SIMULATION HYBRIDE EN TEMPOREL D UNE CHAMBRE REVERBERANTE

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "SIMULATION HYBRIDE EN TEMPOREL D UNE CHAMBRE REVERBERANTE"

Transcription

1 SIMULATION HYBRIDE EN TEMPOREL D UNE CHAMBRE REVERBERANTE Sébastien LALLECHERE - Pierre BONNET - Fatou DIOUF - Françoise PALADIAN LASMEA / UMR6602, 24 avenue des landais, Aubière Résumé. Cet article propose des modélisations hybrides de Chambres Réverbérantes à Brassage de Modes (CRBMs). Pour la simulation de structures fermées, telles que les chambres réverbérantes (CR), certains points se révèlent cruciaux, à savoir traiter les problèmes de dissipation numérique, prendre en compte des géométries complexes ainsi que les pertes réelles. La réalisation de tests numériques impliquant des modèles CR combinant techniques Différences Finies et Volumes Finis dans le Domaine Temporel (DFDT et VFDT) permet de compléter cette étude en présentant l'intérêt de méthodes de résolution hybrides. I. CONTEXTE Des travaux récents [1] ont démontré les avantages, à partir d un schéma DF classique, d une approche temporelle pour la simulation numérique des CRBMs. Afin de conduire à des simulations plus réalistes de ce moyen de mesures, une voie consiste à s orienter vers la mise en œuvre de méthodes temporelles intrinsèquement conformes. Les méthodes VFDT, de par leurs aptitudes à considérer de façon naturelle des maillages conformes, non structurés et fortement inhomogènes présentent ainsi un intérêt majeur. Leur caractère dissipatif peut cependant apparaître comme un handicap pour la simulation d un problème résonnant, comme par exemple une CRBM [2]. Compte tenu des critères normatifs proposés [3] pour les mesures en CR, l analyse du comportement en basses fréquences se révèle particulièrement intéressante. Ainsi, quelque soit la chambre réverbérante étudiée, l impact de la qualité du brassage est primordial pour les gammes de fréquences basses. S appuyant sur l étude fine de caractéristiques physiques réalistes de CR, la suite de cet article va permettre de mettre en avant l intérêt d un outil permettant d hybrider des schémas DFDT et VFDT. Cette technique permet de prendre en compte conjointement les géométries complexes de brasseurs et les pertes intrinsèques de chaque CRBM. II. PERTES REELLES ET NUMERIQUES Pour simuler au mieux une CRBM, il convient de considérer un modèle intégrant l ensemble des pertes réelles : puissance dissipée dans les parois, câbles, antennes, etc. La démarche retenue est détaillée dans [1]. Elle consiste, grâce à un filtre temporel numérique appliqué dans une phase de posttraitement, à introduire les pertes réelles de la CRBM à partir de son facteur de qualité Q mesuré (Fig.1). Dans une première étape, les simulations numériques temporelles de CRBM idéales (i.e. sans pertes), en tenant compte de la présence du brasseur, sont donc réalisées. L approche temporelle volumique choisie apporte différents avantages décisifs pour des études en CRBM. Elle permet à la fois de favoriser les études larges bandes et également d autoriser pour de faibles surcoûts (temps de simulation, capacité mémoire) le traitement de cas plus complexes (ajout d équipements, montée en fréquence) par rapport au formalisme fréquentiel. La démarche précédente a été validée en utilisant un schéma DFDT classique et a permis un recalage en puissance par rapport à des mesures expérimentales [4]. Le facteur Q utilisé, qui est la valeur moyenne sur l ensemble des points de mesures et sur les positions du brasseur, varie entre 81 et 198 sur la gamme de fréquence allant de 80 à 120MHz (f s 1,5*f s, avec f s correspondant à la fréquence de départ d utilisation de la CRBM du LASMEA suivant les critères proposés dans [3]). Comme rappelé précédemment, le domaine des basses fréquences nécessite un soin particulier quant à l étude de l efficacité du brassage en CR. Dans ce cadre, la conformité géométrique du brasseur modélisé se révèle prépondérante. L extension naturelle des travaux de [4] est d utiliser une méthode numérique temporelle conforme pour décrire de façon plus précise les géométries complexes des objets internes à une CRBM, en général le brasseur de modes et les équipements sous test. De ce point de vue les méthodes VFDT sont de très bonnes candidates. Toutefois, ces dernières présentent un inconvénient majeur puisqu elles sont dissipatives du point de vue numérique. Malgré la variété de schémas VF qui ont pu être développés, à notre connaissance, il n existe pas de schéma VFDT non dissipatif réellement applicables pour ces problématiques réverbérantes.

2 La Fig.1 illustre le principe de la prise en compte des pertes, et souligne l impossibilité d utiliser un schéma VFDT pur pour la simulation de CRBMs réelles quand bien même ce dernier est optimisé vis-à-vis de la dissipation [2]. On constate qu il est nécessaire de réaliser une double interpolation (DF/VF). Tout d abord, d un point de vue VF, dans les cellules B et C, les champs sont calculés aux centres de gravité par le biais du schéma VFDT. Les champs au centre de la cellule A n étant pas connus en VF, il est nécessaire d utiliser les grandeurs champs électriques Différences Finies sur les arêtes de la face S A : E p, p=1,2,3,4. On peut en estimer une valeur vectorielle E SA * au centre de S A : 4 * SA = λp p p= 1 E E (1) Fig.1 Principe de l intégration des pertes réelles dans les simulations de CRBMs. La Fig.1 permet de noter que les pertes numériques du schéma VF sont supérieures aux pertes réelles (i.e. introduites par le biais du filtre Q). Néanmoins, les travaux de [1] ont montré que si les pertes numériques restaient inférieures aux pertes de la CRBM, la méthodologie précédente, qui consiste à prendre en compte ces dernières dans une phase de posttraitement, reste valide. Une solution consiste alors à n utiliser les VF que pour les parties complexes, et à les hybrider avec les DF pour la description des volumes restants, afin de minimiser les pertes numériques dues aux VF. Le principe de cette technique est introduit dans la section suivante. III. STRATEGIE D HYBRIDATION L une des difficultés principales concernant la mise en œuvre de schémas hybrides, au-delà du principe théorique, repose sur le développement de logiciels de maillages tridimensionnels dédiés. III.1 Schéma hybride Reposant sur le principe illustré par la Fig.2, l hybridation DF/VF réalisée s appuie sur le caractère local des schémas DFDT et VFDT. Fig.2 Principe de l hybridation DFDT/VFDT. En effet, même si la localisation des inconnues est différente d un modèle à l autre, le calcul des grandeurs électromagnétiques dans une cellule élémentaire choisie nécessite uniquement les données issues des volumes voisins. A l aide de la valeur E SA * calculée dans (1), il reste à estimer l expression volumes finis des conditions de flux [2] sur la surface limite S A selon : n E = n E (2) * * S A * Y * B SA B ( ) n H = n n E E + n H (3) Avec : Y = ε / μ, l admittance du milieu de propagation. De la même manière, les grandeurs champs électriques du schéma DF sont estimées sur la zone tampon à partir de grandeurs VF. Par exemple, la composante E z DF est calculée en s appuyant sur les valeurs VF des cellules B, C, D et E (voir Fig.2) : E = α E (4) z j z, j j= B, C, D, E Les expressions (1) et (4) font apparaître des coefficients réels λ p et α j qui dépendent de la forme définie pour la zone tampon DF/VF. Ainsi, les efforts doivent être concentrés sur la génération d une grille hybride DF/VF (maillages structurés ou non) à l interface entre les domaines respectifs DF et VF, facilitant la double interpolation précédente. Dans cette étude, un intérêt particulier est réservé à la génération de la grille de calcul hybride nécessaire aux simulations. Dans la suite de cet article, la construction propre du recouvrement DF/VF suivant le principe de la Fig.2 est détaillée. III.2 Maillage Hybride Comme on l a souligné précédemment, l un des freins à l implémentation de ces méthodes réside sans conteste dans l obtention du maillage hybride et surtout dans la gestion des interfaces entre les différents domaines. Pour l étude de la dissipation du schéma VF, nous avons été amenés, dans un premier temps, à considérer des maillages hybrides en une dimension d espace (1D). La génération de la grille hybride DF/VF, suit alors les trois étapes suivantes (Fig.3) :

3 création du maillage non structuré à l aide du logiciel Hypermesh et mise au format du code VF, génération de la zone tampon (interface DF/VF), définition des zones heptaédrique puis hexaédriques, description implicite de la zone structurée réservée au schéma DF (maillage cartésien recouvrant la grille VF au niveau de la cellule B). La seconde étape est la plus délicate. Toutefois, en 1D le processus est simplifié par le caractère relativement structuré de l interface. On débute, côté VF, par une plaque discrétisée par des triangles rectangles sur laquelle sont créés des heptaèdres droits. Ces volumes finis tampons assurent la transition entre les tétraèdres NS et les cellules VF hexaédriques. On s appuie ainsi sur la très grande souplesse du schéma VF en ce qui concerne la géométrie des cellules de discrétisation. On pourrait se satisfaire de cette couche d heptaèdres pour la zone tampon ; cependant, pour éviter des interpolations des champs volumes finis à partir des tétraèdres, il est préférable de rajouter une couche de cellules hexaédriques. nécessité d une procédure efficace et automatique de maillage puisque, du fait des critères normatifs [3], il peut être nécessaire de décrire 51 positions du brasseur (i.e. de définir 51 maillages DF/VF hybrides distincts). L algorithme développé, basé sur des valeurs entières associées aux sommets des volumes manipulés, est relativement simple et général. Ainsi, plusieurs configurations sont possibles : hybridation faite à l intérieur de l objet, à l extérieur ou bien la partie de maillage NS peut se situer de part et d autre de la peau de l objet avec une zone extérieure et intérieure à l objet pour la partie de maillage structuré. L utilisation de cette procédure automatique de génération de maillage hybride permet de décrire au plus près la géométrie du brasseur (Fig.4) et d équipements complexes en CRBM (Fig.5). Fig.3 Vue éclatée hybride DF/VF 1D. En trois dimensions, le principe reste le même, seule la mise en œuvre informatique est moins immédiate. Pour ce faire, la démarche suivante a été adoptée : génération avec le logiciel Hypermesh du maillage de peau de la structure étudiée, interception de ce maillage Non Structuré (NS) avec la grille DF fournissant son équivalent Structuré (S), épaississement de cette dernière d une maille DF suivant toutes les directions afin de ménager un espace suffisant pour la création des mailles volumiques NS entre la peau de l objet et la surface S, division de chaque rectangle de S en deux triangles pour entamer le processus de croissance des heptaèdres et des hexaèdres. L exemple de la génération du maillage hybride du brasseur en CR est particulièrement révélateur de la Fig.4 Génération du maillage hybride du brasseur de la CRBM du LASMEA. Fig.5 Génération du maillage hybride d un équipement automobile générique. Outre l optimisation quant à la prise en compte de la géométrie complexe des équipements à l intérieur de

4 la CRBM, la génération de maillages hybrides laisse entrevoir la mise en place de méthodes automatiques et précises de qualification du brasseur. A titre d exemple, la génération précédente du maillage hybride autour du brasseur représente quelques milliers de cellules tétraédriques VF. Ceci, compte tenu des résultats à suivre, se révèle tout à fait compatible avec l utilisation d une méthode hybride DF/VF afin de limiter les effets dissipatifs VF. Conscient des multiples réflexions des ondes dans un environnement purement réverbérant, il est important de s assurer du bon comportement de l interface dans le sens DF/VF mais également dans le sens VF/DF. IV. SIMULATIONS HYBRIDES EN CRBM IV.1 Influence de la zone non structurée hybride Contrairement aux problèmes en espace libre pour lesquels un tel schéma hybride a déjà été employé [5], pour un problème fermé comme celui d une CRBM, les champs traversent plusieurs fois la frontière structuré/non structuré. La validité du modèle numérique hybride a été illustrée sur un cas canonique simple : propagation d une onde plane dans un dispositif tridimensionnel PEC/PMC [2] sur une grille hybride DF/VF. En considérant un point de sortie situé dans le domaine de recouvrement des zones DF et VF (Fig.2), un intérêt particulier peut être apporté au transfert des données DF/VF. On peut évaluer l erreur relative due à l hybridation dans le domaine fréquentiel selon : IV.2 Utilisation du filtre d insertion des pertes La configuration principale d étude dans les résultats à venir correspond à la CRBM du LASMEA de dimensions égales à 6.7m*8.4m*3.5m dont le comportement est simulé à l aide de techniques DF et hybrides DF/VF. Avant de présenter les résultats numériques pour ces schémas hybrides respectivement monodimensionnels (1D) et tridimensionnels (3D), il convient de revenir sur la viabilité de l utilisation du filtre électronique d intégration des pertes. En effet, comme on l a souligné dans la section II, le modèle de pertes employé dans cette communication [1] modélise les pertes physiques réelles en CR. On doit dans un premier temps, considérant les résultats d une simulation hybride DF/VF de la CRBM du LASMEA, s assurer que les pertes numériques liées à la partie VF restent bien inférieures à celles induites par le modèle électronique [1]. La Fig.7 traduit le respect du critère précédent préalable à toute utilisation du modèle hybride présenté dans cet article. Contrairement au cas de la Fig.1 qui laissait apparaître des pertes supérieures (pour un modèle VF seul) aux pertes du filtre, on constate que les niveaux de champs électriques DF/VF restent nettement au dessus de ceux issus du traitement de données obtenues avec la méthode DF associée au filtre tenant compte du facteur de qualité. E ( f) E ( f) Δ = (5) * ** */** cell 2 cell 2 cell 2 ( f ) * Ecell 2 ( f) Avec * et ** respectivement les grandeurs référence et simulée (*/**=DF/VF si sens de propagation DF/VF et estimation de l erreur commise lors de l hybridation). Fig.6 Erreur numérique lors de la transmission d une onde plane aux interfaces DF/VF et VF/DF. Les résultats présentés sur la Fig.6 montrent que les niveaux fréquentiels de l erreur commise entre les données VF (ou DF) incidentes sur l interface et celles transmises dans la zone DF (ou VF) restent faibles. Fig.7 Comparaison des niveaux temporels de champ entre modèles DF avec perte et DF/VF sans perte. Outre la non influence du caractère dissipatif du schéma VF sur la phase d introduction des pertes, l utilisation du filtre révèle un autre avantage. Ainsi, des modélisations temporelles par des méthodes non dissipatives existent, mettant en œuvre des pertes physiques sur les limites du domaine de calcul [6, 7]. Toutefois, ces dernières nécessitent une analyse fine des valeurs de pertes à introduire dans les simulations. En effet, de faibles variations autour de ces dernières peuvent entraîner des écarts importants en termes de niveaux de champs simulés et de temps de simulations [2]. Dans ce cadre, de manière similaire à ce qui doit être réalisé en expérimentation, le choix des paramètres physiques de pertes nécessite une phase de calibrage. Cette étape doit être répétée pour une configuration donnée de CRBM (vide, en présence d équipements, etc), mais également dans l optique où il serait envisagé de changer de méthode de résolution

5 (par exemple passer des DF à une méthode hybride ou TLM). L utilisation du modèle de pertes décrit dans [1] évite ces difficultés et à partir du moment où on s assure que la méthode de simulation employée entraîne des pertes numériques de niveaux inférieurs aux pertes réelles, la technique peut être utilisée sans difficulté. C est la raison pour laquelle, dans la suite, on s attache aux résultats bruts temporels de modélisations hybrides DF/VF de CRBMs, mais également que l on présente des données fréquentielles post-traitées à l aide du filtre de [1]. IV.3 Hybridation monodimensionnelle en CR Dans cette partie, différents modèles de CRBM hybride (hybridation 1D selon une direction de l espace) sont réalisés. On fait varier la part accordée à la zone non structurée VF afin de mettre en exergue l influence de cette dernière sur les résultats finaux. La réalisation des expériences numériques évoquées précédemment permet de dégager divers modèles de CRBM hybrides faisant intervenir chacun un volume de cellules non structurées VF différent (voir table I). La simulation de référence est réalisée en DF pour la CRBM du LASMEA vide, afin d éviter les artefacts dus aux discrétisations géométriques différentes suivant les schémas DF ou VF. Un pas spatial uniforme Δx=Δy=Δz=10cm correspondant à λ/20 pour la fréquence la plus élevée est utilisé. La source ponctuelle (excitation du champ électrique dans les trois directions de l espace) et le point d observation sont toujours situés dans la partie DF. Table I Récapitulatif des simulations hybrides 1D. Cas d étude DF/VF1(1D) DF/VF2(1D) % CRBM VF 39% 4% IV.3 Résultats numériques tridimensionnels Suivant le principe général d hybridation évoqué dans la section III et reprenant les tests numériques précédents (i.e. mettant en jeu différentes tailles de domaines volumes finis en CRBM et une hybridation tridimensionnelle), on réalise différentes simulations (voir table II) visant à démontrer la viabilité de la méthode hybride DF/VF en trois dimensions (3D). Comme dans le cas précédent, la simulation de référence est obtenue à partir du modèle DF de CRBM vide utilisant source ponctuelle et point de sortie à l intérieur du domaine DF. Table II Répartition du nombre de volumes finis dans les simulations hybrides 3D. Cas d étude DF/VF1(3D) DF/VF2(3D) Nb cellules VF Fig.9 Champ électrique temporel pour différentes simulations hybrides 3D en CRBM. Les résultats de la Fig.9 illustrent l influence de la part VF utilisée (voir table II) dans les simulations hybrides. La superposition des courbes DF (référence) et DF/VF2 témoigne du bon comportement du schéma hybride développé. Fig.8 Répartition fréquentielle du champ électrique pour différentes simulations hybrides en CRBM. La Fig.8 présente les premiers résultats obtenus illustrant l intérêt de l utilisation d une technique hybride. En effet, les données fréquentielles obtenues (intégration du facteur de qualité mesuré) pour les courbes DF (référence) et DF/VF2 sont en accord. Les niveaux pour le schéma hybride sur la gamme de fréquence considérée sont similaires aux valeurs de référence. Cette méthode semble donc viable (dans la mesure où il est possible de limiter la part VF dans le modèle hybride) et la section suivante s attache à son extension tridimensionnelle en CRBM. Fig.10 Comparaison fréquentielle DF (référence) et simulation hybride DF/VF2. L application du processus d intégration des pertes évoqué dans la section II est réalisée de manière similaire au cas DF seul et permet, de retrouver des niveaux comparables de champ électrique normalisé (Fig.10). Ainsi, l utilisation d une technique hybride DF/VF nous permet, en autorisant toujours la description optimale des géométries impliquées en environnement CRBM, de limiter les effets de la dissipation VF.

6 V. CONCLUSION Dans le cadre de cette communication, un modèle hybride DF/VF a été développé. Ce dernier comprend à la fois la génération automatique autour des objets d étude (brasseur, équipement sous test) du maillage VF ainsi que l hybridation des méthodes numériques DFDT et VFDT. Les résultats numériques obtenus permettent de valider le bon comportement du schéma implémenté. En outre, la limitation du domaine VF (autour des équipements sous test pour les problématiques CRBMs) assure un contrôle des effets dissipatifs du schéma VF et ainsi justifie le recours au modèle d intégration des pertes réelles mesurées en chambres réverbérantes. Cette approche ouvre une voie pour des simulations plus réalistes de CRBMs. REFERENCES [1] P. Bonnet, R. Vernet, S. Girard, F. Paladian, "Intégration des pertes dans les simulations temporelles des chambres réverbérantes", CEM06, St-Malo, pp , [2] S. Lalléchère, "Modélisations numériques temporelles des CRBM en CEM. Contribution aux schémas Volumes Finis", Thèse de doctorat de l université de Clermont-Ferrand II, décembre [3] "Reverberation chamber test method", IEC draft electromagnetic compatibility (EMC) Part 4: testing and measurement techniques, section 21, [4] R. Vernet, "Approche mixte théorie / expérimentation pour la modélisation numérique de chambres réverbérantes à brassage de modes", Thèse de doctorat de l université de Clermont-Ferrand II, juin [5] X. Ferrières, J.-P. Parmantier, S. Bertuol, A.R. Ruddle, "Application of a hybrid finite difference/finite volume method to solve an automotive EMC problem", IEEE Trans. Electr. Compat., Vol. 46, No. 4, pp , November [6] F. Moglie, "Convergence of the reverberation chambers to the equilibrium analyzed with the finite difference time domain algorithm", IEEE Trans. Electromagn. Compat., Vol. 46, No. 3, pp , August [7] A. Coates, H.G. Sasse, D.E. Coleby, A.P. Duffy, A. Orlandi, "Validation of a Three-Dimensional Transmission Line Matrix (TLM) Model Implementation of a Mode-Stirred Reverberation Chamber", IEEE Trans. Electromagn. Compat., Vol. 49, No. 4, pp , November 2007.

Introduction au maillage pour le calcul scientifique

Introduction au maillage pour le calcul scientifique Introduction au maillage pour le calcul scientifique CEA DAM Île-de-France, Bruyères-le-Châtel franck.ledoux@cea.fr Présentation adaptée du tutorial de Steve Owen, Sandia National Laboratories, Albuquerque,

Plus en détail

Intérêt du découpage en sous-bandes pour l analyse spectrale

Intérêt du découpage en sous-bandes pour l analyse spectrale Intérêt du découpage en sous-bandes pour l analyse spectrale David BONACCI Institut National Polytechnique de Toulouse (INP) École Nationale Supérieure d Électrotechnique, d Électronique, d Informatique,

Plus en détail

DÉVERSEMENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYMÉTRIQUE SOUMISE À DES MOMENTS D EXTRÉMITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE

DÉVERSEMENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYMÉTRIQUE SOUMISE À DES MOMENTS D EXTRÉMITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE Revue Construction étallique Référence DÉVERSEENT ÉLASTIQUE D UNE POUTRE À SECTION BI-SYÉTRIQUE SOUISE À DES OENTS D EXTRÉITÉ ET UNE CHARGE RÉPARTIE OU CONCENTRÉE par Y. GALÉA 1 1. INTRODUCTION Que ce

Plus en détail

Figure 3.1- Lancement du Gambit

Figure 3.1- Lancement du Gambit 3.1. Introduction Le logiciel Gambit est un mailleur 2D/3D; pré-processeur qui permet de mailler des domaines de géométrie d un problème de CFD (Computational Fluid Dynamics).Il génère des fichiers*.msh

Plus en détail

Rapport. Mesures de champ de très basses fréquences à proximité d antennes de stations de base GSM et UMTS

Rapport. Mesures de champ de très basses fréquences à proximité d antennes de stations de base GSM et UMTS Rapport Mesures de champ de très basses fréquences à proximité d antennes de stations de base GSM et UMTS A.AZOULAY T.LETERTRE R. DE LACERDA Convention AFSSET / Supélec 2009-1 - 1. Introduction Dans le

Plus en détail

Compatibilité Électromagnétique

Compatibilité Électromagnétique Compatibilité Électromagnétique notions générales et applications à l électronique de puissance Ir. Stéphane COETS 18 mai 2005 Journée d étude en Électronique de Puissance 1 Plan de l exposé La Compatibilité

Plus en détail

FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc)

FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc) 87 FORMATION CONTINUE SUR L UTILISATION D EXCEL DANS L ENSEIGNEMENT Expérience de l E.N.S de Tétouan (Maroc) Dans le cadre de la réforme pédagogique et de l intérêt que porte le Ministère de l Éducation

Plus en détail

Prédiction de couverture de champ radioélectrique pour les réseaux radiomobiles : L apport du Système d Information Géographique ArcInfo 8

Prédiction de couverture de champ radioélectrique pour les réseaux radiomobiles : L apport du Système d Information Géographique ArcInfo 8 Prédiction de couverture de champ radioélectrique pour les réseaux radiomobiles : L apport du Système d Information Géographique ArcInfo 8 Christine TURCK 1 * et **, Christiane WEBER**, Dominique THOME*

Plus en détail

Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension

Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension Contribution à la conception par la simulation en électronique de puissance : application à l onduleur basse tension Cyril BUTTAY CEGELY VALEO 30 novembre 2004 Cyril BUTTAY Contribution à la conception

Plus en détail

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes.

Sujet proposé par Yves M. LEROY. Cet examen se compose d un exercice et de deux problèmes. Ces trois parties sont indépendantes. Promotion X 004 COURS D ANALYSE DES STRUCTURES MÉCANIQUES PAR LA MÉTHODE DES ELEMENTS FINIS (MEC 568) contrôle non classant (7 mars 007, heures) Documents autorisés : polycopié ; documents et notes de

Plus en détail

Production des Services d Assurance non-vie selon le SCN 2008

Production des Services d Assurance non-vie selon le SCN 2008 REPUBLIQUE DU CAMEROUN Paix - Travail Patrie ---------- INSTITUT NATIONAL DE LA STATISTIQUE ---------- REPUBLIC OF CAMEROON Peace - Work Fatherland ---------- NATIONAL INSTITUTE OF STATISTICS ----------

Plus en détail

Projet de Traitement du Signal Segmentation d images SAR

Projet de Traitement du Signal Segmentation d images SAR Projet de Traitement du Signal Segmentation d images SAR Introduction En analyse d images, la segmentation est une étape essentielle, préliminaire à des traitements de haut niveau tels que la classification,

Plus en détail

Synthèse d'images I. Venceslas BIRI IGM Université de Marne La

Synthèse d'images I. Venceslas BIRI IGM Université de Marne La Synthèse d'images I Venceslas BIRI IGM Université de Marne La La synthèse d'images II. Rendu & Affichage 1. Introduction Venceslas BIRI IGM Université de Marne La Introduction Objectif Réaliser une image

Plus en détail

PHYSIQUE 2 - Épreuve écrite

PHYSIQUE 2 - Épreuve écrite PHYSIQUE - Épreuve écrite WARIN André I. Remarques générales Le sujet de physique de la session 010 comprenait une partie A sur l optique et une partie B sur l électromagnétisme. - La partie A, à caractère

Plus en détail

Contributions à l expérimentation sur les systèmes distribués de grande taille

Contributions à l expérimentation sur les systèmes distribués de grande taille Contributions à l expérimentation sur les systèmes distribués de grande taille Lucas Nussbaum Soutenance de thèse 4 décembre 2008 Lucas Nussbaum Expérimentation sur les systèmes distribués 1 / 49 Contexte

Plus en détail

Superstrat tout Dielectrique Pour le Contrôle de l Ouverture Angulaire d'une Antenne à Double Polarisation

Superstrat tout Dielectrique Pour le Contrôle de l Ouverture Angulaire d'une Antenne à Double Polarisation URSI-France Journées scientifiques 26/27 mars 2013 Superstrat tout Dielectrique Pour le Contrôle de l Ouverture Angulaire d'une Antenne à Double Polarisation All Dielectric Superstrate to Control the Half-Power-BeamWidth

Plus en détail

Champ électromagnétique?

Champ électromagnétique? Qu est-ce qu un Champ électromagnétique? Alain Azoulay Consultant, www.radiocem.com 3 décembre 2013. 1 Définition trouvée à l article 2 de la Directive «champs électromagnétiques» : des champs électriques

Plus en détail

Précision d un résultat et calculs d incertitudes

Précision d un résultat et calculs d incertitudes Précision d un résultat et calculs d incertitudes PSI* 2012-2013 Lycée Chaptal 3 Table des matières Table des matières 1. Présentation d un résultat numérique................................ 4 1.1 Notations.........................................................

Plus en détail

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique

SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique SOCLE COMMUN - La Compétence 3 Les principaux éléments de mathématiques et la culture scientifique et technologique DOMAINE P3.C3.D1. Pratiquer une démarche scientifique et technologique, résoudre des

Plus en détail

Atlas départemental de la couverture 2G et 3G en France métropolitaine : Bas-Rhin (67)

Atlas départemental de la couverture 2G et 3G en France métropolitaine : Bas-Rhin (67) Novembre 2012 Atlas départemental de la couverture 2G et 3G en France métropolitaine : Bas-Rhin (67) Autorité de régulation des communications électroniques et des postes ISSN : 2258-3106 CONTENU DE L

Plus en détail

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015

L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 L équilibre offre-demande d électricité en France pour l été 2015 Synthèse Juin 2015 Sommaire Analyse globale 4 1. Prévision de consommation 5 2. Disponibilité du parc de production 7 3. Étude du risque

Plus en détail

Transmission d informations sur le réseau électrique

Transmission d informations sur le réseau électrique Transmission d informations sur le réseau électrique Introduction Remarques Toutes les questions en italique devront être préparées par écrit avant la séance du TP. Les préparations seront ramassées en

Plus en détail

Baccalauréat ES/L Amérique du Sud 21 novembre 2013

Baccalauréat ES/L Amérique du Sud 21 novembre 2013 Baccalauréat ES/L Amérique du Sud 21 novembre 2013 A. P. M. E. P. EXERCICE 1 Commun à tous les candidats 5 points Une entreprise informatique produit et vend des clés USB. La vente de ces clés est réalisée

Plus en détail

T.P. FLUENT. Cours Mécanique des Fluides. 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY

T.P. FLUENT. Cours Mécanique des Fluides. 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY T.P. FLUENT Cours Mécanique des Fluides 24 février 2006 NAZIH MARZOUQY 2 Table des matières 1 Choc stationnaire dans un tube à choc 7 1.1 Introduction....................................... 7 1.2 Description.......................................

Plus en détail

SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dans un barreau élastique

SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dans un barreau élastique Titre : SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dan[...] Date : 09/11/2011 Page : 1/9 SDLV120 - Absorption d'une onde de compression dans un barreau élastique Résumé On teste les éléments paraxiaux

Plus en détail

CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle. Préparation de l évaluation des compétences par le candidat

CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle. Préparation de l évaluation des compétences par le candidat CQP Inter-branches Technicien de Maintenance Industrielle Préparation de l évaluation des compétences par le candidat Vous souhaitez obtenir le Certificat de Qualification Professionnelle Inter-branches

Plus en détail

La Recherche du Point Optimum de Fonctionnement d un Générateur Photovoltaïque en Utilisant les Réseaux NEURO-FLOUS

La Recherche du Point Optimum de Fonctionnement d un Générateur Photovoltaïque en Utilisant les Réseaux NEURO-FLOUS Rev. Energ. Ren. : Chemss 2000 39-44 La Recherche du Point Optimum de Fonctionnement d un Générateur Photovoltaïque en Utilisant les Réseaux NEURO-FLOUS D.K. Mohamed, A. Midoun et F. Safia Département

Plus en détail

Fiche de lecture du projet de fin d étude

Fiche de lecture du projet de fin d étude GENIE CLIMATIQUE ET ENERGETIQUE Fiche de lecture du projet de fin d étude Analyse du phénomène de condensation sur l aluminium Par Marine SIRE Tuteurs : J.C. SICK Manager du Kawneer Innovation Center &

Plus en détail

Rapport du projet CFD 2010

Rapport du projet CFD 2010 ISAE-ENSICA Rapport du projet CFD 2010 Notice explicative des différents calculs effectués sous Fluent, Xfoil et Javafoil Tanguy Kervern 19/02/2010 Comparaison des performances de différents logiciels

Plus en détail

Mise en pratique : Etude de spectres

Mise en pratique : Etude de spectres Mise en pratique : Etude de spectres Introduction La nouvelle génération de spectromètre à détecteur CCD permet de réaliser n importe quel spectre en temps réel sur toute la gamme de longueur d onde. La

Plus en détail

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE

ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ÉTUDE DE L EFFICACITÉ DE GÉOGRILLES POUR PRÉVENIR L EFFONDREMENT LOCAL D UNE CHAUSSÉE ANALYSIS OF THE EFFICIENCY OF GEOGRIDS TO PREVENT A LOCAL COLLAPSE OF A ROAD Céline BOURDEAU et Daniel BILLAUX Itasca

Plus en détail

Associations Dossiers pratiques

Associations Dossiers pratiques Associations Dossiers pratiques Le tableau de bord, outil de pilotage de l association (Dossier réalisé par Laurent Simo, In Extenso Rhône-Alpes) Difficile d imaginer la conduite d un bateau sans boussole

Plus en détail

Fig. 1 Le détecteur de LHCb. En bas à gauche : schématiquement ; En bas à droite: «Event Display» développé au LAL.

Fig. 1 Le détecteur de LHCb. En bas à gauche : schématiquement ; En bas à droite: «Event Display» développé au LAL. LHCb est l'une des expériences installées sur le LHC. Elle recherche la physique au-delà du Modèle standard en étudiant les mésons Beaux et Charmés. L accent est mis entre autres sur l étude de la violation

Plus en détail

Modélisation 3D par le modèle de turbulence k-ε standard de la position de la tête sur la force de résistance rencontrée par les nageurs.

Modélisation 3D par le modèle de turbulence k-ε standard de la position de la tête sur la force de résistance rencontrée par les nageurs. Modélisation 3D par le modèle de turbulence k-ε standard de la position de la tête sur la force de résistance rencontrée par les nageurs. H. ZAÏDI a, S. FOHANNO a, R. TAÏAR b, G. POLIDORI a a Laboratoire

Plus en détail

Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires

Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires Chapitre 2 : Systèmes radio mobiles et concepts cellulaires Systèmes cellulaires Réseaux cellulaires analogiques de 1ère génération : AMPS (USA), NMT(Scandinavie), TACS (RU)... Réseaux numériques de 2ème

Plus en détail

Les algorithmes de base du graphisme

Les algorithmes de base du graphisme Les algorithmes de base du graphisme Table des matières 1 Traçage 2 1.1 Segments de droites......................... 2 1.1.1 Algorithmes simples.................... 3 1.1.2 Algorithmes de Bresenham (1965).............

Plus en détail

ANALYSE CATIA V5. 14/02/2011 Daniel Geffroy IUT GMP Le Mans

ANALYSE CATIA V5. 14/02/2011 Daniel Geffroy IUT GMP Le Mans ANALYSE CATIA V5 1 GSA Generative Structural Analysis 2 Modèle géométrique volumique Post traitement Pré traitement Maillage Conditions aux limites 3 Ouverture du module Choix du type d analyse 4 Calcul

Plus en détail

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction

G.P. DNS02 Septembre 2012. Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3. Réfraction DNS Sujet Réfraction...1 I.Préliminaires...1 II.Première partie...1 III.Deuxième partie...3 Réfraction I. Préliminaires 1. Rappeler la valeur et l'unité de la perméabilité magnétique du vide µ 0. Donner

Plus en détail

$SSOLFDWLRQGXNULJHDJHSRXUOD FDOLEUDWLRQPRWHXU

$SSOLFDWLRQGXNULJHDJHSRXUOD FDOLEUDWLRQPRWHXU $SSOLFDWLRQGXNULJHDJHSRXUOD FDOLEUDWLRQPRWHXU Fabien FIGUERES fabien.figueres@mpsa.com 0RWVFOpV : Krigeage, plans d expériences space-filling, points de validations, calibration moteur. 5pVXPp Dans le

Plus en détail

ETUDE COMPARATIVE DES MODELISATIONS NUMERIQUE ET PHYSIQUE DE DIFFERENTS OUVRAGES D EVACUATION DES CRUES

ETUDE COMPARATIVE DES MODELISATIONS NUMERIQUE ET PHYSIQUE DE DIFFERENTS OUVRAGES D EVACUATION DES CRUES ETUDE COMPARATIVE DES MODELISATIONS NUMERIQUE ET PHYSIQUE DE DIFFERENTS OUVRAGES D EVACUATION DES CRUES P.E. LOISEL, J. SCHAGUENE, O. BERTRAND, C. GUILBAUD ARTELIA EAU ET ENVIRONNEMENT Symposium du CFBR

Plus en détail

Méthodologie d intégration d antennes sur systèmes complexes

Méthodologie d intégration d antennes sur systèmes complexes Méthodologie d intégration d antennes sur systèmes complexes Exemple d utilisation de CST Microwave Studio Workshop CST Rennes 20 mars 2012 IETA Grégory Landouer Plan Présentation du contexte Démarche

Plus en détail

Les nouveautés de Femap 11.1

Les nouveautés de Femap 11.1 Siemens PLM Software Les nouveautés de Femap 11.1 Amélioration de la productivité des Ingénieurs calcul Avantages Manipulation plus rapide des modèles grâce à des performances graphiques améliorées Flexibilité

Plus en détail

modélisation solide et dessin technique

modélisation solide et dessin technique CHAPITRE 1 modélisation solide et dessin technique Les sciences graphiques regroupent un ensemble de techniques graphiques utilisées quotidiennement par les ingénieurs pour exprimer des idées, concevoir

Plus en détail

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique

Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Stockage de chaleur solaire par sorption : Analyse et contrôle du système à partir de sa simulation dynamique Kokouvi Edem N TSOUKPOE 1, Nolwenn LE PIERRÈS 1*, Lingai LUO 1 1 LOCIE, CNRS FRE3220-Université

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. PRINCIPES D EXPÉRIMENTATION Planification des expériences et analyse de leurs résultats. Pierre Dagnelie

TABLE DES MATIÈRES. PRINCIPES D EXPÉRIMENTATION Planification des expériences et analyse de leurs résultats. Pierre Dagnelie PRINCIPES D EXPÉRIMENTATION Planification des expériences et analyse de leurs résultats Pierre Dagnelie TABLE DES MATIÈRES 2012 Presses agronomiques de Gembloux pressesagro.gembloux@ulg.ac.be www.pressesagro.be

Plus en détail

Reconstruction de bâtiments en 3D à partir de nuages de points LIDAR

Reconstruction de bâtiments en 3D à partir de nuages de points LIDAR Reconstruction de bâtiments en 3D à partir de nuages de points LIDAR Mickaël Bergem 25 juin 2014 Maillages et applications 1 Table des matières Introduction 3 1 La modélisation numérique de milieux urbains

Plus en détail

Logiciel d analyse et de gestion du bruit OUIE2000

Logiciel d analyse et de gestion du bruit OUIE2000 Logiciel d analyse et de gestion du bruit OUIE2000 Phase 2 : Intégration de mesures expérimentales et évaluation de puissance acoustique type André L Espérance ÉTUDES ET RECHERCHES R-351 RAPPORT TRAVAILLENT

Plus en détail

Finance et performance des jeunes viticulteurs : les conséquences pour l installation

Finance et performance des jeunes viticulteurs : les conséquences pour l installation Finance et performance des jeunes viticulteurs : Julien Cadot, ISG Paris 1 Introduction A un moment ou un autre, le candidat à l installation en viticulture doit se poser la question du revenu qu il va

Plus en détail

Simulation du transport de matière par diffusion surfacique à l aide d une approche Level-Set

Simulation du transport de matière par diffusion surfacique à l aide d une approche Level-Set Simulation du transport de matière par diffusion surfacique à l aide d une approce Level-Set J. Brucon 1, D. Pino-Munoz 1, S. Drapier 1, F. Valdivieso 2 Ecole Nationale Supérieure des Mines de Saint-Etienne

Plus en détail

Ce guide a pour objectif de faciliter le dépôt de candidature et la mise en place du dossier.

Ce guide a pour objectif de faciliter le dépôt de candidature et la mise en place du dossier. Bourse Charles Foix GUIDE DU CANDIDAT avec le soutien de Préambule Ce guide a pour objectif de faciliter le dépôt de candidature et la mise en place du dossier. Il guide la réflexion des candidats vers

Plus en détail

LE PHYSICIEN FRANCAIS SERGE HAROCHE RECOIT CONJOINTEMENT LE PRIX NOBEL DE PHYSIQUE 2012 AVEC LE PHYSICIEN AMERCAIN DAVID WINELAND

LE PHYSICIEN FRANCAIS SERGE HAROCHE RECOIT CONJOINTEMENT LE PRIX NOBEL DE PHYSIQUE 2012 AVEC LE PHYSICIEN AMERCAIN DAVID WINELAND LE PHYSICIEN FRANCAIS SERGE HAROCHE RECOIT CONJOINTEMENT LE PRIX NOBEL DE PHYSIQUE 0 AVEC LE PHYSICIEN AMERCAIN DAVID WINELAND SERGE HAROCHE DAVID WINELAND Le physicien français Serge Haroche, professeur

Plus en détail

Une fréquence peut-elle être instantanée?

Une fréquence peut-elle être instantanée? Fréquence? Variable? Instantané vs. local? Conclure? Une fréquence peut-elle être instantanée? Patrick Flandrin CNRS & École Normale Supérieure de Lyon, France Produire le temps, IRCAM, Paris, juin 2012

Plus en détail

Formation. Module WEB 4.1. Support de cours

Formation. Module WEB 4.1. Support de cours Formation Module WEB 4.1 Support de cours Rédacteur Date de rédaction F.CHEA 08/02/2012 Les informations contenues dans ce document pourront faire l'objet de modifications sans préavis Sauf mention contraire,

Plus en détail

Formula Negator, Outil de négation de formule.

Formula Negator, Outil de négation de formule. Formula Negator, Outil de négation de formule. Aymerick Savary 1,2, Mathieu Lassale 1,2, Jean-Louis Lanet 1 et Marc Frappier 2 1 Université de Limoges 2 Université de Sherbrooke Résumé. Cet article présente

Plus en détail

RDP : Voir ou conduire

RDP : Voir ou conduire 1S Thème : Observer RDP : Voir ou conduire DESCRIPTIF DE SUJET DESTINE AU PROFESSEUR Objectif Compétences exigibles du B.O. Initier les élèves de première S à la démarche de résolution de problème telle

Plus en détail

Construction de bases biométriques pour l assurance dépendance. SCOR inform - Novembre 2012

Construction de bases biométriques pour l assurance dépendance. SCOR inform - Novembre 2012 Construction de bases biométriques pour l assurance dépendance SCOR inform - Novembre 2012 Construction de bases biométriques pour l assurance dépendance Auteur Laure de Montesquieu Responsable Centre

Plus en détail

LISACode. Un simulateur opérationnel pour LISA. Antoine PETITEAU LISAFrance - le 16 mai 2006

LISACode. Un simulateur opérationnel pour LISA. Antoine PETITEAU LISAFrance - le 16 mai 2006 LISACode Un simulateur opérationnel pour LISA Antoine PETITEAU LISAFrance - le 16 mai 2006 Plan Rappel sur LISACode. Validation du simulateur. Possibilités du simulateur. Résultats obtenus. Bruit de confusion.

Plus en détail

ÉdIteur officiel et fournisseur de ServIceS professionnels du LogIcIeL open Source ScILab

ÉdIteur officiel et fournisseur de ServIceS professionnels du LogIcIeL open Source ScILab ÉdIteur officiel et fournisseur de ServIceS professionnels du LogIcIeL open Source ScILab notre compétence d'éditeur à votre service créée en juin 2010, Scilab enterprises propose services et support autour

Plus en détail

Exemples de problèmes et d applications. INF6953 Exemples de problèmes 1

Exemples de problèmes et d applications. INF6953 Exemples de problèmes 1 Exemples de problèmes et d applications INF6953 Exemples de problèmes Sommaire Quelques domaines d application Quelques problèmes réels Allocation de fréquences dans les réseaux radio-mobiles Affectation

Plus en détail

Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE

Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE Simulation d'un examen anthropomorphique en imagerie TEMP à l iode 131 par simulation Monte Carlo GATE LAURENT Rémy laurent@clermont.in2p3.fr http://clrpcsv.in2p3.fr Journées des LARD Septembre 2007 M2R

Plus en détail

TUTORIAL 1 ETUDE D UN MODELE SIMPLIFIE DE PORTIQUE PLAN ARTICULE

TUTORIAL 1 ETUDE D UN MODELE SIMPLIFIE DE PORTIQUE PLAN ARTICULE TUTORIAL 1 ETUDE D UN MODELE SIMPLIFIE DE PORTIQUE PLAN ARTICULE L'objectif de ce tutorial est de décrire les différentes étapes dans CASTOR Concept / FEM permettant d'effectuer l'analyse statique d'une

Plus en détail

Monitoring continu et gestion optimale des performances énergétiques des bâtiments

Monitoring continu et gestion optimale des performances énergétiques des bâtiments Monitoring continu et gestion optimale des performances énergétiques des bâtiments Alexandre Nassiopoulos et al. Journée d inauguration de Sense-City, 23/03/2015 Croissance de la demande énergétique et

Plus en détail

Modélisation et simulation des performances de nœuds de routage optique dans les réseaux dorsaux hybrides

Modélisation et simulation des performances de nœuds de routage optique dans les réseaux dorsaux hybrides Modélisation et simulation des performances de nœuds de routage optique dans les réseaux dorsaux hybrides )UpGpULF/(&2&+(%UXQR)5$&$662$PD.$/, (167%UHWDJQH 'psduwhphqwg RSWLTXH Sommaire Contexte Nœuds de

Plus en détail

Format de l avis d efficience

Format de l avis d efficience AVIS D EFFICIENCE Format de l avis d efficience Juillet 2013 Commission évaluation économique et de santé publique Ce document est téléchargeable sur www.has-sante.fr Haute Autorité de santé Service documentation

Plus en détail

Systèmes de transmission

Systèmes de transmission Systèmes de transmission Conception d une transmission série FABRE Maxime 2012 Introduction La transmission de données désigne le transport de quelque sorte d'information que ce soit, d'un endroit à un

Plus en détail

Les outils de simulation. Myriam HUMBERT CETE Ouest

Les outils de simulation. Myriam HUMBERT CETE Ouest Les outils de simulation Myriam HUMBERT CETE Ouest Outils de simulation pour la GPE Objectif Ø Recommandations pour la mise en œuvre des calculs dans le cadre d une GPE ü Analyse qualitative des outils

Plus en détail

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION

Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Sciences de Gestion Spécialité : SYSTÈMES D INFORMATION DE GESTION Classe de terminale de la série Sciences et Technologie du Management et de la Gestion Préambule Présentation Les technologies de l information

Plus en détail

Contrôle par commande prédictive d un procédé de cuisson sous infrarouge de peintures en poudre.

Contrôle par commande prédictive d un procédé de cuisson sous infrarouge de peintures en poudre. Contrôle par commande prédictive d un procédé de cuisson sous infrarouge de peintures en poudre. Isabelle Bombard, Bruno da Silva, Pascal Dufour *, Pierre Laurent, Joseph Lieto. Laboratoire d Automatique

Plus en détail

Franck VAUTIER, Jean-Pierre TOUMAZET, Erwan ROUSSEL, Marlène FAURE, Mohamed ABADI, Marta FLOREZ, Bertrand DOUSTEYSSIER

Franck VAUTIER, Jean-Pierre TOUMAZET, Erwan ROUSSEL, Marlène FAURE, Mohamed ABADI, Marta FLOREZ, Bertrand DOUSTEYSSIER Utilisation d images dérivées d un jeu de données LIDAR pour la détection automatisée de vestiges archéologiques (programme de recherche méthodologique LiDARCHEO) Franck VAUTIER, Jean-Pierre TOUMAZET,

Plus en détail

UE 503 L3 MIAGE. Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique. A. Belaïd

UE 503 L3 MIAGE. Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique. A. Belaïd UE 503 L3 MIAGE Initiation Réseau et Programmation Web La couche physique A. Belaïd abelaid@loria.fr http://www.loria.fr/~abelaid/ Année Universitaire 2011/2012 2 Le Modèle OSI La couche physique ou le

Plus en détail

TP 7 : oscillateur de torsion

TP 7 : oscillateur de torsion TP 7 : oscillateur de torsion Objectif : étude des oscillations libres et forcées d un pendule de torsion 1 Principe général 1.1 Définition Un pendule de torsion est constitué par un fil large (métallique)

Plus en détail

Arithmétique binaire. Chapitre. 5.1 Notions. 5.1.1 Bit. 5.1.2 Mot

Arithmétique binaire. Chapitre. 5.1 Notions. 5.1.1 Bit. 5.1.2 Mot Chapitre 5 Arithmétique binaire L es codes sont manipulés au quotidien sans qu on s en rende compte, et leur compréhension est quasi instinctive. Le seul fait de lire fait appel au codage alphabétique,

Plus en détail

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF

10 REPÈRES «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF 10 REPÈRES POUR LA MISE EN ŒUVRE DU DISPOSITIF «PLUS DE MAÎTRES QUE DE CLASSES» JUIN 2013 MEN-DGESCO 2013 Sommaire 1. LES OBJECTIFS DU DISPOSITIF 2. LES ACQUISITIONS PRIORITAIREMENT VISÉES 3. LES LIEUX

Plus en détail

Etude des propriétés empiriques du lasso par simulations

Etude des propriétés empiriques du lasso par simulations Etude des propriétés empiriques du lasso par simulations L objectif de ce TP est d étudier les propriétés empiriques du LASSO et de ses variantes à partir de données simulées. Un deuxième objectif est

Plus en détail

MESURE DE LA TEMPERATURE

MESURE DE LA TEMPERATURE 145 T2 MESURE DE LA TEMPERATURE I. INTRODUCTION Dans la majorité des phénomènes physiques, la température joue un rôle prépondérant. Pour la mesurer, les moyens les plus couramment utilisés sont : les

Plus en détail

Chaine de transmission

Chaine de transmission Chaine de transmission Chaine de transmission 1. analogiques à l origine 2. convertis en signaux binaires Échantillonnage + quantification + codage 3. brassage des signaux binaires Multiplexage 4. séparation

Plus en détail

LTE dans les transports: Au service de nouveaux services

LTE dans les transports: Au service de nouveaux services LTE dans les transports: Au service de nouveaux services 1 LTE dans les transports: Au service de nouveaux services Dr. Cédric LÉVY-BENCHETON Expert Télécom, Egis Rail cedric.levy-bencheton@egis.fr Résumé

Plus en détail

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION

LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION LES CARACTERISTIQUES DES SUPPORTS DE TRANSMISSION ) Caractéristiques techniques des supports. L infrastructure d un réseau, la qualité de service offerte,

Plus en détail

Algorithmes pour la planification de mouvements en robotique non-holonome

Algorithmes pour la planification de mouvements en robotique non-holonome Algorithmes pour la planification de mouvements en robotique non-holonome Frédéric Jean Unité de Mathématiques Appliquées ENSTA Le 02 février 2006 Outline 1 2 3 Modélisation Géométrique d un Robot Robot

Plus en détail

Procédures de qualification Télématicienne CFC Télématicien CFC

Procédures de qualification Télématicienne CFC Télématicien CFC Série 201 Connaissances professionnelles écrites Pos. 4.2 Télématique, technique du réseau Procédures de qualification Télématicienne CFC Télématicien CFC Nom, prénom N de candidat Date......... Temps:

Plus en détail

1 Description générale de VISFIELD

1 Description générale de VISFIELD Guide d utilisation du logiciel VISFIELD Yann FRAIGNEAU LIMSI-CNRS, Bâtiment 508, BP 133 F-91403 Orsay cedex, France 11 décembre 2012 1 Description générale de VISFIELD VISFIELD est un programme écrit

Plus en détail

Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés 1A ISMIN

Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés 1A ISMIN Automatique Linéaire 1 Travaux Dirigés Travaux dirigés, Automatique linéaire 1 J.M. Dutertre 2014 TD 1 Introduction, modélisation, outils. Exercice 1.1 : Calcul de la réponse d un 2 nd ordre à une rampe

Plus en détail

Formation à la C F D Computational Fluid Dynamics. Formation à la CFD, Ph Parnaudeau

Formation à la C F D Computational Fluid Dynamics. Formation à la CFD, Ph Parnaudeau Formation à la C F D Computational Fluid Dynamics Formation à la CFD, Ph Parnaudeau 1 Qu est-ce que la CFD? La simulation numérique d un écoulement fluide Considérer à présent comme une alternative «raisonnable»

Plus en détail

Le câble de Fibre Optique dans les installations de Vidéo Surveillance (CCTV)

Le câble de Fibre Optique dans les installations de Vidéo Surveillance (CCTV) Le câble de Fibre Optique dans les installations de Vidéo Surveillance (CCTV) Évidemment, l emploi le plus fréquent de la fibre optique se trouve dans le domaine des télécommunications. Mais d autre part,

Plus en détail

La pratique de la gestion des services. Lier les composants techniques avec les services d opérations dans la CMDB

La pratique de la gestion des services. Lier les composants techniques avec les services d opérations dans la CMDB La pratique de la gestion des services Lier les composants techniques avec les services d opérations dans la CMDB Création : octobre 2013 Mise à jour : octobre 2013 A propos A propos du document Ce document

Plus en détail

Auscultation par thermographie infrarouge des ouvrages routiers

Auscultation par thermographie infrarouge des ouvrages routiers Journée «Thermographie infrarouge pour le bâtiment et les travaux publics» Auscultation par thermographie infrarouge des ouvrages routiers Jean Dumoulin (LCPC) Mario Marchetti (LRPC Nancy) Frédéric Taillade

Plus en détail

Résultat des discussions du groupe de travail franco-allemand sur les infrastructures de charge

Résultat des discussions du groupe de travail franco-allemand sur les infrastructures de charge 26/01/10 Résultat des discussions du groupe de travail franco-allemand sur les infrastructures de charge Le groupe de travail franco-allemand sur les infrastructures de charge des véhicules électriques

Plus en détail

CHAPITRE VI : HYBRIDATION GEOMETRIE DES MOLECULES

CHAPITRE VI : HYBRIDATION GEOMETRIE DES MOLECULES CAPITRE VI : YBRIDATION GEOMETRIE DES MOLECULES VI.1 : YBRIDATION DES ORBITALES ATOMIQUES. VI.1.1 : Introduction. La théorie d hybridation a été développée au cours des années 1930, notamment par le chimiste

Plus en détail

Réseaux grande distance

Réseaux grande distance Chapitre 5 Réseaux grande distance 5.1 Définition Les réseaux à grande distance (WAN) reposent sur une infrastructure très étendue, nécessitant des investissements très lourds. Contrairement aux réseaux

Plus en détail

PRIME D UNE OPTION D ACHAT OU DE VENTE

PRIME D UNE OPTION D ACHAT OU DE VENTE Université Paris VII - Agrégation de Mathématiques François Delarue) PRIME D UNE OPTION D ACHAT OU DE VENTE Ce texte vise à modéliser de façon simple l évolution d un actif financier à risque, et à introduire,

Plus en détail

Optimisation des performances d échangeurs de chaleur.

Optimisation des performances d échangeurs de chaleur. Journée d étude SFT 16/03/2011 Echangeurs thermiques et multi-fonctionnels : enjeux, applications et axes de recherche Optimisation des performances d échangeurs de chaleur. École des Mines de DOUAI 941

Plus en détail

Projet ANR. Bruno Capra - OXAND. 04/06/2015 CEOS.fr - Journée de restitution (Paris) B. CAPRA

Projet ANR. Bruno Capra - OXAND. 04/06/2015 CEOS.fr - Journée de restitution (Paris) B. CAPRA Projet ANR Bruno Capra - OXAND MEFISTO : Maîtrise durable de la fissuration des infrastructures en bétons Contexte Problématique des Maîtres d Ouvrages Evaluation et prédiction de la performance des ouvrages

Plus en détail

INTERSYSTEMS CACHÉ COMME ALTERNATIVE AUX BASES DE DONNÉES RÉSIDENTES EN MÉMOIRE

INTERSYSTEMS CACHÉ COMME ALTERNATIVE AUX BASES DE DONNÉES RÉSIDENTES EN MÉMOIRE I N T E RS Y S T E M S INTERSYSTEMS CACHÉ COMME ALTERNATIVE AUX BASES DE DONNÉES RÉSIDENTES EN MÉMOIRE David Kaaret InterSystems Corporation INTERSySTEMS CAChé CoMME ALTERNATIvE AUx BASES de données RéSIdENTES

Plus en détail

Études et expérimentations sur matériel Wi-Fi (802.11b et 802.11g)

Études et expérimentations sur matériel Wi-Fi (802.11b et 802.11g) Études et expérimentations sur matériel Wi-Fi (802.11b et 802.11g) Travail réalisé dans le but de confronter les possibilités théoriques des appareils avec des manipulations concrètes. Tests de charge

Plus en détail

Recherche De Coalescences Binaires Étalonnage Du Détecteur

Recherche De Coalescences Binaires Étalonnage Du Détecteur Recherche De Coalescences Binaires Étalonnage Du Détecteur Fabrice Beauville Journées Jeunes Chercheurs 18/12/2003 Les Coalescences Binaires & VIRGO Système binaire d objets compacts (étoiles à neutrons,

Plus en détail

CLOUD PUBLIC, PRIVÉ OU HYBRIDE : LEQUEL EST LE PLUS ADAPTÉ À VOS APPLICATIONS?

CLOUD PUBLIC, PRIVÉ OU HYBRIDE : LEQUEL EST LE PLUS ADAPTÉ À VOS APPLICATIONS? CLOUD PUBLIC, PRIVÉ OU HYBRIDE : LEQUEL EST LE PLUS ADAPTÉ À VOS APPLICATIONS? Les offres de Cloud public se sont multipliées et le Cloud privé se généralise. Désormais, toute la question est de savoir

Plus en détail

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables

OM 1 Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables Outils mathématiques : fonction de plusieurs variables PCSI 2013 2014 Certaines partie de ce chapitre ne seront utiles qu à partir de l année prochaine, mais une grande partie nous servira dès cette année.

Plus en détail

EMETTEUR ULB. Architectures & circuits. Ecole ULB GDRO ESISAR - Valence 23-27/10/2006. David MARCHALAND STMicroelectronics 26/10/2006

EMETTEUR ULB. Architectures & circuits. Ecole ULB GDRO ESISAR - Valence 23-27/10/2006. David MARCHALAND STMicroelectronics 26/10/2006 EMETTEUR ULB Architectures & circuits David MARCHALAND STMicroelectronics 26/10/2006 Ecole ULB GDRO ESISAR - Valence 23-27/10/2006 Introduction Emergence des applications de type LR-WPAN : Dispositif communicant

Plus en détail

Baccalauréat ES Polynésie (spécialité) 10 septembre 2014 Corrigé

Baccalauréat ES Polynésie (spécialité) 10 septembre 2014 Corrigé Baccalauréat ES Polynésie (spécialité) 10 septembre 2014 Corrigé A. P. M. E. P. Exercice 1 5 points 1. Réponse d. : 1 e Le coefficient directeur de la tangente est négatif et n est manifestement pas 2e

Plus en détail