Parties communes et services

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Parties communes et services"

Transcription

1 Parties communes et services

2 Ergonomie pratique en 128 points CHECKPOINT 95 Mettre des vestiaires et des sanitaires à la disposition des employés pour garantir un bon niveau d'hygiène et de propreté. POURQUOI Des vestiaires et des sanitaires en bon état sont essentiels dans toute entreprise. En nombre suffisant et d un bon niveau d'hygiène, ces installations reflètent l image d une entreprise. En plaçant les lavabos/douches aux abords du lieu de travail, il est possible de limiter l absorption de produits chimiques par la peau ou leur ingestion au cours des pauses et déjeuners. Poussières et saletés, outre qu elles sont désagréables, peuvent être à l origine de diverses maladies. Des sanitaires en bon état et propres contribuent aussi à créer une bonne ambiance. Pour assurer un bon niveau d hygiène, on pourra installer des armoires où le personnel rangera ses vêtements de travail et objets personnels. COMMENT 1. Vérifier que les lavabos, douches, toilettes, casiers et vestiaires sont à proximité des zones de travail, en nombre suffisant et correctement entretenus. 5. Établir un cahier des charges pour l entretien de ces installations. QUELQUES CONSEILS SUPPLÉMENTAIRES Les sanitaires sont très souvent négligés. Les placer au premier plan des priorités. La conception des sanitaires a des conséquences sur les coûts d entretien. Prévoir des sols et des murs dans un matériau durable et facile à entretenir (par ex. en carrelage). S assurer que ces installations sont équipées d un bon système de drainage. L aménagement des armoires doit répondre à certains critères : protéger les vêtements et objets personnels contre la détérioration et le vol, être regroupées dans un vestiaire, et de préférence aussi loin que possible des postes de travail. À NOTER Les installations aussi indispensables que lavabos, douches, toilettes et vestiaires sont souvent négligées. S assurer qu elles sont pratiques et toujours propres. Elles reflètent l image d une entreprise. 2. Prévoir d améliorer les installations existantes, notamment en termes de nombre, d emplacement et d aménagement. Ces améliorations peuvent souvent être réalisées à moindre coût. 3. Les normes en vigueur doivent servir de base, mais rien n empêche de prévoir un plus grand nombre de sanitaires. La réglementation varie selon le pays, mais la règle de base est la suivante : 1 cabinet de toilette pour 5 hommes et 2 pour 6 à 40 hommes ; un cabinet de toilette pour 5 femmes et 2 pour 6 à 30 femmes ; 1 lavabo pour 15 employés et un vestiaire avec armoires et douches si le personnel travaille dans un environnement chaud et poussiéreux, porte un uniforme ou un équipement de protection personnel ou manipule des produits toxiques. 4. Dans le cas d un réaménagement ou d une construction neuve, prévoir dans les plans des sanitaires et vestiaires adaptés à l activité de l entreprise. Ce coût sera vite amorti. 204

3 Parties communes et services Figure 95a. L hygiène personnelle est fondamentale pour prévenir les risques sanitaires, notamment lors de manipulations de produits toxiques tels que époxyde, isocyanates, plomb et pesticides. Les vêtements contaminés par des substances toxiques ne doivent pas entrer en contact avec la famille ou le lieu d habitation du personnel Figure 95b. L entretien des vestiaires et des sanitaires est essentiel pour garantir un bon niveau d'hygiène et de propreté 205

4 Ergonomie pratique en 128 points CHECKPOINT 96 Prévoir des fontaines/points d eau, une salle à manger et des toilettes pour garantir le bien-être et les performances du personnel. POURQUOI Fontaines, salles à manger et toilettes en bon état jouent un rôle prépondérant dans la prévention de la fatigue et la santé du personnel. Les employés passent une grande partie de leur journée sur le lieu de travail. Ils doivent pouvoir y boire, manger et s y reposer confortablement. Il est donc primordial de ne pas négliger ces installations. On observe souvent une importante perte d eau chez les personnes qui travaillent, notamment dans un environnement chaud. Il faut donc prévoir des points de rafraîchissement, quelles que soit les tâches exécutées. COMMENT 1. Placer des points d eau ou bonbonnes près de chaque groupe d employés, ou installer des fontaines à un endroit central (mais loin des machines dangereuses, des endroits où l eau peut être contaminée par des poussières ou polluants, et pas dans les toilettes). accueillir une petite cuisine pour préparer des boissons ou réchauffer des plats, un coin buffet ou une cantine lorsque les ressources le permettront. Il existe des moyens peu onéreux d installer des points de rafraîchissement, un coin repas et une salle de repos. Consulter le personnel pour déterminer les solutions adaptées au lieu de travail. Un petit espace peut suffire pour créer une salle à manger : il faudra 25 m2 pour 50 employés, s ils mangent à des heures différentes. À NOTER Aménager les fontaines, les coins repas et repos en fonction de l entreprise. Ces installations sont très utiles pour réduire la fatigue du personnel et maintenir un bon niveau de productivité. Des installations propres sont toujours appréciées par le personnel. 2. Prévoir une salle à manger ou un coin repas où le personnel peut manger confortablement et dans le calme (loin du poste de travail). 3. Prévoir des salles de repos loin des postes de travail et des nuisances (bruit, poussières et produits chimiques). Prévoir au moins une table et des chaises/canapés. Éviter la lumière solaire trop lumineuse. 4. Veiller à la propreté de toutes ces installations. Pour les espaces réservés aux repas et au repos, il est important de prévoir une source d eau propre pour se laver, de l eau potable ou autres rafraîchissements et des poubelles. QUELQUES CONSEILS SUPPLÉMENTAIRES S assurer que l eau potable est fraîche. S il n est pas possible d installer des fontaines réfrigérées, placer la source d eau à l endroit le plus frais possible. Lors de l aménagement de la salle à manger, prévoir un espace qui pourra éventuellement 206

5 Parties communes et services Figure 96a. Les salles à manger contribuent à la santé du personnel. Elles constituent un élément important de l entreprise Figure 96b. Exemples de points de rafraîchissement 207

6 Ergonomie pratique en 128 points CHECKPOINT 97 Impliquer les employés dans l'amélioration des parties communes et des services d hygiène. POURQUOI Les parties communes et les services sont essentiels à de bonnes conditions de travail. Par «parties communes et services», on entend les sanitaires, les fontaines, les coins repas et repos, mais aussi l accès à des soins d urgence, à des soins médicaux, à des moyens de transport et à des loisirs. Ces services représentent bien plus qu une obligation. Ils contribuent aussi à réduire la fatigue, à améliorer la productivité et à assurer la santé du personnel. Leur gestion doit être le fruit d une collaboration entre dirigeants et employés. C est par une planification et un examen menés conjointement par les dirigeants et les employés que ces installations et services assureront la fonction pour laquelle ils ont été mis en place. COMMENT 1. Déterminer, par des entretiens, conversations ou questionnaires, les besoins du personnel en matière de parties communes et services. 2. Former un comité paritaire chargé d étudier les conditions existantes et de déterminer les options disponibles pour améliorer les parties communes et services. Inviter les représentants du personnel, les cadres et les membres des commissions de sécurité et de santé, ou les représentants de la sécurité. QUELQUES CONSEILS SUPPLÉMENTAIRES Les parties communes servent tous les jours et de diverses manières. Elles peuvent être agréables à utiliser, contribuer à l hygiène et à la santé du personnel, mais aussi devenir un risque sanitaire. Des efforts redoublés pour les maintenir en état seront appréciés au-delà du temps et des coûts investis. Il existe des moyens peu onéreux d améliorer les parties communes et les services proposés par l entreprise. S inspirer des exemples déjà réalisés au sein de l entreprise, mais aussi dans d autres sociétés. La réparation et l entretien des parties communes, bien qu essentiels, sont souvent négligés. La réparation et la maintenance doivent être planifiées (et réalisées) par toutes les personnes concernées. À NOTER Les employés accordent une grande importance aux toilettes, aux trousses de premiers soins, aux salles à manger et aux vestiaires. Planifier dès aujourd hui avec le personnel les améliorations pouvant être apportées aux parties communes. 3. Proposer des plans d amélioration avec des solutions peu coûteuses et faciles à mettre en place. Les présenter aux cadres et aux employés, et recueillir leurs impressions. Ce retour est essentiel pour identifier les améliorations d ordre pratique. 4. Discuter conjointement avec les employés et leurs représentants des étapes nécessaires pour mettre en oeuvre les améliorations proposées. Un suivi devra avoir lieu, notamment pour évaluer les améliorations obtenues, avec là encore les employés ou leurs représentants. 208

7 Parties communes et services Figure 97a. Un coin repas dans une salle de repos Figure 97b. Une infirmerie mise à la disposition d un médecin visiteur 209

8 Ergonomie pratique en 128 points CHECKPOINT 98 Prévoir un lieu de réunion et de formation pour les employés. POURQUOI Un endroit confortable, où le personnel peut se réunir et suivre des formations, sera propice aux échanges d idées ; un atout pour l entreprise mais aussi pour la sécurité et la santé du personnel. Un espace dédié aux réunions et aux formations permet aux employés d oublier quelques instants leur travail pour mieux se concentrer sur leur apprentissage ou la résolution de problèmes. COMMENT 1. Choisir un espace propice aux réunions et aux formations. Situé au calme, aucune distraction ne devra perturber la concentration des personnes s y retrouvant. 2. S assurer que cet espace est suffisamment grand et équipé pour que le personnel puisse s y réunir confortablement. 3. Assurer une ventilation et un éclairage adaptés. 4. Contrôler l utilisation de cet espace ; les réunions et les formations doivent être prioritaires. L impossibilité d y accéder pour cause d occupation par une autre activité dévaloriserait ces réunions ou formations. QUELQUES CONSEILS SUPPLÉMENTAIRES Choisir un lieu de réunion où le personnel aimera se retrouver. Un endroit agréable encouragera les employés à venir et à s exprimer. Des expériences positives vécues dans un espace propice aux échanges inciteront les employés à y retourner. Des entreprises proches les unes des autres peuvent se regrouper pour proposer à leurs employés un lieu de rencontre agréable. À NOTER Une réunion ou formation obligeant le personnel à interrompre son travail devrait se dérouler dans un espace qui renforce le sentiment de participer à quelque chose d important. 210

9 Parties communes et services Figure 98. Prévoir un espace de réunion et de formation suffisamment grand et équipé pour que le personnel puisse s y réunir confortablement 211

10 Ergonomie pratique en 128 points CHECKPOINT 99 Désigner des responsables pour le nettoyage et l entretien quotidiens. POURQUOI L entretien des locaux exige planification et coopération. Et c est à la direction de l entreprise qu incombe la responsabilité d organiser la mise en place de cette activité et d en attribuer la responsabilité à certains cadres et employés. L entretien quotidien ne doit pas non plus être effectué à la dernière minute. Il exige une bonne organisation des zones de travail, des installations de stockage et de manutention des matières sont performantes, une politique de mise au rebut et la désignation de responsables du nettoyage. COMMENT 1. La politique de l entreprise en matière de tenue des locaux doit être claire pour tous les employés. Tous les efforts seront donc déployés pour assurer leur propreté et pour fournir suffisamment d espaces de stockage, de moyens de transport et d installations d élimination des déchets. (Lire à ce propos les Checkpoints 1 à 21 du présent manuel, qui traitent du stockage et de la manutention). Utiliser un revêtement de sols adapté aux tâches et facile à nettoyer. Prévoir des espaces réservés au stockage du matériel de nettoyage dans ou près de la zone de travail à nettoyer. Pour le nettoyage et l entretien quotidiens qui nécessitent de manipuler des produits chimiques, s assurer que le personnel a été formé sur les précautions à prendre et les risques posés par ces produits. À NOTER Un bon entretien des locaux ne s improvise pas. Le travail de préparation et de mise en oeuvre qu il implique sera aussi une excellente expérience pour organiser d autres améliorations sur le lieu de travail. Commencer par désigner des équipes qui se chargeront de ces tâches. 2. Attribuer à une équipe dirigée par un chef d équipe la responsabilité du nettoyage et de l entretien quotidien de chaque zone de travail. 3. Demander à chaque équipe d inspecter régulièrement la zone de travail qu elle gère et d évaluer le niveau de bonne tenue de cette zone. 4. Discuter avec les chefs d équipe des mesures qui pourraient les aider à maintenir les locaux propres et en ordre. QUELQUES CONSEILS SUPPLÉMENTAIRES Parmi les moyens qui facilitent le nettoyage et l entretien quotidien des locaux, on citera la signalisation des voies de circulation et des sorties ; des espaces réservés au stockage ; des étagères ou supports en nombre suffisant pour ranger les matières et produits en cours ; l utilisation de chariots, transpalettes manuelles et palettes ; et des poubelles. 212

11 Parties communes et services Figure 99. Désigner des équipes qui se chargeront de l entretien quotidien et du nettoyage 213

Prévention LES LOCAUX SOCIAUX. Infos INTRODUCTION : SOMMAIRE :

Prévention LES LOCAUX SOCIAUX. Infos INTRODUCTION : SOMMAIRE : Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Dordogne - Infos Prévention n 10 Septembre 2008 Infos Prévention LES LOCAUX SOCIAUX SOMMAIRE : LES LOCAUX SOCIAUX Introduction Les locaux de

Plus en détail

FICHE D ENTREPRISE. Etablie en application de l article R. 4624-37 du code du travail Conforme à l arrêté du 29 mai 1989

FICHE D ENTREPRISE. Etablie en application de l article R. 4624-37 du code du travail Conforme à l arrêté du 29 mai 1989 I RENSEIGNEMENTS D ORDRE GÉNÉRAL 1. Date d établissement de la fiche FICHE D ENTREPRISE Etablie en application de l article R. 462437 du code du travail Conforme à l arrêté du 29 mai 1989 Médecin du travail

Plus en détail

Restauration d entreprise

Restauration d entreprise A s s o c i a t i o n d e s R e s p o n s a b l e s d e S e r v i c e s G é n é r a u x F a c i l i t i e s M a n a g e r s A s s o c i a t i o n Restauration d entreprise L article R. 4228-19 du Code

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 6, al. 4, et 40 de la loi du 13 mars 1964 1 sur le travail (loi), arrête: Objet et champ d application

Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 6, al. 4, et 40 de la loi du 13 mars 1964 1 sur le travail (loi), arrête: Objet et champ d application Ordonnance 3 relative à la loi sur le travail (Hygiène, OLT 3) 822.113 du 18 août 1993 (Etat le 1 er mai 2010) Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 6, al. 4, et 40 de la loi du 13 mars 1964 1 sur le

Plus en détail

ENTRETIEN DES LOCAUX Date de dernière mise à jour : 20/11/06

ENTRETIEN DES LOCAUX Date de dernière mise à jour : 20/11/06 Page 1 sur 8 ENTRETIEN DES LOCAUX ASPECT REGLEMENTAIRE En matière d entretien et de nettoyage des locaux, la règlementation impose à l autorité territoriale certaines opérations : Tenir en état constant

Plus en détail

Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 6, al. 4, et 40 de la loi du 13 mars 1964 2 sur le travail (loi), arrête: Objet et champ d application

Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 6, al. 4, et 40 de la loi du 13 mars 1964 2 sur le travail (loi), arrête: Objet et champ d application Ordonnance 3 relative à la loi sur le travail (OLT 3) (Protection de la santé) 1 822.113 du 18 août 1993 Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 6, al. 4, et 40 de la loi du 13 mars 1964 2 sur le travail

Plus en détail

L eau et la santé sont indissociables

L eau et la santé sont indissociables L eau, indispensable à notre hygiène quotidienne L hygiène repose sur le respect de règles de conduites quotidiennes qui permettent de préserver sa santé. L être humain est porteur de nombreux micro-organismes

Plus en détail

COMPTE RENDU CONTRÔLE HYGIENOSCOPIE

COMPTE RENDU CONTRÔLE HYGIENOSCOPIE COMPTE RENDU CONTRÔLE HYGIENOSCOPIE Client : JEAN CUISTOT TRAITEUR 31 RUE DE L 'OCEAN 17510 CHIVES jeancuistot.traiteur@club-internet.fr Tél. 05 46 33 64 21 Date de l'examen : 28-oct-2013 Technicien :

Plus en détail

GUIDE DE LAVAGE, DÉSINFECTION ET SÉCHAGE DES PORCHERIES

GUIDE DE LAVAGE, DÉSINFECTION ET SÉCHAGE DES PORCHERIES fiche technique GUIDE DE LAVAGE, DÉSINFECTION ET SÉCHAGE DES PORCHERIES MAINTENIR LA SANTÉ DES ÉLEVAGES La maladie dans un élevage est une menace constante aux conséquences économiques pouvant être désastreuses.

Plus en détail

Bonnes pratiques d hygiènes alimentaires pour le poisson 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F)

Bonnes pratiques d hygiènes alimentaires pour le poisson 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) Bonnes pratiques d hygiènes alimentaires pour le poisson 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) Dès que le poisson entre dans votre usine, vous

Plus en détail

COMMISSION PARITAIRE DE LA CONSTRUCTION. Convention collective du travail du.(wol/o) Humanisation du travail. Chapitre I - Dispositions communes

COMMISSION PARITAIRE DE LA CONSTRUCTION. Convention collective du travail du.(wol/o) Humanisation du travail. Chapitre I - Dispositions communes COMMISSION PARITAIRE DE LA CONSTRUCTION Art. 1 Convention collective du travail du.(wol/o) Humanisation du travail Chapitre I - Dispositions communes Sans préjudice des dispositions des articles 73 à 103

Plus en détail

GUIDE QUALITE ARSEG S O M M A I R E METIER PROPRETE OBJET ET DOMAINE D'APPLICATION GLOSSAIRE SPECIFIQUE AU METIER

GUIDE QUALITE ARSEG S O M M A I R E METIER PROPRETE OBJET ET DOMAINE D'APPLICATION GLOSSAIRE SPECIFIQUE AU METIER GUIDE QUALITE ARSEG S O M M A I R E METIER PROPRETE CHAPITRE 1 OBJET ET DOMAINE D'APPLICATION CHAPITRE 2 GLOSSAIRE SPECIFIQUE AU METIER CHAPITRE 3 CONTEXTE 3-1- Caractéristiques de l'activité propreté

Plus en détail

CHECKPOINT 72 À NOTER POURQUOI COMMENT QUELQUES CONSEILS SUPPLÉMENTAIRES. Favoriser le travail à la lumière naturelle.

CHECKPOINT 72 À NOTER POURQUOI COMMENT QUELQUES CONSEILS SUPPLÉMENTAIRES. Favoriser le travail à la lumière naturelle. Ergonomie pratique en 128 points CHECKPOINT 72 Favoriser le travail à la lumière naturelle. POURQUOI La lumière naturelle est la meilleure forme d éclairage. Économique, elle permet de réduire les coûts

Plus en détail

grille de Conformité Réglementaire

grille de Conformité Réglementaire N D ordre Objet Références Exigences 1 Prestations en SST Code de Travail C T : loi n 66 27 du 30/04/1966 modifié par la loin n 94 29 du 21/02/1994 et la loi n 96 62 du 15/07/1996 : grille de Conformité

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE DU PERSONNEL

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE DU PERSONNEL PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE DU PERSONNEL SOMMAIRE 1. CONSTRUCTION... 3 1.1 MESURES D HYGIENE... 3 1.1.1 Eclairage Art. R.4213-2 et suivants / Art. R.4223-1 et suivants... 3 1.1.2 Aération - assainissement

Plus en détail

Usage sécurisé des pesticides

Usage sécurisé des pesticides COLEACP PIP Usage sécurisé des pesticides Stockage sans risques 6 Filières fruits et légumes en pays ACP Brochure destinée au personnel d encadrement d ouvriers agricoles et de petits producteurs Le PIP

Plus en détail

Plan Canicule. En été, les périodes de canicule sont particulièrement propices aux coups de chaleur et plusieurs facteurs peuvent y contribuer.

Plan Canicule. En été, les périodes de canicule sont particulièrement propices aux coups de chaleur et plusieurs facteurs peuvent y contribuer. Plan Canicule Fiche 3.2 : Les travailleurs En été, les périodes de canicule sont particulièrement propices aux coups de chaleur et plusieurs facteurs peuvent y contribuer. Facteurs environnementaux Ensoleillement

Plus en détail

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants Date d impression : 23/08/02 Valable à partir du : 08.08.01 Page: 1/7 1. Identification de la substance ou préparation et de la Société Données relatives au produit : Nom commercial : KNAUF ZADUR Mortier

Plus en détail

Santé sécurité et conditions de travail dans les crèches, jardins d enfant, halte garderie, maternelles

Santé sécurité et conditions de travail dans les crèches, jardins d enfant, halte garderie, maternelles http://www.sud-travail-affaires-sociales.org Travail affaires sociales Santé sécurité et conditions de travail dans les crèches, jardins d enfant, halte garderie, maternelles Voir la fiche secteur tertiaire

Plus en détail

10,0 représentants syndicaux. 5. Hygiène et salubrité - Pièce satellite pour le service d entretien ménager. 4,0 018 FACTEUR DE CONVERSION F1 1.

10,0 représentants syndicaux. 5. Hygiène et salubrité - Pièce satellite pour le service d entretien ménager. 4,0 018 FACTEUR DE CONVERSION F1 1. 1.1 Description Les espaces de soutien au personnel permettent de fournir aux employés les commodités nécessaires, telles que des espaces pour déposer leurs effets personnels, se changer de vêtements,

Plus en détail

DIS 2271 Biberonnerie: Infrastructure, installation et hygiène [2271] v5

DIS 2271 Biberonnerie: Infrastructure, installation et hygiène [2271] v5 Unité Provinciale de :... Date :... Contrôleur Responsable:... N :... Opérateur :... N unique :... Adresse :...... DIS 2271 Biberonnerie: Infrastructure, installation et hygiène [2271] v5 C : conforme

Plus en détail

Hygiène alimentaire. Introduction

Hygiène alimentaire. Introduction Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) Hygiène alimentaire Introduction Le temps de travail ne permet pas souvent aux salariés de déjeuner chez eux

Plus en détail

Evaluation des risques professionnels dans un laboratoire de toxicologie par le guide Déparis

Evaluation des risques professionnels dans un laboratoire de toxicologie par le guide Déparis Evaluation des risques professionnels dans un laboratoire de toxicologie par le guide Déparis Coordinateur: Dr Mohamed Adnène HENCHI, M.C.A., Université de Monastir, Tunisie Participants: Interne en médecine

Plus en détail

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Applicable au 1 er janvier 2006 Objectif : Etablit les règles générales en matière d hygiène, est directement applicable

Plus en détail

Liste de contrôle interne - Evaluation du système d autocontrôle

Liste de contrôle interne - Evaluation du système d autocontrôle I. Exigences en matière de conformité des locaux et de l environnement de travail Environnement de travail et aménagement des locaux Chapitre O N NA 1 Un courant unidirectionnel est suivi par les denrées

Plus en détail

CAHIER TECHNIQUE C.T. 01 PRÉPARATION DU SECTEUR D INTERVENTION 1) Arrêter et calfeutrer les systèmes de ventilation et de traitement d air, afin d empêcher que toute poussière ne se propage vers les autres

Plus en détail

Doux éclairage de la pièce par spots à lumière diffuse. Lumière romantique des chandelles

Doux éclairage de la pièce par spots à lumière diffuse. Lumière romantique des chandelles Doux éclairage de la pièce par spots à lumière diffuse Lumière romantique des chandelles Eclairage intégré dans la hotte Zone de travail exempte d ombres Eclairage ponctuel par spots Température des couleurs

Plus en détail

RAPPORT Méthode de Dépistage Participatif des Risques (Déparis)

RAPPORT Méthode de Dépistage Participatif des Risques (Déparis) RAPPORT Méthode de Dépistage Participatif des Risques (Déparis) Entreprise: Hôpital NNN Situation de travail: Maternité Coordinateur: Ann Schietecatte Personnes ayant participé à l'étude: 1 aide infirmière

Plus en détail

www.vac-location.com Location de Véhicules Autonomes de Cantonnement Solutions Base Vie Clés en Main pour Chantiers

www.vac-location.com Location de Véhicules Autonomes de Cantonnement Solutions Base Vie Clés en Main pour Chantiers www.vac-location.com Location de Véhicules Autonomes de Cantonnement Solutions Base Vie Clés en Main pour Chantiers CONTEXTE Application plus stricte des dispositions réglementaires relatives à l accueil

Plus en détail

DEPISTAGE PARTICIPATIF DES RISQUES (DEPARIS)

DEPISTAGE PARTICIPATIF DES RISQUES (DEPARIS) DEPISTAGE PARTICIPATIF DES RISQUES (DEPARIS) Entreprise: *** Coordinateur: Dr Mohamed Adnène HENCHI, M.C.A., Université de Monastir, Tunisie Situation de travail : Machine *** Responsables : * Ingénieur

Plus en détail

Construire un plan de nettoyage et de désinfection

Construire un plan de nettoyage et de désinfection Construire un plan de nettoyage et de désinfection Docteur Régine POTIÉ-RIGO Médecin du Travail Mlle Laetitia DAVEZAT IPRP Ingénieur Hygiène/Sécurité Mme Laetitia MARCHE Technicienne des services généraux

Plus en détail

Document unique d évaluation des risques professionnels

Document unique d évaluation des risques professionnels Document unique d évaluation des risques professionnels La loi n 91-1414 du 31 décembre 1991 (article L.230-2 du Code du travail), demande au chef d établissement de prendre toutes les mesures nécessaires

Plus en détail

FEDERATION FRANCAISE DES BANQUES ALIMENTAIRES

FEDERATION FRANCAISE DES BANQUES ALIMENTAIRES FEDERATION FRANCAISE DES BANQUES ALIMENTAIRES,IMMMID/CG FBA 2002.134 III RESSOURCES HUMAINES ET ADMINISTRATION Gentilly, le 5 décembre 2002 Destinataires : Toutes les Banques Alimentaires Objet : Ei7aluation

Plus en détail

Hygiène alimentaire. Réglementation. Restaurants et commerces alimentaires

Hygiène alimentaire. Réglementation. Restaurants et commerces alimentaires Hygiène alimentaire Réglementation Restaurants et commerces alimentaires Hygiène alimentaire Sommaire Avant de s installer, les démarches à suivre p.3/4 Concevoir la cuisine p.5 Hygiène - Les bonnes pratiques

Plus en détail

Evaluation des risques professionnels dans les laboratoires du *** par le guide Déparis Laboratoire de biochimie

Evaluation des risques professionnels dans les laboratoires du *** par le guide Déparis Laboratoire de biochimie Evaluation des risques professionnels dans les laboratoires du *** par le guide Déparis Laboratoire de biochimie Coordinateur: Dr Mohamed Adnène HENCHI, M.C.A., Université de Monastir, Tunisie Participants

Plus en détail

NOTICE DEMARCHE HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE

NOTICE DEMARCHE HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE COMPLEXE CINEMATOGRAPHIQUE DU PLATEAU DE LA BRIE PROJET DE CINEMA SUR LE TERRITOIRE DE COULOMMIERS NOTICE DEMARCHE HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE MAITRE D OUVRAGE: COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA BRIE DES

Plus en détail

Risques liés à l environnement

Risques liés à l environnement Ergonomie pratique en 128 points CHECKPOINT 88 Isoler ou couvrir les machines ou parties de machines bruyantes. POURQUOI Sur beaucoup de lieux de travail, le niveau sonore de machines peut nuire à l audition

Plus en détail

Les produits phytosanitaires

Les produits phytosanitaires Les produits phytosanitaires La plupart des collectivités utilisent des herbicides pour le désherbage de la voirie et des espaces verts, dans un objectif esthétique et d entretien des infrastructures.

Plus en détail

Quelles normes dans les ateliers de vitrail? Par Philippe LAURENT, Cerfav Dossier mis à jour en septembre 2010

Quelles normes dans les ateliers de vitrail? Par Philippe LAURENT, Cerfav Dossier mis à jour en septembre 2010 Quelles normes dans les ateliers de vitrail? Par Philippe LAURENT, Cerfav Dossier mis à jour en septembre 2010 Les rejets dans l atmosphère Ils doivent être contrôlés. La liste des entreprises agréées

Plus en détail

maison-et-compagnie.com

maison-et-compagnie.com FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ Nom de la préparation : CREME NETTOYANTE PLAQUES VITROCERAMIQUES ET INDUCTIONS 1 IDENTIFICATION DE LA PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ Nom du produit : CREME NETTOYANTE PLAQUES

Plus en détail

Liste de contrôle d auto-évaluation pour le niveau de confinement 1 pour les phytoravageurs

Liste de contrôle d auto-évaluation pour le niveau de confinement 1 pour les phytoravageurs Bureau du confinement des biorisques et de la sécurité Office of Biohazard, Containment and Safety Direction générale des sciences Science Branch 59, promenade Camelot 59 Camelot Drive Ottawa ON K1A 0Y9

Plus en détail

GUIDE PRATIQUE DU CLASSEMENT AFILOG

GUIDE PRATIQUE DU CLASSEMENT AFILOG GUIDE PRATIQUE DU CLASSEMENT AFILOG PLATEFORME LOGISTIQUE / QUAI DE MESSAGERIE / ENTREPÔT FRIGORIFIQUE Septembre 2011 Mise en application : 16/11/2011 Certivéa Septembre 2011 Classement AFILOG «Plateforme

Plus en détail

ENREGISTREMENT À TITRE DE PROPRIÉTAIRE DE SALON

ENREGISTREMENT À TITRE DE PROPRIÉTAIRE DE SALON ENREGISTREMENT À TITRE DE PROPRIÉTAIRE DE SALON Nom Date Les documents nécessaires pour compléter la certification de Propriétaire de Salon se trouvent ci-après. Indiquez la classe de salon : Coiffure

Plus en détail

Programme de prévention Service de sécurité incendie

Programme de prévention Service de sécurité incendie Général ACCÈS AUX BÂTIMENTS diverses, chutes et glissades Prévenir le supérieur immédiat lorsque l accès au bâtiment n est pas sécuritaire. Installer un système d éclairage aux entrées et dans le stationnement

Plus en détail

REGISTRE DE SANTE ET DE SECURITE AU TRAVAIL. «La sécurité est l affaire de tous»

REGISTRE DE SANTE ET DE SECURITE AU TRAVAIL. «La sécurité est l affaire de tous» REGISTRE DE SANTE ET DE SECURITE AU TRAVAIL «La sécurité est l affaire de tous» Le registre est ouvert en application des dispositions de l article 3-1 du décret 85-603 du 10 juin 1985 modifié relatif

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL

SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL Références réglementaires : Règlement N 178/2002 établissant les principes généraux et les prescriptions générales de la législation alimentaire

Plus en détail

CENTRE NUMERIQUE DU JURA REGLEMENTS, CONDITIONS ET ACCES AUX SERVICES

CENTRE NUMERIQUE DU JURA REGLEMENTS, CONDITIONS ET ACCES AUX SERVICES CENTRE NUMERIQUE DU JURA REGLEMENTS, CONDITIONS ET ACCES AUX SERVICES L ensemble des règles définies ci-après constitue le Règlement Intérieur du Centre nécessaire à sa bonne marche et à la satisfaction

Plus en détail

Expo 60+ 09/10/2009. sodexo.com

Expo 60+ 09/10/2009. sodexo.com Expo 60+ 09/10/2009 Smiley AFSCA en restauration collective - De la législation à la mise en application sodexo.com Sommaire 1. Définition & législation 2. Mise en application page 2 Développement d un

Plus en détail

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/informations sur les composants.

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/informations sur les composants. Date d impression : 9/07/2007 Valable à partir du : 05/06/2007 Page: 1/5 1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. Données relatives au produit : Mortier Colle pour collage en

Plus en détail

La charte des comportements Hygiène- Qualité - Sécurité de nos produits 1

La charte des comportements Hygiène- Qualité - Sécurité de nos produits 1 La charte des comportements Hygiène- Qualité - Sécurité de nos produits 1 Nous n existons que grâce à la fidélité et la satisfaction des nos clients (et des consommateurs). Or, vous qui êtes autant producteurs

Plus en détail

Règlement général d hygiène et de sécurité en vigueur au sein de la Société des Carrières de Hautes Provence.

Règlement général d hygiène et de sécurité en vigueur au sein de la Société des Carrières de Hautes Provence. Règlement général d hygiène et de sécurité en vigueur au sein de la Société des Carrières de Hautes Provence. 1 REGLES GENERALES 1.1 Disposition générale Le personnel est tenu de se conformer strictement

Plus en détail

Fiche de poste : Agent d entretien FICHE DE POSTE. AGENT d ENTRETIEN 1/7

Fiche de poste : Agent d entretien FICHE DE POSTE. AGENT d ENTRETIEN 1/7 FICHE DE POSTE AGENT d ENTRETIEN Fiche de poste actualisée le lundi 18 février 2013 1/7 1 SOMMAIRE 2 Positionnement... 3 3 Relations internes et externes... 3 4 Presentation du service entretien... 4 5

Plus en détail

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1.

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1. Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1 Juin 2015 NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE P. 2 sur 8 SOMMAIRE 1 Hygiène...

Plus en détail

LA DEMARCHE GLOBALE DE PREVENTION

LA DEMARCHE GLOBALE DE PREVENTION LA DEMARCHE GLOBALE DE PREVENTION La méthode HACCP olet 2 : Guide de mise en œuvre Constitution et réunion de l équipe HACCP 1- Définition de la méthode Année n+1 Participation active des agents 2-1.Évaluation

Plus en détail

Individuels - équipement de protection auditive adaptée et en bon état

Individuels - équipement de protection auditive adaptée et en bon état AMBIANCES : BRUIT Source de bruit du type : - matériels, machines, outils - signaux sonores - conversation - Exposition à des amplitudes sonores trop importantes - intégration à la conception des locaux

Plus en détail

Guide d évaluation des risques

Guide d évaluation des risques Guide d évaluation des risques Pressing SR 108 PREV 04/2015 Ce guide a été réalisé par la Carsat Pays de la Loire et les Services de Santé au Travail de la Loire Atlantique et du Maine et Loire. Il comprend

Plus en détail

Présentation de l entreprise l postes de travail. Illustration du guide SOBANE Risques d incendie d. Présentation des postes de travail: Bureau

Présentation de l entreprise l postes de travail. Illustration du guide SOBANE Risques d incendie d. Présentation des postes de travail: Bureau Illustration du guide SOBANE Risques d incendie d ou d explosiond Caroline Pirotte Ergonome Présentation de l entreprise l et des postes de travail Hôtel situé à Bruxelles Ville +/- 90 travailleurs +/-

Plus en détail

500 ml. BASF Agro S.A.S. 21, chemin de la Sauvegarde 69134 ECULLY cedex Tél. 04 72 32 45 45

500 ml. BASF Agro S.A.S. 21, chemin de la Sauvegarde 69134 ECULLY cedex Tél. 04 72 32 45 45 MYTHIC 10 SC Préparation biocide (TP18) pour lutter contre les fourmis et les punaises des lits Suspension concentrée (SC) contenant : 106 g/l de chlorfenapyr (N CAS : 122453-73-0) MYTHIC 10 SC - (chlorfénapyr

Plus en détail

Le Président du Centre de Gestion. Mesdames et Messieurs Les Maires et Présidents Des collectivités affiliées

Le Président du Centre de Gestion. Mesdames et Messieurs Les Maires et Présidents Des collectivités affiliées Centre Départemental de Gestion du Cher ZA Le Porche 18340 PLAIMPIED-GIVAUDINS Tél. : 02.48.50.82.50 Fax : 02.48.50.37.59 www.cdg18.fr Adresse postale B.P. 2001 18026 BOURGES Cedex Le Président du Centre

Plus en détail

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS

ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS ENQUÊTE SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS Cette étude a été réalisée auprès de six entreprises de transport urbain de voyageurs, sur le territoire de la CINOR, sur la base des déclarations des

Plus en détail

Aménagement physique des locaux. Alex Stanoprud Consultant alimentaire Agri-Vision

Aménagement physique des locaux. Alex Stanoprud Consultant alimentaire Agri-Vision Aménagement physique des locaux Alex Stanoprud Consultant alimentaire Agri-Vision 1. Connaissons-nous le domaine d activités? 2. Normes, exigences, règles, contrôles MAPAQ ACIA Santé Canada HACCP GFSI

Plus en détail

Compétences pour vivre chez soi (exemple d Arnaud)

Compétences pour vivre chez soi (exemple d Arnaud) Compétences pour vivre chez soi (exemple d Arnaud) Arnaud Arnaud a 32 ans. Il présente de l'autisme et une déficience intellectuelle modérée. Arnaud vit seul dans sa maison. En journée, il va dans un service

Plus en détail

LES INSTALLATIONS SANITAIRES

LES INSTALLATIONS SANITAIRES F I C H E P R E V E N T I O N N 0 9 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LES INSTALLATIONS SANITAIRES INTRODUCTION Les autorités territoriales doivent mettre à la disposition des travailleurs les moyens d assurer

Plus en détail

JAMAIS VOUS N OSERIEZ RÉSERVER UNE TELLE SURPRISE À VOS HÔTES! NOUS FAISONS LA DIFFÉRENCE L HYGIÈNE DE L AIR

JAMAIS VOUS N OSERIEZ RÉSERVER UNE TELLE SURPRISE À VOS HÔTES! NOUS FAISONS LA DIFFÉRENCE L HYGIÈNE DE L AIR JAMAIS VOUS N OSERIEZ RÉSERVER UNE TELLE SURPRISE À VOS HÔTES! NOUS FAISONS LA DIFFÉRENCE L HYGIÈNE DE L AIR SANS L HYGIÈNE DU SYSTÈME DE VENTILATION, CEPENDANT, C EST JUSTEMENT CE QUE VOUS RISQUEZ! L

Plus en détail

Prothésistes dentaires. Aide au cahier des charges d un nouveau laboratoire

Prothésistes dentaires. Aide au cahier des charges d un nouveau laboratoire Prothésistes dentaires Aide au cahier des charges d un nouveau laboratoire Carsat Centre Ouest Assurance des risques professionnels 37, avenue du Président René Coty 87048 LIMOGES CEDEX LOCAUX DE TRAVAIL

Plus en détail

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter

Profitez au mieux de votre logement économe en énergie. Bâtiment basse consommation. Ce qu il faut savoir et comment vous adapter CONSEILS AUX PARTICULIERS Bâtiment basse consommation Profitez au mieux de votre logement économe en énergie Ce qu il faut savoir et comment vous adapter Que vous apporte un bâtiment économe en énergie?

Plus en détail

Présentation de l entreprisel. Illustration du guide SOBANE Locaux sociaux. Type d activitd. activités. Ann Schietecatte

Présentation de l entreprisel. Illustration du guide SOBANE Locaux sociaux. Type d activitd. activités. Ann Schietecatte Présentation de l entreprisel Illustration du guide SOBNE Locaux sociaux nn Schietecatte Ergonome Entreprise secteur métalliquem Construction métalliquem Portillons non gardiennés s (PNG) Barrières res

Plus en détail

PLAN DE PRÉVENTION Modèle de Plan de prévention proposé par le CDG41 Service Prévention Version 1 janvier 2015

PLAN DE PRÉVENTION Modèle de Plan de prévention proposé par le CDG41 Service Prévention Version 1 janvier 2015 PLAN DE PRÉVENTION PLAN DE PREVENTION Qu est-ce qu un plan de prévention? C est un document dans lequel sont notifiées les mesures de coordination générales prises pour prévenir les risques liés à l interférence

Plus en détail

QUESTIONNAIRE BONNES PRATIQUES D HYGIENE. Mod Etapes Questions (106 questions) Réponse (oui/ non) Généralités : implantation des équipements

QUESTIONNAIRE BONNES PRATIQUES D HYGIENE. Mod Etapes Questions (106 questions) Réponse (oui/ non) Généralités : implantation des équipements Page : 1/5 Nom du client : Adresse du client : Nom du rédacteur : Numéro téléphone : Adresse courriel : Date d envoi : Mod Etapes Questions (106 questions) Réponse (oui/ non) Généralités : implantation

Plus en détail

DIS 2271 Biberonnerie: Infrastructure, équipements et hygiène [2271] v2

DIS 2271 Biberonnerie: Infrastructure, équipements et hygiène [2271] v2 Unité Provinciale de :... Date :... Contrôleur Responsable:... N :... Opérateur :... N unique :... Adresse :...... DIS 2271 Biberonnerie: Infrastructure, équipements et hygiène [2271] v2 C : conforme NC

Plus en détail

Risque plomb chez les peintres en bâtiment EMPLOYEURS ET ARTISANS. Les intoxications au plomb existent toujours!!!

Risque plomb chez les peintres en bâtiment EMPLOYEURS ET ARTISANS. Les intoxications au plomb existent toujours!!! Risque plomb chez les peintres en bâtiment EMPLOYEURS ET ARTISANS Les intoxications au plomb existent toujours!!! Fin 2008, plusieurs chantiers de la région Centre ont donné lieu à des intoxications au

Plus en détail

b) Elaborer une notice décrivant les locaux et leur destination, l équipement, le matériel utilisé.

b) Elaborer une notice décrivant les locaux et leur destination, l équipement, le matériel utilisé. Date de mise à jour : octobre 2004 CONSEIL, AIDES ET OUTILS A LA GESTION DES ETABLISSEMENTS ASSURANT UN SERVICE DE RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL, FABRICANT DES PREPARATIONS CULINAIRES ELABOREES

Plus en détail

Déversements de pesticides

Déversements de pesticides Chapitre 26 Déversements de pesticides Dans ce chapitre Mots-clés Accidents Loi sur les pesticides et Loi sur la protection de l environnement Après avoir étudié la matière de ce chapitre, vous serez en

Plus en détail

1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE

1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE FICHE DE DONNEES DE SECURITE ULTIMEG 2002T DATE DE RÉVISION : 03/02/2005 1 IDENTIFICATION DE LA SUBSTANCE/PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ/ENTREPRISE NOM DE PRODUIT ULTIMEG 2002T NO DE PRODUIT : U2002T DISTRIBUTEUR

Plus en détail

TRAVAUX SUR CANALISATIONS EN PLOMB

TRAVAUX SUR CANALISATIONS EN PLOMB TRAVAUX SUR CANALISATIONS EN PLOMB EMPLOYEURS Comment protéger la santé de vos salariés? Services de santé au travail Le plomb a été largement utilisé pour la fabrication de canalisations d eau potable

Plus en détail

CAP SCIENCES 01-07-2015. Annexe 2. Cahier des charges de l aménagement des bureaux. CDC aménagement des bureaux Page 1 sur 20

CAP SCIENCES 01-07-2015. Annexe 2. Cahier des charges de l aménagement des bureaux. CDC aménagement des bureaux Page 1 sur 20 Annexe 2 Cahier des charges de l aménagement des bureaux CDC aménagement des bureaux Page 1 sur 20 1. GENERALITES...3 2. PLANS GENERAUX (des fichiers Autocad pourront être donnés en sus des plans papier)

Plus en détail

Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire

Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire 1 2 3 4 Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire Partie 1 Chapitre 3: Locaux et matériel 5 6 7 8 9 10 11 12 13 PRINCIPE Les locaux et le matériel doivent être situés,

Plus en détail

Pouvoir adjudicateur : CPAS d Evere, square S. Hoedemaecker, 11 à 1140 Evere

Pouvoir adjudicateur : CPAS d Evere, square S. Hoedemaecker, 11 à 1140 Evere Entreprise :. Chantier : Désamiantage du Home Roger Decamps sis rue de Zaventem, 60 à 1140 Evere Tableau d évaluation qualitative des offres en matière de sécurité et santé AVERTISSEMENT AU SOUMISSIONNAIRE

Plus en détail

AGENT DE DECHETERIE RISQUES LIES AUX CONTRAINTES ORGANISATIONNELLES ET A LA CHARGE DE TRAVAIL

AGENT DE DECHETERIE RISQUES LIES AUX CONTRAINTES ORGANISATIONNELLES ET A LA CHARGE DE TRAVAIL AGENT DE DECHETERIE Une déchèterie est un lieu clôturé et gardienné où les particuliers et professionnels déposent des déchets ne rentrant pas dans le cadre de la collecte des déchets ménagers. Cette fiche

Plus en détail

1. IDENTIFICATION DE LA PREPARATION ET DE L ENTREPRISE

1. IDENTIFICATION DE LA PREPARATION ET DE L ENTREPRISE Page 1/5 1. IDENTIFICATION DE LA PREPARATION ET DE L ENTREPRISE Nom du produit KOD COULEURS SEJOURS ET CHAMBRES SATIN Usage prévu Revêtements en phase aqueuse pour intérieurs Fournisseur INDUSTRIAS QUÍMICAS

Plus en détail

INTRODUCTION à la TECHNOLOGIE du BATIMENT TOME I INSTALLATION DE CHANTIER 29/12/2010

INTRODUCTION à la TECHNOLOGIE du BATIMENT TOME I INSTALLATION DE CHANTIER 29/12/2010 INTRODUCTION à la TECHNOLOGIE du BATIMENT TOME I INSTALLATION DE CHANTIER 29/12/2010 SOMMAIRE I- Le Plan d Installation de Chantier (PIC) II- Les cantonnements III- Les matériels du chantier 2 I- Le PIC

Plus en détail

Annexe 3 Les procédures de gestion de déchets de soins médicaux à appliquer aux laboratoires médicaux

Annexe 3 Les procédures de gestion de déchets de soins médicaux à appliquer aux laboratoires médicaux Annexe 3 Les procédures de gestion de déchets de soins médicaux à appliquer aux laboratoires médicaux (181) La gestion des déchets de soins médicaux dans les laboratoires médicaux reste une question sensible

Plus en détail

Classement des appartements / maisons «City Break Gîtes de France»

Classement des appartements / maisons «City Break Gîtes de France» Classement des appartements / maisons «City Break Gîtes de France» Les éléments en gras dans chaque catégorie de classement sont des normes demandées en plus ou à la place de celles du classement inférieur.

Plus en détail

Manuel de la sécurité et de la protection de la santé au travail (SST)

Manuel de la sécurité et de la protection de la santé au travail (SST) Manuel de la sécurité et de la protection de la santé au travail (SST) Manuel SST Version 1 - mai 2007 Etat de Fribourg Service du personnel et d'organisation rue Joseph-Piller 13 1700 Fribourg SUISSE

Plus en détail

Hygiène alimentaire. Restaurants et commerces alimentaires. Réglementation

Hygiène alimentaire. Restaurants et commerces alimentaires. Réglementation Double Mixte - Illustration : M.-M. Bougard - Direction de la communication Ville de Nantes (2008) Hygiène alimentaire Mairie de Nantes Service Hygiène, Manifestations et Sécurité civile Secteur hygiène

Plus en détail

Salle de bains FICHE TECHNIQUE

Salle de bains FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Salle de bains 2 4 7 CONNAÎTRE > Une pièce humide > Les équipements > Production d eau chaude sanitaire > Les revêtements du sol et des murs > L installation électrique > Les réseaux d

Plus en détail

Commune de Saint André de Corcy Route de Monthieux Bp 29 01390 Saint André de Corcy

Commune de Saint André de Corcy Route de Monthieux Bp 29 01390 Saint André de Corcy CAHIER DES CHARGES ENTRETIEN DES SALLES DE SPORT Commune de Saint André de Corcy Route de Monthieux Bp 29 01390 Saint André de Corcy Tél : 04 72 26 10 30 Fax : 04 72 26 13 36 Objet du marché NETTOYAGE

Plus en détail

PIECE V - NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE

PIECE V - NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE PIECE V - NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE 1 Pièce V Notice d hygiène et de sécurité Page 1 SOMMAIRE I.ORGANISATION GÉNÉRALE...4 A-Effectif et rythme de travail...4 B-C.H.S.C.T...4 C-Formation et information

Plus en détail

MSDS CUPREX 50%WG 2/5 Date d imprimer: 31/08/06

MSDS CUPREX 50%WG 2/5 Date d imprimer: 31/08/06 MSDS CUPREX 50%WG 1/5 FICHE DE SECURITE CUPREX 50% WG 1. Identification de la substance / préparation t de la société / entreprise 1.1. Identification de la substance / préparation Nom commercial: CUPREX

Plus en détail

Mesures de santé sécurité au travail (MSST)

Mesures de santé sécurité au travail (MSST) Mesures de santé sécurité au travail (MSST) H Bienvenue Direction de sécurité Hospices-CHUV Organisation P. Rubin Directeur général adj. D. Willimann S. Toffel Secrétariat P. Kündig Directeur de la sécurité

Plus en détail

------------------------------------ RESTRUCTURATION DE LA CRECHE MUNICIPALE DES GLACIS 2 rue André Parant - BELFORT

------------------------------------ RESTRUCTURATION DE LA CRECHE MUNICIPALE DES GLACIS 2 rue André Parant - BELFORT VILLE DE BELFORT Place d Armes 90000 BELFORT ------------------------------------ RESTRUCTURATION DE LA CRECHE MUNICIPALE DES GLACIS 2 rue André Parant - BELFORT ------------------------------------ PROGRAMME

Plus en détail

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Règlement REACH (CE) n 1907/2006. Désignation commerciale: Antimite textile CODE : HN002 et HN028

FICHE DE DONNEES DE SECURITE Règlement REACH (CE) n 1907/2006. Désignation commerciale: Antimite textile CODE : HN002 et HN028 Code Article HN002 et HN028 1/5 FICHE DE DONNEES DE SECURITE Règlement REACH (CE) n 1907/2006 1- Identification de la substance / préparation et de la Société Désignation commerciale: Antimite textile

Plus en détail

Hygiène SSOP et SPS. Les Bonnes Pratiques de Fabrication (BPF) peuvent être utilisées pour répondre à de nombreuses, voire

Hygiène SSOP et SPS. Les Bonnes Pratiques de Fabrication (BPF) peuvent être utilisées pour répondre à de nombreuses, voire Au cours de cette session de formation, nous parlerons des Procédures Opérationnelles de Propreté et de Désinfection (SSOP), des Normes de Performance d Hygiène (SPS) et des Bonnes Pratiques de Fabrication

Plus en détail

MATÉRIEL ET AMEUBLEMENT

MATÉRIEL ET AMEUBLEMENT MATÉRIEL ET AMEUBLEMENT TÉLÉPHONE Paragraphe 12(1) Le titulaire de licence fournit un téléphone en état de fonctionner sur les lieux. Toutes les garderies doivent avoir un téléphone sur les lieux, et un

Plus en détail

1. REGLEMENTATION 2. INTRODUCTION

1. REGLEMENTATION 2. INTRODUCTION 1. REGLEMENTATION Installations sanitaires : Code du travail articles R. 3121-2, R. 4222-1 à 25, R. 4223-1 à 14, R. 4225-2 à 5 et 7, R. 4228-1 à 18, R. 4412-149 et 150, R. 4722-1 à 4, 13, 14 et 26 et R.

Plus en détail

HYGIENE DANS LES OFFICES ALIMENTAIRES : les pratiques de terrain

HYGIENE DANS LES OFFICES ALIMENTAIRES : les pratiques de terrain HYGIENE DANS LES OFFICES ALIMENTAIRES : les pratiques de terrain 10èmes Journées de l A.H.P. A.Vandeputte C. Pourrier RECEPTION DES CHARIOTS Contrôle des températures : Entre la remise en température et

Plus en détail

LA CANICULE EFFETS SUR LA SANTE EN MILIEU PROFESSIONNEL

LA CANICULE EFFETS SUR LA SANTE EN MILIEU PROFESSIONNEL LA CANICULE EFFETS SUR LA SANTE EN MILIEU PROFESSIONNEL A la suite du phénomène caniculaire durant l été 2003, le gouvernement a décidé la mise en place d un plan canicule afin d anticiper et gérer ces

Plus en détail

5211 Entretien général d immeubles. Fiches descriptives. Reconnaissance des acquis et des compétences FP2009-12

5211 Entretien général d immeubles. Fiches descriptives. Reconnaissance des acquis et des compétences FP2009-12 Formation professionnelle et technique et formation continue Direction de la formation continue et du soutien 5211 Entretien général d immeubles Fiches descriptives Reconnaissance des acquis et des compétences

Plus en détail

Description des tâches 1x/jour 1x/semaine 1x/mois 1x/trimestre 1x/an BUREAU : avant 9 h 30

Description des tâches 1x/jour 1x/semaine 1x/mois 1x/trimestre 1x/an BUREAU : avant 9 h 30 Description des tâches 1/jour 1/semaine 1/mois 1/trimestre 1/an BUREAU : avant 9 h 30 Vider les poubelles, les nettoyer intégralement et changer les sacs, si nécessaire Nettoyer les traces de doigt sur

Plus en détail