INSTRUCTION DE SÉCURITÉ

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "INSTRUCTION DE SÉCURITÉ"

Transcription

1 INSTRUCTION DE SÉCURITÉ ayant force d obligation selon SAPOCO/42 TIS Rév. 3 Publié par : TIS-GS Date de révision : septembre 2003 Original : français Alarmes et systèmes d alarme de sécurité dite de «niveau 3» Table des matières 1 Objet 1 2 Règles pour l installation d un système d alarme Généralités Alarmes de niveau Classification des alarmes et actions Prescriptions techniques pour la conception de systèmes d alarme de niveau Essai d un système d alarme de niveau Sécurité fonctionnelle des systèmes d alarme de niveau Traçabilité et traitement des anomalies 5 3 Procédure de mise hors service et de remise en service des alarmes Généralités Mesures compensatoires Mise hors service planifiée Mise hors service non planifiée (procédure d urgence) Remise en service 8 4 Base légale 9 5 Définitions 9 6 Glossaire 12 7 Références utilisées 13 Annexe 14 Demande de mise hors service d un système générant une alarme de niveau 3 ()

2

3 1 Objet La présente Instruction de Sécurité a pour objet : de définir l alarme dite «de niveau 3» ; d établir des règles pour l installation, la mise en service, la mise hors service, l entretien et les inspections périodiques des systèmes d alarme de niveau 3 ainsi que d évaluer la disponibilité des systèmes jusqu à la SCR ; d établir des règles pour assurer la traçabilité des interventions effectuées sur ces systèmes. 2 Règles pour l installation d un système d alarme 2.1 Généralités Préalablement, à l installation, toutes les mesures possibles doivent être prévues pour réduire le risque à un niveau tolérable. Néanmoins, pour le personnel, pour l environnement, ou s il s avère nécessaire de protéger les installations ainsi que les équipements, et chaque fois que les risques excéderont les risques tolérables, les locaux concernés devront être équipés d un système d alarme de niveau 3. Le groupe techniquement responsable informe la Division TIS et la SCR de l installation de nouveaux systèmes d alarme de niveau 3, ainsi que de toute modification significative des systèmes existants et de leurs asservissements. La Division TIS a toute autorité pour demander l installation d un nouveau système d alarme de niveau 3. Avant la mise en service d un système d alarme de niveau 3, le Groupe Secours et Feu de la Division TIS prépare, en collaboration avec les personnes responsables de la sécurité dans les divisions (TSO, DSO) ou les expériences concernées (GLIMOS), les instructions et les procédures à suivre par les équipes d intervention en cas de déclenchement d une alarme de niveau 3. Les systèmes d alarme de niveau 3 sont conçus afin de faciliter l accès du personnel d entretien et d intervention autorisé. Cependant, leur accès doit être interdit au personnel non habilité. Les signaux d alarme de niveau 3 peuvent aussi être utilisés pour agir sur d autres équipements techniques ou de sécurité (asservissements). 1

4 2.2 Alarmes de niveau 3 Sont de niveau 3 les alarmes provenant : d un arrêt d urgence général (risque : présence d énergie, principalement électrique, susceptible de présenter un danger) ; d une détection de feu et/ou de fumée (risque d incendie) ; d un système d appel d urgence (information sur des risques divers en utilisant par exemple un téléphone rouge) ; d un appel depuis certaines cabines d ascenseur (risque d occupant bloqué), voir alinéa «Spécificités» ; du déclenchement des signaux d évacuation (risque pour les personnes) ; de la détection de gaz inflammable ou toxique (risque d explosion ou d intoxication) ; de la détection de manque d oxygène (risque d asphyxie) ; d un détecteur de niveau d eau (risque d inondation) ; d un dispositif d homme-mort (risque de malaise). D autres alarmes peuvent être définies par la Division TIS comme alarmes de niveau 3. Dans des circonstances particulières, la conjonction de plusieurs alarmes de niveau 2 peut être assimilée par la Division TIS à une alarme de niveau 3 qui sera transmise en tant que telle à la SCR. Le déclassement d un détecteur d alarme de niveau 3 pour transmettre une alarme d un niveau inférieur doit être autorisé par la Division TIS. Sauf dans les cas prévus de la présente instruction, il est interdit de rendre inopérant un système ou partie de système d alarme de niveau 3. Spécificités Ascenseurs Conformément à une Directive Européenne 1, toutes les cabines d ascenseur doivent être équipées d un moyen de communication bidirectionnel et autocontrôlé permettant d obtenir une liaison permanente avec la SCR, cependant cet équipement n est pas considéré comme un système d alarme de niveau 3. Toutefois, les cabines de certains ascenseurs situés dans des zones à risque élevé, comme les zones souterraines, doivent posséder un système d alarme de niveau 3 au sens de la présente Instruction de Sécurité. L appréciation du risque incombe à la Division TIS. 1 95/16/CE 2

5 Téléphones rouges Les téléphones rouges utilisés dans les zones à risque élevé constituent un système d alarme de niveau 3 propre au CERN. Ils permettent de communiquer avec la SCR en décrochant simplement le combiné. 2.3 Classification des alarmes et actions Le tableau suivant définit les niveaux d alarme, leur signification, les actions qui s imposent, et les couleurs d affichage correspondantes sur les écrans d alarme SCR et TCR. Niveau d alarme Signification Action Couleur d affichage Niveau 3 Présence d un danger pour la vie des personnes, la préservation des biens ou l environnement Intervention immédiate du Groupe Secours et Feu (SCR) 1) Rouge Niveau 2 Mauvais fonctionnement d un équipement ou situation anormale qui peut dégénérer en une alarme de niveau 3 Intervention immédiate du service technique compétent (TCR ou groupe techniquement responsable) Jaune Niveau 1 Défectuosité d un équipement ou d une installation qui ne peut pas dégénérer immédiatement en une alarme de niveau 3 Intervention du service technique compétent (TCR ou groupe techniquement responsable) Bleu Niveau 0 Information Pas d action Blanc 1) Lorsque le Groupe Secours et Feu est alerté, il est dans l obligation d intervenir sur le lieu supposé du sinistre indépendamment du fait qu il s agisse d une alarme véritable ou intempestive. 2.4 Prescriptions techniques pour la conception de systèmes d alarme de niveau 3 Les systèmes d alarme de niveau 3 sont groupés en zones d alarme (avec affichage local). Le système de transmission doit être composé au minimum de deux réseaux redondants et indépendants à sécurité intrinsèque (fail-safe) afin d assurer la fiabilité et la disponibilité requise. Des systèmes identiques de réception et de visualisation se trouvent dans la SCR et la TCR afin que l un puisse servir de console de sauvegarde pour l autre. Les états d un système d alarme de niveau 3 doivent être signalés ; la localisation des détecteurs d alarme et leur classification doivent être indiquées sans équivoque. En cas d exigences conflictuelles, la préservation de la vie des personnes l emporte toujours sur toute autre considération qui pourrait amener à transiger sur la qualité du service ou la fiabilité des équipements. 3

6 Le tableau suivant définit les couleurs qui doivent être associées aux divers états d un système d alarme de niveau 3, et affichées dans les différentes salles de contrôle. État du système d alarme Alarme Dérangement Essai Hors service Normal Couleur d affichage Rouge Jaune Bleu Blanc Vert 2.5 Essai d un système d alarme de niveau Mise en service Le groupe techniquement responsable du système de détection d une alarme de niveau 3 est responsable de la mise en service complète du système (détection, transmission, actions automatiques programmées 2, affichage) et en particulier de son essai de réception avant mise en service. Il organise un essai complet de l efficacité du système d alarme de niveau 3 dans son environnement réel, auquel participent le TSO/GLIMOS et la Division TIS. La Division TIS en est informée au moins deux semaines à l avance, veille à son exécution et établit un rapport, dont une copie doit être adressée aux participants, à la TCR et la SCR. Le système ne pourra être considéré comme réceptionné que lorsque la Division TIS l aura formellement déclaré Modification significative de l environnement Le TSO/GLIMOS est responsable du contrôle des risques dans la zone qui lui est affectée. Lorsque le TSO/GLIMOS constate une modification de l environnement d un emplacement protégé par un système d alarme de niveau 3, il doit organiser avec le groupe techniquement responsable et la Division TIS un essai complet de l efficacité de ce système dans son nouvel environnement selon les procédures décrites dans le paragraphe Il en fait part, le cas échéant, au TSO/GLIMOS responsable d un système d alarme de niveau 3 voisin Tests après intervention technique Après chaque modification ou après dépannage consécutif à un dérangement d un système d alarme de niveau 3, les composants concernés doivent être testés et les tests documentés par le groupe techniquement responsable. 2 Code de Sécurité G Rév, Gaz inflammables, chapitre 7.4 4

7 2.5.4 Entretien Le groupe techniquement responsable doit assurer régulièrement l entretien et, au minimum une fois par an, le contrôle du fonctionnement et l étalonnage des systèmes d alarme selon des procédures à établir avec la Division TIS. Chaque essai doit être documenté par le groupe techniquement responsable afin d assurer la traçabilité des interventions d entretien. 2.6 Sécurité fonctionnelle des systèmes d alarme de niveau Généralités Prescriptions Les prescriptions des standards industriels concernant la sécurité fonctionnelle doivent être appliquées pour l ensemble du cycle de vie d un système d alarme de niveau 3. Cela implique que le groupe techniquement responsable en assure l évaluation permanente en collaboration avec la Division TIS (sécurité fonctionnelle prescrite pendant l exploitation, la maintenance, la réparation ou après modification). Pour chaque nouveau système d alarme de niveau 3, des prescriptions (par exemple du niveau d intégrité de sécurité SIL) doivent être définies en accord avec la Division TIS. Si les prescriptions ne sont pas immédiatement satisfaites, des dispositions transitoires seront prises afin d y remédier. 2.7 Traçabilité et traitement des anomalies Le groupe techniquement responsable assure la traçabilité de l état de dérangement d un système d alarme de niveau 3 au moyen d une fiche de traitement des anomalies, qui doit permettre le suivi de l incident depuis sa découverte jusqu au retour du système à l état normal. Cette fiche peut exister sous forme électronique (p. ex. dans un fichier de gestion de la maintenance assistée par ordinateur, GMAO) ou sous forme papier. Elle doit être archivée et facilement accessible. 3 Procédure de mise hors service et de remise en service des alarmes 3.1 Généralités Conditions de mise hors service Il est nécessaire de mettre hors service un système de détection d alarme de niveau 3 dans les cas suivants : 5

8 3.1.2 Responsabilité exécution planifiée de travaux (p. ex. maintenance, soudure au chalumeau) qui pourraient déclencher ou affecter ce système et engendrer une alarme intempestive ; la mise hors service peut être temporaire ou définitive ; panne du système d alarme ; il s agit alors d une mise hors service non planifiée. La mise hors service planifiée et la remise en service sont faites sous la responsabilité de l utilisateur du système d alarme de niveau 3, c est-à-dire du TSO/GLIMOS. Le TSO/GLIMOS doit coordonner son action avec celle d autres TSO/GLIMOS éventuellement concernés. Le responsable de la mise hors service non-planifiée est le TSO/GLIMOS ou, en son absence, le service d urgence intervenant Tâches des intervenants Procédure Le donneur d ordre qui demande la mise hors service d un système de détection d alarme de niveau 3 est responsable de la mise en œuvre des mesures compensatoires. Le TSO/GLIMOS évalue les risques, s assure de la mise en place des mesures compensatoires, approuve les demandes de mise hors service, se tient informé de l évolution des risques et s assure des remises en service. Le responsable technique du système de détection effectue la mise hors service et la remise en service, soit personnellement, soit par l intermédiaire d une entreprise travaillant sous sa supervision. Les services compétents de TIS, par exemple le Groupe Secours et Feu donne des conseils concernant les mesures compensatoires et met en œuvre, le cas échéant, une surveillance humaine (voir paragraphe 3.2). L opérateur de la TCR transmet les demandes entre les différents intervenants, leur rappelle ce qu ils ont à faire et documente le déroulement des opérations. La formulation des demandes au moyen de l application informatique Electronic Document Handling (EDH) est obligatoire : (pour les détails pratiques, consulter le Quick Reference Guide, disponible via l URL : Le formulaire-papier (voir l annexe) doit être utilisé seulement en cas d indisponibilité du système informatique. Le TSO/GLIMOS doit assurer la distribution du formulaire et en vérifier la réception. 6

9 3.2 Mesures compensatoires Avant la mise en place des mesures compensatoires, toutes les dispositions doivent être prises pour minimiser les risques engendrés par une mise hors service. Lors d une mise hors service (temporaire ou non-planifiée), le donneur d ordre ou le TSO/GLIMOS sont responsables de prévoir des mesures compensatoires adéquates, de les faire approuver par les services compétents de TIS, par exemple le SCR et de veiller à leur mise en œuvre : si des travaux exigent une mise hors service de courte durée (moins de quatre heures), le donneur d ordre prévoit une surveillance humaine (occupants habituels des lieux) y compris en dehors des heures normales de travail ; lors de travaux de longue durée (plus de quatre heures), une surveillance humaine suffisamment qualifiée (pompiers CERN, personnel d entreprises, etc.) doit être organisée à moins que le groupe techniquement responsable ne prenne, à la demande du donneur d ordre et lorsque cela est possible, des mesures compensatoires techniques convenables (par exemple, mise en place de détecteurs mobiles). 3.3 Mise hors service planifiée Conditions d application Procédure Demande La mise hors service planifiée correspond à des interventions temporaires ou périodiques, ou lors du démontage définitif d un système de détection d alarme de niveau 3. La mise hors service doit être demandée via EDH suffisamment à l avance (trois jours au moins) pour permettre sa préparation et la mise en œuvre des mesures compensatoires. Le donneur d ordre demande la mise hors service en précisant les circonstances (dates, lieu et motif) et propose des mesures compensatoires. Le TSO/GLIMOS vérifie, complète et approuve la demande de mise hors service au plus vite. Les services et personnes suivants doivent être informés de l approbation d une demande de mise hors service : le donneur d ordre, le responsable technique du système de détection d alarme de niveau 3, la TCR, la SCR et le groupe TIS-GS. 7

10 Mise hors service Le jour de la mise hors service, le donneur d ordre ou la personne désignée par lui, après avoir mis en œuvre les mesures compensatoires (voir paragraphe 3.2), demande au responsable technique de faire exécuter la mise hors service. Si nécessaire, ces demandes peuvent se faire par l intermédiaire de la TCR. Ensuite, le responsable technique effectue (ou fait effectuer) la mise hors service et en rend compte à la TCR et au donneur d ordre. Après avoir reçu la confirmation de la mise hors service, la TCR enregistre sa date, son heure et les coordonnées de l exécutant. La TCR informe la SCR si la visualisation d état «hors service» n est pas disponible (anciens systèmes). 3.4 Mise hors service non planifiée (procédure d urgence) Conditions d application La procédure de mise hors service non-planifiée s applique sans délai lorsque la panne d un système d alarme est jugée irréparable dans un délai de quatre heures. En cas où la panne est réparable dans un délai inférieur à quatre heures, seuls les quatre premiers points de la procédure d urgence s appliquent Procédure d urgence La TCR, la SCR et, le cas échéant, le responsable technique : 1) se mettent d accord pour la mise hors service, et éventuellement font évacuer les lieux, 2) prennent des mesures compensatoires (voir paragraphe 3.2), 3) exécutent le cas échéant la mise hors service, 4) informent le TSO/GLIMOS dans le plus bref délai, 5) remplissent le formulaire (via EDH). Le TSO/GLIMOS, après avoir pris connaissance des événements, visite les lieux et après avoir consulté le responsable technique propose une date de remise en service. La remise en service se déroule alors comme indiqué ci-dessous. 3.5 Remise en service À la date indiquée dans le formulaire Le responsable technique remet ou fait remettre le système en service, effectue un contrôle de fonctionnement et en rend compte à la TCR. 8

11 3.5.2 Anticipée Retardée Après confirmation par le responsable technique de la remise en service, la TCR enregistre sa date, son heure et les coordonnées de l exécutant. Après indication par la TCR de la remise en service du système d alarme, le TSO/ GLIMOS s assure de la remise en service et le mentionne dans le formulaire, concluant ainsi la procédure. Si la remise en marche de système peut se faire avant la date indiquée dans le formulaire, le donneur d ordre prend contact avec la TCR pour demander sa remise en service anticipée. La TCR transmet la nouvelle demande du donneur d ordre au responsable technique qui l exécute comme indiqué au paragraphe Si la remise en marche du système doit se faire après la date indiquée dans le formulaire, le donneur d ordre crée un nouveau formulaire portant la mention «prolongation» et le numéro de l ancienne demande dans le chapitre «justification». Cette nouvelle demande est exécutée comme indiqué au paragraphe Base légale La présente Instruction de Sécurité est publiée par la Division TIS conformément à la procédure définie dans le document SAPOCO/42 sur la politique de sécurité au CERN, en application des Statut et Règlement du Personnel et en vertu du pouvoir de réglementation de l Organisation sur son domaine. Elle entre en vigueur dès sa publication. 5 Définitions Alarme intempestive Alarme qui se déclenche intempestivement sans la présence d un danger, elle peut être classée en fonction de son origine : origine interne au système de détection lui-même. Il s agit d une alarme non justifiée (exemple : défaillance d un composant) ; origine externe au système de détection. Elle est activée par : un phénomène auquel, en principe, elle ne devrait pas répondre. Il s agit d une alarme non justifiée (exemple : rayonnement parasite de type électromagnétique provenant d appareils électriques contigus) ; 9

12 un phénomène auquel, en principe, elle doit répondre, mais qui est provoqué par une cause autre que celle faisant l objet de la surveillance. Il s agit d une alarme justifiée (exemple : un aérosol activant un détecteur de fumée). Alarme de niveau 3 Avertit de la présence d un danger pour la vie des personnes, pour la préservation des biens ou pour la sauvegarde de l environnement. Détecteur d alarme Dispositif destiné à faire passer le système à l état d alarme lors de la détection d une situation anormale indiquant la présence d un danger. Donneur d ordre Personne qui demande la mise hors service d un système de détection d alarme de niveau 3, ce doit être un membre du personnel CERN. États d un système d alarme Un système d alarme comporte cinq états 3 différents qui définissent son état physique de fonctionnement, à savoir : Normal : l ensemble des équipements du système est pleinement opérationnel. Alarme : déclenchement d un signal d alarme. Dérangement : le fonctionnement est rendu impossible dans les conditions prévues par les normes ou les gammes appropriées. Essai : les fonctions normales sont modifiées volontairement en vue d essais. Hors service : tout ou partie d un système est rendu délibérément inopérant. Groupe techniquement responsable (qu il s agisse d un seul ou de plusieurs groupes) Groupe qui effectue l installation, l entretien, la mise hors service et la remise en service d un système d alarme de niveau 3. S il s agit de plusieurs groupes, ceux-ci définissent lequel d entre eux est responsable au sens des prescriptions de cette Instruction de Sécurité. Indépendance Deux systèmes sont dits indépendants lorsqu ils ont les mêmes objectifs mais des fonctions et des moyens différents. 3 Les systèmes d alarme déjà installés au CERN peuvent comporter moins d états. 10

13 L intégrité de sécurité, FMDS, d un système (Fiabilité, Maintenabilité, Disponibilité et Sécurité) L intégrité de sécurité (FMDS) d un système est la probabilité pour qu un système relatif à la sécurité fonctionne de façon satisfaisante dans des conditions et pendant un laps de temps spécifiés. Niveau d intégrité de sécurité SIL (Safety Integrity Level) Niveau discret (SIL1, 2, 3 ou 4) caractérisant l intégrité de sécurité des systèmes E/E/PE, technologie basée sur des méthodes électriques, électroniques et/ou électroniques programmables, le niveau SIL4 étant le plus haut degré d intégrité. Redondance Deux systèmes sont dits redondants lorsqu ils exécutent les mêmes tâches et transmettent les mêmes fonctions. Responsable technique Membre du groupe techniquement responsable qui a la charge de l ensemble d un système d alarme de niveau 3 (installation, entretien, exploitation) ou seulement d une partie. Il effectue la mise hors service et la remise en service, soit personnellement, soit par l intermédiaire d une entreprise travaillant sous sa supervision. Sécurité fonctionnelle La sécurité fonctionnelle constitue un guide pour le développement des systèmes de sécurité. Les systèmes industriels demandent de plus en plus de Fiabilité, de Maintenabilité, de Disponibilité et de Sécurité dans leur fonctionnement. C est l objet de la norme CEI 61508, son but est d assurer la sécurité fonctionnelle, c est à dire ramener le risque à un niveau tolérable. Cette norme est déjà prise en compte dans le domaine pétrochimique et sous des formes très proches dans les domaines nucléaire et aéronautique. Sécurité intrinsèque (fail-safe) Principe de protection automatique maintenant la sûreté malgré la défaillance d un élément matériel ou logiciel détecté dans le système. Système d alarme de niveau 3 Installation technique conçue pour détecter et signaler principalement à la SCR une situation anormale présentant un danger. Il se compose d un détecteur (ou système de détection), d un transmetteur (ou système de transmission) et d un récepteur (ou système de réception). 11

14 6 Glossaire DSO Délégué divisionnaire à la sécurité (Divisional Safety Officer). GLIMOS Chef de Groupe pour des questions de Sécurité (Group Leader in Matters of Safety). GMAO Gestion de la Maintenance Assistée par Ordinateur. Groupe Secours et Feu Responsable de la SCR (Safety Control Room). Niveau d alarme (voir paragraphe 2.3) SCR SIL TCR Il est fonction des dangers et aléas auxquels sont soumis les personnes, l environnement dans le voisinage ou les biens. Salle de contrôle du Groupe Secours et Feu de la Division TIS sur le site de Meyrin (Safety Control Room). Niveau d intégrité de sécurité (Safety Integrity Level). Salle de contrôle technique de la Division ST (Technical Control Room). TIS-GS (Sécurité générale) TSO Ce groupe a notamment pour mission de contrôler l application des procédures prescrites dans cette Instruction de Sécurité. Délégué à la Sécurité territoriale (Territorial Safety Officer). Utilisateur d un système d alarme Assimilé au TSO ou, dans le cas d une expérience, au GLIMOS. Il est désigné dans ce document par l abréviation TSO/GLIMOS. 12

15 7 Références utilisées Les dispositions applicables au CERN étant celles qui sont contenues dans la présente Instruction de sécurité, les références suivantes sont indiquées à titre d information. Norme internationale CEI 839 «Systèmes d alarme». Norme européenne EN «Systèmes et équipement de transmission d alarme». Norme internationale CEI «Sécurité fonctionnelle des systèmes électriques électroniques programmables relatifs à la sécurité». Directive européenne 95/16 CE «Sécurité des ascenseurs». ISO Assemblée plénière des sociétés d assurances dommages Règle R7 : Détection automatique d incendie, Règle d utilisation (APSAD). 13

16 Annexe Demande de mise hors service d un système générant une alarme de niveau 3 () Donneur d'ordre Nom Prénom Division - Groupe Téléphone et Fax Date Signature Période prévue Début Durée Lieu concerné Lieu Détails complémentaires Justification de la mise hors service Date : ff.ff.ffff Mise hors service définitive Mise hors service temporaire, indiquez la fin prévue (périodique) Date : ff.ff.ffff Bâtiment - Étage - Bureau Heure : ff:ff h Heure : ff:ff h et/ou Expérience À remplir par le donneur d'ordre Mesures compensatoires TSO/GLIMOS Nom Prénom Division - Groupe Téléphone et Fax Type d'alarme concerné Type d'alarme Responsable technique du système d'alarme Date détecteur de fumée détecteur de gaz téléphone rouge arrêt d'urgence général détecteur de concentration d'oxygène Nom Division - Groupe Signature détecteur d'inondation déclenchement d'un signal d'évacuation immobilisation d'un ascenseur homme mort autres (spécifier :...) Prénom Téléphone et Fax À remplir par le TSO/GLIMOS Envoyez des copies du formulaire : 1. au TSO/GLIMOS 2. au Donneur d'ordre 3. à la SCR (Tél : 74848, Fax : 78342) 4. au chef du Groupe TIS/GS (Tél : 74860, Fax : 79465) 5. au Responsable technique du système d'alarme Nom et Prénom Division Téléphone Entreprise Date et Heure Remarques Nom de l'opérateur Date et Signature Mise hors service effectuée par: ff.ff.ffff à ff:ff h Remise en service effectuée par: ff.ff.ffff à ff:ff h À remplir par la TCR (Tél : 72201, Fax : 78910) Remise en service/mise hors service définitive vérifiée et archivage fait Date Signature TSO/GLIMOS 14

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE

LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE LES PRINCIPALES REFERENCES REGLEMENTAIRES IMPOSANT L ORGANISATION DE FORMATIONS GENERALES A LA SECURITE I - CODE DU TRAVAIL A - LES PRINCIPES GENERAUX DE PREVENTION L obligation générale de sécurité incombe

Plus en détail

CHARTE DE BONNES PRATIQUES DE LA SOUS-TRAITANCE

CHARTE DE BONNES PRATIQUES DE LA SOUS-TRAITANCE CHARTE DE BONNES PRATIQUES DE LA SOUS-TRAITANCE Cette charte a vocation à s appliquer lors de travaux effectués par une ou plusieurs entreprises, dites sous-traitantes, à l intérieur de l enceinte et des

Plus en détail

LA GESTION DU TRAVAIL ISOLE

LA GESTION DU TRAVAIL ISOLE I. Définition et problématique du travail isolé Dans certaines situations des personnes peuvent se trouver seules à leur poste de travail, sans autre personne dans le service, à l étage, voire dans le

Plus en détail

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE Résumé PREFACE 2 INTRODUCTION 2 1. BUT ET CHAMP D APPLICATION 2 2. REFERENCES DOCUMENTAIRES ET NORMES 3 3. TERMES ET DEFINITIONS 3 4. POLITIQUE POUR UNE CONSOMMATION RAISONNEE (PCC) 3 5. RESPONSABILITE

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

Auto-évaluation. Section Sujet traité Page. 10000 Résumé.. 10-2. 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3

Auto-évaluation. Section Sujet traité Page. 10000 Résumé.. 10-2. 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3 Auto-évaluation Chapitre 10 Auto-évaluation Section Sujet traité Page 10000 Résumé.. 10-2 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3 10200 Lettre déclarative de responsabilité.. 10-4 10300 Résolution

Plus en détail

CHARTE D AUDIT INTERNE

CHARTE D AUDIT INTERNE CHARTE D AUDIT INTERNE adoptée par le Conseil des gouverneurs le 26 mars 2013 Centre de recherches pour le développement international Ottawa, Canada Assurances et conseils afin de soutenir le développement

Plus en détail

JORF n 0103 du 4 mai 2010. Texte n 18

JORF n 0103 du 4 mai 2010. Texte n 18 Le 26 septembre 2011 JORF n 0103 du 4 mai 2010 Texte n 18 ARRETE Arrêté du 29 avril 2010 fixant les conditions de certification des installateurs de systèmes de vidéosurveillance NOR: IOCD0928681A Le ministre

Plus en détail

CODE DE SECURITE RELATIF A L'ELECTRICITE

CODE DE SECURITE RELATIF A L'ELECTRICITE CERN 1 Edms 335725 CODE DE SÉCURITÉ SAFETY CODE C1 Publié par : Le Directeur général Date de révision: 1990 Original: français/french CODE DE SECURITE RELATIF A L'ELECTRICITE ELECTRICAL SAFETY CODE CODE

Plus en détail

Processus d accréditation

Processus d accréditation AGRI-STABILITÉ AGRI-QUÉBEC PLUS AGRI-INVESTISSEMENT AGRI-QUÉBEC Devis du préparateur accrédité de données Processus d accréditation Processus d accréditation, rôle et engagements du préparateur 2015 Avril

Plus en détail

DEMANDE DE PERMIS DE CONSTRUIRE RESPONSABLE D ASSURANCE QUALITE EN PROTECTION INCENDIE

DEMANDE DE PERMIS DE CONSTRUIRE RESPONSABLE D ASSURANCE QUALITE EN PROTECTION INCENDIE DEMANDE DE PERMIS DE CONSTRUIRE RESPONSABLE D ASSURANCE QUALITE EN PROTECTION INCENDIE A partir du 1er janvier 2015, toute autorisation de construire est assujettie à un degré d assurance qualité concernant

Plus en détail

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale

Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Ce document vous est offert par la Banque Carrefour de la sécurité sociale. Il peut être diffusé librement, à condition de mentionner la source et l URL Banque Carrefour de la Sécurité Sociale Chaussée

Plus en détail

Technologie de sécurité. La haute fiabilité des technologies SNCC de Yokogawa

Technologie de sécurité. La haute fiabilité des technologies SNCC de Yokogawa Technologie de sécurité La haute fiabilité des technologies SNCC de Yokogawa Les systèmes CENTUM CS et CENTUM CS3000 sont sur le marché depuis plus de 10 ans et sont utilisés avec succès sur de nombreuses

Plus en détail

Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020. De la version 2005 à la version 2012

Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020. De la version 2005 à la version 2012 Évolutions de la norme NF EN ISO/CEI 17020 De la version 2005 à la version 2012 Plan de la présentation L intervention sera structurée suivant les 8 chapitres de la norme. Publiée le 1 er mars 2012, homologuée

Plus en détail

Modifications des mesures de prévention des risques électriques sur les lieux de travail

Modifications des mesures de prévention des risques électriques sur les lieux de travail Modifications des mesures de prévention des risques électriques sur les lieux de travail Trois décrets du 30 août 2010 modifient les obligations de l employeur en cas d utilisation d installations électriques

Plus en détail

Contrat de dépannage informatique Mac à domicile N - -

Contrat de dépannage informatique Mac à domicile N - - 1 Contrat de dépannage informatique Mac à domicile N - - 2 Il a été arrêté et convenu entre les deux (2) soussignés : Solution Informatik Solution de Dépannage Informatique à domicile 41 rue des gatines

Plus en détail

COMMUNE DE LE COUDRAY 32, rue du GORD 28630 LE COUDRAY. Tél: 02.37.28.17.14 Télécopie : 02.37.30.17.60 MAINTENANCE MATERIELS INFORMATIQUES ET RESEAU

COMMUNE DE LE COUDRAY 32, rue du GORD 28630 LE COUDRAY. Tél: 02.37.28.17.14 Télécopie : 02.37.30.17.60 MAINTENANCE MATERIELS INFORMATIQUES ET RESEAU COMMUNE DE LE COUDRAY 32, rue du GORD 28630 LE COUDRAY Tél: 02.37.28.17.14 Télécopie : 02.37.30.17.60 MAINTENANCE MATERIELS INFORMATIQUES ET RESEAU Cahier des Charges CAHIER DES CHARGES SOMMAIRE ARTICLE

Plus en détail

Politique d approbation des mémoires internationaux

Politique d approbation des mémoires internationaux Contexte et objet Politique d approbation des mémoires internationaux Document 215033 Un «mémoire» est soit la réponse officielle de l Institut à un appel à commentaires, soit un ensemble de commentaires

Plus en détail

Assurance qualité appliquée aux OMCLs, Rabat, 27&28 Novembre 2007. L. Lempereur, Coordinateur Qualité DLC

Assurance qualité appliquée aux OMCLs, Rabat, 27&28 Novembre 2007. L. Lempereur, Coordinateur Qualité DLC Rabat, 27&28 Novembre 2007 L. Lempereur, Coordinateur Qualité DLC Exigences ISO 17025 relatives au personnel résumées dans 2 chapitres : 4.1 Organisation Points généraux liés au management 5.2 Personnel

Plus en détail

Sécurité de l'information

Sécurité de l'information Maisons de jeunes du Grand- Duché de Luxembourg Sécurité de l'information Charte de bonnes pratiques du responsable opérationnel Informations générales : Version : 1.1 État document : Final Classification

Plus en détail

Directive du DFJP sur la mise en place de liaisons en ligne et l octroi d autorisations d accès à des applications informatiques du DFJP

Directive du DFJP sur la mise en place de liaisons en ligne et l octroi d autorisations d accès à des applications informatiques du DFJP Directive du DFJP sur la mise en place de liaisons en ligne et l octroi d autorisations d accès à des applications informatiques du DFJP (Directive du DFJP sur les liaisons en ligne) du 30 septembre 2004

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM)

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) 1 ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) CHARTE DU COMITÉ DES FINANCES, DE L AUDIT COMPTABLE ET DE LA GESTION DES RISQUES Mandat Le Comité des finances, de l audit

Plus en détail

Pologne POLOGNE. I - Notion

Pologne POLOGNE. I - Notion POLOGNE Dans la Deuxième Partie du Code du travail polonais 1, «Relation du travail», un Chapitre supplémentaire IIb (Art. 67 5, Art. 67 17 ) a été ajouté et est intitulé : Emploi des travailleurs sous

Plus en détail

QMS-QUA-03 Mesures correctives et préventives

QMS-QUA-03 Mesures correctives et préventives 1 Domaine et application 1.1 Objectif QMS-QUA-03 Mesures correctives et préventives Fournir une méthode efficace et uniforme d aborder les problèmes, les plaintes, les suggestions et les anomalies concernant

Plus en détail

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Administrateur (trice) / Gestionnaire de systèmes et réseaux informatiques

REFERENTIEL DU CQPM. TITRE DU CQPM : Administrateur (trice) / Gestionnaire de systèmes et réseaux informatiques COMMISION PARITAIRE NATIONALE DE L EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : Catégorie : C Dernière modification : 30/04/2015 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Administrateur (trice) / Gestionnaire de

Plus en détail

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ;

Vu la Loi n 1.165 du 23 décembre 1993, modifiée, relative à la protection des informations nominatives ; DELIBERATION N 2012-160 DU 17 DECEMBRE 2012 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AUTORISATION SUR LA DEMANDE PRESENTEE PAR AL.BER.TI. SAM RELATIVE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT

Plus en détail

LA COMMISSION SCOLAIRE DE L ESTUAIRE RM-EN-2005-10-14

LA COMMISSION SCOLAIRE DE L ESTUAIRE RM-EN-2005-10-14 Page 6013-1 Inondation bris de tuyau d eau bris de tuyau de chauffage refoulement d égout 1. CONTEXTE Les établissements sont dotés d importants systèmes de distribution d eau, de lignes de chauffage et

Plus en détail

Conditions d exploitation pour ascenseurs ou plateformes servant au transport de voitures

Conditions d exploitation pour ascenseurs ou plateformes servant au transport de voitures GRAND-DUCHE DE LUXEMBOURG Strassen, juin 2011 N ITM-SST 1212.1 (Ancien N ITM-CL 330.1) Conditions d exploitation pour ascenseurs ou plateformes servant au transport de voitures Prescriptions de sécurité

Plus en détail

QMS-AUD-01 Audits internes. 1.1 Objectif Assurer la conformité du système de gestion de la qualité (SGQ) par des audits internes.

QMS-AUD-01 Audits internes. 1.1 Objectif Assurer la conformité du système de gestion de la qualité (SGQ) par des audits internes. QMS-AUD-01 Audits internes 1 Domaine et application 1.1 Objectif Assurer la conformité du système de gestion de la qualité (SGQ) par des audits internes. 1.2 Domaine d application Tous les aspects du SGQ

Plus en détail

3. MARCHANDISES DANGEREUSES À TRANSPORTER SANS TARDER

3. MARCHANDISES DANGEREUSES À TRANSPORTER SANS TARDER CIRCULAIRE NO. DG-1 Instructions pour la manutention sécuritaire des wagons de marchandises dangereuses retenus en cours de route sur le domaine du chemin de fer En vigueur : le 30 juin 2005 Nota : La

Plus en détail

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du conseil d administration 1

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du conseil d administration 1 1 1. OBJET (1) Les membres du conseil d administration ont le devoir de surveiller la gestion des affaires tant commerciales qu internes de la Banque CIBC. Le conseil d administration donne, à la fois

Plus en détail

GESTION DE LA CO-ACTIVITE

GESTION DE LA CO-ACTIVITE GESTION DE LA CO-ACTIVITE Plan de prévention Protocole Chargement/Déchargement Permis de Feu Plan de Prévention OPÉRATION D UNE DURÉE SUPÉRIEURE À 400 HEURES PAR AN OU COMPORTANT DES TRAVAUX DANGEREUX

Plus en détail

MediData Service Level Agreement (MediData SLA)

MediData Service Level Agreement (MediData SLA) MediData Service Level Agreement (MediData SLA) EXPLOITATION/EXÉCUTION: CONTRAT Les dispositions du MediData Service Level Agreement (MediData SLA) font partie intégrante des conventions conclues entre

Plus en détail

235.13 Ordonnance sur les certifications en matière de protection des données

235.13 Ordonnance sur les certifications en matière de protection des données 235.13 Ordonnance sur les certifications en matière de protection des données (OCPD) du 28 septembre 2007 (Etat le 1 er avril 2010) Le Conseil fédéral suisse, vu l art. 11, al. 2, de la loi fédérale du

Plus en détail

A : FedEx Express Belgique CE 300/2008 A retourner par fax au : 02 752 76 20

A : FedEx Express Belgique CE 300/2008 A retourner par fax au : 02 752 76 20 Numéro(s) de compte FedEx Express : Veuillez compléter l annexe A si la société dispose de plusieurs numéros de compte et/ou implantations. A : FedEx Express Belgique CE 300/2008 A retourner par fax au

Plus en détail

DOCUMENT UNIQUE (DU) DU SPECTACLE VIVANT

DOCUMENT UNIQUE (DU) DU SPECTACLE VIVANT DOCUMENT UNIQUE (DU) DU SPECTACLE VIVANT RÉGLEMENTATION ET MODE D EMPLOI Syndicat National des Producteurs, Diffuseurs et Salles de Spectacles Enregistré sous le n 17947 23, boulevard des Capucines - 75002

Plus en détail

Système de gestion Santé, Sécurité et Environnement Procédure compilation données et indicateurs SSE

Système de gestion Santé, Sécurité et Environnement Procédure compilation données et indicateurs SSE Préparé par : Daniel Dufresne Approuvé CÉF par : Bernard Roy Date : 31 juillet 2012 Révisé par : Gilbert Hautcoeur Approuvé CSF par : Yvan Lebel Page : 1 de 5 1.0 OBJET Cette procédure a pour objectif

Plus en détail

Dossier maintenance. Équipement d'alarme incendie SOMMAIRE. Contrat d'abonnement maintenance Fiche d'intervention maintenance NT 65 146/01

Dossier maintenance. Équipement d'alarme incendie SOMMAIRE. Contrat d'abonnement maintenance Fiche d'intervention maintenance NT 65 146/01 Dossier maintenance Équipement d'alarme incendie SOMMAIRE Contrat d'abonnement maintenance Fiche d'intervention maintenance NT 65 146/01 CONTRAT D'ABONNEMENT MAINTENANCE Contrat n : Du : Société prestataire

Plus en détail

Accord. (texte en vigueur à partir du 1 er mars 2014)*

Accord. (texte en vigueur à partir du 1 er mars 2014)* Accord entre l Institut national de la propriété industrielle du Brésil et le Bureau international de l Organisation Mondiale de la Propriété Intellectuelle concernant les fonctions de l Institut national

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE

CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2014-06-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE PARTIE I. STRUCTURE

Plus en détail

Par le Commandant Sougné Intercommunale d'incendie de Liège et Environs

Par le Commandant Sougné Intercommunale d'incendie de Liège et Environs Le point de vue des pompiers sur l évolution de la législation Par le Commandant Sougné Intercommunale d'incendie de Liège et Environs Journée d étude du 26/11/2015 Détection Incendie Point de vue du Service

Plus en détail

UNIGE G ST S T M AI A NTE T N E AN A CE C 1

UNIGE G ST S T M AI A NTE T N E AN A CE C 1 UNIGEST MAINTENANCE 1 Installer UNIGEST...3 Généralités...4 A l ouverture d UNIGEST...5 Premiers pas...6 Pré requis...6 Module des équipements...7 Documents associés...9 Articles associés...10 Historique

Plus en détail

Division Environnement et Sous-Sol. Déclaration des rejets. Procédure DIFFUSION. DESS : inspecteurs et secrétariat Directeur Responsable Qualité

Division Environnement et Sous-Sol. Déclaration des rejets. Procédure DIFFUSION. DESS : inspecteurs et secrétariat Directeur Responsable Qualité Page : 1/5 DIFFUSION DESS : inspecteurs et secrétariat Directeur Responsable Qualité Date Indice Modifications 15/03/04 1 10/03/04 0 Rédaction JL.CHAUPIN - modifications mineures - validation - Création

Plus en détail

PROCEDURE DE MAINTENANCE PREVENTIVE ET/OU DE CONTROLE DES EQUIPEMENTS BIOMEDICAUX DE/EQUI/PT/004/C/1 Version 1 Page : 1/8

PROCEDURE DE MAINTENANCE PREVENTIVE ET/OU DE CONTROLE DES EQUIPEMENTS BIOMEDICAUX DE/EQUI/PT/004/C/1 Version 1 Page : 1/8 DE/EQUI/PT/004/C/1 Version 1 Page : 1/8 Direction des Equipements Date d'application ELABORATION DES DOCUMENTS Rédaction Validation Approbation Prénom/Nom Hanane CHTIHA Benyounes BELHANINI Mme CARPENTIER

Plus en détail

Ordonnance sur l engagement d entreprises de sécurité privées par la Confédération

Ordonnance sur l engagement d entreprises de sécurité privées par la Confédération Ordonnance sur l engagement d entreprises de sécurité privées par la Confédération (Ordonnance sur l engagement d entreprises de sécurité, OESS) du 31 octobre 2007 Le Conseil fédéral suisse, vu l art.

Plus en détail

Retrait d enfants placés

Retrait d enfants placés Page 1 de 10 Retrait d enfants placés Cette section contient les normes et les principes directeurs provinciaux qui régissent le retrait d un enfant du foyer nourricier où il a été placé. Elle s applique

Plus en détail

Portail clients SanitasNet. Conditions générales d affaires (CGA) Edition: Juillet 2013

Portail clients SanitasNet. Conditions générales d affaires (CGA) Edition: Juillet 2013 Portail clients SanitasNet Conditions générales d affaires (CGA) Edition: Juillet 2013 Table des matières 1. Préambule....................... 3 2. Autorisation d accès................. 3 3. Accès technique

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-48 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT UN AVIS FAVORABLE À LA MISE EN ŒUVRE

DELIBERATION N 2014-48 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT UN AVIS FAVORABLE À LA MISE EN ŒUVRE DELIBERATION N 2014-48 DU 12 MARS 2014 DE LA COMMISSION DE CONTRÔLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT UN AVIS FAVORABLE À LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT POUR

Plus en détail

ebir th Liste de contrôle Communes ebirth service web pour les agents de l Etat civil Version 2.0

ebir th Liste de contrôle Communes ebirth service web pour les agents de l Etat civil Version 2.0 ebir th ebirth service web pour les agents de l Etat civil Communes Version 2.0 Table des matières 1 INTRODUCTION... 3 2 ETAPES A SUIVRE POUR L UTILISATION DU SERVICE WEB EBIRTH... 4 3 ANNEXE : TABLEAU

Plus en détail

Cahier des Clauses Techniques Particulières

Cahier des Clauses Techniques Particulières MARCHE DE PRESTATIONS ET DE FOURNITURES DE SERVICE Vérifications techniques règlementaires Des bâtiments et équipements publics Cahier des Clauses Techniques Particulières Désignation de la personne publique

Plus en détail

Charte d utilisation de la Cyber-base. L accès à l espace Cyber-base est réservé aux adhérents des médiathèques de Talence.

Charte d utilisation de la Cyber-base. L accès à l espace Cyber-base est réservé aux adhérents des médiathèques de Talence. Charte d utilisation de la Cyber-base L espace Cyber-base est mis à la disposition du public par les médiathèques de la ville pour faciliter la découverte et la maîtrise des nouvelles technologies de l

Plus en détail

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification.

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification. DIRECTIVES SUR L ÉLABORATION D ACCORDS D ÉQUIVALENCE RELATIFS AUX SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES IMPORTATIONS ET DES EXPORTATIONS ALIMENTAIRES SECTION 1 CHAMP D APPLICATION CAC/GL 34-1999

Plus en détail

E/ECE/324/Rev.1/Add.96/Rev.1/Amend.2 E/ECE/TRANS/505/Rev.1/Add.96/Rev.1/Amend.2

E/ECE/324/Rev.1/Add.96/Rev.1/Amend.2 E/ECE/TRANS/505/Rev.1/Add.96/Rev.1/Amend.2 7 juillet 2011 Accord Concernant l'adoption de prescriptions techniques uniformes applicables aux véhicules à roues, aux équipements et aux pièces susceptibles d'être montés ou utilisés sur un véhicule

Plus en détail

CONVENTION INDIVIDUELLE D HABILITATION. «société d assurance indépendante» (Convention complète)

CONVENTION INDIVIDUELLE D HABILITATION. «société d assurance indépendante» (Convention complète) CONVENTION INDIVIDUELLE D HABILITATION «société d assurance indépendante» (Convention complète) Les parties à la convention - Le Ministre de l intérieur représenté par le Préfet de - Raison sociale : numéro

Plus en détail

Vu la Convention Européenne de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe du 4 novembre 1950 ;

Vu la Convention Européenne de Sauvegarde des Droits de l Homme et des Libertés Fondamentales du Conseil de l Europe du 4 novembre 1950 ; DELIBERATION N 2013-120 DU 21 OCTOBRE 2013 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT

Plus en détail

GESTION DE LA CO-ACTIVITÉ

GESTION DE LA CO-ACTIVITÉ GESTION DE LA CO-ACTIVITÉ PLAN DE PRÉVENTION B 7 PROTOCOLE CHARGEMENT / DÉCHARGEMENT B 8 PERMIS DE FEU B 9 B 7 Plan de Prévention OPÉRATION D UNE DURÉE SUPÉRIEURE À 400 HEURES PAR AN OU COMPORTANT DES

Plus en détail

BC 05.03.02. Le management environnemental : Guide de lecture de la norme ISO 14001,

BC 05.03.02. Le management environnemental : Guide de lecture de la norme ISO 14001, BC 05.03.02 Le management environnemental : Guide de lecture de la norme ISO 14001, Spécialité(s) : Toutes concernées Disciplines concernées : Toutes spécialités Titre : Guide de lecture de la norme NF

Plus en détail

Charte d utilisation de la Cyber-base

Charte d utilisation de la Cyber-base Charte d utilisation de la Cyber-base Médiathèque Castagnéra 1 Allée Peixotto 33400 Talence Tél : 05 56 84 78 90 Médiathèque de Thouars Le Dôme 221 Avenue de Thouars 33400 Talence Tél. : 05 56 84 64 21

Plus en détail

Système de gestion Santé, Sécurité et Environnement

Système de gestion Santé, Sécurité et Environnement Préparé par : Daniel Dufresne Approuvé CÉF par : Bernard Roy Date : 28 aout 2012 Révisé par : Gilbert Hautcoeur Approuvé CSF par : Yvan Lebel Page : 1 de 6 1.0 OBJET Cette procédure a comme objectif d

Plus en détail

Atelier 84 - L approche d audit par les risques

Atelier 84 - L approche d audit par les risques Atelier 84 - L approche d audit par les risques 1 Plan Présentation des NEP 315, 320, 330, 500 et 501 Principales différences par rapport au référentiel de juillet 2003? 2 Présentation NEP 315, 320, 330,

Plus en détail

Annexe 13 Réexamens de sûreté et visites décennales des réacteus à eau sous pression

Annexe 13 Réexamens de sûreté et visites décennales des réacteus à eau sous pression Annexe 13 Réexamens de sûreté et visites décennales des réacteus à eau sous pression 10 juin 2011 Réexamens de sûreté et visites décennales (VD) Sur le plan réglementaire, il n y a pas en France de limitation

Plus en détail

Convention pour la transmission électronique des actes soumis au contrôle de légalité ou à une obligation de transmission au représentant de l État

Convention pour la transmission électronique des actes soumis au contrôle de légalité ou à une obligation de transmission au représentant de l État Convention pour la transmission électronique des actes soumis au contrôle de légalité ou à une obligation de transmission au représentant de l État entre la préfecture de l Isère et.. Page 2/7 1. PARTIES

Plus en détail

Livret de suivi du candidat(outil B)

Livret de suivi du candidat(outil B) A chaque étape du parcours CQP, son outil : Branche de la Miroiterie, Transformation et Négoce du Verre CQP Animateur d équipe de 1 er niveau Livret de suivi du candidat(outil B) Document à remplir par

Plus en détail

PLAN D ASSURANCE QUALITE

PLAN D ASSURANCE QUALITE CCS 17, rue de Dolmont BP 28 28190 St-GEORGES sur EURE PLAN D ASSURANCE QUALITE CCS SARL Edition A - 6 mars 2009 C.C.S. 09066 R.0 Rédaction Nom Unité Date Rédacteur Fabrice MARCHAL CCS 06/03/2009 Validation

Plus en détail

Charte de Compliance ERGO Insurance sa

Charte de Compliance ERGO Insurance sa Charte de Compliance ERGO Insurance sa Introduction Sur la base de la circulaire PPB/D. 255 du 10 mars 2005 sur la compliance adressée aux entreprises d assurances, une obligation légale a été imposée

Plus en détail

POLITIQUE D'ACCESSIBILITÉ

POLITIQUE D'ACCESSIBILITÉ POLITIQUE D'ACCESSIBILITÉ But L objectif de cette politique est d assurer que la Lutheran Community Care Centre offre un environnement sécuritaire et accessible d une manière qui respecte la dignité et

Plus en détail

Contrat de maintenance Informatique

Contrat de maintenance Informatique Contrat de maintenance Informatique Réalisé par Info Tools Solutions : Etudes et conseils en informatique Contrat de maintenance informatique Entre les soussignées : Info Tools Solutions études et conseils

Plus en détail

SOCIETENATIONALE DE LA CROIX-ROUGE HAITIENNE TERMES DE REFERENCE. Consultant pour mettre à jour la base de données des formations du CDF-CRH

SOCIETENATIONALE DE LA CROIX-ROUGE HAITIENNE TERMES DE REFERENCE. Consultant pour mettre à jour la base de données des formations du CDF-CRH SOCIETENATIONALE DE LA CROIX-ROUGE HAITIENNE Centre de formation TERMES DE REFERENCE Consultant pour mettre à jour la base de données des formations du CDF-CRH Projet DIP-ECHO 9 Croix-Rouge Haïtienne /

Plus en détail

Politique en matière d accessibilité de l Ontario

Politique en matière d accessibilité de l Ontario Politique en matière d accessibilité de l Ontario 1. Objectifs et portée La Loi de 2005 sur l accessibilité pour les personnes handicapées de l Ontario (LAPHO) élabore, met en œuvre et applique les normes

Plus en détail

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012 Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE Le 10 août 2005 RAPPEL PLAN

Plus en détail

Directive d orientation sur les normes d accessibilité : Services à la clientèle

Directive d orientation sur les normes d accessibilité : Services à la clientèle Directive d orientation sur les normes d accessibilité : Services à la clientèle Date d effet : 1 er janvier 2012 Dernière révision : 1 er janvier 2012 1. CONTEXTE La Loi de 2005 sur l accessibilité pour

Plus en détail

Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc.

Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc. Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc. 1. OBJET Le conseil d administration a délégué au Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie les fonctions

Plus en détail

DELIBERATION N 2014-112 DU 28 JUILLET 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU

DELIBERATION N 2014-112 DU 28 JUILLET 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU DELIBERATION N 2014-112 DU 28 JUILLET 2014 DE LA COMMISSION DE CONTROLE DES INFORMATIONS NOMINATIVES PORTANT AVIS FAVORABLE A LA MISE EN ŒUVRE DU TRAITEMENT AUTOMATISE D INFORMATIONS NOMINATIVES AYANT

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I. OBJECTIF GÉNÉRAL ET PRINCIPAL MANDAT Le comité d audit (le «comité») est établi par le conseil d administration (le «conseil») d Ovivo Inc. (la «Société») pour l aider à s acquitter

Plus en détail

Déclaration simplifiée à la CNIL. www.data-mobiles.com

Déclaration simplifiée à la CNIL. www.data-mobiles.com Déclaration simplifiée à la CNIL Informatique embarquée www.data-mobiles.com 2 La déclaration simplifiée à la CNIL se fait en se connectant sur le site de la CNIL : http://www.cnil.fr Pour faire votre

Plus en détail

PROJET DE RÈGLEMENT MODIFIANT LE CODE DE SÉCURITÉ POUR LES TRAVAUX DE CONSTRUCTION ET LE RÈGLEMENT SUR LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL

PROJET DE RÈGLEMENT MODIFIANT LE CODE DE SÉCURITÉ POUR LES TRAVAUX DE CONSTRUCTION ET LE RÈGLEMENT SUR LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL FICHE TECHNIQUE N O 15 / Août 2007 PROJET DE RÈGLEMENT MODIFIANT LE CODE DE SÉCURITÉ POUR LES TRAVAUX DE CONSTRUCTION ET LE RÈGLEMENT SUR LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ DU TRAVAIL À l intention À du responsable

Plus en détail

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO Modifiée : Page 1 de 20 DIRECTIVES ADMINISTRATIVES DÉFINITIONS 1. La direction d école ou la direction nouvellement nommée s entend : a) d une direction qualifiée sans expérience dans ce poste au sein

Plus en détail

204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées

204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées 204 Indépendance 204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées Supprimé: relatives à des Le membre ou le cabinet qui réalise une mission ou participe à une

Plus en détail

CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR

CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR ALIMENTER L AVENIR CODE DE CONDUITE DU DISTRIBUTEUR 20 mars 2006 / Mise à jour Septembre 2012 TABLE DES MATIÈRES 11 12 13 14 15 16 17 18 19 10 Page Définitions 2 Interprétation 3 Objet 3 Règles de conduite

Plus en détail

RÈGLEMENT RELATIF À LA SÉCURITÉ DES VOYAGEURS. TC numéro 0-16 Approuvé le 31 mars, 2000 {R- 33}

RÈGLEMENT RELATIF À LA SÉCURITÉ DES VOYAGEURS. TC numéro 0-16 Approuvé le 31 mars, 2000 {R- 33} RÈGLEMENT RELATIF À LA SÉCURITÉ DES VOYAGEURS TC numéro 0-16 Approuvé le 31 mars, 2000 {R- 33} 2 RÈGLEMENT RELATIF À LA SÉCURITÉ DES VOYAGEURS TABLE DES MATIÈRES 1. TITRE ABRÉGÉ 2. DOMAINE D APPLICATION

Plus en détail

CONVENTION DE STAGE N 12/ _

CONVENTION DE STAGE N 12/ _ CONVENTION DE STAGE obligatoire pour la préparation du Diplôme de Gestion et Comptabilité (DGC-Intec) ou du Diplôme de Comptabilité et de Gestion (DCG) N 12/ _ RAPPEL : Les conventions de stages doivent

Plus en détail

Préparation à l'habilitation électrique FICHES TECHNIQUES DES FORMATIONS

Préparation à l'habilitation électrique FICHES TECHNIQUES DES FORMATIONS Habilitation électrique NF C 18-510 Préparation à l'habilitation électrique FICHES TECHNIQUES DES FORMATIONS Ce qui a changé dans la nouvelle réglementation Le guide UTE C 18 510 devient une norme NF C

Plus en détail

Politique pour les étudiants à besoins éducationnels spéciaux

Politique pour les étudiants à besoins éducationnels spéciaux Collège Jean-de-Brébeuf Niveau collégial Règlements et politiques Politique pour les étudiants à besoins éducationnels spéciaux Dans la présente politique, l utilisation du masculin est épicène. Table

Plus en détail

Version précédente. Version mise à jour. 1.1.4. Conditons supprimé

Version précédente. Version mise à jour. 1.1.4. Conditons supprimé 1.1.4. s assurer que le Prix de réservation (c est-à-dire le prix affiché sur les Sites Web, qui inclut les Sites Web du Titulaire de licence qui utilise le Moteur de réservation de HW (HW booking engine))

Plus en détail

DIVISION 351 SYSTÈME D ALERTE DE SÛRETÉ DU NAVIRE

DIVISION 351 SYSTÈME D ALERTE DE SÛRETÉ DU NAVIRE Affaires Maritimes DIVISION 351 SYSTÈME D ALERTE DE SÛRETÉ DU NAVIRE Edition du 09 FEVRIER 2004, parue au J.O. le 21 MARS 2004 A jour des arrêtés suivants : Date de signature Date de parution au JO Numéro

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES 1. OBJET DU MARCHE Le présent CCTP a pour objet de définir et préciser les conditions et les modalités d exécution des prestations de téléassistance sur la commune

Plus en détail

MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN BASE DONNÉES CRÉATION INF-5061-1

MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN BASE DONNÉES CRÉATION INF-5061-1 MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN BASE DONNÉES CRÉATION INF-5061-1 OCTOBRE 1996 MICRO-INFORMATIQUE DÉFINITION DU DOMAINE D'EXAMEN BASE DE DONNÉES CRÉATION INF-5061-1 OCTOBRE 1996 Direction

Plus en détail

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée.

L application doit être validée et l infrastructure informatique doit être qualifiée. 1 2 3 4 5 6 7 8 9 10 11 12 13 14 15 16 17 18 19 20 21 22 23 24 25 26 27 28 29 30 31 32 33 34 35 36 37 38 39 40 41 42 43 44 45 46 47 48 49 50 51 52 53 54 55 56 57 58 59 Annexe 11: Systèmes informatisés

Plus en détail

DIRECTIVE ADMINISTRATIVE Conseil scolaire acadien provincial

DIRECTIVE ADMINISTRATIVE Conseil scolaire acadien provincial Page 1 de 5 1. Définition : Par catastrophe majeure, on entend une circonstance exceptionnelle qui bouleverserait la vie de l école durant plusieurs jours, à titre d exemple, un incendie, une catastrophe

Plus en détail

Système de gestion Santé, Sécurité et Environnement Procédure gestion des entrepreneurs et fournisseurs externes

Système de gestion Santé, Sécurité et Environnement Procédure gestion des entrepreneurs et fournisseurs externes Préparé par : Daniel Dufresne Approuvé CÉF par : Bernard Roy Date : 28 aout 2012 Révisé par : Gilbert Hautcoeur Approuvé CSF par : Yvan Lebel Page : 1 de 6 1.0 OBJET Cette procédure a pour objectif d encadrer

Plus en détail

PROCEDURE D ACCUEIL. 1 Introduction

PROCEDURE D ACCUEIL. 1 Introduction PROCEDURE D ACCUEIL 1 Introduction Le processus d accueil d un nouvel arrivant est un processus clé du département des ressources humaines et qui malheureusement est souvent sous-estimé par ce dernier.

Plus en détail

Mandat d audit confié à l expert-réviseur

Mandat d audit confié à l expert-réviseur Commission de haute surveillance de la prévoyance professionnelle CHS PP Annexe au ch. 2.1.4 des directives de la CHS PP «D 01/2014 Habilitation des gestionnaires de fortune actifs dans la prévoyance professionnelle»

Plus en détail

Inspection en hygiène et sécurité

Inspection en hygiène et sécurité Centre de Gestion du Haut-Rhin Fonction Publique erritoriale 22 rue Wilson - 68027 COLMAR Cedex él. : 03 89 20 36 00 - Fax : 03 89 20 36 29 - cdg68@calixo.net - www.cdg68.fr Circulaire n 09/2013 Cl. C44

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

Archivage des données de la mensuration officielle

Archivage des données de la mensuration officielle Archivage des données de la mensuration officielle Explications portant sur le tableau 1. Informations à caractère général Le tableau récapitule l ensemble des documents produits dans la mensuration officielle.

Plus en détail

ECS 2/4/8/16 Réf. : 310 100 / 310 110 / 310 120 / 310 130 Notice exploitant

ECS 2/4/8/16 Réf. : 310 100 / 310 110 / 310 120 / 310 130 Notice exploitant N O T I C E ECS 2/4/8/16 Réf. : 310 100 / 310 110 / 310 120 / 310 130 Notice exploitant ATTENTION : CONTRAT D ENTRETIEN Toute installation de détection doit faire l objet d un contrat d entretien par un

Plus en détail

SERVICES DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POLITIQUE RELATIVE À LA GESTION DE DOCUMENTS

SERVICES DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POLITIQUE RELATIVE À LA GESTION DE DOCUMENTS SERVICES DU SECRÉTARIAT GÉNÉRAL POLITIQUE RELATIVE À LA GESTION DE DOCUMENTS Numéro du document : 0601-08 Adoptée par la résolution : _484 0601 En date du : 5 juin 2001 Signature du directeur général Signature

Plus en détail

Etablissement Recevant du Public. Consignes Générales d Exploitation

Etablissement Recevant du Public. Consignes Générales d Exploitation Ville de Perpignan Direction Générale des Services Techniques Etablissement Recevant du Public Consignes Générales d Exploitation 1- Surveillance de l établissement En présence du public, l établissement

Plus en détail

ISO 9001:2000. CHAPITRE par CHAPITRE

ISO 9001:2000. CHAPITRE par CHAPITRE ISO 9001:2000 PARTIE 2-3 CHAPITRE par CHAPITRE 9001:2000, domaine Satisfaction du client par la prévention des N.C. (ISO 9001:1994) Appliquer efficacement le système pour répondre aux besoins du client

Plus en détail

Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève

Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève SOIXANTE-SEPTIÈME ASSEMBLÉE MONDIALE DE LA SANTÉ A67/52 Point 23.2 de l ordre du jour provisoire 6 mai 2014 Immobilier : le point sur la stratégie de rénovation des bâtiments à Genève Rapport du Directeur

Plus en détail