LA SOUFFRANCE DU MALADE EN FIN DE VIE. LES COMPORTEMENTS FACE A LA PERTE : vécu de la mort

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA SOUFFRANCE DU MALADE EN FIN DE VIE. LES COMPORTEMENTS FACE A LA PERTE : vécu de la mort"

Transcription

1 LA SOUFFRANCE DU MALADE EN FIN DE VIE LES COMPORTEMENTS FACE A LA PERTE : vécu de la mort relation SRLF Paris, mai C.LE BRIS BENAHIM Psychothérapeute - Formatrice Quimper CHIC

2 Comment le vécu de la mort a évolué au cours du temps? Un regard sociologique. 2 1ère Quatre phases ont été identifiées séquence de la mort apprivoisée: La mort que l on voit et que l on montre 2ème Séquence de la mort de soi : Progressivement une individualisation de la mort 3ème Séquence de la mort de toi: Pour aller vers une dramatisation de la mort 4ème Séquence de la mort interdite: aujourd hui, une mort que l on cache, une mort «interdite». Une illusion: l immortalité

3 La dramatisation de la mort. La mort perd son sens de limite : un échec à la vie Au niveau de l accompagnement familial s installe une intolérance de l émotion. corps désacralisé La relation humaine diminue au profit de la relation avec la maladie La mort devient honteuse La vérité: souvent refusée «pour lui épargner une souffrance» Immortalité, rapport au corps différent 3

4 Suspendre la temporalité, toute marque de changement allant vers la mort est effacée. 4 Chacun pense que sa vie lui appartient et qu il a le droit de décider jusqu à où et comment elle doit prendre fin. Maîtriser sa vie en maîtrisant sa mort La conscience de la mort interroge la relation entretenue avec la mort par la société La mort change de forme : l hôpital euthanasie, acharnement thérapeutique, limitation et arrêt de traitement

5 A l annonce d un diagnostic, l individu se trouve face à la butée de la réalité de la mort. Une crise existentielle: plus rien ne sera jamais comme avant Le mourant est une personne Perte de la totalité de son univers / foyer, travail, relations, corps esprit Toutes les pertes que nous pourrions subir tout au long de notre vie sont réunies 5

6 Une réalité faite d émotion et d angoisse.deux réalités vont s affronter : La souffrance d avoir à mourir, à laisser mourir La souffrance d avoir à vivre par rapport aux changements que cela va nécessiter. Deuil de l immortalité La Précarité du temps: Le deuil des racines Le deuil du corps lié à son changement. La perte de la maîtrise 6

7 Se reconnaître dans ce «nouvel état». Une atteinte des sentiments de permanence de continuité de cohérence Le problème de l identité Qui suis je? Quel sens à ma vie? 7

8 Le travail de deuil C est ce qui nous travaille plus ou moins profondément par rapport à ce qui nous touche. 1ère partie du travail de deuil Tristesse Colère Révolte, refus, angoisse Désespoir 8

9 2ème partie du travail de deuil Baisse de la souffrance (temps différent pour chacun) Intégration progressive «Nous sommes autre, la vie est autre» Désir, réaménagement de notre vie, réinvestissement, sens donné à la vie 9

10 MODALITES POUR FAIRE FACE A LA CRISE: 2 dynamiques fondamentales ANGOISSE ET ESPOIR L angoisse fondamentale face à l inconnu de la mort. L espoir fondamental pour que la personne reste vivante et désirante. Préserver la «petite fenêtre du peut-être» fondatrice de vie. 10

11 DES MECANISMES DE DEFENSE POUR S ADAPTER UN CHANGEMENT: S ADAPTER L identification des comportements est un cadre de repérage. 11

12 LA SOUFFRANCE DU MALADE EN FIN DE VIE LES COMPORTEMENTS FACE A LA PERTE Les comportements identifiés : La sidération Le déni, la dénégation, le clivage La révolte, la colère, l agressivité L hyper maîtrise, le doute Le lâcher prise, la régression La tristesse La négociation, le contrat Le repli Le renoncement, l acceptation 12

13 Le choc, la sidération C est une prise de conscience brutale C est le premier mécanisme pour gérer l angoisse Le déni, la dénégation C est tirer le rideau entre la réalité et soi C est un refus de la réalité, une mise à distance Souvent le déni est protecteur 13

14 Le clivage La personne peut comprendre rationnellement ce qui lui est dit mais ne peut pas l intégrer C est une cassure pour éviter le désastre La révolte, la colère, l agressivité C est une révolte fondamentale contre le destin. 14

15 L hyper maîtrise, les comportements obsessionnels, le doute La personne ne maîtrise plus rien, elle veut donc tout maîtriser. C est une anxiété de tous les instants. Le lâcher prise, la régression IL s agit pour la personne de retrouver un pôle de sécurité ancienne 15

16 La régression Abandon de la maîtrise pour reprendre la marche en avant. La tristesse C est pleurer tout son «saoul» sur ce qui a été perdu. La personne reconnaît en tant que tel ce à quoi il va falloir renoncer Elle est dérangeante pour l entourage La tristesse est inséparable du travail de deuil 16

17 Négociation, contrat, marchandage Façon de faire le point, de se poser Il est nécessaire de ménager un espace pour la vie, le désir Il s agit de situer la personne «ici et maintenant» désirante Le repli, la résignation Cette attitude rend les malades très difficiles. Ils ne sont accrochés à rien même pas à la relation. Parfois produit du détachement, du désinvestissement. 17

18 Le renoncement, l acceptation Accepter sa vie malgré la butée de la mort Ce n est pas un processus mentalisé C est le fruit d un cheminement émotionnel très complexe fait de contradictions. La soif de vivre Le désir de mourir 18

19 LA SOUFFRANCE DU MALADE EN FIN DE VIE LES COMPORTEMENTS FACE A LA PERTE En résumé, Fracture au niveau de l identité, de la fonction, de la place Les questions de sens qui s ensuivent sont : Qui suis je? Qui suis je devenu? Les valeurs de l Avoir et du Faire sont non opérantes en fin de vie 19

20 Un retour sur son passé, sur la trame de son existence Réfléchir sur ce qui «a été», renvoie aux pertes anciennes. Pour certains, il y aura une recherche spirituelle. La personne est vivante, désirante et sexuée jusqu au bout de sa vie 20

Conférence Les deuils situationnels

Conférence Les deuils situationnels Conférence Les deuils situationnels Sylvie Dufresne, psychothérapeute Les étapes de résolution du deuil Choc Négation déni Expression des émotions Prise en charge des tâches liées au deuil Découverte d

Plus en détail

lorsqu un deuil, un divorce ou une maladie bouleverse votre vie

lorsqu un deuil, un divorce ou une maladie bouleverse votre vie lorsqu un deuil, un divorce ou une maladie bouleverse votre vie Lors d un deuil, d une séparation ou d un divorce, À tout âge, perdre une personne que l on aime est un choc. Pour les enfants, la mort d

Plus en détail

La souffrance totale des personnes en fin de vie.

La souffrance totale des personnes en fin de vie. LA SOUFFRANCE TOTALE DES PERSONNES EN FIN DE VIE. I) Concept de souffrance globale En Soins Palliatifs, on parle de souffrance totale, «total pain», c'est-à-dire qu il s agit d une approche globale de

Plus en détail

Grand Reportage. Le mal de vivre

Grand Reportage. Le mal de vivre Grand Reportage Caroline Béliveau Thérapeute en santé mentale Annie Lafrance Co-propriétaire de Naturo 2 Sport Avec l approbation de TOCK, ce texte a été revu et corrigé par Caroline Béliveau, thérapeute

Plus en détail

Introduction par effraction

Introduction par effraction Introduction par effraction Les gens qui sont victimes d une introduction par effraction peuvent être affectés pour d autres raisons que la perte de leurs biens. Ils peuvent ressentir de fortes émotions

Plus en détail

Douleur, souffrance, démence et fin de vie

Douleur, souffrance, démence et fin de vie Douleur, souffrance, démence et fin de vie Qu est ce que la douleur? Différence entre douleur et souffrance La souffrance serait morale et la douleur physique La douleur serait locale et la souffrance

Plus en détail

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens

Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire. avec des paramédicaux du chu d Amiens Une formation sur la relation d aide pendant l annonce: Histoire avec des paramédicaux du chu d Amiens La Communication et la Relation d aide: une compétence de l infirmière Situation: mise en place du

Plus en détail

LA SOUFFRANCE TOTALE DES PERSONNES EN FIN DE VIE.

LA SOUFFRANCE TOTALE DES PERSONNES EN FIN DE VIE. 1 LA SOUFFRANCE TOTALE DES PERSONNES EN FIN DE VIE DU SP Février 2015 LA SOUFFRANCE TOTALE DES PERSONNES EN FIN DE VIE. I) Concept de souffrance globale Comment comprendre la personne malade, sans l appréhender

Plus en détail

Mieux vivre les changements au sein de la famille : Transitions, départs, deuils. Présenté par: Jerryne Mahele-Nyota PLAN DE LA PRÉSENTATION

Mieux vivre les changements au sein de la famille : Transitions, départs, deuils. Présenté par: Jerryne Mahele-Nyota PLAN DE LA PRÉSENTATION Mieux vivre les changements au sein de la famille : Transitions, départs, deuils Présenté par: Jerryne Mahele-Nyota PLAN DE LA PRÉSENTATION 1 PLAN DE LA PRESENTATION Qui sommes-nous? Kazana Consultation

Plus en détail

LES CROYANCES LIMITANTES

LES CROYANCES LIMITANTES 1998 Séminaire de Robert DILTS LES CROYANCES LIMITANTES Les 3 domaines les plus courants de croyances limitantes sont ceux qui concernent le manque d espoir (ce n est pas possible), le manque de confiance

Plus en détail

LE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE

LE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE LE SOUTIEN PSYCHOLOGIQUE Comment faire appel à un psychologue? Demande du patient Orientation par un professionnel A quel moment de la prise en charge peut-on le solliciter? A tout moment de la maladie

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

API08 Evaluation site internet

API08 Evaluation site internet UNIVERSITE DE TECHNOLOGIE DE COMPIEGNE API08 Evaluation site internet Fédération Française des échecs Emilien NOTARIANNI Printemps 2014 Table des matières Introduction... 2 Evaluation «subjective»... 3

Plus en détail

POUR ÊTRE AIDÉ(E), POUR S INFORMER

POUR ÊTRE AIDÉ(E), POUR S INFORMER DROGUES INFO SERVICE 0 800 23 13 13 WWW.DROGUES-INFO-SERVICE.FR 7 jours sur 7. De 8 à 2 heures. Appel anonyme et gratuit d un poste fixe. Appel depuis un portable au coût d un appel ordinaire : 01 70 23

Plus en détail

Interactions entre différents secteurs : quelques observations

Interactions entre différents secteurs : quelques observations Interactions entre différents secteurs : quelques observations Par Alex Battaglini CSSS Bordeaux-Cartierville Saint-Laurent, Johanne Archambault, CSSS-IUGS (Sherbrooke); Julie Gervais, CSSS Bordeaux-Cartierville

Plus en détail

ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX?

ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX? ETES-VOUS PRET.ES A ALLER MIEUX? Projet formulé à partir de ma pratique de terrain: Constats Public défavorisé Plus le niveau d instruction est bas plus plus le risque est grand de développer des troubles

Plus en détail

Comment retrouver la motivation? Présenté par Bruno Bandelier

Comment retrouver la motivation? Présenté par Bruno Bandelier Comment retrouver la motivation? Présenté par Bruno Bandelier La Motivation au cœur de nos vies! Pilier de l épanouissement personnel et du bonheur. Un impact sur le mentale et le physique Omniprésente,

Plus en détail

Chapitre 15. La vie au camp

Chapitre 15. La vie au camp Chapitre 15. La vie au camp Chapitre 15. La vie au camp 227 1. Intensité de la vie du camp 230 2. Loin de la maison 230 A. Sentiment de sécurité 230 B. Les coups de cafard de l enfant 231 227 Un camp,

Plus en détail

Patricia Marcoux. Marie-Laurence Poirel Groupe de travail sur le traitement du RRASMQ École de service social, Université de Montréal

Patricia Marcoux. Marie-Laurence Poirel Groupe de travail sur le traitement du RRASMQ École de service social, Université de Montréal Revisiter la question de l amélioration et du changement. Des discours collectifs sur le rétablissement et la citoyenneté aux récits de vie de personnes vivant avec des problèmes de santé mentale Patricia

Plus en détail

La ligne du respect sur banderole

La ligne du respect sur banderole LE CLIMAT ACTUALISANT / LA RESPONSABILISATION DE L ÉLÈVE La ligne du respect sur banderole INTENTIONS Réfléchir aux conséquences de nos comportements. Se sensibiliser par rapport aux comportements qui

Plus en détail

POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ?

POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ? POURQUOI EST-CE SI DIFFICILE DE PERDRE UN BÉBÉ? Ce n est pas juste un petit bébé qui a été perdu. C est une vie au complet qui ne sera pas vécue. Contrairement aux idées véhiculées dans la société, le

Plus en détail

L annonce d une déficience : quels impacts sur les parents?

L annonce d une déficience : quels impacts sur les parents? 1 L annonce d une déficience : quels impacts sur les parents? À l instar de ce qu on peut retrouver dans le livret Accompagner l annonce d un diagnostic 1, nous ne parlerons pas de l annonce du handicap

Plus en détail

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015

Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Synthèse Sondage Sondage France Alzheimer / Opinion Way Paroles de personnes malades Principaux résultats Septembre 2015 Préambule Donner la parole aux personnes malades, ne pas s exprimer à leur place,

Plus en détail

Conduire une opération de changement de statut. 29/03/2009 Jean BRETIN 1

Conduire une opération de changement de statut. 29/03/2009 Jean BRETIN 1 Conduire une opération de changement de statut 29/03/2009 Jean BRETIN 1 Préambule Changer, c est mourir un peu Pour certaines cultures d entreprise, c est mourir beaucoup! Le but de ce document est de

Plus en détail

BIENVENUE DANS. Nouvelle. Statutaire. des personnels Sociaux. De la Fonction Publique État, Territoriale, Hospitalière

BIENVENUE DANS. Nouvelle. Statutaire. des personnels Sociaux. De la Fonction Publique État, Territoriale, Hospitalière BIENVENUE DANS LE LA Nouvelle Escroquerie Espace Statutaire des personnels Sociaux De la Fonction Publique État, Territoriale, Hospitalière Commençons par voir comment nous sommes considérés aujourd hui

Plus en détail

Union Régionale des Francas Pays de La Loire

Union Régionale des Francas Pays de La Loire «La famille d aujourd hui n est ni plus ni moins parfaite que celle de jadis: elle est autre, parce que les milieux où elle vit sont plus complexes, voilà tout.» E. Durkheim 1888 Accompagnement à la fonction

Plus en détail

Le diabète de type 2. 1. Contexte

Le diabète de type 2. 1. Contexte Le diabète de type 2 1. Contexte Le diabète de type 2 est une maladie caractérisée par une hyperglycémie chronique, c est-à-dire par un taux trop élevé de sucre dans le sang. Cette maladie survient généralement

Plus en détail

Toi seul peux répondre à cette question.

Toi seul peux répondre à cette question. Suis-je dépendant ou dépendante? Traduction de littérature approuvée par la fraternité de NA. Copyright 1991 by Narcotics Anonymous World Services, Inc. Tous droits réservés. Toi seul peux répondre à cette

Plus en détail

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici».

Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». 1. Apprenez à votre enfant la Règle «On ne touche pas ici». Près d un enfant sur cinq est victime de violence sexuelle, y compris d abus sexuels. Vous pouvez empêcher que cela arrive à votre enfant. Apprenez

Plus en détail

Maladie d Alzheimer Ce que la famille peut faire

Maladie d Alzheimer Ce que la famille peut faire Maladie d Alzheimer Ce que la famille peut faire Ce que la famille peut faire La diagnostic de la maladie d Alzheimer peut s avérer bouleversant pour la personne concernée et pour ses proches. Vous vous

Plus en détail

Qualité de vie des résidents en EMS: Perspectives croisées

Qualité de vie des résidents en EMS: Perspectives croisées PIHET Sandrine ETTER Stéphanie Qualité de vie des résidents en EMS: Perspectives croisées JOURNÉE DE RÉFLEXION DE L AFIPA 10.09.2014 UNE ENQUÊTE DE PLUS? 4 domaines couverts en 6 à 8 points: Autonomie

Plus en détail

«Merci de me faire confiance, ça me donne des ailes!»

«Merci de me faire confiance, ça me donne des ailes!» Activité de groupe MATÉRIEL Un crayon pour chaque participant Papier pour chaque participant De grandes feuilles et un crayon-feutre ou tableau DURÉE 1 h à 1 h 30 FAVORISER la réflexion sur les éléments

Plus en détail

L ordinateur et votre enfant

L ordinateur et votre enfant L ordinateur et votre enfant Nous nous trouvons présentement dans une ère où les appareils électroniques font partie intégrante de la vie des enfants. Cela a mené beaucoup d effets positifs au plan des

Plus en détail

DES OUTILS POUR LES SOIGNANTS. Annick ERNOULT, Formatrice Aurore PLAT, Psychologue

DES OUTILS POUR LES SOIGNANTS. Annick ERNOULT, Formatrice Aurore PLAT, Psychologue DES OUTILS POUR LES SOIGNANTS Annick ERNOULT, Formatrice Aurore PLAT, Psychologue 1 INTRODUCTION (AP) Pour quelle(s) raison(s) les soignants qui connaissent les soins palliatifs pédiatriques auraient-ils

Plus en détail

L intérêt de l activité pour l enfant se trouve-t-il dans le plaisir de faire ou dans le résultat?

L intérêt de l activité pour l enfant se trouve-t-il dans le plaisir de faire ou dans le résultat? Compte-rendu de la soirée-débat du RAM du 25 juin 2015 Thème: «La distance professionnelle entre professionnelles de la petite enfance» Pour cette ultime soirée-débat de l'année, il a été fait le choix

Plus en détail

PHILOCOURS.COM. Autrui. Sujets les plus fréquents. http://www.philocours.com/bac/sujet/ficheautrui.html

PHILOCOURS.COM. Autrui. Sujets les plus fréquents. http://www.philocours.com/bac/sujet/ficheautrui.html Page 1 sur 5 PHILOCOURS.COM Accueil Cours Corriges Methode Dossiers Liens Aide Perso Fiches Bac Newsletter Contact Programmes Accueil > Les Fiches du Bac > Autrui page 1 2 3 4 Autrui page créée le 01/01/2003

Plus en détail

L impact psychologique du cancer du sein. RENY Justine, psychologue clinicienne

L impact psychologique du cancer du sein. RENY Justine, psychologue clinicienne L impact psychologique du cancer du sein RENY Justine, psychologue clinicienne Groupe de parole : hôpital de Dreux Groupe ouvert à tous les patients en cours de traitement et/ou en rémission Un mardi par

Plus en détail

Rapport d activité des écoles de devoirs. Mode d emploi pour remplir le questionnaire

Rapport d activité des écoles de devoirs. Mode d emploi pour remplir le questionnaire Rapport d activité des écoles de devoirs Mode d emploi pour remplir le questionnaire 1 Mode d emploi à destination des écoles de devoirs en vue de la rédaction de leur rapport d activité via un formulaire

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

Stratégie de gestion du stress :

Stratégie de gestion du stress : Le stress est une fonction normale de l être humain qui fait face à un danger. C est une réaction d alerte contre une menace psychologique. Une perturbation des habitudes, de l équilibre force l individu

Plus en détail

4.1. Exercice pour mieux se connaître

4.1. Exercice pour mieux se connaître Fiche de travail 4.1 4.1. Exercice pour mieux se connaître Objectif: Trouver ou retrouver qui vous êtes. Identifier ce que vous aimez chez vous. 1 ère étape Compléter les phrases suivantes: 1. Ce que j'aime

Plus en détail

6.3 - Séq.2 / Jeu de rôle («ABCD») / Étude de cas / paramédicaux et équipes professionnelles

6.3 - Séq.2 / Jeu de rôle («ABCD») / Étude de cas / paramédicaux et équipes professionnelles 01 Cas n o 1 Thème : Annonce d une mauvaise nouvelle : Madame S. FICHE À REMETTRE AU «PROFESSIONNEL» Vous êtes aide-soignante dans un établissement d hébergement pour personnes âgées dépendantes. Mme S.

Plus en détail

RECADRER UN COLLABORATEUR

RECADRER UN COLLABORATEUR RECADRER UN COLLABORATEUR Le recadrage du collaborateur s effectue en entretien individuel. Ses objectifs sont nombreux : Il permet au manager d exprimer son désaccord afin de faire évoluer positivement

Plus en détail

La mort d un enfant, c est la perte de l avenir et la perte du passé, d une ancienne vie. C est la rupture, la déchirure presque physique.

La mort d un enfant, c est la perte de l avenir et la perte du passé, d une ancienne vie. C est la rupture, la déchirure presque physique. «La mort de mon Enfant, le courage du deuil au Quotidien» Soirée débat, mardi 05 février 2013, à l Hôtel de Ville. Animée par Mme Katy BONNARD, En partenariat avec l Association Jonathan Pierres Vivantes.

Plus en détail

5.3. Bande numérique cartes numération et cartes à points pour apprendre les nombres de 0 à 99

5.3. Bande numérique cartes numération et cartes à points pour apprendre les nombres de 0 à 99 5.3. Bande numérique cartes numération et cartes à points pour apprendre les nombres de 0 à 99 Niveau CP pistes pour le CE1 Modèle proposé : modèles de séance Hypothèse de la difficulté : pour les élèves

Plus en détail

Q. QUELLE EST LA MISSION DU CENTRE DE CRISE POUR LES VICTIMES DE VIOL?

Q. QUELLE EST LA MISSION DU CENTRE DE CRISE POUR LES VICTIMES DE VIOL? Q. QUELLE EST LA MISSION DU CENTRE DE CRISE POUR LES VICTIMES DE VIOL? R. Le Centre de crise pour les victimes de viol est un groupe de femmes qui apporte son soutien aux femmes qui ont vécu une expérience

Plus en détail

L écoute active est une attitude destinée à augmenter la qualité de l écoute. Elle permet à l interlocuteur de se sentir entendu et compris.

L écoute active est une attitude destinée à augmenter la qualité de l écoute. Elle permet à l interlocuteur de se sentir entendu et compris. L ECOUTE ACTIVE DEFINITION L écoute active est une attitude destinée à augmenter la qualité de l écoute. Elle permet à l interlocuteur de se sentir entendu et compris. Ecouter c est donner à l autre de

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13

TABLE DES MATIÈRES PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 TABLE DES MATIÈRES AVANT-PROPOS...9 PREMIÈRE PARTIE AMÉLIORER...13 Comment accroître la motivation de mon enfant à l école?...15 Comment favoriser l autonomie et le sens des responsabilités chez mon enfant?...29

Plus en détail

2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression.

2 ) Maintenant, si on essaie de penser cet apprentissage en termes de progression. Roland CHARNAY, professeur honoraire de mathématiques en IUFM, chercheur associé à l'inrp «Apprentissage des tables : quelques étapes du CE1 au CM2» Roland Charnay pose un certain nombre de points de repères

Plus en détail

Un outil pour fabriquer des règles de vie avec les enfants et garder un respect du matériel pendant l accueil temps libre.

Un outil pour fabriquer des règles de vie avec les enfants et garder un respect du matériel pendant l accueil temps libre. Un outil pour fabriquer des règles de vie avec les enfants et garder un respect du matériel pendant l accueil temps libre. Contenu : Un mode d emploi Un panneau 50/70 cm Un rouleau de papier collant 30

Plus en détail

Synthèse et capitalisation des réflexions menées. Lors des conviviales 2013,

Synthèse et capitalisation des réflexions menées. Lors des conviviales 2013, Synthèse et capitalisation des réflexions menées Lors des conviviales 2013, 5 thèmes ont été identifiés comme primordiaux dans la réussite de son intégration professionnelle et sont le sujet d'ateliers

Plus en détail

Le livret des compétences relationnelles

Le livret des compétences relationnelles Le livret des compétences relationnelles Version janvier 2011 Un travail collectif, en croisant les regards Ce livret est le fruit d un travail collectif, réalisé par un groupe d employeurs, de demandeurs

Plus en détail

Discours de clôture du colloque «Développer la marche en ville : mobilité, santé, sécurité du piéton» 15 septembre 2011 Paris ( Philippe Maler)

Discours de clôture du colloque «Développer la marche en ville : mobilité, santé, sécurité du piéton» 15 septembre 2011 Paris ( Philippe Maler) Discours de clôture du colloque «Développer la marche en ville : mobilité, santé, sécurité du piéton» 15 septembre 2011 Paris ( Philippe Maler) Mesdames et messieurs, Il me revient de conclure cette journée

Plus en détail

Pourquoi moi? Pleins feux sur les croyances entourant le cancer. Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ

Pourquoi moi? Pleins feux sur les croyances entourant le cancer. Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ Pourquoi moi? Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ Pleins feux sur les croyances entourant le cancer Équipe d oncologie psychosociale et spirituelle du CHUQ 2 1 Vous venez d apprendre

Plus en détail

Serveur WSUS. Introduction : Phase d étude : Phase de préparation :

Serveur WSUS. Introduction : Phase d étude : Phase de préparation : Serveur WSUS Introduction : Dans le cadre de mon stage de 2 ème année, l on m a proposé plusieurs projets. J ai choisi l installation d un serveur WSUS. Je vais présenter mes choix et les étapes de la

Plus en détail

bonnes raisons pour ne pas se syndiquer

bonnes raisons pour ne pas se syndiquer 10 bonnes raisons pour ne pas se syndiquer 1 LES SYNDICATS, C EST RINGARD! Si vous pensez que les syndicats ne sont pas adaptés aux problèmes de notre époque, alors il ne tient qu à vous pour que ça change.

Plus en détail

1. L alternance 2 2. L accompagnement en entreprise 2. 3. Alternance et mission tutorale 2. 4. Les outils de la mission tutorale 4

1. L alternance 2 2. L accompagnement en entreprise 2. 3. Alternance et mission tutorale 2. 4. Les outils de la mission tutorale 4 1. L alternance 2 2. L accompagnement en entreprise 2 2.1 Qui est concerné par la fonction tutorale? 2 2.2 Contexte réglementaire du système conventionnel de l alternance 2 3. Alternance et mission tutorale

Plus en détail

Le stress. Présentation par Marie Chantal Audet M.A. Psychologue

Le stress. Présentation par Marie Chantal Audet M.A. Psychologue Le stress Présentation par Marie Chantal Audet M.A. Psychologue Objectifs Savoir reconnaître les différents niveaux de stress : de l inquiétude en passant par l anxiété jusqu à la panique. 1. Stress =

Plus en détail

SEMINAIRE DE SENSIBILISATION

SEMINAIRE DE SENSIBILISATION SEMINAIRE DE SENSIBILISATION Gestion des risques dans le cadre d un événement étudiant Publié le 15/06/2015 Page 1 5 Introduction Comment appréhender les responsabilités en amont d un évènement? Comment

Plus en détail

Savoir favoriser un rapport d influence. Québec 2014

Savoir favoriser un rapport d influence. Québec 2014 Savoir favoriser un rapport d influence Québec 2014 La période d incertitude actuelle va aller en s aggravant et fera appel de plus en plus à un nouveau leadership; Ce leadership va devoir nous amener

Plus en détail

Une histoire de Letizia Lambert

Une histoire de Letizia Lambert Une histoire de Letizia Lambert Voix off : Aujourd hui c est dimanche. Bonne nouvelle, c est le jour du cinéma. Voix off : Gabriel aime ce moment car... Voix off :...c est très ennuyeux l hôpital. Voix

Plus en détail

L'expérience du cancer vécue par un enfant, ses parents, ses soignants. Daniel OPPENHEIM Département de Pédiatrie et Unité de Psycho-Oncologie

L'expérience du cancer vécue par un enfant, ses parents, ses soignants. Daniel OPPENHEIM Département de Pédiatrie et Unité de Psycho-Oncologie L'expérience du cancer vécue par un enfant, ses parents, ses soignants Daniel OPPENHEIM Département de Pédiatrie et Unité de Psycho-Oncologie 1. L expérience du cancer est toujours bouleversante. Malgré

Plus en détail

Programme d observation n 1

Programme d observation n 1 Programme d observation n JUIN/JUILLET Juin n est pas un mois favorable pour l astronomie. Les nuits sont les plus courtes de l année et le ciel n est jamais totalement noir. La région à explorer dans

Plus en détail

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément»

«3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» «3 pas pour être moi facilement et créer ma vie aisément» Leçon 15 : Comment être un coach, un thérapeute, un indépendant aligné et puissant. Célébration? Mon intention C est une leçon en 2 parties qui

Plus en détail

Préface de Germain Duclos

Préface de Germain Duclos je suis capable! i, Moi auss Marie-Francine Hébert Marie-Claude Favreau Préface de Germain Duclos Moi aussi je suis capable! Texte : Marie-Francine Hébert Illustrations : Marie-Claude Favreau Préface

Plus en détail

Ce jeu a été écrit pour se jouer dans un endroit confiné, une salle noire et nue est idéale.

Ce jeu a été écrit pour se jouer dans un endroit confiné, une salle noire et nue est idéale. Shooting Un jeu de Baptiste CAZES expérience electro-gn Ce jeu a été écrit pour se jouer dans un endroit confiné, une salle noire et nue est idéale. C est un jeu pour deux joueurs. Le premier personnage

Plus en détail

Opinions, faits, sentiments

Opinions, faits, sentiments Opinions, faits, sentiments Les messages que nous recevons, de proches, d adultes, de la télévision, des livres, des journaux sont composés d un ensemble de faits, d opinions et de sentiments. Il n est

Plus en détail

Intervention de Cédric Mametz Conférence d EASPD à Istanbul 28 septembre 2013. L ESAT est le nom des structures de travail protégé en France.

Intervention de Cédric Mametz Conférence d EASPD à Istanbul 28 septembre 2013. L ESAT est le nom des structures de travail protégé en France. Intervention de Cédric Mametz Conférence d EASPD à Istanbul 28 septembre 2013 Bonjour, Je m appelle Cédric Mametz. J ai 34 ans. Je travaille dans un ESAT. L ESAT est le nom des structures de travail protégé

Plus en détail

FICHE ÉLÈVE 5. d après un conte indien. Littérature - Fiche élève 5 / page 1/5. www.cieau.com

FICHE ÉLÈVE 5. d après un conte indien. Littérature - Fiche élève 5 / page 1/5. www.cieau.com Un porteur d eau indien avait deux grandes jarres, suspendues aux deux extrémités d une pièce de bois qui épousait la forme de ses épaules. L une des jarres avait un éclat, alors que l autre conservait

Plus en détail

Les proches, pourquoi sont-ils conduits à s approprier le pouvoir de décision? 9 octobre 2012. Professeure Dominique Thouvenin

Les proches, pourquoi sont-ils conduits à s approprier le pouvoir de décision? 9 octobre 2012. Professeure Dominique Thouvenin Les proches, pourquoi sont-ils conduits à s approprier le pouvoir de décision? 9 octobre 2012 Professeure Dominique Thouvenin Ecole des Hautes Etudes en santé Publique () Titulaire de la chaire «Droit

Plus en détail

Comment faire du dessin technique Principe de cette projection Soit un objet technique à projeter.

Comment faire du dessin technique Principe de cette projection Soit un objet technique à projeter. Comment faire du dessin technique Principe de cette projection Soit un objet technique à projeter. Veuillez visionner le document sur la formation en ligne. Corniche : objet technique à dessiner. Plaçons

Plus en détail

Emanant d un individu ou d un groupe d individus

Emanant d un individu ou d un groupe d individus Emanant d un individu ou d un groupe d individus A sa présentation elle doit dégager de l enthousiasme Même si celle-ci semble utopique, elle a le mérite d exister Elle fédèrera tous vos adhérents sur

Plus en détail

Processus psychologiques d adaptation au handicap

Processus psychologiques d adaptation au handicap DIU «TRAUMATISMES CRANIENS» Processus psychologiques d adaptation au handicap Michèle Koleck Le TBI Traumatisme physique et psychosocial Répercussions sur la vie du patient et de ses proches Nécessité

Plus en détail

Pourquoi se faire superviser?

Pourquoi se faire superviser? Pourquoi se faire superviser? La supervision a pour but de fournir l'encadrement professionnel nécessaire pour parvenir, avec l'aide d'un professionnel expérimenté, à la maîtrise de l'intervention pratique

Plus en détail

À quoi sert une banque? Partie 3 : À la découverte de l épargne et du taux d intérêt Activités pour l élève

À quoi sert une banque? Partie 3 : À la découverte de l épargne et du taux d intérêt Activités pour l élève À quoi sert une banque? Partie 3 : À la découverte de l épargne et du taux d intérêt Activités pour l élève 1 - Phase d observation : Une approche de la notion d épargne et des motifs de l épargne Document

Plus en détail

L impact des évolutions sur les compétences

L impact des évolutions sur les compétences L impact des évolutions sur les compétences Comment redéployer les compétences dans le cadre de réorganisations Quels dispositifs innovants pour les développer? Un environnement qui conditionne le changement

Plus en détail

Les dates et les heures dans EXCEL.

Les dates et les heures dans EXCEL. C Tech de Co Bordeaux BA 2005-2006 Page 1/9 Les dates et les heures dans EXCEL. omme tous les tableurs actuels Excel dispose de possibilités intéressantes, bien que peu connues, en ce qui concerne la gestion

Plus en détail

UNE BOÎTE À OUTILS POUR FAIRE FACE À LA DEPRESSION

UNE BOÎTE À OUTILS POUR FAIRE FACE À LA DEPRESSION UNE BOÎTE À OUTILS POUR FAIRE FACE À LA DEPRESSION PRÉSENTATION: M. KOFFI AGBEMADON, INTERVENANT EN RELATION D AIDE M. LAURENT QUINT, INTERVENANT EN RELATION D AIDE CONFÉRENCE DU 14 JUIN 2011 1 PLAN 1.

Plus en détail

Le partage des responsabilités dans une équipe

Le partage des responsabilités dans une équipe Le partage des responsabilités dans une équipe Comment permettre à chacun d avoir des responsabilités et d être soutenu pour les mener à bien? Peut-on s appuyer sur la diversité (histoire, compétences,

Plus en détail

peu peux/peut peut être peut-être

peu peux/peut peut être peut-être GRAMMATICAUX DE CATÉGORIES DIFFÉRENTES PEU HOMOPHONES PEUX/PEUT PEUT ÊTRE PEUT-ÊTRE 1 Homophones grammaticaux de catégories différentes peu peux/peut peut être peut-être peu : adverbe ; il a le sens de

Plus en détail

Prendre l intimidateur par les cornes Cahier d exercices

Prendre l intimidateur par les cornes Cahier d exercices Page # 1 Vitae Dynamics Inc. Prendre l intimidateur par les cornes Cahier d exercices Introduction Le cahier d exercice qui suit est conçu pour vous aider à clarifier les émotions que vous ressentez à

Plus en détail

La retraite: quelle réalité?

La retraite: quelle réalité? La retraite: quelle réalité? Le Collectif implique-action 55+ Roger Thériault, 5 novembre 2015 Liminaire 1. Je déteste le mot «retraité», provenant du vocabulaire militaire: obligation pour les troupes

Plus en détail

Coaching, Une méthode scientifique

Coaching, Une méthode scientifique Coaching, Une méthode scientifique ROSELYNE KATTAR Tout le monde parle de coaching sans savoir exactement de quoi il s agit. Afin de clarifier cette approche selon moi, je vous propose de répondre à 3

Plus en détail

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER

LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER LES GROUPES DE PAROLE A France ALZHEIMER L Association France Alzheimer est une association de familles créée par des familles et des professionnels du soin en 1985. A cette époque il n existe aucun traitement

Plus en détail

INDUSTRIE SECTEUR : 2. Projet : Ecole Compétences -Entreprise ORIENTATION D'ETUDES :

INDUSTRIE SECTEUR : 2. Projet : Ecole Compétences -Entreprise ORIENTATION D'ETUDES : 1 Projet : Ecole Compétences -Entreprise SECTEUR : 2 INDUSTRIE ORIENTATION D'ETUDES : ELECTRICIEN INSTALLATEUR MONTEUR ELECTRICIENNE INSTALLATRICE MONTEUSE Formation en cours de Carrière Avec l aide du

Plus en détail

CELEBRONS LA SAINTETE

CELEBRONS LA SAINTETE CELEBRONS LA SAINTETE COMMENT DEBUTER UN PETIT GROUPE 1 Qu est-ce qu un petit groupe? Un petit groupe dans l église fait référence à un groupe de neuf à douze personnes qui se réunit régulièrement dans

Plus en détail

DON DU VIVANT SITUATION(E) AMBIGUE(S)

DON DU VIVANT SITUATION(E) AMBIGUE(S) DON DU VIVANT SITUATION(E) AMBIGUE(S) Société Francophone de Dialyse Université d ÉTÉ BICHAT 19 juin 2015 Chantal RAIMBAULT Psychologue Transplantations Rénales Transplantations cardiaques CHRU de TOURS

Plus en détail

Le coaching individuel: un outil de prévention-gestion du stress ou un levier d amélioration de la qualité de vie au travail?

Le coaching individuel: un outil de prévention-gestion du stress ou un levier d amélioration de la qualité de vie au travail? Le coaching individuel: un outil de prévention-gestion du stress ou un levier d amélioration de la qualité de vie au travail? Nathalie Cortial Vivien, 2013 1 De la prévention du stress à la qualité de

Plus en détail

Une vue plus synthétique pour une meilleure qualité de soins. Une meilleure cohérence.

Une vue plus synthétique pour une meilleure qualité de soins. Une meilleure cohérence. Une vue plus synthétique pour une meilleure qualité de soins. Le dossier médical virtuel unifié permet aux professionnels de santé d accéder à vos données médicales. Une meilleure cohérence. Le dossier

Plus en détail

Pr Monnier Nous allons commencer par conséquent par le chapitre 1 et nous allons envisager l insulinothérapie basale dans le diabète de type 2.

Pr Monnier Nous allons commencer par conséquent par le chapitre 1 et nous allons envisager l insulinothérapie basale dans le diabète de type 2. Pr Monnier Nous allons commencer par conséquent par le chapitre 1 et nous allons envisager l insulinothérapie basale dans le diabète de type 2. La première question que je vais poser à Éric Renard est

Plus en détail

La qualité du vécu des patients et de leur famille en Soins Palliatifs

La qualité du vécu des patients et de leur famille en Soins Palliatifs La qualité du vécu des patients et de leur famille en Soins Palliatifs Mme Léo Marsin Infirmière en chef SP St-Jean - Bruxelles Infirmière graduée Obtenu le diplôme universitaire des Soins Palliatifs (Lille)

Plus en détail

Rapport d auto-apprentissage d anglais sur l année 2010/2011

Rapport d auto-apprentissage d anglais sur l année 2010/2011 Juliette Olivier, 1AI (Binôme : Tracy GESINI) Rapport d auto-apprentissage d anglais sur l année 2010/2011 I) Evolution de l auto-apprentissage sur l année Au début de l année, j ai eu du mal à quitter

Plus en détail

Groupes de parole sur l argent (GPA) :

Groupes de parole sur l argent (GPA) : Jean Beaujouan jean.beaujouan@free.fr Tel : 01 42 23 18 58 Groupes de parole sur l argent (GPA) : les enseignements d une expérience 1. Présentation Définition : dans un groupe de parole sur l argent (GPA),

Plus en détail

MATINEE RH CCI 18. 30 octobre 2014

MATINEE RH CCI 18. 30 octobre 2014 MATINEE RH CCI 18 30 octobre 2014 2 Qu est-ce que c est? Pourquoi le faire? 3 Qu est-ce c est? C est un outil de management et de gestion des ressources humaines C est un moment de dialogue privilégié

Plus en détail

NOMBRES ET CARRES. Le principe. Premières expérimentations. Pour aller plus loin...

NOMBRES ET CARRES. Le principe. Premières expérimentations. Pour aller plus loin... NOMBRES ET CARRES Le principe On décide de jouer avec les nombres de la manière suivante: on se donne un nombre, par exemple 53, on ajoute les carrés des chiffres qui le composent - ici 2 + 5 2 + 3 2 =

Plus en détail

Explorer son identité pour mieux accompagner

Explorer son identité pour mieux accompagner Explorer son identité pour mieux accompagner Vers une meilleure cohérence dans la relation d «aide» www.coaching-services.ch info@coaching-services.ch Ch. des Tines 9, 1260 Nyon La formation à l art du

Plus en détail

comédie pour tout public, huit minutes environ Personnages : Sonia Sybille Quentin Serge Maryse

comédie pour tout public, huit minutes environ Personnages : Sonia Sybille Quentin Serge Maryse 1 de Genre : Personnages : Costumes : Décors : Synopsis : comédie pour tout public, huit minutes environ contemporains salle de réunion, tables et chaises Une maison de retraite va s ouvrir et une consultante

Plus en détail

GÉRER ET PILOTER. TEST MANAGEMENT - RH Quel est votre style de management?

GÉRER ET PILOTER. TEST MANAGEMENT - RH Quel est votre style de management? de management? Voici quatre situations professionnelles : à chaque fois vous avez le choix entre quatre types de comportements. Cochez la case qui, selon vous, correspond le plus au comportement que vous

Plus en détail

MA MOBILITE PROFESSIONNELLE & MOI. Résultats de notre enquête 2014/5 en partenariat avec Ithaque Coaching

MA MOBILITE PROFESSIONNELLE & MOI. Résultats de notre enquête 2014/5 en partenariat avec Ithaque Coaching + MA MOBILITE PROFESSIONNELLE & MOI Résultats de notre enquête 2014/5 en partenariat avec Ithaque Coaching Sommaire 2 Objectifs de l enquête. Méthodologie Profil des répondants Résultats Mobilité professionnelle..

Plus en détail