Prix des lycéens autrichiens 2012

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prix des lycéens autrichiens 2012"

Transcription

1 Prix des lycéens autrichiens 2012 DOSSIER PEDAGOGIQUE La Fille sur la rive Hélène Vignal Editions le Rouergue, 2011 Dossier réalisé par Solenn Kerneis, sous la direction de Yvan Jacquemin, attaché de coopération éducative, Institut Français de Vienne

2 SOMMAIRE Introduction... 4 I. Références culturelles et historiques ) Un exemple de régime politique : la dictature... 4 a. Caractéristiques d une dictature... 4 b. Quelques exemples de dictatures du XXème et XXIème siècles ) Un exemple de système économique : l autarcie... 5 a. Caractéristiques d une autarcie... 5 b. Viabilité... 5 II. Au coeur du roman: la vie dans l'enclave 1) Organisation de la société ) Vie quotidienne ) Dictature et propagande... 6 a. «L opium du peuple»... 6 b. Le culte de la personnalité... 6 c. Le maintien de la dictature ) Le collectif face à l individuel... 7 III. Autres thèmes du roman ) Le Fleuve... 7 a. Symbolique du fleuve (dans la littérature et la mythologie)... 7 b. Le monde extérieur : un danger pour la population... 8 c. Le Fleuve : un chemin vers l inconnu et la liberté ) Etre différent... 9 IV. Structure narratologique ) Structure du roman ) Procédés de narration V. Les personnages ) Nour ) Les parents de Nour ) Les Immatures ) Le Bourgmestre ) Les Satminiens VI. Pour élargir Bibliographie VII. Au fil des chapitres VIII. Pour finir

3 Prix des lycéens autrichiens DOSSIER PEDAGOGIQUE Une Fille sur la rive d Hélène Vignal (Ed. le Rouergue) Comment utiliser ce dossier? Ce dossier est destiné à faciliter votre lecture du roman. Il comprend trois grandes parties : un travail préliminaire sur le titre et la couverture du livre, une évocation des références culturelles et historiques, une présentation des personnages, une analyse thématique, une analyse narratologique et une courte bibliographie, un parcours du roman chapitre par chapitre, incluant des pistes de lecture sous forme de questions, des renvois à des faits de civilisation, une analyse du lexique, et des propositions d approfondissement ou de recherche. Ce dossier doit accompagner votre lecture et aider votre prise de notes dans votre carnet de bord, qui reste votre principal instrument de travail. Ce carnet permet en effet de noter vos impressions de lecture chapitre par chapitre, de dresser et d affiner au fur et à mesure le portrait des personnages principaux, de dessiner la topographie des lieux, de relever les indices dispersés dans le roman, de faire le point sur les thèmes abordés, etc. C est à partir de ce carnet que vous préparerez votre présentation du roman en classe. 3

4 Introduction Analyse de la première et quatrième de couverture Décrivez l illustration de la première de couverture. Que vous évoque t-elle? Quelle est l ambiance qui s en dégage? Lisez la quatrième de couverture. Quels sont les thèmes abordés dans le roman? Qu apprend-on sur le personnage principal? Après avoir analysé le titre du roman, l illustration et la quatrième de couverture, émettez des hypothèses sur l histoire que vous allez lire? I. Références culturelles et historiques 1) Un exemple de régime politique : la dictature a. Caractéristiques d une dictature Le terme «dictature» vient du latin «dictatura» et désigne une forme de régime politique. A l origine, dans la Rome Antique, ce type de gouvernement était appliqué en cas d urgence. Un magistrat prenait alors le pouvoir temporairement et légalement. Aujourd hui, une dictature est un système politique dans lequel une personne (ou un groupe de personnes) dirige un pays. Il a en général tous les pouvoirs (législatif, judiciaire et exécutif) et exerce un contrôle dans divers domaines de la vie publique et privée afin d assurer sa position. Une dictature impose la domination d un parti unique et d une idéologie spécifique. Alors que le culte de la personnalité est pratiqué en faveur du chef politique, les individus sont écrasés par l Etat et par la cause du groupe. Sous un régime dictatorial, les libertés individuelles sont bafouées et les médias contrôlés. Les opposants au régime sont écartés voire éliminés. 1 b. Quelques exemples de dictatures du XXème et XXIème siècles Depuis la Rome Antique, diverses dictatures ont existé dans le monde. Au cours du dernier siècle, quelques unes d entre-elles ont marqué l Histoire mondiale et européenne. - En Europe : Benito Mussolini : homme politique italien, fondateur du fascisme, dictateur de 1925 à 1945 Adolf Hitler : dictateur nazi en Allemagne de 1933 à 1945 Francisco Franco : dictateur fasciste en Espagne de 1939 à En Russie : Joseph Staline : dictateur communiste de 1926 à 1953 en Union des Républiques Socialistes Soviétiques (URSS) 1 Informations puisées dans le manuel édité par le CRDP du Nord Pas de Calais sur les Sciences Politiques en 1 ère ES

5 - En Chine : Mao Zedong : dictateur communiste de 1949 à 1976 en République populaire de Chine Au XXIème siècle, des dictatures subsistent toujours dans le monde comme par exemple en Corée du Sud ou en Birmanie. Le 14 janvier 2011, date du début de la révolution tunisienne, marque le départ d une période de tentative de libération, pacifique ou non, du joug de dictateurs par les populations dans de nombreux pays arabes (Egypte, Lybie, Syrie, Yémen). Depuis, certains de ces pays sont en phase de transition avant de créer un nouveau gouvernement. 2) Un exemple de système économique : l autarcie a. Caractéristiques d une autarcie Le terme autarcie vient du grec autos, soi-même et arkein, suffire. Il s agit d un système économique basé sur une technique commerciale consistant à ne consommer que ce que l'etat produit et à n'avoir aucun échange avec un fournisseur ou un client extérieur. L autarcie peut être organisée par un gouvernement qui ne souhaite pas de contacts avec l'extérieur, celui-ci étant perçu et présenté comme un danger pour les idées qu'il défend, et qui ne veut pas faire sortir les capitaux du pays pour les employer à sa guise (c était par exemple le cas de l'allemagne nazie à partir de 1933). Par extension, ce terme désigne une situation dans laquelle un Etat, une ville, une famille produit l'essentiel de ce qui est consommé en n'ayant pas ou peu recours au commerce. b. Viabilité Jusqu à présent, aucun Etat organisé sur ce schéma n a pu réellement respecter les principes de l autarcie. Ils ont généralement été forcés de faire du commerce avec d autres pays pour se procurer entre autres des matières premières. II. Au cœur du roman : la vie dans l Enclave Satmine est une enclave. Ce terme désigne un morceau de terre séparé du territoire duquel il dépend par un ou plusieurs pays voire par la mer. Dans le roman, cette enclave est totalement indépendante et dirigée uniquement par le Bourgmestre. Satmine est d ailleurs coupée du monde extérieur pour se protéger des dangers et de la convoitise des autres pays. La vie à Satmine a de nombreuses similarités avec le fonctionnement d une dictature : organisation et contrôle de la société, propagande et culte de la personnalité du Bourgmestre. 1) Organisation de la société Les Satminiens, habitants de l enclave, vivent dans une société organisée de façon stricte. Le rôle de chaque tranche de la population est bien défini. «Les femmes ont pour fonction de faire pousser, de nettoyer, de faire croître». Les «Brigades de femmes» sont chargées du nettoyage de Satmine, du jardinage dans les «Potagers communautaires» et de l élevage des animaux dans les «Bergeries communautaires». Elles tiennent également les commerces. 2 Les hommes sont destinés aux travaux physiques à la mine. Les Satminiens sont les seuls au monde à pouvoir exploiter un minerai, source de convoitise : le Karka. Certains habitants de l enclave ont cependant d autres professions dans les domaines de la défense, de l éducation et de la santé. 2 p.16 du roman 5

6 Les jeunes Satminiens, appelés les Immatures, vont à l école puis peuvent se divertir dans les «parcs ludiques». Ils peuvent également être embauchés pour aider les femmes contre quelques bonbons. L âge du travail est en effet fixé à 15 ans mais bon nombre d entre eux commence plus jeune. Pour pouvoir respecter cette organisation, la population et son expansion doivent être gérées minutieusement : «Satmine est une petite ville contenue dans ses frontières. Comme c est écrit dans le manuel qu on apprend par cœur : «une Enclave dont l environnement est si hostile qu on ne peut imaginer l étendre». Alors il faut en limiter la population et gérer l espace au mieux. C est pour ça que chaque couple de Satminiens a un seul enfant.» 3 2) Vie quotidienne Coupée du monde, Satmine vit de sa production interne et recycle autant que possible. Chaque vieil objet retrouvé dans un grenier est réutilisé ou transformé puis vendu, les matières premières sont récupérées. Une partie des denrées telles que les fruits, les légumes ou la viande provient des «Potagers ou Bergeries» dont les femmes s occupent. Le reste des produits nécessaires est livré par les blindés (sodas, huile, farine, vêtements, produits hygiéniques, papier). 3) Dictature et propagande a. «L opium du peuple» Les mécanismes de la dictature apparaissent clairement dans le roman. Propagande par le biais des médias (presse écrite, télévision), par le biais d une campagne de séduction (organisation de fêtes, distribution de comprimés). L omniprésence de l image positive de l Enclave et de son Bourgmestre séduit le peuple qui est «endormi» par des paroles, des apparences et la prise d un mystérieux médicament vitaminé : le Rexaltium qui leur donne de l énergie et apparemment leur fait perdre consciemment ou pas tout esprit critique. Ce médicament, outil de la propagande et métaphore de la dictature, semble être le nouvel «opium du peuple» 4. En assurant une vie paisible et agréable dans l Enclave avec pour seule condition de se plier aux règles, le peuple est conditionné et prêt à accepter toute perte de liberté. Le Rexaltium semble les y aider physiologiquement, la propagande psychologiquement. b. Le culte de la personnalité L aura du Bourgmestre est telle qu il peut être comparé à un guide ou à un dictateur. En apparence soucieux du bonheur des habitants de Satmine, le Bourgmestre organise régulièrement des événements divertissants. Ces attractions sont en fait un moyen pour lui de se mettre en valeur et de continuer à faire vivre le mythe d une société idéale dont il est le maître. Une «fête des miroirs» a par exemple régulièrement lieu. Il s agit d une célébration lors de laquelle les Satminiens peuvent danser et jouer avec leurs reflets dans les miroirs installés dans les rues ou la salle de réception de l Enclave. En se livrant à ses jeux, la population ne fait qu admirer le reflet de l idéologie renvoyé par les miroirs. Ceci est l occasion pour le Bourgmestre d entretenir l idée que les Satminiens vivent dans une société parfaite. Il réaffirme également sa position en défilant tel un souverain. Au-delà de l apparence, le réel peut cependant être ressenti : mise en scène calculée, festivité organisée dans un but précis, obligation d y participer... Sous une apparence festive, la cérémonie des miroirs revêt en effet en réalité un caractère obligatoire sauf pour la protagoniste Nour qui, effrayée par le jeu des miroirs, obtient exceptionnellement une dérogation. 3 p.23 du roman 4 Terme de Karl Marx (philosophe allemand du XIXème siècle) : «la religion, c est l opium du peuple.» 6

7 c. Le maintien de la dictature Epaulé par la force spéciale de protection de Satmine, le Bourgmestre contrôle la population de Satmine par le biais de lois qu il créée, de censure et d interdictions qu il impose. Le Bourgmestre possède des moyens de contrôle sur les supports écrits publiés : les ouvrages et articles de journaux doivent servir l Enclave. Concernant les livres, les thèmes ayant trait à Satmine, aux dangers du Fleuve ou à la vie quotidienne des Satminiens sont privilégiés. Selon la loi, il est interdit de constituer une bibliothèque et chaque ouvrage doit être soumis à une commission de décision tenue par la force spéciale de protection de Satmine 5. Dans ces ouvrages, il n est question que de Satmine, des mines de Karka, du Fleuve et de l organisation de la société. Les enseignements dispensés dans les écoles sont tirés d un manuel agréé que les élèves doivent apprendre par cœur. Les médias doivent également transmettre la propagande dictée par le Bourgmestre. Dans le journal de l Enclave, «la Gerbe de Satmine», les articles traitent uniquement de sujets concernant ce microcosme. Rédigés à la gloire de Satmine, du peuple et du Bourgmestre, les articles renvoient l image d une société idyllique gérée par un chef bienfaisant. La télévision obéit aux mêmes règles. Toute trace d une vie extérieure à Satmine est tue. Le pouvoir du Bourgmestre semble ne jamais être remis en question. Cependant, au fil du roman, des hommes disparaissent mystérieusement, officiellement victimes de la mine ou d accidents. Nour s interroge, notamment le soir où elle assiste à la mise en joue d un vieil homme par des soldats sur le bord du Fleuve. Cet incident est visiblement maquillé en accident dans le journal. A la fin du roman, il apparait clairement que maintenir l ordre et la propagande concernant la toxicité du Fleuve, gage du maintien du système politique en place, est plus important que de sauver des vies humaines. Ainsi, une jeune femme enceinte décède dans son appartement faute de secours. 4) Le collectif face à l individuel Comme dans toute dictature, la notion du collectif prime sur l individuel et est caractérisée par une perte du «moi». La population représente un groupe soudé ayant les mêmes aspirations (imposées par la propagande). L institution principale où sont dictés les préceptes de Satmine est l école. L organisation de la société ne laisse aucune place à l individualité. Les tâches sont fixées et les travaux réalisés en commun. Il se doit de faire partie du groupe et de répéter son enthousiasme pour L Enclave. L unité d un groupe endoctriné assure une bonne cohésion et le maintien du pouvoir. Toute personne affirmant sa différence est pointée du doigt : Nour est victime de moqueries et se retrouve, plus ou moins délibérément, exclue du groupe. Elle ne veut s intégrer aux autres Immatures qui paraissent être tous semblables : vêtements, musique, conception de l amitié (accepter tout par amitié, se conformer au groupe, etc.), ni se conformer à un système qu elle refuse et est ainsi mise au ban de la société. III. Autres thèmes du roman 1) Le Fleuve a. Symbolique du fleuve (dans la littérature et la mythologie) Au cours des siècles, le fleuve a souvent été au cœur de la mythologie et de la littérature. 5 p 39 du roman 7

8 Dans l Antiquité, un fleuve est un objet de culte chez les Grecs et les Romains, comme chez la plupart des peuples antiques. Des sanctuaires leurs sont dédiés, ils apparaissent sur les pièces de monnaie. A l origine représentées sous forme de taureau, les divinités fluviales furent ensuite souvent représentées sous forme humaine comme par exemple le Rhin, le Tibre ou le Nil. Se baigner ou traverser les fleuves étaient une atteinte au caractère divin des eaux. Pour éviter la colère des Dieux, des victimes humaines puis des pièces de monnaies, jetées depuis les lieux de passage (ponts, barrages, etc.), étaient données en offrandes aux fleuves. 6 Dans la littérature, outre pour l illustration des croyances, un fleuve peut être une métaphore du temps qui passe et du mouvement face à l immobilisme. Dans «une Fille sur la Rive», Nour confirme cette idée : «Le Fleuve, dans Satmine, c est la seule chose qui bouge et qui change chaque jour si on veut bien se donner la peine de l observer» 7. Ce cours d eau peut également symboliser le rêve et la volonté de transgression comme dans le poème «le bateau ivre» d Arthur Rimbaud. La navigation tranquille qui précède le naufrage laisse penser que le poète s ennuie : il vogue sur «les fleuves impassibles». Cependant, le bateau s est libéré de ses chaînes aidé par les fleuves : «les fleuves m ont laissé descendre où je voulais». Le fleuve symbolise alors l accès à la liberté. Les fleuves peuvent être également érigés comme symboles de nationalisme. Au XIXème siècle par exemple, le Rhin devient un important symbole national allemand face, entre autres, à l arrivée des troupes françaises sur le territoire germanique. Un fleuve peut donc aussi devenir un outil politique, comme dans le roman d Hélène Vignal. b. Le fleuve et le monde extérieur : un danger pour la population Instrument du pouvoir, le Fleuve de Satmine est l élément principal de la campagne de mise en garde de la force spéciale de protection de Satmine. Convaincre la population de sa toxicité permet d empêcher les habitants de Satmine de vouloir quitter l Enclave. Les Satminiens sont élevés dans la méfiance du Fleuve. Outre les manuels scolaires, de nombreuses affiches mettent l accent sur les brumes toxiques en émanant et l eau infectée. Il est déconseillé de fréquenter les bords du Fleuve et interdit de secourir quelqu un s y noyant. Des soldats sont d ailleurs chargés d une part d empêcher les Satminiens de s en approcher et d autre part de prévenir une éventuelle invasion de l extérieur. Pourtant le Fleuve de Satmine n est pas annoncé comme étant le fleuve le plus mortel. La mère et l institutrice de Nour insistent sur le fait que les autres fleuves et le monde extérieur sont bien plus dangereux. Les frontières de Satmine sont fermées pour protéger l Enclave d éventuelles attaques extérieures. Le Karka, minerai extrait de la mine de Satmine, suscite en effet beaucoup de convoitises. Ainsi, la protection du Bourgmestre est nécessaire à la population. Les habitants de Satmine en sont convaincus, comme par exemple la mère de Nour qui nourrit cependant l espoir d un monde plus pacifique: «L extérieur est dangereux, les gens de l extérieur sont dangereux. Ce n est pas pour rien que les Satminiens partent travailler en blindés. Le Bourgmestre veille sur nous. Nous sommes bien, ici. C est de ton âge de vouloir partir découvrir le monde. Moi aussi, j étais comme toi. Et quand mes parents sont venus dans l Enclave pour commencer une nouvelle vie, ils étaient aussi certainement comme toi. Malheureusement, aujourd hui le monde est trop dangereux. Un jour, quand la paix sera revenue, nous pourrons sortir à nouveau de l Enclave comme le faisaient les anciens avant nous.» 8 c. Le Fleuve : un chemin vers l inconnu et la liberté Nour est attirée par le Fleuve. Elle est d ailleurs la seule Satminienne à aimer en longer la rive. De moins en moins certaine des affirmations du Bourgmestre, de sa mère, de son institutrice, la jeune fille 6 source : 7 P 38 du roman 8 p 42 du roman 8

9 passe des heures à observer le Fleuve et à le photographier, persuadée qu un jour il se produira quelque chose : «c est peut-être à force de le prendre en photo que j ai compris qu il y avait quelque chose qui clochait avec le Fleuve» 9. Nour, par le biais de la photographie, analyse le monde qui l entoure. Observées par un œil critique, les photos vont au-delà de l apparence pour révéler le réel. La jeune Satminienne, grâce à son objectif, tente de déceler les mystères du Fleuve. Pour Nour, le Fleuve est synonyme de mystère et d inconnu. Elle rêve de pouvoir observer un coucher de soleil sur un horizon dégagé et, de l autre côté, elle s imagine un autre monde : «Mon imagination a pris des chemins différents des autres, je le sais bien. C est peut-être un des effets toxiques irréversibles de l eau pourrie. Malgré moi, mon cerveau dessine ce qu il y a derrière les brouillards, dans les marécages interdits. Peut-être des plantes étranges, des dinosaures survivants, des chats géants ou d autres choses encore plus effrayantes.» 10 Un soir, Nour observe un phénomène particulier : de l autre côté du Fleuve, elle voit des lueurs oranges, de la fumée se dégager. La maison tremble et pourtant elle seule semble être témoin de ce phénomène. Au fil du roman, de nombreux indices attisent la curiosité de Nour : le Fleuve ne serait-il pas si dangereux? Lorsqu elle aperçoit des soldats marchant dans l eau du Fleuve, la jeune fille se décide enfin à aller explorer le monde extérieur quelque soit le prix à payer pour sa liberté. 2) Etre différent Le roman «La Fille sur la Rive» traite également du thème de la différence dans une société formatée. Nour se sent différente des autres, de part son caractère, ses idées, son style vestimentaire qui entraînent moqueries et exclusion. Contrairement aux autres Immatures, la jeune fille se pose beaucoup de questions sur la société dans laquelle elle vit mais surtout sur les interdictions qu on leur impose. Elle doute de la toxicité du Fleuve, des véritables dangers de l extérieur, de la véracité de ce qu elle apprend à l école. Son style vestimentaire est peu commun : fourrure orange, cape bleue, casque de motard en permanence sur la tête à l extérieur. Elle porte les cheveux courts, coiffure impensable pour une femme de l Enclave. Son amour pour les chats, animaux soupçonnés de porter des maladies et rejetés sur les bords du Fleuve voire éradiqués de l Enclave, est également l une des causes de son exclusion. «Faire un peu peur aux autres, ça me protège» 11, affirme Nour. Elle vit en marge de la société et refuse de s intégrer à un groupe d autres Immatures. Elle a abandonné l idée d avoir des amis, «avoir des copains, c est trop compliqué pour moi» 12. Elle entretient peu de relations avec d autres Satminiens, à part avec ses parents, l institutrice et Valérie, employée à la cantine de l école 13. Nour, jeune fille solitaire de 14 ans, se réfugie dans son cocon familial, ses promenades, ses photos, ses heures passées avec les chats errants, avec ses boîtes dans le grenier ou surtout avec ses nombreuses questions sans réponses. «Il ne faut pas croire, parfois j en ai marre de mes boîtes et de mes questions [ ]. Moi je m en suis accommodée, mais pour les autres ça semble encore difficile d admettre qui je suis. La plupart ne cherchent pas plus loin que le bout de leur nez.» 14 Nour rêve qu un jour elle rencontrera quelqu un qui la comprendra. Elle a souvent l impression d attendre un événement particulier, elle en ignore encore la teneur et les conséquences mais cette pensée la rend heureuse, lui redonne espoir. Son vœu le plus cher est de quitter l Enclave, lieu où elle ne se sent pas à sa place. 9 p 22 du roman 10 P.12 du roman 11 P.25 du roman 12 p.11 du roman 13 Cf p. 2 de ce dossier 14 P du roman 9

10 «Toutes ces questions mêlées au rejet des autres immatures, à l amour de mes parents, aux lointains regards des chats et des soldats, tout cela fait que je suis moi. Et personne d autre. Je suis quelqu un de spécial comme dit ma maman, avec ses câlins qui me prennent comme je suis. Mais parfois j aimerais tellement, tellement être comme les autres.» 15 IV. Structure narratologique 1) Structure du roman Le roman «la Fille sur la Rive» est le récit d une jeune Satminienne, Nour, vivant dans une Enclave sous un régime politique strict. L histoire se déroule sur quelques mois, jusqu au 31 décembre de l An 87. Cette date laisse supposer que Satmine existe depuis 87 années. Le roman est divisé en neuf chapitres au cours desquels le lecteur suit le cheminement de la pensée du personnage principal. Il nous révèle les pensées de Nour, ses impressions, ce qu elle ne dit à personne, ses rêves, ses doutes. Des articles du journal de Satmine, des affiches et des articles de lois sont insérés dans certains chapitres. Ils n apparaissent pas chronologiquement mais sont tous datés de l an 87. Ils illustrent les pensées de Nour. Le roman peut être divisé en trois parties : Dans les quatre premiers chapitres, Nour se présente et décrit son environnement. Le cinquième chapitre représente un tournant dans le déroulement de l histoire : les doutes de Nour s accentuent après avoir assisté à une mystérieuse explosion et à une scène inquiétante de mise en joue sur les bords du Fleuve. A mesure que les pensées de Nour commencent à bouillonner, le Fleuve s agite. Ces mouvements semblent soit vouloir appuyer les doutes de la jeune fille et la pousser à chercher plus loin soit être le point de départ d un réel questionnement. Au début du roman, Nour expose ses points de vue sur la vie dans l Enclave. L observation de l écoulement du Fleuve la stimule dans sa réflexion. Que se passe t-il réellement? Est-ce Nour qui y voit un signe ou le Fleuve qui lui en envoie un? A partir du septième chapitre, elle fait la découverte de plusieurs choses : que l eau du Fleuve n est pas mortelle et qu un autre monde existe, elle comprend ainsi que son destin peut changer, qu elle n est pas condamnée à rester à Satmine et à travailler dans les Brigades de femmes. La fin du roman est ouverte. Le lecteur ne peut qu imaginer ce qu il est advenu de Nour. A-t-elle franchi le Fleuve? A-t-elle pu découvrir le monde extérieur? Un avis de recherche est placardé sur les murs de Satmine. 2) Procédés de narration Dès les premières pages, le livre entrelace le récit de la jeune fille avec des affiches et des extraits de journaux qui sont la voix du pouvoir en place. Le lecteur dispose de deux points de vue sur le régime satminien. Les neuf chapitres sont du roman composés d une part des monologues intérieurs de la jeune fille et de quelques dialogues au discours direct et d autre part de textes administratifs et journalistiques. Le registre de langue est courant ou familier dans le récit de Nour et soutenu dans les articles et textes administratifs. L alternance des deux sources met en lumière le clivage entre les apparences dictées par le régime et le ressenti de Nour. L utilisation de la première personne permet au lecteur de se rapprocher de Nour ou de s identifier à elle. 15 p.15 du roman 10

11 V. Les personnages 1) Nour Satminienne de 14 ans, Nour vit dans un appartement près du Pont avec ses parents. La jeune fille semble ainsi prédestinée à un départ. En effet, le pont, lieu de passage, est une invitation à la découverte et à l aventure vers l inconnu. Fascinée par le Fleuve, elle rêve de franchir ce pont qui la relie à une autre vie. Nour est solitaire par choix mais également à cause de sa différence. Son apparence, sa relation particulière aux chats et son comportement en général sont source de moquerie de la part des autres jeunes Satminiens. Elle aime observer les chats et décorer des boîtes mais, par dessus tout, se promener au bord du Fleuve et le photographier : «J ai besoin de faire ces images. Je ne l ai jamais confié à personne mais je crois dur comme fer qu un jour quelque chose de nouveau apparaîtra sur mes clichés. Quelque chose que mes photos révèleront». 16 La jeune fille se pose beaucoup de questions sur le Fleuve, sur le rôle réel des soldats, sur les mines d où certains ne reviennent jamais. Elle analyse des cartes de géographie et s interroge sur la véracité de ce qu elle apprend à l école. Elle en a assez de ces frontières infranchissables, de ces interdits, de cette vie à Satmine: «mais moi j ai toujours le réflexe de penser qu on me ment peut-être. Mon imagination est plus forte que le réel». 17 Nour imagine souvent ce qui pourrait se trouver de l autre côté du fleuve et laisse vagabonder son esprit. Alors que le Fleuve est en crue, il lui semble distinguer des lumières de l autre côté de la rive et même d entendre des cris. Peu à peu, ses doutes se font plus forts : Nour veut savoir, doit savoir. Une nuit, alors que tout Satmine dort, Nour regarde par la lucarne et aperçoit des soldats marchant dans l eau du Fleuve. Assise dans son grenier, elle déchiffre ensuite des livres parlant d un monde inconnu, où il n est question ni de Satmine, ni de Fleuve toxique, ni de Karka. La jeune fille prend alors sa décision, fait un radeau et part à l inconnu, de l autre côté du Fleuve. 2) Les parents de Nour Nour est choyée par ses parents. Ceux-ci acceptent que leur fille soit différente des autres jeunes et lui prouvent tout leur amour. La mère est chaleureuse avec sa fille et la réconforte lorsqu elle est victime de railleries. Son père l encourage dans sa création de boîtes en lui aménageant un atelier au grenier. Les parents de Nour, comme apparemment tous les Satminiens, se satisfont de la vie dans l Enclave. Face aux doutes et aux questions de leur fille, ils ne cessent de répéter les préceptes appris sur Satmine. La mère fait les louanges d une telle société : «On ne manque de rien dans l Enclave. Il y a les fêtes du Bourgmestre, on est soigné facilement, on a tout le Rexaltium qu on veut, les enfants vont à l école, les pères travaillent à la mine de Karka, les mères aux Brigades d entretien. On n est pas à plaindre, tu sais». 18 Elle ne cesse de vanter les mérites de Satmine, même après le choc de la mort de Consuela, jeune femme enceinte que les docteurs n ont pas secourue lors de la crue du Fleuve. 3) Les Immatures A part Nour, aucun Immature n apparait individuellement dans le roman. Nour les décrit comme moqueurs et compliqués. En effet, pour elle, avoir un ami immature consisterait à se soumettre à la dictature de l amitié : faire des plans, des pactes, subir la jalousie et la tyrannie Ils n acceptent pas le fait que Nour soit différente et le lui font sentir. En effet, dans l Enclave, l unité (de comportement et de pensée) semble être primordiale. 16 p.12 du roman 17 p.15 du roman 18 p.41 du roman 11

12 4) Le Bourgmestre Le Bourgmestre règne sur Satmine. Il contrôle la société, d une part en imposant des lois et d autre part en agissant pour le «bien-être» des habitants de l Enclave : organisation de fêtes surprises, facilité de soins médicaux, travail pour tous, comprimés vitaminés (le Rexaltium) à disposition Ainsi, les Satminiens n éprouvent pas ou ne semblent pas - éprouver le besoin de quitter l Enclave. Le Bourgmestre apparait aux yeux de Satminiens comme quelqu un d exceptionnel, qui œuvre pour le bien de tous et leur facilite la vie dans cet environnement hostile. 19 5) Les Satminiens Dans le roman, les habitants de Satmine sont décrits par les rédacteurs de «la Gerbe de Satmine» comme un peuple travailleur et courageux mais surtout heureux de vivre dans l Enclave, protégé par le Bourgmestre. Les témoignages recueillis sont très positifs : «A chaque fête que nous offre le Bourgmestre, ( ), je ressens au plus profond de moi la force de cette communauté soudée que nous formons tous ensemble. Personne ne peut rien contre nous, nous sommes unis et résistants.» 20 Cependant, afin de se protéger de l extérieur, les habitants de l Enclave doivent aller travailler en blindés et prennent régulièrement des médicaments, des comprimés de Rexaltium, pour être plus en forme. La mère de Nour confie à sa fille : «Les Satminiens sont obligés de vivre ensemble. Entre adultes aussi, il y a parfois des conflits. Comme on ne peut pas sortir de l enclave, il faut bien s accommoder les uns des autres». 21 A part Nour et ses parents, peu de Satminiens apparaissent de manière individuelle dans le roman. Afin d éclaircir ses doutes sur l existence d autres fleuves toxiques dans le monde, Nour interroge son institutrice. Celle-ci, répondant aux questions de la jeune Immature, applique les lois de l Enclave et récite le contenu de la propagande dans ses enseignements. Par ses paroles et sa propre conviction, elle tente de persuader Nour des dangers extrêmes encourus en dehors de l enclave. Nour, tentée de la croire, reste cependant sceptique. VI. Pour élargir Bibliographie - «Le Monde attend derrière la porte» de Pascale Maret, Thierry Magnier Sarah, 14 ans, fait partie de la Communauté des Rigoristes dont elle rejette les principes. Punie pour avoir fugué, elle est envoyée en Ecosse où elle doit obéir à des règles très strictes. Un choix s impose à elle: vivre libre hors de la Communauté et rompre les liens avec sa famille, ou rester prisonnière de la Communauté. - «La Protestation» de Guy Jimenes et Sophie Dutertre, Pocket Jeunesse Vision d une dictature par un jeune dont le père a été enlevé par la milice au cours d une manifestation contre la dictature militaire. 19 Lire également II,1 - Vivre à Satmine 20 p.32 du roman 21 p.10 du roman 12

13 VII. Au fil des chapitres 1) Chapitre I (p. 7 à 13) p. 7 a) Ce qu il faut avoir compris - Quel est l environnement de Nour? - Pourquoi est-il interdit de s approcher du Fleuve? - Qui sont les Immatures? Quelle relation Nour entretient-elle avec eux? b) Lexique pourri murer mettre en garde la brume infecté l immature (m. / f.) la méfiance empêcher qn de faire qc prévenir qc la puanteur heruntergekommen mauern jdn warnen der Nebel verpestet nom venant de l adjectif immature : unreif das Misstrauen jdn daran hindern, etw zu tun einer S. vorbeugen der Gestank p. 8 le marécage le minerai cutané porter secours à qq das Moor das Erz Haut jdm Hilfe leisten p. 9 le blindé boueux suspect l élimination (f.) der Panzer schmutzig, schlammig Verdächtig die Beseitigung 13

14 la moquerie chasser die Spötellei Jagen p. 10 la raillerie poursuivre qq faire partie de qc blague prendre au sérieux être obligé s accommoder en entendre de toutes les couleurs câliner qq cf : moquerie verfolgen zu etw gehören der Witz ernst nehmen gezwungen sein / müssen sich arrangieren vieles erleben (en voir de toutes les couleurs) zu jdm zärtlich sein p. 11 à part refuser pire jaloux, -se orner la fourrure ausser ablehnen schlimmer neidig schmücken der Pelz p. 12 en avoir marre vide cogiter (fam.) Admettre Chercher plus loin que le bout de son nez avoir beau faire qc croire dur comme fer die Nase voll haben leer nachdenken annehmen Nicht über seine Nasenspitze hinaussehen etw vergeblich tun fest glauben 14

15 révéler scruter à force de surveiller etw ans Licht bringen absuchen durch viel/vieles beobachten / beaufsichtigen p. 13 puer l éradication (f.) féline la circulation stinken die Katzenausrottung der Verkehr 2) Chapitre II (p. 14 à 19) a) Ce qu il faut avoir compris - Quelles questions se pose Nour? - Comment se sent Nour intérieurement? - Quels sont les passe-temps de Nour? b) Pour aller plus loin - Comment est organisée la société à Satmine? Donnez votre avis! c) Idées pour la classe - «Être jeune à Satmine» : Vous êtes journaliste et souhaitez réaliser un reportage sur les jeunes Satminiens. Vous interviewez Nour et d autres Immatures et leur posez des questions sur leur vie dans l Enclave. p. 14 d) Lexique à l écart de mentir vraiment y laisser sa vie fern von lügen tatsächlich sterben p.15 15

16 le site l extraction (f.) du minerai inquièt souffrir de qc supporter le rejet le regard das Gelände der Erzabbau besorgt an etw leiden aushalten Die Abstossung der Blick p. 16/17 nettoyer le potager faire pousser élever la bergerie livrer embaucher contre la cible la cruauté sauber machen der Gemüsegarten etw begrünen grossziehen der Schafstall anliefern anstellen gegen das Ziel die Grausamkeit Article p. 16/17 bâtir coûteux, -se le bruit la poussière proposer ses services la pierre contempler ménager sa peine constater bauen teuer der Lärm der Staub Hilfe anbieten der Stein bewundern anschauen mit seinen Kräften Haus halten feststellen 16

17 p. 18 la voie c est plus fort que moi le grenier monotone l abri (m.) survivre der Weg ich kann nicht anders der Dachboden abwechslungslos der Schutz überleben 3) Chapitre III (p. 20 à 22) a) Ce qu il faut avoir compris - A quoi sert le grenier des parents de Nour? b) Lexique p.20 remiser le boulot (fam.) récupérer retaper abstellen der Job sammeln renovieren p. 21 tomber amoureux la rigolade la planche la caisse l outil (m.) sich verlieben der Spass das Brett die Kiste das Werkzeug p. 22 composer clocher (fam.) zusammensetzen nicht stimmen 17

18 4) Chapitre IV (p. 23 à 27) a) Ce qu il faut avoir compris - Qu apprend-on de plus sur l organisation de la vie à Satmine? - Qu imagine Nour? p.23 b) Pour aller plus loin - Comprenez-vous ce que la jeune fille ressent? Que feriez-vous à sa place? - A votre avis, quel est l événement tant attendu dont elle parle? Imaginez! c) Lexique la frontière le manuel par cœur l environnement hostile limiter gérer die Grenze das Lehrbuch auswendig das Umfeld lebensfeindlich beschränken mit etw umgehen p.24 Faire face à l épreuve le cercueil faire corps s effondrer se regrouper autour de qq Die Probe verkraften der Sarg eine Einheit bilden einstürzen sich um jdn zusammenschliessen p. 25 comparer jurer douter vergleichen versichern zweifeln 18

19 le périmètre de sécurité contagieux, -se protéger die Schutzzone ansteckend schützen p. 26 se préparer sich bereitmachen 5) Chapitre V (p. 28 à 35) a) Ce qu il faut avoir compris - Que s est il passé à Satmine? De quoi Nour est-elle témoin? - Comment réagissent les parents de Nour? - Quelle surprise réserve le Bourgmestre aux Satminiens? b) Idées pour la classe p Sur le modèle de l encart p.31, réalisez une affiche ou un carton d invitation pour une fête! c) Lexique ne pas pouvoir se passer de qc consolé trembler la lueur la fumée etw nicht entbehren können getröstet beben der Lichtschein der Qualm p. 30 stupéfait prendre feu verblüfft in Brand geraten p. 31 le miroir faire le coup ridicule der Spiegel etw anstellen lächerlich 19

20 p. 32 le reflet die Abspiegelung p. 33 peinard (fam.) ruhig Article p 32/33 malgré l effervescence (f.) être au rendez-vous uni prendre un bain de foule trotz die Hektik nicht auf sich warten lassen verbunden ein Bad in der Menge nehmen p. 37 6) Chapitre VI (p. 36 à 44) a) Ce qu il faut avoir compris - A quelle scène assiste Nour? - Quels sont les arguments de la mère de Nour en faveur de Satmine? b) Lexique le plaisir emporter mouiller die Freude mitnehmen benässen p. 38 déconseiller à qq de faire qc en vain bifurquer mettre en joue jdm davon abraten, etw zu tun vergebens abbiegen sein Gewehr anlegen 20

Dossier réalisé par Catherine Hartmann, sous la direction de Sandrine Diesel, Attachée de Coopération pour le Français, mai 2011.

Dossier réalisé par Catherine Hartmann, sous la direction de Sandrine Diesel, Attachée de Coopération pour le Français, mai 2011. Dossier réalisé par Catherine Hartmann, sous la direction de Sandrine Diesel, Attachée de Coopération pour le Français, mai 2011. Dossier pédagogique Comment utiliser ce dossier? Ce dossier est destiné

Plus en détail

professeur grâce à son envie de «réussir par son esprit, et donc [de] faire des études» (DPC, 137) lui semble mériter d être raconté.

professeur grâce à son envie de «réussir par son esprit, et donc [de] faire des études» (DPC, 137) lui semble mériter d être raconté. 1 «Elle fait qu en dehors d elle tout paraît vanité, elle fait qu elle seule paraît la vérité. Oui, mais comment fait-elle? Je ne sais pas, il y a plus de cinquante ans que je ne le sais pas, ma mère est

Plus en détail

Mais où sont passés les romans des adolescents?

Mais où sont passés les romans des adolescents? Marie VILLEMIN Mais où sont passés les romans des adolescents? Une mise en espace par centres d intérêt des romans pour adolescents à la bibliothèque des Eaux-Vives Jeunes Travail présenté à l Ecole d

Plus en détail

Tout ce que les parents ont toujours voulu savoir sur le stress des 10-15 ans

Tout ce que les parents ont toujours voulu savoir sur le stress des 10-15 ans Tout ce que les parents ont toujours voulu savoir sur le stress des 10-15 ans PRÉFACE............................................................p. 5 EDITORIAL...........................................................p.

Plus en détail

ENTRE LES MURS. Dossier pédagogique. Synopsis. Français, SES, ECJS Collège - Lycée. Un film de Laurent Cantet. Au cinéma le 24 septembre

ENTRE LES MURS. Dossier pédagogique. Synopsis. Français, SES, ECJS Collège - Lycée. Un film de Laurent Cantet. Au cinéma le 24 septembre Français, SES, ECJS Collège - Lycée Dossier pédagogique ENTRE LES MURS Un film de Laurent Cantet France - Couleur - 2008-2h08 35mm - Scope Dolby SRD Fiche technique et artistique complète sur le site du

Plus en détail

Un monde-machine mis en abîme Samuel Rousseau. Huit règles pour un Sculpteur libre. Entretien avec Frédéric Bouglé. Grenoble, le 24 juin 2011.

Un monde-machine mis en abîme Samuel Rousseau. Huit règles pour un Sculpteur libre. Entretien avec Frédéric Bouglé. Grenoble, le 24 juin 2011. Un monde-machine mis en abîme Samuel Rousseau Huit règles pour un Sculpteur libre Entretien avec Frédéric Bouglé Grenoble, le 24 juin 2011 Règle 1 APPRENDRE A ANALYSER Quand tu es un cancre, on te laisse

Plus en détail

Les devenus sourds : Un monde à part

Les devenus sourds : Un monde à part UNIVERSITE PIERRE MENDES FRANCE UFR Sciences Humaines et Sociales *********** PAROD Marlène Les devenus sourds : Un monde à part *********** Master 1 Sociologie Spécialité Nouvelles Formes du Lien Social

Plus en détail

L éducation aux médias Enjeux, état des lieux, perspectives

L éducation aux médias Enjeux, état des lieux, perspectives Rapport - n 2007-083 août 2007 Inspection générale de l éducation nationale Inspection générale de l administration de l Éducation nationale et de la Recherche L éducation aux médias Enjeux, état des lieux,

Plus en détail

Au-delà du personnel

Au-delà du personnel Au-delà du personnel Illustration : Fabienne Meunier Atelier de création libertaire BP 1186 69202 Lyon cedex 01 Tél./Fax 04 78 29 28 26 Mai 1997 ISBN 2-905691-55-7 Au-delà du personnel textes rassemblés

Plus en détail

Manipulation : ne vous laissez plus faire!

Manipulation : ne vous laissez plus faire! Jacques Regard Manipulation : ne vous laissez plus faire! Sixième tirage 2010, 2004 pour le texte de la précédente édition, 2010 pour la nouvelle présentation ISBN : 978-2-212-54525-8 Table des matières

Plus en détail

COMPRENDRE CE QUI FAIT LA DIFFICULTÉ DE L ÉCOLE AUJOURD HUI

COMPRENDRE CE QUI FAIT LA DIFFICULTÉ DE L ÉCOLE AUJOURD HUI COMPRENDRE CE QUI FAIT LA DIFFICULTÉ DE L ÉCOLE AUJOURD HUI Photo : François TEFNIN ÉCHANGES ET ANALYSES AVEC DES ACTEURS DE L ÉDUCATION SÉMINAIRE AVEC JEAN-PIERRE LEBRUN Secrétariat général de l enseignement

Plus en détail

Prix des lycéens autrichiens 2015. Rendez-vous en septembre DOSSIER PEDAGOGIQUE. Anne Vantal Gallimard jeunesse, 2014

Prix des lycéens autrichiens 2015. Rendez-vous en septembre DOSSIER PEDAGOGIQUE. Anne Vantal Gallimard jeunesse, 2014 Prix des lycéens autrichiens 2015 DOSSIER PEDAGOGIQUE Rendez-vous en septembre Anne Vantal Gallimard jeunesse, 2014 Dossier réalisé par Madame Solenn Kerneis, sous la direction de Madame Magali Censier,

Plus en détail

Le refus de soins d une personne ayant la maladie d Alzheimer

Le refus de soins d une personne ayant la maladie d Alzheimer Diplôme d Etat infirmier Promotion : 2010-2013 Le refus de soins d une personne ayant la maladie d Alzheimer Elodie ALLAIRE I n s t i t u t d e F o r m a t i o n e n S o i n s I n f i r m i e r s 1 0,

Plus en détail

TROUBLES PSYCHIQUES LA PAROLE AUX FAMILLES

TROUBLES PSYCHIQUES LA PAROLE AUX FAMILLES TROUBLES PSYCHIQUES LA PAROLE AUX FAMILLES remerciements Nous remercions particulièrement toutes les personnes qui ont bien voulu témoigner dans cet ouvrage, pour leur temps, leur courage, leur ouverture

Plus en détail

Ces familles qui ne demandent rien

Ces familles qui ne demandent rien Vouloir protéger des enfants victimes de maltraitances, de négligences et tenter d aider leurs parents pour leur permettre de se montrer plus compétents, amène régulièrement les intervenants de la protection

Plus en détail

Tous différents... Mais ensemble!

Tous différents... Mais ensemble! ! Guide pratique Association des parents et des professionnels autour de la personne polyhandicapée Tous différents... Mais ensemble! Organiser l accueil de l enfant en situation de handicap dans les activités

Plus en détail

ALTERNATIVES NON VIOLENTES

ALTERNATIVES NON VIOLENTES ISSN 0223-5498 ALTERNATIVES NON VIOLENTES Sanctionner sans punir : les sanctions éducatives 125 revue trimestrielle 10 Commandez l affiche «100 dates de la non-violence au XX e siècle» Format réel : 84

Plus en détail

Jeunes Canadiens dans un monde branché phase III. La perspective des enseignants

Jeunes Canadiens dans un monde branché phase III. La perspective des enseignants Jeunes Canadiens dans un monde branché phase III La perspective des enseignants Par Valerie Steeves, Ph.D. pour HabiloMédias HabiloMédias 950 avenue Gladstone, Bureau 120 Ottawa, ON Canada K1Y 3E6 Tél

Plus en détail

LES RÉFUGIÉS AUSSI ONT DES DROITS

LES RÉFUGIÉS AUSSI ONT DES DROITS DOSSIER PÉDAGOGIQUE DESTINÉ AUX ÉLÈVES DE L ENSEIGNEMENT SECONDAIRE LES RÉFUGIÉS AUSSI ONT DES DROITS WELCOME, UN FILM DE PHILIPPE LIORET 2 2 INTRODUCTION Chers enseignants, Amnesty International vous

Plus en détail

Votre enfant a une surdité? Guide pratique à l usage. DES parents

Votre enfant a une surdité? Guide pratique à l usage. DES parents Votre enfant a une surdité? Guide pratique à l usage DES parents 1 Votre enfant a une surdité? Fondation des Sourds du Québec Charles Gaucher, Ph. D. Louise Duchesne, Ph. D. Fondation des Sou du Québec

Plus en détail

CE QU EN PENSENT LES MINEURS ETRANGERS NON-ACCOMPAGNES?

CE QU EN PENSENT LES MINEURS ETRANGERS NON-ACCOMPAGNES? WDYT-rapport-FR 30-03-2004 09:04 Pagina 1 CE QU EN PENSENT LES MINEURS ETRANGERS NON-ACCOMPAGNES? RAPPORT DES MINEURS ETRANGERS NON-ACCOMPAGNES SUR L APPLICATION DE LEURS DROITS EN BELGIQUE WDYT-rapport-FR

Plus en détail

OUNIE LECOMTE. Une vie toute neuve COLLÈGE AU CINÉMA DOSSIER 195

OUNIE LECOMTE. Une vie toute neuve COLLÈGE AU CINÉMA DOSSIER 195 OUNIE LECOMTE Une vie toute neuve DOSSIER 195 COLLÈGE AU CINÉMA L AVANT FILM L affiche 1 Entre l ombre et la lumière Réalisateur & Genèse 2 Ounie Lecomte LE FILM Analyse du scénario 4 De l abandon à l

Plus en détail

LA COUR DE BABEL UN FILM DE JULIE BERTUCCELLI. Zéro de conduite.net. Illustration : Christophe Blain

LA COUR DE BABEL UN FILM DE JULIE BERTUCCELLI. Zéro de conduite.net. Illustration : Christophe Blain LA COUR DE BABEL UN FILM DE JULIE BERTUCCELLI Illustration : Christophe Blain D O S S I E R D A C C O M P A G N E M E N T P É D A G O G I Q U E Zéro de conduite.net CRÉDITS DU DOSSIER SOMMAIRE Dossier

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES RÉSUMÉ DES PROGRAMMES DE L ÉCOLE PRIMAIRE...15 LES PROGRAMMES DE L ÉCOLE MATERNELLE...45. Préface...7 L ÉCOLE MATERNELLE...

TABLE DES MATIÈRES RÉSUMÉ DES PROGRAMMES DE L ÉCOLE PRIMAIRE...15 LES PROGRAMMES DE L ÉCOLE MATERNELLE...45. Préface...7 L ÉCOLE MATERNELLE... TABLE DES MATIÈRES Préface...7 RÉSUMÉ DES PROGRAMMES DE L ÉCOLE PRIMAIRE...15 L ÉCOLE MATERNELLE...16 Le langage au cœur des apprentissages...16 Vivre ensemble...19 Agir et s exprimer avec son corps...20

Plus en détail

Professionnels de jeunesse et d éducation non formelle

Professionnels de jeunesse et d éducation non formelle Professionnels de jeunesse et d éducation non formelle Annie Oberti Responsable du pôle vie associative de l Injep Ces textes ont été rassemblés avec la collaboration de Jean-Pierre Halter, à l occasion

Plus en détail

Accueillir les enfants de 3 à 12 ans : viser la qualité

Accueillir les enfants de 3 à 12 ans : viser la qualité Un référentiel psychopédagogique pour des milieux d accueil de qualité Accueillir les enfants de 3 à 12 ans : viser la qualité Sous la coordination de P. Camus et L. Marchal LIVRET I Préfaces de J. Epstein

Plus en détail

Ce soir on sort, chacun sa fête! Consommation, Dépendances et Bien-être : de la recherche de sens à l élaboration de projet

Ce soir on sort, chacun sa fête! Consommation, Dépendances et Bien-être : de la recherche de sens à l élaboration de projet Ce soir on sort, chacun sa fête! Consommation, Dépendances et Bien-être : de la recherche de sens à l élaboration de projet Projet de Promotion de la Santé soutenu par la Direction Générale de la Santé

Plus en détail

VILLE ET PAROLE : ESPACES EN MIROIR

VILLE ET PAROLE : ESPACES EN MIROIR LAVAL Elsa Master 1 VILLE ET PAROLE : ESPACES EN MIROIR Etude sur Qui se souvient de la mer et Habel de Mohamed Dib Directeur de mémoire : Charles Bonn Année 2004-2005 Introduction :...2 I Perceptions

Plus en détail