Séquence 1 : La place du MSP et de l ISP

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Séquence 1 : La place du MSP et de l ISP"

Transcription

1 Séquence 1 : La place du MSP et de l ISP 1- Sécurité civile et police administrative L activité opérationnelle des sapeurs pompiers s exercent dans le cadre de la police administrative. La police administrative est l action unilatérale des autorités publiques dans le but de préserver l ordre public par des moyens appropriés (réquisitions ) L ordre public englobe notamment, la notion de sécurité publique et de distribution de secours (L2212-1). Les détenteurs de ce pouvoir de police administratif dans le domaine de la sécurité sont : - au niveau local : le Maire Le maire est responsable des secours sur sa commune (L2211-1) cas particulier de Paris : le pouvoir de police est confié au préfet de police dans le domaine de la sécurité. - au niveau départemental : le préfet Il intervient en cas d atteinte de plusieurs communes ou en cas de sinistre important. De plus, il peut se substitué au Maire quand ce dernier est défaillant. Cette autorité de police administrative se retrouve dans la notion de DOS (directeur des opération de secours) confié au maire et au préfet, dans toutes les interventions de secours. Par ailleurs, ce cadre juridique explique la notion d intérêt général et de «gratuité des secours» au profit des victimes, dans le strict cadre des missions sapeurs pompiers. En revanche, lorsque les sapeurs pompiers interviennent en carence d autres partenaires ou pour d autres missions, ils peuvent solliciter une participation financière. 2- Un cadre législatif et réglementaire La loi du 3 mai 1996 relative aux services d incendie et de secours officialise le Service de Santé et de Secours Médical. L article 2 précise les missions du SDIS (L1424-2): «les secours d urgence aux personnes victimes d accidents, de sinistres ou de catastrophes ainsi que leur évacuation». Le décret du 26 décembre 1997 relatif à l organisation des services d incendie et de secours (R du CGCT) précise les missions confiés au SSSM. Charge au service de s organiser en conséquence pour répondre aux missions. L activité opérationnelle du SSSM comprend (R ) : - une mission obligatoire : «le soutien sanitaire des interventions des services d incendie et de secours et les soins d urgence aux sapeurs pompiers» - une mission partagée : «le SSSM participe aux missions de secours d urgence définie par L du CGCT et par l art 2 de la loi de 1986» (participe à l AMU : Aide médicale urgente) Page 1 of 7

2 Conformément au R du CGCT, les personnels du SSSM sont placés sous l autorité du médecin chef du SDIS. Par ailleurs, comme pour tous les professionnels de santé, les officiers du SSSM sont soumis au respect du code de santé publique. 3- L AMU L AMU est un dispositif partagé entre les SDIS, les services publics hospitaliers, les transports sanitaires et les médecins libéraux (Schéma AMU). L Missions du SAMU R : «Les services d'aide médicale urgente ont pour mission de répondre par des moyens exclusivement médicaux aux situations d'urgence. Lorsqu'une situation d'urgence nécessite la mise en oeuvre conjointe de moyens médicaux et de moyens de sauvetage, les services d'aide médicale urgente joignent leurs moyens à ceux qui sont mis en oeuvre par les services d'incendie et de secours.» Article R : «Pour l'application de l'article R , les services d'aide médicale urgente : 1 Assurent une écoute médicale permanente ; 2 Déterminent et déclenchent, dans le délai le plus rapide, la réponse la mieux adaptée à la nature des appels ; 3 S'assurent de la disponibilité des moyens d'hospitalisation publics ou privés adaptés à l'état du patient, compte tenu du respect du libre choix, et font préparer son accueil ; 4 Organisent, le cas échéant, le transport dans un établissement public ou privé en faisant appel à un service public ou à une entreprise privée de transports sanitaires ; 5 Veillent à l'admission du patient» 3-2- Les autres acteurs de l AMU Les SMUR Ils correspondent aux services opérationnels qui assurent un maillage départemental à partir de structures hospitalières. Ils sont déclenchés par le SAMU via le CRRA-centre 15. Ils assurent la prise en charge et le transport des patients vers les établissements de santé (p34-35 du référentiel) Les médecins correspondant SAMU Page 2 of 7

3 Ce sont des médecins libéraux qui sont intégrés contractuellement au fonctionnement du SAMU. Ils sont déclenchés en parallèle d une équipe SMUR lorsque les délai du SMUR sont importants (p du référentiel) Les médecins libéraux Ils sont déclenchés par le centre 15 soit comme médecin traitant au chevet d un de ses patients en urgence, soit dans le cadre de la permanence de soins Les transporteurs sanitaires Ils s agit d acteurs privés intervenant sur demande et prescription du centre 15, conformément au L6312 du CSP. 4- Organisation de l AMU : Le Référentiel SAP AMU Même si l AMU est un dispositif partagé, force est de constater que l organisation des SAMU et des SDIS s est souvent développée en parallèle durant plusieurs décennie. A travers ce référentiel commun d organisation du secours à personnes et de l aide médicale urgente et de sa déclinaison réglementaire, plusieurs principes ont été énoncés : - objectifs : o obtenir une meilleure coordination entre les services publics du secours et des soins d urgence pour «assurer, en tout point du territoire national, la réponse la mieux adaptée et la plus rapide à une situation d urgence ou de détresse», de manière équitable (mise en place de départs réflexes communs au CRRA et CTA, o Harmoniser les secours dans une démarche d évaluation et de qualité - Les principaux points : o compétence première des sapeurs pompiers en cas de départ réflexe ainsi que sur la voie publique et dans les lieux publics o la valorisation du SSSM et de sa vocation à participer à la médicalisation pré hospitalière des urgences o la mise en place de la réponse adaptée comme nouveau concept français (réponse secouriste/infirmier Sapeur pompier/médecin) o réaffirmation de la régulation médicale par le CRRA-centre 15 comme valeur ajoutée. Statut du professionnel de santé en intervention : Il est important que chaque professionnel de santé sache clairement sous quel statut il intervient pour chaque intervention : Le mode d assurance, de responsabilité et de rémunération en dépendent. De fait, il est primordial pour l intérêt de tous de clarifier cet aspect : le statut sapeur pompier en intervention est donné par le déclenchement de l agent par le CTA-CODIS pour une mission sapeur pompier. Ainsi, un médecin au chevet d un de ses patients, dans le cadre de son exercice libéral ou déclenché à la demande du CRRA, et par ailleurs médecin sapeur pompier, ne Page 3 of 7

4 peut se prévaloir de son statut de sapeur pompier pour prétendre bénéficier des moyens voire de la protection juridique ou financière du SDIS pour cette intervention. Place de l officier SSSM face au COS : R : «Le commandement des opérations de secours relève, sous l'autorité du préfet ou du maire agissant dans le cadre de leurs pouvoirs respectifs de police, du directeur départemental des services d'incendie et de secours ou, en son absence, d'un sapeur-pompier professionnel ou volontaire, officier, sous-officier ou gradé, dans les conditions fixées par le règlement opérationnel.» Sur chaque intervention de secours, la notion de COS est présente : en cas d engagement d un engin, le COS est représenté par le chef d agrès. En cas d engagement de plusieurs moyens, les fonctions de COS sont assumées par les différents échelons de la chaîne de commandement (chef de groupe, chef de colonne, chef de site voire directeur départemental des services d incendie et de secours), en fonction de l ampleur de l intervention. Le médecin ou l infirmier est considéré comme un conseiller technique auprès du COS. Il est responsable du conditionnement de la victime. Il doit tenir informé le COS, en parallèle des bilans passés au CRRA. Le COS dirige l intervention : il a autorité sur les différents moyens présents. De plus, il est responsable de l intervention. Quand le médecin ou l infirmier arrive sur les lieux, il commence par se présenter au COS. Il est important de privilégier le lien COS-médecin/infirmier. Place de l officier SSSM en présence d un autre médecin sur intervention : Il est important que ce médecin soit clairement identifié : l appellation «je suis médecin», n est pas suffisante : il est bon de connaître son identité, ses coordonnées. Cas de l infirmier sapeur pompier : Dès la présence physique d un médecin sur les lieux, l infirmier n est plus dans le cadre d application de protocoles de soins d urgence. Il travaille en équipe sous l autorité et la responsabilité médicale, dans le respect du cadre juridique du code de santé publique notamment. Cas du médecin sapeur pompier : R (CSP) Chaque médecin est responsable de ses actes professionnels (R CSP) : il n existe pas de lien de subordination entre deux confrères conformément au code de santé publique. Ils prennent ensemble en charge la victime. Si le médecin sapeur pompier est en présence d un médecin de SMUR, ce dernier assure le transfert vers l hôpital. Place de l officier SSSM face au médecin régulateur : Il n existe pas de lien de subordination entre le médecin régulateur et le professionnel de santé au chevet de la victime (cour de cassation, chambre criminelle, 2 décembre 2008) Le médecin régulateur est chargé de définir l orientation de la victime ainsi que son mode d évacuation. La responsabilité du patient relève du médecin présent sur les lieux : le médecin régulateur apporte tout appui nécessaire à l intervention. Page 4 of 7

5 Séquence 2 : les protocoles de soins d urgence P26-30 du référentiel Champs de compétence d un IDE : Le champ de compétence de l infirmier est défini par le code de santé publique. On distingue : (tableau de synthèse) - le rôle propre de l infirmier : R sur prescription médicale R à R4311-6, R On entend par «réponse adaptée», le fait de pouvoir adapter le niveau de réponse des secours en fonction de la situation, avec 3 réponses complémentaires possibles : secouriste, paramédicale et médicale. La réponse paramédicale n a pas pour vocation à se substituer à une réponse médicale. Cette procédure cesse dès la présence d'un médecin sur les lieux. 1 Compléments juridiques L infirmier SP protocolé est habilité par le médecin chef du SDIS. Le Protocole de soins d urgence constitue une prescription médicale dont l unique prescripteur est le médecin chef du SDIS. Son application ne peut donc pas être assujettie à l accord d un autre médecin (médecin régulateur). Le médecin régulateur n est pas assimilé à un médecin prescripteur de soins dans le cadre de l AMU, contrairement à l exception prévue pour la permanence des soins (rapport de l ordre des médecins du 15 octobre 2004 ). Il n existe pas de lien hiérarchique entre le médecin régulateur et l ISP. L ISP n est pas autorisé à quitter le champ d application de ses protocoles de soins d urgence. De fait, les interventions du médecin régulateur ne sont possibles que si elles sont prévues par écrit dans la rédaction des protocoles. L ISP doit joindre le médecin prescripteur ou son représentant pour tout complément d information nécessaire au déroulement du protocole. Cas particulier de l infirmier et les situations d urgence : Un infirmier non protocolé, confronté à une situation d urgence ne peut en aucune façon dépasser son champ de compétence. Dans ce contexte, il ne peut pratiquer que de gestes conservatoires relevant de son rôle propre d infirmier, avec notamment des gestes relevant du secourisme (massage cardiaque externe, ventilation au BAVU ). 2- PSU : contenus et limites Le PSU permet un traitement symptomatique sans examen médical, en fonction de signes cliniques que l infirmier reconnaît. Il ne doit pas être lié à l élaboration d un diagnostic médical préalable. La mise en œuvre d un PSU implique l intervention d un médecin (R ), qui peut être sur les lieux ou après évacuation de la victime sur un site (service receveur, cabinet médical ). Page 5 of 7

6 La mise en œuvre de PSU n est possible que pour un infirmier habilité par le médecin chef du SDIS : «la mise en œuvre de la formation et le contrôle de l aptitude opérationnelle sont placés sous la responsabilité du médecin chef du SSSM. La formation d intégration est organisée par le SSSM. A l issue de celle-ci l infirmier fait l objet d une évaluation pratique et théorique qui génère son inscription sur la liste départementale des infirmiers habilités à mettre en œuvre les protocoles de soins d urgence, cette liste est visée par le DSIS.» (p30 du référentiel). Toute application de PSU implique la rédaction d une fiche d intervention ou «compte rendu écrit, daté, signé et remis au médecin et annexé au dossier du patient»(r ). 3- Exemples de mise en oeuvre de PSU Les PSU du SDIS de l Isère ont été élaborés en concertation avec le SAMU de l Isère. Cette démarche s est poursuivie dans le cadre d un travail régional (RENAU : réseau Nord Alpin des urgences, regroupant 3 départements (Isère, Savoie et Haute Savoie ) ayant permis de produire des préconisations pour l élaboration de PSU. Page 6 of 7

7 Séquence 3 : Rapports et articulation avec la régulation médicale Traitement de l appel P17-18 du référentiel Le renforcement de l interconnexion (informatique, téléphonique) entre le CTA-Codis et le CRRA-centre 15 permet une plus grande cohérence opérationnelle. Chaque entité (SDIS et SAMU) a autorité et est responsable de ses propres moyens. Les sollicitations de moyens vis de l autre service doivent se faire entre le CTA-CODIS et le CRRA et non directement sur les vecteurs. La régulation médicale P du référentiel La régulation médicale est assurée par le CRRA-centre 15. Elle est systématique mais peut être soit en a priori (régulation de l appelant) soit en posteriori (après déclenchement de moyens de secours dans le cadre des départs réflexes). Les départs réflexes P18 du référentiel Toute situation grave n implique pas un départ réflexe systématique : certaines situations nécessitent une régulation médicale en à priori, pour affiner la réponse opérationnelle. L objectif de ces départs réflexes est un traitement identique de l appelant ainsi que le déclenchement de la réponse opérationnelle, quelque soit le numéro d urgence (15-18), dans les plus brefs délais. Exemple de mise en place de départs réflexes au sein du département de l Isère. Intérêt du bilan Il est important que le médecin ou l infirmier transmette un bilan au médecin régulateur en complément de tout bilan secouriste. La qualité du bilan conditionne l envoi de renfort et permet d adapter au mieux l orientation de la victime. Modalités et outils de transmission La veille du réseau commun secours et soins d urgence (SSU) par les deux services est permanente afin de suivre l activité secours à personnes. L évolution technologique se traduit par la migration vers le réseau radio numérique commun (ANTARES). Outre la phonie, il permet la transmission de données numériques nécessitant peu de mémoire (géolocallisation, remontée des status, bilan médico-seouristes, tracé ECG ). Ce système radio permet une plus grande interopérabilité entre les différents acteurs de terrain. Plusieurs postes peuvent être proposés suivant les fonctionnalités retenues par le SDIS. Le cas échéant, les transmissions peuvent utiliser un des réseaux téléphoniques. Page 7 of 7

SECOURS D URGENCE A LA PERSONNE. ORGANISATION OPERATIONNELLE et PROCEDURES EN EHPAD

SECOURS D URGENCE A LA PERSONNE. ORGANISATION OPERATIONNELLE et PROCEDURES EN EHPAD Printemps des EHPAD Nice 26 mars 2015 SECOURS D URGENCE A LA PERSONNE - S.U.A.P - ORGANISATION OPERATIONNELLE et PROCEDURES EN EHPAD Médecin Lt Colonel V. ALAUX-DHENIN, Responsable «Mission Médicalisation

Plus en détail

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014 Introduction Les modalités d hospitalisations sous contraintes sous extrêmement encadrées d un point de vue légal et réglementaire. Deux lois sont venues récemment modifier la Loi de 1990 relative «aux

Plus en détail

Règlement opérationnel du Service Départemental d Incendie et de Secours du Pas-de-Calais

Règlement opérationnel du Service Départemental d Incendie et de Secours du Pas-de-Calais Règlement opérationnel du Service Départemental d Incendie et de Secours du Pas-de-Calais >>>RO 2009 ARRETE portant approbation du règlement opérationnel des services d incendie et de secours du Pas-de-Calais

Plus en détail

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011

Organisation de la gestion de crise à Mayotte. Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 Organisation de la gestion de crise à Mayotte Préfecture de Mayotte- SIDPC Mise à jour août 2011 SOMMAIRE INTRODUCTION AVANT LA CRISE PENDANT LA CRISE APRES LA CRISE 2 Service interministériel de défense

Plus en détail

CONFERENCE D EXPERTS. SAMU de France Société Française d Anesthésie et de Réanimation

CONFERENCE D EXPERTS. SAMU de France Société Française d Anesthésie et de Réanimation CONFERENCE D EXPERTS SAMU de France Société Française d Anesthésie et de Réanimation Avec le concours de la Société Française de Médecine d Urgence et de la Société de Réanimation de Langue Française «Réception

Plus en détail

Le secours d urgence aux personnes DE LA GESTION DES MOYENS AU PILOTAGE DE LA MISSION

Le secours d urgence aux personnes DE LA GESTION DES MOYENS AU PILOTAGE DE LA MISSION Le secours d urgence aux personnes DE LA GESTION DES MOYENS AU PILOTAGE DE LA MISSION COLONEL ERIC FAURE, PRÉSIDENT DE LA FNSPF ISABELLE VERBAERE LA GAZETTE DES COMMUNES Les intervenants Colonel Eric FAURE,

Plus en détail

Officier Santé au CTA CODIS

Officier Santé au CTA CODIS SERVICE DÉPARTEMENTAL D'INCENDIE et de SECOURS du LOIRET Officier Santé au CTA CODIS Version septembre 2013 PLAN 1. Préambule 2. Champs d application 3. Pré requis 4. Formation 5. Missions 6. Divers 2

Plus en détail

NOR/INT/E/03/00102/C Objet: Circulaire relative au référentiel des services de santé et de secours médical des services d incendie et de secours.

NOR/INT/E/03/00102/C Objet: Circulaire relative au référentiel des services de santé et de secours médical des services d incendie et de secours. DIRECTION DE LA DEFENSE ET DE LA SECURITE CIVILES Paris, le 23 octobre 2003 SOUS-DIRECTION DES SAPEURS-POMPIERS LE CONSEILLER SANTE Réf. DDSC 10/HJ/N 2003-294 H. JULIEN 01.56.04.74.12 e-mail : henri.julien@interieur.gouv.fr

Plus en détail

SAP et Actualités du 3SM

SAP et Actualités du 3SM SAP et Actualités du 3SM Réunion annuelle du GIRACAL SEDAN 2 Avril 2011 Médecin Colonel Francis Lévy SAP En 2010 les SP ont réalisé 2 876 456 interventions de SAP soit + 5% / 2009 186 590 étaient médicalisés

Plus en détail

Officiers de Garde Groupement (O.G.G.) Officiers de Garde Compagnie (O.G.C.)

Officiers de Garde Groupement (O.G.G.) Officiers de Garde Compagnie (O.G.C.) DVP-2.3.1 / 15-01 Note de Opérationnelle N.S.O. 2015-01 Version 1.0 Interventions payantes Bureau Procédures Opérationnelles et Plans de Secours Date de parution : 22 décembre 2014 Date de mise en application

Plus en détail

TITRE 1 PRESENTATION ET NATURE JURIDIQUE DES SDIS

TITRE 1 PRESENTATION ET NATURE JURIDIQUE DES SDIS TITRE 1 1 PRESENTATION ET NATURE JURIDIQUE DES SDIS 2 CHAPITRE 1 NATURE JURIDIQUE Les services départementaux d incendie et de secours (SDIS) sont des établissements publics administratifs, dotés de la

Plus en détail

La régulation des transports sanitaires par les SAMU

La régulation des transports sanitaires par les SAMU La régulation des transports sanitaires par les SAMU DHOS SDO Bureau O1 1 L organisation des transports sanitaires urgents : une mission permanente Principe : Les transports sanitaires sont une mission

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE DES. Contact presse : Sous-direction de la planification

DOSSIER DE PRESSE DES. Contact presse : Sous-direction de la planification DOSSIER DE PRESSE DES Direction générale de la Sécurité civile et de la gestion des crises Sous-direction de la planification et de la gestion des crises Contact presse : COMMUNIQUÉ DE PRESSE Les départements

Plus en détail

GESTION DE CRISE : Le rôle du maire

GESTION DE CRISE : Le rôle du maire GESTION DE CRISE : Le rôle du maire Introduction : Le risque zéro n existe pas L actualité montre que de nombreux événements soudains et dramatiques peuvent survenir en France (d origine naturelle, technologique,

Plus en détail

Plan Communal de Sauvegarde

Plan Communal de Sauvegarde 34 35 36 LE DISPOSITIF COMMUNAL DE CRISE LA CELLULE DE CRISE Elle est constituée selon le schéma ci-dessous. Le maire ou son représentant s assurant que chaque rôle est assumé par une ou plusieurs personnes.

Plus en détail

Guide pratique : questions-réponses

Guide pratique : questions-réponses Lyon, le 22/09/04 L Inspecteur d Académie, Directeur des Services Départementaux de l Education Nationale à InspectionAcadémique Politique de santé en faveur des élèves Service médical - Mesdames et Messieurs

Plus en détail

SDIS25 RÈGLEMENT OPÉRATIONNEL DES SERVICES D INCENDIE ET DE SECOURS DU DOUBS. SAPEURS-POMPIERS DU DOUBS www.sdis25.fr

SDIS25 RÈGLEMENT OPÉRATIONNEL DES SERVICES D INCENDIE ET DE SECOURS DU DOUBS. SAPEURS-POMPIERS DU DOUBS www.sdis25.fr SDIS25 Service départemental d incendie et de secours du Doubs RÈGLEMENT OPÉRATIONNEL DES SERVICES D INCENDIE ET DE SECOURS DU DOUBS SAPEURS-POMPIERS DU DOUBS www.sdis25.fr SOMMAIRE PREMIÈRE PARTIE :

Plus en détail

Protocoles de Soins Infirmiers d Urgence. Situation du Bas-Rhin (Mars 2008)

Protocoles de Soins Infirmiers d Urgence. Situation du Bas-Rhin (Mars 2008) Protocoles de Soins Infirmiers d Urgence Situation du Bas-Rhin (Mars 2008) OBJECTIFS L INFIRMIER peut travailler 1- EN BINOME avec un médecin 2- SEUL, dans l attente de l intervention d un médecin En institution

Plus en détail

REGLEMENT OPERATIONNEL

REGLEMENT OPERATIONNEL SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS DU TARN changement de logo REGLEMENT OPERATIONNEL Mise à jour : mars 04(date A préfectoral) SOMMAIRE Table des matières Article : Objet du règlement...4 PARTIE

Plus en détail

AIDE MEDICALE URGENTE. Michel Thicoïpé - SAMU 33 DESCMU 2 2012-2013

AIDE MEDICALE URGENTE. Michel Thicoïpé - SAMU 33 DESCMU 2 2012-2013 AIDE MEDICALE URGENTE Michel Thicoïpé - SAMU 33 DESCMU 2 2012-2013 SAMU : Service d aide Médicale Urgente. Organisme départemental SMUR : Service Mobile d Urgence et de Réanimation. Service de réanimation

Plus en détail

PROTOCOLE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES AGRESSIONS ENTRE LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS,

PROTOCOLE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES AGRESSIONS ENTRE LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS, PROTOCOLE DE PREVENTION ET DE LUTTE CONTRE LES AGRESSIONS ENTRE LE SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS, LA DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA SECURITE PUBLIQUE ET LE GROUPEMENT DE GENDARMERIE DEPARTEMENTALE

Plus en détail

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ

MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES SANTÉ MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DE LA SANTÉ ET DES DROITS DES FEMMES Direction générale de l offre de soins Sous-direction des ressources humaines du système de santé Bureau des ressources humaines hospitalières

Plus en détail

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes

Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Direction générale de l offre de soins Sous-direction de la régulation de l offre de soins Bureau du premier recours (R2) Audrey Chaffard

Plus en détail

ANNEXE A L ARRETE DU 19 DECEMBRE 2006 RELATIF AU GUIDE NATIONAL DE REFERENCE DES EMPLOIS, DES ACTIVITES ET DES FORMATIONS DE TRONC COMMUN

ANNEXE A L ARRETE DU 19 DECEMBRE 2006 RELATIF AU GUIDE NATIONAL DE REFERENCE DES EMPLOIS, DES ACTIVITES ET DES FORMATIONS DE TRONC COMMUN ANNEE A L ARRETE DU 19 DECEMBRE 2006 RELATIF AU GUIDE NATIONAL DE REFERENCE DES EMPLOIS, DES ACTIVITES ET DES FORMATIONS DE TRONC COMMUN DES SAPEURSPOMPIERS PROFESSIONNELS ET VOLONTAIRES Direction de la

Plus en détail

ORGANISATION DU SECOURS A PERSONNE ET DE L AIDE MEDICALE URGENTE

ORGANISATION DU SECOURS A PERSONNE ET DE L AIDE MEDICALE URGENTE ORGANISATION DU SECOURS A PERSONNE ET DE L AIDE MEDICALE URGENTE REFERENTIEL COMMUN Élaboré par le comité quadripartite associant les représentants des structures de médecine d urgence et des services

Plus en détail

L alerte des maires lors d intervention sur leur commune. Le soutien au maire par les sapeurs-pompiers lors d'une intervention d'ampleur

L alerte des maires lors d intervention sur leur commune. Le soutien au maire par les sapeurs-pompiers lors d'une intervention d'ampleur Intervention du Colonel Pascal COLIN, directeur départemental des services d incendie et de secours de la Marne L alerte des maires lors d intervention sur leur commune Le soutien au maire par les sapeurs-pompiers

Plus en détail

3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires

3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires FICHE-MESURE Plan pandémie grippale 3F4/2 Modalités de renfort en personnels dans les domaines non sanitaires Validation : 13/10/2011 Ministère-pilote et rédacteur : Ministère chargé de l intérieur Ministères

Plus en détail

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes,

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes, Décision n 2013-1405 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 17 décembre 2013 modifiant la décision n 02-1179 du 19 décembre 2002 établissant la liste des

Plus en détail

L'aide médicale urgente en France, fondement juridique la régulation médicale

L'aide médicale urgente en France, fondement juridique la régulation médicale L'aide médicale urgente en France, fondement juridique la régulation médicale F CATALA - J.M. FONTANELLA Objet et fonctionnement de l'aide médicale urgente Le concept de l'aide médicale urgente (AMU) est

Plus en détail

Plans de secours NOMBREUSES VICTIMES

Plans de secours NOMBREUSES VICTIMES Plans de secours NOMBREUSES VICTIMES Dispositions générales ORSEC Dr M.NAHON SAMU75 02/2013 Crises sanitaires, Accidents catastrophiques à effets limités (ACEL), Catastrophes Majeures 2 Crises sanitaires,

Plus en détail

PROJET DE RAPPORT DU GROUPE N 1 DE L EQUIPE NATIONALE DE SECOURS A PERSONNE. DOCUMENT de TRAVAIL. Version du 22 août 2014

PROJET DE RAPPORT DU GROUPE N 1 DE L EQUIPE NATIONALE DE SECOURS A PERSONNE. DOCUMENT de TRAVAIL. Version du 22 août 2014 PROJET DE RAPPORT DU GROUPE N 1 DE L EQUIPE NATIONALE DE SECOURS A PERSONNE DOCUMENT de TRAVAIL Version du 22 août 2014 Du secours aux personnes (SAP) au secours et soins d urgence aux personnes (SSUAP)

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

VALIDATION DES ACQUIS DE L'EXPERIENCE (VAE)

VALIDATION DES ACQUIS DE L'EXPERIENCE (VAE) VALIDATION DES ACQUIS DE L'EXPERIENCE (VAE) DOSSIER DE DEMANDE DE VALIDATION Nom- Prénom : Diplôme : CHEF D'AGRES Dates de dépôt du dossier : Première partie : Dossier complet : Page 1/25 SDIS d'affection

Plus en détail

P.A.R.M. (Permanencier Auxiliaire de Régulation Médicale) Quelle est cette profession de santé Méconnue et non reconnue?

P.A.R.M. (Permanencier Auxiliaire de Régulation Médicale) Quelle est cette profession de santé Méconnue et non reconnue? P.A.R.M. (Permanencier Auxiliaire de Régulation Médicale) Quelle est cette profession de santé Méconnue et non reconnue? Référentiel métier de PARM Vr 4 - Mai 2007 Page 1 sur 9 Ce document a été rédigé

Plus en détail

Gestion de crise en milieu hospitalier : Evolution de la réflexion

Gestion de crise en milieu hospitalier : Evolution de la réflexion 54 es Journées d'études et de formation des Ingénieurs Hospitaliers de France TOULOUSE 2014 Gestion de crise en milieu hospitalier : Evolution de la réflexion Mme Frédérique BRAYDA- CASABONNE Bonjour,

Plus en détail

PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE

PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE PROVINCE DE QUÉBEC Municipalité de Cacouna RÈGLEMENT 58-13 RÈGLEMENT CONCERNANT LA CRÉATION DU SERVICE DE SÉCURITÉ INCENDIE CONSIDÉRANT QUE suite au regroupement des municipalités de Cacouna, il s avère

Plus en détail

Annexe 5 : Modalités de fonctionnement et d organisation des SMUR du département

Annexe 5 : Modalités de fonctionnement et d organisation des SMUR du département Annexe 5 : Modalités de fonctionnement et d organisation des SMUR du département 1.) Implantation des SMUR Les SMUR de Meurthe-et-Moselle sont stationnés : Au CH de Mont Saint Martin Au CH Maillot de Briey

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR Arrêté du 30 septembre 2013 relatif aux formations des sapeurs-pompiers professionnels NOR : INTE1315095A Publics concernés : sapeurs-pompiers

Plus en détail

Formation d adaptation aux activités SPV de:

Formation d adaptation aux activités SPV de: Formation d adaptation aux activités SPV de: - Module chef d équipe - Module chef d agrès Transverse - Module chef d agrès 1 Equ Secours à Personne - Module chef d agrès 1 Equ Opérations Diverses - Module

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne

CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne CAHIER DES CHARGES Pour la mise en œuvre d une maison de santé pluridisciplinaire En Lot-et-Garonne Les patients ont besoin d une réponse de proximité et d une prise en charge globale qui nécessite une

Plus en détail

ORGANISATION DU SECOURS A PERSONNE ET DE L AIDE MEDICALE URGENTE

ORGANISATION DU SECOURS A PERSONNE ET DE L AIDE MEDICALE URGENTE ORGANISATION DU SECOURS A PERSONNE ET DE L AIDE MEDICALE URGENTE REFERENTIEL COMMUN Élaboré par le comité quadripartite associant les représentants des structures de médecine d urgence et des services

Plus en détail

PREFECTURE DE LA HAUTE-SAVOIE

PREFECTURE DE LA HAUTE-SAVOIE LES ORGANISATIONS Chaîne de commandement et structures de gestion d'événement IV.1 Direction des Opérations de Secours... 2 IV.2 Organisation du commandement, liaison COD/PCO/PCC... 3 à 5 IV.3 COD : Centre

Plus en détail

NOUVELLES TECHNOLOGIES AU SERVICE DE L INFIRMIER ISOLE

NOUVELLES TECHNOLOGIES AU SERVICE DE L INFIRMIER ISOLE NOUVELLES TECHNOLOGIES AU SERVICE DE L INFIRMIER ISOLE Professeur M. RAUCOULES-AIME PU-PH, Chef de Pole Anesthésie et Réanimations CHU de NICE Médecin Hors Classe V. ALAUX-DHENIN Médecin de Groupement,

Plus en détail

SDIS de la Meuse 9 rue hinot 55000 BAR EL DUC Tél : 03.29.77.57.55

SDIS de la Meuse 9 rue hinot 55000 BAR EL DUC Tél : 03.29.77.57.55 Présentation du Services d incendie et de secours Le SDIS est administré par un Conseil d Administration composé d élus locaux. Il est présidé par le président du Conseil Général ou son représentant. Le

Plus en détail

INTERET ET LIMITES DU TIIH DANS LES TRANSPORTS INTER HOSPITALIERS. Marc FOURNIER SAMU13- APHM

INTERET ET LIMITES DU TIIH DANS LES TRANSPORTS INTER HOSPITALIERS. Marc FOURNIER SAMU13- APHM INTERET ET LIMITES DU TIIH DANS LES TRANSPORTS INTER HOSPITALIERS Marc FOURNIER SAMU13- APHM LES MOYENS DE TRANSPORT INTER HOSPITALIER Ambulance simple : 2 ADE, véhicule catégorie C type A ambulance conçue

Plus en détail

CHARTE DU RESEAU 1. PREAMBULE 2. MODALITES D ACCES AU RESEAU

CHARTE DU RESEAU 1. PREAMBULE 2. MODALITES D ACCES AU RESEAU CHARTE DU RESEAU Adoptée dans le cadre des dispositions de l article D. 766-1-4 du code de la santé publique 1. PREAMBULE La présente charte fixe les règles applicables aux membres du réseau constitué,

Plus en détail

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives

1. Instruction des demandes de permis de construire et des demandes de dérogation aux règles constructives ORDONNANCE N 2013-889 du 3 octobre 2013 relative au développement de la construction de logement FICHE N 6 : Instruction et motivation des demandes de dérogation 1. Instruction des demandes de permis de

Plus en détail

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3)

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture. PRINCIPES FONDAMENTAUX Les incidents provoqués par des conduites intimidantes ou violentes

Plus en détail

ANNEXE 2 REFERENTIEL D EVALUATION

ANNEXE 2 REFERENTIEL D EVALUATION ANNEXE 2 REFERENTIEL D EVALUATION 1 Objectifs de l évaluation L évaluation, réalisée par un jury d évaluation, permet de mesurer ou d apprécier, à l aide de critères adaptés, l atteinte, par le sapeur-pompier,

Plus en détail

L UNPS rappelle que la permanence et la continuité des soins est assurée à domicile comme en établissement par des professionnels de santé libéraux.

L UNPS rappelle que la permanence et la continuité des soins est assurée à domicile comme en établissement par des professionnels de santé libéraux. POSITION DE L UNPS SUR LA PRISE EN CHARGE DE LA PERSONNE ÂGÉE EN PERTE D AUTONOMIE Présentation de l UNPS L Union Nationale des Professionnels de Santé (UNPS) est l institution crée par la loi qui regroupe

Plus en détail

PLAN PARTICULIER D INTERVENTION

PLAN PARTICULIER D INTERVENTION DIRECTION DES SERVICES DU CABINET ET DE LA SECURITE Service Interministériel de Défense et de Protection Civiles PLAN PARTICULIER D INTERVENTION Barrage de Serre-Ponçon Arrêté préfectoral du14 mars 2012

Plus en détail

2013 ANNEE DU VOLONTARIAT ET DE LA JEUNESSE POINT PRESSE TRIE SUR BAÏSE 15 AVRIL 2013 DOSSIER DE PRESSE

2013 ANNEE DU VOLONTARIAT ET DE LA JEUNESSE POINT PRESSE TRIE SUR BAÏSE 15 AVRIL 2013 DOSSIER DE PRESSE SDIS 65 PREFET DES HAUTES-PYRENEES 2013 ANNEE DU VOLONTARIAT ET DE LA JEUNESSE POINT PRESSE TRIE SUR BAÏSE 15 AVRIL 2013 DOSSIER DE PRESSE Votre correspondant presse : Marie-Pierre TOUSTARD Mail : contact@sdis65.fr

Plus en détail

CONVENTION D ADHESION AU SERVICE DE MEDECINE PREVENTIVE DU CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU CHER ANNEE.

CONVENTION D ADHESION AU SERVICE DE MEDECINE PREVENTIVE DU CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU CHER ANNEE. CONVENTION D ADHESION AU SERVICE DE MEDECINE PREVENTIVE DU CENTRE DE GESTION DE LA FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE DU CHER ANNEE. Entre : - Monsieur Claude LELOUP, Président du Centre de Gestion du CHER

Plus en détail

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique.

ARRÊTÉ du. relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du travail, de l emploi NOR : ARRÊTÉ du relatif au cahier des charges de santé de la maison de santé mentionné à l article L. 6323-3 du code de la santé publique. Le ministre

Plus en détail

Partenariat SDIS de l'aisne - IGN

Partenariat SDIS de l'aisne - IGN Service Départemental d Incendie et de Secours de l Aisne Quand le terrain alimente le Référentiel à Grande Échelle Partenariat SDIS de l'aisne - IGN Aurélie FONTEYNE Service prévision Bureau SIG dessin

Plus en détail

Avant l action de secours Partie 1 les règles de bases. Chapitre 1 Un cadre juridique. Chapitre 2 Des moyens humains

Avant l action de secours Partie 1 les règles de bases. Chapitre 1 Un cadre juridique. Chapitre 2 Des moyens humains Sommaire Avant l action de secours Partie 1 les règles de bases Chapitre 1 Un cadre juridique 1. Mise en place des lois Pouvoirs législatif, exécutif et judiciaire (fiche 1 :)...4 Comment est votée une

Plus en détail

CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT

CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT Logos Sdis Inspection Union académique départementale CONVENTION CADRE DE PARTENARIAT La présente convention intervient : entre Le Service Départemental d Incendie et de Secours de représenté par :, Président

Plus en détail

Procédure relative à la protection juridique des majeurs vulnérables

Procédure relative à la protection juridique des majeurs vulnérables Procédure relative à la protection juridique des majeurs vulnérables 1/ Objet et domaine d application date de mise à jour : 31 juillet 2012 - harmoniser les pratiques et améliorer la coordination entre

Plus en détail

Dispositif dégradé et réaction initiale

Dispositif dégradé et réaction initiale 3.4 Prise en charge des victimes radiocontaminées Dispositif dégradé et réaction initiale UMH, SMUR Régulation SAMU SAU, UP Les limites du dispositif (circulaire 800) L identification de l attentat n est

Plus en détail

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes,

L Autorité de régulation des communications électroniques et des postes, Décision n 2015-0153 de l Autorité de régulation des communications électroniques et des postes en date du 17 mars 2015 modifiant la décision n 02-1179 du 19 décembre 2002 établissant la liste des numéros

Plus en détail

ACCIDENTOLOGIE EN SMUR

ACCIDENTOLOGIE EN SMUR ACCIDENTOLOGIE EN SMUR Étude des accidents occasionnés par des véhicules automobiles, tant au point de vue de leur cause que de leurs effets Éric JASMIN ACCIDENTOLOGIE EN SMUR 1 INTRODUCTION Efficacité

Plus en détail

FICHE DE POSTE OFFICIER SANTE CODIS

FICHE DE POSTE OFFICIER SANTE CODIS SERVICE DEPARTEMENTAL D INCENDIE ET DE SECOURS - FICHE DE POSTE OFFICIER SANTE CODIS POLE PERFORMANCE ET QUALITE 1. DESIGNATION DU POSTE Emploi de référence : Grades possibles : Type de temps de travail

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE LA SÉCURITÉ INTÉRIEURE ET DES LIBERTÉS LOCALES Arrêté du 16 août 2004 relatif aux formations des médecins, pharmaciens et infirmiers

Plus en détail

Toute intervention sur route présente des risques contre lesquels il est indispensable de se protéger.

Toute intervention sur route présente des risques contre lesquels il est indispensable de se protéger. GUIDE INTER- SERVICES 2012 MÉTHODOLOGIE DE PROTECTION LORS D INTERVENTION SUR ROUTES Toute intervention sur route présente des risques contre lesquels il est indispensable de se protéger. Ce document est

Plus en détail

2 - Quels sont les intérêts des exercices?

2 - Quels sont les intérêts des exercices? FICHE N 29 : LES ENTRAÎNEMENTS - EXERCICES DE SIMULATION 1 - Qu est-ce qu un exercice? Les exercices servent à mettre en œuvre de manière pratique les dispositions prévues dans le PCS en se substituant

Plus en détail

Ils ont vocation, sous l autorité fonctionnelle d'un ou plusieurs médecins de prévention coordonnateurs régionaux (MPCR) à :

Ils ont vocation, sous l autorité fonctionnelle d'un ou plusieurs médecins de prévention coordonnateurs régionaux (MPCR) à : INTRODUCTION La présente doctrine d emploi a pour objet de préciser les missions et le positionnement des assistants régionaux à la médecine de prévention (ARMP). Les ARMP participent à l'amélioration

Plus en détail

(Décret n 2012-522 du 20 avril 2012)

(Décret n 2012-522 du 20 avril 2012) Fédération Autonome de la Fonction Publique Territoriale CADRE D EMPLOIS DES SAPEURS POMPIERS PROFESSIONNELS DE CATEGORIE B CADRE D EMPLOIS DES LIEUTENANTS DES SAPEURS POMPIERS PROFESSIONNELS (Décret n

Plus en détail

Contact presse : service communication Tel. : 01 60 91 22 19 / Fax : 01 60 91 23 00 communication@sdis91.fr

Contact presse : service communication Tel. : 01 60 91 22 19 / Fax : 01 60 91 23 00 communication@sdis91.fr OPERATION «POMPIERS JUNIORS» DOSSIER DE PRESSE Contact presse : service communication Tel. : 01 60 91 22 19 / Fax : 01 60 91 23 00 communication@sdis91.fr Service Départemental d Incendie et de Secours

Plus en détail

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES

FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES FICHE N 5 : LA RECHERCHE DES PARTENAIRES La réalisation d un PCS doit être l occasion de travailler avec différents partenaires et de créer un réseau. L objectif est de faire en sorte de bien définir qui

Plus en détail

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris)

Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) Equipe mobile SMES CH Sainte-Anne (Paris) 1. Contexte local Géographie La psychiatrie adulte de l hôpital Sainte-Anne est orientée vers 7 secteurs psychiatriques adultes, que ce soit pour les hospitalisations,

Plus en détail

CHARTE DES PROFESSIONNELS DE SANTE MEMBRES DU RESEAU LCD

CHARTE DES PROFESSIONNELS DE SANTE MEMBRES DU RESEAU LCD CHARTE DES PROFESSIONNELS DE SANTE MEMBRES DU RESEAU LCD Qu est-ce que le réseau LCD? Le réseau Lutter Contre la Douleur a pour objectif d améliorer la prise en charge des patients douloureux chroniques.

Plus en détail

Organisation des Secours Aux Personnes. dans le département du Bas-Rhin. Dr L.TRITSCH Anesth-Réanimateur Médecin-chef SDIS du Bas-Rhin

Organisation des Secours Aux Personnes. dans le département du Bas-Rhin. Dr L.TRITSCH Anesth-Réanimateur Médecin-chef SDIS du Bas-Rhin Organisation des Secours Aux Personnes dans le département du Bas-Rhin Dr L.TRITSCH Anesth-Réanimateur Médecin-chef SDIS du Bas-Rhin Académie Nationale de Médecine ORGANISATION des SECOURS PUBLICS et de

Plus en détail

Plan ORSEC. du département du Finistère

Plan ORSEC. du département du Finistère PRÉFET DU FINISTÈRE Préfecture du Finistère Cabinet du préfet Service interministériel de défense et de protection civiles Plan ORSEC «secours à nombreuses victimes» du département du Finistère Plan ORSEC

Plus en détail

La prescription et la délivrance des médicaments vétérinaires MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE

La prescription et la délivrance des médicaments vétérinaires MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE Pascal Xicluna-http://photo.agriculture.gouv.fr La prescription et la délivrance des médicaments vétérinaires MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE ET DE LA PÊCHE MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE ET DES SPORTS

Plus en détail

De la Sirène au SMARTPHONE L innovation technologique au service des secours à la population. Groupement Missions et Moyens Techniques -SDIS 05, 2015

De la Sirène au SMARTPHONE L innovation technologique au service des secours à la population. Groupement Missions et Moyens Techniques -SDIS 05, 2015 1 De la Sirène au SMARTPHONE L innovation technologique au service des secours à la population Groupement Missions et Moyens Techniques -SDIS 05, 2015 2 Le volontariat Clé de voûte du système de secours

Plus en détail

Qu est ce que le plan d organisation de la réponse de sécurité civile (ORSEC)?

Qu est ce que le plan d organisation de la réponse de sécurité civile (ORSEC)? Les plans de secours sont organisés et mis en oeuvre par une direction unique, le directeur des opérations de secours (DOS) qui est le préfet du département concerné. Qu est ce que le plan d organisation

Plus en détail

COMMUNIQUE DE PRESSE. Déploiement des contrats de coordination des professionnels de santé libéraux intervenant en EHPAD

COMMUNIQUE DE PRESSE. Déploiement des contrats de coordination des professionnels de santé libéraux intervenant en EHPAD Direction de la Sécurité sociale Paris, le 6 avril 2011 Direction générale de la Cohésion sociale COMMUNIQUE DE PRESSE Déploiement des contrats de coordination des professionnels de santé libéraux intervenant

Plus en détail

Q U A T R E C O N D I T I O N S D É T E R M I N E N T U N E C O N V E N T I O N D E D I S P O N I B I L I T É...

Q U A T R E C O N D I T I O N S D É T E R M I N E N T U N E C O N V E N T I O N D E D I S P O N I B I L I T É... LES CONVENTIONS ENTREPRISES - SDIS B U T Rendre compatibles la disponibilité du sapeur-pompier volontaire et les nécessités du fonctionnement de l entreprise ou du service public. Limiter au maximum les

Plus en détail

Règlement sur les soins préhospitaliers et les transports de patients. Le Conseil d Etat de la République et Canton de Neuchâtel,

Règlement sur les soins préhospitaliers et les transports de patients. Le Conseil d Etat de la République et Canton de Neuchâtel, CONSEIL D'ETAT Règlement sur les soins préhospitaliers et les transports de patients Le Conseil d Etat de la République et Canton de Neuchâtel, vu la loi de santé du 6 février 1995, notamment ses articles

Plus en détail

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.

CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H. CONVENTION-TYPE RELATIVE AUX MODALITES D INTERVENTION DE L EQUIPE D APPUI DEPARTEMENTALE EN SOINS PALLIATIFS DE L INDRE (E.A.D.S.P. 36) DANS LES E.H.P.A.D. ENTRE L E.H.P.A.D. représenté par d une part,

Plus en détail

Direction Déléguée Qualité et Gestion du Risque ORIENTATIONS ORGANISATIONNELLES REGIONALES DES TRANSPORTS SANITAIRES

Direction Déléguée Qualité et Gestion du Risque ORIENTATIONS ORGANISATIONNELLES REGIONALES DES TRANSPORTS SANITAIRES Direction Déléguée Qualité et Gestion du Risque ORIENTATIONS ORGANISATIONNELLES REGIONALES DES TRANSPORTS SANITAIRES 2 SOMMAIRE TEXTES DE REFERENCE... 4 LE CADRE DES ORIENTATIONS ORGANISATIONNELLES REGIONALES...

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES ET DE LA SANTÉ Arrêté du 17 septembre 2012 fixant le cahier des charges du dispositif de formation des personnels de direction

Plus en détail

GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ

GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ 16 A GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ Plan de prévention - Protocole de sécurité pour le chargement ou le déchargement de véhicule Permis de feu - Dossier des plans de prévention, protocoles de sécurité pour

Plus en détail

QUELS DANGERS POUR LES

QUELS DANGERS POUR LES RÉUNION D INFORMATION SUR LA LOI DE SANTÉ : QUELS DANGERS POUR LES MÉDECINS LIBÉRAUX? Mercredi 17 décembre 2014 Titre I : Renforcer la prévention et la promotion de la santé Chapitre I Art. 2 à 5 : Soutenir

Plus en détail

DOSSIER DE PRESSE CAMPAGNE DE COMMUNICATION POUR LA PROMOTION ET LE RECRUTEMENT DE SAPEURS- POMPIERS

DOSSIER DE PRESSE CAMPAGNE DE COMMUNICATION POUR LA PROMOTION ET LE RECRUTEMENT DE SAPEURS- POMPIERS DOSSIER DE PRESSE CAMPAGNE DE COMMUNICATION POUR LA PROMOTION ET LE RECRUTEMENT DE SAPEURS- POMPIERS Jeudi 27 août 2015 Salle du conseil d administration SDIS de la Corrèze - Tulle Contact Presse Sandrine

Plus en détail

Titre III : Médecine de prévention.

Titre III : Médecine de prévention. Titre III : Médecine de prévention. Article 10 Modifié par Décret n 2011-774 du 28 juin 2011 - art. 19 Un service de médecine de prévention, dont les modalités d organisation sont fixées à l article 11,

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION

ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION ANNEXE I REFERENTIEL PROFESSIONNEL AUXILIAIRE DE VIE SOCIALE CONTEXTE DE L INTERVENTION L auxiliaire de vie sociale réalise une intervention sociale visant à compenser un état de fragilité, de dépendance

Plus en détail

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique

Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Planification d urgence et gestion de crise en Belgique Noodplanning en crisisbeheer_fr.indd 1 21/01/2013 10:29:57 Noodplanning en crisisbeheer_fr.indd 2 21/01/2013 10:29:57 Planification d urgence La sécurité

Plus en détail

Travail d Intérêt Professionnel

Travail d Intérêt Professionnel Travail d Intérêt Professionnel Franck PILORGET Promotion 2007-2009 Ecole d Infirmiers Anesthésistes Diplômés d Etat Centre Hospitalier Universitaire de Dijon (21) REMERCIEMENTS Merci à toutes les personnes

Plus en détail

PROTOCOLE D ACCORD DE L INDUSTRIE PETROLIERE CONCERNANT LA DEFENSE CONTRE L INCENDIE ET SON ANNEXE TECHNIQUE

PROTOCOLE D ACCORD DE L INDUSTRIE PETROLIERE CONCERNANT LA DEFENSE CONTRE L INCENDIE ET SON ANNEXE TECHNIQUE PROTOCOLE D ACCORD DE L INDUSTRIE PETROLIERE CONCERNANT LA DEFENSE CONTRE L INCENDIE ET SON ANNEXE TECHNIQUE 4, AVENUE HOCHE 75008 PARIS - 01 40 53 70 00 FAX : 01 40 53 70 49 PROTOCOLE D'ACCORD DE L INDUSTRIE

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT

Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT Ministère du travail, de l emploi, de la formation professionnelle et du dialogue social CAHIER DES CHARGES DU CONSULTANT APPUI CONSEIL «GESTION DES AGES» dans le cadre du Contrat de génération Le présent

Plus en détail

La vision par delà les frontières. Les solutions françaises

La vision par delà les frontières. Les solutions françaises La vision par delà les frontières Les solutions françaises Journée Latine SION 07 novembre 2013 Docteur Thierry ROUPIOZ Responsable Centre 15 de Haute-Savoie SAMU Service d aide médicale urgente Système

Plus en détail

MISSION : Gérer l engagement opérationnel de son groupe

MISSION : Gérer l engagement opérationnel de son groupe EMPLOI : CHEF DE GROUPE SAPEUR-POMPIER PROFESSIONNEL MISSION : Gérer l engagement opérationnel de son groupe R E S P O N S A B I L I T E Encadrement - commandement de 2 à 4 chefs d'agrès Autonomie - assurer

Plus en détail

JE SUIS SPÉCIALISÉ(E) INFIRMIER(ÈRE) Elections CTE/CAP

JE SUIS SPÉCIALISÉ(E) INFIRMIER(ÈRE) Elections CTE/CAP JE SUIS INFIRMIER(ÈRE) SPÉCIALISÉ(E) Elections CTE/CAP le 4 Décembre 2014 Lettre aux Infirmiers(ères) Spécialisés(ées) Les professions infirmières ont engagé depuis plusieurs années, au travers la réingénierie

Plus en détail

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU 27 AVRIL 2009 Dégagement des personnes bloquées dans les cabines d ascenseur

COMPTE RENDU DE LA REUNION DU 27 AVRIL 2009 Dégagement des personnes bloquées dans les cabines d ascenseur COMPTE RENDU DE LA REUNION DU 27 AVRIL 2009 Dégagement des personnes bloquées dans les cabines d ascenseur Objet : Réunion concernant les procédures de prise en charge et de facturation lors d intervention

Plus en détail

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés

Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE. Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Formation - VAE TITRES PROFESSIONNELS VAE Trois nouveaux titres professionnels accessibles par la VAE sont créés Arrêtés du 21 et 22 octobre 2003, JO du 08/11/03 Pour rappel les titres professionnels constituent

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur :

REFERENTIEL DU CQPM. Les missions ou activités confiées au titulaire peuvent porter à titre d exemples non exhaustifs sur : COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LE METALLURGIE Qualification : Catégorie : D Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Responsable d affaires I OBJECTIF PROFESSIONNEL

Plus en détail

LA PRESTATION DE SOIN NUTRITIONNEL REFERENTIEL POUR L'AUTO-EVALUATION

LA PRESTATION DE SOIN NUTRITIONNEL REFERENTIEL POUR L'AUTO-EVALUATION Mai 2001 LA PRESTATION DE SOIN NUTRITIONNEL REFERENTIEL POUR L'AUTO-EVALUATION Le contexte Le soin nutritionnel est une des missions fondamentales des diététiciens, qui a pour finalité de garantir des

Plus en détail

La Télémédecine dans le cadre de la Plateforme Régionale Santé de Martinique

La Télémédecine dans le cadre de la Plateforme Régionale Santé de Martinique + La Télémédecine dans le cadre de la Plateforme Régionale Santé de Martinique 15 ème Conférence des Fédérations Hospitalières des Antilles et de la Guyane Y. MARIE-SAINTE Directeur 28/04/2011 V1.0 + #

Plus en détail