Le processus du développement économique

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Le processus du développement économique"

Transcription

1 DOUGLASS C. NORTH Prix Nobel d économie Le processus du développement économique Présentation de Claude Ménard Traduit de l anglais par Michel Le Séac h, 2005 ISBN :

2 13 Où allons-nous? Le développement économique sans précédent des quelques siècles écoulés, avec ses conséquences pour le progrès matériel et l espérance de vie, a évidemment apporté aux humains un contexte et des perspectives de progrès continu. Il y a de bonnes raisons à cela. La croissance du stock de connaissances a produit des améliorations matérielles dont nos ancêtres n auraient pas osé rêver. Le seuil de pauvreté tel qu on le définit aux États-Unis (environ dollars par an pour une famille de quatre personnes) aurait excédé, après application de déflateurs appropriés, le niveau de vie de la quasi-totalité des humains il y a plusieurs siècles. Comme on l a dit, le critère du progrès se limite parfois à la croissance du stock de connaissances, et cette croissance ne semble pas présenter de rendements décroissants dans son application à la lutte contre la pénurie. Mais la présente étude s attache aux institutions et à la manière dont les humains les ont créées pour remédier à l incertitude. Or, là encore, nous avons réussi à créer des sociétés complexes composées d institutions qui utilisent le stock de connaissances pour parvenir à des économies productives. Pourtant, si l on explore la condition humaine dans le contexte plus large de la structure politicoéconomico-sociale d ensemble, les résultats sont ambigus.

3 214 Le chemin à parcourir Le raisonnement de ce livre a des implications pour la manière dont nous percevons l avenir des êtres humains. Nous n avons qu une vision limitée de l avenir et les perspectives futures des humains sont clairement incertaines. Pour comprendre le processus du changement économique, il faut considérer les énormes améliorations du bien-être économique mais aussi s attaquer aux incertitudes profondes qui ont caractérisé cette évolution et qui nous attendent dans l avenir. Dans ce dernier chapitre, je m interroge sur ce que cela implique pour l avenir de la condition humaine. J explorerai successivement l évolution des croyances, la nouveauté et l adaptabilité des humains, la fragilité de l adaptation institutionnelle et les limites de l efficience adaptative. I Les chapitres précédents auront sans doute montré que non seulement notre connaissance de nous-mêmes est très imparfaite, mais que la nature même de notre conscience est une arme à double tranchant. La conscience est la source et l inspiration des merveilles de la créativité humaine, avec tout ce que cela implique comme aspects positifs de la condition humaine ; elle est aussi la source des superstitions, dogmes et religions qui (avec le conditionnement culturel qui les accompagne) ont produit l Holocauste, des guerres interminables, des actes de cruauté et de terrorisme, aujourd hui comme hier. Ce que nous avons appris sur la manière dont l esprit et le cerveau interprètent l environnement humain est-il suffisant pour comprendre les sources des croyances? En savons-nous beaucoup sur la manière dont les croyances non rationnelles s allient à certains attributs culturels pour produire telle ou telle attitude anti-sociale? La «conscience de soi» des humains dans des environnements différents a produit l énorme diversité des systèmes de croyances qui ont été dans le passé, sont dans le présent et demeureront dans l avenir la source profonde essentielle du comportement humain. Mais nous en savons bien trop peu sur la manière dont ces systèmes de croyances évoluent et se répandent, et sur leurs conséquences pour les performances humaines. Étant donné le potentiel dévastateur des technologies militaires modernes, connaître ces conséquences est une condition de la survie humaine.

4 Où allons-nous? 215 II C est une thèse centrale de ce livre : du fait de la nature non ergodique de notre monde, nous avons du mal à faire face efficacement aux nouveautés incessantes que nous rencontrons dans notre marche vers des environnements humains toujours plus complexes et interdépendants. Ce problème a deux aspects : à quel point les membres d une société ont-ils acquis l adaptabilité nécessaire pour affronter des problèmes nouveaux? Et à quel point les problèmes eux-mêmes sont-ils nouveaux? Il se peut que certains membres d une société distinguent la «vraie» nature d un problème sans être en mesure de modifier l institution. Il est nécessaire que ceux qui prennent les décisions politiques soient du même avis ; pourtant, il n est pas évident que le politique tende à «installer» de telles personnes aux postes de décision. La manière dont l esprit fonctionne est importante : si les psychologues évolutionnistes ont raison quand ils disent que la plus grande partie de notre comportement est génétiquement déterminée, à quel point les humains peuvent-ils s adapter à la nouveauté? Les problèmes affrontés par les humains aujourd hui et demain n ont pas grand-chose en commun avec ceux d un chasseur-cueilleur. Le degré de nouveauté est évidemment une déterminante essentielle de nos chances de réussite face aux problèmes. Nous parlons volontiers du changement technologique, d internet et des manipulations génétiques comme de solutions à nos problèmes, sans songer aux problèmes nouveaux et sans précédent qui en résulteront du fait des altérations de l environnement humain. Le monde interdépendant que nous sommes en train de créer requiert d immenses changements sociétaux et soulève de vrais problèmes quant aux facultés d adaptation des humains. III La chute des coûts d information et la possibilité pour toutes les sociétés de connaître les performances des autres ont clairement accentué l imitation et l adaptabilité institutionnelles. Pourtant, l écart entre pays développés et pays moins développés continue à s élargir. L analyse du changement présentée dans les chapitres précédents montre

5 216 Le chemin à parcourir clairement que le rattrapage est un processus compliqué. Nous ignorons encore comment créer des régimes politiques qui mettront en place des règles économiques contenant les incitations voulues. Nous sommes encore loin de comprendre complètement quelle structure institutionnelle complexe, technologiquement interdépendante, améliorerait le fonctionnement des économies politiques. Les résultats décevants des efforts en faveur du développement économique en Afrique sub-saharienne et en Amérique latine donnent à penser qu il nous reste un certain chemin à parcourir avant de pouvoir espérer améliorer les performances grâce aux institutions que nous créons. Et l agitation du monde musulman (à la fois à l intérieur de ce monde et à ses frontières) jette une ombre épaisse sur les perspectives de l humanité. Les troubles de la Russie depuis le début des années 1990 témoignent hélas des difficultés de la construction d un nouveau cadre institutionnel en état de marche. Le processus du changement lui-même est un facteur aggravant, car il peut rendre les solutions issues de l expérience du passé impraticables dans des contextes nouveaux et sans précédent. Les économistes se cramponnent à un corpus théorique développé pour traiter les économies avancées du 19 e siècle, dans lesquelles les problèmes étaient ceux de la répartition des ressources. Ils persistent à essayer de l adapter aux problèmes fondamentaux du développement, alors que ce corpus est tout simplement inapte à traiter les questions soulevées dans la présente étude. IV Toutes les sociétés à travers l histoire ont fini par décliner et disparaître. Certaines, comme Rome, ont duré plusieurs centaines d années, d autres, comme l Union soviétique, moins d un siècle. Mancur Olson affirme qu en l absence de révolutions périodiques, les groupes d intérêt tendent à rigidifier les sociétés et à laminer les gains de productivité qui sont à l origine de la croissance. La courte histoire de l Union soviétique témoigne des écueils inhérents à un cadre institutionnel rigide. Ce que j ai appelé efficience adaptative est une condition permanente dans laquelle la société modifie sans cesse ses institutions, ou en crée de nouvelles, au fur et à mesure que des problèmes se présen-

6 Où allons-nous? 217 tent. Cela implique concomitamment que le politique et l économie essaient sans cesse de nouvelles formules face aux incertitudes omniprésentes et éliminent les adaptations institutionnelles incapables de résoudre les nouveaux problèmes. Hayek a fait de cette condition une partie centrale de son raisonnement sur la survie humaine. Elle a certainement caractérisé le développement sociétal des États-Unis au cours de ces derniers siècles, malgré toutes les taches de leur histoire. Il semble que cela provienne du développement d un ensemble de contraintes institutionnelles informelles qui sont de puissantes protections contre un monopole rigide, quelle qu en soit la forme. Mais elles sont le fait d un hasard favorable plus que d une intention ; et même si nous connaissions leur source, elles se sont formées sur une longue période et ne paraissent pas reproductibles délibérément ni en peu de temps. De plus, rien ne garantit que la structure institutionnelle souple, adaptativement efficiente, persistera dans le monde sans précédent et toujours plus complexe que nous sommes en train de créer. Le caractère général du déclin économique des civilisations du passé donne à penser que l efficience adaptative pourrait avoir ses limites. L élargissement du stock de connaissances aurait-il rendu obsolète cette histoire déprimante? Les prédictions radieuses des cercles de pensée qui voient le salut dans la science et la technologie voudraient nous le faire croire ; mais les décisions des humains sont façonnées par un mélange complexe d évolutions de la conscience dans le contexte d expériences humaines diverses. Pour comprendre la condition humaine, il est essentiel de considérer l intentionnalité des acteurs. Les économistes le savent bien, l économie est une théorie du choix. Mais pour améliorer les perspectives de l homme, il faut comprendre les sources de ses décisions. C est une condition nécessaire pour la survie de l humanité.

Clément ALBRIEUX (69)

Clément ALBRIEUX (69) Pratique 20 : Une nouvelle identité entrepreneuriale 287 Le témoin : Clément ALBRIEUX (69) 30 collaborateurs Comment est définie et gérée l innovation dans votre cabinet? Les collaborateurs du cabinet

Plus en détail

Questions liées au financement de la formation et

Questions liées au financement de la formation et Gregory Wurzburg Administrateur principal à la Direction de l Éducation, de l Emploi, du Travail et des Affaires sociales, Organisation de Coopération et de Développement Économique, Paris. Questions liées

Plus en détail

2014 Sondage d AGF sur les perspectives des investisseurs. Revoir la notion des placements

2014 Sondage d AGF sur les perspectives des investisseurs. Revoir la notion des placements 2014 Sondage d AGF sur les perspectives des investisseurs Revoir la notion des placements Un message de Blake C. Goldring, m.s.m., ll.d., cfa PRÉSIDENT DU CONSEIL ET CHEF DE LA DIRECTION, LA SOCIÉTÉ DE

Plus en détail

Le thème de ce livre est une discussion sur le discours

Le thème de ce livre est une discussion sur le discours L entreprise contre la pauvreté. La dernière chance du libéralisme Jacques BARATIER (2005) Paris, Éditions Autrement, 186 p., ISBN : 2-7467-0649-0 Pour en savoir plus Compte rendu Le thème de ce livre

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT) OMPI PCT/R/1/22 ORIGINAL : anglais DATE : 15 mai 2001 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F UNION INTERNATIONALE DE COOPÉRATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT) COMITÉ SUR LA

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

1ère fédération en France exclusive Coaching de Vie!

1ère fédération en France exclusive Coaching de Vie! Dossier de Presse Septembre 2015 1ère fédération en France exclusive Coaching de Vie! 2015 Création de la FEDERATION DE COACHING DE VIE! Vivre l accompagnement Coaching de Vie FCV Fédération de Coaching

Plus en détail

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales

Place et rôle de l Afrique dans les processus de négociations internationales Ministère de la modernisation des secteurs publics Centre Africain de Formation et de Recherche Administratives pour le Développement Ecole Nationale d Administration Fondation Hanns Seidel Original :

Plus en détail

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement

Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011. Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement Réunion du Conseil au niveau des ministres Paris, 25-26 mai 2011 Cadre pour une stratégie de l OCDE pour le développement 1. La présente note d orientation a pour objet d exposer l approche plus vaste

Plus en détail

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse

Agile Learning Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Comment faire face aux changements organisationnels? Une étude internationale réalisée par Lumesse Introduction Le monde du travail est plus que familier avec la notion de changement. Synonyme d innovation

Plus en détail

Les Français et le diesel

Les Français et le diesel Les Français et le diesel Sondage réalisé par pour Publié le dimanche 1 er novembre 2015 Levée d embargo le samedi 31 octobre 23H00 Méthodologie Recueil Enquête réalisée auprès d un échantillon de Français

Plus en détail

de l instruction publique estime que je vais donner des idées aux enfants lorsque je vais dans les écoles et nous devons nous battre pour aller dans

de l instruction publique estime que je vais donner des idées aux enfants lorsque je vais dans les écoles et nous devons nous battre pour aller dans Gavin COCKS, fondateur de l Association GASP/Afrique du Sud («des jeux auxquels les enfants ne devraient pas jouer»). Actions de prévention en Afrique du Sud. Bonjour à tous et merci beaucoup à Françoise

Plus en détail

J aide mon enfant à développer son estime de soi

J aide mon enfant à développer son estime de soi Bruno Hourst J aide mon enfant à développer son estime de soi Illustrations de Jilème, 2012 ISBN : 978-2-212-55221-8 Chapitre 1 Qu est-ce que l estime de soi? Définir l estime de soi Le concept d estime

Plus en détail

DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT. I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent?

DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT. I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent? DEVENIR UN PRATICIEN RÉFLEXIF ET CONGRUENT I) Qu est-ce qu un praticien réflexif et congruent? Dans la lettre que j ai adressé début 2007 aux membres de la SFC et qui figure sur le site de la SFC, j énonçais

Plus en détail

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé

LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL. LI Bin Résumé LA PROTECTION DE LA PROPRIÉTÉ EN CHINE : TRANSFORMATION DU DROIT INTERNE ET INFLUENCE DU DROIT INTERNATIONAL LI Bin Résumé 1. Thème. Le droit de propriété a été l objet de réformes successives en Chine.

Plus en détail

Stratégies métacognitives. Leur intégration dans la classe de FLE (1) 1- Introduction 2- Domaine d action 3- L apport théorique

Stratégies métacognitives. Leur intégration dans la classe de FLE (1) 1- Introduction 2- Domaine d action 3- L apport théorique Stratégies métacognitives. Leur intégration dans la classe de FLE (1) Raquel Partemi rpartemi@logos.uncu.edu.ar María Cristina Azcona sanchere@speedy.com.ar Noemí Jiménez castellotejimenez@yahoo.com.ar

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre?

Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Réduire la pauvreté : comment les collectivités territoriales peuvent-elles être des catalyseurs du développement économique pro-pauvre? Les trois dernières décennies ont été marquées par des progrès impressionnants

Plus en détail

Introduction 1. Bibliographie 317 Remerciements 323 Index 325. 2011 Pearson Education France Investisseurs de légende Glen Arnold

Introduction 1. Bibliographie 317 Remerciements 323 Index 325. 2011 Pearson Education France Investisseurs de légende Glen Arnold S o m m a i r e Introduction 1 1. Benjamin Graham 7 2. Philip Fisher 53 3. Warren Buffett et Charles Munger 81 4. John Templeton 133 5. George Soros 169 6. Peter Lynch 221 7. John Neff 255 8. Anthony Bolton

Plus en détail

Qu est-ce que le droit à la protection sociale?

Qu est-ce que le droit à la protection sociale? Introduction Qu est-ce que le droit à la protection sociale? Le droit de la protection sociale est constitué de l ensemble des règles juridiques destinées à protéger les personnes contre la survenance

Plus en détail

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944

LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT Histoire LA GOUVERNANCE ÉCONOMIQUE MONDIALE DEPUIS 1944 HISTOIRE La gouvernance économique mondiale depuis 1944 LEAGUE OF NATIONS 1919 : création de la Société des

Plus en détail

«Le Leadership en Suisse»

«Le Leadership en Suisse» «Le Leadership en Suisse» Table des matières «Le Leadership en Suisse» Une étude sur les valeurs, les devoirs et l efficacité de la direction 03 04 05 06 07 08 09 11 12 13 14 «Le Leadership en Suisse»

Plus en détail

Un système de paie commun pour les organismes des Nations Unies

Un système de paie commun pour les organismes des Nations Unies Nations Unies A/60/582/Add.1 Assemblée générale Distr. générale 10 avril 2006 Français Original : anglais Soixantième session Points 122 et 130 de l ordre du jour Examen de l efficacité du fonctionnement

Plus en détail

La confiance joue un rôle prépondérant en économie ; c est un fait avéré et il n est point nécessaire de produire un recensement exhaustif pour s en convaincre. Une seule référence peut suffire : celle

Plus en détail

L investissement est-il toujours favorable à la croissance et à l emploi?

L investissement est-il toujours favorable à la croissance et à l emploi? L investissement est-il toujours favorable à la croissance et à l emploi? Entrée en matière faisant référence à l actualité. Définitions de l investissement (en italique) qui s appuie sur le contenu d

Plus en détail

Discours de S.E. M. Renato Brunetta Ministre de l Administration Publique et de l Innovation, Italie. Conférence Ministérielle MENA-OCDE 2009

Discours de S.E. M. Renato Brunetta Ministre de l Administration Publique et de l Innovation, Italie. Conférence Ministérielle MENA-OCDE 2009 Discours de S.E. M. Renato Brunetta Ministre de l Administration Publique et de l Innovation, Italie Conférence Ministérielle MENA-OCDE 2009 Marrakech, 22-23 Novembre 2009 Une gouvernance efficace garantissant

Plus en détail

Gestion dynamique de votre compte BullionVault

Gestion dynamique de votre compte BullionVault Mostafa Belkhayate Gestion dynamique de votre compte BullionVault Lorsque vous ouvrez un compte BullionVault, vous avez le choix entre 3 compartiments devises, l euro, le dollar et la livre sterling et

Plus en détail

L ISLAM et le monde des affaires

L ISLAM et le monde des affaires Lachemi SIAGH L ISLAM et le monde des affaires Argent, éthique et gouvernance Éditions d Organisation, 2003 ISBN : 2-7081-2939-2 Introduction La pensée économique islamique est foncièrement différente

Plus en détail

Savoir jouer avec les autres Votre orchestre est-il prêt pour un travail de collaboration?

Savoir jouer avec les autres Votre orchestre est-il prêt pour un travail de collaboration? Savoir jouer avec les autres Votre orchestre est-il prêt pour un travail de Par Katherine Carleton Directrice générale, Orchestres Canada Novembre 2006 Les orchestres à l esprit d entreprise s efforcent

Plus en détail

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION

ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION ECONOMIE GENERALE G. Carminatti-Marchand SEANCE III ENTREPRISE ET INTERNATIONALISATION On constate trois grandes phases depuis la fin de la 2 ème guerre mondiale: 1945-fin 50: Deux blocs économiques et

Plus en détail

UNIVERSITE PARIS IV SORBONNE ECOLE DOCTORALE II Histoire Moderne et Contemporaine

UNIVERSITE PARIS IV SORBONNE ECOLE DOCTORALE II Histoire Moderne et Contemporaine UNIVERSITE PARIS IV SORBONNE ECOLE DOCTORALE II Histoire Moderne et Contemporaine [...][...][...][...][...][...][...][...][...][...] (N d enregistrement attribué par la bibliothèque) THESE pour obtenir

Plus en détail

LE MANDAT EN PRÉVISION DE VOTRE INAPTITUDE : UNE AUTRE NÉCESSITÉ

LE MANDAT EN PRÉVISION DE VOTRE INAPTITUDE : UNE AUTRE NÉCESSITÉ LE DROIT A TOUTES LES SAUCES LE MANDAT EN PRÉVISION DE VOTRE INAPTITUDE : UNE AUTRE NÉCESSITÉ Dans notre dernière rubrique, nous avons vu la nécessité d un testament. Dans notre présente rubrique, nous

Plus en détail

Unité 1 : Le Canada au commencement du 20 e siècle (1900 à 1914)

Unité 1 : Le Canada au commencement du 20 e siècle (1900 à 1914) Résultats d apprentissage spécifiques Unité 1 : Le Canada au commencement du 20 e siècle (1900 à 1914) programme d études - histoire du canada 1231 (version provisoire 2011) 45 RAS 1 L élève devra examiner

Plus en détail

FORUM DES FEMMES CHEFS D ENTREPRISE

FORUM DES FEMMES CHEFS D ENTREPRISE NATIONS UNIES A Assemblée générale Distr. LIMITÉE A/CONF.191/L.25 6 juillet 2001 FRANÇAIS Original: ANGLAIS Troisième Conférence des Nations Unies sur les pays les moins avancés Bruxelles (Belgique), 14-20

Plus en détail

2) Les déterminants de la motivation des arbitres et entraîneurs:

2) Les déterminants de la motivation des arbitres et entraîneurs: Motivation et performance sportive : une caractéristique commune des arbitres et entraîneurs de haut niveau Support théorique : Jean Pierre Famose EPS N 35 Arbitre et entraîneur deux acteurs du sport moderne

Plus en détail

L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde?

L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde? GROUPE DE RECHERCHE SUR LES PRATIQUES DE GESTION DES RÉGIMES DE RETRAITE L investissement en fonction du passif : qu en est-il de son usage à travers le monde? SOMMAIRE Le Groupe de recherche sur les pratiques

Plus en détail

Les causes d échec du changement organisationnel

Les causes d échec du changement organisationnel MBOCKA Geneviève Haute école de gestion de Genève Drize, 7 Campus Battelle Bât. F 1227 Carouge Les causes d échec du changement organisationnel A quels éléments faut-il être attentif lors de la mise en

Plus en détail

Modélisation de la réforme des pensions

Modélisation de la réforme des pensions Modèle PROST de la Banque Mondiale Modélisation de la réforme des pensions Mécanisme de simulation des options de réforme des retraites, de la Banque Mondiale L es politiques de pension d aujourd hui peuvent

Plus en détail

Epargne : définitions, formes et finalités.

Epargne : définitions, formes et finalités. Epargne : définitions, formes et finalités. 1) Définitions de l épargne. Le dictionnaire Larousse définit l épargne comme une «fraction du revenu individuel ou national qui n est pas affectée à la consommation»,

Plus en détail

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012

CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 CONFERENCE ECONOMIQUE AFRICAINE 2012 Hôtel Serena Kigali, Rwanda 30 octobre-2 novembre 2012 Promouvoir le développement inclusif et durable en Afrique dans une période d incertitude pour l économie mondiale

Plus en détail

Coup d œil sur les inégalités de revenus au

Coup d œil sur les inégalités de revenus au Coup d œil sur les inégalités de revenus au Québec L expression «nous les 99 %», qui avait servi de cri de ralliement des mouvements Occupy, résume les préoccupations que soulève la tendance mondiale à

Plus en détail

Animer et Diriger une Equipe Séance 3

Animer et Diriger une Equipe Séance 3 SUIVI DE FORMATION - SEANCE 3 Animer et Diriger une Equipe Séance 3 VERSION MARS 2009 PARTIE I : DEROULEMENT DE LA SEANCE 3 1. POUR ACCEDER A LA SEANCE DE SUIVI Ce document est imprimé. Vous êtes dans

Plus en détail

Dispositif d innovation mis en place dans le projet École éloignée en réseau

Dispositif d innovation mis en place dans le projet École éloignée en réseau Dispositif d innovation mis en place dans le projet École éloignée en réseau Préambule : L innovation vise l appropriation d une invention technique par un milieu particulier (nouvelles pratiques des acteurs,

Plus en détail

Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé

Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé Enquête 2014 de Manuvie / Ipsos Reid sur la prospérité et la santé Introduction Des employés engagés et productifs ont à cœur la réussite de leur employeur. Par leur attitude et leur confiance en eux,

Plus en détail

OMD 2015 : Comment débloquer le potentiel des collectivités territoriales?

OMD 2015 : Comment débloquer le potentiel des collectivités territoriales? OMD 2015 : Comment débloquer le potentiel des collectivités territoriales? À seulement cinq ans de l échéance de 2015 fixée pour les OMD, de nombreux pays ont réalisé d importants progrès quant à la réalisation

Plus en détail

Mieux vaut seul que mal accompagné

Mieux vaut seul que mal accompagné Mieux vaut seul que mal accompagné C est là le plus souvent une formule que l on prononce en étant désolé et qui console assez mal les gens esseulés. L humanité a la plupart de temps considéré la solitude

Plus en détail

Nos activités et nos rejets polluants deviennent problématiques, et génèrent des inquiétudes sur l avenir de l humanité et de son environnement.

Nos activités et nos rejets polluants deviennent problématiques, et génèrent des inquiétudes sur l avenir de l humanité et de son environnement. LE DÉVELOPPEMENT DURABLE Constats et enjeux En un siècle, l impact de l homme sur la nature a bouleversé l environnement. Nos modes de production et de consommation sont en cause, ainsi que nos choix énergétiques.

Plus en détail

CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L'OMC Genève, 17-18 février 2003

CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L'OMC Genève, 17-18 février 2003 CONFERENCE PARLEMENTAIRE SUR L'OMC Genève, 17-18 février 2003 Organisée conjointement par l'union interparlementaire et le Parlement européen Point 2b) de l'ordre du jour provisoire LE VOLET DEVELOPPEMENT

Plus en détail

Pourquoi un tel essor du développement personnel?

Pourquoi un tel essor du développement personnel? Pourquoi un tel essor du développement personnel? Ces dernières années, on ne peut que constater l'émergence de nouvelles méthodes dont le but principal est l'épanouissement individuel. Le développement

Plus en détail

utopia LES 30 ANS DU GENIE DE LA BASTILLE

utopia LES 30 ANS DU GENIE DE LA BASTILLE 30 ans de Génie, 30 ans d invention, d expériences, de créativité, dans des espaces nouveaux, inattendus, divers et variés. Cette recherche incessante et nécessaire, c est celle de l Utopia, c est à dire

Plus en détail

Introduction. Groupe Eyrolles

Introduction. Groupe Eyrolles Introduction La crise ferait vendre! C est en tout cas le constat que peuvent se faire nombre de libraires depuis 2008 : près d une centaine d ouvrages sur le sujet auraient déjà été publiés Pratiquement

Plus en détail

Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif

Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif Petite enfance : investir très tôt dans l apprentissage non cognitif La recherche du lauréat du prix Nobel de Sciences économiques James Heckman et sa pertinence pour les communautés francophones en milieu

Plus en détail

La Nouvelle Controverse. Pour sortir de l impasse

La Nouvelle Controverse. Pour sortir de l impasse La Nouvelle Controverse Pour sortir de l impasse controverse_001-176.indd 3 06/01/14 11:23 «La voie prise depuis deux siècles ne peut que conduire à une impasse tragique». Hans Jonas Le Principe Responsabilité.

Plus en détail

TS GEOGRAPHIE. Chapitre 1 : Clés de lecture géographiques pour un monde complexe

TS GEOGRAPHIE. Chapitre 1 : Clés de lecture géographiques pour un monde complexe TS GEOGRAPHIE Chapitre 1 : Clés de lecture géographiques pour un monde complexe Le monde actuel est complexe et en perpétuelle évolution : - Depuis la fin de la guerre froide (1991), fin de l antagonisme

Plus en détail

SOMMAIRE 2. LE «NOUVEAU MONDE INDUSTRIEL ET SOCIÉTAIRE» REPOSE SUR L ASSOCIATION CONCRÈTE DE TOUS LES INDIVIDUS

SOMMAIRE 2. LE «NOUVEAU MONDE INDUSTRIEL ET SOCIÉTAIRE» REPOSE SUR L ASSOCIATION CONCRÈTE DE TOUS LES INDIVIDUS Marxisme, socialisme utopique et Le nouveau monde industriel et sociétaire Fiche 36 CHARLES FOURIER Cet ouvrage, paru en 1845, est à l image de son auteur, en marge de la culture traditionnelle et du pouvoir.

Plus en détail

Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec

Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec Allocution de Mme Françoise Bertrand Présidente directrice générale Fédération des chambres de commerce du Québec Comment les entreprises devraient-elles entrevoir l avenir en matière de régime de retraite

Plus en détail

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006

GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 1211122 GENWORTH FINANCIAL CANADA PROPOSITION PRÉBUDGETAIRE OCTOBRE 2006 RAPPORT SOMMAIRE Cette proposition présente les recommandations de Genworth Financial Canada («Genworth») au Comité permanent des

Plus en détail

Premiers résultats de l enquête: Responsables pays expatriés

Premiers résultats de l enquête: Responsables pays expatriés Premiers résultats de l enquête: Responsables pays expatriés 1. De quelle zone géographique vos PDG/Responsables pays expatriés proviennent-ils? Les dirigeants expatriés proviennent à 42% d'europe occidentale

Plus en détail

EEPU MOURILLON 26 rue Ernest RENAN 83000 Toulon

EEPU MOURILLON 26 rue Ernest RENAN 83000 Toulon EEPU MOURILLON 26 rue Ernest RENAN 83000 Toulon Réseau du Socle ACTIONS 2012-2013 Considération due aux élèves : -restauration de la confiance dans l élève -restauration de l estime de soi -prise en compte

Plus en détail

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter Comment être heureux en Amour Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter A propos de l auteure Régine Coicou est coach en rencontre et relation amoureuse.

Plus en détail

CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES

CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES 1 CRÉATION ET CROISSANCE DES JEUNES ENTREPRISES INNOVANTES Cécile AYERBE Michel BERNASCONI L a création d entreprises innovantes a fait l objet d attention de la part des chercheurs du fait de la complexité

Plus en détail

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures

En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures En Afrique, les opportunités d emploi offertes aux femmes proviennent à 92 % de l économie informelle (estimation). JORGEN SCHYTTE/Still Pictures 1 Introduction I Cette étude considère l urbanisation comme

Plus en détail

20 commonly asked questions

20 commonly asked questions Oral Abstract Topics 20 commonly asked questions 1. Le tabagisme des jeunes est-il un problème? Pourquoi? Que peut-on faire? 2. L alcoolisme sévit-il dans votre région?? Pourquoi? Que peut-on faire? 3.

Plus en détail

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada

Écoutez ce qui se dit sur l épargne-retraite au Canada MARS 2014 ÉCHEC ET MAT! LES RÉGIMES D ÉPARGNE EN MILIEU DE TRAVAIL : UNE SOLUTION GAGNANTE POUR LES CANADIENS EN VUE DE LA RETRAITE Notre 6 e sondage annuel Indice canadien de report de la retraite montre

Plus en détail

Assurance et prévention des catastrophes naturelles et technologiques

Assurance et prévention des catastrophes naturelles et technologiques Assurance et prévention des catastrophes naturelles et technologiques Céline Grislain-Letrémy Résumé long - Thèse en sciences économiques sous la direction de Bertrand Villeneuve L objet de cette thèse

Plus en détail

sortir l assurance invalidité du piège de la dette

sortir l assurance invalidité du piège de la dette 23 OCTOBRE 2011 FICHE THEMATIQUE : ASSURANCE INVALIDITE sortir l assurance invalidité du piège de la dette Au cours des 20 dernières années, l assurance invalidité suisse (AI) s est inexorablement enfoncée

Plus en détail

AUTO-ÉCOLE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1

AUTO-ÉCOLE. Création et diffusion Tous droits réservés, reproduction interdite sans autorisation de l auteur Mise à jour : 15/09/2014 1 AUTO-ÉCOLE SOMMAIRE LE MARCHÉ DE L'AUTO-ÉCOLE... 2 LA RÉGLEMENTATION DE L'AUTO-ÉCOLE... 6 L'ACTIVITÉ DE L'AUTO-ÉCOLE... 9 LES POINTS DE VIGILANCE DE L'AUTO-ÉCOLE... 12 EN SAVOIR PLUS SUR CE SECTEUR...

Plus en détail

TRANSMISSION et PÉRENNITÉ de l'entreprise. Enquête

TRANSMISSION et PÉRENNITÉ de l'entreprise. Enquête TRANSMISSION et PÉRENNITÉ de l'entreprise Enquête Préambule La transmission de son entreprise est le dernier acte du dirigeant et souvent l un des plus importants de sa vie professionnelle. Au plan macro

Plus en détail

L Union européenne face à la croissance économique

L Union européenne face à la croissance économique L Union européenne face à la croissance économique Introduction : l Union européenne est-elle une puissance économique? I) L Union européenne : une croissance économique décevante 1 Une croissance plus

Plus en détail

LA SOLUTION 3/360 3 défis stratégiques 360 minutes de focus

LA SOLUTION 3/360 3 défis stratégiques 360 minutes de focus LA SOLUTION 3/360 3 défis stratégiques 360 minutes de focus PROCESSUS DE PLANIFICATION STRATÉGIQUE SURVITAMINÉ À qui s adresse la Solution 3/360? La Solution 3/360 est toute désignée pour les PME ou autres

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

Evaluation et marketing : réinterroger nos politiques publiques autrement que par les compétences

Evaluation et marketing : réinterroger nos politiques publiques autrement que par les compétences Evaluation et marketing : réinterroger nos politiques publiques autrement que par les compétences Atelier n 18 Benoit QUIGNON, Directeur général, Communauté urbaine de Lyon - Grand Lyon Jean-Gabriel MADINIER,

Plus en détail

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous?

Où et quand cette photo a-t-elle été prise? Comment le devinez-vous? Les textes de l exposition «Dictature et démocratie» et le questionnaire pédagogique sont assez longs. Nous vous conseillons donc de répartir les fiches de travail entre vos élèves et de mettre les réponses

Plus en détail

UNITED NATIONS NATIONS UNIES

UNITED NATIONS NATIONS UNIES Programme : 16 Duration : 7 42 Producer : Lisa Andracke UNITED NATIONS NATIONS UNIES 21 st Century GHANA: L EDUCATION EN PLEINE REVOLUTION Partout dans le monde, le nombre d enfants inscrits à l école

Plus en détail

Synthè sè dè l animation «Pènsèr lès atèlièrs autrèmènt»

Synthè sè dè l animation «Pènsèr lès atèlièrs autrèmènt» Synthè sè dè l animation «Pènsèr lès atèlièrs autrèmènt» année scolaire 2011 2012 Animation Pédagogique du 11 janvier 2012 partie 2 Les axes de travail Réflexion autour des diverses organisations possibles

Plus en détail

Fausta Genazzi, Paola Delai, Anna Morisoli, Joelle Codina

Fausta Genazzi, Paola Delai, Anna Morisoli, Joelle Codina Antonella Invernizzi, La vie quotidienne des enfants travailleurs : Stratégies de survie et socialisation dans les rues de Lima, L Harmattan 2001, Paris (extraits des chapitres 4&5) Plan de la présentation

Plus en détail

Etude RSA / IFOP : Nos ados sont-ils vigilants sur Internet?

Etude RSA / IFOP : Nos ados sont-ils vigilants sur Internet? Etude RSA / IFOP : Nos ados sont-ils vigilants sur Internet? Dans le cadre de sa campagne d éducation «Internet, les autres et moi», RSA a commandité une étude qui interroge et compare les perceptions

Plus en détail

AGIR MAINTENANT : INVESTIR DANS LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE AUPRÈS DES JEUNES

AGIR MAINTENANT : INVESTIR DANS LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE AUPRÈS DES JEUNES POPULATION REFERENCE BUREAU AGIR MAINTENANT : INVESTIR DANS LA SANTÉ SEXUELLE ET REPRODUCTIVE AUPRÈS DES JEUNES SCÉNARIO DE LA PRÉSENTATION UNE PRÉSENTATION > La présentation commencera par

Plus en détail

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES

REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES REFORME DU CREDIT A LA CONSOMMATION DECRET SUR LE REMBOURSEMENT MINIMAL DU CAPITAL POUR LES CREDITS RENOUVELABLES DOSSIER DE PRESSE FICHE 1 Une réforme pour réduire le coût des crédits renouvelables et

Plus en détail

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1

Mission de pédagogie universitaire Université Saint-Joseph Glossaire 1 glossaire Les définitions succinctes, présentées dans ce glossaire, sont, en grande partie, tirées des chapitres du Manuel. Elles sont en harmonie avec les références relatives au Processus de Bologne.

Plus en détail

Instant evolution à l ère du numérique. Faites de la technologie votre atout compétitivité

Instant evolution à l ère du numérique. Faites de la technologie votre atout compétitivité Instant evolution à l ère du numérique Faites de la technologie votre atout compétitivité On sous-estime facilement la distance parcourue en aussi peu de temps, de même que l ampleur des changements qu

Plus en détail

Nous sommes interrogés sur la nature de la crise que nous rencontrons

Nous sommes interrogés sur la nature de la crise que nous rencontrons 75 L enjeu : intervenir sur le partage de plus en plus inégalitaire de la richesse produite Économiste, Fondation Copernic Nous sommes interrogés sur la nature de la crise que nous rencontrons depuis 2007-2008

Plus en détail

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites

Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Confédération des Organisations Familiales de l Union européenne Réponse de la COFACE à la Consultation de la Commission européenne à propos du Livre vert sur les retraites Commentaire général Le premier

Plus en détail

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ?

PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? PEUT- ON SE PASSER DE LA NOTION DE FINALITÉ? à propos de : D Aristote à Darwin et retour. Essai sur quelques constantes de la biophilosophie. par Étienne GILSON Vrin (Essais d art et de philosophie), 1971.

Plus en détail

Economie de l incertain et de l information Partie 2 : Asymétrie de l information Chapitre 4 : Sélection adverse et théorie du signal

Economie de l incertain et de l information Partie 2 : Asymétrie de l information Chapitre 4 : Sélection adverse et théorie du signal Economie de l incertain et de l information Partie 2 : Asymétrie de l information Chapitre 4 : Sélection adverse et théorie du signal Olivier Bos olivier.bos@u-paris2.fr Introduction Importance de l information

Plus en détail

RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT. Histoire LA CHINE DEPUIS 1919

RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT. Histoire LA CHINE DEPUIS 1919 RÉVISIONS DES ÉPREUVES DU BACCALAURÉAT Histoire LA CHINE DEPUIS 1919 HISTOIRE La Chine depuis 1919 RUSSIE «L homme malade de l Asie» Révolution de 1911 > 1912 : régime républicain > Pouvoir militaire «les

Plus en détail

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015

Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL. concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 COMMISSION EUROPÉENNE Bruxelles, le 13.5.2015 COM(2015) 265 final Recommandation de RECOMMANDATION DU CONSEIL concernant le programme national de réforme du Luxembourg pour 2015 et portant avis du Conseil

Plus en détail

5 clés pour plus de confiance en soi

5 clés pour plus de confiance en soi ASSOCIATION JEUNESSE ET ENTREPRISES Club SEINE-ET- MARNE 5 clés pour plus de confiance en soi Extrait du guide : «Vie Explosive, Devenez l acteur de votre vie» de Charles Hutin Contact : Monsieur Jackie

Plus en détail

Systèmes d innovation et territoires. Francesco Quatraro M1 EFM 2010/2011

Systèmes d innovation et territoires. Francesco Quatraro M1 EFM 2010/2011 Systèmes d innovation et territoires Francesco Quatraro M1 EFM 2010/2011 1 Les trajectoires de croissance Théorie de la croissance traditionnelle Solow (1957) Connaissance comme bien libre Toutes pays

Plus en détail

Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir. Contribution des parents pour la mise en œuvre de la démarche relative au

Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir. Contribution des parents pour la mise en œuvre de la démarche relative au Commission scolaire des Draveurs Découvrir, grandir, devenir Contribution des parents pour la mise en œuvre de la démarche relative au PLAN D INTERVENTION Service des ressources éducatives Version finale

Plus en détail

Enquête de satisfaction client 2009

Enquête de satisfaction client 2009 Enquête de satisfaction client 2009 High Performance Sealing Technology Bienvenue au 3e rapport d enquête de Satisfaction client James Walker. En 2006 lorsque nous lancions notre 1ère enquête, les marchés

Plus en détail

DATA, OIL OF MODERN ECONOMY!

DATA, OIL OF MODERN ECONOMY! DATA, OIL OF MODERN ECONOMY! LE MANQUE DE CONNAISSANCE ET L IMMOBILISME DANS LE WEB FREINENT DURABLEMENT LA CROISSANCE EN FRANCE Communiqué de presse France 2014 LE MANQUE DE CONNAISSANCE ET L IMMOBILISME

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

Conférence de Maputo Allocution de Christine Lagarde, directrice générale du FMI 29 mai 2014

Conférence de Maputo Allocution de Christine Lagarde, directrice générale du FMI 29 mai 2014 Conférence de Maputo Allocution de Christine Lagarde, directrice générale du FMI 29 mai 2014 Bonjour, bom dia! C est avec grand plaisir que je vous souhaite la bienvenue à cette conférence sur l Afrique.

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

Avis sur le zonage des chirurgiens-dentistes libéraux du PRS Nord-Pas-de-Calais. Adopté en assemblée plénière du 3 juillet 2013

Avis sur le zonage des chirurgiens-dentistes libéraux du PRS Nord-Pas-de-Calais. Adopté en assemblée plénière du 3 juillet 2013 Avis sur le zonage des chirurgiens-dentistes libéraux du PRS Nord-Pas-de-Calais Adopté en assemblée plénière du 3 juillet 2013 Avis de la CRSA Nord-Pas-de-Calais sur le zonage chirurgiens-dentistes 3 juillet

Plus en détail

Prédication de la veillée de prière pour l unité des chrétiens Tours St Paul du Sanitas jeudi 22 janvier 2010 Commentaire de Luc 24, 1-52.

Prédication de la veillée de prière pour l unité des chrétiens Tours St Paul du Sanitas jeudi 22 janvier 2010 Commentaire de Luc 24, 1-52. Prédication de la veillée de prière pour l unité des chrétiens Tours St Paul du Sanitas jeudi 22 janvier 2010 Commentaire de Luc 24, 1-52. La météo ou le climat? «Comme ils parlaient ainsi, Jésus fut présent

Plus en détail

30 e Pré-Conférence annuelle de la Section IFLA des Services de Bibliothèque et de Recherche Parlementaires (Paris, 12-14 août 2014) Raissa Teodori

30 e Pré-Conférence annuelle de la Section IFLA des Services de Bibliothèque et de Recherche Parlementaires (Paris, 12-14 août 2014) Raissa Teodori 30 e Pré-Conférence annuelle de la Section IFLA des Services de Bibliothèque et de Recherche Parlementaires (Paris, 12-14 août 2014) SESSION INAUGURALE Raissa Teodori Présidente, Section IFLA des Services

Plus en détail

«Une approche globale de la protection des données à caractère personnel dans l'union européenne» Contribution du Groupe Carrefour - Janvier 2011

«Une approche globale de la protection des données à caractère personnel dans l'union européenne» Contribution du Groupe Carrefour - Janvier 2011 «Une approche globale de la protection des données à caractère personnel dans l'union européenne» Contribution du Groupe Carrefour - Janvier 2011 Numéro au registre des représentants d intérêts : 2921139621-18

Plus en détail

L INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE

L INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE François JAKOBIAK L INTELLIGENCE ÉCONOMIQUE La comprendre L implanter L utiliser, 2004 ISBN : 2-7081-3166-4 INTRODUCTION Le pionnier de la veille technologique que j étais, il y a une quinzaine d années,

Plus en détail