Étude d'un appareillage de compactage statique et de mesure de la perméabilité des sols fins argileux

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Étude d'un appareillage de compactage statique et de mesure de la perméabilité des sols fins argileux"

Transcription

1 Étude d'un appareillage de compactage statique et de mesure de la perméabilité des sols fins argileux Belkacem MOUSSAI Docteur Laboratoire de géotechnique Gérard DIDIER Docteur-Ingénieur Maître de conférences Laboratoire de géotechnique Institut National des Sciences Appliquées (INSA) de Lyon Yves ATLAN Ingénieur au département Ingénierie géotechnique au Bureau de Recherches Géologiques et Minières (BRGM)* Introduction Le confinement des décharges fait souvent appel à des couches de matériaux argileux compactés. L'étude préalable en laboratoire des matériaux argileux susceptibles d'être utilisés suit en général les étapes suivantes : identification géotechnique et minéralogique du matériau, étude du compactage par essai Proctor, étude de la perméabilité du matériau compacté. L'objectif de la recherche présentée ici est l'amélioration des deux dernières procédures. En effet, la méthode actuelle présente des aspects critiquables. Compactage RESUME Dans cet article nous présentons l'appareillage et la méthode utilisée pour le compactage statique ainsi que la mesure de la perméabilité des sols compactés dans ces conditions. Les résultats obtenus sur divers types de sols, montrent que le compactage statique est bien adapté au cas des sols fins argileux. Nous montrons également qu'il existe un optimum de teneur en eau pour lequel la perméabilité est à la fois minimale et peu sensible à l'énergie de compactage. MOTS CLÉS : 42 - Essai - Compactage Statique - Argile - Perméabilité - Mesure - Eau Optimlum - Teneur en eau -/Décharge Confinement. Le compactage Proctor est un essai dynamique, peu adapté au compactage des matériaux argileux, ou en tout cas pas mieux adapté qu'un essai plus simple comme le compactage statique. Perméabilité à l'eau La perméabilité du matériau compacté est mesurable de plusieurs façons. Quand le matériau est semi-perméable, il est possible de réaliser la mesure directement dans le moule de compactage. Cela n'est plus possible quand le matériau est peu perméable * Au moment de la rédaction de cet article, Consultant en géotechnique à Montpellier. actuellement Bull, liaison Labo. P. et Ch nov.-déc Réf

2 (ce qui est le cas des matériaux argileux) car l'essai durerait trop longtemps du fait des dimensions du moule. En fait, assez souvent, l'essai est réalisé soit en prélevant un échantillon plus petit dans le moule Proctor, d'où introduction d'une manipulation induisant des remaniements et des erreurs, soit en réalisant un compactage statique dans un œdomètre. Cette deuxième manière de faire, la plus courante, évite de prélever un échantillon, avec les problèmes de contact entre le matériau et la paroi du perméamètre que cette opération entraîne, mais elle introduit une incohérence dans la méthode : l'étude de compactage est faite par l'essai Proctor et l'essai de perméabilité est réalisé sur un échantillon compacté statiquement, alors que l'on sait que la structure de l'échantillon et sa perméabilité dépendent du mode de compactage [Daniel, 1985 ; Chapuis, 1989]. Nous avons mis au point un protocole de laboratoire pour l'étude du compactage et de la perméabilité à l'eau des argiles et des matériaux fins, spécifique au problème des couvertures et des fonds de décharges. En effet, deux aspects fondamentaux distinguent ce problème de ceux habituellement rencontrés dans les études de compactage : les matériaux fins étant argileux ou argilolimoneux, il est possible d'utiliser un moule de compactage de dimensions inférieures à celui de l'essai Proctor, les effets de bords étant moins importants car liés au rapport des dimensions de grains du matériau étudié à celui du moule de compactage ; le paramètre que l'on veut contrôler est la perméabilité. Cela entraîne que, sous réserve d'avoir un matériau ayant les caractéristiques mécaniques minimales qui assurent la stabilité de l'ouvrage, le compactage pourra être conçu de façon à obtenir une imperméabilisation suffisante, en considérant comme secondaire, par exemple les problèmes de portance (qui sont à l'origine de l'exigence d'un compactage très soigné dans le domaine routier). A partir des considérations qui viennent d'être exposées, le programme suivant a été décidé : mise au point d'un essai de compactage statique qui aura pour intérêt d'être plus rapide et d'exiger moins de matériaux qu'un essai Proctor ; mesure de la perméabilité en utilisant le moule de compactage, mesure rendue plus fiable parce que réduisant au minimum les risques de cheminements préférentiels le long de l'interface matériaux - moule. Identification des matériaux étudiés Cinq types de matériaux ont été étudiés. Les caractéristiques d'identification géotechniques et minéralogiques sont présentées dans les tableaux I et II : argile de Soulaines : argile grise, peu plastique, à pôle kaolinique ; deux argiles de Saint-Sauveur (près de La Hague) prélevés en deux endroits (PI et P2) : argiles jaunes, très plastiques, à pôle smectique ; argile de Roumazière (Limousin) : argile jaune, très plastique, à pôle kaolinique, avec des teneurs significatives en montmorillonite ; limon de plateau (Roissy) : brun jaune, peu plastique ; mélanges sable - argile (P2) (matériaux provenant de Saint-Sauveur). TABLEAU I Résultats des essais d'identification géotechnique I f 7<Z :ywifô>iajir * T -3 k " Soulaines Argile peu plastique Roumazière Argile très plastique La Hague (P1) Argile très plastique La Hague (P2) Argile très plastique Roissy Limon peu plastique Sable Sable étalé ,5 1,5-16

3 TABLEAU II Analyses minéralogiques par diffraction aux rayons X ilfr ''' II."-. â Soulaines Infra-trace 10 Roumazière La Hague Étude du compactage statique et de mesure de la perméabilité Appareillage Le moule de compactage statique représenté sur la figure 1 est constitué des éléments suivants : une bague contenant l'échantillon, de 70 mm de diamètre et de 25 mm d'épaisseur ; une rehausse en deux parties vissée sur la bague ; deux pierres poreuses assurant le drainage des deux faces de l'éprouvette ; un piston coulissant dans un cylindre de même diamètre que la bague, permettant de répartir l'effort vertical sur l'éprouvette ; une embase. Le chargement de l'éprouvette s'effectue au moyen d'une presse, permettant de régler la vitesse d'application de la contrainte. Le déplacement du piston et la pression de compactage sont mesurés au moyen d'un capteur électronique. La mesure de la perméabilité se fait sur un banc de mesure spécialement construit et permettant de réaliser en même temps une dizaine de mesures. La cellule de perméabilité présentée sur la figure 2. est constituée : d'une bague de 70 mm de diamètre et de 25 mm d'épaisseur ; d'une embase et d'un couvercle munis de pierres poreuses, entre lesquels est placé l'échantillon. Fig. 1 - Appareillage du compactage statique. Compactage statique Mode opératoire Un échantillon de 250 g de matériau, amené à la teneur en eau souhaitée, soit wv est introduit dans le moule. Par l'intermédiaire du piston, une pression croissante de 0 à 2,5 MPa est appliquée à la vitesse v de 1,3 MPa par minute. Au cours de la montée en charge, le déplacement du piston est noté par lecture directe à intervalles réguliers de pression, soit 0, ,5-2 et 2,5 MPa, ce qui permet de calculer le poids volumique humide de l'échantillon pour la pression considérée, une fois mesuré à la fin de l'essai le poids volumique humide de l'échantillon compacté sous 2,5 MPa. La même opération est répétée à différentes teneurs en eau w2, w3, w4 et w5. A Sens de percolation Fig. 2 - Moule pour la mesure de perméabilité. 17

4 4. Résultats expérimentaux et premières constatations La figure 3 donne un exemple des résultats obtenus sur un diagramme yd - w. Pour chaque pression de compactage, les courbes yd - w s'emboîtent selon la disposition habituellement observée pour les courbes obtenues par compactage à la dame avec des énergies de compactage croissantes. Les courbes yd - w provenant des essais Proctor normal et Proctor modifié sont également tracées sur la figure 3. On note que : la ligne joignant les optimums statiques est décalée vers les basses teneurs en eau par rapport à celle joignant les optimums Proctor normal et modifié ; la courbe Proctor normal est située entre les courbes de compactage statique relatives aux pressions 0,8 et 1,3 MPa. Densité sèche De cette première manipulation, on peut tirer les conclusions principales suivantes : le mode opératoire utilisé permet, avec beaucoup plus de rapidité que l'essai dynamique, d'obtenir un ensemble de courbes yd - w représentant les divers états obtenus par utilisation de diverses énergies de compactage ; les résultats sont conformes à ce qui est présenté dans la littérature, en particulier en ce qui concerne l'intervalle de pression encadrant la courbe Proctor normal, pour des sols de ce type [Ilker, 1969 ; Subbarao, 1972]. TABLEAU III Influence de la vitesse d'application de la contrainte sur la densité du sol Soulaines 2,5 Yd La Hague (P1) 2,5 Yd Roumazière 2,5 Yd w = 16,4 % 1,85 1,85 1,83 w =21,7 % 1,70 1,72 1,72 w= 17,1 % 1,74 1,74 1,74 w = 25,6 % 1,60 1,60 1,59 w= 16,8 % 1,73 1,72 1,72 w =28,2 % 1,55 1,55 1,54 Influence du temps d'application de la contrainte Si la contrainte de compactage est maintenue constante pendant un certain temps, une variation importante de densité est-elle observable? Pour vérifier ce point, des essais ont été réalisés sur des éprouvettes d'argiles préparées du côté sec et du côté humide et compactées statiquement à la pression permettant d'obtenir une courbe (yd - w) proche de celle du Proctor normal. Nous avons maintenue constante la contrainte de compactage pendant une durée de 60 min, au cours de laquelle nous avons suivi l'évolution de la déformation et donc la densité de l'échantillon en fonction du temps écoulé. Les résultats présentés dans le tableau IV sont donnés sous forme de pourcentage d'augmentation de la densité (après un certain temps) par rapport à la densité initiale (temps zéro). = ut) - ut 0) x 100 ^ Wo ) - ydt0 : densité sèche initiale correspondant au moment où la contrainte de compactage voulue est atteinte ; - ydt : densité sèche après un temps t. TABLEAU IV Influence du temps d'application de la contrainte sur la densité du sol Influence de certains paramètres sur les résultats du compactage Vitesse de montée en charge Des essais ont été effectués sur des échantillons d'argile de Soulaines, de Roumazière et de La Hague à deux teneurs en eau, du côté sec et du côté humide, pour chaque échantillon testé. Dans le domaine des vitesses utilisées (vx = vil, v2 = v et v3 = 2v, avec v = 1,3 MPa/min), les résultats obtenus montrent que la densité du sol est très peu dépendante de la vitesse de chargement (tableau III) ,8 0,9 0,3 0,3 5 2,1 1,4 0,5 0,7 10 2,3 1,7 0,5 0,9 20 2,5 2,1 0,6 1,3 40 2,6 2,7 0,7 1,8 60 2,7 4,3 0,8 2,2 18

5 Les résultats obtenus montrent que, l'influence du temps d'application de la contrainte sur la densité du sol n'est pas négligeable. Il faut donc tenir compte de ce paramètre et éviter d'arrêter le processus de compactage au cours de l'essai, cela, afín de mieux simuler le compactage in situ, où le temps d'application de la charge est très court. Cycle de chargement On sait que la compacité croît avec le nombre de cycle [Grimm, 1974]. La complexité du phénomène nous conduit à préférer un mode opératoire ne comportant pas de cycle, de façon à obtenir un essai de réalisation simple. Influence des dimensions de l'éprouvette Epaisseur En fin de compression statique, pour une pression de 2,5 MPa, la densité humide de l'échantillon a été mesurée de deux façons : par mesure du déplacement du piston, ce qui donne le volume, d'où la densité des 250 g de matériau compacté ; après démontage du piston et arasage des 5 à 10 mm de matériau extérieur à la bague, par pesée du matériau contenu dans la bague. On a ainsi la densité de la partie inférieure de l'échantillon. Les deux méthodes donnent le même résultat, ce qui montre que le gradient vertical de compacité, s'il existe, est négligeable et le reste si l'on utilise une bague plus épaisse de 10 à 20 %. Diamètre Pour tester l'existence d'un gradient horizontal de compacité, des mesures de densité de la partie centrale de l'éprouvette ont été exécutées. A la précision de la mesure, la compacité observée au centre est identique à la compacité moyenne de l'éprouvette. Cela montre que l'effet de bord dû à la rigidité des parois du moule est négligeable pour des matériaux de ce type. Conclusion L'ensemble des résultats présentés montre que le mode opératoire choisi donne des résultats qui dépendent peu de légères variations des conditions expérimentales (vitesse d'application de la contrainte, par exemple). Ces résultats sont importants car ils permettent, dans la pratique du laboratoire, d'utiliser ce mode opératoire avec des appareillages moins sophistiqués que ceux que nous avons utilisés. Mesure de la perméabilité L'appareillage de mesure de perméabilité est du type à parois fixes (fig. 2), ce qui rend les mesures plus faciles et donne des résultats aussi fiables que l'utilisation de perméamètres à parois souples [Daniel et al., 1985]. Les éprouvettes sont saturées sous vide, puis un essai de perméabilité à charge constante est exécuté ; la durée de l'essai est telle que le flux ayant traversé l'échantillon en fin de mesure soit au moins égal à un volume de pore. Pendant la saturation et l'essai de perméabilité, où l'eau arrive par le bas de l'échantillon, l'éprouvette étant complètement confinée, aucun gonflement n'est possible. Ce protocole de mesure simule le fonctionnement d'une couche argileuse en fond de décharge qui serait soumise à une contrainte verticale supérieure à la pression de gonflement. Dans le cas d'un gonflement prévisible, cet appareillage pourra être modifié en laissant, par exemple, dans l'espace supérieur de l'éprouvette un vide où le gonflement pourrait se faire librement pendant la phase de saturation. Synthèse des résultats L'examen des résultats obtenus conduit à distinguer le comportement des argiles de celui des mélanges sable - argile et de celui des limons. Les commentaires qui suivent sont à confirmer par des essais complémentaires, mais la cohérence des résultats permet de penser qu'ils sont généralisables. Matériaux argileux Le compactage statique apparaît bien adapté à l'étude des sols argileux. On constate, en effet, pour les matériaux étudiés que : la contrainte de compactage statique permettant d'obtenir une densité sèche équivalente au Proctor normal est comprise entre 0,8 et 1,3 MPa. Pour les sols argileux, le compactage statique sous 1 MPa est une approximation suffisante de ce qu'il est possible d'obtenir sur chantier, avec un atelier de compactage adapté. La figure 3 donne un exemple des résultats obtenus ; les mesures de perméabilité sur les éprouvettes compactées permettent d'évaluer la plage de teneur en eau et densité sèche où il est nécessaire de se trouver en fin de mise en œuvre pour respecter la valeur de la perméabilité souhaitée. En particulier, la relation entre perméabilité, teneur en eau et pression de compactage (fig. 4) montre l'existence d'une teneur en eau optimale et d'une perméabilité minimale peu variables avec la pression de compactage dès lors que celle-ci est supérieure à une pression minimale (de l'ordre de 0,5 à 0,6 MPa). Il s'agit là d'un résultat qui, s'il est confirmé, est important au plan pratique, car il permet d'améliorer la conduite des chantiers de compactage. 19

6 Fig. 4 - Évolution du coefficient de perméabilité en fonction de la teneur en eau et de la compacité (argile de La Hague, P1). Densité sèche Coefficient de perméabilité (m / s) Fig. 5 - Évolution du coefficient de perméabilité en fonction de la teneur en eau et de la compacité (limon de Roissy). Limon de Roissy Les résultats obtenus ne diffèrent pas sensiblement de ceux observés sur les argiles : la pression de compactage statique permettant d'obtenir un optimum voisin de l'optimum Proctor normal est de 2 MPa (fig.5) ; les mesures de perméabilité sur des éprouvettes compactées statiquement ne posent pas de problème particulier. Comme pour les argiles, la figure 5 qui donne les relations entre énergie de compactage, teneur en eau et perméabilité montre qu'il existe un optimum de teneur en eau (égal à environ la teneur en eau de l'optimum Proctor + 2 %), pour lequel la perméabilité est à la fois minimale et peu sensible à l'énergie de compactage. densité optimale égale à celle du Proctor normal augmente. Les résultats obtenus sont donnés dans le tableau V et sur les figures 6a, 6b et 6c. La densification statique d'un sol sableux, dont le processus est très voisin de celui de l'essai œdométrique, est plus difficile à réaliser que celle d'un sol argileux. TABLEAU V Pression statique permettant d'obtenir une densité égale à celle du Proctor normal Mélanges argile - sable Les essais réalisés montrent que, plus la proportion de sable augmente, plus la pression statique nécessaire pour obtenir une 20

7 Densité sèche Des résultats de perméabilité semblables à ceux déjà observés sur les argiles ont été obtenus pour le mélange 50 % - 50 %. La perméabilité minimale trouvée est de 10 9 m/s pour une teneur en eau de 24 %. Par contre, du fait d'un lessivage des éléments fins, il n'a pas été possible de mesurer la perméabilité des mélanges comportant 75 % de sable et 25 % d'argile en poids. Conclusion Les résultats présentés montrent l'intérêt du protocole expérimental mis au point dans le cas des sols argileux. On obtient rapidement, et d'une manière plus reproductible, des courbes de compactage à diverses pressions (donc à diverses énergies de compactage) ainsi qu'une bonne représentation du champ des perméabilités dans le plan teneur en eau - densité sèche. Un résultat intéressant a été obtenu sur les matériaux testés : ils présentent une teneur en eau optimale qui permet d'obtenir une perméabilité minimale, celle-ci étant peu dépendante de l'énergie de compactage. La comparaison entre les courbes de compactage statique et celles de compactage dynamique (Proctor normal) des sols semble montrer que la pression permettant de donner l'optimum Proctor est d'autant plus forte que le sol est moins argileux. Notamment, pour les sols fins argileux étudiés, la courbe Proctor normal se trouve située entre les courbes de compactage statique obtenues pour des pressions de 0,8 et 1,3 MPa. En revanche, pour le mélange 25 % d'argile - 75 % de sable, nous avons constaté que la pression permettant de donner l'optimum Proctor normal est relativement forte (7,5 MPa). Ce résultat montre que le chemin statique suivi (chemin œdométrique) est peu ou pas adapté au compactage des sols granulaires. Cela est dû sans doute aux efforts normaux qui se développent entre les grains et qui conduisent au blocage de ceux-ci. De ce fait, il apparaît clairement que le compactage statique de ce type de sol suivant un chemin œdométrique est moins efficace qu'un compactage ayant une action de pétrissage ou une action vibratoire réduisant l'effort normal entre les grains. RÉFÉRENCES BIBLIOGRAPHIQUES c Fig. 6 - Courbes de compactage statique ( ) et dynamique ( ) pour l'argile de La Hague (P2) et deux mélanges de sable et d'argile. CHAPUIS R.P., BAASS K., DAVENNE L. (1989), Granular soils in rigid-wall permeameters: method for determining the degree of saturation, Can. Geotech. J., vol. 26, 1, pp CHAPUIS R.P., GILL D.E., BAASS K. (1989), Laboratory permeability tests on sand : influence of the compaction method on anisotropy, Can. Geotech. J., vol. 26, 4, pp

8 DANIEL D.E. et al. (1985), Fixed wall versus flexible wall permeameters, Hydraulic Barriers in Soil and Rock, ASTM Special Technical Publication, vol. 874, pp DANIEL D.E., BENSON OH. (1990), Water contentdensity criteria for compacted soil liners, J. Geotech. Engrg., vol. 116, 12, pp GRIMM D. (1974), Principes de base du compactage, In pratique du compactage, Ecole Centrale des Arts et Manufactures, Paris, 27 p. ILKER U. (1969), Ecrouissage et fragilité comparée pour plusieurs argiles, Thèse de Docteur Ingénieur, Université de Grenoble, 130 p. MOUSSAI B. (1993), Étude en laboratoire du compactage statique et de la perméabilité des sols fins argileux, Thèse de doctorat de l'institut National des Sciences Appliquées de Lyon, 235 p. MUNDELL J.A., BAILLEY B. (1985), The Design and testing of a compacted clay barrier layer to limit percolation through landfill covers, Hydraulic Barriers in Soil and Rock, ASTM Special Technical Publication, vol. 874, pp SUBBARAO C. (1972), Compactage et mécanique des milieux continus, Thèse de Docteur Ingénieur, Université Scientifique et Médicale de Grenoble, 173 p. 22

Consolidation des argiles. CUI Yu-Jun ENPC-CERMES, INSTITUT NAVIER

Consolidation des argiles. CUI Yu-Jun ENPC-CERMES, INSTITUT NAVIER Consolidation des argiles CUI Yu-Jun ENPC-CERMES, INSTITUT NAVIER Plan Introduction Argiles Phénomène de consolidation Essais de consolidation Equation de la consolidation Degré de consolidation et facteur

Plus en détail

MESURES DE FAIBLES PERMÉABILITÉS (in-situ et en laboratoire) liées aux projets de décharges: Principales techniques de mesure, normalisation

MESURES DE FAIBLES PERMÉABILITÉS (in-situ et en laboratoire) liées aux projets de décharges: Principales techniques de mesure, normalisation COMITÉ FRANÇAIS DE MÉCANIQUE DES SOLS Journée «HYDRAULIQUE» du 23-01-2002 MESURES DE FAIBLES PERMÉABILITÉS (in-situ et en laboratoire) liées aux projets de décharges: Principales techniques de mesure,

Plus en détail

Mécanique des sols I. Chapitre I Propriétés physiques des sols. Chapitre II Hydraulique des sols. Chapitre III Déformations des sols

Mécanique des sols I. Chapitre I Propriétés physiques des sols. Chapitre II Hydraulique des sols. Chapitre III Déformations des sols Mécanique des sols I Chapitre I Propriétés physiques des sols Chapitre II Hydraulique des sols Chapitre III Déformations des sols Chapitre IV Résistance au cisaillement des sols Chapitre III Déformations

Plus en détail

Déformabilité des sols. Tassements. Consolidation

Déformabilité des sols. Tassements. Consolidation Déformabilité des sols. Tassements. Consolidation par Jean-Pierre MAGNAN Ingénieur en chef des Ponts et Chaussées Directeur technique au Laboratoire Central des Ponts et Chaussées, Paris Professeur de

Plus en détail

Les mesures à l'inclinomètre

Les mesures à l'inclinomètre NOTES TECHNIQUES Les mesures à l'inclinomètre Gérard BIGOT Secrétaire de la commission de Normalisation sols : reconnaissance et essais (CNSRE) Laboratoire régional des Ponts et Chaussées de l'est parisien

Plus en détail

ä ãéåíë=åä ë=çé=äû~ëëìê~ååé=èì~äáí =ÇÉë= ÅçìÅÜÉë=ÇÉ=ÑçêãÉ=íê~áí Éë=

ä ãéåíë=åä ë=çé=äû~ëëìê~ååé=èì~äáí =ÇÉë= ÅçìÅÜÉë=ÇÉ=ÑçêãÉ=íê~áí Éë= = Note d'information ^ìíéìêë=w=p íê~= o ëé~ì=`bqb= à~åîáéê=ommv= = ä ãéåíë=åä ë=çé=äû~ëëìê~ååé=èì~äáí =ÇÉë= ÅçìÅÜÉë=ÇÉ=ÑçêãÉ=íê~áí Éë= `Ü~ìëë Éë= a ééåç~ååéë= NNU= Les différents guides techniques et autres

Plus en détail

IMPACT DU TRAITEMENT DE SOL SUR L EROSION INTERNE DES SOLS FINS COMPACTES

IMPACT DU TRAITEMENT DE SOL SUR L EROSION INTERNE DES SOLS FINS COMPACTES IMPACT DU TRAITEMENT DE SOL SUR L EROSION INTERNE DES SOLS FINS COMPACTES IMPACT OF SOIL TREATMENT ON INTERNAL EROSION OF FINE COMPACTED SOILS Abdelwadoud MEHENNI 1,2, Olivier CUISINIER 1, Farimah MASROURI

Plus en détail

Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau

Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau Etude expérimentale et numérique de la Sédimentation/Consolidation de sols à très forte teneur en eau Gilbert LE BRAS (IUT de st nazaire, Dépt. Génie Civil) Alain ALEXIS (GeM) 1/42 Introduction Domaine

Plus en détail

RÔLES DE LA MICROSTRUCTURE ET DE LA COMPOSITION MINERALOGIQUE DE SOLS ARGILEUX DU BASSIN DE PARIS SUR LEUR SENSIBILITE AU RETRAIT - GONFLEMENT

RÔLES DE LA MICROSTRUCTURE ET DE LA COMPOSITION MINERALOGIQUE DE SOLS ARGILEUX DU BASSIN DE PARIS SUR LEUR SENSIBILITE AU RETRAIT - GONFLEMENT RÔLES DE LA MICROSTRUCTURE ET DE LA COMPOSITION MINERALOGIQUE DE SOLS ARGILEUX DU BASSIN DE PARIS SUR LEUR SENSIBILITE AU RETRAIT - GONFLEMENT ROLES OF MICROSTRUCTURE AND MINERALOGICAL COMPOSITION OF CLAY

Plus en détail

50.01 DETERMINATION DES COEFFICIENTS DE COMPRESSIBILITE M 1 et M 2.

50.01 DETERMINATION DES COEFFICIENTS DE COMPRESSIBILITE M 1 et M 2. 50. Terrassements 50.01 DETERMINATION DES COEFFICIENTS DE COMPRESSIBILITE M 1 et M 2. 50.02 REGULARITE DE SURFACE RELEVEE A LA REGLE DE TROIS METRES OU A L AIDE D UN GABARIT APPROPRIE. 50.03 ESSAI DE PENETRATION

Plus en détail

STANDARD DE CONSTRUCTION CONDUITS, ATTACHES ET RACCORDS DE

STANDARD DE CONSTRUCTION CONDUITS, ATTACHES ET RACCORDS DE , ATTACHES ET RACCORDS DE PARTIE 1 - GÉNÉRALITÉS 1.1 EMPLACEMENT DES 1.1.1 Les conduits posés devraient être indiqués sur les plans. Ils devraient être installés perpendiculairement aux lignes du bâtiment.

Plus en détail

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6

Perrothon Sandrine UV Visible. Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 Spectrophotométrie d'absorption moléculaire Étude et dosage de la vitamine B 6 1 1.But et théorie: Le but de cette expérience est de comprendre l'intérêt de la spectrophotométrie d'absorption moléculaire

Plus en détail

TRAITEMENT DES SOLS EN PLACE AUX LIANTS HYDRAULIQUES. Joseph ABDO

TRAITEMENT DES SOLS EN PLACE AUX LIANTS HYDRAULIQUES. Joseph ABDO TRAITEMENT DES SOLS EN PLACE AUX LIANTS HYDRAULIQUES Joseph ABDO LE CONTEXTE LA ROUTE, UNE NÉCESSITN CESSITÉ La route : moyen de communication nécessaire au développement. - Mais, sa construction et son

Plus en détail

ICS Destiné à remplacer EN 926-1:1995. Version Française

ICS Destiné à remplacer EN 926-1:1995. Version Française NORME EUROPÉENNE EUROPÄISCHE NORM EUROPEAN STANDARD PROJET pren 926-1 Mars 2004 ICS Destiné à remplacer EN 926-1:1995 Version Française Equipement pour le parapente - Parapentes - Partie 1: Prescriptions

Plus en détail

Béton. Fig. 1- Essai d'étalement sur table

Béton. Fig. 1- Essai d'étalement sur table Béton TD 1- Essai d'étalement sur table ou Flow-table test (Norme ISO 9812) Cet essai est particulièrement adapté au béton très fluide, fortement dosé en superplastifiant. Le diamètre du plus gros granulat

Plus en détail

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes.

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes. Promotion X 004 COURS D ANALYSE DES STRUCTURES MÉCANIQUES PAR LA MÉTHODE DES ELEMENTS FINIS (MEC 568) contrôle non classant (7 mars 007, heures) Documents autorisés : polycopié ; documents et notes de

Plus en détail

LE chantier de terrassements de l'autoroute A 35, section Habsheim-Bartenheim, a nécessité la

LE chantier de terrassements de l'autoroute A 35, section Habsheim-Bartenheim, a nécessité la D..I1 l :^\cnn I ikrt D nt f~l-. Cl fca,-,. û,,^li IÛT1 D Ai OQÚ Utilisation comparée des essais de plaques et de densités en contrôle de terrassement Laboratoire des Ponts et Chaussées de Colmar -a*m*\vmmm**»»>

Plus en détail

MISAPOR verre cellulaire

MISAPOR verre cellulaire MISAPOR verre cellulaire Remblai allégé pour ouvrage en génie civile 2015-03 Suisse: Allemagne: France: MISAPOR AG Löserstrasse 2 CH-7302 Landquart Téléphone +41 81 300 08 08 Fax +41 81 300 08 09 info@misapor.ch

Plus en détail

Evaluation de la variabilité d'un système de mesure

Evaluation de la variabilité d'un système de mesure Evaluation de la variabilité d'un système de mesure Exemple 1: Diamètres des injecteurs de carburant Problème Un fabricant d'injecteurs de carburant installe un nouveau système de mesure numérique. Les

Plus en détail

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ

Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE. par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Chapitre XIV BASES PHYSIQUES QUANTITATIVES DES LOIS DE COMPORTEMENT MÉCANIQUE par S. CANTOURNET 1 ELASTICITÉ Les propriétés mécaniques des métaux et alliages sont d un grand intérêt puisqu elles conditionnent

Plus en détail

Réflexions sur le concept d'espace polral

Réflexions sur le concept d'espace polral Réflexions sur le concept d'espace polral A. FAURE Station de Science du Sol, I.N.RA, Montfavet (France) SOMMAIRE Les réflexions présentées s'appuient sur des bases expérimentales bien connues et ont pour

Plus en détail

Colle époxydique multi usages, à 2 composants

Colle époxydique multi usages, à 2 composants Notice Produit Edition 20 01 2014 Numéro 9.11 Version n 2013-310 01 04 02 03 001 0 000144 Colle époxydique multi usages, à 2 composants Description est une colle structurale thixotrope à 2 composants,

Plus en détail

P. VALLON - Retraitement en place à froid - Juillet 2009

P. VALLON - Retraitement en place à froid - Juillet 2009 à é Ministère de l'écologie, de l'énergie, du Développement durable et de l'aménagement du territoire P. VALLON - Retraitement en place à froid - Juillet 2009 WWW.developpement-durable.gouv.fr Constitution

Plus en détail

L'apport du logiciel ANGELINE aux études géotechniques de tracés

L'apport du logiciel ANGELINE aux études géotechniques de tracés L'apport du logiciel ANGELINE aux études géotechniques de tracés Hervé HAVARD Directeur adjoint Laboratoire Régional des Ponts et Chaussées d'angers Gilles SINOIR Technicien supérieur Division Informatique

Plus en détail

BRGM. Commune de VILLE-sur-ILLON (Vosges) Avril 1993 R 37123 NAC 4S 93. Lieu-dit "Varachamp" M. ALLEMMOZ J. CHEVALIER B. POLLET. Document non public

BRGM. Commune de VILLE-sur-ILLON (Vosges) Avril 1993 R 37123 NAC 4S 93. Lieu-dit Varachamp M. ALLEMMOZ J. CHEVALIER B. POLLET. Document non public BRGM Commune de VILLE-sur-ILLON (Vosges) Etude d'aptitude des sols pour la réalisation d'un lagunage Lieu-dit "Varachamp" M. ALLEMMOZ J. CHEVALIER B. POLLET Avril 1993 R 37123 NAC 4S 93 Document non public

Plus en détail

5 STATIQUE. 5.1 Généralités

5 STATIQUE. 5.1 Généralités 5.1 Généralités 5.1.1 Introduction Pour remplir sa mission en tant que conduite d'évacuation il faut qu'une conduite réponde également aux exigences de statique. La statique possède une influence sur le

Plus en détail

Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol?

Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol? Les sols, terreau fertile pour l EDD Fiche activité 3 Que contient un sol? Introduction La vie végétale et animale, telle que nous la connaissons, n'existerait pas sans la terre fertile qui forme à la

Plus en détail

Introduction. I Étude rapide du réseau - Apprentissage. II Application à la reconnaissance des notes.

Introduction. I Étude rapide du réseau - Apprentissage. II Application à la reconnaissance des notes. Introduction L'objectif de mon TIPE est la reconnaissance de sons ou de notes de musique à l'aide d'un réseau de neurones. Ce réseau doit être capable d'apprendre à distinguer les exemples présentés puis

Plus en détail

EPFL 2010. TP n 3 Essai oedomètrique. Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilias Nafaï Weil Florian

EPFL 2010. TP n 3 Essai oedomètrique. Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilias Nafaï Weil Florian 1 EPFL 2010 Moncef Radi Sehaqui Hamza - Nguyen Ha-Phong - Ilia Nafaï Weil Florian 11 Table de matière Ø Introduction 3 Ø Objectif 3 Ø Déroulement de l eai 4 Ø Exécution de deux palier de charge 6 Ø Calcul

Plus en détail

Le chantier compte 4 étapes :

Le chantier compte 4 étapes : 02 Bien mettre en place le 03 béton désactivé La technique du béton désactivé consiste à mettre en valeur les granulats en éliminant la couche superficielle du mortier en surface. Un chantier de béton

Plus en détail

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE

ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 562 ANNEXE J POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS SELON UN CHARGEMENT CYCLIQUE ET STATIQUE 563 TABLE DES MATIÈRES ANNEXE J... 562 POTEAUX TESTÉS SELON UN CHARGEMENT STATIQUE ET TESTÉS

Plus en détail

10ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 2010

10ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 2010 1ème Congrès Français d'acoustique Lyon, 12-16 Avril 21 Identification du dommage par EA de stratifiés composites chargés en statique et cyclique M. Kharoubi 1, L. Fatmi 1, A. El Mahi 2, R. EL Guerjouma

Plus en détail

«Silva Cell Investir dans l infrastructure verte»

«Silva Cell Investir dans l infrastructure verte» «Silva Cell Investir dans l infrastructure verte» Silva Cell Module d enracinement pour arbres Application : - Le module Silva Cell crée un espace souterrain permettant l enracinement des arbres en ville.

Plus en détail

M. GUILLAUME ^ Alimentation en eau potable /} ( de la Ville de Metz Implantation de nouvelles stations de pompage dans la région de La Maxe-Thur;y

M. GUILLAUME ^ Alimentation en eau potable /} ( de la Ville de Metz Implantation de nouvelles stations de pompage dans la région de La Maxe-Thur;y M. GUILLAUME ^ Alimentation en eau potable /} ( de la Ville de Metz Implantation de nouvelles stations de pompage dans la région de La Maxe-Thur;y 15 Octobre 1954 BUREAU DE RECHERCHES GEOLOGIQUES GEOPHYSIQUES

Plus en détail

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE

SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE SOCIETE NATIONALE DES CHEMINS DE FER BELGES SPECIFICATION TECHNIQUE L - 72 FOURNITURE DE SEMELLES ELASTIQUES POUR LA FIXATION DE VOIE "TYPE BOTZELAER" EDITION: 04/2001 Index 1. INTRODUCTION... 3 1.1. DOMAINE

Plus en détail

Adhésif structural pour le collage de renforts

Adhésif structural pour le collage de renforts Notice Produit Edition 18/07/2014 Numéro 3022 Version N 2014-253 N identification : 020206040010000001 Adhésif structural pour le collage de renforts Description est une colle structurale thixotrope à

Plus en détail

Analyse de la bande passante

Analyse de la bande passante Analyse de la bande passante 1 Objectif... 1 2 Rappels techniques... 2 2.1 Définition de la bande passante... 2 2.2 Flux ascendants et descandants... 2 2.3 Architecture... 2 2.4 Bande passante et volumétrie...

Plus en détail

Variotec 150/GV. La ferrure. Domaine d'utilisation. Données spécifiques HAWA-Variotec 150/GV. Exemples de construction. Entailles du verre.

Variotec 150/GV. La ferrure. Domaine d'utilisation. Données spécifiques HAWA-Variotec 150/GV. Exemples de construction. Entailles du verre. Ferrure en construction modulaire pour portes et cloisons coulissantes élégantes en verre de 70 à 150 kg par vantail et épaisseurs de verre de 10 12,7 mm. La ferrure La ferrure HAWA- a d'exceptionnelles

Plus en détail

Banc d études des structures Etude de résistances de matériaux (RDM) et structures mécaniques

Banc d études des structures Etude de résistances de matériaux (RDM) et structures mécaniques Banc d études des structures Etude de résistances de matériaux (RDM) et structures mécaniques Descriptif du support pédagogique Le banc d essais des structures permet de réaliser des essais et des études

Plus en détail

Contrôle non destructif Magnétoscopie

Contrôle non destructif Magnétoscopie Contrôle non destructif Magnétoscopie Principes physiques : Le contrôle magnétoscopique encore appelé méthode du flux de fuite magnétique repose sur le comportement particulier des matériaux ferromagnétiques

Plus en détail

Mesure par capacité électrique de la teneur en eau des sables sur bande transporteuse

Mesure par capacité électrique de la teneur en eau des sables sur bande transporteuse TRAN NGOC LAN Ingénieur ESE Mesure par capacité électrique de la teneur en eau des sables sur bande transporteuse et A. JALLET Technicien supérieur Laboratoire central INTERET DE LA METHODE La teneur en

Plus en détail

= RÉALISATION DE QUALITÉ DURABLE

= RÉALISATION DE QUALITÉ DURABLE PAVÉS EN BETON CONCEPTION APPROPRIÉE + MISE EN OEUVRE PROFESSIONNELLE = RÉALISATION DE QUALITÉ DURABLE 10 règles de base pour une mise en œuvre correcte de revêtements de pavés en béton 1 2 3 4 5 6 7 8

Plus en détail

DIFFRACTion des ondes

DIFFRACTion des ondes DIFFRACTion des ondes I DIFFRACTION DES ONDES PAR LA CUVE À ONDES Lorsqu'une onde plane traverse un trou, elle se transforme en onde circulaire. On dit que l'onde plane est diffractée par le trou. Ce phénomène

Plus en détail

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert

DISQUE DUR. Figure 1 Disque dur ouvert DISQUE DUR Le sujet est composé de 8 pages et d une feuille format A3 de dessins de détails, la réponse à toutes les questions sera rédigée sur les feuilles de réponses jointes au sujet. Toutes les questions

Plus en détail

Comparaison des performances d'éclairages

Comparaison des performances d'éclairages Comparaison des performances d'éclairages Présentation Support pour alimenter des ampoules de différentes classes d'efficacité énergétique: une ampoule LED, une ampoule fluorescente, une ampoule à incandescence

Plus en détail

192 Office européen des brevets DEMANDE DE BREVET EUROPEEN

192 Office européen des brevets DEMANDE DE BREVET EUROPEEN Europâisches Patentamt 09) J» European Patent Office Numéro de publication: 0 001 192 Office européen des brevets A1 DEMANDE DE BREVET EUROPEEN Numéro de dépôt: 78400084.6 @ Date de dépôt: 30.08.78 IntCl.2:

Plus en détail

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation

Compte rendu de LA37 B, TP numéro 1. Evolution de la température et du degrée d'hydratation 4 6 8 2 4 8 22 26 3 34 38 42 46 5 54 58 62 66 7 74 78 83 89 96 8 44 Bertin Morgan Compte rendu de LA37 B, TP numéro. Les essais effectués par le laboratoire des ponts et chaussés nous ont fournis la température

Plus en détail

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost

Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage. M. Prévost Technologie des contacteurs gaz liquide : cas des colonnes à plateaux et à garnissage M. Prévost Version V2/ nov 2006 Structure du cours Partie 1 : Introduction Partie 2 : Mise en contact de Gaz et de

Plus en détail

ALFABLOC murs autoporteurs ALFABLOC LA SOLUTION POUR LE STOCKAGE EN VRAC ÉLÉMENTS MOBILES DE STOCKAGE EN BÉTON ARMÉ

ALFABLOC murs autoporteurs ALFABLOC LA SOLUTION POUR LE STOCKAGE EN VRAC ÉLÉMENTS MOBILES DE STOCKAGE EN BÉTON ARMÉ ALFABLOC murs autoporteurs ALFABLOC LA SOLUTION POUR LE STOCKAGE EN VRAC ÉLÉMENTS MOBILES DE STOCKAGE EN BÉTON ARMÉ ALFABLOC Notre société est la seule à proposer ce type de mur autoporteur révolutionnaire.

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

LES VASES DE LA LOIRE : MODELISATION DE L EFFET DE LA CONSOLIDATION SUR DES INFRASTRUCTURES EXISTANTES

LES VASES DE LA LOIRE : MODELISATION DE L EFFET DE LA CONSOLIDATION SUR DES INFRASTRUCTURES EXISTANTES LES VASES DE LA LOIRE : MODELISATION DE L EFFET DE LA CONSOLIDATION SUR DES INFRASTRUCTURES EXISTANTES THE SILTS FROM THE LOIRE RIVER: MODELLING OF CONSOLIDATION EFFECTS ON EXISTING INFRASTRUCTURE Sébastien

Plus en détail

SUITES DONNÉES AUX DEMANDES DE DÉROGATIONS AUX NORMES ET MÉTHODES D ESSAIS DANS LE CADRE DE L AGRÉMENT LABOROUTE.

SUITES DONNÉES AUX DEMANDES DE DÉROGATIONS AUX NORMES ET MÉTHODES D ESSAIS DANS LE CADRE DE L AGRÉMENT LABOROUTE. LABOROUTE 5 avril 2002 SUITES DONNÉES AUX DEMANDES DE DÉROGATIONS AUX NORMES ET MÉTHODES D ESSAIS DANS LE CADRE DE L AGRÉMENT LABOROUTE. I Présentation Dans le cadre des audits de certification Laboroute,

Plus en détail

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction DNS Sujet Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3 Réfraction I. Préliminaires 1. Rappeler la valeur et l'unité de la perméabilité magnétique du vide µ 0. Donner

Plus en détail

CHROMATOGRAPHIE SUR COUCHE MINCE

CHROMATOGRAPHIE SUR COUCHE MINCE CHROMATOGRAPHIE SUR COUCHE MINCE I - PRINCIPE La chromatographie est une méthode physique de séparation de mélanges en leurs constituants; elle est basée sur les différences d affinité des substances à

Plus en détail

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données

Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Chapitre 1 : Introduction aux bases de données Les Bases de Données occupent aujourd'hui une place de plus en plus importante dans les systèmes informatiques. Les Systèmes de Gestion de Bases de Données

Plus en détail

Processus de rupture dans les roches fragiles : déformations, variations de perméabilité et émission acoustique

Processus de rupture dans les roches fragiles : déformations, variations de perméabilité et émission acoustique Processus de rupture dans les roches fragiles : déformations, variations de perméabilité et émission acoustique Mokhfi Takarli Laboratoire de Génie Civil et Génie Mécanique - INSA de Rennes - 20 Avenue

Plus en détail

LABORATOIRE NATIONAL DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS REPUBLIQUE D HAÏTI

LABORATOIRE NATIONAL DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS REPUBLIQUE D HAÏTI LABORATOIRE NATIONAL DU BÂTIMENT ET DES TRAVAUX PUBLICS REPUBLIQUE D HAÏTI Organisme Autonome sous Tutelle du Ministre des Travaux Publics, Transports et Communications PORT-AU-PRINCE, LE : 27 DÉCEMBRE

Plus en détail

Modèle de calcul des paramètres économiques

Modèle de calcul des paramètres économiques Modèle de calcul des paramètres économiques selon norme SIA 480 Calcul de rentabilité pour les investissements dans le bâtiment Version 3.2 1. Introduction 1.1 Version Excel Le modèle de calcul a été développé

Plus en détail

Annexe 3 Captation d énergie

Annexe 3 Captation d énergie 1. DISPOSITIONS GENERALES 1.a. Captation d'énergie. Annexe 3 Captation Dans tous les cas, si l exploitation de la ressource naturelle est soumise à l octroi d un permis d urbanisme et/ou d environnement,

Plus en détail

ESSAIS DE CHARGEMENT DYNAMIQUES ET STATIQUES POUR FONDATIONS PROFONDES A L INES

ESSAIS DE CHARGEMENT DYNAMIQUES ET STATIQUES POUR FONDATIONS PROFONDES A L INES ESSAIS DE CHAGEMENT DYNAMIQUES ET STATIQUES POU FONDATIONS POFONDES A L INES Dynamic load testing and static compression test on fondation pile at the INES Jérôme GIPPON 1, aphaël DE TOUY 2 1 FANKI FONDATION

Plus en détail

SSNV143 - Traction biaxiale avec la loi de comportement BETON_DOUBLE_DP

SSNV143 - Traction biaxiale avec la loi de comportement BETON_DOUBLE_DP Titre : SSNV14 - Traction biaxiale avec la loi e comport[...] Date : 17/02/2011 Page : 1/14 Manuel e Valiation Fascicule V6.04 : Statique non linéaire es structures volumiques Document V6.04.14 SSNV14

Plus en détail

Généralités. Aperçu. Introduction. Précision. Instruction de montage. Lubrification. Conception. Produits. Guides à brides FNS. Guides standards GNS

Généralités. Aperçu. Introduction. Précision. Instruction de montage. Lubrification. Conception. Produits. Guides à brides FNS. Guides standards GNS Généralités Aperçu Introduction Précision Instruction de montage Lubrification Conception page............................. 4............................. 5............................. 6.............................

Plus en détail

Traitement des sols fins compactés : contribution à la reconnaissance des conditions défavorables

Traitement des sols fins compactés : contribution à la reconnaissance des conditions défavorables Traitement des sols fins compactés : contribution à la reconnaissance des conditions défavorables d à la prise Thèse Tangi Le Borgne Directeur de thèse : F. Masrouri (LAEGO) Conseillers d étude : O. Cuisinier

Plus en détail

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal

Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal Apport des méthodes géophysiques pour la caractérisation de zones fuyardes d une digue de canal DL Lyon : G. Bièvre DL Autun : A. Brach, D. Goutaland, M. Massardi, G. Monnot David GOUTALAND CETE de Lyon

Plus en détail

Annexe K Devis d assurance qualité

Annexe K Devis d assurance qualité Annexe K Devis d assurance qualité 1. Généralités 1.1 Portée des travaux Les travaux décrits dans la présente section comprennent : La fourniture; La livraison; Le déchargement et l entreposage; La certification;

Plus en détail

Matériel de laboratoire

Matériel de laboratoire Matériel de laboratoire MATERIAUX UTILISE... 1 L'APPAREILLAGE DE LABORATOIRE... 1 a) Les récipients à réaction... 2 b) La verrerie Graduée... 2 MATERIEL DE FILTRATION... 6 FILTRATION SOUS VIDE AVEC UN

Plus en détail

Fixateurs pour murs périmétriques 3.2.4. 3.2.4.1 Description de l'application. 3.2.4.2 Description du produit. 3.2.4.3 Composition.

Fixateurs pour murs périmétriques 3.2.4. 3.2.4.1 Description de l'application. 3.2.4.2 Description du produit. 3.2.4.3 Composition. s pour murs périmétriques.....1 de l'application Les murs périmétriques, en tant que partie intégrante des murs-rideaux et des charpentes claires, sont courants dans les structures métalliques. Des profilés

Plus en détail

Comme chaque ligne de cache a 1024 bits. Le nombre de lignes de cache contenu dans chaque ensemble est:

Comme chaque ligne de cache a 1024 bits. Le nombre de lignes de cache contenu dans chaque ensemble est: Travaux Pratiques 3. IFT 1002/IFT 1005. Structure Interne des Ordinateurs. Département d'informatique et de génie logiciel. Université Laval. Hiver 2012. Prof : Bui Minh Duc. Tous les exercices sont indépendants.

Plus en détail

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI

Initiation à la Mécanique des Fluides. Mr. Zoubir HAMIDI Initiation à la Mécanique des Fluides Mr. Zoubir HAMIDI Chapitre I : Introduction à la mécanique des fluides 1 Introduction La mécanique des fluides(mdf) a pour objet l étude du comportement des fluides

Plus en détail

MESURE DE LA TEMPERATURE

MESURE DE LA TEMPERATURE 145 T2 MESURE DE LA TEMPERATURE I. INTRODUCTION Dans la majorité des phénomènes physiques, la température joue un rôle prépondérant. Pour la mesurer, les moyens les plus couramment utilisés sont : les

Plus en détail

Chapitre 5 Mesures géophysiques

Chapitre 5 Mesures géophysiques Chapitre 5 Mesures géophysiques Plan 5.1 Introduction 5.2 Sismique réfraction 5.3 Prospection électrique 5.4 Radar géologique 5.1 Introduction Pour tous les projets de construction connaissance préalable

Plus en détail

β-galactosidase A.2.1) à 37 C, en tampon phosphate de sodium 0,1 mol/l ph 7 plus 2-mercaptoéthanol 1 mmol/l et MgCl 2 1 mmol/l (tampon P)

β-galactosidase A.2.1) à 37 C, en tampon phosphate de sodium 0,1 mol/l ph 7 plus 2-mercaptoéthanol 1 mmol/l et MgCl 2 1 mmol/l (tampon P) bioch/enzymo/tp-betagal-initiation-michaelis.odt JF Perrin maj sept 2008-sept 2012 page 1/6 Etude de la β-galactosidase de E. Coli : mise en évidence d'un comportement Michaélien lors de l'hydrolyse du

Plus en détail

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers

Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER. Laure Delaporte ConstruirAcier. Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc Schaffner Ateliers SCHAFFNER Laure Delaporte ConstruirAcier Jérémy Trouart Union des Métalliers Jean-Marc SCHAFFNER des Ateliers SCHAFFNER chef de file du GT4 Jérémy TROUART de l Union des Métalliers

Plus en détail

III RESULTATS LE LONG DU TRACE PREFERENTIEL DE LA LIGNE 2

III RESULTATS LE LONG DU TRACE PREFERENTIEL DE LA LIGNE 2 FUTURE LIGNE 2 DE TRAMWAY DE L'AGGLOMERATION DE MONTPELLIER Etat initial des principaux traceurs de la pollution liée au trafic routier Résumé Rédacteur : AFM Date : 29/1/3 pages I CONTEXTE Etude réalisée

Plus en détail

SUIVEUR SOLAIRE : Informations complémentaires

SUIVEUR SOLAIRE : Informations complémentaires SUIVEUR SOLAIRE : Informations complémentaires IMPORTANT : L objectif de la présente note technique n est pas de se substituer à l ouvrage «Alimentation électrique de sites isolés» mais de fournir des

Plus en détail

SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE

SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE SIMULATION DU PROCÉDÉ DE FABRICATION DIRECTE DE PIÈCES THERMOPLASTIQUES PAR FUSION LASER DE POUDRE Denis DEFAUCHY Gilles REGNIER Patrice PEYRE Amine AMMAR Pièces FALCON - Dassault Aviation 1 Présentation

Plus en détail

SOMMAIRE Thématique : Matériaux

SOMMAIRE Thématique : Matériaux SOMMAIRE Thématique : Matériaux Rubrique : Connaissances - Conception... 2 Rubrique : Essais... 7 Rubrique : Matériaux...11 1 SOMMAIRE Rubrique : Connaissances - Conception Connaître les matières plastiques...

Plus en détail

PROGRAMME D HABILETÉS EN FAUTEUIL ROULANT (WSP-F)

PROGRAMME D HABILETÉS EN FAUTEUIL ROULANT (WSP-F) PROGRAMME D HABILETÉS EN FAUTEUIL ROULANT (WSP-F) LIGNES DIRECTRICES POUR LE PARCOURS À OBSTACLES VERSION 4.1 CANADIENNE-FRANÇAISE Les activités d entraînement et d évaluation du WSP-F 4.1 peuvent se dérouler

Plus en détail

Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires

Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires Systèmes cellulaires Réseaux cellulaires analogiques de 1ère génération : AMPS (USA), NMT(Scandinavie), TACS (RU)... Réseaux numériques de 2ème

Plus en détail

Avant d aller à la recherche d un terrain

Avant d aller à la recherche d un terrain Choisir un terrain Bien choisir un terrain pour construire une maison solide Ce document est édité par l Agence Qualité Construction, association dont la mission est d améliorer la qualité de la construction.

Plus en détail

Statistiques Descriptives à une dimension

Statistiques Descriptives à une dimension I. Introduction et Définitions 1. Introduction La statistique est une science qui a pour objectif de recueillir et de traiter les informations, souvent en très grand nombre. Elle regroupe l ensemble des

Plus en détail

SOL FORTE ÉPAISSEUR INDUSTRIAL FLORIM

SOL FORTE ÉPAISSEUR INDUSTRIAL FLORIM SOL FORTE ÉPAISSEUR INDUSTRIAL FLORIM Nouvelle solution en grès cérame grande épaisseur pour l aménagement extérieur. Dalles en grès cérame fin coloré pleine masse de 2 cm d épaisseur, obtenues par atomisation

Plus en détail

PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES

PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES Leçon 11 PROBLEMES D'ORDONNANCEMENT AVEC RESSOURCES Dans cette leçon, nous retrouvons le problème d ordonnancement déjà vu mais en ajoutant la prise en compte de contraintes portant sur les ressources.

Plus en détail

Problèmes sur le chapitre 5

Problèmes sur le chapitre 5 Problèmes sur le chapitre 5 (Version du 13 janvier 2015 (10h38)) 501 Le calcul des réactions d appui dans les problèmes schématisés ci-dessous est-il possible par les équations de la statique Si oui, écrire

Plus en détail

d'une EXTRACTION AVEC RABATTEMENT DE NAPPE

d'une EXTRACTION AVEC RABATTEMENT DE NAPPE ENTREPRISE CHAPELLE S.A. ROUTE DE RIOTTER - LIMAS 69400 - VILLEFRANCHE SUR SAONE /DOCUMENT NON PUBLIC/ PROJET D'IfPLAmTION D'UE GRAVIERE A CRECHES SUR SAOE (71) EXA^EN DE L INCIDENCE SUR DES OUVRAGES DE

Plus en détail

Gestion de projet - contraintes, chevauchement, attente entre 2 tâches, jalons

Gestion de projet - contraintes, chevauchement, attente entre 2 tâches, jalons Gestion de projet - contraintes, chevauchement, attente entre 2 tâches, jalons GÉRARD CASANOVA - DENIS ABÉCASSIS Paternité - Pas d'utilisation Commerciale - Pas de Modification : http://creativecommons.org/licenses/by-nc-nd/2.0/fr/

Plus en détail

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE

Mario Geiger octobre 08 ÉVAPORATION SOUS VIDE ÉVAPORATION SOUS VIDE 1 I SOMMAIRE I Sommaire... 2 II Évaporation sous vide... 3 III Description de l installation... 5 IV Travail pratique... 6 But du travail... 6 Principe... 6 Matériel... 6 Méthodes...

Plus en détail

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose Le bac à graisses Schéma de principe Lorsqu on a une longueur de canalisation importante entre la sortie des eaux de cuisine et la fosse septique toutes eaux, il est fortement conseillé d intercaler un

Plus en détail

FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE

FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE FUSION PAR CONFINEMENT MAGNÉTIQUE Séminaire de Xavier GARBET pour le FIP 06/01/2009 Anthony Perret Michel Woné «La production d'énergie par fusion thermonucléaire contrôlée est un des grands défis scientifiques

Plus en détail

SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dans un barreau élastique

SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dans un barreau élastique Titre : SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dan[...] Date : 09/11/2011 Page : 1/9 SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dans un barreau élastique Résumé On teste les éléments paraxiaux

Plus en détail

Compactage de matériaux

Compactage de matériaux Compactage de matériaux INTRODUCTION Lors de la construction de routes ou de voies de chemin de fer, de terrassements de sols, assises de chaussées, remblais et barrages, il est important d assurer un

Plus en détail

Traitement numérique de l'image. Raphaël Isdant - 2009

Traitement numérique de l'image. Raphaël Isdant - 2009 Traitement numérique de l'image 1/ L'IMAGE NUMÉRIQUE : COMPOSITION ET CARACTÉRISTIQUES 1.1 - Le pixel: Une image numérique est constituée d'un ensemble de points appelés pixels (abréviation de PICture

Plus en détail

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation

- I - Fonctionnement d'un détecteur γ de scintillation U t i l i s a t i o n d u n s c i n t i l l a t e u r N a I M e s u r e d e c o e ffi c i e n t s d a t t é n u a t i o n Objectifs : Le but de ce TP est d étudier les performances d un scintillateur pour

Plus en détail

Convertisseurs statiques d'énergie électrique

Convertisseurs statiques d'énergie électrique Convertisseurs statiques d'énergie électrique I. Pourquoi des convertisseurs d'énergie électrique? L'énergie électrique utilisée dans l'industrie et chez les particuliers provient principalement du réseau

Plus en détail

PRESCRIPTIONS TECHNIQUES POUR MORTIERS DE CALAGE, DE BOURRAGE ET DE SCELLEMENT A BASE DE LIANTS HYDRAULIQUES

PRESCRIPTIONS TECHNIQUES POUR MORTIERS DE CALAGE, DE BOURRAGE ET DE SCELLEMENT A BASE DE LIANTS HYDRAULIQUES BELGIAN CONSTRUCTION CERTIFICATION ASSOCIATION asbl BCCA Etabli par SECO et le CSTC PRESCRIPTIONS TECHNIQUES POUR MORTIERS DE CALAGE, DE BOURRAGE ET DE SCELLEMENT A BASE DE LIANTS HYDRAULIQUES Système

Plus en détail

Les composites thermoplastiques

Les composites thermoplastiques Les composites thermoplastiques Définition Par définition, un thermoplastique (anglais :thermoplast) est un matériau à base de polymère (composé de macromolécules) qui peut être mis en forme, à l état

Plus en détail

Détermination du module d Young de roches anisotropes par la mesure de vitesse de propagation d ondes ultrasonores

Détermination du module d Young de roches anisotropes par la mesure de vitesse de propagation d ondes ultrasonores Détermination du module d Young de roches anisotropes par la mesure de vitesse de propagation d ondes ultrasonores Thomas LE COR 1,2, Nicolas LARCHER, Damien RANGEARD 1, Véronique MERRIEN-SOUKATCHOFF 4,

Plus en détail

Essais de charge sur plaque

Essais de charge sur plaque Page No.: 1 L essai de charge sur plaque est exécuté entre autres dans des galeries d exploration ou dans des puits, mais il peut aussi être exécuté à la surface en appliquant un poids mort ou en chargeant

Plus en détail

P M L R O G W. sylomer. Gamme de Sylomer Standard. Propriétés Méthode de test Commentaires. Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte

P M L R O G W. sylomer. Gamme de Sylomer Standard. Propriétés Méthode de test Commentaires. Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte Matière : Couleur : Polyuréthane (PUR) Cellulaire mixte Gris Recommandations d usage : Pression (dépend du facteur de forme) Déflexion Pression statique maximum :. N/mm ~ % Pression dyn. maximum :. N/mm

Plus en détail