est un visionnaire qui inspire ses employés par son audace et son imagination (artiste). qu il connaît son métier, qu il a un bon esprit d équipe, qu il est responsable, réaliste et digne de confiance (artisan). qu il a une pensée structurée et rationnelle, qu il est méthodique, analytique et cérébral (technocrate). 6

7 5. Associez les pratiques de gestion mobilisatrices aux théories de la motivation axées sur le contenu. Pratiques de gestion mobilisatrices Travail d équipe Style de supervision démocratique Enrichissement de la tâche Théorie axée sur les besoins (Abraham Maslow) Besoins sociaux Besoin d estime Besoin de réalisation de soi Théorie axée sur les caractéristiques de l emploi (Frederic Herzberg) Facteurs de motivation reliés au contenu de la tâche (F. Herzberg, J.R. Hackman et G. Oldham) : autonomie, responsabilité, défis, reconnaissance, possibilités de développement 6. Apportez six précisions relatives à la mise en place des leviers de la mobilisation et quatre précisions relatives à la relation entre la mobilisation et la motivation au travail. Les six précisions concernant les leviers de la mobilisation du personnel sont les suivantes : 1. Pour optimiser les effets positifs de la gestion mobilisatrice, l entreprise doit absolument mettre en place les quatre leviers de la mobilisation simultanément. 2. La culture organisationnelle et la philosophie de gestion de certaines entreprises ne permettent pas toujours l implantation des quatre leviers de la mobilisation. 3. Pour réussir l implantation d une gestion mobilisatrice, il faut que : la direction soit certaine que les employés souhaitent et sont capables d assumer de tels changements ; les employés, les superviseurs et les dirigeants de l entreprise soient sensibilisés, formés et préparés à cette nouvelle approche de gestion ; l implantation se fasse progressivement sans rien déstabiliser ; une évaluation soit effectuée à toutes les étapes de l implantation, pour rectifier le tir, au besoin ; le processus d implantation se déroule avec la collaboration de tous. 7

8 4. Les quatre leviers de la mobilisation semblent donner des résultats positifs. Cependant, il ressort que : la diffusion de l information, le partage du pouvoir décisionnel et la connaissance du travail produisent des effets supérieurs à ceux produits par les récompenses pécuniaires ; les récompenses intrinsèques sont plus efficaces et ont des effets à plus long terme sur la mobilisation que les récompenses extrinsèques ; la récompense pécuniaire est le levier de mobilisation le plus facile à mettre en place, bien qu il semble avoir un effet à court terme sur la mobilisation. 5. Les causes de la mobilisation les plus souvent mentionnées par les employés sont la participation au processus de décision, la reconnaissance intrinsèque, les responsabilités et l autonomie dans le travail, la confiance dans les gestionnaires et le travail porteur de sens. 6. Les causes de la démobilisation les plus souvent mentionnées par les employés sont le manque de soutien de l équipe de travail et du superviseur, le manque de confiance envers les gestionnaires, le manque de vision des gestionnaires, le manque de communication, de transparence et de reconnaissance du superviseur et des gestionnaires, l obsession du contrôle par le superviseur, le favoritisme, les passe-droits. Les quatre précisions relatives à la relation entre la mobilisation et la motivation au travail sont les suivantes : 1. Si nous reconnaissons volontiers qu un employé mobilisé est un employé motivé, nous ne pouvons pas, par contre, démontrer la relation inverse. 2. Les raisons qui mobilisent et motivent les employés aujourd hui ne seront pas nécessairement les mêmes demain. 3. Les employés réagissent différemment à une insatisfaction au travail. 4. Contrairement à une certaine croyance, un employé satisfait n est pas nécessairement un employé productif, car la satisfaction au travail est la conséquence et non pas la cause du rendement. 7. Décrivez les quatre comportements possibles de l employé insatisfait. L employé insatisfait peut adopter l un des comportements suivants : 1. Fuir la source d insatisfaction. Il démissionnera, demandera une mutation, cherchera un nouveau poste de travail. S il est incapable de quitter son emploi, il s en désintéressera et négligera son travail. 2. Exprimer son mécontentement. Il tentera d améliorer sa situation en redoublant d effort, en discutant du problème avec son superviseur, en proposant des améliorations, en exigeant des corrections ou en provoquant une action syndicale. 3. Négliger son travail. Il s absentera plus souvent de son travail, accumulera les retards, commettra des erreurs, adoptera une attitude négative par rapport à son travail, résistera au changement ou diminuera son effort au travail. 8

9 4. Attendre passivement que sa situation s améliore. Il ne réagira pas à son problème. Au contraire, il demeurera loyal envers son employeur en espérant qu une personne ou un événement vienne améliorer sa situation. 8. Décrivez la façon dont le superviseur devrait réagir par rapport aux quatre comportements possibles de l employé insatisfait. Le superviseur doit encourager ses employés à exprimer leur mécontentement car, selon Farrell et Rusbult (1985), ceux-ci étaient très impliqués dans leur travail et au sein de l entreprise avant l apparition de la source d insatisfaction. L employé loyal fait confiance à son superviseur et il le soutient. Bien que ce comportement semble être le plus acceptable selon le superviseur, l attitude passive d un employé n aide pas beaucoup le superviseur. En effet, ce dernier préfère l employé qui s implique dans son travail. L employé qui néglige volontairement son travail s expose à des mesures disciplinaires. L employé qui fuit la source d insatisfaction crée un climat négatif au sein de l équipe de travail. Le superviseur doit absolument déterminer les sources de tensions qui causent ce comportement afin de les éliminer ou, à tout le moins, de les réduire. Le processus d évaluation du rendement et la relation d aide servent en partie à corriger ce type de comportement. 9. Expliquez l affirmation suivante : «Idéalement, le superviseur cumule les qualités de l artiste, de l artisan et du technocrate.» Idéalement, le superviseur est un visionnaire qui inspire ses employés par son audace et son imagination (l artiste). De plus, il connaît son métier, a l esprit d équipe, a le sens des responsabilités, est réaliste et digne de confiance (l artisan). Enfin, il a une pensée structurée et rationnelle, il est méthodique, analytique et cérébral (le technocrate). 10. Décrivez la différence entre la rotation des postes, l élargissement des tâches et l enrichissement des tâches. La rotation des postes et l élargissement des tâches ne portent pas sur le contenu de la tâche : ils ont pour objectifs de rendre le travail moins ennuyeux et de permettre à l employé de faire appel à plusieurs de ses compétences. En revanche, l enrichissement de la tâche porte sur le contenu de la tâche : il vise à donner des responsabilités, de l autonomie et du contrôle à l employé. 9

10 11. Décrivez le rôle du superviseur en fonction de chacun des quatre types d équipe de travail abordés dans le chapitre. Équipe traditionnelle : le superviseur encadre et dirige ses employés. Petite équipe d employés qui se réunissent régulièrement pour discuter et résoudre des problèmes de travail : le superviseur joue le rôle de coach, d accompagnateur et de facilitateur. Équipe de travail formée pour réaliser un projet précis : le superviseur accompagne l équipe, lui procure les ressources dont elle a besoin et s assure qu elle réalise le mandat dont elle est responsable. Équipe de travail exerçant ses activités d une façon autonome en permanence : le superviseur fixe les objectifs et les balises de l équipe (normes de rendement, dates butoirs, normes de qualités, etc.), lui procure les ressources nécessaires, la conseille, l aide dans l accomplissement de son travail en lui facilitant la tâche. 12. Distinguez l organisation scientifique du travail des nouvelles formes d organisation du travail. Organisation scientifique du travail Une structure hiérarchique verticale où la direction conçoit le travail des employés qui l exécutent. Une division du travail en tâches d exécution simples. L employé est spécialisé et isolé. Les méthodes de travail sont définies et chronométrées par la direction. La technologie utilisée impose une cadence et un rythme de travail. L employé est au service de la technologie. L employé est une ressource à utiliser. La motivation par la récompense extrinsèque, spécialement financière. Nouvelles formes d organisation du travail L employé est responsable, à des degrés divers, de la conception, de l exécution et du contrôle de son travail. L employé exécute des tâches variées qui lui offrent des défis et qui lui permettent d utiliser, d accroître et de diversifier ses compétences. L employé est polyvalent et travaille en collégialité. L employé définit ses propres méthodes de travail. La technologie respecte l employé en faisant appel à son savoir-faire, à son jugement et à sa créativité. La technologie est au service de l employé. L employé a des ressources à développer. La motivation par la mobilisation, c est-à-dire par le partage de l information, de la connaissance, du pouvoir et par la reconnaissance intrinsèque et extrinsèque. 10

11 Organisation scientifique du travail Le rôle du superviseur est de coordonner et de contrôler l exécution du travail de ses employés, et son autorité s appuie sur un pouvoir hiérarchique. La gestion par fonctions. La gestion centrée sur le bon fonctionnement des fonctions. Nouvelles formes d organisation du travail Le rôle du superviseur est de convaincre l employé d adhérer à la culture de l entreprise, à sa vision globale, à sa mission et à ses objectifs. La gestion par processus. La gestion des processus orientée vers l approche client. 11

12 Marche à suivre pour faire les exercices d application Avant de reconfigurer l organisation du travail des employés, posez-vous les questions suivantes : 1. Quel est le problème soulevé par les exercices d application? 2. Quels sont les différents éléments du problème? 3. Quel est le lien entre ces différents éléments? 4. Quelles sont les causes possibles du problème? 5. Quelle est la source principale du problème? 6. Quel lien existe-t-il entre la mobilisation et la motivation au travail des employés? 7. Comment réagissent les employés lorsqu ils sont insatisfaits au travail? 8. Quelles sont les pratiques de gestion le plus couramment utilisées par les entreprises pour mobiliser leurs employés? 9. En quoi consiste l enrichissement d une tâche? 10. Qu implique le travail d équipe? 11. Qu est-ce qui distingue l équipe semi-autonome de travail des autres formes d équipes? 12. Quel est le rôle du superviseur d une équipe de travail semi-autonome? 13. Comment doit agir un superviseur pour être perçu comme un leader par ses employés? 14. De quels facteurs dépend le choix du style de leadership? 15. Comment se déroule la gestion par processus? Avez-vous rempli le tableau suivant afin de décrire les processus dont il est question dans les exercices? Processus Activités Tâches 12

13 Questions à se poser pour faire les exercices d analyse Pour analyser un cas, vous pouvez adopter la marche à suivre suivante : 1. Résumer brièvement le cas en répondant aux questions suivantes : «Qui?», «Quoi?», «Comment?», «Quand?» et «Pourquoi?». 2. Décrire le problème soulevé par le cas. 3. Dégager les éléments importants au regard du problème. 4. Établir des liens pertinents entre ces différents éléments. 5. Interpréter l information ainsi recueillie à partir des principes de gestion étudiés dans le chapitre. 6. Recenser toutes les causes possibles du problème. 7. Définir la cause principale du problème. 8. Tirer des conclusions. Les questions suivantes vous aideront à analyser les cas du chapitre. 1. Qu est-ce qui distingue une organisation scientifique du travail d une nouvelle forme d organisation du travail? 2. Qu est-ce qui caractérise les quatre leviers de la mobilisation du personnel? 3. Quel style de leadership le superviseur peut-il adopter? 4. Quels facteurs doivent influer sur le choix du style de leadership? 13

14 Lectures recommandées La mobilisation, l arme secrète des équipes gagnantes Pierre Picard, Les Affaires 1 er février 2003 Vos collègues sont-ils plus crédibles que votre patron? Jean-Sébastien Trudel, Les Affaires 20 février 2003 Henry Mintzberg préconise le leadership naturel Suzanne Dansereau, Les Affaires 25 janvier 2003 Comment maximiser le travail d équipe Jean-François Barbe, Les Affaires 23 novembre 2002 Communiquer franchement profite à tout le monde Danielle Turgeon, Les Affaires 1 er février 2003 Mettre l humain avant le profit à court terme Martin Jolicœur, Les Affaires 21 septembre 2002 Apprendre le travail d équipe Sylvie Lemieux, Les Affaires 22 mars 2003 Dans le changement, il faut communiquer Jean-Sébastien Trudel, Les Affaires 27 mars 2003 Améliorer l efficacité d une équipe de travail France Veillet, Les Affaires 5 avril 2003 Les qualités à cultiver pour diriger une équipe de travail France Veillet, Les Affaires 17 avril 2003 Sans mobilisation, point de salut Florent Francœur, Les Affaires 15 mars

Tableau synoptique du chapitre 4

Tableau synoptique du chapitre 4 Tableau synoptique du chapitre 4 Les objectifs du processus d évaluation du rendement des employés L évaluation du rendement doit principalement servir à améliorer la qualité du travail de l employé et

Plus en détail

Comment décoder les FACTEURS de MOTIVATION? Cécile DEJOUX Maître de conférences Habilitée à Diriger des Recherches Cnam

Comment décoder les FACTEURS de MOTIVATION? Cécile DEJOUX Maître de conférences Habilitée à Diriger des Recherches Cnam Comment décoder les FACTEURS de MOTIVATION? Cécile DEJOUX Maître de conférences Habilitée à Diriger des Recherches Cnam 2 Besoins d affiliation Besoins de sécurité Besoins physiologiques 3 THEORIE HIERARCHIE

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DUPERSONNEL DE SOUTIEN (PO 13) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL

Plus en détail

Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue

Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue Vingt-cinq questions posées lors d une entrevue Cette section vous propose une synthèse des questions les plus susceptibles d être posées en entrevue de sélection. Cette section peut vous aider lors de

Plus en détail

Le leader d Ingénieurs Canada

Le leader d Ingénieurs Canada Le leader d Ingénieurs Canada Sommaire Ingénieurs Canada existe pour fournir du soutien et du leadership à l échelle nationale au nom des organismes de réglementation du génie, afin de promouvoir et de

Plus en détail

Chapitre 1 : Le gestionnaire et la gestion

Chapitre 1 : Le gestionnaire et la gestion Questions de discussion portant sur le cas «Le Centre du castor» (page 38 du manuel) Chapitre 1 : Le gestionnaire et la gestion 1. Dressez la liste des fonctions d organisation et de gestion de l entreprise

Plus en détail

Tableau synoptique du chapitre 7

Tableau synoptique du chapitre 7 Tableau synoptique du chapitre 7 Le rôle du superviseur dans le processus de rémunération Le superviseur peut être appelé à : participer à l évaluation des postes de ses employés. prendre des décisions

Plus en détail

Annexe 1 Modèle de formulaire de vérification structurée des références

Annexe 1 Modèle de formulaire de vérification structurée des références Annexe 1 Modèle de formulaire de vérification structurée des références Ce modèle, développé pour le poste de sous-ministre adjoint, peut être adapté en fonction de tous les niveaux professionnels et des

Plus en détail

Profil de leadership des gestionnaires

Profil de leadership des gestionnaires Profil de leadership des gestionnaires Apprentissage et développement Chambre des communes Quelques notions pour faciliter la consultation du Profil. INTRODUCTION DÉFINITIONS Profil de compétences : Liste

Plus en détail

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP.

DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. DIRIGEZ MIEUX. AMÉLIOREZ VOTRE COACHING AUPRÈS DES LEADERS. INSTAUREZ UNE MEILLEURE CULTURE DE LEADERSHIP. MOBILIS PERFORMA PRÉSENTE LE PROGRAMME DE FORMATION PROFESSIONNELLE EN, UNE FORMATION ÉLABORÉE

Plus en détail

GUIDE DE COMPÉTENCES EN GESTION

GUIDE DE COMPÉTENCES EN GESTION GUIDE DE COMPÉTENCES EN GESTION Postes en milieux documentaires PRÉPARONS LA RELÈVE! TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION 3 SAVOIR GÉRER DES RESSOURCES HUMAINES 4 SAVOIR MOBILISER 4 SAVOIR DÉVELOPPER LES AUTRES

Plus en détail

CONTENU DES SÉMINAIRES HEC MONTRÉAL

CONTENU DES SÉMINAIRES HEC MONTRÉAL CONTENU DES SÉMINAIRES HEC MONTRÉAL Programme de formation des professionnels, cadres et dirigeants année 2015 Partenariat Et L Ordre National des Médecins du Sénégal Organisé par : Le Cabinet AOB Consulting,

Plus en détail

L art de cultiver des savoirs des expériences des compétences et des talents CALENDRIER

L art de cultiver des savoirs des expériences des compétences et des talents CALENDRIER Centre d expertise des gestionnaires Programme de formation des gestionnaires des établissements de santé et de services sociaux de la Région de la Capitale-Nationale CALENDRIER 2014 2015 L art de cultiver

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

LA MOTIVATION AU TRAVAIL

LA MOTIVATION AU TRAVAIL LA MOTIVATION AU TRAVAIL (MBA 8T10) Equipe 2 Abdelkrim Jalam Patrick Cecyre Mohammed Khchan Takla Abi Raad Omar Toukal Page 1 LA MOTIVATION AU TRAVAIL «Vous m avez gâché, pendant toutes ces années de travail,

Plus en détail

Séminaire Management. Diriger et motiver ses collaborateurs. Marie-odile Legrand 1

Séminaire Management. Diriger et motiver ses collaborateurs. Marie-odile Legrand 1 Séminaire Management Diriger et motiver ses collaborateurs Marie-odile Legrand 1 Diriger et motiver ses collaborateurs Plan A - Comprendre les mécanismes de la motivation Théorie du contenu Théorie du

Plus en détail

NOTRE PROJET ÉDUCATIF

NOTRE PROJET ÉDUCATIF NOTRE PROJET ÉDUCATIF du collège constituant de Terrebonne le 22 novembre 04 TABLE DES MATIÈRES DES VALEURS COMMUNES À PARTAGER...1 1. LE DÉVELOPPEMENT INTELLECTUEL...3 1.1 Acquérir une culture générale

Plus en détail

L art de la reconnaissance en gestion

L art de la reconnaissance en gestion L art de la reconnaissance en gestion Sophie Tremblay Coach & Stratège Dans votre parcours professionnel, quelle est la personne qui vous a offert la reconnaissance qui vous a le plus marqué? Quelles sont

Plus en détail

Salima chaanoun Amina bouiller. Réaliser par : Encadré par : MR O. BELKHEIRI

Salima chaanoun Amina bouiller. Réaliser par : Encadré par : MR O. BELKHEIRI Salima chaanoun Amina bouiller Réaliser par : Encadré par : MR O. BELKHEIRI ? Qu est-ce qui pourrait être à la base de la motivation au travail? Plan de travail Théorie II La théorie bi-factorielle Frederick

Plus en détail

JOURNÉES APPRENTISSAGES 2006 Motivations et émotions pour les apprentissages

JOURNÉES APPRENTISSAGES 2006 Motivations et émotions pour les apprentissages 5 èmes mes JOURNÉES APPRENTISSAGES 2006 Motivations et émotions pour les apprentissages Les théories de la motivation : les apports de la psychologie sociale et de la psychologie du travail. A. Fernandez

Plus en détail

Développer et piloter l implication des collaborateurs Paru dans : Employeur Suisse, 8.4.1999

Développer et piloter l implication des collaborateurs Paru dans : Employeur Suisse, 8.4.1999 Daniel Held Développer et piloter l implication des collaborateurs Paru dans : Employeur Suisse, 8.4.1999 La valeur ajoutée apportée : le vrai défi pour les ressources humaines Depuis plusieurs années,

Plus en détail

Président et chef de la direction

Président et chef de la direction Sommaire descriptif du rôle et responsabilités Président et chef de la direction Novembre 2015 Pour de plus amples renseignements, contactez: Nathalie Francisci, CRHA, IAS. A Associée nathalie.francisci@odgersberndtson.ca

Plus en détail

Une expérience de codéveloppement au Service de police de la ville de Montréal

Une expérience de codéveloppement au Service de police de la ville de Montréal Une expérience de codéveloppement au Service de police de la ville de Montréal Vincent Arseneau, M.A.P. Chef de la formation au SPVM vincent.arseneau@spcum.qc.ca RÉSUMÉ Ce texte rend compte d une expérience

Plus en détail

DEVENEZ UN CONSULTANT PROFESSIONNEL ET PROSPÈRE TRAVAILLER SELON SON TYPE DE PERSONNALITÉ UNE ÉQUIPE ENGAGÉE ET PERFORMANTE

DEVENEZ UN CONSULTANT PROFESSIONNEL ET PROSPÈRE TRAVAILLER SELON SON TYPE DE PERSONNALITÉ UNE ÉQUIPE ENGAGÉE ET PERFORMANTE FOCUS Ressources humaines & Stratégies de développement vous offre différentes formations. Elles sont spécialement dispensées pour votre entreprise et ne sont pas disponibles en séance publique. Chacune

Plus en détail

PERCEPTION ET PERCEPTION SOCIALE

PERCEPTION ET PERCEPTION SOCIALE GOBERT 1 PERCEPTION ET PERCEPTION SOCIALE 1. Perception et perception sociale Perception = processus par lequel l individu organise et interprète ses impressions sensorielles de façon à donner un sens

Plus en détail

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe.

Intérêt pour les personnes 1.9. 9.9 Club social. 5.5 Compromis 1.1. 9.1 Laisser-faire. Intérêt pour la tâche. Travail équipe. Cours 12 Le pouvoir au sein d une organisation Les liens entre pouvoir, autorité et obéissance Le leadership et les traits personnels Les théories du leadership situationnel Pouvoir Capacité d un individu

Plus en détail

Brochure d information. Santé psychologique. Faciliter le changement : une approche humaine

Brochure d information. Santé psychologique. Faciliter le changement : une approche humaine Brochure d information Santé psychologique Faciliter le changement : une approche humaine FACILITER LE : UNE APPROCHE HUMAINE Selon Pierre Lainey, quatre croyances erronées peuvent miner la conduite des

Plus en détail

Le coaching : mode passée ou passage obligé? Michel Gendron, associé Président-directeur directeur général

Le coaching : mode passée ou passage obligé? Michel Gendron, associé Président-directeur directeur général Le coaching : mode passée ou passage obligé? Michel Gendron, associé Président-directeur directeur général INTRODUCTION MCOR_CF-AC_COA_3050 2 Mon propos d aujourd hui Définir Distinguer Appliquer aux enjeux

Plus en détail

Annexe B : Exemple d un livret d'entrevue pour l évaluation

Annexe B : Exemple d un livret d'entrevue pour l évaluation Annexe B : Exemple d un livret d'entrevue pour l évaluation Ce modèle, élaboré en fonction du poste de sous-ministre adjoint ou sous-ministre adjointe, peut être adapté à tous les niveaux ou groupes professionnels

Plus en détail

Le coaching : mode passagère ou stratégie de développement durable?

Le coaching : mode passagère ou stratégie de développement durable? Le coaching : mode passagère ou stratégie de développement durable? Psychologie Québec a demandé à M me Jacqueline Codsi, psychologue à la Banque Nationale, de répondre aux questions le plus fréquemment

Plus en détail

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT

COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE ET LE DOCTORAT Direction des affaires académiques et internationales Études supérieures COMPÉTENCES, ÉLÉMENTS DE COMPÉTENCES ET RESSOURCES À MOBILISER POUR LE DESS, LA MAÎTRISE PROFESSIONNELLE, LA MAÎTRISE RECHERCHE

Plus en détail

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR :

MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : NUMÉRO : DRH-006. Direction des ressources humaines OBJET : EN VIGUEUR : MANUEL DE POLITIQUES ET PROCÉDURES PROVENANCE : Direction des ressources humaines OBJET : Formation et développement des ressources humaines (excluant le personnel cadre) NUMÉRO : DRH-006 EN VIGUEUR :

Plus en détail

Management development et mobilité

Management development et mobilité Daniel Held : Management development et mobilité Paru dans : Persorama, no 4, 1996 sous le titre «Devoir apprendre en permanence». Résumé Le Management development connaît aujourd hui des remises en question

Plus en détail

Le coaching vise à aider les gens à donner. le meilleur d eux-mêmes. Les bons coachs. sont toujours désireux de rehausser les

Le coaching vise à aider les gens à donner. le meilleur d eux-mêmes. Les bons coachs. sont toujours désireux de rehausser les LE COACHING PERFORMANT : UNE VUE D'ENSEMBLE Le coaching vise à aider les gens à donner le meilleur d eux-mêmes. Les bons coachs sont toujours désireux de rehausser les qualités des gens qu ils encadrent

Plus en détail

Le rôle du gestionnaire dans la gestion du changement

Le rôle du gestionnaire dans la gestion du changement Le rôle du gestionnaire dans la gestion du changement Nathalie Lemieux, M.Sc. HEC Montréal Étudiante programme DBA, Université de Sherbrooke 1 Le 11 mars 2003 Plan de la présentation 1. Introduction 2.

Plus en détail

Diriger une association dans le secteur culturel

Diriger une association dans le secteur culturel Diriger une association dans le secteur culturel une affaire de compétence et d'engagement Les faits saillants du résultat de l analyse de la profession Dirigeante ou dirigeant d association Avec la collaboration

Plus en détail

Document de référence. Gestion du stress

Document de référence. Gestion du stress Document de référence Gestion du stress Table des matières Introduction 2 Définition du stress 2 Les causes du stress au travail 2 Les catégories de stress : le stress positif et le stress négatif 2 Les

Plus en détail

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015

PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015 1. Contexte PLAN DE FORMATION Formation : Le rôle du superviseur au quotidien 2014-2015 Dans le passé, on recherchait des superviseurs compétents au plan technique. Ce genre d expertise demeurera toujours

Plus en détail

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement

La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La prise en charge de la santé et de la sécurité dans un établissement d enseignement La gestion de la santé et de la sécurité du travail doit faire partie intégrante des activités quotidiennes d un établissement.

Plus en détail

Feuille de route d apprentissage et de perfectionnement à l intention des employés

Feuille de route d apprentissage et de perfectionnement à l intention des employés Feuille de route d apprentissage et de perfectionnement à l intention des employés Feuille de route d apprentissage et de perfectionnement à l intention des employés Vous voulez prendre votre carrière

Plus en détail

Les exigences de la norme ISO 9001:2000 1.1 La gestion des ressources humaines

Les exigences de la norme ISO 9001:2000 1.1 La gestion des ressources humaines Introduction Les ressources humaines (RH) sont souvent considérées comme des fonctions de support, voire comme à l origine de certains surcoûts. Pour cela dans de nombreuses entreprises de taille moyenne

Plus en détail

La motivation de votre équipe n est elle qu une une question d argent

La motivation de votre équipe n est elle qu une une question d argent La motivation de votre équipe n est elle qu une une question d argent? Alain Humbert Crono Concept 1 SOMMAIRE DE LA CONFÉRENCE 1-QUELS SONT LES LEVIERS DE MOTIVATION CHEZ L HOMME? 2-COMMENT REPÉRER LES

Plus en détail

Comment être un leader en SST?

Comment être un leader en SST? Comment être un leader en SST? Isabelle Lessard 16 e Carrefour de la santé et de la sécurité du travail Mauricie et Centre-du-Québec 6 novembre 2012 Au programme Qu est-ce que le leadership? Qui sont les

Plus en détail

DYNAMISER SON MANAGEMENT D ÉQUIPE

DYNAMISER SON MANAGEMENT D ÉQUIPE 1 2 3 4 Développer sa posture managériale : s affirmer dans tous les rôles de manager Définition du rôle et fonction du manager : donner du sens, épauler, accompagner, écouter... Encadrer plus efficacement

Plus en détail

GUIDE DU RECRUTEMENT

GUIDE DU RECRUTEMENT GUIDE DU RECRUTEMENT Les étapes clés : A) CLARIFIER VOTRE BESOIN DE RECRUTEMENT B) REDIGER ET COMMUNIQUER VOTRE OFFRE D EMPLOI C) SELECTIONNER LES CANDIDATURES RECUES D) REUSSIR L ENTRETIEN DE RECRUTEMENT

Plus en détail

Réaliser un projet. Adaptation d un outil de la Fédération des parents francophones de l Alberta

Réaliser un projet. Adaptation d un outil de la Fédération des parents francophones de l Alberta Réaliser un projet Adaptation d un outil de la Fédération des parents francophones de l Alberta Objectifs Apprendre à réaliser un projet individuel ou collectif. Comprendre le processus de planification

Plus en détail

Le leader d Ingénieurs Canada

Le leader d Ingénieurs Canada Le leader d Ingénieurs Canada Ingénieurs Canada existe pour fournir du soutien et du leadership au niveau national au nom des organismes de réglementation du génie, afin de promouvoir et de maintenir les

Plus en détail

Analyse des pratiques d évaluation de la formation et de son rendement dans des entreprises performantes

Analyse des pratiques d évaluation de la formation et de son rendement dans des entreprises performantes Analyse des pratiques d évaluation de la formation et de son rendement dans des entreprises performantes L ENTREPRISE CG-1 Alain Dunberry Maryse Larivière CIRDEP Table des matières Résumé... 2 1. Le portrait

Plus en détail

LA CONCILIATION TRAVAIL-FAMILLE

LA CONCILIATION TRAVAIL-FAMILLE LA CONCILIATION TRAVAIL-FAMILLE LA CONCILIATION TRAVAIL-FAMILLE Cette fi che est un outil d introduction au concept de la conciliation travail-famille. Elle est destinée aux gestionnaires de PME afi n

Plus en détail

L Approche CPA 6 - Communication

L Approche CPA 6 - Communication L Approche CPA 6 - Communication La présente fiche d information porte sur la communication, qui, comme le montre le diagramme ci-dessous, constitue le dernier volet de l Approche CPA. Pour avoir un aperçu

Plus en détail

Le jeudi 25 septembre 2014 Pré-Congrès de l ACELF Halifax

Le jeudi 25 septembre 2014 Pré-Congrès de l ACELF Halifax Le jeudi 25 septembre 2014 Pré-Congrès de l ACELF Halifax 13 h 30 Accueil Horaire 13 h 40 Mise en contexte 13 h 50 Modèle de leadership en situation minoritaire 14 h 00 Définition du leadership (culturel)

Plus en détail

Le Réseau Conseil Interdisciplinaire du Québec. Formations offertes 14 en établissement

Le Réseau Conseil Interdisciplinaire du Québec. Formations offertes 14 en établissement Le Réseau Conseil Interdisciplinaire du Québec Formations offertes 14 en établissement Le Réseau conseil Interdisciplinaire du Québec Le Réseau conseil a été créé en 1994. Il se distingue des firmes habituelles

Plus en détail

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE

Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE Profil de compétences Directeur de projets SECTEUR BANCAIRE PENSÉE ET VISION STRATÉGIQUE Avoir une perspective globale des enjeux actuels et futurs du client ainsi que de définir des orientations visant

Plus en détail

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR)

FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) FAST RETAILING WAY (Philosophie d entreprise du groupe FR) Profession de foi Changer la façon de s habiller, sortir des sentiers battus, et proposer une autre vision du monde. Notre mission Le groupe FAST

Plus en détail

L accompagnement professionnel par le mentorat, le coaching et le codéveloppement Ginette Bégin M. A.

L accompagnement professionnel par le mentorat, le coaching et le codéveloppement Ginette Bégin M. A. L accompagnement professionnel par le mentorat, le coaching et le codéveloppement Ginette Bégin M. A. Consultante, 10 mai 2012, ginettebegin10@videotron.ca 1 Intention de l 'atelier: Susciter la réflexion

Plus en détail

Formations. Gestionnaires

Formations. Gestionnaires Formations Gestionnaires 2015 Cette édition de notre catalogue d activités pour les gestionnaires inclut plusieurs nouveautés. De nouveaux thèmes de formation ont été élaborés et une nouvelle section présente

Plus en détail

Tableau synoptique du chapitre 9

Tableau synoptique du chapitre 9 Tableau synoptique du chapitre 9 Intervenants principaux dans les relations du travail L entreprise, l employé, le syndicat, le gouvernement, les agents externes à l entreprise (les entreprises concurrentes,

Plus en détail

LA GESTION DES GROUPES

LA GESTION DES GROUPES LA GESTION DES GROUPES Veille informationnelle #1 - Juin 2006 Mise sur pied par Relais-femmes, cette veille informationnelle vise à tenir les groupes de femmes et les groupes communautaires informés de

Plus en détail

ENQUETE CERN 2003. Association du Personnel

ENQUETE CERN 2003. Association du Personnel ENQUETE CERN 2003 Association du Personnel Prof. Michel Rousson, ValérieA. Turansky et Mathilde Vuille, Groupe de Psychologie appliquée, Université de Neuchâtel Introduction Élaboration du questionnaire

Plus en détail

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire

Guide du programme Transition vers l'après-secondaire Guide du programme Juin 2008 Attributs du diplômé de la Colombie-Britannique Au cours de consultations qui se sont échelonnées sur toute une année dans l ensemble de la province, des milliers de citoyens

Plus en détail

Innovation chez les PME : nécessité, diversité et facteurs de succès

Innovation chez les PME : nécessité, diversité et facteurs de succès Innovation chez les PME : nécessité, diversité et facteurs de succès Par : Josée St-Pierre 1, Ph.D., professeure titulaire Directrice du Laboratoire de recherche sur la performance des entreprises Présidente

Plus en détail

PROFIL DE COMPÉTENCES DU GROUPE DE SOUTIEN ADMINISTRATIF

PROFIL DE COMPÉTENCES DU GROUPE DE SOUTIEN ADMINISTRATIF PROFIL DE COMPÉTENCES DU GROUPE DE SOUTIEN ADMINISTRATIF 00 Introduction Qu est-ce qu un profil de compétences? Les compétences sont des manifestations comportementales spécifiques des connaissances, des

Plus en détail

«Pour une mobilisation durable : Visez l engagement»

«Pour une mobilisation durable : Visez l engagement» «Pour une mobilisation durable : Visez l engagement» Louis Fortin, MBA Président Actualisation IDH Le 23 avril 2014 Contenu de la présentation 1 L engagement en chiffre 4 Un leader mobilisateur 2 Les piliers

Plus en détail

LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS

LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS LE CODE D ÉTHIQUE DU CSSS DE LA MITIS Toute prise de décision implique un risque d erreur : elle exige donc le «courage de la responsabilité» nourri par la certitude que l engagement éthique est la marque

Plus en détail

Domaines de consultation bso

Domaines de consultation bso Domaines de consultation bso Supervision Compétences-clé Conseil en organisation Coaching La supervision, le conseil en organisation et le coaching sont des domaines de consultation professionnels adaptés

Plus en détail

Agence canadienne de développement international 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Tél. : (819) 997-5006 Sans frais :

Agence canadienne de développement international 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Tél. : (819) 997-5006 Sans frais : Agence canadienne de développement international 200, promenade du Portage Gatineau (Québec) K1A 0G4 Tél. : (819) 997-5006 Sans frais : 1-800-230-6349 Télécopieur : (819) 953-6088 (Pour les malentendants

Plus en détail

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

Contenu du programme. «Les sept métiers du Manager».

Contenu du programme. «Les sept métiers du Manager». Contenu du programme. «Les sept métiers du Manager». du programme : Les principaux objectifs de ce programme sont : Développer les compétences organisationnelles du manager : gérer les projets et les ressources

Plus en détail

Que devez-vous faire à titre de mentor et de moniteur de formation?

Que devez-vous faire à titre de mentor et de moniteur de formation? : Le Guide du compagnon sur la formation d un apprenti Que devez-vous faire à titre de mentor et de moniteur de formation? Soyez d abord fier. Vous êtes sur le point d accomplir un travail exceptionnel

Plus en détail

La supervision des stagiaires. Dans le cadre du programme de stage du baccalauréat spécialisé et de la maîtrise en criminologie.

La supervision des stagiaires. Dans le cadre du programme de stage du baccalauréat spécialisé et de la maîtrise en criminologie. La supervision des stagiaires Dans le cadre du programme de stage du baccalauréat spécialisé et de la maîtrise en criminologie. Coordonnatrices de stage Joanne Cardinal 120 Université/University(14002)

Plus en détail

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental

Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Compétences de gestion et leadership transformationnel : les incontournables liés au nouveau contexte environnemental Natalie Rinfret, Ph.D. Colloque de l Association des directeurs généraux des services

Plus en détail

POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES

POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES POLITIQUE SUR LA FORMATION ET SUR LE DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES Politique adoptée par la Résolution CA-2013-2014-7 du conseil d administration du Conservatoire à sa 26 e séance ordinaire tenue

Plus en détail

Politique de gestion des plaintes et des commentaires

Politique de gestion des plaintes et des commentaires Politique de gestion des plaintes et des commentaires 03.01.0 Page 1 de 6 DATE DE LA MISE À JOUR 2010-11-03 RÉSUMÉ Cette politique vise à encadrer et harmoniser la gestion des plaintes et des commentaires

Plus en détail

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN

LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN LA RECONNAISSANCE AU TRAVAIL: DES PRATIQUES À VISAGE HUMAIN JEAN-PIERRE BRUN PROFESSEUR CHAIRE EN GESTION DE LA SANTÉ ET DE LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL UNIVERSITÉ LAVAL http://cgsst.fsa.ulaval.ca Dans quatre

Plus en détail

Gestion industrielle alternance études/stages

Gestion industrielle alternance études/stages Gestion industrielle alternance études/stages EJN18 Objectifs du programme Former des individus aptes à agir en tant que superviseur de la production ou contremaître ou technicien en gestion industrielle.

Plus en détail

COMMENT MIEUX OUTILLER LES AVOCATS ET AVOCATES POUR QU ILS SOIENT PLUS INNOVANTS RENDEZ-VOUS AU POLLEV.COM/BARREAU POUR PARTICIPER À L ATELIER.

COMMENT MIEUX OUTILLER LES AVOCATS ET AVOCATES POUR QU ILS SOIENT PLUS INNOVANTS RENDEZ-VOUS AU POLLEV.COM/BARREAU POUR PARTICIPER À L ATELIER. COMMENT MIEUX OUTILLER LES AVOCATS ET AVOCATES POUR QU ILS SOIENT PLUS INNOVANTS RENDEZ-VOUS AU POLLEV.COM/BARREAU POUR PARTICIPER À L ATELIER. PAR TEXTO, AU NUMÉRO 37607 ET ÉCRIVEZ BARREAU COMME MESSAGE.

Plus en détail

Des formations expérientielles qui maximisent la rétention des messages clés

Des formations expérientielles qui maximisent la rétention des messages clés Des formations expérientielles qui maximisent la rétention des messages clés Saviez-vous que nous retenons 10 % de ce que l'on lit 20% de ce que l'on entend 30% de ce que l'on voit 90% de ce que l'on fait?

Plus en détail

Les services municipaux de loisir :

Les services municipaux de loisir : Les services municipaux de loisir : l innovation sociale au service du développement dynamique de nos communautés MÉMOIRE DÉPOSÉ DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION DU LIVRE BLANC SUR L AVENIR DES MUNICIPALITÉS

Plus en détail

POUR LES MESURES «PRIORITÉ JEUNESSE», «ACTION COMMUNAUTAIRE INTERSECTORIELLE» ET «PROMOTION DE LA SANTÉ ET PRÉVENTION DES TOXICOMANIES»

POUR LES MESURES «PRIORITÉ JEUNESSE», «ACTION COMMUNAUTAIRE INTERSECTORIELLE» ET «PROMOTION DE LA SANTÉ ET PRÉVENTION DES TOXICOMANIES» POUR LES MESURES «PRIORITÉ JEUNESSE», «ACTION COMMUNAUTAIRE INTERSECTORIELLE» ET «PROMOTION DE LA SANTÉ ET PRÉVENTION DES TOXICOMANIES» Année 2010-2011 Répondante pour les organismes de Saint-Laurent A/S

Plus en détail

1. Pourquoi un guide de gestion des ressources bénévoles?

1. Pourquoi un guide de gestion des ressources bénévoles? Rédiger et mettre en place un GUIDE DE GESTION DES RESSOURCES BÉNÉVOLES 1. Pourquoi un guide de gestion des ressources bénévoles? Pour faciliter d une part, le travail de la coordination des bénévoles

Plus en détail

RAPPORT EXÉCUTIF DE LA FIRME DE CONSULTANTS GARTNER

RAPPORT EXÉCUTIF DE LA FIRME DE CONSULTANTS GARTNER A Demande R-3491-2002 RAPPORT EXÉCUTIF DE LA FIRME DE CONSULTANTS GARTNER HYDRO-QUÉBEC ÉVALUATION DU PROJET SIC ET RECOMMANDATIONS, 7 AOÛT 2002 Original : 2002-09-20 HQD-2, Document 1 (En liasse) Rapport

Plus en détail

Demande d emploi. Poste(s) désiré(s) Stagiaire d été ou Stagiaire DESS. Information générale. Ville Province/État Code postal

Demande d emploi. Poste(s) désiré(s) Stagiaire d été ou Stagiaire DESS. Information générale. Ville Province/État Code postal Page 1 de 5 Approuvé par Demande d emploi Roy, Tremblé, Martin & Associés (Note : Faute d orthographe Tremblay) Nom de l établissement d éducation HEC Montréal Nom (s) désiré(s) Stagiaire d été ou Stagiaire

Plus en détail

Mobiliser aujourd'hui les dirigeants humanitaires mondiaux de demain

Mobiliser aujourd'hui les dirigeants humanitaires mondiaux de demain Mobiliser aujourd'hui les dirigeants humanitaires mondiaux de demain Michael Dickmann Emma Parry Ben Emmens Christine Williamson Septembre 2010 People In Aid Cranfield University, School of Management

Plus en détail

De l évaluation individuelle à la performance organisationnelle : Surfer sur les notes!

De l évaluation individuelle à la performance organisationnelle : Surfer sur les notes! De l évaluation individuelle à la performance organisationnelle : Surfer sur les notes! Luc Mélotte Administrateur Plan de la présentation Stratégie d entreprise et Performance Stratégie RH et Performance

Plus en détail

Rémunération des cadres supérieurs

Rémunération des cadres supérieurs CHAPITRE 6 Rémunération des cadres supérieurs un programme de rémunération des cadres supérieurs bien conçu vise les objectifs suivants : recruter et fidéliser le personnel compétent nécessaire pour assurer

Plus en détail

MANAGEMENT, LEADERSHIP ET REMUNERATION TRIO GAGNANT POUR FIDELISER LES COLLABORATEURS

MANAGEMENT, LEADERSHIP ET REMUNERATION TRIO GAGNANT POUR FIDELISER LES COLLABORATEURS MANAGEMENT, LEADERSHIP ET REMUNERATION TRIO GAGNANT POUR FIDELISER LES COLLABORATEURS Assemblée Générale - Atlantia la Baule Jeudi 10 juillet 2014 Ludovic BESSIERE Hays Finance & Comptabilité Hacène ASSES

Plus en détail

Gestion de la prévention

Gestion de la prévention Gestion de la prévention Pour un comité de santé et de sécurité efficace Coopérer pour réduire les lésions professionnelles L expérience montre qu une entreprise qui se dote d un comité de santé et de

Plus en détail

Gestion commerciale LCA.8Z. Information : (514) 376-1620, poste 419

Gestion commerciale LCA.8Z. Information : (514) 376-1620, poste 419 Gestion LCA.8Z Information : (514) 376-1620, poste 419 Programme de formation Type de sanction Attestation d études collégiales permettant de cumuler 35 unités 1/3. Buts généraux du programme Ce programme

Plus en détail

Cadre de gestion des ressources humaines. Commission de la fonction publique internationale

Cadre de gestion des ressources humaines. Commission de la fonction publique internationale Cadre de gestion des ressources humaines Commission de la fonction publique internationale Introduction La Commission de la fonction publique internationale (CFPI) a adopté en 2000 un cadre de gestion

Plus en détail

La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche

La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche La gestion prévisionnelle des compétences Histoire, problématique et démarche I - Un historique du modèle de la compétence II - Les enjeux de la GPEC III - Une démarche reliant stratégie/compétences/organisation

Plus en détail

Cultiver le goût d entreprendre à l école

Cultiver le goût d entreprendre à l école DÉFI DE L ENTREPRENEURIAT JEUNESSE OFFRE DE SERVICE Cultiver le goût d entreprendre à l école Le Carrefour jeunesse-emploi de Shawinigan vous présente son Guide d ateliers pédagogiques pour les élèves

Plus en détail

LE PARTENAIRE D AFFAIRES RH : CATALYSEUR DES CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS RÉUSSIS

LE PARTENAIRE D AFFAIRES RH : CATALYSEUR DES CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS RÉUSSIS LE PARTENAIRE D AFFAIRES RH : CATALYSEUR DES CHANGEMENTS ORGANISATIONNELS RÉUSSIS Par Jacqueline Codsi Comme le mentionne éloquemment Hervey Sériex, «Autrefois, le changement était l'exception et le statu

Plus en détail

Guide pour rédiger une description de travail du groupe de la direction (EX)

Guide pour rédiger une description de travail du groupe de la direction (EX) Un meilleur gouvernement : avec nos partenaires, pour les Canadiens Guide pour rédiger une description de travail du groupe de la direction (EX) Publié par : Politiques de gestion des cadres supérieurs

Plus en détail

Les qualités s et les compétences requises des gestionnaires dans un contexte d ouvertured

Les qualités s et les compétences requises des gestionnaires dans un contexte d ouvertured Les qualités s et les compétences requises des gestionnaires dans un contexte d ouvertured Par Natalie Rinfret, Ph.D. Professeure Titulaire de la Chaire La Capitale en leadership dans le secteur public

Plus en détail

MINI MBA DE MANAGEMENT 2014-2015

MINI MBA DE MANAGEMENT 2014-2015 MINI MBA DE MANAGEMENT 2014-2015 OBJECTIFS Inculquer les «savoirs», «savoirs faire» et «savoirs être» nécessaires au métier de Manager. Ce programme s articule autour des 5 principaux domaines de compétences

Plus en détail

Les fonds de répartition de l actif

Les fonds de répartition de l actif Les fonds de répartition de l actif À la fois simples et élaborés La Great-West vous offre deux types de fonds de répartition de l actif : les fonds de répartition de l actif à risque cible et à date cible.

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

DIRECTIVES DE RÉMUNÉRATION ET D ÉVALUATION DES MEMBRES DE LA HAUTE DIRECTION (ENSEIGNEMENT ET RECHERCHE)

DIRECTIVES DE RÉMUNÉRATION ET D ÉVALUATION DES MEMBRES DE LA HAUTE DIRECTION (ENSEIGNEMENT ET RECHERCHE) Date d entrée en vigueur : 7 juin 2013 Remplace/amende : s. o. Origine : Ressources humaines et vice-rectorat exécutif aux affaires académiques Numéro de référence : HR-40 Remarque : Le masculin est utilisé

Plus en détail