Ce soir on sort, chacun sa fête! Consommation, Dépendances et Bien-être : de la recherche de sens à l élaboration de projet

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Ce soir on sort, chacun sa fête! Consommation, Dépendances et Bien-être : de la recherche de sens à l élaboration de projet"

Transcription

1 Ce soir on sort, chacun sa fête! Consommation, Dépendances et Bien-être : de la recherche de sens à l élaboration de projet Projet de Promotion de la Santé soutenu par la Direction Générale de la Santé de la Communauté Française.

2 Nous remercions nos partenaires : Le Centre Local de Promotion de la Santé de Huy Le Service Régional de Prévention La Teignouse Les membres du comité de lecture Le service Univers Santé de l UCL Le département des Sciences de la Santé Publique de l ULg Le service Promes de l ULB La structure de ce document est directement inspirée du document Paroles d ados, paroles d acteurs de terrain au sujet du tabac réalisé par l asbl FARES (Fonds des Affections respiratoires). Nous remercions les deux écoles partenaires, les parents et les jeunes qui ont participé à la réalisation de ce projet. Nous remercions Créatys pour l'élaboration et la réalisation de ce document.

3 Sommaire 1 Avant-propos 1.1. Donner la parole aux jeunes : une évidence! 1.2. Un public 1.3. Une méthodologie p. 4 p. 4 p. 5 2 Les représentations de l alcool et la fête ou comment la consommation d alcool en situation festive est-elle perçue? 2.1. Faire la fête : une réalité différente pour chacun? 2.2. Faire la fête et consommation d alcool sont-ils toujours liés? p. 7 p. 8 3 Le sens de la fête et des consommations d alcool 3.1. Quel(s) sens les jeunes donnent-ils à la consommation d alcool pendant la fête? 3.2. Quels sont les divers modes de consommation d alcool par les jeunes pendant la fête? 3.3. La consommation d alcool en situation festive présente-t-elle des risques? p. 9 p. 10 p La surconsommation d alcool en situation festive : quelle prévention et pour quoi faire? 4.1. Prévenir : c est-à-dire? 4.2. La prévention basée sur l information ou la peur : efficace? 4.3. Quel type de prévention auprès des jeunes? 4.4. Les jeunes : acteurs de prévention? 4.5. Quelques pistes de réflexions p. 13 p. 13 p. 14 p. 15 p Le rôle et la place des adultes ou comment se positionner en tant qu acteur de prévention? 5.1. Quand la cohérence est une nécessité La prévention, une affaire de spécialistes? 5.3. Et les professionels alors? p. 17 p. 17 p Esquisse d une démarche de promotion de la santé 6.1. La promotion de la santé en quelques mots Plusieurs questions se posent... p. 20 p. 20 Sommaire p3

4 1. Avant-propos De nombreux spécialistes de la santé s accordent sur le constat suivant : parallèlement aux modes habituels de consommation d alcool chez les jeunes, de nouvelles tendances se dessinent et inquiètent les adultes. Il s agit d une part du rajeunissement des consommateurs d alcool, et d autre part de l augmentation du binge drinking : boire pour boire, dans le but d atteindre l ivresse. Les lieux et les occasions de faire la fête se multiplient, la fête commence parfois dès le vendredi midi. La biture express a ses adeptes et amène certains jeunes à adopter une série de conduites à risques. Fatalité? Phénomène de société? Démission des parents? Impuissance des autorités? Inconscience des jeunes? Quel sens les jeunes donnent-ils à ces consommations? Quelle place prennent-elles dans leur quotidien? En quoi leur parole peut-elle nous éclairer sur les stratégies de prévention à développer? C est en allant à la rencontre des jeunes que nous avons tenté de répondre à ces questions Donner la parole aux jeunes : une évidence! Les constats des professionnels de la santé sont régulièrement partagés par les adultes que nous côtoyons (parents, professeurs, éducateurs, agents PSE et CPMS, ). Il nous a semblé important, avant toute autre chose, de recueillir la parole des principaux intéressés : les jeunes. Susciter la parole pourquoi? Pour comprendre le sens de ces consommations d abord, mais aussi pour provoquer un intérêt, une réflexion, la confrontation des avis et, pourquoi pas, la participation à des projets qui correspondent aux réalités et aux vécus des jeunes. Ce document n a pas la prétention d avoir une valeur scientifique. Il a pour objectifs d ouvrir le dialogue, de susciter le débat, de donner un éclairage complémentaire aux documents et ouvrages réalisés par des professionnels de la santé. 1. D après l étude réalisée par le groupe porteur Jeunes et alcool d Univers Santé, Média Animation et le CRIOC : Les publicitaires savent pourquoi : les jeunes, cibles des publicités pour l alcool Un public Ce document fait partie intégrante d un projet de promotion de la santé intitulé : Ce soir on sort, chacun sa fête mis en place par la Teignouse suite aux constats partagés par les adultes. Le public que nous avons choisi de cibler s apparente à celui que les alcooliers appellent les Teens 1, c est-à-dire des jeunes âgés de 15 à 17 ans - ce qui représente, pour de nombreux jeunes, l âge des premières sorties et le moment où ils se mettent à boire massivement de l alcool lors de celles-ci. p4 Avant-propos

5 Ce projet a été proposé aux équipes éducatives de divers établissements secondaires de la région Ourthe-Amblève-Condroz. Deux écoles ont souhaité y prendre part. Précisons d emblée que ces écoles présentent des différences considérables en raison notamment de leur situation géographique : l une se situe en milieu semi-rural, à une quinzaine de kilomètres de Liège, et les commerces et débits de boisson y sont nombreux et faciles d accès. La seconde se situe en milieu rural et se caractérise par l absence de commerces et débits de boissons dans les environs. Dans les deux établissements, nous avons sollicité la participation active d acteurs scolaires, notamment par la création de cellules-relais, composées de la direction et d un professeur dans l un, de la direction, d un éducateur et d une infirmière du CPMS, dans l autre. Nous avons rencontré l intégralité des élèves de troisième et quatrième années de ces deux écoles, toutes sections confondues, afin de leur présenter le projet. Dans un premier temps, il leur a été proposé de participer à des groupes de parole concernant les sorties et les consommations d alcool qui y étaient associées. Les élèves intéressés ont été invités à s inscrire lors d un contact téléphonique individuel dans un des trois groupes suivants, en fonction de la fréquence de leurs sorties : les fêtards hebdomadaires (au moins 1x par semaine), les fêtards occasionnels (1 à 2 x par mois), les non-fêtards (rarement ou jamais) Une méthodologie L intérêt de la répartition en trois groupes était de pouvoir affiner notre perception ; en effet il n existe pas une seule jeunesse, tous les jeunes ne sortent pas à la même fréquence, ne font pas la fête de la même manière, n ont pas la même attitude face aux consommations. Cette distinction devait nous permettre d identifier les efforts à faire en matière de prévention, mais aussi de diversifier les approches et d adapter les stratégies en fonction des différents publics et des circonstances dans lesquelles sont délivrés ces messages. En utilisant la méthode des Focus group (entretiens semi-directifs de groupes), nous avons interrogé et écouté une cinquantaine de jeunes volontaires. Ils nous ont livré leurs impressions sur la prévention, ont partagé leurs représentations de la fête, des consommations qui y sont souvent liées ainsi que des dangers qu elle peut engendrer. Ces entretiens ont été enregistrés et retranscrits intégralement. Un comité de lecture, préalablement constitué et composé d adultes provenant de divers secteurs (professeurs et éducateurs des écoles partenaires, assistants sociaux, médecin PSE, ) nous a aidés à identifier les idées principales contenues dans les entretiens. Ces grandes tendances ont fait l objet d une première synthèse, présentée sous forme attractive graphiquement et validée par les jeunes. Ce document leur a été remis ainsi qu aux différents partenaires du projet. Il nous a ensuite semblé fondamental de donner la parole aux parents, car ceux-ci sont fréquemment mentionnés par les jeunes. Dans un souci de cohérence, nous avons décidé de rencontrer des parents d élèves de troisième et quatrième années secondaires des deux écoles partenaires. Les quinze parents ayant accepté de collaborer au projet ont été invités à répondre aux questions suivantes : selon moi, quel sens les jeunes donnent-ils à la fête? comment est-ce que je vis mon rôle de parent face aux sorties? les jeunes prennent-ils des risques à faire la fête? Si oui, lesquels et pourquoi? quels sont mes souhaits en matière de prévention? Avant-propos p5

6 Avant-propos Les réponses apportées et les échanges d idées qui ont suivi nous ont permis de confronter les représentations des adultes aux dires des jeunes. Ce document se veut le reflet fidèle, mais non exhaustif, des impressions, représentations, peurs, souhaits, idées que toutes les personnes que nous avons rencontrées jeunes et adultes ont accepté de partager avec nous. Il a pour objectif de donner un éclairage, constitué de plusieurs points de vue, sur un phénomène. Il se veut une base de réflexion et de débat autour des consommations d alcool des jeunes en situation festive. Il ne s agit pas ici de diaboliser l alcool, de le stigmatiser, de le prohiber, de viser l abstinence ni pour autant de banaliser tant la consommation d alcool en situation festive que les stratégies commerciales de plus en plus agressives et ciblées. p6 Avant-propos

7 2. Les représentations de l alcool et de la fête ou comment la consommation d alcool en situation festive est-elle perçue? 2.1. Faire la fête : une réalité différente pour chacun? Faire la fête : cela consiste pour les jeunes intérrogés à se rassembler, à retrouver ses amis, à partager des moments conviviaux dans divers endroits (au cinéma, en rue, dans les fêtes de village, dans les bals, dans les cafés, en ville, dans les discothèques, ) avec ou sans consommation. Mais pour certains jeunes, la fête peut être, de manière systématique, associée à une consommation d alcool. Pour la plupart des jeunes interrogés, la fête prend tout son sens en groupe ; l influence des copains est dès lors déterminante dans le choix des lieux de sortie. Ce qu en disent les jeunes «C est le soir. Il y a les sorties où on va, on boit, on s amuse, il y a de la musique, on danse. Puis il y a les sorties cinéma etc C est plutôt en journée.» «Etre avec des gens avec qui on s entend bien parce que faire la fête tout seul, qu on boive ou pas, c est pas la même chose.» «Démarrer d une organisation pour aboutir à quelque chose. La fête c est un rassemblement qui peut être préparé ou pas.» «S amuser, sortir avec les amis, penser à autre chose que l école, être avec d autres personnes que ses parents, boire un petit coup, fêter comme il se doit certains événements.» Ce qu en disent les parents ou comment les parents perçoivent-ils la fête chez les jeunes? «Un moment sans les adultes» «La fête des ados et la nôtre, il y a beaucoup de points communs, il ne faut pas voir nos ados et nous comme deux mondes.» «Ce n est plus un moment privilégié (ça peut être quotidien), ça devient une fête quand ils sont plus de trois ou de quatre, moment de se rencontrer, profiter au maximum de la vie.» «De plus en plus d occasions sont créées depuis quelques années : ils ont vraiment envie de s éclater un peu dans tous les sens du terme, rompre avec toutes les obligations de la semaine. Ca peut être se rencontrer, pas toujours de façon qu on pourrait estimer négative mais ça prend parfois des tournures négatives, comme se tester, tester les interdits par rapports aux parents, par rapport à d autres structures.» «Donner une définition de la fête va varier avec l âge. L idée générale est d être ensemble, l instinct grégaire est très important pour les jeunes, toutes les occasions sont bonnes.» 2. Henri Patrick Ceusters, Editorial, in Les Cahiers de Prospective Jeunesse, n 35. Des professionnels en parlent «Faire la fête : s éclater, célébrer, partager, se rencontrer! Au risque de la mé-fête, de la dé-fête. [...] Le mot fête a d abord le sens de célébration faite à un jour marqué dans un contexte religieux. Par extension, il désigne une réjouissance qui rompt avec la vie quotidienne (fin du XIIème siècle), un ensemble de réjouissances organisées (1273), une cause de plaisir (XIIIème siècle), Il est employé pour foire au XIIème siècle et tapage au XIIIème siècle et désigne, par extension, toute occasion de débauche, surtout dans la locution faire la fête (Le Robert historique de la langue française). Pour Freud, La fête est un excès permis, voire ordonné, une violation solennelle des prohibitions. Il s agit bien, dès lors, d un espace-temps particulier (traditionnellement de l ordre du sacré) qui permet de rompre avec le quotidien pour en assurer la continuité.» 2 Les représentations de l alcool et la fête ou comment la consommation d alcool en situation festive est-elle perçue? p7

8 Les représentations de l alcool et la fête ou comment la consommation d alcool en situation festive est-elle perçue? 2.2. Fête et consommation d alcool sont-ils toujours liés? Alors que pour beaucoup de jeunes interrogés, boire de l alcool semble être un passage obligé lorsque l on fait la fête, certains sont hésitants, ont peur de perdre le contrôle ou n en apprécient pas le goût. Le type d alcool consommé dépendra aussi du type de fête, de l endroit, du genre de musique,... mais également des personnes avec lesquelles le jeune se trouve. Ce qu en disent les jeunes «Moi je ne sais pas m amuser si j ai pas bu. Si je ne bois pas, je ne sais pas me mettre dans l ambiance.» «Quand on voit l état de la moitié des gens à la fin de la soirée, ça ne donne même pas envie d essayer.» «Ca dépend des envies, parfois quand je vais dans une soirée je me dis : Aujourd hui j ai décidé de boire plein de trucs et puis parfois je bois un verre ou deux et je n ai pas envie de plus.» «Ca dépend de ce qu il y a à boire aussi. A partir du moment où ils mettent des bonnes choses» «Ca dépend de l ambiance de la soirée, si on s ennuie, on boit ou on ne boit pas. Moi personnellement quand je m ennuie, je ne bois pas et quand je m amuse, forcément je bois parce que je sais bien qu en m amusant, en dansant, j élimine en même temps.» Ce qu en disent les parents «Je ne connais pas de fête sans alcool.» «Pour beaucoup la notion de fête est associée à un produit.» «Mon fils aime les sorties boisson, ma fille aime bien aller au resto avec des copines.» «S il n y avait pas d alcool, y aurait-il cette soirée?» Des professionnels en parlent «A la fois espace de transgression et de régulation sociale, la fête incite l individu qui y participe, qui s y inscrit à un dépassement de soi, à une rupture avec le quotidien, quelque chose de l ordre de l extra-ordinaire, hors des normes habituelles. [... ] En effet, la nature profonde de la fête est de l ordre du festin : on y consomme sans compter, sans calcul, sans contrainte, sans penser à demain dans un espace-temps suspendu, hors normes, relevant d une autre réalité. Dans ce contexte, la consommation de différents produits dont l alcool peut s intégrer dans un cadre relevant du rite d appartenance et du partage de valeurs communes, pour permettre que l état de conscience (modifiée) corresponde à ce qui est en train d émerger, de se vivre, de se créer et permettre la réalisation d une des fonctions de la fête : pratiquer l oubli temporaire, collectif et programmé du quotidien et de ses règles. Cet usage de produits vise à renforcer le lien social au sein de la fête, à favoriser la convivialité bref à faire la fête! et consommer des psychotropes (par leur effet entactogène ) peut devenir un rite nécessaire à l entrée en fête en nivelant les niveaux de conscience, en faisant tomber les inhibitions, en permettant de partager des valeurs, de la (re)connaissance, de l amitié ( Il est des nôtres, il a bu son verre comme les autres! ). On se trouve donc bien face à une situation particulière, un contexte spécifique où la non-consommation peut parfois être considérée comme une déviance, ou pour le moins conduire à une marginalisation dans ce moment particulier.» 3 3. Henri Patrick Ceusters, op cit. p8 Les représentations de l alcool et la fête ou comment la consommation d alcool en situation festive est-elle perçue?

9 3. Le sens de la fête et des consommations d alcool 3.1. Quel(s) sens les jeunes donnent-ils à la consommation d alcool pendant la fête? Un point commun dans le discours d une majorité des jeunes concerne l utilité de la fête ; pour eux, elle permet de décompresser, de s évader, de se couper du quotidien, de se libérer d une pression, voire d un stress, liés à l école ou à diverses raisons personnelles. Pour certains, consommer de l alcool est alors un des moyens d y arriver. On peut dès lors se demander pourquoi ces jeunes ont le sentiment de subir autant de pressions et de la part de qui ils subissent. La consommation d alcool durant les sorties répond également à un besoin d identification, d intégration au groupe, de faire comme les autres. «Le plaisir et l amusement sont les deux principales motivations conscientes des jeunes. L alcool développe des attitudes positives ; on est joyeux, communicatif, euphorique, audacieux, témoignent-ils, mais pour quelques-uns, l alcool sert à combattre une situation négative, telle que le stress, la solitude, la peur de l avenir. Ce modèle n est pas dominant, mais il est préoccupant.» 4 Ce qu en disent les jeunes «Pour faire comme tout le monde.» «Après un ou deux verres, on ose plus faire des choses que si on ne boit rien.» «Je pense qu on a besoin de savoir par curiosité mais il faut pouvoir se dire, avant d essayer : Après c est fini.» «Voir l effet que ça fait.» «Besoin de décompresser, de s évader, de se lâcher, de s amuser, d évacuer la pression.» «On peut boire un verre ou deux sans problème, ça fait de mal à personne. A partir du moment où on en boit plus, chacun son problème. On a le droit pour se détendre mais faut pas que ça devienne une habitude ni que ça soit par bouteille.» Ce qu en disent les parents «Mais qu est-ce qu on fait nous? Quand on fait la fête, il y a de l alcool.» «L alcool aide à dépasser les limites.» «Nos jeunes aiment boire, s éclater, en tout cas chez les plus grands.» Des professionnels en parlent «Si la fête est une mise entre parenthèses, une suspension des règles (habituelles), nous nous trouvons dans une situation proche de l anomie. Dans ce cas, les débordements ne concernent pas une violation de la règle car c est l existence même d une règle qui est niée et on assiste à l effondrement du système d organisation des valeurs.» 5 4. Univers Santé, fiche assuétudes n Henri Patrick Ceusters, op cit Le sens de la fête et des consommations d alcool p9

10 Le sens de la fête et des consommations d alcool 3.2. Quels sont les divers modes de consommation d alcool par les jeunes pendant la fête? Chez les jeunes qui consomment de manière régulière, on peut identifier deux modes de consommation : 1) La consommation importante d avant-fête, associée à la préparation de la fête, en groupe de copains(ines)/d ami(e)s, dont, pour certains, le vendredi après l école (voire brossage le vendredi après-midi), que l on pourrait appeler la biture express. 2) La consommation pour maintenir un état favorisant la participation active à la fête. On peut d ores et déjà opérer la distinction entre d une part la consommation festive (associée à l envie d être comme tout le monde, à un état de bien-être, à un sentiment de contrôle de soi et de gestion des risques, etc.) et d autre part la consommation abusive (associée à un dépassement des limites). On peut faire l hypothèse que la norme en matière de consommation d alcool lors des sorties correspond à une consommation limitée par le jeune lui-même, tandis que l abus correspondrait à un état où le jeune veut être plus pété que les autres, s en distinguer. Il chercherait à perdre le contrôle de lui-même et la gestion des risques deviendrait quasiment impossible. La recherche de cet état serait la traduction d un mal-être, et pourrait engendrer une culpabilité rétrospective. Peut-on dans ce cas encore associer la surconsommation ou la biture express à la notion de plaisir? Chaque groupe possède-t-il son propre mode de consommation? Pourquoi le fait d être pété est-il majoritairement valorisé par les pairs? La première cuite garde une valeur initiatique, elle représente souvent une condition à l acceptation et à l intégration dans un groupe, toujours en lien avec la valorisation de ce type de comportement. Ce qu en disent les jeunes «On essaye de cusser (boire) tout le plus rapidement possible, puis quand on sent qu on est bien pété et que ça ne passe plus bien, on prend la bouteille avec, on va la cacher dans un coin, on sort et on va boire, c est plus économique en fait.» «J aime mieux de boire une bonne vodka-fraise, ça a un autre goût, c est des boissons de filles entre guillemets mais on est plus vite bourré en buvant trois vodka-fraise qu en buvant trois bières. Ce qui est dommage c est que c est plus cher.» «Si je retourne chez moi, j essaye de ne pas boire trop.» «Si je retourne chez moi, je me saoûle la gueule au début puis à la fin je me la désaoûle.» «Moi faire la fête c est plus être avec mes amis puis danser, je sais pas mais pas trop d alcool, peut-être un petit peu mais pas excessivement.» Ce qu en disent les parents «J e mets en opposition deux notions de la fête : se péter la gueule (la surconsommation, celui qui fait des conneries pour physiquement se péter la gueule), les festivals où tout est excessif, exceptionnel, formidable ( ). L autre notion : ne pas sortir car sortir c est consommer, surconsommer.» «Se faire vomir, ils le font très jeunes, pour pouvoir continuer à boire.» p10 Le sens de la fête et des consommations d alcool

11 Des professionnels en parlent «La majorité des jeunes n apprécie pas le goût de l alcool, d où le succès des cocktails fruités, des pré-mix ou des téquila-paf et autres shooters à boire cul-sec. L alcoolisation existe dans le cercle familial mais elle prend tout son sens dans le groupe d amis au sein duquel elle permet de créer un état quasi fusionnel. L alcool libère non des autres mais au contraire de ses soucis ou des inhibitions, de tout ce qui est extérieur au groupe en fête. Il permet d être plus pleinement et plus entièrement avec les autres. Le fait de se sentir dans le même état que ses pairs est primordial. Malgré une vision magique selon laquelle l alcool efface les barrières et différences sociales, les manières de boire et les discours changent, voire s opposent, selon le milieu social. L alcool peut avoir pour rôle de faciliter l ouverture et la communication, de donner du cran pour partir à la chasse aux filles, d animer l esprit de compétition, etc. En distinguant un groupe d un autre, les manières de boire participent ainsi à la construction et l affirmation d une identité sociale. Les opinions sur l alcool sont d ailleurs souvent énoncées sous une forme collective.» La consommation d alcool en situation festive présente-t-elle des risques? Les jeunes paraissent connaître les risques mais ces risques semblent loin d eux, et de leurs préoccupations. Ils font souvent preuve d une certaine insouciance. Ils affirment rarement prendre eux-mêmes des risques, ils parlent d autres jeunes qui en prennent. Ils disent ne pas penser aux risques lorsqu ils font la fête. Pour eux, l alcool aide à braver les interdits. Ils disent avoir besoin d adrénaline pour se dépasser. L alcool aiderait donc à prendre des risques. Les jeunes ont malgré tout l impression de prendre moins de risques parce qu ils consomment de l alcool le plus souvent en groupe. Les inquiétudes des parents sont vécues comme exagérées, voire ridicules. Les jeunes font très peu référence aux risques liés à leur santé, tandis que les parents craignent une dépendance d après-fêtes. Ce qu en disent les jeunes «Au départ tout est dans la tête, notre capacité à dire : stop maintenant j arrête parce que ça devient dangereux.» «Certaines filles ont l alcool un peu chaud et alors elles ne se rendent pas compte de ce qu elles font puis le lendemain» «Y en a qui ont l alcool méchant.» «Moi quand je vais à une soirée je fais quand même attention à ce que je bois parce que j ai envie d être toujours attentive à ce que je fais quand même.» «Faire un coma éthylique, puis même se faire embarquer par des types que l on ne connaît pas parce qu on est pété.» «On ne sait pas comment les gens peuvent réagir quand ils sont bourrés. On les connaît quand ils sont sobres, mais bourrés Ils peuvent réagir assez violemment.» «On n y pense pas, enfin je ne crois pas. On s amuse puis s il y a quelque chose bin Ce sera de notre faute puis c est tout. On ne se prend pas la tête.» Ce qu en disent les parents «Bien sûr, elle représente des risques s'ils ont un tempérament exclusivement suiveur.» «On peut faire la fête sans prendre de risque. C est le pourquoi les jeunes prennent des risques qui m interpelle. Les enfants sont au courant des risques qu ils courent. Pourquoi prennent-ils ces risques-là?» «Quand on est reconnu dans un groupe pour ce qu on est, on n est pas obligé de descendre des bières pour se faire accepter.» «Ce qui tracasse les parents essentiellement je suppose, c est qu ils mettent leur vie en danger, ça peut être la route, le lieu de la fête, des rencontres qu on ne maîtrise pas, je pense que l alcool aide à dépasser les limites.» 6. Lydie Desplanques, Pas de fête sans alcool pour les jeunes, in SWAPS, n 37. Le sens de la fête et des consommations d alcool p11

12 Le sens de la fête et des consommations d alcool Des professionnels en parlent «Chez les garçons surtout, l ivresse est connotée positivement, contée comme une aventure héroïque et décrite par un langage d artificier ou d artilleur : être allumé, entamé, laminé, assommé, blindé, raide, torché, déchiré, pété, éclaté, percuté, fracassé, flingué, détruit, mort. Il n existe pas vraiment d interdit lié à l ivresse (au moins dans les discours) en dehors de la conduite automobile. [... ] Ces valeurs contrastent avec celles des parents qui privilégient la mesure et la maîtrise de soi. Les mauvaises expériences éventuelles (coma éthylique, accident de voiture, etc.) n incitent pas forcément les jeunes à modérer leur consommation d alcool.» 7 «L inflation de fêtes et par-là même sa banalisation (entre autres parce qu elle n est plus de l ordre de l exceptionnel mais devient l habituel) nuit à l esprit de la fête, en nie le sens. Les règles de la fête n étant plus (re)connues, elles sont transgressées. C est dans ces cas que surviennent les débordements, les dérives problématiques, dangereuses de la fête : agressions, sexualité non protégée, violences sexuelles, provocations, défis, Plus banalement, la perte de sens de la fête peut se résumer à la seule consommation d alcool, ainsi là où certains diront : La nuit passée, j ai fait la fête, il faut entendre : J ai bu énormément. Ces personnes se cachent derrière l injonction festive (consommer comme tout le monde, participer au festin) et la fête devient un alibi pour justifier une consommation abusive et des comportements à risques élevés.» 8 7. Lydie Desplanques, op cit. 8. Henri Patrick Ceusters, op cit.. p12 Le sens de la fête et des consommations d alcool

13 4. La surconsommation d alcool en situation festive : quelle prévention et pour quoi faire? 4.1. Prévenir : c est-à-dire? La prévention désigne l ensemble de mesures qui sont appliquées en amont de l éclosion d un phénomène afin d éviter son apparition ou, s il existe déjà, de sorte à agir pour en diminuer les conséquences. 9 Nous souhaitons envisager l objet de la prévention - la surconsommation d alcool par les jeunes en situation festive - non pas de façon négative (maladie, nuisance sociale, ) mais en référence au concept de santé. Nous y reviendrons dans le chapitre La prévention basée sur l information ou la peur : efficace? Lorsqu il est question de trouver des idées en matière de prévention, montrer les produits ou faire peur sont régulièrement cités. Lors de nos rencontres, certains jeunes eux-mêmes nous ont parlé de campagnes et d images choc pour attirer l attention et faire réagir. Pourtant, lorsqu on leur demande si une telle stratégie aurait un effet sur leurs propres comportements, ils reconnaissent que non. Des expériences ont d ailleurs prouvé que ces campagnes basées uniquement sur la peur ou l information objective ne sont pas efficaces. «Deux chercheurs hollandais, De Haes et Schuurman, ont étudié l impact de différents modèles de prévention sur la consommation des jeunes. 10 Ils ont essayé de trouver laquelle des trois approches suivantes était la plus efficace : 9. Henri Patrick Ceusters, «Drogue et prévention : pour une réduction des risques de confusion», in Les Cahiers de Prospective Jeunesse, n De Haes et Schuurman : Results of an evaluation study on three drug education models, in Journal of health education, 18, supplement, Henri Patrick Ceusters, Jeunes et alcool : quand la prévention s emmêle, in Les Cahiers de Prospective Jeunesse, n 32. l approche axée sur la peur, centrée sur la mise en garde, l approche informative neutre, objective centrée sur le produit, l approche centrée sur les personnes et leurs problèmes offrant la place au dialogue, à la rencontre. Leur expérience a été réalisée à Rotterdam, auprès d environ mille jeunes de 14 à 16 ans, provenant de cinquante écoles différentes. Après analyse, les comparaisons avec un groupe contrôle où il n y a eu aucune intervention montrent que les deux premières approches ont un effet pervers. Seule la dernière approche a un effet positif. D autres études, effectuées par la suite, confortent ces résultats. Les programmes de prévention qui portent leur attention sur les jeunes (qui ils sont, comment ils vivent, en leur apprenant à surmonter leurs difficultés au jour le jour, ) sont efficients, pas seulement dans la diminution de la consommation de drogues mais aussi dans leurs comportements rebelles, de recherche d attention.» 11 Nous avons demandé aux jeunes ce qu ils pensent de la prévention, quels sont leurs souhaits, et qui sont les personnes qui, à leurs yeux, sont les mieux placées pour leur parler de prévention. La surconsommation d alcool en situation festive : quelle prévention et pour quoi faire? p13

14 La surconsommation d alcool en situation festive : quelle prévention et pour quoi faire? 4.3. Quel type de prévention auprès des jeunes? Ce qu ils en disent «Oui en fait il y a tellement de prévention qu on ne nous laisse même plus voir de nous-mêmes, quoi!» «La meilleure prévention c est une présentation claire, précise, avec un avis objectif, et pas répétitive. Pas genre : tous les ans à la même époque on fait un truc» «Et puis aussi on écoute plus une personne qui l a vécu directement que quelqu un qui radote tout le temps et dit : Non, ne fais pas ça.» «Moi j ai une grande sœur qui va au bal souvent et elle m a expliqué. Et je suis sûr que si elle ne m avait pas dit un peu ce qui se passait dedans ça aurait pu être pire.» «Faut plutôt que ce soit quelqu un en qui on a confiance, quelqu un qu on connaît bien.» «Bin, oui il faut montrer les mauvais côtés parce que l alcool, quand on boit, on est content, on est joyeux, on oublie tous ses soucis mais après il y a la gueule de bois, tu ne sais pas étudier, tes parents qui te gueulent dessus» «Des témoignages» «Bin ou mettre des prospectus ou quoi, afficher des affiches de prévention.» Ce qu en disent les parents «Pour ce qui concerne le milieu de vie, un éducateur de rue, un animateur qui peut informer, orienter, écouter. Et pour les électrons libres, des activités avec une certaine prise de risques (comme l escalade, le rafting). Montrer qu on peut prendre des risques mais contrôlés.» «Accès moins facile, moins de boissons alcoolisées, prévoir plus d endroits réservés aux jeunes. De manière générale, créer, améliorer les conditions de vie des jeunes.» «On dit que l exemple vient d en haut donc on pourrait aussi faire des fêtes sans alcool. Un jour où je faisais la folle, mon fils m a dit : T as bu là? Il pense que parce que je suis extravagante, j ai bu, mais on sait aussi s amuser sans boire» «Distribuer des alcootests. On en rit sur le coup mais ça peut amener des discussions.» «Etre à leur écoute, les laisser parler ensemble. Parler entre parents ce n est pas évident : ça n existe pas, des lieux où on peut parler.» «Les organisateurs ont des responsabilités.» «Nous sommes bien démunis par rapport à la publicité qui est faite pour l alcool» «Pourquoi ne pas imaginer des soirées où les boissons alcoolisées seraient plus chères que les soft?» Des professionnels en parlent Certains jeunes sont parfois complètement ignorants de la réalité des sorties ou des produits et d autres ont une connaissance très précise de tout ce qui s y rapporte. Ils ne sont pas égaux face à cela et c est la raison pour laquelle la prévention doit s adapter aux écoles, aux types de groupes et à la connaissance des jeunes en la matière. Les outils de prévention vécus comme moralisateurs n ont plus vraiment d impact, les jeunes ont le sentiment d entendre toujours les mêmes discours et certains disent ne plus y prêter attention. Ils préfèrent échanger entre eux sur le sujet, même s ils estiment bien souvent que des méthodes choc sont à appliquer auprès des plus jeunes (photos, films, ), tout en reconnaissant, nous l avons dit, que ces méthodes ont peu ou pas d impact sur leur propre consommation. p14 La surconsommation d alcool en situation festive : quelle prévention et pour quoi faire?

15 Certains pensent qu ils seront plus touchés par le discours d autres jeunes, un peu plus âgés qu eux et qui ont fait des expériences. Par contre, d autres estiment que le recul des adultes est un atout. Ils ont par ailleurs souligné l importance du rôle de leurs parents, et nous avons très souvent ressenti leur besoin d avoir en face d eux des adultes qui prennent le temps de les écouter. La plupart des jeunes interviewés se disent prêts à s investir en matière de prévention mais ne s imaginent pas tous le faire dans les mêmes lieux (certains préférant s adresser à des membres de leur famille, d autres aux autres élèves de l école par exemple). Le recul que permettrait l encadrement par des adultes représente pour certains un élément important. Lorsque l on interroge les parents, certains considèrent le milieu familial comme un lieu de prévention privilégié et soulignent l importance de leur rôle d éducateur, de fournisseur de limites. D autres nous ont dit avoir l impression que lorsque ce sont eux qui délivrent les messages préventifs à leurs enfants, l impact de ces messages est faible, voire inexistant. Des parents estiment que les divers lieux de vie des jeunes devraient être davantage investis au niveau de la prévention. Par exemple, une personne de référence dans l école, qui soit du côté des élèves, pourrait, selon eux, être un acteur de prévention privilégié. Ils sont conscients que les moyens investis dans le marketing lié à la vente d alcool sont nettement plus importants que ceux accordés à la prévention, ce qui peut engendrer un sentiment d impuissance. Plusieurs d entre eux pensent que seul un événement marquant lié à ce type de consommation, vécu par un membre de l entourage proche du jeune, pourrait induire une modification du comportement de leur enfant. En tant qu acteurs de prévention, nous pensons qu il importe de rester modestes : il n est pas en notre pouvoir de supprimer les risques. Ce que nous visons par contre, c est la création d un contexte susceptible de les diminuer. En donnant aux jeunes les informations qui les aideront à poser des choix éclairés, en favorisant l acquisition de compétences leur permettant d agir directement sur la santé pour l améliorer, en les aidant à prendre conscience des impacts de leurs choix personnels sur leur santé ou leur qualité de vie. Pour atteindre ces objectifs, nos priorités sont d offrir une place au dialogue, à la rencontre et au renforcement personnel de chaque jeune Les jeunes : acteurs de prévention? Plusieurs adolescents interviewés se sentent investis d une mission de protection envers les plus jeunes, notamment dans leurs milieux familiaux. Ils disent souvent ne pas vouloir pour leur petit frère ou leur petite sœur ce qu ils vivent ou font eux-mêmes. Lorsqu on leur demande s ils pensent qu il y a des messages à faire passer auprès des adolescents plus jeunes, certains ont des idées bien claires : «Moi franchement je dirais à mon frère : Amuse-toi, fais ta jeunesse, mais n abuse pas, c est tout!» «Peut-être pas leur interdire de faire des conneries mais qu ils fassent attention aux conséquences.» «Bien choisir ses amis, ne pas faire quelque chose si on n en a pas envie, faire ce que nous on a envie de faire, faut bien réfléchir avant de faire quelque chose.» «Pas faire comme tout le monde.» «Chacun doit faire ses propres choix.» «Moi je trouve que ce qu il faudrait montrer aussi c est qu ils ont le droit de ne pas être d accord avec certaines choses et que c est pas parce qu on fait comme tout le monde qu on est spécialement mieux. Non, justement.» «Il faut faire ses propres expériences aussi.» 4.5. Quelques pistes de réflexions En matière de prévention, il n existe pas de solution miracle. Ce que nous souhaitons partager au travers de ce point 5, ce sont des réflexions qui pourraient être utiles à tout qui souhaite développer un projet de prévention ou, tout simplement, être acteur de prévention. Au contact des jeunes (dans le cadre de ce projet mais aussi par notre travail de terrain en tant qu AMO), nous estimons que la prévention de la surconsommation d alcool par les jeunes ne peut être séparée de la prévention de ce qui précarise ou détériore les liens et les solidarités sociales : le La surconsommation d alcool en situation festive : quelle prévention et pour quoi faire? p15

16 La surconsommation d alcool en situation festive : quelle prévention et pour quoi faire? chômage, le désœuvrement, la pauvreté, le racisme, la violence, Comme le souligne Alain Morel, la prévention de manifestation de mal être des jeunes se fourvoie lorsqu elle se focalise sur les adolescents et leurs comportements dits «à risque», car elle alourdit cette période de la vie d enjeux excessifs et ne prend pas en compte la réalité de leurs difficultés ni ce que traduisent ces attitudes de détresse mais aussi de désir de vivre et de créativité. Pour avoir quelques chances d être reçue positivement, l éducation à visée préventive doit donc partir des conditions d existence et des préoccupations de ceux dont elle cherche l adhésion. 12 Pouvons-nous affirmer que nous connaissons les conditions d existence et, a fortiori, les préoccupations des jeunes que nous côtoyons? L identification de ces éléments pourrait sans doute être la première étape de notre action auprès des jeunes. Line Beauchesne, professeur de criminologie de l Université d Ottawa, nous propose elle aussi des pistes 13. Elle a mené pendant plusieurs années des recherches sur l efficacité des programmes de prévention en matière de psychotropes chez les jeunes en milieu scolaire et a dégagé un certain nombre d indices à ce sujet. Nous les reprenons ici car nous estimons qu ils sont tout aussi pertinents pour le phénomène de surconsommation d alcool par les jeunes en situation festive. 1. Le premier indice est la nécessité d une stratégie multiple d interventions qui répondent à la multiplicité des motifs de consommation. En effet, les jeunes ne consomment pas les produits psychotropes uniquement parce que ces produis sont disponibles, d où la faiblesse des programmes axés uniquement sur la nécessité d abstinence ou de savoir dire non ; ni parce qu ils sont mal informés, d où la faiblesse des programmes axés uniquement sur la présentation de produits particuliers et de leur potentiel de toxicité ; ni encore parce qu ils ont des problèmes, d où la faiblesse des programmes axés uniquement sur la perception des jeunes consommateurs comme des jeunes à problème. Tout comme pour la consommation des psychotropes, nous estimons que la consommation d alcool relève des interactions entre la personne, le produit et l environnement et que ce rapport s inscrit dans des modèles socioculturels. Il importe donc, dans l élaboration d un projet de prévention pour les jeunes, de présenter les modèles socioculturels de consommation et de discuter de l ensemble des motivations à consommer. 2. Le deuxième indice est que la démarche en matière de consommations de psychotropes doit s inscrire dans un discours global de promotion de la santé englobant entre autres le développement d habiletés qui augmentent l estime de soi et le goût de vivre, et non pas être isolée dans une problématique à part. Cette conception permet d intégrer cette approche très tôt dans la vie des jeunes et non après qu ils aient déjà acquis des habitudes de consommations. Cela permet également de s inscrire dans une démarche de dialogue avec les jeunes sur ce qui les aide à vivre, sur leur estime de soi et sur leur qualité de vie. 3. Le troisième indice est que ce sont les adultes qui entourent les jeunes qui sont les messagers les plus crédibles de cette prévention. Il importe donc de sensibiliser ces adultes, interlocuteurs habituels des jeunes, à l importance de ce rôle et de leur donner les moyens de l assumer. 12. Alain Morel, Prévenir les toxicomanies, éd. Dunod, Paris, Citée par Henri Patrick Ceusters, Jeunes et alcool : quand la prévention s emmêle, in Les Cahiers de Prospective Jeunesse, n 32. p16 La surconsommation d alcool en situation festive : quelle prévention et pour quoi faire?

17 5. Le rôle et la place des adultes ou comment se positionner en tant qu acteur de prévention? 5.1. Quand la cohérence est une nécessité Si différentes études s accordent pour observer que le premier contact du jeune avec l alcool s effectue généralement en famille, force est de constater que la relation jeune-alcool va faire l objet de multiples attentions de la part des adultes (qu il s agisse du législateur, des familles, du secteur socio-éducatif, du secteur répressif ou des lobbys alcooliers). Les intérêts des uns ne concordant pas nécessairement avec les intérêts des autres, des questions fondamentales se posent : Comment le jeune va-il se retrouver dans des messages antagonistes? Comment assurer une cohérence minimale des adultes face aux stratégies multiples en présence? Quelle place pour le dialogue concernant la consommation d alcool au sein de la famille? Faut-il être non-consommateur pour se reconnaître le droit d aborder la question avec les jeunes? Quelle crédibilité le monde des adultes peut-il encore espérer avoir aux yeux des jeunes? On comprendra par conséquent que faire peser la prévention sur les seules épaules des jeunes serait voué à l échec au vu, notamment, de la diversité des intérêts en présence. On peut dès lors affirmer que tout adulte qui se veut acteur de prévention doit envisager le phénomène dans la globalité et la complexité des modèles socio-culturels de notre société, traversés par des logiques commerciales et sécuritaires. La question de la cohérence se pose tant en terme de cohérence des différents milieux qu en terme de cohérence personnelle, entre ce que l on dit et ce que l on fait. Car parler de l alcool, c est, pour la plupart d entre nous, penser à notre propre rapport à l alcool. C est alors à chaque adulte de se poser la question de savoir s il est à l aise avec le sujet et si, en étant lui-même consommateur d alcool, il se reconnaît le droit de délivrer des messages préventifs aux jeunes. «Se poser en modèle cohérent ne veut pas dire que l on soit dépourvu de contradictions. Les jeunes n attendent d ailleurs pas tellement des adultes qu ils en soient dépourvus mais bien qu ils les acceptent. Une fois clarifiées et reconnues, elles peuvent laisser place à un discours authentique que le jeune peut entendre.» '' Paroles d ados, paroles d acteurs de terrain au sujet du tabac. Une base de réflexion et de débat autour des usages, de la consommation et de la dépendance '', document rédigé par Bérengère Janssen et Cécile Plas (FARES) avec la collaboration d Alain Cherbonnier (Question Santé) La prévention, une affaire de spécialistes? Si l on considère la prévention comme un processus d éducation à long terme au travers du quotidien, commençant bien avant les premières consommations, il apparaît que chaque personne en contact avec le jeune va pouvoir développer des attitudes préventives, quelle que soit sa situation par rapport au jeune : parent, éducateur, enseignant, animateur, commerçant, Chacun peut, de sa place et à sa place, contribuer à l éducation et à la prévention en écoutant les jeunes, en étant un point de repère pour eux, en les conseillant, en les informant, etc. Le rôle et la place des adultes ou comment se positionner en tant qu acteur de prévention? p17

18 Le rôle et la place des adultes ou comment se positionner en tant qu acteur de prévention? Voici quelques pistes permettant à chacun d explorer 15 la question du sens les limites, le balisage la bienveillance et la confiance la coopération La question du sens «On est jeune, c est pas à trente ans qu on va pouvoir sortir.» En effet, certains jeunes n ont pas envie de grandir car ils perçoivent le monde adulte comme ennuyant. Les jeunes s interrogent sur le sens de leur vie, de celle des adultes Comment témoigner de ce qui fait sens pour nous dans le quotidien, dans nos métiers, nos familles? Osons-nous leur parler de nos rêves, de nos aspirations, de ce en quoi nous croyons? La tendance au jeunisme ambiant fait parfois de nous des adultes désincarnés hésitant à témoigner de leurs valeurs au risque de paraître ringards. Alors quelles perspectives, quels combats qui donneraient un sens à leur vie les nouvelles générations peuvent-elles s approprier? Les limites, le balisage Nous l avons vu précédemment, les jeunes attendent de nous des limites, que ce soit pour s y conformer ou pour les transgresser. Ils en ont besoin pour se construire et sortir de l anomie. Les limites, les repères font partie intégrante d un système d éducation cohérent et respectueux de l enfant. Néanmoins, pour diverses raisons, nous n avons pas toujours envie ou n osons pas nous opposer à lui. Or non seulement l enfant, le jeune a besoin de limites, d interdits, mais en outre la position que nous adoptons et lui communiquons peut avoir un impact réel sur son comportement. Ainsi par exemple, il a été démontré que la désapprobation des parents permettait de reculer l âge de la première consommation d alcool chez les jeunes, ce qui est loin d être négligeable lorsqu on sait que la plupart du temps la première consommation d alcool a lieu dans la famille et que plus le comportement est installé tôt, moins il sera facile de s en défaire. Nous pouvons par ailleurs éduquer nos enfants à la consommation au sens large et démonter avec eux les mécanismes qui les entraînent vers le tout tout de suite et les mirages de l oubli. Bien sûr, si l on veut être cohérent, cela nécessitera que les adultes que nous sommes nous interrogions sur nos propres consommations. La bienveillance et la confiance A la question : Y a - t-il des choses que vous auriez voulu qu on vous dise avant que vous ne commenciez à sortir?, un jeune a répondu : Je te fais confiance. Loin de l angélisme ou de la diabolisation, osons la confiance 15. Trajets de l exclusion à l autonomie des jeunes : des pistes d action, document rédigé par le Centre Liégeois d Aide aux Jeunes, La Teignouse et Trempoline. p18 Le rôle et la place des adultes ou comment se positionner en tant qu acteur de prévention?

19 Elle se construit dès le plus jeune âge ; soyons convaincus que nos jeunes ont des capacités et peuvent résister si nous leur fournissons des outils. Construisons avec eux le cadre : sortir oui mais quand, à quelle fréquence, dans quelles conditions et avec quels critères, avec quelles sanctions en cas de non-respect des limites A quoi t engages-tu? La coopération Les rôles des adultes doivent s articuler et se compléter. La prévention dans une soirée n exclut pas une action répressive sur le chemin du retour. Eduquer nos enfants ne nous exempte pas d interpeller le législateur en matière de vente d alcool à des mineurs Et les professionnels alors? Comme l a mis en évidence Line Beauchesne, ce sont les adultes qui entourent les jeunes qui sont les messagers les plus crédibles de la prévention. Ils pourront également être des relais idéaux pour orienter les jeunes vers les professionnels et les services appropriés. Quant aux professionnels, ils ne possèdent malheureusement pas de baguette magique Selon nous, le rôle des intervenants spécialisés en prévention est d apporter aux différents adultes précités des outils en matière d information, de sensibilisation, d accompagnement et d écoute. Leur intervention n étant bien souvent que ponctuelle, nous la concevons davantage comme un soutien que comme la condition sine qua non de l action. Concrètement, les intervenants pourront aider à construire une démarche, rassemblant les uns et les autres autour de références et de méthodes. Il est alors fondamental que les professionnels établissent des partenariats avec les organismes qui gravitent autour des jeunes tels que les écoles, les CPMS, les PSE, les maisons de jeunes, les mouvements de jeunesse, les clubs sportifs, en vue de développer des projets de prévention. Les professionnels veilleront à garantir la cohérence entre les différentes approches mises en œuvre dans les projets développés, à aider les adultes à identifier les diverses logiques en présence et les enjeux éventuellement sous-jacents.

20 6. Esquisse d une démarche de promotion de la santé 6.1. La promotion de la santé en quelques mots «La promotion de la santé repose sur une conception globale, dynamique et positive de la santé et vise à augmenter chez l individu et la collectivité le pouvoir d agir sur leur santé.» 16 Elle articule différentes actions en faveur de la santé. Elle a pour objectif de l intégrer dans un processus dynamique caractérisé par trois facteurs : 17 la participation des personnes concernées par la problématique : on considère que les individus et/ou les groupes auxquels ils appartiennent peuvent acquérir peu à peu les compétences leur permettant d agir directement sur la santé pour l améliorer ; la responsabilisation : la personne, le groupe prennent conscience des impacts de leurs choix personnels et collectifs sur leur santé ou leur qualité de vie ; l approche globale : l environnement de chacun ou de chaque groupe est pris en compte (contexte social, professionnel, culturel, affectif) Plusieurs questions se posent Par qui doit passer la promotion de la santé? Vers qui doit-elle être dirigée? A quel moment? Comment et par quels moyens? Nous l avons dit, la promotion de la santé est caractérisée par la participation et la responsabilisation des personnes concernées. Cependant, en ce qui concerne la surconsommation d alcool par les jeunes en situation festive, vu l étendue du phénomène, les enjeux en présence et la nécessité de privilégier une approche globale, il nous paraît fondamental de motiver et de mobiliser l ensemble des acteurs concernés (intervenants du secteur socio-éducatif mais aussi parents, familles, animateurs de mouvements de jeunesses, animateurs sportifs, etc.) et de ne pas faire peser la prévention uniquement sur les épaules des jeunes. Ainsi, les actions développées pourront cibler différents publics et être réalisées par différents acteurs et grâce à différents moyens. Nous pensons qu il serait opportun de développer des dispositifs de promotion de la santé pour compléter une éducation à long terme favorisant l estime de soi, le renforcement personnel et mettant l accent sur l intérêt de prendre soin de soi. En effet, nous avons évoqué ci-dessus l importance pour les jeunes de se sentir dans le même état que leurs pairs. Par conséquent, il importe que les adultes se demandent comment aider les jeunes à trouver leur place au sein du groupe, à se sentir intégrés, sans devoir passer par la sur consommation d alcool. Comment les aider à être plus résistants et critiques vis-à-vis de la pression du groupe? 16. Henri Patrick Ceusters, Jeunes et alcool : quand la prévention s emmêle, in Les Cahiers de Prospective Jeunesse, n Vivre, apprendre, expérimenter la santé à l école. Des pistes de réflexion pour l action, document conçu et réalisé par le Centre de Ressources et de Documentation en Promotion Santé de l Institut Provincial d Hygiène Sociale de Namur. p20 Esquisse d une démarche de promotion de la santé

21 Certains parents nous disent : «Travailler le respect de soi-même C est quelque chose à travailler dès la petite enfance, mais comment?» «La prévention ce n est pas seulement sur les produits, c est aussi trouver sa personnalité, trouver d autres façons d exister.» On peut donc estimer que l on se situe déjà dans une démarche préventive lorsqu on aide les jeunes à développer une vision positive d eux-mêmes et de leurs comportements. Cela peut passer par un renforcement de leurs aptitudes, par la reconnaissance de leurs compétences, la valorisation de leurs comportements responsables, et par des activités dans lesquelles ils pourront puiser des émotions qui les feront grandir et leur permettront de se sentir vivants. Parallèlement à ce travail de renforcement personnel du jeune, les dispositifs de promotion de la santé pourraient s appuyer sur des moments clefs identifiés avec les différents acteurs (par exemple la fin des examens, la Saint-Nicolas, ). De tels projets ne sont possibles que si certains partenaires s impliquent, tels que : les organisateurs de soirées les parents les membres d équipes éducatives des établissements scolaires les CPMS et PSE le secteur socio-éducatif et sportif les commerçants et cafetiers les forces de l ordre les alcooliers et bien sûr les jeunes eux-mêmes Ainsi, il sera utile d amener les organisateurs de soirées à se poser des questions sur leur activité : l intérêt financier justifie-t-il d exposer les jeunes à certains risques? Pourquoi ne pas réfléchir avec eux à une charte éthique par laquelle ils s engageraient, par exemple, à fixer un âge minimum d entrée à la soirée, à limiter la nature et le choix des boissons alcoolisées, à diminuer le prix des boissons non-alcoolisées, à proposer de l eau gratuitement, Il faudra par ailleurs sensibiliser et impliquer les parents et les éducateurs. Savent-ils réellement ce que leur enfant vit en soirée? Osent-ils poser des limites, quitte à affronter le jeune qui aimerait pouvoir faire comme les autres? Quand permettre ou non les sorties, selon quels critères? Comment réagir face à la consommation d alcool? Faut-il l interdire? La négocier? Quel sens le jeune donne-t-il à la fête? Quels modèles a-t-il? Comment perçoit-il le monde adulte? (Beaucoup de jeunes voient les adultes comme des gens qui s ennuient et ne s amusent plus). Au niveau des distributeurs, des initiatives telles que Cafés Futés et Commerces Futés (projets développés dans les cafés et commerces consistant en la distribution d un label en échange du respect d une démarche éthique vis-à-vis des mineurs), peuvent progressivement amener des acteurs commerciaux à prendre conscience de leurs responsabilités. A plus long terme, l objectif est de provoquer des changements d attitudes et de pratiques de leur part. Au niveau des jeunes, si l on veut redonner un sens positif à la fête, des événements de grande ampleur peuvent se révéler très efficaces. Ainsi, l Aquafiesta est une manifestation organisée depuis trois ans à Aywaille, à la fin des examens du mois de juin. Cet événement a notamment pour objectif de proposer des alternatives à la consommation massive d alcool lors de la fin des examens en offrant aux jeunes diverses activités et animations (death-ride, concerts, stands d information et de prévention,...). Puisque, comme nous l avons relevé antérieurement, la non-consommation d alcool dans le cadre de la fête peut parfois être considérée comme une déviance, ou pour le moins, conduire à une marginalisation, il nous semble urgent d inverser la tendance. Nous sommes convaincus que c est Esquisse d une démarche de promotion de la santé p21

22 Esquisse d une démarche de promotion de la santé aux adultes d amorcer ce mouvement, de travailler à normaliser une consommation raisonnable et responsable d alcool en situation festive. «Proposer des boissons délicieuses, sans alcool, à petit prix. C est pas logique de boire une eau ou un coca (souvent chaud et plat) pour le même prix qu une bière. Si on veut un truc bien frais, il faut prendre une bière.» Cette réflexion d un parent nous a permis, dans le cadre du projet Ce soir on sort, chacun sa fête - projet présenté dans l avant-propos - de proposer à une école partenaire d élargir l offre de boissons non alcoolisées lors du bal des rhétos. L idée a séduit la cellule-relais ainsi que les élèves de rhéto ; un bar soft attractif (une fraise géante avec granitas et jus de fruits originaux) a été installé. Le prix de ces boissons ainsi que de l eau était diminué de 0,50 euro par rapport aux boissons alcoolisées. Nous avons pu constater que ce type d initiative rencontre les attentes des équipes éducatives et est positivement accueilli par les jeunes. Ces différents projets nous confortent dans l idée que la promotion de la santé se conçoit non comme un processus réactif à une problématique, mais comme un système éducatif de promotion, de valorisation de comportements sains développés par une majorité de jeunes. Nous parions sur le fait que ces comportements feront pression sur des minorités et non l inverse. Nous sommes conscients que les moyens attribués à la prévention sont dérisoires par rapport à ceux que l industrie de l alcool consacre à la publicité. Ce constat pourrait engendrer un sentiment de découragement bien légitime et pourtant nous ne sommes pas totalement démunis. Réaliser avec les jeunes des campagnes d affichage pour promouvoir la consommation raisonnable et responsable d alcool peut faire partie des moyens dont nous disposons pour détourner au profit de la prévention la force de séduction/conviction qui se dégage des stratégies des producteurs de boissons alcoolisées. Pour aider les jeunes à résister aux pressions dont ils font quotidiennement l objet, nous pouvons aussi utiliser l éducation aux médias c est-à-dire par exemple : analyser des messages publicitaires, quel que soit le média utilisé (Quelle est sa fréquence? Quels sont les arguments utilisés? Quel est le message sous-jacent? A quoi est-on sensible dans cette publicité? Pourquoi?) ; aiguiser le sens critique du jeune par rapport aux normes que les publicités pour l alcool tentent d imposer (exemple : une publicité peut laisser entendre que la virilité dépend de la consommation d une boisson) ; identifier les stratégies utilisées pour endormir leur vigilance et leur faire prendre conscience que les publicitaires jouent sur leurs besoins, leurs manques, pour susciter une réaction d achat ; en résumé qu ils les prennent pour des pigeons ; Ces démarches doivent cependant pouvoir s appuyer sur des relais médiatiques et politiques, à l inverse de ceux qui stigmatisent les comportements déviants, les problèmes des jeunes en cours actuellement. p22 Esquisse d une démarche de promotion de la santé

23 «Si l on habite une maison au bord de l océan, plutôt que de bâtir un mur autour de cet océan, ne vaut-il pas mieux apprendre à ses enfants à nager?» Henri Patrick Ceusters Esquisse d une démarche de promotion de la santé p23

24 La Teignouse AMO 17c Clos Nolupré 4170 COMBLAIN-AU-PONT Tél. : 04/ Fax : 04/

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

Nous avons besoin de passeurs

Nous avons besoin de passeurs 1 Nous avons besoin de passeurs «Lier pratiques culturelles et artistiques, formation tout au long de la vie et citoyenneté» François Vercoutère Du point de vue où je parle, militant d éducation populaire

Plus en détail

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance) partenaire de Créateurs d avenirs PREPAVOGT Yaoundé, le 28 mars 2015 B.P. : 765 Yaoundé Tél. : 22 01 63 72 / 96 16 46 86 E-mail. : prepavogt@yahoo.fr www.prepavogt.org PREPAVOGT-ESSCA (Management - Finance)

Plus en détail

POUR UN SORTIE D. Parents, vous avez un rôle à jouer!

POUR UN SORTIE D. Parents, vous avez un rôle à jouer! E POUR UN E SORTIE D E L B A I L B INOU Parents, vous avez un rôle à jouer! LE DES FINISSANTS DE VOTRE ADO ARRIVE ENFIN. C EST UN ÉVÉNEMENT UNIQUE POUR SOULIGNER LA FIN DE SON SECONDAIRE ET TOUS LES EFFORTS

Plus en détail

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49

Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Est-ce que les parents ont toujours raison? Épisode 49 Fiche pédagogique Le thème du 49 e épisode dirige l attention sur une question fondamentale lorsqu il s agit de développer la pensée des enfants,

Plus en détail

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège

Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège Texte 9 Analyse des causes de la non-persistance Études portant sur la non-persistance dans trois programmes du Collège LASNIER, Monique. Plan institutionnel d'aide à la réussite et à la persistance.collège

Plus en détail

Programme de prévention de la prise de risque sur la route des jeunes lycéens chalonnais. Programme inter-établissement.

Programme de prévention de la prise de risque sur la route des jeunes lycéens chalonnais. Programme inter-établissement. Programme de prévention de la prise de risque sur la route des jeunes lycéens chalonnais Programme inter-établissement Evaluation Sommaire 1 - Résultats de l enquête par questionnaire : début de programme...

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Stratégie de gestion du stress :

Stratégie de gestion du stress : Le stress est une fonction normale de l être humain qui fait face à un danger. C est une réaction d alerte contre une menace psychologique. Une perturbation des habitudes, de l équilibre force l individu

Plus en détail

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter

Comment être heureux en Amour. Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter Comment être heureux en Amour Découvrez l ERREUR N 1 que nous commettons toutes dans nos vies amoureuses et comment l éviter A propos de l auteure Régine Coicou est coach en rencontre et relation amoureuse.

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL. Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À. Thérèse Besner DU COURS DDM4600. Stage de préinsertion professionnelle UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À MONTRÉAL Bilan de stage du DDM4600 TRAVAIL PRÉSENTÉ À Thérèse Besner DU COURS DDM4600 Stage de préinsertion professionnelle PAR MÉLODIE CHAMPAGNE 17 Avril 2015 C est en terminant

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Programme d optimisation. L image de votre entreprise

Programme d optimisation. L image de votre entreprise Programme d optimisation L image de votre entreprise SOMMAIRE L image joue un rôle pondérable dans les pratiques commerciales et est dédiée exclusivement à assurer une représentativité corporative de l

Plus en détail

Plate-forme pédagogique

Plate-forme pédagogique Plate-forme pédagogique Le programme éducatif «Accueillir la petite enfance» En tant que CPE, nous appliquons le programme éducatif du ministère «Accueillir la petite enfance». Ce programme a pour but

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS...9 PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 Comment accroître la motivation de mon enfant à l école?...15 Comment favoriser l autonomie et le sens des responsabilités chez mon enfant?...29

Plus en détail

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes :

CONCLUSIONS. Par rapport aux résultats obtenus, on peut conclure les idées suivantes : CONCLUSIONS L application de la PNL à l entreprise est confrontée aux besoins des leaders d équipe, tels que: la gestion de son propre développement, du stress, la résolution des problèmes tels que les

Plus en détail

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire?

Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café. Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Congrès ACFAS 7 mai 2013 Résumé des discussions du World Café Thème 1 : Comment intégrer le développement durable dans un cours postsecondaire? Cette question s inscrit dans le contexte où plusieurs acteurs

Plus en détail

SEMAINES PREVENTI ANTE ECURITE

SEMAINES PREVENTI ANTE ECURITE SEMAINES PREVENTI N ANTE ECURITE Du 3 au 23 décembre 2012 2 Semaines Prévention Santé & Sécurité 2012 TABLEAU DES INTERVENTIONS SUR LES SEMAINES A 6 / B 6 / C 4 Du 03 au 23 décembre 2012 DISPOSITIF INTITULE

Plus en détail

La démocratie participative dans une association d'éducation permanente

La démocratie participative dans une association d'éducation permanente La démocratie participative dans une association d'éducation permanente L'expérience de l'equipe centrale au Cefoc Analyse 3 mai 2015 Centre de Formation Cardijn asbl Rue Saint-Nicolas, 84 5000 NAMUR (Belgique)

Plus en détail

Service d Aide à la jeunesse en Milieu Ouvert

Service d Aide à la jeunesse en Milieu Ouvert Service d Aide à la jeunesse en Milieu Ouvert Demand Aide individuelle Action communautaire Demande Constats Non-mandat Actions et réflexions Secret professionnel Améliorer l environnement social Gratuit

Plus en détail

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE

MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE MODELE D UN RAPPORT DE STAGE DE BAC PRO ELECTROTECHNIQUE [Prénom Nom] Rapport sur le stage effectué du [date] au [date] Dans la Société : [NOM DE LA SOCIETE : Logo de la société] à [Ville] [Intitulé du

Plus en détail

Centre International de Développement et de Recherche

Centre International de Développement et de Recherche Centre International de Développement et de Recherche Principes de management collectif Publication UNGANA 1304 CIDR Tous droits de reproduction réservés SE Séquence 1: Les stades de développement d'une

Plus en détail

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils. COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche C Profils COMPÉTENCE de COMMUNICATION APERÇU La compétence de communication englobe l ensemble des aptitudes

Plus en détail

Enquête sur les habitudes de consommation d alcool des étudiants et leurs rapports aux actions de prévention

Enquête sur les habitudes de consommation d alcool des étudiants et leurs rapports aux actions de prévention Enquête sur les habitudes de consommation d alcool des étudiants et leurs rapports aux actions de prévention Etude réalisée par la FAGE entre mars et mai 2014 auprès de 3086 étudiants 1 Eléments de contexte

Plus en détail

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du

Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du Vous êtes coach, thérapeute, professionnel de la relation d aide, du bien-être ou du développement personnel, vous avez lancé votre activité il y a quelques semaines ou quelques mois et vous aimeriez la

Plus en détail

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes

Mobilisation des ressources 45. Définition et composantes vec l ouverture du Maroc sur l environnement international et sur les mécanismes et les enjeux planétaires du développement et de la coopération socioéconomique, ainsi qu avec le développement du mouvement

Plus en détail

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS

MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS Frédéric Crépin MANAGER POUR LA PREMIÈRE FOIS, 2004. ISBN : 2-7081-3140-0 5 Chapitre 1 idées reçues sur les managers et le management au quotidien Idée reçue n 1 : managers et salariés doivent avoir les

Plus en détail

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action?

La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? La démarche de projet en éducation et promotion de la santé : Comment passer d une idée à sa mise en action? Sources : Méthodologie de projet / fiches pratiques / comment passer d une idée à sa mise en

Plus en détail

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e). Grille d évaluation Identification de l employé(e) Nom : Prénom : Fonction : Date de l évaluation Objectifs de l évaluation 1. Identifier et reconnaître le potentiel et les compétences de chaque employé(e).

Plus en détail

Plateforme éducative Service de garde Sainte-Claire

Plateforme éducative Service de garde Sainte-Claire Plateforme éducative Service de garde Sainte-Claire Château d Émylie Introduction Le service de garde Sainte-Claire a ouvert ses portes au milieu des années 80, et à ses débuts, une trentaine d enfants

Plus en détail

USAGES ET PRATIQUES DES JEUNES TARNAIS EN MATIERE DE RECHERCHE ET D INFORMATION

USAGES ET PRATIQUES DES JEUNES TARNAIS EN MATIERE DE RECHERCHE ET D INFORMATION USAGES ET PRATIQUES DES JEUNES TARNAIS EN MATIERE DE RECHERCHE ET D INFORMATION Etude 2013 Usages et pratiques des jeunes tarnais en matière de recherche d information Contexte général : La Fédération

Plus en détail

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012

Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations publiques. 21 novembre 2012 L AVENIR DE LA PROFESSION D ÉDUCATRICE ET D ÉDUCATEUR EN ESE, UN STATUT À VALORISER, À PROTÉGER ON S EN OCCUPE Martine St-Onge, directrice générale Bianca Nugent, agente en communications et en relations

Plus en détail

Comment motiver les apprenants : Innovation et créativité en cours de langues

Comment motiver les apprenants : Innovation et créativité en cours de langues REAL2 143504-LLP-1-2008-1-FR-KA2-KA2NW 2010/06/06 Comment motiver les apprenants : Innovation et créativité en cours de langues Motiver à apprendre et apprendre à motiver Cracovie, Pologne, 18 21 septembre

Plus en détail

Les actifs et la retraite. 17 septembre 2010

Les actifs et la retraite. 17 septembre 2010 Les actifs et la retraite 17 septembre 2010 Sommaire 1 - La méthodologie 3 2 - Les résultats de l'étude 5 A - Le niveau de préoccupation à l égard de la retraite 6 B - L évaluation des ressources et des

Plus en détail

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la

Somme toute, les principaux thèmes privilégiés par mes interventions furent: La sexualité en général (élargissement de la 1 Mon stage en résumé Je dois avouer avoir de la difficulté à faire un bilan qui va au-delà du déjà dit dans mes rapports antérieurs, parce que j ai l impression d y avoir presque tout écrit. Par contre,

Plus en détail

INFORMATIONS AUX PARENTS SUR LA TOXICOMANIE

INFORMATIONS AUX PARENTS SUR LA TOXICOMANIE INFORMATIONS AUX PARENTS SUR LA TOXICOMANIE Définition de la toxicomanie : Habitude de consommer un ou plusieurs produits psychoactifs, susceptibles d'entraîner une dépendance psychique et parfois physique.

Plus en détail

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE

ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Déchets : outils et exemples pour agir Fiche méthode n 1 www.optigede.ademe.fr ADAPTER LA METHODE AUX OBJECTIFS DE L ENQUETE Origine et objectif de la fiche : Les retours d expérience des collectivités

Plus en détail

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO

Motion de résultats Christine Panchaud, Coordinatrice de programme, Bureau International de l Education, UNESCO 3 ème séminaire international BIE - UNESCO Dialogue politique et stratégies de mise en œuvre du changement du curriculum de l éducation de base pour lutter contre la pauvreté. Ouagadougou 13-17 mars 2006

Plus en détail

Services d orientation pour adultes

Services d orientation pour adultes Services d orientation pour adultes Le c.o. pour adultes est le spécialiste de la relation entre l individu, le travail et la formation. Se réorienter Trouver un travail à sa mesure Faire le point sur

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

Le rôle d un tableau de bord

Le rôle d un tableau de bord CHAPITRE 1 Le rôle d un tableau de bord Introduction «Trop d informations tue l information.» Proverbe japonais Sur le plan théorique, un tableau de bord est un outil de reporting regroupant différents

Plus en détail

Les adolescentes et les adolescents face à l alcool. Conseils aux parents et aux adultes en charge d éducation

Les adolescentes et les adolescents face à l alcool. Conseils aux parents et aux adultes en charge d éducation Les adolescentes et les adolescents face à l alcool Conseils aux parents et aux adultes en charge d éducation L alcool... un problème? Pour la plupart des adolescent-e-s, l alcool n est pas un problème,

Plus en détail

Campus et hygiène de vie

Campus et hygiène de vie SEMINAIRE DE SENSIBILISATION Compte-rendu d atelier Campus et hygiène de vie Publié le 15/06/2015 Page 2 6 Introduction Qu est-ce que l hygiène de vie? Comment faire un retour d expérience utile? Comment

Plus en détail

Plan Stratégique de Sécurité et de Prévention (PSSP)

Plan Stratégique de Sécurité et de Prévention (PSSP) Extrait du bulletin communal de juin 2010 Alcool, ce qu il faut savoir Guide réalisé par le Plan Stratégique de Sécurité et de Prévention (PSSP) Rue des Carmes, 26 6900 Marche-en-Famenne pssp@marche.be

Plus en détail

Comment discuter de la mort

Comment discuter de la mort Chapitre 3 Comment discuter de la mort 1. Le questionnement de l enfant 2. Jusqu où aller dans la discussion? 3. La transmission par les parents de leur savoir et de leur expérience 4. Les questions majeures

Plus en détail

LA CIBLE Ce que nous savons des 9-13 ans

LA CIBLE Ce que nous savons des 9-13 ans FAIREBOUGERLES9-13.org 1 LA CIBLE Ce que nous savons des 9-13 ans TABLE DES MATIÈRES 3 4 5 DONNÉES SOCIO- DÉMOGRAPHIQUES HABITUDES MÉDIATIQUES ET DE CONSOMMATION EN MATIÈRE DE MODE DE VIE PHYSIQUEMENT

Plus en détail

«Attraction le manga» d une campagne de communication à un outil d intervention

«Attraction le manga» d une campagne de communication à un outil d intervention «Attraction le manga» d une campagne de communication à un outil d intervention Journées de la prévention 5 juin 2013 Julie-Mattéa Fourès Inpes julie-mattea.foures@inpes.sante.fr La prévention du tabagisme

Plus en détail

22 octobre 2009 Climat social dans les entreprises françaises en 2009. Résultats de l enquête de l Observatoire Cegos

22 octobre 2009 Climat social dans les entreprises françaises en 2009. Résultats de l enquête de l Observatoire Cegos 22 octobre 2009 Climat social dans les entreprises françaises en 2009 Résultats de l enquête de l Observatoire Cegos Méthodologie 2 Enquête menée entre le 7 et le 18 septembre 2009 auprès : D un échantillon

Plus en détail

Campagne de communication Pas de relations sexuelles sans consentement

Campagne de communication Pas de relations sexuelles sans consentement Dossier de presse Campagne de communication Pas de relations sexuelles sans consentement 7 janvier 2015 Communiqué de presse Campagne de communication «Pas de relations sexuelles sans consentement» «Pas

Plus en détail

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France

Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Dossier de lecture Fiche de lecture d un site web dédié à la communication sociale : Fédération des Centres Sociaux et socioculturels de France Auteurs : Christelle FOURASTIE Marion GUILLOIS Cours ICL

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010

ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 ENQUETE DE SATISFACTION MENEE AUPRES DES UTILISATEURS DES OUTILS DE LA CAMPAGNE «NE PERDS PAS LA MUSIQUE. PROTEGE TES OREILLES» RAPPORT D EVALUATION MARS 2010 Réalisé par le Service Prévention Santé de

Plus en détail

Le guide s articule autour de quatre thèmes, qui sont incontournables pour bien documenter une situation d aliénation parentale ou de risque:

Le guide s articule autour de quatre thèmes, qui sont incontournables pour bien documenter une situation d aliénation parentale ou de risque: GUIDE D ENTREVUE TROUSSE DE SOUTIEN À L ÉVALUATION DU RISQUE D ALIÉNATION PARENTALE Véronique Lachance Marie-Hélène Gagné Ce guide d entrevue a été conçu pour vous aider à documenter les situations familiales

Plus en détail

PV réunion du 05-08-2015

PV réunion du 05-08-2015 PV réunion du 05-08-2015 Accueil de nouvelles personnes : tour de table et petit rappel de ce qu est TTAC. Suggestion aux nouveaux de consulter le site internet afin d avoir des infos plus complètes. Mise

Plus en détail

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET

PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET PROJET EDUCATIF 1/ INTRODUCTION AU PROJET EDUCATIF : BUT, PUBLIC VISE ET DUREE DU PROJET 2/LES INTENTIONS EDUCATIVES 3/ LES VALEURS PRINCIPALES 4/ LES ACTEURS EDUCATIFS, LEUR CHAMPS D INTERVENTION ET LES

Plus en détail

Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche

Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE. ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE ÉBAUCHE ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche ébauche Profils COMPÉTENCE D IDENTITÉ PERSONNELLE ET CULTURELLE POSITIVE APERÇU Pour avoir

Plus en détail

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Partir un an à l étranger

ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE. Niveau B2. Partir un an à l étranger ACTIVITÉ DE PRODUCTION ORALE Niveau B2 Partir un an à l étranger Le dossier comprend : - une fiche apprenant - une fiche enseignant - le document support Auteurs-concepteurs : Stéphanie Bara, Isabelle

Plus en détail

Aimer Elle avait laissé sa phrase en suspens. Je rouvris les yeux, pour voir qu elle me regardait. Elle m observait. Elle allait dire quelque chose, et guettait ma réaction. Je n avais aucune idée de ce

Plus en détail

Un apprentissage de la Communication NonViolente

Un apprentissage de la Communication NonViolente Un apprentissage de la Communication NonViolente De quoi s agit-il? Un outil soutenant une démarche pédagogique pour : développer un savoir-faire en communication au service d un savoir-être en relation

Plus en détail

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU

Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU Je veux être... CONSEILLÉ, ACCOMPAGNÉ, PROTÉGÉ, ENTENDU, RECONNU MOI INFIRMIER Je veux être conseillé dans l exercice de mon métier Notre métier est en constante évolution. En cela, il est passionnant

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE

Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE Le plus court chemin vers la Réussite... SOMMAIRE! EN ROUTE POUR L AVENTURE Partie 1/2 3 - Réussir à atteindre vos buts est un voyage que vous devez préparer à l avance.! 4 - Est-ce que vous pensez que

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

Pour une population plus active. L école, un milieu stimulant

Pour une population plus active. L école, un milieu stimulant Pour une population plus active L école, un milieu stimulant Quelle est la meilleure manière d amener les personnes sédentaires à faire régulièrement de l activité physique? Voilà la question sur laquelle

Plus en détail

Sous la coordination de : Chargée de recherche : Angèle César

Sous la coordination de : Chargée de recherche : Angèle César Évaluation de l instauration de l hébergement égalitaire dans le cadre d un divorce ou d une séparation Sous la coordination de : Marie-Thérèse Casman Chargée de recherche : Angèle César Introduction Contexte

Plus en détail

IREPS Pays de la Loire POLE SARTHE. 84-100 rue du miroir 72100 Le Mans. Tel 02 43 78 25 06 fax 02 43 78 21 46. Email: ireps72@irepspdl.

IREPS Pays de la Loire POLE SARTHE. 84-100 rue du miroir 72100 Le Mans. Tel 02 43 78 25 06 fax 02 43 78 21 46. Email: ireps72@irepspdl. Renforcer les compétences psychosociales des enfants et adolescents. Repères pour démarrer un projet Pour tous renseignements concernant le programme MAGALI SEGRETAIN msegretain@irepspdl.org Pour les inscriptions

Plus en détail

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec

Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Plateforme électorale Candidature à la présidence du Conseil national des cycles supérieurs Fédération étudiante universitaire du Québec Bruno Belzile Candidat au doctorat en génie mécanique, Polytechnique

Plus en détail

LA SÉDUCTION CHEZ LES ADOLESCENTS : POUVOIR, AGIR SEXUEL ET PROVOCATION

LA SÉDUCTION CHEZ LES ADOLESCENTS : POUVOIR, AGIR SEXUEL ET PROVOCATION LA SÉDUCTION CHEZ LES ADOLESCENTS : POUVOIR, AGIR SEXUEL ET PROVOCATION Lorsque nous pensons à la séduction et aux premières rencontres amoureuses des adolescents, nous souhaitons pour eux qu ils apprennent

Plus en détail

ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX?

ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX? ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX? Projet formulé à partir de ma pratique de terrain: Constats Public défavorisé Plus le niveau d instruction est bas plus plus le risque est grand de développer des troubles

Plus en détail

Qu entend-on par leadership?

Qu entend-on par leadership? Qu entend-on par leadership? Position d un leader Capacité à diriger L action de diriger Le leadership est une capacité reconnue à un membre d un groupe par les autres membres du groupe de pouvoir influencer

Plus en détail

Observatoire Ireb 2014 «Les Français et l alcool» : Alcool au travail : un quart des actifs consomme occasionnellement

Observatoire Ireb 2014 «Les Français et l alcool» : Alcool au travail : un quart des actifs consomme occasionnellement Institut de Recherches Scientifiques sur les Boissons Observatoire Ireb 2014 «Les Français et l alcool» : Alcool au travail : un quart des actifs consomme occasionnellement Paris, le 9 septembre 2014 L

Plus en détail

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques...

Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Le témoignage d'une famille ayant adopté un enfant à besoins spécifiques... Je suis Karine Nivelais je vis en couple, nous avons 40 et 45 ans, et 4 enfants qui ont 14, 12, 11 ans et 6 ans. Pour notre troisième

Plus en détail

ATELIER D INTELLIGENCE COLLECTIVE Forum du 7 Juin 2014 à LILLE. Par Tao Carpentier, Benjamin Degroote et Véronique Péterlé

ATELIER D INTELLIGENCE COLLECTIVE Forum du 7 Juin 2014 à LILLE. Par Tao Carpentier, Benjamin Degroote et Véronique Péterlé ATELIER D INTELLIGENCE COLLECTIVE Forum du 7 Juin 2014 à LILLE Par Tao Carpentier, Benjamin Degroote et Véronique Péterlé Atelier de 2 heures «Construire ensemble...» Intention de l atelier : faire émerger

Plus en détail

Sémiologie de l image fonctionnelle. Le phénomène de la retouche photographique. Travail présenté à. Monsieur Luc Saint-Hilaire.

Sémiologie de l image fonctionnelle. Le phénomène de la retouche photographique. Travail présenté à. Monsieur Luc Saint-Hilaire. Sémiologie de l image fonctionnelle Le phénomène de la retouche photographique Travail présenté à Monsieur Luc Saint-Hilaire Par Stéphanie Messervier Université Laval École des arts visuels Le 26 novembre

Plus en détail

Développement. l enfant

Développement. l enfant Développement de l enfant No : 1 Vinaigre ou miel : Dans ce livre, il plaide en faveur de méthodes actives et positives qui favorisent chez l enfant la confiance, l estime de soi et le sentiment de compétence.

Plus en détail

L'acquisition de la propreté

L'acquisition de la propreté L'acquisition de la propreté La maîtrise des sphincters ou apprentissage de la propreté chez l enfant C est une étape majeure du développement corporel et social des jeunes enfants. Cette acquisition au

Plus en détail

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils

Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Le bilan de compétences : Déroulement, durée et outils Pour vous donner une vision la plus complète possible de la démarche, le contenu qui vous est présenté ici a été élaboré pour correspondre à une personne

Plus en détail

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE

LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE réseau PLURIDIS LA CONTRACTUALISATION DANS LA RELATION DE COACHING 1. ANALYSER LA DEMANDE, UNE ACTION DE COACHING A PART ENTIERE Dans la relation de coaching, l étape de l analyse de la demande représente

Plus en détail

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire -

Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Sondage auprès des employés du réseau de la santé et des services sociaux du Québec - Rapport sommaire - Juin 2009 1 Objectifs Réalisée par CROP pour le compte de l Association québécoise d établissements

Plus en détail

Accompagner le changement

Accompagner le changement A faire suivre à : retour à : Accompagner Problématique Le changement, c est tous les jours! Il fait aujourd hui partie intégrante de l univers des entreprises et des salariés. Présenté le plus souvent

Plus en détail

I/ Présentation de notre association et de notre programme

I/ Présentation de notre association et de notre programme GUIDE ENSEIGNANTS INTERVENTION EN CLASSE D UN ENTREPRENEUR 1. Présentation de notre association et de notre programme 2. Le contenu de l intervention de l entrepreneur 3. La préparation de l intervention

Plus en détail

CONFERENCE DE MONSIEUR BAK (PSYCHOLOGUE GEMELLOLOGUE)

CONFERENCE DE MONSIEUR BAK (PSYCHOLOGUE GEMELLOLOGUE) CONFERENCE DE MONSIEUR BAK (PSYCHOLOGUE GEMELLOLOGUE) DONNEE A LYON LE 9 MAI 2004 A L OCCASION DE L AG DE LA FEDERATION L INFLUENCE DES JUMEAUX SUR LA FAMILLE ET LA FRATRIE PENDANT LA GROSSESSE Deux grands

Plus en détail

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein

France 2010 - DIVJEUSEIN10. Arguments. pour convaincre. TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein France 2010 - DIVJEUSEIN10 Arguments pour convaincre TOUTES LES BONNES RAISONS de participer au dépistage organisé du cancer du sein Arguments pour convaincre Le cancer du sein touche autour de 50 000

Plus en détail

Sensibilisation aux campagnes nationales (cancer du sein, VIH, diabète, maladies cardio vasculaires, nutrition santé..)

Sensibilisation aux campagnes nationales (cancer du sein, VIH, diabète, maladies cardio vasculaires, nutrition santé..) 1 Enjeu : Dans le contexte socio-économique et sanitaire du Département des Ardennes, les Centres Sociaux structures de proximité peuvent jouer un véritable rôle dans l amélioration de la santé des habitants,

Plus en détail

Kit du bénévole d accompagnement à la scolarité

Kit du bénévole d accompagnement à la scolarité Kit du bénévole d accompagnement à la scolarité réalisé pour la Maison du Combattant et des Associations du XIXème Avec le soutien de la Mairie du XIXème Par l Institut de Recherche et d Information sur

Plus en détail

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses

Dix questions difficiles posées en entrevue et dix excellentes réponses Cet outil a pour but de présenter dix questions d entrevue typiques et le type de réponse qui constitue une réponse concise et réfléchie. Ces questions sont parmi les plus difficiles posées en entrevue.

Plus en détail

Comment utiliser la vidéo en classe

Comment utiliser la vidéo en classe Comment utiliser la vidéo en classe Aujourd hui, les étudiants sont toujours «branchés» au web et aux médias sociaux, et c est afin de susciter leur intérêt que les enseignants ont recours à la technologie

Plus en détail

Les Seniors et la place de l automobile dans leurs déplacements : mieux connaître et anticiper leurs besoins en termes de mobilité

Les Seniors et la place de l automobile dans leurs déplacements : mieux connaître et anticiper leurs besoins en termes de mobilité Les Seniors et la place de l automobile dans leurs déplacements : mieux connaître et anticiper leurs besoins en termes de mobilité Etude réalisée par Sociovision Cofremca Pour La Prévention Routière et

Plus en détail

«La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif»

«La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif» «La participation des jeunes autour d un événement ponctuel, et dans le contexte associatif» Cap Berriat est une association loi 1901. A sa création, en 1964, c est un club Léo Lagrange qui propose des

Plus en détail

Pédagogie du projet?

Pédagogie du projet? Pédagogie du projet? Toute pédagogie qui place l intérêt des apprenants comme levier des conduites éducatives est appelée «pédagogie fonctionnelle». Ainsi, la pédagogie du projet peut rentrer dans cette

Plus en détail

Charte des ressources humaines

Charte des ressources humaines Charte des ressources humaines ANTICIPER Pour être acteurs stratégiques du changement ACCUEILLIR Savoir identifier, attirer, choisir et fidéliser les collaborateurs RECONNAÎTRE Apprécier les compétences

Plus en détail

Semaine de la persévérance scolaire: 10 au 14 février 2014

Semaine de la persévérance scolaire: 10 au 14 février 2014 Le grand-petit journal Semaine de la persévérance scolaire: 10 au 14 février 2014 Les Journées de la persévérance scolair e (JPS) rappellent l importance de la persévérance et de la réussite scolaire des

Plus en détail

Tous pour un... un pour tous!

Tous pour un... un pour tous! Tous pour un... un pour tous! Activités de développement de la solidarité Élèves du primaire GUIDE D ANIMATION À L INTENTION DES ENSEIGNANTS proposé par 5935, St-Georges, bureau 310 Lévis (Québec) G6V

Plus en détail

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?»

DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» DE LA COMMUNICATION A LA RELATION «CE QU ECOUTER VEUT DIRE?» UVA FOREZ Nathalie Monge Rodriguez 1 PLAN DE L INTERVENTION I. Communiquer :quelques rappels théoriques. II. De la communication à la relation.

Plus en détail

«Tous les autres le font» L influence, les fréquentations et les consommations.

«Tous les autres le font» L influence, les fréquentations et les consommations. LA LETTRE AUX PARENTS N o 2 Cher-s Parent-s, «Tous les autres le font» L influence, les fréquentations et les consommations. L adolescence est une période de changement de contexte scolaire ou de formation

Plus en détail

Un concept central aujourd hui : les compétences dans le monde du travail

Un concept central aujourd hui : les compétences dans le monde du travail Introduction Un concept central aujourd hui : les compétences dans le monde du travail En devenant une notion clé de la gestion des ressources humaines, le concept de compétence a progressivement élargi

Plus en détail

Le développement de la culture entrepreneuriale et l école. 28 juin 2006, L Ascension. Par Paul Inchauspé

Le développement de la culture entrepreneuriale et l école. 28 juin 2006, L Ascension. Par Paul Inchauspé Le développement de la culture entrepreneuriale et l école 28 juin 2006, L Ascension Par Paul Inchauspé Note - J ai assisté à la journée d information et de réflexion sur le développement de la culture

Plus en détail

JEUNES ET TABAC Etat de la situation

JEUNES ET TABAC Etat de la situation JEUNES ET TABAC Etat de la situation Etat des lieux au 01.06.2015 1- A quel âge les jeunes commencent-ils à fumer? Différents facteurs et raisons peuvent amener les jeunes à commencer à fumer. Si les jeunes

Plus en détail

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance

Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance CONEPT/RDC Droit à l Education Préscolaire et Financement Public de l Education de la Petite Enfance Rapport de l Enquête réalisée à Kinshasa Résumé des résultats et recommandations Avec l Appui de Juillet

Plus en détail