Premiers secours. Article 36

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Premiers secours. Article 36"

Transcription

1 Commentaire de l ordonnance 3 relative à la loi sur le travail Art. 36 Article 36 Premiers secours 1 Les moyens nécessaires pour les premiers secours seront disponibles en permanence, compte tenu des dangers résultant de l exploitation, de l importance et de l emplacement de l entreprise. Le matériel de premiers secours doit être facilement accessible et être disponible dans tous les endroits où les conditions de travail le requièrent. 2 Au besoin, des infirmeries convenablement situées et équipées seront mises à disposition, ainsi que du personnel ayant reçu une formation sanitaire. Les locaux destinés à l infirmerie doivent être facilement accessibles avec des brancards. 3 L infirmerie et les emplacements où se trouve le matériel de premiers secours doivent être clairement signalés. La transmission immédiate de l alarme aux services officiels de secours qui, dans la plupart des régions, peuvent être très rapidement sur place constitue une des principales mesures à prendre dans les cas graves (accident ayant provoqué de graves blessures, urgence médicale, perte de connaissance subite, accident cardio-vasculaire, intoxication, situation de crise psychique, etc.). Il faut donc déposer ou afficher près de chaque appareil téléphonique une liste des principaux numéros d urgence avec mention des indicatifs (centrale d alarme interne, sapeurs-pompiers 118, police 117, services de secours 144). L entreprise doit mettre à disposition des personnes formées aux premiers secours et une infrastructure appropriée pour les premiers secours. Certains principes et certaines règles juridiques s appliquent aux personnes chargées des premiers secours dans les entreprises, quel que soit leur niveau de formation et leur fonction: Les fonctions, les compétences et les responsabilités des personnes chargées des premiers secours doivent être définies clairement dans l entreprise. Les personnes chargées des premiers secours sont soumises à l obligation de garder le secret à l égard des tiers. Elles doivent néanmoins communiquer les données médicales aux personnes intervenant dans le cadre de la chaîne des secours (cf. graphique 336-1). Les personnes chargées des premiers secours doivent toujours transmettre les informations utiles concernant la santé du patient aux autres intervenants (par ex. collègues sanitaires d entreprise, ambulanciers, personnel de soin, médecins). Il s agit d informations comme l état de conscience, les blessures ou maladies constatées, etc. C est en principe l employeur qui est responsable des préjudices aux personnes et des dégâts aux biens ainsi que de la transmission non justifiée d informations pouvant résulter de l intervention des personnes chargées des premiers secours (art. 328 CO en lien avec l art. 101 CO). Il ne peut y avoir de responsabilité personnelle de la personne chargée des premiers secours que si elle a causé un préjudice ou un dégât intentionnellement ou qu il est dû à une faute gros-sière de sa part. Là aussi, il convient de prendre en compte la formation, les connaissances spécialisées et les autres compétences de la personne chargée des premiers secours (art. 321 e CO) 1. 1D après les informations données par l Office fédéral de la Justice le 15 juillet 2008; CO = Code des obligations SECO, juillet

2 Art. 36 Commentaire de l ordonnance 3 relative à la loi sur le travail Illustration 336-1: La chaîne des secours (Source: Interassociation de sauvetage IAS, Alinéa 1 Adaptation aux dangers présents dans l entreprise, à la taille et à la situation géographique de cette dernière La détermination des mesures de premiers secours nécessaires ou recommandées dans les entreprises, les administrations et aux postes de travail temporaires (p. ex. chantiers) dépendent en premier lieu des dangers effectifs pesant sur la sécurité et la santé des travailleurs et, dans une moindre mesure, de la taille de l entreprise. Dans la chaîne des secours, la distance entre l entreprise et le lieu de traitement (p. ex. médecin, hôpital, service médical d entreprise) est un critère important. Les entreprises situées dans des lieux retirés ou difficilement accessibles (p. ex. constructions souterraines) doivent, pour pouvoir fournir des premiers secours optimaux sur place, disposer de personnes bien formées aux premiers secours et dans la mesure du possible d une bonne infrastructure (p. ex. local de premiers secours, grand assortiment de matériel de traitement). Les entreprises peuvent élaborer un concept en cas d urgence commun avec des entreprises voisines et constituer des regroupements pour l apport des premiers secours (p. ex. entre entreprises pratiquant des activités diverses dans le même bâtiment ou entre entreprises limitrophes). Les tâches, obligations et compétences communes doivent être consignées par écrit dans le cas d une telle collaboration interentreprises. Dans les entreprises avec des dangers particuliers selon la directive no 6508 de la CFST 2 (directive MSST), on déterminera les exigences concernant les premiers secours en fonction des dangers spécifiques à l entreprise. L essentiel à considérer est le type de blessure et sa portée (p. ex. décharge électrique) et moins la probabilité d un accident. Exemple: les professions travaillant avec l électricité ont besoin de premiers secours spécifiques (DAE 3, formation spéciale). Pour les entreprises qui adhèrent à une solution interentreprises (solution de branche, solution par groupe d entreprises ou solution type), le concept en cas d urgence représente un élément de ba-se du volet protection de la santé du système de sécurité (manuel et listes de contrôle). Il contient une description détaillée des exigences auxquelles les entreprises doivent répondre. Equipement pour les premiers secours Le matériel de premiers secours (désinfectant, pansements, etc.) doit être adapté aux dangers présents dans l entreprise. On contrôlera régulièrement sa composition, les dates de péremption et si le matériel est complet. On tiendra un relevé des contrôles du matériel. Il est recommandé de prendre contact avec les services de sauvetage locaux ou avec l ASSE pour se renseigner sur les articles qui doivent figurer dans l armoire de premiers secours. Médecins et pharmaciens peuvent également fournir des renseignements. Les médicaments qui s administrent par voie orale 4 ne peuvent être remis que par des personnes habilitées par la législation sur les produits thérapeutiques à le faire 5 (p. ex. médecins, ambulan- 2Commission fédérale de coordination pour la sécurité au travail CFST: www. ekas.ch 3DAE: défibrillateur automatique externe 4Par voie orale = par la bouche 5Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie, OFFT,

3 Commentaire de l ordonnance 3 relative à la loi sur le travail Art. 36 ciers diplômés ES, infirmiers diplômés). Ils doivent être conservés sous clé. La manipulation de certaines substances chimiques au sein d une entreprise peut nécessiter la conservation d antidotes sur place (p. ex. le gluconate de calcium en cas de manipulation d acide fluorhydrique). Un antidote ne peut en principe être administré que par un médecin ou par un secouriste / sanitaire d entreprise, dûment formé, sous la surveillance du médecin (il n y a que peu d exceptions à cette règle). Accessibilité du lieu de l accident (matérielle et temporelle) Les premiers secours doivent être assurés et du personnel formé aux premiers secours doit être présent dans l entreprise pendant la totalité des heures où des employés travaillent, y compris en dehors des horaires de travail usuels (p. ex. en cas de travail de nuit, du dimanche ou en équipe). Les entreprises qui s étendent sur plusieurs étages ou bâtiments devraient disposer du matériel de premiers secours à plusieurs endroits faciles d accès, afin de pouvoir réagir immédiatement en cas d urgence. Le personnel travaillant à l extérieur des locaux ou du périmètre de l entreprise (p. ex. service à l extérieur, chantiers ou ouvriers travaillant en plein air) doit également être équipé de matériel de premiers secours. Il convient de répondre à certaines exigences supplémentaires pour les personnes travaillant seules 6 (p. ex. dans des installations de grande étendue, des entrepôts, pour des travaux de réparation, de contrôle ou en équipe, dans le commerce de détail 7 ) ou ne travaillant pas à un emplacement fixe (p. ex. personnes en service à l extérieur ou travaillant sur des chantiers). En cas d urgence, elles doivent également disposer des moyens de communication nécessaires pour appeler rapidement de l aide extérieure. On tiendra compte du fait que l intervention des secours peut être plus difficile de nuit. Des mesures supplémentaires et adaptées aux conditions données sont donc nécessaires pour les premiers secours à apporter aux personnes travaillant seules. Alinéa 2 Locaux de premiers secours/contrôles Il est recommandé de manière générale aux entreprises d adapter le type, la qualité et l ampleur de l équipement à la situation de l entreprise et aux dangers présents. Recommandations pour l équipement de premiers secours selon le nombre de travailleurs par emplacement (bâtiment, parcelle): Nombre de travailleurs par emplacement (bâtiment, parcelle) Microentreprises Armoire / trousse de premiers secours 1 1 plusieurs DAE au moins 1 Local de premiers secours au moins 1 6Aide-mémoire pour travailleurs isolés, SECO, mars 2007, autres publications: «Travailleurs isolés» (n de commande: SBA 150.F) et liste de contrôle (n de commande: F), 7Dépliant du SECO «Travailler seul dans les commerces de détail en Suisse», (n de commande OFCL : f), SECO, juillet

4 Art. 36 Commentaire de l ordonnance 3 relative à la loi sur le travail Les défibrillateurs automatiques externes revêtent une grande importance dans certaines branches économiques (p. ex. entreprises électriques, entreprises connaissant une grande affluence de public, piscines et bains publics). Un DAE est également recommandé pour les emplacements comptabilisant moins de 100 travailleurs mais connaissant une grande affluence de public. Il est recommandé de manière générale à toutes les entreprises d installer des locaux de premiers secours appropriés et ayant une bonne accessibilité pour le transport d urgence (les passages principaux doivent avoir une largeur d au moins 1,20 m). Les points suivants doivent être vérifiés au moins une fois tous les trois ans dans le cadre du concept en cas d urgence: Le système de transmission de l alarme au sein de l entreprise doit garantir une arrivée des sauveteurs aussi rapide que possible. Toutes les possibilités de transport internes à l entreprise (p. ex. brancards, ascenseurs pouvant accueillir des brancards, etc.) doivent être en état de fonctionner. Un plan d évacuation par bâtiment/emplacement et des exercices d évacuation périodiques (recommandation: une fois par an) doivent garantir que tous les collaborateurs quittent les lieux rapidement et en sécurité en cas d évacuation. Service sanitaire L association suisse des sanitaires d entreprise, ASSE, formule des recommandations concrètes concernant la formation du personnel chargé des premiers secours et l équipement des locaux de premiers secours. Les standards en matière de contenu de la formation initiale et continue sont établis par l Office de certification pour la formation des non-professionnels du sauvetage ResQ (p. ex. niveaux 1 à 3 prévus par le système de cours ResQ ainsi que les cours de remise à niveau correspondants, voir sous Les techniciens responsables de l infrastructure (p. ex. serruriers, électriciens, installateurs) devraient recevoir une formation aux premiers secours. En situation d urgence, ils sont souvent sur place pour interrompre ou maintenir l alimentation en gaz, eau et électricité et pourront alors sortir un blessé d une situation difficile (sauvetage). Pour les entreprises avec des dangers particuliers, chez lesquelles l évaluation des risques a fait apparaître un danger aigu (p. ex. production chimique), le niveau de formation des non-professionnels du sauvetage doit être plus élevé que dans les entreprises sans dangers particuliers et du personnel médical peut même être nécessaire (p. ex. médecins, infirmiers). Des formations régulières sur tous les aspects importants du concept en cas d urgence (p. ex. cours de premiers secours, cours de protection anti-incendie, exercices d évacuation, etc.) sont recommandées dans ce cas pour tous les collaborateurs. Recommandations pour la détermination du nombre de personnes chargées des premiers secours selon le nombre de travailleurs par emplacement (bâtiment, parcelle): Nombre de travailleurs par emplacement (bâtiment, parcelle) : Nombre de personnes chargées des premiers secours : 1 à Nombre de personnes chargées des premiers secours (sans diagramme) Nombre de personnes chargées des premiers secours selon diagrammes et

5 Commentaire de l ordonnance 3 relative à la loi sur le travail Art. 36 Illustration 336-2: Nombre de personnes chargées des premiers secours en fonction de la taille de l entreprise (50 à 250 collaborateurs ou 250 à collaborateurs) Illustration 336-3: Nombre de personnes chargées des premiers secours en fonction de la taille de l entreprise (1 000 à collaborateurs): SECO, juillet

6 Art. 36 Commentaire de l ordonnance 3 relative à la loi sur le travail Détermination du nombre recommandé de personnes formées aux premiers secours selon le nombre de travailleurs par emplacement (type et étendue des formations pour non-professionnels du sauvetage, cf. système de cours ResQ): Nombre de travailleurs par emplacement Microentreprises* 1 à 9 10* 50* Total des personnes chargées des premiers secours dont Niveau 1 (N1) formation 2 jours Niveau 2 (N2) formation 3 jours Niveau 3 (N3) formation 6 jours Pourcentage de personnes chargées des premiers secours en fonction du niveau: N1 N2 N * Les microentreprises et les petites entreprises peuvent constituer des regroupements pour les premiers secours (p. ex. entre entreprises pratiquant des activités diverses dans le même bâtiment ou entre entreprises limitrophes). Important! Entreprises avec des dangers particuliers selon directive no 6508 de la CFST: Les exigences en matière de dispositifs de premiers secours peuvent être plus élevées en fonction du résultat de la détermination des dangers. Dans ce cas, les spécialistes MSST responsables de l évaluation des dangers fixent le contenu des cours spéciaux complémentaires sur les premiers secours (p. ex. sur les dangers liés à l électricité) de concert avec les entreprises de formation. Alinéa 3 La signalisation des locaux de premiers secours et des emplacements où est conservé le matériel de premiers secours doit se faire au moyen des signes internationaux usuels (croix blanche sur fond vert), tels qu ils sont décrits dans la directive 92/58/CEE et la norme ISO Les instructions et la signalisation concernant les premiers secours 8 doivent être fonctionnelles. Exemples: bonne visibilité et bon choix de l emplacement, bonne intelligibilité des instructions, si nécessaire en plusieurs langues. Des gilets de sécurité sont recommandés pour le personnel de premiers secours. 8 Des instructions pour les premiers secours doivent être affichées de manière bien visible dans les zones de dangers (p. ex. armoire des toxiques, armoire électrique, bain d acide)

du personnel ayant reçu une formation sanitaire. Les locaux destinés à l infirmerie doivent être facilement accessibles avec des brancards.

du personnel ayant reçu une formation sanitaire. Les locaux destinés à l infirmerie doivent être facilement accessibles avec des brancards. Article 36 Premiers secours 1 Les moyens nécessaires pour les premiers secours doivent être disponibles en permanence, compte tenu des dangers résultant de l exploitation, de l importance et de l emplacement

Plus en détail

10 minutes suffisent pour redonner vie à votre entreprise

10 minutes suffisent pour redonner vie à votre entreprise 10 minutes suffisent pour redonner vie à votre entreprise Premiers secours dans les entreprises «Obligations et solutions» par les Docteurs Roch Ogier et Frédéric Lador Êtesvous bien préparé? Saviezvous

Plus en détail

INSTITUT DE SÉCURITÉ

INSTITUT DE SÉCURITÉ INSTITUT DE SÉCURITÉ Organisation de l extinction dans l entreprise Fiche de sécurité 1801-00.f précédemment Feuille SPI AE 7 Page 1 Généralités 2 2 Formation du personnel 2.1 Principes fondamentaux 2

Plus en détail

Contrôle de l exécution de la directive MSST conformément à la norme CFST 6508

Contrôle de l exécution de la directive MSST conformément à la norme CFST 6508 Contrôle de l exécution de la directive MSST conformément à la norme CFST 6508 Entreprise: Rue: NPA/ Localité: Brève description de l entreprise: Identification: N Suva: Classe: Effectif: Temps complet:

Plus en détail

Le PPSPS. Identification. Définitions utiles

Le PPSPS. Identification. Définitions utiles Définitions utiles Le PPSPS Un PPSPS est un Plan Particulier de Sécurité et de Protection de. Le PPSPS est établi par les entreprises qui travaillent sur un chantier et remis au coordonnateur de sécurité

Plus en détail

LORS DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES TELLES QUE CONCERTS, THEATRES ET AUTRES

LORS DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES TELLES QUE CONCERTS, THEATRES ET AUTRES RESUME DES EXIGENCES EN MATIERE DE PREVENTION DES INCENDIES LORS DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES TELLES QUE CONCERTS, THEATRES ET AUTRES 1. Base Les prescriptions de protection incendie AEAI sont la base

Plus en détail

Premiers secours. Article 36

Premiers secours. Article 36 Commentaire de l ordonnance 3 relative à la loi sur le travail Art. 36 Article 36 Premiers secours 1 Les moyens nécessaires pour les premiers secours doivent être disponibles en permanence, compte tenu

Plus en détail

GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ

GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ 16 A GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ Plan de prévention - Protocole de sécurité pour le chargement ou le déchargement de véhicule Permis de feu - Dossier des plans de prévention, protocoles de sécurité pour

Plus en détail

La procédure interne de gestion des accidents du travail

La procédure interne de gestion des accidents du travail La procédure interne de gestion des accidents du Sandrine Reep GR- CP Niveau I Paperasse!! J ai pas le temps d écrire des procédures!! PROCEDURE Ca ne sert à rien!! QUELS SONT ALORS LES OBJECTIFS? - Respecter

Plus en détail

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Technicien d intervention ouvrages gaz Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des fonctions en lien avec la qualification Le CQP est en lien

Plus en détail

Ingénieur en prévention des risques

Ingénieur en prévention des risques Ingénieur en prévention des risques G1X22 Prévention hygiène et sécurité / Restauration - IR L ingénieur de recherche en prévention des risques assiste et conseille la direction de l établissement pour

Plus en détail

SYNTHESE REGLEMENTATION

SYNTHESE REGLEMENTATION 2012 SYNTHESE REGLEMENTATION CODE DU TRAVAIL Le saviez-vous? L obligation générale de formation à la sécurité a été introduite par la loi n 76-1106 du 6 décembre 1976 relative à la prévention des accidents

Plus en détail

QUESTIONNAIRE «SECURITE»

QUESTIONNAIRE «SECURITE» QUESTIONNAIRE «SECURITE» IDENTIFICATION (Facultatif) Etablissements ou services (Nom et adresse) : Adresse : Adhérent? OUI NON Association gestionnaire : Nom du gestionnaire (Directeur, Présidence ) :

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

Procédure maîtrise de «Hygiène et Sécurité»

Procédure maîtrise de «Hygiène et Sécurité» Procédure maîtrise de PR/HSE 1. Objet & finalité Cette procédure décrit les principales activités liées au domaine d hygiène et sécurité sur l INPT. Sa finalité est de renforcer l organisation des activités

Plus en détail

Titre III : Médecine de prévention.

Titre III : Médecine de prévention. Titre III : Médecine de prévention. Article 10 Modifié par Décret n 2011-774 du 28 juin 2011 - art. 19 Un service de médecine de prévention, dont les modalités d organisation sont fixées à l article 11,

Plus en détail

5. INSPECTION COMMUNE PREALABLE ET PLAN DE PREVENTION

5. INSPECTION COMMUNE PREALABLE ET PLAN DE PREVENTION 1. OBJET Le décret n 92-158 du 20 février 1992 s'applique dès lors qu'une entreprise extérieure intervient dans un établissement d'une collectivité ou dans ses dépendances ou chantiers. 2. REGLEMENTATION

Plus en détail

PROTOCOLE DES SOINS ET DES URGENCES

PROTOCOLE DES SOINS ET DES URGENCES PROTOCOLE DES SOINS ET DES URGENCES Conformément au B.O. n 1 du 6 janvier 2000, ce texte définit l organisation des soins et des urgences au sein de l établissement. LORSQUE L INFIRMIERE EST PRESENTE :

Plus en détail

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC

NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC NOTICE DESCRIPTIVE DE SECURITE ETABLISSEMENT RECEVANT DU PUBLIC (Code de la construction et de l habitation Art. R123 à R123.55 arrêté du 22 juin 1990) S agissant d une opération en site existant, en application

Plus en détail

Publications CFST. relatives à la sécurité et à la protection de la santé au poste de travail. Edition août 2012

Publications CFST. relatives à la sécurité et à la protection de la santé au poste de travail. Edition août 2012 Schweizerische Eidgenossenschaft Confédération suisse Confederazione Svizzera Confederaziun svizra Commission fédérale de coordination pour la sécurité au travail CFST Publications CFST relatives à la

Plus en détail

Ordonnance sur les qualifications des spécialistes de la sécurité au travail

Ordonnance sur les qualifications des spécialistes de la sécurité au travail Ordonnance sur les qualifications des spécialistes de la sécurité au travail 822.116 du 25 novembre 1996 (Etat le 5 décembre 2006) Le Conseil fédéral suisse, Vu l art. 83, al. 2, de la loi fédérale du

Plus en détail

LA COMMISSION SCOLAIRE DE L ESTUAIRE RM-EN-2005-10-14

LA COMMISSION SCOLAIRE DE L ESTUAIRE RM-EN-2005-10-14 Page 6013-1 Inondation bris de tuyau d eau bris de tuyau de chauffage refoulement d égout 1. CONTEXTE Les établissements sont dotés d importants systèmes de distribution d eau, de lignes de chauffage et

Plus en détail

Appendice. LTr Loi fédérale du 13 mars 1964 sur le travail dans l industrie, l artisanat et le commerce (loi sur le travail) OLT 3 et 4

Appendice. LTr Loi fédérale du 13 mars 1964 sur le travail dans l industrie, l artisanat et le commerce (loi sur le travail) OLT 3 et 4 Appendice A B C D E F G H Abréviations Définitions Bases légales Sites Internet intéressants Organisation de la santé et sécurité au travail Information et formation du personnel Participation Documentation

Plus en détail

INSTRUCTION SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION A L UNIVERSITE DU LITTORAL CÔTE D OPALE

INSTRUCTION SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION A L UNIVERSITE DU LITTORAL CÔTE D OPALE INSTRUCTION SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION A L UNIVERSITE DU LITTORAL CÔTE D OPALE Ces consignes sont adaptées de l instruction générale type du 21 mai 1999. Elles seront annexées

Plus en détail

Extraits du Code du Travail

Extraits du Code du Travail Extraits du Code du Travail Bruit au travail - Santé auditive QUATRIÈME PARTIE : SANTÉ ET SÉCURITÉ AU TRAVAIL LIVRE IV : PRÉVENTION DE CERTAINS RISQUES D EXPOSITION TITRE III : PRÉVENTION DES RISQUES D

Plus en détail

occupent en Suisse des travailleurs à domicile.

occupent en Suisse des travailleurs à domicile. Loi fédérale sur le travail à domicile (Loi sur le travail à domicile, LTrD) 1 822.31 du 20 mars 1981 (Etat le 1 er janvier 2009) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 34 ter et

Plus en détail

OBLIGATIONS DE LA COLLECTIVITE AVANT INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES PLAN DE PREVENTION

OBLIGATIONS DE LA COLLECTIVITE AVANT INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES PLAN DE PREVENTION OBLIGATIONS DE LA COLLECTIVITE AVANT INTERVENTION D ENTREPRISES EXTERIEURES PLAN DE PREVENTION Service Santé Sécurité au Travail Maison des Communes Cité Administrative Rue Renoir BP 609 64006 PAU Cedex

Plus en détail

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE I - CODE DU TRAVAIL A - LES PRINCIPES GENERAUX DE PREVENTION L obligation générale de sécurité incombe

Plus en détail

FORMATION SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL

FORMATION SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL FORMATION SAUVETEUR SECOURISTE DU TRAVAIL OBJECTIFS PEDAGOGIQUES PROFIL PARTICIPANTS Tout public. 1. Permettre à un membre du personnel ou à plusieurs d acquérir les compétences nécessaires afin de pouvoir

Plus en détail

Sécurité des bâtiments : Protection contre l incendie. Liste de contrôle

Sécurité des bâtiments : Protection contre l incendie. Liste de contrôle 1 Conformément à l article 3a en association avec l article 6 de la loi sur le travail et à l ordonnance 3 relative à la loi sur le travail, l employeur (canton) est tenu d adopter des mesures appropriées

Plus en détail

Risques psychosociaux (RPS) Présentation générale et cadre légal

Risques psychosociaux (RPS) Présentation générale et cadre légal Risques psychosociaux (RPS) Présentation générale et cadre légal Plan de la présentation Introduction - Définition Cadre légal Facteurs de risques psychosociaux et atteinte à la santé Prévention et gestion

Plus en détail

INSTRUCTION GENERALE TYPE SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION DANS LES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE RECHERCHE

INSTRUCTION GENERALE TYPE SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION DANS LES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR ET DE RECHERCHE MINISTERE DE L EDUCATION NATIONALE, DE LA RECHERCHE ET DE LA TECHNOLOGIE INSTRUCTION GENERALE TYPE SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION DANS LES ETABLISSEMENTS D ENSEIGNEMENT SUPERIEUR

Plus en détail

CQP Agent logistique (H/F) des industries chimiques

CQP Agent logistique (H/F) des industries chimiques CQP Agent logistique (H/F) des industries chimiques Livret de suivi du parcours de développement des compétences Ce livret est obligatoire pour les contrats de professionnalisation conclus dans une entreprise

Plus en détail

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE

LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Circulaire d'informations n 2009/17 du 15 septembre 2009 LES FORMATIONS OBLIGATOIRES EN HYGIENE ET SECURITE Références : - Loi n 84-594 du 12 juillet 1984 modifiée relative à la formation des agents de

Plus en détail

Processus de demande de permis de travail

Processus de demande de permis de travail Processus de demande de permis de travail Formation Avril 2015 Demander un permis de travail Audience: Les personnes ayant reçu des affectations de travail nécessitant une autorisation d exécuter les travaux

Plus en détail

Recours aux entreprises extérieures

Recours aux entreprises extérieures RECOMMANDATION R429 Recommandations adoptées par le Comité technique national de la chimie, du caoutchouc et de la plasturgie le 21 novembre 2006. Cette recommandation annule et remplace la recommandation

Plus en détail

Guide pour les entreprises utilisatrices de travail eurs temporaires 2012

Guide pour les entreprises utilisatrices de travail eurs temporaires 2012 Guide pour les entreprises utilisatrices de travailleurs temporaires 2012 2 Guide pour les entreprises utilisatrices Edito c Editorial Le travailleur temporaire, est un perpétuel nouveau, soumis à des

Plus en détail

ERP type J Structure d accueil pour personnes âgées et personnes handicapées

ERP type J Structure d accueil pour personnes âgées et personnes handicapées ERP type J Structure d accueil pour personnes âgées et personnes handicapées ERP type U Établissement de soins Registre de sécurité incendie d ouverture du registre de clôture du registre GUILLARD Réf:

Plus en détail

CHARGÉ(E) DE SÉCURITÉ (60 % - 80 %)

CHARGÉ(E) DE SÉCURITÉ (60 % - 80 %) La Municipalité de Montreux met au concours un poste de : Tâches principales : CHARGÉ(E) DE SÉCURITÉ (60 % - 80 %) Conseiller et aider la Municipalité, les services, les supérieurs hiérarchiques et les

Plus en détail

Présentation de l entreprise l postes de travail. Illustration du guide SOBANE Risques d incendie d. Présentation des postes de travail: Bureau

Présentation de l entreprise l postes de travail. Illustration du guide SOBANE Risques d incendie d. Présentation des postes de travail: Bureau Illustration du guide SOBANE Risques d incendie d ou d explosiond Caroline Pirotte Ergonome Présentation de l entreprise l et des postes de travail Hôtel situé à Bruxelles Ville +/- 90 travailleurs +/-

Plus en détail

L accueil d une entreprise extérieure au sein d une entreprise utilisatrice

L accueil d une entreprise extérieure au sein d une entreprise utilisatrice D - De la signature du contrat à l intervention Extrait n 3 Référence Internet ST.82.D Saisissez la «Référence Internet» ST.82.D dans le moteur de recherche du site www.editions-tissot.fr pour accéder

Plus en détail

DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE»

DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE» DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE» COMMUNICATION RELATIVE AU CADRE REGLEMENTAIRE CONCERNANT LA PREVENTION

Plus en détail

PLAN DE PRÉVENTION Modèle de Plan de prévention proposé par le CDG41 Service Prévention Version 1 janvier 2015

PLAN DE PRÉVENTION Modèle de Plan de prévention proposé par le CDG41 Service Prévention Version 1 janvier 2015 PLAN DE PRÉVENTION PLAN DE PREVENTION Qu est-ce qu un plan de prévention? C est un document dans lequel sont notifiées les mesures de coordination générales prises pour prévenir les risques liés à l interférence

Plus en détail

Décret relatif. Sur le rapport du ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées,

Décret relatif. Sur le rapport du ministre de la santé, de la famille et des personnes handicapées, Décret relatif aux conditions techniques de fonctionnement des établissements de santé qui exercent l activité de traitement de l insuffisance rénale chronique par la pratique de l épuration extrarénale

Plus en détail

Secours d urgence en petites entreprises. Docteur Nathalie Rey-Dumazet

Secours d urgence en petites entreprises. Docteur Nathalie Rey-Dumazet Secours d urgence en petites entreprises 1 Docteur Nathalie Rey-Dumazet TOUS CHEF D ENTREPRISE EST RESPONSABLE DE L ORGANISATION DES SECOURS DANS SON ETABLISSEMENT EN CAS D ACCIDENT, TOUT RETARD OU DEFAUT

Plus en détail

Publications CFST. relatives à la sécurité et à la protection de la santé au poste de travail. Edition juin 2015

Publications CFST. relatives à la sécurité et à la protection de la santé au poste de travail. Edition juin 2015 Schweizerische Eidgenossenschaft Confédération suisse Confederazione Svizzera Confederaziun svizra Commission fédérale de coordination pour la sécurité au travail CFST Publications CFST relatives à la

Plus en détail

PROGRAMME DE FORMATION des SAUVETEURS-SECOURISTES DU TRAVAIL

PROGRAMME DE FORMATION des SAUVETEURS-SECOURISTES DU TRAVAIL PROGRAMME DE FORMATION des SAUVETEURS-SECOURISTES DU TRAVAIL La formation s adresse à un groupe de 4 à 10 personnes et sa durée est de 12 heures auxquelles il faut ajouter, si nécessaire, le temps pour

Plus en détail

Archiver dans une entreprise privée commerciale Fiche 4 : au moins 5 ans

Archiver dans une entreprise privée commerciale Fiche 4 : au moins 5 ans Sécurité Livre de paie (applicable jusqu au 31/07/1998) art. L. 143-5). Déclarations préalables à l embauche L. 320). Relevé mensuel des contrats de travail art. R. 320-1-1). Tous documents, en général,

Plus en détail

Manifestations temporaires

Manifestations temporaires Etablissement cantonale d'assurance des bâtiments, Fribourg Manifestations temporaires Exigences de protection incendie Table des matières 1 Base... 3 2 Principe... 3 3 Règles générales de prévention incendie...

Plus en détail

Veilleur de nuit VEILLEUR DE NUIT A LA MAISON DES ENFANTS

Veilleur de nuit VEILLEUR DE NUIT A LA MAISON DES ENFANTS Direction des Ressources humaines Veilleur de nuit G VEILLEUR DE NUIT A LA MAISON DES ENFANTS Direction Générale Adjointe : Solidarités Direction : Enfance Famille Santé Service : Maison des Enfants POSITIONNEMENT

Plus en détail

Article 3 Délégation à la VPRI

Article 3 Délégation à la VPRI Directive en matière de santé et sécurité LEX 1.5.1 du travail (DSST) 1 er décembre 2012 La Direction de l'ecole polytechnique fédérale de Lausanne arrête : Section 1 Dispositions générales Article 1 Principes

Plus en détail

LE PROTOCOLE DE SECURITE

LE PROTOCOLE DE SECURITE Fiche outil n 7 LE PROTOCOLE DE SECURITE Dans le cadre des opérations de chargement et de déchargement La présente fiche outil est constituée des éléments suivants : - Une fiche explicative concernant

Plus en détail

ROF 2003_096. Ordonnance. modifiant certaines dispositions relatives à la sécurité des ascenseurs. Le Conseil d Etat du canton de Fribourg

ROF 2003_096. Ordonnance. modifiant certaines dispositions relatives à la sécurité des ascenseurs. Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Ordonnance du 1 er juillet 2003 Entrée en vigueur : 01.07.2003 modifiant certaines dispositions relatives à la sécurité des ascenseurs Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu la loi fédérale du 19 mars

Plus en détail

Services de garde en milieu scolaire

Services de garde en milieu scolaire Services de garde en milieu scolaire Planifier Consulter Informer Organiser Collaborer Services éducatifs - Jeunes 1 Mise en garde : Le présent document ne remplace pas le plan de mesures d urgence de

Plus en détail

Sécurité incendie dans les garages

Sécurité incendie dans les garages Sécurité incendie dans les garages Assuré et rassuré. Risques d incendie dans les garages Lorsque le feu prend dans des garages, il provoque souvent des dégâts importants, et dans les cas les plus graves,

Plus en détail

Liste de contrôle Circulation des véhicules ferroviaires dans l entreprise

Liste de contrôle Circulation des véhicules ferroviaires dans l entreprise La sécurité, c est réalisable Liste de contrôle Circulation des véhicules ferroviaires dans l entreprise La sécurité lors des manœuvres des véhicules ferroviaires dans votre entreprise est-elle garantie?

Plus en détail

B. AVANT LE DÉBUT DU SALON OU DE L ÉVÉNEMENT, L ORGANISATEUR ENVOIE À KORTRIJK XPO LE PLAN DU SALON DÉFINI.

B. AVANT LE DÉBUT DU SALON OU DE L ÉVÉNEMENT, L ORGANISATEUR ENVOIE À KORTRIJK XPO LE PLAN DU SALON DÉFINI. GESTION DES RISQUES PENDANT LES SALONS OU LES EVENEMENTS A KORTRIJK XPO Lors de la préparation d un salon, Kortrijk Xpo prend un certain nombre de mesures préventives pour éliminer ou maintenir à un faible

Plus en détail

Plan d urgence d aérodromes. Nika Meheza MANZI, Regional Officer AGA ICAO, WACAF Office

Plan d urgence d aérodromes. Nika Meheza MANZI, Regional Officer AGA ICAO, WACAF Office Plan d urgence d aérodromes Nika Meheza MANZI, Regional Officer AGA ICAO, WACAF Office Généralités Cadre réglementaire Plan d urgence d aérodrome Facteurs clés de succès Sommaire Planification des mesures

Plus en détail

L AMÉNAGEMENT DES LOCAUX DE TRAVAIL POUR LES TRAVAILLEURS HANDICAPÉS MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES

L AMÉNAGEMENT DES LOCAUX DE TRAVAIL POUR LES TRAVAILLEURS HANDICAPÉS MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES L AMÉNAGEMENT DES LOCAUX DE TRAVAIL POUR LES TRAVAILLEURS HANDICAPÉS MAISON DEPARTEMENTALE DES PERSONNES HANDICAPEES Gérard Dessein Ingénieur en chef Chef du Service Accessibilité et Constructions adaptées

Plus en détail

LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN MATIÈRE DE PRÉVENTION ET SÉCURITÉ DES SALARIÉS

LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN MATIÈRE DE PRÉVENTION ET SÉCURITÉ DES SALARIÉS LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN MATIÈRE DE PRÉVENTION ET SÉCURITÉ DES SALARIÉS SOMMAIRE Le rappel des obligations légales. les principaux risques. Le document Unique. Rappel des obligations légales Article

Plus en détail

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Technicien d intervention réseaux électriques monteur souterrain Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des fonctions en lien avec la qualification

Plus en détail

Décret n 2003-296 du 31 mars 2003 relatif à la protection des travailleurs contre les dangers des rayonnements ionisants

Décret n 2003-296 du 31 mars 2003 relatif à la protection des travailleurs contre les dangers des rayonnements ionisants Institut National de Physique Nucléaire et de Physique des Particules Décret n 2003-296 du 31 mars 2003 relatif à la protection des travailleurs contre les dangers des rayonnements ionisants Principaux

Plus en détail

1 Objectif des commentaires explicatifs. 1.1 Objectif

1 Objectif des commentaires explicatifs. 1.1 Objectif Commentaires explicatifs concernant les documents de base Examen professionnel d Assistant/e spécialisé/e en soins de longue durée et accompagnement (Projet du 27.9.2012) 1 Objectif des commentaires explicatifs

Plus en détail

CONFÉRENCE Démystifier le plan de sécurité incendie

CONFÉRENCE Démystifier le plan de sécurité incendie CONFÉRENCE Démystifier le plan de sécurité incendie Karen Lamothe, T.P.I. Présidente www.gomesuresdurgence.com 514.799.3110 Congrès AQHSST 2011 Trois-Rivières 14 mai 2011 13h30 à 14h15 Plan de la conférence

Plus en détail

OUVRIER D'ENTRETIEN RESEAUX D'EAU ET D'ASSAINISSEMENT

OUVRIER D'ENTRETIEN RESEAUX D'EAU ET D'ASSAINISSEMENT OUVRIER D'ENTRETIEN RESEAUX D'EAU ET D'ASSAINISSEMENT Missions du poste : Assurer l'entretien des réseaux d'eau usées et d'eau potable. Détecter les disfonctionnements et les réparations sur le réseau

Plus en détail

M.A.C. Sauveteurs Secouristes du Travail - SST Recyclage

M.A.C. Sauveteurs Secouristes du Travail - SST Recyclage Impression à partir du site https://offredeformation.picardie.fr le 4/1/216. Fiche formation M.A.C. Sauveteurs Secouristes du Travail - SST Maintien et Actualisation des Compétences (Recyclage) - N : 1813

Plus en détail

Ordonnance concernant l exercice de la profession d infirmière et infirmier

Ordonnance concernant l exercice de la profession d infirmière et infirmier 8.7 Ordonnance concernant l exercice de la profession d infirmière et infirmier du 30 novembre 993 Le Gouvernement de la République et Canton du Jura, vu les articles 46, alinéa, lettre g, et 47 à 58 de

Plus en détail

Appel aux candidats. 65 sapeurs-pompiers volontaires (h/f).

Appel aux candidats. 65 sapeurs-pompiers volontaires (h/f). ANNEXE 1 : Appel à candidats Extrait des délibérations des Conseils de zone des 26 octobre et 14 décembre 2015 ayant pour objet : PROCEDURE DE RECRUTEMENT DU PERSONNEL DU CADRE DE BASE. ZONE DE SECOURS

Plus en détail

L A C O M M I S S I O N C O N C O R D A T A I R E C O N C E R N A N T L E S E N T R E P R I S E S D E S E C U R I T E ( C E S )

L A C O M M I S S I O N C O N C O R D A T A I R E C O N C E R N A N T L E S E N T R E P R I S E S D E S E C U R I T E ( C E S ) L A C O M M I S S I O N C O N C O R D A T A I R E C O N C E R N A N T L E S E N T R E P R I S E S D E S E C U R I T E ( C E S ) Concordat du 18 octobre 1996 sur les entreprises de sécurité 1 ) I. Généralités

Plus en détail

Securitas Formation Securitas Formation

Securitas Formation Securitas Formation Securitas Formation Securitas Formation votre partenaire prévention Développé à l origine pour les besoins de ses 16 000 salariés, Securitas Formation a aujourd hui pour objectif de former tous les acteurs

Plus en détail

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I.

Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés S.D.I. Le Code du Travail, les E.R.P., Autres Décrets & Arrêtés Le Code du Travail R 232-1-13: La signalisation relative à la sécurité et à la santé au travail doit être conforme à des modalités déterminés par

Plus en détail

Résumé des modifications intervenues :

Résumé des modifications intervenues : Référence : PR /PHA/001-A Page : Page 1 sur 11 Objet : Préciser : - les règles de stockage des substances vénéneuses et des médicaments stupéfiants, - indiquer les modalités de détention, de mise à disposition

Plus en détail

CONVENTION DE TOURNAGE. Le centre Hospitalier Régional et Universitaire de Brest, représenté par Monsieur Bernard Dupont, Directeur Général,

CONVENTION DE TOURNAGE. Le centre Hospitalier Régional et Universitaire de Brest, représenté par Monsieur Bernard Dupont, Directeur Général, CONVENTION DE TOURNAGE Entre : Le centre Hospitalier Régional et Universitaire de Brest, représenté par Monsieur Bernard Dupont, Directeur Général, ci-après dénommé «Le CONTRACTANT» d une part. Et : La

Plus en détail

Installer en position de sécurité en lien avec la situation et l état du patient

Installer en position de sécurité en lien avec la situation et l état du patient RÉFÉRENTIEL COMPÉTENCES AMBULANCIERS COMPÉTENCES SAVOIR-FAIRE 1. Assurer les gestes d urgences adaptés à l état du patient Protéger le patient face à son environnement, Installer en position de sécurité

Plus en détail

Action nationale 2012 dans les mines et carrières : l intervention des entreprises extérieures

Action nationale 2012 dans les mines et carrières : l intervention des entreprises extérieures Action nationale 2012 dans les mines et carrières : l intervention des entreprises extérieures 1 Pourquoi le thème «entreprises extérieures»? Dans le comparatif RGIE/code du travail, il apparaît que les

Plus en détail

Audit, Conseil et Assistance

Audit, Conseil et Assistance Audit, Conseil et Assistance Experto Risk vous apporte son expertise pour vous accompagner dans le domaine de la sécurité Vous vous interrogez sur vos obligations en matière de sécurité. Vous souhaitez

Plus en détail

relative à la sécurité et à la protection de la santé au travail dans l administration cantonale Le Conseil d Etat du canton de Fribourg

relative à la sécurité et à la protection de la santé au travail dans l administration cantonale Le Conseil d Etat du canton de Fribourg .0.8 Ordonnance du 4 avril 007 relative à la sécurité et à la protection de la santé au travail dans l administration cantonale Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu les articles 8 à 88 de la loi

Plus en détail

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014

Introduction. Infirmier Chef Pierre LEMAIRE -Hospitalisations sous contraintes- JNISP 2014 Introduction Les modalités d hospitalisations sous contraintes sous extrêmement encadrées d un point de vue légal et réglementaire. Deux lois sont venues récemment modifier la Loi de 1990 relative «aux

Plus en détail

Ordonnance sur la carte d assuré pour l assurance obligatoire des soins

Ordonnance sur la carte d assuré pour l assurance obligatoire des soins Ordonnance sur la carte d assuré pour l assurance obligatoire des soins (OCA) du Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 42a de la loi fédérale du 18 mars 1994 sur l assurance-maladie (LAMal) 1, arrête: Section

Plus en détail

Qualité-Sécurité-Environnement

Qualité-Sécurité-Environnement AUDITEUR INTERNE QUALITE INTRODUCTION ET RAPPELS L AUDIT - Qualité, assurance qualité, management qualité - Norme ISO 9001 v2008 - Norme ISO 19011 relatives à l audit des systèmes qualité - Définition,

Plus en détail

José Zilla, avocat spécialiste FSA en droit du travail. Newsletter mars 2015

José Zilla, avocat spécialiste FSA en droit du travail. Newsletter mars 2015 Tribunal fédéral 2C_543/2014 II e Cour de droit public Arrêt du 26 novembre 2014 (d) Résumé et analyse Proposition de citation : José Zilla, Activité de location de services soumise à autorisation sous

Plus en détail

PLAN DE PREVENTION. E-book de la Sécurité - AGENCE CULTURELLE D'ALSACE ENTREPRISE UTILISATRICE EU ENTREPRISE EXTERIEURE EE

PLAN DE PREVENTION. E-book de la Sécurité - AGENCE CULTURELLE D'ALSACE ENTREPRISE UTILISATRICE EU ENTREPRISE EXTERIEURE EE NOM DE LA MANIFESTATION et/ou DU CHANTIER LIEU DE LA MANIFESTATION et/ou DU CHANTIER DATES DE LA MANIFESTATION et/ou DU CHANTIER PLAN DE PREVENTION PONCTUEL ANNUEL ENTREPRISE UTILISATRICE EU ENTREPRISE

Plus en détail

Les futures normes européennes. Quels changements pour les piscines françaises?

Les futures normes européennes. Quels changements pour les piscines françaises? Journée d étude Tours le 25 janvier 2007 Les futures normes européennes concernant la sécurité dans les piscines publiques: Quels changements pour les piscines françaises? PRESENTATION 2 nouvelles normes

Plus en détail

OBLIGATIONS RELATIVES À LA CRÉATION OU MODIFICATION D UN ERP

OBLIGATIONS RELATIVES À LA CRÉATION OU MODIFICATION D UN ERP L exploitation d un Établissement Recevant du Public nécessite de respecter un certain nombre de règles spécifiques. Deux domaines sont particulièrement surveillés : l accessibilité, ces établissements

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX Selon la procédure adaptée CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CCTP

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX Selon la procédure adaptée CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CCTP Mairie de BRAILLANS 9 rue de la mairie 25640 BRAILLANS 03 81 57 93 30 Email : mairie.braillans@orange.fr MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX Selon la procédure adaptée CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

Plus en détail

Note. Charte Hygiène et Sécurité

Note. Charte Hygiène et Sécurité 1/5 Préambule L ENSCMu est un ERP (Etablissement Recevant du Public) de 3 ème catégorie, de type R (enseignement et recherche). Dans ce cadre, l école est soumise au respect de différentes réglementations

Plus en détail

MANAGEMENT DE LA RADIOPROTECTION

MANAGEMENT DE LA RADIOPROTECTION Page : 1/10 MANUEL MAN-CAM-NUC-F Seule la version informatique est mise à jour, avant toute utilisation consulter sur le réseau Intranet la version en cours de ce document Page : 2/10 HISTORIQUE DE RÉVISION

Plus en détail

«Calcul»: réparti sur les trois lieux de formation

«Calcul»: réparti sur les trois lieux de formation «Calcul»: réparti sur les trois lieux de formation Les trois lieux de formation enseignent le calcul. En priorité, ce sujet est néanmoins traité à l officine où il est quotidiennement exercé et appliqué.

Plus en détail

Le travail hors tension s effectue en éliminant toutes les sources de. tension électrique présentes dans le circuit. L opération indispensable

Le travail hors tension s effectue en éliminant toutes les sources de. tension électrique présentes dans le circuit. L opération indispensable Habilitation 4 Différents travaux S 5.1 1. Travaux Hors Tension Le travail hors tension s effectue en éliminant toutes les sources de tension électrique présentes dans le circuit. L opération indispensable

Plus en détail

Aaaaaaaaaaaaaaaa aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa

Aaaaaaaaaaaaaaaa aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa aaaaaaaa aaaaaaaaaaaaaa Aaaaaaaaaaaaaaaa aaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaaa QUI SOMME NOUS? 3PSC est un cabinet spécialisé dans le Conseil, Etudes, Audit et Formation dans les domaines de Prévention, Sécurité Incendie,

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER, DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DE L IMMIGRATION Arrêté du 26 octobre 2011 portant approbation de diverses dispositions

Plus en détail

LA GESTION DU TRAVAIL ISOLE

LA GESTION DU TRAVAIL ISOLE I. Définition et problématique du travail isolé Dans certaines situations des personnes peuvent se trouver seules à leur poste de travail, sans autre personne dans le service, à l étage, voire dans le

Plus en détail

Pièce 6 NOTICE RELATIVE A LA CONFORMITE

Pièce 6 NOTICE RELATIVE A LA CONFORMITE Pièce 6 NOTICE RELATIVE A LA CONFORMITE DE L INSTALLATION PROJETEE AVEC LES PRESCRIPTIONS LEGISLATIVES ET REGLEMENTAIRES RELATIVES A L HYGIENE ET LA SECURITE DU PERSONNEL Notice Hygiène et sécurité - Page

Plus en détail

DESCRIPTIF DES FORMATIONS PROTECTION CIVILE 1. FORMATION DE BASE 2. FORMATION DES CADRES 3. FORMATION COMPLEMENTAIRE 4.

DESCRIPTIF DES FORMATIONS PROTECTION CIVILE 1. FORMATION DE BASE 2. FORMATION DES CADRES 3. FORMATION COMPLEMENTAIRE 4. REPUBLIQUE ET CANTON DE GENEVE C 2.5 Département de la sécurité et de l'économie Office cantonal de la protection de la population et des affaires militaires Centre d instruction feu et protection civile

Plus en détail

10 Nombre de chambres au total. 1 Nom de l établissement. Société d exploitation. sans bain/douche/wc. Chambres à deux lits sans bain/douche/wc

10 Nombre de chambres au total. 1 Nom de l établissement. Société d exploitation. sans bain/douche/wc. Chambres à deux lits sans bain/douche/wc Catalogue des critères 2011 2015 Statistique/Sécurité Catalogue des critères 2011 2015 Page 02 Partie statistique Déclaration par l hôtelier Constatations PNA Constatations CRI 1 Nom de l établissement

Plus en détail

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Animateur(trice) d équipe de logistique des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien avec

Plus en détail

NPI 8 Installations techniques de protection incendie réceptions et contrôles

NPI 8 Installations techniques de protection incendie réceptions et contrôles NPI 8 Installations techniques de protection incendie réceptions et contrôles Notice explicative de protection incendie de l Assurance immobilière Berne (AIB) Édition 09/2012 1 Champ d application 1 Les

Plus en détail

JORF n 0252 du 29 octobre 2011. Texte n 26

JORF n 0252 du 29 octobre 2011. Texte n 26 JORF n 0252 du 29 octobre 2011 Texte n 26 ARRETE Arrêté du 26 octobre 2011 portant approbation de diverses dispositions complétant et modifiant le règlement de sécurité contre les risques d incendie et

Plus en détail

Note réalisée à partir d informations fournies par le CHU de Maine-et-Loire et par un organisme de formation de SST.

Note réalisée à partir d informations fournies par le CHU de Maine-et-Loire et par un organisme de formation de SST. NOTE SUR L ORGANISATION DES SECRS EN ENTREPRISE : Les Sauveteurs Secouristes du Travail (SST)*et procédures en cas d accident du travail ou de malaise nécessitant le retour du salarié à son domicile Note

Plus en détail

Les avis de la Chambre des Métiers. RFP - Stages

Les avis de la Chambre des Métiers. RFP - Stages Les avis de la Chambre des Métiers RFP - Stages Projet de règlement grand-ducal portant sur 1. l organisation des stages de formation en milieu professionnel de la formation professionnelle initiale

Plus en détail