LES MECANISMES DE DEFENSE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LES MECANISMES DE DEFENSE"

Transcription

1 LES MECANISMES DE DEFENSE

2

3 Table des matières Table des matières 3 I - GENERALITES, DEFINITION 7 A. GENERALITES, DEFINITION...7 II - LES PRINCIPAUX MECANISMES DE DEFENSE 9 A. le refoulement :...9 B. la sublimation...9 C. l'identification...10 D. la projection...10 E. la régression...10 F. le déni...11 G. la dénégation...11 H. les formations réactionnelles I. le déplacement :

4

5 Objectifs 1. Reconnaître l'origine, la finalité et les caractéristiques des mécanismes de défense. 2. Comprendre l'importance de ces mécanismes pour l'équilibre de la personnalité. 3. Reconnaître les manifestations psycho-pathologiques de leur échec. 4. Connaître les principaux mécanismes, leurs particularités et pouvoir en donner des exemples concrets. 5

6

7 I - GENERALITES, DEFINITION I GENERALITES, DEFINITION 7 A. GENERALITES, DEFINITION Les mécanismes de défense sont les différents types d'opérations psychiques, ayant pour finalité la réduction de la tension psychique interne. Ils sont généralement utiles pour la protection de la cohésion de l'appareil psychique, afin de sauvegarder son équilibre, des pressions et des contradictions qui proviennent des conflits entre le Ca et le Surmoi. En effet, le fonctionnement mental est conflictuel (opposition entre le principe de réalité et le principe du plaisir) produisant de l'angoisse (qui peut être évidente ou latente). Cette angoisse représente un signal de danger, adressé au Moi, pour le prévenir des dangers provenant du Ca ou du Sur-moi. Face à cette menace, le Moi va essayer de se débarrasser de l'angoisse, tout en restant adapté à la réalité, par le recours à des mécanismes de défense. Ces mécanismes de défense ont été individualisés grâce à la pratique psychothérapique (essentiellement psychanalytique). Ils sont nombreux, variables d'un sujet (normal ou malade) à l'autre et, chez un même individu, d'un moment à l'autre. Ils n'ont pas tous la même valeur adaptative et ne donnent pas tous la même satisfaction à l'individu. Le choix d'un mécanisme de défense est généralement inconscient, et dépend des fixations de la personnalité au cours de son développement (depuis la naissance), ainsi que du conflit traversé. Beaucoup de mécanismes de défense apparaissent sous forme de comportement psychopathologiques, quand il existe un conflit aigu entre les différentes instances psychiques (Ca, Moi, Surmoi, Idéal du Moi) ou entre ces instances et la réalité. Mais beaucoup de mécanismes de défense courants sont utilisés aussi, de façon permanente et banale, donnant naissance aux «traits de caractère» des personnalités non morbides. Plus que le type du mécanisme, c'est sa prédominance (lorsqu'il est utilisé de façon excessive, stéréotypé ), sa rigidité (entravant la souplesse et l'harmonie du fonctionnement mental) et son inefficacité (lorsqu'il entraîne un comportement stérile et inadapté ), qui rendent une personnalité pathologique, organisée selon un mode névrotique, psychotique ou limite. Dans les organisations névrotiques, le conflit se situe entre les pulsions sexuelles et leurs interdictions. L'angoisse est celle de la castration et les mécanismes de défense tendent à diminuer cette angoisse par des régressions (soit de la libido, soit auto ou hétéro agressives) 7

8 GENERALITES, DEFINITION Dans les organisations psychotiques, le conflit se joue avec la réalité et l'angoisse est celle du morcellement (d'une absence de différenciation avec la réalité). Contre cette angoisse, les mécanismes de défense névrotiques s'avèrent le plus souvent insuffisants, nécessitant le recours à des mécanismes de défense propres au système psychotique (autisme, déni de la réalité, délire) Dans les organisations des «états limites», le conflit se situe entre les pulsions agressives contre l'objet frustrant et l'immense désir que ce dernier répare la blessure narcissique. L'angoisse est celle de perte d'objet, c'est à dire de dépression. A coté des névroses, des psychoses et des états limites, diverses autres manifestations psycho-pathologiques peuvent être considérées comme dues à l'échec des mécanismes de défense, comme : l'angoisse paralysante : qui traduirait un débordement des défenses psychiques d'un sujet, devant une situation qui dépasse ses capacités adaptatives habituelles. la dépression : qui refléterait la faillite des mécanismes de défense, devant une perte d'objet. le passage rapide à l'acte : (comme on le voit chez les psychopathes), traduirait une décharge immédiate, de la tension psychique, dans l'acte, en évitant le recours à des mécanismes de défenses plus élaborés (tel que la mentalisation) et donc plus efficaces à long terme. les maladies psychosomatiques : témoigneraient de la faillite des mécanismes de défense, laissant la tension psychique s'écouler directement dans le corps, au lieu de s'évacuer par des mécanismes moins coûteux. 8

9 LES PRINCIPAUX II - MECANISMES DE DEFENSE II le refoulement : 9 la sublimation 9 l'identification 10 la projection 10 la régression 10 le déni 11 la dénégation 11 les formations réactionnelles 11 le déplacement : 12 A. le refoulement : C'est le fait de repousser et de maintenir hors de la conscience (dans l'inconscient), les pulsions interdites et les représentations inacceptables. Il est lié au travail du Surmoi, qui va rejeter dans l'inconscient, toute idée inacceptable par la société. C'est un processus normal, indispensable à l'équilibre psychologique. C'est le mécanisme le plus utilisé et grâce auquel se constitue l'inconscient. Mais lorsqu'il fonctionne de façon trop rigide, ne laissant percevoir que des interdits, l'angoisse va naître et le sujet versera dans la névrose, qui donne un semblant de satisfaction. Oublier une période pénible de la vie, qui sera refoulée dans l'inconscient. le symptôme de conversion hystérique représente un compromis, grâce auquel la représentation pulsionnelle gênante sera complètement refoulée. D'où «la belle indifférence» de l'hystérique devant son symptôme. B. la sublimation C'est la transformation d'une pulsion interdite, en une activité utile et acceptable, socialement (le plus souvent de type altruiste ou spirituel). Le but interdit est abandonné, au profit d'un nouveau but, autorisé par le Surmoi. C'est le mécanisme le plus bénéfique et le plus économique pour la personnalité, 9

10 LES PRINCIPAUX MECANISMES DE DEFENSE puisqu'il permet l'évacuation des pulsions, sous forme de comportements valorisés par le Surmoi et approuvés par le groupe social. Elle est le produit d'un conditionnement, par l'éducation sociale et la morale. Elle assure l'organisation du «Moi moral». Elle joue un rôle important dans l'adaptation du sujet à son environnement et participe au développement social de l'individu. En effet, elle procure au sujet un sentiment d'équilibre et de satisfaction. Certains sports de combat seraient une sublimation des tendances agressives. La production artistique permet l'extériorisation des pulsions interdites, de manière sublimée. L'intellectualisme de certains adolescents, seraient une sublimation de leurs pulsions sexuelles interdites. C. l'identification C'est le fait d'adopter, un aspect ou une attitude d'une autre personne. Elle joue un rôle fondamental dans la constitution de la personnalité et en particulier du Surmoi, par l'identification aux parents. La résolution adéquate du complexe d'œdipe, se fait par identification au père. l'acteur qui s'identifie au personnage du scénario, les jeunes qui s'identifient à leurs idoles, etc. D. la projection C'est le fait de rejeter sur une autre personne, des sentiments ou des pulsions inacceptables (que le sujet refuse en lui). C'est un mécanisme de défense efficace contre l'anxiété, puisqu'il permet de liquider et d évacuer la tension intérieure, mais il fausse les rapports avec autrui et peut entraîner des difficultés relationnelles. Elle est fréquemment utilisée, dans des conditions non pathologiques : la superstition, la mythologie, l'animisme, etc. Elle est utilisée systématiquement, et de façon excessive, dans la paranoïa (les pulsions de haine sont projetés sur les autres, qui deviennent des persécuteurs). l'enfant qui frappe un autre enfant et qui se dit être frappé, par lui. Le paranoïaque qui déteste quelqu'un et qui s'estime être persécuté par lui. E. la régression C'est lorsque le sujet cherche à résoudre ses conflits par le retour à des conduites, 10

11 LES PRINCIPAUX MECANISMES DE DEFENSE à des pensées ou à un style relationnel, d'un stade dépassé et antérieur, du développement de la personnalité. Elle permet d'éviter la tension et le conflit, évoqués au niveau actuel du développement. Son utilisation excessive signe l'immaturité de la personnalité. Elle peut être transitoire (par exemple au cours d'une maladie, qui laisse le sujet dans une situation infantile) ou durable (comme dans la personnalité hystérique, par exemple). Dans ce dernier cas, elle représente le mécanisme fondamental de formation des maladies mentales : à chaque stade du développement, auquel régresse systématiquement le sujet, correspond un type de maladie mentale. F. le déni C'est le refus de reconnaître un fait réel existant (en niant la réalité même de la perception). Il réalise une négation de la réalité des perceptions sensorielles objectives. Il s'agit habituellement des faits douloureux de la réalité. Il peut être utile, dans les suites immédiates d'un événement traumatisant, à condition de ne pas se prolonger longtemps ni entraver l'adaptation à la réalité. Dans ce dernier cas, on aboutira à une psychose ou à une perversion. «le membre fantôme» de certains amputés, déni de la mort dans les deuils, déni de maladie grave. Le déni systématique de la réalité gênante, par les psychotiques. G. la dénégation La pulsion gênante n'est pas refoulée, elle apparaît dans la conscience, mais le sujet s'en défend en niant (en refusant d'admettre) qu'elle le concerne personnellement. les déclarations comme : «la femme qui apparaît dans mon rêve, non, ce n'est pas ma mère» ou bien «je n'ai pas pensé, du tout, à cela», valent souvent plus qu'une affirmation!! H. les formations réactionnelles Une pulsion inacceptable est transformée en son contraire : le sujet va alors manifester ou adopter un comportement diamétralement opposé à ses tendances instinctuelles. La propreté excessive de certains obsessionnels, peut être un mécanisme de défense contre un désir inconscient de saleté ou de manipuler des saletés. L'ascétisme de certains adolescents, représenterait une formation réactionnelle contre la poussée pulsionnelle sexuelle de la puberté. 11

12 LES PRINCIPAUX MECANISMES DE DEFENSE La gentillesse exagérée et l'altruisme peuvent représenter une formation réactionnelle contre une agressivité inconsciente. La sollicitude exagérée peut être une formation réactionnelle contre la haine. I. le déplacement : Permet de transférer l'affect lié à une représentation interdite, vers une autre moins gênante, mais liée à la première par un élément symboliquement significatif. la peur de la sexualité peut se déplacer sur la rue (peur de sortir dans la rue). Le lien entre les deux, est que la rue représente le lieu des rencontres, qui peuvent aboutir à des relations sexuelles. 12

LA PERSONNALITE NORMALE ET PATHOLOGIQUE Jean Bergeret Dunod, Paris, 1996

LA PERSONNALITE NORMALE ET PATHOLOGIQUE Jean Bergeret Dunod, Paris, 1996 LA PERSONNALITE NORMALE ET PATHOLOGIQUE Jean Bergeret Dunod, Paris, 1996 STRUCTURE ET NORMALITE & LA NOTION DE STRUCTURE DE LA PERSONNALITE La notion de «normalité» serait ainsi réservée à un état d adéquation

Plus en détail

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie.

Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Les aspects psychologiques de la paralysie cérébrale : répercussions et enjeux dans le parcours de vie. Sarah CAILLOT, Psychologue Réseau Breizh IMC- Pôle MPR St-Hélier (Rennes)- Journée Inter-régionale

Plus en détail

«La capacité à être seul», WINNICOTT

«La capacité à être seul», WINNICOTT «La capacité à être seul», WINNICOTT La capacité d être seul est un signe des plus importants de la maturité du développement affectif. On repère chez le sujet ce qu il éprouve dans des situations de solitude,

Plus en détail

Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise.

Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise. Le psychiatre face aux risques psycho-sociaux. sociaux. Gestion des conflits en entreprise. Docteur David ATTAL. Psychiatre. Praticien Hospitalier. Centre Hospitalier Régional Universitaire de Marseille.

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices

Attirez-vous les Manipulateurs? 5 Indices Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent 1 Attirez-vous les Manipulateurs? Claire Parent Mini livre gratuit Sherpa Consult Bruxelles, Mai 2012 Tous droits de reproduction, d'adaptation et de traduction

Plus en détail

Réponse et temps de réponse aux items en psychométrie. R. Trouillet M.C.F. H.D.R. Lab. Epsylon EA4556

Réponse et temps de réponse aux items en psychométrie. R. Trouillet M.C.F. H.D.R. Lab. Epsylon EA4556 Réponse et temps de réponse aux items en psychométrie R. Trouillet M.C.F. H.D.R. Lab. Epsylon EA4556 Thérapies psychodynamiques Levy & Ablond (2009). Handbook of Evidence-Based Psychodynamic Psychotherapy..

Plus en détail

LA SOUFFRANCE DU MALADE EN FIN DE VIE. LES COMPORTEMENTS FACE A LA PERTE : vécu de la mort

LA SOUFFRANCE DU MALADE EN FIN DE VIE. LES COMPORTEMENTS FACE A LA PERTE : vécu de la mort LA SOUFFRANCE DU MALADE EN FIN DE VIE LES COMPORTEMENTS FACE A LA PERTE : vécu de la mort relation SRLF Paris, 11-12-13 mai C.LE BRIS BENAHIM Psychothérapeute - Formatrice Quimper CHIC Comment le vécu

Plus en détail

Partie 1: La relation psyche-soma. Illustrations de la place des interactions corps-esprit

Partie 1: La relation psyche-soma. Illustrations de la place des interactions corps-esprit Partie 1: La relation psyche-soma Illustrations de la place des interactions corps-esprit A. L APPROCHE PSYCHOSOMATIQUE 1. Origines de l approche psychosomatique Le terme psychosomatique est développé

Plus en détail

LES BASES DE LA MÉTAPSYCHOLOGIE

LES BASES DE LA MÉTAPSYCHOLOGIE Chapitre 1 LES BASES DE LA MÉTAPSYCHOLOGIE I. RAPPEL THÉORIQUE Le terme Métapsychologie désigne le cadre théorique que Freud a élaboré et enrichi tout au long de sa vie. La métapsychologie constitue la

Plus en détail

Critères de l'addiction et de la dépendance affective chez la victime de manipulateur pervers narcissique

Critères de l'addiction et de la dépendance affective chez la victime de manipulateur pervers narcissique Critères de l'addiction et de la dépendance affective chez la victime de manipulateur pervers narcissique Dépendance de la victime à une illusion, un fantasme Ces critères ont été élaborés par Goodman

Plus en détail

Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress. Dr N. Lafay

Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress. Dr N. Lafay Événements de vie, pathologie réactionnelle et stress Dr N. Lafay Introduction Stress = événements de vie Stress, bases physiologiques Événements de vie, bases épidémiologiques Adaptation du sujet à une

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

Professeur Thierry BOUGEROL

Professeur Thierry BOUGEROL UE7 - Santé Humanité Société Chapitre 2 : Développement psychologique : personnalité et tempérament Professeur Thierry BOUGEROL Année universitaire 2010/2011 Université Joseph Fourier de Grenoble - Tous

Plus en détail

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation?

Question N : 1- Comment un individu devient-il acteur dans une organisation? THÈME DE L INDIVIDU À L ACTEUR L organisation, que ce soit une association, une administration ou une entreprise, ne peut pas fonctionner sans la mise en œuvre de processus de gestion assurant la coordination

Plus en détail

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi

Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Affirmation de soi, confiance en soi, estime de soi Estime de soi MOI Affirmation de soi AUTRES Confiance en soi ACTION Contexte Règles fondamentales de la communication 1) On ne peut pas décider, par

Plus en détail

Stress des soignants et Douleur de l'enfant

Stress des soignants et Douleur de l'enfant 5e rencontre francophone Suisse et France voisine de la douleur chez l enfant Stress des soignants et Douleur de l'enfant Céline ROUSSEAU-SALVADOR Psychomotricienne - Psychologue Clinicienne Service d

Plus en détail

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle

Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle Chap 5 : Renforcer l efficacité relationnelle I. Communiquer avec efficacité A. Intégrer les processus d influence sociale 1. La personnalité Les métaprogrammes sont les traits de personnalité qui, gravés

Plus en détail

Troubles du comportement de l enfant et de l adolescent

Troubles du comportement de l enfant et de l adolescent 1 ère partie : Modules transdisciplinaires - Module 3 : Maturation et vulnérabilité - Objectif 39 : Troubles du comportement de l enfant et de l adolescent Rédaction : JP Visier, M Maury et P Bizouard

Plus en détail

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.»

«Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» «Tout le monde devrait faire une psychothérapie.» Moins je me connais, mieux je me porte. Clément Rosset, Loin de moi, 1999 Faut-il tout «psychiatriser»? Tout événement de vie difficile tel qu une rupture

Plus en détail

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux

Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs. I. Appréhender le groupe social. A. Identifier la nation de rapport social. 1. Les groupes sociaux I. Appréhender le groupe social Chap 4 : Etablir la relation entre les acteurs A. Identifier la nation de rapport social 1. Les groupes sociaux Le groupe se définit par la réunion de plusieurs personnes

Plus en détail

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT

DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Guide d enseignement et Feuilles d activité de l élève DONNÉES PRÉLIMINAIRES POUR L ENSEIGNANTE OU L ENSEIGNANT Qu est-ce que l intimidation (bullying)? L intimidation est le fait de tourmenter de façon

Plus en détail

PSYCHOSOMATIQUE, RELAXATION, PSYCHOTHERAPIES A MEDIATION CORPORELLE

PSYCHOSOMATIQUE, RELAXATION, PSYCHOTHERAPIES A MEDIATION CORPORELLE UNIVERSITE MONTPELLIER 1 DIPLOME UNIVERSITAIRE PSYCHOSOMATIQUE, RELAXATION, PSYCHOTHERAPIES A MEDIATION CORPORELLE Option A: Psychosomatique, thérapies de relaxation. Option B: Psychosomatique et psychothérapies

Plus en détail

Apprendre, comprendre, analyser

Apprendre, comprendre, analyser 2014-2015 Initiation et formation Psychologie clinique appliquée École de psychologie clinique Espace Beauvalle C Rue Mahatma GANDHI 13090 Aix-en-Provence Tél. 0 442 268 648 Fax 0 442 276 784 info@epc-psycho.com

Plus en détail

Introduction. Pourquoice livre?... Comment utiliser ce livre?... Que contient ce manuel?... Chapitre 1

Introduction. Pourquoice livre?... Comment utiliser ce livre?... Que contient ce manuel?... Chapitre 1 " Table des matières Introduction Pourquoice livre?... Comment utiliser ce livre?... Que contient ce manuel?... 7 8 8 Chapitre 1 Connaître les bases de l'affirmation de soi et de la communication Les comportements

Plus en détail

"Couples séparés mais toujours parents"

Couples séparés mais toujours parents "Couples séparés mais toujours parents" Compte rendu Rencontre à thème Le 31 Janvier 2012 Matin Intervenante : Katell Jouffe, psychologue à l'hôpital de jour pour enfants autistes et psychotiques et médiatrice

Plus en détail

LES TROUBLES DU COMPORTEMENT de l enfant et de l'adolescent

LES TROUBLES DU COMPORTEMENT de l enfant et de l'adolescent Accueil Présentation Enseignement Recherche Actualité Publications Documents Dossiers Pédopsy et Web Bibliothèque Liens Module 3 : MATURATION ET VULNERABILITE. LES TROUBLES DU COMPORTEMENT de l enfant

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

Comment se constitue la personnalité? Un bébé heureux a-t-il le plus de chances de devenir un adulte heureux?

Comment se constitue la personnalité? Un bébé heureux a-t-il le plus de chances de devenir un adulte heureux? Philippe Scialom 1 Un bébé heureux a-t-il le plus de chances de devenir un adulte heureux? La petite enfance est une période beaucoup plus déterminante qu on ne pourrait le penser : tout ce que va vivre

Plus en détail

La gestion des situations d urgence et de crise. module GSC BJOP 2008 (CESG)

La gestion des situations d urgence et de crise. module GSC BJOP 2008 (CESG) La gestion des situations d urgence Objectif de la sensibilisation Gestion des situations d urgence Comprendre des notions de crise et d urgence Typologie et phases de l agression Mieux connaître les différentes

Plus en détail

Esprit critique et dérives psychologique

Esprit critique et dérives psychologique Esprit critique et dérives psychologique L'esprit critique et l'autodéfense intellectuelle... Psy : clés d interprétation de notre environnement La construction et la transmission du savoir recouvre des

Plus en détail

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR?

QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? QU EST-CE QUI VOUS MÈNE: LA TÊTE OU LE COEUR? Source: DUMONT, Nicole. Femmes d aujourd hui, Vol. 1 No. 8., janvier 1996. On dit de certaines personnes qu elles n ont pas de tête ou qu elles n ont pas de

Plus en détail

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement.

DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. DIU Soins Palliatifs et d Accompagnement. Centre - Pays de Loire CHRU Tours COMMUNICATION «Conflits internes et Cohérence personnelle» SOMMAIRE Introduction page 3 Communication Page 4 Les paramètres d

Plus en détail

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008

Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation. Septembre 2008 Le référentiel RIFVEH www.rifveh.org La sécurité des personnes ayant des incapacités : un enjeu de concertation Septembre 2008 Louis Plamondon Centre de recherche de l institut universitaire de gériatrie

Plus en détail

Définition. Recherche sur Internet. Quelques chiffres. Stress et enseignement. Symptômes 3 catégories de causes Le burn out Gestion du stress

Définition. Recherche sur Internet. Quelques chiffres. Stress et enseignement. Symptômes 3 catégories de causes Le burn out Gestion du stress Stress et enseignement Symptômes 3 catégories de causes Le burn out Gestion du stress Recherche sur Internet Moteur de recherche: GOOGLE Mots-clés: + stress + enseignement Nombre de pages francophones

Plus en détail

Coaching Formation - Consulting

Coaching Formation - Consulting Révélateur de ressources Coaching Formation - Consulting LA PROCESS COM : MIEUX COMMUNIQUER POUR MIEUX TRAVAILLER ENSEMBLE 1) Situer son type de personnalité et adapter ses comportements 2) Anticiper et

Plus en détail

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003

Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19. Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Troubles psychiques de la grossesse et du post-partum Q19 Psychiatrie adulte Module D Pr Jean Louis Senon Année universitaire 2002-2003 Plans et objectifs Pendant la grossesse Troubles mineurs, dépressions

Plus en détail

Coaching et Team Building

Coaching et Team Building recherché par les entreprises Ils représentent deux leviers ENTREPRISE Coaching et Team Building des outils de management au service de la personne, des entreprises et des organisations Serge LANTEAUME

Plus en détail

L'ENFANT ET SA FAMILLE.

L'ENFANT ET SA FAMILLE. L'ENFANT ET SA FAMILLE. D. W. Winnicott LES FONCTIONS DE L'ENVIRONNEMENT : Le potentiel inné d'un enfant ne peut devenir un enfant que si il est couplé à des soins maternels. Les mères ne sont pourtant

Plus en détail

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle

Manque de reconnaissance. Manque de contrôle CONTRE-VALEURS 7 octobre 2014 Les contre-valeurs représentent ce que l on cherche à fuir. Elles nous motivent négativement en ce sens où elles incarnent des situations que nous évitons ou que nous cherchons

Plus en détail

Société Française de Coaching Compte rendu de conférence

Société Française de Coaching Compte rendu de conférence ATELIER SFCoach PACA du 30 septembre 2003 Marseille Les contre-indications du coaching Intervenant : Roland BRUNNER (RB): coach et psychanalyste, membre fondateur de la SF Coach, Vice Président de l'institut

Plus en détail

Sport, Dopage & Addiction. Claude Cayrac Professeur-Coordinateur CREPS Toulouse

Sport, Dopage & Addiction. Claude Cayrac Professeur-Coordinateur CREPS Toulouse Sport, Dopage & Addiction Claude Cayrac Professeur-Coordinateur CREPS Toulouse Situation complexe Société de la PERFORMANCE Compétition permanente Culture de l image l Difficulté de reconnaissance individuelle

Plus en détail

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive

DOCUMENT DE TRAVAIL. Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive Strasbourg, 7 août 2009 EPAS(2009)19rév DOCUMENT DE TRAVAIL Projet de révision de l annexe à la Recommandation n o R (92) 14 rév. du Code d éthique sportive «Qui joue loyalement est toujours gagnant.»

Plus en détail

COURTINAT Elisabeth. La préoccupation maternelle primaire 1956 Donald Wood WINNICOTT

COURTINAT Elisabeth. La préoccupation maternelle primaire 1956 Donald Wood WINNICOTT COURTINAT Elisabeth La préoccupation maternelle primaire 1956 Donald Wood WINNICOTT PLAN PLAN...2 INTRODUCTION...3 1. L auteur...3 2. L élaboration des théories de Winnicott et leur contexte...4 L originalité

Plus en détail

LES DEPENDANCES Article théorique psy au vocabulaire professionnel LE MODELE CLASSIQUE PSYCHANALYTIQUE : FREUD ABRAHAM KLEIN WINNICOTT- FENICHEL

LES DEPENDANCES Article théorique psy au vocabulaire professionnel LE MODELE CLASSIQUE PSYCHANALYTIQUE : FREUD ABRAHAM KLEIN WINNICOTT- FENICHEL LES DEPENDANCES Article théorique psy au vocabulaire professionnel Par Christiane RASSAERT, psychothérapeute, gestalt praticienne, Spécialiste de la thérapie de personnes dépendantes aux produits et des

Plus en détail

Favoriser l'attachement sécurisant chez les bébés et les jeunes enfants : Le Cercle de sécurité

Favoriser l'attachement sécurisant chez les bébés et les jeunes enfants : Le Cercle de sécurité Favoriser l'attachement sécurisant chez les bébés et les jeunes enfants : Le Cercle de sécurité Congrès Enfanter le monde 26 novembre 2010 Claud Bisaillon, Ph.D. Psychologue, professeure Plan de la présentation

Plus en détail

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir

Annie Claude Sortant-Delanoë. L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir Annie Claude Sortant-Delanoë L angoisse, nécessité logique entre jouissance et désir À sa naissance, l enfant est un organisme dont le cri exprime un besoin. Ce cri n a aucune intention de signification.

Plus en détail

Formation postgraduée en psychothérapie pour l obtention du titre de spécialiste FMH en psychiatrie et psychothérapie

Formation postgraduée en psychothérapie pour l obtention du titre de spécialiste FMH en psychiatrie et psychothérapie Formation postgraduée en psychothérapie pour l obtention du titre de spécialiste FMH en psychiatrie et psychothérapie Reconnu par la Société suisse de psychiatrie et psychothérapie (SSPP) Hornweg 28, 8700

Plus en détail

HABITAT INDIGNE, SOUFFRANCE PSYCHIQUE. ET DEFENSES DELIRANTES DANS LES EXCLUSIONS (internes et externes) Lyon, 2014

HABITAT INDIGNE, SOUFFRANCE PSYCHIQUE. ET DEFENSES DELIRANTES DANS LES EXCLUSIONS (internes et externes) Lyon, 2014 HABITAT INDIGNE, SOUFFRANCE PSYCHIQUE ET DEFENSES DELIRANTES DANS LES EXCLUSIONS (internes et externes) Lyon, 2014 Les évolutions récentes Remplacer «incurie» par «abandon» Abandon de soi, de son soin

Plus en détail

Accompagner le changement et mieux communiquer

Accompagner le changement et mieux communiquer Accompagner le changement et mieux communiquer Catalogue Formations 2009/2010 Dédiées aux acteurs du monde de la communication Management opérationnel des équipes de communication Manager efficacement

Plus en détail

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET Le médecin de prévention face aux RPS Docteur Isabelle THOMINET 1. Définition des RPS Les risques psychosociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress». En réalité, ils recouvrent

Plus en détail

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE!

JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! rétablissement et psychose / Fiche 1 JE NE SUIS PAS PSYCHOTIQUE! JJérôme s énerve : «Je ne suis pas psychotique! Vous ne dites que des conneries! Je suis moi, Jérôme, et je ne vois pas le monde comme vous,

Plus en détail

Drogues, toxicomanies, conduites addictives

Drogues, toxicomanies, conduites addictives Drogues, toxicomanies, conduites addictives Jean-Etienne PODIK Mots clefs Addictions, dépendance Toxicomanies Politique de réduction des risques Comportements à risques Coûts Tabac Alcool Drogues licites,

Plus en détail

Le deuil au féminin. Maria Tuiran Rougeon. Introduction

Le deuil au féminin. Maria Tuiran Rougeon. Introduction Le deuil au féminin Maria Tuiran Rougeon Introduction Lors du séminaire à l étude 1 il y a trois ans, nous avons pris la mesure de la cure analytique en tant qu acte. Acte qui est censé nous mener à un

Plus en détail

Médecine et société / Le normal et la pathologique; histoire de la médecine

Médecine et société / Le normal et la pathologique; histoire de la médecine O B J E C T I F S Programme llongiitudiinall : Introduction Personne, santé, société (PSS) Cours d introduction - Présentation du cours PSS. - Importance des dimensions psycho-sociales dans la pratique

Plus en détail

La charte de l'a.r.c.h.e.

La charte de l'a.r.c.h.e. La charte de l'a.r.c.h.e. Ethique Conscients de disposer de clefs d'accès efficaces aux ressources de l'inconscient et de la responsabilité de promouvoir une définition et une perception originales des

Plus en détail

Management Interculturel

Management Interculturel Management Interculturel La mondialisation et l ouverture des marchés ont permis l interconnexion des mondes. Ces phénomènes ont en même temps accéléré la mutation des modes de pensée et de consommation.

Plus en détail

le «Yoga psychologique», créé par Nicolas Bornemisza.

le «Yoga psychologique», créé par Nicolas Bornemisza. MÉTHODE IT Libérations des Images intérieures - Images de Transformation Présentation de la méthode de Nicolas Bornemisza La méthode IT a été co- créée par Marie Lise Labonté et Nicolas Bornemisza. Elle

Plus en détail

Relation soignant / soigné

Relation soignant / soigné Relation soignant / soigné 3 métiers impossibles selon Freud : gouverner soigner éduquer Car met les personnes dans une situation de dépendance et d autorité Relation = activité ou une situation dans laquelle

Plus en détail

Sommaire. Sommaire. L Entreprise Page 3. Qu est-ce que la PNL? Page 4. Thérapie PNL et hypnose ericksonienne Page 7

Sommaire. Sommaire. L Entreprise Page 3. Qu est-ce que la PNL? Page 4. Thérapie PNL et hypnose ericksonienne Page 7 Sommaire L Entreprise Page 3 Qu est-ce que la PNL? Page 4 Thérapie PNL et hypnose ericksonienne Page 7 Préparation mentale pour sportif Page 8 Arrêter de fumer Page 11 Mincir par l hypnose Page 12 Traitement

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Mesurer et prévenir les risques professionnels Liés aux conditions générales de travail, les risques professionnels font peser sur les salariés la menace d une altération de

Plus en détail

troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs tous les intervenants de l entreprise Prise en charge immédiate sur le lieu de travail.

troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs tous les intervenants de l entreprise Prise en charge immédiate sur le lieu de travail. Introduction Les troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs concernent tous les intervenants de l entreprise : dangerosité du salarié pour lui-même et pour autrui, risque de désorganisation de l activité

Plus en détail

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire :

La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : La notion de besoin peut décrire : une expérience vécue dont la personne est parfaitement consciente : Exemple : «J ai besoin de me divertir»; La notion de besoin peut décrire : 2. «une exigence née de

Plus en détail

Quand le corps devient objet de l autre

Quand le corps devient objet de l autre Quand le corps devient objet de l autre (Hypersexualisation, pornographie, prostitution à l heure des technologies de l information et de la communication) Robert Courtois Clinique Psychiatrique Universitaire

Plus en détail

Comment l enfant pense à la mort

Comment l enfant pense à la mort Chapitre 1 Comment l enfant pense à la mort 1. Les situations dans lesquelles un enfant peut être confronté à la mort 2. Le concept de la mort chez l enfant 3. La mort dans le fonctionnement psychique

Plus en détail

SOMMAIRE. METHODE VITTOZ... P3 La Méthode... P3 Le champ d action... P3. Centre de formation AKOUO : CCCM 77 rue Ste Cécile 13005 Marseille

SOMMAIRE. METHODE VITTOZ... P3 La Méthode... P3 Le champ d action... P3. Centre de formation AKOUO : CCCM 77 rue Ste Cécile 13005 Marseille FORMATION A LA METHODE VITTOZ Centre Culturel CCCM 77 rue Ste Cécile 13005 Marseille Tel 04 91 25 88 89 Mail : centre.culturel.cccm@free.fr Site : http://centre.culturel.cccm.free.fr http://vittoz-akouo-formation-marseille.com

Plus en détail

GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS

GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS GERER SON STRESS - GERER LES CONFLITS Dans des organisations en constante évolution, un manager doit pouvoir devenir une base de sécurité pour l équipe qu il dirige. Il doit pouvoir être une source de

Plus en détail

Le moi dans la névrose obsessionnelle Relations d'objet et mécanismes de défense 1 Maurice BOUVET Payot, Paris, 1967, pp. 77-159

Le moi dans la névrose obsessionnelle Relations d'objet et mécanismes de défense 1 Maurice BOUVET Payot, Paris, 1967, pp. 77-159 Le moi dans la névrose obsessionnelle Relations d'objet et mécanismes de défense 1 Maurice BOUVET Payot, Paris, 1967, pp. 77-159 I. Introduction... 2 II. État actuel de la question... 3 1. Régression libidinale

Plus en détail

Étude de livre - MBA - HEC Lausanne. Comment gérer efficacement son supérieur hiérarchique

Étude de livre - MBA - HEC Lausanne. Comment gérer efficacement son supérieur hiérarchique Étude de livre - MBA - HEC Lausanne Comment gérer efficacement son supérieur hiérarchique Version 1.1 Copyright, HEC Université de Lausanne, 2004 Tous droits réservés pour tous pays. Toute traduction ou

Plus en détail

5172, des Ramiers Québec QC G1G 1L3 (418) 622-1593 c.sanfacon@videotron.ca

5172, des Ramiers Québec QC G1G 1L3 (418) 622-1593 c.sanfacon@videotron.ca 5172, des Ramiers Québec QC G1G 1L3 (418) 622-1593 LES TECHNIQUES D INTERVENTION Accepter mes propres émotions, éviter l affrontement, respecter l image du jeune. Ce n est pas toujours évident d intervenir

Plus en détail

Entre Toit et moi pas de place pour la rue

Entre Toit et moi pas de place pour la rue Entre Toit et moi pas de place pour la rue Clés en main Présentation organisme Origine du projet Entre Toit et moi; pas de place pour la rue But : Favoriser le maintien en logement Objectifs Population

Plus en détail

La violence : «Arrêtes moi si tu peux»

La violence : «Arrêtes moi si tu peux» DHAENE Julie DC2-2 Mémoire La violence : «Arrêtes moi si tu peux» Présentation au DIPLOME D ETAT D EDUCATEUR SPECIALISE Session Juin 2012 1 SOMMAIRE Remerciements Introduction 1 Institution : L association

Plus en détail

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS?

POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? POURQUOI RESSENTONS-NOUS DES ÉMOTIONS? Pourquoi vivons-nous des émotions? Voilà une excellente question! Avez-vous pensé: «Les émotions nous rendent humains» ou : «Elles nous permettent de sentir ce qui

Plus en détail

La politique de l entreprise (esprit et incitation au challenge) implique :

La politique de l entreprise (esprit et incitation au challenge) implique : Introduction Image classique = Cadre supérieur + grande responsabilité Mais aussi le bas de l échelle Zéro défauts, l excellence a un prix = Le Stress I Définition Interaction entre un environnement et

Plus en détail

Dix valeurs pour les soins infirmiers

Dix valeurs pour les soins infirmiers Dix valeurs pour les soins infirmiers La valeur n attendant pas le nombre des années, deux étudiantes en soins infirmiers se sont interrogées sur les valeurs dont l infirmière a besoin pour mieux adapter

Plus en détail

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés IEN/CTR ASH 2011-2012 Comportements inappropriés / Troubles de la conduite et du comportement

Plus en détail

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT

FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT FORMATION : POSTURE COACH, LES METIERS D ACCOMPAGNEMENT Que vous soyez parent, enseignant, formateur, pédagogue, coach, manager Que votre activité professionnelle ou simplement la quête de vous-même vous

Plus en détail

FORCE DE VENTE : une approche commerciale efficace

FORCE DE VENTE : une approche commerciale efficace Les formations standardisées voulant mettre le commercial dans un «moule» et formater une personne en appliquant des techniques à la lettre sont bien différentes de ce que nous vous proposons chez Semaphorus.

Plus en détail

L ACCUEIL PHYSIQUE ET TELEPHONIQUE

L ACCUEIL PHYSIQUE ET TELEPHONIQUE L ACCUEIL PHYSIQUE ET TELEPHONIQUE 800 HT/jour Prendre conscience de l'importance et des enjeux d'un accueil physique et téléphonique de qualité Maîtriser les techniques de communication pour optimiser

Plus en détail

La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante

La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante Rapport adopté lors de la session du Conseil national de l Ordre des médecins du 8 octobre 2010 Dr Irène KAHN-BENSAUDE Dr Jean-Marie FAROUDJA La Protection de l'enfance Signalement et information préoccupante

Plus en détail

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES

DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES DOMAINE 7 RELATIONS ET RÔLES 327 Allaitement maternel inefficace (00104) 327 Allaitement maternel interrompu (00105) 328 Motivation à améliorer l allaitement maternel (00106) 329 Tension dans l exercice

Plus en détail

Les représentations sociales des juges et des experts concernant le meilleur intérêt de l enfant dont la garde est contestée

Les représentations sociales des juges et des experts concernant le meilleur intérêt de l enfant dont la garde est contestée Les représentations sociales des juges et des experts concernant le meilleur intérêt de l enfant dont la garde est contestée Elisabeth Godbout Doctorante en service social Université Laval Colloque Autour

Plus en détail

Guide d accompagnement pour la prise en charge des troubles anxieux chez l enfant

Guide d accompagnement pour la prise en charge des troubles anxieux chez l enfant Guide d accompagnement pour la prise en charge des troubles anxieux chez l enfant Guide d accompagnement pour la prise en charge des troubles anxieux chez l enfant MYLÈNE GINCHEREAU M.SC. PSYCHOÉDUCATION

Plus en détail

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1

INTRODUCTION. Master Management des Ressources Humaines de l IAE de Toulouse Page 1 LES FICHES OUTILS RESSOURCES HUMAINES L évaluation 360 Feed-back INTRODUCTION Aujourd hui les ressources humaines sont considérées par les entreprises comme un capital. La notion de «capital humain» illustre

Plus en détail

Guide d évaluation fonctionnelle UNASSAD

Guide d évaluation fonctionnelle UNASSAD Guide d évaluation fonctionnelle UNASSAD EXPLICATIONS POUR L UTILISATION DES FICHES 1 PRINCIPE GÉNÉRAL Il est bon que ce guide soit rempli à la suite d'une mise en commun des informations possédées par

Plus en détail

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte

Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Autisme et autres troubles envahissants du développement : diagnostic et évaluation chez l adulte Juillet 2011 Démarche diagnostique et d évaluation du fonctionnement chez l adulte Généralités Diagnostic

Plus en détail

CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION

CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION CARACTERISTIQUES DE L APPROCHE GESTALT EN ORGANISATION Société des Coaches Gestaltistes Coordinateur projet: Marius Moutet INTRODUCTION Un coaching d individus ou d équipe inspiré de la posture humaniste

Plus en détail

2) Les déterminants de la motivation des arbitres et entraîneurs:

2) Les déterminants de la motivation des arbitres et entraîneurs: Motivation et performance sportive : une caractéristique commune des arbitres et entraîneurs de haut niveau Support théorique : Jean Pierre Famose EPS N 35 Arbitre et entraîneur deux acteurs du sport moderne

Plus en détail

1) SÉPARATION MÈRE / ENFANT // CONSTRUCTION IDENTITAIRE. a) Le playing (l activité de jouer selon Winnicott) : le «comme si» du jeu

1) SÉPARATION MÈRE / ENFANT // CONSTRUCTION IDENTITAIRE. a) Le playing (l activité de jouer selon Winnicott) : le «comme si» du jeu A) L IMPORTANCE DU JEU CHEZ L ENFANT 1) SÉPARATION MÈRE / ENFANT // CONSTRUCTION IDENTITAIRE a) Le playing (l activité de jouer selon Winnicott) : le «comme si» du jeu b) Le jeu est nécessaire à l enfant

Plus en détail

INFLUENCE ET RELATION DU PSYCHISME SUR LE CORPS

INFLUENCE ET RELATION DU PSYCHISME SUR LE CORPS INFLUENCE ET RELATION DU PSYCHISME SUR LE CORPS Colette Montet-Aubrée, psychologue Néphrologie - Hôpital Tenon (XXème) Plan 1- Définition du corps et du psychisme 2- Relation entre le corps et le psychisme

Plus en détail

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique

COMPÉTENCES CLINIQUES - SANTÉ MENTALE CONNAISSANCES PRÉALABLE OBJECTIFS 1. ENTRETIEN PSYCHIATRIQUE. 1.1. Les buts de l entretien psychiatrique CONNAISSANCES PRÉALABLE Les séminaires de compétences cliniques de santé mentale se basent sur l enseignement «Anamnèse et compétences psychosociales» du N. Blondel & C. Salathé (2014) et les cours de

Plus en détail

Formation Certifiante à l Ennéagramme

Formation Certifiante à l Ennéagramme Formation Certifiante à l Ennéagramme formation 2015 2016 Ressources Humaines Relation d Aide - Coaching - Management qui débouche sur un diplôme de coach, en fin de troisième cycle. Seul diplôme français

Plus en détail

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP»

Cours de Leadership G.Zara «LEADERSHIP» «LEADERSHIP» Est-il possible de DÉVELOPPER LES COMPÉTENCES DE LEADERSHIP? PROGRAMME DU COURS 1. Introduction 2. Les fondamentaux du Leadership 3. Valeurs, attitudes et comportements 4. Les 10 devoirs du

Plus en détail

ECOLE DE BOUMERDES (EBM) LANGUAGES & COMMUNICATION

ECOLE DE BOUMERDES (EBM) LANGUAGES & COMMUNICATION ECOLE DE BOUMERDES (EBM) LANGUAGES & COMMUNICATION IAP-CU ECOLE DE BOUMERDES PROGRAMME FORMATION CONTINUE 2012 LANGUAGES & COMMUNICATION INDEX THEMES DUREE PERIODE _COM01 _COM02 _COM03 GÉRER ET PRE'VENIR

Plus en détail

La période de Latence et l Adolescence Cours de psychologie. I.F.S.I. École Rockefeller - 2012 A. NEGRO-MOREL

La période de Latence et l Adolescence Cours de psychologie. I.F.S.I. École Rockefeller - 2012 A. NEGRO-MOREL La période de Latence et l Adolescence Cours de psychologie I.F.S.I. École Rockefeller - 2012 A. NEGRO-MOREL 1 Latence et Adolescence Deux périodes de la vie humaine et de l évolution psychique de l enfant

Plus en détail

La responsabilité civile et pénale. Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman

La responsabilité civile et pénale. Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman La responsabilité civile et pénale Francis Meyer -Institut du travail Université R. Schuman La responsabilité civile est la conséquence, soit de l'inexécution d'un contrat, soit d'un acte volontaire ou

Plus en détail

Cohésion d Equipe - Team Building

Cohésion d Equipe - Team Building Public concerné : Cadres et cadres supérieurs. Cohésion d Equipe - Team Building Objectifs : Comprendre les mécanismes de fonctionnement d une équipe. Comprendre les rôles de chacun et le rôle de l encadreur.

Plus en détail

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012

Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Prévention du syndrome d épuisement professionnel (ou syndrome de burn-out) Dr Agnès Martineau-Arbes Colloque du 26/09/2012 Syndrome d Epuisement Professionnel et Risques Psycho-Sociaux Le syndrome d épuisement

Plus en détail

A vertissement de l auteur

A vertissement de l auteur A vertissement de l auteur Attention, ce livre n est pas à mettre entre toutes mains ; il est strictement déconseillé aux parents sensibles. Merci à Madame Jeanne Van den Brouck 1 qui m a donné l idée

Plus en détail