Cas pratique CADASTRE DES OBSTACLES SUR LE RESEAU DE MOBILITÉ DOUCE La population fait la chasse aux obstacles

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Cas pratique CADASTRE DES OBSTACLES SUR LE RESEAU DE MOBILITÉ DOUCE La population fait la chasse aux obstacles"

Transcription

1 Cas pratique CADASTRE DES OBSTACLES SUR LE RESEAU DE MOBILITÉ DOUCE La population fait la chasse aux obstacles Soutenu par: Mobilservice PRATIQUE c/o beco Economie bernoise Protection contre les immissions Laupenstrasse 22, 3011 Berne Téléphone Secrétariat: Karin Magnollay

2 Aperçu Reconnaître, inventorier et cataloguer les lacunes existant dans le réseau des chemins avec l aide des habitants. Au niveau local, le potentiel de la mobilité piétonne et cycliste est énorme. La qualité du réseau de chemins est toutefois un élément essentiel pour promouvoir la mobilité douce dans les communes. Pour pouvoir réaliser des améliorations ciblées dans ce domaine, il faut connaître les endroits posant problème dans le réseau. L'élaboration d un «cadastre des obstacles sur le réseau» est une des possibilités pour recenser et s attaquer à tous les aspects posant problème sur l ensemble du réseau piéton et cycliste. Le recensement des obstacles n est pas uniquement effectué par des spécialistes; des profanes intéressés peuvent aussi y participer. Cadastre des obstacles sur le réseau de mobilité douce page 2 / 12

3 L exemple de Langenthal (BE) Un projet pilote a été mis sur pied dans une partie de la ville de Langenthal au début de l année 2002 afin de recenser les entraves à la mobilité douce. Le but de ce travail était d obtenir une vue d ensemble détaillée de tous les obstacles, les points dangereux et les lacunes auxquels étaient confrontés les piétons, les personnes handicapées et les cyclistes sur le domaine public. Le cadastre ainsi obtenu devait servir de base à des actions visant la suppression progressive des obstacles existant dans le réseau. Les recensements ont été effectués bénévolement par des usagers du réseau, formés et assistés par des spécialistes. Le projet pilote ayant eu un grand succès et s étant révélé réalisable dans la ville de Langenthal, l Office fédéral des routes (OFROU) a apporté son soutien au recensement sur l ensemble du territoire de la ville. Les points posant problème ont été cartographiés, rue après rue, sur une période de plus de six mois afin d élaborer un cadastre (plans et banque de données). Sur cette base, la commune a développé un programme des réalisations, qui ont été classées en fonction de leurs priorités (mesures immédiates, projets à moyen et à long terme); ce programme est mis en œuvre par étapes et en partie aussi dans le cadre d autres projets à un échelon supérieur. Cadastre des obstacles sur le réseau de mobilité douce page 3 / 12

4 Description Le réseau de chemins destinés au trafic piéton et cycliste présente de nombreuses entraves. Contexte Environ un tiers des déplacements en voiture se font sur des trajets de moins de 3 km qui pourraient la plupart du temps être effectués sans problèmes à pied ou à vélo. Il faut toutefois disposer d un réseau de chemins attrayants et sûrs. Pour mettre en œuvre des mesures appropriées visant à encourager la mobilité douce, il faut avant tout connaître les obstacles auxquels sont confrontés les piétons, les cyclistes, mais aussi les personnes handicapées. Les critères les plus importants dans cette démarche sont: la sécurité, l accès direct, l attractivité, le confort et la connexion. Il s agit souvent aussi de déceler de petites lacunes insignifiantes, telles que l absence de rampe ou de moyens pour traverser une route. Le recensement nécessaire à un inventaire complet couvrant l ensemble du territoire est toutefois une tâche relativement importante. Offre Le «cadastre des obstacles sur le réseau de mobilité douce» est un inventaire complet de tous les endroits posant problème pour les piétons et les cyclistes sur l ensemble du réseau de routes et de chemins d une Cadastre des obstacles sur le réseau de mobilité douce page 4 / 12

5 localité. Ces points posant problème peuvent être classés en différents types d obstacles (dont la liste est donnée sous en allemand). Les principaux obstacles sont notamment des discontinuités dans le réseau, les dangers liés aux automobiles, l insécurité sociale, les trottoirs trop hauts ou trop étroits, des lacunes au niveau de passages piétons, des entraves, une limitation de la visibilité, la vitesse du trafic, le parcage de vélos et la signalisation. Les données recueillies sont transposées sur des plans et conservées dans une banque de données (voir l extrait de la banque de données du cadastre de Langenthal - en allemand - et du plan du cadastre de Langenthal L objectif du cadastre des obstacles sur le réseau est une planification complète des équipements de desserte pour le trafic lent, notamment des liaisons piétonnes. Ce cadastre comprend un large éventail de mesures d amélioration, qui vont des mesures immédiates simples et peu onéreuses aux réalisations à long terme, en passant par des priorités à court et à moyen terme. Il s agit au fond d intégrer les éléments connus, enregistrés dans le cadastre, dans les planifications et les projets de construction en cours afin de pouvoir maintenir les coûts liés à la mise en œuvre aussi bas que possible. Le principe de la méthode de recueil des données pour le cadastre des obstacles sur le réseau prévoit que le relevé des obstacles s effectue sur place avec l aide d utilisateurs bénévoles. Ces personnes sont confrontées quotidiennement à des entraves et développent, de ce fait, une sorte de flair de détective pour déceler les petites lacunes existant dans leur quartier. Ces auxiliaires bénévoles doivent être formés et encadrés par des experts. Expériences La participation active de la population lors du recensement sur le terrain constitue un élément important du cadastre des obstacles sur le réseau. Elle présuppose toutefois une formation de base aux besoins des piétons, des cyclistes et des personnes handicapées, ainsi qu aux exigences s appliquant aux équipements destinés à la mobilité piétonne et cycliste. Les instructions doivent être données aux bénévoles en utilisant un grand nombre exemples tirés de la pratique. L expérience montre en outre qu il est absolument nécessaire que les bénévoles soient encadrés par des experts, surtout au début du recensement, afin de pouvoir répondre immédiatement aux questions qui se posent et leur venir en aide en cas de besoin. Les constats faits sur place doivent être vérifiés par des spécialistes et complétés par une analyse intégrant le point de vue de l expert. Il est également recommandé de procéder par étapes. Commencer par une première phase test dans un quartier pilote facilite la formation des auxiliaires et permet de corriger immédiatement les éventuels problèmes qui pourraient survenir. La durée du recensement ne devrait toutefois pas dépasser six mois. Une information ciblée du public par le biais des médias permet à la population de mieux comprendre les travaux qui sont réalisés. Pour la préparation et la visualisation des données (banque de données, plans), il convient d utiliser un système d information géographique (SIG). Cadastre des obstacles sur le réseau de mobilité douce page 5 / 12

6 Profil Moyens de transport mobilité piétonne mobilité cycliste mobilité combinée transports publics transports individuels motorisés transports de marchandises Motifs de déplacements déplacements domicile-travail déplacements pour les achats déplacements pour les loisirs déplacements professionnels déplacements pour rendre service déplacements domicile-école Domaines d action prestation de service marketing planification du trafic et du territoire véhicules et équipements Importance de la commune < 5'000 habitants 5'000 10'000 habitants 10'000 20'000 habitants > 20'000 habitants Type de commune adapté au projet ville / agglomération commune résidentielle située à l extérieur d une agglomération commune à forte densité d emploi commune rurale commune touristique Durée de mise en œuvre du projet 6 mois 1 an 2 ans 5 ans Coût d investissement faible (< Fr ) moyen (Fr. 10' Fr ) élevé (> Fr ) Frais d exploitation annuels faibles (< Fr ) moyens (Fr. 5' Fr ) élevés (> Fr ) Remarques Dans le cas de communes relativement grandes avec une population importante, il s avère utile d effectuer le recensement en plusieurs étapes en examinant successivement les différents quartiers. Cadastre des obstacles sur le réseau de mobilité douce page 6 / 12

7 Effets Environnement Le recensement, dans un cadastre, des obstacles existant dans le réseau de mobilité douce, suivi de la suppression systématique de tous les aspects posant problème, favorise les déplacements à pied et en vélo dans le quartier. Les obstacles physiques et psychiques auxquels se heurtent les habitants sont éliminés, laissant la place à une mobilité plus respectueuse de l environnement. Il permet par conséquent de lutter contre les problèmes environnementaux générés par le trafic individuel motorisé (pollution de l'air, rechauffement du climat, bruit) et d'influencer la consommation d'énergie. Société La participation active de la population à la «chasse aux obstacles» de manière professionnelle suscite une prise de conscience et une sensibilité accrue aux problèmes rencontrés par les piétons et les cyclistes. Tous les participants œuvrent en vue d améliorer les conditions de la mobilité douce. L information faite dans les médias peut en outre contribuer à augmenter le soutien apporté par la population au programme des réalisations. Economie Des améliorations du réseau de chemins destinés à la mobilité douce rendent la commune plus attrayante en tant que lieu pour faire ses courses et localité touristique. De plus, les mesures qu elles entraînent en matière de construction offrent aux entreprises locales ou régionales de nouvelles possibilités de contrats. L augmentation de la sécurité des piétons et des cyclistes induit une diminution des accidents et, part conséquent, des coûts indirects qu ils engendrent. Cadastre des obstacles sur le réseau de mobilité douce page 7 / 12

8 Outils Démarche Les expériences faites à Langenthal dans le cadre du projet pilote de «cadastre des obstacles sur le réseau de mobilité douce» ont montré qu il était possible et judicieux de confier le recensement aux usagers du réseau. La démarche qui s est révélée être appropriée et efficace est décrite ci-après: 1. Approbation de la méthode et adaptation aux conditions locales (p. ex. définition des normes pour le recueil des données) 2. Information du public: association des médias avant, pendant et après la réalisation (p. ex.: article dans la Berner Rundschau en allemand) 3. Recrutement des bénévoles (articles dans la presse, annonce/description du poste, contact direct avec des personnes potentiellement intéressées) 4. Formation des profanes (théorie et pratique) 5. Test dans un quartier pilote représentatif (facilite prise de la décision au sein des cercles politiques décisionnels, met en évidence les erreurs et les problèmes) 6. Réalisation sur l ensemble du territoire de la commune (dans un premier temps, encadrement et aide apportée par des spécialistes) 7. Vérification des résultats du recensement et classification par type d obstacle 8. Elaboration d un cadastre cohérent (banque de données et attribution cartographique, SIG) 9. Programme des réalisations (catalogue de mesures immédiates, intégration dans les travaux de planification en cours) 10. Actualisation continuelle du cadastre (ajout de nouveaux obstacles, suppression des points ayant été traités) Financement Le financement est effectué par les communes. Les coûts de recensement peuvent être maintenus à un niveau faible en associant des bénévoles. Cadastre des obstacles sur le réseau de mobilité douce page 8 / 12

9 Marketing Il est important que le public soit régulièrement informé. Un communiqué de presse avant la réalisation de l inventaire permet en outre d informer la population sur le projet et la sensibilise aux problèmes liés à la mobilité douce. Il permet également de recruter des bénévoles à participer au projet. Plus tard, les travaux de constatation sur place peuvent être suivis en tant qu événement médiatique. Une fois le recensement terminé, les résultats devront être rendus publics de même que, le moment venu, les étapes de mise en œuvre, afin de garantir une transparence tout au long du processus. Informations complémentaires Liens pour en savoir plus: - Office fédéral des routes (OFROU), mobilité douce: - Elaboration du plan directeur de la mobilité douce à l OFROU: Pour de plus amples informations sur le projet «cadastre des obstacles sur le réseau de mobilité douce»: - Büro für Mobilität AG Ideen Strategien Lösungen Hirschengraben 2 CH-3011 Berne Tél +41(0) Fax +41(0) (en allemand) - GrobPlanung GmbH Daniel Grob Güterstrasse 12 CH-3360 Herzogenbuchsee Tél +41 (0) Fax +41 (0) (en allemand) Demandez également conseil aux délégués de Mobilservice PRATIQUE de votre canton: Cadastre des obstacles sur le réseau de mobilité douce page 9 / 12

10 Responsable de l élaboration du présent cas pratique: Canton de Berne beco Economie bernoise Protection contre les immissions Laupenstrasse Berne Hotline: ou Cadastre des obstacles sur le réseau de mobilité douce page 10 / 12

11 Galerie d images Cadastre des obstacles sur le réseau de mobilité douce page 11 / 12

12 Cadastre des obstacles sur le réseau de mobilité douce page 12 / 12

Cas pratique BOURSES-VELOS

Cas pratique BOURSES-VELOS Cas pratique BOURSES-VELOS Etabli le: 15.03.2004 Actualisé le: 24.06.2005 Soutenu par: Mobilservice Pratique c/o beco Economie bernoise Protection contre les immissions Laupenstrasse 22, 3011 Berne Téléphone

Plus en détail

Cas pratique ETRE ET RESTER MOBILE

Cas pratique ETRE ET RESTER MOBILE Cas pratique ETRE ET RESTER MOBILE Etabli le : 15.03.2004 Actualisé le : 24.01.2007 Soutenu par: Mobilservice Pratique c/o beco Economie bernoise Protection contre les immissions Laupenstrasse 22, 3011

Plus en détail

Cas pratique PROMOTION DU CARSHARING DANS LES COMMUNES

Cas pratique PROMOTION DU CARSHARING DANS LES COMMUNES Cas pratique PROMOTION DU CARSHARING DANS LES COMMUNES Etabli le: 01.12.2004 Actualisé le: 04.08.2008 Soutenu par: Mobilservice PRATIQUE c/o beco Economie bernoise Protection contre les immissions Laupenstrasse

Plus en détail

Cas pratique JOURNEE EUROPEENNE "EN VILLE, SANS MA VOITURE"

Cas pratique JOURNEE EUROPEENNE EN VILLE, SANS MA VOITURE Cas pratique JOURNEE EUROPEENNE "EN VILLE, SANS MA VOITURE" Etabli le: 15.03.2004 Actualisé le : 29.06.2005 Soutenu par: Mobilservice Pratique c/o beco Economie bernoise Protection contre les immissions

Plus en détail

Cas pratique SERVICE DE LIVRAISON A DOMICILE A VELO. Etabli le: 15.03.2004 Actualisé le: 24.06.2005, 02.12.2013

Cas pratique SERVICE DE LIVRAISON A DOMICILE A VELO. Etabli le: 15.03.2004 Actualisé le: 24.06.2005, 02.12.2013 Cas pratique SERVICE DE LIVRAISON A DOMICILE A VELO Etabli le: 15.03.2004 Actualisé le: 24.06.2005, 02.12.2013 Mobilservice Rédaction PRATIQUE Uwe Schlosser Hirschengraben 2 CH-3011 Berne redaktion@mobilservice.ch

Plus en détail

Cas pratique GESTION DE LA MOBILITÉ DANS LES CLUBS DE SPORT. Etabli le: 07.04.2005 Actualisé le: 04.06.2014

Cas pratique GESTION DE LA MOBILITÉ DANS LES CLUBS DE SPORT. Etabli le: 07.04.2005 Actualisé le: 04.06.2014 Cas pratique GESTION DE LA MOBILITÉ DANS LES CLUBS DE SPORT Etabli le: 07.04.2005 Actualisé le: 04.06.2014 Mobilservice Rédaction PRATIQUE Uwe Schlosser Hirschengraben 2 CH-3011 Berne redaktion@mobilservice.ch

Plus en détail

Cas pratique TAXI À LA DEMANDE

Cas pratique TAXI À LA DEMANDE Cas pratique TAXI À LA DEMANDE Actualisé le: 04.08.2008 Soutenu par: Mobilservice PRATIQUE c/o beco Economie bernoise Protection contre les immissions Laupenstrasse 22, 3011 Berne Téléphone 031 633 57

Plus en détail

Cas pratique NEWRIDE -VELOS ELECTRIQUES. Etabli le : 15.03.2004. Laupenstrasse 22, 3011 Berne Téléphone 031 633 57 83

Cas pratique NEWRIDE -VELOS ELECTRIQUES. Etabli le : 15.03.2004. Laupenstrasse 22, 3011 Berne Téléphone 031 633 57 83 Cas pratique NEWRIDE -VELOS ELECTRIQUES Etabli le : 15.03.2004 Actualisé le : 24.01.2007 Soutenu par: Mobilservice Pratique c/o beco Economie bernoise Protection contre les immissions Laupenstrasse 22,

Plus en détail

Changer les attitudes face au vieillissement de la population active Stratégies d adaptation dans les entreprises allemandes

Changer les attitudes face au vieillissement de la population active Stratégies d adaptation dans les entreprises allemandes Changer les attitudes face au vieillissement de la population active Stratégies d adaptation dans les entreprises allemandes Bettina Splittgerber 03.08 1 Les changements démographiques en Allemagne 2 L

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

PubliBike: un système clés en main pour votre ville ou votre entreprise

PubliBike: un système clés en main pour votre ville ou votre entreprise PubliBike: un système clés en main pour votre ville ou votre entreprise Une prestation de «Le dernier kilomètre à vélo» Proposer et gérer un réseau national de vélos en libre-service relié aux transports

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/CES/2006/16 24 mars 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMMISSION DE STATISTIQUE CONFÉRENCE DES STATISTICIENS

Plus en détail

Le plan de déplacements urbains d Île-de-France. Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015

Le plan de déplacements urbains d Île-de-France. Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015 Le plan de déplacements urbains d Île-de-France Rencontre réseau Energie Yvelines 2 avril 2015 Le PDUIF : enjeux, objectifs, défis Le PDUIF : un document essentiel de la politique des déplacements en Ile-de-France

Plus en détail

ORGANISER LES DÉPLACEMENTS PENDULAIRES ET PROFESSIONNELS DE VOTRE ENTREPRISE

ORGANISER LES DÉPLACEMENTS PENDULAIRES ET PROFESSIONNELS DE VOTRE ENTREPRISE ORGANISER LES DÉPLACEMENTS PENDULAIRES ET PROFESSIONNELS DE VOTRE ENTREPRISE QU'EST-CE QU UN PLAN DE MOBILITÉ D'ENTREPRISE? Un plan de mobilité d entreprise offre aux employés un éventail de solutions

Plus en détail

Plan d action sur le changement climatique de [nom de la collectivité]

Plan d action sur le changement climatique de [nom de la collectivité] Province du Manitoba Climate Change Planning Resource Guide Plan d action sur le changement climatique de [nom de la collectivité] Élaboré par : Remerciements : P. ex. conseil municipal, conseil d administration,

Plus en détail

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE

Note technique d orientation n 2 : Élaboration d un plan de travail ITIE Cette note technique a été publiée par le Secrétariat international de l ITIE en collaboration avec GIZ (Coopération internationale allemande). L'objectif de cette note est de prodiguer des conseils aux

Plus en détail

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL]

RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE 1 RÉSOLUTION N 99/4 SUR LA COMMUNICATION EN SÉCURITÉ ROUTIÈRE [CM(99)16/FINAL] Le Conseil des Ministres des Transports de la CEMT, réuni à Varsovie,

Plus en détail

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES

UNIVERSITÉ DU QUÉBEC À RIMOUSKI POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES Titre : POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES CODE : APPROUVÉ PAR : CONSEIL D'ADMINISTRATION RÉS. : CA-617-7747 10-12-2013 EN VIGUEUR : 10-12-2013 MODIFICATIONS : Note : Le texte que vous consultez est une

Plus en détail

Pourquoi les zones 30?

Pourquoi les zones 30? Introduction de la Sommaire Pourquoi les zones 30? 3 Distance de freinage réduite 4 Réduction du bruit 5 Perte de temps minimale 5 Prescriptions du Ministère du Développement durable et des Infrastructures

Plus en détail

Questions de sécurité routière? Mon élu référent a les réponses! La vitesse

Questions de sécurité routière? Mon élu référent a les réponses! La vitesse Questions de sécurité routière? Mon élu référent a les réponses! La vitesse Concours Gastounet Morbihan 2007 1 La vitesse : 1 er facteur d accident et de gravité? la preuve : Evolution en France de 1970

Plus en détail

PLAN DE DEPLACEMENTS DU CONSEIL REGIONAL DU CENTRE. Les actions. octobre 2007

PLAN DE DEPLACEMENTS DU CONSEIL REGIONAL DU CENTRE. Les actions. octobre 2007 PLAN DE DEPLACEMENTS DU CONSEIL REGIONAL DU CENTRE 1 Les actions octobre 2007 Rappel Diagnostic des Objectifs : objectifs et des et orientations pour les déplacements domicile-travail 1 : Encourager et

Plus en détail

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées

4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées MINISTÈRE DE LA SÉCURITÉ COMMUNAUTAIRE ET DES SERVICES CORRECTIONNELS 4.09 Commission ontarienne des libérations conditionnelles et des mises en liberté méritées (Suivi de la section 3.09 du Rapport annuel

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

OCTROI D UN CONCOURS TECHNIQUE ET FINANCIER AUX PAYS EN DEVELOPPEMENT PARTIES A LA CONVENTION

OCTROI D UN CONCOURS TECHNIQUE ET FINANCIER AUX PAYS EN DEVELOPPEMENT PARTIES A LA CONVENTION Distr. GENERALE A/AC.237/38 16 août 1993 FRANCAIS Original : ANGLAIS COMITE INTERGOUVERNEMENTAL DE NEGOCIATION D UNE CONVENTION-CADRE SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES Huitième session Genève, 16-27 août

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE TRANS/SC.2/2003/2 4 août 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe de travail

Plus en détail

Le Bureau du vérificateur général. Vérification interne des mécanismes de contrôle interne du système financier GX

Le Bureau du vérificateur général. Vérification interne des mécanismes de contrôle interne du système financier GX Préparé pour : Le Bureau du vérificateur général Vérification interne des mécanismes de contrôle interne du système financier GX Le 18 novembre 2009 1 Introduction KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. a été chargée

Plus en détail

GC.12/11 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel

GC.12/11 Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Organisation des Nations Unies pour le développement industriel Distr.: Générale 19 octobre 2007 Français Original: Anglais Conférence générale Douzième session Vienne, 3-7 décembre 2007 Point 10 d) de

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/TRANS/WP.1/2006/5 5 janvier 2006 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE COMITÉ DES TRANSPORTS INTÉRIEURS Groupe

Plus en détail

Cas pratique KIT DE MOBILITÉ LIGHT. Etabli le: 23.12.2004 Actualisé le: 02.10.2013

Cas pratique KIT DE MOBILITÉ LIGHT. Etabli le: 23.12.2004 Actualisé le: 02.10.2013 Cas pratique KIT DE MOBILITÉ LIGHT Etabli le: 23.12.2004 Actualisé le: 02.10.2013 Mobilservice Rédaction PRATIQUE Uwe Schlosser Hirschengraben 2 CH-3011 Berne redaktion@mobilservice.ch www.mobilservice.ch

Plus en détail

Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève

Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève SOIXANTE-SEPTIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A67/52 Point 23.2 de l ordre du jour provisoire 6 mai 2014 Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève Rapport du Directeur

Plus en détail

regiosuisse Centre du réseau de développement régional

regiosuisse Centre du réseau de développement régional Fiche d information regiosuisse Centre du réseau de développement régional Faktenblatt regiosuisse Centre du réseau de développement régional a été lancé au début 2008 par le Secrétariat d Etat à l économie

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013)

POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) POLITIQUE DE GESTION DES RISQUES ADOPTÉE 329-CA-3476 (23-04-2013) (NOTE : Dans le présent document, le genre masculin est utilisé à titre épicène dans le but d alléger le texte.) TABLE DES MATIÈRES 1.

Plus en détail

Colloque International IEMA-4

Colloque International IEMA-4 Comment mettre en place un dispositif coordonné d intelligence collective au service de la stratégie de l entreprise. Conférence de Mr. Alain JUILLET - Le 17/05/2010 IEMA4 Pour ne pas rester dans les banalités

Plus en détail

Plan d action 2014-2017 LUTTE À L INSALUBRITÉ DES LOGEMENTS

Plan d action 2014-2017 LUTTE À L INSALUBRITÉ DES LOGEMENTS Plan d action 2014-2017 LUTTE À L INSALUBRITÉ DES LOGEMENTS Responsabiliser les propriétaires Impliquer les locataires Objectifs Le Plan d action de lutte à l insalubrité des logements de la Ville de

Plus en détail

Fondation pour la Sécurité des Patients: une contribution concrète à l assurance qualité dans le domaine de la santé

Fondation pour la Sécurité des Patients: une contribution concrète à l assurance qualité dans le domaine de la santé Fondation pour la Sécurité des Patients: une contribution concrète à l assurance qualité dans le domaine de la santé Conférence de presse 2 juillet 2007 Conseiller d Etat Dr Markus Dürr, président de la

Plus en détail

Prêts hypothécaires résidentiels BSI. Solutions flexibles et avantageuses réservées à nos clients

Prêts hypothécaires résidentiels BSI. Solutions flexibles et avantageuses réservées à nos clients Prêts hypothécaires résidentiels BSI Solutions flexibles et avantageuses réservées à nos clients 3 BSI, VOTRE PARTENAIRE DE CONFIANCE Depuis plus d un siècle, BSI met un point d honneur à proposer à ses

Plus en détail

SECTION A ÉPREUVES OFFICIELLES

SECTION A ÉPREUVES OFFICIELLES 1 CYCLISME Le régira toutes les compétitions Olympiques Spéciales de. En tant que programme sportif international, les Jeux Olympiques Spéciaux ont conçu ce règlement d après les Règlements de l Union

Plus en détail

Schéma directeur du réseau cyclable CONTROLE DE CONFORMITE. Rapport final. Adopté par le Conseil Municipal de Bellevue le :...

Schéma directeur du réseau cyclable CONTROLE DE CONFORMITE. Rapport final. Adopté par le Conseil Municipal de Bellevue le :... Plan directeur des chemins pour piétons n 29 875 Schéma directeur du réseau cyclable CONTROLE DE CONFORMITE Rapport final Adopté par le Conseil Municipal de Bellevue le :... Plan directeur des chemins

Plus en détail

Charte de déontologie. Janvier 2004

Charte de déontologie. Janvier 2004 Charte de déontologie Janvier 2004 Charte de déontologie Janvier 2004 1 Indépendance de jugement < Compétence < Adaptation des moyens Transparence < Qualité scientifique et technique < Devoir d information

Plus en détail

Promenade numérique à Neuchâtel Promouvoir une mobilité douce et valoriser l urbanisme durable

Promenade numérique à Neuchâtel Promouvoir une mobilité douce et valoriser l urbanisme durable Promenade numérique à Neuchâtel Promouvoir une mobilité douce et valoriser l urbanisme durable Flâneur d Or 2014 Court Descriptif Dans le cadre des projets urbaine.ch et Holistic, la Ville de Neuchâtel,

Plus en détail

CONCOURS EUROPEEN D EDUCATION ROUTIERE FIA REGLEMENT 2015

CONCOURS EUROPEEN D EDUCATION ROUTIERE FIA REGLEMENT 2015 CONCOURS EUROPEEN D EDUCATION ROUTIERE FIA REGLEMENT 2015 3-6 Septembre 2015 Vienne, Autriche 1. Objectifs et but du Concours Les dispositions juridiques et techniques touchant à la circulation routière,

Plus en détail

Séance de visualisation d avenir du conseil Le 15 mai 2013

Séance de visualisation d avenir du conseil Le 15 mai 2013 Séance de visualisation d avenir du conseil Le 15 mai 2013 Les transports. Les transports sont les fils conducteurs d une communauté. Ils façonnent le tissu urbain qui influe sur notre santé économique,

Plus en détail

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud

FIC/Inf.1 15 juin 2011. Le Cap, Afrique du Sud FIC/Inf.1 15 juin 2011 Le Cap, Afrique du Sud ELABORATION D EXPOSES DIDACTIQUES POUR LE FORUM DES PARTENARIATS 2012 Note : ce document d information sera présenté dans la rubrique «Questions diverses»

Plus en détail

ANALYSE DES RISQUES ET MANAGENEMENT DES RISQUES

ANALYSE DES RISQUES ET MANAGENEMENT DES RISQUES ANALYSE DES RISQUES ET MANAGENEMENT DES RISQUES Introduction : Le management des risques est un processus qui permet au Business Manager d équilibrer les coûts économiques et opérationnels et faire du

Plus en détail

Gestion de la mobilité: une formule efficace au sein des Cités de l Energie et des entreprises

Gestion de la mobilité: une formule efficace au sein des Cités de l Energie et des entreprises 1 Mobilité 2030 Yverdon-les-Bains 30 août 2008 Gestion de la mobilité: une formule efficace au sein des Cités de l Energie et des entreprises Monika Tschannen SuisseEnergie pour les communes Direction

Plus en détail

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009

BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 BIBLIOTHÈQUE ET ARCHIVES CANADA PLAN D ÉVALUATION 2008-2009 Division du rendement et de l information institutionnels Direction générale de la gestion intégrée Présenté au : Comité d évaluation de Bibliothèque

Plus en détail

Manuel sur l'etablissement de Systèmes de Gestion Durables des Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre

Manuel sur l'etablissement de Systèmes de Gestion Durables des Inventaires Nationaux de Gaz à Effet de Serre GROUPE CONSULTATIF D'EXPERTS SUR LES COMMUNICATIONS NATIONALES EMANANT DES PARTIES NON VISEES A L'ANNEXE I DE LA CONVENTION (GCE) Manuel sur l'etablissement de Systèmes de Gestion Durables des Inventaires

Plus en détail

EXPOSE DES MOTIFS N 93-2014

EXPOSE DES MOTIFS N 93-2014 Commune de Plan -les-ouates EXPOSE DES MOTIFS N 93-2014 Message aux membres du Conseil municipal OBJET: Crédit d engagement pour l aménagement d abris pour le stationnement des deux roues Fr. 784'000.-

Plus en détail

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN

Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Programme-cadre national (PCN) Rôles et responsabilités de l équipe chargée d élaborer un PCN Août 2006 Agence internationale de l énergie atomique Département de la coopération technique Rôle et responsabilités

Plus en détail

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures

Suivi des recommandations du Comité des commissaires aux comptes sur les états financiers des années antérieures Comité exécutif du Programme du Haut Commissaire Comité permanent 59 e réunion Distr. : restreinte 11 février 2014 Français Original : anglais et français Suivi des recommandations du Comité des commissaires

Plus en détail

Intervention du SDCEA en Eclairage Public

Intervention du SDCEA en Eclairage Public Intervention du SDCEA en Eclairage Public Introduction... Le Syndicat apporte à ses collectivités adhérentes, une prestation qui couvre toute la compétence relative à l éclairage public: l investissement

Plus en détail

FINANCEMENT DE «PARTENAIRE PILOTE»

FINANCEMENT DE «PARTENAIRE PILOTE» Manuel de mise en œuvre de la communication pour le changement social et comportemental (CCSC) à destination des adolescents en milieu urbain en matière de santé sexuelle et reproductive (SSR) Organisation

Plus en détail

Présentation des projets de plans directeurs sectoriels

Présentation des projets de plans directeurs sectoriels Présentation des projets de plans directeurs sectoriels 20.05.2014 Le plan sectoriel transports (PST) Sommaire Considérations générales Le PST, ses éléments réglementaires et mise en conformité des PAG

Plus en détail

Plan d accessibilité pluriannuel 2013-2015

Plan d accessibilité pluriannuel 2013-2015 Plan d accessibilité pluriannuel 2013-2015 Plan d accessibilité dans le cadre de la LAPHO Introduction La Loi de 2005 sur l accessibilité pour les personnes handicapées de l Ontario vise l élaboration,

Plus en détail

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC

PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC PROGRAMME D ANALYSE DES INCIDENTS ET DE SENSIBILISATION DU PUBLIC Janvier 2014 AVANT-PROPOS Dans un service de sécurité incendie, il y a de nombreuses mesures par lesquelles nous pouvons évaluer l efficacité

Plus en détail

avis Cce 2014-1820 Proposition d actions fédérales visant à promouvoir le covoiturage en Belgique

avis Cce 2014-1820 Proposition d actions fédérales visant à promouvoir le covoiturage en Belgique avis Cce 2014-1820 Proposition d actions fédérales visant à promouvoir le covoiturage en Belgique CCE 2014-1820 Avis sur la «Proposition d actions fédérales visant à promouvoir le covoiturage en Belgique»

Plus en détail

D P E L P AC A E C M E EN E T N ENTREPRISE

D P E L P AC A E C M E EN E T N ENTREPRISE PLAN DE DEPLACEMENT ENTREPRISE Récapitulatif de la démarche Cette démarche s inscrit dans le cadre de la Loi sur l Air et des mesures liées à la limitation de l usage de l automobile contenues dans la

Plus en détail

RECOMMANDATIONS COMMISSION

RECOMMANDATIONS COMMISSION L 120/20 Journal officiel de l Union européenne 7.5.2008 RECOMMANDATIONS COMMISSION RECOMMANDATION DE LA COMMISSION du 6 mai 2008 relative à l assurance qualité externe des contrôleurs légaux des comptes

Plus en détail

Les nouvelles offres de transport partagé dans les politiques de mobilité

Les nouvelles offres de transport partagé dans les politiques de mobilité Les nouvelles offres de transport partagé dans les politiques de mobilité Le cas de Montréal Marc Blanchet - Ville de Montréal Directeur direction des transports Préparé par : Service des infrastructures,

Plus en détail

Elle aboutira à la rédaction d un cahier des charges pour le lancement d une campagne de communication.

Elle aboutira à la rédaction d un cahier des charges pour le lancement d une campagne de communication. Axe 1.1 : Création d une destination «Gironde» Action 1.1.1 : Lancement d une étude sur l image et le positionnement marketing de la Gironde La Gironde a des images, des sites touristiques Cependant, il

Plus en détail

Promotion Santé Suisse

Promotion Santé Suisse Promotion Santé Suisse Qu est-ce que promouvoir la santé? «La promotion de la santé est le processus qui confère aux populations les moyens d assurer un plus grand contrôle sur leur propre santé, et d

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI OMPI A/41/16 ORIGINAL : anglais DATE : 24 août 2005 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F ASSEMBLEES DES ETATS MEMBRES DE L OMPI Quarante et unième série de réunions Genève, 26

Plus en détail

FORMATION ET QUALITÉS REQUISES DES ADMINISTRATEURS ATTENTES ET MÉTHODOLOGIE D ÉVALUATION DE LA SOAD ET EXEMPLES DE STRATÉGIES DE MISE EN ŒUVRE

FORMATION ET QUALITÉS REQUISES DES ADMINISTRATEURS ATTENTES ET MÉTHODOLOGIE D ÉVALUATION DE LA SOAD ET EXEMPLES DE STRATÉGIES DE MISE EN ŒUVRE AVIS AU SECTEUR Novembre 2012 FORMATION ET QUALITÉS REQUISES DES ADMINISTRATEURS ATTENTES ET MÉTHODOLOGIE D ÉVALUATION DE LA SOAD ET EXEMPLES DE STRATÉGIES DE MISE EN ŒUVRE Objet La Société ontarienne

Plus en détail

Bâtir des collectivités qui appuient le transport collectif

Bâtir des collectivités qui appuient le transport collectif Bâtir des collectivités qui appuient le transport collectif Les mécanismes d aménagent du territoire pour appuyer les transports collectifs Congrès annuel 2009 de l'association Canadienne du transport

Plus en détail

Patrouilleur TCS. Un métier dans la high-tech, une passion. patrouille tcs

Patrouilleur TCS. Un métier dans la high-tech, une passion. patrouille tcs Patrouilleur TCS Un métier dans la high-tech, une passion. patrouille tcs En devenant Patrouilleur TCS, vous choisissez l un des métiers les plus utiles de Suisse. Principales activités» Apporter une aide

Plus en détail

Forum THNS 2011 Shanghai

Forum THNS 2011 Shanghai Forum THNS 2011 Shanghai Transport et émissions de gaz carbonique en Australie : réponses actuelles et dilemme Dr Matthew Burke, chercheur, université de Griffith (Australie) Le contexte australien L Australie

Plus en détail

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3)

PROTOCOLE DE COORDINATION DES CAS URGENTS D INTIMIDATION OU DE VIOLENCE Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Selon le Code des droits et des responsabilités (BD-3) Remarque : Le masculin est utilisé pour faciliter la lecture. PRINCIPES FONDAMENTAUX Les incidents provoqués par des conduites intimidantes ou violentes

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2007 LILS POUR DÉCISION

Conseil d administration Genève, novembre 2007 LILS POUR DÉCISION BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.300/LILS/9 300 e session Conseil d administration Genève, novembre 2007 Commission des questions juridiques et des normes internationales du travail LILS POUR DÉCISION

Plus en détail

Cas pratique DOCTOUR PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LA MOBILITÉ DOUCE 01.02.2011

Cas pratique DOCTOUR PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LA MOBILITÉ DOUCE 01.02.2011 Cas pratique DOCTOUR PROMOUVOIR LA SANTÉ ET LA MOBILITÉ DOUCE 01.02.2011 Mobilservice Rédaction PRATIQUE Uwe Schlosser Hirschengraben 2 CH-3011 Berne redaktion@mobilservice.ch www.mobilservice.ch Aperçu

Plus en détail

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE

CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Organisation de l aviation civile internationale NOTE DE TRAVAIL CEANS-WP/5 15/4/08 CONFÉRENCE SUR L ÉCONOMIE DES AÉROPORTS ET DES SERVICES DE NAVIGATION AÉRIENNE Montréal, 15 20 septembre 2008 Point 1

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

Cas pratique PARCOURSANTÉ un parcours sûr et sain

Cas pratique PARCOURSANTÉ un parcours sûr et sain Cas pratique PARCOURSANTÉ un parcours sûr et sain Etabli le: 23.02.2005 Actualisé le: 24.06.2005 Soutenu par: Mobilservice PRATIQUE c/o beco Economie bernoise Protection contre les immissions Laupenstrasse

Plus en détail

Directives pour les contributions à des. événements sportifs internationaux en Suisse

Directives pour les contributions à des. événements sportifs internationaux en Suisse Swiss Olympic Case postale 606 CH-3000 Berne 22 Tél +41 31 359 71 11 Fax +41 31 359 71 71 info@swissolympic.ch www.swissolympic.ch Siège Maison du Sport Talgutzentrum 27 CH-3063 Ittigen près de Berne 1.

Plus en détail

Référentiel de formation diplômante et qualifiante Version 2008. Coordination du référentiel : O.Dehorter (CRBPO) & Ph.Cannesson (délégation NPDC).

Référentiel de formation diplômante et qualifiante Version 2008. Coordination du référentiel : O.Dehorter (CRBPO) & Ph.Cannesson (délégation NPDC). Référentiel de formation diplômante et qualifiante Version 2008. Le baguage et marquage scientifique des oiseaux en France. Coordination du référentiel : O.Dehorter (CRBPO) & Ph.Cannesson (délégation NPDC).

Plus en détail

Valoriser son parcours professionnel

Valoriser son parcours professionnel Module - 1 Valoriser son parcours professionnel Vous devez vous préparez à intégrer le marché du travail. Pour cela, vous allez devoir apprendre à parler de vos études en termes professionnels et non disciplinaires.

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace

8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace Aller plus loin 8) Certification ISO 14 001 : une démarche utile et efficace 8) Certification ISO 14 001 8 La norme ISO 14001 et la certification Cette norme internationale vise à établir dans l organisme

Plus en détail

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques

Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Distribution : Générale C/08-00/BACK/03 ORIGINAL : ANGLAIS Un nouveau programme nord-américain de gestion des produits chimiques Le Conseil de la Commission de coopération environnementale renouvelle aujourd

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) OMPI CDIP/5/5 Corr. ORIGINAL : anglais DATE : 21 juillet 2010 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F COMITÉ DU DÉVELOPPEMENT ET DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE (CDIP) Cinquième session

Plus en détail

Cas pratique PROMOTION DU VELO DANS LES ENTREPRISES EN TANT QUE VEHICULE DE SERVICE 03.08.2009

Cas pratique PROMOTION DU VELO DANS LES ENTREPRISES EN TANT QUE VEHICULE DE SERVICE 03.08.2009 Cas pratique PROMOTION DU VELO DANS LES ENTREPRISES EN TANT QUE VEHICULE DE SERVICE 03.08.2009 Mobilservice PRATIQUE Rédaction: c/o Büro für Mobilität AG Uwe Schlosser Hirschengraben 2 3011 Berne Tél.

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social NATIONS UNIES E Conseil économique et social Distr. GÉNÉRALE ECE/AC.21/2003/4 6 février 2003 FRANÇAIS Original: ANGLAIS COMMISSION ÉCONOMIQUE POUR L EUROPE ORGANISATION MONDIALE DE LA SANTÉ Bureau régional

Plus en détail

Position. Passages piétons en zone 30 2010/11. Klosbachstrasse 48 8032 Zurich Téléphone 043 488 40 30 Fax 043 488 40 39 info@mobilitepietonne.

Position. Passages piétons en zone 30 2010/11. Klosbachstrasse 48 8032 Zurich Téléphone 043 488 40 30 Fax 043 488 40 39 info@mobilitepietonne. Klosbachstrasse 48 8032 Zurich Téléphone 043 488 40 30 Fax 043 488 40 39 info@mobilitepietonne.ch Position www.fussverkehr.ch www.mobilitepietonne.ch www.mobilitapedonale.ch 2010/11 Passages piétons en

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be

www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be www.trustteam.be T +32 56 23 46 06 info@trustteam.be Table des matières 1 Introduction...3 2 Pourquoi choisir Health@Work?...3 2.1 Concentrez-vous désormais sur vos activités clés...4 2.2 Nombreuses fonctionnalités

Plus en détail

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI

F OMPI ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI F OMPI A/46/11 ORIGINAL : anglais DATE : 26 novembre 2008 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE ASSEMBLÉE DES ÉTATS MEMBRES DE L OMPI Quarante-sixième série de réunions Genève, 12

Plus en détail

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation

Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS. Conduire un projet d organisation Dossiers méthodologiques DURANTON CONSULTANTS Conduire un projet d organisation Version actualisée le 8 octobre 2012 Adresse du siège social : 190 rue Lecourbe 75015 Paris Adresse de correspondance : La

Plus en détail

Education au Développement Durable. Les déplacements dans le Grand Lyon : situation actuelle des solutions pour une mobilité durable

Education au Développement Durable. Les déplacements dans le Grand Lyon : situation actuelle des solutions pour une mobilité durable Lyon, 23/11/11 Education au Développement Durable Les déplacements dans le Grand Lyon : situation actuelle des solutions pour une mobilité durable Pierre SOULARD Responsable du service mobilité urbaine

Plus en détail

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels

Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels Rapport annuel au Parlement 2005-2006 L application de la Loi sur l accès à l information et de la Loi sur la protection des renseignements personnels RC4415(F) Avant-propos Le présent rapport annuel au

Plus en détail

MOTO LOISIRS 77. 223, rue de Claye 77400 Thorigny sur Marne. Tél : 01.64.12.37.70 CREATION D UN SITE SUR MESURE

MOTO LOISIRS 77. 223, rue de Claye 77400 Thorigny sur Marne. Tél : 01.64.12.37.70 CREATION D UN SITE SUR MESURE MOTO LOISIRS 77 223, rue de Claye 77400 Thorigny sur Marne Tél : 01.64.12.37.70 CREATION D UN SITE SUR MESURE I) Première analyse du besoin 1- Objectif L objectif du site est de faire connaître l entreprise

Plus en détail

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences

Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies. Experience N 52. Mars 2012 Pas à pas vers de bonnes exigences Les expériences d ERNI dans l univers du management, des processus et des technologies Experience N 52 Mars 2012 OutsourcINg Pas à pas vers de bonnes exigences Outsourcing 10 11 Pas à pas vers de bonnes

Plus en détail

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE Résumé PREFACE 2 INTRODUCTION 2 1. BUT ET CHAMP D APPLICATION 2 2. REFERENCES DOCUMENTAIRES ET NORMES 3 3. TERMES ET DEFINITIONS 3 4. POLITIQUE POUR UNE CONSOMMATION RAISONNEE (PCC) 3 5. RESPONSABILITE

Plus en détail

Brochure technique. Zones de rencontre. bpa Bureau de prévention des accidents

Brochure technique. Zones de rencontre. bpa Bureau de prévention des accidents Brochure technique Zones de rencontre bpa Bureau de prévention des accidents Dans une zone de rencontre, les piétons partagent l espace routier avec le trafic. Pareille zone convient tant aux routes d

Plus en détail

Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire

Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire Système de gestion de sécurité dans le transport ferroviaire Dr CHEN Daoxing, ingénieur expert au Bureau de la sécurité des transports du Canada Présentation générale du système de sécurité Définition

Plus en détail

4.5 Les nuisances. bruit des aéroports civils.

4.5 Les nuisances. bruit des aéroports civils. 4.5 Les nuisances Le bruit La lutte contre les nuisances sonores est régie par l Ordonnance fédérale sur la protection contre le bruit (OPB), du 1 er avril 1987. Celle-ci donne aux cantons la compétence

Plus en détail

Rapport annuel 2014 FORMATION EN DEUX PHASES

Rapport annuel 2014 FORMATION EN DEUX PHASES Rapport annuel 214 FORMATION EN DEUX PHASES La formation en deux phases en 214 La décision du Conseil des États du 2 mars 214 de ne pas donner suite à la motion concernant la suppression de la formation

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE OMPI PCT/A/34/4 ORIGINAL : anglais DATE : 15 août 2005 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE F UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIERE DE BREVETS (UNION DU PCT) ASSEMBLEE Trente-

Plus en détail

LOGICIEL. dans le. à effectuer. réparations. et planifiées. sien.

LOGICIEL. dans le. à effectuer. réparations. et planifiées. sien. Les nouvelles fonctions à connaître La gestion d atelier Cette nouvelle fonction permet au réparateur de disposer d une visibilité globale sur la charge de travail de l atelier et de visualiser rapidement

Plus en détail

Comment se déplace-t-on aujourd hui dans l Agglomération Nantaise et son bassin de vie? tendances 2008

Comment se déplace-t-on aujourd hui dans l Agglomération Nantaise et son bassin de vie? tendances 2008 Comment se déplace-t-on aujourd hui dans l Agglomération Nantaise et son bassin de vie? tendances 2008 novembre 2009 Objectif : connaître les déplacements en 2008 Les objectifs du Plan de Déplacements

Plus en détail

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le

Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Principes clés de l orientation future du cadre réglementaire canadien de suffisance des capitaux en assurances multirisques Document produit par le Comité consultatif sur le Test du capital minimal Page

Plus en détail

Application RegBL. Mode d emploi pour les communes du canton de Fribourg. Service de la statistique SStat Amt für Statistik StatA

Application RegBL. Mode d emploi pour les communes du canton de Fribourg. Service de la statistique SStat Amt für Statistik StatA Service de la statistique SStat Amt für Statistik StatA Rue Joseph-Piller 3, 70 Fribourg T +4 6 305 8 3, F +4 6 305 8 8 www.fr.ch/sstat Application RegBL Mode d emploi pour les communes du canton de Fribourg

Plus en détail