Prise en charge palliative chez les personnes ayant une démence

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Prise en charge palliative chez les personnes ayant une démence"

Transcription

1 Prise en charge palliative chez les personnes ayant une démence

2 Concept Équipe multidisciplinaire 7 personnes travaillant sur le terrain 1 personne de référence par 2 UV Avoir au moins 160h de formation en soins palliatifs 1 médecin référent Psychologue en cas de besoin Prêtre + assistante pastorale Permanence téléphonique

3 Objectifs Encadrement et thérapie orientés vers le contrôle des symptômes, dans le respect du résident et pour son plus grand confort Choisir le meilleur encadrement et la meilleure thérapie pour traiter les maladies concomitantes Encadrement de la famille Volontés présumées du résident Support des équipes Soutien et développement de la culture palliative de l ala

4 Rôle Développer au sein de notre établissement une «culture palliative» en plaçant le résident au centre de la réflexion Offrir écoute et soutien au résident, àsa famille et àl équipe Formation pratique des équipes Support pratique sur le terrain en cas de besoin exprimé par les équipes Formation théorique et recherche dans le domaine de soins palliatifs (pour l équipe mobile)

5 Intervention de l équipe palliative Avant que la situation soit trop complexe ou terminale Interrogations éthiques - soutenir la démarche Eviter l obstination déraisonnable Sentiment de solitude et de stress Besoin d un second avis Anticipation des situations difficiles Conflits entre la demande du pensionnaire et celle de la famille concernant la réalitémédico-thérapeutique

6 Documentation(fiches pratiques) Soins de bouche Soins de plaies / des escarres Médication de la douleur Alimentation et hydratation Accompagnement et toilette mortuaire des différentes religions Volontés présumées de la personne en fin de vie

7 Soins de bouche Fiche pratique qui soutien et oriente les soignants pour un soins de bouche de qualité Décrit différents problèmes infectieux et des propositions de traitement (toujours sur ordonnance médicale ) Propose des traitements alternatifs par des recettes aux huiles essentielles

8 Soins des escarres Définition Facteurs de risque Classification des escarres Rappel des régions concernés Traitements Présentation des plusieurs types de pansements Rubrique àéviter

9 Prise en charge médicamenteuse de la douleur Facteurs qui influencent la douleur Rappel de l échelle de l OMS Proposition des deux échelles de la douleur ( àtitre d essai )- BISAD et Algoplus Quelques repères théoriques de la douleur

10 Alimentation et hydratation en fin de vie Des arguments pour et contre la réhydratation d un malade âgéen fin de vie Quelques réponses aux questions il va mourir de faim, il va mourir de soif Enumération des quelque principes de l alimentation et hydratation en fin de vie proposés par SFAP

11 Accompagnement et toilette mortuaire chez les personnes des différents religions Fiches pratiques des religions catholiques, orthodoxes, islamiste, juive,bouddhiste et hindouiste et les règles à respecter avant,pendant et après la mort

12 Volontés présumées de la personne en fin de vie Fiche àremplir par le résident, sa famille ou une personne de confiance La fiche sera présentée dans le cadre d un entretien (4 à6 semaines après l admission ) demandépar le responsable de l UV Un membre de l équipe palliative sera présent pour répondre aux questions Fixer déjàun nouveau rdv, si besoin, dans lequel le médecin du résident sera présent

13 Annexes Questionnement éthique Permanence téléphonique Assistance pastorale

14 Guide d apprentissage du raisonnement éthique en situation difficile Création: groupe interdisciplinaire des soignants intéressés par une réflexion éthique But: création d un outil pour aborder des situations éthiques complexes Résultat:une grille d aide au questionnement destinée aux soignants Dans notre établissement guider et accompagner les soignants dans leur travail

15 Permanence téléphonique Fonctionne du 06:00 h à22:00 h Chaque membre de l équipe qui est sur le terrain assure une permanence d une semaine À mettre à l essaie pour une période de 3 à 6 mois (voir les besoins concrets )

16 Assistante pastorale La place de la spiritualitédans notre établissement Contact avec le service de,,krankenpastoral L idée : avoir la présence d une assistante pastorale dans la maison Présence : une demie journée par semaine Chaque semaine sur une autre UV Connaître les résidents et leurs familles et personnes de confiance Apporte un soutien spirituel aux résidents, aux familles et peut-être aux soignants

17 Merci pour votre attention

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu-

Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Résidence MBV Les FIGUERES -Capendu- Accompagnement de fin de vie: un travail d équipe Fin de vie en EHPAD Quel que soit le lieu de la «toute fin de vie» et du décès des résidents d Ehpad, l accompagnement

Plus en détail

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence

Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie. Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Alimentation et Hydratation des Personnes Agées en fin de vie Le 12 janvier 2009 APSP Aix en Provence Problèmes très fréquents en gériatrie Fréquence des pathologies aboutissant à des pbes de prise alimentaire:

Plus en détail

droits des malades et fin de vie

droits des malades et fin de vie DOCUMENT à CONSERVER ET À EMPORTER si VOUS êtes HOSPITALISé droits des malades et fin de vie La loi Leonetti Le respect de la personne Le rôle de votre médecin L accès aux soins palliatifs Photo couverture

Plus en détail

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E

CAHIER DES CHARGES INFIRMIER-ÈRE DIPLÔMÉ-E Madame/Monsieur 1. DÉFINITION DE LA FONCTION Au service du projet institutionnel, la titulaire du poste : Exerce dans un cadre législatif et un contexte sanitaire connus (loi sur l exercice professionnel,

Plus en détail

Professeur Mireille MOUSSEAU

Professeur Mireille MOUSSEAU UE7 - Santé Société Humanité Médecine et société La mort et la souffrance dans la relation médecin malade Chapitre 4 : Relations médecin-malade (et famille) à l approche de la mort Professeur Mireille

Plus en détail

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

Les soins palliatifs NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NORA BERRA SECRETAIRE D'ETAT CHARGE DES AINES, AUPRES DU MINISTRE DU TRAVAIL, DE LA SOLIDARITE ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Les soins palliatifs Contacts presse : Secrétariat d Etat chargée des Aînés Service

Plus en détail

MA DIRECTIVE ANTICIPEE

MA DIRECTIVE ANTICIPEE MA DIRECTIVE ANTICIPEE Préambule Dans votre directive anticipée ( Patientenverfügung ), vous pouvez consigner vos volontés pour votre fin de vie. La loi du 16 mars 2009 relative aux soins palliatifs, à

Plus en détail

Convention constitutive

Convention constitutive Convention constitutive Entre les parties signataires, Vu les textes législatifs suivants : - l article L. 6321-1 du Code de Santé Publique relatif aux réseaux de santé - la loi n 2002-303 du 4 mars 2002

Plus en détail

Droits des malades en fin de vie. Connaître la loi Leonetti et l appliquer

Droits des malades en fin de vie. Connaître la loi Leonetti et l appliquer Droits des malades en fin de vie Connaître la loi Leonetti et l appliquer Lorsque la médecine trouve ses limites et que la personne, avec ses proches, se situe dans la perspective d une échéance annoncée,

Plus en détail

STAGE D'INITIATION AUX SOINS INFIRMIERS D'ACCES EN PCEM2 ou en 2ème ANNEE DE CHIRURGIE DENTAIRE

STAGE D'INITIATION AUX SOINS INFIRMIERS D'ACCES EN PCEM2 ou en 2ème ANNEE DE CHIRURGIE DENTAIRE FACULTÉ DE MÉDECINE FACULTÉ DE CHIRURGIE DENTAIRE Université de Strasbourg STAGE D'INITIATION AUX SOINS INFIRMIERS D'ACCES EN PCEM2 ou en 2ème ANNEE DE CHIRURGIE DENTAIRE JUILLET ou AOUT ou SEPTEMBRE 2012

Plus en détail

La notion de soutien dans le cadre d une équipe belge de soins palliatifs à domicile INTRODUCTION

La notion de soutien dans le cadre d une équipe belge de soins palliatifs à domicile INTRODUCTION La notion de soutien dans le cadre d une équipe belge de soins palliatifs à domicile INTRODUCTION Le concept d équipe de soutien dans les soins palliatifs à domicile belges est récent. On évoque aussi

Plus en détail

Revalorisation de la pratique et rehaussement de la compétence en soins de longue durée

Revalorisation de la pratique et rehaussement de la compétence en soins de longue durée Revalorisation de la pratique et rehaussement de la compétence en soins de longue durée Marie-Josée Béliveau, inf. Gaétane Boucher, inf. B. Sc. Monique Bourque, inf. M.A. Carole Brousseau, inf. B. Sc.

Plus en détail

palliatifs accompagnement

palliatifs accompagnement palliatifs & accompagnement Sommaire PAGE 4 PAGE 5 PAGE 8 PAGE 11 PAGE 12 Définition des soins palliatifs En pratique, que sont les soins palliatifs? À qui s adressent les soins palliatifs? Quelles aides

Plus en détail

Quelles attitudes en fin de vie? Acharnement? Euthanasie? Soins palliatifs?

Quelles attitudes en fin de vie? Acharnement? Euthanasie? Soins palliatifs? Quelles attitudes en fin de vie? Acharnement? Euthanasie? Soins palliatifs? Dr Christophe TRIVALLE Service de Gérontologie et Soins Palliatifs Hôpital Paul Brousse «Nombre de débats actuels initiés par

Plus en détail

Auto-évaluation. Évaluation de la promotion de la bientraitance

Auto-évaluation. Évaluation de la promotion de la bientraitance Auto-évaluation Évaluation de la promotion de la bientraitance Octobre 2012 Référentiel d évaluation des pratiques professionnelles Établissement(s) concerné(s) Responsable du projet Services impliqués

Plus en détail

Formation obligatoire d adaptation à l emploi

Formation obligatoire d adaptation à l emploi Cycle de formation Praxis Conforme à l arrêté du 16 juillet 2009 Formation obligatoire d adaptation à l emploi Agent de service mortuaire Madame, Monsieur, Depuis l arrêté du 16 juillet 2009 relatif à

Plus en détail

Évolution FIN DE VIE. Qu est-ce que la maladie d Alzheimer? Fin de vie Savoir pour prévoir

Évolution FIN DE VIE. Qu est-ce que la maladie d Alzheimer? Fin de vie Savoir pour prévoir Évolution FIN DE VIE Ce document fait partie d une série de cinq feuillets d information sur les divers stades de la maladie d Alzheimer qui s adresse aux personnes atteintes de la maladie, à leurs proches

Plus en détail

Urgences Médicales et fin de vie. Vanpee Dominique Service des urgences UCL Mont-Godinne

Urgences Médicales et fin de vie. Vanpee Dominique Service des urgences UCL Mont-Godinne Urgences Médicales et fin de vie Vanpee Dominique Service des urgences UCL Mont-Godinne Des soucis partagés. Certains malades sont réanimés alors qu ils ne devraient pas l être. Certains malades ne sont

Plus en détail

Complément à la circulaire DH/EO 2 n 2000-295 du 30 mai 2000 relative à l'hospitalisation à domicile

Complément à la circulaire DH/EO 2 n 2000-295 du 30 mai 2000 relative à l'hospitalisation à domicile http://www.sante.gouv.fr/adm/dagpb/bo/2001/01-01/a0010017.htm Bulletin Officiel n 2001-1 Direction de l'hospitalisation et de l'organisation des soins Page 1 sur 6 Complément à la circulaire DH/EO 2 n

Plus en détail

Patients atteints de maladie grave ou en fin de vie

Patients atteints de maladie grave ou en fin de vie Document réservé aux professionnels de santé - État des connaissances - Mai 2009 Repères pour votre pratique Patients atteints de maladie grave ou en fin de vie Soins palliatifs et accompagnement Les progrès

Plus en détail

CAP PETITE ENFANCE EP1 : PRISE EN CHARGE DE L ENFANT A DOMICILE

CAP PETITE ENFANCE EP1 : PRISE EN CHARGE DE L ENFANT A DOMICILE Académies : Martinique Guadeloupe Session : ETABLISSEMENT... EP1 : PRISE EN CHARGE DE L ENFANT A DOMICILE NOM Prénom EVALUATION EN CENTRE Situation Pratique (45 min maximum) DATE. SITUATION SE DEROULANT

Plus en détail

Service de Formation Continue Développement Professionnel Continu FORMATIONS 2O15

Service de Formation Continue Développement Professionnel Continu FORMATIONS 2O15 Service de Formation Continue Développement Professionnel Continu FORMATIONS 2O15 Service de Formation Continue Développement Professionnel Continu Notre engagement Proposer des formations de qualité en

Plus en détail

LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES. Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone

LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES. Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone LA FIN DE VIE AUX URGENCES: LES LIMITATIONS ET ARRÊTS DES THÉRAPEUTIQUES ACTIVES Dr Marion DOUPLAT SAMU- Urgences Timone SOMMAIRE 1. La mort aux urgences 2. Les Limitations et Arrêts des Thérapeutiques

Plus en détail

Patrizia Tilly - Fotolia.com

Patrizia Tilly - Fotolia.com Patrizia Tilly - Fotolia.com Préserver sa santé Avec l âge, le manque d activité, votre santé peut se fragiliser. Des gestes simples, une bonne hygiène de vie peuvent permettre de se maintenir en forme.

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS ANNEXE I ANNEXE I DIPLÔME D ÉTAT D INFIRMIER Référentiel d activités Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE

LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE LA DOULEUR : PRISE EN CHARGE NON- MÉDICAMENTEUSE REMALDO Equipe de rééducation-hlsom Octobre 2011 ETUDE DE CAS: MONSIEUR F DESCRIPTION M F est âgé de 80 ans, il est entouré par sa famille, diagnostic posé

Plus en détail

Démence et fin de vie chez la personne âgée

Démence et fin de vie chez la personne âgée Démence et fin de vie chez la personne âgée Dr C le Provost Gériatre C.H.B.A Vannes Dr M Michel Gériatre C.H.U Rennes Démence et fin de vie Sujet grave: la mort la «de mens» = être privé de son esprit

Plus en détail

Présentation de la note Perspectives & Propositions Fin de vie, penser les enjeux, soigner les personnes

Présentation de la note Perspectives & Propositions Fin de vie, penser les enjeux, soigner les personnes Présentation de la note Perspectives & Propositions Fin de vie, penser les enjeux, soigner les personnes par Dominique Folscheid et Brice de Malherbe, co-directeurs du département d Ethique biomédicale,

Plus en détail

Anne DELCHER Pôle Médecine et Gériatrique de Saint-Nazaire SGOC La Rochelle 7-8 juin 2013

Anne DELCHER Pôle Médecine et Gériatrique de Saint-Nazaire SGOC La Rochelle 7-8 juin 2013 Anne DELCHER Pôle Médecine et Gériatrique de Saint-Nazaire SGOC La Rochelle 7-8 juin 2013 Hôpital de Saint-Nazaire Pôle de médecine polyvalente et gériatrique avec filière complète EHPAD et USLD: 214 résidents

Plus en détail

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN

PERSONNE AGEE AUX URGENCES. Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN PERSONNE AGEE AUX URGENCES Dr O.DROUIN Court Séjour Gériatrique CH VERDUN ET NON PAS URGENCES DE LA PERSONNE AGEE QUELQUES BANALITES TOUJOURS BONNES A PRECISER L âge n est pas une pathologie L âge de l

Plus en détail

HISTORIQUE DES SOINS PALLIATIFS ET ENJEUX POUR LE FUTUR

HISTORIQUE DES SOINS PALLIATIFS ET ENJEUX POUR LE FUTUR HISTORIQUE DES SOINS PALLIATIFS ET ENJEUX POUR LE FUTUR CHANTAL COUVREUR Sociologue, Docteur en Santé Publique Présidente de «Mediteam» Si l on s intéresse à l histoire des soins palliatifs, on constate

Plus en détail

LE MALADE EN FIN DE VIE

LE MALADE EN FIN DE VIE LE MALADE EN FIN DE VIE Un précepte, donc à suivre scrupuleusement, est celui de ne jamais abandonner un malade même en état de mort imminente et de tout mettre en œuvre pour relever les forces, et soulager

Plus en détail

SUPPLEMENT AU DIPLÔME

SUPPLEMENT AU DIPLÔME SUPPLEMENT AU DIPLÔME Le présent supplément au diplôme (annexe descriptive) suit le modèle élaboré par la Commission européenne, le Conseil de l'europe et l'unesco/cepes. Le supplément vise à fournir des

Plus en détail

Calendrier des formations INTER en 2011

Calendrier des formations INTER en 2011 Calendrier des formations INTER en 2011 THEMES Liste des formations INTER MOTIVEZ ET DYNAMISEZ VOS EQUIPES 98 % de participants satisfaits et se sentant reconnus à la sortie de nos formations! L environnement

Plus en détail

Les soins palliatifs aux soins intensifs : une coexistence possible

Les soins palliatifs aux soins intensifs : une coexistence possible Les soins palliatifs aux soins intensifs : une coexistence possible Diane Guay, inf Étudiante au Doctorat en sciences cliniques (sc.inf.) Co-direction Pr Luc Mathieu Pre Cécile Michaud Plan de la présentation

Plus en détail

Toute équipe mobile comprend. Aspects infirmiers du travail d Équipe Mobile de Soins Palliatifs. Cadre réglementaire et missions d une EMSP

Toute équipe mobile comprend. Aspects infirmiers du travail d Équipe Mobile de Soins Palliatifs. Cadre réglementaire et missions d une EMSP Med Pal 2005; 4: 80-84 Masson, Paris, 2005, Tous droits réservés Martine Nectoux, Infirmière clinicienne, Juvignac, Patrick Thominet, Cadre de santé, EMSP Pitié Salpêtrière, Paris. Summary The nurse s

Plus en détail

L infirmier exerce son métier dans le respect des articles R.4311-1 à R.4311-15 et R.4312-1 à 4312-49 du code de la santé publique.

L infirmier exerce son métier dans le respect des articles R.4311-1 à R.4311-15 et R.4312-1 à 4312-49 du code de la santé publique. Diplôme d Etat d infirmier Référentiel d activités Annexe I Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet, un

Plus en détail

Plan thérapeutique infirmier et stratégies pédagogiques

Plan thérapeutique infirmier et stratégies pédagogiques Plan thérapeutique infirmier et stratégies pédagogiques Jacinthe Savard, inf. M. Sc. Andrée-Anne Picard, inf. B. Sc. AEESICQ St-Jean-sur-Richelieu 2009 Plan de présentation Activités d apprentissage et

Plus en détail

L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises

L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises Communiqué de presse L AFMD et l ISTR brisent le tabou de la religion en entreprises Objectif : Aider les managers à gérer la diversité religieuse au quotidien Alors que la question de l expression religieuse

Plus en détail

Sondage auprès de la population canadienne sur la problématique des soins de fin de vie Septembre 2013

Sondage auprès de la population canadienne sur la problématique des soins de fin de vie Septembre 2013 Sondage auprès de la population canadienne sur la problématique des soins de fin de vie Septembre 2013 2013 Ipsos. Tous droits réservés. Contient des informations confidentielles et propriétaires d Ipsos

Plus en détail

Cécile Bergeron, B. Sc. inf. cécile.bergeron@rrsss16.gouv.qc.ca. Anne Plante, M.Sc. Inf., CSIO, CSIP anne.plante@rrsss16.gouv.qc.

Cécile Bergeron, B. Sc. inf. cécile.bergeron@rrsss16.gouv.qc.ca. Anne Plante, M.Sc. Inf., CSIO, CSIP anne.plante@rrsss16.gouv.qc. Direction québécoise de cancérologie Les pratiques exemplaires en cancérologie Session d information aux nouveaux patients recevant de la chimiothérapie (version abrégée) 30 novembre 2012 Cécile Bergeron,

Plus en détail

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD

Dénutrition de la personne âgée en EHPAD Dénutrition de la personne âgée en EHPAD CONSTAT DEFINITION DE LA DENUTRITION «La dénutrition est la conséquence d une insuffisance d apport protéique (dénutrition exogène) ou d un hypercatabolisme lié

Plus en détail

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance

Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance FONDATION NATIONALE DE GERONTOLOGIE Charte des droits et libertés de la personne âgée en situation de handicap ou de dépendance La vieillesse est une étape de l existence pendant laquelle chacun poursuit

Plus en détail

Assises Nationales du Maintien à Domicile 14 17 juin 2000 La douleur Les soins palliatifs. EXPERIENCE DE SOINS D'UNE EQUIPE A DOMICILE Dr AVEROUS

Assises Nationales du Maintien à Domicile 14 17 juin 2000 La douleur Les soins palliatifs. EXPERIENCE DE SOINS D'UNE EQUIPE A DOMICILE Dr AVEROUS EXPERIENCE DE SOINS D'UNE EQUIPE A DOMICILE Dr AVEROUS INTRODUCTION (Présentation de l'association François-Xavier Bagnoud) L'Association L'association qui porte le nom de François-Xavier Bagnoud est une

Plus en détail

Quel avenir pour les équipes mobiles de soins palliatifs?

Quel avenir pour les équipes mobiles de soins palliatifs? Quel avenir pour les équipes mobiles de soins palliatifs? Aude Le Divenah Praticien hospitalier, chargée de mission, Direction de l hospitalisation et de l organisation des soins Les soins palliatifs se

Plus en détail

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences

Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Annexe II Diplôme d Etat d infirmier Référentiel de compétences Les référentiels d activités et de compétences du métier d infirmier diplômé d Etat ne se substituent pas au cadre réglementaire. En effet,

Plus en détail

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique

Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique A R D E Q A F Le référentiel professionnel du Diplôme d Etat d Aide Médico-Psychologique 1.1 Définition de la profession et du contexte de l intervention p. 2 1.2 Le référentiel d activités du Diplôme

Plus en détail

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE

LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE Dans ce document, les mots de genre féminin appliqués aux personnes désignent les femmes et les hommes, et vice-versa, si le contexte s y prête. LA COLLABORATION INTERPROFESSIONNELLE POSITION DE L AIIC

Plus en détail

LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE

LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE AD'PROSANTE : DES FORMATIONS POUR LES PROFESSIONNELS DE LA SANTE AD'PROSANTE - GROUPE SOFT FORMATION 84, Boulevard de la Corderie 13007 Marseille Tél : 04.91.15.71.03 Fax : 04.91.81.52.62 1 NOTRE OFFRE

Plus en détail

"Formation et évaluation de la compétence du pharmacien clinicien expérience suisse"

Formation et évaluation de la compétence du pharmacien clinicien expérience suisse "Formation et évaluation de la compétence du pharmacien clinicien expérience suisse" Journées Franco-Suisses de Pharmacie Hospitalière 23 avril 2015, Mâcon Dr Vera Jordan-von Gunten Pharmacien d hôpital,

Plus en détail

Groupe intervention. Etude COME-ON. Guide d utilisation de la plateforme de formation en ligne Groupe intervention. Dernière mise à jour 6/05/15

Groupe intervention. Etude COME-ON. Guide d utilisation de la plateforme de formation en ligne Groupe intervention. Dernière mise à jour 6/05/15 Groupe intervention Etude COME-ON Guide d utilisation de la plateforme de formation en ligne Groupe intervention Dernière mise à jour 6/05/15 0 Avant-propos La formation donnée dans le cadre de ce projet

Plus en détail

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive

DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6. La stimulation cognitive DU de réhabilitation neuropsychologique Paris 6 La stimulation cognitive Emilie Wenisch Psychologue CMMR-IDF Hôpital Broca Stimulation Cognitive : terminologie SC : terme vaste «Ateliers mémoire» Pratiquée

Plus en détail

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents :

MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL. Le moniteur-éducateur intervient dans des contextes différents : MONITEUR-EDUCATEUR ANNEXE I : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION Le moniteur-éducateur participe à l'action éducative, à l'animation et à l'organisation

Plus en détail

ethique Acharnement thérapeutique Q ua nd s e p o s e la que s t i o n du juste soin... du juste soin...

ethique Acharnement thérapeutique Q ua nd s e p o s e la que s t i o n du juste soin... du juste soin... ethique Acharnement thérapeutique Q ua nd s e p o s e la que s t i o n du juste soin... du juste soin... education permanente 1 «Chacun doit avoir le droit de faire respecter ses volontés, y compris éventuellement

Plus en détail

Référentiel Officine

Référentiel Officine Référentiel Officine Inscrire la formation dans la réalité et les besoins de la pharmacie d officine de demain - Ce référentiel décrit dans le cadre des missions et des activités du pharmacien d officine

Plus en détail

GUIDE DE DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL EN SOINS INFIRMIERS. pour les centres d hébergement. Décembre 2007 Direction des soins infirmiers

GUIDE DE DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL EN SOINS INFIRMIERS. pour les centres d hébergement. Décembre 2007 Direction des soins infirmiers GUIDE DE DÉVELOPPEMENT PROFESSIONNEL EN SOINS INFIRMIERS pour les centres d hébergement Décembre 2007 Direction des soins infirmiers CE GUIDE A ÉTÉ PRODUIT PAR L ÉQUIPE DE LA DIRECTION DES SOINS INFIRMIERS

Plus en détail

Faciliter l autonomie des dirigeants pour qu ils puissent piloter la démarche par eux-mêmes : UNE PÉDAGOGIE ADAPTÉE.

Faciliter l autonomie des dirigeants pour qu ils puissent piloter la démarche par eux-mêmes : UNE PÉDAGOGIE ADAPTÉE. POUR FAVORISER LA RÉUSSITE DE VOTRE PROJET ASSOCIATIF, IL EST INDISPENSABLE D ÉLABORER UNE STRATÉGIE. L URIOPSS DES PAYS DE LA LOIRE VOUS PROPOSE UN GUIDE D ÉLABORATION D UNE STRATÉGIE ASSOCIATIVE QUI

Plus en détail

HAULOTTE Delphine MAIRLOT Anne-Françoise

HAULOTTE Delphine MAIRLOT Anne-Françoise Informations de l'unité d'enseignement Implantation Cursus de Parnasse-ISEI Bachelier en soins infirmiers Soins infirmiers chirurgicaux Q2 I2080 Cycle 1 Bloc 2 Quadrimestre 2 Pondération 10 Nombre de crédits

Plus en détail

pour personnes atteintes de la maladie de Parkinson

pour personnes atteintes de la maladie de Parkinson Confidentiel Parkinson Schweiz Suisse Svizzera Dispositions de fin de vie (DocumentHumain) pour personnes atteintes de la maladie de Parkinson Mes volontés juridiquement valables concernant ma vie, mes

Plus en détail

Présentation du programme Éthique et culture religieuse. Par Diane Leblanc et Estelle Mercier Conseillères pédagogiques

Présentation du programme Éthique et culture religieuse. Par Diane Leblanc et Estelle Mercier Conseillères pédagogiques Présentation du programme Éthique et culture religieuse Par Diane Leblanc et Estelle Mercier Conseillères pédagogiques Repères historiques 1964 1995 1996 1998 1999 1999 2000 2005 Création du ministère

Plus en détail

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient

MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient MODULE 5 Rôle de l équipe soignante dans l information du patient Catherine Tourette-Turgis Maître de conférences en sciences de l éducation Responsable du master en éducation thérapeutique à l université

Plus en détail

Mon psoriasis, mes vacances et moi

Mon psoriasis, mes vacances et moi Mon psoriasis, mes vacances et moi Conseils et astuces du Dr François Maccari pour des vacances réussies www.aplcp.org Informations 01 42 39 02 55 Stelara_Leaflet_voyage.indd 1 Editorial Les vacances Une

Plus en détail

Fiche de pré-inscription en établissement d accueil pour personnes âgées

Fiche de pré-inscription en établissement d accueil pour personnes âgées Fiche de pré-inscription en établissement d accueil pour personnes âgées LA MAYENNE C O N S E I L G É N É R A L Original à conserver et photocopie(s) à retourner à un ou plusieurs établissements de votre

Plus en détail

Accidents exposant aux risques sexuels : Prise en charge infirmière

Accidents exposant aux risques sexuels : Prise en charge infirmière Accidents exposant aux risques sexuels : Prise en charge infirmière Hôpital Tenon AP-HP Maladies Infectieuses et Tropicales - Hôpital de Jour Pr Gilles Pialoux Journées Nationales d Infectiologie Juin

Plus en détail

DESCRIPTION DES STRESSEURS LIÉS AUX SOINS DE FIN DE VIE CHEZ LES INFIRMIÈRES OEUVRANT EN USI

DESCRIPTION DES STRESSEURS LIÉS AUX SOINS DE FIN DE VIE CHEZ LES INFIRMIÈRES OEUVRANT EN USI DESCRIPTION DES STRESSEURS LIÉS AUX SOINS DE FIN DE VIE CHEZ LES INFIRMIÈRES OEUVRANT EN USI Céline Gélinas, inf., Ph.D., Marie-Anik Robitaille, M.A., Lise Fillion, inf., Ph.D. & Manon Truchon, Ph.D. Dans

Plus en détail

PROJET DE VIE INSTITUTIONNEL

PROJET DE VIE INSTITUTIONNEL PROJET DE VIE INSTITUTIONNEL Introduction : un petit bout d'histoire : La Résidence Bon Air à Petit Rechain... Le 1er juin 1903, arrivent de France quelques religieuses, et le 22 juin, une caravane de

Plus en détail

Les stagiaires, au nombre de 12 maximum, disposent de tables de travail et de chaises.

Les stagiaires, au nombre de 12 maximum, disposent de tables de travail et de chaises. Créé en 2005, l Institut Mots pour Maux est une association d accompagnement et d aide à la personne. Son objectif est de favoriser et de développer l amélioration de la condition de l être humain et son

Plus en détail

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale

Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale 19 Relation soignant-soigné au cœur de la psychologie médicale RENCONTRE, TRANSFERT ET CONTRE-TRANSFERT La notion de transfert découle des travaux de la psychanalyse (S. Freud) où ont été décrits des mouvements

Plus en détail

Contexte juridique de la prise en charge du patient en fin de vie

Contexte juridique de la prise en charge du patient en fin de vie Contexte juridique de la prise en charge du patient en fin de vie Dominique DECAMPS-MINI Avocat au Barreau de Montpellier Domaine d'activité : Droit de la santé U500173-janvier 2011 1 Dominique DECAMPS-MINI,

Plus en détail

CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI

CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI CONNAISSANCE DE SOI APPRENDRE A AVOIR CONFIANCE EN SOI Comprendre ses propres stratégies d échec et de réussite Mettre à jour ses freins, ses propres croyances Développer son potentiel et repousser ses

Plus en détail

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL

EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL EDUCATEUR SPECIALISE ANNEXE 1 : REFERENTIEL PROFESSIONNEL 1.1 DEFINITION DE LA PROFESSION ET DU CONTEXTE DE L INTERVENTION L éducateur spécialisé, dans le cadre des politiques partenariales de prévention,

Plus en détail

SECTION 3 Les outils pour la personne

SECTION 3 Les outils pour la personne SECTION 3 Les outils pour la personne DISCUTER AVEC MON OU MA MÉDECIN/PSYCHIATRE : DÉVELOPPER DES STRATÉGIES POUR REGAGNER DU POUVOIR 1 Le moment de la consultation avec le ou la psychiatre/médecin dans

Plus en détail

En région PACA, votre organisme de formation certifié ISQ-OPQF

En région PACA, votre organisme de formation certifié ISQ-OPQF En région PACA, votre organisme de formation certifié ISQ-OPQF Tél. : 04 42 21 06 22 Fax : 04 42 21 27 04 Mail : if.conseil@wanadoo.fr Site : www.ifconseil.eu Un partenariat Basé sur la lecture attentive

Plus en détail

Prise en charge des patientes et patients en fin de vie

Prise en charge des patientes et patients en fin de vie Prise en charge des patientes et patients en fin de vie Directives médico-éthiques de l ASSM Approuvées par le Sénat de l ASSM le 25 novembre 2004. La version allemande est la version d origine I. Préambule

Plus en détail

nouveaux défis de la fonction études

nouveaux défis de la fonction études Les nouveaux défis de la fonction études Merci aux 165 répondants Étranger, implanté en France Nombre de salariés (en ) 26 15 8 13 39 51 19 Nationalité entreprise / groupe (en ) 30 < 500 500 < > 999 Secteurs

Plus en détail

QUI SOMMES-NOUS? COMMENT JOINDRE L ÉQUIPE DE BÉNÉVOLES?

QUI SOMMES-NOUS? COMMENT JOINDRE L ÉQUIPE DE BÉNÉVOLES? Une maison, une vocation, un soutien QUI SOMMES-NOUS? La Maison de soins palliatifs Source Bleue a pour mission de prodiguer gratuitement des soins à des personnes atteintes d une maladie avec un pronostic

Plus en détail

Infirmieres libérales

Infirmieres libérales Détail des programmes- Feuillets complémentaires à la plaquette générale Infirmieres libérales Stages courts 2012 Durées et dates disponibles sur un calendrier en annexe Santé formation Formations gratuites

Plus en détail

SOINS PALLIATIFS ET DE FIN DE VIE VOLET 1 : RECENSION DES ÉCRITS. Mélanie Shang Arinka Jancarik Courtières de connaissances

SOINS PALLIATIFS ET DE FIN DE VIE VOLET 1 : RECENSION DES ÉCRITS. Mélanie Shang Arinka Jancarik Courtières de connaissances 0 SOINS PALLIATIFS ET DE FIN DE VIE VOLET 1 : RECENSION DES ÉCRITS Mélanie Shang Arinka Jancarik Courtières de connaissances Direction de la planification, de la performance et des connaissances Décembre

Plus en détail

Retour d expérience suite à la visite de certification V2014. Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD

Retour d expérience suite à la visite de certification V2014. Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD Retour d expérience suite à la visite de certification V2014 Intervenante : Astrid SOULA, RAQ/GdR/DD 1 Retour d expérience Présentation _Visite Certification du CH de Nontron_Janvier V2014_Centre Hospitalier

Plus en détail

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE :

LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : LA PROFESSIONNALISATION DU COACHING EN ENTREPRISE : DECRYPTAGE ET TEMOIGNAGE Le coaching en entreprise est souvent source de questionnement sur différents aspects : quelles populations concernées? Dans

Plus en détail

Douleur et gestion de la douleur. Renseignez-vous sur les services de soutien et de soins sur www.palliativecare.org.au

Douleur et gestion de la douleur. Renseignez-vous sur les services de soutien et de soins sur www.palliativecare.org.au Douleur et gestion de la douleur Renseignez-vous sur les services de soutien et de soins sur www.palliativecare.org.au French - Pain Management Department of Health and Ageing Financé par le gouvernement

Plus en détail

La mort imminente à domicile

La mort imminente à domicile Renseignements pour les personnes soignantes La mort imminente à domicile À quoi s attendre? Que faire? Table des matières À quoi s attendre?... 1 Quand une personne est mourante... 2 Au moment de la mort...

Plus en détail

Document de travail «Conduite de l évaluation interne dans les établissements hébergeant des personnes âgées dépendantes» Mars 2011

Document de travail «Conduite de l évaluation interne dans les établissements hébergeant des personnes âgées dépendantes» Mars 2011 Document de travail «Conduite de l évaluation interne dans les établissements hébergeant des personnes âgées dépendantes» Mars 2011 DOCUMENT DE TRAVAIL Anesm-MARS 2011 1 Sommaire 1. Introduction... 3 Qu

Plus en détail

VOYAGE AU BOUT DE L HYGIENE 18 JOURNEE INTERPROFESSIONNELLE DROME ARDECHE ISERE JEUDI 19 JUIN 2014 HOPITAUX DROME NORD

VOYAGE AU BOUT DE L HYGIENE 18 JOURNEE INTERPROFESSIONNELLE DROME ARDECHE ISERE JEUDI 19 JUIN 2014 HOPITAUX DROME NORD VOYAGE AU BOUT DE L HYGIENE 18 JOURNEE INTERPROFESSIONNELLE DROME ARDECHE ISERE JEUDI 19 JUIN 2014 HOPITAUX DROME NORD MC.PERROSSIER IFSI Croix Rouge VALENCE AU DELÀ DE NOS FRONTIÈRES Etudiants IDE 2 année

Plus en détail

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise

Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Conciliation médicamenteusem Expérience brestoise Maud PERENNES interne en pharmacie Axel CARDE pharmacien chef de service Hôpital d Instruction d des Armées de Brest 17 novembre 2011 Centre Hospitalier

Plus en détail

Vous vous occupez d une personne âgée malade. vous êtes son. aidant naturel

Vous vous occupez d une personne âgée malade. vous êtes son. aidant naturel Vous vous occupez d une personne âgée malade vous êtes son aidant naturel Avant-propos Cette brochure est conçue pour vous informer vous et votre famille sur le rôle, les devoirs et les droits d un «aidant

Plus en détail

Des formations pour la prévention du stress et des performances managériales

Des formations pour la prévention du stress et des performances managériales Des formations pour la prévention du stress et des performances managériales Après dix ans de recherche, huit docteurs en Sciences Humaines ont conçu une méthode innovante au service du savoir-être et

Plus en détail

Etude Recherche Action sur le portage de MRSA dans les EMS Bilan intermédiaire. Laetitia Qalla-Widmer Unité HPCI/CHUV-ARCOS septembre 2011

Etude Recherche Action sur le portage de MRSA dans les EMS Bilan intermédiaire. Laetitia Qalla-Widmer Unité HPCI/CHUV-ARCOS septembre 2011 Etude Recherche Action sur le portage de MRSA dans les EMS Bilan intermédiaire Laetitia Qalla-Widmer Unité HPCI/CHUV-ARCOS septembre 2011 1 Etat des lieux Prévalence MRSA en 2007-2008 = 12% Formation en

Plus en détail

DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE. Programme de formation en ligne pour les infirmières pivots en oncologie. Devis pédagogique 2013-2014

DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE. Programme de formation en ligne pour les infirmières pivots en oncologie. Devis pédagogique 2013-2014 DIRECTION QUÉBÉCOISE DE CANCÉROLOGIE Programme de formation pour les infirmières pivots en oncologie Devis pédagogique 2013-2014 Édition : La Direction des communications du ministère de la Santé et des

Plus en détail

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite

Guide à l intention des familles AU COEUR. du trouble de personnalité limite Guide à l intention des familles AU COEUR du trouble de personnalité limite À propos du trouble de personnalité limite Ce document a été élaboré en 2001 par madame France Boucher, infirmière bachelière,

Plus en détail

DÉFINITION ET INSCRIPTION DE LA PRATIQUE AVANCÉE DANS LE PAYSAGE SUISSE DES SOINS INFIRMIERS

DÉFINITION ET INSCRIPTION DE LA PRATIQUE AVANCÉE DANS LE PAYSAGE SUISSE DES SOINS INFIRMIERS DÉFINITION ET INSCRIPTION DE LA PRATIQUE AVANCÉE DANS LE PAYSAGE SUISSE DES SOINS INFIRMIERS Marie-José Roulin Directrice adjointe des soins Hôpitaux Universitaire de Genève Cette présentation expose les

Plus en détail

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques

Diabète Type 2. Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Diabète Type 2 Épidémiologie Aspects physiques Aspects physiologiques Épidémiologie 90% de tous les cas de diabètes Environ 1 personne sur 20 est atteinte Diabète gras Facteur de risque majeur pour les

Plus en détail

2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS CANCER ET ACCOMPAGNEMENT DU PHARMACIEN : UN PREMIER PAS VERS LA RÉSILIENCE.

2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS CANCER ET ACCOMPAGNEMENT DU PHARMACIEN : UN PREMIER PAS VERS LA RÉSILIENCE. 2È JOURNÉE NATIONALE DE FORMATION DES PHARMACIENS Avec le Haut Patronage de Madame Roselyne BACHELOT-NARQUIN, Ministre de la Santé, de la Jeunesse, des Sports et de la Vie associative CANCER ET ACCOMPAGNEMENT

Plus en détail

Le Psoriasis Qui est touché?

Le Psoriasis Qui est touché? LE PSORIASIS 1 Le Psoriasis Qui est touché? De 2 à 5 % de la population française soit2 à 3 millionsde personnes en France Deux "pics" de survenue : à l'adolescence et vers la soixantaine Parfois sur des

Plus en détail

PRISE EN CHARGE AMBULATOIRE DES CHIRURGIES DE L OREILLE MOYENNE

PRISE EN CHARGE AMBULATOIRE DES CHIRURGIES DE L OREILLE MOYENNE PRISE EN CHARGE AMBULATOIRE DES CHIRURGIES DE L OREILLE MOYENNE Sandrine LEPETIT, IBODE, bloc opératoire ambulatoire ORL-OPH CHU CLERMONT FERRAND La chirurgie ambulatoire Modalités d existence et d application,

Plus en détail

DOULEUR et SOINS INFIRMIERS

DOULEUR et SOINS INFIRMIERS DOULEUR et SOINS INFIRMIERS Certificate of Advanced Studies (CAS) - 2015 Agir en tant que professionnel ressource dans le domaine de la prise en charge de la personne souffrant de douleur aiguë ou chronique,

Plus en détail

Formation, Coaching et Thérapie- Tel : 06 47 89 49 52 ekoexistences@gmail.com

Formation, Coaching et Thérapie- Tel : 06 47 89 49 52 ekoexistences@gmail.com Formation, Coaching et Thérapie- Tel : 06 47 89 49 52 ekoexistences@gmail.com La confiance : Agir ensemble, établir un lien et construire en toute transparence une dynamique tournée vers un but commun.

Plus en détail

Des dispositifs de prise en charge et d accompagnement de la maladie d alzheimer

Des dispositifs de prise en charge et d accompagnement de la maladie d alzheimer La lettre de L observatoire Des dispositifs de prise en charge et d accompagnement de la maladie d alzheimer Novembre 203 - Numéro double 28-29 La fin de vie suscite depuis plusieurs années des questionnements

Plus en détail

Prise en charge coordonnée personne âgée à domicile

Prise en charge coordonnée personne âgée à domicile Quelques chiffres : 2010, création de la coordination pour le Maintien A Domicile (MAD) 2014, file active : 188patients Travail en coopération avec 35 cabinets MG, 27 cabinets IDEL, 15 kinés, 13 pharmacies.

Plus en détail

Ministère chargé de la santé Diplôme d Etat d infirmier. Portfolio de l étudiant

Ministère chargé de la santé Diplôme d Etat d infirmier. Portfolio de l étudiant Ministère chargé de la santé Diplôme d Etat d infirmier nnexe VI Portfolio de l étudiant Nom et prénom de l étudiant : Institut de formation en soins infirmiers : Date d entrée dans la formation : Nom

Plus en détail