professeur grâce à son envie de «réussir par son esprit, et donc [de] faire des études» (DPC, 137) lui semble mériter d être raconté.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "professeur grâce à son envie de «réussir par son esprit, et donc [de] faire des études» (DPC, 137) lui semble mériter d être raconté."

Transcription

1 1 «Elle fait qu en dehors d elle tout paraît vanité, elle fait qu elle seule paraît la vérité. Oui, mais comment fait-elle? Je ne sais pas, il y a plus de cinquante ans que je ne le sais pas, ma mère est mon mystère, le seul dans le fond qui me tienne accroché comme à un hameçon, et loin derrière viennent les gènes, les virus, le génome humain, la composition du soleil, l expansion ou la contraction de l univers et l origine de tout le monstrueux bazar.» Pierrette Fleutiaux, Des phrases courtes, ma chérie INTRODUCTION C est la disparition de la mère et le désir d écrire sur elle qui ont poussé la romancière et nouvelliste Pierrette Fleutiaux à aborder un terrain qui lui était inconnu : celui de l autobiographie. «Je ne suis bien que dans la fiction, et la plus éloignée possible du témoignage. [...] Mais ma mère ne se laisse pas faire, je ne peux la faire entrer dans un roman.» (Des Phrases courtes, ma chérie, 14) Ce besoin s est donc traduit dans son oeuvre par la conception Des Phrases courtes, ma chérie où Pierrette Fleutiaux, pour la première fois, se parle, mais a travers sa mère, sa vieillesse et sa mort dont elle a été le témoin («je voyais et c était déchirant») (DPC, 14). Il s agit aussi pour elle d évoquer les rapports très forts qui unissent la mère et la fille, lien le plus naturel au monde s y présente comme extrêmement ambigu, compliqué et même mystérieux entre une femme sentant la mort rôder et une autre poursuivant le cours normal de sa vie, entre deux générations portant un regard différent sur monde. Du ce fait, ce type de récit se révèle à la fois difficile et séduisant. Le mystère que constitue la figure de la mère, et cela bien au-delà de sa mort, ne cesse de troubler Pierrette Fleutiaux. L idée d un récit autobiographique pour tenter de l éclairer la séduit. En effet, il pourrait lui permettre de trouver le mot de l énigme, du moins de l approcher, non seulement en questionnant le mystère de la mère, mais en interrogeant les relations mère-fille. L auteur se propose ainsi de se plonger dans le passé pour raconter l histoire d une femme «vive, curieuse» (DPC, 23) dont la vie a presque couvert le siècle. Le destin extraordinaire d une femme qui a parcouru le long chemin qui mène d une fille paysanne à «une femme de la ville» devenue

2 2 professeur grâce à son envie de «réussir par son esprit, et donc [de] faire des études» (DPC, 137) lui semble mériter d être raconté. Mais ce qui reste très important à ses yeux est de pouvoir, par l écriture autobiographique, ressusciter la mère qui vient de mourir, c est-à-dire de fixer son image qui s enfuit, grâce à la force du langage. Le récit est en même temps difficile parce que douloureux : l auteur va chercher à suivre les étapes du dépérissement des forces de sa mère jusqu à sa disparition. Elle y croisera nécessairement l image de sa propre mort, car la fille est déjà sur la voie du vieillissement, elle aussi. Elle ne peut pas ainsi dissocier l une a l autre : «Ma colère, c est que je pense à sa mort, à ma mort» (DPC, 51). Mais l inconfort psychologique de l entreprise a encore une cause : la nécessité, pour respecter le «genre» autobiographique, de raconter les choses les plus intimes, qu on a parfois peur de s avouer, de relater des événements dont les témoins (le frère, le fils et des amis) sont encore vivants, c est-à-dire en mesure de juger le récit, sa véracité en particulier. Mais dans le cas de Pierrette Fleutiaux, c est surtout le fait de s exhiber qui la gêne, notamment en songeant que sa mère l aurait désapprouvée. Celle-ci, héritière d une pudeur paysanne, refusait tout exhibitionnisme ayant «des ambitions universitaires» (DPC, 166) pour son enfant. Les artistes étaient a ses yeux des gens dont il faut se méfier car ils ne savent pas «garder la face», «ils montrent leur derrière». Or sa fille «écrit des romans» et donc a «fait du nu», a «montr[é] ce qui ne doit pas l être» (DPC, 184). L opposition entre la mère et la fille était déjà très forte du vivant de la mère : «Et cet exhibitionnisme de l écrivain... tout le contraire de la réserve du paysan ou du fonctionnaire, de ce «garder la face» [...]» (DPC, 167). Il y aura donc dans cette nouvelle entreprise une sorte d indécence à s exposer nue aux yeux de tous, et pire encore, à exposer ainsi sa mère qui ne voulait pas «d intrusion dans son champ», à dévoiler à des inconnus des secrets peut-être ignorés du cercle des proches. Malgré tout, à chacun de ses livres, la mère lui envoyait un chèque «pour t encourager, mon petit», comme on récompense un enfant pour ses bonnes notes en classe. Ainsi, l ancienne élève, douée pour les rédactions, à laquelle sa mère conseillait «des petites phrases courtes», a dû lutter pour assumer son métier d écrivain. Evidemment les deux femmes ne sont pas sorties indemnes de ce combat : «L écriture m a emmenée loin, m a séparée des miens, de ma mère. Je suis là devant elle, mais je l ai trahie [...]. Je suis sortie de ce qui était notre vie commune

3 3 pour aller là où personne ne pouvait me suivre, où je ne voulais personne, où nos chers souvenirs n étaient que matériaux pour mes constructions solitaires. Ma mère ne s est jamais résignée à cet abandon, elle n a cessé de lutter pour me ramener près d elle.» (DPC, 47) Écrire signifie donc pour Pierrette Fleutiaux se couper du monde, de ses parents, en faisant de leur vie devient un sujet d écriture. Elle en éprouve des remords. D où un certain malaise de l auteur à l égard de son écriture : «Je ne suis pas à l aise dans ce que j écris.» (DPC, 13); «Dans mon récit [...], je redoute de m égarer. Je voudrais trouver le sentier d écriture le plus simple, le plus direct, mais il s évanouit à tout instant, il est hanté de fantômes, de gouffres mouvants, de grands nuages qui l obscurcissent. Je ne sais comment m y prendre.» (DPC, 11). A force d accompagner sa mère dans la dernière phase de sa vie - du moment où celle-ci, ne pouvant plus rester seule après la mort de son mari, entre dans une maison de retraite, jusqu à sa disparition l auteur entre véritablement dans le monde des maisons de retraites, de la dépendance et de la décrépitude. Elle se retrouve quasiment privée de ses activités d écrivain : «La vieillesse d un seul être vous a avalé tout entier, chair, os et cerveau.» (DPC, 30). En effet, Pierrette Fleutiaux se retrouve exténuée, moralement et physiquement, par les visites régulières à sa mère durant sept ans. Elle se sent coupée de ce qui d ordinaire la concerne : «Par habitude, je continue à lire des articles sur la littérature. J ai du mal. [...] Ces livres qui font l actualité, [sont], de plus en plus rarement, les miens. C est du pareil au même, tout cela m est étranger, je suis hors du coup.» (DPC, 31); «Pendant que mes collègues écrivains de par le monde sondent des problèmes graves, participent à de savants colloques et travaillent à conquérir leurs lecteurs, voici ce qui m occupe : les magasins de vêtements pour personnes âgées dans une ville de province du Centre de la France. C est là toute ma science, mon étude, et l entonnoir où s engouffrent mes énergies.» (DPC, 81) Son besoin d autonomie, d «une chambre à soi», d «une cave et [du] plateau de nourriture déposé devant la porte» (DPC, 13), qui est «condition même et lieu de toute écriture» 1, «une cellule» réunissant «l identité et la créativité», n a pas été respecté. Il lui manque ce lieu qui est très important pour tout écrivain en ce que le «refuge, la cellule permet non seulement de se trouver, mais d écrire, de se 1 DIDIER, B. L Ecriture-femme, p. 233.

4 4 trouver par l écriture.» 2 La quête de ce «lieu désert» favorisant le processus créatif avait pourtant «occupé de nombreuses années», nécessite quantité d efforts d émancipation Par conséquent le travail d écriture devient pénible pour l auteur qui a d autant plus de mal à trouver des mots «justes» pour raconter ce qui s est passé pendant ces sept ans, pleins de lutte contre la mort imminente. «Comment écrire sur ma mère?», c est la question que Pierrette Fleutiaux ne cesse de se poser. Elle cherche en vain de l aide, des exemples littéraires pour dresser une histoire de deux femmes dont les relations semblent résister à se fixer sur le papier : «L écriture des autres, même de mes contemporains, même de ceux que je jalouse, m a toujours été d un grand secours. [...] Mais cette fois, pas de secours.» (DPC, 56-57). L écriture - «la mise en tension des mots» qui permet de «pénétrer des mondes qui, sans ces phrases ainsi exactement profilées resteraient inconnus» (DPC, 56)- qui était auparavant «l espace, gambarder, explorer» (DPC, 55) devient le puits où l auteur s enfonce peu à peu. Ainsi, le mystère d une vielle dame et celui de ses relations avec sa fille paraissent tout à fait incompréhensibles. Le mot de l énigme échappe tout le temps, se cache dans le labyrinthe des phrases : «L écriture n est pas solide. Chacun de ses vacillements me fait rouler [...], je ne sais pas m y prendre, je ne sais pas comment faire.» (DPC, 56); «Et je n ai pas de mélodie, que des mots qui me gênent, [...] et aucun n a d élan pour s élever, s enlacer à d autres et nous emporter, elle et moi, dans un grand chant, un vrai roman.» (DPC, 174) Ainsi, le personnage de la mère se montre «difficile» pour l auteur du point de vue de son introduction, de sa nouvelle vie dans le livre : «Il aurait fallu oublier que c était ma mère, que j étais sa fille, il aurait fallu me souvenir que j étais un écrivain, garder ce «quant-à-moi», ce «par-devers moi», ce lieu secret, intime et impersonnel à la fois, forteresse ouverte à tout vent où gîte l écrivain. Pas de forteresse qui tienne avec la mère, elle y était déjà de tout temps, avant que les murs n en soient même construits.» (DPC, 118) La mère «ne se laisse pas faire», impose ses règles du jeu, pèse littéralement sur l écriture de Pierrette Fleutiaux, empêche son développement, son existence libre. On assiste alors au dévoilement volontaire du travail d écriture de la part de la narratrice : il n est pas tenu caché. Il est porté à la surface du texte par l auteur qui 2 Ibid, p. 196.

5 5 partage avec le lecteur ses doutes et ses peurs, son «martyre de la création». Cela fait qu à travers les aventures des personnages surgissent celles de l écriture ellemême : sa naissance, ses modifications et ses achoppements. Il est possible que ce soient justement ces recherches et les tourments qu elles occasionnent qui constituent la particularité de l écriture de Pierrette Fleutiaux. Il ne s agit donc pas ici d un récit impassible. Les doutes manifeste l intensité et la profondeur des sentiments de l auteur, qui, en plongeant dans le passé, continue à être troublée par sa mère dont la vieillesse est source de son «étrange confusion» (DPC, 158). Grâce à «l acte d écrire, en particulier un texte autobiographique» 3, le travail d écriture devient véritablement un travail de reconstruction de l image de la mère : «L écriture devient [...] un moyen de reconstruire, de ressusciter le corps de la mère». La première partie de mon travail sera consacrée à la question du «je» dans le récit. Nous observerons la manifestation des relations mère-fille et la mention du père et du frère. Nous analyserons aussi le problème de la vérité du récit et des aspects essentiels de l écriture de Pierrette Fleutiaux. 3 DIDIER, B. L Ecriture-femme, p. 233.

6 6 1ère partie: LA QUESTION DU «JE» DANS LE RÉCIT ET LA MANIFESTATION DES PERSONNAGES PRINCIPAUX La question du «je» Comme nous l avons déjà souligné (p.3), Des phrases courtes, ma chérie est le premier livre autobiographique de Pierrette Fleutiaux. Il succède à une dizaine de romans. A vouloir insérer sa mère dans le livre, l auteur semble conduite à recommencer à zéro. On sait que l autobiographie est un «récit rétrospectif en prose qu une personne réelle fait de sa propre existence...» 4. L identité de l auteur qui est à la fois «le producteur d un discours» et la «personne réelle socialement responsable» 5 -, du narrateur et du personnage principal, conditionne l existence du pacte autobiographique. Dans le cas de Pierrette Fleutiaux, cette identité se marque d abord par l emploi de la première personne. Le narrateur intervient dès la première page du récit : «Il y a, dans le pays où je vis...», «J y suis venue régulièrement...» (DPC, 7), etc Outre cela, il est nécessaire qu il y ait «identité de nom entre l auteur (tel qu il figure par son nom sur la couverture), le narrateur du récit et le personnage 4 LEJEUNE, PH. Le Pacte autobiographique, p Ibid., p. 23.

7 7 dont on parle.» 6 L œuvre pose problème sur ce point car il n y a pas de nom cité dans le récit, les personnages n en ont pas. Ils ont tous été supprimés par l auteur : «J ai mis les noms. La ville, la résidence, et les personnes : le directeur, les vieilles dames, le médecin, les infirmières, la coiffeuse, mon frère [...] Puis j ai tout enlevé. [...] Seul reste «je», qui est moi. Moi, dont le nom est sur la couverture de mes autres livres. Mais dans ces livres-là, «je» n est pas moi. L est-il dans ce «livre» sur ma mère?» (DPC, 55). On voit même que Pierrette Fleutiaux ne cherche pas non plus à nommer ses œuvres antérieures, bien qu elle en ait l occasion. Ainsi, l auteur est amenée, par son projet autobiographique, à s interroger sur la «véracité» de son «je» dans le récit. Ce «je» commence une nouvelle vie dans un genre resté longtemps inexploré. On peut supposer que les interrogations de l auteur (sur son écriture, sur son «je») traduisent son malaise (une angoisse?) à l égard de l autobiographie qu elle considère comme un terrain non seulement inconnu, mais aussi dangereux vu la tension émotionnelle extrême qu il provoque chez elle. Du coup, ce nouveau «je» lui semble étrange à la différence du «je» de la fiction où tout lui semblait simple et claire, où le «je» du narrateur n était qu une instance fictive, une création : «Dans la fiction j ai une sorte d assurance aveugle, comme si le roman, déjà préexistant, je n avais qu à me donner la peine de le trouver. [...] Mon «je» à moi n est pas dans le coup.» (DPC, 14). Une question se pose : pourquoi cette absence de noms et la mise en cause du «je» de l auteur? On pourrait proposer plusieurs réponses. Evidemment, l absence de noms propres donne une sorte de généralité au récit en détachant les personnages (mère, fille, etc.) des personnes réelles. C est une façon de raconter des choses intimes en leur donnant une valeur universelle. L auteur parle de sa mère comme si elle souhaitait que le lecteur adoptât ses mots pour parler de la sienne. Tout le monde a des parents qui vieillissent inexorablement. L expérience de Pierrette Fleutiaux serait donc la même pour tous. Ainsi, on voit le souci de l auteur de dépasser son cas personnel pour lui donner une portée globale, faire œuvre pédagogique en quelque sorte. Il faut noter que les interrogations sur le «je» peuvent mettre en question l identité de l auteur, du narrateur et du personnage, ce qui, en principe, n exclut pas la possibilité de la fiction (bien que ce ne soit pas le cas de Fleutiaux). Mais c est en 6 Ibid., p. 24.

8 8 cela que le récit acquiert de l ambiguïté, de la complexité et de la profondeur («propres à la fiction» 7 ) tout en gardant son exactitude voulue par l autobiographie. Il est possible aussi que le «je», derrière lequel se cache l auteur, puisse être considéré par elle comme un masque du théâtre de la mort, «incarné» par l image de la maison de retraite. «On est comme poussé à l aveuglette sur un parcours obscur, obligé de jouer des rôles dans un pièce de théâtre gonflée d emphase, ridicule. Accalmies, rechutes, de jour en jour, mois après mois. Au fond de toute cette hystérie, une vérité : sa mort» (DPC, 26). La ville de province où pendant sept ans la narratrice se rend afin de redonner souffle à sa mère, de la tenir éveillée par la vie, de l aider à exister, est perçue par l auteur comme un décor de théâtre - «qui semble retenir son souffle comme moi je retiens le mien» (DPC, 75). Dans ce lieu les habitants «les acteurs de ce dernier acte de la vie de ma mère» - portent les masques monstrueux de la vieillesse qui transforment leurs visages et leurs corps jusqu'à les rendre méconnaissables : «sous les vieux visages, ridés, des petites filles [...] qui doivent se recréer selon ce mode nouveau, étrange probablement, déroutant» (DPC, 43). La fille a aussi ses rôles à tenir : «Souvent, à la résidence de retraite de ma mère, j ai l impression de porter un masque à même la peau.» (DPC, 147). Ces masques, elle en a plusieurs que sa mère lui a légués. Sa tâche est compliquée parce que la fille est obligée de changer de rôle assez souvent selon l humeur et l état de santé de sa mère. Ainsi, elle passe d une «garde suisse» (DPC, 144) à un «bon écuyer» (DPC, 112), d un «garde du corps» (DPC, 93) à un «monstre» (DPC, 82) ou bien à «la petite fille plantée [...] à côté de sa mère» (DPC, 96). La mère, elle aussi joue, en déployant tous ses efforts pour pouvoir continuer sa lutte contre la mort, pour rester encore en vie, pour «ne pas devenir une morte vivante» (DPC, 33). Elle continue à jouer même si ce rôle lui dévore ses dernières forces. Ce fait n échappe pas à l oeil attentif de sa fille et provoque en elle une sorte d admiration mêlée de compassion à l égard de sa mère: «regardez [...] comme elle joue bien son rôle, elle fait chaud au coeur, par elle tout va comme il se doit, la pièce est un succès, applaudissez-la...» (DPC, 120). 7 Ibid., p. 42.

9 9 Si on s écarte un peu des interrogations sur le «je» dans le récit et de sa comparaison possible avec un masque de théâtre, on voit que Pierrette Fleutiaux semble avoir le souci de dépasser une nouvelle fois le cas de la mère en abordant le problème de la vieillesse de manière plus générale. Elle pose des questions d ordre psychologique, voire social, notamment : quels sont les changements, non seulement extérieurs (ils sont évidents) mais aussi intérieurs que la vieillesse implique chez une personne et dans le comportement des gens qui l entourent? Et bien d autres encore : «Les infirmières doivent être confrontées à ce problème à chaque instant : où est le vieillard, où est la personne? Par lassitude, on oublie la personne, on ne voit plus que le vieillard...» (DPC, 83); «Le problème des vieux, c est qu ils font peur. Le problème des vieux, c est qu ils n ont plus de papa et de maman, pour les accepter tels qu ils sont, les prendre à coeur et au sérieux.» (DPC, 191). «Le vieillard doit s habituer à ce qu on lui parle de haut, ou avec trop de révérence, autre manière de l écarter. S il veut rester à égalité, il lui faut ruser.» (DPC, 161) Mais ce qu il importe de retenir, c est que l auteur n a pas d intention de donner des réponses ; au contraire, elle entreprend de faire réfléchir le lecteur sur ces problèmes qui concernent tout le monde. récit La manifestation des relations mère-fille : leur place dans l économie du C est l exploration des relations entre la mère et la fille qui occupe la place la plus importante dans le livre. On pourrait y voir l envie de l auteur de montrer et d étudier leur complexité en cherchant, peut-être, à aller jusqu à l essentiel des rapports mère-fille, pleins d une «séduction tortueuse» (DPC, 97). En effet, ces rapports sont représentés dans le récit comme très ambivalents. Il semble qu une fine limite sépare l amour et la colère, l oblation et les frustrations. Cela peut paraître naturel puisque les femmes sont en train de dessiner une nouvelle carte des échanges familiaux : une relation nouvelle, douloureuse pour toutes les deux, marquée par l attente de la mort, d un «coup de tonnerre» (DPC, 21) et par des efforts pour faire durer la vie. C est justement l ambivalence de cette relation qui complique les choses : «Quel étrange renversement, moi qui voulais qu elle s en

10 10 aille sans bruit, sans lutte, sans souffrir (c est-à-dire sans me déranger), et maintenant je bataille contre cet évanouissement, je m acharne pour ramener sa lutte sous les yeux des vivants...» (DPC, 174). Il s agit d une «relation différente au sein du couple parent-enfant, construite autour du rapport de corps à corps, de soin et d entraide» qui provoque forcément des «changements dans les modes de vie» 8 des deux femmes. C est une «phase de déstabilisation personnelle et familiale qui produit de la culpabilité, de la violence, de l impuissance, [...] il faut construire une nouvelle histoire fondée sur l anticipation des problèmes à venir (dégradation inexorable de la santé, puis la mort)» 9. Ainsi, la vieillesse de la mère place la fille entre «l autonomie et la soumission à la dette» 10 du dévouement filial. Ce qui provoque chez elle des sentiments exacerbés et ambigus : «Je suis une fille rebelle et je suis une fille soumise. J ai confiance en moi parce qu une mère a veillé sur moi, je n ai aucune confiance en moi parce que je suis veillée par une mère. Je suis solide parce que je tiens à moi, je suis friable parce que je tiens à elle.» (DPC, 169). Les deux femmes s aiment. Leur lien date d avant la naissance, il a duré toute la vie, et ne se rompt pas, même après la mort. Lien mystérieux : «cette chose est hors de notre monde, elle se tient dans un au-delà indicible, dans les limbes inconnus où se trament les enlacements obscurs de la vie et de la mort» (DPC, 76). Et pourtant, depuis l entrée de la mère dans une maison de retraite ou même avant, depuis des recherches de celle-ci (la moins déprimante possible) effectués par la fille, les deux femmes ne vivent pas en paix. Pour une fois, il ne s agit plus de se battre pour l émancipation de la fille qui a pris ses distances - «Transgressions, fuite, indépendance» - malgré les attentes de sa mère («la pharmacienne et le potard», etc.). Tout cela c était des luttes de la fille «dans la vie quotidienne pour continuer à garder l amour de la mère, rester la petite fille [...] sage et en même temps, s en éloigner, se révolter» 11 «je fuis mais ne romps pas» -, des efforts d autonomie qu elle avait tentés lors de sa jeunesse. A l époque elle voulait ne pas trop ressembler à la mère («nous sommes à contre-courant, ses vérités sont mes erreurs», (DPC, 168) ; elle cherchait à s en différencier, à s émanciper en adoptant 8 GOGNALONS-NICOLET, M. Soins informels et travail de dénouement autour de la cinquantaine: un travail sur la féminité., Vieillir en liberté [en ligne], p Ibid., p Ibid., p Ibid., p. 7.

11 11 de nouveaux modes de vie, enfin, à s enfuir «de tous côtés, à l étranger, sur la lune, dans les amours impossibles...» (DPC, 168). Cette nouvelle drôle de guerre de la mère «est ordinaire, si universelle qu elle est invisible, elle n a ni gloire ni héros, ne compte que des défaites, ne peut avoir que des vaincus, innombrables, toute l humanité depuis le début des temps». Ainsi «une femme ordinaire de ce pays» est obligée de lutter «jusqu au bout essayant de subjuguer sa mort, dans ce duel irrémédiablement solitaire...» (DPC, 176). La fille est si proche qu elle prend «beaucoup de coups aussi.» De plus elle a son propre combat à mener. Si celui de la mère consiste à être encore elle-même (même dans une mesure de plus en plus étroite), à rester dans la vie, à «ne pas devenir une morte vivante» et à pouvoir continuer «à maintenir son ascendance» sur ses enfants - la narratrice et son frère - qui sont «ses derniers passeurs, ses derniers protecteurs» (DPC, 33), le combat de la fille est destiné à l aider à ne pas céder à la dégradation de la santé, à ne pas se laisser gagner par la solitude dans la maison de retraite, à ne pas la laisser se refermer sur elle. Bref, il faut la secouer pour l inciter à bouger. C est pour cela que la fille cherche à offrir (ou imposer) de nombreuses activités à sa mère. Il s agit de la convaincre de se promener régulièrement dans la ville, malgré la faiblesse physique et les jambes molles, de s acheter une nouvelle robe, d accepter un collier, de changer de coiffeuse. Ces événements si menus, si banals acquièrent un sens tout à fait différent dans le cas d une personne âgée. Car dans la guerre contre la finitude et la mort une promenade ressemble à une attaque, un achat d une robe devient «un combat pitoyable, dans lequel elle jette toutes ses ressources», la vendeuse (pas très gentille) «une ennemie, qu il faut circonvenir» et la robe «son armure et son viatique dans la résidence de retraite, sur le territoire de la vieillesse.» Maintenant chaque détail compte. Donc deux combats, deux tactiques. La mère tire sa fille vers elle, en ne cessant de la surprendre : elle peut se montrer coquette ou capricieuse, elle peut être forte en public ou fragile en tête à tête avec sa fille. La mère séduit et épate sa fille par sa dignité, par son maintien, par sa curiosité. Alors, celle-ci, stupéfaite, réalise qu «elle fait du charme» ou même qu elle «a du charme fou» qui fait de la fille sa «prisonnière.» (DPC, 205). La fille étourdie admire sa mère, elle est «fière d elle», elle «l aime» (DPC, 130) : «Où ma mère trouve-t-elle cette force? Et une

12 12 présence si puissante?» ou «Cette vivacité, cette impétuosité que peut avoir ma mère!» Même dans la maison de retraite cette femme est «supérieure, à tous les vieillards», elle y parvient de «faire circuler ces courants [...] Pas de vieillesse pour elle, pas de linceul prématuré, on la mettrait dans un trou, [...] qu elle y trouverait encore de la vie. Elle est forte, ma mère.» (DPC, 130). La position d inférieure, d «objet de commérages apitoyés» (DPC, 24) lui est inadmissible. La vieille dame séduit sa fille non seulement par ses actions, mais aussi par ses paroles. Celle-ci se retrouve capturée en écoutant les histoires de sa mère, qui continue à exercer malgré tout sa fonction d ancêtre, c est-à-dire bien sûr à transmettre des biens matériels (elle y a bien réussi puisque sa maison est déjà partagée entre ses enfants) mais aussi, ce qui est plus important, à laisser en héritage ce qu il y a de plus immatériel et d essentiel : ses souvenirs («ces contes des temps anciens», (DPC, 38). C est un monde qui n existe qu en elle, qui disparaîtra avec sa mort : «Le passé seul est sûr, lui appartient.» (DPC, 76). Aujourd hui elle n est qu une veuve d enseignant et un ex-professeur elle-même passant le reste de ses jours dans une maison de retraite. Le dehors, c est désormais «l appel du grand large où elle n a plus sa place, [...] l appel d un affairement qu elle ne peut plus assumer.» (DPC, 47), alors qu avant elle vivait «en couple, protégée par un mari qui l aimait, [...] et avant cela, fillette parmi ses grands-mères» (DPC, 43). Lorsqu elle n a plus de situation sociale, de maison, il ne lui reste qu à tisser des nids des mots capturant sa fille, qui s émerveille, se sent «prise au filet de ses paroles, immobile.» Elle laisse la narratrice vaincue. C est comme cela que la mère parvient à prendre les choses en main, à reconstruire la suprématie maternelle, à rétablir l ordre des places dans la famille bouleversé par sa vieillesse : faire voir qu elle «est encore la reine, la mère, la haute dame.» (DPC, 112). A ces moments-là, la fille, plongée dans les souvenirs familiaux, redevient enfant, émue et docile devant sa mère qui «tire sur un paysage ancien», où ses enfants sont encore «tout petits», où son mari «est l autorité qu il fut» (DPC, 121). Ce sont des heures heureuses des moments des soulagements - pendant lesquels on a l impression que la vieillesse semble reculer, que tout est reste immuable. Et en même temps, il y a des moments où la mère est dominée par la faiblesse, où elle jette un «regard courroucé», où il n y a plus «ni mère ni enfant, seulement deux êtres isolés, errant dans la grande désolation, et [où] chacun se

13 13 débrouille.» (DPC, 78). Ainsi, apparaît le «double visage» de la mère. D un côté la femme qui charme et séduit malgré son âge, de l autre : un être qui n est plus qu un râle régulier. Il est évident que pour les deux femmes, rien n est plus comme avant puisque «la guerre à mort» (DPC, 121) ne fait que commencer. Alors, la fille, qui se retrouve écartelée entre ses différentes obligations familiales et professionnelles, élabore sa propre tactique pour faire face aux problèmes impliqués par la vieillesse de sa mère : «On fait avec le vieux parent comme on a fait avec ses enfants : on voudrait qu il mène une vie saine, fasse du sport, ait de bons amis, se porte bien et ne vous colle pas aux basques» (DPC, 143). En effet, la fille a une cinquantaine, son propre fils a grandi : elle sait donc très bien comment se comporter avec les enfants. Ces acquis peuvent-ils être utiles, «applicables» quand il s agit de sa mère? En tout cas il faut garder de l équilibre, quoi qu il arrive : «Avec le parent âgé, on retrouve des comportements oubliés, ceux qu on avait avec ses enfants, du temps où on les élevait. Patience, l enfant grandira, le vieillard s habituera.[...] Ne pas s énerver, prendre ses dispositions et faire comme si.» (DPC, 79). Ce «maternage intensif» à l égard de sa mère produit, au bout du compte, une inversion des rôles : quand la mère devient enfant de sa fille. Celle-ci la soigne, coiffe, habille comme si sa mère était devenue son enfant «aux cheveux blancs» (DPC, 94), son «vieux bébé.» (DPC, 105). Mais c est un enfant qui n evoque pas que l amour, il cause aussi des souffrances, des sentiments d irritation, des frustrations réciproques, voire de la dépression. Car cet enfant ne grandira jamais, étant sur la voie de la disparition. Il fait que la fille-mère se retrouve «au dernier degré», prête «â se vendre à n importe quel individu, pourvu qu il accepte son enfant, son enfant malade, handicapé, cette petite vieille femme, et qu il la prenne en charge, la soigne, à égalité de fardeau avec elle, malheureuse fille-mère.» (DPC, 93). Mais c est en soignant sa mère que la fille prend soudain conscience, avec effroi (comment connaître et se reconnaître dans ce corps souffrant, douloureux, hostile?!), avec colère, de son propre vieillissement et de sa propre mort, qu elle

14 14 voit comme dans un miroir. Car, selon Béatrice Didier, «la mère est une exacte matrice» de toute femme, sa «préfiguration.» 12 Et puis, rappelons-nous l âge de la narratrice n est plus celui d une jeune fille... sauf, dans les yeux de sa mère pour qui «ses enfants ne sont pas vieux, [...] ne seront jamais vieux.» (DPC, 33). «Mais sa peine est double de la mienne puisqu elle en est à la seconde étape quand je n en suis qu à la première. Toujours elle gagne sur moi, sa vieillesse est plus vieille, domine la mienne, ma vieillesse à moi ne peut exister, je suis le soutien de son déclin, mais elle est le miroir du mien et il me faut porter à la fois mon vieillissement présent et mon vieillissement futur, ainsi, malgré les apparences, quand sa peine est double, la mienne est quadruple.» (DPC, 152). Ainsi, on pourrait voir naître une sorte d une «curieuse rivalité» entre la mère et la fille. Celle-là refuse donc d accepter le vieillissement de son enfant, parce qu elle «veut être la seule au royaume de la souffrance.» (DPC, 187). Sa fille n est pas vieille, elle ne peut l être. Sinon qui va l aider à se rappeler qui elle est (maintenant que sa vie est si réduite dans la résidence de retraite)? à exister? à porter la feminité qu elle ne possède plus? Pour cela elle a besoin de sa fille. Elle aurait voulu que sa fille «meurre avec elle, contre sa chair [...] et puis, ressuscitée, accouchant d elle» qu elle «poursuive sa vie.» (DPC, 15). Son «corps se défait, ne peut plus tenir sa place dans le monde des vivants, ne peut plus mener le combat que mènent les vivants» (DPC, 164). Alors, c est sa fille qui en est chargée, et peu importe si celle-ci est aussi sur la voie de son propre vieillissement, guettée par les combats à mort. Il paraît que les femmes peuvent aller jusqu à des extrêmités absurdes : la fille veut que sa mère «vieillisse sans vieillir» ou bien qu elle ne vieillisse pas du tout, qu elle soit «inaltérable» (DPC, 154). Elle avoue lui en vouloir de ne pas l avoir «faite parfaite et immortelle». Car maintenant que la vieillesse la [mère] traque, elle ne supporte pas mes imperfections et ma mortalité.» (DPC, 154). Il arrive souvent que dans le récit autobiographique écrit par une femme, les relations mère-fille suscitent «une ambivalence affective qui se transmet de l enfant à l autobiographie» 13. On voit bien que c est le cas chez Pierrette Fleutiaux qui 12 DIDIER, B. L Ecriture-femme, p LECARME, J., LECARME-TABONE, E. L Autobiographie, p. 100.

15 15 voue à sa mère - son «socle» et sa «plus grande confusion» (DPC, 66) - des sentiments mêlés et ambigus. Pourtant ici il ne s agit pas de règlements de comptes post mortem ni de larmes. On pourrait voir dans l écriture de Fleutiaux le besoin d exprimer un chant d amour retrouvé, ce «grand chant» dont elle a rêvé, destiné à celle pour qui ses enfants «étaient ce qu elle avait de plus cher» (DPC, 62) et qui mettait toutes ses forces et tactiques (parfois prohibées) pour rester encore dans le monde des vivants, près de ses enfants. La mention du père et du frère : le rôle des ces figures familiales Les personnages du père et du frère semblent être un peu à l écart par rapport à ceux de la mère et de la fille dont la relation est au centre du récit. Leur présence plus marginale ne réduit cependant nullement l importance que revêtent pour l auteur les relations père-fille et frère-soeur pour l auteur. On voit que le père représente une sorte d opposition à la mère. Contrairement à sa femme - «une scientifique», «impétueuse» (DPC, 119), attirée par les «désirs vifs» et par la modernité -, a «toujours été un peu fleur bleue» (DPC, 18), ne «s est guère penché sur la machine à laver», «ne connaît pas l usage du four» et «n a jamais touché une casserole» (DPC, 17). Les «domaines de sa virilité» étaient la pêche et la voiture (DPC, 49). Il préférait l entretien des fleurs dans son jardin à celui du réseau familial (c est sa femme qui se chargeait de ce dernier), la compagnie des livres dans son bureau à celle des voisins : «Le silence de son bureau et pour tout le reste une bienveillance lointaine.» (DPC, 19). Son bureau «son habitat naturel» - lui servait de refuge pendant «les orages familiaux» (DPC, 90) occasionnés sans doute par sa femme. C est dans de pareils moments qu il consolait sa fille et savait toujours trouver les mots justes : «Une autre fois il me dirait quelques mots ainsi, pour lesquels je lui serais reconnaissante infiniment, un petit trésor que j enclos dans un camée imaginaire, alors que de ma mère je n ai rien voulu, ni ses meubles, ni ses vêtements, ni ses conseils surtout.» (DPC, 90).

16 16 Entre le père et la fille s établit une complicité d autant plus extraordinaire qu elle sort du monde réel et trouve son prolongement dans l univers imaginaire de la littérature : «Mon père avait une vision modeste de sa place dans l existence, une chose [...] lui causait un contentement quelque peu amusé : son prénom. Celui du prince André de Guerre et Paix. [...] pour lui j étais tout le portrait de Natacha enfant. Ainsi mon père et moi avions cette complicité secrète, nous avions un double plus vaste, plus beau dans le roman de Tolstoï.» (DPC, 130). Il est possible aussi que ce père, qui a voué «un grand respect aux livres, à l éducation» (DPC, 18) ait orienté, peut-être inconsciemment, sa fille qui l'aimait et le respectait, vers le choix d une activité professionnelle. Les mondes imaginaires où il s enfuyait, grâce à la lecture, dans son bureau, ne sont-ils pas ceux où s enfuira sa fille dans ses romans des années plus tard? L image paternelle est liée donc au spirituel, à la branche «aristocratique» de la famille. Le pere est «l homme des humanités, des textes anciens» (DPC, 19), «fin, naturellement élégant, réservé, distant» (DPC, 90). La mère au contraire est liée à l esprit pratique issu du monde paysan. Ainsi les parents sont représentés comme deux êtres différents et parfois contradictoires mais indispensables l un à l autre. Les relations entre les parents ont un grand intérêt pour la fille. Cependant, elle percoit que l essentiel de ce lien lui échappe et cela, malgré les questions posées à ce sujet à la mère : «Je voudrais savoir ce qu il y avait entre mes parents. Je voudrais qu elle me parle de son mari.» (DPC, 49). Mais sa persistance est vaine, elle ne reçoit pas de réponses, la mère n est jamais prête à révéler les secrets de sa vie de couple. Ce manque de confiance envers elle fait éprouver une nouvelle fois à la fille un sentiment d irritation : elle n accepte pas de rester, à cinquante ans, l enfant à qui l on cache des secrets familiaux. Elle voit dans cette réserve maternelle une façon de mettre une distance entre elles, de montrer que «nous ne serons jamais deux adultes à égalité, deux amies, deux copines.» (DPC, 50). Dans l univers familial représenté dans le récit, le frère semble jouer un rôle assez modeste, mais non négligeable pour autant. Étant médecin, il est celui qui rassure scientifiquement sa mère quand son état de santé se dégrade : «C est lui qui doit courir vers elle, à chacun de ses appels de détresse, [...] et établir le diagnostic

17 17 de son état, faire la part des choses, la calmer, puis le soir ou le lendemain m expliquer le tout à moi» (DPC, 60). Lui scientifique et sa soeur écrivain qui «rêve à la lune», ils sont «différents en tout» (DPC, 62) et pourtant très proches, tout comme leurs parents : «Si nous n étions frère et soeur nous ne nous serions jamais rencontrés, mais le lien établi dès le jour de sa naissance noué et sans cesse renoué par notre mère, ne peut pas se rompre.» (DPC, 62). Il est possible que l image du frère représente ce côté rationnel et scientifique que sa sœur ne possède peut-être pas. C est grâce à ces qualités que le frère aide sa sœur à ne pas perdre la tête et le reste de son courage après les dernières batailles que leur mère affaiblie a livrées courageusement mais en vain dans sa guerre contre la mort. 2ème partie : LE PROBLÈME DE LA VÉRITÉ DU RÉCIT La perception particulière de la réalité et de la vérité de l auteur Dans son récit autobiographique, qui garde l accent de la confidence, Pierrette Fleutiaux relate l épreuve de la vieillesse et de la mort de sa mère, c est-àdire expose des données très intimes. On pourrait donc donner en premier lieu au recit la dimension d un témoignage. En effet, l auteur se trouve dans une position paradoxale par rapport à ce qu elle raconte étant à la fois à l extérieur et à l intérieur, c est-à-dire dans une posture propre au témoignage. Elle a accompagné la mère pendant la dernière étape de sa vie («une femme s enfonçant toute seule sous cette chape invisible et moi seule comme témoin» (DPC, 12), puis, longtemps après, elle «témoigne» sur ce qu elle a vécu : les combats de la vieille dame, mais

18 18 aussi ses propres luttes pour que sa mère ne cesse pas de se battre, pour continuer envers et contre tout à être une fille aimante. Cependant les choses ne sont jamais simples avec cet auteur : bien que le récit résonne d accents autobiographiques, la perception qu a Fleutiaux de la réalité est compliquée, les rapports qu elle entretient avec elle sont assez embrouillés, tout comme son attitude envers ce qu elle écrit. Est apparu aussi que l auteur n aime pas le vérisme et la description minimaliste de la vie quotidienne. On voit même qu elle n accepte pas la réalité telle qu elle se présente à tous. Pour Pierrette Fleutiaux, ce n est que le travail de l écriture qui permet de s orienter dans la réalité, voire de l inventer. Ainsi, l écriture parait comme «des points trigonométriques ou des balises qui, sur une surface inconnue, marquent le cap.» 14 Pour l auteur les choses n acquièrent de la réalité qu après être passées à travers du prisme de l écriture. L écriture, alliée au fantastique, peut même transformer la réalité («cette chose monstrueuse, inexplicable où nous baignons» 15 ) pour lui donner plus de corps, de présence et de sens. Ce n est donc que l écrivain qui la produit a force de chercher «les courants secrets, souterrains, qui portent la réalité de la surface.» (DPC, 166) Ainsi, pour l auteur ce qu elle écrit n est plus un témoignage - «je ne sais pas écrire un témoignage. Un témoignage, c est la vie de tout un chacun copiée au plus près. Pour la vie au plus près, je n ai pas besoin d un livre. Il me suffit de mes conversations avec mon amie.» (DPC, 47) - puisque c est quelque chose qui, grâce au fait d être repris dans une écriture, cherche à saisir «cette réalité plus vaste» qui n aurait jamais apparu sans ces «courants souterrains», sans «les éclairs» et sans «la vapeur continuelle, que dégagent les mots.» (DPC, 169) Ainsi, l écriture peut être une tentative d accepter, de saisir la réalité qui n est pas visible, grâce à la force du langage. Il y a en outre une question qui préoccupe l auteur : parvient-on toujours a décrire cette réalité? Là, c est encore une fois le problème de trouver les mots «justes» qui se pose. Ici l auteur exprime une sorte de malaise à l égard des mots qui, certes, effectuent «les tâtonnements» (DPC, 169) pour approcher la réalité, 14 EICH, G. L écrivain face à la réalité. Littérature, octobre 1993, nº 91, p LA MESLEÉ, V.M. Entretien : «L intime est une manière universelle» par Pierrette Fleutiaux. Magazine littéraire, mai 2002, nº 409, p. 43.

19 19 mais peuvent aussi se montrer inaptes de la décrire pleinement, voire trompeurs car ils la déforment. Et ils sont surtout impuissants à faire revivre la mère. Dans le récit de Pierrette Fleutiaux ce problème semble d autant plus grave qu il s agit des sentiments dont on a du mal à parler : de l amour et de la tendresse, de la haine et de la désespoir, mais surtout d une lutte violente et désespérée contre la fin inéluctable : «Ce lieu est indescriptible, en cet instant il ressemble à cette chambre, mais c est une illusion, un décor fait par des mots qui ne nous concernent plus. Les mots qui pourraient décrire ce qu il est réellement sont introuvables, ceux d un lieu que ne marquent pas les cartes, visité de paysages qui ne coïncident qu approximativement avec lui. Ce lieu pourtant m est familier. [...] Parfois il me semble qu il est le seul réel, et tous les chemins que j ai pris n étaient que des détours, des passe-temps. Tout chemin ne peut que me ramener ici, en ce point.» (DPC, 197) Il est intéressant de noter qu il arrive un moment où, tout d un coup, l auteur s aperçoit qu elle est dominée, dirigée par «une configuration» : «une vision» qui est «le tranchant de l écriture» (DPC, 57) donnant «du mouvement» et «du frisson» a l auteur. La configuration prend corps au fur et a mesure qu il écrit, et s avère plus forte que lui et ses souvenirs, lui enlève sa volonté et son indépendance. C est à cette configuration que l auteur ne peut pas s empêcher d obéir. L auteur se rend compte de l existence de cette créature qui prend ses racines dans son travail d écriture et puis la guide en provoquant inexorablement «gommages, surimpressions, traits chargés ou effacés» (DPC, 59) dans le récit de l auteur obéissant. «Pour la première fois, je traite du rapport à la vie personnelle. Celle-ci est une sorte d océan, agité de vagues qui vous mettent souvent la tête sous l eau. Mais dès qu on s assoit devant son ordinateur, on fixe et découpe des morceaux de cet océan agité, on opère des glissements, on fait des coutures, une forme se construit, qui a ses règles internes.» 16 La configuration empêche donc la vérité d apparaître à la surface, fait oublier à l auteur «ceci ou cela», la pousse à des contorsions, à la recherche interminable des modes convenables d écriture. 16 Ibid., p. 43.

20 20 L image de la cellophane dans l économie du récit Une perception particulière chez l auteur de la réalité, qui peut paraître assez paradoxale, favorise et même impose l existence de l image de la cellophane dans le récit. Cette image joue un rôle important en enrobant littéralement le récit. C est une métaphore qui traduit l isolement forcé de la vieillesse, l impossibilité de construire de nouveaux liens avec le monde et les gens, le manque d «air» pour respirer et aller vers l avant, le dépérissement physique et moral. La cellophane : une barrière légère et transparente entre la mère et le monde. Une barrière susceptible d étouffer toute vie, une «fine pellicule qui veut réduire» la mère, «la recouvrir, bientôt la pétrifier». (DPC, 140) Pour la mère la cellophane deviendra bientôt linceul : cela pervertit et change tout. Ce n est pas la peine d essayer de l écarter ou de la déchirer, puisque la pellicule est plus forte que la vieille dame, qu elle résiste à tous ses efforts. Au fil du temps elle enserre le corps de plus en plus étroitement et puis se rompt, ce qui signifie la mort. Cette matière invisible entre peu à peu dans la mère : à partir du «premier effleurement de l invisible film» (DPC, 124) jusqu'à un étouffement total, «l hémorragie massive, le coma» (DPC, 212). Cette membrane très fine, infranchissable et étouffante sépare la vieillesse de la vie en délimitant un autre monde : celui des «zones frontières [...] de mort où errent des vivants» (DPC, 94), des «territoires des dernières années» (DPC, 139) de la vie de la mère. On y voit une femme ni malade, ni sénile, mais vieille simplement, lutter contre l inéluctable, s approcher du gouffre. Elle est piégée sous la cellophane, étant désormais «presque un fantôme» qui «essaye d attirer l attention» de sa fille, l appelle au secours («ne m oublie pas, ne m abandonne pas» (DPC, 210)), se bat encore pour sa survie. Ainsi, la cellophane acquiert une acception presque géographique, désignant la terra incognita effrayante : un pays de la vieillesse qui s incarne dans la résidence de retraite de la mère - et la ville où elle se trouve - et dont les habitants sont guettés par la mort prochaine et souvent par la solitude parce que «il n y a pas de communauté [ ] pour l extrême vieillesse.» (DPC, 219)

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare.

Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je m appelle Hans. Le 7 novembre 1919. J ai rencontré Frédéric à la gare. Je venais d arriver à Hanovre par le train de onze heures. À Düsseldorf j avais passé plus de trois semaines chez un homme de quarante

Plus en détail

La Fondatrice des Editions Bakame classée parmi les Entrepreneures Modèles

La Fondatrice des Editions Bakame classée parmi les Entrepreneures Modèles RWANDA NEWS AGENCY GRANDS LACS HEBDO La Fondatrice des Editions Bakame classée parmi les Entrepreneures Modèles Tuesday, 05 March 2013 17:49 by Gakwaya André La Fondatrice de l Edition Bakame au Rwanda

Plus en détail

- Je m appelle le Docteur - Docteur qui? - Juste le Docteur. Biographe

- Je m appelle le Docteur - Docteur qui? - Juste le Docteur. Biographe - Je m appelle le Docteur - Docteur qui? - Juste le Docteur Biographe Le Docteur une personne énigmatique à bien des égards. Peu de personne ont pu le voir, l approcher ou même voyager avec lui. Et s il

Plus en détail

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie)

Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Garth LARCEN, Directeur du Positive Vibe Cafe à Richmond (Etats Unis Virginie) Commentaire du film d introduction de l intervention de Garth Larcen et son fils Max, entrepreneur aux U.S.A. Garth Larcen

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS?

COMMENT PARLER DES LIVRES QUE L ON N A PAS LUS? Né dans un milieu où on lisait peu, ne goûtant guère cette activité et n ayant de toute manière pas le temps de m y consacrer, je me suis fréquemment retrouvé, suite à ces concours de circonstances dont

Plus en détail

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie

Décembre 2012. Sylvie Louis. Biographie Décembre 2012 Biographie Sylvie Louis Sylvie Louis a toujours ADORÉ les livres, surtout ceux que ses parents lui racontaient, le soir, quand elle était toute petite. Ensuite, apprendre à lire a constitué

Plus en détail

Les 100 plus belles façons. François Gagol

Les 100 plus belles façons. François Gagol Les 100 plus belles façons d'aimer François Gagol Les 100 plus belles façons d Aimer François Gagol François Gagol, 2003. Toute reproduction ou publication, même partielle, de cet ouvrage est interdite

Plus en détail

Nom : Prénom : Date :

Nom : Prénom : Date : J observe le livre dans son ensemble, je le feuillette et je réponds aux 1) Je complète la carte d identité du livre. Titre du livre Nom de l auteur Nom de l illustrateur Editeur Collection Genre 2) Qui

Plus en détail

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU».

Un autre signe est de blâmer «une colère ouverte qui débute par le mot TU». Le besoin de contrôler Le comportement compulsif de tout vouloir contrôler n est pas mauvais ou honteux, c est souvent un besoin d avoir plus de pouvoir. Il s agit aussi d un signe de détresse; les choses

Plus en détail

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes

Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes Débat et argumentation Un atelier philo pour se reconnaitre hommes et femmes à travers le partage d expériences «La question se pose de savoir si le lien social ne se constitue que dans la lutte pour la

Plus en détail

Loin de mes yeux. Chaque personne apprivoise la mort à sa façon, ce qui apporte à cette dernière

Loin de mes yeux. Chaque personne apprivoise la mort à sa façon, ce qui apporte à cette dernière Loin de mes yeux Chaque personne apprivoise la mort à sa façon, ce qui apporte à cette dernière expérience une dimension unique. Voici un guide tout simple, une carte routière pour vous montrer les chemins

Plus en détail

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE

FICHES DE REVISIONS LITTERATURE Fiche n 1 : Les 4 types de texte Fiche n 2 : La situation d énonciation 1- Le texte narratif qui sert à raconter 2- Le texte descriptif qui sert à faire voir 3- Le texte explicatif qui sert à faire comprendre

Plus en détail

Parent avant tout Parent malgré tout. Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille.

Parent avant tout Parent malgré tout. Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille. Parent avant tout Parent malgré tout Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille. Edition: Addiction Suisse, Lausanne 2012 Que vous soyez directement concerné-e ou que

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

Quelqu un qui t attend

Quelqu un qui t attend Quelqu un qui t attend (Hervé Paul Kent Cokenstock / Hervé Paul Jacques Bastello) Seul au monde Au milieu De la foule Si tu veux Délaissé Incompris Aujourd hui tout te rends malheureux Si tu l dis Pourtant

Plus en détail

Le Cauchemar révélateur

Le Cauchemar révélateur Le Cauchemar révélateur Hier c était le départ de ma mère. On l emmena à l aéroport. Elle devait partir pour son travail. Quand l avion dans lequel elle était décolla, il passa au-dessus de nos têtes.

Plus en détail

De l idée au livre Expérience d un auteur, conseils d un éditeur

De l idée au livre Expérience d un auteur, conseils d un éditeur La Master Class de Grégoire Solotareff, auteur-illustrateur et responsable de la collection Salon du livre - mars 2015 De l idée au livre Expérience d un auteur, conseils d un éditeur Mon expérience d

Plus en détail

VISITE DE L EXPOSITION AU THÉÂTRE DE PRIVAS :

VISITE DE L EXPOSITION AU THÉÂTRE DE PRIVAS : VISITE DE L EXPOSITION AU THÉÂTRE DE PRIVAS : Tania Mouraud : Glamour-ing, 2000 C est un film vidéo qui montre un acteur de théâtre qui se maquille avant d aller sur scène. Ça se passe en Inde. L acteur

Plus en détail

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences

Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Je viens vous préparer à cet évènement : L illumination des consciences Cette révélation est donnée en français à Sulema, une femme née en 1954 au Salvador. Depuis plus de 30 ans, elle vit au Canada avec

Plus en détail

Trait et ligne. La ligne avance, Elle indique une direction, Elle déroule une histoire, Le haut ou le bas, la gauche et la droite Une évolution.

Trait et ligne. La ligne avance, Elle indique une direction, Elle déroule une histoire, Le haut ou le bas, la gauche et la droite Une évolution. Trait et ligne I La ligne me fascine. Le trait qui relie ou qui sépare Qui déchire le néant et marque une trace Qui me fait entrer dans l univers des signes. La ligne avance, Elle indique une direction,

Plus en détail

Aider une personne atteinte de cancer

Aider une personne atteinte de cancer Aider une personne atteinte de cancer Ce que vous pouvez faire Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Il est fort probable que vous connaissez une personne peut-être un voisin, un collègue

Plus en détail

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION

COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Stephen Wang COMMENT DÉCOUVRIR SA VOCATION Mariage, sacerdoce, vie consacrée, diaconat permanent, célibat «Petits Traités Spirituels» Série III «Bonheur chrétien» éditions des Béatitudes Ava n t-p r o

Plus en détail

N 6 Du 30 nov au 6 déc. 2011

N 6 Du 30 nov au 6 déc. 2011 N 6 Du 30 nov au 6 déc. 2011 LA SÉANCE D ACTU DE LA SEMAINE L article choisi de la semaine : Es-tu plutôt roman, BD, conte ou poésie? FICHE ÉLÈVE LES MOTS DE LA SEMAINE ACTIVITE 1 : JE ME RAPPELLE Voici

Plus en détail

A vertissement de l auteur

A vertissement de l auteur A vertissement de l auteur Attention, ce livre n est pas à mettre entre toutes mains ; il est strictement déconseillé aux parents sensibles. Merci à Madame Jeanne Van den Brouck 1 qui m a donné l idée

Plus en détail

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE

DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Ecole d Application STURM Janvier-Février 2012 CM2 Salle 2 Mme DOUILLY DEBAT PHILO : L HOMOSEXUALITE Sujet proposé par les élèves et choisi par la majorité. 1 ère séance : définitions et explications Réflexion

Plus en détail

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP»

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP» «LEADERSHIP» Est-il possible de DÉVELOPPER LES COMPÉTENCES DE LEADERSHIP? PROGRAMME DU COURS 1. Introduction 2. Les fondamentaux du Leadership 3. Valeurs, attitudes et comportements 4. Les 10 devoirs du

Plus en détail

Choisir et décider ensemble

Choisir et décider ensemble Choisir et décider ensemble Catherine Ollivet Présidente de l'association France Alzheimer 93, coordinatrice du groupe de réflexion et de recherche "éthique et vieillesse", Espace éthique/ap-hp, membre

Plus en détail

Mon boss ne délègue pas

Mon boss ne délègue pas Situation 3 Mon boss ne délègue pas L importance d une rhétorique soignée Les situations de pur rapport de force Autonomie et contrôle La délégation Explication/justification La situation Pierre, notre

Plus en détail

Activités autour du roman

Activités autour du roman Activité pédagogique autour du roman Un chien différent, de Laura Cousineau ISBN 978-2-922976-13-7 ( 2009, Joey Cornu Éditeur) Téléchargeable dans la rubrique Coin des profs sur 1 Activités

Plus en détail

Oficina d Accés a la Universitat Pàgina 1 de 6 PAU 2015 Criteris de correcció ALERTE AUX «BIG MOTHERS»

Oficina d Accés a la Universitat Pàgina 1 de 6 PAU 2015 Criteris de correcció ALERTE AUX «BIG MOTHERS» Oficina d Accés a la Universitat Pàgina 1 de 6 SÈRIE 2 Comprensió escrita ALERTE AUX «BIG MOTHERS» 1. Oui, leur utilisation augmente progressivement. 2. Pour savoir si sa fille est rentrée à l heure prévue.

Plus en détail

001_004_VIVRE.qxd 21/07/2008 15:35 Page 1 Vivre avec soi

001_004_VIVRE.qxd 21/07/2008 15:35 Page 1 Vivre avec soi Vivre avec soi Du même auteur aux Éditions J ai lu Papa, maman, écoutez-moi vraiment, J ai lu 7112 Apprivoiser la tendresse, J ai lu 7134 JACQUES SALOMÉ Vivre avec soi Chaque jour... la vie Les Éditions

Plus en détail

Dix valeurs pour les soins infirmiers

Dix valeurs pour les soins infirmiers Dix valeurs pour les soins infirmiers La valeur n attendant pas le nombre des années, deux étudiantes en soins infirmiers se sont interrogées sur les valeurs dont l infirmière a besoin pour mieux adapter

Plus en détail

VAGINISME. Quelques pistes pour avancer?

VAGINISME. Quelques pistes pour avancer? VAGINISME Quelques pistes pour avancer? Vaginisme Pendant longtemps, pénétration vaginale quasi impossible car trop douloureuse : brûlures. Et même pas de nom pour ça. Un jour : un mot. VAGINISME. Vaginisme

Plus en détail

C était la guerre des tranchées

C était la guerre des tranchées C était la guerre des tranchées Jacques Tardi Format 23,2 x 30,5 cm 128 pages C et album consacré, comme son titre l indique, à la vie dans les tranchées pendant la Première Guerre mondiale est constitué

Plus en détail

Nombreuses sont les occasions où l on réunit. Connaître les techniques de présentation collective. Méthodes pédagogiques. Animation.

Nombreuses sont les occasions où l on réunit. Connaître les techniques de présentation collective. Méthodes pédagogiques. Animation. Connaître les techniques de présentation collective Grâce à une journée de formation interne, les ingénieurs de ont fait le point sur l animation de séquences de présentation. Moments opportuns pour utiliser

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

Questionnaire pour les enseignant(e)s

Questionnaire pour les enseignant(e)s info@educatout123.fr www.educatout123.fr +31 614303399 L enfant qui bouge beaucoup! C est un fait, un enfant bouge beaucoup, il a besoin de se dépenser. Il arrive même parfois qu on n arrive plus à tenir

Plus en détail

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel

eduscol Ressources pour la voie professionnelle Français Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel eduscol Ressources pour la voie professionnelle Ressources pour les classes préparatoires au baccalauréat professionnel Français Présentation des programmes 2009 du baccalauréat professionnel Ces documents

Plus en détail

DOSSIER PÉDAGOGIQUE. Sommaire. Gabrielle Vincent 2 Résumé 2. 1. Ernest et Célestine, deux personnages au cœur d enfant 3

DOSSIER PÉDAGOGIQUE. Sommaire. Gabrielle Vincent 2 Résumé 2. 1. Ernest et Célestine, deux personnages au cœur d enfant 3 JANVIER 2008 LIRE C EST GRANDIR DOSSIER PÉDAGOGIQUE SÉLECTION DU MINISTÈRE DE L ÉDUCATION NATIONALE Sommaire Gabrielle Vincent 2 Résumé 2 AXES D ÉTUDE : 1. Ernest et Célestine, deux personnages au cœur

Plus en détail

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23.

«Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. «Si quelqu un veut venir après moi qu il renonce à lui-même, qu il se charge chaque jour de sa croix et qu il me suive» Luc 9 : 23. Pour faire suite au récit des disciples sur le chemin d Emmaüs et pour

Plus en détail

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle CONTRE-VALEURS 7 octobre 2014 Les contre-valeurs représentent ce que l on cherche à fuir. Elles nous motivent négativement en ce sens où elles incarnent des situations que nous évitons ou que nous cherchons

Plus en détail

Rencontre avec Younil par Bouba Tabti-Mohammedi

Rencontre avec Younil par Bouba Tabti-Mohammedi NOUVEAUTÉ Entretien Rencontre avec Younil par Bouba Tabti-Mohammedi Younil, L œil du chacal. Alger : Éditions Barzakh, 2000. Nous avons rencontré à Alger, où elle est née en 1965, où elle est allée à l

Plus en détail

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants

Lorsqu une personne chère vit avec la SLA. Guide à l intention des enfants Lorsqu une personne chère vit avec la SLA Guide à l intention des enfants 2 SLA Société canadienne de la SLA 3000, avenue Steeles Est, bureau 200, Markham, Ontario L3R 4T9 Sans frais : 1-800-267-4257 Téléphone

Plus en détail

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire?

Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Un écrivain dans la classe : pour quoi faire? Entretien avec Philippe Meirieu réalisé pour l ARALD - Quel est votre sentiment sur la présence des écrivains dans les classes? Il me semble que ce n est pas

Plus en détail

UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE

UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE UN REVENU QUOI QU IL ARRIVE Bienvenue chez P&V En vous confiant à P&V, vous choisissez un assureur qui recherche avant tout l intérêt de ses assurés. Depuis son origine, en 1907, P&V s appuie sur des valeurs

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

Influencer avec intégrité

Influencer avec intégrité Influencer avec intégrité 1 Les objectifs généraux d une communication. Aider (conseils, directives) Apprendre (acquérir habiletés, connaissance de soi et du monde) Créer des liens (amitiés, formation

Plus en détail

Epithète. Person a. i!(mouton de vapeur) i! Epithète. et Person a

Epithète. Person a. i!(mouton de vapeur) i! Epithète. et Person a Epithète et Person a Marionnettes habitées et déshabitées. Epithète et Person a i!(mouton de vapeur) i! -Jeux de masque sur, dans, avec, contre le masque! -Corps qui «fait face»! -Personnages échappés

Plus en détail

L Illusion comique. De Corneille. L œuvre à l examen oral. Par Alain Migé. Petits Classiques Larousse -1- L Illusion comique de Corneille

L Illusion comique. De Corneille. L œuvre à l examen oral. Par Alain Migé. Petits Classiques Larousse -1- L Illusion comique de Corneille L Illusion comique De Corneille L œuvre à l examen oral Par Alain Migé Petits Classiques Larousse -1- L Illusion comique de Corneille PREMIÈRE QUESTION : L ÊTRE ET LE PARAÎTRE Le titre même de L illusion

Plus en détail

Elisabeth Vroege. Ariane et sa vie. Roman. Editions Persée

Elisabeth Vroege. Ariane et sa vie. Roman. Editions Persée ARIANE ET SA VIE Elisabeth Vroege Ariane et sa vie Roman Editions Persée Ce livre est une œuvre de fiction. Les noms, les personnages et les événements sont le fruit de l imagination de l auteur et toute

Plus en détail

A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1

A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1 A LA DECOUVERTE DE L HYPNOSE 1 JULIA LEGRAND, Psychologue- Psychothérapeute L hypnose est un terme qui entraine un grand nombre d idées reçues, d inquiétudes et de méfiance. On donne parfois à l hypno-thérapeute

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

L auteure. L illustrateur

L auteure. L illustrateur Nouveauté jeunesse L histoire Dans le centre historique de Milan, Emma, dix ans, habite avec ses parents et son chat dans un immeuble ancien qui renferme un jardin secret. Son souhait le plus cher est

Plus en détail

QUELQUES MOTS SUR L AUTEURE DANIELLE MALENFANT

QUELQUES MOTS SUR L AUTEURE DANIELLE MALENFANT Activité pédagogique autour du roman, de Danielle Malenfant ISBN 978-2-922976-38-0 ( 2013, Joey Cornu Éditeur) Téléchargeable dans la rubrique Coin des profs sur 1 Activités autour du roman RÉSUMÉ DU

Plus en détail

LA SOUFFRANCE DU MALADE EN FIN DE VIE. LES COMPORTEMENTS FACE A LA PERTE : vécu de la mort

LA SOUFFRANCE DU MALADE EN FIN DE VIE. LES COMPORTEMENTS FACE A LA PERTE : vécu de la mort LA SOUFFRANCE DU MALADE EN FIN DE VIE LES COMPORTEMENTS FACE A LA PERTE : vécu de la mort relation SRLF Paris, 11-12-13 mai C.LE BRIS BENAHIM Psychothérapeute - Formatrice Quimper CHIC Comment le vécu

Plus en détail

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS?

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? Pourquoi vivons-nous des émotions? Voilà une excellente question! Avez-vous pensé: «Les émotions nous rendent humains» ou : «Elles nous permettent de sentir ce qui

Plus en détail

6Des lunettes pour ceux qui en ont besoin

6Des lunettes pour ceux qui en ont besoin 6Des lunettes pour ceux qui en ont besoin Des lunettes pour ceux qui en ont besoin De nombreuses personnes dans le monde sont atteintes d erreurs de réfraction. Cela signifie que leurs yeux ne voient pas

Plus en détail

Origines possibles et solutions

Origines possibles et solutions Ne plus avoir peur de vieillir «Prends soin de ton corps comme si tu allais vivre éternellement, Prends soin de ton âme comme si tu allais mourir demain.» Introduction Ce petit document est la résultante

Plus en détail

Une approche de la PNL

Une approche de la PNL Qu est ce que la PNL? Une approche de la PNL La PNL signifie Programmation NeuroLinguistique. C est une approche plus ou moins scientifique de tout ce qui touche à la communication et le fonctionnement

Plus en détail

contes licencieux des provinces de france

contes licencieux des provinces de france Jean Quatorze-Coups Tout près d ici, vivait il y a déjà longtemps une veuve dont le fils était chasse-marée, autrement dit, domestique dans un moulin. Jean c était le nom du jeune homme avait vingt-quatre

Plus en détail

Rapport de fin de séjour Mobilité en formation :

Rapport de fin de séjour Mobilité en formation : Rapport de fin de séjour Mobilité en formation : A. Vie pratique : J ai effectué mon Master 1 de droit public en Erasmus à Copenhague d août 2009 à fin mai 2010. Logement : Accès au logement : J ai pu

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS

LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS LA MAISON DE POUPEE DE PETRONELLA DUNOIS Je suis une poupée dans une maison de poupée. Un jour j ai quitté mari et enfants, pourquoi? je ne sais plus très bien. À peine le portail s était-il refermé derrière

Plus en détail

La diablesse et son enfant (Étude réalisée par C. Blanchard, CPC Contres)

La diablesse et son enfant (Étude réalisée par C. Blanchard, CPC Contres) La diablesse et son enfant (Étude réalisée par C. Blanchard, CPC Contres) Auteur Marie Ndiaye Nadja Mouche de l école des loisirs, 39 pages, 2002 niveau 2 Mots clés : Différences, enfants, handicap, rumeur

Plus en détail

Que fait l Église pour le monde?

Que fait l Église pour le monde? Leçon 7 Que fait l Église pour le monde? Dans notre dernière leçon, nous avons vu que les croyants ont des responsabilités vis-à-vis des autres croyants. Tous font partie de la famille de Dieu. Les chrétiens

Plus en détail

S ickness Impact Profile (SIP)

S ickness Impact Profile (SIP) Nom : Prénom : Date de naissance : Service : Hôpital/Centre MPR : Examinateur : Date du jour : Étiquettes du patient S ickness Impact Profile (SIP) Il présente le même problème de droit d auteur (pour

Plus en détail

Paye Bah. Ibrahim Touré

Paye Bah. Ibrahim Touré Mon pays est immense comme un continent A cause de la guerre, les gens sont mécontents. La guerre a tout détruit au nord Personne n ose sortir dehors Même les ampoules la nuit ne s allument plus Le jour

Plus en détail

DEC accéléré en Soins infirmiers

DEC accéléré en Soins infirmiers P O R T R A I T S D É T U D I A N T E S I M M I G R A N T E S P A R C O U R S I N S P I R A N T S Nous vous présentons des personnes immigrantes dont le parcours de vie, professionnel et scolaire est à

Plus en détail

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document

La rue. > La feuille de l élève disponible à la fin de ce document La rue Grandir, qu est-ce que cela signifie vraiment? Un jeune qui a vécu isolé dans les rues de Paris témoigne. Cette fiche pédagogique propose de découvrir une réalité peu connue de la France d aujourd

Plus en détail

Kerberos mis en scène

Kerberos mis en scène Sébastien Gambs Autour de l authentification : cours 5 1 Kerberos mis en scène Sébastien Gambs (d après un cours de Frédéric Tronel) sgambs@irisa.fr 12 janvier 2015 Sébastien Gambs Autour de l authentification

Plus en détail

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la

André Vanasse. romancier, essayiste, critique. Ses romans se présentent sous le même signe de la André Vanasse Naïm Kattan André Vanasse est un homme multiple. Ecrivain, professeur, éditeur, directeur de revue. Toutes ses activités sont, certes, consacrées à la littérature. Ecrivain, il est romancier,

Plus en détail

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer.

Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Je les ai entendus frapper. C était l aube. Les deux gendarmes se tenaient derrière la porte. J ai ouvert et je leur ai proposé d entrer. Mais je me suis repris : En fait, je préférais les recevoir dans

Plus en détail

Texte à reconstituer : un passage de La Mère aux monstres de Maupassant

Texte à reconstituer : un passage de La Mère aux monstres de Maupassant Texte à reconstituer : un passage de La Mère aux monstres de Maupassant Construire le plan : fixer l ordre des événements, fixer l ordre de la narration Pour ne pas vous perdre dans votre histoire, demandez-vous

Plus en détail

Il y a un temps pour tout «Il y a un temps pour tout et un moment pour chaque chose», dit l Ecclésiaste signifiant ainsi à l homme qui veut accéder à

Il y a un temps pour tout «Il y a un temps pour tout et un moment pour chaque chose», dit l Ecclésiaste signifiant ainsi à l homme qui veut accéder à Il y a un temps pour tout «Il y a un temps pour tout et un moment pour chaque chose», dit l Ecclésiaste signifiant ainsi à l homme qui veut accéder à la sagesse qu il lui faut, avant tout, adapter ses

Plus en détail

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.»

«Longtemps, j ai pris ma plume pour une épée : à présent, je connais notre impuissance.» Métonymie : image désuète de l instrument servant à écrire. Représentation traditionnelle et glorieuse du travail de l écrivain. Allusion à une époque révolue. Idée de durée, de permanence. edoublée dans

Plus en détail

Lola. Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin. www.majuscrit.

Lola. Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin. www.majuscrit. Lola Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine İllustrations de Sonia Hivert Mise en page réalisée par Cloé Perrotin www.majuscrit.fr www.majuscrit.fr Marcus Papa Texte de Sylvie Lavoie et d Éric Lemoine

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

La petite poule qui voulait voir la mer

La petite poule qui voulait voir la mer Découverte Complète la carte d identité du livre. Titre du livre Nom de l auteur Nom de l illustrateur Editeur Que voit- on sur la 1 ère page de couverture? C est l histoire q d un poisson q d une souris

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

Aider une personne à cesser de fumer UNE ÉTAPE À LA FOIS. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca

Aider une personne à cesser de fumer UNE ÉTAPE À LA FOIS. Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Aider une personne à cesser de fumer UNE ÉTAPE À LA FOIS Le cancer : une lutte à finir 1 888 939-3333 www.cancer.ca Documents imprimés Une étape à la fois 1 2 Pour les personnes qui ne veulent pas cesser

Plus en détail

La satisfaction de fin d analyse : une rencontre particulière avec le réel*

La satisfaction de fin d analyse : une rencontre particulière avec le réel* Lola López La satisfaction de fin d analyse : une rencontre particulière avec le réel* Dans la «Préface à l édition anglaise du Séminaire XI», Lacan convoque la satisfaction comme ce qui «marque» la conclusion

Plus en détail

Marie Lébely. Le large dans les poubelles

Marie Lébely. Le large dans les poubelles Marie Lébely Le large dans les poubelles Prologue «La vitesse de conduction des fibres postganglionnaires est-elle du même ordre que celle des fibres nerveuses motrices du système nerveux somatique?» C

Plus en détail

COLLEGE 10 CLASSE DE 3ème B TITRE DE LA NOUVELLE : «Un stylo, une vie»

COLLEGE 10 CLASSE DE 3ème B TITRE DE LA NOUVELLE : «Un stylo, une vie» COLLEGE 10 CLASSE DE 3ème B TITRE DE LA NOUVELLE : «Un stylo, une vie» J'ai cinquante-quatre ans, je me prénomme Will et je suis un passionné d'écriture. Je suis un écrivain. Aujourd'hui, si j'essayais

Plus en détail

Les relations intergé né rationnelles

Les relations intergé né rationnelles 5 Les relations intergé né rationnelles Rencontre avec Claudine Attias-Donfut 1, directrice de recherche, Ehess Les changements dans les relations intergénérationnelles La mutation importante observée

Plus en détail

Un contrat de respect mutuel au collège

Un contrat de respect mutuel au collège Apprentissage du respect - Fiche outil 01 Un contrat de respect mutuel au collège Objectifs : Décrire une action coopérative amenant élèves et adultes à s interroger sur leurs propres comportements en

Plus en détail

Pony Production. mise en scène : Stéphanie Marino. Texte et Interprètation : Nicolas Devort. création graphique : Olivier Dentier - od-phi.

Pony Production. mise en scène : Stéphanie Marino. Texte et Interprètation : Nicolas Devort. création graphique : Olivier Dentier - od-phi. création graphique : Olivier Dentier - od-phi.com et Pony Production mise en scène : Stéphanie Marino Texte et Interprètation : Nicolas Devort Résumé Colin fait sa rentrée dans un nouveau collège. Pas

Plus en détail

Mercredi soir, boulevard aux Oiseaux

Mercredi soir, boulevard aux Oiseaux Mercredi soir, boulevard aux Oiseaux Ça se passe chez nous, boulevard aux Oiseaux. Après l école, pour me rendre utile, j ai ciré l escalier jusqu à ce que ça reluise à mort. «Ça fera plaisir à papa»,

Plus en détail

De la détresse émotionnelle à l actualisation du potentiel des membres de l entourage. La vision familiale. Série 1, numéro 1

De la détresse émotionnelle à l actualisation du potentiel des membres de l entourage. La vision familiale. Série 1, numéro 1 De la détresse émotionnelle à l actualisation du potentiel des membres de l entourage La vision familiale Série 1, numéro 1 En l espace de 25 ans, le profil de la famille québécoise s est transformé de

Plus en détail

Droits des malades en fin de vie. Connaître la loi Leonetti et l appliquer

Droits des malades en fin de vie. Connaître la loi Leonetti et l appliquer Droits des malades en fin de vie Connaître la loi Leonetti et l appliquer Lorsque la médecine trouve ses limites et que la personne, avec ses proches, se situe dans la perspective d une échéance annoncée,

Plus en détail

«Toi et moi, on est différent!» Estime de soi au préscolaire

«Toi et moi, on est différent!» Estime de soi au préscolaire Service d animation spirituelle et d engagement communautaire au primaire «Toi et moi, on est différent!» Estime de soi au préscolaire Séquence de 5 rencontres en classe Estime de soi au préscolaire 1

Plus en détail

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013

Du même auteur. Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Jalousie Du même auteur Le Combat contre mes dépendances, éditions Publibook, 2013 Dominique R. Michaud Jalousie Publibook Retrouvez notre catalogue sur le site des Éditions Publibook : http://www.publibook.com

Plus en détail

Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur

Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur Que chaque instant de cette journée contribue à faire régner la joie dans ton coeur Des souhaits pour une vie des plus prospères et tous les voeux nécessaires pour des saisons extraordinaires! Meilleurs

Plus en détail

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici».

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». 1. Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». Près d un enfant sur cinq est victime de violence sexuelle, y compris d abus sexuels. Vous pouvez empêcher que cela arrive à votre enfant. Apprenez

Plus en détail

«Tous les autres le font» L influence, les fréquentations et les consommations.

«Tous les autres le font» L influence, les fréquentations et les consommations. LA LETTRE AUX PARENTS N o 2 Cher-s Parent-s, «Tous les autres le font» L influence, les fréquentations et les consommations. L adolescence est une période de changement de contexte scolaire ou de formation

Plus en détail

Richard Abibon. «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée»

Richard Abibon. «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée» Richard Abibon «Le sujet reçoit de l Autre son propre message sous une forme inversée» Cette formule, on la trouve presque telle quelle dans l «Ouverture de ce recueil» qui introduit les «Ecrits» de Lacan.

Plus en détail

Réactions de deuil des enfants

Réactions de deuil des enfants Le deuil et ses effets 91 Réactions de deuil des enfants Rôle des parents en assistant les enfants dans le deuil Les enfants n ont pas la force émotionnelle de faire seuls leur deuil. Ils ont besoin de

Plus en détail

Correction sujet type bac p224

Correction sujet type bac p224 Correction sujet type bac p224 Tragique : ne peut pas échapper à son destin. Pathétique : inspire la compassion, la pitié du lecteur envers le personnage. Poignant. Méthode : Pour la question, être synthétique,

Plus en détail

Comment atteindre ses objectifs de façon certaine

Comment atteindre ses objectifs de façon certaine Ressources & Actualisation Le partenaire de votre bien-être et de votre accomplissement Comment atteindre ses objectifs de façon certaine À l attention du lecteur, Ce présent document est protégé par la

Plus en détail

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir Annie Claude Sortant-Delanoë L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir À sa naissance, l enfant est un organisme dont le cri exprime un besoin. Ce cri n a aucune intention de signification.

Plus en détail