Guide pratique «L a sécurité

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Guide pratique «L a sécurité"

Transcription

1 Guide pratique «L a sécurité g l o b a l e d a n s l h ô t e l l e r i e»

2 Sommaire Impressum Editeur hotelleriesuisse, Berne Rédaction David Stirnimann, hotelleriesuisse Paul Kaelin, ecopoint GmbH Traduction Liliane Morend, Troinex I Introduction à la sécurité globale 4 II Evaluation des risques 5 III Planification et mise en œuvre de la sécurité globale 6 IV Sécurité au travail 7 V Hygiène et sécurité alimentaire 8 VI Protection incendie 9 VII Autres domaines de la sécurité globale Conception Franziska Liechti, Anzeiger Region Bern, Wabern Impression Läderach AG, Berne Tirage 3150 exemplaires (allemand: 2200, français: 700, italien: 250) Berne, juillet 2011 Avec le soutien de: 2 10

3 A v a n t- p r o p o s Les hôtes du monde entier connaissent la Suisse pour sa stabilité politique et son haut niveau de sécurité. Une sécurité à laquelle la clientèle des Etats-Unis et d Asie est particulièrement attachée. Dans l établissement d hébergement, la sécurité tient lieu de critère majeur de qualité, tant pour les hôtes que pour le personnel. Très vite, hotelleriesuisse a su prendre la pleine mesure de l enjeu. Ainsi, aucun hôtel ne peut être classé depuis 2006, s il ne respecte pas les normes légales minimales de prévention incendie. Sur le terrain de la sécurité, la nouvelle classification hôtelière introduit un formulaire étendu qui s intéresse aussi aux mesures organisationnelles que l établissement a adoptées sur le plan de la sécurité au travail et de la protection de la santé (hygiène des denrées alimentaires). Afin que l hôtelier puisse se faire une idée claire des prescriptions légales en la matière, hotelleriesuisse a élaboré, avec le concours de divers experts, le présent guide «La sécurité globale dans l hôtellerie». L opuscule est destiné à aider nos membres à se repérer dans la jungle des lois et règlements et à les renvoyer à des éléments pratiques de mise en œuvre. 3 Il se centre sur les trois aspects essentiels que sont la sécurité au travail, l hygiène et la sécurité alimentaire ainsi que la prévention des incendies et livre une synthèse des principales dispositions pertinentes. L hôtelier pourra, d un seul coup d œil, juger si son établissement souffre d une quelconque lacune sur le plan de la sécurité. Si des mesures s imposent dans un domaine ou un autre, il trouvera dans le présent guide une marche à suivre et une série d adresses utiles. A toutes les personnes intéressées par le sujet, le guide fournit de précieux conseils sur des mesures supplémentaires à engager pour diriger leurs établissements respectifs selon les normes de qualité déjà existantes. hotelleriesuisse Guglielmo L. Brentel Président Dr Christoph Juen CEO

4 I Introduction à la sécurité globale D après les développements observés ces dernières années dans le monde entier, le tourisme et avec lui l hôtellerie et la restauration est à n en point douter l une des branches les plus exposées aux impondérables. Les facteurs d incertitude découlent d événements politiques, économiques ou de circonstances ayant un impact sur l environnement. De nos jours, les touristes, les voyageurs d affaires et les grandes entreprises choisissent leurs hôtels, leurs restaurants ou leurs salles de séminaire certes d après la qualité des prestations qu ils promettent, mais se décident aussi en fonction de la sécurité des constructions, des installations techniques et de l organisation. La sécurité dans l établissement devrait être partie intégrante de la politique d entreprise. En tant que tâche de management, elle doit être définie comme un objectif à part entière de l entreprise. Pour soutenir la concurrence nationale et internationale, il importe de concevoir et d aménager la sécurité au plus près des besoins. Pour la planification, on se fondera de préférence sur un concept d entreprise clairement formulé, prenant en compte les normes et prescriptions légales. Selon la taille et la structure de l établissement, la sécurité globale se compose de divers éléments, à l image des pièces du puzzle figuré ci-dessous. Les pages suivantes sont consacrées à l évaluation des risques (chapitre II) et à la planification et mise en œuvre de la sécurité globale (chapitre III). Les chapitres suivants s attachent à éclairer les trois domaines que sont la sécurité au travail (chapitre IV), l hygiène des denrées alimentaires (V) et la protection incendie (VI). D autres domaines s ajoutent au puzzle, notamment la sécurité informatique, la surveillance, la technique, la sécurité environnementale et l organisation en cas d urgence. Ils seront brièvement esquissés au chapitre VII. Informatique Incendie Travail Technique Environnement Surveillance Urgences Sécurité alimentaire 4

5 II Evaluation des risques L évaluation des risques doit tenir compte des éléments suivants: probabilité de survenance conséquences = risques Probabilité de survenance 1. Hautement improbable (tous les 30 ans) 2. Improbable (tous les 3 ans) 3. Probable (tous les 3 mois) 4. Fréquente (tous les 10 jours) 5. Permanente (quotidiennement) Conséquences 1. Minimes 2. Moyennes 3. Grandes 4. Très grandes 5. Existentielles Conséquence du risque Niveaux / étendue du risque existentielle très grande grande moyenne faible hautement improbable improbable probable fréquente permanente Probabilité de survenance L évaluation des risques dans l établissement permet de déterminer le degré d urgence et de priorité des mesures à engager. Les mesures sont destinées à 1. prévenir les risques: changement de procédé de production ou échange de substances polluantes contre des substances inoffensives; 2. réduire le risque: lorsqu il n est pas possible d écarter complètement le risque, on cherchera à le réduire au minimum, c est-à-dire à diminuer sa probabilité de survenance (via la prévention des dommages) ou ses conséquences; 3. répercuter le risque: il s agit ici de reporter le risque sur des tiers au moyen d un contrat (conclusion d une assurance); 5 4. accepter le risque: l entreprise prend sur soi le risque résiduel ou décide d assumer elle-même la couverture d un éventuel sinistre. On choisit généralement d accepter un risque lorsque les mesures pour le prévenir, le réduire ou le répercuter ne présentent pas un rapport coûts-bénéfice favorable. Les assurances offrent leurs conseils pour une évaluation des risques dans l établissement. Pour de plus amples informations Le cours «La sécurité globale dans l hôtellerie», (rubrique Formation professionnelle / Formation continue).

6 III Planification et mise en œuvre de la sécurité globale Avant de planifier et de mettre en place la sécurité globale, il y a lieu de répondre à la question suivante: Quels sont les dangers potentiels auxquels l établissement, les personnes, les biens et l environnement sont exposés? A quelle fréquence peuvent-ils survenir et quelles en sont les possibles conséquences (dommages / coûts)? Les priorités en matière de sécurité découlent de l inventaire des risques et sont aussi fonction des développements actuels et à venir dans l établissement et son environnement. Principes gouvernant la planification Nous voulons éviter de mettre en danger des personnes, de mettre en péril l existence de l établissement, de nuire à l environnement, d exposer des valeurs irremplaçables à une destruction. Considérations qui doivent guider la réalisation: Quelle est l étendue du risque sécuritaire? Dans quelle ampleur faut-il introduire la sécurité dans l établissement? Quelle somme entend-on consacrer à la sécurité? Démarche: Planifier Réaliser Contrôler Corriger et ajuster Considérations générales: Le déficit de sécurité coûte trop cher, parce que plus rien n a alors de valeur. L excès de sécurité coûte trop cher, parce qu il immobilise inutilement le capital. 6

7 IV Sécurité au travail Bases légales Code des obligations (CO, RS 220): protection de la personnalité du travailleur (art. 328) Loi sur le travail (LTr, RS ): obligations des employeurs et des travailleurs (art. 6) et diverses ordonnances relatives à la loi sur le travail LTr. Loi fédérale sur l assurance-accidents (LAA, RS ); prévention des accidents (articles 81 87), qui forme aussi la base de la Directive CFST. Employeurs L employeur est tenu de prendre, pour prévenir les accidents et maladies professionnels, toutes les mesures dont l expérience a démontré la nécessité, que l état de la technique permet d appliquer et qui sont adaptées aux conditions données. Travailleurs Les travailleurs sont tenus de seconder l employeur dans l application des prescriptions sur la prévention des accidents et maladies professionnels. Ils doivent en particulier utiliser les équipements individuels de protection et employer correctement les dispositifs de sécurité et suivre les consignes de sécurité. Risques Les accidents les plus fréquents dans l hôtellerie et la restauration: 35% coupures et piqûres, contusions, coincements 25% glissades, dérapages, trébuchements, faux pas, chutes 9% personne atteinte, happée ou accrochée dans le travail 6% coinçages 5% brûlures 20% autres 7 Conséquences Outre les lésions corporelles des victimes, les accidents occasionnent des coûts directs considérables pour l entreprise, étant donné que l assureur ne paie pas lorsque les consignes de sécurité n ont pas été respectées. A cela s ajoutent des coûts indirects élevés pour remplacer le travailleur accidenté. Enfin, la victime risque aussi d intenter une action civile contre l établissement. Recommandations pour la mise en œuvre Pour la mise en œuvre des prescriptions légales relatives à la protection de la santé et de la sécurité au travail, hotelleriesuisse recommande l affiliation à la solution de branche pour l hôtellerie et la restauration qui consiste en une journée de formation PERCO (cours avec documentation). La solution par branche fournit la base pour introduire la sécurité au travail dans l établissement et permet, au moyen de listes de contrôle et de mémentos, une application rapide et axée sur la pratique. Pour de plus amples informations (rubrique Formation professionnelle / Formation continue)

8 V Hygiène et sécurité alimentaire Bases légales Loi fédérale sur les denrées alimentaires et les objets usuels (LDAl, RS 817.0) et les ordonnances afférentes (en particulier ODAlOUs, OHyg, OEDAl). L art. 23 de la loi sur les denrées alimentaires (LDAl) stipule: «Quiconque fabrique, traite, distribue, importe ou exporte des denrées alimentaires, des additifs et des objets usuels, doit veiller, dans le cadre de ses activités, à ce que les marchandises soient conformes aux exigences légales. Il est tenu de les analyser ou de les faire analyser, selon les règles de la bonne pratique de fabrication.» Risques Un traitement ou une manipulation d aliments non conforme aux règles d hygiène, l utilisation d objets usuels souillés ou l usage inapproprié de substances nocives peuvent mettre gravement en danger la santé des consommateurs et des collaborateurs. Au chapitre des denrées alimentaires, il s agit aussi de protéger le consommateur contre la tromperie. Conséquences La non-observation des normes d hygiène et de sécurité alimentaire met en danger la santé des consommateurs et des collaborateurs. Pour un établissement, les doléances formulées à l occasion de contrôles officiels occasionnent toujours des frais importants. En cas d infraction, les responsables encourent une peine privative de liberté jusqu à trois ans ou une amende. Recommandations pour la mise en œuvre La mise en place d un concept d hygiène selon les critères HACCP permet à l établissement de se mettre en conformité avec les prescriptions légales. Dorénavant, l ordonnance sur les denrées alimentaires et les objets usuels (ODAlOUs) offre la possibilité d élaborer un guide sur «Les bonnes pratiques dans l hôtellerie» qui doit être soumis à l approbation de l Office fédéral de la santé publique (OFSP). Les associations hotelleriesuisse, GastroSuisse et CafetierSuisse élaborent un tel guide, lequel est tenu à la disposition des intéressés. En outre, hotelleriesuisse propose aussi, avec la participation d un partenaire externe, des moyens auxiliaires qui facilitent la mise en œuvre du guide. Pour de plus amples informations (rubrique Conseils / Sécurité et Protection incendie) 8

9 VI Protection incendie Bases légales L adoption et l exécution des dispositions de prévention des incendies relèvent de la souveraineté des cantons, aucune loi fédérale ne régissant ce domaine. Dans nombre de cantons, l exécution des dispositions de prévention des incendies est de la compétence de l assurance bâtiments. A défaut, ce rôle revient à un service cantonal. Pour harmoniser les dispositions cantonales, l Association des établissements cantonaux d assurance-incendie (AEAI) a élaboré des Prescriptions suisses de protection incendie, déclarées de force obligatoire pour tous les cantons. Ces prescriptions comprennent la norme de protection incendie, les directives de protection incendie, les notes explicatives de protection incendie, les aides de travail de protection incendie, p.ex. «Etablissements hébergeant des personnes»). Ces documents sont disponibles sur le site: Risques On parle de danger d incendie lorsque des personnes ou des biens sont exposés à des risques de feu spécifiques connus. Dans un hôtel, comme dans toute construction ayant vocation d accueillir un grand nombre de personnes, la prévention des incendies est une préoccupation majeure. La fumée et la chaleur représentent des dangers particulièrement importants, puisque la fumée gêne la visibilité, augmente la panique et peut avoir des effets toxiques. 9 Conséquences L incendie d un établissement met en péril tous ses occupants et tous les bâtiments qui le composent et peut entraîner des dégâts considérables, impliquant parfois une longue interruption d exploitation. En cas d infraction aux règles de prévention incendies applicables, l exploitant s expose à des poursuites pénales et l assurance risque de se retourner contre lui. Recommandations pour la mise en œuvre Prendre l avis des assurances bâtiments cantonales ou des services cantonaux compétents Consulter les mémentos d hotelleriesuisse Recourir à des spécialistes d hotelleriesuisse Obtenir un certificat de protection incendie Pour de plus amples informations Commande brochure «La protection d incendie dans l hôtellerie» et notices sur la protection contre les incendies: (rubrique Conseils / Sécurité et Protection incendie)

10 VII Autres domaines de la sécurité globale La sécurité globale comprend en outre les champs suivants: a) Sécurité informatique La sécurité informatique vise à empêcher ou identifier les accès non autorisés aux ordinateurs et aux réseaux (au moyen de pare-feu), réagir aux accès non autorisés aux ordinateurs et aux réseaux et à identifier et supprimer les erreurs de logiciels et de configuration présentant des points sensibles de sécurité. Les lacunes de sécurité dans les systèmes d exploitation et les applications peuvent compromettre des données confidentielles. b) Surveillance Ce champ englobe les mesures propres à empêcher la survenance d actes criminels. L existence d un concept de sécurité et d une véritable culture de la sécurité peut réduire sensiblement ce risque. c) Technique Par technique du bâtiment (technique d approvisionnement) il faut entendre l ensemble des dispositifs techniques qui assurent l approvisionnement en énergie (chauffage, éclairage), en eau et en air. Généralement, ils comprennent d une part les équipements habituellement requis pour la distribution du courant ou pour l éclairage, mais aussi toutes les installations destinées à automatiser certaines procédures dans le bâtiment. 10 d) Sécurité environnementale La sécurité environnementale concerne la protection de l environnement dans l établissement hôtelier et, plus spécialement, tout ce qui a trait à l entreposage et à la manipulation de substances dangereuses. e) Organisation en cas d urgence Chaque hôtel est tenu de disposer d une organisation fiable en cas d urgence. Celle-ci comprend un index des principaux numéros téléphoniques d urgence, des informations sur l emplacement du matériel d urgence (extincteurs, couvertures antifeu, matériel de bandage, pharmacies) et des issues de secours, l instruction pour l utilisation des extincteurs et des couvertures anti-feu, la formation aux premiers secours et aux mesures d urgence, la signalisation et le dégagement des portes et issues de secours, la définition de places de rassemblement, une procédure d alarme en cas de sinistre (système d alarme). Pour de plus amples informations Cours «La sécurité globale dans l hôtellerie», (rubrique Formation professionnelle / Formation continue) Service juridique, tél ,

11

12 hotelleriesuisse Monbijoustrasse 130 Case postale CH-3001 Berne Téléphone +41 (0) Fax +41 (0)

Contrôle de l exécution de la directive MSST conformément à la norme CFST 6508

Contrôle de l exécution de la directive MSST conformément à la norme CFST 6508 Contrôle de l exécution de la directive MSST conformément à la norme CFST 6508 Entreprise: Rue: NPA/ Localité: Brève description de l entreprise: Identification: N Suva: Classe: Effectif: Temps complet:

Plus en détail

Appendice. LTr Loi fédérale du 13 mars 1964 sur le travail dans l industrie, l artisanat et le commerce (loi sur le travail) OLT 3 et 4

Appendice. LTr Loi fédérale du 13 mars 1964 sur le travail dans l industrie, l artisanat et le commerce (loi sur le travail) OLT 3 et 4 Appendice A B C D E F G H Abréviations Définitions Bases légales Sites Internet intéressants Organisation de la santé et sécurité au travail Information et formation du personnel Participation Documentation

Plus en détail

10 Nombre de chambres au total. 1 Nom de l établissement. Société d exploitation. sans bain/douche/wc. Chambres à deux lits sans bain/douche/wc

10 Nombre de chambres au total. 1 Nom de l établissement. Société d exploitation. sans bain/douche/wc. Chambres à deux lits sans bain/douche/wc Catalogue des critères 2011 2015 Statistique/Sécurité Catalogue des critères 2011 2015 Page 02 Partie statistique Déclaration par l hôtelier Constatations PNA Constatations CRI 1 Nom de l établissement

Plus en détail

Liste pondérée du contenu (blueprint) Examen obligatoire LHR/GBB

Liste pondérée du contenu (blueprint) Examen obligatoire LHR/GBB Liste pondérée du contenu (blueprint) Examen obligatoire LHR/GBB Types de questions utilisés: vrai-faux, choix multiple, exercices (calculs) Nr. Matière Nombre L LOI SUR L HEBERGEMENT ET LA RESTAURATION

Plus en détail

occupent en Suisse des travailleurs à domicile.

occupent en Suisse des travailleurs à domicile. Loi fédérale sur le travail à domicile (Loi sur le travail à domicile, LTrD) 1 822.31 du 20 mars 1981 (Etat le 1 er janvier 2009) L Assemblée fédérale de la Confédération suisse, vu les art. 34 ter et

Plus en détail

Conseils pour l élaboration du Document Unique d Evaluation des Risques

Conseils pour l élaboration du Document Unique d Evaluation des Risques Partie 2 SOMMAIRE v Les objectifs du Document Unique v Quelques Recommandations v L évaluation Professionnels Une démarche Méthodologique 25-06- 2015 Isabelle Weissberger Président de BW Consultants Précédemment

Plus en détail

Catalogue de critères 2015 2020. Statistique/Sécurité

Catalogue de critères 2015 2020. Statistique/Sécurité Catalogue de critères 2015 2020 Statistique/Sécurité Catalogue de critères 2015 2020 Page 2 La sécurité dans l hôtellerie Le système de classification suisse des hôtels d hotelleriesuisse attache une grande

Plus en détail

relative à la sécurité et à la protection de la santé au travail dans l administration cantonale Le Conseil d Etat du canton de Fribourg

relative à la sécurité et à la protection de la santé au travail dans l administration cantonale Le Conseil d Etat du canton de Fribourg .0.8 Ordonnance du 4 avril 007 relative à la sécurité et à la protection de la santé au travail dans l administration cantonale Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu les articles 8 à 88 de la loi

Plus en détail

Prévention des risques: des experts vous conseillent

Prévention des risques: des experts vous conseillent Prévention des risques: des experts vous conseillent Bienvenue Est-il important pour vous de prévenir les risques et assurer par là-même la durabilité de votre entreprise? Est-il important pour vous de

Plus en détail

- SUPERVISEUR HSE - FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 3

- SUPERVISEUR HSE - FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 3 FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 3 - SUPERVISEUR HSE - 1- OBJECTIFS Donner une formation HSE d un niveau de supervision et notamment : Aider à la définition de la politique et des objectifs HSE. Comprendre

Plus en détail

-INSPECTEUR HSE 1- OBJECTIFS 2- PERSONNES CONCERNEES-NIVEAUX REQUIS

-INSPECTEUR HSE 1- OBJECTIFS 2- PERSONNES CONCERNEES-NIVEAUX REQUIS FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 2 1- OBJECTIFS -INSPECTEUR HSE L inspecteur HSE est avant tout un technicien HSE mais il est formé aux multiples tâches d inspections : Vérifier la conformité dans l exécution

Plus en détail

PHS vers.1.4 LE PLAN D HYGIENE ET DE SECURITE. Du bâtiment et du génie civil www.cgp.ch CERCLE GENEVOIS DE PREVENTION. Mémo d utilisation

PHS vers.1.4 LE PLAN D HYGIENE ET DE SECURITE. Du bâtiment et du génie civil www.cgp.ch CERCLE GENEVOIS DE PREVENTION. Mémo d utilisation PHS vers.1.4 CERCLE GENEVOIS DE PREVENTION Du bâtiment et du génie civil www.cgp.ch Mémo d utilisation LE PLAN D HYGIENE ET DE SECURITE Pourquoi un Plan d hygiène et de sécurité Le plan d hygiène et de

Plus en détail

Ordonnance sur l engagement d entreprises de sécurité privées par la Confédération

Ordonnance sur l engagement d entreprises de sécurité privées par la Confédération Ordonnance sur l engagement d entreprises de sécurité privées par la Confédération (Ordonnance sur l engagement d entreprises de sécurité, OESS) du 31 octobre 2007 Le Conseil fédéral suisse, vu l art.

Plus en détail

LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN MATIÈRE DE PRÉVENTION ET SÉCURITÉ DES SALARIÉS

LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN MATIÈRE DE PRÉVENTION ET SÉCURITÉ DES SALARIÉS LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN MATIÈRE DE PRÉVENTION ET SÉCURITÉ DES SALARIÉS SOMMAIRE Le rappel des obligations légales. les principaux risques. Le document Unique. Rappel des obligations légales Article

Plus en détail

Concept de formation. - spécialistes en protection incendie AEAI - spécialistes en protection des bâtiments contre les dangers naturels AEAI

Concept de formation. - spécialistes en protection incendie AEAI - spécialistes en protection des bâtiments contre les dangers naturels AEAI Concept de formation pour les - spécialistes en protection AEAI - spécialistes en protection des bâtiments contre les dangers naturels AEAI Association des établissements cantonaux d'assurance AEAI Formation

Plus en détail

PROGRAMME DES COURS PREPARATOIRES EN VUE D OBTENIR LE CERTIFICAT DE CAPACITE DE RESPONSABLE D ETABLISSEMENT PUBLIC

PROGRAMME DES COURS PREPARATOIRES EN VUE D OBTENIR LE CERTIFICAT DE CAPACITE DE RESPONSABLE D ETABLISSEMENT PUBLIC PROGRAMME DES COURS PREPARATOIRES EN VUE D OBTENIR LE CERTIFICAT DE CAPACITE DE RESPONSABLE D ETABLISSEMENT PUBLIC (établi selon les normes de GastroSuisse) Lieu : Ecole professionnelle artisanale, Rue

Plus en détail

Propriétés insalubres et nuisances sur votre territoire: Que faire?

Propriétés insalubres et nuisances sur votre territoire: Que faire? Propriétés insalubres et nuisances sur votre territoire: Que faire? Le 25 août 2014 Par M e François Bérubé francois.berube@clcw.ca 2 I. Introduction et mise en contexte II. Les moyens légaux pour les

Plus en détail

A la direction / au patron : Organisation de votre entreprise en matière de sécurité

A la direction / au patron : Organisation de votre entreprise en matière de sécurité A la direction / au patron : Organisation de votre entreprise en matière de sécurité A savoir avant de lire ce document l Connaître l existence de la directive 6508 de la commission fédérale sur la sécurité

Plus en détail

Rester fort même en cas d accident. Assurance-accidents.

Rester fort même en cas d accident. Assurance-accidents. Rester fort même en cas d accident. Assurance-accidents. Désormais, tout devient plus simple. Avec Sympany. Sympany. L assurance qui fait la différence. Sympany est la première assurance de Suisse à ne

Plus en détail

Risques psychosociaux (RPS) Présentation générale et cadre légal

Risques psychosociaux (RPS) Présentation générale et cadre légal Risques psychosociaux (RPS) Présentation générale et cadre légal Plan de la présentation Introduction - Définition Cadre légal Facteurs de risques psychosociaux et atteinte à la santé Prévention et gestion

Plus en détail

La nouvelle CCNT 2010: Saisie des heures de travail obligatoire à partir du 1 er janvier 2010 risque d amendes immédiates

La nouvelle CCNT 2010: Saisie des heures de travail obligatoire à partir du 1 er janvier 2010 risque d amendes immédiates Le thème actuel La nouvelle CCNT 2010: Saisie des heures de travail obligatoire à partir du 1 er janvier 2010 risque d amendes immédiates Ce commentaire clôturera pour l instant la série d informations

Plus en détail

Conditions générales (CG) Internet DSL

Conditions générales (CG) Internet DSL Conditions générales (CG) Internet DSL Avril 2015, Copyright Webland AG 2015 Index I. Domaine d application et de validité II. Prix et conditions de paiement III. IV. Début et durée du contrat Renouvellement,

Plus en détail

CHARGÉ(E) DE SÉCURITÉ (60 % - 80 %)

CHARGÉ(E) DE SÉCURITÉ (60 % - 80 %) La Municipalité de Montreux met au concours un poste de : Tâches principales : CHARGÉ(E) DE SÉCURITÉ (60 % - 80 %) Conseiller et aider la Municipalité, les services, les supérieurs hiérarchiques et les

Plus en détail

Évaluation des Risques et Élaboration du Document Unique

Évaluation des Risques et Élaboration du Document Unique Évaluation des Risques et Élaboration du Document Unique Septembre 2010 Sommaire Réalisé par : Les Médecins du Travail Et Les IPRP du SMTI Comprendre ce qu est la démarche de prévention ainsi que l évaluation

Plus en détail

Issue de Secours CATALOGUE CATALOGUE 2011

Issue de Secours CATALOGUE CATALOGUE 2011 CATALOGUE CATALOGUE 2011 1 SOMMAIRE Professionnelle de la prévention, de l éducation et de la sécurité incendie, toute demande de formation spécifique est envisageable dès lors qu elle entre dans le cadre

Plus en détail

Les assurances de personnes pour votre entreprise Un seul prestataire pour les solutions de prévoyance et d assurance

Les assurances de personnes pour votre entreprise Un seul prestataire pour les solutions de prévoyance et d assurance Les assurances de personnes pour votre entreprise Un seul prestataire pour les solutions de prévoyance et d assurance Assurances de personnes: une couverture globale Vous avez une double responsabilité,

Plus en détail

INSTITUT DE SÉCURITÉ

INSTITUT DE SÉCURITÉ INSTITUT DE SÉCURITÉ Organisation de l extinction dans l entreprise Fiche de sécurité 1801-00.f précédemment Feuille SPI AE 7 Page 1 Généralités 2 2 Formation du personnel 2.1 Principes fondamentaux 2

Plus en détail

NPI 8 Installations techniques de protection incendie réceptions et contrôles

NPI 8 Installations techniques de protection incendie réceptions et contrôles NPI 8 Installations techniques de protection incendie réceptions et contrôles Notice explicative de protection incendie de l Assurance immobilière Berne (AIB) Édition 09/2012 1 Champ d application 1 Les

Plus en détail

Communauté d intérêt «Feux d artifice de scène» Centre de formation à la pyrotechnique (CFP) Fédération suisse des sapeurs-pompiers (FSSP)

Communauté d intérêt «Feux d artifice de scène» Centre de formation à la pyrotechnique (CFP) Fédération suisse des sapeurs-pompiers (FSSP) ommunauté d intérêt «Feux d artifice de scène» Bureau suisse de coordination pour feux d artifice (SKF) Association Suisse des Artificiers Professionnels (ASDAP) entre de formation à la pyrotechnique (FP)

Plus en détail

La classification suisse des hôtels

La classification suisse des hôtels La classification suisse des hôtels Règlement sur la classification suisse des hôtels et l utilisation des marques de garantie afférentes Le présent règlement a été adopté par l Assemblée des délégués

Plus en détail

Règlementation pour l utilisation des bâtiments communaux par les associations Commune de Montfleur

Règlementation pour l utilisation des bâtiments communaux par les associations Commune de Montfleur Règlementation pour l utilisation des bâtiments communaux par les associations Commune de Montfleur 1 1 Réglementation pour la commune de Montfleur L attribution annuelle sera faite par demande écrite

Plus en détail

Le CHSCT. 1.Ses missions 2.Ses attributions 3.Ses moyens. Forum CHSCT du 4 juin 2013 1

Le CHSCT. 1.Ses missions 2.Ses attributions 3.Ses moyens. Forum CHSCT du 4 juin 2013 1 Le CHSCT 1.Ses missions 2.Ses attributions 3.Ses moyens 1 Le CHSCT 1. Ses missions 2 Domaines de compétence Le CHSCT est compétent pour toutes les questions en lien avec : L hygiène, La sécurité, Les conditions

Plus en détail

INSOS Suisse. Primes d assurance fortement réduites grâce à la force de l association!

INSOS Suisse. Primes d assurance fortement réduites grâce à la force de l association! INSOS Suisse Primes d assurance fortement réduites grâce à la force de l association! 1. Introduction 2007 INSOS Suisse a conclu un contrat de collaboration avec Advantis Conseil en Assurance SA (partenaire

Plus en détail

Les droits syndicaux en matière d environnement

Les droits syndicaux en matière d environnement Les droits syndicaux en matière d environnement 1. Introduction Le CPPT dispose de compétences par rapport à l environnement. Le CE n a, quant à lui, pas de compétence propre par rapport à l environnement

Plus en détail

Five in One Solutions ciblées pour les PME. Un seul contrat pour prémunir votre entreprise contre cinq risques majeurs

Five in One Solutions ciblées pour les PME. Un seul contrat pour prémunir votre entreprise contre cinq risques majeurs Five in One Solutions ciblées pour les PME Un seul contrat pour prémunir votre entreprise contre cinq risques majeurs Five in One Vaudoise Prévoir l'essentiel pour protéger votre entreprise En Suisse,

Plus en détail

Le système «PREVENIR ET ASSURER» des Etablissements cantonaux d assurance (ECA) en 2001

Le système «PREVENIR ET ASSURER» des Etablissements cantonaux d assurance (ECA) en 2001 Le système «PREVENIR ET ASSURER» des Etablissements cantonaux d assurance (ECA) en 2001 (J. P. Marty, directeur de l Association des établissements cantonaux d assurance incendie, AEAI) 2 Prévention et

Plus en détail

Code de Conduite Version abrégée The global leader in door opening solutions

Code de Conduite Version abrégée The global leader in door opening solutions Code de Conduite Version abrégée The global leader in door opening solutions 2 Code de Conduite Cette version du Code de Conduite est une synthèse. Elle est distribuée à l ensemble des employés. La version

Plus en détail

Gestion de la prévention

Gestion de la prévention Gestion de la prévention Pour un comité de santé et de sécurité efficace Coopérer pour réduire les lésions professionnelles L expérience montre qu une entreprise qui se dote d un comité de santé et de

Plus en détail

CONTRAT DE MAINTENANCE STANDARD DES LOGICIELS CERMIADATA

CONTRAT DE MAINTENANCE STANDARD DES LOGICIELS CERMIADATA 50, rue Haute B-1330 Rixensart Tél : +32/4.264.53.05 Fax : +32/4.264.14.96 Web : http://www.cermiadata.be CONTRAT DE MAINTENANCE STANDARD DES LOGICIELS CERMIADATA Entre : LE CLIENT ci-après «le client»

Plus en détail

4.2.1 Modèle dynamique de gestion des risques de Provikmo : manuel

4.2.1 Modèle dynamique de gestion des risques de Provikmo : manuel 4.2.1 Modèle dynamique de gestion des risques de Provikmo : manuel 1. Introduction La réglementation du bien-être au travail est centrée sur la gestion des risques. Ainsi, chaque employeur doit systématiquement

Plus en détail

Mesures de santé sécurité au travail (MSST)

Mesures de santé sécurité au travail (MSST) Mesures de santé sécurité au travail (MSST) H Bienvenue Direction de sécurité Hospices-CHUV Organisation P. Rubin Directeur général adj. D. Willimann S. Toffel Secrétariat P. Kündig Directeur de la sécurité

Plus en détail

Code : CD-176-2008. Page 1 de 6. Type de document : Politique Révision prévue : 2011

Code : CD-176-2008. Page 1 de 6. Type de document : Politique Révision prévue : 2011 Adopté par : Code : CD-176-2008 Page 1 de 6 Type de document : Politique Révision prévue : 2011 Comité de direction Adopté le : 2008-10-07 Entré en vigueur le : 2008-10-07 Révisé le : Document(s) remplacé(s)

Plus en détail

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT)

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Synthèse Constitué dans tous les établissements occupant au moins 50 salariés, le CHSCT a pour mission de contribuer à la protection

Plus en détail

parle-t-on de l HACCP? Directive CEE 93/43 hygiène des aliments janvier 1996 principes fondamentaux de la méthode HACCP

parle-t-on de l HACCP? Directive CEE 93/43 hygiène des aliments janvier 1996 principes fondamentaux de la méthode HACCP HACCP parle-t-on de l HACCP? La réglementation en matière d hygiène alimentaire a considérablement évolué ces dernières années. La compétence des professionnels dans le choix des moyens à mettre en œuvre

Plus en détail

appartements de vacances: Guide pour une location professionnelle

appartements de vacances: Guide pour une location professionnelle appartements de vacances: Guide pour une location professionnelle Le but de ce guide est de vous aider dans la location professionnelle et efficace de votre appartement de vacances. Il s adresse aussi

Plus en détail

Circulaire 2015 02 PRÉVENTION DE L INCENDIE

Circulaire 2015 02 PRÉVENTION DE L INCENDIE Prévention de l incendie sur les lieux de travail PRINCIPE La nouvelle réglementation relative à la prévention de l incendie sur les lieux de travail (AR du 28 mars 2014) définit précisément les mesures

Plus en détail

Instruction administrative ICC/AI/2007/005 Date: 19/06/2007

Instruction administrative ICC/AI/2007/005 Date: 19/06/2007 Instruction administrative ICC/AI/2007/005 Date: 19/06/2007 SÉCURITÉ DES INFORMATIONS DANS LE CADRE DE L EXÉCUTION DE CONTRATS CONCLUS AVEC DES TIERCES PARTIES En application de la directive de la Présidence

Plus en détail

L'assuré est l'organisateur du spectacle

L'assuré est l'organisateur du spectacle Guide technique : Sécurité > Assurances > Les assurances Les assurances L assurance est un contrat entre deux parties (l assuré et l assureur) pour la couverture d un sinistre. En cas de réalisation d

Plus en détail

Règlement de la Consultation

Règlement de la Consultation MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX MAIRIE DE COULOGNE DIRECTION DES MARCHES SERVICE DES MARCHES 62137 COULOGNE Tél: 03 21 36 92 80 MODIFICATION DU SYSTEME D ALARME INCENDIE ET POSE D UN LIMITATEUR DE BRUIT A LA

Plus en détail

B O S H A Bureau Occupational Safety & Health Algeria Programme de formation «Superviseur HSE»

B O S H A Bureau Occupational Safety & Health Algeria Programme de formation «Superviseur HSE» Programme de formation «Superviseur HSE» Le programme est conçu pour les diplômés universitaires (Ingénieurs ou autres) sans expérience professionnelle ou des inspecteurs, animateurs HSE, HSE officiers

Plus en détail

Suivi et mise à jour du DU et du PAP sur Agirhe

Suivi et mise à jour du DU et du PAP sur Agirhe Suivi et mise à jour du DU et du PAP sur Agirhe Sommaire de la présentation A. Rappel de la réglementation 1) Le document unique (DU) 2) Le programme annuel de prévention (PAP) B. Méthodologie de suivi

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

NotaBene-Organisation

NotaBene-Organisation NotaBene-Organisation L EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS En quelques mots et définitions Notabene 1 nelly.blancpain6@orange.fr SOMMAIRE L évaluation des risques professionnels... 3 Définition... 3

Plus en détail

Article 3 Délégation à la VPRI

Article 3 Délégation à la VPRI Directive en matière de santé et sécurité LEX 1.5.1 du travail (DSST) 1 er décembre 2012 La Direction de l'ecole polytechnique fédérale de Lausanne arrête : Section 1 Dispositions générales Article 1 Principes

Plus en détail

LORS DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES TELLES QUE CONCERTS, THEATRES ET AUTRES

LORS DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES TELLES QUE CONCERTS, THEATRES ET AUTRES RESUME DES EXIGENCES EN MATIERE DE PREVENTION DES INCENDIES LORS DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES TELLES QUE CONCERTS, THEATRES ET AUTRES 1. Base Les prescriptions de protection incendie AEAI sont la base

Plus en détail

DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE»

DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE» DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE» COMMUNICATION RELATIVE AU CADRE REGLEMENTAIRE CONCERNANT LA PREVENTION

Plus en détail

Guide pratique genevois Tribunal des prud hommes

Guide pratique genevois Tribunal des prud hommes Guide pratique genevois Tribunal des prud hommes Vous avez un litige avec votre employeur ou votre employé? Edition octobre 2014 Sommaire Sommaire Préambule 3 Compétence du Tribunal genevois des prud hommes

Plus en détail

Affaires Entreprises Assurance de patrimoine

Affaires Entreprises Assurance de patrimoine Affaires Entreprises Assurance de patrimoine L assurance de responsabilité civile pour les entreprises et les professions libérales, combinable avec une protection juridique Une protection du patrimoine

Plus en détail

Stations à essence Une nouvelle aide à l exécution des dispositions légales

Stations à essence Une nouvelle aide à l exécution des dispositions légales SERVICE DE L ENVIRONNEMENT FRIBOURG Stations à essence Une nouvelle aide à l exécution des dispositions légales La Société suisse des responsables de l hygiène de l air (Cercl Air) est une société qui

Plus en détail

DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS CADRE LÉGISLATIF DOCUMENT N 1 DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS Secteur de la poissonnerie DOC N1.indd 1 21/11/2014 10:49 OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR Article L4121-1du code du travail

Plus en détail

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE I - CODE DU TRAVAIL A - LES PRINCIPES GENERAUX DE PREVENTION L obligation générale de sécurité incombe

Plus en détail

Projet de loi n o 156

Projet de loi n o 156 PREMIÈRE SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 156 Loi modifiant la Loi sur la qualité de l environnement et d autres dispositions législatives relativement à la protection et à la réhabilitation

Plus en détail

CHAPITRE V: LA QUALITÉ DE VIE

CHAPITRE V: LA QUALITÉ DE VIE CHAPITRE V: LA QUALITÉ DE VIE SECTION 5.3: LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ AU TRAVAIL POLITIQUE INSTITUTIONNELLE RELATIVE À LA SANTÉ ET LA PAGE: 1 CHAPITRE: V Adoptée : CAD-7600 (26 08 03) ÉNONCÉ Assurer à la

Plus en détail

d éliminer les risques d accidents pour les membres de l équipage, le navire de pêche et l environnement marin.

d éliminer les risques d accidents pour les membres de l équipage, le navire de pêche et l environnement marin. SGS - Système officiel i institué par une entreprise dans le but de diminueri et d éliminer les risques d accidents pour les membres de l équipage, le navire de pêche et l environnement marin. - Un système

Plus en détail

Fiche des risques professionnels (fiche d entreprise)

Fiche des risques professionnels (fiche d entreprise) (fiche d entreprise) Tampon Médical Tampon de la collectivité Signature Signature Art. 14-1 du Décret n 85-603 du 10 juin 1985 modifié Dans chaque service d une collectivité territoriale et dans chaque

Plus en détail

Arrêté royal du 28 mars 2014 relatif à la prévention de l incendie sur les lieux de travail (M.B. 23.4.2014)

Arrêté royal du 28 mars 2014 relatif à la prévention de l incendie sur les lieux de travail (M.B. 23.4.2014) Arrêté royal du 28 mars 2014 relatif à la prévention de l incendie sur les lieux de travail (M.B. 23.4.2014) Section première.- Champ d application et définitions Article 1 er.- Le présent arrêté s applique

Plus en détail

Directive du DFJP sur la mise en place de liaisons en ligne et l octroi d autorisations d accès à des applications informatiques du DFJP

Directive du DFJP sur la mise en place de liaisons en ligne et l octroi d autorisations d accès à des applications informatiques du DFJP Directive du DFJP sur la mise en place de liaisons en ligne et l octroi d autorisations d accès à des applications informatiques du DFJP (Directive du DFJP sur les liaisons en ligne) du 30 septembre 2004

Plus en détail

LE PROTOCOLE DE SECURITE

LE PROTOCOLE DE SECURITE Fiche outil n 7 LE PROTOCOLE DE SECURITE Dans le cadre des opérations de chargement et de déchargement La présente fiche outil est constituée des éléments suivants : - Une fiche explicative concernant

Plus en détail

GDF SUEZ CHARTE DE L ENVIRONNEMENT

GDF SUEZ CHARTE DE L ENVIRONNEMENT GDF SUEZ CHARTE DE L ENVIRONNEMENT SOMMAIRE INTRODUCTION > Chapitre 1 L environnement et le Développement durable 9 S engager > Chapitre 2 Principes de mise en œuvre 19 Comprendre Savoir-faire Partager

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR SECURITE

REGLEMENT INTERIEUR SECURITE REGLEMENT INTERIEUR DE SECURITE OBJET ET CHAMP D APPLICATION ARTICLE 1 Le présent règlement intérieur a pour objet de préciser, sur certains points, l application de la réglementation hygiène et sécurité

Plus en détail

- MANAGER HSE- FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 4

- MANAGER HSE- FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 4 FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 4 - MANAGER HSE- 1-OBJECTIFS A l issue de la formation, les Managers deviennent un moteur dans le déploiement de la politique HSE de l entreprise. Contribuer à définir la

Plus en détail

Rectorat d Académie d Aix-Marseille Septembre 2014 Délégation Académique Sécurité Hygiène et Conditions de Travail (DASH-CT)

Rectorat d Académie d Aix-Marseille Septembre 2014 Délégation Académique Sécurité Hygiène et Conditions de Travail (DASH-CT) Rectorat d Académie d Aix-Marseille Septembre 2014 Délégation Académique Sécurité Hygiène et Conditions de Travail (DASH-CT) Consultez notre site Internet : http://www.pedagogie.ac-aix-marseille.fr/jcms/c_43964/accueil

Plus en détail

CCNT & Droit du travail. Réglementations et possibilités d optimisation

CCNT & Droit du travail. Réglementations et possibilités d optimisation CCNT & Droit du travail Réglementations et possibilités d optimisation Sommaire Exploiter le potentiel d économies qu offre la CCNT! 3 Contrat de travail avec temps d essai 5 Durée du travail 6 Durée du

Plus en détail

Règlement de la Consultation

Règlement de la Consultation DEPARTEMENT de la MOSELLE Commune de SCY-CHAZELLES 03 87 60 07 14-03 87 60 18 33 mairie@mairie-scy-chazelles.fr Marché public de fournitures courantes et services Fourniture de Gaz Naturel pour les bâtiments

Plus en détail

CHECK-LIST POUR LA PRÉVENTION DE LA CRIMINALITÉ DANS LES HOMES MÉDICALISÉS BROCHURE POUR LA SENSIBILISATION DANS LE DOMAINE DE LA SÉCURITÉ

CHECK-LIST POUR LA PRÉVENTION DE LA CRIMINALITÉ DANS LES HOMES MÉDICALISÉS BROCHURE POUR LA SENSIBILISATION DANS LE DOMAINE DE LA SÉCURITÉ CHECK-LIST POUR LA PRÉVENTION DE LA CRIMINALITÉ DANS LES HOMES MÉDICALISÉS BROCHURE POUR LA SENSIBILISATION DANS LE DOMAINE DE LA SÉCURITÉ POURQUOI CETTE CHECK-LIST? La Sécurité dans le home, notamment

Plus en détail

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE

RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE RÈGLE 3400 RESTRICTIONS ET INFORMATIONS À FOURNIR RELATIVES À LA RECHERCHE Introduction La présente Règle établit les règles que les analystes doivent suivre lorsqu ils publient des rapports de recherche

Plus en détail

PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS

PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS DÉCEMBRE 2011 WWW.BDO.CA CERTIFICATION ET COMPTABILITÉ PASSIF AU TITRE DES SITES CONTAMINÉS Le nouveau chapitre SP 3260, Passif au titre des sites contaminés, du Manuel de comptabilité pour le secteur

Plus en détail

(correspond au module 10 Conseiller de service à la clientèle dans la branche automobile) Conseiller(ère) de vente automobile avec brevet fédéral

(correspond au module 10 Conseiller de service à la clientèle dans la branche automobile) Conseiller(ère) de vente automobile avec brevet fédéral Module 6 Droit et assurances (correspond au module 10 Conseiller de service à la clientèle dans la branche automobile) UPSA/AGVS - LA VOITURE, NOTRE PASSION. 7807.F / 11/2005 Conseiller(ère) de vente automobile

Plus en détail

RÈGLES DE GESTION INTERNE

RÈGLES DE GESTION INTERNE RÈGLES DE GESTION INTERNE TITRE: NATURE DU DOCUMENT: Règlement x Procédure Page 1 de 6 x Politique Directive C.A. C.E. x C.G. Direction générale Résolution 00-650-6.00 Direction x Nouveau document x Amende

Plus en détail

Sécurité des bâtiments : Protection contre l incendie. Liste de contrôle

Sécurité des bâtiments : Protection contre l incendie. Liste de contrôle 1 Conformément à l article 3a en association avec l article 6 de la loi sur le travail et à l ordonnance 3 relative à la loi sur le travail, l employeur (canton) est tenu d adopter des mesures appropriées

Plus en détail

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION POLITIQUE 107 Page 1 de 10

MINISTÈRE DE L ÉDUCATION POLITIQUE 107 Page 1 de 10 POLITIQUE 107 Page 1 de 10 Objet : Achat En vigueur : Septembre 1987 Révision : Juin 1994; le 1 er juillet 2001; juillet 2002 1.0 OBJET 1.1 La présente politique remplace les politiques suivantes : 104

Plus en détail

Ordonnance sur les qualifications des spécialistes de la sécurité au travail

Ordonnance sur les qualifications des spécialistes de la sécurité au travail Ordonnance sur les qualifications des spécialistes de la sécurité au travail 822.116 du 25 novembre 1996 (Etat le 5 décembre 2006) Le Conseil fédéral suisse, Vu l art. 83, al. 2, de la loi fédérale du

Plus en détail

Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale Direction générale Humanisation du travail. Fonds de l expérience professionnelle

Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale Direction générale Humanisation du travail. Fonds de l expérience professionnelle Service public fédéral Emploi, Travail et Concertation sociale Direction générale Humanisation du travail Fonds de l expérience professionnelle Réservé à l administration Réf. du dossier : Date de réception

Plus en détail

Politique en matière d accessibilité de l Ontario

Politique en matière d accessibilité de l Ontario Politique en matière d accessibilité de l Ontario 1. Objectifs et portée La Loi de 2005 sur l accessibilité pour les personnes handicapées de l Ontario (LAPHO) élabore, met en œuvre et applique les normes

Plus en détail

Charte de Compliance ERGO Insurance sa

Charte de Compliance ERGO Insurance sa Charte de Compliance ERGO Insurance sa Introduction Sur la base de la circulaire PPB/D. 255 du 10 mars 2005 sur la compliance adressée aux entreprises d assurances, une obligation légale a été imposée

Plus en détail

Directives pour les travaux pratiques individuels (TPI) des opératrices et des opérateurs de machines automatisées

Directives pour les travaux pratiques individuels (TPI) des opératrices et des opérateurs de machines automatisées Association pour la formation des opérateurs/opératrices de machines automatisées Vereinigung für die Ausbildung von Anlagenführern/Anlagenführerinnen FOMA Belpstrasse 41, 3007 Bern Tel. +41 31 381 64

Plus en détail

Indications et outils à l intention des comités d audit

Indications et outils à l intention des comités d audit Indications et outils à l intention des comités d audit L organisation des Comptables professionnels agréés (CPA Canada) a publié de nouveaux documents en vue d aider les comités d audit à mieux surveiller

Plus en détail

ECA Nouvelles prescriptions de protection incendie

ECA Nouvelles prescriptions de protection incendie Conférence de presse, 7 janvier 2015, Lausanne Jacqueline de Quattro, conseillère d Etat en charge du Département du territoire et de l environnement Jérôme Frachebourg, directeur général de l Jean-Marc

Plus en détail

La santé et la sécurité en entreprise

La santé et la sécurité en entreprise La santé et la sécurité en entreprise Ce guide est élaboré en vue de guider votre entreprise dans la conformité aux obligations légales concernant les documents et registres obligatoires. Il est structuré

Plus en détail

Instances de pilotage. Règlement d apprentissage et d examen de fin d apprentissage Critères d accréditation des branches de formation et d examen

Instances de pilotage. Règlement d apprentissage et d examen de fin d apprentissage Critères d accréditation des branches de formation et d examen Département fédéral de l'économie DFE Office fédéral de la formation professionnelle et de la technologie OFFT Formation professionnelle Formation commerciale de base - Commission des examens pour toute

Plus en détail

Risk Management pour les entreprises

Risk Management pour les entreprises Risk Management pour les entreprises Ne laissez rien au hazard RM- Maîtrise Risk Management pour les entreprises procéder avec méthode La gestion repose sur un processus de prise de et d activités en constante

Plus en détail

Assurance facultative d indemnités journalières; LAMal

Assurance facultative d indemnités journalières; LAMal Assurance facultative d indemnités journalières; LAMal Conditions générales d assurance (CGA) Edition 0. 00 Introduction La désignation KPT/ CPT sous-entend toujours la KPT/ CPT Caisse-maladie. I. Dispositions

Plus en détail

SYNTHESE REGLEMENTATION

SYNTHESE REGLEMENTATION 2012 SYNTHESE REGLEMENTATION CODE DU TRAVAIL Le saviez-vous? L obligation générale de formation à la sécurité a été introduite par la loi n 76-1106 du 6 décembre 1976 relative à la prévention des accidents

Plus en détail

10 minutes suffisent pour redonner vie à votre entreprise

10 minutes suffisent pour redonner vie à votre entreprise 10 minutes suffisent pour redonner vie à votre entreprise Premiers secours dans les entreprises «Obligations et solutions» par les Docteurs Roch Ogier et Frédéric Lador Êtesvous bien préparé? Saviezvous

Plus en détail

Profil de l entreprise

Profil de l entreprise Profil de l entreprise Caron, Trépanier & associés inc., firme d experts comptables ayant sa place d affaires à Sherbrooke depuis plus de 25 ans, a pour mission : D offrir à sa clientèle, composée de petites

Plus en détail

VOTRE ASSUREUR AU QUOTIDIEN. est un acteur majeur dans le MONDE ASSOCIATIF.

VOTRE ASSUREUR AU QUOTIDIEN. est un acteur majeur dans le MONDE ASSOCIATIF. VOTRE ASSUREUR AU QUOTIDIEN est un acteur majeur dans le MONDE ASSOCIATIF. ETHIAS, DES PROFESSIONNELS PROCHES DE VOUS Depuis de très nombreuses années, est un acteur majeur dans le monde associatif. Nous

Plus en détail

Sécurité sans faille. Produit combiné intéressant. Couverture spécifique aux besoins. Service juridique en ligne MyRight.ch

Sécurité sans faille. Produit combiné intéressant. Couverture spécifique aux besoins. Service juridique en ligne MyRight.ch Assurance de protection juridique pour les indépendants Sécurité sans faille Source d énervement, les litiges d ordre privé et professionnel prennent aussi du temps et coûtent cher. L offre destinée aux

Plus en détail

Statistique financière des prestations sociales sous condition de ressources

Statistique financière des prestations sociales sous condition de ressources Département fédéral de l Intérieur DFI Office fédéral de la statistique OFS Economie, Etat et questions sociales 13 Protection sociale octobre 2013 Statistique financière des prestations sociales sous

Plus en détail

Marché des potiers le dimanche 20 avril et lundi 21 avril 2013 Exposition «éclosion» du 5 avril au 4 mai 2014 REGLEMENT GENERAL

Marché des potiers le dimanche 20 avril et lundi 21 avril 2013 Exposition «éclosion» du 5 avril au 4 mai 2014 REGLEMENT GENERAL 3 ème année «Eclosion» Kirrwiller 2014 Marché des potiers le dimanche 20 avril et lundi 21 avril 2013 Exposition «éclosion» du 5 avril au 4 mai 2014 REGLEMENT GENERAL Le marché potiers «éclosion» à Kirrwiller

Plus en détail

OBLIGATIONS RELATIVES À LA CRÉATION OU MODIFICATION D UN ERP

OBLIGATIONS RELATIVES À LA CRÉATION OU MODIFICATION D UN ERP L exploitation d un Établissement Recevant du Public nécessite de respecter un certain nombre de règles spécifiques. Deux domaines sont particulièrement surveillés : l accessibilité, ces établissements

Plus en détail