troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs tous les intervenants de l entreprise Prise en charge immédiate sur le lieu de travail.

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs tous les intervenants de l entreprise Prise en charge immédiate sur le lieu de travail."

Transcription

1

2 Introduction Les troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs concernent tous les intervenants de l entreprise : dangerosité du salarié pour lui-même et pour autrui, risque de désorganisation de l activité du service Prise en charge immédiate sur le lieu de travail. Objectif principal : maîtriser la situation pour limiter ou annuler la dangerosité immédiate. Présentation variée : différentes pathologies organiques, toxiques et/ou psychiatriques. Diagnostic étiologique dans un second temps (SPA?) consultation médicale sur le lieu de travail dans une structure extra-professionnelle.

3 Définition : situation de crise Toute situation mettant en cause un ou plusieurs salariés présentant, sur le lieu de travail, un comportement perturbé en lien supposé avec une consommation de substances psychoactives licites ou non, et susceptible de porter atteinte à la sécurité du salarié luimême, de ses collègues, du public, des biens ou de l image de l entreprise.

4 Définition de l état d agitation Lejonc J- L., Lebrin P., «Conférence de consensus consacrée à l agita=on en urgence». J Eur Urg 2003 ;16 : , Conférence de consensus organisée par la Société francophone de médecine d urgence (Labélisée par l ANAES ). Perturbation du comportement moteur (fébrilité, turbulence, fureur), psychique (labilité du cours des idées, logorrhée) et relationnel (agressivité vis-à-vis d objets ou de personnes).

5 L état d agitation L agitation «contrôlable» : possibilité d échange avec le salarié, cet échange permet une diminution de la tension, une acceptation de voir l infirmière ou le médecin du service de santé au travail. L agitation «incontrôlable» : la communication, l établissement d un contact est impossible, un état qui peut s associer à de la violence tant verbale que physique. Il est important de rechercher les éléments prédictifs de violence.

6 Signes de violence imminente (Moritz F«Malade agité aux urgences». EMC A-10) Sexe masculin, âge (15-24 ans), facteurs sociaux ; Acte récent de violence verbale ou physique ; Utilisation d armes ou d objets pouvant servir d arme ; Refus de s asseoir, incapacité à rester en place ; Sursauts et immobilisation avec ébauche de gestes de menace ou de défense ; Hallucinations auditives avec injonctions de violence ; Menaces, insultes ; Menaces de l exécution d un plan dangereux.

7 Conduite à tenir Gestion de l urgence en phase aiguë Règlementation et définitions de l organisation des secours Les acteurs de l entreprise susceptibles d intervenir Le protocole d organisation des secours Gestion de la «post-crise»

8 Règlementation et définitions L employeur a l obligation d organiser les premiers secours sur tous les lieux de travail (article R du code du travail). Les mesures sont adaptées à la nature des risques (liaison avec centre 15 du SAMU ) Le plan de prévention (article R du code du travail) comme le plan particulier de sécurité (article R du code du travail) comportent eux aussi des dispositions en matière de secours et d'évacuation.

9 L organisation des secours dans l entreprise Livret «sécurité-santé» : consignes mettant en place le protocole (remis à tout nouveau salarié et affiché dans l entreprise sous forme simple). les moyens humains et les exigences de formation s y rapportant ; les moyens et les modalités d alerte et de liaisons entre les éléments propres à l entreprise et le centre 15 de réception et de régulation des appels ;

10 Les acteurs de l entreprise susceptibles d intervenir Les collègues de travail appellent l encadrement, demandent son intervention immédiate ; appellent le secouriste du travail (affichage obligatoire de la liste des secouristes) ; Et en l absence de l un ou de l autre, appliquent euxmêmes les recommandations. L encadrement responsabilité de garantir la santé et la sécurité au travail des salariés dont il a la charge. gère aussi l environnement professionnel, en consignant secondairement ses actions par écrit dans un rapport. Il évalue les mesures à prendre en termes de sécurité.

11 Les acteurs de l entreprise susceptibles d intervenir Le sauveteur-secouriste du travail Acteur des premiers secours (P.A.S.) Protéger, Alerter, Secourir. Signes gravité (conscience, resp, blessure, comportement) il peut bénéficier d'une formation spécifique aux conséquences de la consommation de SPA (troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs). À défaut de secouristes du travail, l encadrement reprend cette mission ou à défaut, les collègues présents en se répartissant la tâche.

12 Les acteurs de l entreprise susceptibles d intervenir Le médecin du travail ou à défaut, un(e) infirmier(e) S ils sont présents dans l entreprise, ils doivent être prévenus et doivent se déplacer pour contribuer à la prise en charge (la non-assistance à personne en danger est répréhensible). En cas de danger non-immédiat pour la santé du salarié, le médecin du travail est informé de l évènement par écrit (cf. gestion post-crise) pour contribuer à la prévention dans un second temps.

13 Le protocole d organisation des secours Les dispositions à prendre Les modalités de raccompagnement La prise en charge doit être immédiate et réalisée par toute personne disponible selon ses compétences

14 Le protocole d organisation des secours Observer, repérer si la personne présente un comportement inadapté Évaluer si la personne est en danger ou dangereuse. Objectif : Protéger (P). Alerter (A) la direction et le numéro «secours» de l entreprise pour faire cesser la situation de danger. Ne pas laisser le salarié seul, assurer sa surveillance et le mettre en sécurité. Toujours solliciter un avis médical. Objectif : Secourir (S) si la personne présente une anomalie des fonctions vitales. anomalie des fonctions vitales : appeler le SAMU (téléphone : 15). Fiche type d appel SAMU. Suivre les consignes données par le médecin régulateur et prévenir les responsables de l entreprise. pas d anomalie des fonctions vitales : organisation des secours par le médecin du travail ou par l infirmier(e), selon le protocole établi par le médecin du travail.

15 Non : Fin de la gestion de crise Évaluation à distance Observer : comportement potentiellement dangereux (euphorie, excitation, sédation, ivresse hallucinations ) Évaluer si la personne est en danger ou dangereuse. Objectif : protéger. Dialoguer. Éviter attitude hostile. Personnes de la Direction à prévenir Éventuellement procédure particulière d enquête Bilan par sauveteursecouriste ou pompier de la zone Oui : Appel numéro «secours» de l entreprise. Surveillance et mise en sécurité Bilan par infirmière si présente sur la zone OUI : Appel SAMU (15) La personne présente-t-elle une anomalie des fonctions vitales? Obtenir un avis médical (médecin du travail, médecin régulateur ou médecin de soins) ou organisation des soins par IDE, selon protocole établi par le médecin du travail NON : selon situation Évacuation décidée SAMU Pompiers extérieurs Ambulance privée Accompagnement vers médecin traitant ou au domicile Organisation du départ : selon un protocole formalisé Salle de repos ou infirmerie avec surveillance +/- retour au poste de travail

16 Fiche type d'appel au SAMU (rédigée d après le guide d aide à la régulation médicale de SAMU de France) ALLO SAMU : 15 DIRE 1. son nom 2. préciser le lieu de travail, la situation de l atelier ou du bureau :... l état de la personne : Fonctions vitales La personne parle : Oui Non La personne respire : Oui Non La personne se plaint : Oui Non Préciser de quoi :.. La personne est blessée : Oui Non Préciser où :.... La personne est en train de s affaiblir : Oui Non État comportemental Contact impossible à établir : Oui Non Agressivité majeure, violence incoercible, agitation extrême : Oui Non Intoxication associée : Oui Non Préciser de quoi :.. Vécu délirant intense associé ou non à des hallucinations : Oui Non Angoisse massive : Oui Non Lieux donnant accès à des moyens dangereux (fenêtre, armes, objets tranchants ) : Oui Non 1. Ne pas raccrocher le premier. Antécédent ou menace d acte dangereux Oui Non 2. Suivre les consignes données par le médecin régulateur. 3. Aller attendre les secours à l endroit convenu. 4. Prévenir les Responsables de l Entreprise ou de l Atelier. Conseils en présence d'une personne agitée 1. Rester à distance et se protéger. 2. Si possible protéger la personne des zones dangereuses. 3. Ne pas parler des conflits éventuels ou de tout ce qui a généré ou augmenté l agitation.

17 Les modalités de raccompagnement Raccompagner quand? Dès que l autorisation a été donnée par un médecin qui a évalué l état de santé. Raccompagnement avec quel moyen de transport et par qui? Ne jamais utiliser le véhicule du salarié concerné Par un ambulancier privé (VSL). Par un tiers qui peut-être un taxi ou un proche de la famille (avec son moyen de locomotion). Par des salariés : formés aux gestes d urgences, de préférence deux personnes avec la victime afin d éviter tout problème ou aggravation lors du transport. Transport avec un véhicule de l entreprise conduit par un salarié (ordre de mission, 3 places, tel )

18 Les modalités de raccompagnement Raccompagner où? Le salarié vit seul ou n a pas donné de nom de personnes à prévenir en cas d urgence : dans une structure de soins Le salarié ne vit pas seul ou il existe des personnes à prévenir : Téléphoner à son domicile, s assurer qu une personne pourra le prendre en charge si besoin après le raccompagnement. Le cas échéant, le salarié sera raccompagné dans une structure de soins. Si la victime est accompagnée par deux personnes chez un médecin généraliste, rester avec elle et la ramener soit chez elle, soit à l entreprise, soit dans une structure de soins, selon l avis du médecin et les possibilités en matière de sécurité et de surveillance. Raccompagner le salarié à son domicile signifie le confier à une personne de l entourage

19 La gestion de la «post-crise» La gestion de la crise et le traitement de la post-crise ne prendront sens que si le concept de «comportement inadapté à la situation de travail» a auparavant été expliqué aux salariés et si la procédure de gestion de crise a été présentée et commentée, notamment au regard des exigences du code du travail (articles L et ).

20 Intérêts du traitement de la post-crise Permettre à l employeur de mettre en place une prise en charge pluridisciplinaire ; Inscrire l incident dans une démarche lisible et un historique traçable ; Montrer que l employeur poursuit à ce sujet une politique transparente, systématique et équitable ; Analyser l incident pour définir des actions de prévention ou optimiser celles existantes ; Préserver l'image du salarié, rappeler le devoir de respect des libertés individuelles et de confidentialité à l'égard des questions médicales.

21 Méthode de l intervention en postcrise (1) 1. Traçabilité de l évènement par l employeur ou le responsable qui a géré l évènement : noter la description des faits 2. Information aux autres acteurs concernés et diffusion de la même trace écrite pour : son propre supérieur hiérarchique et la Direction des Ressources Humaines. le médecin du travail, (même s il a été associé à la gestion de crise). l assistant(e) de service social.

22 Méthode de l intervention en postcrise (2) 3. Traitement institutionnel en post crise Suite à un pareil incident, l employeur peut s assurer de l aptitude médicale du salarié à reprendre son poste (en particulier pour les postes de sécurité). possibilité d une «visite médicale à la demande de l employeur». Une trace écrite de l employeur relatant l incident doit figurer dans le dossier médical en santé au travail. 4. Gérer la situation avec l équipe de travail la situation sera toujours plus difficile à reprendre en post crise avec l équipe si rien n a été dit en amont, si l on n a pas défini ce qu est un «comportement inadapté à la situation de travail» et la procédure institutionnelle qui l accompagne.

23 Une politique de gestion des risques liés aux SPA Quelle que soit la cause de l incident un suivi pluridisciplinaire s impose sur au moins 4 plans : Au plan médical : visite de pré-reprise, suivi médical Au plan managérial (de proximité) Pour la personne concernée : suivi formalisé En ce qui concerne l équipe de travail : programme de prévention Au plan social accompagnement par un travailleur social Au plan institutionnel visite médicale à la demande de l employeur (plutôt que «conférence sanitaire»)

24 Recommanda=on (R.24) Il est recommandé que le médecin du travail, qui conseille l employeur dans l organisation des secours dans l entreprise, propose par écrit des modalités de gestion des évènements en matière de troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs. Le protocole d organisation des secours établi par l employeur doit prévoir les dispositions suivantes pour des troubles du comportement en phase aigüe : ne pas laisser le salarié seul ; toujours solliciter un avis médical ; aucun raccompagnement sans autorisation médicale préalable, en prévoyant deux personnes s il est effectué par l entreprise ; établir un rapport écrit sur les faits et les modalités de gestion de l évènement ; prévoir des modalités de gestion de la post-crise par l encadrement ainsi que la sollicitation du médecin du travail.

25 Recommanda=on (R.25) Il est recommandé d appliquer aux troubles comportementaux aigus et/ou cognitifs liés à la consommation de SPA une prise en compte type «post-crise» immédiate et à distance, comme pour tout autre trouble du comportement. Il est recommandé qu une visite occasionnelle à la demande de l employeur soit organisée dans les jours qui suivent l événement et au mieux avant le retour au poste de travail. Le médecin du travail jugera de la nécessité d un suivi médical et réévaluera la situation au travail dans le but du maintien à l emploi. Il participera avec l équipe de travail, l employeur et les instances représentatives du personnel à l analyse de l existence de risques favorisant la consommation de SPA. Il est recommandé de gérer la situation avec l équipe de travail et si nécessaire, de renforcer la prévention.

26 Recommanda=on (R.26) Le médecin du travail doit participer de manière active à l information et à la formation sur la prévention des risques susceptibles d être générés dans l environnement professionnel par la consommation et le mésusage de SPA de la part d un membre de l entreprise. Il doit aussi communiquer sur les déterminants en lien avec le travail susceptibles de favoriser ou générer une consommation de SPA. Il doit s écarter de toute logique répressive, tout en rappelant les responsabilités de chacun des acteurs de l entreprise dans ce domaine.

Alcool Drogues Médicaments

Alcool Drogues Médicaments Alcool Drogues Médicaments Prévenir la consommation des substances psychoactives en milieu professionnel Une prévention collectivement partagée Le guide de l employeur Substances psychoactives, de quoi

Plus en détail

Groupe addiction FICHE 1

Groupe addiction FICHE 1 FICHE 1 Situation de crise Situation mettant en cause un ou plusieurs agent(s) présentant un comportement perturbé, susceptible de porter à la sécurité : De l intéressé lui-même. De ses collègues. Du public

Plus en détail

Installer en position de sécurité en lien avec la situation et l état du patient

Installer en position de sécurité en lien avec la situation et l état du patient RÉFÉRENTIEL COMPÉTENCES AMBULANCIERS COMPÉTENCES SAVOIR-FAIRE 1. Assurer les gestes d urgences adaptés à l état du patient Protéger le patient face à son environnement, Installer en position de sécurité

Plus en détail

Note réalisée à partir d informations fournies par le CHU de Maine-et-Loire et par un organisme de formation de SST.

Note réalisée à partir d informations fournies par le CHU de Maine-et-Loire et par un organisme de formation de SST. NOTE SUR L ORGANISATION DES SECRS EN ENTREPRISE : Les Sauveteurs Secouristes du Travail (SST)*et procédures en cas d accident du travail ou de malaise nécessitant le retour du salarié à son domicile Note

Plus en détail

GUIDE A L USAGE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES SUR LE RISQUE ALCOOL AU TRAVAIL

GUIDE A L USAGE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES SUR LE RISQUE ALCOOL AU TRAVAIL GUIDE A L USAGE DES COLLECTIVITES TERRITORIALES SUR LE RISQUE ALCOOL AU TRAVAIL PREAMBULE Dans le monde du travail, l alcoolisation de certains agents reste une préoccupation pour l Autorité Territoriale

Plus en détail

Dispositif relatif à la consommation d alcool et à l usage de stupéfiants sur le lieu de travail

Dispositif relatif à la consommation d alcool et à l usage de stupéfiants sur le lieu de travail Dispositif relatif à la consommation d alcool et à l usage de stupéfiants sur le lieu de travail Le présent document a pour objet de rappeler les dispositions du Code du Travail relatives à l usage de

Plus en détail

Recours aux entreprises extérieures

Recours aux entreprises extérieures RECOMMANDATION R429 Recommandations adoptées par le Comité technique national de la chimie, du caoutchouc et de la plasturgie le 21 novembre 2006. Cette recommandation annule et remplace la recommandation

Plus en détail

- Intervenant- Dr FAUQUEMBERGUE Médecin du Travail

- Intervenant- Dr FAUQUEMBERGUE Médecin du Travail - Intervenant- Dr FAUQUEMBERGUE Médecin du Travail PLAN Réforme au 1 er Juillet 2012 Les missions du service de santé au travail Les missions du médecin du travail Les missions de l IPRP (Intervenant en

Plus en détail

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION

GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION A1 GRILLE EVI - DOCUMENT D'INTERPRETATION Signes faibles d intoxication alcoolique OU pas de symptômes de sevrage et pas de facteur de risque pour un sevrage compliqué. Le patient présente des signes discrets

Plus en détail

1 La cellule d urgence médico-psychologique départementale 14. 2 Exemple d une procédure administrative après l agression d un salarié 15

1 La cellule d urgence médico-psychologique départementale 14. 2 Exemple d une procédure administrative après l agression d un salarié 15 Violence au travail Violence au travail Introduction et cadre de réflexion 3 Quelques définitions 4 Mesures de prévention 4 Prévention primaire 6 Prévention secondaire 9 Prévention tertiaire 10 Annexes

Plus en détail

DISPOSITIF DE SURVEILLANCE ET D INTERVENTION

DISPOSITIF DE SURVEILLANCE ET D INTERVENTION Association Sportive Ambarésienne Base nautique de Beaujet DISPOSITIF DE SURVEILLANCE ET D INTERVENTION VOILE LEGERE ET KAYAC BASE NAUTIQUE BEAUJET 1. Principes de fonctionnement Le DSI est rendu obligatoire

Plus en détail

Démarche d évaluation des risques professionnelles à travers le Document unique - MFAM. Québec octobre 2014 Sylvie Abline, Responsable qualité MFAM

Démarche d évaluation des risques professionnelles à travers le Document unique - MFAM. Québec octobre 2014 Sylvie Abline, Responsable qualité MFAM Démarche d évaluation des risques professionnelles à travers le Document unique - MFAM Québec octobre 2014 Sylvie Abline, Responsable qualité MFAM Le contexte règlementaire L évaluation des risques professionnels

Plus en détail

La procédure interne de gestion des accidents du travail

La procédure interne de gestion des accidents du travail La procédure interne de gestion des accidents du Sandrine Reep GR- CP Niveau I Paperasse!! J ai pas le temps d écrire des procédures!! PROCEDURE Ca ne sert à rien!! QUELS SONT ALORS LES OBJECTIFS? - Respecter

Plus en détail

PLAN DE CRISE ECOLE :..

PLAN DE CRISE ECOLE :.. Académie de Corse Direction des services départementaux de l'education nationale de Corse du Sud. PLAN DE CRISE ECOLE :.. Gestion des situations exceptionnelles Ce document doit disposer en annexe de la

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit :

- Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Synthèse des résultats de l audit croisé et interhospitalier 2008 à propos de l isolement thérapeutique Q1. Type d établissement ayant participé à l audit : Type d établissement Nombre EPSM 4 CH Général

Plus en détail

Guide. d ivresse. de gestion de la crise. en entreprise

Guide. d ivresse. de gestion de la crise. en entreprise Guide de gestion de la crise d ivresse en entreprise L IVRESSE SUR LES LIEUX DE TRAVAIL Ce guide pratique se veut un outil répondant aux besoins exprimés par les entreprises. Il répond uniquement à la

Plus en détail

COMPETENCES INFIRMIERES 1

COMPETENCES INFIRMIERES 1 COMPETENCES INFIRMIERES 1 Evaluer une situation clinique et établir un diagnostic dans le domaine des soins infirmiers Communiquer et conduire une relation dans un contexte de soins Concevoir et conduire

Plus en détail

Prise en charge des risques psychosociaux dans le secteur tertiaire. RAUCH Nadine

Prise en charge des risques psychosociaux dans le secteur tertiaire. RAUCH Nadine Prise en charge des risques psychosociaux dans le secteur tertiaire RAUCH Nadine Définitions des RPS Pour l Agence Européenne de Bilbao* pour la santé et la sécurité au travail (OSHA) Les risques psychosociaux

Plus en détail

Avant l action de secours Partie 1 les règles de bases. Chapitre 1 Un cadre juridique. Chapitre 2 Des moyens humains

Avant l action de secours Partie 1 les règles de bases. Chapitre 1 Un cadre juridique. Chapitre 2 Des moyens humains Sommaire Avant l action de secours Partie 1 les règles de bases Chapitre 1 Un cadre juridique 1. Mise en place des lois Pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire (fiche 1 :)...4 Comment est votée une

Plus en détail

Guide pour les entreprises utilisatrices de travail eurs temporaires 2012

Guide pour les entreprises utilisatrices de travail eurs temporaires 2012 Guide pour les entreprises utilisatrices de travailleurs temporaires 2012 2 Guide pour les entreprises utilisatrices Edito c Editorial Le travailleur temporaire, est un perpétuel nouveau, soumis à des

Plus en détail

Risques psychosociaux: regards croisés

Risques psychosociaux: regards croisés Risques psychosociaux: regards croisés Dr Danzin Psychiatre - PH hôpital Charcot (Plaisir) - Attachée à la consultation «souffrance et travail» du service de Pathologie Professionnelle de l hôpital Raymond

Plus en détail

1. Sensibilisation et engagement de l autorité territoriale. Celui-ci doit être convaincu et porteur de ce projet.

1. Sensibilisation et engagement de l autorité territoriale. Celui-ci doit être convaincu et porteur de ce projet. Hygiène, Sécurité au Travail et Prévention L Alcool sur le lieu de travail Références Le code du Travail (Articles R4228-20, R4228-21, R3231-16 et R4225-4) et le code des débits de boissons (Articles L.13

Plus en détail

Filière éducation et insertion

Filière éducation et insertion . Filière éducation et insertion La filière «Éducation et Insertion» rassemble les équipes de professionnels chargés de conduire les projets personnalisés dans leur triple dimension : éducative, thérapeutique

Plus en détail

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés

Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés Stratégie d intervention auprès des élèves présentant des comportements et attitudes scolaires inappropriés IEN/CTR ASH 2011-2012 Comportements inappropriés / Troubles de la conduite et du comportement

Plus en détail

Le Guide : aptitude-inaptitude. Association Interprofessionnelle de Santé au Travail

Le Guide : aptitude-inaptitude. Association Interprofessionnelle de Santé au Travail Le Guide : aptitude-inaptitude Association Interprofessionnelle de Santé au Travail Sommaire Introduction..................page 3 Définition Mission du Médecin du travail Quand l avis d aptitude est-il

Plus en détail

- le dépistage des troubles des apprentissages dès le plus jeune age, à l école maternelle et tout au long de la scolarité

- le dépistage des troubles des apprentissages dès le plus jeune age, à l école maternelle et tout au long de la scolarité Congrès de l AEEP Bordeaux 2013- vendredi 29 novembre 2013 Promotion de la santé des élèves : axes de travail actuels dans l académie de Bordeaux Dr Colette Delmas, médecin de santé publique, médecin conseiller

Plus en détail

SOMMAIRE. L employeur a-t-il l obligation de fournir des boissons à son personnel?

SOMMAIRE. L employeur a-t-il l obligation de fournir des boissons à son personnel? SOMMAIRE L employeur a-t-il l obligation de fournir des boissons à son personnel? L alcool peut-il être toléré dans l entreprise? Que faire face à l état d ivresse d un salarié? Un salarié en état d ébriété

Plus en détail

BURN OUT Il comporte trois dimensions : un épuisement émotionnel une tendance à dépersonnaliser ses patients

BURN OUT Il comporte trois dimensions : un épuisement émotionnel une tendance à dépersonnaliser ses patients BURN OUT Le burn out est un syndrome touchant les personnes impliquées auprès d'autrui et tout particulièrement dans une relation de soin. Il comporte trois dimensions : un épuisement émotionnel qui se

Plus en détail

PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS

PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS Ce guide a été réalisé par un groupe de travail composé des Services de Santé au Travail de Loire-Atlantique, de Mayenne et de la Sarthe et de la CRAM des Pays de

Plus en détail

Risques psychosociaux et document unique Vos questions, nos réponses

Risques psychosociaux et document unique Vos questions, nos réponses Risques psychosociaux et document unique Vos questions, nos réponses Risques psychosociaux et document unique Vos questions, nos réponses Sandrine Guyot, INRS Valérie Langevin, INRS Anne Montagnez, INRS

Plus en détail

Politique sur la non-violence en milieu de travail

Politique sur la non-violence en milieu de travail Politique sur la non-violence en milieu de travail Direction des ressources humaines Adoptée le 15 avril 2013 Résolution 130415-4 POLITIQUE SUR LA NON-VIOLENCE EN MILIEU DE TRAVAIL 1. Objectifs La Ville

Plus en détail

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR :

PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : PROFIL DE POSTE DU CONDUCTEUR AMBULANCIER SMUR : IDENTIFICATION DU POSTE : Titre de la fonction : Conducteur Ambulancier SMUR*. Etablissement : Centre Hospitalier Régional Universitaire de Brest. Service

Plus en détail

APPREHENDER LES RISQUES PSYCHO-SOCIAUX

APPREHENDER LES RISQUES PSYCHO-SOCIAUX APPREHENDER LES RISQUES PSYCHO-SOCIAUX Comment définir les RPS? Plus simple alors!!!! L agent demande, au travail aussi, à être considéré comme «une personne globale». La socialisation dans les relations

Plus en détail

Cette disposition concerne tout le monde, mais l infraction présente un caractère aggravé lorsqu elle est le fait d un agent public en mission.

Cette disposition concerne tout le monde, mais l infraction présente un caractère aggravé lorsqu elle est le fait d un agent public en mission. Fiche n 68 164 Parfois les sapeurs-pompiers, sont amenés pour porter secours à entrer par effraction soit par la fenêtre ou par la porte. Cette action est appelée «ouverture de porte». Textes de référence

Plus en détail

La responsabilité du sauveteursecouriste

La responsabilité du sauveteursecouriste Page 1 sur 5 La responsabilité du sauveteursecouriste du travail Les sauveteurs-secouristes du travail peuvent s'inquiéter de leur responsabilité e et civile s'ils pratiquent les premiers secours. Cependant,

Plus en détail

Strasbourg. 21ème «Rendez-vous de l Urgence» Jeudi 24 novembre 2011. «La Médecine de Catastrophe»

Strasbourg. 21ème «Rendez-vous de l Urgence» Jeudi 24 novembre 2011. «La Médecine de Catastrophe» Strasbourg 21ème «Rendez-vous de l Urgence» Jeudi 24 novembre 2011 «La Médecine de Catastrophe» 1 Médecine de catastrophe Création et évolution du concept en France (et en Europe) Le passage de l individuel

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE. stop-violences-femmes.gouv.fr

VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE. stop-violences-femmes.gouv.fr VIOLENCES AU SEIN DU COUPLE LA LOI AVANCE stop-violences-femmes.gouv.fr Les violences au sein du couple diffèrent des disputes ou conflits conjugaux où deux points de vue s opposent dans un rapport d égalité.

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

PROTOCOLE DES SOINS ET DES URGENCES

PROTOCOLE DES SOINS ET DES URGENCES PROTOCOLE DES SOINS ET DES URGENCES Conformément au B.O. n 1 du 6 janvier 2000, ce texte définit l organisation des soins et des urgences au sein de l établissement. LORSQUE L INFIRMIERE EST PRESENTE :

Plus en détail

2.07 L intervention en situation de crise : un modèle de structure et d organisation.

2.07 L intervention en situation de crise : un modèle de structure et d organisation. 2.07 L intervention en situation de crise : un modèle de structure et d organisation. 2e Congrès biennal du C.Q.J.D.C. Présenté par Sylvain Bernier, Commission scolaire des Bleuets, St-Félicien; Louis

Plus en détail

La règlementation. Articles R4228-20 et R4228-21 du Code du Travail créés par le Décret n 2008-244 du 7 mars 2008 - art. (V)

La règlementation. Articles R4228-20 et R4228-21 du Code du Travail créés par le Décret n 2008-244 du 7 mars 2008 - art. (V) Pôle Organisation et Sécurité au Travail La Gestion du Risque Alcool Service Hygiène et Sécurité La consommation d alcool fait partie de ces risques qui impactent quotidiennement le fonctionnement des

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

GUIDE REFERENTIEL DU CONSEILLER DE PREVENTION

GUIDE REFERENTIEL DU CONSEILLER DE PREVENTION GUIDE REFERENTIEL DU CONSEILLER DE PREVENTION 1 TABLE DES MATIERES 1. INTRODUCTION...3 2. STATUT ET MISSION DU CONSEILLER...3 2.1. CADRE LEGISLATIF ET REGLEMENTAIRE...3 2.2. CONDITIONS DE DESIGNATION...4

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL

FICHE TECHNIQUE : SANTE ET SECURTE AU TRAVAIL SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Mesurer et prévenir les risques professionnels Liés aux conditions générales de travail, les risques professionnels font peser sur les salariés la menace d une altération de

Plus en détail

instruction du 28 octobre 2002

instruction du 28 octobre 2002 643 année service téléphone document 2002 drhrs/drrh 01 41 41 80 27 RH 62 permanent instruction du 28 octobre 2002 Dispositif de prévention du harcèlement moral à La Poste applicable dès sa réception.

Plus en détail

Guide pratique : questions-réponses

Guide pratique : questions-réponses Lyon, le 22/09/04 L Inspecteur d Académie, Directeur des Services Départementaux de l Education Nationale à InspectionAcadémique Politique de santé en faveur des élèves Service médical - Mesdames et Messieurs

Plus en détail

Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon)

Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon) Isabelle MAURIN (Cadre de santé au Centre Léon Bérard, Lyon) Le cancer du sein Risque estimé de développer un cancer du sein selon l âge Age 30 ans 40 ans 50 ans 60 ans 70 ans 80 ans Risque estimé 1/2212

Plus en détail

Modèle de règlement intérieur

Modèle de règlement intérieur Modèle de règlement intérieur Article 1 er : Objet Le présent règlement est destiné à organiser la vie et les conditions d exécution du travail dans la collectivité. Il est complété, le cas échéant, par

Plus en détail

LES PREMIERS SOINS EN MILIEU PROFESSIONNEL

LES PREMIERS SOINS EN MILIEU PROFESSIONNEL LES PREMIERS SOINS EN MILIEU PROFESSIONNEL M. FALCY INRS La nécessité de mettre en place dans toutes les entreprises un système de premiers secours vient de la certitude qu il n y aura jamais de système

Plus en détail

GESTION DE LA VIOLENCE EN MILIEU HOSPITALIER

GESTION DE LA VIOLENCE EN MILIEU HOSPITALIER GESTION DE LA VIOLENCE EN MILIEU HOSPITALIER Journées de printemps de la SMSTO «Les métiers d aide àla personne» Plan Mise en place des protagonistes Définitions des violences Les réponses institutionnelles

Plus en détail

PROTOCOLE DE RECOMMANDATIONS EN CAS D ALCOOLISATION D UN ÉLÈVE EN MILIEU SCOLAIRE

PROTOCOLE DE RECOMMANDATIONS EN CAS D ALCOOLISATION D UN ÉLÈVE EN MILIEU SCOLAIRE PROTOCOLE DE RECOMMANDATIONS EN CAS D ALCOOLISATION D UN ÉLÈVE EN MILIEU SCOLAIRE PROTOCOLE DE PRISE EN CHARGE EN CAS D ALCOOLISATION EN MILIEU SCOLAIRE SOMMAIRE Fiche F1 : Schéma protocole de prise en

Plus en détail

Guide du Règlement sur les mesures d assurancede la qualité

Guide du Règlement sur les mesures d assurancede la qualité Guide du Règlement sur les mesures d assurancede la qualité Décharge de responsabilité : Le présent document est un guide en langage simple destiné à vous aider à mieux comprendre le Règlement sur les

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET

Le médecin de prévention face aux RPS. Docteur Isabelle THOMINET Le médecin de prévention face aux RPS Docteur Isabelle THOMINET 1. Définition des RPS Les risques psychosociaux sont souvent résumés par simplicité sous le terme de «stress». En réalité, ils recouvrent

Plus en détail

Quel est le rôle de l inspecteur du travail? Quelles sont les missions de l inspecteur du travail?

Quel est le rôle de l inspecteur du travail? Quelles sont les missions de l inspecteur du travail? Quel est le rôle de l inspecteur du travail? L inspecteur du travail, assisté de contrôleurs du travail, est chargé d assurer le respect de la législation du travail ainsi que des conventions et accords

Plus en détail

DIALOGUE SOCIAL EUROPÉEN : DIRECTIVES MULTISECTORIELLES SUR LA VIOLENCE DE TIERS ET LE HARCÈLEMENT AU TRAVAIL

DIALOGUE SOCIAL EUROPÉEN : DIRECTIVES MULTISECTORIELLES SUR LA VIOLENCE DE TIERS ET LE HARCÈLEMENT AU TRAVAIL DIRECTIVES MULTISECTORIELLES SUR LA VIOLENCE DE TIERS ET LE HARCÈLEMENT AU (I) INTRODUCTION 1. Les présentes Directives ont pour but d assurer que chaque lieu de travail dispose d une politique axée sur

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE II

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE II ANNEXE II DIPLÔME D ÉTAT D INFIRMIER RÉFÉRENTIEL DE COMPÉTENCES Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

GUIDE REFERENTIEL DE L ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE REFERENTIEL DE L ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE REFERENTIEL DE L ASSISTANT DE PREVENTION 1 TABLE DES MATIERES 1. INTRODUCTION...3 2. STATUT ET MISSION DE L ASSISTANT...3 2.1. CADRE LEGISLATIF ET REGLEMENTAIRE...3 2.2. PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT...4

Plus en détail

APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE. 3. Elaboration des recommandations de pratique. 4. Diffusion au personnel des recommandations.

APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE. 3. Elaboration des recommandations de pratique. 4. Diffusion au personnel des recommandations. PROCESSUS D ASSURANCE QUALITE MIS EN ŒUVRE APRES TOUT ACTE DE MALTRAITANCE 1. Identification des circonstances déclenchantes de l acte de maltraitance. 2. Définition des objectifs correctifs. 3. Elaboration

Plus en détail

du personnel ayant reçu une formation sanitaire. Les locaux destinés à l infirmerie doivent être facilement accessibles avec des brancards.

du personnel ayant reçu une formation sanitaire. Les locaux destinés à l infirmerie doivent être facilement accessibles avec des brancards. Article 36 Premiers secours 1 Les moyens nécessaires pour les premiers secours doivent être disponibles en permanence, compte tenu des dangers résultant de l exploitation, de l importance et de l emplacement

Plus en détail

Prévention et lutte contre les addictions : La FNTV communique, informe, sensibilise, mobilise pour plus et mieux de sécurité dans les autocars.

Prévention et lutte contre les addictions : La FNTV communique, informe, sensibilise, mobilise pour plus et mieux de sécurité dans les autocars. Prévention et lutte contre les addictions : La FNTV communique, informe, sensibilise, mobilise pour plus et mieux de sécurité dans les autocars. ADDICTIONS = DEPENDANCE = DANGER : Nos entreprises assurent

Plus en détail

SECOURS D URGENCE A LA PERSONNE. ORGANISATION OPERATIONNELLE et PROCEDURES EN EHPAD

SECOURS D URGENCE A LA PERSONNE. ORGANISATION OPERATIONNELLE et PROCEDURES EN EHPAD Printemps des EHPAD Nice 26 mars 2015 SECOURS D URGENCE A LA PERSONNE - S.U.A.P - ORGANISATION OPERATIONNELLE et PROCEDURES EN EHPAD Médecin Lt Colonel V. ALAUX-DHENIN, Responsable «Mission Médicalisation

Plus en détail

www.bossons-fute.fr PREVENTION MEDICALE DE LA SANTE AU TRAVAIL JUSQ OU ALLER?

www.bossons-fute.fr PREVENTION MEDICALE DE LA SANTE AU TRAVAIL JUSQ OU ALLER? www.bossons-fute.fr PREVENTION MEDICALE DE LA SANTE AU TRAVAIL JUSQ OU ALLER? ROLES DU MEDECIN DU TRAVAIL Assurer les visites médicales: Visites d embauche, Visites périodiques, Visites de reprise, Visites

Plus en détail

SOIGNER SANS ÊTRE AGRESSÉ-E Ça vaut le coup de prévenir!

SOIGNER SANS ÊTRE AGRESSÉ-E Ça vaut le coup de prévenir! SOIGNER SANS ÊTRE AGRESSÉ-E Ça vaut le coup de prévenir! Conférencière: Hélène Caron, avocate, B.Sc.Inf. Conseillère syndicale en santé et en sécurité du travail Fédération interprofessionnelle de la santé

Plus en détail

SANTÉ AU TRAVAIL L ESSENTIEL DE CE QUI CHANGE

SANTÉ AU TRAVAIL L ESSENTIEL DE CE QUI CHANGE SANTÉ AU TRAVAIL L ESSENTIEL DE CE QUI CHANGE LOI DU 20 JUILLET 2011 ET SES DÉCRETS D APPLICATION Loi n 2011-867 du 20 juillet 2011 relative à l organisation de la médecine du travail, décrets 2012-134

Plus en détail

Or, la prévention des risques psychosociaux relève de l obligation générale de l employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés.

Or, la prévention des risques psychosociaux relève de l obligation générale de l employeur de protéger la santé physique et mentale des salariés. Introduction Les symptômes du stress (troubles du sommeil, de l appétit, agressivité, épuisement, troubles de la concentration ), touchent un nombre croissant de salariés en France : un salarié sur 6 déclare

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

ADAPEI DU VAR. Les obligations des professionnels - Responsabilité des salariés - Responsabilité de la direction. Dispositions légales de protection

ADAPEI DU VAR. Les obligations des professionnels - Responsabilité des salariés - Responsabilité de la direction. Dispositions légales de protection ADAPEI DU VAR Définition PREVENTION ET TRAITEMENT DE LA MALTRAITANCE EN ETABLISSEMENT ****** Les obligations des professionnels - Responsabilité des salariés - Responsabilité de la direction Dispositions

Plus en détail

CQP Plasturgie Opérateur spécialisé en assemblage, parachèvement finition

CQP Plasturgie Opérateur spécialisé en assemblage, parachèvement finition CQP Plasturgie Opérateur spécialisé en assemblage, parachèvement finition OUTIL Livret de suivi du parcours de développement des compétences Candidat Nom Prénom Entreprise Personne chargée du suivi du

Plus en détail

Numéro spécial SOUFFRANCE AU TRAVAIL CHS-CT : ROLE ET TEXTES

Numéro spécial SOUFFRANCE AU TRAVAIL CHS-CT : ROLE ET TEXTES Numéro spécial SOUFFRANCE AU TRAVAIL Nos métiers de l Éducation sont difficiles, ils sont soumis à une organisation du travail pathogène (dont les dépressions, les phénomènes d usure, et les suicides sont

Plus en détail

CONSERVER SON EMPLOI. c est normal et c est possibie. Personnes Handicapées AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH NOVEMBRE 2014

CONSERVER SON EMPLOI. c est normal et c est possibie. Personnes Handicapées AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH NOVEMBRE 2014 Personnes Handicapées AIDES ET SERVICES DE L AGEFIPH NOVEMBRE 2014 CONSERVER SON EMPLOI c est normal et c est possibie Les bonnes questions à se poser Quelles démarches? Les aides de l Agefiph dont vous

Plus en détail

Vous êtes. visé. Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire

Vous êtes. visé. Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire Vous êtes visé Comment diminuer les risques et les impacts d une agression en milieu bancaire Prévenir les vols ou les effets d un vol sur les employés Rôle de la direction de la succursale Désigner un

Plus en détail

«BIENTRAITANCE DES PERSONNES AGEES ACCUEILLIES EN EHPAD» QUESTIONNAIRE EHPAD 2015

«BIENTRAITANCE DES PERSONNES AGEES ACCUEILLIES EN EHPAD» QUESTIONNAIRE EHPAD 2015 «BIENTRAITANCE DES PERSONNES AGEES ACCUEILLIES EN EHPAD» QUESTIONNAIRE EHPAD 2015 A- Données sur le profil de l établissement 1. Nombre de places installées au 31/12/2014 (inombre total de lits ou de logements

Plus en détail

FORMATIONS CLIC 6 CLIC 6. Espace commun des solidarités 3 Rue du Béarn 94550 CHEVILLY-LARUE

FORMATIONS CLIC 6 CLIC 6. Espace commun des solidarités 3 Rue du Béarn 94550 CHEVILLY-LARUE FORMATIONS 2014 Espace commun des solidarités 3 Rue du Béarn 94550 CHEVILLY-LARUE Site Internet : www.clic6.org De la maltraitance à la bientraitance : Prévenir les risques de maltraitance pour assurer

Plus en détail

Instruction du 15 juin 2009 Nouveau dispositif de prévention du Harcèlement Moral à La Poste

Instruction du 15 juin 2009 Nouveau dispositif de prévention du Harcèlement Moral à La Poste Direction des ressources humaines et des relations sociales Direction Prévention Santé Sécurité au Travail Destinataires Tous services Contact Josyane BURNICHON/B. SIANO Tél : 01 55 44 33 77/01.55.44.24.39

Plus en détail

Premiers secours. Article 36

Premiers secours. Article 36 Commentaire de l ordonnance 3 relative à la loi sur le travail Art. 36 Article 36 Premiers secours 1 Les moyens nécessaires pour les premiers secours seront disponibles en permanence, compte tenu des dangers

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT. Accueil de jour

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT. Accueil de jour RESIDENCE PENANROS Kerentrech 29930 PONT AVEN tel 02 98 06 18 88 fax 02 98 06 09 61 e-mail : penanros@fondation-masse-trevidy.com REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT Accueil de jour Version Mars 2014 Page 1 sur

Plus en détail

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités

Continuité d activité. Enjeux juridiques et responsabilités Continuité d activité Enjeux juridiques et responsabilités Introduction Pourquoi le droit? - Contrainte - Outil de gestion Droit et management de la continuité d activité : 3 niveaux d intervention Dans

Plus en détail

URGENCE MEDICO-PSYCHOLOGIQUE EN MILIEU SCOLAIRE

URGENCE MEDICO-PSYCHOLOGIQUE EN MILIEU SCOLAIRE URGENCE MEDICO-PSYCHOLOGIQUE EN MILIEU SCOLAIRE GUIDE D INTERVENTION EN CAS D ÉVÉNEMENT GRAVE A l usage des directeurs d écoles Mise à jour 8 Novembre 2011 Document rédigé par le Dr Viviane MOULIS Médecin

Plus en détail

Charte relative à la prévention et à la lutte contre le harcèlement et la violence au sein du Groupe Crédit Mutuel CIC

Charte relative à la prévention et à la lutte contre le harcèlement et la violence au sein du Groupe Crédit Mutuel CIC Groupe CM-CIC Novembre 2013 Annexe III au règlement intérieur Charte relative à la prévention et à la lutte contre le harcèlement et la violence au sein du Groupe Crédit Mutuel CIC 1 Charte relative à

Plus en détail

ACCORD de BRANCHE de l ANIMATION du 15 février 2013

ACCORD de BRANCHE de l ANIMATION du 15 février 2013 ACCORD de BRANCHE de l ANIMATION du 15 février 2013 SUR LA PREVENTION DES RISQUES PSYCHOSOCIAUX DONT LE STRESS AU TRAVAIL Préambule Dans sa Déclaration pour promouvoir la qualité de l emploi adoptée en

Plus en détail

- SUPERVISEUR HSE - FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 3

- SUPERVISEUR HSE - FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 3 FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 3 - SUPERVISEUR HSE - 1- OBJECTIFS Donner une formation HSE d un niveau de supervision et notamment : Aider à la définition de la politique et des objectifs HSE. Comprendre

Plus en détail

SEMINAIRE SANTE SECURITE AU TRAVAIL

SEMINAIRE SANTE SECURITE AU TRAVAIL SEMINAIRE SANTE SECURITE AU TRAVAIL Mardi 10 Décembre 2013 Domaine du Golf SAINT CLAIR (07) www.msa.fr www.msa.fr Outil d Aide pour évaluer les RPS dans les petites entreprises Réglementation : Article

Plus en détail

L utilisation de la force, de l isolement et de substances chimiques comme mesures de contrôle des personnes

L utilisation de la force, de l isolement et de substances chimiques comme mesures de contrôle des personnes L utilisation de la force, de l isolement et de substances chimiques comme mesures de contrôle des personnes L ESPRIT DE LA LOI L utilisation de l isolement et de la contention est encadrée par l article

Plus en détail

LE REGISTRE DE SANTE ET DE SECURITE AU TRAVAIL

LE REGISTRE DE SANTE ET DE SECURITE AU TRAVAIL LE REGISTRE DE SANTE ET DE SECURITE AU TRAVAIL Principe général : toute personne qui constate un danger pouvant affecter la santé, la sécurité et les conditions de travail doit le signaler sur le registre

Plus en détail

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT. des. Appartements de Coordination Thérapeutique

REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT. des. Appartements de Coordination Thérapeutique REGLEMENT DE FONCTIONNEMENT des Appartements de Coordination Thérapeutique de l Apparté - 1 - Fonctionnement de L Apparté 1.1 - Admission L étude du dossier de candidature est effectuée par l équipe pluridisciplinaire,

Plus en détail

La réforme du fonctionnement des Services de santé au Travail

La réforme du fonctionnement des Services de santé au Travail La réforme du fonctionnement des Services de santé au Travail Représentation, ressource et référence des Services de santé au travail interentreprises Les instances et la gouvernance Les acteurs Le suivi

Plus en détail

CENTRES D AIDES MEDICALES, SOCIALES ET PSYCHOLOGIQUES

CENTRES D AIDES MEDICALES, SOCIALES ET PSYCHOLOGIQUES I. LES CENTRES MEDICO- PSYCHOLOGIQUES (CMP) CENTRES D AIDES MEDICALES, SOCIALES ET PSYCHOLOGIQUES Ces centres ont été créés avec trois objectifs fondamentaux pour la psychiatrie communautaire : Promotion

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE de la COMMUNE de LINXE 05.58.73.89.58

REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE de la COMMUNE de LINXE 05.58.73.89.58 REGLEMENT INTERIEUR du RESTAURANT SCOLAIRE de la COMMUNE de LINXE 05.58.73.89.58 Préambule La Commune de Linxe, organise un service de restauration pour son groupe scolaire. Ce service est ouvert à tous

Plus en détail

L INFIRMIERE de SANTE au TRAVAIL

L INFIRMIERE de SANTE au TRAVAIL MISSION PRINCIPALE Assister le Médecin du Travail ail dans l ensemble de ses activités Collaboration totale avec le Médecin du Travail Confiance mutuelle des deux parties Spécificité Infirmière complémentaire

Plus en détail

Conseils à l employeur sur LE RISQUE AGRESSION. Fiche n 1 : Evaluer le risque d agression

Conseils à l employeur sur LE RISQUE AGRESSION. Fiche n 1 : Evaluer le risque d agression Fiche n 1 : Evaluer le risque d agression Repérer les situations à risques liées au site : La sécurité doit être intégrée dès la conception des locaux. Il faut repérer et évaluer les vulnérabilités du

Plus en détail

ENTREPRISES ET SECURITE : GENERALITES

ENTREPRISES ET SECURITE : GENERALITES ENTREPRISES ET SECURITE : GENERALITES L article L.230-2 du Code du travail fixe les obligations générales de prévention que le chef d établissement doit observer pour assurer la sécurité et protéger la

Plus en détail

CGT, CFDT, CFTC, FO),

CGT, CFDT, CFTC, FO), Interim / septembre 2011 L Etat, la Caisse nationale de l Assurance maladie des travailleurs salariés (Cnamts) et la Commission des accidents du travail et des maladies professionnelles (CATMP) composée

Plus en détail

RÈGLES DE GESTION INTERNE

RÈGLES DE GESTION INTERNE RÈGLES DE GESTION INTERNE TITRE: NATURE DU DOCUMENT: Règlement x Procédure Page 1 de 6 x Politique Directive C.A. C.E. x C.G. Direction générale Résolution 00-650-6.00 Direction x Nouveau document x Amende

Plus en détail

Bientraitance et respect de l autonomie tout au long de la prise en charge

Bientraitance et respect de l autonomie tout au long de la prise en charge Bientraitance et respect de l autonomie tout au long de la prise en charge Patrick BESSON, Cadre supérieur de santé & Référent Ethique Rencontre régionale des professionnels AMP-AP-AS - 6 juin 2013 à Blois

Plus en détail

Presentation de la mise en œuvre des visites en presence d un tiers sur le territoire de Roanne. Loire

Presentation de la mise en œuvre des visites en presence d un tiers sur le territoire de Roanne. Loire Presentation de la mise en œuvre des visites en presence d un tiers sur le territoire de Roanne. Loire Présentation : Agnès ROCHE : CDS enfance depuis 2010 auparavant responsable éducatif enfance sur le

Plus en détail

INTRODUCTION. Informations générales. Références statutaires. Affectation et attributions. Avancement et traitement

INTRODUCTION. Informations générales. Références statutaires. Affectation et attributions. Avancement et traitement INTRODUCTION Informations générales Références statutaires - Décret n 94-1020 du 23 novembre 1994 fixant les dispositions statutaires communes applicables aux corps des infirmier(e)s des services médicaux

Plus en détail