Parties communes et services

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Parties communes et services"

Transcription

1 Parties communes et services

2 Ergonomie pratique en 128 points CHECKPOINT 95 Mettre des vestiaires et des sanitaires à la disposition des employés pour garantir un bon niveau d'hygiène et de propreté. POURQUOI Des vestiaires et des sanitaires en bon état sont essentiels dans toute entreprise. En nombre suffisant et d un bon niveau d'hygiène, ces installations reflètent l image d une entreprise. En plaçant les lavabos/douches aux abords du lieu de travail, il est possible de limiter l absorption de produits chimiques par la peau ou leur ingestion au cours des pauses et déjeuners. Poussières et saletés, outre qu elles sont désagréables, peuvent être à l origine de diverses maladies. Des sanitaires en bon état et propres contribuent aussi à créer une bonne ambiance. Pour assurer un bon niveau d hygiène, on pourra installer des armoires où le personnel rangera ses vêtements de travail et objets personnels. COMMENT 1. Vérifier que les lavabos, douches, toilettes, casiers et vestiaires sont à proximité des zones de travail, en nombre suffisant et correctement entretenus. 5. Établir un cahier des charges pour l entretien de ces installations. QUELQUES CONSEILS SUPPLÉMENTAIRES Les sanitaires sont très souvent négligés. Les placer au premier plan des priorités. La conception des sanitaires a des conséquences sur les coûts d entretien. Prévoir des sols et des murs dans un matériau durable et facile à entretenir (par ex. en carrelage). S assurer que ces installations sont équipées d un bon système de drainage. L aménagement des armoires doit répondre à certains critères : protéger les vêtements et objets personnels contre la détérioration et le vol, être regroupées dans un vestiaire, et de préférence aussi loin que possible des postes de travail. À NOTER Les installations aussi indispensables que lavabos, douches, toilettes et vestiaires sont souvent négligées. S assurer qu elles sont pratiques et toujours propres. Elles reflètent l image d une entreprise. 2. Prévoir d améliorer les installations existantes, notamment en termes de nombre, d emplacement et d aménagement. Ces améliorations peuvent souvent être réalisées à moindre coût. 3. Les normes en vigueur doivent servir de base, mais rien n empêche de prévoir un plus grand nombre de sanitaires. La réglementation varie selon le pays, mais la règle de base est la suivante : 1 cabinet de toilette pour 5 hommes et 2 pour 6 à 40 hommes ; un cabinet de toilette pour 5 femmes et 2 pour 6 à 30 femmes ; 1 lavabo pour 15 employés et un vestiaire avec armoires et douches si le personnel travaille dans un environnement chaud et poussiéreux, porte un uniforme ou un équipement de protection personnel ou manipule des produits toxiques. 4. Dans le cas d un réaménagement ou d une construction neuve, prévoir dans les plans des sanitaires et vestiaires adaptés à l activité de l entreprise. Ce coût sera vite amorti. 204

3 Parties communes et services Figure 95a. L hygiène personnelle est fondamentale pour prévenir les risques sanitaires, notamment lors de manipulations de produits toxiques tels que époxyde, isocyanates, plomb et pesticides. Les vêtements contaminés par des substances toxiques ne doivent pas entrer en contact avec la famille ou le lieu d habitation du personnel Figure 95b. L entretien des vestiaires et des sanitaires est essentiel pour garantir un bon niveau d'hygiène et de propreté 205

4 Ergonomie pratique en 128 points CHECKPOINT 96 Prévoir des fontaines/points d eau, une salle à manger et des toilettes pour garantir le bien-être et les performances du personnel. POURQUOI Fontaines, salles à manger et toilettes en bon état jouent un rôle prépondérant dans la prévention de la fatigue et la santé du personnel. Les employés passent une grande partie de leur journée sur le lieu de travail. Ils doivent pouvoir y boire, manger et s y reposer confortablement. Il est donc primordial de ne pas négliger ces installations. On observe souvent une importante perte d eau chez les personnes qui travaillent, notamment dans un environnement chaud. Il faut donc prévoir des points de rafraîchissement, quelles que soit les tâches exécutées. COMMENT 1. Placer des points d eau ou bonbonnes près de chaque groupe d employés, ou installer des fontaines à un endroit central (mais loin des machines dangereuses, des endroits où l eau peut être contaminée par des poussières ou polluants, et pas dans les toilettes). accueillir une petite cuisine pour préparer des boissons ou réchauffer des plats, un coin buffet ou une cantine lorsque les ressources le permettront. Il existe des moyens peu onéreux d installer des points de rafraîchissement, un coin repas et une salle de repos. Consulter le personnel pour déterminer les solutions adaptées au lieu de travail. Un petit espace peut suffire pour créer une salle à manger : il faudra 25 m2 pour 50 employés, s ils mangent à des heures différentes. À NOTER Aménager les fontaines, les coins repas et repos en fonction de l entreprise. Ces installations sont très utiles pour réduire la fatigue du personnel et maintenir un bon niveau de productivité. Des installations propres sont toujours appréciées par le personnel. 2. Prévoir une salle à manger ou un coin repas où le personnel peut manger confortablement et dans le calme (loin du poste de travail). 3. Prévoir des salles de repos loin des postes de travail et des nuisances (bruit, poussières et produits chimiques). Prévoir au moins une table et des chaises/canapés. Éviter la lumière solaire trop lumineuse. 4. Veiller à la propreté de toutes ces installations. Pour les espaces réservés aux repas et au repos, il est important de prévoir une source d eau propre pour se laver, de l eau potable ou autres rafraîchissements et des poubelles. QUELQUES CONSEILS SUPPLÉMENTAIRES S assurer que l eau potable est fraîche. S il n est pas possible d installer des fontaines réfrigérées, placer la source d eau à l endroit le plus frais possible. Lors de l aménagement de la salle à manger, prévoir un espace qui pourra éventuellement 206

5 Parties communes et services Figure 96a. Les salles à manger contribuent à la santé du personnel. Elles constituent un élément important de l entreprise Figure 96b. Exemples de points de rafraîchissement 207

6 Ergonomie pratique en 128 points CHECKPOINT 97 Impliquer les employés dans l'amélioration des parties communes et des services d hygiène. POURQUOI Les parties communes et les services sont essentiels à de bonnes conditions de travail. Par «parties communes et services», on entend les sanitaires, les fontaines, les coins repas et repos, mais aussi l accès à des soins d urgence, à des soins médicaux, à des moyens de transport et à des loisirs. Ces services représentent bien plus qu une obligation. Ils contribuent aussi à réduire la fatigue, à améliorer la productivité et à assurer la santé du personnel. Leur gestion doit être le fruit d une collaboration entre dirigeants et employés. C est par une planification et un examen menés conjointement par les dirigeants et les employés que ces installations et services assureront la fonction pour laquelle ils ont été mis en place. COMMENT 1. Déterminer, par des entretiens, conversations ou questionnaires, les besoins du personnel en matière de parties communes et services. 2. Former un comité paritaire chargé d étudier les conditions existantes et de déterminer les options disponibles pour améliorer les parties communes et services. Inviter les représentants du personnel, les cadres et les membres des commissions de sécurité et de santé, ou les représentants de la sécurité. QUELQUES CONSEILS SUPPLÉMENTAIRES Les parties communes servent tous les jours et de diverses manières. Elles peuvent être agréables à utiliser, contribuer à l hygiène et à la santé du personnel, mais aussi devenir un risque sanitaire. Des efforts redoublés pour les maintenir en état seront appréciés au-delà du temps et des coûts investis. Il existe des moyens peu onéreux d améliorer les parties communes et les services proposés par l entreprise. S inspirer des exemples déjà réalisés au sein de l entreprise, mais aussi dans d autres sociétés. La réparation et l entretien des parties communes, bien qu essentiels, sont souvent négligés. La réparation et la maintenance doivent être planifiées (et réalisées) par toutes les personnes concernées. À NOTER Les employés accordent une grande importance aux toilettes, aux trousses de premiers soins, aux salles à manger et aux vestiaires. Planifier dès aujourd hui avec le personnel les améliorations pouvant être apportées aux parties communes. 3. Proposer des plans d amélioration avec des solutions peu coûteuses et faciles à mettre en place. Les présenter aux cadres et aux employés, et recueillir leurs impressions. Ce retour est essentiel pour identifier les améliorations d ordre pratique. 4. Discuter conjointement avec les employés et leurs représentants des étapes nécessaires pour mettre en oeuvre les améliorations proposées. Un suivi devra avoir lieu, notamment pour évaluer les améliorations obtenues, avec là encore les employés ou leurs représentants. 208

7 Parties communes et services Figure 97a. Un coin repas dans une salle de repos Figure 97b. Une infirmerie mise à la disposition d un médecin visiteur 209

8 Ergonomie pratique en 128 points CHECKPOINT 98 Prévoir un lieu de réunion et de formation pour les employés. POURQUOI Un endroit confortable, où le personnel peut se réunir et suivre des formations, sera propice aux échanges d idées ; un atout pour l entreprise mais aussi pour la sécurité et la santé du personnel. Un espace dédié aux réunions et aux formations permet aux employés d oublier quelques instants leur travail pour mieux se concentrer sur leur apprentissage ou la résolution de problèmes. COMMENT 1. Choisir un espace propice aux réunions et aux formations. Situé au calme, aucune distraction ne devra perturber la concentration des personnes s y retrouvant. 2. S assurer que cet espace est suffisamment grand et équipé pour que le personnel puisse s y réunir confortablement. 3. Assurer une ventilation et un éclairage adaptés. 4. Contrôler l utilisation de cet espace ; les réunions et les formations doivent être prioritaires. L impossibilité d y accéder pour cause d occupation par une autre activité dévaloriserait ces réunions ou formations. QUELQUES CONSEILS SUPPLÉMENTAIRES Choisir un lieu de réunion où le personnel aimera se retrouver. Un endroit agréable encouragera les employés à venir et à s exprimer. Des expériences positives vécues dans un espace propice aux échanges inciteront les employés à y retourner. Des entreprises proches les unes des autres peuvent se regrouper pour proposer à leurs employés un lieu de rencontre agréable. À NOTER Une réunion ou formation obligeant le personnel à interrompre son travail devrait se dérouler dans un espace qui renforce le sentiment de participer à quelque chose d important. 210

9 Parties communes et services Figure 98. Prévoir un espace de réunion et de formation suffisamment grand et équipé pour que le personnel puisse s y réunir confortablement 211

10 Ergonomie pratique en 128 points CHECKPOINT 99 Désigner des responsables pour le nettoyage et l entretien quotidiens. POURQUOI L entretien des locaux exige planification et coopération. Et c est à la direction de l entreprise qu incombe la responsabilité d organiser la mise en place de cette activité et d en attribuer la responsabilité à certains cadres et employés. L entretien quotidien ne doit pas non plus être effectué à la dernière minute. Il exige une bonne organisation des zones de travail, des installations de stockage et de manutention des matières sont performantes, une politique de mise au rebut et la désignation de responsables du nettoyage. COMMENT 1. La politique de l entreprise en matière de tenue des locaux doit être claire pour tous les employés. Tous les efforts seront donc déployés pour assurer leur propreté et pour fournir suffisamment d espaces de stockage, de moyens de transport et d installations d élimination des déchets. (Lire à ce propos les Checkpoints 1 à 21 du présent manuel, qui traitent du stockage et de la manutention). Utiliser un revêtement de sols adapté aux tâches et facile à nettoyer. Prévoir des espaces réservés au stockage du matériel de nettoyage dans ou près de la zone de travail à nettoyer. Pour le nettoyage et l entretien quotidiens qui nécessitent de manipuler des produits chimiques, s assurer que le personnel a été formé sur les précautions à prendre et les risques posés par ces produits. À NOTER Un bon entretien des locaux ne s improvise pas. Le travail de préparation et de mise en oeuvre qu il implique sera aussi une excellente expérience pour organiser d autres améliorations sur le lieu de travail. Commencer par désigner des équipes qui se chargeront de ces tâches. 2. Attribuer à une équipe dirigée par un chef d équipe la responsabilité du nettoyage et de l entretien quotidien de chaque zone de travail. 3. Demander à chaque équipe d inspecter régulièrement la zone de travail qu elle gère et d évaluer le niveau de bonne tenue de cette zone. 4. Discuter avec les chefs d équipe des mesures qui pourraient les aider à maintenir les locaux propres et en ordre. QUELQUES CONSEILS SUPPLÉMENTAIRES Parmi les moyens qui facilitent le nettoyage et l entretien quotidien des locaux, on citera la signalisation des voies de circulation et des sorties ; des espaces réservés au stockage ; des étagères ou supports en nombre suffisant pour ranger les matières et produits en cours ; l utilisation de chariots, transpalettes manuelles et palettes ; et des poubelles. 212

11 Parties communes et services Figure 99. Désigner des équipes qui se chargeront de l entretien quotidien et du nettoyage 213

Santé sécurité et conditions de travail dans les crèches, jardins d enfant, halte garderie, maternelles

Santé sécurité et conditions de travail dans les crèches, jardins d enfant, halte garderie, maternelles http://www.sud-travail-affaires-sociales.org Travail affaires sociales Santé sécurité et conditions de travail dans les crèches, jardins d enfant, halte garderie, maternelles Voir la fiche secteur tertiaire

Plus en détail

Présentation de l entreprise l postes de travail. Illustration du guide SOBANE Risques d incendie d. Présentation des postes de travail: Bureau

Présentation de l entreprise l postes de travail. Illustration du guide SOBANE Risques d incendie d. Présentation des postes de travail: Bureau Illustration du guide SOBANE Risques d incendie d ou d explosiond Caroline Pirotte Ergonome Présentation de l entreprise l et des postes de travail Hôtel situé à Bruxelles Ville +/- 90 travailleurs +/-

Plus en détail

Présentation de l entreprisel. Illustration du guide SOBANE Locaux sociaux. Type d activitd. activités. Ann Schietecatte

Présentation de l entreprisel. Illustration du guide SOBANE Locaux sociaux. Type d activitd. activités. Ann Schietecatte Présentation de l entreprisel Illustration du guide SOBNE Locaux sociaux nn Schietecatte Ergonome Entreprise secteur métalliquem Construction métalliquem Portillons non gardiennés s (PNG) Barrières res

Plus en détail

GUIDE DE LAVAGE, DÉSINFECTION ET SÉCHAGE DES PORCHERIES

GUIDE DE LAVAGE, DÉSINFECTION ET SÉCHAGE DES PORCHERIES fiche technique GUIDE DE LAVAGE, DÉSINFECTION ET SÉCHAGE DES PORCHERIES MAINTENIR LA SANTÉ DES ÉLEVAGES La maladie dans un élevage est une menace constante aux conséquences économiques pouvant être désastreuses.

Plus en détail

FICHE D ENTREPRISE. Etablie en application de l article R. 4624-37 du code du travail Conforme à l arrêté du 29 mai 1989

FICHE D ENTREPRISE. Etablie en application de l article R. 4624-37 du code du travail Conforme à l arrêté du 29 mai 1989 I RENSEIGNEMENTS D ORDRE GÉNÉRAL 1. Date d établissement de la fiche FICHE D ENTREPRISE Etablie en application de l article R. 462437 du code du travail Conforme à l arrêté du 29 mai 1989 Médecin du travail

Plus en détail

L eau et la santé sont indissociables

L eau et la santé sont indissociables L eau, indispensable à notre hygiène quotidienne L hygiène repose sur le respect de règles de conduites quotidiennes qui permettent de préserver sa santé. L être humain est porteur de nombreux micro-organismes

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

Cuisiner. Préparer un repas à partir d aliments de base.

Cuisiner. Préparer un repas à partir d aliments de base. AIDE-MÉMOIRE Définitions Consommer une variété d aliments nutritifs en quantité adéquate pour répondre à ses besoins. Alimentation équilibrée en termes de quantité et de qualité. Consommation d une variété

Plus en détail

COMPTE RENDU CONTRÔLE HYGIENOSCOPIE

COMPTE RENDU CONTRÔLE HYGIENOSCOPIE COMPTE RENDU CONTRÔLE HYGIENOSCOPIE Client : JEAN CUISTOT TRAITEUR 31 RUE DE L 'OCEAN 17510 CHIVES jeancuistot.traiteur@club-internet.fr Tél. 05 46 33 64 21 Date de l'examen : 28-oct-2013 Technicien :

Plus en détail

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION

DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION DEROULEMENT PEDAGOGIQUE ET CONTENU DE LA FORMATION 1 ère journée Durée : 6 heures sur les expériences de chacun, Travail en sous-groupes et Synthèse collective. 1. Prise de contact Créer les conditions

Plus en détail

Restauration d entreprise

Restauration d entreprise A s s o c i a t i o n d e s R e s p o n s a b l e s d e S e r v i c e s G é n é r a u x F a c i l i t i e s M a n a g e r s A s s o c i a t i o n Restauration d entreprise L article R. 4228-19 du Code

Plus en détail

DEPISTAGE PARTICIPATIF DES RISQUES (DEPARIS)

DEPISTAGE PARTICIPATIF DES RISQUES (DEPARIS) DEPISTAGE PARTICIPATIF DES RISQUES (DEPARIS) Entreprise: *** Coordinateur: Dr Mohamed Adnène HENCHI, M.C.A., Université de Monastir, Tunisie Situation de travail : Machine *** Responsables : * Ingénieur

Plus en détail

Gestion de la prévention

Gestion de la prévention Gestion de la prévention Pour un comité de santé et de sécurité efficace Coopérer pour réduire les lésions professionnelles L expérience montre qu une entreprise qui se dote d un comité de santé et de

Plus en détail

RAPPORT Méthode de Dépistage Participatif des Risques (Déparis)

RAPPORT Méthode de Dépistage Participatif des Risques (Déparis) RAPPORT Méthode de Dépistage Participatif des Risques (Déparis) Entreprise: Hôpital NNN Situation de travail: Maternité Coordinateur: Ann Schietecatte Personnes ayant participé à l'étude: 1 aide infirmière

Plus en détail

ENTRETIEN DES LOCAUX Date de dernière mise à jour : 20/11/06

ENTRETIEN DES LOCAUX Date de dernière mise à jour : 20/11/06 Page 1 sur 8 ENTRETIEN DES LOCAUX ASPECT REGLEMENTAIRE En matière d entretien et de nettoyage des locaux, la règlementation impose à l autorité territoriale certaines opérations : Tenir en état constant

Plus en détail

Doux éclairage de la pièce par spots à lumière diffuse. Lumière romantique des chandelles

Doux éclairage de la pièce par spots à lumière diffuse. Lumière romantique des chandelles Doux éclairage de la pièce par spots à lumière diffuse Lumière romantique des chandelles Eclairage intégré dans la hotte Zone de travail exempte d ombres Eclairage ponctuel par spots Température des couleurs

Plus en détail

Le lycée pilote innovant de Poitiers

Le lycée pilote innovant de Poitiers Merci d'utiliser le titre suivant lorsque vous citez ce document : OCDE (1998), «Le lycée pilote innovant de Poitiers : Futuroscope - 10 ans déjà», PEB Échanges, Programme pour la construction et l'équipement

Plus en détail

Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE

Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE Les relations entre les Normes minimales de l INEE et les Normes minimales de SPHERE PARTICIPATION COMMUNAUTAIRE Norme INEE #1 sur la Participation communautaire : la participation Les membres des communautés

Plus en détail

Prévention LES LOCAUX SOCIAUX. Infos INTRODUCTION : SOMMAIRE :

Prévention LES LOCAUX SOCIAUX. Infos INTRODUCTION : SOMMAIRE : Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Dordogne - Infos Prévention n 10 Septembre 2008 Infos Prévention LES LOCAUX SOCIAUX SOMMAIRE : LES LOCAUX SOCIAUX Introduction Les locaux de

Plus en détail

Bonnes pratiques d hygiènes alimentaires pour le poisson 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F)

Bonnes pratiques d hygiènes alimentaires pour le poisson 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) Bonnes pratiques d hygiènes alimentaires pour le poisson 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) 4 C (39 F) -21 C (-5 F) Dès que le poisson entre dans votre usine, vous

Plus en détail

Santé au Travail en Pays de Fougères PLAN DE PREVENTION. Art R.4511-1 à R.4514-10 du code du travail. Localisation de l intervention :

Santé au Travail en Pays de Fougères PLAN DE PREVENTION. Art R.4511-1 à R.4514-10 du code du travail. Localisation de l intervention : Santé au Travail en Pays de Fougères PLAN DE PREVENTION Art R.4511-1 à R.4514-10 du code du travail Entreprise utilisatrice (client) Raison sociale : Représentée par : Coordonnées : Téléphone : Entreprise

Plus en détail

Règlement Intérieur. Restauration scolaire Centres de loisirs et d accueil périscolaire

Règlement Intérieur. Restauration scolaire Centres de loisirs et d accueil périscolaire Règlement Intérieur Restauration scolaire Centres de loisirs et d accueil périscolaire Service de la Restauration Scolaire Tél : 02 96 71 05 20 Restaurant Scolaire Règlement intérieur Pour la plupart des

Plus en détail

A l intention des employeurs du commerce de détail de Lausanne

A l intention des employeurs du commerce de détail de Lausanne direction de l enfance, de la jeunesse et de la cohésion sociale service du travail (ST) Inspection du travail Lausanne place de la Riponne 10 case postale 5032 1002 Lausanne Lausanne, le 1 er novembre

Plus en détail

PLAN DE PRÉVENTION Modèle de Plan de prévention proposé par le CDG41 Service Prévention Version 1 janvier 2015

PLAN DE PRÉVENTION Modèle de Plan de prévention proposé par le CDG41 Service Prévention Version 1 janvier 2015 PLAN DE PRÉVENTION PLAN DE PREVENTION Qu est-ce qu un plan de prévention? C est un document dans lequel sont notifiées les mesures de coordination générales prises pour prévenir les risques liés à l interférence

Plus en détail

EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS LIMONADIERS BRASSERIES - CAFES

EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS LIMONADIERS BRASSERIES - CAFES EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS LIMONADIERS BRASSERIES - CAFES INTRODUCTION En vertu d un décret du 5 novembre 2001, l employeur doit transcrire et mettre à jour, dans un document unique, les résultats

Plus en détail

Les produits phytosanitaires

Les produits phytosanitaires Les produits phytosanitaires La plupart des collectivités utilisent des herbicides pour le désherbage de la voirie et des espaces verts, dans un objectif esthétique et d entretien des infrastructures.

Plus en détail

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/ informations sur les composants Date d impression : 23/08/02 Valable à partir du : 08.08.01 Page: 1/7 1. Identification de la substance ou préparation et de la Société Données relatives au produit : Nom commercial : KNAUF ZADUR Mortier

Plus en détail

Mesures de santé sécurité au travail (MSST)

Mesures de santé sécurité au travail (MSST) Mesures de santé sécurité au travail (MSST) H Bienvenue Direction de sécurité Hospices-CHUV Organisation P. Rubin Directeur général adj. D. Willimann S. Toffel Secrétariat P. Kündig Directeur de la sécurité

Plus en détail

Document unique d évaluation et de prévention des risques

Document unique d évaluation et de prévention des risques Établissement : ESAT OVE THÔNES Unité de travail : ATELIER SOUS TRAITANCE INDUSTRIELLE ET CONDITIONNEMENT CIRCULATION des piétons des véhicules différence de niveaux état des surfaces de sol R50 G2 -Tenir

Plus en détail

Ingénieur en prévention des risques

Ingénieur en prévention des risques Ingénieur en prévention des risques G1X22 Prévention hygiène et sécurité / Restauration - IR L ingénieur de recherche en prévention des risques assiste et conseille la direction de l établissement pour

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES FAUX PLAFONDS

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES FAUX PLAFONDS VILLE DE GUIPAVAS 2 9 4 9 0 G U I P A V A S AMENAGEMENT D UN GARAGE EN UNE SALLE D ENQUETES + CREATION D UN POINT D EAU EXTERIEUR (BATIMENT A) A LA GENDARMERIE DE GUIPAVAS (Rue de Paris) Maître d ouvrage

Plus en détail

Fiche de poste : Agent d entretien FICHE DE POSTE. AGENT d ENTRETIEN 1/7

Fiche de poste : Agent d entretien FICHE DE POSTE. AGENT d ENTRETIEN 1/7 FICHE DE POSTE AGENT d ENTRETIEN Fiche de poste actualisée le lundi 18 février 2013 1/7 1 SOMMAIRE 2 Positionnement... 3 3 Relations internes et externes... 3 4 Presentation du service entretien... 4 5

Plus en détail

maison-et-compagnie.com

maison-et-compagnie.com FICHE DE DONNÉES DE SÉCURITÉ Nom de la préparation : CREME NETTOYANTE PLAQUES VITROCERAMIQUES ET INDUCTIONS 1 IDENTIFICATION DE LA PRÉPARATION ET DE LA SOCIÉTÉ Nom du produit : CREME NETTOYANTE PLAQUES

Plus en détail

Communauté de Communes du Pays de Livarot

Communauté de Communes du Pays de Livarot Rue des Frères Lumière 14120 MONDEVILLE 02 31 35 64 35 02 31 35 64 36 Email : contact@inea-be.com Communauté de Communes du Pays de Livarot Aménagement de l ancienne usine Leroy en un Pôle de Santé Libéral

Plus en détail

BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE

BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE BIONETTOYAGE QUE FAIRE POUR BIEN FAIRE P r é v e n t i o n d u r i s q u e i n f e c t i e u x e n E HPAD V. MOULIN Praticien Hygiéniste D.SEVALI Biohygiéniste 03/04/2014 L'ENTRETIEN DE L ENVIRONNEMENT

Plus en détail

La charte des comportements Hygiène- Qualité - Sécurité de nos produits 1

La charte des comportements Hygiène- Qualité - Sécurité de nos produits 1 La charte des comportements Hygiène- Qualité - Sécurité de nos produits 1 Nous n existons que grâce à la fidélité et la satisfaction des nos clients (et des consommateurs). Or, vous qui êtes autant producteurs

Plus en détail

Evaluation des risques professionnels dans un laboratoire de toxicologie par le guide Déparis

Evaluation des risques professionnels dans un laboratoire de toxicologie par le guide Déparis Evaluation des risques professionnels dans un laboratoire de toxicologie par le guide Déparis Coordinateur: Dr Mohamed Adnène HENCHI, M.C.A., Université de Monastir, Tunisie Participants: Interne en médecine

Plus en détail

Français Exigences de sécurité alimentaire

Français Exigences de sécurité alimentaire Français Exigences de sécurité alimentaire Mars 2013 Ce document est organisé en chapitres du cours en ligne sur la sécurité alimentaire. Il indique les différences entre le contenu du cours et les exigences

Plus en détail

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires

Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Paquet hygiène : Le règlement 852/2004 relatif à l hygiène des denrées alimentaires Applicable au 1 er janvier 2006 Objectif : Etablit les règles générales en matière d hygiène, est directement applicable

Plus en détail

Contrôle de l exécution de la directive MSST conformément à la norme CFST 6508

Contrôle de l exécution de la directive MSST conformément à la norme CFST 6508 Contrôle de l exécution de la directive MSST conformément à la norme CFST 6508 Entreprise: Rue: NPA/ Localité: Brève description de l entreprise: Identification: N Suva: Classe: Effectif: Temps complet:

Plus en détail

Gestion de la prévention

Gestion de la prévention Gestion de la prévention L entretien préventif des équipements Qui de mieux placé qu un spécialiste de l entretien automobile pour faire valoir les avantages d un entretien préventif? Celui-ci persuade

Plus en détail

E R G O N O M I E D A N S

E R G O N O M I E D A N S E R G O N O M I E D A N S L A C U I S I N E H O R E C A CONSEILS PRATIQUES POUR MIEUX TRAVAILLER 130386 BrochureFR.indd 1 07-09-2007 10:29:56 CONTENU 1. Points importants Organisation de la cuisine Éléments

Plus en détail

LES OBLIGATIONS DE L'EMPLOYEUR EN MATIÈRE D'HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ AU TRAVAIL

LES OBLIGATIONS DE L'EMPLOYEUR EN MATIÈRE D'HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ AU TRAVAIL > Santé et sécurité au travail : obligations et responsabilités de l'employeur LES OBLIGATIONS DE L'EMPLOYEUR EN MATIÈRE D'HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ AU TRAVAIL L'ÉVALUATION DES RISQUES DANS L'ENTREPRISE...

Plus en détail

Construire un plan de nettoyage et de désinfection

Construire un plan de nettoyage et de désinfection Construire un plan de nettoyage et de désinfection Docteur Régine POTIÉ-RIGO Médecin du Travail Mlle Laetitia DAVEZAT IPRP Ingénieur Hygiène/Sécurité Mme Laetitia MARCHE Technicienne des services généraux

Plus en détail

Descriptif des espaces du Grand Parquet

Descriptif des espaces du Grand Parquet Descriptif des espaces du Grand Parquet Descriptif des espaces du Grand Parquet Page 1 Table des matières 1- Description des terrains en herbe et carrières en sable 1-1 Terrain d Honneur -------------------

Plus en détail

CONSULTATION PROPRETE DES LOCAUX

CONSULTATION PROPRETE DES LOCAUX CONSULTATION PROPRETE DES LOCAUX Exécution de prestations de nettoyage de locaux administratifs situés : - site n 1 : 24 rue des Ingrains 36022 CHATEAUROUX - site n 2 : 10 rue d Olmor 36400 LA CHATRE Critères

Plus en détail

Inventaire des propositions d amélioration et des études complémentaires à réaliser :

Inventaire des propositions d amélioration et des études complémentaires à réaliser : Evaluation des risques professionnels dans un laboratoire de bactériologie par le guide Déparis Coordinateur : Dr Mohamed Adnène HENCHI, M.C.A., Université de Monastir, Tunisie Participant : - Médecin

Plus en détail

NOTICE DEMARCHE HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE

NOTICE DEMARCHE HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE COMPLEXE CINEMATOGRAPHIQUE DU PLATEAU DE LA BRIE PROJET DE CINEMA SUR LE TERRITOIRE DE COULOMMIERS NOTICE DEMARCHE HAUTE QUALITE ENVIRONNEMENTALE MAITRE D OUVRAGE: COMMUNAUTE DE COMMUNES DE LA BRIE DES

Plus en détail

DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE»

DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE» DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE» COMMUNICATION RELATIVE AU CADRE REGLEMENTAIRE CONCERNANT LA PREVENTION

Plus en détail

Catalogue de Formation 2012

Catalogue de Formation 2012 Catalogue de Formation 2012 GREENTIPS Prévention des risques chimiques Initiation au risque amiante Les agents C.M.R. : connaissances réglementaires et actions de prévention GREENTIPS 91 C route des Romains

Plus en détail

Usage sécurisé des pesticides

Usage sécurisé des pesticides COLEACP PIP Usage sécurisé des pesticides Stockage sans risques 6 Filières fruits et légumes en pays ACP Brochure destinée au personnel d encadrement d ouvriers agricoles et de petits producteurs Le PIP

Plus en détail

- SUPERVISEUR HSE - FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 3

- SUPERVISEUR HSE - FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 3 FORMATIONS : FICHE TECHNIQUE N 3 - SUPERVISEUR HSE - 1- OBJECTIFS Donner une formation HSE d un niveau de supervision et notamment : Aider à la définition de la politique et des objectifs HSE. Comprendre

Plus en détail

Centre de gestion Fonction Publique Territoriale des Hautes-Alpes

Centre de gestion Fonction Publique Territoriale des Hautes-Alpes 1 Centre de gestion Ce document est un récapitulatif des principales mesures à prévoir lors d un déménagement de Services Techniques dans de nouveaux locaux. Vous y trouverez donc un rappel des principales

Plus en détail

Loi n 94-027. portant Code d Hygiène, de Sécurité et de l Environnement du Travail

Loi n 94-027. portant Code d Hygiène, de Sécurité et de l Environnement du Travail REPOBLIKAN I MADAGASIKARA Tanindrazana Fahafahana Fandrosoana Loi n 94-027 portant Code d Hygiène, de Sécurité et de l Environnement du Travail EXPOSE DES MOTIFS Conformément aux dispositions de l article

Plus en détail

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/informations sur les composants.

1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. 2. Composition/informations sur les composants. Date d impression : 9/07/2007 Valable à partir du : 05/06/2007 Page: 1/5 1. Identification de la substance ou préparation et de la Société. Données relatives au produit : Mortier Colle pour collage en

Plus en détail

LIVRET DE FORMATION B.E.P. CARRIERES SANITAIRES ET SOCIALES. Candidats scolarisés. ETABLISSEMENT SCOLAIRE Nom et adresse : Téléphone :

LIVRET DE FORMATION B.E.P. CARRIERES SANITAIRES ET SOCIALES. Candidats scolarisés. ETABLISSEMENT SCOLAIRE Nom et adresse : Téléphone : Année scolaire B.E.P. CARRIERES SANITAIRES ET SOCIALES Candidats scolarisés LIVRET DE FORMATION ETABLISSEMENT SCOLAIRE Nom et adresse : téléphone : ELEVE Nom et prénom : Adresse : Téléphone : 1 Année scolaire

Plus en détail

La formation des membres du CHSCT

La formation des membres du CHSCT La formation des membres du CHSCT FORMATION INITIALE Objectif pédagogique Prévenir et anticiper les accidents du travail et l apparition des maladies professionnelles. Permettre aux membres du CHSCT de

Plus en détail

BONNES PRATIQUES DECHETS ET POINTS D ATTENTION

BONNES PRATIQUES DECHETS ET POINTS D ATTENTION BONNES PRATIQUES DECHETS ET POINTS D ATTENTION Constats partagés : - Les déchets de chantier et de maintenance sont plutôt bien traités et suivis. - Les déchets de bureaux sont bien suivis sur les gros

Plus en détail

FICHE DE POSTE AGENT TECHNIQUE POLYVALENT

FICHE DE POSTE AGENT TECHNIQUE POLYVALENT DEPARTEMENT DE LA GUYANE REPUBLIQUE FRANCAISE ----- Liberté-Egalité-Fraternité DIRECTION GENERALE de la SOLIDARITE et de la PREVENTION SERVICE LOGISTIQUE FICHE DE POSTE AGENT TECHNIQUE POLYVALENT Domaine

Plus en détail

AUTODIAGNOSTIC CLASSEMENT MEUBLÉ DE TOURISME

AUTODIAGNOSTIC CLASSEMENT MEUBLÉ DE TOURISME AUTODIAGNOSTIC CLASSEMENT MEUBLÉ DE TOURISME Ce document peut être joint au bon de commande et renvoyé à l Agence de Développement Touristique de Tarn-et-Garonne dite ADT 82. L autodiagnostic fait référence

Plus en détail

Axe 2. Favoriser les modes d accueil intermédiaires entre l habitat individuel et l hébergement collectif en institution

Axe 2. Favoriser les modes d accueil intermédiaires entre l habitat individuel et l hébergement collectif en institution Favoriser les modes d accueil intermédiaires entre l habitat individuel et l hébergement collectif en institution Objet Financement de dépenses d investissement pour la construction, la modernisation ou

Plus en détail

QUALITÉ DE L ENVIRONNEMENT

QUALITÉ DE L ENVIRONNEMENT Fiche syndicale août 2014 TOUS LES SECTEURS QUALITÉ DE L ENVIRONNEMENT Loi sur la santé et la sécurité du travail (LSST) art. 9 Le travailleur a droit à des conditions de travail qui respectent sa santé,

Plus en détail

Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE. Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans)

Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE. Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans) Association «Les Amis du Camp du Tom» PROJET PEDAGOGIQUE Centre de Vacances pour adolescents (12/17 ans) Introduction Depuis plus de 50 ans, le «Camp du Tom» propose aux ados, âgés de 12 à 17 ans, de partir

Plus en détail

1. REGLEMENTATION 2. INTRODUCTION

1. REGLEMENTATION 2. INTRODUCTION 1. REGLEMENTATION Installations sanitaires : Code du travail articles R. 3121-2, R. 4222-1 à 25, R. 4223-1 à 14, R. 4225-2 à 5 et 7, R. 4228-1 à 18, R. 4412-149 et 150, R. 4722-1 à 4, 13, 14 et 26 et R.

Plus en détail

Risque plomb chez les peintres en bâtiment EMPLOYEURS ET ARTISANS. Les intoxications au plomb existent toujours!!!

Risque plomb chez les peintres en bâtiment EMPLOYEURS ET ARTISANS. Les intoxications au plomb existent toujours!!! Risque plomb chez les peintres en bâtiment EMPLOYEURS ET ARTISANS Les intoxications au plomb existent toujours!!! Fin 2008, plusieurs chantiers de la région Centre ont donné lieu à des intoxications au

Plus en détail

COMMISSION PARITAIRE DE LA CONSTRUCTION. Convention collective du travail du.(wol/o) Humanisation du travail. Chapitre I - Dispositions communes

COMMISSION PARITAIRE DE LA CONSTRUCTION. Convention collective du travail du.(wol/o) Humanisation du travail. Chapitre I - Dispositions communes COMMISSION PARITAIRE DE LA CONSTRUCTION Art. 1 Convention collective du travail du.(wol/o) Humanisation du travail Chapitre I - Dispositions communes Sans préjudice des dispositions des articles 73 à 103

Plus en détail

CQPM 0215 Préventeur Santé Sécurité Environnement

CQPM 0215 Préventeur Santé Sécurité Environnement CQPM 0215 Préventeur Santé Sécurité Environnement Salariés ou futurs salariés des entreprises qui auront pour missions d animer et/ou participer à la mise en œuvre de la politique prévention, sécurité,

Plus en détail

PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES

PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES PROGRAMME DE LOGEMENTS AVEC SERVICES DE SOUTIEN LIGNES DIRECTRICES OPÉRATIONNELLES Janvier 2009 TABLE DES MATIÈRES Page Préambule 3 1. Dotation en personnel 4 1.1 Compétences du personnel 4 1.2 Fonctions

Plus en détail

Directives d Assurance Qualité à l usage des Fournisseurs QSL. Contrat obligatoire Industrie/Equipements/Services (version 09/2004)

Directives d Assurance Qualité à l usage des Fournisseurs QSL. Contrat obligatoire Industrie/Equipements/Services (version 09/2004) Directives d Assurance Qualité à l usage des Fournisseurs QSL Contrat obligatoire Industrie/Equipements/Services (version 09/2004) Directives d Assurance Qualité à destination des fournisseurs QSL (Contrat

Plus en détail

GUIDE QUALITE ARSEG S O M M A I R E METIER PROPRETE OBJET ET DOMAINE D'APPLICATION GLOSSAIRE SPECIFIQUE AU METIER

GUIDE QUALITE ARSEG S O M M A I R E METIER PROPRETE OBJET ET DOMAINE D'APPLICATION GLOSSAIRE SPECIFIQUE AU METIER GUIDE QUALITE ARSEG S O M M A I R E METIER PROPRETE CHAPITRE 1 OBJET ET DOMAINE D'APPLICATION CHAPITRE 2 GLOSSAIRE SPECIFIQUE AU METIER CHAPITRE 3 CONTEXTE 3-1- Caractéristiques de l'activité propreté

Plus en détail

Le Président du Centre de Gestion. Mesdames et Messieurs Les Maires et Présidents Des collectivités affiliées

Le Président du Centre de Gestion. Mesdames et Messieurs Les Maires et Présidents Des collectivités affiliées Centre Départemental de Gestion du Cher ZA Le Porche 18340 PLAIMPIED-GIVAUDINS Tél. : 02.48.50.82.50 Fax : 02.48.50.37.59 www.cdg18.fr Adresse postale B.P. 2001 18026 BOURGES Cedex Le Président du Centre

Plus en détail

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1.

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1. Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1 Juin 2015 NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE P. 2 sur 8 SOMMAIRE 1 Hygiène...

Plus en détail

QUESTIONNAIRE DE SATISFACTION DESTINÉ AUX RÉSIDENTS

QUESTIONNAIRE DE SATISFACTION DESTINÉ AUX RÉSIDENTS Merci de nous retourner ce questionnaire avant le 1er juin 2014 QUESTIONNAIRE DE SATISFACTION DESTINÉ AUX RÉSIDENTS Votre avis nous intéresse! Notre établissement s inscrit dans une démarche d amélioration

Plus en détail

CONCOURS D AGENT TERRITORIAL SPECIALISE DE 1 ère CLASSE DES ECOLES MATERNELLES

CONCOURS D AGENT TERRITORIAL SPECIALISE DE 1 ère CLASSE DES ECOLES MATERNELLES Filière médico-sociale CONCOURS D AGENT TERRITORIAL SPECIALISE DE 1 ère CLASSE DES ECOLES MATERNELLES NOTE INDICATIVE DE CADRAGE Cette note contient des informations indicatives visant à aider le candidat

Plus en détail

CENTRE NUMERIQUE DU JURA REGLEMENTS, CONDITIONS ET ACCES AUX SERVICES

CENTRE NUMERIQUE DU JURA REGLEMENTS, CONDITIONS ET ACCES AUX SERVICES CENTRE NUMERIQUE DU JURA REGLEMENTS, CONDITIONS ET ACCES AUX SERVICES L ensemble des règles définies ci-après constitue le Règlement Intérieur du Centre nécessaire à sa bonne marche et à la satisfaction

Plus en détail

Fiche des risques professionnels (fiche d entreprise)

Fiche des risques professionnels (fiche d entreprise) (fiche d entreprise) Tampon Médical Tampon de la collectivité Signature Signature Art. 14-1 du Décret n 85-603 du 10 juin 1985 modifié Dans chaque service d une collectivité territoriale et dans chaque

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN MATIÈRE DE PRÉVENTION ET SÉCURITÉ DES SALARIÉS

LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN MATIÈRE DE PRÉVENTION ET SÉCURITÉ DES SALARIÉS LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN MATIÈRE DE PRÉVENTION ET SÉCURITÉ DES SALARIÉS SOMMAIRE Le rappel des obligations légales. les principaux risques. Le document Unique. Rappel des obligations légales Article

Plus en détail

I : ACTION EN MILIEU DE TRAVAIL INTRODUCTION

I : ACTION EN MILIEU DE TRAVAIL INTRODUCTION SOMMAIRE INTRODUCTION... 2 I : ACTION EN MILIEU DE TRAVAIL... 2 Identification de risques... 3 Contrôle des installations sanitaires... 3 Contrôle des équipements de protection. 3 Evaluation des risques...

Plus en détail

Propositions «Plan d actions projet E3D»- Ecole primaire St André-les-Alpes : Tableau de travail

Propositions «Plan d actions projet E3D»- Ecole primaire St André-les-Alpes : Tableau de travail Propositions «Plan d actions projet E3D»- Ecole primaire St André-les-Alpes : Tableau de travail Energie (axe prioritaire à long terme) Evaluer la consommation de fioul et d électricité de l établissement

Plus en détail

Si vous avez des questions à nous poser, vous pouvez nous envoyer

Si vous avez des questions à nous poser, vous pouvez nous envoyer Bienvenue à la Chers enfants, Bonjour, je m appelle HECTOR Je suis la mascotte de la Maison de la Nature et de l Environnement 65. Nous allons bientôt passer un moment ensemble. Nous nous réjouissons,

Plus en détail

ENQUETE DE SATISFACTION DES FAMILLES

ENQUETE DE SATISFACTION DES FAMILLES ENQUETE DE SATISFACTION DES FAMILLES Votre avis est essentiel pour nous permettre de mieux répondre à vos attentes en améliorant nos prestations. Vos réponses sont donc indispensables et seront traitées

Plus en détail

Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire

Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire 1 2 3 4 Bonnes Pratiques de Fabrication des médicaments à usage humain et vétérinaire Partie 1 Chapitre 3: Locaux et matériel 5 6 7 8 9 10 11 12 13 PRINCIPE Les locaux et le matériel doivent être situés,

Plus en détail

QUELLES SONT LES QUESTIONS A SE POSER?

QUELLES SONT LES QUESTIONS A SE POSER? Page : 1/5 QUELLES SONT LES QUESTIONS A SE POSER? Avant d envisager l aménagement ou la construction d un local ou d une armoire de stockage des produits, il faut se poser plusieurs questions : - L existant

Plus en détail

NOTICE HYGIENE ET SECURITE

NOTICE HYGIENE ET SECURITE VI. NOTICE HYGIENE ET SECURITE 2013.39677.EV.DDAE MONSANTO Peyrehorade Page : 1 SOMMAIRE VI.NOTICE HYGIENE ET SECURITE... 1 VI.1 DISPOSITIONS GENERALES... 3 VI.1.1 REGLEMENTATIONS APPLICABLES... 3 VI.1.2

Plus en détail

Catalogue des formations proposées par S 3

Catalogue des formations proposées par S 3 Catalogue des formations proposées par S 3 Rue d En Bas 31580 LOUDET Tél. : 05.61.94.91.83 06.22.39.29.69 PreventionS3@yahoo.fr Principes généraux q Les modules de formation sont construits sur un modèle

Plus en détail

L Eau Pure, une Énergie Nouvelle Pour l Entreprise.

L Eau Pure, une Énergie Nouvelle Pour l Entreprise. L Eau Pure, une Énergie Nouvelle Pour l Entreprise. Waterlogic, aux Sources de l Excellence Waterlogic, numéro un mondial de la fabrication et de la commercialisation de fontaines à eau branchées sur le

Plus en détail

Aménagement physique des locaux. Alex Stanoprud Consultant alimentaire Agri-Vision

Aménagement physique des locaux. Alex Stanoprud Consultant alimentaire Agri-Vision Aménagement physique des locaux Alex Stanoprud Consultant alimentaire Agri-Vision 1. Connaissons-nous le domaine d activités? 2. Normes, exigences, règles, contrôles MAPAQ ACIA Santé Canada HACCP GFSI

Plus en détail

Programme des Nations Unies pour l'environnement

Programme des Nations Unies pour l'environnement NATIONS UNIES EP Programme des Nations Unies pour l'environnement Distr. GÉNÉRALE UNEP/OzL.Pro/ExCom/68/12 2 novembre 2012 FRANÇAIS ORIGINAL : ANGLAIS COMITÉ EXÉCUTIF DU FONDS MULTILATÉRAL AUX FINS D APPLICATION

Plus en détail

Infirmier. Mission : Profil : Nous recherchons pour ce poste des candidats diplômés d état.

Infirmier. Mission : Profil : Nous recherchons pour ce poste des candidats diplômés d état. Infirmier Votre rôle consistera à coordonner la prise en charge du patient à domicile en collaboration avec des médecins spécialistes hospitaliers et libéraux (pneumologues, neurologues, diabétologues,

Plus en détail

S il vous plait, pas d accidents professionnels!

S il vous plait, pas d accidents professionnels! 22 fa chwis sen Prévention d accidents et protection de la santé S il vous plait, pas d accidents professionnels! De nombreux accidents surviennent lors de simples activités: en marchant, en montant les

Plus en détail

Mai Thanh LE - Pôle Hygiène

Mai Thanh LE - Pôle Hygiène Sodexo Le Better Tomorrow Plan Nos actions de progrès en bio nettoyage Mai Thanh LE - Pôle Hygiène Présentation de l entreprise Sodexo Depuis la création de l entreprise en 1966, Sodexo est le partenaire

Plus en détail

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir?

1 - Qu est-ce qu une mission, comment déterminer son contenu et qui va les accomplir? FICHE N 20 : LES MISSIONS DE TERRAIN À ASSURER Pour assurer la mise en œuvre des missions de sauvegarde, il est nécessaire de disposer d intervenants de terrain. En fonction des phénomènes, de la situation,

Plus en détail

Commune de Saint André de Corcy Route de Monthieux Bp 29 01390 Saint André de Corcy

Commune de Saint André de Corcy Route de Monthieux Bp 29 01390 Saint André de Corcy CAHIER DES CHARGES ENTRETIEN DES SALLES DE SPORT Commune de Saint André de Corcy Route de Monthieux Bp 29 01390 Saint André de Corcy Tél : 04 72 26 10 30 Fax : 04 72 26 13 36 Objet du marché NETTOYAGE

Plus en détail

La prévention dans les collectivités territoriales

La prévention dans les collectivités territoriales Note HYGIENE & SECURITE 002 2007 La prévention dans les collectivités territoriales L autorité territoriale a dans l obligation d organiser la prévention en matière d Hygiène et de Sécurité, afin que dans

Plus en détail

Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 6, al. 4, et 40 de la loi du 13 mars 1964 1 sur le travail (loi), arrête: Objet et champ d application

Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 6, al. 4, et 40 de la loi du 13 mars 1964 1 sur le travail (loi), arrête: Objet et champ d application Ordonnance 3 relative à la loi sur le travail (Hygiène, OLT 3) 822.113 du 18 août 1993 (Etat le 1 er mai 2010) Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 6, al. 4, et 40 de la loi du 13 mars 1964 1 sur le

Plus en détail

RAPPORT-ENQUETE DE SATISFACTION

RAPPORT-ENQUETE DE SATISFACTION RAPPORT-ENQUETE DE SATISFACTION DOMAINE DU RAPPORT Etablissement Georges BRASSENS Année 2014 Type de questionnaire Familles Nombre de questionnaire remplit 21 Taux de retour 26.58% PROFIL DES PERSONNES

Plus en détail

Ingénieur en prévention des risques

Ingénieur en prévention des risques Ingénieur en prévention des risques G1X22 Prévention hygiène et sécurité / Restauration - IR L ingénieur de recherche en prévention des risques assiste et conseille la direction de l établissement pour

Plus en détail

GUIDE QUALITE ARSEG METIER RETAURATION COLLECTIVE SOMMAIRE OBJET ET DOMAINE D'APPLICATION GLOSSAIRE SPECIFIQUE AU METIER

GUIDE QUALITE ARSEG METIER RETAURATION COLLECTIVE SOMMAIRE OBJET ET DOMAINE D'APPLICATION GLOSSAIRE SPECIFIQUE AU METIER GUIDE QUALITE ARSEG METIER RETAURATION COLLECTIVE SOMMAIRE CHAPITRE 1 OBJET ET DOMAINE D'APPLICATION CHAPITRE 2 GLOSSAIRE SPECIFIQUE AU METIER CHAPITRE 3 CONTEXTE 3-1-Caractéristiques de l'activité restauration

Plus en détail

PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS

PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS Ce guide a été réalisé par un groupe de travail composé des Services de Santé au Travail de Loire-Atlantique, de Mayenne et de la Sarthe et de la CRAM des Pays de

Plus en détail