Présentation de la note Perspectives & Propositions Fin de vie, penser les enjeux, soigner les personnes

Save this PDF as:
 WORD  PNG  TXT  JPG

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Présentation de la note Perspectives & Propositions Fin de vie, penser les enjeux, soigner les personnes"

Transcription

1 Présentation de la note Perspectives & Propositions Fin de vie, penser les enjeux, soigner les personnes par Dominique Folscheid et Brice de Malherbe, co-directeurs du département d Ethique biomédicale, Collège des Bernardins Pôle de recherche du Collège des Bernardins : enjeux et lancement d une nouvelle collection Les notes Perspectives & Propositions Le Pôle de recherche du Collège des Bernardins est un lieu de réflexion et de dialogue de chercheurs et praticiens de différentes disciplines avec des théologiens sur les questions de notre temps concernant l'éducation, l'éthique médicale, l'économie, la démocratie et l Europe, le dialogue des religions et la parole de l'art. Cette recherche a pour objectif la production d'idées nouvelles pour construire l'avenir de l'homme. Pour les partager, nous développons notre Collection Humanités par les nouvelles notes Perspectives & Propositions dont l objet est de rendre compte de manière synthétique des propositions originales issues des séminaires et colloques du Pôle de recherche et de ses partenaires. Après une première note Perspectives & Propositions : Vers des démocraties personnalistes, rédigée par Antoine Arjakovsky et Antoine de Romanet parue début décembre, nous vous présentons un texte sur la fin de vie : Fin de vie, penser les enjeux, soigner les personnes. Fin de vie, penser les enjeux, soigner les personnes : contexte En effet, dans un contexte politique et social envisageant une modification de la législation sur la fin de vie, le Collège des Bernardins, en partenariat avec l Université Paris-Est Marne-la-Vallée, a souhaité susciter et prendre part au débat, et a organisé en février 2013 une journée d études sur la fin de vie. Cet ouvrage de synthèse en reprend les principales analyses et propositions en les actualisant suite à l avis 121 du Conseil Consultatif National d Éthique - afin de permettre à tous ceux qui le souhaitent de bénéficier des fruits d une réflexion pluridisciplinaire de qualité alliant vision juridique, sociologique, philosophique, religieuse, et bien entendu médicale. Des expériences à l étranger et dans d autres contextes culturels ont également enrichi le débat. Cette note rédigée à l'occasion de discussions pouvant conduire à des décisions législatives, vise avant tout à contribuer à un débat sur la fin de vie et la mort, débat qui aura toujours lieu d'être. En ce sens, plutôt que d'enjoindre à des décisions impératives, elle formule des propositions ouvertes pour une réflexion durable. Fin de vie, penser les enjeux, soigner les personnes : quelles propositions? Les différents apports des intervenants prenant part à la journée organisée au Collège des Bernardins révèlent que notre société connaît des bouleversements profonds dans son rapport à la mort, notamment du fait d avancées technoscientifiques sans précédent, et se trouve désemparée devant des situations de fin de vie inédites. Cela appelle à repenser le cadre juridique, éthique et médical des pratiques, ainsi que les conditions du débat devant accompagner la question essentielle de la fin de vie. De façon concrète, le Collège des Bernardins soumet des 1

2 propositions dans ces différents domaines, tant en ce qui concerne les approches légales et soignantes que les approches sociologiques, politiques et sociétales. APPROCHE LEGALE Préciser les termes du débat et notamment euthanasie et suicide assisté : o définir l euthanasie comme «acte délibéré d un tiers entraînant la mort d un malade» ; o reconnaître la distinction entre le suicide, qui est une latitude et non un droit, et le suicide assisté qui est instrumentalisation d un tiers. Travailler à une plus grande cohérence des différents textes juridiques de référence. Former, sensibiliser les professionnels de santé mais également l opinion publique à la question de la fin de vie et à la législation en vigueur notamment la loi Leonetti : o affirmation double du refus du droit à la mort et du droit au laisser mourir ; o refus de l obstination déraisonnable ; o étude des potentialités des directives anticipées prévues dans la loi. Mener des études sur quelques zones d ombre persistantes dans le cadre juridique : «double effet» ; équivalence entre ne pas entreprendre un traitement et retirer un traitement ; traitement d un patient en agonie. Garder une respiration éthique dans l exercice subtil d équilibre entre les valeurs sur lesquelles repose une société, les évolutions des aspirations et leur traduction juridique : attention au «tout législatif». Penser les lois pour fixer des limites entre le permis et l'interdit et ne pas faire des lois de circonstances. A ce propos, toute loi légalisant l'euthanasie et le suicide assisté aura nécessairement certains effets : o celui d'inverser la mission constitutive de la médecine, qui est de préserver les patients de la mort et non de la leur donner ; o celui d'imposer à des tiers, au nom d un prétendu «droit de mourir», le devoir de répondre à la demande ; o même strictement encadrée, la latitude accordée à la médecine de donner la mort ferait courir le risque d'inverser l'exception et la règle. une telle loi sera forcément sensible aux évolutions sociétales, enclines à élargir le 2

3 champ des situations où l'euthanasie s'impose, comme le montre l'exemple des pays étrangers ; o une loi ne pourra jamais se substituer aux décisions singulières prises en situation d'incertitude, quelles que soient les probabilités statistiques. APPROCHE SOIGNANTE Explorer la dimension du care : promouvoir l accompagnement des personnes en fin de vie dans toutes leurs dimensions : physiques, psychiques, sociales : o réconcilier l acte médical et le geste relationnel (réaffirmer la rencontre) et élaborer des solutions singulières à des situations toujours particulières ; o stimuler la créativité des soignants en lien avec le rôle de la personne de confiance, de la famille ; o former les soignants et les proches à la démarche palliative : développer la culture palliative dans tous les services de santé, en évitant de la réserver à des services dédiés. Mettre en place une éthique de la communication et du dialogue. o travailler le temps d accueil en soins palliatifs par l équipe pluridisciplinaire pour construire les bases d une véritable rencontre, d un pacte de soin fondé sur la confiance ; o veiller à laisser une place à la parole du malade et lui parler en vérité au moment opportun : expliquer les raisons des limitations ou arrêt de traitement ; o renforcer la place du «proche» ou de l «aidant», l accompagner par des temps d échanges, l orienter vers des associations, lui offrir des temps et des moments de répit. Promouvoir la collégialité pour la prise de décision : o assurance d une décision après audition de toutes les personnes impliquées et concernées ; o clarification des conditions de la codécision entre le malade et le médecin ; o prise en compte des directives anticipées tout en reconnaissant leurs limites (cf disability paradox - on change généralement d'avis à mesure que la situation évolue) / distinction requise entre patient «conscient» ou «inconscient» sachant qu elle peut, en pratique, se révéler ambiguë ; 3

4 o facilitation du recours à un consultant extérieur dans le cadre de la procédure collégiale ; o reconnaissance d un droit à l erreur des équipes soignantes. Travailler sur une médecine des limites de la vie et travailler sur les limites de la médecine o former les médecins à la complexité des situations de fin de vie et des enjeux qui les sous-tendent, ainsi qu à l élaboration de décisions après délibération collégiale ; o favoriser les stages d étudiants en médecine dans les services de réanimation, de soins palliatifs, de gériatrie ou de médecine confrontés à la fin de vie. Assurer un engagement et une présence permanents auprès de la personne en fin de vie o sensibiliser les soignants et promouvoir leurs initiatives ; o permettre à la famille dans tout service de médecine une présence auprès de leur proche gravement malade. Souligner l exigence éthique du traitement de la douleur : La prise en charge de la douleur ne se résume pas aux échelles de mesure analogique, ni à la prescription d antalgiques. Elle renvoie à la souffrance relevant d une problématique existentielle et qui appelle une écoute et un soutien. Privilégier la qualité de la vie plutôt que sa durée : garder l énigme de ce temps de la fin de vie imprévisible qui appartient au malade et à son histoire, et la respecter. Reconnaître la «sédation pour détresse en phase terminale» comme un acte de soin : objet d une délibération, elle s applique à des situations bien déterminées et s appuie sur des recommandations de bonnes pratiques. Développer des outils d information auprès des soignants et des familles afin de clarifier les notions et pratiques. En néonatologie : prendre acte que l on est confronté à de grandes incertitudes. Questionner la réanimation systématique et sensibiliser à la possibilité des soins palliatifs. APPROCHE SOCIOLOGIQUE Mieux analyser les discours et évolutions actuelles relatives à la mort pour mieux comprendre les enjeux qui sous-tendent le rapport à la mort contemporain, les aspirations des malades et de leurs proches. 4

5 Mieux appréhender notre finitude commune, ne pas exclure la mort et le mourant de notre société : o porter attention à la ritualisation de la fin de vie dans ses formes anciennes et ses expressions nouvelles : construire avec le défunt tout à la fois un lien et une séparation ; o transmettre des récits de la fin de vie au plus près des réalités vécues pour en montrer toute la complexité. APPROCHE POLITIQUE et SOCIETALE S emparer des lieux du débat démocratique pour traiter des questions de dépendance et de fin de vie et de leurs conséquences anthropologiques, sociétales, économiques Une urgence : prendre le temps du débat avant de légiférer afin de discerner sur la société que nous voulons pour demain : faut-il nécessairement faire tout ce dont nous sommes capables? Exercer un travail de pédagogie au niveau des médias afin d atteindre l opinion publique, organiser des conférences et journées d études. Biographie des auteurs Dominique Folscheid, Professeur émérite de philosophie morale et politique à l Université Paris- Est Marne-la-Vallée, co-directeur du département de recherche éthique biomédicale du Collège des Bernardins. S'est consacré, pendant plus de quinze ans, à des enseignements de philosophie pratique en éthique médicale et hospitalière en partenariat avec le Centre de formation du personnel hospitalier de l'assistance Publique-Hôpitaux de Paris. A publié Philosophie, éthique et droit de la médecine (D. Folscheid, B. Feuillet-Le Mintier, J.-F. Mattéi), PUF «Thémis», 1997, ouvrage couronné par l'académie des sciences morales et politiques. Brice de Malherbe, Prêtre du diocèse de Paris, docteur en théologie, professeur à la Faculté Notre- Dame et à l École Cathédrale, co-directeur du département de recherche éthique biomédicale du Collège des Bernardins. Délégué de l'archevêque de Paris auprès des établissements hospitaliers catholique de 2005 à A publié Le respect de la vie dans une éthique de communion, Parole et Silence, 2006, Prix Henri de Lubac. 5

LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES. Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone

LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES. Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone SOMMAIRE 1. La mort aux urgences 2. Les Limitations et Arrêts des Thérapeutiques

Plus en détail

Anthropie Expert CHSCT. Exper&se CHSCT. Anthropie Tous droits réservés

Anthropie Expert CHSCT. Exper&se CHSCT. Anthropie Tous droits réservés Anthropie Expert CHSCT Exper&se CHSCT Notre expertise au service du CHSCT! Anthropie, cabinet de conseil en ergonomie, est agréé par le Ministère du Travail en tant qu expert CHSCT. Notre expertise nous

Plus en détail

Organisation de la classe de seconde générale et technologique, au Lycée Pierre LAGOURGUE. Le nouveau lycée d enseignement général et technologique

Organisation de la classe de seconde générale et technologique, au Lycée Pierre LAGOURGUE. Le nouveau lycée d enseignement général et technologique Organisation de la classe de seconde générale et technologique, au Lycée Pierre LAGOURGUE 1 Organisation de la classe de seconde générale et technologique, au lycée Pierre LAGOURGUE ENSEIGNEMENTS OBLIGATOIRES

Plus en détail

ETHIQUE. http://www3.chu-rouen.fr/internet/cmrr/ Cathy Langlois-Thery CCA Gériatrie/Neurologie CHU Rouen/Boisguillaume. Réunion Réseau Alzheimer

ETHIQUE. http://www3.chu-rouen.fr/internet/cmrr/ Cathy Langlois-Thery CCA Gériatrie/Neurologie CHU Rouen/Boisguillaume. Réunion Réseau Alzheimer ETHIQUE Réunion Réseau Alzheimer Cathy Langlois-Thery CCA Gériatrie/Neurologie CHU Rouen/Boisguillaume 09/12/2010 Introduction Situations Conflictuelles Difficiles à vivre Pour le malade Pour l entourage

Plus en détail

Le lycée d enseignement général et technologique La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième

Le lycée d enseignement général et technologique La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième Le lycée d enseignement général et technologique La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième 1 1 Enseignement supérieur Insertion professionnelle Terminale générale

Plus en détail

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien,

avec le responsable de la cellule auquel il/elle rend compte de son travail, avec la secrétaire de la cellule au quotidien, Direction des Ressources Humaines PSYCHOLOGUE J PSYCHOLOGUE A LA CELLULE ACCUEIL FAMILIAL ET MISSION ADOPTION POSITIONNEMENT DU POSTE DANS LA STRUCTURE Direction : Direction des Solidarités Service : Direction

Plus en détail

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT

PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT PROGRAMME DES ÉPREUVES EXAMEN BTS NOTARIAT www.imnrennes.fr ÉPREUVE E1 - CULTURE GÉNÉRALE ET EXPRESSION Coefficient 3 L objectif visé est de vérifier l aptitude des candidats à communiquer avec efficacité

Plus en détail

2006-2008 Professeur assistant, Faculté de théologie, Collège universitaire dominicain, Ottawa.

2006-2008 Professeur assistant, Faculté de théologie, Collège universitaire dominicain, Ottawa. CAENEPEEL, Didier 1) NOM ET STATUT UNIVERSITAIRE CAENEPEEL, Didier Professeur régulier adjoint, Faculté de théologie, Collège universitaire dominicain, Ottawa 2) GRADES OBTENUS Ph.D. (Théologie), Université

Plus en détail

CHARTE DES BONNES PRATIQUES

CHARTE DES BONNES PRATIQUES COMITE DES COMITES D ENTREPRISE DU CONSEIL SUPERIEUR DE L ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES CHARTE DES BONNES PRATIQUES ETABLIE au nom du Conseil supérieur de l Ordre des Experts-comptables dans le cadre des

Plus en détail

L alliance thérapeutique

L alliance thérapeutique L alliance thérapeutique UE 4.2 S3 Le 5 septembre 2012 FC Un peu d histoire (1) Terme employé par FREUD dès 1913: Alliance forte entre patient et thérapeute indispensable dans le cadre d une psychothérapie

Plus en détail

Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire»

Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire» Certificat National de Compétence Mandataires Judiciaires à la Protection des Majeurs Mention «Mesure d Accompagnement Judiciaire» Cette formation complémentaire est visée par la loi n 2007-308 du 5 mars

Plus en détail

Référentiel de compétences de l'animateur et l'animatrice

Référentiel de compétences de l'animateur et l'animatrice Référentiel de compétences de l'animateur et l'animatrice A. PROPOSER, organiser et animer des activités de différentes natures, en tenant compte des besoins, des intérêts, des capacités et des rythmes

Plus en détail

L intérêt de l activité pour l enfant se trouve-t-il dans le plaisir de faire ou dans le résultat?

L intérêt de l activité pour l enfant se trouve-t-il dans le plaisir de faire ou dans le résultat? Compte-rendu de la soirée-débat du RAM du 25 juin 2015 Thème: «La distance professionnelle entre professionnelles de la petite enfance» Pour cette ultime soirée-débat de l'année, il a été fait le choix

Plus en détail

En région PACA, votre organisme de formation certifié ISQ-OPQF

En région PACA, votre organisme de formation certifié ISQ-OPQF En région PACA, votre organisme de formation certifié ISQ-OPQF Tél. : 04 42 21 06 22 Fax : 04 42 21 27 04 Mail : if.conseil@wanadoo.fr Site : www.ifconseil.eu Un partenariat Basé sur la lecture attentive

Plus en détail

Vieillissement, Management, Ethique et fin de vie en dehors de l hôpital

Vieillissement, Management, Ethique et fin de vie en dehors de l hôpital Vieillissement, Management, Ethique et fin de vie en dehors de l hôpital Samedi 18 octobre 2014 9 ème Journée de Lorraine de Soins Palliatifs - Thionville Docteur Eric KARIGER, Gériatre Directeur Médical

Plus en détail

LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES

LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES Docteur Christian PETEL, Directeur FORMATIONS FRACTALE SUR SITE ANNÉES 2009-2010 LA BIENTRAITANCE ET L AMÉLIORATION DES PRATIQUES PROFESSIONNELLES La bientraitance met au centre du travail la préoccupation

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES DU/DE LA DIRECTEUR/TRICE DE CRÈCHE Préambule :

CAHIER DES CHARGES DU/DE LA DIRECTEUR/TRICE DE CRÈCHE Préambule : CAHIER DES CHARGES DU/DE LA DIRECTEUR/TRICE DE CRÈCHE Préambule : La crèche de la Cigogne, en tant qu institution pour la petite enfance, poursuit les objectifs suivants : Participer, en partenariat avec

Plus en détail

Prise en charge palliative chez les personnes ayant une démence

Prise en charge palliative chez les personnes ayant une démence Prise en charge palliative chez les personnes ayant une démence Concept Équipe multidisciplinaire 7 personnes travaillant sur le terrain 1 personne de référence par 2 UV Avoir au moins 160h de formation

Plus en détail

Les principes de bientraitance : déclinaison d une charte. Réseau Bas-Normand / REQUA

Les principes de bientraitance : déclinaison d une charte. Réseau Bas-Normand / REQUA Les principes de bientraitance : déclinaison d une charte Réseau Bas-Normand / REQUA Octobre 2012 Haute Autorité de Santé 2012 Place de la charte dans le déploiement de la bientraitance La charte de bientraitance

Plus en détail

QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE

QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE DAA 04 octobre 2009 QUAND SE POSE LA QUESTION DE L EXCLUSION D UN ELEVE DANS L ENSEIGNEMENT PRIVE SOUS CONTRAT SOMMAIRE 1 Un Chef d établissement a-t-il le droit d exclure un élève et si oui, à quelles

Plus en détail

Comment créer un lieu de réflexion éthique?

Comment créer un lieu de réflexion éthique? Comment créer un lieu de réflexion éthique? Les professionnels des établissements sanitaires, sociaux et médico-sociaux sont de plus en plus souvent confrontés dans leur activité quotidienne à des questions

Plus en détail

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles

Portefeuille. Liste des compétences. Pour tous les bénévoles Bénévolat Portefeuille de compétences Liste des compétences Pour tous les bénévoles 1. S engager, prendre position 2. Travailler en équipe 3. Communiquer 4. Organiser 5. Être force de proposition Selon

Plus en détail

L entretien professionnel annuel

L entretien professionnel annuel L entretien professionnel annuel Informations-repères pour la mise en œuvre du décret du 17 septembre 2007 et de l arrêté du 10 avril 2008 portant sur l appréciation de la valeur professionnelle des fonctionnaires

Plus en détail

L éthique en E.M.S. Centre de formation spécialisé dans les secteurs médico-social et sanitaire

L éthique en E.M.S. Centre de formation spécialisé dans les secteurs médico-social et sanitaire L éthique en E.M.S. Centre de formation spécialisé dans les secteurs médico-social et sanitaire Pourquoi l éthique et l exigence éthique dans les établissements? La question de l éthique et de la réflexion

Plus en détail

DESCRIPTIF DE COURS Année académique 2015-2016. Ces séminaires questionnent la médiation sous l angle particulier des publics :

DESCRIPTIF DE COURS Année académique 2015-2016. Ces séminaires questionnent la médiation sous l angle particulier des publics : DESCRIPTIF DE COURS Année académique 2015-2016 U1AG Unité d enseignement UAG/10 ECTS Savoir-faire/Stage U1AG Intitulé du cours : séminaires interdisciplinaires d analyse des pratiques Enseignant(s) : Cécile

Plus en détail

PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE -

PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE - PARLEMENT EUROPÉEN DES JEUNES - FRANCE - 9 ème WEEK-END DE FORMATION Des animateurs du réseau 11 13 mars 2011 Paris Le Parlement Européen des Jeunes France est une association apolitique et à but non lucratif,

Plus en détail

Formations Continues en Cliniques psychothérapeutiques

Formations Continues en Cliniques psychothérapeutiques UNIVERSITE LIBRE DE BRUXELLES Formations Continues en Cliniques psychothérapeutiques Systémique Infanto-juvénile Psychanalytique Cognitivo-comportementale Université coordinatrice: Université partenaire:

Plus en détail

AIDE FAMILIAL : STAGE D INTEGRATION

AIDE FAMILIAL : STAGE D INTEGRATION MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION AIDE

Plus en détail

Politique de gestion des ressources humaines

Politique de gestion des ressources humaines Politique de gestion des ressources humaines Adopté au conseil d administration le 18 octobre 2005 Résolution numéro 2068 Amendé le 16 avril 2013 par le conseil d administration Résolution numéro 2592

Plus en détail

EDUCATEUR: APPROCHE CONCEPTUELLE 2

EDUCATEUR: APPROCHE CONCEPTUELLE 2 MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L'ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION EDUCATEUR:

Plus en détail

SAINT JULIEN EN GENEVOIS

SAINT JULIEN EN GENEVOIS SAINT JULIEN EN GENEVOIS PROJET EDUCATIF ENFANCE-JEUNESSE Préambule Le service enfant jeunesse a une mission éducative et de prévention sociale auprès des enfants et des jeunes. (3-18 et jeunes adultes).

Plus en détail

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016

PLAN D ACTIONS - 2012 / 2016 PLAN D ACTIONS - / Annexe I Chacune des 16 priorités retenues par Cap devant! dans son projet associatif est assortie d une série d objectifs opérationnels. Chaque objectif opérationnel vise un résultat

Plus en détail

ASPECTS ÉTHIQUES DE L UTILISATION DE CAMÉRAS VIDEO DANS LES MILIEUX DE VIE DES AÎNÉS

ASPECTS ÉTHIQUES DE L UTILISATION DE CAMÉRAS VIDEO DANS LES MILIEUX DE VIE DES AÎNÉS AVIS N O 1 ASPECTS ÉTHIQUES DE L UTILISATION DE CAMÉRAS VIDEO DANS LES MILIEUX DE VIE DES AÎNÉS ADOPTÉ À L UNANIMITÉ PAR LE COMITÉ NATIONAL D ÉTHIQUE SUR LE VIEILLISSEMENT SÉANCE DU 29 JUIN 2015 SOMMAIRE

Plus en détail

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES

REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES SEILLER EMPLOIV CONSEILLER EMPLOI FORMATION INSERTION REFERENTIEL ACTIVITES ET COMPETENCES FONCTION 1 : INTERVENTION AUPRÈS DES PERSONNES ÉLABORATION DE PROJETS ET ACCOMPAGNEMENT DE PARCOURS D INSERTION

Plus en détail

LIVRET D ACCOMPAGNEMENT DU TUTEUR

LIVRET D ACCOMPAGNEMENT DU TUTEUR LIVRET D ACCOMPAGNEMENT DU TUTEUR Nom de l étudiant(e) : Structure d accueil : Nom du tuteur : STAGE BTS AM Lycée Marie Curie 70 avenue de Paris 78000 VERSAILLES 01 39 24 69 24 www.lyc-curie-versailles.ac-versailles.fr

Plus en détail

Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG)

Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG) Unité Hospitalière de Psychiatrie de la Personne Âgée (UHPG) Filière : SANTE MENTALE Carte d'identité Nom de l'institution : FONDATION DE NANT- SECTEUR PSYCHIATRIQUE DE L EST VAUDOIS Nom du service : UNITE

Plus en détail

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LE COLLEGE ANTOINE DE SAINT EXUPERY DE BRAY SUR SOMME LE POLE HYDRAULIQUE ET MECANIQUE D ALBERT (P.H.M.A.

CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LE COLLEGE ANTOINE DE SAINT EXUPERY DE BRAY SUR SOMME LE POLE HYDRAULIQUE ET MECANIQUE D ALBERT (P.H.M.A. CONVENTION DE PARTENARIAT ENTRE LE COLLEGE ANTOINE DE SAINT EXUPERY DE BRAY SUR SOMME ET LE POLE HYDRAULIQUE ET MECANIQUE D ALBERT (P.H.M.A.) CONVENTION DE PARTENARIAT Entre les soussignés : Le Collège

Plus en détail

La Charte Alzheimer, éthique et société 2011

La Charte Alzheimer, éthique et société 2011 Conseil général CIDPA CLIC départemental Centre d Information Départemental Personnes Agées 38 avenue Bollée - 72000 LE MANS 02.43.81.40.40 - Fax : 02.43.76.17.54 cidpa@cg72.fr - Site internet : www.cidpaclic.sarthe.org

Plus en détail

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière

Fiche d évolution. Fiche d évolution du MACRO métier. Infirmier/ière. Infirmier/ière J1504 - Soins infirmiers spécialisés en bloc opératoire spécialisés en anesthésie J1507 - Soins infirmiers spécialisés 1 Les activités principales L infirmier doit assurer, sous l autorité des médecins,

Plus en détail

EPREUVE INTEGREE DE LA SECTION : BACHELIER EN INFORMATIQUE DE GESTION

EPREUVE INTEGREE DE LA SECTION : BACHELIER EN INFORMATIQUE DE GESTION MINISTERE DE LA COMMUNAUTE FRANCAISE ADMINISTRATION GENERALE DE L ENSEIGNEMENT ET DE LA RECHERCHE SCIENTIFIQUE ENSEIGNEMENT DE PROMOTION SOCIALE DE REGIME 1 DOSSIER PEDAGOGIQUE UNITE DE FORMATION EPREUVE

Plus en détail

Conseils de quartiers Règlement intérieur

Conseils de quartiers Règlement intérieur Conseils de quartiers Règlement intérieur caen.fr I Les principes fondateurs Règlement intérieur des conseils ARTICLE 1 Création des conseils de quartiers citoyens Les conseils de quartiers citoyens sont

Plus en détail

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité

Charte nationale de l accompagnement à la scolarité 1 Le droit à l éducation est un droit fondamental dans notre société. Cette exigence démocratique d une meilleure formation générale et d un haut niveau de qualification pour tous correspond aux besoins

Plus en détail

CHARTE D ORGANISATION DES VOYAGES ET DES SORTIES SCOLAIRES. Ces déplacements sont réglementés en France par :

CHARTE D ORGANISATION DES VOYAGES ET DES SORTIES SCOLAIRES. Ces déplacements sont réglementés en France par : CHARTE D ORGANISATION DES VOYAGES ET DES SORTIES SCOLAIRES Préambule : Les voyages et sorties scolaires participent par nature à la mission d un établissement scolaire dès lors qu ils permettent d approfondir

Plus en détail

Proposition de formations en direction du réseau des centres sociaux - FORESCO

Proposition de formations en direction du réseau des centres sociaux - FORESCO Proposition de formations en direction du réseau des centres sociaux - FORESCO 2015 Les Réseaux d échanges réciproques de savoirs (RERS) Construire ensemble, citoyens / habitants et acteurs des centres

Plus en détail

Les soins palliatifs et d accompagnement. Mise en œuvre dans l établissement

Les soins palliatifs et d accompagnement. Mise en œuvre dans l établissement Mise en œuvre dans l établissement Une obligation légale La loi n 99-477 du 9 juin 1999 garantit, dans son premier article, le droit d accès aux soins palliatifs «Toute personne malade, dont l état le

Plus en détail

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF

CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF CHARTE DE L AUDIT INTERNE DU CMF Approuvée par le Collège du CMF en date du 3 juillet 2013 1 La présente charte définit officiellement les missions, les pouvoirs et les responsabilités de la structure

Plus en détail

ANNEXE 1 ARRÊTÉ N 2014-168 LE BUREAU,

ANNEXE 1 ARRÊTÉ N 2014-168 LE BUREAU, ANNEXE 1 SÉNAT ARRÊTÉ N 2014-168 LE BUREAU, - Vu l article 4 quater de l ordonnance n 58-1100 du 17 novembre 1958 relative au fonctionnement des assemblées parlementaires, - Vu la lettre du Président du

Plus en détail

PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE EN EHPAD

PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE EN EHPAD PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE EN EHPAD élaboré par un groupe de psychologues travaillant en EHPAD dans le Val-de-Marne Janvier 2010, réactualisé en janvier 2013 par l APG94. PROFIL DE POSTE DU PSYCHOLOGUE

Plus en détail

réalise les soins requis : organise son travail en tenant compte du contexte :

réalise les soins requis : organise son travail en tenant compte du contexte : Référentiel de compétences Bachelor filière Soins infirmiers 1. Concevoir une offre en soins en partenariat avec la clientèle, inscrite dans une démarche de soins - prend en considération l histoire et

Plus en détail

CQPI Technicien qualité

CQPI Technicien qualité CQPI Technicien qualité Public concerné Salariés ou futurs salariés qui auront pour mission d assurer le contrôle de la qualité et de participer à l amélioration des modes de production et/ou à la mise

Plus en détail

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN Recueil de gestion POLITIQUE Code : 1361-00-16 Nombre de pages : 8 POLITIQUE RELATIVE AU DÉVELOPPEMENT DES RESSOURCES HUMAINES À L INTENTION DES PROFESSEURS ET DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DE SOUTIEN

Plus en détail

Ministère de l Education Nationale

Ministère de l Education Nationale Ministère de l Education Nationale BREVETS D ETUDES PROFESSIONNELLES Document d accompagnement des programmes de VIE SOCIALE ET PROFESSIONNELLE - 1 - Direction des lycées et collèges Sous-direction des

Plus en détail

Commission de la défense nationale

Commission de la défense nationale Commission de la défense nationale RÈGLEMENT XII e LÉGISLATURE CHAPITRE I Dénomination, composition et attributions Article 1 er (Dénomination) 1. La Commission de la défense nationale est la commission

Plus en détail

Auxiliaire de Vie Scolaire

Auxiliaire de Vie Scolaire Auxiliaire de Vie Scolaire Livret d accueil et d information Circonscription Bobigny II ASH Pôle ressource de Seine Saint Denis Académie de Créteil 2 Sommaire Les fonctions : généralités Les fonctions

Plus en détail

Bureau des étudiants VERSION IFP

Bureau des étudiants VERSION IFP Bureau des étudiants VI VERSION IFP l Institut Français de Presse & Version IFP L Institut Français de Presse est une institution pionnière dans la formation au monde des médias. Depuis près de 80 ans,

Plus en détail

Modalités d exercice en soins palliatifs

Modalités d exercice en soins palliatifs Modalités d exercice en soins palliatifs Dr Marie DELERUE DANEL Unité de soins palliatifs- Equipe mobile de soins palliatifs Hôpital Saint Vincent de Paul LILLE GHICL Diplôme universitaire de soins palliatifs

Plus en détail

Le lycée d enseignement général Jean Moulin. La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième

Le lycée d enseignement général Jean Moulin. La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième Le lycée d enseignement général Jean Moulin. La nouvelle classe de seconde : ce qu il faut savoir dès la classe de troisième 1 1 Enseignement supérieur Insertion professionnelle Terminale générale 1 ère

Plus en détail

CATALOGUE DE PRESTATIONS 2014

CATALOGUE DE PRESTATIONS 2014 CATALOGUE DE PRESTATIONS 2014 La Formation Professionnelle Management Relationnel Les Fondamentaux du Management Animation d équipe, Manager Coach Développer son assertivité Communiquer efficacement avec

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention, de protection et d insertion, aide au développement de

Plus en détail

en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Promotion de l amélioration des pratiques professionnelles

en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Promotion de l amélioration des pratiques professionnelles en établissement sanitaire, médico-social et à domicile Promotion de l amélioration des pratiques professionnelles 1 La bientraitance : le socle du programme MobiQual La «trousse de bientraitance» est

Plus en détail

POLITIQUE DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES

POLITIQUE DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES RÈGLEMENTS POLITIQUES PROCÉDURES POLITIQUE DE GESTION DES PROGRAMMES D ÉTUDES PRÉAMBULE La politique de gestion des programmes d études propose une démarche intégrée des différentes actions du Collège

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DUPERSONNEL DE SOUTIEN (PO 13) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

Charte de déontologie. Janvier 2004

Charte de déontologie. Janvier 2004 Charte de déontologie Janvier 2004 Charte de déontologie Janvier 2004 1 Indépendance de jugement < Compétence < Adaptation des moyens Transparence < Qualité scientifique et technique < Devoir d information

Plus en détail

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...

CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE... Faculté de médecine Bureau de l éthique clinique CODE D ÉTHIQUE TABLE DES MATIÈRES PRÉAMBULE...3 1. OBJET ET PRINCIPES FONDAMENTAUX...5 LIBERTÉ ET AUTONOMIE INTELLECTUELLE...6 BIENFAISANCE...6 JUSTICE

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

Le management du travail

Le management du travail Le management du travail Un modèle de compréhension et d action!! Eléments de cadrage! Actions engagées par le réseau! Et du côtés de la formation des managers (FI et FC)? qui concerne l ensemble de la

Plus en détail

CPG Clarens. Hôpital de Jour Centre de Psychiatrie de la Personne Âgée

CPG Clarens. Hôpital de Jour Centre de Psychiatrie de la Personne Âgée CPG Clarens Hôpital de Jour Centre de Psychiatrie de la Personne Âgée Filière : Santé Carte d'identité Nom de l'institution : Fondation de Nant Nom du service : Hôpital de jour du Centre de Psychiatrie

Plus en détail

FORMATION Coach & Team. Promotion CT23 - Lyon

FORMATION Coach & Team. Promotion CT23 - Lyon FORMATION Coach & Team Promotion CT23 - Lyon JBS-COACHING est une école de coaching animée par des enseignants et des superviseurs de coachs, tous praticiens expérimentés, ayant suivi un parcours d entreprise

Plus en détail

CONGRES UNIMEV 2013 DE NANTES

CONGRES UNIMEV 2013 DE NANTES ACTES THÉMATIQUES 1 CONGRES UNIMEV 2013 DE NANTES Actes thématiques ACTES THÉMATIQUES 2 Les événements sont des plateformes, des plateformes de liens, de rencontres, d interactions, de flux, d échanges,

Plus en détail

Mme Catherine Malki - enseignante STMS - Lycée J Jaurès- Châtenay-Malabry

Mme Catherine Malki - enseignante STMS - Lycée J Jaurès- Châtenay-Malabry PRE-REQUIS DES BACHELIERS ST2S Pôle méthodologie : Comment les organisations sanitaires et sociales mettent en place un plan d action pour améliorer la santé ou le bien être social des populations? Notion

Plus en détail

Sensibilisation aux Soins Palliatifs

Sensibilisation aux Soins Palliatifs Sensibilisation aux Soins Palliatifs Contexte : Le programme cantonal de développement des Soins Palliatifs (SP) fixe des objectifs en matière de formation aux SP dans chaque structure du réseau de soins.

Plus en détail

Master en Sciences de l éducation Règlement du stage

Master en Sciences de l éducation Règlement du stage Master en Sciences de l éducation Règlement du stage adopté par le Conseil de Département des Sciences de l éducation, dans sa séance du 26.03.2015 1. Contexte Le module «Développement professionnel» du

Plus en détail

REMISE TEMPORAIRE D UN ELEVE A SA FAMILLE EXCLUSION D UN ELEVE

REMISE TEMPORAIRE D UN ELEVE A SA FAMILLE EXCLUSION D UN ELEVE F3D24 REMISE TEMPORAIRE D UN ELEVE A SA FAMILLE EXCLUSION D UN ELEVE 1. Un Chef d établissement a-t-il le droit d exclure un élève et, si oui, à quelles conditions? Dans une école privée sous contrat avec

Plus en détail

Pourquoi se faire superviser?

Pourquoi se faire superviser? Pourquoi se faire superviser? La supervision a pour but de fournir l'encadrement professionnel nécessaire pour parvenir, avec l'aide d'un professionnel expérimenté, à la maîtrise de l'intervention pratique

Plus en détail

droits des malades et fin de vie

droits des malades et fin de vie DOCUMENT à CONSERVER ET À EMPORTER si VOUS êtes HOSPITALISé droits des malades et fin de vie La loi Leonetti Le respect de la personne Le rôle de votre médecin L accès aux soins palliatifs Photo couverture

Plus en détail

MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE

MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE ANNEXE A MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE MISE À JOUR EN AOÛT 2015 MESURES DE PRÉVENTION ET D INTERVENTION CONTRE L INTIMIDATION ET LA VIOLENCE 1. Les outils

Plus en détail

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT

ACCORD CADRE DE PARTENARIAT ACCORD CADRE DE PARTENARIAT Entre L Association pour la formation professionnelle des adultes ( AFPA) 13 place du Général de Gaulle - 93108 Montreuil Cedex Représentée par : Son directeur général, Philippe

Plus en détail

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document :

Cahier de gestion CODE : TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES. Date d adoption : Le 13 juin 2007. Nature du document : Cahier de gestion TITRE : POLITIQUE DE GESTION DES RESSOURCES HUMAINES CODE : Nature du document : Règlement X Politique Directive administrative Procédure Date d adoption : Le 13 juin 2007 X C.A. C.E.

Plus en détail

L OBLIGATION DE FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC)

L OBLIGATION DE FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC) L OBLIGATION DE FORMATION MEDICALE CONTINUE (FMC) HISTORIQUE, ETAT DES LIEUX ET PERSPECTIVES Conseil national de la FMC des praticiens hospitaliers CN FMCH SOMMAIRE Le lien entre formation médicale initiale

Plus en détail

Rire ensemble pour s affirmer dans la relation

Rire ensemble pour s affirmer dans la relation Rire ensemble pour s affirmer dans la relation Des outils et une approche pédagogique innovante, résolument ludique, pour ancrer le changement : Acquérir de la souplesse et de la créativité face à l imprévu

Plus en détail

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

POLITIQUE : 5-12 TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN POLITIQUE : 5-12 Services éducatifs Entrée en vigueur : 19 avril 2011 (CC110419-10) TITRE: POLITIQUE RELATIVE À LA VALORISATION DE LA FORMATION PROFESSIONNELLE À LA COMMISSION SCOLAIRE DU LAC-SAINT-JEAN

Plus en détail

Solange CHAMPION. Bilan professionnel

Solange CHAMPION. Bilan professionnel Bilan professionnel Le Bilan professionnel est un outil de gestion de carrière et de développement personnel permettant d analyser ses compétences professionnelles ainsi que sess aptitudes et motivations

Plus en détail

Agissant comme un trait d union entre les différentes dimensions et parties prenantes de l entreprise, Nous aidons nos clients

Agissant comme un trait d union entre les différentes dimensions et parties prenantes de l entreprise, Nous aidons nos clients Un trait d union Cabinet de conseil en management et ressources humaines, PRANA aide les organisations à faire de la relation de travail et des relations au travail une source d énergie et de création

Plus en détail

Stage de «Communication NonViolente et Coaching»

Stage de «Communication NonViolente et Coaching» La Communication NonViolente (CNV) est un processus de communication très simple et surtout concret, qui permet de se relier à ce qui est essentiel pour nous, à ce qui nous anime. A partir du langage et

Plus en détail

LICENCE D'HISTOIRE REFERENTIEL

LICENCE D'HISTOIRE REFERENTIEL LICENCE D'HISTOIRE REFERENTIEL I LES OBJECTIFS DE LA FORMATION 1. Objectifs généraux La licence d histoire est un enseignement généraliste et théorique fondé sur la recherche, qui peut faire place à des

Plus en détail

Colloque: «Quel avenir pour la dépendance?»

Colloque: «Quel avenir pour la dépendance?» Colloque: «Quel avenir pour la dépendance?» L ancien premier ministre, François Fillon, évoquait lors de son discours d'ouverture du troisième débat interrégional sur la dépendance : «La dépendance concerne

Plus en détail

Le but : développer la performance de l entreprise officinale en adéquation constante avec les obligations qualité inhérentes à la profession

Le but : développer la performance de l entreprise officinale en adéquation constante avec les obligations qualité inhérentes à la profession La qualité n'est pas une notion nouvelle dans le monde de la santé. Depuis un certain temps, des actions ont été engagées pour améliorer la qualité des prestations proposées dans ce domaine. Dans l'environnement

Plus en détail

Le nouveau tableau de bord de gestion

Le nouveau tableau de bord de gestion Formation Rencontre thématique CTC Conseil 2013 Le nouveau tableau de bord de gestion Contrôler Décider Communiquer CTC Conseil a été créé en 1992, à l initiative de Claude CHEZAUD, son Directeur Général,

Plus en détail

1. Recevabilité administrative et scientifique de la demande

1. Recevabilité administrative et scientifique de la demande PROCEDURE DE VALIDATION DES ACQUIS DE L EXPERIENCE pour l obtention d un Doctorat à l Université SHS Lille 3, au sein de l Ecole doctorale SHS Lille Nord de France (adoptée au Conseil Scientifique du10

Plus en détail

STATUTS DU SERVICE COMMUN UNIVERSITAIRE D INFORMATION, D ORIENTATION ET D INSERTION PROFESSIONNELLE DES ETUDIANTS DE L UNIVERSITE DE MONTPELLIER

STATUTS DU SERVICE COMMUN UNIVERSITAIRE D INFORMATION, D ORIENTATION ET D INSERTION PROFESSIONNELLE DES ETUDIANTS DE L UNIVERSITE DE MONTPELLIER STATUTS DU SERVICE COMMUN UNIVERSITAIRE D INFORMATION, D ORIENTATION ET D INSERTION PROFESSIONNELLE TABLE DES MATIERES TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES... 3 Article 1 : Création... 3 Article 2 : Missions...

Plus en détail

CHARTE DE LA RESIDENCE DE BON-SEJOUR

CHARTE DE LA RESIDENCE DE BON-SEJOUR CHARTE DE LA RESIDENCE DE BON-SEJOUR (Fondation de la Commune de Versoix pour le logement et l accueil des personnes âgées) «Sur des valeurs de Respect de l individu, de Dignité de la personne humaine,

Plus en détail

Formation soins palliatifs et qualité de vie. Le soutien aux proches durant la maladie: informer et soutenir

Formation soins palliatifs et qualité de vie. Le soutien aux proches durant la maladie: informer et soutenir Formation soins palliatifs et qualité de vie Le soutien aux proches durant la maladie: informer et soutenir Introduction La maladie grave = événement traumatisme pour le malade et les proches Bouleversement

Plus en détail

COLLABORATIONS POSSIBLES AVEC LES FUTURS ÉTUDIANTS ET LES ÉTUDIANTS (BACHELOR ET MASTER) DU DÉPARTEMENT INFORMATION DOCUMENTAIRE

COLLABORATIONS POSSIBLES AVEC LES FUTURS ÉTUDIANTS ET LES ÉTUDIANTS (BACHELOR ET MASTER) DU DÉPARTEMENT INFORMATION DOCUMENTAIRE COLLABORATIONS POSSIBLES AVEC LES FUTURS ÉTUDIANTS ET LES ÉTUDIANTS (BACHELOR ET MASTER) DU DÉPARTEMENT INFORMATION DOCUMENTAIRE Remarque : L utilisation du masculin pour désigner les personnes ne vise

Plus en détail

Le leadership et la sécurité des soins

Le leadership et la sécurité des soins Le leadership et la sécurité des soins LE CENTRE HOSPITALIER DE LUXEMBOURG: Quelques données Hôpital aigu, à caractère académique, avec mission de recherche Composé de 4 cliniques: l Hôpital Municipal

Plus en détail

Intégrer un salarié dans l entreprise

Intégrer un salarié dans l entreprise L objectif de ce guide est d aider les managers à optimiser l accueil et l intégration des nouveaux salariés dans l entreprise. Un autre guide Fafsea «Assurer la fonction de tuteur» est à la disposition

Plus en détail

12 p unité de soins 19/09/07 18:57 Page 1

12 p unité de soins 19/09/07 18:57 Page 1 12 p unité de soins 19/09/07 18:57 Page 1 L I V R E T D A C C U E I L unité de soins palliatifs clinique sainte-clotilde 12 p unité de soins 19/09/07 18:57 Page 2 S o m m a i r e Allons faire un bout d

Plus en détail

Loi du 16 mars 2009 sur l euthanasie et l assistance au suicide. Chapitre I Dispositions générales Art. 1er.

Loi du 16 mars 2009 sur l euthanasie et l assistance au suicide. Chapitre I Dispositions générales Art. 1er. 615 Loi du 16 mars 2009 sur l euthanasie et l assistance au suicide. Nous Henri, Grand-Duc de Luxembourg, Duc de Nassau, Notre Conseil d Etat entendu; De l assentiment de la Chambre des Députés; Vu la

Plus en détail

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012

Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Université de Caen UFR sciences économiques-gestion Master 2 entreprenariat et DU création d activités 2011-2012 Les facteurs de succès de l entreprise Francis DAVID Présentation Parcours Professionnel

Plus en détail

Cultiver la solidarité www.contrelecancer.ma

Cultiver la solidarité www.contrelecancer.ma LE BÉNÉVOLAT Cultiver la solidarité www.contrelecancer.ma le bénévolat CULTIVER LA SOLIDARITÉ La mobilisation dans la lutte contre le cancer, à laquelle a appelé Son Altesse Royale la Princesse Lalla Salma

Plus en détail