Professionnels de jeunesse et d éducation non formelle

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Professionnels de jeunesse et d éducation non formelle"

Transcription

1 Professionnels de jeunesse et d éducation non formelle Annie Oberti Responsable du pôle vie associative de l Injep Ces textes ont été rassemblés avec la collaboration de Jean-Pierre Halter, à l occasion de la rencontre européenne sur les professionnels de jeunesse et d éducation non formelle. Marly-le-Roi, 29, 30 novembre et 1 er décembre 2006 INSTITUT NATIONAL DE LA JEUNESSE ET DE L ÉDUCATION POPULAIRE Établissement public du ministère de la Santé, de la Jeunesse et des Sports

2 Sommaire Présentation de la rencontre, contexte et enjeux... 5 Regards sur quelques pays d Europe...11 L éducation non formelle en Finlande...13 Les professionnels de jeunesse et d éducation non formelle en République tchèque...22 Les professionnels de jeunesse en Catalogne...29 Le travail de jeunesse et d éducation non formelle : perspective anglaise...34 Les professionnels de l éducation non formelle et de la jeunesse en France, les analogies en Europe...38 Approche comparative des professionnels de jeunesse en Europe, étude de l IARD...44 Questions de formation...55 Le portfolio européen pour travailleurs et animateurs de jeunesse en Europe...57 L expérience d un BAFA trinational...68 L éducation tout au long de la vie, compétences clés...73 La formation dans le temps libre et l animation socioculturelle en Europe...76 Bilan et suite...83 Annexes...87 Annexe 1. Bibliographie sur les politiques et les professionnels de jeunesse en Europe...89 Annexe 2. Associations organisatrices de la rencontre...92 Annexe 3. Documents utiles...96 Annexe 4. Programme de la rencontre Annexe 5. Résumés des communications (français)

3 3

4 Présentation de la rencontre, contexte et enjeux ANNIE OBERTI, JEAN-PIERRE HALTER L intervention de l Union européenne et du Conseil de l Europe depuis plusieurs années a focalisé l attention des pays européens sur la question des politiques de jeunesse et des métiers de jeunesse et d éducation non formelle. En effet, ces institutions européennes ont été peu à peu à l initiative de normes non contraignantes qui concernent le champ du travail de jeunesse, que ce soit par le biais des certifications professionnelles (le CECP, la reconnaissance des diplômes), les résolutions et recommandations sur l éducation tout au long de la vie, sur la reconnaissance de la valeur de l éducation non formelle dans le domaine de la jeunesse 1. Le contexte La rencontre se situe dans le contexte de cette dynamique portée par les institutions européennes, dynamique que sous-tendent des enjeux d ordre politique, éducatif, pédagogique et professionnel. Parmi les initiatives qui tracent les principes et les valeurs de l éducation non formelle dans les politiques de jeunesse, on retiendra trois exemples : le Livre blanc intitulé Un nouvel élan pour la jeunesse européenne, du 21 novembre 2001, qui souligne la nécessité de mieux définir les concepts, les compétences acquises et les normes de qualité, de valoriser les personnes qui s engagent dans ces activités, de mieux reconnaître ces activités et d assurer une plus grande complémentarité avec l éducation et la formation formelles ; la résolution du Conseil du 27 juin 2002 sur l éducation et la formation tout au long de la vie qui invite les États membres à encourager la coopération ainsi que des mesures efficaces permettant de valider les résultats de l éducation et de la formation, élément essentiel pour jeter des ponts entre l éducation et la formation formelles, non formelles et informelles et, partant, condition indispensable à la création d un espace européen de l éducation et de la formation tout au long de la vie ; le travail exhaustif qu a effectué le Conseil de l Europe dans le domaine de l éducation et de la formation non formelles et informelles, par exemple en produisant un portfolio européen pour responsables et travailleurs de jeunesse, souligne la valeur de ce type d expérience éducative ainsi que la nécessité de la reconnaître, compte tenu notamment de l importance de l éducation et de la formation tout au long de la vie. Parmi les recommandations faites aux États membres, on retiendra en particulier : celle visant à encourager les organismes publics et les ONG à utiliser et, le cas échéant, à adapter des instruments assurant comparabilité et transparence et visant à permettre la reconnaissance des compétences des personnes travaillant auprès des 1 Voir à ce sujet le texte introductif «les enjeux qui sous-tendent cette rencontre». 4

5 jeunes et dans les organisations de jeunesse, conformément au portfolio européen pour responsables et travailleurs de jeunesse actuellement en cours d élaboration au Conseil de l Europe ; celle visant à reconnaître et soutenir, selon leurs compétences respectives, la contribution particulière qu apportent les organisations de jeunesse et d autres organisations non gouvernementales à l offre d éducation et de formation informelles et non formelles ; celle visant à encourager les partenaires sociaux à reconnaître la qualité et la diversité des possibilités d éducation et de formation non formelles et informelles offertes aux jeunes, ainsi que leur apport d un point de vue socio-économique ; enfin, celle visant à encourager les partenariats innovants entre les fournisseurs d éducation et de formation formelles et non formelles afin d élaborer des approches pédagogiques qui pourraient attirer d autres groupes d apprenants. L affirmation de cette volonté politique de mettre l éducation non formelle au cœur de la formation tout au long de la vie entraîne des enjeux éducatifs, pédagogiques et professionnels. Les enjeux Des enjeux pédagogiques et éducatifs La reconnaissance de l éducation non formelle comme vecteur de la formation permanente de l individu des groupes et des communautés implique que nous mettions en évidence ses valeurs, ses principes, ses méthodes, ses pratiques et ses outils. En clair, cela signifie que ces journées ont tenté de mettre en lumière ce qui fait l originalité de l éducation non formelle, ce qui constitue sa valeur ajoutée au plan éducatif, le caractère innovant de sa pédagogie et les dimensions d émancipation et promotion qu elle revêt au plan social. Des enjeux professionnels La mise en œuvre des actions et des interventions auprès des jeunes, et d une manière générale auprès de l ensemble des groupes constitués et des communautés, nécessite une reconnaissance de la professionnalité des acteurs. Qu en est-il aujourd hui et comment cette professionnalité peut être mieux reconnue tant au niveau local et national, qu au niveau européen? Se pose ainsi la question de la reconnaissance des métiers des professionnels de jeunesse et de l éducation non formelle et des modalités de cette reconnaissance : qualification (ès qualités) par la formation professionnelle, universitaire, mais aussi par reconnaissance et validation des acquis par l expérience. Se pose également la question de la structuration d un corps de professionnels comportant des fonctions d animation de terrain, mais aussi d expertise des politiques publiques, capables de concevoir et mettre en œuvre des projets et d en évaluer la portée. 5

6 Enfin, se pose la question de l articulation du travail des «professionnels techniciens» avec celui des volontaires et des bénévoles. Comment envisager la complémentarité de ces différents «contributeurs» à l action éducative et la reconnaissance des compétences, de l engagement et de l implication des uns et des autres? C est dans ce contexte que l Institut national de la jeunesse et de l éducation populaire (Injep), avec l appui d un comité de pilotage composé des Centres d entraînement aux méthodes d éducation active (Ceméa), de la Fédération des centres sociaux et socioculturels de France (FCSF), de l Union française des centres de vacances et de loisirs (UFCV) et du ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative (MJSVA) 2 a décidé d organiser une rencontre «professionnels de jeunesse et d éducation non formelle en Europe» qui s est déroulée à Marly-le-Roi, les 29, 30 novembre et 1 er décembre Pourquoi cette rencontre, les objectifs En France, les principaux acteurs du travail de jeunesse sont les collectivités locales, les communes et les associations. L Injep est impliqué dans la formation non qualifiante des professionnels et bénévoles intervenant pour ces acteurs. L intervention de ces professionnels a subi des évolutions importantes et face à la montée en puissance des questions relatives à l emploi, aux loisirs, à l échec scolaire et à la culture des jeunes ; de nouvelles formes de légitimité apparaissent au niveau des territoires d intervention, celles des collectivités territoriales, mais aussi de l Europe. Ces évolutions, cette nouvelle donne nous avaient conduits à proposer, dans le cadre du programme Leonardo, une étude de faisabilité pour créer une formation expérimentale de responsables de jeunesse transférable, adaptable d un pays à l autre. L unité des études, de la recherche et de la formation de l Institut a travaillé sur ce sujet avec l Italie, la Grèce, la Belgique et la Hongrie. Le projet, soutenu par la commission dans le cadre du programme Leonardo, n a cependant pas abouti aux résultats escomptés. Seul l Injep a réalisé une formation dite de «consultants en politique de jeunesse» d un niveau master, formation qui existe encore aujourd hui et en est à sa sixième promotion. La démarche des autres pays partenaires n a pas abouti. Cet échec relatif fut largement imputable au fait que les contextes nationaux institutionnels, politiques et culturels, ainsi que les enjeux sociaux auxquels les professionnels de jeunesse sont confrontés étaient variés, n avaient pas été suffisamment explicités, et leur impact suffisamment évalué. 2 Voir la présentation des organismes en annexe. 6

7 C est ce qui nous a conduit à poursuivre l idée différemment, en proposant un autre projet dans le cadre du même programme Leonardo, et qui visait à construire un réseau de partenaires ressources pour les professionnels de jeunesse qui permette d échanger sur leurs pratiques, leurs formations, leurs métiers. Ce projet n a pas été financé par la Commission européenne, mais il nous a permis de travailler avec des structures associatives ou ministérielles de République tchèque, d Italie, de Hongrie, d Allemagne et d Espagne. Forts des enseignements de ces tentatives, nous avons décidé de poursuivre le projet en nous rapprochant des acteurs associatifs en charge de l emploi et des formations concernant le travail de jeunesse en France, et qui dans un contexte européen organisent des échanges de praticiens et d acteurs, mutualisent des connaissances et des pratiques pédagogiques de professionnels et des bénévoles. C est bien le cas pour les Ceméa, les centres sociaux, l UFCV, qui témoigneront de la variété des projets et des actions qu ils mettent en œuvre avec des partenaires européens. Je tiens à les remercier de leur implication dans la préparation de ces trois journées de rencontre, de leurs suggestions et de la mobilisation de leurs partenaires européens. Les objectifs de cette rencontre étaient de divers ordres Mettre en évidence les problématiques qui déterminent la nature de l intervention des professionnels, en fonction des contextes nationaux et locaux. L intervention de professionnels, leurs liens avec les intervenants bénévoles et les autres acteurs, les publics concernés, la structuration ou non d une profession, les formations qui irriguent le champ des interventions auprès des jeunes nous paraissent révélateurs de priorités politiques, de conception de la jeunesse et d enjeux de société ; Accroître la connaissance mutuelle de l intervention des professionnels de jeunesse et de l éducation non formelle. Le travail de jeunesse et l éducation non formelle apparaissent fortement interdépendants. D abord parce que l intervention auprès de la jeunesse est largement le fait de pratiques relevant de l éducation non formelle. Mais aussi dans la mesure où la formation des professionnels de jeunesse relève largement de l éducation non formelle, en tout cas en France ; Ébaucher un premier état des lieux des métiers, pratiques et formations de ces champs d intervention. Initier au niveau européen un réseau d intervenants institutionnels et de personnes ressources. 3 3 Voir le programme de la rencontre en annexe. 7

8 Le déroulement de la rencontre, la démarche adoptée D une part, nous nous sommes attachés à tenir nombre de principes. Nous déporter des perspectives strictement comparatives et descriptives telles qu elles ont pu être entreprises dans un certain nombre d études initiées ces dernières années. Ces approches comparatives 4 des métiers et formations des professionnels de jeunesse et d éducation non formelle se heurtent aux différences de conceptions des politiques publiques nationales ou régionales, aux terminologies, aux spécificités professionnelles, sociales et culturelles des contextes nationaux, rendant leur exploitation peu aisée. Nous déporter aussi de l approche qui consiste à élaborer un cadre européen de certification visant la transparence et la comparabilité des diplômes, démarche qui est déjà entreprise au sein du ministère de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative. D autre part, nous avons estimé important de mixer la nature des postures et regards des intervenants : des praticiens, des chercheurs, des institutionnels. Enfin, en ce qui concerne l Injep, nous avons voulu mettre au service de ces rencontres son expérience dans le champ de la jeunesse et de l éducation non formelle, sa participation à des groupes de travail sur la question des métiers de l animation, ses contacts avec les pays européens que ce soit par le biais de l Agence française du programme européen jeunesse ou par sa contribution à l édition de la revue européenne Forum 21. Comme dans tout regroupement de ce type, les participants se sont trouvés confrontés aux questions de langue, de traduction, mais aussi de terminologie propre à chaque pays, renvoyant à des organisations institutionnelles, à des façons de concevoir l intervention publique, de penser la jeunesse différente. Pour autant, nous avons pris le parti, non pas de tenter d éluder ces difficultés, mais bien de les vivre et les expérimenter, faisant en sorte qu elles ne constituent pas des obstacles rédhibitoires mais des occasions d échanges, de questionnements, de demandes de précisions. Nous nous sommes centrés sur des faits : les professionnels de jeunesse : qui sont-ils? que font-ils? auprès de qui interviennent-ils? qu est-ce que leur métier au plan des activités et de son organisation? Nous avons fait le choix de réunir non pas des intervenants et un public mais des personnes engagées dans la pratique ou l analyse, chacune intervenant et questionnant les autres tour à tour. Dans la mesure du possible nous avons fait en sorte que chacun s exprime dans sa langue. Nous avons prévu une traduction simultanée anglais-français par un interprète professionnel et nous avons eu recours aux ressources du groupe pour assurer les traductions anglaises-espagnoles et français-espagnol. Et ces ressources se sont révélées riches. Aussi devons-nous remercier l ensemble des participants-intervenants d avoir joué le jeu et d avoir débattu spontanément, au risque parfois d une certaine confusion ou de tâtonnements. 4 Au sujet des approches comparatives, voir Les Politiques de jeunesse en Europe, A. Oberti, J.-C. Richez, Agora n 42, 4 è tri.,

9 Les questions et réactions à l issue de chaque présentation ont été nombreuses et ont provoqué des précisions et des ajustements qui ont permis très pragmatiquement à chacun d appréhender les situations des autres pays. C est la raison pour laquelle les questions et les réponses figurent dans ce compte-rendu, chaque fois que possible. À l issue de cette rencontre, l équipe de pilotage a organisé une réunion bilan dont les conclusions sont intégrées à ce document. ANNIE OBERTI, responsable du pôle vie associative Courriel : JEAN-PIERRE HALTER, chercheur associé Courriel : 9

10 Regards sur quelques pays d Europe L éducation non formelle en Finlande Les professionnels de jeunesse et d éducation non formelle en République tchèque Les professionnels de jeunesse en Catalogne Le travail de jeunesse et d éducation non formelle : perspective anglaise Les professionnels de l éducation non formelle et de la jeunesse en France, les analogies en Europe Approche comparative des professionnels de jeunesse en Europe, étude de l IARD 10

11 11

12 L éducation non formelle en Finlande RADU SZEKELY Je suis professeur, enseignant dans un collège pour adultes en Finlande, et coordinateur des projets européens et internationaux. J ai été aussi animateur bénévole (volontaire) avec les jeunes et suis fier d avoir été l un des membres fondateurs du premier Conseil des enfants en Roumanie et en Transylvanie. Il s agissait de l une des premières structures de ce genre en Roumanie, créée sur un modèle français. Mon propos concerne l éducation non formelle en Finlande. En Finlande, le terme d éducation tout au long de la vie désigne les possibilités pour les adultes de se former dans des instituts spécialisés de formation continue. L éducation des adultes est fondée sur la continuité des idées de Grundtwig : un apprentissage à travers des discussions ouvertes, l organisation de cercles d études, de réunions d études en considérant que tous les participants au processus de l éducation sont à la fois sources et ressources. Il n y a pas, d un côté de la salle, des récepteurs, et de l autre côté, des sources. La Finlande a une longue tradition d éducation continue des adultes. Selon un sondage réalisé en 2005, 54 % des adultes affirment avoir participé à un programme quelconque d éducation. Les instituts peuvent fixer leurs objectifs de façon indépendante et sont libres dans l utilisation de l argent public qui leur est alloué. Dans le budget de l État finlandais, le secteur de l éducation non formelle représente 24 % de la somme totale allouée à l éducation des adultes. Cela représente le quart du budget total, c est une somme assez importante. Les deux principales caractéristiques de l éducation non formelle, de «l éducation libérale» des adultes, comme on l a appelée, sont la diversité et la place importante accordée à la participation de chacun, l adaptation des méthodes à la personne. La typologie des institutions de la formation pour les adultes recouvre une très grande variété. Je vais évoquer les plus représentatives de l éducation non formelle et surtout les universités populaires résidentielles. Contexte historique Pour faciliter la compréhension de cette institution, je propose un retour sur l histoire. Pendant le XVII e siècle, les pays scandinaves, dont la Finlande, ont adopté les doctrines réformistes de Martin Luther. Une de ces doctrines supposait que les gens devaient apprendre à lire pour être capables d étudier eux-mêmes l Écriture, la Parole de Dieu révélée dans la Bible. Cette doctrine a gagné du terrain après la traduction du Nouveau Testament dans les différentes langues locales. Mais il manquait un cadre structurel pour une éducation pour tous, ce qui a nécessité deux autres siècles pour être accompli. L objectif luthérien d être alphabétisé a été le facteur le plus important à l aube de l enseignement général au XIX e siècle. Pendant cette période, l enseignement a 12

13 commencé à émerger fortement dans les pays nordiques et une partie importante se joue autour de l enseignement des adultes. Avec l introduction de l enseignement gratuit pour les enfants, les adultes ont été très encouragés à participer aux cours afin d acquérir les connaissances de base, ce que l on appelle aujourd hui les compétences clés : lire et compter. Cela signifie que l enseignement général adulte était offert, sous diverses formes, pendant des décennies et siècles, depuis les écoles primaires et secondaires jusqu à des centres pour ouvriers et cercles d études. L alphabétisation était le but de l Église luthérienne ; il n y a rien d étonnant que le père du folkehojskole soit le clerc et écrivain danois Nicolas Frederik Severin Grundtvig. La première fois que j ai entendu son nom, j ai imaginé un autre visage, il n est pas nordique, de mon point de vue Dans sa jeunesse, Grundtvig n était pas très différent des autres pasteurs, il a accentué l importance de l étude de la Bible et considéré que la tâche principale de l homme sur la terre était de tourner son attention vers la vie éternelle. Il s agissait d un point de vue puritain, et en rien révolutionnaire. Une chose révolutionnaire lui est arrivée ensuite lors de son séjour en Angleterre, en Cela peut paraître trivial, mais spirituellement et intellectuellement, ce qui lui est arrivé a eu une importance significative et un impact décisif sur la culture danoise et nordique en général. Je vais vous raconter cette petite histoire : on est le 24 juin À l occasion d une réception, l après-midi, M. Grundtvig rencontre Mme Clara Borden, la jeune et charmante épouse d un docteur, et une longue conversation s engage entre eux. Toute la soirée, ils furent pris dans une discussion sur l existence humaine, la poursuivant longtemps après que tout le monde fut parti jouer aux tables de bridge dans les pièces voisines. Après minuit, leur hôte, quelque peu préoccupé, entra pour demander pourquoi ils s attardaient. Mme Clara Borden répondit en le regardant de ses jolis yeux marrons : «Il n y a aucun sujet au monde dont M. Grundtvig et moi ne pouvons discuter.» Grundtvig était charmé, non pas par le charme personnel de la jeune femme, mais par sa philosophie de vie. Cela a provoqué, chez Monsieur Grundtvig, un changement important dans sa perception de l existence humaine et de la chrétienté en général. L idéal de Mme Clara Borden n était sûrement pas celui d une sainte ascétique ayant le regard fixé sur la vie éternelle, mais plutôt celui des anciens Grecs qui considéraient leur destin avec fierté et acceptaient la vie d une manière ouverte avec ses joies et douleurs. Le but n était pas la vie éternelle après la mort, mais embrasser la vie pleinement ici, avec le bon et le mauvais, rage de dents comprise. Il était question non pas de lire la Bible mais d apprécier ce cadeau qu est la vie, et apprendre comment faire cela. À la suite de cela, paradoxalement pour un membre de l Église, le pasteur Grundtvig a accentué l importance de la parole et sa supériorité sur l écrit. Il pensait que les paroles dites révélaient l essence d un être humain. C est ce qu il a appliqué à son enseignement en considérant les livres comme des sources secondaires, et les lectures, les histoires et les discussions comme des sources primaires. Il croyait que comprendre les vérités réelles et profondes qui font la révélation (NDT : l entendement l enlightement : les Lumières) n est pas possible par l étude de textes en classe, mais peut seulement être enseigné par la vie elle-même. Il respectait aussi profondément les autres traditions culturelles du monde ; il ne considérait pas le Danemark comme un pays supérieur, ce qui était révolutionnaire pour l Europe de ce siècle. 13

14 Encore maintenant, le Danemark ne pense pas qu il n est pas un pays supérieur, au contraire. Grundtvig pensait qu il y avait un aspect collectif et individuel de l entendement (l illumination les Lumières) enlightement en anglais ce sont les Lumières, liées à la raison. Ce sont ces principes qui ont fondé le folkehojskole nordique l école, l université populaire nordique et plus largement l enseignement pour adultes dans l Europe du Nord. Aujourd hui, ces principes demeurent, y compris dans la forme de «l enseignement libéral» des adultes, malgré une orientation vers une instruction plus pragmatique, induite par les besoins actuels du marché du travail. Personne bien sûr ne peut savoir quel aurait été le cours de l histoire si Grundtvig n avait pas vécu, mais je dirais que la vie en Scandinavie tout l environnement culturel, le système de l enseignement, la culture politique, l atmosphère et la mentalité aurait été plutôt différente sans lui. Qu est-ce que Grundtvig a créé? Qu est-ce que c est que le folkehojskole en langue scandinave? En anglais, ça peut être traduit comme Folk high school, en français par «université populaire», cela peut être défini comme un collège résidentiel pour adultes, qui met l accent sur l éducation générale, qui pourrait être la traduction de holistic education, c est-à-dire une éducation complète, enrichissant la pensée, où étudiants et personnel enseignant vivent le même quotidien pendant les cours. Mais cela ne rend pas compte de la vraie réalité, qui est au-delà de ces mots. Pour comprendre la folkehojskole comme il faut, il ne suffit pas de l expliquer. Je vais tout de même tenter d expliquer l inexplicable. En accord avec sa façon de penser, Grundtvig n a jamais rédigé de description détaillée sur ce que cette université devrait être, ses idées et plans ont été toujours exprimés en termes très généraux, l élément essentiel étant la vie même à l école. Une folkehojskole ne peut pas être issue des directions d un ministère de l Éducation, elle devient ce qu elle est grâce aux individus dont elle est composée. Les universités populaires sont ce que l on appelle des «écoles libres» : elles peuvent déterminer leur profil, leurs objets d études, leurs cours, à condition que soit respecté le cadre général de l éducation imposé par la loi du pays. Il s agit d un cadre général, respect des droits de l homme et de la diversité, qui ne comporte pas d instructions claires sur ce qui doit être fait. Ce rapprochement fondamental de la liberté et de l humanité influence énormément le contenu de l enseignement. Je vais faire un peu d histoire, le premier «collège résidentiel» a été ouvert en 1844 au Danemark et la Finlande a été le dernier pays nordique à suivre ce modèle en Le premier rôle de ces écoles était à l époque et demeure encore aujourd hui dans quelques structures d aider des paysans à acquérir des compétences de base (lire, compter), d aider les jeunes villageoises à gérer leur ferme économiquement et d aider les hommes et les femmes à acquérir la confiance culturelle en eux-mêmes pour profiter pleinement des droits démocratiques qui leur avaient été accordés à cette époque. Avec le temps et le changement de la société, les idées de Grundtvig ont laissé place à un processus de diversification de ces écoles. Trois catégories d universités populaires ont émergé : quelques écoles se considèrent «grundtviguiennes» (j ai inventé ce mot), elles 14

15 ont tenté de préserver le plus possible les traits particulièrement humains du collège résidentiel traditionnel «grundtviguien» au Danemark, dans leur manière d enseigner ; c est-à-dire tout à fait libre : on fait ce que l on veut, mais on apprend quelque chose quand même. C est le modèle le plus intéressant. La situation actuelle Beaucoup d écoles ont une valeur confessionnelle : elles gardent leurs valeurs religieuses et politiques différentes de celles d autres groupes. Elles sont libres de promouvoir ces valeurs politiques et religieuses qui structurent leur enseignement même si c est l État qui finance ces activités confessionnelles ou politiques. Beaucoup d autres écoles fonctionnent parallèlement avec ces autres groupes : elles ne veulent ni adhérer à la valeur «grundtvigienne», ni aux autres valeurs ; elles tendent plutôt vers une ligne d action neutre soutenant le développement individuel sans s appuyer a priori sur leurs valeurs. De mon point de vue, ces écoles tendent malheureusement à se rapprocher du marché du travail, et réagissent rapidement aux besoins de la société de consommation, en dépit des principes de Grundtvig. L existence de ces écoles montre qu il y a une demande accrue pour ce type d enseignement. Aujourd hui, on trouve plus de 400 universités populaires dans les pays nordiques, elles sont partout dans ce lointain du monde, la plupart dans des zones rurales ou des petites villes appelées département local. L université populaire où je travaille s appelle West Jutland, elle se trouve dans le département du sud de la Finlande. (Les photos que je vous présente sont des scènes quotidiennes du collège où je travaille. Et si vous essayez de corréler mon discours avec les images qui passent, vous aurez une idée complète de ce qu est la vie dans ces universités). Ces universités sont uniques, l un des principes de base de ces universités ou écoles populaires, est de mettre au premier plan les gens, et non les sujets enseignés. La plupart des collèges organisent des cours de quatre à huit mois pendant l hiver, et des sessions plus courtes, une ou deux semaines au long de l année. Les cours de longue durée sont particulièrement conçus pour des jeunes de 18 à 25 ans, et ceux de courte durée pour les étudiants de tous les âges. Ils ne sont plus concentrés sur les paysans et sur l entretien des fermes. La constante de tous les folkehojskole consiste dans la variété des sujets abordés : littérature, histoire, psychologie, écologie, éducation musicale, théâtre, sports, danse, dessin, cuisine, couture, etc. Un grand nombre de folkehojskole ont choisi de se centrer sur un ou plusieurs sujets : certaines ont décidé d insister sur l éducation physique, le sport et la gymnastique, d autres sur le théâtre ou la musique. Le but principal des activités est d aider les étudiants à se développer personnellement, à devenir plus «sages». Il ne s agit pas d une formation professionnelle, ni d une éducation pour acquérir une compétence de base, mais de préparer les personnes à la vie. La tâche principale des universités populaires est de faire la lumière sur quelques questions autour de la vie aujourd hui, de s épanouir comme individus et comme membres de la société. L idée n est pas de fournir les réponses mais de créer un climat où elles peuvent émerger. 15

16 Une caractéristique importante de l éducation dans une folkehojskole est de ne pas adopter un programme d études. Elle choisit au contraire librement les sujets, les méthodes d enseignement et les types de cours qu elle considère les plus proches et adaptés en fonction de chaque situation. Dans tous les pays scandinaves, l État n a pas le droit d intervenir dans les programmes d enseignement des collèges, des universités populaires, même s il est le principal financeur. Et c est un point qui intéresse toujours l auditoire quand je l évoque à l étranger. Chaque école peut offrir des sujets non traditionnels, interdisciplinaires, des corrélations entre le travail théorique et pratique. Le désir de l étudiant d apprendre peut se manifester d une manière libre, non dominé par des méthodes pédagogiques telles que le système d examens, de notes. Il n y a pas de notes, pas d examens. Apprendre doit être fondé sur le plaisir de maîtriser et de savoir quelque chose et non pas sur la crainte des sanctions. La plus importante chose qui concerne la folkehojskole, n est pas sa richesse, son profil académique c est l atmosphère : ainsi que le dit un de mes collègues : «Sa tâche est de créer un climat où la culture est la réalité.» Sauf quelques exceptions, les universités populaires sont résidentielles, les étudiants vivent dans des foyers et les professeurs partagent souvent les mêmes foyers. Ils vivent très près de l école, dans les espaces résidentiels, durant toute l année scolaire. Ces universités, ces collèges, deviennent ainsi des sociétés microscopiques où tout le monde connaît tout le monde ; la vie à l école devient la vie quotidienne. Les participants vivent ensemble des périodes si longues que chacun est forcé de dévoiler toutes les facettes de sa personnalité. Personne ne peut se cacher longtemps derrière un rôle proclamé, on a le temps de découvrir qu une première impression n est pas toujours juste, que des gens de toutes les classes sociales, de tous les âges, provenant de zones géographiques diverses, sont en possession de ressources et de valeurs que les idées préconçues ne peuvent concevoir comme possibles. On peut aussi découvrir que l autre peut être terriblement irritant, ayant seulement en tête l idée de s amuser, terriblement passif ou terriblement actif, ou insupportablement sérieux. On découvre son rôle, le monde, et on sait que les actions d autrui ont une signification pour les autres et pour soi-même. Vivre dans une folkehojskole implique la participation des enseignants et des étudiants à diverses réunions communes, pour planifier des activités éducatives ensemble, en discuter le but et le contenu. Dans beaucoup d écoles, on organise des réunions matinales où l on discute des événements de la veille, des actualités. Il y a des activités de chant, de sport, on maintient le contact avec l actualité en organisant des discussions après minuit, une fois par semaine. En bref, dérouler des activités sociales si larges et diverses semble très proche de l animation de jeunes en France, même si c est un cadre différent. L enseignement des diverses matières doit être envisagé sous cet éclairage : même si on enseigne certaines matières, il s agit d une porte indirecte vers la maturité individuelle, vers la connaissance de soi. Il faut éviter que les gens deviennent des experts dans un domaine étroit, et des illettrés dans tous les autres domaines de la vie humaine. L intention est d aider les jeunes à devenir plus sages, pour eux-mêmes et pour le monde qui les entoure, pour créer ou participer à une communauté humaine démocratique en découvrant son être propre. En Finlande, il y a aussi 276 centres d éducation des ouvriers, environ personnes y participent. En Finlande, il y a 91 universités populaires et durant l année, on a participants à ces universités, jeunes vivent en résidence, prennent des cours résidentiels. 16

17 Au-delà de leur présence dans une université populaire pour étudier ce qui les intéresse, par exemple la photographie, le théâtre, les langues étrangères, le but final est de les intégrer comme membre à part entière de la société. C est quelque chose qui se situe entre l éducation traditionnelle, l éducation non formelle et peut-être l animation de jeunesse. Des activités sont proposées tout au long de la journée et pendant la nuit. Ils peuvent avoir une activité tout le temps et des personnes sont présentes tout le temps, pour eux et avec eux. Question Sans entrer dans les détails, j aimerais savoir ce qu est un cercle d études en Finlande? Réponse En Finlande et dans les pays nordiques, les cercles d études sont fondés sur un modèle suédois ; qui pratiquement est inspiré de l ancienne tradition grecque dans laquelle des personnes partagent et mettent en commun leurs propres connaissances, souvent il s agit juste d un groupe d amis qui s intéressent au même sujet. Par exemple, nous avons créé avec mes étudiants un cercle d études sur la communication interculturelle, dans un sens très large, mais ils étaient très intéressés par l Asie. Ils y ont voyagé et apportent leurs connaissances et les partagent dans un environnement semi-formalisé ; c est un point méthodologique très important, les participants sont assis en cercle, sans tables, en étant en face les uns des autres, et ils partagent l information sur un thème ; il n y a pas de professeur, c est une forme d échange libre qui tient du modèle grec. Une personne est chargée des activités du groupe, chacun est traité à égalité. À chaque rencontre, ce sera une autre personne qui assurera l organisation : la réservation de la salle, des démarches administratives, le café. Les cercles d études sont financés par les gouvernements scandinaves ou nordiques. Il y a même des organisations spécialisées dans l organisation de cercles qui peuvent aider des groupes qui veulent monter des cercles d études. Le gouvernement finance ces organisations qui elles-mêmes distribuent l argent aux groupes qui veulent monter, mettre en place des cercles d études. Vous n avez pas à réfléchir à comment payer pour louer une salle, pour avoir des photocopies si nécessaire, etc. Je répète : le cercle d études est fondé sur les idées de Grundvig qui a beaucoup influencé l éducation dans les pays nordiques. Il y a très peu de matériaux écrits. C est plutôt fondé sur des discussions. C est rare que l on utilise le PowerPoint pour une présentation dans une folkehojskole. Quand nous avons des participants extérieurs, ils sont surpris et demandent : «Qu estce qui est enseigné? Où est le livre?» L État paye, mais respecte ce que le cercle d études fait de l argent. La seule interdiction est l apologie de la haine et de la discrimination et aussi longtemps que ces deux principes sont respectés, les cercles d études sont financés. Modérateur Je voulais vous dire qu en France on considère les cercles d études comme une méthode de l éducation populaire. Et là où vous parlez du PowerPoint, on utilise un linguisseur, qui est une forme plutôt archaïque du PowerPoint. 17

18 Question Ce sont plutôt des remarques. J ai été sensible premièrement à la notion d éducation des adultes et à la description que vous en avez faite, parce que le danger parfois de se retrouver dans des rencontres européennes c est que l on emploie le même mot, sauf que derrière ce même mot, il y a une autre histoire, une autre pratique, d autres concepts. On a l impression de faire la même chose et on ne parle pas de la même histoire. Et l éducation populaire des adultes, ça part aussi des mouvements ouvriers et qu avec Grundtvig ce ne sont pas des mouvements ouvriers. C est important de voir l histoire. C est une approche que l on a à avoir lors de toute rencontre européenne, que ce soit avec des animateurs, des jeunes, de partir de l histoire et du contexte, des réalités. Et ensuite, on a beaucoup parlé de Volkhochschule en allemand, je ne l ai jamais traduit par «université populaire», et ça correspond plus à ce que l on a en France, les cours du soir, ou les activités qui sont proposées par les MJC on est entre les deux. Réponse La comparaison entre les écoles populaires nordiques et allemandes ne tient pas ; le type d activités est très différent. Nous avons des cours du soir dans les pays nordiques, et c est une institution totalement différente, ce sont des cours spécialisés. Le but final des écoles populaires (et le gouvernement insiste sur cela même auprès des écoles populaires qui se tournent vers d autres buts plus pragmatiques) est d amener les gens dans une communauté, d amener les individus dans une communauté où ils vivent une certaine période de leur vie : quatre ou huit mois ; c est très important : ils y vivent, ils sont des étudiants en résidence, pas seulement en cours du soir. C est ce que nous appelons les compétences sociales. Nous prenons les gens dans la rue, beaucoup d entre eux viennent au début de l année avec leurs problèmes, ils n ont pas d idée sur ce qu ils veulent faire de leur vie, ils ont 25 ans et ont été obligés de quitter le foyer de leurs parents qui leur ont dit qu il est temps d entrer dans la vie, mais ils ne savent pas comment faire, aussi, ils viennent, ils passent huit mois, on les tient avec un sujet qu ils aiment ou veulent faire. Et beaucoup de sujets qu ils proposent sont informels comme la cuisine ou jouer du violon. Parfois, à la Commission européenne on me demande : «Pensez vous que l on doive financer pour enseigner le violon à quelqu un pendant huit mois?» Mais pendant ce temps, nous les gardons ici, nous les nourrissons, nous les logeons, c est un prétexte pour faire une autre sorte de travail, et peut-être, je ne l ai pas dit, mais nous ne faisons pas cela complètement gratuitement, car si cela était gratuit, cela ne serait pas apprécié. Les étudiants inscrits à ces cours, ont à payer environ 80 euros par semaine, mais s ils suivent les cours, ils ont une bourse de 120 euros par semaine. Donc ils sont pratiquement payés pour prendre part aux activités. C est une subvention indirecte. Question Juste une précision, les universités populaires s adressent à tout le monde? Des jeunes font cela pendant une période en internat? Cela s adresse à tous les jeunes? Ou seulement à une certaine catégorie? Comment se désignent-ils? Comment sont-ils choisis? 18

19 Réponse Cela est ouvert à tous, tous les jeunes sont encouragés à y prendre part. Normalement, on reste une année ou deux, après la graduate school. Le gouvernement a essayé tardivement de nous orienter vers certains groupes-cibles. Il y a un risque de se centrer sur des immigrés, des handicapés. Ils ont besoin d être réintégrés à la société. Mais nous nous battons contre cela. Cela deviendrait l objectif du travail et nous ne voulons pas devenir une école pour des personnes ayant des besoins spécifiques ; au contraire, nous voudrions créer des communautés dans lesquelles les deux populations se rencontrent (celle avec des besoins spécifiques et les autres), peuvent apprendre l une de l autre, et travailler ensemble. Pas de groupe particulier. Ils sont sélectionnés simplement : ils viennent de leur plein gré. Il y a une tradition, qui a été associée à cela : probablement chaque individu en Finlande, a fréquenté à un moment de sa vie une école supérieure, c est comme aller à l armée Et si vous ne l avez pas fait dans votre jeunesse, vous le ferez à un autre moment de votre vie. Nous avons aussi des étudiants. Une de mes premières expériences fut de créer des ateliers d écriture. Il y avait environ 17 garçons et une grand-mère de 60 ans. Ils ont été ensemble pendant un an, c était un public mixte. Question Une remarque. De ce que je peux savoir, en particulier par les travaux de Geneviève Poujol sur l éducation populaire au XIX e siècle, il y avait très peu de relation entre le mouvement ouvrier et le mouvement d éducation populaire, je renvoie à son ouvrage sur l éducation populaire, publié dans les années 1970, aux travaux qu elle a fait à l époque dans les Cahiers de l animation, elle montre qu il y a une petite aristocratie ouvrière qui est présente dans les universités populaires, mais que la plupart du temps, ce ne sont pas des éléments ouvriers. Je rappelle qu un des grands animateurs des universités populaires, c était Émile Durkheim, il y avait beaucoup d intellectuels, le lien entre la classe ouvrière et les universités populaires était très ténu, dit-elle. Modérateur De récentes études comparatives ont montré que le système finlandais d éducation formelle était l un des plus performants sinon le plus performant d Europe. Je voudrais te demander quelle relation il y a entre le système d éducation formelle et d éducation non formelle en Finlande. Comment des passerelles peuvent-elles être construites? Comme finalement ce que tu nous as montré pour les universités populaires, par exemple, constitue un complément et participe aussi de cette réussite, d après les études, du système finlandais? Réponse C est un système complexe d influences mutuelles. Je vais donner quelques statistiques. Nous avons un problème avec les étudiants qui ont abandonné leurs études 19

20 universitaires. Un bon nombre sont inscrits mais ne terminent pas leurs études. La recherche a montré que presque 100 % de ceux qui ont étudié un an dans une folkehojskole avant d entrer à l université finissent leur cycle universitaire. Ceux qui n ont pas fait cela vont souvent abandonner le système de l éducation formelle et faire quelque chose à l extérieur de l université. Jean-Pierre a parlé des performances du système d éducation formelle pré-universitaire. Dans le premier et le second degré en Finlande, je pense qu il y a une culture de la pédagogie qui emprunte à la fois à l éducation formelle et non formelle. La Finlande a très peu de ressources naturelles, donc elle a investi dans l éducation, le capital humain. C est tout ce que nous avons en Finlande ; nous n avons rien d autre. Il y avait la forêt, beaucoup de forêts, mais les Finlandais ont dû investir dans le capital humain. Les influences entre les deux formes d éducation, c est l échange d expériences et d étudiants. Nous avons, par exemple, des semaines portes ouvertes pendant lesquelles les lycéens viennent et étudient certains thèmes avec leurs pairs plus âgés pendant deux semaines. On a des semaines thématiques pendant lesquelles tous les étudiants peuvent choisir un thème sur lequel ils vont travailler à partir d approches différentes. Tous les étudiants de la communauté sont invités à participer y compris ceux qui sont au lycée. Et ce que l on fait c est de montrer aux personnes qui sont dans le système éducatif formel que l apprentissage, ça peut être amusant, que l on peut être ce que l on veut à partir du moment où on est arrivé à un stade où on peut choisir. Et j ai personnellement remarqué que ça motive les gens, les jeunes, pour travailler plus et sortir du système éducatif formel, pour faire leur carrière, faire leur vie. Mais sur les influences concrètes, je ne peux pas dire grandchose parce que je ne connais pas les chiffres et tout ça. Je vous laisse de la documentation en anglais sur les formations notamment pour les professionnels de jeunesse et les formateurs sur la citoyenneté active en Europe. RADU SZEKELY, coordonnateur des affaires internationales, VNF Courriel : 20

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser»

Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Nouvelle stratégie européenne d action pour la jeunesse «Investir en faveur de la jeunesse et la mobiliser» Odile Quintin Directrice générale de la DG Education et Culture Commission européenne Bruxelles,

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse

P R O J E T E D U C AT I F. Association Espace Jeunesse P R O J E T E D U C AT I F Association Espace Jeunesse I N T R O D U C T I O N Ce projet éducatif expose les orientations éducatives de l Association ESPACE JEUNESSE, chargée par la municipalité du Séquestre

Plus en détail

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015

Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans) 2014-2015 Maison de l Enfance et de la Jeunesse 2 route de Keroumen 29480 Le Relecq Kerhuon 02 98.28.38.38 02.98.28.41.11 E-Mail : mej@mairie-relecq-kerhuon.fr Dossier Pédagogique Mercredis du Pass Âge (11-14 ans)

Plus en détail

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang

LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION. VO SANG Xuan Hoang LE ROLE DE LA RECHERCHE EN FORMATION INITIALE ET EN FORMATION CONTINUE DANS LE DOMAINE DE LA GESTION VO SANG Xuan Hoang 1 Introduction Du moment où une personne se décide de choisir une carrière d enseignant,

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi

Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi Éléments principaux de Passeport pour ma réussite Passeport pour ma réussite

Plus en détail

Bachelier - AESI en sciences

Bachelier - AESI en sciences Haute Ecole Léonard de Vinci Programme du Bachelier - AESI en sciences Année académique 2015-2016 Contenu 1. Identification de la formation... 2 2. Référentiel de compétences... 3 3. Profil d enseignement...

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite

Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Le nouveau projet académique : prendre en compte tous les parcours de réussite Les projets académiques 2003-2006 (prorogé jusqu en 2007) et 2007-2010 étaient organisés autour des quatre mêmes priorités

Plus en détail

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui.

Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Mesdames et Messieurs, 1 Je vous souhaite la bienvenue à cette rencontre. Je suis heureuse d être ici avec vous aujourd hui. Le but de ce moment d échange est de mieux faire connaissance. Il est aussi

Plus en détail

Processus de Bologne 2020 L espace européen de l enseignement supérieur au cours de la prochaine décennie

Processus de Bologne 2020 L espace européen de l enseignement supérieur au cours de la prochaine décennie -Version FR Processus de Bologne 2020 L espace européen de l enseignement supérieur au cours de la prochaine décennie Communiqué de la Conférence des ministres européens chargés de l Enseignement supérieur,

Plus en détail

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances

Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances RAPPORT COMMISSION PERMANENTE DU CONSEIL GENERAL DU 26 MARS 2013 Projet éducatif départemental relatif aux accueils de mineurs : centre de loisirs et séjours vacances Conformément aux textes en vigueur

Plus en détail

DOMAINES INDICATEURS DONNEES CHIFFREES COMMENTAIRES

DOMAINES INDICATEURS DONNEES CHIFFREES COMMENTAIRES I - ANALYSE DE SITUATION DOMAINES INDICATEURS DONNEES CHIFFREES COMMENTAIRES STRUCTURES PEDAGOGIQUES : 21 divisions LV1 : anglais, allemand, russe allemand section européenne en 4 ème et 3 ème. LV2 : anglais,

Plus en détail

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse

L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse L action du gouvernement espagnol et de l Institut de la jeunesse concernant le Pacte européen pour la jeunesse Institut de la jeunesse Madrid Les débuts de toute chose sont toujours petits. Cicéron La

Plus en détail

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Les dossiers de l enseignement scolaire. l Éducation nationale et la formation professionnelle en France Les dossiers de l enseignement scolaire 2010 l Éducation nationale et la formation professionnelle en France ministère éducation nationale L Éducation nationale et la formation professionnelle en France

Plus en détail

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché

Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché XXIII ème Assemblée régionale Europe Erevan, Arménie 3 au 7 mai 2010 Intervention de M. de Lamotte, président de la section sur l école et son interdépendance avec le marché Section Belgique/Communauté

Plus en détail

Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire

Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire Service Hainchamps de mise en autonomie en logement communautaire Pour adultes handicapés mentaux de la Meuse serésienne rue Hainchamps 77 siège social: a.s.b.l. Cesahm 4100 Seraing rue du Sewage 9 à 4100

Plus en détail

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France)

Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Etude sur les Maisons des Services Publics en Europe (hors la France) Résumé du rapport réalisé par EUROPA pour la DATAR DATAR EUROPA Etude sur les maisons des services publics en Europe Résumé du rapport

Plus en détail

Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE APERÇU Pour avoir

Plus en détail

A1 Parler avec quelqu un Je peux dire qui je suis, où je suis né(e), où j habite et demander le même type d informations à quelqu un. Je peux dire ce que je fais, comment je vais et demander à quelqu un

Plus en détail

Ces différentes déclinaisons ont aussi pour but de former l enfant :

Ces différentes déclinaisons ont aussi pour but de former l enfant : La municipalité d Amboise a mené une réflexion afin d améliorer la qualité de l accueil périscolaire du matin et du soir, au sein des écoles maternelles et élémentaires de la commune. A partir de cette

Plus en détail

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat

Conseil Municipal des Enfants à Thionville. Livret de l électeur et du candidat Conseil Municipal des Enfants à Thionville Livret de l électeur et du candidat Elections du vendredi 18 novembre 2011 Mot du Maire Le Conseil Municipal des Enfants fait sa rentrée. Il joue un rôle essentiel

Plus en détail

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015

CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 CONTRIBUTION DES MINISTRES DE LA CONFEMEN POUR LA DÉFINITION DES PRIORITÉS DE L ÉDUCATION POUR L AGENDA DE L APRÈS 2015 La CONFEMEN a adhéré à l initiative «l Éducation avant tout» du Secrétaire général

Plus en détail

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin

Apprendre, oui... mais à ma manière. Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin Apprendre, oui... mais à ma manière Siham Kortas Enseignante en TÉE Cégep Marie-Victorin La motivation scolaire prend son origine dans les perceptions qu un étudiant a de lui-même, et celui-ci doit jouer

Plus en détail

Présentation du programme de danse Questions-réponses

Présentation du programme de danse Questions-réponses Présentation du programme de danse Questions-réponses Description du programme Le DEC préuniversitaire en Danse du Cégep de Rimouski offre une formation collégiale préparatoire à la poursuite d études

Plus en détail

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS

PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS FR PROMOUVOIR LE BÉNÉVOLAT DES SENIORS EUROPÉENS Déclarons 2012 Année européenne du vieillissement actif et de la solidarité entre les générations The European Older People s Platform La Plate-forme européenne

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury

Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Introduction : histoire et concept de l économie sociale Lucile Manoury Lucile Manoury Chargée d études, Collège coopératif, Aix-en-Provence Bonjour à tous. Je vais vous faire une présentation un peu théorique

Plus en détail

Observatoire de l Enfance, de la Jeunesse et de l Aide à la Jeunesse. Audition au Sénat Lundi 11 mai 2015

Observatoire de l Enfance, de la Jeunesse et de l Aide à la Jeunesse. Audition au Sénat Lundi 11 mai 2015 Observatoire de l Enfance, de la Jeunesse et de l Aide à la Jeunesse Audition au Sénat Lundi 11 mai 2015 Plan Comment écouter les enfants vivant dans la pauvreté? Ce que l on en apprend? Comment traduire

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

Une association qui entreprend au service de l intérêt général

Une association qui entreprend au service de l intérêt général Une association qui entreprend au service de l intérêt général Des métiers au service du lien social L UFCV, UNE ASSOCIATION QUI ENTREPREND AU SERVICE DE L INTÉRÊT GÉNÉRAL 1907 Naissance de l Union Parisienne

Plus en détail

Stages de recherche dans les formations d'ingénieur. Víctor Gómez Frías. École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France

Stages de recherche dans les formations d'ingénieur. Víctor Gómez Frías. École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France Stages de recherche dans les formations d'ingénieur Víctor Gómez Frías École des Ponts ParisTech, Champs-sur-Marne, France victor.gomez-frias@enpc.fr Résumé Les méthodes de l ingénierie ont été généralement

Plus en détail

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit

J ai droit, tu as droit, il/elle a droit J ai droit, tu as droit, il/elle a droit Une introduction aux droits de l enfant Toutes les personnes ont des droits. Fille ou garçon de moins de 18 ans, tu possèdes, en plus, certains droits spécifiques.

Plus en détail

Catalogue de Formation

Catalogue de Formation SARL INSTITUT FRANÇAIS DE LANGUES ET DE SERVICES ETABLISSEMENT D ENSEIGNEMENT PRIVE CREE EN 1992 Catalogue de Formation vous propose des formations adaptées à vos besoins et à vos attentes Particuliers,

Plus en détail

L assurance qualité N 4. Décembre 2014

L assurance qualité N 4. Décembre 2014 N 4 L assurance qualité Décembre 2014 L es investissements dans les systèmes et services d orientation tout au long de la vie (OTLV) doivent démontrer le bénéfice pour les individus, les communautés et

Plus en détail

PROGRAMME DE MENTORAT

PROGRAMME DE MENTORAT CONSEIL SCOLAIRE ACADIEN PROVINCIAL PROGRAMME DE MENTORAT ÉNONCÉ PRATIQUE Le Conseil scolaire acadien provincial désire promouvoir un programme de mentorat qui servira de soutien et d entraide auprès des

Plus en détail

Symposium international

Symposium international Symposium international sur l interculturalisme DIALOGUE QUÉBEC-EUROPE Montréal Du 25 au 27 mai 2011 Interculturalisme et perspectives de l éducation à mieux vivre ensemble Contribution au chapitre 8 :

Plus en détail

RÉSUMÉ DU PLAN STRATÉGIQUE DE RECHERCHE (2013-2018) Une culture de l excellence en recherche et en développement

RÉSUMÉ DU PLAN STRATÉGIQUE DE RECHERCHE (2013-2018) Une culture de l excellence en recherche et en développement RÉSUMÉ DU PLAN STRATÉGIQUE DE RECHERCHE (2013-2018) Une culture de l excellence en recherche et en développement La recherche à l Université Sainte-Anne L Université Sainte-Anne, par son emplacement géographique,

Plus en détail

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive

Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Organisation de dispositifs pour tous les apprenants : la question de l'évaluation inclusive Transcription et traduction de la communication de Verity DONNELLY colloque Éducation inclusive, la question

Plus en détail

Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles

Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles Introduction à l évaluation des besoins en compétences essentielles Cet outil offre aux conseillers en orientation professionnelle : un processus étape par étape pour réaliser une évaluation informelle

Plus en détail

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS

LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS LES RÉFÉRENTIELS RELATIFS AUX ÉDUCATEURS SPÉCIALISÉS 1. RÉFÉRENTIEL PROFESSIONNEL D ÉDUCATEUR SPÉCIALISÉ 2. RÉFÉRENTIEL ACTIVITÉS 3. RÉFÉRENTIEL DE 4. RÉFÉRENTIEL DE CERTIFICATION 5. RÉFÉRENTIEL DE FORMATION

Plus en détail

ROELAND vzw RECRUTE! LANGUES & CRéATIVITé

ROELAND vzw RECRUTE! LANGUES & CRéATIVITé ROELAND vzw RECRUTE! LANGUES & CRéATIVITé Roeland vzw Service de jeunesse pour la promotion de la connaissance des langues Krijgslaan 18 9000 Gent T +32 9 221 60 44 www.roeland.be info@roeland.be 1 QUI

Plus en détail

l économie sociale et solidaire, c est

l économie sociale et solidaire, c est l économie sociale et solidaire, c est 10 % des emplois en Rhône-Alpes et en France une grande diversité de secteurs professionnels et de métiers un champ sous-estimé de débouchés une autre façon de travailler

Plus en détail

DISCOURS D OUVERTURE DU PRESIDENT Monsieur Gérard VARIN

DISCOURS D OUVERTURE DU PRESIDENT Monsieur Gérard VARIN Siège Social & Administratif (Direction Générale Pôle Ressources) Centre polyvalent «Les Blanchères» - 40, rue Louise Damasse VERNON Tél. 02 32 64 35 70 Fax. 02 32 64 35 79 Courriel : siege.asso@lesfontaines.fr

Plus en détail

Définition des temps périscolaires et extrascolaires

Définition des temps périscolaires et extrascolaires ANNEXE 3 Définition des temps périscolaires et extrascolaires Le temps périscolaire est constitué des heures qui précèdent et suivent la classe durant lesquelles un encadrement est proposé aux enfants

Plus en détail

MASTER en SCIENCES DE L ÉDUCATION

MASTER en SCIENCES DE L ÉDUCATION MASTER en SCIENCES DE L ÉDUCATION Ø Un Master orienté vers l éducation, le jeu, la formation et l intervention, hors l école Le master en sciences de l éducation EFIS, Éducation, Formation, Intervention

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation?

Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? Indicateur Quelle part de leur richesse nationale les pays consacrent-ils à l éducation? En 2008, les pays de l OCDE ont consacré 6.1 % de leur PIB cumulé au financement de leurs établissements d enseignement.

Plus en détail

Séminaire «L éducation non formelle, un projet pour les habitants dans la cité»

Séminaire «L éducation non formelle, un projet pour les habitants dans la cité» Séminaire «L éducation non formelle, un projet pour les habitants dans la cité» Organisé dans le cadre du IX Congrès International des Villes Educatrices Le Mercredi 13 septembre 2006 A l Ecole Normale

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Musique instrumentale (deuxième partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Mai 2005 This document is available

Plus en détail

FAQ Foire aux questions. Sur cette page, vous trouverez les réponses à toutes vos questions relatives aux études de la musique en Europe.

FAQ Foire aux questions. Sur cette page, vous trouverez les réponses à toutes vos questions relatives aux études de la musique en Europe. FAQ Foire aux questions Sur cette page, vous trouverez les réponses à toutes vos questions relatives aux études de la musique en Europe. FAQ Foire aux questions POURQUOI MOI? 1. Pourquoi entreprendre des

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

with the support of EFMET cooperation partners:

with the support of EFMET cooperation partners: Recommandations à la Commission Européenne sur le rôle de l enseignement musical et de la formation musicale professionnelle dans le nouveau programme européenne pour la culture with the support of EFMET

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

ENSEIGNEMENT DE LA STATISTIQUE À DISTANCE : L EXPÉRIENCE

ENSEIGNEMENT DE LA STATISTIQUE À DISTANCE : L EXPÉRIENCE ENSEIGNEMENT DE LA STATISTIQUE À DISTANCE : L EXPÉRIENCE DU M2 STATISTIQUE & ECONOMÉTRIE Yves Aragon & Thibault Laurent & Anne Ruiz-Gazen GREMAQ, Université des Sciences Sociales 21 Allée de Brienne 31000

Plus en détail

Utilisation du TNI en classe d anglais. PROJET INNOVANT présenté par la SECTION D ANGLAIS du Lycée Jean-Paul de Rocca Serra, 20137 Porto-Vecchio

Utilisation du TNI en classe d anglais. PROJET INNOVANT présenté par la SECTION D ANGLAIS du Lycée Jean-Paul de Rocca Serra, 20137 Porto-Vecchio Touch N Invent! Utilisation du TNI en classe d anglais PROJET INNOVANT présenté par la SECTION D ANGLAIS du Lycée Jean-Paul de Rocca Serra, 20137 Porto-Vecchio Sylvie Chiariglione, Brigitte Collomb, Régine

Plus en détail

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie

Action sociale. Nos actions dans le domaine du handicap. L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Action sociale Nos actions dans le domaine du handicap L Action sociale vous accompagne dans les moments importants de votre vie Assumer au quotidien une situation de handicap est difficile pour une famille

Plus en détail

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014

Mobilisation contre le décrochage scolaire. Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mobilisation contre le décrochage scolaire Bilan de l action entreprise sur l année 2013 et perspectives pour l année 2014 Mercredi 8 janvier 2014 SOMMAIRE Introduction : la Nation mobilisée contre le

Plus en détail

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion?

2) Qu est-ce que la cohésion sociale et l inclusion? Chantier sur la cohésion sociale et l inclusion dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés JUIN 2013 1) Mise en contexte Dans le cadre des Ateliers des savoirs partagés à Saint-Camille, 4 chantiers

Plus en détail

UN PLAN D ACTION POUR L AVENIR LE RÔLE DE L AIIT DANS LA RÉALISATION D UNE INSPECTION RENFORCÉE ET PROFESSIONNELLE PARTOUT DANS LE MONDE

UN PLAN D ACTION POUR L AVENIR LE RÔLE DE L AIIT DANS LA RÉALISATION D UNE INSPECTION RENFORCÉE ET PROFESSIONNELLE PARTOUT DANS LE MONDE 3 UN PLAN D ACTION POUR L AVENIR LE RÔLE DE L AIIT DANS LA RÉALISATION D UNE INSPECTION RENFORCÉE ET PROFESSIONNELLE PARTOUT DANS LE MONDE Proposition de Michele Patterson, Présidente, juin 2008 Introduction

Plus en détail

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h

Discours d ouverture du Forum des Associations 2009. Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Discours d ouverture du Forum des Associations 2009 Thierry Philip - Maire du 3 e arrondissement 12 septembre 2009-12h Mesdames et Messieurs les élus, Mesdames et Messieurs les responsables associatifs,

Plus en détail

La différence COMMUNAUTAIRE

La différence COMMUNAUTAIRE LES ORGANISMES SANS BUT LUCRATIF EN HABITATION La différence COMMUNAUTAIRE LE RQOH, UN RÉSEAU EN MOUVEMENT! Les OSBL d habitation Au Québec, des organismes sans but lucratif (OSBL) ont mis en place des

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

PROJET D ETABLISSEMENT

PROJET D ETABLISSEMENT PROJET D ETABLISSEMENT «Amener chacun à une autonomie responsable» INTRODUCTION Dans l esprit du Projet Educatif défini par le Pouvoir Organisateur du Collège Notre-Dame et dans la volonté de respecter

Plus en détail

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI ()

Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () Maths et socle commun : Quelle articulation entre «socle» et «programmes»? Alfred BARTOLUCCI () I. Se donner une compréhension de ce qu est ou pourrait être le socle. A. Une lecture critique de ces 50

Plus en détail

Guide d accompagnement à l intention des intervenants

Guide d accompagnement à l intention des intervenants TABLE RÉGIONALE DE L ÉDUCATION CENTRE-DU-QUÉBEC Campagne de promotion la de la lecture Promouvoir Guide d accompagnement à l intention des intervenants Présentation Le projet sur la réussite éducative

Plus en détail

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA

REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA REGARDS SUR L ÉDUCATION 2013 : POINTS SAILLANTS POUR LE CANADA Regards sur l éducation est un rapport annuel publié par l Organisation de coopération et de développement économiques (OCDE) et portant sur

Plus en détail

proposant des formations et enseignements professionnels

proposant des formations et enseignements professionnels proposant des formations et enseignements professionnels proposant des formations et enseignements professionnels Sommaire Introduction 5 Le contexte et les enjeux 5 La cible du guide 6 La valeur-ajoutée

Plus en détail

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques?

Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Pourquoi et comment les collectivités locales associent d autres acteurs à la définition et à la mise en œuvre d actions publiques? Rencontre professionnelle 4 Ont participé à cet atelier : David ALCAUD,

Plus en détail

Projet Pédagogique. - Favoriser la curiosité intellectuelle par le partage des connaissances, des cultures et des échanges.

Projet Pédagogique. - Favoriser la curiosité intellectuelle par le partage des connaissances, des cultures et des échanges. Projet Pédagogique La scolarité vise à aborder les apprentissages en prenant en compte les compétences de chacun afin de permettre l épanouissement de tous. La communauté éducative propose donc un enseignement

Plus en détail

L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises

L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises Communiqué de presse L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises Objectif : Aider les managers à gérer la diversité religieuse au quotidien Alors que la question de l expression religieuse

Plus en détail

LE RENOUVEAU PÉDAGOGIQUE

LE RENOUVEAU PÉDAGOGIQUE LE RENOUVEAU PÉDAGOGIQUE Ce qui définit «le changement» préscolaire primaire secondaire Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2005-05-00511 ISBN 2-550-45274-7 (version

Plus en détail

ENQUÊTE EMPLOI DU TEMPS

ENQUÊTE EMPLOI DU TEMPS ENQUÊTE EMPLOI DU TEMPS Enquête 2009-2010 Cahier des cartes 1 2 0 T R A N C H E S D E R E V E N U M E N S U E L N E T D U M É N A G E Il s agit du revenu net (de cotisations sociales et de C.S.G.) avant

Plus en détail

PROGRAMMES DE BOURSES

PROGRAMMES DE BOURSES PROGRAMMES DE BOURSES La Fondation du Cégep de Sainte-Foy a pour mission de soutenir l œuvre éducative du Cégep de Sainte-Foy en favorisant la qualité de l enseignement, la réussite scolaire et l innovation.

Plus en détail

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012

ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 Document créé le 22/02/2011 Direction de l Education RHONE ORIENTATIONS DES ACTIONS SOCIO-EDUCATIVES DU CEL 2011-2012 En proposant aux collectivités territoriales de négocier et de signer les Contrats

Plus en détail

Comité régional d économie sociale

Comité régional d économie sociale Comité régional d économie sociale 2 GUIDE DE REDACTION D UN PLAN D AFFAIRE D UNE ENTREPRISE COLLECTIVE 1.1 À QUOI CORRESPOND UNE ENTREPRISE COLLECTIVE? Une entreprise d économie sociale est une entité

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

SOMMAIRE. EMSP en un clin d œil 3. Qui sommes nous? Que faisons nous? Notre force 3. Nos Pôles d Expertise 4

SOMMAIRE. EMSP en un clin d œil 3. Qui sommes nous? Que faisons nous? Notre force 3. Nos Pôles d Expertise 4 SOMMAIRE EMSP en un clin d œil 3 Qui sommes nous? Que faisons nous? Notre force 3 Nos Pôles d Expertise 4 Notre Module «Sportif Professionnel» Unique en Europe 5 Nos Pôles d Expertise en détails 6 EMSP

Plus en détail

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème

Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème Année scolaire 2014 2015 Dossier de suivi de stage d observation en entreprise en classe de 3 ème STAGE 3 ème Du 02/02/2015 au 06/02/2015 Nom et prénom de l élève : Classe de : Projet d orientation : Nom

Plus en détail

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie

www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie www.u-bordeaux3.fr Master 2 professionnel Soin, éthique et santé Mention Philosophie Une formation approfondie à la réflexion éthique appliquée aux secteurs du soin et de la santé En formation continue,

Plus en détail

Master Etudes françaises et francophones

Master Etudes françaises et francophones Master Etudes françaises et francophones 1. modèle scientifique et profilage des contenus de la filière / Présentation et spécificités de la filière Les études romanes à Leipzig sont considérées comme

Plus en détail

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL

REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL 1 REFERENTIEL PROFESSIONNEL DES ASSISTANTS DE SERVICE SOCIAL DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L assistant de service social exerce de façon qualifiée, dans le cadre d un mandat

Plus en détail

Guide à destination des chefs d établissement et des enseignants

Guide à destination des chefs d établissement et des enseignants Guide à destination des chefs d établissement et des enseignants Une démarche pédagogique en éducation au développement durable : Organiser des jeux de rôles (simulations) en milieu scolaire Introduction

Plus en détail

Projet éducatif vacances enfants et adolescents

Projet éducatif vacances enfants et adolescents Projet éducatif vacances enfants et adolescents SOMMAIRE 1- Présentation du mouvement 2- Valeurs et finalités 3- Nos objectifs 4- Nos orientations éducatives 5- L équipe d encadrement 6- Les activités

Plus en détail

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23.

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. «Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. Pour faire suite au récit des disciples sur le chemin d Emmaüs et pour

Plus en détail

Charte des laïcs de l Assomption de Québec

Charte des laïcs de l Assomption de Québec Charte des laïcs de l Assomption de Québec, version au 12 juin 2009, page 1/5 Charte des laïcs de l Assomption de Québec Chapitre 1 er : Notre Esprit 1. Avènement du Règne de Dieu en nous et autour de

Plus en détail

DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE

DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE ÉCOLE SECONDAIRE DE MIRABEL GUIDE DE CHOIX DE COURS 2015-2016 Quatrième secondaire CHOIX D OPTIONS DOMAINE DE LA MATHÉMATIQUE, DE LA SCIENCE ET DE LA TECHNOLOGIE SÉQUENCE CULTURE, SOCIÉTÉ ET TECHNIQUE

Plus en détail

Bilan de la concertation sur le PEDT

Bilan de la concertation sur le PEDT les périscolaires Bilan de la concertation sur le PEDT J www.ville-cergy.fr Sommaire 1. Préambule 4 2. Le cadre de la démarche 5 2.1. Les objectifs 6 2.2. Les sujets du débat 6 2.3. Le déroulé de la démarche

Plus en détail

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009

Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Contrat d objectifs et de moyens relatif au développement de l apprentissage dans la région Languedoc Roussillon 2005-2009 Vu l article 52 de la loi n 93-1313 du 20 décembre 1993 relative au travail, à

Plus en détail

1- Présentation de la structure

1- Présentation de la structure 1- Présentation de la structure Cadre L école Paul Langevin se situe sur la commune de Pontivy, les locaux des classes de maternelle et d élémentaire se rejoignent par la cantine. L école maternelle compte

Plus en détail

Planifier avec les expériences clés pour les enfants de 3 à 5 ans

Planifier avec les expériences clés pour les enfants de 3 à 5 ans Planifier avec les expériences clés pour les enfants de 3 à 5 ans Ginette Hébert formatrice en petite enfance AFÉSÉO FORUM 2012 Cette formation s appuie sur mon expérience d accompagnement d éducatrices

Plus en détail

Devenez expert en éducation. Une formation d excellence avec le master Métiers de l Enseignement, de l Education et de la Formation

Devenez expert en éducation. Une formation d excellence avec le master Métiers de l Enseignement, de l Education et de la Formation Institut Universitaire de Formation des Maîtres Université de Provence - Aix-Marseille Université 20 ans d expérience dans la formation des professionnels dans les métiers de l enseignement, de l éducation

Plus en détail

concours sois intense au naturel

concours sois intense au naturel concours sois intense Tu veux participer? Rends-toi sur le site, réponds au jeu-concours et cours la chance de gagner le grand prix, d une valeur approximative de 2 000 $, ou encore l une des nombreuses

Plus en détail

Il y a un temps pour tout «Il y a un temps pour tout et un moment pour chaque chose», dit l Ecclésiaste signifiant ainsi à l homme qui veut accéder à

Il y a un temps pour tout «Il y a un temps pour tout et un moment pour chaque chose», dit l Ecclésiaste signifiant ainsi à l homme qui veut accéder à Il y a un temps pour tout «Il y a un temps pour tout et un moment pour chaque chose», dit l Ecclésiaste signifiant ainsi à l homme qui veut accéder à la sagesse qu il lui faut, avant tout, adapter ses

Plus en détail

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE

Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Directorate-General for Communication PUBLIC OPINION MONITORING UNIT Bruxelles, 28 avril 2014 Flash Eurobaromètre du Parlement européen (EP EB395) LA JEUNESSE EUROPEENNE EN 2014 SYNTHESE ANALYTIQUE Couverture

Plus en détail

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE»

«CADRE D ACTIONS POUR LE DEVELOPPEMENT DES COMPETENCES ET DES QUALIFICATIONS TOUT AU LONG DE LA VIE» Confédération Européenne des Syndicats 1 Union des Confédérations de l Industrie et des Employeurs d Europe UNICE/UEAPME 2 Centre Européen des Entreprises à Participation Publique et des Entreprises d

Plus en détail