INSTRUCTION DE SÉCURITÉ

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INSTRUCTION DE SÉCURITÉ"

Transcription

1 INSTRUCTION DE SÉCURITÉ ayant force d obligation selon SAPOCO/42 TIS Rév. 3 Publié par : TIS-GS Date de révision : septembre 2003 Original : français Alarmes et systèmes d alarme de sécurité dite de «niveau 3» Table des matières 1 Objet 1 2 Règles pour l installation d un système d alarme Généralités Alarmes de niveau Classification des alarmes et actions Prescriptions techniques pour la conception de systèmes d alarme de niveau Essai d un système d alarme de niveau Sécurité fonctionnelle des systèmes d alarme de niveau Traçabilité et traitement des anomalies 5 3 Procédure de mise hors service et de remise en service des alarmes Généralités Mesures compensatoires Mise hors service planifiée Mise hors service non planifiée (procédure d urgence) Remise en service 8 4 Base légale 9 5 Définitions 9 6 Glossaire 12 7 Références utilisées 13 Annexe 14 Demande de mise hors service d un système générant une alarme de niveau 3 ()

2

3 1 Objet La présente Instruction de Sécurité a pour objet : de définir l alarme dite «de niveau 3» ; d établir des règles pour l installation, la mise en service, la mise hors service, l entretien et les inspections périodiques des systèmes d alarme de niveau 3 ainsi que d évaluer la disponibilité des systèmes jusqu à la SCR ; d établir des règles pour assurer la traçabilité des interventions effectuées sur ces systèmes. 2 Règles pour l installation d un système d alarme 2.1 Généralités Préalablement, à l installation, toutes les mesures possibles doivent être prévues pour réduire le risque à un niveau tolérable. Néanmoins, pour le personnel, pour l environnement, ou s il s avère nécessaire de protéger les installations ainsi que les équipements, et chaque fois que les risques excéderont les risques tolérables, les locaux concernés devront être équipés d un système d alarme de niveau 3. Le groupe techniquement responsable informe la Division TIS et la SCR de l installation de nouveaux systèmes d alarme de niveau 3, ainsi que de toute modification significative des systèmes existants et de leurs asservissements. La Division TIS a toute autorité pour demander l installation d un nouveau système d alarme de niveau 3. Avant la mise en service d un système d alarme de niveau 3, le Groupe Secours et Feu de la Division TIS prépare, en collaboration avec les personnes responsables de la sécurité dans les divisions (TSO, DSO) ou les expériences concernées (GLIMOS), les instructions et les procédures à suivre par les équipes d intervention en cas de déclenchement d une alarme de niveau 3. Les systèmes d alarme de niveau 3 sont conçus afin de faciliter l accès du personnel d entretien et d intervention autorisé. Cependant, leur accès doit être interdit au personnel non habilité. Les signaux d alarme de niveau 3 peuvent aussi être utilisés pour agir sur d autres équipements techniques ou de sécurité (asservissements). 1

4 2.2 Alarmes de niveau 3 Sont de niveau 3 les alarmes provenant : d un arrêt d urgence général (risque : présence d énergie, principalement électrique, susceptible de présenter un danger) ; d une détection de feu et/ou de fumée (risque d incendie) ; d un système d appel d urgence (information sur des risques divers en utilisant par exemple un téléphone rouge) ; d un appel depuis certaines cabines d ascenseur (risque d occupant bloqué), voir alinéa «Spécificités» ; du déclenchement des signaux d évacuation (risque pour les personnes) ; de la détection de gaz inflammable ou toxique (risque d explosion ou d intoxication) ; de la détection de manque d oxygène (risque d asphyxie) ; d un détecteur de niveau d eau (risque d inondation) ; d un dispositif d homme-mort (risque de malaise). D autres alarmes peuvent être définies par la Division TIS comme alarmes de niveau 3. Dans des circonstances particulières, la conjonction de plusieurs alarmes de niveau 2 peut être assimilée par la Division TIS à une alarme de niveau 3 qui sera transmise en tant que telle à la SCR. Le déclassement d un détecteur d alarme de niveau 3 pour transmettre une alarme d un niveau inférieur doit être autorisé par la Division TIS. Sauf dans les cas prévus de la présente instruction, il est interdit de rendre inopérant un système ou partie de système d alarme de niveau 3. Spécificités Ascenseurs Conformément à une Directive Européenne 1, toutes les cabines d ascenseur doivent être équipées d un moyen de communication bidirectionnel et autocontrôlé permettant d obtenir une liaison permanente avec la SCR, cependant cet équipement n est pas considéré comme un système d alarme de niveau 3. Toutefois, les cabines de certains ascenseurs situés dans des zones à risque élevé, comme les zones souterraines, doivent posséder un système d alarme de niveau 3 au sens de la présente Instruction de Sécurité. L appréciation du risque incombe à la Division TIS. 1 95/16/CE 2

5 Téléphones rouges Les téléphones rouges utilisés dans les zones à risque élevé constituent un système d alarme de niveau 3 propre au CERN. Ils permettent de communiquer avec la SCR en décrochant simplement le combiné. 2.3 Classification des alarmes et actions Le tableau suivant définit les niveaux d alarme, leur signification, les actions qui s imposent, et les couleurs d affichage correspondantes sur les écrans d alarme SCR et TCR. Niveau d alarme Signification Action Couleur d affichage Niveau 3 Présence d un danger pour la vie des personnes, la préservation des biens ou l environnement Intervention immédiate du Groupe Secours et Feu (SCR) 1) Rouge Niveau 2 Mauvais fonctionnement d un équipement ou situation anormale qui peut dégénérer en une alarme de niveau 3 Intervention immédiate du service technique compétent (TCR ou groupe techniquement responsable) Jaune Niveau 1 Défectuosité d un équipement ou d une installation qui ne peut pas dégénérer immédiatement en une alarme de niveau 3 Intervention du service technique compétent (TCR ou groupe techniquement responsable) Bleu Niveau 0 Information Pas d action Blanc 1) Lorsque le Groupe Secours et Feu est alerté, il est dans l obligation d intervenir sur le lieu supposé du sinistre indépendamment du fait qu il s agisse d une alarme véritable ou intempestive. 2.4 Prescriptions techniques pour la conception de systèmes d alarme de niveau 3 Les systèmes d alarme de niveau 3 sont groupés en zones d alarme (avec affichage local). Le système de transmission doit être composé au minimum de deux réseaux redondants et indépendants à sécurité intrinsèque (fail-safe) afin d assurer la fiabilité et la disponibilité requise. Des systèmes identiques de réception et de visualisation se trouvent dans la SCR et la TCR afin que l un puisse servir de console de sauvegarde pour l autre. Les états d un système d alarme de niveau 3 doivent être signalés ; la localisation des détecteurs d alarme et leur classification doivent être indiquées sans équivoque. En cas d exigences conflictuelles, la préservation de la vie des personnes l emporte toujours sur toute autre considération qui pourrait amener à transiger sur la qualité du service ou la fiabilité des équipements. 3

6 Le tableau suivant définit les couleurs qui doivent être associées aux divers états d un système d alarme de niveau 3, et affichées dans les différentes salles de contrôle. État du système d alarme Alarme Dérangement Essai Hors service Normal Couleur d affichage Rouge Jaune Bleu Blanc Vert 2.5 Essai d un système d alarme de niveau Mise en service Le groupe techniquement responsable du système de détection d une alarme de niveau 3 est responsable de la mise en service complète du système (détection, transmission, actions automatiques programmées 2, affichage) et en particulier de son essai de réception avant mise en service. Il organise un essai complet de l efficacité du système d alarme de niveau 3 dans son environnement réel, auquel participent le TSO/GLIMOS et la Division TIS. La Division TIS en est informée au moins deux semaines à l avance, veille à son exécution et établit un rapport, dont une copie doit être adressée aux participants, à la TCR et la SCR. Le système ne pourra être considéré comme réceptionné que lorsque la Division TIS l aura formellement déclaré Modification significative de l environnement Le TSO/GLIMOS est responsable du contrôle des risques dans la zone qui lui est affectée. Lorsque le TSO/GLIMOS constate une modification de l environnement d un emplacement protégé par un système d alarme de niveau 3, il doit organiser avec le groupe techniquement responsable et la Division TIS un essai complet de l efficacité de ce système dans son nouvel environnement selon les procédures décrites dans le paragraphe Il en fait part, le cas échéant, au TSO/GLIMOS responsable d un système d alarme de niveau 3 voisin Tests après intervention technique Après chaque modification ou après dépannage consécutif à un dérangement d un système d alarme de niveau 3, les composants concernés doivent être testés et les tests documentés par le groupe techniquement responsable. 2 Code de Sécurité G Rév, Gaz inflammables, chapitre 7.4 4

7 2.5.4 Entretien Le groupe techniquement responsable doit assurer régulièrement l entretien et, au minimum une fois par an, le contrôle du fonctionnement et l étalonnage des systèmes d alarme selon des procédures à établir avec la Division TIS. Chaque essai doit être documenté par le groupe techniquement responsable afin d assurer la traçabilité des interventions d entretien. 2.6 Sécurité fonctionnelle des systèmes d alarme de niveau Généralités Prescriptions Les prescriptions des standards industriels concernant la sécurité fonctionnelle doivent être appliquées pour l ensemble du cycle de vie d un système d alarme de niveau 3. Cela implique que le groupe techniquement responsable en assure l évaluation permanente en collaboration avec la Division TIS (sécurité fonctionnelle prescrite pendant l exploitation, la maintenance, la réparation ou après modification). Pour chaque nouveau système d alarme de niveau 3, des prescriptions (par exemple du niveau d intégrité de sécurité SIL) doivent être définies en accord avec la Division TIS. Si les prescriptions ne sont pas immédiatement satisfaites, des dispositions transitoires seront prises afin d y remédier. 2.7 Traçabilité et traitement des anomalies Le groupe techniquement responsable assure la traçabilité de l état de dérangement d un système d alarme de niveau 3 au moyen d une fiche de traitement des anomalies, qui doit permettre le suivi de l incident depuis sa découverte jusqu au retour du système à l état normal. Cette fiche peut exister sous forme électronique (p. ex. dans un fichier de gestion de la maintenance assistée par ordinateur, GMAO) ou sous forme papier. Elle doit être archivée et facilement accessible. 3 Procédure de mise hors service et de remise en service des alarmes 3.1 Généralités Conditions de mise hors service Il est nécessaire de mettre hors service un système de détection d alarme de niveau 3 dans les cas suivants : 5

8 3.1.2 Responsabilité exécution planifiée de travaux (p. ex. maintenance, soudure au chalumeau) qui pourraient déclencher ou affecter ce système et engendrer une alarme intempestive ; la mise hors service peut être temporaire ou définitive ; panne du système d alarme ; il s agit alors d une mise hors service non planifiée. La mise hors service planifiée et la remise en service sont faites sous la responsabilité de l utilisateur du système d alarme de niveau 3, c est-à-dire du TSO/GLIMOS. Le TSO/GLIMOS doit coordonner son action avec celle d autres TSO/GLIMOS éventuellement concernés. Le responsable de la mise hors service non-planifiée est le TSO/GLIMOS ou, en son absence, le service d urgence intervenant Tâches des intervenants Procédure Le donneur d ordre qui demande la mise hors service d un système de détection d alarme de niveau 3 est responsable de la mise en œuvre des mesures compensatoires. Le TSO/GLIMOS évalue les risques, s assure de la mise en place des mesures compensatoires, approuve les demandes de mise hors service, se tient informé de l évolution des risques et s assure des remises en service. Le responsable technique du système de détection effectue la mise hors service et la remise en service, soit personnellement, soit par l intermédiaire d une entreprise travaillant sous sa supervision. Les services compétents de TIS, par exemple le Groupe Secours et Feu donne des conseils concernant les mesures compensatoires et met en œuvre, le cas échéant, une surveillance humaine (voir paragraphe 3.2). L opérateur de la TCR transmet les demandes entre les différents intervenants, leur rappelle ce qu ils ont à faire et documente le déroulement des opérations. La formulation des demandes au moyen de l application informatique Electronic Document Handling (EDH) est obligatoire : (pour les détails pratiques, consulter le Quick Reference Guide, disponible via l URL : Le formulaire-papier (voir l annexe) doit être utilisé seulement en cas d indisponibilité du système informatique. Le TSO/GLIMOS doit assurer la distribution du formulaire et en vérifier la réception. 6

9 3.2 Mesures compensatoires Avant la mise en place des mesures compensatoires, toutes les dispositions doivent être prises pour minimiser les risques engendrés par une mise hors service. Lors d une mise hors service (temporaire ou non-planifiée), le donneur d ordre ou le TSO/GLIMOS sont responsables de prévoir des mesures compensatoires adéquates, de les faire approuver par les services compétents de TIS, par exemple le SCR et de veiller à leur mise en œuvre : si des travaux exigent une mise hors service de courte durée (moins de quatre heures), le donneur d ordre prévoit une surveillance humaine (occupants habituels des lieux) y compris en dehors des heures normales de travail ; lors de travaux de longue durée (plus de quatre heures), une surveillance humaine suffisamment qualifiée (pompiers CERN, personnel d entreprises, etc.) doit être organisée à moins que le groupe techniquement responsable ne prenne, à la demande du donneur d ordre et lorsque cela est possible, des mesures compensatoires techniques convenables (par exemple, mise en place de détecteurs mobiles). 3.3 Mise hors service planifiée Conditions d application Procédure Demande La mise hors service planifiée correspond à des interventions temporaires ou périodiques, ou lors du démontage définitif d un système de détection d alarme de niveau 3. La mise hors service doit être demandée via EDH suffisamment à l avance (trois jours au moins) pour permettre sa préparation et la mise en œuvre des mesures compensatoires. Le donneur d ordre demande la mise hors service en précisant les circonstances (dates, lieu et motif) et propose des mesures compensatoires. Le TSO/GLIMOS vérifie, complète et approuve la demande de mise hors service au plus vite. Les services et personnes suivants doivent être informés de l approbation d une demande de mise hors service : le donneur d ordre, le responsable technique du système de détection d alarme de niveau 3, la TCR, la SCR et le groupe TIS-GS. 7

10 Mise hors service Le jour de la mise hors service, le donneur d ordre ou la personne désignée par lui, après avoir mis en œuvre les mesures compensatoires (voir paragraphe 3.2), demande au responsable technique de faire exécuter la mise hors service. Si nécessaire, ces demandes peuvent se faire par l intermédiaire de la TCR. Ensuite, le responsable technique effectue (ou fait effectuer) la mise hors service et en rend compte à la TCR et au donneur d ordre. Après avoir reçu la confirmation de la mise hors service, la TCR enregistre sa date, son heure et les coordonnées de l exécutant. La TCR informe la SCR si la visualisation d état «hors service» n est pas disponible (anciens systèmes). 3.4 Mise hors service non planifiée (procédure d urgence) Conditions d application La procédure de mise hors service non-planifiée s applique sans délai lorsque la panne d un système d alarme est jugée irréparable dans un délai de quatre heures. En cas où la panne est réparable dans un délai inférieur à quatre heures, seuls les quatre premiers points de la procédure d urgence s appliquent Procédure d urgence La TCR, la SCR et, le cas échéant, le responsable technique : 1) se mettent d accord pour la mise hors service, et éventuellement font évacuer les lieux, 2) prennent des mesures compensatoires (voir paragraphe 3.2), 3) exécutent le cas échéant la mise hors service, 4) informent le TSO/GLIMOS dans le plus bref délai, 5) remplissent le formulaire (via EDH). Le TSO/GLIMOS, après avoir pris connaissance des événements, visite les lieux et après avoir consulté le responsable technique propose une date de remise en service. La remise en service se déroule alors comme indiqué ci-dessous. 3.5 Remise en service À la date indiquée dans le formulaire Le responsable technique remet ou fait remettre le système en service, effectue un contrôle de fonctionnement et en rend compte à la TCR. 8

11 3.5.2 Anticipée Retardée Après confirmation par le responsable technique de la remise en service, la TCR enregistre sa date, son heure et les coordonnées de l exécutant. Après indication par la TCR de la remise en service du système d alarme, le TSO/ GLIMOS s assure de la remise en service et le mentionne dans le formulaire, concluant ainsi la procédure. Si la remise en marche de système peut se faire avant la date indiquée dans le formulaire, le donneur d ordre prend contact avec la TCR pour demander sa remise en service anticipée. La TCR transmet la nouvelle demande du donneur d ordre au responsable technique qui l exécute comme indiqué au paragraphe Si la remise en marche du système doit se faire après la date indiquée dans le formulaire, le donneur d ordre crée un nouveau formulaire portant la mention «prolongation» et le numéro de l ancienne demande dans le chapitre «justification». Cette nouvelle demande est exécutée comme indiqué au paragraphe Base légale La présente Instruction de Sécurité est publiée par la Division TIS conformément à la procédure définie dans le document SAPOCO/42 sur la politique de sécurité au CERN, en application des Statut et Règlement du Personnel et en vertu du pouvoir de réglementation de l Organisation sur son domaine. Elle entre en vigueur dès sa publication. 5 Définitions Alarme intempestive Alarme qui se déclenche intempestivement sans la présence d un danger, elle peut être classée en fonction de son origine : origine interne au système de détection lui-même. Il s agit d une alarme non justifiée (exemple : défaillance d un composant) ; origine externe au système de détection. Elle est activée par : un phénomène auquel, en principe, elle ne devrait pas répondre. Il s agit d une alarme non justifiée (exemple : rayonnement parasite de type électromagnétique provenant d appareils électriques contigus) ; 9

12 un phénomène auquel, en principe, elle doit répondre, mais qui est provoqué par une cause autre que celle faisant l objet de la surveillance. Il s agit d une alarme justifiée (exemple : un aérosol activant un détecteur de fumée). Alarme de niveau 3 Avertit de la présence d un danger pour la vie des personnes, pour la préservation des biens ou pour la sauvegarde de l environnement. Détecteur d alarme Dispositif destiné à faire passer le système à l état d alarme lors de la détection d une situation anormale indiquant la présence d un danger. Donneur d ordre Personne qui demande la mise hors service d un système de détection d alarme de niveau 3, ce doit être un membre du personnel CERN. États d un système d alarme Un système d alarme comporte cinq états 3 différents qui définissent son état physique de fonctionnement, à savoir : Normal : l ensemble des équipements du système est pleinement opérationnel. Alarme : déclenchement d un signal d alarme. Dérangement : le fonctionnement est rendu impossible dans les conditions prévues par les normes ou les gammes appropriées. Essai : les fonctions normales sont modifiées volontairement en vue d essais. Hors service : tout ou partie d un système est rendu délibérément inopérant. Groupe techniquement responsable (qu il s agisse d un seul ou de plusieurs groupes) Groupe qui effectue l installation, l entretien, la mise hors service et la remise en service d un système d alarme de niveau 3. S il s agit de plusieurs groupes, ceux-ci définissent lequel d entre eux est responsable au sens des prescriptions de cette Instruction de Sécurité. Indépendance Deux systèmes sont dits indépendants lorsqu ils ont les mêmes objectifs mais des fonctions et des moyens différents. 3 Les systèmes d alarme déjà installés au CERN peuvent comporter moins d états. 10

13 L intégrité de sécurité, FMDS, d un système (Fiabilité, Maintenabilité, Disponibilité et Sécurité) L intégrité de sécurité (FMDS) d un système est la probabilité pour qu un système relatif à la sécurité fonctionne de façon satisfaisante dans des conditions et pendant un laps de temps spécifiés. Niveau d intégrité de sécurité SIL (Safety Integrity Level) Niveau discret (SIL1, 2, 3 ou 4) caractérisant l intégrité de sécurité des systèmes E/E/PE, technologie basée sur des méthodes électriques, électroniques et/ou électroniques programmables, le niveau SIL4 étant le plus haut degré d intégrité. Redondance Deux systèmes sont dits redondants lorsqu ils exécutent les mêmes tâches et transmettent les mêmes fonctions. Responsable technique Membre du groupe techniquement responsable qui a la charge de l ensemble d un système d alarme de niveau 3 (installation, entretien, exploitation) ou seulement d une partie. Il effectue la mise hors service et la remise en service, soit personnellement, soit par l intermédiaire d une entreprise travaillant sous sa supervision. Sécurité fonctionnelle La sécurité fonctionnelle constitue un guide pour le développement des systèmes de sécurité. Les systèmes industriels demandent de plus en plus de Fiabilité, de Maintenabilité, de Disponibilité et de Sécurité dans leur fonctionnement. C est l objet de la norme CEI 61508, son but est d assurer la sécurité fonctionnelle, c est à dire ramener le risque à un niveau tolérable. Cette norme est déjà prise en compte dans le domaine pétrochimique et sous des formes très proches dans les domaines nucléaire et aéronautique. Sécurité intrinsèque (fail-safe) Principe de protection automatique maintenant la sûreté malgré la défaillance d un élément matériel ou logiciel détecté dans le système. Système d alarme de niveau 3 Installation technique conçue pour détecter et signaler principalement à la SCR une situation anormale présentant un danger. Il se compose d un détecteur (ou système de détection), d un transmetteur (ou système de transmission) et d un récepteur (ou système de réception). 11

14 6 Glossaire DSO Délégué divisionnaire à la sécurité (Divisional Safety Officer). GLIMOS Chef de Groupe pour des questions de Sécurité (Group Leader in Matters of Safety). GMAO Gestion de la Maintenance Assistée par Ordinateur. Groupe Secours et Feu Responsable de la SCR (Safety Control Room). Niveau d alarme (voir paragraphe 2.3) SCR SIL TCR Il est fonction des dangers et aléas auxquels sont soumis les personnes, l environnement dans le voisinage ou les biens. Salle de contrôle du Groupe Secours et Feu de la Division TIS sur le site de Meyrin (Safety Control Room). Niveau d intégrité de sécurité (Safety Integrity Level). Salle de contrôle technique de la Division ST (Technical Control Room). TIS-GS (Sécurité générale) TSO Ce groupe a notamment pour mission de contrôler l application des procédures prescrites dans cette Instruction de Sécurité. Délégué à la Sécurité territoriale (Territorial Safety Officer). Utilisateur d un système d alarme Assimilé au TSO ou, dans le cas d une expérience, au GLIMOS. Il est désigné dans ce document par l abréviation TSO/GLIMOS. 12

15 7 Références utilisées Les dispositions applicables au CERN étant celles qui sont contenues dans la présente Instruction de sécurité, les références suivantes sont indiquées à titre d information. Norme internationale CEI 839 «Systèmes d alarme». Norme européenne EN «Systèmes et équipement de transmission d alarme». Norme internationale CEI «Sécurité fonctionnelle des systèmes électriques électroniques programmables relatifs à la sécurité». Directive européenne 95/16 CE «Sécurité des ascenseurs». ISO Assemblée plénière des sociétés d assurances dommages Règle R7 : Détection automatique d incendie, Règle d utilisation (APSAD). 13

16 Annexe Demande de mise hors service d un système générant une alarme de niveau 3 () Donneur d'ordre Nom Prénom Division - Groupe Téléphone et Fax Date Signature Période prévue Début Durée Lieu concerné Lieu Détails complémentaires Justification de la mise hors service Date : ff.ff.ffff Mise hors service définitive Mise hors service temporaire, indiquez la fin prévue (périodique) Date : ff.ff.ffff Bâtiment - Étage - Bureau Heure : ff:ff h Heure : ff:ff h et/ou Expérience À remplir par le donneur d'ordre Mesures compensatoires TSO/GLIMOS Nom Prénom Division - Groupe Téléphone et Fax Type d'alarme concerné Type d'alarme Responsable technique du système d'alarme Date détecteur de fumée détecteur de gaz téléphone rouge arrêt d'urgence général détecteur de concentration d'oxygène Nom Division - Groupe Signature détecteur d'inondation déclenchement d'un signal d'évacuation immobilisation d'un ascenseur homme mort autres (spécifier :...) Prénom Téléphone et Fax À remplir par le TSO/GLIMOS Envoyez des copies du formulaire : 1. au TSO/GLIMOS 2. au Donneur d'ordre 3. à la SCR (Tél : 74848, Fax : 78342) 4. au chef du Groupe TIS/GS (Tél : 74860, Fax : 79465) 5. au Responsable technique du système d'alarme Nom et Prénom Division Téléphone Entreprise Date et Heure Remarques Nom de l'opérateur Date et Signature Mise hors service effectuée par: ff.ff.ffff à ff:ff h Remise en service effectuée par: ff.ff.ffff à ff:ff h À remplir par la TCR (Tél : 72201, Fax : 78910) Remise en service/mise hors service définitive vérifiée et archivage fait Date Signature TSO/GLIMOS 14

SAPOCO - TIS - ST : LE TRIANGLE DES RESPONSABILITÉS

SAPOCO - TIS - ST : LE TRIANGLE DES RESPONSABILITÉS SAPOCO - TIS - ST : LE TRIANGLE DES RESPONSABILITÉS L. Henny ST Division - Monitoring and Communication Group (ST/MC) CERN, Geneva, Switzerland Abstract Comme dans les Etats Membres, en matière de sécurité,

Plus en détail

Arrêté royal du 28 mars 2014 relatif à la prévention de l incendie sur les lieux de travail (M.B. 23.4.2014)

Arrêté royal du 28 mars 2014 relatif à la prévention de l incendie sur les lieux de travail (M.B. 23.4.2014) Arrêté royal du 28 mars 2014 relatif à la prévention de l incendie sur les lieux de travail (M.B. 23.4.2014) Section première.- Champ d application et définitions Article 1 er.- Le présent arrêté s applique

Plus en détail

Ken Bell s Sommaire des Abréviations

Ken Bell s Sommaire des Abréviations Ken Bell s Sommaire des Abréviations AUG: CSAM: DSA: PUI: RCP: RIA: SCR: Arrêt Urgence Général CERN Safety Alarm Monitoring Défibrillateur Semi-Automatique Plan Urgence D Intervention Réanimation Cardio-Pulmonaire

Plus en détail

NOTE DE SÉCURITÉ SAFETY NOTE EXPOSITIONS CERN MESURES DE SÉCURITÉ CONTRE L'INCENDIE

NOTE DE SÉCURITÉ SAFETY NOTE EXPOSITIONS CERN MESURES DE SÉCURITÉ CONTRE L'INCENDIE CERN NOTE DE SÉCURITÉ SAFETY NOTE Information conseil rappel des règles en vigueur TIS NS 8 Publié par : TIS/GS Date de publication: janvier 00 Original : Français EXPOSITIONS CERN MESURES DE SÉCURITÉ

Plus en détail

Compagnie minière IOC Santé, sécurité et environnement

Compagnie minière IOC Santé, sécurité et environnement Santé, sécurité et environnement Travail à chaud 1 BUT La pratique sur le travail à chaud a pour but : d établir un système efficace de gestion du travail à chaud pouvant contribuer à prévenir un incendie,

Plus en détail

NPI 8 Installations techniques de protection incendie réceptions et contrôles

NPI 8 Installations techniques de protection incendie réceptions et contrôles NPI 8 Installations techniques de protection incendie réceptions et contrôles Notice explicative de protection incendie de l Assurance immobilière Berne (AIB) Édition 09/2012 1 Champ d application 1 Les

Plus en détail

INSTRUCTION DE SECURITE SAFETY INSTRUCTION. Issued by: TIS/DI Date de publication: 1998 Original: français VISITES DES INSTALLATIONS DU CERN

INSTRUCTION DE SECURITE SAFETY INSTRUCTION. Issued by: TIS/DI Date de publication: 1998 Original: français VISITES DES INSTALLATIONS DU CERN CERN INSTRUCTION DE SECURITE SAFETY INSTRUCTION Edms 335810 TIS IS 44 Issued by: TIS/DI Date de publication: 1998 Original: français VISITES DES INSTALLATIONS DU CERN 1 BASE JURIDIQUE La présente Instruction

Plus en détail

R41 REGLE DE PRESCRIPTION. Télésécurité. Habitations Risques «standard» Edition 12.2000.0 (décembre 2000)

R41 REGLE DE PRESCRIPTION. Télésécurité. Habitations Risques «standard» Edition 12.2000.0 (décembre 2000) R41 REGLE DE PRESCRIPTION Télésécurité Habitations Risques «standard» Edition 12.2000.0 (décembre 2000) Fédération Française des Sociétés d'assurances Cette règle a été élaborée au sein des instances de

Plus en détail

Fiche Hygiène et Sécurité

Fiche Hygiène et Sécurité Fiche Hygiène et Sécurité N 15 01/13 I nterventions d entreprises extérieures Définition - Généralités On appelle entreprise extérieure toute entreprise amenée à faire travailler son personnel pour la

Plus en détail

ASFETM Travail sécuritaire en espace clos

ASFETM Travail sécuritaire en espace clos Colloque, CSST Sherbrooke, 22 mai 2013 ASFETM Travail sécuritaire en espace clos par Charbel Mouawad, M.Sc. Hygiéniste industriel/ergonome, ASFETM 1 Objectifs À la fin de la session, les participants seront

Plus en détail

ASCENSEURS. (régis par la directive 95/16/CE) Prescriptions de sécurité et de santé types. Le présent document comporte 10 pages.

ASCENSEURS. (régis par la directive 95/16/CE) Prescriptions de sécurité et de santé types. Le présent document comporte 10 pages. GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Luxembourg, le 2 août 2000 ITM-CL 230.2 ASCENSEURS (régis par la directive 95/16/CE) Prescriptions de sécurité et de santé types Le présent document comporte 10 pages Sommaire

Plus en détail

Arrêté royal du 3 mai 1999 relatif aux missions et au fonctionnement des comités pour la prévention et la protection au travail (M.B. 10.7.

Arrêté royal du 3 mai 1999 relatif aux missions et au fonctionnement des comités pour la prévention et la protection au travail (M.B. 10.7. Arrêté royal du 3 mai 1999 relatif aux missions et au fonctionnement des comités pour la prévention et la protection au travail (M.B. 10.7.1999) Modifié par: (1) arrêté royal du 10 août 2001 modifiant

Plus en détail

520.12. Ordonnance sur l alerte et l alarme. (Ordonnance sur l alarme, OAL) Dispositions générales. du 18 août 2010 (Etat le 1 er janvier 2014)

520.12. Ordonnance sur l alerte et l alarme. (Ordonnance sur l alarme, OAL) Dispositions générales. du 18 août 2010 (Etat le 1 er janvier 2014) Ordonnance sur l alerte et l alarme (Ordonnance sur l alarme, OAL) 520.12 du 18 août 2010 (Etat le 1 er janvier 2014) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 75, al. 1, de la loi fédérale du 4 octobre 2002

Plus en détail

Modèle de règlement intérieur

Modèle de règlement intérieur Modèle de règlement intérieur Article 1 er : Objet Le présent règlement est destiné à organiser la vie et les conditions d exécution du travail dans la collectivité. Il est complété, le cas échéant, par

Plus en détail

CENTRE de GESTION du HAUT-RHIN

CENTRE de GESTION du HAUT-RHIN Circulaire n 14/2010 Cl. C 44 Colmar, le 24 février 2010 Màj MAI 2012 CENTRE de GESTION du HAUT-RHIN FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE 22, rue Wilson - 68027 COLMAR CEDEX 03 89 20 36 00-03 89 20 36 29 - CDG68@CALIXO.NET

Plus en détail

pao - web - design graphique - photographie

pao - web - design graphique - photographie RÈGLEMENT INTERIEUR APPLICABLE AUX STAGIAIRES I / Dispositions Générales Article 1.1. Objet du règlement : En application des dispositions de l article L.6352-3 du Code du travailet en vertu de son pouvoir

Plus en détail

Le défi énergétique du site

Le défi énergétique du site Plus de 14.000 paramètres et 1.000 informations techniques quotidiennes surveillées par le système ALERT au sein de Solvay Research & Technology (R&T), site particulièrement sensible (Bruxelles) Solvay

Plus en détail

Outils et moyens pour implanter la continuité des opérations dans votre organisation

Outils et moyens pour implanter la continuité des opérations dans votre organisation Outils et moyens pour implanter la continuité des opérations dans votre organisation Colloque sur la sécurité civile, 15 février 2012 Mariette Trottier Ministère du Développement économique, de l Innovation

Plus en détail

E/ECE/324/Rev.1/Add.96/Rev.1/Amend.2 E/ECE/TRANS/505/Rev.1/Add.96/Rev.1/Amend.2

E/ECE/324/Rev.1/Add.96/Rev.1/Amend.2 E/ECE/TRANS/505/Rev.1/Add.96/Rev.1/Amend.2 7 juillet 2011 Accord Concernant l'adoption de prescriptions techniques uniformes applicables aux véhicules à roues, aux équipements et aux pièces susceptibles d'être montés ou utilisés sur un véhicule

Plus en détail

SERIE OCDE LES PRINCIPES DE BONNES PRATIQUES DE LABORATOIRE ET LA VERIFICATION DU RESPECT DE CES PRINCIPES NUMERO 10

SERIE OCDE LES PRINCIPES DE BONNES PRATIQUES DE LABORATOIRE ET LA VERIFICATION DU RESPECT DE CES PRINCIPES NUMERO 10 DIFFUSION GÉNÉRALE OCDE/GD(95)115 SERIE OCDE LES PRINCIPES DE BONNES PRATIQUES DE LABORATOIRE ET LA VERIFICATION DU RESPECT DE CES PRINCIPES NUMERO 10 DOCUMENT CONSENSUS SUR LES BPL APPLICATION DES PRINCIPES

Plus en détail

Art. 1er. - Objectif et champ d'application. 1.1. Généralités

Art. 1er. - Objectif et champ d'application. 1.1. Généralités GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Strassen, février 2009 Le présent texte a été établi par l Inspection du Travail et des Mines et le Service Incendie et Ambulance de la Ville de Luxembourg. Prescriptions de sécurité

Plus en détail

LES IMMEUBLES DE GRANDE HAUTEUR (IGH)

LES IMMEUBLES DE GRANDE HAUTEUR (IGH) Roger Cadiergues MémoCad nr11.a LES IMMEUBLES DE GRANDE HAUTEUR (IGH) SOMMAIRE nr11.1. Les définitions nr11.2. Les obligations nr11.3. Extraits de textes officiels La loi du 11 mars 1957 n autorisant,

Plus en détail

Exploitation technique des aéronefs

Exploitation technique des aéronefs Normes et pratiques recommandées internationales Annexe 6 à la Convention relative à l aviation civile internationale Exploitation technique des aéronefs Partie 1 Aviation de transport commercial international

Plus en détail

INSTRUCTION SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION A L UNIVERSITE DU LITTORAL CÔTE D OPALE

INSTRUCTION SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION A L UNIVERSITE DU LITTORAL CÔTE D OPALE INSTRUCTION SUR L HYGIENE, LA SECURITE ET LA MEDECINE DE PREVENTION A L UNIVERSITE DU LITTORAL CÔTE D OPALE Ces consignes sont adaptées de l instruction générale type du 21 mai 1999. Elles seront annexées

Plus en détail

La sécurité physique et environnementale

La sécurité physique et environnementale I. Qu est ce que la sécurité physique? "Il ne sert à rien de dresser une ligne Maginot logique si n'importe qui peut entrer dans la salle serveurs par la fenêtre " (Christian Pollefoort, consultant en

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Administrateur (trice) / Gestionnaire de systèmes et réseaux informatiques

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Administrateur (trice) / Gestionnaire de systèmes et réseaux informatiques COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : Catégorie : C Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Administrateur (trice) / Gestionnaire de

Plus en détail

CONTRAT D ENTRETIEN N MAINTENANCE TOTALE

CONTRAT D ENTRETIEN N MAINTENANCE TOTALE CONTRAT D ENTRETIEN N MAINTENANCE TOTALE Entre les soussignés : Sise : Représentée par Qualité : Ci avant dénommée la cliente d une part. Et la société : Sise : Représentée par : Qualité : P.R.I.M.M.A.

Plus en détail

DIVISION 332 DISPOSITIFS D'ALARME D'HOMME A LA MER ET D'ACTIONS DE SAUVETAGE (DAHMAS)

DIVISION 332 DISPOSITIFS D'ALARME D'HOMME A LA MER ET D'ACTIONS DE SAUVETAGE (DAHMAS) Affaires Maritimes DIVISION 332 DISPOSITIFS D'ALARME D'HOMME A LA MER ET D'ACTIONS DE SAUVETAGE (DAHMAS) Edition du 27 JUIN 2005, parue au J.O. le 21 AOÛT 2005 A jour des arrêtés suivants : Date de signature

Plus en détail

Stratégies d observation et d application du Code

Stratégies d observation et d application du Code Stratégies d observation et d application du Code L éducation est un élément crucial de tout programme relatif aux avertisseurs de fumée. Les propriétaires doivent être informés non seulement sur les types,

Plus en détail

Analyse de sûreté des systèmes informatisés : l approche de l IRSN

Analyse de sûreté des systèmes informatisés : l approche de l IRSN 02 Novembre 2009 Analyse de sûreté des systèmes informatisés : l approche de l IRSN 1 ROLE DES SYSTEMES INFORMATISES DANS LES CENTRALES NUCLEAIRES Les centrales nucléaires sont de plus en plus pilotées

Plus en détail

Détecteurs de. qui fonctionnent

Détecteurs de. qui fonctionnent Détecteurs de qui fonctionnent Les détecteurs de fumée permettent de sauver des vies La majorité des incendies résidentiels mortels se déclarent la nuit, lorsque les gens dorment. Contrairement à la croyance

Plus en détail

4.6 MAINTENANCE ET INSPECTION D AÉRONEF

4.6 MAINTENANCE ET INSPECTION D AÉRONEF Page : 4.6 1 de 3 4.6 MAINTENANCE ET INSPECTION D AÉRONEF 4.6.1.1 APPLICABILITÉ Le présent chapitre prescrit les règlements régissant la maintenance et l inspection de tout aéronef possédant un certificat

Plus en détail

Entretien électrique, Installations de TPSGC à Iqaluit Travaux publics et Services gouvernementaux Canada

Entretien électrique, Installations de TPSGC à Iqaluit Travaux publics et Services gouvernementaux Canada PARTIE I PORTÉE DES TRAVAUX 1.1 Responsable sur place 1. Gestionnaire des immeubles et des installations Bureau de TPSGC à Iqaluit Les coordonnées seront fournies au moment de l émission de l offre à commandes.

Plus en détail

FICHE N 10 SÉCURITÉ DES DONNÉES

FICHE N 10 SÉCURITÉ DES DONNÉES L article 34 de la loi «Informatique et Libertés» impose à un responsable de traitement de prendre toutes les précautions utiles pour préserver la sécurité des données dont il est responsable, en fonction

Plus en détail

La Réglementation : Code du travail - Livre 2 - Section 4. La Réglementation :

La Réglementation : Code du travail - Livre 2 - Section 4. La Réglementation : La Réglementation : Code du travail - Livre 2 - Section 4. I - Prévention des Incendies. La Réglementation : Sous - Section 1 : Dispositions générales. Article R 232-12 : Les dispositions de la présente

Plus en détail

LA MAINTENANCE CORRECTIVE

LA MAINTENANCE CORRECTIVE I GENERALITES : 11 Définition : Norme NF EN 13306 : Maintenance exécutée après détection d'une panne et destinée à remettre un bien dans un état dans lequel il peut accomplir une fonction requise. Synonymes

Plus en détail

Sécurité des bâtiments : Protection contre l incendie. Liste de contrôle

Sécurité des bâtiments : Protection contre l incendie. Liste de contrôle 1 Conformément à l article 3a en association avec l article 6 de la loi sur le travail et à l ordonnance 3 relative à la loi sur le travail, l employeur (canton) est tenu d adopter des mesures appropriées

Plus en détail

N/Réf. : CODEP-CAE-2010-049092 Monsieur le Directeur du GIE du GANIL BP 5027 14076 CAEN CEDEX 5

N/Réf. : CODEP-CAE-2010-049092 Monsieur le Directeur du GIE du GANIL BP 5027 14076 CAEN CEDEX 5 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Hérouville-Saint-Clair, le 08 septembre 2010 N/Réf. : CODEP-CAE-2010-049092 Monsieur le Directeur du GIE du GANIL BP 5027 14076 CAEN CEDEX 5 Objet Contrôle des installations nucléaires

Plus en détail

Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3.

Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3. Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3.1998) Modifié par: (1) arrêté royal du 3 mai 1999 relatif aux missions et

Plus en détail

SLA (Service Level Agrement) Conditions générales

SLA (Service Level Agrement) Conditions générales Route du Grand-Lancy 87 bis 1212 Grand-Lancy / Genève / Suisse Tél. +41 22 596 44 80 Fax +41 22 596 44 89 www.sdpsys.ch SLA (Service Level Agrement) Conditions générales ORGANISATION 1 INTRODUCTION....2

Plus en détail

CONTRAT D ENTRETIEN N MAINTENANCE SIMPLE

CONTRAT D ENTRETIEN N MAINTENANCE SIMPLE CONTRAT D ENTRETIEN N MAINTENANCE SIMPLE Entre les soussignés : Sise : Représentée par : Qualité : Ci avant dénommé le client d une part. Et la société : Sise Représentée par : Qualité : P.R.I.M.M.A. France

Plus en détail

Rapport de certification

Rapport de certification Rapport de certification Évaluation EAL 2 + du produit Data Loss Prevention Version 11.1.1 Préparé par : Le Centre de la sécurité des télécommunications Canada à titre d organisme de certification dans

Plus en détail

Plan de mesures d urgence (PMU) : une obligation?

Plan de mesures d urgence (PMU) : une obligation? Plan de mesures d urgence (PMU) : une obligation? Plan de la présentation Qu est-ce qu un PMU? Est-ce obligatoire d avoir un PMU? Étapes de réalisation d un PMU? Organisation et détermination des dangers

Plus en détail

DEFINITIONS NORMES. BFN Conseils. EN 13306

DEFINITIONS NORMES. BFN Conseils. EN 13306 BFN Conseils. (Total Production Management) DEFINITIONS NORMES EN 13306 Management de la maintenance (2.2) Toutes les activités des instances de direction qui déterminent les objectifs, la stratégie et

Plus en détail

-INSPECTEUR HSE 1- OBJECTIFS 2- PERSONNES CONCERNEES-NIVEAUX REQUIS

-INSPECTEUR HSE 1- OBJECTIFS 2- PERSONNES CONCERNEES-NIVEAUX REQUIS FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 2 1- OBJECTIFS -INSPECTEUR HSE L inspecteur HSE est avant tout un technicien HSE mais il est formé aux multiples tâches d inspections : Vérifier la conformité dans l exécution

Plus en détail

Arrêté royal du 31 août 2005 relatif à l utilisation des équipements de travail. pour des travaux temporaires en hauteur.

Arrêté royal du 31 août 2005 relatif à l utilisation des équipements de travail. pour des travaux temporaires en hauteur. Arrêté royal du 31 août 2005 relatif à l utilisation des équipements de travail pour des travaux temporaires en hauteur (M.B. 15.9.2005; errata: M.B. 22.8.2006) Sous-section I.- Champ d application et

Plus en détail

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg

Arrangement administratif. relatif aux modalités d application de la convention. entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg Arrangement administratif relatif aux modalités d application de la convention entre la République Tchèque et le Grand-Duché de Luxembourg sur la sécurité sociale En application du paragraphe (2), a) de

Plus en détail

CQP Technicien(ne) de maintenance industrielle des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

CQP Technicien(ne) de maintenance industrielle des industries chimiques. Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Technicien(ne) de maintenance industrielle des industries chimiques Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des composantes du métier en lien

Plus en détail

GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ

GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ 16 A GESTION DE LA CO- ACTIVITÉ Plan de prévention - Protocole de sécurité pour le chargement ou le déchargement de véhicule Permis de feu - Dossier des plans de prévention, protocoles de sécurité pour

Plus en détail

B.T.S. MAINTENANCE DES SYSTЀMES Systèmes éoliens

B.T.S. MAINTENANCE DES SYSTЀMES Systèmes éoliens Systèmes éoliens du candidat Établissement de formation / Ville Académie Épreuve E5 : Activités de maintenance Sous-épreuve E51 : Maintenance corrective d un bien Durée : 6 heures Coefficient 2 E51c Support

Plus en détail

Guide de procédures. Situations d urgence au Nunavik

Guide de procédures. Situations d urgence au Nunavik Guide de procédures Situations d urgence au Nunavik 3 septembre 2014 0 TABLE DES MATIÈRES INTRODUCTION... 2 1. RÔLES ET RESPONSABILITÉS DES INTERVENANTS... 3 1.1 Le Directeur général ou son représentant,

Plus en détail

ÉNONCÉ DE POLITIQUE MESURES DE SÉCURITÉ POUR LES RÉPARATIONS OU RÉNOVATIONS MAJEURES EXCÉDANT 25 000 $ CODE : BG-6. Origine :

ÉNONCÉ DE POLITIQUE MESURES DE SÉCURITÉ POUR LES RÉPARATIONS OU RÉNOVATIONS MAJEURES EXCÉDANT 25 000 $ CODE : BG-6. Origine : POLITIQUE : MESURES DE SÉCURITÉ POUR LES RÉPARATIONS OU RÉNOVATIONS MAJEURES EXCÉDANT 25 000 $ CODE : BG-6 Origine : Services de l équipement Autorité : Résolution 92-04-22-7.2 Référence(s) : ÉNONCÉ DE

Plus en détail

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée.

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée. 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 Annexe 11: Systèmes informatisés

Plus en détail

A R R E T O N S = = = = = = = = = = = = =

A R R E T O N S = = = = = = = = = = = = = VILLE DE VALENCIENNES PARC DE STATIONNEMENT DES TERTIALES (Théâtre/Université) Nous, Maire de la Ville de Valenciennes, = = = = = Vu le Code Général des Collectivités Territoriales notamment ses articles

Plus en détail

Dossier maintenance. Équipement d'alarme incendie SOMMAIRE. Contrat d'abonnement maintenance Fiche d'intervention maintenance NT 65 146/01

Dossier maintenance. Équipement d'alarme incendie SOMMAIRE. Contrat d'abonnement maintenance Fiche d'intervention maintenance NT 65 146/01 Dossier maintenance Équipement d'alarme incendie SOMMAIRE Contrat d'abonnement maintenance Fiche d'intervention maintenance NT 65 146/01 CONTRAT D'ABONNEMENT MAINTENANCE Contrat n : Du : Société prestataire

Plus en détail

Livre blanc. Meilleures pratiques en matière de surveillance des gaz dans des cuisines professionnelles

Livre blanc. Meilleures pratiques en matière de surveillance des gaz dans des cuisines professionnelles Livre blanc Meilleures pratiques en matière de surveillance des gaz dans des cuisines professionnelles Renforcement de la sécurité des cuisines par le biais de la surveillance stratégique des gaz Les cuisines

Plus en détail

Basé sur les codes et les normes!

Basé sur les codes et les normes! Questions Sondage / Quiz METTEZ au DÉFI vos CONNAISSANCES Basé sur les codes et les normes! Question Sondage basé sur le CNB 2005 Des appareils de détection d incendie comme pour les systèmes de gicleurs

Plus en détail

Institut de sécurité

Institut de sécurité Institut de sécurité Thèmes Situation, problèmes Bases légales Groupe de travail Solution du problème pour les nouvelles constructions et celles existantes Note explicative Exemple pratique Déroulement

Plus en détail

GUIDE POUR L'ÉLABORATION D'UN PLAN D'ÉVACUATION DANS UNE INDUSTRIE

GUIDE POUR L'ÉLABORATION D'UN PLAN D'ÉVACUATION DANS UNE INDUSTRIE Service de protection contre les incendies de Sherbrooke GUIDE POUR L'ÉLABORATION D'UN PLAN D'ÉVACUATION DANS UNE INDUSTRIE Réseau avertisseur incendie à 1 étape (ou bâtiment sans réseau avertisseur incendie)

Plus en détail

Réglementation selon les arrêtés du 26/02/2003, du 07/03/2008 et du 14/12/2011 et le Code du travail. Effectif des locaux Évacuation Ambiance

Réglementation selon les arrêtés du 26/02/2003, du 07/03/2008 et du 14/12/2011 et le Code du travail. Effectif des locaux Évacuation Ambiance RÉGLEMENTATION L éclairage de sécurité et l alarme incendie (suite) 2. Les établissements recevant des travailleurs (ERT) Pour les Établissements Recevant des Travailleurs (ERT), l effectif théorique des

Plus en détail

Projet de loi n o 72 (2002, chapitre 11)

Projet de loi n o 72 (2002, chapitre 11) DEUXIÈME SESSION TRENTE-SIXIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 72 (2002, chapitre 11) Loi modifiant la Loi sur la qualité de l environnement et d autres dispositions législatives relativement à la protection

Plus en détail

10 Nombre de chambres au total. 1 Nom de l établissement. Société d exploitation. sans bain/douche/wc. Chambres à deux lits sans bain/douche/wc

10 Nombre de chambres au total. 1 Nom de l établissement. Société d exploitation. sans bain/douche/wc. Chambres à deux lits sans bain/douche/wc Catalogue des critères 2011 2015 Statistique/Sécurité Catalogue des critères 2011 2015 Page 02 Partie statistique Déclaration par l hôtelier Constatations PNA Constatations CRI 1 Nom de l établissement

Plus en détail

Codes normalisés de l OCDE pour les essais officiels de tracteurs agricoles et forestiers MANUEL QUALITÉ

Codes normalisés de l OCDE pour les essais officiels de tracteurs agricoles et forestiers MANUEL QUALITÉ Codes normalisés de l OCDE pour les essais officiels de tracteurs agricoles et forestiers MANUEL QUALITÉ AVERTISSEMENT Le présent document est une version à jour de AGR/CA/T(99)21 préparée par le Secrétariat

Plus en détail

Exploitation à agent seul, EAS

Exploitation à agent seul, EAS Document technique Matériel Moyen Moyen acceptable acceptable de de conformité conformité Exploitation à agent seul, EAS SAM S 010 Applicable sur : RFN Edition du 04/07/2012 Version n 1 du 04/07/2012 Applicable

Plus en détail

(Actes non législatifs) DÉCISIONS

(Actes non législatifs) DÉCISIONS 15.12.2012 Journal officiel de l Union européenne L 345/1 II (Actes non législatifs) DÉCISIONS DÉCISION DE LA COMMISSION du 14 novembre 2012 concernant la spécification technique d interopérabilité relative

Plus en détail

SYNTHESE REGLEMENTATION

SYNTHESE REGLEMENTATION 2012 SYNTHESE REGLEMENTATION CODE DU TRAVAIL Le saviez-vous? L obligation générale de formation à la sécurité a été introduite par la loi n 76-1106 du 6 décembre 1976 relative à la prévention des accidents

Plus en détail

Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3.

Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3. Arrêté royal du 27 mars 1998 relatif à la politique du bien-être des travailleurs lors de l exécution de leur travail (M.B. 31.3.1998) Modifié par: (1) arrêté royal du 3 mai 1999 relatif aux missions et

Plus en détail

Entente administrative sur la certification de produits conclue entre. la Direction générale de Transports Canada, Aviation civile (TCAC)

Entente administrative sur la certification de produits conclue entre. la Direction générale de Transports Canada, Aviation civile (TCAC) Entente administrative sur la certification de produits conclue entre la Direction générale de Transports Canada, Aviation civile (TCAC) et l Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) (ci-après

Plus en détail

D 1 SAFETY CODE CODE DE SECURITE. Rev. Publication date: January 1997 EQUIPEMENTS DE LEVAGE LIFTING EQUIPMENT --- CERN

D 1 SAFETY CODE CODE DE SECURITE. Rev. Publication date: January 1997 EQUIPEMENTS DE LEVAGE LIFTING EQUIPMENT --- CERN CERN SAFETY CODE CODE DE SECURITE Edms 335726 D 1 Rev. Publication date: January 1997 EQUIPEMENTS DE LEVAGE --- LIFTING EQUIPMENT Ce code annule et remplace le Code D1 publié en 1988 This code annuls and

Plus en détail

MANUEL DE MANAGEMENT DE Edition 6 LA QUALITE ET DE LA SECURITE Ind B Février 2014

MANUEL DE MANAGEMENT DE Edition 6 LA QUALITE ET DE LA SECURITE Ind B Février 2014 MANUEL DE MANAGEMENT DE Edition 6 LA Février 2014 DIFFUSION INTERNE CONTROLEE Rédaction Valérie MINSENTI Responsable Management de la Qualité et de la Sécurité Date : 18/02/14 Visa : Approbation M. Vincent

Plus en détail

DIVISION DE MARSEILLE- Zone non imprimée - Place pour l'en-tête Marseille, le 22 octobre 2015

DIVISION DE MARSEILLE- Zone non imprimée - Place pour l'en-tête Marseille, le 22 octobre 2015 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE DIVISION DE MARSEILLE- Zone non imprimée - Place pour l'en-tête Marseille, le 22 octobre 2015 N/Réf. : CODEP-MRS-2015-042873 Monsieur le directeur du CEA CADARACHE 13108 SAINT PAUL

Plus en détail

Préambule. Claude Sicard Vice-président au partenariat et à l expertise-conseil 2 LE CADRE D INTERVENTION EN PRÉVENTION-INSPECTION

Préambule. Claude Sicard Vice-président au partenariat et à l expertise-conseil 2 LE CADRE D INTERVENTION EN PRÉVENTION-INSPECTION Préambule Le présent guide d application du cadre d intervention s adresse aux inspecteurs, aux chefs d équipe et aux directeurs en santé et sécurité en prévention-inspection de la CSST de même qu aux

Plus en détail

Norme ISA 402, Facteurs à considérer pour l audit d entités faisant appel à une société de services

Norme ISA 402, Facteurs à considérer pour l audit d entités faisant appel à une société de services IFAC Board Prise de position définitive 2009 Norme internationale d audit (ISA) Norme ISA 402, Facteurs à considérer pour l audit d entités faisant appel à une société de services Le présent document a

Plus en détail

Un poste central de sécurité, pour quoi faire? XVII e rencontres nationales du GP Sup Clermont-Ferrand - 24 et 25 juin 2004

Un poste central de sécurité, pour quoi faire? XVII e rencontres nationales du GP Sup Clermont-Ferrand - 24 et 25 juin 2004 Un poste central de sécurité, pour quoi faire? XVII e rencontres nationales du GP Sup Clermont-Ferrand - 24 et 25 juin 2004 Présentation du site Rénovation d un site industriel de la Manufacture des Tabacs

Plus en détail

IHS-nf 9663 Ordonnance sur la protection en cas d'urgence au des installations nucléaires

IHS-nf 9663 Ordonnance sur la protection en cas d'urgence au des installations nucléaires IHS-nf 9663 Ordonnance sur la protection en cas d'urgence au des installations nucléaires du 28 novembre 1983 Le Conseil fédéral suisse, vu les articles 11 et 37 de la loi du 23 décembre 1959" sur l'énergie

Plus en détail

Rapport de certification

Rapport de certification Rapport de certification Symantec Security Information Manager 4.8.1 Préparé par : Le Centre de la sécurité des télécommunications à titre d organisme de certification dans le cadre du Schéma canadien

Plus en détail

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE I - CODE DU TRAVAIL A - LES PRINCIPES GENERAUX DE PREVENTION L obligation générale de sécurité incombe

Plus en détail

NOTES DE DOCTRINE. Manuel* réf. : PAGE PI CERTIF* réf. : 1 PE CERTIF* réf. : 02

NOTES DE DOCTRINE. Manuel* réf. : PAGE PI CERTIF* réf. : 1 PE CERTIF* réf. : 02 Manuel* réf. : PI CERTIF* réf. : 1 PE CERTIF* réf. : 02 RDT-ISC-0002-2014-Rév 0 3 NOTES DE DOCTRINE *Manuel = Manuel Qualité - PI = Procédure Interne - PE = Procédure Externe RÉDACTION VÉRIFICATION APPROBATION

Plus en détail

RÈGLEMENT 209 RÈGLEMENT CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARME. les pouvoirs conférés par la Loi sur les compétences municipales (L.R.Q., c. C-47.

RÈGLEMENT 209 RÈGLEMENT CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARME. les pouvoirs conférés par la Loi sur les compétences municipales (L.R.Q., c. C-47. PROVINCE DE QUÉBEC MUNICIPALITÉ DE SAINT-CHARLES-GARNIER RÈGLEMENT 209 RÈGLEMENT CONCERNANT LES SYSTÈMES D ALARME ATTENDU ATTENDU QUE ATTENDU QU ATTENDU QU les pouvoirs conférés par la Loi sur les compétences

Plus en détail

CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle

CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle Livret de suivi du parcours de développement des compétences Ce livret est obligatoire pour les contrats de professionnalisation conclus dans une

Plus en détail

Rapport de certification

Rapport de certification Rapport de certification Évaluation EAL 2 + du produit EMC Symmetrix VMAX Series with Enginuity Operating Environment 5875, Solutions Enabler 7.2.0 and Symmetrix Management Console 7.2.0 Préparé par :

Plus en détail

Recours aux entreprises extérieures

Recours aux entreprises extérieures RECOMMANDATION R429 Recommandations adoptées par le Comité technique national de la chimie, du caoutchouc et de la plasturgie le 21 novembre 2006. Cette recommandation annule et remplace la recommandation

Plus en détail

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT)

ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT) OMPI PCT/CAL/VI/2 ORIGINAL : anglais DATE : 29 mars 1996 ORGANISATION MONDIALE DE LA PROPRIÉTÉ INTELLECTUELLE GENÈVE UNION INTERNATIONALE DE COOPERATION EN MATIÈRE DE BREVETS (UNION DU PCT) COMITÉ DES

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ Décret n o 2008-1325 du 15 décembre 2008 relatif à la sécurité des ascenseurs,

Plus en détail

Conditions générales d utilisation d Herbert Woods

Conditions générales d utilisation d Herbert Woods Conditions générales d utilisation d Herbert Woods 1. Votre contrat Votre contrat est conclu avec la société Herbert Woods LLP (désignée dans les présentes conditions générales par l abréviation «HW»).

Plus en détail

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHAPITRE 1: CONDITIONS DANS LESQUELLES LE BUREAU LUXEMBOURGEOIS ACCORDE, REFUSE OU RETIRE SON AGREMENT A UN CORRESPONDANT 1.1 Comment remplir la fonction de correspondant

Plus en détail

Conseil d administration Genève, mars 2001 PFA

Conseil d administration Genève, mars 2001 PFA BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.280/PFA/2 280 e session Conseil d administration Genève, mars 2001 Commission du programme, du budget et de l'administration PFA DEUXIÈME QUESTION À L ORDRE DU JOUR Suite

Plus en détail

Il est nécessaire de mettre en place un système de sécurité incendie (SSI) permettant de détecter le plus rapidement possible un début de sinistre.

Il est nécessaire de mettre en place un système de sécurité incendie (SSI) permettant de détecter le plus rapidement possible un début de sinistre. PAGE : 1 Situation : Les établissements doivent être protégés contre les incendies. Suivant leur catégorie, les systèmes de sécurité incendie (SSI) à mettre en place sont plus ou moins complexes. A l issue

Plus en détail

FORMULAIRE DE DEMANDE D INDEMNISATION GAZ

FORMULAIRE DE DEMANDE D INDEMNISATION GAZ FORMULAIRE DE DEMANDE D INDEMNISATION GAZ Décret du 19 décembre 2002 relatif à l organisation du marché régional du gaz Identification du point d accès concerné par la plainte Coordonnées de la personnede

Plus en détail

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification

Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification CQP Technicien d intervention ouvrages gaz Référentiels d activités et de compétences Référentiel de certification Désignation du métier ou des fonctions en lien avec la qualification Le CQP est en lien

Plus en détail

CONDITIONS PARTICULIERES D - MAINTENANCE ET REPARATION

CONDITIONS PARTICULIERES D - MAINTENANCE ET REPARATION CONDITIONS PARTICULIERES D - MAINTENANCE ET REPARATION CONDITIONS PARTICULIÈRES D MAINTENANCE ET RÉPARATION Art. 1 Applicabilité 1.1 Sauf mention contraire expresse ci-dessous, les présentes Conditions

Plus en détail

du personnel ayant reçu une formation sanitaire. Les locaux destinés à l infirmerie doivent être facilement accessibles avec des brancards.

du personnel ayant reçu une formation sanitaire. Les locaux destinés à l infirmerie doivent être facilement accessibles avec des brancards. Article 36 Premiers secours 1 Les moyens nécessaires pour les premiers secours doivent être disponibles en permanence, compte tenu des dangers résultant de l exploitation, de l importance et de l emplacement

Plus en détail

La simplification du dossier de candidature

La simplification du dossier de candidature FICHE 20 La simplification du dossier de candidature Pour de nombreux opérateurs économiques, la constitution des dossiers de candidature est trop complexe et coûteuse du fait du nombre des documents à

Plus en détail

POLITIQUE POLITIQUE DE DÉCLARATION D UN INCIDENT OU D UN ACCIDENT CONCERNANT LES USAGERS, LES VISITEURS ET LES BÉNÉVOLES. 1.

POLITIQUE POLITIQUE DE DÉCLARATION D UN INCIDENT OU D UN ACCIDENT CONCERNANT LES USAGERS, LES VISITEURS ET LES BÉNÉVOLES. 1. TITRE : POLITIQUE DE DÉCLARATION D UN INCIDENT OU D UN ACCIDENT CONCERNANT LES USAGERS, LES VISITEURS ET LES BÉNÉVOLES 1. Préambule La politique et procédure de déclaration d un incident ou d un accident

Plus en détail

POLITIQUE DE FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE REPRÉSENTATION

POLITIQUE DE FRAIS DE DÉPLACEMENT ET DE REPRÉSENTATION Adoptée au Comité exécutif du 26 mai 2015 Résolution n o 61-CE-2014-2015 Service des ressources financières Entrera en vigueur à la signature des prochaines conventions collectives POLITIQUE DE FRAIS DE

Plus en détail

Supervision des organisations de déminage/dépollution

Supervision des organisations de déminage/dépollution NMAM 03.10 Normes Mauritaniennes de l Action contre les Mines Inclus les amendements Supervision des organisations de déminage/dépollution Coordinateur Programme National de Déminage Humanitaire pour le

Plus en détail

Qu est-ce qu un système d Information? 1

Qu est-ce qu un système d Information? 1 Qu est-ce qu un système d Information? 1 Une définition du système d information «Tout moyen dont le fonctionnement fait appel à l électricité et qui est destiné à élaborer, traiter, stocker, acheminer,

Plus en détail

Formation: Emergency guide Bâtiment 513

Formation: Emergency guide Bâtiment 513 + Formation: Emergency guide Bâtiment 513 January 2013 + 1- Objectif de la formation Al issue de ce cours vous serez capable de Durée Enoncer les règles pour mettre en sécurité des personnes lors d une

Plus en détail

Art. 2 La police doit satisfaire aux conditions minimales suivantes:

Art. 2 La police doit satisfaire aux conditions minimales suivantes: AVERTISSEMENT Les textes légaux et réglementaires figurant dans ce site ne constituent pas une publication officielle (voir www.moniteur.be) de sorte que l IPI n est pas responsable de leur contenu ni

Plus en détail