PROGRAMME VI-SA-VI VIvre SAns VIolence. Justice alternative Lac-Saint-Jean

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PROGRAMME VI-SA-VI VIvre SAns VIolence. Justice alternative Lac-Saint-Jean"

Transcription

1 PROGRAMME VI-SA-VI VIvre SAns VIolence Justice alternative Lac-Saint-Jean Printemps 2013

2 OBJECTIFS Démystifier la problématique violence. Promouvoir les solutions pacifiques en matière de résolution de conflits.

3 Cycle du passage à l acte Désir d agir l interdit Planification du geste et choix de la victime PASSAGE À L ACTE Sensation de pouvoir Malaise Culpabilité Minimisation Repentir Événement négatif Pensées et émotions négatives Retour au calme Source: Gagnon, François, M. Serv. soc.

4 Cycle du passage à l acte et processus de gestion du conflit Désir d agir l interdit Planification du geste et choix de la victime PASSAGE À L ACTE Sensation de pouvoir Malaise Culpabilité Minimisation Repentir Événement négatif Pensées et émotions négatives Retour au calme Cessez-lefeu Volonté de régler le conflit Se responsabiliser et se mettre dans la peau de l autre Communication Règlement du conflit Nonrèglement du conflit Source: Gagnon, François, M.Serv.soc. et Claudine Tremblay, B.T.S. Remettre aux autres ce qui leur appartient Utiliser le bouclier Se protéger

5 PROBLÉMATIQUE VIOLENCE

6 PERCEPTION DE LA VIOLENCE

7 Que voyez-vous exactement?

8

9 Perception de la violence «La violence on peut la voir partout sans discernement, tout comme elle peut être invisible à notre regard. Tout dépend de nos perceptions et de la manière dont on la définit.» Notre perception est influencée par différents facteurs soit : nos valeurs, nos préjugés, notre hiérarchie sociale, notre entourage, les facteurs physiologiques (âge, la fatigue, l état de santé, etc.), notre personnalité, nos connaissances, nos expériences de vie, nos besoins, notre humeur, etc.. Source: 1- «La violence à l école n est pas un jeu d enfant, pour intervenir dès le primaire», Diane Prud homme, Les éditions du remue-ménage, 140 pages.

10 La VIOLENCE peut être Valorisée Banalisée Peu importe si la violence est VALORISÉE ou BANALISÉE, la violence est un comportement CHOISI individuellement.

11 FORMES DE VIOLENCE

12 Violence PHYSIQUE Tout GESTE ou ACTE qui porte atteinte à l autre personne au plan physique. Exemples: Blesser Retenir Pousser/ bousculer Pincements Claques Cracher à la figure Jambettes Séquestration Attaque à mains armées Etc.

13 Violence VERBALE C est une violence qui S ENTEND (au niveau de ce qui est dit). Violence qui comprend: paroles blessantes, propos méprisants, menaces, chantage Violence qui vise à créer un état de tension, de peur ou d insécurité chez l autre. (impacts psychologiques possibles)

14 Violence PSYCHOLOGIQUE Généralement, SÉRIE d attitudes ou de propos qui diminuent la confiance et l estime de soi de l autre. Violence qui comprend toute action ou parole visant à culpabiliser, dévaloriser, faire peur, humilier, diminuer l autonomie de l autre Violence qui est souvent subtile et non verbale.

15 Violence SEXUELLE Violence qui porte atteinte à l intégrité sexuelle de l autre. Violence qui comprend: plaisanteries, insultes à caractère sexuel, attouchements indésirables, activités sexuelles forcées, etc.

16 INTIMIDATION Source: «Loi visant à lutter contre l intimidation et la violence à l école», Projet de loi 56, Ministère de l éducation, du loisir et du sport.

17 Violence sur INTERNET CYBERINTIMIDATION «Actes répétés d agression psychologique commis par un individu, ou par un groupe d individus, qui rejoint ses victimes par l intermédiaire du réseau Internet, du courriel, de la messagerie instantanée ou textuelle.» Source: L Office québécois de la langue française. OQLF. Cyberintimidation. En ligne;

18 «Ignorer la violence ou s abstenir d intervenir peut être perçu comme un encouragement pour celui qui tente d en bénéficier. Une personne qui utilise la violence sans avoir de sanctions accumule des expériences qui la renforcent toujours plus dans des stratégies, elle acquiert des habiletés à s imposer par la force dans ses relations avec autrui. La violence devient alors un moyen très efficace pour répondre à ses besoins.» Source: «La violence à l école n est pas un jeu d enfant, pour intervenir dès le primaire», Diane Prud homme, Les éditions du remue-ménage, 140 pages.

19 D après vous, quelle est la forme de violence la plus grave et dangereuse? TOUTES les formes de violence sont GRAVES et DANGEREUSES!

20 Objectif de la violence La violence vise à PRENDRE LE POUVOIR ET LE CONTRÔLE SUR L AUTRE POUR OBTENIR CE QUE JE VEUX.

21 La violence est un comportement APPRIS CHOISI PAYANT C est pourquoi il se maintient

22 Cycle du passage à l acte Désir d agir l interdit Planification du geste et choix de la victime PASSAGE À L ACTE Sensation de pouvoir Malaise Culpabilité Minimisation Repentir Événement négatif Pensées et émotions négatives Retour au calme Source: Gagnon, François, M. Serv.soc.

23 Lorsque j adopte un comportement violent, j en suis l unique responsable.

24 PROCESSUS DE GESTION DU CONFLIT

25 GESTION DU CONFLIT

26 Le CONFLIT Le conflit est un «événement négatif qui nous arrive et qui nous trouble» (Gagnon, F.). Comme nous vivons en société, les conflits: - sont inévitables; - sont porteurs de changements; - peuvent mener à l agression («Cycle du passage à l acte», Gagnon, F.).

27 SIGNES DU CONFLIT Je ne veux plus voir cette personne Je suis tendu et mal J ai tendance à me trouver des alliés pour m appuyer (Essayer de vendre mon DVD de mauvais souvenirs) J attend que l autre fasse les premiers pas Je gère difficilement mes émotions Je mets beaucoup d énergie à prouver à l autre qu il a tort et que j ai raison Etc.

28 GESTION DE LA COLÈRE

29 Cycle du passage à l acte et processus de gestion du conflit Événement négatif Pensées et émotions négatives PASSAGE À L ACTE Cessez-lefeu Volonté de régler le conflit Se responsabiliser et se mettre dans la peau de l autre Communication Règlement du conflit Nonrèglement du conflit Source: Gagnon, François, M.Serv.soc. et Claudine Tremblay, B.T.S. Remettre aux autres ce qui leur appartient Utiliser le bouclier Se protéger

30 SIGNES DE LA COLÈRE Tics nerveux Débit verbal rapide Pleurs Gesticule Rougeurs au visage Regard fuyant Fait du bruit Brasse du matériel Brise du matériel Lance des objets Coups de poing/ de pied dans le mur Etc. Source: «La relation d aide sécuritaire. Violence et harcèlement psychologique, comment s en sortir., Isabelle Côté, BSS

31 Cycle du passage à l acte et processus de gestion du conflit Événement négatif Pensées et émotions négatives PASSAGE À L ACTE Cessez-lefeu Volonté de régler le conflit Se responsabiliser et se mettre dans la peau de l autre Communication Règlement du conflit Nonrèglement du conflit Source: Gagnon, François, M.Serv.soc. et Claudine Tremblay, B.T.S. Remettre aux autres ce qui leur appartient Utiliser le bouclier Se protéger

32 Techniques de communication Micro et écouteur Bouton VERT et Bouton ROUGE

33 J ACTIONNE - Je parle en «JE» - Je n interromps pas l autre - Je suis calme - Je suis poli - J ai une bonne écoute - Je suis respectueux - L autre démontre de l ouverture - J obtiens sa collaboration - Je facilite la communication (rapprochement) Le bouton VERT

34 J ACTIONNE - Je critique l autre - Je le juge - Je lui donne des ordres - Je deviens agressif - Je l accuse - J ai des comportements irrespectueux - L autre risque de me parler de la même façon - L autre a envie de se défendre - La communication se bloque ou se détériore (le tu tue) Le bouton ROUGE

35 Les autres ingrédients - Faire preuve de «timing» - Régler un problème à la fois - Utiliser le contrôle de soi - Être capable de s excuser - Composer avec l accusation - Composer avec la colère de l autre et avec ses peurs

36 Cycle du passage à l acte et processus de gestion du conflit Événement négatif Pensées et émotions négatives PASSAGE À L ACTE Cessez-lefeu Volonté de régler le conflit Se responsabiliser et se mettre dans la peau de l autre Communication Règlement du conflit Nonrèglement du conflit Source: Gagnon, François, M.Serv.soc. et Claudine Tremblay, B.T.S. Remettre aux autres ce qui leur appartient Utiliser le bouclier Se protéger

37 Merci!!

Guide d intervention sur. l intimidation. destiné aux intervenants - 1 -

Guide d intervention sur. l intimidation. destiné aux intervenants - 1 - Guide d intervention sur l intimidation destiné aux intervenants - 1 - Rédaction Linda Laliberté : Mélanie Blais : Michèle Gariépy : Joanie Charrette : Espace Bois-Francs InterVal Pacte Bois-Francs organisme

Plus en détail

Voici des exemples de cyberintimidation :

Voici des exemples de cyberintimidation : LEXIQUE COMMUN DÉFINITIONS Cette section est créée dans le but de disposer d un vocabulaire commun à l ensemble des personnes touchées par le plan de prévention et d intervention pour contrer l intimidation

Plus en détail

C est quoi l intimidation?

C est quoi l intimidation? C est quoi l intimidation? Définition de l intimidation (Olweus, 1996) : «Un élève est intimidé ou victimisé lorsqu il est exposé de façon répétée et soutenue à des gestes négatifs de la part d un ou de

Plus en détail

PROCÉDURES POUR UNE VIE SCOLAIRE SAINE ET HARMONIEUSE

PROCÉDURES POUR UNE VIE SCOLAIRE SAINE ET HARMONIEUSE SYSTÈME DISCIPLINAIRE DE L ÉCOLE RÈGLES DE VIE DE L ÉCOLE : RESPECT ET SÉCURITÉ Approuvées le 25 mars 2013 (CE 12/13 28) Les manquements à ces règles seront considérés comme majeurs. Ils seront consignés

Plus en détail

Guide pratique pour lutter contre le cyber-harcèlement entre élèves

Guide pratique pour lutter contre le cyber-harcèlement entre élèves Guide pratique pour lutter contre le cyber-harcèlement entre élèves AVANT-PROPOS A l occasion des premières Assises Nationales sur le harcèlement à l École des 2 et 3 mai 2011, Luc CHATEL, ministre de

Plus en détail

1/ LES CARACTÉRISTIQUES DU CYBER-HARCÈLEMENT

1/ LES CARACTÉRISTIQUES DU CYBER-HARCÈLEMENT LE CYBER-HARCÈLEMENT Avec l utilisation massive des nouvelles technologies, le harcèlement entre élèves peut se poursuivre, voire débuter, en dehors de l enceinte des établissements scolaires. On parle

Plus en détail

HARCÈLEMENT CRIMINEL. Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer!

HARCÈLEMENT CRIMINEL. Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer! HARCÈLEMENT CRIMINEL Poursuivre quelqu un, ce n est pas l aimer! Qu est-ce que c est? Le harcèlement criminel est un crime. Généralement, il s agit d une conduite répétée durant une période de temps qui

Plus en détail

SYSTÈME D ENCADREMENT DES ÉLÈVES

SYSTÈME D ENCADREMENT DES ÉLÈVES SYSTÈME D ENCADREMENT DES ÉLÈVES OBJECTIFS : Développer des comportements de non-violence et de respect. Amener l élève à développer des habiletés dans la résolution de ses conflits interpersonnels. Assurer

Plus en détail

Chaque Jour, les enfants sont victimes d intimidation.

Chaque Jour, les enfants sont victimes d intimidation. Chaque Matin... Chaque heure de MIDI... Chaque AprÈs-midi... Chaque Jour, les enfants sont victimes d intimidation. Apprenez comment vous pouvez faire cesser l intimidation. Les communautés et les écoles

Plus en détail

L ordinateur et votre enfant

L ordinateur et votre enfant L ordinateur et votre enfant Nous nous trouvons présentement dans une ère où les appareils électroniques font partie intégrante de la vie des enfants. Cela a mené beaucoup d effets positifs au plan des

Plus en détail

VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE. stop-violences-femmes.gouv.fr

VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE. stop-violences-femmes.gouv.fr VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE stop-violences-femmes.gouv.fr Les violences au sein du couple diffèrent des disputes ou conflits conjugaux où deux points de vue s opposent dans un rapport d égalité.

Plus en détail

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS?

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? Pourquoi vivons-nous des émotions? Voilà une excellente question! Avez-vous pensé: «Les émotions nous rendent humains» ou : «Elles nous permettent de sentir ce qui

Plus en détail

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est

L enfant sensible. Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et. d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est L enfant sensible Qu est-ce que la sensibilité? Un enfant trop sensible vit des sentiments d impuissance et d échec. La pire attitude que son parent peut adopter avec lui est de le surprotéger car il se

Plus en détail

Projet : Prévention de la violence dans les cours de récréation

Projet : Prévention de la violence dans les cours de récréation Projet : Prévention de la violence dans les cours de récréation 1. Introduction Constat : La cour de récréation est explicitement désignée par la majorité des élèves comme le principal lieu d expression

Plus en détail

NOTICE EXPLICATIVE. Vous êtes victime de violences dans votre couple et vous vous adressez à la Police Nationale pour faire valoir vos droits.

NOTICE EXPLICATIVE. Vous êtes victime de violences dans votre couple et vous vous adressez à la Police Nationale pour faire valoir vos droits. NOTICE EXPLICATIVE Vous êtes victime de violences dans votre couple et vous vous adressez à la Police Nationale pour faire valoir vos droits. écrit. Vous allez être reçu(e) pour relater des faits qui seront

Plus en détail

Titre : POLITIQUE AFIN DE CONTRER LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE OU TOUTE AUTRE FORME DE VIOLENCE EN MILIEU DE TRAVAIL

Titre : POLITIQUE AFIN DE CONTRER LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE OU TOUTE AUTRE FORME DE VIOLENCE EN MILIEU DE TRAVAIL Titre : POLITIQUE AFIN DE CONTRER LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE OU TOUTE AUTRE FORME DE VIOLENCE EN MILIEU DE TRAVAIL Numéro : 1. Objet général La présente politique vise à établir les règles applicables

Plus en détail

Mémento. A l usage des parents et de leurs enfants

Mémento. A l usage des parents et de leurs enfants Mémento A l usage des parents et de leurs enfants Quelques adresses utiles Département de l instruction publique, de la culture et du sport www.ge.ch/dip/ Centrale de la police www.ge.ch/police tél. 022

Plus en détail

ÉTHIQUE Violences au travail Comité de la condition féminine Décembre 2001

ÉTHIQUE Violences au travail Comité de la condition féminine Décembre 2001 ÉTHIQUE et Violences au travail Comité de la condition féminine Décembre 2001 INTRODUCTION Pourquoi un code d éthique relatif aux violences au travail? Comment un code d éthique peut-il nous aider, nous

Plus en détail

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008 Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation Septembre 2008 Louis Plamondon Centre de recherche de l institut universitaire de gériatrie

Plus en détail

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle CONTRE-VALEURS 7 octobre 2014 Les contre-valeurs représentent ce que l on cherche à fuir. Elles nous motivent négativement en ce sens où elles incarnent des situations que nous évitons ou que nous cherchons

Plus en détail

La gestion des situations d urgence et de crise. module GSC BJOP 2008 (CESG)

La gestion des situations d urgence et de crise. module GSC BJOP 2008 (CESG) La gestion des situations d urgence Objectif de la sensibilisation Gestion des situations d urgence Comprendre des notions de crise et d urgence Typologie et phases de l agression Mieux connaître les différentes

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE PRÉAMBULE

CODE D ÉTHIQUE PRÉAMBULE CODE D ÉTHIQUE PRÉAMBULE Depuis ses origines, Maison l Échelon s inspire de valeurs humanistes qui placent la dignité de la personne au premier plan. Le client souffrant de maladie psychiatrique est une

Plus en détail

Violence au travail Un organisme national

Violence au travail Un organisme national Violence au travail Un organisme national Violence au travail : prévention, protocoles et sanctions Politique La Société s engage à offrir un milieu de travail sécuritaire. Elle reconnaît que la violence

Plus en détail

Entre Toit et moi pas de place pour la rue

Entre Toit et moi pas de place pour la rue Entre Toit et moi pas de place pour la rue Clés en main Présentation organisme Origine du projet Entre Toit et moi; pas de place pour la rue But : Favoriser le maintien en logement Objectifs Population

Plus en détail

Influencer avec intégrité

Influencer avec intégrité Influencer avec intégrité 1 Les objectifs généraux d une communication. Aider (conseils, directives) Apprendre (acquérir habiletés, connaissance de soi et du monde) Créer des liens (amitiés, formation

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

European School Brussels II. Avenue Oscar Jespers 75. 1200 Brussels

European School Brussels II. Avenue Oscar Jespers 75. 1200 Brussels European School Brussels II Avenue Oscar Jespers 75 1200 Brussels Toute forme de harcèlement, qu il soit verbal, physique ou psychologique, est absolument inacceptable dans notre école. Ce document de

Plus en détail

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici».

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». 1. Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». Près d un enfant sur cinq est victime de violence sexuelle, y compris d abus sexuels. Vous pouvez empêcher que cela arrive à votre enfant. Apprenez

Plus en détail

ME LA COMMUNICATION Ch 5 LA COMMUNICATION. Michel EMERY Conseil et Formation. juin 13 MANAGEMENT ET GESTION DE PROJET

ME LA COMMUNICATION Ch 5 LA COMMUNICATION. Michel EMERY Conseil et Formation. juin 13 MANAGEMENT ET GESTION DE PROJET 5 LA COMMUNICATION 1 5. 1 ANALYSE de la COMMUNICATION 2 LE DIT ANALYSE DE LA COMMUNICATION La formulation ( clarté, objectivité maximale ou manipulation ) L écoute (concentration et acceptation de l Autre

Plus en détail

Dignité de la personne au travail BEI - 12/03 - FR

Dignité de la personne au travail BEI - 12/03 - FR Dignité de la personne au travail BEI - 12/03 - FR Politique en matière de respect de la dignité de la personne au travail La BEI vise à offrir un environnement de travail favorable, qui aide et encourage

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

CENTRE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS SPORTIFS DU CANADA CRDSC. Politique contre le harcèlement

CENTRE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS SPORTIFS DU CANADA CRDSC. Politique contre le harcèlement CENTRE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS SPORTIFS DU CANADA CRDSC Politique contre le harcèlement Version finale Adoptée par résolution du conseil d administration le 11 mai 2006 CRDSC Politique contre le harcèlement

Plus en détail

Vous êtes. visé. Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire

Vous êtes. visé. Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire Vous êtes visé Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire Prévenir les vols ou les effets d un vol sur les employés Rôle de la direction de la succursale Désigner un

Plus en détail

Code d éthique Version révisée février 2011

Code d éthique Version révisée février 2011 Code d éthique Version révisée février 2011 Table des matières Introduction...3 1. Devoirs et obligations...4 1.1. Déclarations de la personne accompagnatrice... 4 1.2. Dispositions générales de la personne

Plus en détail

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1

ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 ACCOMPAGNTRICE MODÉRATRICE Application du tome 1 J ai le goût de partager avec vous mes expériences de vie qui en 2003 ont créé un précédent incontestable lors de la parution de mon livre : Changez votre

Plus en détail

www.cyberactionjeunesse.ca

www.cyberactionjeunesse.ca www.cyberactionjeunesse.ca CyberAction Jeunesse Canada 2011 Présentation de l organisme Projet pilote Prévention (approche en amont) Mission Objectif CyberAction Jeunesse Canada 2011 Plan de la présentation

Plus en détail

Projet : Prévention de la violence dans les cours de récréation

Projet : Prévention de la violence dans les cours de récréation Informations aux parents Projet : Prévention de la violence dans les cours de récréation Recherche-action sous la direction du Professeur Willy Lahaye Chercheurs responsables : Bruno Humbeeck, Frédéric

Plus en détail

Favoriser l'attachement sécurisant chez les bébés et les jeunes enfants : Le Cercle de sécurité

Favoriser l'attachement sécurisant chez les bébés et les jeunes enfants : Le Cercle de sécurité Favoriser l'attachement sécurisant chez les bébés et les jeunes enfants : Le Cercle de sécurité Congrès Enfanter le monde 26 novembre 2010 Claud Bisaillon, Ph.D. Psychologue, professeure Plan de la présentation

Plus en détail

L'usage des réseaux sociaux chez les 8-17 ans. Juin 2011

L'usage des réseaux sociaux chez les 8-17 ans. Juin 2011 L'usage des réseaux sociaux chez les 8-17 ans Juin 2011 Sommaire 1. La moitié des 8-17 ans connectés à un réseau social p. 4 2. L attitude des parents face à l utilisation des réseaux sociaux par leurs

Plus en détail

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION

AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION AVIS DE LA FÉDÉRATION QUÉBÉCOISE DE L AUTISME DANS LE CADRE DE LA CONSULTATION PUBLIQUE SUR LA LUTTE CONTRE L INTIMIDATION NOVEMBRE 2014 La Fédération québécoise de l'autisme (FQA) est un regroupement

Plus en détail

LES HABITATIONS NOUVEAU DÉPART 251-2 pointe-gatineau Gatineau,Qc J8t2c8. Code de vie du «137»

LES HABITATIONS NOUVEAU DÉPART 251-2 pointe-gatineau Gatineau,Qc J8t2c8. Code de vie du «137» LES HABITATIONS NOUVEAU DÉPART 251-2 pointe-gatineau Gatineau,Qc J8t2c8 Code de vie du «137» Bienvenue parmi nous! Ce code de vie est conçu pour expliquer le fonctionnement du «137». Étant donné que cet

Plus en détail

Brochure destinée aux animateurs de camp de jour et de camp de vacances

Brochure destinée aux animateurs de camp de jour et de camp de vacances Brochure destinée aux animateurs de camp de jour et de camp de vacances POUR DES RELATIONS HARMONIEUSES AU CAM Prévention de l intimidation, de la violence et des agressions sexuelles Production et coordination

Plus en détail

5172, des Ramiers Québec QC G1G 1L3 (418) 622-1593 c.sanfacon@videotron.ca

5172, des Ramiers Québec QC G1G 1L3 (418) 622-1593 c.sanfacon@videotron.ca 5172, des Ramiers Québec QC G1G 1L3 (418) 622-1593 LES TECHNIQUES D INTERVENTION Accepter mes propres émotions, éviter l affrontement, respecter l image du jeune. Ce n est pas toujours évident d intervenir

Plus en détail

Comport-action. 4 Court retrait en classe. 0-1-2-3 Aucune conséquence

Comport-action. 4 Court retrait en classe. 0-1-2-3 Aucune conséquence 2011-2012 Comport-action Nom 1 2 3 4 Court retrait en classe 5 Récréation guidée 6 Billet d information 7 Retrait en classe ou interclasse 0-1-2-3 Aucune conséquence Il peut être intéressant de renforcir

Plus en détail

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET Le médecin de prévention face aux RPS Docteur Isabelle THOMINET 1. Définition des RPS Les risques psychosociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress». En réalité, ils recouvrent

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Inspirer l enfant : être ou ne pas être la différence?

Inspirer l enfant : être ou ne pas être la différence? Inspirer l enfant : être ou ne pas être la différence? La vie d un enfant est comme un bout de papier sur lequel chaque passant laisse sa marque. - proverbe chinois 106 rue Josée Rougemont (QC) J0L 1M0

Plus en détail

Sondage sur le climat. scolaire. Sondage auprès des élèves de la 4 e à la 6 e année sur : l équité et l éducation inclusive l intimidation/harcèlement

Sondage sur le climat. scolaire. Sondage auprès des élèves de la 4 e à la 6 e année sur : l équité et l éducation inclusive l intimidation/harcèlement Sondage sur le climat scolaire Sondage auprès des élèves de la 4 e à la 6 e année sur : l équité et l éducation inclusive l intimidation/harcèlement Nom de l école Numéro d identification de l école Nom

Plus en détail

Comprendre les différentes formes de communication

Comprendre les différentes formes de communication Chapitre 2 Communiquer de façon professionnelle 2. Lisez la mise en situation ci-dessous. Ensuite, nommez les attitudes favorisant la communication qui n ont pas été mises en pratique et expliquez votre

Plus en détail

Nouveaux médias. Guide pour les écoles obligatoires. Utilisation des téléphones mobiles Le cyber-harcèlement

Nouveaux médias. Guide pour les écoles obligatoires. Utilisation des téléphones mobiles Le cyber-harcèlement Nouveaux médias Guide pour les écoles obligatoires Utilisation des téléphones mobiles Le cyber-harcèlement 1 Police cantonale bernoise Etat-major/Prévention Groupe nouveaux médias Case postale 7571, 3001

Plus en détail

«Est-ce que mon enfant est à risques?» Sécurité sur la rue

«Est-ce que mon enfant est à risques?» Sécurité sur la rue «Est-ce que mon enfant est à risques?» Sécurité sur la rue 1. Est-ce que votre enfant sait ce qu est un inconnu? 2. Est-ce que votre enfant connaît la différence entre un bon et un mauvais inconnu? 3.

Plus en détail

3. Obsessionnelle 2. Possessive 1. Vigilance (Normale)

3. Obsessionnelle 2. Possessive 1. Vigilance (Normale) 3. Obsessionnelle 2. Possessive 1. Vigilance (Normale) Deux types de trahison: sexuelle et affective Première cause de violence chez les jeunes couples Danielle Bédard, sexologue, Cégep Marie-Victorin

Plus en détail

Énoncé de valeurs. Des clés pour mon intégration à Gatineau

Énoncé de valeurs. Des clés pour mon intégration à Gatineau Énoncé de valeurs Des clés pour mon intégration à Gatineau Table des matières Bienvenue à Gatineau!... 3 En quoi l apprentissage des valeurs peut-il m aider?... 4 Des valeurs à partager... 5 1. Un contrat

Plus en détail

LA VIOLENCE À L ÉCOLE :

LA VIOLENCE À L ÉCOLE : NOVEMBRE 2013-10/15 LA VIOLENCE À L ÉCOLE : DE QUOI PARLE-T-ON? Cécile VAN HONSTÉ Fédération des Associations de Parents de l Enseignement Officiel ASBL Avenue du Onze Novembre, 57 1040 Bruxelles Tel.

Plus en détail

Services Aux Victimes

Services Aux Victimes Services Aux Victimes I n i t i a t i v e s Plan de sécurité personnel Directives à l intention des personnes victimes de relations abusives Plan de sécurité personnel Qu est-ce qu un plan de sécurité?

Plus en détail

Surfer Prudent - Tchats. Un pseudo peut cacher n importe qui

Surfer Prudent - Tchats. Un pseudo peut cacher n importe qui Tchat Un tchat est un outil de communication sur Internet qui permet de parler en temps réel avec un ou plusieurs internautes. Un tchat est aussi appelé messagerie instantanée. Un pseudo peut cacher n

Plus en détail

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE

QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE QUELQUES CONSEILS AU PROFESSEUR STAGIAIRE POUR ASSEOIR SON AUTORITE Le premier contact avec vos élèves est déterminant, il y a de nombreux éléments à prendre en compte pour le réussir. Un professeur doit

Plus en détail

Pour une école citoyenne à la mesure de tous : les enfants médiateurs

Pour une école citoyenne à la mesure de tous : les enfants médiateurs Pour une école citoyenne à la mesure de tous : les enfants médiateurs L école Antoine-Balard à Montpellier accueille près de 200 enfants d un quartier défavorisé de la ville. Comme dans la plupart des

Plus en détail

LE HARCELEMENT A L ECOLE

LE HARCELEMENT A L ECOLE 1 05/05/2014 LE HARCELEMENT A L ECOLE l'essentiel : Selon une statistique nationale, un élève sur 10 est victime de harcèlement à l'école. Pour la moitié ce sont des cas de harcèlement sévère. Le harcèlement

Plus en détail

Action de l UE : défendre les droits des victimes

Action de l UE : défendre les droits des victimes défendre les droits des victimes Quel est le problème? Chaque année dans l UE, plus de 75 millions de personnes sont victimes de délits graves et 40 000 meurent dans des accidents de la route. Ces événements

Plus en détail

Violences faites aux femmes: Toutes concernées? Outil de sensibilisation

Violences faites aux femmes: Toutes concernées? Outil de sensibilisation Violences faites aux femmes: Toutes concernées? Outil de sensibilisation I. Avant-propos: pourquoi cet outil? II. Notre rôle comme mouvement d éducation permanente III. Une lecture féministe des violences

Plus en détail

LA RUMEUR Enquête 1 / Leïla, 3ème

LA RUMEUR Enquête 1 / Leïla, 3ème Enquête 1 / Leïla, 3ème OBJECTIFS PÉDAGOGIQUES DU MODULE Insister sur l'impact possible d' «une simple rumeur» Sensibiliser aux risques du cyberharcèlement et aux différents types de cyberviolences ZOOM

Plus en détail

Numéro de déclaration d organisme formateur: 83430318543

Numéro de déclaration d organisme formateur: 83430318543 ESPACE GRENOUILLIT FORMATION 47 Bd St Louis 43000 LE PUY EN VELAY Tél. : 04 71 09 33 86 Mail : communication@espace-grenouillit.com Siret: 441 763 646 000 29 Numéro de déclaration d organisme formateur:

Plus en détail

Parent avant tout Parent malgré tout. Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille.

Parent avant tout Parent malgré tout. Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille. Parent avant tout Parent malgré tout Comment aider votre enfant si vous avez un problème d alcool dans votre famille. Edition: Addiction Suisse, Lausanne 2012 Que vous soyez directement concerné-e ou que

Plus en détail

La perception du climat scolaire par les collégiens reste très positive

La perception du climat scolaire par les collégiens reste très positive note d informationnovembre 13.26 En 2013, 93 % des collégiens se déclarent satisfaits du climat scolaire de leur établissement. C est à peu près autant qu en 2011 lors de la première édition de l enquête.

Plus en détail

Code de vie St-Norbert

Code de vie St-Norbert Code de vie St-Norbert 1. Tenue vestimentaire Je suis propre et je porte des vêtements et accessoires convenables, de bon goût et décents. Pour les journées chaudes, je porte un chandail à manches courtes

Plus en détail

2) Les déterminants de la motivation des arbitres et entraîneurs:

2) Les déterminants de la motivation des arbitres et entraîneurs: Motivation et performance sportive : une caractéristique commune des arbitres et entraîneurs de haut niveau Support théorique : Jean Pierre Famose EPS N 35 Arbitre et entraîneur deux acteurs du sport moderne

Plus en détail

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique)

Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) 1 Fiche de synthèse sur la PNL (Programmation Neurolinguistique) La programmation neurolinguistique (PNL) fournit des outils de développement personnel et d amélioration de l efficacité relationnelle dans

Plus en détail

concours sois intense au naturel

concours sois intense au naturel concours sois intense Tu veux participer? Rends-toi sur le site, réponds au jeu-concours et cours la chance de gagner le grand prix, d une valeur approximative de 2 000 $, ou encore l une des nombreuses

Plus en détail

Rentrée 2015. Charte du restaurant scolaire

Rentrée 2015. Charte du restaurant scolaire Rentrée 2015 Charte du restaurant scolaire Délibération du conseil municipal du 22 mai 2014 Mairie de Marcy L étoile Préambule Merci de bien vouloir prendre connaissance en famille, avec vos enfants, du

Plus en détail

APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE. 3. Elaboration des recommandations de pratique. 4. Diffusion au personnel des recommandations.

APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE. 3. Elaboration des recommandations de pratique. 4. Diffusion au personnel des recommandations. PROCESSUS D ASSURANCE QUALITE MIS EN ŒUVRE APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE 1. Identification des circonstances déclenchantes de l acte de maltraitance. 2. Définition des objectifs correctifs. 3. Elaboration

Plus en détail

Le conseil de coopération

Le conseil de coopération Apprentissage des règles - Fiche pédagogique n 02 Le conseil de coopération Objectifs : - Apprendre aux enfants la coopération, la citoyenneté, les principes démocratiques par la pratique du conseil de

Plus en détail

14 Adopter une attitude professionnelle

14 Adopter une attitude professionnelle 14 Adopter une attitude professionnelle Pour mener à bien votre projet et instaurer des relations constructives le groupe doit adopter une attitude professionnelle et se montrer : 1. Mobilisé tous les

Plus en détail

Nos enfants et Internet

Nos enfants et Internet Extrait du support de présentation orale Nos enfants et Internet Isabelle Le Roy Isabelle Gulphe-Lachaud Anne Gustin Eléonore Papeix Mars 2014 Avec le soutien de 1 Bon anniversaire! 2 Une bonne occasion

Plus en détail

L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif

L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif L utilisation de l approche systémique dans la prévention et le traitement du jeu compulsif Isabelle Cyr, B.sc. Psychologie. B.sc. Service social. T.s. Thérapeute Josée Dostie, B.A. Psychologie. Thérapeute

Plus en détail

La supervision en soins infirmiers

La supervision en soins infirmiers La supervision en soins infirmiers (article en deux parties : version jumelée) La pratique de la supervision en soins infirmiers étant peu courante en France et les écrits la concernant de même, bien que

Plus en détail

Vendre. PANdOre INTRODUCTION. But du vendeur : faire en sorte que tout se passe au mieux entre l entreprise et les clients/les partenaires.

Vendre. PANdOre INTRODUCTION. But du vendeur : faire en sorte que tout se passe au mieux entre l entreprise et les clients/les partenaires. Vendre PANdOre INTRODUCTION But du vendeur : faire en sorte que tout se passe au mieux entre l entreprise et les clients/les partenaires. Historique de la relation client-fournisseur : 1955-1965 : le fournisseur

Plus en détail

La politique de l entreprise (esprit et incitation au challenge) implique :

La politique de l entreprise (esprit et incitation au challenge) implique : Introduction Image classique = Cadre supérieur + grande responsabilité Mais aussi le bas de l échelle Zéro défauts, l excellence a un prix = Le Stress I Définition Interaction entre un environnement et

Plus en détail

Bienvenue à la conférence en ligne Violence au travail : présentation des résultats du sondage mené auprès de trois secteurs professionnels

Bienvenue à la conférence en ligne Violence au travail : présentation des résultats du sondage mené auprès de trois secteurs professionnels Bienvenue à la conférence en ligne Violence au travail : présentation des résultats du sondage mené auprès de trois secteurs professionnels Conférencier : Richard Boyer, Ph. D., chercheur au Centre de

Plus en détail

Mon boss ne délègue pas

Mon boss ne délègue pas Situation 3 Mon boss ne délègue pas L importance d une rhétorique soignée Les situations de pur rapport de force Autonomie et contrôle La délégation Explication/justification La situation Pierre, notre

Plus en détail

La cour de récréation

La cour de récréation La cour de récréation La récréation doit être un moment où chacun peut se détendre! LES ELEVES DROITS DEVOIRS : Règles Réparation et/ou Sanctions Toute violence verbale ou physique est strictement interdite

Plus en détail

Expertis. Étude Stress. Stress. sur le Éléments statistiques. Dr Brigitte Lanusse-Cazalé. Production : Le Laussat.

Expertis. Étude Stress. Stress. sur le Éléments statistiques. Dr Brigitte Lanusse-Cazalé. Production : Le Laussat. Expertis Étude Stress Stress sur le Éléments statistiques Dr Brigitte Lanusse-Cazalé Production : Le Laussat. Les réactions au stress Les phases de stress + le stress dure, + le capital d adaptation s

Plus en détail

Sensibilisation Prévention des Risques Psychosociaux. Melle MARTIN Psychologue du travail

Sensibilisation Prévention des Risques Psychosociaux. Melle MARTIN Psychologue du travail Sensibilisation Prévention des Risques Psychosociaux Missions du psychologue du travail à ADESTI Conseils sur des signes d alertes collectifs: Audit d évaluation, accompagnement au changement, formations,

Plus en détail

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations

LA SCOLARISATION À LA MAISON. Orientations LA SCOLARISATION À LA MAISON Orientations Gouvernement du Québec Ministère de l Éducation, du Loisir et du Sport, 2010 ISBN 978-2-550-57703-4 (PDF) Dépôt légal - Bibliothèque et Archives nationales du

Plus en détail

CEPB. Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1. Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador

CEPB. Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1. Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador Le système de protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador 1 2007 2006 #49F #42E CEPB Pamela Gough Un aperçu de la protection de la jeunesse de Terre-Neuve et du Labrador La responsabilité première

Plus en détail

La chronique de Katherine Lussier, psychoéducatrice M.Sc. Psychoéducation.

La chronique de Katherine Lussier, psychoéducatrice M.Sc. Psychoéducation. 1 La chronique de Katherine Lussier, psychoéducatrice M.Sc. Psychoéducation. Édition d avril 2009 Thème : Le trouble déficitaire de l attention avec ou sans hyperactivité (TDA/H) Références : www.comportement.net

Plus en détail

LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE AU TRAVAIL AU QUÉBEC

LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE AU TRAVAIL AU QUÉBEC LE HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE AU TRAVAIL AU QUÉBEC Par: Jean-Pierre Brun, professeur Éric Plante, Professionnel de recherche Sondage par: Léger Marketing Mars 2004 DÉFINITION DU HARCÈLEMENT PSYCHOLOGIQUE

Plus en détail

Le guide s articule autour de quatre thèmes, qui sont incontournables pour bien documenter une situation d aliénation parentale ou de risque:

Le guide s articule autour de quatre thèmes, qui sont incontournables pour bien documenter une situation d aliénation parentale ou de risque: GUIDE D ENTREVUE TROUSSE DE SOUTIEN À L ÉVALUATION DU RISQUE D ALIÉNATION PARENTALE Véronique Lachance Marie-Hélène Gagné Ce guide d entrevue a été conçu pour vous aider à documenter les situations familiales

Plus en détail

Institut Informatique de gestion. Communication en situation de crise

Institut Informatique de gestion. Communication en situation de crise Institut Informatique de gestion Communication en situation de crise 1 Contexte Je ne suis pas un professionnel de la communication Méthode empirique, basée sur l(es) expérience(s) Je suis actif dans un

Plus en détail

GUIDE À L INTENTION DES PARENTS DONT L ENFANT A ÉTÉ VICTIME D UN ACTE CRIMINEL

GUIDE À L INTENTION DES PARENTS DONT L ENFANT A ÉTÉ VICTIME D UN ACTE CRIMINEL GUIDE À L INTENTION DES PARENTS DONT L ENFANT A ÉTÉ VICTIME D UN ACTE CRIMINEL TABLE DES MATIÈRES 1. Votre enfant a été victime d un acte criminel?... 3 2. Qu est-ce qu un acte criminel?... 4 A - Les crimes

Plus en détail

Le trouble oppositionnel avec. provocation ou par réaction?

Le trouble oppositionnel avec. provocation ou par réaction? Le trouble oppositionnel avec provocation ou par réaction? Emmanuelle Pelletier, M.Ps., L.Psych. Psychologue scolaire Octobre 2004 Trouble oppositionnel avec provocation ou par réaction? La personne oppositionnelle

Plus en détail

Agir pour se libérer du mobbing

Agir pour se libérer du mobbing Agir pour se libérer du mobbing Quelques conseils pour prévenir ou pour réagir en cas de harcèlement moral au travail. En collaboration avec Mobbing ASBL Introduction Le monde du travail a profondément

Plus en détail

CHARTE ETHIQUE DE WENDEL

CHARTE ETHIQUE DE WENDEL CHARTE ETHIQUE DE WENDEL Mars 2015 1 Message du Directoire Wendel est l une des toutes premières sociétés d investissement en Europe. Grâce au soutien d un actionnariat familial stable, Wendel a su se

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

Politique Utilisation des actifs informationnels

Politique Utilisation des actifs informationnels Politique Utilisation des actifs informationnels Direction des technologies de l information Adopté le 15 octobre 2007 Révisé le 2 juillet 2013 TABLE DES MATIÈRES 1. OBJECTIFS... 3 2. DÉFINITIONS... 3

Plus en détail

RÈGLEMENT NO 6 relatif aux conditions de vie des étudiants

RÈGLEMENT NO 6 relatif aux conditions de vie des étudiants N/Réf. : G6 211 030 RÈGLEMENT NO 6 relatif aux conditions de vie des étudiants Adopté : CAD-24.10.1985 Modifié : CAD-31.01.2007 et CAD-09.06.2014 Porteur du dossier : DSAE Mise à jour par : Service des

Plus en détail

Qu il se situe à l embauche ou pendant le déroulement du contrat de travail,

Qu il se situe à l embauche ou pendant le déroulement du contrat de travail, Comment agir contre le harcèlement sexuel au travail? Qu il se situe à l embauche ou pendant le déroulement du contrat de travail, le harcèlement sexuel est un délit sanctionné par la loi : Code Pénal,

Plus en détail

Droits de l enfant. Consultation des 6/18 ans MON ÉDUCATION, MES LOISIRS MA VIE DE TOUS LES JOURS MA SANTÉ JE SUIS UN ENFANT, J AI DES DROITS

Droits de l enfant. Consultation des 6/18 ans MON ÉDUCATION, MES LOISIRS MA VIE DE TOUS LES JOURS MA SANTÉ JE SUIS UN ENFANT, J AI DES DROITS Droits de l enfant LES JOURS MON ÉDUCATION, MES LOISIRS MA VIE DE TOUS ENFANT / JEUNE N d ordre Consultation des 6/18 ans 2014 MA SANTÉ JE SUIS UN ENFANT, J AI DES DROITS B onjour, Sais-tu que tu as des

Plus en détail

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous

NOTRE Code d éthique. S engager dans le respect de tous NOTRE Code d éthique S engager dans le respect de tous Notre Code d éthique S engager dans le respect de tous Le présent code d éthique a été adopté par le conseil d administration du Centre de santé et

Plus en détail

2. Risques et mesures de prévention...5 2.1 Facteurs de risque... 5 2.2 Métiers à risques... 7 2.3 Mesures de prévention... 7

2. Risques et mesures de prévention...5 2.1 Facteurs de risque... 5 2.2 Métiers à risques... 7 2.3 Mesures de prévention... 7 Fiche technique 1. : définition et obligations...2 1.1 Qu est-ce que la violence au travail... 2 Description... 2 Différentes formes... 3 1.2 Obligations légales... 4 Général... 4 Intérim... 4 2. Risques

Plus en détail