1. REGLEMENTATION 2. INTRODUCTION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "1. REGLEMENTATION 2. INTRODUCTION"

Transcription

1 1. REGLEMENTATION Installations sanitaires : Code du travail articles R , R à 25, R à 14, R à 5 et 7, R à 18, R et 150, R à 4, 13, 14 et 26 et R , 3, 16 et 17 ; Travailleurs handicapés : Code du travail articles R , R à 29; Installations sanitaires Restauration : Code du travail articles R et 2 2. INTRODUCTION L'autorité territoriale doit tenir les locaux de son établissement dans un état constant de propreté et ceux-ci doivent présenter les conditions d'hygiène et de salubrité nécessaires à la santé du personnel. L'autorité territoriale met à disposition des travailleurs les moyens d'assurer leur propreté individuelle, notamment des vestiaires, des cabinets d'aisance, et des lavabos. Elle doit également mettre des douches à la disposition du personnel effectuant des travaux insalubres et salissants dont la liste est fixée par un arrêté revu périodiquement. Ces locaux doivent être équipés de vestiaires adaptés au poste de travail occupé, et le plus souvent, les vestiaires sont dans ce cas à double compartiment pour séparer les vêtements de ville de ceux de travail. Par ailleurs, l'aménagement des bâtiments doit tenir compte de la présence de personnes handicapées physiques et des cabinets d'aisance sont adaptés à ces personnes. Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Côte d Or 1

2 3. DISPOSITIONS COMMUNES A TOUTES LES COLLECTIVITES ET ETABLISSEMENTS PUBLICS Vestiaires : Les vestiaires collectifs doivent être installés dans un local spécial de surface convenable, isolé des locaux de travail et de stockage, et placé à proximité du passage des travailleurs. Dans les collectivités et établissements publics occupant un personnel mixte, des installations séparées doivent être prévues pour le personnel masculin et féminin. Le sol et les parois des vestiaires doivent permettre un nettoyage efficace. Armoires : L'autorité territoriale doit mettre dans les vestiaires collectifs un nombre suffisant de sièges et d'armoires individuelles ininflammables. Ces armoires doivent permettre de suspendre deux vêtements de ville. Les armoires destinées aux personnels dont les vêtements de travail sont susceptibles d'être souillés de matières dangereuses, salissantes ou malodorantes doivent comprendre un compartiment réservé à ces vêtements. Les armoires de vestiaires doivent être munies d'une serrure ou d'un cadenas. Cabinets d'aisances Les cabinets d'aisances ne doivent pas communiquer directement avec les locaux de travail ou avec d'autres locaux où le personnel séjourne. Les cabinets d'aisances sont séparés pour le personnel féminin et masculin. L'autorité territoriale doit faire procéder, au moins une fois par jour au nettoyage et à la désinfection des cabinets d'aisances et des urinoirs et, pour que ce nettoyage soit efficace, le sol et les parois doivent être en matériaux imperméables. Nombre minimum : Un cabinet et un urinoir pour vingt hommes Deux cabinets pour vingt femmes. Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Côte d Or 2

3 Lavabos L'autorité territoriale doit prévoir au minimum un lavabo pour 10 personnes. Les lavabos sont à eau potable. L'eau est à température réglable. Si les vestiaires et lavabos sont installés dans des locaux séparés, la communication entre ces deux locaux doit pouvoir s'effectuer sans avoir à traverser les locaux de travail et de stockage et sans passer par l'extérieur. Savons et détergents : Les détergents d'atelier mis à disposition du personnel pour le nettoyage des mains doivent être conformes à la norme française T et 102. Les savons du commerce mis à disposition du personnel pour le lavage du corps doivent être des savons d'acides gras dont l'alcalinité exprimée en Na²O ne doit pas dépasser 0,05%. Moyens de nettoyage et de séchage : Le chef d'établissement doit mettre à la disposition des travailleurs des moyens de nettoyage et de séchage ou d'essuyage appropriés. Accessibilité aux personnes handicapées Obligation de mettre à la disposition des personnes handicapées physiques des installations sanitaires appropriées auxquelles elles doivent pouvoir accéder aisément. Des dispositions réglementaires spécifiques sont à mettre en œuvre et notamment les articles R et R à 29 du code du travail. Autres domaines du Code du Travail à appliquer La valeur minimale d'éclairement est de 120 lux pour les vestiaires et les sanitaires. Les dispositions du code du travail concernant l'aération sont à mettre en œuvre. Le code du travail inclut les sanitaires dans la catégorie des locaux à pollution spécifique (se reporter à la fiche aération et assainissement des lieux de travail). Ces locaux doivent être convenablement chauffés. Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Côte d Or 3

4 4. DISPOSITIONS PARTICULIERES POUR LES TRAVAUX INSALUBRES ET SALISSANTS Des douches doivent être mises à la disposition des travailleurs effectuant des travaux insalubres ou salissants. Liste de travaux insalubres et salissants Liste non exhaustive des travaux susceptibles d'être effectués par des agents d'une collectivité territoriale (liste fixée par l'arrêté du 23 juillet 1947 modifié): Travaux occasionnels et poussiéreux exposant à l'amiante; Emploi de couleurs et peintures contenant des composés de l'arsenic; Emploi de dérivés nitrés et chloronitrés du benzène; Concassage, broyage, ensachage et transport à dos d'homme des ciments; Travaux effectués dans les égouts; Travaux de collecte et de traitement des ordures; Exposition au plomb. L'activité de traitement phytosanitaire n'impose pas la mise en place d'une douche. Néanmoins, les risques engendrés par ce traitement sont tels, qu'il est fortement conseillé de prévoir cet aménagement pour les applicateurs de produits phytosanitaires. Il s'agit en effet d'un important moyen de prévention du risque chimique. Rémunération du temps passé à la douche Le temps passé à la douche est au minimum d'un quart d'heure considéré comme le temps normal nécessaire pour prendre une douche, et d'une heure au maximum. Le temps passé à la douche est rémunéré au tarif normal des heures de travail sans être décompté dans la durée de travail effectif. Le temps passé à la douche des salariés dont les travaux ne rentrent pas dans le champ d'application de l'arrêté du 23 juillet 1947 modifié dépend des règlements intérieurs qui fixent les conditions d'indemnisation des salariés et les conditions de prise en compte de ce temps dans la durée du travail effectif. Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Côte d Or 4

5 Aménagement des douches Les douches doivent être installées dans des cabines individuelles à raison d'au moins une pomme de douche pour huit personnes lorsque chaque cabine de douche comprend deux cellules d'habillage ou de déshabillage. Le local de douches doit être tenu en état constant de propreté. La température de l'eau des douches doit être réglable. Mesures complémentaires spécifiques à certains travaux (liste non exhaustive) Les travaux listés ci-dessous nécessitent certaines dispositions réglementaires spécifiques à mettre en œuvre ce qui concerne l'hygiène des agents : Exposition à des agents biologiques pathogènes (article R à 6 du code du travail); Travaux effectués dans les égouts (article 4 du décret du 21 novembre 1942); Travaux exposant aux rayonnements ionisants (article 60 du décret du 2 octobre 1986 modifié); Etablissement de restauration collective (application de l'arrêté du 29 septembre 1997 fixant les conditions d'hygiène applicables dans les établissements de restauration collective à caractère social). 5. DOCUMENTATION COMPLEMENTAIRE Documentation INRS : Aide mémoire juridique TJ 11 - Installations sanitaires des entreprises Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Côte d Or 5

LES INSTALLATIONS SANITAIRES

LES INSTALLATIONS SANITAIRES F I C H E P R E V E N T I O N N 0 9 «H Y G I E N E S E C U R I T E» LES INSTALLATIONS SANITAIRES INTRODUCTION Les autorités territoriales doivent mettre à la disposition des travailleurs les moyens d assurer

Plus en détail

Prévention LES LOCAUX SOCIAUX. Infos INTRODUCTION : SOMMAIRE :

Prévention LES LOCAUX SOCIAUX. Infos INTRODUCTION : SOMMAIRE : Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Dordogne - Infos Prévention n 10 Septembre 2008 Infos Prévention LES LOCAUX SOCIAUX SOMMAIRE : LES LOCAUX SOCIAUX Introduction Les locaux de

Plus en détail

Paris actu. Le Conseil Supérieur des Administrations Parisiennes du 8 novembre 2006.

Paris actu. Le Conseil Supérieur des Administrations Parisiennes du 8 novembre 2006. Page 1 : Paris actu Le Conseil Supérieur des Administrations Parisiennes du 8 novembre 2006 Page 2 : Agenda Le Code du Travail pour tous. Page 3 : Actualité sociale La précarité au cœur de la Mairie de

Plus en détail

1. REGLEMENTATION 2. INTRODUCTION

1. REGLEMENTATION 2. INTRODUCTION 1. REGLEMENTATION Code du travail articles R. 4222-1 à 26, R. 4412-149 et 150, R. 4722-1, 2, 13, 14, 26, R. 4724-2 et 3 et R. 4212-1 à 7; Arrêté du 8 octobre 1987: contrôle périodique des installations

Plus en détail

TJ 11 AIDE-MÉMOIRE JURIDIQUE

TJ 11 AIDE-MÉMOIRE JURIDIQUE Installations sanitaires des entreprises TJ 11 AIDE-MÉMOIRE JURIDIQUE L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme

Plus en détail

LES OBLIGATIONS DE L'EMPLOYEUR EN MATIÈRE D'HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ AU TRAVAIL

LES OBLIGATIONS DE L'EMPLOYEUR EN MATIÈRE D'HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ AU TRAVAIL > Santé et sécurité au travail : obligations et responsabilités de l'employeur LES OBLIGATIONS DE L'EMPLOYEUR EN MATIÈRE D'HYGIÈNE ET DE SÉCURITÉ AU TRAVAIL L'ÉVALUATION DES RISQUES DANS L'ENTREPRISE...

Plus en détail

Installations sanitaires des entreprises TJ 11 AIDE-MÉMOIRE JURIDIQUE

Installations sanitaires des entreprises TJ 11 AIDE-MÉMOIRE JURIDIQUE Installations sanitaires des entreprises TJ 11 AIDE-MÉMOIRE JURIDIQUE L Institut national de recherche et de sécurité (INRS) Dans le domaine de la prévention des risques professionnels, l INRS est un organisme

Plus en détail

FICHE D ENTREPRISE. Etablie en application de l article R. 4624-37 du code du travail Conforme à l arrêté du 29 mai 1989

FICHE D ENTREPRISE. Etablie en application de l article R. 4624-37 du code du travail Conforme à l arrêté du 29 mai 1989 I RENSEIGNEMENTS D ORDRE GÉNÉRAL 1. Date d établissement de la fiche FICHE D ENTREPRISE Etablie en application de l article R. 462437 du code du travail Conforme à l arrêté du 29 mai 1989 Médecin du travail

Plus en détail

www.vac-location.com Location de Véhicules Autonomes de Cantonnement Solutions Base Vie Clés en Main pour Chantiers

www.vac-location.com Location de Véhicules Autonomes de Cantonnement Solutions Base Vie Clés en Main pour Chantiers www.vac-location.com Location de Véhicules Autonomes de Cantonnement Solutions Base Vie Clés en Main pour Chantiers CONTEXTE Application plus stricte des dispositions réglementaires relatives à l accueil

Plus en détail

grille de Conformité Réglementaire

grille de Conformité Réglementaire N D ordre Objet Références Exigences 1 Prestations en SST Code de Travail C T : loi n 66 27 du 30/04/1966 modifié par la loin n 94 29 du 21/02/1994 et la loi n 96 62 du 15/07/1996 : grille de Conformité

Plus en détail

COMMISSION PARITAIRE DE LA CONSTRUCTION. Convention collective du travail du.(wol/o) Humanisation du travail. Chapitre I - Dispositions communes

COMMISSION PARITAIRE DE LA CONSTRUCTION. Convention collective du travail du.(wol/o) Humanisation du travail. Chapitre I - Dispositions communes COMMISSION PARITAIRE DE LA CONSTRUCTION Art. 1 Convention collective du travail du.(wol/o) Humanisation du travail Chapitre I - Dispositions communes Sans préjudice des dispositions des articles 73 à 103

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE DU PERSONNEL

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE DU PERSONNEL PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE DU PERSONNEL SOMMAIRE 1. CONSTRUCTION... 3 1.1 MESURES D HYGIENE... 3 1.1.1 Eclairage Art. R.4213-2 et suivants / Art. R.4223-1 et suivants... 3 1.1.2 Aération - assainissement

Plus en détail

Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) LA VENTILATION DES LOCAUX DE TRAVAIL

Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) LA VENTILATION DES LOCAUX DE TRAVAIL Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) LA VENTILATION DES LOCAUX DE TRAVAIL Introduction La mise en œuvre, de produits, notamment des produits chimiques,

Plus en détail

Les produits phytosanitaires

Les produits phytosanitaires Les produits phytosanitaires La plupart des collectivités utilisent des herbicides pour le désherbage de la voirie et des espaces verts, dans un objectif esthétique et d entretien des infrastructures.

Plus en détail

CADRE REGLEMENTAIRE R.5

CADRE REGLEMENTAIRE R.5 CADRE REGLEMENTAIRE R.5 APPLICABLES AVEC LES REGLES D ACCESSIBILITE CUMUL DE REGLEMENTATION CLASSEMENT DES ETABLISSEMENTS LIEUX DE TRAVAIL R.5.1 Cumul de règlementation R.5.2 Classement des établissements

Plus en détail

LIVRE II : DISPOSITIONS APPLICABLES AUX LIEUX DE TRAVAIL. TITRE Ier : OBLIGATIONS DU MAÎTRE D'OUVRAGE POUR LA CONCEPTION DES LIEUX DE TRAVAIL

LIVRE II : DISPOSITIONS APPLICABLES AUX LIEUX DE TRAVAIL. TITRE Ier : OBLIGATIONS DU MAÎTRE D'OUVRAGE POUR LA CONCEPTION DES LIEUX DE TRAVAIL LIVRE II : DISPOSITIONS APPLICABLES AUX LIEUX DE TRAVAIL TITRE Ier : OBLIGATIONS DU MAÎTRE D'OUVRAGE POUR LA CONCEPTION DES LIEUX DE TRAVAIL Chapitre II : Aération et assainissement Article R4212-1 Le

Plus en détail

QUESTIONNAIRE BONNES PRATIQUES D HYGIENE. Mod Etapes Questions (106 questions) Réponse (oui/ non) Généralités : implantation des équipements

QUESTIONNAIRE BONNES PRATIQUES D HYGIENE. Mod Etapes Questions (106 questions) Réponse (oui/ non) Généralités : implantation des équipements Page : 1/5 Nom du client : Adresse du client : Nom du rédacteur : Numéro téléphone : Adresse courriel : Date d envoi : Mod Etapes Questions (106 questions) Réponse (oui/ non) Généralités : implantation

Plus en détail

LA RESTAURATION COLLECTIVE

LA RESTAURATION COLLECTIVE Pô le san té et p révention au travai l LA RESTAURATION COLLECTIVE Version n 2 - Janvier 2009 Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de Loire Atlantique 10 boulevard de la Loire - B.P.

Plus en détail

La loi Handicap et ses obligations. l'offre delabie. Réglementation /

La loi Handicap et ses obligations. l'offre delabie. Réglementation / Réglementation / La loi Handicap et ses obligations Depuis le 1 er janvier 2007, dans le cadre de la Loi Handicap, des dispositions réglementaires sont entrées en vigueur et s imposent en particulier aux

Plus en détail

Unité Mobile de Décontamination: UMD

Unité Mobile de Décontamination: UMD Unité Mobile de Décontamination: UMD François DUBERNET 1- Cahier des charges de construction 2- Bilan aéraulique de l UMD Unité Mobile de Décontamination: UMD Evacuation des déchets V > 0,5 m/s Taux de

Plus en détail

CHSCT Ce qui va changer

CHSCT Ce qui va changer GRAS SAVOYE POLE COLLECTIVITES LOCALES & ETABLISSEMENTS PUBLICS CHSCT Ce qui va changer Document confidentiel - ne pas diffuser sans autorisation Evolution de CHS vers CHSCT Action 2 de l accord sur la

Plus en détail

Nouveau Code du travail

Nouveau Code du travail Nouveau Code du travail Sommaire de la partie «Santé et sécurité au travail» Entré en vigueur au 1 er mai 2008 Partie législative nouvelle - Partie règlementaire nouvelle (Livres et titres) QUATRIÈME PARTIE

Plus en détail

RAPPORT DE MISSION DE REPERAGE DES REVETEMENTS CONTENANT DU PLOMB

RAPPORT DE MISSION DE REPERAGE DES REVETEMENTS CONTENANT DU PLOMB RAPPORT DE MISSION DE REPERAGE DES REVETEMENTS CONTENANT DU PLOMB AVANT DEMOLITION - Articles L.230-2, L.235-1, R.231-56 et R. 231-56-1 du Code du Travail - Articles R 4412-156 à R 4412-160 du Code du

Plus en détail

Atelier de métallerie (2 e partie)

Atelier de métallerie (2 e partie) Fiche de sécurité F3 F 04 02 Tour Amboise 204, rond-point du Pont-de-Sèvres 92516 BOULOGNE-BILLANCOURT CEDEX Tél. : 01 46 09 26 91 Tél. : 08 25 03 50 50 Fax : 01 46 09 27 40 Atelier de métallerie (2 e

Plus en détail

AMENAGEMENT DES LIEUX DE TRAVAIL

AMENAGEMENT DES LIEUX DE TRAVAIL 29/05/2013 AMENAGEMENT DES LIEUX DE TRAVAIL Les obligations réglementaires Béatrice KISSIEN-SCHMIT 1 INTEFP - 1 PLAN Bâtiment Ambiances de travail :bruit, éclairage, température Hygiène Installations électriques,

Plus en détail

Santé sécurité et conditions de travail dans les grandes surfaces, le commerce alimentaire et les commerces

Santé sécurité et conditions de travail dans les grandes surfaces, le commerce alimentaire et les commerces http://www.sud-travail-affaires-sociales.org Travail affaires sociales Santé sécurité et conditions de travail dans les grandes surfaces, le commerce alimentaire et les commerces Durée du travail Décomptes

Plus en détail

EVALUATION DU RISQUE PLOMB SUR UN CHANTIER DE COUVERTURE. Docteur D. LEUXE - Docteur J.P. BAUD - B. MARC

EVALUATION DU RISQUE PLOMB SUR UN CHANTIER DE COUVERTURE. Docteur D. LEUXE - Docteur J.P. BAUD - B. MARC EVALUATION DU RISQUE PLOMB SUR UN CHANTIER DE COUVERTURE. Docteur D. LEUXE - Docteur J.P. BAUD - B. MARC Les onze hectares des toitures du Château de VERSAILLES, réhabilitées entre 1925 et 1963, ont été

Plus en détail

Parties communes et services

Parties communes et services Parties communes et services Ergonomie pratique en 128 points CHECKPOINT 95 Mettre des vestiaires et des sanitaires à la disposition des employés pour garantir un bon niveau d'hygiène et de propreté. POURQUOI

Plus en détail

Convention collective nationale des entreprises de propreté. Etendue par arrêté du 31 octobre 1994 JORF 5 novembre 1994.

Convention collective nationale des entreprises de propreté. Etendue par arrêté du 31 octobre 1994 JORF 5 novembre 1994. Convention collective nationale des entreprises de propreté. Etendue par arrêté du 31 octobre 1994 JORF 5 novembre 1994. La présente convention collective remplace la convention collective nationale des

Plus en détail

PLAN D INSTALLATION DE CHANTIER

PLAN D INSTALLATION DE CHANTIER PLAN D INSTALLATION DE CHANTIER Un plan d installation de chantier P.I.C est généralement établi à partir d un plan de masse. Il définit : - Les matériels fixes nécessaires à la réalisation des ouvrages,

Plus en détail

INTRODUCTION à la TECHNOLOGIE du BATIMENT TOME I INSTALLATION DE CHANTIER 29/12/2010

INTRODUCTION à la TECHNOLOGIE du BATIMENT TOME I INSTALLATION DE CHANTIER 29/12/2010 INTRODUCTION à la TECHNOLOGIE du BATIMENT TOME I INSTALLATION DE CHANTIER 29/12/2010 SOMMAIRE I- Le Plan d Installation de Chantier (PIC) II- Les cantonnements III- Les matériels du chantier 2 I- Le PIC

Plus en détail

NIVEAU 2: OBSERVATION

NIVEAU 2: OBSERVATION Méthodes SOBANE: Locaux sociaux NIVEAU 2: OBSERVATION INTRODUCTION Objectifs Étudier la situation en ce qui concerne les locaux sociaux et le matériel de premiers soins Déterminer les mesures techniques

Plus en détail

1 aux moyens de transports utilisés en dehors de l entreprise ou de l établissement, ni aux lieux de travail à l intérieur des moyens de transports;

1 aux moyens de transports utilisés en dehors de l entreprise ou de l établissement, ni aux lieux de travail à l intérieur des moyens de transports; Arrêté royal du 10 octobre 2012 fixant les exigences de base générales auxquelles les lieux de travail doivent répondre (M.B. 5.11.2012, éd. 2; erratum: M.B. 20.3.2013, ed. 2) Transposition partiellement

Plus en détail

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1.

Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1. Dossier de demande d autorisation temporaire d exploiter une centrale d enrobage à chaud SRTP le Petit Nazé ARGENTRE (53) Indice : 1 Juin 2015 NOTICE D HYGIENE ET DE SECURITE P. 2 sur 8 SOMMAIRE 1 Hygiène...

Plus en détail

Synthèse réalisée par le Service de Santé au Travail de SaintSaint-Dié 88100

Synthèse réalisée par le Service de Santé au Travail de SaintSaint-Dié 88100 Décret du 30/01/2012 applicable à partir du1er Juillet 2012. Partie sur le suivi individuel de l état de santé du salarié et les visites médicales (Les changements apparaissent en rouge) Synthèse réalisée

Plus en détail

Amiante Protection des travailleurs

Amiante Protection des travailleurs P/DN/IJ 7/7/2006 Amiante Protection des travailleurs Le décret n 2006-761 du 30 juin 2006 modifie le Code du travail et introduit de nouvelles règles pour la protection des travailleurs contre les risques

Plus en détail

DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS Le présent document et les modèles qui l'accompagnent sont donnés exclusivement pour un usage informatif. Le document unique d évaluation des risques

Plus en détail

Les principaux textes de loi en matière de restauration d'entreprise

Les principaux textes de loi en matière de restauration d'entreprise A s s o c i a t i o n d e s R e s p o n s a b l e s d e S e r v i c e s G é n é r a u x F a c i l i t i e s M a n a g e r s A s s o c i a t i o n Janvier 2012 Réglementation applicable à la restauration

Plus en détail

Des normes techniques d'installation de salubrité et de surface relatives au local devant abriter une officine de pharmacie

Des normes techniques d'installation de salubrité et de surface relatives au local devant abriter une officine de pharmacie Les normes techniques d'installation, de salubrité et de surface relatives au local devant abriter une officine de pharmacie ainsi que les normes techniques relatives aux établissements pharmaceutiques

Plus en détail

Cahier des clauses techniques particulières

Cahier des clauses techniques particulières Cahier des clauses techniques particulières Objet Titulaire Montant Location et installation de locaux de chantier pour l opération archéologique dénommée «Piechegu n 2 -» 30 Bellegarde Mini : 0 Euro HT

Plus en détail

DIS 2271 Biberonnerie: Infrastructure, équipements et hygiène [2271] v2

DIS 2271 Biberonnerie: Infrastructure, équipements et hygiène [2271] v2 Unité Provinciale de :... Date :... Contrôleur Responsable:... N :... Opérateur :... N unique :... Adresse :...... DIS 2271 Biberonnerie: Infrastructure, équipements et hygiène [2271] v2 C : conforme NC

Plus en détail

Fiche n 4 : Les sanitaires à usage commun dans les ERP existants

Fiche n 4 : Les sanitaires à usage commun dans les ERP existants Janvier 2013 Fiche n 4 : Les sanitaires à usage commun dans les ERP existants Le contexte Les sanitaires sont un service annexe mais essentiel proposé par les magasins, les commerces, les établissements

Plus en détail

5. INSPECTION COMMUNE PREALABLE ET PLAN DE PREVENTION

5. INSPECTION COMMUNE PREALABLE ET PLAN DE PREVENTION 1. OBJET Le décret n 92-158 du 20 février 1992 s'applique dès lors qu'une entreprise extérieure intervient dans un établissement d'une collectivité ou dans ses dépendances ou chantiers. 2. REGLEMENTATION

Plus en détail

DIRECTIVE TECHNIQUE. Spécificités propres aux toilettes en milieu scolaire 2.2.1 DIT1. Date de rédaction de la 1 ière version : jeudi 31 mai 2012

DIRECTIVE TECHNIQUE. Spécificités propres aux toilettes en milieu scolaire 2.2.1 DIT1. Date de rédaction de la 1 ière version : jeudi 31 mai 2012 DIRECTIVE TECHNIQUE Spécificités propres aux toilettes en milieu scolaire 2.2.1 DIT1 Date de rédaction de la 1 ière version : jeudi 31 mai 2012 Version : lundi 26 août 2013 Version validée en COPIL Note

Plus en détail

Charte de travail DES AGENTSTERRITORIAUX SPÉCIALISES DES ÉCOLES MATERNELLES Et de personnels faisant fonction

Charte de travail DES AGENTSTERRITORIAUX SPÉCIALISES DES ÉCOLES MATERNELLES Et de personnels faisant fonction Charte de travail DES AGENTSTERRITORIAUX SPÉCIALISES DES ÉCOLES MATERNELLES Et de personnels faisant fonction Le présent règlement a pour objet de préciser les dispositions législatives et règlementaires

Plus en détail

Usage sécurisé des pesticides

Usage sécurisé des pesticides COLEACP PIP Usage sécurisé des pesticides Stockage sans risques 6 Filières fruits et légumes en pays ACP Brochure destinée au personnel d encadrement d ouvriers agricoles et de petits producteurs Le PIP

Plus en détail

DGAL VADE-MECUM PRODUITS À BASE DE VIANDES MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE, DE L'AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT

DGAL VADE-MECUM PRODUITS À BASE DE VIANDES MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE, DE L'AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT MINISTÈRE DE L'AGRICULTURE, DE L'AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT DGAL VADE-MECUM PRODUITS À BASE DE VIANDES Version Publiée : 3.01 Date : 30/01/14 Version Grille : 3 Publiée : Champ d'application Ce vade-mecum

Plus en détail

Consultation du CHSCT

Consultation du CHSCT Fondamentaux De manière générale, le CHSCT peut être saisi de toute question relevant de sa compétence par l'employeur, le comité d'entreprise et les délégués du personnel (art. L. 4612-13 du Code du travail).

Plus en détail

Obligation de fournir au CHSCT les informations qui lui sont nécessaires pour l'exercice de ses missions ( C. trav., art. L. 4614-9).

Obligation de fournir au CHSCT les informations qui lui sont nécessaires pour l'exercice de ses missions ( C. trav., art. L. 4614-9). Tableau des principaux cas d'information/consultation d'un CHSCT Le tableau ci-dessous recense les principaux cas légaux d'information/consultation d'un CHSCT. Il fait également apparaître les documents

Plus en détail

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL

FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL LE GOUVERNEMENT DU GRAND-DUCHÉ DE LUXEMBOURG Direction de la Santé FICHES INFORMATIVES HYGIENE DU PERSONNEL Un plan d hygiène permet de garantir la propreté du personnel et éviter toutes contaminations

Plus en détail

RECOMMANDATION R437 COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS

RECOMMANDATION R437 COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS prévention texte tête n 15 taille 16 Environnement RECOMMANDATION R437 COLLECTE DES DÉCHETS MÉNAGERS ET ASSIMILÉS La Caisse Nationale d'assurance Maladie des Travailleurs Salariés a élaboré une nouvelle

Plus en détail

DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE»

DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE» DIRECTION DES RELATIONS DE TRAVAIL SEMINAIRE D INFORMATION SUR LE THEME «LA SECURITE DES SALARIES : UNE VALEUR AJOUTEE POUR L ENTREPRISE» COMMUNICATION RELATIVE AU CADRE REGLEMENTAIRE CONCERNANT LA PREVENTION

Plus en détail

Tourisme - Capacité des communes en hébergement touristique au 1er janvier 2010 Documentation des indicateurs

Tourisme - Capacité des communes en hébergement touristique au 1er janvier 2010 Documentation des indicateurs Tourisme - Capacité des communes en hébergement touristique au 1er janvier 2010 Documentation des indicateurs Retour liste com PSDC99 Pop_mun_20cc RSECbb CPGaa CPGEaa CPGELaa CPGEOaa HCaa HCCHaa HNCaa

Plus en détail

PRINCIPALES DISPOSITIONS TECHNIQUES CONCERNANT LE PRESENT PROJET

PRINCIPALES DISPOSITIONS TECHNIQUES CONCERNANT LE PRESENT PROJET Notice d'accessibilité des personnes à mobilité réduite aux Établissements et Installations ouvertes au public (E.R.P. et I.O.P.) prévue par les articles D111-19-18 et R.111-19-19 du Code de la construction

Plus en détail

Hygiène SSOP et SPS. Les Bonnes Pratiques de Fabrication (BPF) peuvent être utilisées pour répondre à de nombreuses, voire

Hygiène SSOP et SPS. Les Bonnes Pratiques de Fabrication (BPF) peuvent être utilisées pour répondre à de nombreuses, voire Au cours de cette session de formation, nous parlerons des Procédures Opérationnelles de Propreté et de Désinfection (SSOP), des Normes de Performance d Hygiène (SPS) et des Bonnes Pratiques de Fabrication

Plus en détail

Sanitaires Lavabo accessible

Sanitaires Lavabo accessible Fiche H.11 Objet de la fiche Rappeler les dispositions de l arrêté pour l application, aux sanitaires, des articles R.111-19 à R.111-19- 3 ; R.111-19-6, R.111-19-8 et R.111-19-11 du code de la construction

Plus en détail

Santé sécurité et conditions de travail dans les crèches, jardins d enfant, halte garderie, maternelles

Santé sécurité et conditions de travail dans les crèches, jardins d enfant, halte garderie, maternelles http://www.sud-travail-affaires-sociales.org Travail affaires sociales Santé sécurité et conditions de travail dans les crèches, jardins d enfant, halte garderie, maternelles Voir la fiche secteur tertiaire

Plus en détail

CONTROLES PERIODIQUES ET ACCESSIBILITE DES BATIMENTS TYPE LOCAL COMMERCIAL

CONTROLES PERIODIQUES ET ACCESSIBILITE DES BATIMENTS TYPE LOCAL COMMERCIAL CONTROLES PERIODIQUES ET ACCESSIBILITE DES BATIMENTS TYPE LOCAL COMMERCIAL Afin de vous aider a appréhender l ensemble des réglementations pour créer ou mettre au norme votre local commercial, voici une

Plus en détail

LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN MATIERE DE SANTE ET DE SECURITE AU TRAVAIL

LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN MATIERE DE SANTE ET DE SECURITE AU TRAVAIL LES OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR EN MATIERE DE SANTE ET DE SECURITE AU TRAVAIL Soumis au respect de nombreuses dispositions légales en matière d hygiène et de sécurité 1, le chef d entreprise a ainsi la

Plus en détail

2- OBLIGATIONS DU MAITRE D'OUVRAGE

2- OBLIGATIONS DU MAITRE D'OUVRAGE Modèle de notice explicative accessibilité aux personnes handicapées des établissements et installations ouverts au public (E.R.P. et I.O.P.) à inclure dans le dossier «accessibilité» prévue par les articles

Plus en détail

Camp accueillant des mineurs

Camp accueillant des mineurs FORMATION HYGIENE 2007 Camp accueillant des mineurs 1 Les référentiels Arrêté interministériel du 29 septembre 1997 fixant les conditions d'hygiène applicables dans les établissement de restauration collective

Plus en détail

Tourisme - Capacité des communes en hébergement touristique

Tourisme - Capacité des communes en hébergement touristique Tourisme - Capacité des communes en hébergement touristique PSDC99 NSEC99 CPGaa CPGEaa CPGELaa CPGEOaa HCaa HCCHaa CPG1aa CPGE1aa CPGEL1aa CPGEO1aa HC0aa HCCH0aa CPG2aa CPGE2aa CPGEL2aa CPGEO2aa HC1aa

Plus en détail

CLASSEMENT TERRAINS DE CAMPING ET CARAVANAGE NOTE DE CLARIFICATION

CLASSEMENT TERRAINS DE CAMPING ET CARAVANAGE NOTE DE CLARIFICATION CLASSEMENT TERRAINS DE CAMPING ET CARAVANAGE NOTE DE CLARIFICATION Principes généraux de l évaluation Eléments complémentaires pouvant être apportés suite à la visite : Des éléments factuels ne peuvent

Plus en détail

TRAVAUX SUR CANALISATIONS EN PLOMB

TRAVAUX SUR CANALISATIONS EN PLOMB TRAVAUX SUR CANALISATIONS EN PLOMB EMPLOYEURS Comment protéger la santé de vos salariés? Services de santé au travail Le plomb a été largement utilisé pour la fabrication de canalisations d eau potable

Plus en détail

* LE SYNDICAT * LES CABINES SANITAIRES MOBILES AUTONOMES ECOLOGIQUES! * LA NORME EUROPEENNE NF EN 16194 ET LA REGLEMENTATION EN FRANCE

* LE SYNDICAT * LES CABINES SANITAIRES MOBILES AUTONOMES ECOLOGIQUES! * LA NORME EUROPEENNE NF EN 16194 ET LA REGLEMENTATION EN FRANCE * LE SYNDICAT * LES CABINES SANITAIRES MOBILES AUTONOMES ECOLOGIQUES! * LA NORME EUROPEENNE NF EN 16194 ET LA REGLEMENTATION EN FRANCE * BASE-VIE MOBILES * UN CAS ILLUSTRE : CHANTIERS LINEAIRES EN MILIEU

Plus en détail

Temps de travail effectif Gestion de la durée de travail - Annualisation

Temps de travail effectif Gestion de la durée de travail - Annualisation Temps de travail effectif Gestion de la durée de travail - Annualisation 1/18/MA Service «Gestion des carrières - Protection sociale» Pôle "Valorisation de l'information juridique" 05 59 84 59 44 05 59

Plus en détail

1. Risques liés aux situations de co-activité

1. Risques liés aux situations de co-activité A LA CHARGE DE L EMPLOYEUR EN Annexe 1 MATIERE D EVALUATION DES RISQUES 1. Risques liés aux situations de co-activité Il s agit d articuler le document unique avec les instruments prévus par : - le décret

Plus en détail

Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 6, al. 4, et 40 de la loi du 13 mars 1964 1 sur le travail (loi), arrête: Objet et champ d application

Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 6, al. 4, et 40 de la loi du 13 mars 1964 1 sur le travail (loi), arrête: Objet et champ d application Ordonnance 3 relative à la loi sur le travail (Hygiène, OLT 3) 822.113 du 18 août 1993 (Etat le 1 er mai 2010) Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 6, al. 4, et 40 de la loi du 13 mars 1964 1 sur le

Plus en détail

ACCORD DU 10 SEPTEMBRE 2009

ACCORD DU 10 SEPTEMBRE 2009 MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE CONVENTIONS COLLECTIVES Accord collectif national DIVERSITÉ ET ÉGALITÉ PROFESSIONNELLE ET SALARIALE ENTRE LES

Plus en détail

FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE 6, rue d e l Ang e 6 6 9 0 1 PERPIG N A N CEDEX

FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE 6, rue d e l Ang e 6 6 9 0 1 PERPIG N A N CEDEX C E N T R E d e G E S T I O N D e s P y r é n é e s O r i e n t a l e s FONCTION PUBLIQUE TERRITORIALE 6, rue d e l Ang e 6 6 9 0 1 PERPIG N A N CEDEX 04 68 34 87 21-04 68 34 37 24 - beringuier.medprev@cdg66.fr

Plus en détail

GUIDE QUALITE ARSEG METIER RETAURATION COLLECTIVE SOMMAIRE OBJET ET DOMAINE D'APPLICATION GLOSSAIRE SPECIFIQUE AU METIER

GUIDE QUALITE ARSEG METIER RETAURATION COLLECTIVE SOMMAIRE OBJET ET DOMAINE D'APPLICATION GLOSSAIRE SPECIFIQUE AU METIER GUIDE QUALITE ARSEG METIER RETAURATION COLLECTIVE SOMMAIRE CHAPITRE 1 OBJET ET DOMAINE D'APPLICATION CHAPITRE 2 GLOSSAIRE SPECIFIQUE AU METIER CHAPITRE 3 CONTEXTE 3-1-Caractéristiques de l'activité restauration

Plus en détail

Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 6, al. 4, et 40 de la loi du 13 mars 1964 2 sur le travail (loi), arrête: Objet et champ d application

Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 6, al. 4, et 40 de la loi du 13 mars 1964 2 sur le travail (loi), arrête: Objet et champ d application Ordonnance 3 relative à la loi sur le travail (OLT 3) (Protection de la santé) 1 822.113 du 18 août 1993 Le Conseil fédéral suisse, vu les art. 6, al. 4, et 40 de la loi du 13 mars 1964 2 sur le travail

Plus en détail

La Récupération de l'eau de pluie et des eaux grises

La Récupération de l'eau de pluie et des eaux grises La Récupération de l'eau de pluie et des eaux grises Dans le cadre de démarches environnementales et de développement durable, de nombreux maîtres d ouvrages, notamment les collectivités territoriales,

Plus en détail

R.E.P.E. Code du logement Exigences élémentaires en matière de sécurité, de salubrité et d'équipement des logements

R.E.P.E. Code du logement Exigences élémentaires en matière de sécurité, de salubrité et d'équipement des logements R.E.P.E. Code du logement Exigences élémentaires en matière de sécurité, de salubrité et d'équipement des logements Attention: les informations relatives au Code du logement seront mises à jour très prochainement;

Plus en détail

Hygiène alimentaire. Introduction

Hygiène alimentaire. Introduction Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) Hygiène alimentaire Introduction Le temps de travail ne permet pas souvent aux salariés de déjeuner chez eux

Plus en détail

PROGRAMME : RENOVATION, RESTRUCTURATION ET CONSTRUCTION D UNE EXTENSION DANS LES LOCAUX DE POITIERS

PROGRAMME : RENOVATION, RESTRUCTURATION ET CONSTRUCTION D UNE EXTENSION DANS LES LOCAUX DE POITIERS PROGRAMME : RENOVATION, RESTRUCTURATION ET CONSTRUCTION D UNE EXTENSION DANS LES LOCAUX DE POITIERS L ONEMA, établissement public, projette la rénovation et la restructuration des locaux de sa Délégation

Plus en détail

FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL

FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL FORMATIONS EN MATIERE DE SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL Prévention et Sécurité au Travail Fiche Santé et Travail n 111 Date : 01/09/2014 "Un homme averti en vaut deux" Ce proverbe souligne que l on est plus

Plus en détail

Le guide des bonnes pratiques d hygiène et la qualité alimentaire en restauration

Le guide des bonnes pratiques d hygiène et la qualité alimentaire en restauration FORMATION : THEORIQUE C.H.R. / INTRA-ENTREPRISE MODULE Le guide des bonnes pratiques d hygiène et la qualité alimentaire en restauration TYPE DE FORMATION : Hygiène et sécurité, qualité normalisation,

Plus en détail

Aménagement physique des locaux. Alex Stanoprud Consultant alimentaire Agri-Vision

Aménagement physique des locaux. Alex Stanoprud Consultant alimentaire Agri-Vision Aménagement physique des locaux Alex Stanoprud Consultant alimentaire Agri-Vision 1. Connaissons-nous le domaine d activités? 2. Normes, exigences, règles, contrôles MAPAQ ACIA Santé Canada HACCP GFSI

Plus en détail

LA QUALITÉ DE L'AIR INTÉRIEUR DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC

LA QUALITÉ DE L'AIR INTÉRIEUR DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC LA QUALITÉ DE L'AIR INTÉRIEUR DANS LES ETABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC Olivier LEMAÎTRE Responsable du pôle Qualités Sanitaires des Bâtiments au CETE Nord-Picardie, olivier.lemaitre@developpement-durable.gouv.fr

Plus en détail

PROGRAMME ANNUEL DE PREVENTION 2005-2006. enseignement solaire PRIORITES ET ACTIONS DU PROGRAMME 2005-2006. Paris le 17 juin 2005 CONTEXTE

PROGRAMME ANNUEL DE PREVENTION 2005-2006. enseignement solaire PRIORITES ET ACTIONS DU PROGRAMME 2005-2006. Paris le 17 juin 2005 CONTEXTE Paris le 17 juin 2005 PROGRAMME ANNUEL DE PREVENTION Direction des personnels, de la modernisation et de l administration Service des personnels des services déconcentrés et des établissements publics

Plus en détail

2012 RÉGLEMENTATION AMIANTE :

2012 RÉGLEMENTATION AMIANTE : 2012 RÉGLEMENTATION AMIANTE : DEUX NOUVEAUX TEXTES PORTANT SUR LA PRÉVENTION DES RISQUES ET LA FORMATION DU PERSONNEL La réglementation distingue deux types d activités : 1 travaux de retrait ou d'encapsulage

Plus en détail

Modèle de règlement intérieur

Modèle de règlement intérieur Modèle de règlement intérieur Article 1 er : Objet Le présent règlement est destiné à organiser la vie et les conditions d exécution du travail dans la collectivité. Il est complété, le cas échéant, par

Plus en détail

DECRET Décret no 96-98 du 7 février 1996 relatif à la protection des travailleurs contre les risques liés à l'inhalation de poussières d'amiante

DECRET Décret no 96-98 du 7 février 1996 relatif à la protection des travailleurs contre les risques liés à l'inhalation de poussières d'amiante Accueil > Les textes législatifs et réglementaires > Détail d'un texte En savoir plus sur ce texte... JORF n 33 du 8 février 1996 page 2050 DECRET Décret no 96-98 du 7 février 1996 relatif à la protection

Plus en détail

INSTRUCTIONS CONCERNANT LA REMISE DE DENRÉES ALIMENTAIRES LORS DE MARCHÉS OU DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES

INSTRUCTIONS CONCERNANT LA REMISE DE DENRÉES ALIMENTAIRES LORS DE MARCHÉS OU DE MANIFESTATIONS TEMPORAIRES Service de la sécurité alimentaire et des affaires vétérinaires SAAV Amt für Lebensmittelsicherheit und Veterinärwesen LSVW Chemin du Musée 15, 1700 Fribourg T +41 26 305 80 10, F +41 26 305 80 19 www.fr.ch/lsvw

Plus en détail

Contenu attendu des guides nationaux de bonnes pratiques d hygiène GBPH

Contenu attendu des guides nationaux de bonnes pratiques d hygiène GBPH Contenu attendu des guides nationaux de bonnes pratiques d hygiène GBPH Note d information à l usage des professionnels En complément de cette note, des informations relatives au contenu des GBPH sont

Plus en détail

HACCP et sécurité sanitaire des aliments

HACCP et sécurité sanitaire des aliments HACCP et sécurité sanitaire des aliments 1. A votre avis, comment cet accident aurait-il pu être évité? En identifiant les risques alimentaires potentiels liés à l activité de conserverie artisanale et

Plus en détail

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE

PARTIE 5 NOTICE HYGIENE ET SECURITE de en Martinik NOTICE HYGIENE ET SECURITE BUREAU VERITAS ASEM Dossier n 6078462 Révision 2 Octobre 2014 Page 1 de en Martinik SOMMAIRE 1. INTRODUCTION... 3 1.1 OBJET DE LA NOTICE... 3 1.2 CADRE REGLEMENTAIRE...

Plus en détail

Afin d éviter de générer une identité visuelle «troisième catégorie» correspondant aux personnes en situation de handicap.

Afin d éviter de générer une identité visuelle «troisième catégorie» correspondant aux personnes en situation de handicap. 8 8.1 LES TOILETTES (CABINETS D'AISANCE) FOCUS 1 : L'IMPLANTATION PRINCIPES GÉNÉRAUX DE L ACCESSIBILITÉ Les personnes utilisant un fauteuil roulant doivent pouvoir accéder et utiliser les cabinets d aisance.

Plus en détail

M.S - Direction de la réglementation et du contentieux - BASE DE DONNEES. REFERENCE : Bulletin Officiel n 4862 DU 9 Chaoual 1421 (4-1-2001)

M.S - Direction de la réglementation et du contentieux - BASE DE DONNEES. REFERENCE : Bulletin Officiel n 4862 DU 9 Chaoual 1421 (4-1-2001) REFERENCE : Bulletin Officiel n 4862 DU 9 Chaoual 1421 (4-1-2001) Arrêté du Ministre de la santé n 1693-00 du 5 chaabane 1421 (2 novembre 2000) fixant les normes techniques des cliniques LE MINISTRE DE

Plus en détail

A.T.S.E.M. -Note de service n 91-065 du 11 mars 1991 (BO no 1 2 du 21 mars 1991)

A.T.S.E.M. -Note de service n 91-065 du 11 mars 1991 (BO no 1 2 du 21 mars 1991) A.T.S.E.M. Le statut très particulier des ATSEM conduit les directrices(teurs) des écoles maternelles à travailler en étroite collaboration avec le service du personnel des communes. En effet, les ATSEM

Plus en détail

Notre usage quotidien de l eau. L eau est une ressource essentielle à la vie et au maintien des écosystèmes

Notre usage quotidien de l eau. L eau est une ressource essentielle à la vie et au maintien des écosystèmes Notre usage quotidien de l eau L eau est une ressource essentielle à la vie et au maintien des écosystèmes En France, en 2009, chacun d entre nous a consommé en moyenne 165 litres d eau par jour, tous

Plus en détail

SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL

SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL SECURITE SANITAIRE ET RESTAURATION COLLECTIVE A CARACTERE SOCIAL Références réglementaires : Règlement N 178/2002 établissant les principes généraux et les prescriptions générales de la législation alimentaire

Plus en détail

Agent d exploitation des piscines et Maître Nageur Sauveteur

Agent d exploitation des piscines et Maître Nageur Sauveteur Agent d exploitation des piscines et Maître Nageur Sauveteur La piscine est un lieu d activités sportives et ludiques destiné au public. La mise à disposition de cet établissement impose de respecter des

Plus en détail

Notice expliquant comment le projet prend en compte l'accessibilité aux personnes handicapées dans les ERP existants de 5 ème catégorie.

Notice expliquant comment le projet prend en compte l'accessibilité aux personnes handicapées dans les ERP existants de 5 ème catégorie. Notice expliquant comment le projet prend en compte l'accessibilité aux personnes handicapées dans les ERP existants de 5 ème catégorie. Commune du projet : Nom de l établissement : Nom, prénom, téléphone

Plus en détail