Histoire et Culture Juives

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Histoire et Culture Juives"

Transcription

1 Thème étudié Les Pré requis Les Objectifs THÈME ÉTUDIÉ LES JUIFS De CHARLEMAGNE à l EXPULSION d ESPAGNE du VIII ème au XV ème siècle. L évaluation Pour aller plus loin Finalités des séquences : Appréhender les éléments caractéristiques de l histoire du peuple juif dans le monde chrétien occidental du VIII ème au XV ème siècle. Saisir les rouages des relations des différentes communautés juives avec la majorité chrétienne. Approche méthodologique de la fiche [Doc. Prof : J1] Comprendre l organisation des diverses communautés juives installées dans le monde chrétien : leur situation juridique, économique et sociale. Constater les modes de vie juive durant cette période à travers l exemple de la ville de Lyon. Liste des Documents contenus dans la Fiche Doc - J0 Comprendre de quelles manières et pour quelles raisons la chrétienté qui devient une religion d'état et veut se développer est passée à l égard des juifs d une méfiance vigilante à une réelle hostilité. Durée : Six séquences de 1 heure ou trois séquences de 2 heures Rappel : L objet de cette fiche est de permettre à l enseignant, à partir des ressources proposées, d élaborer un cours pour des élèves de collège. La rubrique «Pour aller plus loin» permet de trouver des contenus complémentaires. L italien Jean de Capistran prêche contre les Juifs. Bamberg, vers 1470 Rashi de Troyes Ferdinand et Isabelle la Catholique RÉALISÉE AVEC LE SOUTIEN DE NOTE IMPORTANTE : Le document présent est le fruit d un travail collaboratif d enseignants d histoire et culture juives des centres ORT en France. Les documents en annexes sont issus d ouvrages utilisés en cours d année scolaire. Ils sont destinés à un usage exclusivement interne.

2 Thème étudié Les Pré requis Les Objectifs L évaluation Pour aller plus loin LES PRÉ REQUIS On s attachera à : Relater rapidement les évènements marquants qui ont précédé l arrivée des juifs dans cette partie du monde occidental : [Doc. Prof. : J2] [Doc. Élève : J3] [Doc. Prof. : J4] Remarque : Les éléments abordés dans cette partie sont étudiés logiquement en cours d histoire en classe de cinquième. INTRODUCTION SUGGÉRÉE A la fin de l empire romain, des communautés juives sont recensées dans de nombreuses villes d Europe : de Rome en Italie en passant par Lyon en Gaule, jusqu à Tarragone en Espagne ou Cologne en Germanie. Les juifs constituent des groupes minoritaires. Ils connaissent des sorts différents d un pays à l autre. L Europe chrétienne a des comportements différents vis à vis des juifs durant cette longue période qui va durer près de ans! La vie des juifs du début du Moyen-âge ne ressemble en rien à celle des juifs de la fin de cette époque. De même que la situation des juifs en France en Espagne, en Italie ou en Pologne ne se ressemble pas. De fait, la sécurité des communautés est totalement tributaire du pouvoir des rois des différents royaumes d Europe ainsi que du pouvoir de l Église. On passe peu à peu, à l égard des juifs, d une relative bienveillance à une méfiance vigilante, puis résolument à une hostilité de plus en plus violente. Contenus & Ressources Téléchargez les documents ressources au format PDF sur le CD d accompagnement Doc-J2 Doc-J3 Doc-J4 La Synagogue aveugle Cathédrale de Strasbourg «Tapis» - Burgos, 1260 Bague de mariage juive datant du Moyen- Age

3 Thème étudié Les Pré requis LES OBJECTIFS Contenus & Ressources Les Objectifs L évaluation Pour aller plus loin La situation des juifs dans le monde chrétien du 8 ème au 11 ème siècle. [Doc. Prof. : J5] [Doc. Prof. : J6 Résumé proposé] A l issue de la séquence, l élève sera capable de : - Placer sur une carte les lieux d implantation des communautés juives durant cette période. [Doc. Élève : J7] [Doc. Prof. : J8] [Doc. Élève : J9] [Doc. Prof. : J10] Téléchargez les documents ressources au format PDF sur le CD d accompagnement Doc-J5 Doc-J6 Appréhender des éléments de conditions de vie des juifs en Europe au Moyen-âge et reconsidérer quelques idées reçues et préjugés relatifs aux juifs. [Doc. Élève : J11] [Doc. Prof. : J12] Évolution de la situation des juifs à partir des croisades au 11 ème siècle jusqu à l expulsion d Espagne au 15 ème siècle : de la méfiance à l hostilité. [Doc. Prof. : J13] [Doc. Prof. : J14 Résumé proposé] A l issue de la séquence, l élève sera capable de : - Porter sur une frise chronologique les dates (ou périodes) ainsi que les évènements marquants caractérisant cette période. [Doc. Élève : J15] [Doc. Prof. : J16] [Doc. Élève : J17] [Doc. Prof. : J18] - Comprendre la manière dont étaient considérés les juifs par les chrétiens à travers l exemple de la ville de Lyon. [Doc. Prof : J40] [Doc. Élève : J40b] - A travers l art, avoir une approche des relations que l église et le pouvoir royal devenant de droit divin entretient avec les juifs. [Doc. Élève : J19] [Doc. Élève : J20] [Doc. Prof. : J21] - Découvrir certains domaines liés à la culture juive durant cette époque (naissance du yiddish, écrivains, médecins, ) [Doc. Élève : J22] [Doc. Élève : J23] [Doc. Élève : J24] [Doc. Prof. : J25] [Doc. Prof. : J26] [Doc. Élève : J27] [Doc. Prof. : J28] - Saisir les mouvements de pensée et les évènements qui amplifient l antijudaïsme (- les tragédies du 11ème siècle : peste, épidémies..., - les conséquences des croisades, - l inquisition, expulsions des juifs de France et d Espagne) [Doc. Élève : J29] [Doc. Élève : J30] [Doc. Élève : J31] [Doc. Prof. : J32] [Doc. Élève : J33] [Doc. Prof. : J34] [Doc. Élève : J35] [Doc. Prof. : J36] [Doc. Élève : J37] [Doc. Prof. : J38] Doc-J7 Doc-J9 Doc-J11 Doc-J13 Doc-J15 Doc-J17 Doc-J19 Doc-J21 Doc-J23 Doc-J25 Doc-J27 Doc-J29 Doc-J31 Doc-J33 Doc-J35 Doc-J37 Doc-J39 Doc-J40b Doc-J8 Doc-J10 Doc-J12 Doc-J14 Doc-J16 Doc-J18 Doc-J20 Doc-J22 Doc-J24 Doc-J26 Doc-J28 Doc-J30 Doc-J32 Doc-J34 Doc-J36 Doc-J38 Doc-J40 Retenir le vocabulaire spécifique à la période étudiée [Doc. Élève : J39]

4 Thème étudié ÉVALUATION Contenus & Ressources Pré requis Les Objectifs L évaluation Pour aller plus loin NOTE: Les diverses activités et exercices proposés lors des séquences peuvent servir à réaliser des évaluations au fur et à mesure de l avancement du cours. Ils peuvent être utilisés également lors de l évaluation finale. POUR RAPPEL : - je lis une carte, [Doc. Élève : J41] [Doc. Prof. : J42] - je me situe dans le temps, [Doc. Élève : J43] [Doc. Prof. : J44] - je comprends un texte, [Doc. Élève : J45] [Doc. Prof. : J46] - je rédige la carte d identité de Rachi. [Doc. Élève : J47] [Doc. Prof. : J48] Téléchargez les documents ressources au format PDF sur le CD d accompagnement Doc-J41 Doc-J42 POUR ALLER PLUS LOIN Charlemagne parie sur l intégration - Jean Chélini [Doc. Prof. : J49] Saint Louis passe à la ségrégation - Jean Chélini [Doc. Prof. : J50] En Comtat Venaissin et en Avignon : sous la protection des papes - Yves Bruley [Doc. Prof. : J51] Traduction intégrale du texte du décret d Alhambra [Doc. Prof. : J52] Doc-J43 Doc-J44 Doc-J45 Doc-J46 Doc-J47 Doc-J48 Doc-J48 Doc-J49 Doc-J50 Doc-J51 Doc-J52 Doc-J53 Pochette pour Mini-CD Ressources BIBLIOGRAPHIE Doc-J53 Conception de la fiche : Catherine DECHELETTE-ELMALEK Maquette & réalisation technique : Richard LELLOUCHE / Vincent LAUER Coordination générale du projet : Michel BENOILID

5 CLASSES CONCERNÉES Doc-J0 (1/2) LISTE DES DOCUMENTS CONTENUS DANS LA FICHE Doc-J0 Doc Prof Liste des documents contenus dans la fiche Doc-J1 Doc Prof Note méthodologique Doc-J2 Doc Prof Activités - Compléter les éléments manquants Doc-J3 Doc Élève Activités - Compléter les éléments manquants Doc-J4 Doc Prof Exemple de notes de cours Doc-J5 Doc Prof Situation des juifs dans le monde Chrétien au VIII e et XI e Siècle Doc-J6 Doc Prof Proposition de résumé pour document Doc J5 Doc-J7 Doc Élève L'Occident et l'orient au IX e siècle Doc-J8 Doc Prof L'Occident et l'orient au IX e siècle Doc-J9 Doc Élève Communauté juive au IX e siècle Doc-J10 Doc Prof Communauté juive au IX e siècle Doc-J11 Doc Élève Comment vivent les Juifs au Moyen-âge? Doc-J12 Doc Prof Comment vivent les Juifs au Moyen-âge? Doc-J13 Doc Prof L'antijudaïsme chrétien au moyen-âge à partir du XII e siècle Doc-J14 Doc Prof Proposition de résumé Doc-J15 Doc Élève Les Juifs dans l'europe Chrétienne Doc-J16 Doc Prof Les Juifs dans l'europe Chrétienne Doc-J17 Doc Élève Le Jeux du temps et de l'histoire Doc-J18 Doc Prof Le Jeux du temps et de l'histoire Doc-J19 Doc Élève Les temps changent Doc-J20 Doc Élève "Je rédige des légendes" Doc-J21 Doc Prof "Je rédige des légendes" Doc-J22 Doc Élève Découvrir certains domaines liés à la culture juive Doc-J23 Doc Élève Poème juif du XIII e siècle Doc-J24 Doc Élève "Je connais les homme de l'histoire : Rachi Doc-J25 Doc Prof "Je connais les homme de l'histoire : Rachi Doc-J26 Doc Prof Rachi Salomon Ben Isaac Doc-J27 Doc Élève Naissance d'un nouveau genre musical : Le Klezmer Doc-J28 Doc Prof La musique Judéo-espagnole Doc-J29 Doc Élève Le temps des catastrophes : Les Croisades Doc-J30 Doc Élève Le temps des catastrophes : La Peste

6 CLASSES CONCERNÉES Doc-J0 (2/2) LISTE DES DOCUMENTS CONTENUS DANS LA FICHE Doc-J31 Doc Élève Les Itinéraires des Juifs expulsés d'espagne Doc-J32 Doc Prof Les Itinéraires des Juifs expulsés d'espagne Doc-J33 Doc Élève Extraits de la traduction du texte du décret d'alhambra Doc-J34 Doc Prof Extraits de la traduction du texte du décret d'alhambra Doc-J35 Doc Élève 1394 : Expulsion des Juifs de France Doc-J36 Doc Prof 1394 : Expulsion des Juifs de France Doc-J37 Doc Élève Pour en finir avec les idées reçues sur les juifs du moyen-âge Doc-J38 Doc Prof Pour en finir avec les idées reçues sur les juifs du moyen-âge Doc-J39 Doc Élève Mon vocabulaire pour comprendre Doc-J40 Doc Prof Les juifs de Lyon Doc-J40b Doc Élève Écrivons ensemble l'histoire des juifs de Lyon! Doc-J41 Doc Élève Évaluation - Communauté juif au IX e Doc-J42 Doc Prof Évaluation - Communauté juif au IX e Doc-J43 Doc Élève Évaluation - Le Jeu du temps et de l'histoire Doc-J44 Doc Prof Évaluation - Le Jeu du temps et de l'histoire Doc-J45 Doc Élève Évaluation - Extraits de la traduction du texte du décret d'alhambra Doc-J46 Doc Prof Évaluation - Extraits de la traduction du texte du décret d'alhambra Doc-J47 Doc Élève Évaluation - Je connais les hommes de l'histoire : RACHI Doc-J48 Doc Prof Évaluation - Je connais les hommes de l'histoire : RACHI Pour aller plus loin Doc-J49 Doc-J50 Doc-J51 Doc-J52 Doc-J53 "Charlemagne pari sur l'intégration" -Jean CHELINI "Saint Louis passe à la ségrégation" - Jean CHELINI "En Comtat Venaissin et en Avignon : sous la protection des papes" - Yves BRULEY Traduction intégrale du texte du décret d'alhambra Propositions Bibliographiques

7 Doc-J1 APPROCHE MÉTHODOLOGIQUE DE LA FICHE Le cycle collège requiert l acquisition de bases établies et construites autour de trois fondements majeurs en histoire : IDENTIFIER / LIRE / COMPRENDRE* Les documents de travail à l attention des élèves sont des outils leur permettant d acquérir ces compétences et de travailler à la fois seuls et sous la direction de l enseignant. Les activités et les exercices de diverses natures* attachés à ces documents soutiennent et renforcent le cours. Ils permettent aux élèves de : se situer dans le temps, d analyser une image et / ou d étudier une photographie, de comprendre un texte, de compléter une carte, de trier des informations dans un tableau, de décrire un personnage historique. A la fin de chaque chapitre, une proposition de synthèse est proposée. Son contenu pourra être écrit au tableau afin de permettre aux élèves de le reproduire sur leur cahier en complément des fiches de travail. REMARQUES On s attachera, chaque fois que cela sera possible, d attirer l attention des élèves, entre autres, sur les points suivants : - L histoire des Juifs et leur prise en compte dans l environnement chrétien en Europe seront abordées de manière à reconsidérer leur contribution à l histoire générale européenne. - corriger l impression, souvent dominante de voir les Juifs comme des objets passifs du pouvoir chrétien et comme les seules victimes de persécutions (Cathares, lutte contre diverses hérésies ). - Noter que malgré leurs dispersions géographiques, les diverses communautés juives maintiennent des liens entre elles (lettres entre les rabbins ). Lecture pouvant être proposée aux élèves : «Voyage vers l'an mil» - Avraham B. Yehoshua Librairie générale française. * texte, plan de bâtiment ou de ville, photographie, image- gravure, carte, biographie,

8 CLASSES CONCERNÉES Doc-J2 1. Compléter les éléments manquants 59 à 50 Conquête ROMAINE DE LA GAULE 39 Relégation d HERODE ANTIPAS à LUGDUNUM mais sans certitude qu il s agisse de LYON (d autres villes gallo-romaines ayant déjà ce nom) 70 Destruction du Temple de JÉRUSALEM 135 Fin de la dernière révolte juive, destruction de Jérusalem et EXIL OU DIASPORA de la population 212 Les juifs installés en Gaule deviennent CITOYENS DE L EMPIRE ROMAIN grâce à la CONSTITUTION ANTONINE, Edit de l empereur CARACALLA 312 Début de la CHRISTIANISATION OFFICIELLE de la Gaule 425 Fin de L EMPIRE ROMAIN et début de la DYNASTIE MEROVINGIENNE

9 CLASSES CONCERNÉES Doc-J3 Élève 1. Compléter les éléments manquants 59 à 50 Conquête 39 Relégation (d autres villes gallo-romaines ayant déjà ce nom) 70 Destruction du Temple de 135 Fin de la dernière révolte juive, destruction de Jérusalem et de la population 212 Les juifs installés en Gaule deviennent grâce à la, Edit de l empereur 312 Début de la de la Gaule 425 Fin de et début de la

10 Doc-J4 (1/4) Source inspirée de : Esther Benbassa / article Collections de l Histoire. N / Encyclopédie juive. EXEMPLE DE NOTES DE COURS INTRODUCTION La GAULE fut longtemps considérée comme le bout du monde antique. Éloignée de plus de kilomètres de la Judée, elle ne fut atteinte par les juifs que relativement tard. Les premiers y sont sans doute arrivés alors que commençait sa conquête par César en 58 avant J-C. Cette conquête romaine en Gaule ouvre de nouveaux horizons commerciaux et les marchands juifs s installent d abord, comme tous les autres, dans les ports de la Méditerranée où se créent des comptoirs. C est donc à Marseille, puis à Nice que les premiers marchands établissent leurs commerces. Peu à peu ils remontent la vallée du Rhône en direction de Vienne et de Lyon. On ne peut pas encore parler d établissement de communautés juives mais simplement de petits groupes sans rôle historique notable. Les romains, quant à eux, se servent de la Gaule comme d une terre d exil pour les opposants politiques des provinces qui sont sous leur domination, comme la Judée. En l an 6, le fils d Hérode est envoyé à Vienne. En 39, c est Hérode Antipas qui est exilé à Lugdunum. Le texte qui évoque cet évènement ne donne pas davantage d explications et il n est donc pas sûr qu il s agisse de Lugdunum Lyon (il existe également une cité du nom de Lugdunum dans les Pyrénées). QUI SONT CES IMMIGRÉS? Après la destruction du second Temple de Jérusalem en 70 et surtout après la révolte de Bar Kohba en 135, une réelle vague d immigration juive arrive sur le bassin méditerranéen. Les comptoirs jouent alors un rôle décisif car ils vont servir de base aux futures «communautés». Des groupes juifs vont s installer dans environ 35 localités gallo-romaines* ; cités du littoral méditerranéen, des vallées fluviales actives et commerciales, des croisements des grandes routes propices aux échanges. Mais parler de communautés est très hasardeux car il y a peu d éléments historiques fiables pour en avoir une juste connaissance. *Marseille, Narbonne, Arles, Nîmes par exemple, puis dans la vallée du Rhône à Vienne, Lyon, Mâcon, ensuite à Clermont- Ferrand, Dijon, Orléans, Tours

11 Doc-J4 (2/4) Source inspirée de : Esther Benbassa article Collections de l Histoire. N / Encyclopédie juive. Différentes catégories de juifs arrivent progressivement en Gaule (immigration étalée sur environ 3 siècles). Tous ne viennent pas directement de la Judée rebaptisée par Hadrien, Palæstina -Palestine. En lui donnant le nom de ses anciens habitants, les Philistins, et en supprimant le terme de Judée, Hadrien pensait ainsi couper définitivement le lien entre le peuple juif et sa terre. «tentative radicale (croyait-il) d effacer de la mémoire des hommes le lien entre le peuple juif et la terre qui l a vu naître.» (citation / E.Barnavi : Histoire universelle des juifs. Hachette 2002). Il y a d abord des prisonniers de guerre, emmenés comme esclaves à Rome, puis rachetés par des coreligionnaires avant d être affranchis. Certains d entre eux vont partir vers cette contrée qu est la Gaule et qui semble riche de la promesse d une nouvelle vie. Après l écrasement de la dernière révolte en 135, certains juifs de Rome immigrent volontairement vers la Gaule. D autres encore partent directement de la Judée pour la Gaule, compte tenu des conditions de vie devenues insoutenables. Les premiers migrants sont donc d anciens militaires, des fournisseurs de l armée romaine ou de simples marchands. Ils ont suivi les routes ouvertes par les romains et maintenues par ceux qui deviennent des «gallo-romains». UNE VISION RÉDUITE Forts des privilèges que leur avait accordés César en 48 avant J-C et pourvus d un grand dynamisme, les juifs de Gaule semblent connaître un relatif bien-être. En 212, ils deviennent citoyens de l Empire grâce à un Edit de l empereur Caracalla donnant la citoyenneté à tous les habitants de l empire : c est la constitution antonine. Les Gaulois les assimilent à des romains en raison de ce privilège et de fait, les juifs ont accès à la liberté de culte, au service militaire, aux fonctions publiques. Ils exercent des métiers comme tout citoyen romain (viticulteur ou agriculteur...). Ils sont vêtus comme les galloromains et parlent la même langue. L histoire de la «communauté juive» reste néanmoins très mal connue en raison du peu de textes et de témoignages archéologiques existants. Son importance ne se laisse entrevoir qu à postériori, à la lumière de ce qu elle fut à l époque suivante, le Haut Moyen-Age.

12 Doc-J4 (3/4) Source inspirée de : Esther Benbassa article Collections de l Histoire. N / Encyclopédie juive. Repères - 59 à - 50 Conquête romaine de la Gaule. - 4 Mort du roi Hérode. 6 Relégation d'archélaos, ethnarque de Judée, à Vienne, en Isère. 39 Relégation d'hérode Antipas, ethnarque de Galilée, à Lugdunum mais aucune certitude qu il s agisse de Lyon (une autre ville gallo-romaine avait ce nom) 70 Fin de la guerre juive et destruction du second Temple de Jérusalem. 135 Fin de la dernière révolte juive. Destruction de Jérusalem et exil de la population Invasions germaniques. 312 Début de la christianisation officielle de la Gaule. 355 Invasions des Francs, Alamans et Saxons. 425 Fin de l'empire romain. Dynastie mérovingienne.

13 Doc-J4 (4/4) Source : «Atlas des religions dans le monde» - Ninian SMART / KÖNEMANN

14 Doc-J5 (1/3) Sources bibliographiques : Alfred Haverkamp : «Juifs et Chrétiens à l époque médiévale» A.Chélini : «Histoire religieuse de l occident médiéval» sous la direction E.Barnavi : «Encyclopédie universelle des juifs» Bruno Blumenkranz : «Les Juifs en France médiévale» SITUATION DES JUIFS AUX 8 ÈME ET 11 ÈME SIÈCLES - L histoire de l Europe s est écrite au fil des rencontres entre des hommes et des peuples de cultures et de croyances différentes, et en particulier entre les juifs et les chrétiens. Au Moyen Age en Europe, il y a des communautés juives établies depuis l époque romaine. L empire romain est devenu chrétien en l an 400 et à cette époque des juifs y vivaient déjà : de la France jusqu en Espagne, de l Allemagne à l Italie. Avec la conquête de l Islam, des régions chrétiennes deviennent musulmanes. Ainsi les juifs vivent selon les régions du monde sous la domination des gouvernements chrétiens ou musulmans. Pour symboliser les liens qui existaient alors entre la culture juive et la culture chrétienne, on peut dire qu il s agissait de rapports entre deux sœurs (et pas mère fille comme on l a longtemps envisagé). La tradition juive était encore profondément ancrée dans la tradition et la conscience chrétiennes. Les chrétiens, bien qu ayant du ressentiment vis à vis du peuple juif qui ne reconnut pas Jésus comme le messie, ont envers eux une attitude encore quasi-protectrice. Il faut «conserver» ce peuple qui connut Jésus, et qui est comme Jésus l était : juif! Les rapports entre les communautés juives et chrétiennes et la vie des juifs dans la cité nous sont assez bien connus. Citons pour exemple Lyon (a) : de nombreux éléments nous sont parvenus grâce aux textes le plus souvent archiépiscopaux. De plus, compte tenu de ses liens avec les autre «juiveries» du Midi de la France, Lyon apparaît comme un exemple assez représentatif. C est une période de relative bienveillance où les échanges entre juifs et chrétiens sont à la fois spirituels, commerciaux, professionnels, amicaux et importants. La paix, la stabilité politique et une ouverture d esprit les rendent possibles et les favorisent. La fin du règne carolingien et son affaiblissement en France fragilisent alors cet équilibre. Les sermons des ecclésiastiques se font plus virulents même s ils ne sont pas encore des appels à la violence. Mais une crainte s installe : l Eglise veut renforcer son pouvoir pour consolider l unité de la chrétienté et gommer peu à peu ses liens avec le judaïsme.

15 Doc-J5 (2/3) Le 10 ème siècle marque un tournant négatif dans les conditions d existence des juifs en Europe et les deux siècles qui suivent ne feront qu accentuer cette dégradation. Pourtant quelle que soit la réalité de leur situation, les juifs ne vivent pas comme étrangers à leur environnement culturel et social. Ils ont certes une religion différente qui les différencie de leurs voisins mais ils partagent le plus souvent leurs cultures et leurs langues. Les juifs sont très souvent partie prenante des traditions des régions européennes dans lesquelles ils vivent. Ce partage culturel se fait progressivement ressentir dans les différences qui naissent à partir du 11 ème siècle entre les juifs du monde méditerranéen et ceux de l Europe plus occidentale (b) appréhendant de manière différente la religion comme l érudition. Les juifs utilisent l hébreu à la synagogue mais ce sont les langues vernaculaires (c) permettent de communiquer non seulement avec les non-juifs mais aussi entre eux. qui leur Le fondement majeur des communautés juives est le culte pratiqué à la synagogue et au sein des familles. Le rôle de la femme apparaît fondamental dans cette dimension en jouant souvent un rôle décisif dans de nombreux domaines. Selon les régions d Europe les juifs exercent des métiers divers. Autour du bassin méditerranéen où ils sont installés depuis longtemps, leurs activités professionnelles sont vastes et guère différentes des autres habitants. La langue est semblable, de même que le métier et le vêtement. Le patronyme hébraïque est traduit en franc ou en germain par exemple. Rien donc ne distingue particulièrement les juifs de leurs voisins, si ce n est, en France où les francs ont la coutume de se raser et d avoir les cheveux courts alors que les juifs portent barbe et cheveux longs! L idée reçue selon laquelle les juifs ne vivaient que du commerce et du prêt d argent est donc pour le moins très discutable. Néanmoins, même durant les périodes les plus propices, les juifs vivent séparés des chrétiens dans des zones d habitations réservées. (d) Ces quartiers se resserrent autour de la synagogue et des bâtiments communautaires (bain rituel, four, école). Ils sont en général au centre des villes et près des lieux importants : la place du marché et / ou l église principale de la ville. Ces zones d habitation réservées aux juifs étaient plus ou moins fermées après une certaine heure et selon les époques.

16 Doc-J5 (3/3) (a) se référer au document Doc-J25 (b) Les séfarades tirent leur nom de l'hébreu Sfrad qui veut dire Espagne. Les Séfarades constituent une branche du peuple juif qui suit la tradition liturgique espagnole et ont une langue qui leurs est propre : le judéo-espagnol (pour la liturgie c est le judaïzmo). Par extension, ce mot désigne les Juifs originaires de la péninsule ibérique, et le sens le plus élargi comprend toutes les communautés juives des anciens empires espagnols, portugais et ottomans. Par confusion, on limite fréquemment cette appellation aux populations juives du bassin Méditerranéen et plus particulièrement d'afrique du Nord, principalement du Maghreb, qu'elles soient d'origines judéo-espagnole ou arabo-berbère. Les ashkénazes sont des Juifs provenant d'allemagne, de Pologne, de Russie, de l'ancien empire austro-hongrois et plus généralement d'europe de l'est. Le mot signifie allemand en hébreu. Ils ont une langue qui leur est propre, le yiddish, mélange d'hébreu, d'allemand, de polonais et de russe et leur liturgie a probablement été influencée par les cultures environnantes dans ces pays. Le mot ashkenaz désignait les terres qui s'étendaient au delà du Rhin soit Allemagne-Allemand. Les populations juives ashkénazes ont vécu dans ces contrées entre les X e et XIX e siècles siècles. On estime que les ashkénazes représentaient 3% de la population juive mondiale au XI e siècle. (d) Certains auteurs utilisent le terme pour désigner les villes dans lesquelles l'empire Romain déportait les Juifs aux Ier et IIè siècle. Cependant, les premiers ghettos sont apparus en Allemagne, Espagne, Portugal, France, au XIII e siècle. Paris, compte alors quatre juiveries bien délimitées. En Espagne, les juderías jouissent d'abord d'un régime privilégié, puis deviennent des quartiers pauvres que l'inquisition peut facilement surveiller. À la fin du Moyen Âge, les Juifs sont refoulés en grand nombre en Europe orientale, où ils se maintiennent à la faveur du morcellement politique. En Avignon sont construits des quartiers où vivent les «Juifs du pape». À Venise, où, comme dans les autres villes d'italie, ils participaient librement à la vie économique, ils sont tous tenus, à partir de 1516, de vivre dans le Ghetto. Le mot "ghetto" est la prononciation en dialecte vénitien de l'italien "getto" c'est à dire "fonderie pour les bombardes de la Sérénissime", fonderie active au XIVème siècle. C'était un lieu fermé où il y avait un pont et une porte. On passait dans un secteur où étaient accumulés les ruines des fourneaux. Les Juifs y entrèrent en trois jours, occupant les maisons déjà existantes et les adaptant rapidement à leurs exigences propres. Suite à cela les Juifs furent enfermés dans cet endroit qu'on a appelé "Ghetto". Le pape Pie V avait recommandé que les états limitrophes de ses États Pontificaux construisent des ghettos, et au début du 17è siècle toutes les grandes villes italiennes en avaient un (à l'exception de Livourne et Pise). La Révolution française, avec le décret d'émancipation des Juifs, contribue puissamment à la transformation des ghettos européens. Source : à partir de Wikipédia VOCABULAIRE : (c) - vernaculaire : du latin vernaculus - indigène La langue vernaculaire est une langue parlée seulement à l intérieur d une communauté en générale réduite

17 Doc-J6 Résumé proposé (à dicter ou à faire copier aux élèves) LES JUIFS ENTRE LE 8 ÈME ET LE 11 ÈME SIÈCLE L empire romain d Occident disparaît au 5 ème siècle et le roi franc Clovis est le 1 er à se convertir au christianisme. Les juifs qui vivent dans les royaumes chrétiens d Europe sont assez bien intégrés à la société chrétienne dans laquelle ils vivent. L Eglise les considère comme des témoins de la passion du Christ et à ce titre ils sont protégés. Il y a de nombreux échanges entre les juifs et les chrétiens : dans le domaine du travail par exemple, comme dans la réflexion sur des thèmes religieux entre des rabbins et des prêtres. Les juifs portent les mêmes vêtements que leurs voisins chrétiens, parlent la même langue et n utilisent l hébreu qu à la synagogue pour les prières. Leurs noms hébraïques sont le plus souvent traduits dans la langue du pays où ils habitent. Malgré ces conditions de vie relativement correctes, les juifs sont tenus d habiter dans des quartiers réservés qui deviennent peu à peu des quartiers séparés et fermés la nuit.

18 Doc-J7 Élève (2/4) Source : «Histoire / Géographie» - Collection Eric CHAUDRON et Rémy KNAFOU - BELIN

19 Doc-J7 Élève (3/4) Source : «Histoire / Géographie», couverture intérieure - Collection Eric CHAUDRON et Rémy KNAFOU - BELIN

20 Doc-J7 Élève (4/4) Source : «Histoire / Géographie», couverture intérieure - Collection Eric CHAUDRON et Rémy KNAFOU - BELIN

21 Doc-J8 (2/4) Source : «Histoire / Géographie» - Collection Eric CHAUDRON et Rémy KNAFOU - BELIN

22 Doc-J8 (3/4) Source : «Histoire / Géographie», couverture intérieure - Collection Eric CHAUDRON et Rémy KNAFOU - BELIN

23 Doc-J8 (4/4) Source : «Histoire / Géographie», couverture intérieure - Collection Eric CHAUDRON et Rémy KNAFOU - BELIN

24 Doc-J9 Élève (1/2) Communautés juives au IX e siècle Source : «Histoire universelle des Juifs» Élie BARNAVI - HACHETTE Littérature

25 CLASSESCONCERNÉE Doc-J9 Élève (2/2) Questions : Qu est-ce que l empire byzantin (rappel cours d histoire générale) : Qui appelle-t-on les «Rhadanites»? Citez les villes de France où vivent des juifs à la période de l empire carolingien :......

26 Doc-J10 (1/2) Communautés juives au IX e siècle Source : «Histoire universelle des Juifs» Élie BARNAVI - HACHETTE Littérature

27 CLASSESCONCERNÉE Doc-J10 (2/2) Questions sous la direction du professeur : Qu est-ce que l empire byzantin (rappel cours d histoire générale) : En 395 l'empire romain est partagé en deux parties : l'empire romain d'occident qui disparaît en 476, et l'empire romain d'orient ou Empire byzantin qui durera jusqu'en Le mot «byzantin» vient de Byzance, l'ancien nom de la capitale byzantine, Constantinople (aujourd hui Istanbul). Qui appelle-t-on les «Rhadanites»? Les Rhadanites sont le nom donné aux grands marchands juifs qui faisaient du commerce entre le royaume carolingien, l Inde et la Chine. Jouissant de privilèges accordés par l empereur, l origine de leur nom reste mystérieuse, il vient soit d une région autour de Bagdad soit du Rhône! Citez les villes de France où vivent des juifs à la période de l empire carolingien : Arles, Avignon, Lyon, Dijon, Tours, Paris, Metz

28 Doc-J11 Élève (1/4) COMMENT VIVENT LES JUIFS AU MOYEN AGE? DOC 1 DOC 2 DOC 3 Enluminure du Mahzor Rotschild : la circoncision Vestiges d'un bain rituel du 13ème siècle au cœur de l'ancien quartier juif de Strasbourg Bague de mariage juive datant du Moyen- Age DOC 4 Le yiddish alsacien Le yiddish alsacien fait partie du yiddish occidental qui s est développé au Moyen Âge dans le Nord-Est de la France et dans le bassin rhénan avant de se déplacer vers l est, la Pologne et la Russie où il donna le yiddish oriental. Le yiddish alsacien est une variante de cette très vieille langue à la fois parlée et écrite qui fut aussi bien adoptée par les juifs venus d Allemagne que par ceux arrivés de France pour s installer autour des villes libres d Alsace. Nombreux sont les termes encore couramment utilisés et passés dans le dialecte alsacien : beduecht = aisé, fortuné dewwere = rouspéter, râler kaf = un village macke = un défaut maschugge = fou, cinglé

29 Doc-J11 Élève (2/4) DOC 5 DOC 6 Couple de juifs alsaciens au Moyen Age (Musée alsacien de Bouxwiller) Noblesse française. Enluminure «Les Très riches heures du Duc de Berry» DOC 7 Rituel pour l'année, Mahzor - Rhénanie, DOC 8 Pierre funéraire La date de ce manuscrit a pu être établie grâce au calendrier débutant en l'année 1312 ou 1313 qui y est inclus. Sa graphie et sa date de composition très proche de celle de l'expulsion des juifs de France par Philippe le Bel en 1306, rendent hautement probable qu'il s'agisse d'une œuvre de copistes français, réfugiés en Rhénanie. Cette origine française est attestée par le rite des prières qui est celui des communautés françaises, par la présence de poésies liturgiques - piyyoutim - qui ne sont connues que par le Mahzor de Vitry, ainsi que par l'emploi de termes du vieux français transcrits en hébreu. On y trouve les prières quotidiennes, celles du Shabbat et les fêtes, celle de Pâque avec la Haggadah, l'ordre des lectures de la Torah - parashiyyot - et les cycles lunaires.

30 Doc-J11 Élève (3/4) DOC 9 Lampe de Hanoucca retrouvée à Lyon DOC 10 Enluminure d'une Haggadah de Barcelone (14e siècle) montrant des Juifs qui sortent de la synagogue. En France les juifs doivent porter comme permettant de les reconnaître une «rouelle» pièce de tissu cousue sur leur vêtement. En Allemagne, c'est un chapeau que doivent porter les Juifs : le «Judenhut» est imposé par un décret du Concile de Vienne en C'est un chapeau plat surmonté d'une tige avec une boule comme on le voit très bien sur les armoiries suivantes où trois chapeaux juifs sont représentés. DOC 11 Enluminure sur un manuscrit du Moyenâge: vers 1460, un juif porte la rouelle. Manuscrit Add , British Library, Londres DOC 12 Vers 1300, en Allemagne, écu portant trois "chapeaux juifs» Manuscrit SP II 252, Biblioteca Ambrosiana

31 Doc-J11 Élève (4/4) QUESTIONS RELATIVES AUX DOCUMENTS «COMMENT VIVENT LES JUIFS?» DOC 3 : Décrivez la bague de mariage. Qu évoque sa forme? DOC 5-6 : Quelle est la caractéristique du costume juif? Qu a t-il de différent en le comparant avec le costume porté par les chrétiens? DOC 4 : Qu indique la naissance du yiddish? DOC : A quoi servent les manuscrits hébraïques? Que nous donnent-ils comme informations sur la vie des juifs à cette époque? Complétez cette description de la vie juive au Moyen-âge à l aide des DOC DOC : Quels sont les différents signes de «reconnaissance» que doivent porter les juifs?

32 Doc-J12 (1/4) COMMENT VIVENT LES JUIFS AU MOYEN AGE? DOC 1 DOC 2 DOC 3 Enluminure du Mahzor Rotschild : la circoncision Vestiges d'un bain rituel du 13ème siècle au cœur de l'ancien quartier juif de Strasbourg Bague de mariage juive datant du Moyen- Age DOC 4 Le yiddish alsacien Le yiddish alsacien fait partie du yiddish occidental qui s est développé au Moyen-Âge dans le Nord-Est de la France et dans le bassin rhénan avant de se déplacer vers l est, la Pologne et la Russie où il donna le yiddish oriental. Le yiddish alsacien est une variante de cette très vieille langue à la fois parlée et écrite qui fut aussi bien adoptée par les juifs venus d Allemagne que par ceux arrivés de France pour s installer autour des villes libres d Alsace. Nombreux sont les termes encore couramment utilisés et passés dans le dialecte alsacien : beduecht = aisé, fortuné dewwere = rouspéter, râler kaf = un village macke = un défaut maschugge = fou, cinglé

33 Doc-J12 (2/4) DOC 5 DOC 6 Couple de juifs alsaciens au Moyen Age (Musée alsacien de Bouxwiller) Noblesse française. Enluminure «Les Très riches heures du Duc de Berry» DOC 7 Rituel pour l'année, Mahzor - Rhénanie, DOC 8 Pierre funéraire La date de ce manuscrit a pu être établie grâce au calendrier débutant en l'année 1312 ou 1313 qui y est inclus. Sa graphie et sa date de composition très proche de celle de l'expulsion des juifs de France par Philippe le Bel en 1306, rendent hautement probable qu'il s'agisse d'une œuvre de copistes français, réfugiés en Rhénanie. Cette origine française est attestée par le rite des prières qui est celui des communautés françaises, par la présence de poésies liturgiques - piyyoutim - qui ne sont connues que par le Mahzor de Vitry, ainsi que par l'emploi de termes du vieux français transcrits en hébreu. On y trouve les prières quotidiennes, celles du Shabbat et les fêtes, celle de Pâque avec la Haggadah, l'ordre des lectures de la Torah - parashiyyot - et les cycles lunaires.

34 Doc-J12 (3/4) DOC 9 Lampe de Hanoucca retrouvée à Lyon DOC 10 Enluminure d'une Haggadah de Barcelone (14e siècle) montrant des Juifs qui sortent de la synagogue. En France les juifs doivent porter comme permettant de les reconnaître une «rouelle» pièce de tissu cousue sur leur vêtement. En Allemagne, c'est un chapeau que doivent porter les Juifs : le «Judenhut» est imposé par un décret du Concile de Vienne en C'est un chapeau plat surmonté d'une tige avec une boule comme on le voit très bien sur les armoiries suivantes où trois chapeaux juifs sont représentés. DOC 11 Enluminure sur un manuscrit du Moyenâge: vers 1460, un juif porte la rouelle. Manuscrit Add , British Library, Londres DOC 12 Vers 1300, en Allemagne, écu portant trois "chapeaux juifs» Manuscrit SP II 252, Biblioteca Ambrosiana

35 Doc-J12 (4/4) QUESTIONS RELATIVES AUX DOCUMENTS «COMMENT VIVENT LES JUIFS?» DOC 3 : Décrivez la bague de mariage. Qu évoque sa forme? Le toit d une maison DOC 5-6 : Quelle est la caractéristique du costume juif? Qu a t-il de différent en le comparant avec le costume porté par les chrétiens? Un chapeau pointu Rien de spécial ; ils étaient vêtus comme leur voisins chrétiens DOC 4 : Qu indique la naissance du yiddish? Une installation durable dans une région. On a le temps d adapter sa langue à la langue locale DOC : A quoi servent les manuscrits hébraïques? Que nous donnent-ils comme informations sur la vie des juifs à cette époque? Complétez cette description de la vie juive au Moyen-âge à l aide des DOC Ils servent aux rituels religieux Ils nous donnent des informations sur la façon de s habiller, de se coiffer et les diverses pratiques concernant les rituels (circoncision, ) et les objets utilisés DOC : Quels sont les différents signes de «reconnaissance» que doivent porter les juifs? La rouelle sur les vêtements ou un chapeau à pointe

36 Doc-J13 (1/11) Sources : «Histoire Universelle des Juifs» - Élie BARNAVI / Hachette Littératures Bibliographie Doc-J53 site internet «Hérodote» L'antijudaïsme chrétien au Moyen-Âge à partir du 12 ème siècle Au Moyen Âge, l'église qualifie les juifs de «peuple déicide» et leurs reproche d'avoir mis Jésus en croix mais elle ne manifeste aucun désir de les éliminer. Bien au contraire, elle a le souci de les préserver comme un témoignage vivant de l'injustice faite au Christ. Les juifs sont ainsi les seuls non- chrétiens tolérés en Occident! Saint Bernard de Clairvaux exprime ce point de vue au XIIe siècle : «Les Juifs ne doivent point être persécutés, ni mis à mort, ni même bannis. Interrogez ceux qui connaissent la divine Écriture. Dieu, dit l'église, m'a donné une leçon au sujet de mes ennemis : "ne les tuez pas, de crainte que mes peuples ne m'oublient". En Espagne, en 1150, en pleine Reconquête chrétienne, le roi Alfonso VII de Castille se proclame roi des trois religions (christianisme, islam et judaïsme). A la même époque, dans l'ensemble de l'europe, les seigneurs octroient des privilèges aux juifs afin de les attirer dans leurs villes «pour l'honneur et la prospérité de leurs États» (selon une charte de l'évêque de Spire). Dans l'exaltation qui accompagne les croisades, on assiste à partir de 1096, en maintes villes de Rhénanie ou d'europe centrale, à de violentes émeutes antijuives on n'emploie pas encore le mot pogrom. À l'occasion de ces drames, toutefois, les seigneurs et les évêques font en général de leur mieux pour protéger leurs sujets israélites, ne serait-ce que parce qu'ils leur fournissent taxes et impôts en abondance. Des relations de plus en plus difficiles La situation des juifs européens se dégrade dans les derniers siècles du Moyen Âge, au XIIIe siècle, quand se développent les villes, et surtout au XIVe siècle, après les drames de la Grande Peste (1347). Les juifs se voient progressivement interdire le métier des armes et celui de la terre, ce qui les cantonne dans les occupations artisanales et commerciales. Les monarques en mal d'argent abusent de leur précarité pour s'enrichir à bon compte. C'est ainsi qu'en 1181, le roi de France Philippe Auguste fait arrêter les juifs de Paris et les libère en échange de marcs or. L'année suivante, il les fait expulser et saisit leurs biens. Enfin, en 1198, il leur permet de revenir à Paris en échange d'une nouvelle somme d'argent. En Allemagne, suite à une recommandation du concile de Vienne (1267), les juifs sont désignés par un chapeau plat surmonté d'une tige avec une boule, le «Judenhut». En Angleterre, suite à une campagne de calomnies, 18 juifs de la ville de Lincoln sont pendus puis, le 12 juillet 1290, poussé par l'opinion publique, le roi Édouard Ier donne trois mois aux juifs de son royaume pour partir personnes traversent la Manche et il s'écoulera quatre siècles avant que les juifs ne reviennent en Angleterre. En Espagne, les juifs commencent en 1391 à être victimes de violences meurtrières. Ceux de Castille et d'aragon, au nombre d'environ , sont définitivement bannis en 1492, quelques semaines après que les Rois Catholiques eussent chassé le dernier roi musulman de la péninsule. «Au fond, on ne craint pas le Juif mais la fragilité de la conviction chrétienne».

37 Doc-J13 (2/11) Les communautés juives d'europe se retrouvent peu à peu enfermées dans des ghettos d'où les habitants ne peuvent sortir la nuit (le mot ghetto vient d'un quartier de Venise ainsi nommé en raison de la présence de fonderies et où, pour la première fois furent confinés les juifs, en 1516). Dans le monde musulman, de l'autre côté de la Méditerranée, les juifs se retrouvent de la même façon enfermée dans des quartiers réservés appelés mellahs. Beaucoup de rescapés des massacres et des expulsions d'espagne, de France ou d'angleterre s'enfuient en Pologne où le roi Casimir III Jagellon leur accorde en 1334 le Privilegium, ce qui va contribuer à l'extraordinaire rayonnement intellectuel et artistique du pays aux XIVe et XVe siècles. D'autres juifs se réfugient dans... les États du pape : dans le Comtat Venaissin, à Avignon ou Carpentras, ainsi qu'à Rome, où ils sont assurés de vivre en sécurité. L expulsion des juifs de France Entre la fin du 12 ème siècle et la fin du 14 ème siècle, les juifs du royaume de France sont alternativement expulsés puis rappelés au gré des besoins financiers du Trésor royal. Le roi Philippe Auguste a été le premier à les chasser de son royaume en C est une décision encore limitée car les ¾ des juifs de France vivent hors du territoire royal, elle ne concerne donc d une dizaine de communautés assez modeste en nombre (à part celle de Paris). L exil est de courte durée car le roi leurs accorde le droit de revenir en Le concile de Latran en 1215 est celui de la chrétienté triomphante. Il impose par décrets : le port obligatoire d un signe distinctif pour les juifs, l interdiction de la pratique de certains métiers, l interdiction du retour au judaïsme après une conversion, et il condamne la pratique du prêt avec intérêt pour les chrétiens. L usure devient un métier vers lequel se tournent les juifs par nécessité. Le règne de Louis 9 ( ), Saint Louis, participe à une «société de persécution» qui se met en place (voir document complémentaire). Parmi les exemples les plus symboliques, citons la condamnation du Talmud en 1240, et en 1269, le port imposé de la rouelle sur les vêtements des juifs et exigé comme signe distinctif. Il n y plus de juifs agriculteurs dans les campagnes, et dans les villes ils sont obligés de vivre dans des quartiers réservés. Ce n est plus un choix des communautés mais une mesure discriminatoire. Le 13 ème siècle assiste encore à de grands débats théologiques entre juifs et chrétiens (1240 : Grande Contreverse de Paris). Il n en sera plus de même au siècle suivant. On ne débat plus, on n écrit plus, on ne considère plus les juifs comme un peuple certes dans l erreur et qu il faut convaincre et persuader si possible avec des arguments intellectuels, on décide simplement d agir contre les juifs, et cette fois directement et physiquement. Comme le souligne Elie Barnavi «Dès lors la haine intime et bavarde remplace le mépris laconique et distant : l antisémitisme médiéval est né». Le 14 ème siècle est un siècle de grande violence : croisades, famines, épidémies, peste noire terrorisent les populations pauvres et le plus souvent illettrées. La peur se mêle à l ignorance. Paradoxalement, tant que les juifs vivaient «dilués» dans l ensemble de la population chrétienne, ils étaient moins visibles. Leur rassemblement dans des quartiers juifs (les juiveries) les désignent et les soumets davantage à la vindicte populaire.

38 Doc-J13 (3/11) L expulsion de 1306 par le roi Philippe le Bel est beaucoup plus importante car elle concerne des régions de France très peuplées comme la Champagne, la Normandie, le Languedoc. Plus de mille juifs se déplacent dans les pays voisins ; Lorraine, Alsace, Dauphiné, Bourgogne, Savoie, Provence, Comtat Venaissin. Cette expulsion est de plus est accompagnée de la confiscation des biens des proscrits qui peuvent revenir à nouveau 12 ans plus tard avec un statut d étrangers que l on se contente de tolérer. Une poussée violente d antisémitisme avec la croisade dite «des pastoureaux» en 1320 qui voulant partir libérer le tombeau du Christ à Jérusalem en profitent pour se livrer à de terribles exactions sur les communautés juives du Languedoc, accentue le climat d insécurité et de précarités des communautés. A la violence populaire s adjoint des escroqueries du roi pour taxer lourdement les juifs de son royaume. Beaucoup préfèrent partir d eux même en Pour des raisons à nouveau pécuniaires, Charles de Normandie, régent du royaume, rouvre les portes en 1359 (il lui payer une lourde rançon aux anglais pour libérer Jean le Bon) et garantit aux juifs, moyennant de très lourdes taxes le droit de séjour pour une durée de 36 ans. Une ordonnance de 1365 décrit le statut des juifs dans la société : elle garantit leur vie culturelle et communautaire et ils bénéficient d une justice équitable. Peu de juifs néanmoins reviennent ; la grande Peste de 1348 et ses conséquences (on fait des juifs, le boucs- émissaires responsables des malheurs et des misères de la population) limitent le désir de retour. La grande expulsion proclamée en 1394 n est donc qu un épiphénomène, compte tenu du faible nombre de juifs vivant encore dans le royaume de France. Elle est loin d avoir l impact traumatisant sur la population juive de celle de L ordre du roi a en fait une dimension symbolique : il met un point final à 10 siècles d histoire et de présence juive en France. Le pouvoir politique et religieux veut faire de la France «le royaume très chrétien où n habite ni juif ni païen» -Martial d Auvergne (15 ème siècle). L expulsion des juifs d Espagne Le samedi 31 mars 1492, la reine Isabelle de Castille et son mari Ferdinand d'aragon décident d'en finir. Forts de leur victoire sur le dernier royaume musulman de la péninsule, ils signent un édit par lequel ils laissent aux juifs d'espagne jusqu'au 31 juillet pour se convertir ou quitter le pays. La Pologne va être l exception notable à ce catalogue d expulsions et de souffrances. Les juifs y sont, dès le 13 ème siècle, bien accueillis et protégés. Il est donc normal que de très nombreuses familles et communautés s y soient établies. La Pologne devient un des foyers d installation juive le plus important d Europe.

39 Doc-J13 (4/11) Beaucoup de juifs et de marranes refusent la soumission et s'enfuient au Portugal voisin, dans les États musulmans d'afrique du Nord, dans l'empire ottoman, voire dans les États du pape où leur sécurité est assurée! Ils restent connus sous le nom de «Sépharades», mot qui désigne l'espagne dans leur langue dérivée de l'hébreu. Quelques marranes du Portugal s'installeront plus tard dans le Bordelais (parmi eux les ancêtres de l'écrivain Michel de Montaigne), d'autres en Hollande (parmi eux les ancêtres du philosophe Spinoza). Antijudaïsme et antisémitisme Au Moyen-Âge, les juifs d'europe sont victimes d'un antijudaïsme brutal mais inconstant en raison de leur anticonformisme religieux. Ils font figure de boucs émissaires dans les périodes de crise et de doute. Toutefois, l'église et les souverains leur laissent la faculté de se convertir à leur foi pour échapper à leur triste condition En cela, l'antijudaïsme médiéval se distingue radicalement de l'antisémitisme moderne. L'antisémitisme moderne (XIXe-XXe siècles) néglige l'aspect religieux et contre toute évidence, présente les Juifs comme une race à part, dotée de caractéristiques spécifiques et ineffaçables, par exemple le goût de l'argent et le mépris du patriotisme. André Larané

40 CLASSES CONCERNÉES Doc-J14 Résumé proposé (à dicter ou à faire copier aux élèves) Partie 1 LES JUIFS ENTRE LE 11 ÈME ET LE 15 ÈME SIÈCLE Le monde médiéval chrétien perçoit de manière assez négative les juifs. Au début du Moyen Age, l Eglise hésite entre mépris et haine affichée. Le pouvoir des rois et des princes lui, hésite entre ses intérêts financiers et sa volonté de suivre l Eglise. Malgré des rapports souvent compliqués avec les chrétiens et des conditions de vie pas toujours faciles, les juifs ont néanmoins su développer durant cette période une culture spécifique. Poésies et chants dans le monde judéo-oriental, enluminures de manuscrits hébraïques, naissance d une langue nouvelle (le yiddish) et d un genre musical spécifique (le klezmer), la culture juive s est enrichie durant cette époque difficile d éléments qui ont paradoxalement contribué à son développement et à son enracinement. Partie 2 DE LA MÉFIANCE PRUDENTE À L HOSTILITÉ AFFICHÉE A partir du 11 ème siècle, l Europe chrétienne est en pleine expansion. Les papes lancent des croisades pour reconquérir les régions occupées par les musulmans. Ils veulent combattre ceux qu ils considèrent comme des hérétiques, des faux-croyants ou des non-croyants: les cathares, les juifs et les musulmans. Les juifs sont de plus en plus persécutés. Ils sont obligés de vivre dans des quartiers séparés, ils n ont plus la possibilité d exercer n importe quel métier, ils doivent porter sur leurs vêtements un signe leurs permettant d être reconnus. Différentes catastrophes assombrissent encore cette époque ; les pestes, les épidémies, la famine, les violences accompagnants les croisades. Elles accentuent un climat tragique qui cherche des boucs-émissaires. L Eglise, qui pour des raisons de pouvoir veut rompre ses liens avec le monde juif, relaie un message volontairement antijuif. Le pouvoir religieux convainc les pouvoirs politiques de se séparer des juifs. Ils sont d abord chassés du royaume de France, puis d Espagne et du Portugal. Le Moyen Age, qui au début avait vu pour les juifs, et ce malgré les difficultés, des périodes de lumière s achève dans l ombre et la peur de l avenir.

41 Doc-J15 Élève (1/2) JE LIS UNE CARTE ET JE NOTE LA CHRONOLOGIE HISTORIQUE Les Juifs dans l Europe Chrétienne Source : «Atlas des Religions dans le Monde» Ninian SMART - KÖNEMANN

42 Doc-J15 Élève (2/2) REPONDRE AUX QUESTIONS SUIVANTES : En quelle année les juifs ont été expulsés d Espagne? :.. Vers quel pays sont-ils allés? :.... D où viennent les juifs installés en Pologne? :.. En quelle année les juifs de Provence ont du s exiler? :.. Où sont allés les juifs de Palerme (Sicile) en 1492? :.. Placer sur la frise ci-dessous les dates des questions en indiquant l évènement qui s y attache. - Première Installation en Pologne des juifs venant d Allemagne - Deuxième Installation en Pologne des juifs venant d Allemagne - Départ des juifs de Provence vers Turin et Gënes - Installation en Pologne des juifs venant d Autriche - Expulsion des juifs d Espagne qui vont en Italie, et dans l empire ottoman - Les juifs de Palerme vont à Tunis

43 Doc-J16 (1/2) JE LIS UNE CARTE ET JE NOTE LA CHRONOLOGIE HISTORIQUE Les Juifs dans l Europe Chrétienne Source : «Atlas des Religions dans le Monde» Ninian SMART - KÖNEMANN

44 Doc-J16 (2/2) RÉPONDRE AUX QUESTIONS SUIVANTES : En quelle année les juifs ont été expulsés d Espagne? : 1492 Vers quel pays sont-ils allés? : Afrique du Nord - Egypte - Italie - Empire Ottoman... D où viennent les juifs installés en Pologne? : Allemagne - Lituanie - Autriche En quelle année les juifs de Provence ont dû s exiler? : 1394 Où sont allés les juifs de Palerme (Sicile) en 1492? : à Tunis Placer sur la frise ci-dessous les dates des questions en indiquant l évènement qui s y attache Première Installation en Pologne des juifs venant d Allemagne - Deuxième Installation en Pologne des juifs venant d Allemagne - Départ des juifs de Provence vers Turin et Gënes - Installation en Pologne des juifs venant d Autriche - Expulsion des juifs d Espagne qui vont en Italie, et dans l empire ottoman - Les juifs de Palerme vont à Tunis

45 Doc-J17 Élève (1/2) LE JEU DU TEMPS ET DE L HISTOIRE Relie les éléments de la colonne de gauche aux dates de la colonne de droite Sélectionne la bonne couleur pour colorier l événement, le personnage ou la découverte ÉVÈNEMENT PERSONNAGE CRÉATION Raschi de Troyes 1 13 ème siècle La 1 ère croisade 2 Entre 1346 et 1350 Charlemagne L expulsion des juifs du Royaume d Espagne le Florilège hébraïque La grande expulsion des juifs du Royaume de France Saint Louis La Peste Noire Création de la musique klezmer 9

46 Doc-J17 Élève (2/2) Indiquer les dates sur la frise Charlemagne Rachi 1 ère croisade St Louis Florilège Musique Expulsion Peste Expulsion Hébraïque klezmer juifs France noire juifs Espagne

47 Doc-J18 (1/2) LE JEU DU TEMPS ET DE L HISTOIRE Relie les éléments de la colonne de gauche aux dates de la colonne de droite Sélectionne la bonne couleur pour colorier l événement, le personnage ou la découverte ÉVÈNEMENT PERSONNAGE CRÉATION Raschi de Troyes ème siècle La 1 ère croisade 2 8 Entre 1346 et 1350 Charlemagne L expulsion des juifs du Royaume d Espagne le Florilège hébraïque 5 La grande expulsion des juifs du Royaume Saint Louis La Peste Noire Création de la musique klezmer 9

48 Doc-J18 (2/2) Indiquer les dates sur la frise Charlemagne Rachi 1 ère croisade St Louis Florilège Musique Expulsion Peste Expulsion Hébraïque klezmer juifs France noire juifs Espagne ème s

49 Doc-J19 Élève (1/3) Vers 1230 : Portail Sud de la cathédrale de Strasbourg A gauche, l Église victorieuse et couronnée, tenant dans ses mains le calice et la bannière que surmonte la croix, considère avec assurance la Synagogue. A droite la Synagogue vaincue tient une lance brisée, détourne sa tête aux yeux bandés, expression de son refus de reconnaître dans le Christ le Messie attendu. Elle paraît laisser tomber les tables de la Loi, symbole de l Ancien Testament dépassé.

50 Doc-J19 Élève (2/3) Les premières représentations de l'église et de la Synagogue sous la forme de deux personnages féminins allégoriques figurent, sur des crucifixions taillées dans des plaques d'ivoire à Metz, durant l'époque carolingienne. Sur ces ivoires, la Synagogue, vêtue comme l'église et sans aucun signe d'infériorité, s'éloigne du Christ avec dignité, tenant droit son drapeau et relevant la tête. On ne décèle aucune marque d'hostilité. La signification est claire : le Christ est victorieux ; la mission de la Synagogue s'achève ; elle doit céder sa place à l'église. LES TEMPS CHANGENT. ET LA VISION DES JUIFS ÉVOLUE Serpent : comme un bandeau sur les yeux 1285 : La Synagogue au serpent Cinquante ans après les ouvrages du portail sud, d'autres statues de l'église et de la Synagogue sont sculptées à la cathédrale de Strasbourg, cette fois au tympan du portail central de la façade occidentale. Ces figures, marquées par leurs illustres modèles du croisillon méridional, comportent toutefois une différence notable : le bandeau est remplacé par un serpent enroulé autour de la tête de la Synagogue, afin de suggérer une origine diabolique à son aveuglement.

51 Doc-J19 Élève (3/3) 14e et 15e siècles : Bibles historiées La diabolisation de la Synagogue ira en s'accentuant aux 14 ème et 15 ème siècles. Sur une miniature d'une Bible historiée du 15 ème siècle provenant de Haguenau, la Synagogue porte sur ses épaules un diable noir, velu, cornu et griffu, qui l'aveugle de ses mains. Ainsi perché, il peut aussi lui commander beaucoup de mauvaises actions. La Synagogue est devenue un agent de Satan.

52 Doc-J20 Élève 1. Je rédige les légendes :

53 Doc-J21 1. Je rédige les légendes : Enluminure d un livre chrétien représentant un ecclésiastique parlant avec un juif. Juif d Arles XIVème d après une miniature dans la BN Bibliothèque Nationale

54 Doc-J22 Élève LA BIBLE DE PERPIGNAN Cette Bible médiévale en caractères hébraïques, copiée à Perpignan au XIII e siècle se présente comme un livre luxueux. C'est pour son propre usage que Salomon ben Raphaël a mis tous ses soins à écrire, et vraisemblablement à décorer aussi ce manuscrit. FLORILEGE HEBRAÏQUE Ce manuscrit fut écrit et superbement illustré dans le Nord de la France aux alentours de La qualité et la richesse des illustrations et de la calligraphie de ses pages en font un l'un des plus extraordinaires trésors hébraïques au monde. Siddur de Saadia Gaon, 1136 Prescriptions pour la fête des Cabanes (Sukhot) Prières quotidiennes de rite italien, 1265 Paris, Bibliothèque nationale, ms. hébr. 599, f. Paris, coll. J. Glosseri, f. 1v 122v

55 Doc-J23 Élève Source : Abraham Ibn Ezra, "Quand il naît". Extrait de Jardin d'éden, jardins d'espagne - traduction M. Garel (Paris, Le Seuil et BnF, 1993, p ). Poème juif du 13 ème siècle construit comme une partition de cinq ans en cinq ans, puis de dix en dix. Quand il naît, de son sort, que l'homme de poussière Se souvienne : à sa mort, il s'en retourne en terre Souhaitez bonne chance à l'enfant de cinq ans! Il a les désirs clairs comme un soleil montant Sur les seins de sa mère, il repose, il attend Que vienne son transport : l'épaule de son père À l'enfant de dix ans épargnez la morale Bientôt il grandira et connaîtra le mal Racontez au petit des contes peu banals, Lui, joie de ses parents et rire de ses frères Ah! Quand il a vingt ans! Belle vie de garçon... Agile comme un faon qui enjambe les monts, Faisant fi de l'étude, ignorant les sermons Une biche jolie sera sa souricière! En la main d'une femme, à trente ans il est prêt De choir. Il se relève, il est pris dans les rets Harcelé de partout par les arcs et les traits : Demandes de l'épouse, enfantines prières... Résigné, tremblotant, il arrive à quarante, Et se contente de sa vie, bonne ou méchante... Il oublie ses amis : c'est qu'il court sur la pente, sentinelle veillant sur son maigre salaire. On demande à soixante : "et comment va-t-il donc? Ses arbres ont encore rameau, racine et tronc?" Ce qu'il reste de lui est ténu comme un jonc Et personne ne peut se dresser pour l'aider dans sa guerre. Ses années ont atteint les soixante-dix ans. On ne le voit plus, ni ne l'écoute en passant. Il n'est plus qu'un fardeau sur ses amis pesant, En charge pour lui-même et sa canne grossière. Quel poids pour ses enfants au seuil de quatre-vingts! Il a perdu la vue, il n'a plus l'esprit sain, Méprisé de ses fils, moqué par les voisins, Sa coupe est du poison, son pain un fiel amer! Au-delà de ce chiffre, on le compte pour mort... Heureux qui peut s'abstraire, indifférent au sort, Et qui ne pense à rien, si ce n'est en son for, À la rétribution de l'âme, aux fins dernières... À cinquante, il revoit les jours de peu de prix : Le temps du deuil arrive, il se plaint, il s'écrie. Pour les trésors du monde il montre son mépris, Car il craint que son heure approche, familière...

56 Doc-J24 Élève Je rédige la carte d identité de : Nom : Prénom : Date et lieu de naissance : Date et lieu de décès : Son (ses) métier (s) : Ses principales œuvres :

57 Doc-J25 Je rédige la carte d identité de : Nom : Ben Isaac (Rabbi Chlomo ben Yts'hak) plus connu par son acrostiche Rachi Prénom : Salomon Date et lieu de naissance : 1040 à Troyes Date et lieu de décès : 1105 à Troyes Son (ses) métier (s) : rabbin commentateur des textes sacrés juifs tant de la tradition écrite (Pentateuque, Prophètes, Hagiographes) que de la tradition orale (Talmud), Viticulteur dans le vignoble champenois. Ses principales œuvres : Son commentaire édité en marge du texte fut typographié avec une cursive italique qui ne tarderait pas à être connu sous le nom «d'écriture Rachi»,bien que lui-même ne l'ait probablement jamais utilisée.

58 Doc-J26 (1/3) Source : Wikipédia Rachi, tel qu'imaginé par l'artiste Salomon ben Isaac (Rabbi Chlomo ben Yts'hak) plus connu par son acrostiche Rachi (Troyes env env. 1105) est un commentateur des textes sacrés juifs tant de la tradition écrite (Bible c'est à dire : Pentateuque, Prophètes, Hagiographes) que de la tradition orale (Talmud). Sa vie On sait peu de choses quant à la biographie de Rachi, et les éléments sûrs et avérés d'un point de vue historique sont rares. Rachi pourrait être issu d'une illustre lignée rabbinique réputée remonter jusqu'au roi David. En effet, il pourrait être descendant par sa mère du Rav Elyakim, lui-même descendant à la 31 e génération de Rabbi Yohanan le sandalier, un Tanna souvent cité dans le Talmud, qui est lui-même arrière-arrière-petit-fils de Rabban Gamliel l'ancien (fils de Rabbi Shimon, fils de Hillel l'ancien), réputé de lignée davidique. Son père est mort en "saint" (c'est à dire en refusant d'abjurer sa foi). Rachi le cite quelques fois comme "mon maître", et il pourrait avoir étudié quelques années avec lui. Le premier commentaire de Rachi sur le Pentateuque s'ouvre sur les mots "Amar Rabbi Itzhak" (Rabbi Itzhak a dit). Cependant, il ne s'agit pas d'un enseignement du père de Rachi mais d'un midrash issu du recueil Tanhouma Yashan. Son oncle maternel, Rav Shimon l'ancien, a longtemps étudié auprès de Rabbenou Guershom de Mayence, surnommé meor Hagola (lumière de l'exil). Enfant, Rachi se distingue sûrement par sa mémoire prodigieuse, et passe pour un maître accompli à 20 ans. Il part étudier dans les écoles talmudiques rhénanes auprès du Rav Yaakov ben R' Yakar ("mon vieux Maître") à Mayence puis, à la mort de celui-ci, auprès du Rav Yts'hak ben Eléazar Halévi à Worms. Revenu à Troyes, il fonde à son tour une école talmudique qui attire rapidement des élèves de toute l'europe. Malgré sa renommée, il refuse de tirer profit de sa charge de rabbin et gagne sa vie comme vigneron, ainsi qu'il transparaît dans un de ses responsa, où il s'excuse de sa brièveté, étant pris par les vendanges.

59 Doc-J26 (2/3) Ayant vécu un siècle avant "l'autre" géant, Maïmonide, sa renommée fut au moins aussi grande. Rachi le dépassa même en popularité : en effet, à côté du fier Andalous s'exprimant à l'élite, Rachi était simple et très modeste, refusant d'arbitrer les cas qui ne relevaient pas de sa communauté, admettant son ignorance, tant dans ses responsa que dans ses commentaires (cf. infra). Par ailleurs, et c'est rare, Rachi est à la portée du débutant comme de l'érudit. Rachi n'ayant eu que des filles, il leur enseigna son savoir, ce qui dénotait d'une ouverture d'esprit exceptionnelle au Moyen-Âge. Il les maria avec ses meilleurs élèves, qui reprirent, avec leurs enfants, le flambeau de la transmission et du commentaire. Miriam, sa fille aînée, épousa R' Yehoudah ben Nathan (le Rivan), qui eut l'honneur d'achever le commentaire du traité talmudique «Makkot» sur lequel travaillait Rachi à sa mort. Yocheved épousa Meir ben Samuel, et donna naissance à de nombreux enfants, dont trois commentateurs célèbres qui laissèrent leur trace dans l'histoire : le Rachbam, Rabbénou Tam et le Rivam. Leur fille Hanna écrivit un responsa sur les lois de l'allumage des bougies à Shabbat. Rachel (Belleassez) épousa et divorça de R' Eliezer ben Shemiah. La fin de sa vie fut empoisonnée par les Croisades et les massacres des communautés juives qui les accompagnèrent. Rachi, protégé du comte de Champagne, était à l'abri, mais pas un jour ne se passait sans qu'il entendît une mauvaise nouvelle émanant de ses chères communautés rhénanes. Le premier commentaire sur le premier verset du premier livre de la Bible, dans lequel il s'étonne que la Torah, livre de lois, commence par la Création du monde, est l'occasion de réaffirmer le droit inaliénable de la terre d'israël au peuple juif, en réponse aux dites croisades. Le commentaire de Rachi La petite histoire veut que Rachi ait eu l'idée de son commentaire en entendant dans une synagogue un père se tromper en donnant à son fils l'explication du sens simple d'un verset (pshat). Rachi a donc eu l'idée de réunir dans un commentaire toutes les réponses aux questions qu'un enfant de cinq ans pourrait se poser en restant aussi concis que possible ("Une goutte d'encre vaut de l'or"). Il veut, en respectant grammaire, tournure de phrase et syntaxe, trouver l'explication la plus simple du verset. En effet, si la Torah a toujours été commentée, on se concentrait jusque-là que sur le drash des versets : lorsqu'une difficulté se présente, que ce soit dans la compréhension textuelle ou contextuelle de la section lue, les maîtres tendent à donner des réponses indirectes. Qu'elles soient allégoriques, poétiques, politiques, philosophiques, voire mystiques, elles extraient souvent un verset de son contexte et le dénaturent quelque peu. Ainsi, en est-il du fameux "ne lis pas banaïkh (tes fils) mais "bonaïkh" (tes bâtisseurs)". Tout exacts que soient ces propos, ce n'est pas là l'intention du verset. En commentant le Tanakh et le Talmud, Rachi ne souhaite ni se lancer dans des discussions savantes, ni débattre de questions philosophiques ou théologiques ardues, mais seulement rendre, au sens restituer, à son peuple les moyens de comprendre ces textes écrits dans une langue trop antique, parlant de choses trop élevées, se basant des notions trop anciennes, et sur lesquels ils doivent pourtant se baser de façon indispensable pour continuer à perpétuer les traditions d un peuple qui, s il ne peut en aucun cas rajouter ni retrancher quoi que ce soit à la lettre, doit s y conformer dans un monde en perpétuelle mutation. Pour ce faire, il a retransmis les opinions des Anciens, des maîtres de la tradition prophétique,

60 Doc-J26 (3/3) puis rabbinique, en sélectionnant dans l'immense compilation de midrashim celui qui semble correspondre le mieux au sens simple du texte. Il recherche avant tout la clarté de pensée, et la clarté de style, n hésitant pas à recourir à la langue d oïl, la langue vernaculaire de la France du Nord du XI e siècle (signalées par "bela'az"), ou de chercher la comparaison avec une anecdote vécue à Troyes ((qui est une ville marchande, des foires internationales s'y tiennent plusieurs fois par an) afin de simplifier encore plus l explication proposée. Il est important de noter que cette recherche de la concision, tant dans la forme que dans le fond de la formulation, est une valeur typiquement française, ce que ne manqueront pas de rappeler Emmanuel Levinas ou Léon Ashkénasi. Doué d'une mémoire et d'une connaissance encyclopédiques, il parvient à reconstituer par sa seule intuition la disposition du Tabernacle. Il souligne les explications connues mais erronées ; il illustre parfois par des midrashim. Exceptionnellement, il aborde des questions de grammaire, d'orthographe ou de cantilation lorsque cela permet d'éclairer le sens simple des versets. Rachi traite rarement de points de théologie. Néanmoins, citons son commentaire sur les Psaumes 49:11 ( Ils remarquent pourtant que les sages meurent (yamoutou), tout comme périssent (yovedou) le fou et le sot, en laissant leurs biens à d autres. ), où Rachi explique la différence de terme entre ces deux notions, pourtant similaires à première vue, de la sorte : mita s applique au sage, dont seul le corps meurt, tandis qu aveda est pour le fou ou le sot, dont non seulement le corps, mais aussi l âme disparaît. On peut aussi noter que Rachi n'hésite pas à dire "Je ne sais pas" et que lors d'un doute, il rapporte les différentes explications possibles soit en soulignant que les opinions sont partagées ou qu'elles correspondent à plusieurs niveaux de lectures. Bien que son œuvre fût colossale (on raconte qu'il écrivit aussi 7 livres de médecine, qui malheureusement ne parvinrent pas jusqu'à nous), il la révisa à trois reprises, et selon son petit-fils, le Rachbam, s'apprêtait à le refaire. Son succès Rachi ne fut pas le premier commentateur, mais il fut tout de même le Parshandata, le père du commentaire. Ses commentaires sont considérés comme ayant été écrits sous l'emprise d'une inspiration divine et on dit que le Talmud sans le commentaire serait comme un livre scellé. On peut aussi souligner son importance par le fait qu'il fut le premier livre juif à être imprimé en hébreu (Calabre 1475). Son commentaire édité en marge du texte fut typographiée avec une cursive italique qui ne tarderait pas à être connue sous le nom d'écriture Rachi, bien que lui-même ne l'ait probablement jamais utilisée. Pas moins de 134 commentaires sur le sien ont été recensés, sans épuiser le sujet! "Que dit Rachi?" "Quelle est la question que posait Rachi?" "Pourquoi Rachi a-t-il choisi ce midrash?" "Qu'est-ce qui le gêne?" sont autant de manières d'en renouveler la portée. Il fut même lu par des théologiens Chrétiens, dont Nicolas de la Lyre qui inspirerait plus tard Martin Luther.

61 Doc-J27 Élève (1/2) NAISSANCE D UN NOUVEAU GENRE MUSICAL : le KLEZMER ou l art de la musique itinérante! C est seulement au Moyen-Âge que les instruments de musique furent réintroduits dans les fêtes religieuses gaies (il y en a!) comme Pourim, Hanukah ou Simhat Torah, mais il existe très peu de documents écrits (et encore moins d enregistrements!) de cette époque. Le terme "klezmer" dérive de l hébreu "kley - zemer" qui signifie «instruments du chant». Les klezmorim étaient des musiciens de grand chemin, généralement très pauvres, qui voyageaient de villages en noces et de noces en bar-mitsva, animant les réceptions du son de leurs clarinettes ou de leurs violons. Ces personnages atypiques mais essentiels dans la vie des communautés juives n étaient pas payés selon leur talent, toujours grand, mais en fonction de la richesse de la famille qui les employait. Ils ne touchaient fréquemment pour tout salaire qu un plat et une couverture dans la paille, mais qu importe, la fête fut car musique il y eut De par leurs déplacements fréquents, les musiciens ont subi de nombreuses influences musicales: musiques tsigane ou roumaine, musiques orientale ou russe. Les sources d'inspiration de la musique Klezmer sont multiples mais elles sont d'abord d'origine liturgique. Le chant et son accompagnement musical étaient l'apanage des lévites qui travaillaient pour le service du temple à Jérusalem. Plus tard, à la disparition du temple, cette musique s'est développée au service de la liturgie et de nombreux morceaux Klezmer sont d'abord des chants de synagogue (comme Avinou Malkenou).

62 Doc-J27 Élève (2/2) Recopiez la calligraphie du mot De gauche à droite indiquez les instruments de cet orchestre klezmer : Le Klezmer, d hier à aujourd hui! Un orchestre Klezmer / Europe de l Est The Best Little Klezmer Band in Texas! 2002

63 Doc-J28 (1/3) Source : Extrait de L Arche n 571, novembre 2005 Sami Sadak, enseignant de judéo-espagnol à l Université de Provence La musique judéo-espagnole Le terme sefardim désigne les Juifs qui vivaient dans la péninsule ibérique jusqu à leur expulsion d Espagne en 1492 et du Portugal en Après la publication de l édit d expulsion, ils s exilèrent en grande majorité dans les pays méditerranéens voisins, de l Afrique du Nord (Tétouan, Tanger, Oran) à l Empire ottoman (Istanbul, Salonique, Izmir, Edirne, Rhodes, Safed), emportant avec eux une langue et une culture qu ils allaient conserver jalousement. Tout au long de ces cinq siècles, la culture judéoespagnole a été exposée à de nombreuses influences dans les pays traversés et les terres d accueil. La musique judéo-espagnole se présente comme une mosaïque où coexistent le sacré et le profane, les thèmes juifs et non-juifs, l Orient avec l Occident, l antique avec le nouveau. Les Juifs expulsés d Espagne constituaient une population hétérogène : ils venaient des différents centres du judaïsme espagnol, chacun étant marqué par son propre style poétique et sa tradition spécifique. Tandis que les Cantigas de Santa Maria (XIIe siècle) et des collections analogues fournissent bien des informations sur la tradition musicale de la péninsule, nous supposons seulement que la musique profane hispano-judaïque ressemblait à celle des musulmans et chrétiens hispaniques. Il n existe aucune donnée certaine permettant de tirer des conclusions sur la tradition musicale sousjacente au romancero judéo-espagnol. Comme pour chaque communauté itinérante ou pour les grandes diasporas, la musique judéoespagnole s est constituée suivant une stratégie que l on pourrait appeler de «l emprunt ponctuel», puisqu elle adopte temporairement des modèles-types et les systèmes musicaux des cultures d accueil. On peut considérer que, éloignés de leur source originelle, les Juifs ont inévitablement été influencés par leur nouvel environnement dans leur pays d accueil. À cette phase «d imprégnation» a succédé une phase «d émancipation» : le répertoire musical des communautés juives des Balkans et de la Méditerranée orientale s est mis à diverger peu à peu de celui des Juifs du Maroc, lesquels maintenaient des rapports étroits avec l Espagne. Véritable patrimoine, le cancionero judéo-espagnol était transmis par les femmes, de génération en génération, dans l espace de la vie quotidienne et du foyer. Le plus souvent isolées et exclues du culte public à la synagogue, les femmes juives séfarades ont extériorisé les aspects marquants de leurs expériences et de leur existence à travers ces chants, véritables exutoires et paroles de libération. Par conséquent, la forme de ces chants n était pas fixe ; des femmes talentueuses pouvaient exprimer leur créativité en ajoutant des paroles de leur cru. Ces chants d exil s exprimaient en langue judéo-espagnole, nommée djudyo au Levant et haketiya au Maghreb. Cette langue s est différenciée de la langue d origine par une série d emprunts aux langues des pays d accueil, tout en gardant des aspects archaïques de l espagnol péninsulaire. Le chant sacré était interprété par les hommes dans les synagogues, selon des makams (modes) araboandalous ou ottomans, en hébreu ou en ladino (traduction mot à mot de l hébreu en judéo-espagnol). On lisait la Torah dans le mode segah, on chantait dans le mode joyeux ajam nawruz lors du Shabbat Shira, pour Simhat Torah ou à l occasion des mariages, le mode hijaz était utilisé pour la commémoration de la destruction du Temple et pour les funérailles, le mode saba pour les circoncisions...

64 Doc-J28 (2/3) Cependant, si nombre de traits principalement mélodiques témoignent de l orientalisation du chant judéo-espagnol, celui-ci conserve des caractéristiques qui indiquent son origine européenne, comme la métrique syllabique (alors qu en Orient on privilégie la métrique classique arabe aruz, basée sur l organisation des syllabes longues et brèves) ou encore strophique (bâtie sur le modèle des romances espagnols et des villancicos médiévaux). Les chants du répertoire judéo-espagnol relèvent principalement de trois genres : les romances sont des ballades médiévales, les coplas des chants à caractère religieux hébraïque, et les cantigas des chants de la vie quotidienne. Le romance médiéval espagnol, tout en se perpétuant dans la tradition judéo-espagnole, a subi de profondes modifications en gardant sa forme littéraire de poème octosyllabique ou hexasyllabique assonancé en hémistiche. De tradition plus récente, les coplas se caractérisent par un contenu proprement judaïque. Il y est fait référence aux fêtes juives, à des épisodes de la Bible ou encore à des événements importants de l histoire du judaïsme. Bien que certains textes figurent dans des recueils dès le XVIIIe siècle, la plupart d entre eux sont transmis oralement. Enfin, les cantigas, les chants lyriques, constituent le cœur du répertoire judéo-espagnol. L amour contrarié ou déçu, l hésitation entre deux amants, sont les sujets privilégiés. La variété des styles musicaux et poétiques est encore plus grande que dans les autres genres. De très anciens textes espagnols alternent avec des traductions modernes des chants populaires turcs. Les chants judéo-espagnols collectés par Alberto Hemsi, Léon Algazi, Moshé Attias, Isaac Lévy ont été rassemblés et transcrits à travers les collectes effectuées dans les pays balkaniques et en Turquie au début du XXe siècle, puis en Israël. Aujourd hui, toute une génération d interprètes semble se tourner vers ces racines oubliées, y puisant nostalgie et beauté. L absence d enregistrement de terrain rend difficile l évaluation du caractère authentique des interprétations. La majeure partie sinon la totalité des disques mis sur le marché sont des enregistrements réalisés par des interprètes professionnels à partir des transcriptions musicales qui ont été puisées dans des anthologies et arrangées. Le grand public a eu très peu l occasion d écouter ces chants dans l interprétation des chanteuses traditionnelles de Turquie, de Grèce ou de Bulgarie. Aujourd hui, en France, l interprétation des chants judéo-espagnols par les artistes professionnels oscille entre un style médiéval et un style oriental. Fidèles à ces esthétiques, certains chanteurs se font accompagner par des instruments médiévaux comme la vièle, la viole de gambe, le luth, la flûte à bec, etc. et utilisent des ornementations vocales médiévales ; tandis que d autres, adoptant l option orientale des lieux de collecte du répertoire, chantent accompagnés d oud, de kanoun, de saz, de darbouka, de daf ou de bendir tout en restant dans l univers d ornementation modale des makams. Les communautés juives du Maghreb ont adapté la musique andalouse à la poésie liturgique de langue hébraïque, ou à celle destinée à la célébration des grands moments de la vie familiale. À l origine, les piyyutim - poèmes liturgiques - étaient composés pour rehausser les prières. Le cadre structurel de la plupart des piyyutim se cristallisa et s épanouit d abord en Eretz Israël, en Babylonie puis dans d autres pays. Au Xe siècle, l Espagne devint le plus grand centre de production de piyyut. Pendant les cinq cents années qui suivirent, ce genre littéraire fleurit au contact direct de la poésie arabe. Après le XVe siècle et l expulsion des Juifs d Espagne qui mit fin à l existence de cette communauté, on vit s épanouir le piyyut de style espagnol du Yémen jusqu à la Tunisie et du Maroc jusqu à Alep. À la différence du piyyut ancien ou classique, le piyyut espagnol emprunta à la poésie arabe quasidah de nombreuses caractéristiques formelles de première importance dans le domaine de la rime et du rythme. C est ainsi que les procédés de la métrique de la poésie arabe furent adaptés à la poésie hébraïque sous le nom de yetodot.

65 Doc-J28 (3/3) L habillage musical des piyyutim a souvent été emprunté à des chansons et autres airs à la mode. Mais, au niveau de la thématique, les textes ne se superposent en aucune façon : le poète juif a des préoccupations qui concernent la foi et la liturgie, alors que les compositions qu il adapte sont souvent de caractère profane, véhiculant la poésie laudative ou érotique. Le besoin accru des piyyutim a stimulé la créativité des poètes imprégnés des mystiques. Ils ont composé une poésie riche, dont les hymnes du rabbin Israël Najjara qui ont été utilisés dans les baqqashot syriennes et marocaines. Dans les baqqashot chantées dans la nuit de vendredi à samedi, le répertoire se répartit en plusieurs séries de piyuttim. Inspirés du modèle arabo-andalou de la nouba, ils reflètent une affinité profonde avec la culture environnante. Quando el Rem Nimrod (extrait) Paroles et traduction Kuando el rei Nimrod al kampo salia, Mirava en el cielo i en la estreyeria, Vido una luz santa en la giuderia, Ke havia de naser Avraham Avinu, Avraham Avinu, padre kerido Quand le Roi Nimrod sortit dans les champs Regardant le ciel et les étoiles Il vit dans la juiverie une lumière sainte Car il venait de naître, Abraham, le patriarche. Patriarche Abraham, père chéri Père béni, lumière d'israèl.

66 Doc-J29 Élève LE TEMPS DES CATASTROPHES : LES CROISADES TRACER EN DIFFERENTES COULEURS LES ROUTES DES CROISADES Massacre de juifs, première croisade, Bible du XIII e siècle

67 Doc-J30 Élève LE TEMPS DES CATASTROPHES : LA PESTE Grande Peste en Europe : 25 millions de victimes en Europe (autant en Asie). Transmise par les bateaux génois dès 1347, elle se répand dans les ports méditerranéens avant de se généraliser en Europe occidentale. ο Arrivée à Marseille en fin 1347, la peste noire dévaste la Provence. Elle remonte la vallée du Rhône (Avignon) pour atteindre Paris en août à la vitesse de 75 Km par jours. La moitié de la population du pays est touchée. ο La peste provoque des émeutes antisémites en Provence. La synagogue de Saint-Rémy-de-Provence est incendiée. Elle sera reconstruite hors de la ville dès Des Juifs sont brûlés à Serres, en Dauphiné. ο En Espagne, la peste a pu décimer un à deux tiers de la population, en particulier celle de l Aragon (neuf vagues entre 1348 et 1401). ο Massacre de Juifs, accusés de propager la peste, en Navarre et en Castille. ο 13 mai: le quartier juif de Barcelone est pillé. ο Les ashkenazi d Allemagne sont victimes de pogromes. Les Juifs de Chillon, sur le lac Léman, sont torturés jusqu à ce qu ils avouent avoir empoisonné les puits (septembre). Leurs confessions provoquent la fureur de la populace qui se livre à des massacres et à des expulsions. Trois cent communautés sont détruites ou expulsées. Six mille Juifs sont tués à Mayence, deux mille sont brûlés à Strasbourg... De nombreux Juifs fuient vers l est, en Pologne et Lituanie. ο La Peste noire atteint l'autriche ( ) victimes à Vienne. 25 à 35% de la population est décimée. Séries de tremblements de terre. Le peuple, pris de panique, s en prend aux communautés juives soupçonnées d avoir diffusé l épidémie. Albert le Sage doit intervenir pour protéger ses sujets Juifs. ο La Peste noire atteint l'angleterre ( ). Londres est ravagée en décembre La population anglaise est réduite de 30% entre 1348 et La réduction de la main d œuvre transforme l économie agricole seigneuriale. De vastes terres passent à l élevage et la main-d œuvre agricole connaît pour la première fois une sorte de liberté. Des Juifs mis au bûcher par l Inquisition gravure éditée à Nuremberg en 1493

68 Doc-J31 Élève Source : Association VIDAS LARGAS TRACER EN ROUGE LES ITINÉRAIRES DES JUIFS EXPULSÉS D ESPAGNE.

69 Doc-J32 Source : Association VIDAS LARGAS TRACER EN ROUGE LES ITINÉRAIRES DES JUIFS EXPULSÉS D ESPAGNE.

70 Doc-J33 Élève (1/2) Extraits de la traduction du texte du décret d'alhambra * Du Roi Ferdinand, et de la reine Isabelle, par la grâce de Dieu, Roi et Reine de Castille, du León, d Aragon et autres possessions de la couronne - au prince Juan, aux ducs, marquis, comtes, les saints ordres, prieurs, chevaliers commandeurs, seigneurs des châteaux, cavaliers, et à tous les Juifs, hommes et femmes de tout âge, et à tous les autres que cette lettre pourrait concerner que la santé et la grâce soit sur vous..par conséquent, avec le conseil et l avis des hommes éminents et des cavaliers de notre règne, et d autres personnes de connaissance et conscience de notre Conseil Suprême, après avoir beaucoup délibéré, il a été conclu et résolu que soit ordonné à tous les Juifs et Juives de quitter nos royaumes, et qu ils ne soient jamais autorisés à y retourner..et nous ordonnons en outre en cet édit que tous les Juifs et Juives de tout âge, résidant en nos domaines et territoires, partent avec leurs fils et filles, leurs domestiques et parents, grands et petits, quel que soit leur âge, d ici la fin de juillet de cette année, et qu ils n osent pas revenir sur nos terres, fût-ce d un pied, ni s y introduire sans permission de quelque manière que ce soit. Tout Juif qui n obéirait pas à cet édit et serait trouvé en nos royaume et domaines, ou qui retourne dans le royaume de quelque manière que ce fût, encourra la peine de mort, et la confiscation de tous ses biens..nous accordons donc la permission aux dits Juifs et Juives d emporter leurs biens et effets en dehors de nos possessions, que ce soit par voie maritime ou terrestre, à la condition qu ils n emportent ni or, ni argent, ni monnaie frappée, ou tout autre objet interdit par les lois du royaume..et de façon à porter ceci à l attention de tous, afin que personne ne puisse prétendre l ignorer, nous ordonnons que cet édit soit proclamé dans toutes les places et points de rencontre habituels de toute ville; et qu en toutes les grandes cités et villages du diocèse, cela soit fait par le tambour de ville en présence du scribe public ; et que ni l un ni l autre ne fasse le contraire de ce qui est désiré, sous peine de punitions par notre souveraine grâce et de confiscation de tous les biens et charges de qui que ce soit qui ferait le contraire. Et nous ordonnons de plus qu une preuve soit fournie à la cour, sous forme d une déposition écrite, de la façon par laquelle l édit est exécuté. Lu en cette ville de Grenade le trente-et-unième jour de mars en l an de notre Seigneur Jésus-Christ Signé, moi, le Roi, moi la Reine, Juan de Coloma, Secrétaire du Roi et de la Reine, laquelle j ai écrite sur l ordre de nos Majestés. * Le texte complet se trouve dans la partie «POUR EN SAVOIR PLUS»

71 Doc-J33 Élève (2/2) Questions : Quel est le nom du roi, et celui de la reine d Espagne? A qui s adressent le roi et la reine dans cette lettre? A quelle date ce document a-t-il été écrit? Combien de temps le roi et la reine donnent-ils aux juifs pour quitter le royaume d Espagne? Qu est ce- qu ils ne peuvent pas emporter? Est-ce ennuyeux? si oui pourquoi?

72 CLASSESCONCERNÉE Doc-J34 (1/2) Extraits de la traduction du texte du décret d'alhambra * Du Roi Ferdinand, et de la reine Isabelle, par la grâce de Dieu, Roi et Reine de Castille, du León, d Aragon et autres possessions de la couronne - au prince Juan, aux ducs, marquis, comtes, les saints ordres, prieurs, chevaliers commandeurs, seigneurs des châteaux, cavaliers, et à tous les Juifs, hommes et femmes de tout âge, et à tous les autres que cette lettre pourrait concerner que la santé et la grâce soit sur vous..par conséquent, avec le conseil et l avis des hommes éminents et des cavaliers de notre règne, et d autres personnes de connaissance et conscience de notre Conseil Suprême, après avoir beaucoup délibéré, il a été conclu et résolu que soit ordonné à tous les Juifs et Juives de quitter nos royaumes, et qu ils ne soient jamais autorisés à y retourner..et nous ordonnons en outre en cet édit que tous les Juifs et Juives de tout âge, résidant en nos domaines et territoires, partent avec leurs fils et filles, leurs domestiques et parents, grands et petits, quel que soit leur âge, d ici la fin de juillet de cette année, et qu ils n osent pas revenir sur nos terres, fût-ce d un pied, ni s y introduire sans permission de quelque manière que ce soit. Tout Juif qui n obéirait pas à cet édit et serait trouvé en nos royaume et domaines, ou qui retourne dans le royaume de quelque manière que ce fût, encourra la peine de mort, et la confiscation de tous ses biens..nous accordons donc la permission aux dits Juifs et Juives d emporter leurs biens et effets en dehors de nos possessions, que ce soit par voie maritime ou terrestre, à la condition qu ils n emportent ni or, ni argent, ni monnaie frappée, ou tout autre objet interdit par les lois du royaume..et de façon à porter ceci à l attention de tous, afin que personne ne puisse prétendre l ignorer, nous ordonnons que cet édit soit proclamé dans toutes les places et points de rencontre habituels de toute ville; et qu en toutes les grandes cités et villages du diocèse, cela soit fait par le tambour de ville en présence du scribe public ; et que ni l un ni l autre ne fasse le contraire de ce qui est désiré, sous peine de punitions par notre souveraine grâce et de confiscation de tous les biens et charges de qui que ce soit qui ferait le contraire. Et nous ordonnons de plus qu une preuve soit fournie à la cour, sous forme d une déposition écrite, de la façon par laquelle l édit est exécuté. Lu en cette ville de Grenade le trente-et-unième jour de mars en l an de notre Seigneur Jésus-Christ Signé, moi, le Roi, moi la Reine, Juan de Coloma, Secrétaire du Roi et de la Reine, laquelle j ai écrite sur l ordre de nos Majestés. * Le texte complet se trouve dans la partie «POUR EN SAVOIR PLUS»

73 Doc-J34 (2/2) Questions : Quel est le nom du roi, et celui de la reine d Espagne? Ferdinand et Isabelle A qui s adressent le roi et la reine dans cette lettre? Aux nobles, aux seigneurs, aux prêtres et aux Juifs de tout le Royaume d Espagne A quelle date ce document a-t-il été écrit? 31 mars 1492 Combien de temps le roi et la reine donnent-ils aux juifs pour quitter le royaume d Espagne? 4 mois Qu est ce- qu ils ne peuvent pas emporter? L or - l argent - les pièces de monnaie Est-ce ennuyeux? si oui pourquoi? Oui car ils n auront pas de ressources pour s installer ailleurs. Ils perdent ce qu ils ont épargné durant plusieurs générations

74 Doc-J35 Élève 1394 : Expulsion des juifs de France Á compléter sous la dictée de l enseignant PHILIPPE LE BEL PHILIPPE AUGUSTE

75 Doc-J : Expulsion des juifs de France Le roi de France Charles VI, dit "le Fou", décrète l'expulsion de tous les juifs "sans exception ni privilège". C'est la troisième fois que les juifs sont expulsés de France depuis le début du siècle (1306 et 1322). PHILIPPE LE BEL PHILIPPE AUGUSTE Expulse les juifs de son royaume en : Expulse les juifs de son royaume en : Les juifs sont rendus responsables de la famine, de la misère et même de la folie du roi... Les Parisiens les flagellent en place publique. Le roi et la reine de France leur donnent jusqu'au 3 novembre pour regagner les frontières du royaume. Il n'existera plus de communautés juives en France jusqu'au XVIème siècle.

76 CLASSESCONCERNÉE Doc-J37 Élève (1/2) Pour en finir avec les idées reçues sur les juifs du moyen-âge en 6 points! 1 LES JUIFS ARRIVENT EN FRANCE AU DÉBUT DU MOYEN-AGE. VRAI FAUX 2 AU MOYEN-AGE, TOUS LES JUIFS SONT USURIERS. VRAI FAUX 3 PHILIPPE LE BEL EXPULSE LES JUIFS DU ROYAUME EN 1306 POUR DES RAISONS RELIGIEUSES. VRAI FAUX 4 SOUS L'ANCIEN RÉGIME, IL EXISTE DEUX "NATIONS" JUIVES EN FRANCE : LES ASHKÉNAZES D'ALSACE -LORRAINE ET LES SÉFARADES DE LA RÉGION DE BORDEAUX. SEUL POINT COMMUN : LA RELIGION. VRAI FAUX

Enseignement du fait religieux à l école laïque

Enseignement du fait religieux à l école laïque IUFM DE BOURGOGNE CONCOURS DE RECRUTEMENT : professeur des écoles Enseignement du fait religieux à l école laïque Delphine PAUMIER Directeur de mémoire : Alain MORET Année : 2005 n de stagiaire : 04STA00465

Plus en détail

Maud Robert Histoire Ba1. Histoire des Temps modernes

Maud Robert Histoire Ba1. Histoire des Temps modernes Histoire des Temps modernes Table des matières A) Qu est-ce que les "Temps Modernes"? 5 B) Définition des Temps Modernes et problèmes de datation : 5 C) Les grandes caractéristiques des Temps Modernes

Plus en détail

Sommaire de la séquence 6

Sommaire de la séquence 6 Sommaire de la séquence 6 t t t t Histoire : La place de l Église dans l Occident féodal Séance 1 Quelles étaient les croyances et les pratiques des chrétiens au Moyen Age? Séance 2 La construction des

Plus en détail

Sommaire de la séquence 5

Sommaire de la séquence 5 Sommaire de la séquence 5 t t Séance 1.................................................................................................... 141 Pourquoi et comment Alexandre le Grand a-t-il conquis un si

Plus en détail

LES MANUELS SCOLAIRES ET LE FAIT RELIGIEUX par Charles-Edouard Harang Agrégé d histoire, docteur en histoire Professeur au lycée R. Queneau.

LES MANUELS SCOLAIRES ET LE FAIT RELIGIEUX par Charles-Edouard Harang Agrégé d histoire, docteur en histoire Professeur au lycée R. Queneau. LES MANUELS SCOLAIRES ET LE FAIT RELIGIEUX par Charles-Edouard Harang Agrégé d histoire, docteur en histoire Professeur au lycée R. Queneau. Yvetot «Enseigner le fait religieux : une nécessité de notre

Plus en détail

Nantes est-elle bretonne?

Nantes est-elle bretonne? 1 Nantes est-elle bretonne? Et voilà! Rien que par un point d interrogation, l auteur de ces lignes vient de se fâcher avec les militants inconditionnels du rattachement de la Loire-Atlantique à la Bretagne

Plus en détail

Menschenrechte Human Rights Droits de l Homme. Anne Schreiber Les droits de l Homme au Myanmar/Birmanie: l Église sous la dictature militaire

Menschenrechte Human Rights Droits de l Homme. Anne Schreiber Les droits de l Homme au Myanmar/Birmanie: l Église sous la dictature militaire Internationales Katholisches Missionswerk e.v. Œuvre Pontificale Missionnaire Secteur «Droits de l Homme» Dr. Otmar Oehring (éditeur) Postfach 10 12 48 D-52012 Aachen Tel.: 0049-241-7507-00 Fax: 0049-241-7507-61-253

Plus en détail

UNIVERSITE DE PARIS 1 - PANTHEON SORBONNE

UNIVERSITE DE PARIS 1 - PANTHEON SORBONNE UNIVERSITE DE PARIS 1 - PANTHEON SORBONNE INSTITUT DE RECHERCHE ET D ETUDES SUPERIEURES DU TOURISME LA VALORISATION DES LIEUX DE MEMOIRE DE LA SHOAH EN FRANCE, ENTRE MEMOIRE ET PATRIMOINE CULTUREL Mémoire

Plus en détail

Une approche culturelle de l enseignement pour l appropriation de la culture dans les écoles de langue française de l Ontario

Une approche culturelle de l enseignement pour l appropriation de la culture dans les écoles de langue française de l Ontario 2 0 0 9 Une approche culturelle de l enseignement pour l appropriation de la culture dans les écoles de langue française de l Ontario C A D R E D O R I E N T A T I O N E T D I N T E R V E N T I O N Table

Plus en détail

Antoine Spire et Mano Siri (sous la direction de) 100 mots. pour se comprendre. contre le racisme et l antisémitisme LE BORD DE L EAU

Antoine Spire et Mano Siri (sous la direction de) 100 mots. pour se comprendre. contre le racisme et l antisémitisme LE BORD DE L EAU Antoine Spire et Mano Siri (sous la direction de) 100 mots pour se comprendre contre le racisme et l antisémitisme LE BORD DE L EAU Collection «Documents» L ÉCONOMIE N EXISTE PAS,, Bernard Traimond CÉLINE,

Plus en détail

se former à l interculturel

se former à l interculturel Éditions-Diffusion Charles Léopold Mayer 38, rue Saint Sabin 75011 Paris tel/fax : 01 48 06 48 86 diffusion@eclm.fr www.eclm.fr Les versions électroniques et imprimées des documents sont librement diffusables,

Plus en détail

Visitez notre site web : www.coe.int/ecri

Visitez notre site web : www.coe.int/ecri Secrétariat de l ECRI Direction générale des Droits de l Homme DG II Conseil de l Europe F - 67075 STRASBOURG Cedex Tel.: +33 (0) 3 88 41 29 64 Fax: +33 (0) 3 88 41 39 87 E-mail: combat.racism@coe.int

Plus en détail

VECU DE FEMMES IMMIGREES DANS LE BAS-RHIN : DES STRATEGIES POUR PALLIER AUX DIFFICULTES

VECU DE FEMMES IMMIGREES DANS LE BAS-RHIN : DES STRATEGIES POUR PALLIER AUX DIFFICULTES VECU DE FEMMES IMMIGREES DANS LE BAS-RHIN : DES STRATEGIES POUR PALLIER AUX DIFFICULTES DOCUMENT ELABORE DANS LE CADRE DE LA DEMARCHE ADLI DANS LE BAS-RHIN DOSSIER THEMATIQUE - JUIN 2009 Vécu de femmes

Plus en détail

Dossier collectif d'ecjs seconde 4 Lycée Michelet année 2010-2011 LES ROMS, POPULATION DANGEREUSE OU POPULATION EN DANGER?

Dossier collectif d'ecjs seconde 4 Lycée Michelet année 2010-2011 LES ROMS, POPULATION DANGEREUSE OU POPULATION EN DANGER? Dossier collectif d'ecjs seconde 4 Lycée Michelet année 2010-2011 LES ROMS, POPULATION DANGEREUSE OU POPULATION EN DANGER? 1. Pourquoi cette question? Une question d'actualité Les Roms sont devenus une

Plus en détail

La République française et le fait colonial

La République française et le fait colonial 1 sur 37 La République française et le fait colonial DIAPO : cette mention renvoie au diaporama joint INTRODUCTION DIAPO Le fait colonial est une tâche indélébile dans l histoire de la République, notamment

Plus en détail

L ALIMENTATION «COMMUNAUTAIRE» S INSCRIT-ELLE DANS LE DEVELOPPEMENT DE LA CONSOMMATION ENGAGEE?

L ALIMENTATION «COMMUNAUTAIRE» S INSCRIT-ELLE DANS LE DEVELOPPEMENT DE LA CONSOMMATION ENGAGEE? L ALIMENTATION «COMMUNAUTAIRE» S INSCRIT-ELLE DANS LE DEVELOPPEMENT DE LA CONSOMMATION ENGAGEE? Thierry MATHE Nicolas SIOUNANDAN Gabriel TAVOULARIS Avec la participation de Chantal ammi décembre 2012 www.credoc.fr

Plus en détail

Droits de l homme en Europe : la complaisance n a pas sa place. Points de vue de Thomas Hammarberg. Chroniques des droits de l homme

Droits de l homme en Europe : la complaisance n a pas sa place. Points de vue de Thomas Hammarberg. Chroniques des droits de l homme Chroniques des droits de l homme Droits de l homme en Europe : la complaisance n a pas sa place C O M M I S S I O N E R F O R H U M A N R I G H T S C O M M I S S A I R E A U X D R O I T S D E L ' H O M

Plus en détail

TOUS DIFFÉRENTS, TOUS UNIQUES

TOUS DIFFÉRENTS, TOUS UNIQUES TOUS DIFFÉRENTS, TOUS UNIQUES UN PROJET DE L UNESCO ET DU PARLEMENT INTERNATIONAL DE LA JEUNESSE OXFAM COMMUNITY AID ABROAD 02 TOUS DIFFÉRENTS, TOUS UNIQUES Editeurs Division des politiques culturelles

Plus en détail

Professionnels de jeunesse et d éducation non formelle

Professionnels de jeunesse et d éducation non formelle Professionnels de jeunesse et d éducation non formelle Annie Oberti Responsable du pôle vie associative de l Injep Ces textes ont été rassemblés avec la collaboration de Jean-Pierre Halter, à l occasion

Plus en détail

Les devenus sourds : Un monde à part

Les devenus sourds : Un monde à part UNIVERSITE PIERRE MENDES FRANCE UFR Sciences Humaines et Sociales *********** PAROD Marlène Les devenus sourds : Un monde à part *********** Master 1 Sociologie Spécialité Nouvelles Formes du Lien Social

Plus en détail

LETTRE ENCYCLIQUE DEUS CARITAS EST DU SOUVERAIN PONTIFE BENOÎT XVI AUX ÉVÊQUES AUX PRÊTRES ET AUX DIACRES AUX PERSONNES CONSACRÉES ET À TOUS LES

LETTRE ENCYCLIQUE DEUS CARITAS EST DU SOUVERAIN PONTIFE BENOÎT XVI AUX ÉVÊQUES AUX PRÊTRES ET AUX DIACRES AUX PERSONNES CONSACRÉES ET À TOUS LES LETTRE ENCYCLIQUE DEUS CARITAS EST DU SOUVERAIN PONTIFE BENOÎT XVI AUX ÉVÊQUES AUX PRÊTRES ET AUX DIACRES AUX PERSONNES CONSACRÉES ET À TOUS LES FIDÈLES LAÏCS SUR L'AMOUR CHRÉTIEN INTRODUCTION 1. «Dieu

Plus en détail

Andreas Nijenhuis. www.andreas-nijenhuis.fr

Andreas Nijenhuis. www.andreas-nijenhuis.fr Andreas Nijenhuis www.andreas-nijenhuis.fr Sommaire Wolfgang KAISER Avant-propos...9 Wolfgang KAISER Quelle Europe?... 11 Wolfgang KAISER L horizon global de l expérience européenne... 17 Première partie

Plus en détail

CHANTIER SUR LA LUTTE CONTRE LE RACISME ET L'ANTISEMITISME

CHANTIER SUR LA LUTTE CONTRE LE RACISME ET L'ANTISEMITISME CHANTIER SUR LA LUTTE CONTRE LE RACISME ET L'ANTISEMITISME Rapport présenté par Jean-Christophe RUFIN, Ecrivain, médecin et responsable de nombreuses associations d'aide humanitaire Remis à Monsieur le

Plus en détail

L abbaye de Saint- Pierre-sur-Dives

L abbaye de Saint- Pierre-sur-Dives Autour d un monastère : L abbaye de Saint- Pierre-sur-Dives L abbaye de Saint-Pierre-sur-Dives Service Départemental d Archéologie du Calvados 1998 1 Présentation Le but des "Dossiers & Documents" est

Plus en détail

Itinéraires. Les droits de l'homme: frein ou moteur au développement? François A. DE VARGAS. Leçons inaugurales n o 6. iuédgenève

Itinéraires. Les droits de l'homme: frein ou moteur au développement? François A. DE VARGAS. Leçons inaugurales n o 6. iuédgenève iuédgenève institut universitaire graduate institute d études du développement of development studies Itinéraires Les droits de l'homme: frein ou moteur au développement? Sculpture en céramique et photos

Plus en détail

HOPE QUAND LE SPORT PEUT CHANGER LE MONDE

HOPE QUAND LE SPORT PEUT CHANGER LE MONDE HOPE QUAND LE SPORT PEUT CHANGER LE MONDE BARON PIERRE DE COUBERTIN (1 er janvier 1863 Paris 2 septembre 1937 Genève) HISTORIEN ET PÉDAGOGUE FRANÇAIS QUI RESSUSCITA LES JEUX OLYMPIQUES À L ÈRE MODERNE

Plus en détail

Strasbourg II. FACULTE DE Théologie catholique. Institut de droit CANONIQUE. Mémoire de MASTER. Sous la direction de Jean WERCKMEISTER LES FEMMES

Strasbourg II. FACULTE DE Théologie catholique. Institut de droit CANONIQUE. Mémoire de MASTER. Sous la direction de Jean WERCKMEISTER LES FEMMES Université marc Bloch Strasbourg II FACULTE DE Théologie catholique Institut de droit CANONIQUE Mémoire de MASTER Sous la direction de Jean WERCKMEISTER LES FEMMES SELON La PENSEE DE PAUL VI (21 JUIN 1963

Plus en détail

L éducation aux médias Enjeux, état des lieux, perspectives

L éducation aux médias Enjeux, état des lieux, perspectives Rapport - n 2007-083 août 2007 Inspection générale de l éducation nationale Inspection générale de l administration de l Éducation nationale et de la Recherche L éducation aux médias Enjeux, état des lieux,

Plus en détail

Dounia et Lylia Bouzar Cabinet Bouzar expertises

Dounia et Lylia Bouzar Cabinet Bouzar expertises MARS 2015 LAïCITé et ÉGALITÉ : Pour une posture professionnelle non discriminatoire Synthèse de la formation-action à l attention des intervenants socio-éducatifs septembre 2013 juillet 2014 Dounia et

Plus en détail

LA COUR DE BABEL UN FILM DE JULIE BERTUCCELLI. Zéro de conduite.net. Illustration : Christophe Blain

LA COUR DE BABEL UN FILM DE JULIE BERTUCCELLI. Zéro de conduite.net. Illustration : Christophe Blain LA COUR DE BABEL UN FILM DE JULIE BERTUCCELLI Illustration : Christophe Blain D O S S I E R D A C C O M P A G N E M E N T P É D A G O G I Q U E Zéro de conduite.net CRÉDITS DU DOSSIER SOMMAIRE Dossier

Plus en détail