Design centré sur l utilisateur et développement Agile : perspectives de réconciliation

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Design centré sur l utilisateur et développement Agile : perspectives de réconciliation"

Transcription

1 Design centré sur l utilisateur et développement Agile : perspectives de réconciliation Alexandre Bujold, Sarah Morin-Paquet Université Laval Introduction La popularité grandissante des méthodes de développement Agile préoccupe certains designers d expérience utilisateur qui veulent s assurer que les produits informatiques, peu importe la méthode utilisée pour les concevoir, soient conçus pour l utilisateur (SY 2007 : 113). En effet, les techniques utilisées par les développeurs qui suivent la méthode Agile sont souvent, selon les spécialistes en design centré sur l utilisateur, inadéquates pour documenter les comportements complexes des utilisateurs. Le développement Agile est un groupe de méthodes qui partagent une philosophie commune. Cette philosophie met de l avant l individu, l interaction, le logiciel fonctionnel, la collaboration avec le client et l adaptation au changement. Elle s oppose aux méthodes traditionnelles de développement, dites Waterfall, qui sont accusées par les adhérents des méthodes Agiles de mettre l emphase sur les procédés, les outils, la documentation exhaustive, la négociation de contrats et l adhésion à un plan. Les méthodes de design centré sur l utilisateur, traditionnellement, fonctionnent plutôt dans des processus utilisant une méthode Waterfall. Ceux-ci impliquent deux grandes phases au début du processus : une phase d étude sur l utilisateur et son contexte, puis une phase de design. Les méthodes Agiles, au contraire, n ont pas de phase dédiée au design. En théorie, chaque phase contient une part de recherche et de design, mais en pratique, les techniques de recherche et de design utilisées se basent surtout sur l opinion des utilisateurs et la rétroaction, alors que l observation et d autres techniques de design centré sur l utilisateur seraient plus adéquates pour certains problèmes (SY 2007 : 113). Étant donné la popularité grandissante des méthodes Agiles et l incompatibilité apparente de ces deux approches, il semble pertinent de s intéresser aux tentatives de rapprochement entre celles-ci en contexte d entreprise. Premièrement, afin de mieux comprendre la problématique, nous allons nous attarder aux différences entre les deux approches. Ensuite, pour voir où elles sont compatibles, nous ferons ressortir les points communs entre celles-ci. Finalement, afin d avoir un aperçu des manières utilisées pour les réconcilier, nous allons nous intéresser aux démarches entreprises en contexte réel pour intégrer le design centré sur l utilisateur aux méthodes de développement Agile Différences entre les deux approches La méthode Agile et la méthode traditionnellement utilisée par le design centré sur l utilisateur sont fondamentalement différentes sur divers points. Dans un premier temps, le cycle de conception fonctionne d une manière très différente. Avec la méthode Agile, le cycle est divisé en de nombreux morceaux qui sont appelés «sprints». Ces derniers durent généralement de deux à quatre semaines (SY 2007 : 113). Ils donnent naissance à une série de petits livrables incrémentiels qui sont basés sur la réalisation d une fonctionnalité en particulier. Chacune des fonctionnalités possède sa propre analyse des besoins, sa conception, sa réalisation et sa phase de test (SY 2007 : 113). Du côté de la méthode Waterfall, souvent utilisée dans un contexte de design centré sur l utilisateur, les morceaux du cycle sont beaucoup plus longs et moins nombreux, d une durée variant entre plusieurs mois à plusieurs années (SY 2007 : 113). Les phases de ce cycle sont plus orientés vers la réalisation du projet final que la réalisation de fonctionnalités. Un autre point où le cycle de conception diffère est la façon dont l itération est traitée. En effet, la méthode Agile itère sur la programmation à l aide de tests automatisés et de la rétroaction du client concernant des versions fonctionnelles, alors que le design centré sur l utilisateur itère principalement sur l interface en utilisant des prototypes de basse fidélité. Alors que l itération en Agile dure des semaines, l itération en design est plus courte, et dure généralement quelques heures ou, tout au plus, quelques jours (FERREIRA et coll : 50). De plus, le processus itératif de l Agile est présent à chaque sprint jusqu à la fin du projet, alors que dans le design centré sur l utilisateur, il est principalement présent en début de projet. Dans un deuxième temps, l ordre dans lequel les différentes phases sont réalisées en l intérieur du projet global diffère beaucoup entre les deux méthodes. Tout d abord, le commencement d un projet est très différent principalement en raison des ressources qui lui sont attribuées (FOX et coll : 67). Du côté du design centré sur l utilisateur, le début d un cycle de conception est caractérisé par de nombreuses recherches et analyses (FOX et coll : 63). C est durant cette première phase que les besoins sont déterminés par l analyse d une série de recherches menées avec l utilisateur final. Cela est suivi d une phase de design où toutes les fonctionnalités sont conceptualisées et intégrées à une Bujold, A. et Morin-Paquet, S. Design centré sur l utilisateur et développement Agile : perspectives de réconciliation 1

2 interface qui est par la suite codée (SY 2007 : 114). Idéalement, dans ce type de méthode, les programmeurs devraient attendre que les designers aient terminé l élaboration des interfaces et les tests d utilisabilité avant de commencer la programmation, mais il en est rarement ainsi (SY 2007 : 116). C est pourquoi, du côté de la méthode Agile, tout est mis en branle pour réduire, voire même éliminer la phase de recherche et d analyse (FOX et coll : 63). Le but est de produire le plus rapidement possible une fonctionnalité qui peut être utilisée plutôt que de produire de la documentation, qui, à terme, n est pas toujours utilisée par les programmeurs puisqu elle arrive trop tard (SY 2007 : 113). Bien entendu, les designers sont rarement en accord avec cette solution, car la modification du code, une fois qu il est construit, coûte très cher. Cela mène souvent à l abandon de certains critères importants pour l utilisateur puisqu ils n ont pas été pris en compte dans la première écriture du code et qu il couterait désormais trop cher de le modifier (NELSON 2002 : 4). Le développement de maquette à basse fidélité est beaucoup moins long et coûteux que le code et permet de repérer les erreurs avant qu il ne soit trop tard (FERREIRA et coll : 50). De cette manière, les interfaces peuvent être testées et il est ainsi possible de s assurer de leur utilisabilité (FOX et coll : 63). Dans un troisième temps, la relation avec le client est perçue d une manière différente dans les deux méthodes. Tout d abord, dans l Agile, une bonne relation avec le client est essentielle au bon fonctionnement de la méthode. Pour y arriver, une collaboration étroite avec le client, appuyée avec un système de livrables fréquents, est mise en place (SY 2007 : 113). Le but est d éviter les contrats qui nuisent souvent à l avancement d un projet et qui créent des frictions. Dans l optique d intégrer le client aux prises de décisions, un focus group est utilisé pour déterminer les fonctionnalités qui seront réalisées, et évaluer celles qui ont déjà été faites (SY 2007 : 113). Par contre, du point de vue du design, un problème majeur survient lorsque les spécifications proviennent essentiellement du client. En effet, le client n a pas toujours une perception juste des besoins réels des utilisateurs (NELSON 2002 : 9). Cela conduit à l élaboration d un système qui ne résout pas les problèmes des utilisateurs finaux (NELSON 2002 : 5). Ainsi, le design préfère laisser moins de place aux clients et prioriser les utilisateurs finaux. Dans un quatrième temps, la place que l utilisateur final prend dans le processus est très différente. Pour commencer, dans le design centré sur l utilisateur, l utilisateur prend un rôle central dans le développement d un projet. L observation des comportements des utilisateurs finaux, notamment à l aide de tests d utilisabilité, est essentielle dans cette méthode (SY 2007 : 117). Elle doit être faite avant le début de la programmation puisqu elle permet de repérer les endroits ou le système ne répond pas aux attentes de l utilisateur (NELSON 2002 : 3). Pour le design centré sur l utilisateur, la compréhension de l utilisateur doit permettre d établir une liste de critères auxquels les programmeurs doivent répondre en fonction du budget qu ils ont. Le code, de par son coût, ne devrait pas établir ces critères, il devrait plutôt être au service de l utilisateur final (NELSON 2002 : 5). Le but ultime du design est de concevoir une interface utile et utilisable qui résout les problèmes des utilisateurs finaux et qui répond à leurs besoins, mais pour arriver à ce résultat, une phase de recherche avec l utilisateur est essentielle. Du côté de l Agile, la place laissée à l utilisateur final est assez différente, en partie en raison de la relation étroite qui est entretenue avec le client. Comme vue précédemment, le client prend énormément de place dans le processus et c est en bonne partie de lui que viennent les idées pour les fonctionnalités. Dans le but de tout de même répondre aux besoins de l utilisateur final, un membre de l équipe Agile prend le rôle de customer. Cet individu doit, avec les connaissances qu il possède, représenter l utilisateur final dans la prise de décision (SY 2007 : 114). Malheureusement cette technique ne permet pas d effectuer des tests d utilisabilité. Il est donc admis que la méthode Agile ne conduit pas toujours à un système dont l interface est utilisable (Patton d après FOX et coll : 63). Plusieurs projets Agiles ont toutefois recours au design d interaction, mais l intégration de celui-ci dans le processus est encore mal comprise (FERREIRA et coll : 50). Les tests utilisés par l Agile ne sont pas réalisés par des experts. Ils sont conduits de manière automatique et ils ont pour but d inspecter le code afin de s assurer que toutes les fonctionnalités puissent fonctionner ensemble (FERREIRA et coll : 50). Si cela n est pas un gage d utilisabilité, les développeurs peuvent au moins s assurer du bon fonctionnement de l ensemble. Dans un cinquième temps, la flexibilité des deux méthodes varie énormément. L Agile est reconnu comme étant une méthode très flexible. L une des règles mères est d ailleurs de répondre aux changements plutôt que de suivre un plan comme c est le cas dans le Waterfall (SY 2007 : 113). Cette méthode, basée sur la rétroaction (SY 2007 : 115), lui permet d atteindre de meilleurs résultats puisque le contrôle sur le processus est plus grand (NELSON 2002 : 2). Il est ainsi possible de réorienter le projet au fur et à mesure que de nouveaux éléments sont découverts dans le processus (NELSON 2002 : 10). Du point de vue de l Agile, le danger du design centré sur l utilisateur, avec la méthode Waterfall qui l accompagne, est de rendre très difficile les changements une fois que la phase de design est terminée, et ce, même si de nouveaux éléments de connaissances du problème se sont ajoutés (FERREIRA et coll : 51). En effet, la méthode Waterfall est axée sur la réalisation d un plan conçu en début de projet, provenant des études préliminaires (NELSON 2002 : 6). Points communs entre les deux approches Malgré les différences fondamentales qui éloignent la méthode Agile et le design centré sur l utilisateur, quelques points communs sont apparents et laissent penser que ces deux méthodes, avec des efforts, pourraient peut-être un jour se réconcilier. Premièrement, la méthode Agile et le design centré sur l utilisateur sont tous deux perçus comme étant des processus itératifs (SY 2007 : 115 ; FERRAIRA et coll : 1). Les deux méthodes sont axées sur l amélioration, le changement et le raf- Bujold, A. et Morin-Paquet, S. Design centré sur l utilisateur et développement Agile : perspectives de réconciliation 2

3 finement ; elles le font tout simplement d une manière différente (FERREIRA et coll : 57). L itération dans l Agile est à la base du fonctionnement de cette méthode. Elle se retrouve autant dans la courte durée de sprints que dans le choix des livrables. L objectif est d améliorer le système tout au long de sa construction. Du côté du design centré sur l utilisateur, l itération se produit principalement lors des tests d utilisabilité qui ont pour but l amélioration des maquettes avant leur production (FOX et coll : 64). Deuxièmement, le design centré sur l utilisateur et la méthode Agile mettent tous les deux l accent sur l importance des tests, des livrables et de l humain, mais ils le font différemment (FERREIRA et coll : 50). Pour ce qui est des tests, tel que vu précédemment, les deux méthodes les emploient. Ils font partie du processus itératif et ils sont nécessaires pour assurer un produit fini de qualité (FERREIRA et coll : 55). La qualité et la valeur du livrable sont d ailleurs un autre point commun aux deux méthodes (FERREIRA et coll : 50). Le but de l Agile est de livrer des fonctionnalités de qualité et qui fonctionnent bien, et ce, à une fréquence rapide. Pour le design centré sur l utilisateur, il est également important que le livrable soit de qualité, mais cela passe par une interface utilisable (FOX et coll : 63). Finalement, les deux méthodes mettent l humain au cœur du processus. Du côté du design, cela nécessite de toujours garder l utilisateur final en tête. C est également la façon de penser de l Agile, mais plutôt que de compter sur des tests utilisateurs et sur une phase de recherche préliminaire pour y arriver, il donne la responsabilité à un membre de l équipe, le customer, de représenter l utilisateur final et de donner ainsi une rétroaction sur la fonctionnalité développée (FOX et coll : 64). Réconciliation entre les deux approches Les points communs mentionnés précédemment offrent une bonne base pour intégrer les deux méthodes, et plusieurs entreprises à travers le monde essaient de le faire afin de profiter des avantages des deux méthodes. Quelques chercheurs se sont attardés à l étude de leurs cas, et plusieurs designers ont écrit sur leurs expériences. Adaptation du design centré sur l utilisateur aux échéanciers Agiles Étant donné que les plus grandes différences entre le développement Agile et les méthodes de design centré sur l utilisateur concernent le temps et le concept de sprints, plusieurs auteurs ont étudié la réconciliation des deux domaines sur ces points. Par exemple, pour mieux intégrer le design centré sur l utilisateur aux méthodes Agiles, toutes les entreprises étudiées par Fox et ses collaborateurs (2008 : 67) font appel à une phase dédiée au design qui précède les phases de développement. Lors de cette phase initiale, les designers mènent des enquêtes contextuelles et conçoivent des prototypes basse-fidélité qui permettent d orienter les développeurs au niveau du design de l interface et de l utilisabilité. Sy (2007 : 114) rapporte un phénomène similaire, qu elle nomme Cycle Zéro. Cette phase peut impliquer de la collecte de données afin de raffiner les buts stratégiques du produit, des enquêtes contextuelles, de la validation de marché, de l analyse d enquêtes précédemment effectuées, ou de la création de personas et de scénarios. Toutefois, même si cette étape n est pas sans rappeler l étape initiale d une méthode de type Waterfall, elle se déroule sur une échelle de temps beaucoup plus courte et typique des méthodes Agiles. Selon Fox et ses collaborateurs (2008 : 67), ainsi que Sy (2007 : 119), le cycle zéro peut durer de quelques jours à plusieurs semaines, et non quelques mois comme dans un projet de type Waterfall. Une fois cette étape passée, les développeurs commencent leur série des sprints itératifs. Étant donné que l étape initiale était plus courte et donc moins productive qu en Waterfall, le designer continue d être impliqué dans le processus. Il doit toutefois s adapter au rythme cyclique et rapide des développeurs. Selon Sy (2007 : 119), il doit devancer les développeurs d un ou deux sprints. Par exemple, lors du sprint 1, le designer pourrait être en train de concevoir et de raffiner des maquettes pour les fonctionnalités du sprint 2, et en train de mener des enquêtes et des entrevues pour mieux prévoir les fonctionnalités du sprint 3. Lorsque le sprint 2 arrive, les maquettes sont données au développeur, et le designer effectue des tests sur les fonctionnalités du sprint 1 en plus de travailler sur les sprints 3 et 4. Ce cycle est ensuite répété jusqu à la fin du projet. Fox et ses collaborateurs (2008 : 68) proposent un modèle semblable à celui de Sy (2007), à la différence près que, selon Fox, l échange d information entre les deux branches ne se fait pas qu à la fin de chaque sprint. Ferreira et ses collaborateurs (2007 : 50) citent aussi Patton et Miller comme étant d autres cas où le design d interaction a été adapté ainsi pour concorder avec les itérations rapides des méthodes Agiles. Selon Sy (2007 : 120), le designer doit aussi, pour accommoder les courtes périodes d itération de l Agile, être capable de diviser son travail en morceaux qui peuvent être terminés pendant un sprint et qui, éventuellement, formeront le design complet. Étant donné que les designers centrés sur l utilisateur ont tendance à s intéresser à l expérience globale d un design, ce processus, appelé «Design chunking», peut être difficile pour plusieurs. Cette idée était centrale au premier projet décrit par Ferreira et ses collaborateurs (2007 : 52), ou l interface et les scénarios d utilisation étaient générés au fur et à mesure. Intégration du design centré sur l utilisateur dans les structures de travail Même si les développeurs Agiles et les designers travaillent en parallèle, Sy (2007 : 127) maintient qu ils doivent être en communication tous les jours. Cela permet, non seulement au designer de s assurer que ses recommandations sont appliquées correctement, mais aussi de bien comprendre les contraintes technologiques qui pourraient avoir un impact sur le design. Un Bujold, A. et Morin-Paquet, S. Design centré sur l utilisateur et développement Agile : perspectives de réconciliation 3

4 des designers d interfaces interrogés par Ferreira et ses collaborateurs (2007 : 57) note que la communication quotidienne entre les développeurs et le designer change profondément la relation entre les intervenants de ces deux disciplines. Contrairement à un projet de type Waterfall, le designer n a pas à produire un design complet et final que le développeur doit ensuite réaliser. Le processus est beaucoup plus collaboratif et le designer est mieux intégré au reste de l équipe. Il existe plusieurs façons pour intégrer un designer, ou toute personne qui pratique le design centré sur l utilisateur, à une équipe de travail Agile. Fox et ses collaborateurs (2008 : 68) dénombrent trois grandes approches, qui diffèrent quant aux rôles dans l équipe de développement qu occupe la personne responsable du design centré sur l utilisateur. La première approche est l approche spécialiste. Dans celle-ci, l équipe comporte un spécialiste en design centré sur l utilisateur qui oeuvre séparément des développeurs et qui sert souvent de pont entre ces derniers et le client. D ailleurs, Miller (d après SY 2007 : 4), suggère que le designer peut travailler en collaboration avec une équipe Agile en jouant le rôle du customer, c est-à-dire la personne sensée représenter l utilisateur final du produit auprès de l équipe de développement. Dans la deuxième approche, l approche généraliste, l équipe ne comporte pas de spécialiste en design centré sur l utilisateur (FOX et coll : 68). En son lieu, des développeurs qui possèdent une expertise informelle en design remplissent ces fonctions. Habituellement, plusieurs développeurs jouent ce rôle. Cette approche a pour avantage que les personnes responsables de détecter des problèmes d utilisabilité sont aussi capables de les réparer sans délai. La dynamique de l équipe est beaucoup moins formelle que lorsqu un spécialiste dédié au design centré sur l utilisateur est présent. Enfin, la troisième approche, l approche généraliste-spécialiste, est à mi-chemin entre les deux autres approches. Dans celle-ci, un membre de l équipe avec autant d expertise technique que d expertise en design agit comme pont entre les développeurs et une petite équipe de spécialistes. Cette approche est surtout utilisée dans des entreprises de grandes tailles. Adoption de la philosophie Agile dans les méthodes de design centré sur l utilisateur En plus de devoir ajuster sa pratique professionnelle en adaptant ses échéanciers aux sprints itératifs de la méthode Agile et aux nouvelles dynamiques d équipe amenées par cette méthode, le designer doit aussi adapter certaines de ses façons de penser et de travailler. Par exemple, même si une phase initiale de collecte de données et de prototypage est possible, le designer devrait être conscient que, étant donné la nature itérative du développement Agile, l interface changera probablement au fil du projet à cause de fonctionnalités annulées ou changées. Le designer doit aussi composer avec quelques difficultés en ce qui concerne les tests utilisateurs. En effet, la nature incrémentale de l Agile rend difficile tout test qui voudrait s attarder à une utilisation globale et naturelle de l interface, et la courte durée des itérations limite le nom de tests possibles pendant un sprint (SY 2007 : 12). Afin de remédier à ce problème, il est possible d appliquer la philosophie Agile aux tests utilisateurs. Par exemple, le designer peut créer un test de base et le bonifier à chaque itération pour tester les nouvelles fonctionnalités. Il peut aussi rassembler plusieurs problèmes de design en un seul test afin de sauver du temps (SY 2007 : 14) Il se peut aussi que le designer doive changer ses habitudes de présentation de l information aux développeurs. Par exemple, il pourrait réduire le nombre de longs livrables écrits en faveur de discussions quotidiennes avec les développeurs (SY 2007 : 15). C est ce qu a fait Sy après avoir réalisé que les informations utiles pour l équipe de développeurs (par exemple, les résultats de tests d utilisabilité, sur quels designs elle est en train de travailler, les recommandations ou les corrections, les informations sur l utilisateur et sa tâche, et les designs à implanter au prochain sprint) n avaient de valeur qu avant d être utilisées et n avaient donc pas besoin d être mises sur papier. Conclusion En conclusion, le design centré sur l utilisateur et la méthode Agile sont différents sur de nombreux points. Il est possible de trouver ces différences notamment au niveau de la longueur que chaque phase prend à l intérieur du projet, ainsi que le moment où celles-ci sont effectuées dans le cycle global. De plus, de nombreuses différences sont également présentes au niveau de la relation avec le client, de la place de l utilisateur final dans le processus et la flexibilité de chacune des méthodes. Malgré ces différences, le design centré sur l utilisateur et la méthode Agile partagent des caractéristiques communes. Les deux approches reposent notamment sur un processus itératif. Aussi, elles accordent beaucoup d importance à la qualité des livrables, à la place de l humain dans le processus de création et aux tests. Ces similarités mettent la table pour une possible réconciliation entre les deux approches. Pour y arriver, le designer adapte son approche afin d être capable de suivre le rythme plus rapide d un projet Agile. Ensuite, plusieurs méthodes potentiellement sont utilisables pour intégrer le design centré sur l utilisateur dans les structures du travail Agile. Finalement, pour que la réconciliation soit efficace, le designer doit adopter la philosophie Agile. Malgré que la pratique du design centré sur l utilisateur ne soit pas encore très répandue au sein des organisations dites Agiles, il est certainement possible de le faire. Toutefois, cette réconciliation entre les deux approches ne se fait pas sans heurts. Pour le designer, de grands changements dans ses méthodes de travail sont à adopter. Certes, les techniques présentement utilisées sont encore jeunes, mais celles-ci montrent déjà des résultats satisfaisants. Cela laisse présager un avenir resplendissant pour l utilisation conjointe de ces approches qui offrent toutes deux de grands avantages (FOX et coll : 71). Bujold, A. et Morin-Paquet, S. Design centré sur l utilisateur et développement Agile : perspectives de réconciliation 4

5 Bibliographie NELSON, E. (2002). «Extreme Programming vs. Interaction Design» [page Web archivée], Fawcette. Retrouvé le 22 avril 2014 à SY, D. (2007). «Adapting Usability Investigations for Agile User-centered Design», Journal of Usability Studies, 2 (3), p FOX, D., SILLITO, J. et MAURER, F. (2008). «Agile Methods and User-Centered Design : How These Two Methodologies Are Being Successfully Integrated In Industry», Agile 2008 Conference, p FERREIRA, J., NOBLE, J., et BIDDLE, R. (2007). «Agile development iterations and UI design», Agile Conference 2007, p Bujold, A. et Morin-Paquet, S. Design centré sur l utilisateur et développement Agile : perspectives de réconciliation 5

VOLUME 1 CRÉATION D UN SITE WEB

VOLUME 1 CRÉATION D UN SITE WEB VOLUME 1 CRÉATION D UN SITE WEB Comprendre les principales étapes TABLE DES MATIÈRES PARTIE 1 - RENCONTRE DE DÉMARRAGE 03 PARTIE 2 - ANALYSE FONCTIONNELLE 03 PARTIE 3 - ARBORESCENCE 04 PARTIE 4 - MAQUETTES

Plus en détail

GL - 2 2.2 Processus de développement Cycles de vie

GL - 2 2.2 Processus de développement Cycles de vie GL - 2 2.2 Processus de développement Cycles de vie Lydie du Bousquet Lydie.du-bousquet@imag.fr En collaboration avec J.-M. Favre, Ph. Lalanda, I. Parissis, Y. Ledru 1 Plan Introduction Modèles en cascade

Plus en détail

BOOK REFERENCES ERGONOMIQUES Gfi Informatique

BOOK REFERENCES ERGONOMIQUES Gfi Informatique 2014 BOOK REFERENCES ERGONOMIQUES Gfi Informatique SECTEUR INDUSTRIE-SERVICE CHORUS 2 : Refonte du référentiel des process Groupe Refondre le réferentiel des process Groupe grâce à la réalisation d un

Plus en détail

Plan d action SMB d une Approche Agile de la BITM Pour les PME

Plan d action SMB d une Approche Agile de la BITM Pour les PME Plan d action SMB d une Approche Agile de la BITM Pour les PME Personnel, processus et technologie nécessaires pour élaborer une solution rapide, souple et économique Copyright 2013 Pentaho Corporation.

Plus en détail

Les méthodes Agile. Implication du client Développement itératif et incrémental

Les méthodes Agile. Implication du client Développement itératif et incrémental Les méthodes Agile Simon ALEXANDRE - CETIC Plan Overview Agile ne signifie pas Agile signifie Objectifs poursuivis Pourquoi les méthodes Agile apparaissent-elles? Principales causes des échecs de projets

Plus en détail

Soyez agile. Dans l industrie du logiciel, la. De plus chaque projet informatique

Soyez agile. Dans l industrie du logiciel, la. De plus chaque projet informatique Soyez agile Dans l industrie du logiciel, la gestion de projet est confrontée à de nombreux défis. Le principal est de pouvoir assurer l adéquation d un produit et de ses fonctionnalités avec les besoins

Plus en détail

Estimer et mesurer la performance des projets agiles avec les points de fonction

Estimer et mesurer la performance des projets agiles avec les points de fonction Estimer et mesurer la performance des projets agiles avec les points de fonction Radenko Corovic, MBA radenko.corovic@rsmtechno.ca 1. Introduction Les méthodes agiles de développement des systèmes ont

Plus en détail

GESTION DE PROJET SÉANCE 2 : LES CYCLE DE VIE D'UN PROJET

GESTION DE PROJET SÉANCE 2 : LES CYCLE DE VIE D'UN PROJET GESTION DE PROJET SÉANCE 2 : LES CYCLE DE VIE D'UN PROJET 1 Tianxiao LIU Licence Professionnelle Réseaux & Sécurité Université de Cergy-Pontoise http://depinfo.u-cergy.fr/~tliu/lpg.php PLAN Objectif et

Plus en détail

Méthodes Agiles et gestion de projets

Méthodes Agiles et gestion de projets Méthodes Agiles et gestion de projets Eric LELEU Consultant Solutions Collaboratives Contact ericleleu@nordnet.fr Site Personnel http://home.nordnet.fr/~ericleleu Blog http://ericleleu.spaces.live.fr La

Plus en détail

La solution IBM Rational pour une ALM Agile

La solution IBM Rational pour une ALM Agile La solution IBM pour une ALM Agile Utilisez votre potentiel agile Points clés Adopter l'agilité à votre rythme Supporter une livraison multiplateforme Intégrer la visibilité Démarrer rapidement Que votre

Plus en détail

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires

Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Modernisation et gestion de portefeuilles d applications bancaires Principaux défis et facteurs de réussite Dans le cadre de leurs plans stratégiques à long terme, les banques cherchent à tirer profit

Plus en détail

Le Product Owner Clé de voute d un projet agile réussi

Le Product Owner Clé de voute d un projet agile réussi Le Product Owner Clé de voute d un projet agile réussi Cédric Pourbaix - EFIDEV Qui est le product owner? SM PO Scrum Team Qui est le product owner? SM PO Scrum Team Qui est le product owner? marketing

Plus en détail

Agilitéet qualité logicielle: une mutation enmarche

Agilitéet qualité logicielle: une mutation enmarche Agilitéet qualité logicielle: une mutation enmarche Jean-Paul SUBRA Introduction : le manifeste Agile Manifeste pour le développement Agile de logiciels Nous découvrons comment mieux développer des logiciels

Plus en détail

Développement itératif, évolutif et agile

Développement itératif, évolutif et agile Document Développement itératif, évolutif et agile Auteur Nicoleta SERGI Version 1.0 Date de sortie 23/11/2007 1. Processus Unifié Développement itératif, évolutif et agile Contrairement au cycle de vie

Plus en détail

backlog du produit Product Owner

backlog du produit Product Owner Méthodes agiles : Définition: selon Scott Ambler «Une méthode agile est une approche itérative et incrémentale pour le développement de logiciel, réalisé de manière très collaborative par des équipes responsabilisées

Plus en détail

Modèle de changement d organisation. Leanpizza.net présente. Petit Guide Rapide du jeu de cartes Modèle de Changement d Organisation

Modèle de changement d organisation. Leanpizza.net présente. Petit Guide Rapide du jeu de cartes Modèle de Changement d Organisation Guide rapide Leanpizza.net présente Petit Guide Rapide du jeu de cartes Modèle de Changement d Organisation v1.0 Rédacteur : Olivier Lafontan Traduction : Yannick Quenec hdu Date : 29 juin 2010 - Guide

Plus en détail

25/12/2012 www.toubkalit.ma

25/12/2012 www.toubkalit.ma 25/12/2012 www.toubkalit.ma 1 Définition Exemple des méthodes agiles Valeurs Principes Le cycle itératif et incrémental (Itération/Sprint) Schéma de travail Méthode Scrum. Méthode XP (Extreme programming).

Plus en détail

Analyse structurée de solutions pour BMC Remedy IT Service Management v 7

Analyse structurée de solutions pour BMC Remedy IT Service Management v 7 LIVRE BLANC SUR LES PRATIQUES ITIL Analyse structurée de solutions pour BMC Remedy IT Service Management v 7 Exploiter le potentiel des pratiques ITIL grâce aux ateliers d analyse de solutions organisés

Plus en détail

Introduction Les processus traditionnels extreme Programming Conclusion. extreme Programming. vers plus d agilité. F. Miller francois.miller@inpg.

Introduction Les processus traditionnels extreme Programming Conclusion. extreme Programming. vers plus d agilité. F. Miller francois.miller@inpg. vers plus d agilité F. Miller francois.miller@inpg.fr FC INPG Octobre 2008 - version 1.0 Introduction Contexte Le monde bouge économie des moyens (humains, financier,...) ; recherche de plus d efficacité

Plus en détail

Topologie du web - Valentin Bourgoin - http://www.valentinbourgoin.net. Méthodes agiles & SCRUM

Topologie du web - Valentin Bourgoin - http://www.valentinbourgoin.net. Méthodes agiles & SCRUM Méthodes agiles & SCRUM 1/ Pourquoi les méthodes agiles? Définition d une méthode agile. Fondamentaux. Quand les utiliser? 2/ SCRUM En quoi est-ce une méthode agile? Sprints et releases. Le Product Owner.

Plus en détail

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données

Impartition réussie du soutien d entrepôts de données La force de l engagement MD POINT DE VUE Impartition réussie du soutien d entrepôts de données Adopter une approche globale pour la gestion des TI, accroître la valeur commerciale et réduire le coût des

Plus en détail

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI

CRM et GRC, la gestion de la relation client R A LLER PL US L OI 3 R A LLER PL US L OI CRM et GRC, la gestion de la relation client Comment exploiter et déployer une solution de relation client dans votre entreprise? Les usages d une CRM Les fonctionnalités d une CRM

Plus en détail

COMMISSARIAT À LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE DU CANADA. Vérification de la gestion des ressources humaines

COMMISSARIAT À LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE DU CANADA. Vérification de la gestion des ressources humaines COMMISSARIAT À LA PROTECTION DE LA VIE PRIVÉE DU CANADA Vérification de la gestion des ressources humaines 13 mai 2010 Préparée par le Centre de gestion publique Inc. TABLE DES MATIÈRES 1.0 Sommaire...

Plus en détail

Cours Ephec Niv. 2 : Technique et gestion de projet. Par Monsieur Bertieaux Année Académique 2014-2015. Quelles sont les 4 valeurs Agiles?

Cours Ephec Niv. 2 : Technique et gestion de projet. Par Monsieur Bertieaux Année Académique 2014-2015. Quelles sont les 4 valeurs Agiles? Cours Ephec Niv. 2 : Technique et gestion de projet Par Monsieur Bertieaux Année Académique 2014-2015 Réponse aux questions du cours, slide Cours 2_2_Scrum Quelles sont les 4 valeurs Agiles? 1. «Les personnes

Plus en détail

Processus d Informatisation

Processus d Informatisation Processus d Informatisation Cheminement de la naissance d un projet jusqu à son terme, deux grandes étapes : Recherche ou étude de faisabilité (en amont) L utilisateur a une idée (plus ou moins) floue

Plus en détail

LOG2420 Analyse et conception d interfaces utilisateur

LOG2420 Analyse et conception d interfaces utilisateur LOG2420 Analyse et conception d interfaces utilisateur Processus de développement centré utilisateur 1/36 LOG2420 Analyse et conception d interfaces utilisateur Processus de développement centré utilisateur

Plus en détail

Rédiger et administrer un questionnaire

Rédiger et administrer un questionnaire Rédiger et administrer un questionnaire Ce document constitue une adaptation, en traduction libre, de deux brochures distinctes : l une produite par l American Statistical Association (Designing a Questionnaire),

Plus en détail

Gestion de projet Agile. STS IRIS Module 4.2 - «Gérer et organiser un projet informatique»

Gestion de projet Agile. STS IRIS Module 4.2 - «Gérer et organiser un projet informatique» Gestion de projet Agile Module 4.2 - «Gérer et organiser un projet informatique» Sommaire Introduction Principes et méthodes Agiles Scrum 2 Introduction Gestion de projet : démarche structurante assurant

Plus en détail

Manuel de recherche en sciences sociales

Manuel de recherche en sciences sociales Résumé de QUIVY R; VAN CAMPENHOUDT L. 95, "Manuel de recherches en sciences sociales", Dunod Cours de TC5 du DEA GSI de l intergroupe des écoles Centrales 11/2002 Manuel de recherche en sciences sociales

Plus en détail

Méthode universitaire du commentaire de texte

Méthode universitaire du commentaire de texte Méthode universitaire du commentaire de texte Baptiste Mélès Novembre 2014 L objectif du commentaire de texte est de décrire la structure argumentative et de mettre au jour les concepts qui permettent

Plus en détail

Retour d expérience RATP. Intégrer le test de performance au cœur du processus de développement agile. Challenges, techniques, résultats.

Retour d expérience RATP. Intégrer le test de performance au cœur du processus de développement agile. Challenges, techniques, résultats. Retour d expérience RATP Intégrer le test de performance au cœur du processus de développement agile. Challenges, techniques, résultats. Les intervenants Alexis Bourgeois Chef de projet MOE (front web)

Plus en détail

7. Recherche des essais

7. Recherche des essais 7. Recherche des essais Le chapitre précédent a insisté sur la nécessité de réaliser une recherche des essais aussi exhaustive que possible. Seule la conjonction de tous les moyens disponibles peut laisser

Plus en détail

Animer une association

Animer une association FICHE PRATIQUE N 7 www.animafac.net gestion de projet Animer une association Une association vit mieux si elle est composée de plusieurs membres partageant un projet collectif. Si la loi 1901 est une loi

Plus en détail

Réussir l externalisation de sa consolidation

Réussir l externalisation de sa consolidation Réussir l externalisation de sa consolidation PAR ERWAN LIRIN Associé Bellot Mullenbach et Associés (BMA), activité Consolidation et Reporting ET ALAIN NAULEAU Directeur associé Bellot Mullenbach et Associés

Plus en détail

Méthode Agile de 3 ème génération. 2008 J-P Vickoff

Méthode Agile de 3 ème génération. 2008 J-P Vickoff PUMA Essentiel Méthode Agile de 3 ème génération 1 Structure de la présentation PUMA Essentiel méthode Agile de 3 ème génération Quelques principes Agiles Principales pratique Agile de pilotage Structure

Plus en détail

Exemple d Application des Méthodes Agiles au Développement d un Produit Software. Jean-Marc Bodart, Océ Software Laboratories Namur SA

Exemple d Application des Méthodes Agiles au Développement d un Produit Software. Jean-Marc Bodart, Océ Software Laboratories Namur SA Exemple d Application des Méthodes Agiles au Développement d un Produit Software CETIC, 21 avril 2004 Jean-Marc Bodart, Océ Software Laboratories Namur SA April 21, 2004 Plan Les sociétés Océ et Océ Software

Plus en détail

Le Processus RUP. H. Kadima. Tester. Analyst. Performance Engineer. Database Administrator. Release Engineer. Project Leader. Designer / Developer

Le Processus RUP. H. Kadima. Tester. Analyst. Performance Engineer. Database Administrator. Release Engineer. Project Leader. Designer / Developer Le Processus RUP Database Administrator Project Leader H. Kadima Performance Engineer Release Engineer Analyst Designer / Developer Tester Table des matières 1. De l artisanat à l industrialisation de

Plus en détail

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive.

Il y a trois types principaux d analyse des résultats : l analyse descriptive, l analyse explicative et l analyse compréhensive. L ANALYSE ET L INTERPRÉTATION DES RÉSULTATS Une fois les résultats d une investigation recueillis, on doit les mettre en perspective en les reliant au problème étudié et à l hypothèse formulée au départ:

Plus en détail

En face du commanditaire, on met un chef de projet qui connait le domaine (banque, administration, etc.)

En face du commanditaire, on met un chef de projet qui connait le domaine (banque, administration, etc.) Atelier «Science du projet» séance 4 8 novembre 2008 Compte rendu 1. Sébastien Larribe : la méthode AGILE, méthode de gestion de projet Sébastien Larribe part de l hypothèse que des méthodes de conception,

Plus en détail

Gestion de la sécurité de l information par la haute direction

Gestion de la sécurité de l information par la haute direction Étude technique Gestion de la sécurité de l information par la haute direction _la force de l engagement MC Groupe CGI inc. 2004, 2010. Tous droits réservés. Aucune partie de cette publication ne peut

Plus en détail

Les mécanismes d'assurance et de contrôle de la qualité dans un

Les mécanismes d'assurance et de contrôle de la qualité dans un Les mécanismes d'assurance et de contrôle de la qualité dans un projet Agile SPIN de Montréal - ETS 5 mars 2012 Qui sommes nous? mathieu boisvert Coach Agile Chargé de cours Co auteur d un livre avec Sylvie

Plus en détail

Le génie logiciel. maintenance de logiciels.

Le génie logiciel. maintenance de logiciels. Le génie logiciel Définition de l IEEE (IEEE 1990): L application d une approche systématique, disciplinée et quantifiable pour le développement, l opération et la maintenance de logiciels. Introduction

Plus en détail

Brock. Rapport supérieur

Brock. Rapport supérieur Simplification du processus de demande d aide financière dans les établissementss : Étude de cas à l Université Brock Rapport préparé par Higher Education Strategy Associates et Canadian Education Project

Plus en détail

Gé nié Logiciél Livré Blanc

Gé nié Logiciél Livré Blanc Gé nié Logiciél Livré Blanc Version 0.2 26 Octobre 2011 Xavier Blanc Xavier.Blanc@labri.fr Partie I : Les Bases Sans donner des définitions trop rigoureuses, il faut bien commencer ce livre par énoncer

Plus en détail

INF2015 Développement de logiciels dans un environnement Agile Examen final hiver 2015

INF2015 Développement de logiciels dans un environnement Agile Examen final hiver 2015 INF2015 Développement de logiciels dans un environnement Agile Examen final hiver 2015 Question #1 Quelle technique de mise sous test devons-nous utiliser si nous voulons simuler le comportement d'une

Plus en détail

CHAPITRE 3 : INTERVENTIONS SUR INCIDENTS

CHAPITRE 3 : INTERVENTIONS SUR INCIDENTS CHAPITRE 3 : INTERVENTIONS SUR INCIDENTS CINQ RECOMMANDATIONS ESSENTIELLES 1 CINQ RECOMMANDATIONS ESSENTIELLES CINQ RECOMMANDATIONS ESSENTIELLES BASÉES SUR UNE ANALYSE DES INCIDENTS OBSERVÉS En 2014, le

Plus en détail

Le contenu de cette publication a été préparé par le ministère des Transports.

Le contenu de cette publication a été préparé par le ministère des Transports. Le contenu de cette publication a été préparé par le ministère des Transports. Cette publication a été produite par la Direction du soutien aux opérations Ministère des Transports 700, boul. René-Lévesque

Plus en détail

Maîtrise d ouvrage agile

Maîtrise d ouvrage agile Maîtrise d ouvrage agile Offre de service Smartpoint 17 rue Neuve Tolbiac 75013 PARIS - www.smartpoint.fr SAS au capital de 37 500 - RCS PARIS B 492 114 434 Smartpoint, en quelques mots Smartpoint est

Plus en détail

Bureau du surintendant des institutions financières. Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration

Bureau du surintendant des institutions financières. Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration Bureau du surintendant des institutions financières Audit interne des Services intégrés : Services de la sécurité et de l administration Avril 2014 Table des matières 1. Contexte... 3 2. Objectif, délimitation

Plus en détail

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie)

Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle. Musique instrumentale (deuxième partie) Ligne directrice du cours menant à une qualification additionnelle Musique instrumentale (deuxième partie) Annexe D Règlement 184/97 Qualifications requises pour enseigner Mai 2005 This document is available

Plus en détail

GROUPE DE CONTACT DES DIRECTEURS

GROUPE DE CONTACT DES DIRECTEURS GROUPE DE CONTACT DES DIRECTEURS PREMIÈRE ÉDITION (4 Juin 2014) LISTE DE CONTROLE POUR ENGAGER UN BON CONSULTANT I. Travaux préparatoires en interne II. Critères personnels concernant le consultant III.

Plus en détail

Introduction au développement SharePoint. Version 1.0

Introduction au développement SharePoint. Version 1.0 Introduction au développement SharePoint Version 1.0 Z 2 Introduction au développement SharePoint 09/05/09 Sommaire 1 SharePoint : les bases... 3 1.1 Débuter sous SharePoint... 3 1.2 Connaissances Requises...

Plus en détail

L'art d'établir un ordre du jour efficace

L'art d'établir un ordre du jour efficace L'art d'établir un ordre du jour efficace Par Denise Edwards Extrait de : http://www.omafra.gov.on.ca/french/rural/facts/05 038.htm Table des matières Introduction Sources des points à l ordre du jour

Plus en détail

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011

Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 Etude relative aux rapports des présidents sur les procédures de contrôle interne et de gestion des risques pour l exercice 2011 SOMMAIRE Synthèse et Conclusion... 1 Introduction... 4 1. La description

Plus en détail

SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION

SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION LIVRE BLANC SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION Découvrez comment le Social CRM peut travailler pour vous LIVRE BLANC SOCIAL CRM: DE LA PAROLE À L ACTION 2 À PROPOS Au cours des dernières années, vous

Plus en détail

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème

Problématique / Problématiser / Problématisation / Problème Problématique / Problématiser / Problématisation / PROBLÉMATIQUE : UN GROUPEMENT DE DÉFINITIONS. «Art, science de poser les problèmes. Voir questionnement. Ensemble de problèmes dont les éléments sont

Plus en détail

Réglementation des jeux de casino

Réglementation des jeux de casino Chapitre 4 Section 4.01 Commission des alcools et des jeux de l Ontario Réglementation des jeux de casino Suivi des vérifications de l optimisation des ressources, section 3.01 du Rapport annuel 2010 Contexte

Plus en détail

EXPERTS EN DÉVELOPPEMENT ET MODERNISATION DE LOGICIELS WEB ET MOBILES

EXPERTS EN DÉVELOPPEMENT ET MODERNISATION DE LOGICIELS WEB ET MOBILES EXPERTS EN DÉVELOPPEMENT ET MODERNISATION DE LOGICIELS WEB ET MOBILES Groupe AZUR fait la promotion de XI-Factory comme un logiciel FaaS (Factory as a service ou Usine en tant que service) destiné aux

Plus en détail

Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil

Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil Retour au sommaire Exemple d utilisation des outils MicroSave-Africa au Brésil BIM n 05-12 février 2002 Karin BARLET ; Bonnie BRUSKY Nous vous présentions en novembre dernier les outils d étude de marché

Plus en détail

Sondage de référence 2005 sur la satisfaction des clients du CRSH

Sondage de référence 2005 sur la satisfaction des clients du CRSH Rapport Final Conseil de recherches en sciences humaines du Canada 1 Réseau C i r c u m I n c. Conseil en gestion et en recherche 74, rue du Val-Perché Gatineau (Québec) J8Z 2A6 (819)770-2423, (819)770-5196

Plus en détail

Valeur métier. Réduction des coûts opérationnels : Les coûts opérationnels ont été réduits de 37 %. Les systèmes intégrés comme IBM

Valeur métier. Réduction des coûts opérationnels : Les coûts opérationnels ont été réduits de 37 %. Les systèmes intégrés comme IBM Global Headquarters: 5 Speen Street Framingham, MA 01701 USA P.508.872.8200 F.508.935.4015 www.idc.com LIVRE BLANC IBM PureFlex System Optimisé pour le Cloud Pour : IBM Randy Perry Juillet 2013 Mary Johnston

Plus en détail

Guide d Intégration PPM et ERP:

Guide d Intégration PPM et ERP: LIVRE BLANC Guide d Intégration PPM et ERP: Stratégies d intégration de logiciels dans les entreprises organisées par projet De: Neil Stolovitsky E-mail: sales@geniusinside.com Website: www.geniusinside.com

Plus en détail

POUVOIR ET LEADERSHIP

POUVOIR ET LEADERSHIP POUVOIR ET LEADERSHIP 1- Introduction sur les notions de pouvoir et de leadership Le pouvoir et le leadership sont deux concepts extrêmement liés. Nous traiterons ici essentiellement du second, le premier

Plus en détail

Augmenter la vélocité Agile avec l usine-service sur Azure

Augmenter la vélocité Agile avec l usine-service sur Azure Augmenter la vélocité Agile avec l usine-service sur Azure Jean-Louis Lalonde, Ing., M.Ing. Président et Chef de la direction Groupe AZUR Avril 2015 Montréal, Canada SOMMAIRE EXÉCUTIF Notre expérience

Plus en détail

Document d information n o 1 sur les pensions

Document d information n o 1 sur les pensions Document d information n o 1 sur les pensions Importance des pensions Partie 1 de la série La série complète des documents d information sur les pensions se trouve dans Pensions Manual, 4 e édition, que

Plus en détail

La crise économique vue par les salariés français

La crise économique vue par les salariés français La crise économique vue par les salariés français Étude du lien entre la performance sociale et le contexte socioéconomique Baggio, S. et Sutter, P.-E. La présente étude s intéresse au lien entre cette

Plus en détail

Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie

Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie Partie I : Séries statistiques descriptives univariées (SSDU) A Introduction Comment se servir de cet ouvrage? Chaque chapitre présente une étape de la méthodologie et tous sont organisés selon le même

Plus en détail

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE

I. LE CAS CHOISI PROBLEMATIQUE I. LE CAS CHOISI Gloria est une élève en EB4. C est une fille brune, mince avec un visage triste. Elle est timide, peureuse et peu autonome mais elle est en même temps, sensible, serviable et attentive

Plus en détail

Analyse des bruits de clavier d ordinateur

Analyse des bruits de clavier d ordinateur Analyse des bruits de clavier d ordinateur Introduction 1 Enregistrement des bruits de clavier 2 Analyse des bruits de clavier 3 Analyse du niveau de pression acoustique vs. temps 4 Sonie vs. temps 4 Acuité

Plus en détail

Scrum/XP adapté au BI/DW

Scrum/XP adapté au BI/DW Scrum/XP adapté au BI/DW Marc-Éric Larocque, PMP, MBA, CBIP, PSM marc-eric.larocque@procimaexperts.com Jean-François Pilon, CBIP jean-francois.pilon@procimaexperts.com PROCIMAEXPERTS.COM Introduction Objectifs

Plus en détail

LES INDICATEURS CLÉ DE PERFORMANCE : DÉFINIR ET AGIR

LES INDICATEURS CLÉ DE PERFORMANCE : DÉFINIR ET AGIR Online Intelligence Solutions LES INDICATEURS CLÉ DE PERFORMANCE : DÉFINIR ET AGIR Comment intégrer les KPI à sa stratégie d entreprise? Par Jacques Warren WHITE PAPER WHITE PAPER A PROPOS DE JACQUES WARREN

Plus en détail

SOMMAIRE DU RAPPORT ANNUEL 2013 DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL

SOMMAIRE DU RAPPORT ANNUEL 2013 DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL SOMMAIRE DU RAPPORT ANNUEL 2013 DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL Avertissement : LE PRÉSENT DOCUMENT CONSTITUE UN CONDENSÉ DU RAPPORT ANNUEL DU VÉRIFICATEUR GÉNÉRAL. VOUS ÊTES INVITÉ À CONSULTER LA VERSION INTÉGRALE

Plus en détail

Modèle de plan d action pour le sondage en ligne

Modèle de plan d action pour le sondage en ligne Projet : Sondage en ligne (Préciser le nom de votre projet) Date / période : Territoire visé : Description : Opération consistant à interroger un certain nombre d'individus au sein d'une population déterminée

Plus en détail

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS

ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude concernant l assurance-litige en matière de brevets, par CJA Consultants Ltd Janvier 2003 V4a.fin ASSURANCE-LITIGE EN MATIÈRE DE BREVETS Étude réalisée pour la Commission européenne concernant la

Plus en détail

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*

*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-*-* Note détaillée Baromètre européen du rapport aux paiements Des pratiques uniformisées en Europe? Sondage Harris Interactive pour Crédit Agricole Cards & Payments Enquête réalisée en ligne du 19 au 29 septembre

Plus en détail

Baromètre Gemalto - TNS Sofres. Les Français et les Américains exigent une amélioration de la sécurité et de la flexibilité du monde numérique

Baromètre Gemalto - TNS Sofres. Les Français et les Américains exigent une amélioration de la sécurité et de la flexibilité du monde numérique Baromètre Gemalto - TNS Sofres Les Français et les Américains exigent une amélioration de la sécurité et de la flexibilité du monde numérique Amsterdam, 12 mars 2008 Gemalto (Euronext NL0000400653 GTO),

Plus en détail

Programme de la carte Visa Commerciale

Programme de la carte Visa Commerciale Programme de la carte Visa Commerciale LA CARTE VISA COMMERCIALE EST IDÉALE POUR LES ENTREPRISES AYANT : des ventes annuelles de plus de 10 millions de dollars plus de 50 employés des employés qui ont

Plus en détail

FICHE 9 TECHNIQUE DU CHANGEMENT LE PLUS SIGNIFICATIF

FICHE 9 TECHNIQUE DU CHANGEMENT LE PLUS SIGNIFICATIF FICHE 9 TECHNIQUE DU CHANGEMENT LE PLUS SIGNIFICATIF COTA asbl 7, rue de la révolution 1000 Bruxelles www.cota.be COTA asbl Fiche 9 - Technique du changement le plus significatif Cette fiche s inscrit

Plus en détail

Conditions gagnantes pour démarrer sa transition Agile

Conditions gagnantes pour démarrer sa transition Agile Conditions gagnantes pour démarrer sa transition Agile 1 4 Les De plus en plus d organisations voient l Agilité comme une piste de solution aux problèmes auxquels elles sont confrontées. Par ailleurs,

Plus en détail

Guide d implémentation des ISBN à 13 chiffres

Guide d implémentation des ISBN à 13 chiffres Guide d implémentation des ISBN à 13 chiffres International ISBN Agency Berlin 2004 Première édition 2004 by International ISBN Agency Staatsbibliothek zu Berlin Preussischer Kulturbesitz Permission est

Plus en détail

Concevoir et déployer un data warehouse

Concevoir et déployer un data warehouse Concevoir et déployer un data warehouse Ralph Kimball Éditions Eyrolles ISBN : 2-212-09165-6 2000 2 Le cycle de vie dimensionnel Avant d étudier de plus près les spécificités de la conception, du développement

Plus en détail

Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi

Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi Passeport pour ma réussite : Mentorat Vivez comme si vous mourrez demain. Apprenez comme si vous vivrez éternellement Gandhi Éléments principaux de Passeport pour ma réussite Passeport pour ma réussite

Plus en détail

Agile 360 Product Owner Scrum Master

Agile 360 Product Owner Scrum Master Agile 360 Product Owner Scrum Master Lead Technique Equipe Agile Conception Agile Leadership Agile Software Craftmanship Test Driven Development Catalogue 2013 Liste des formations Formation Agile 360

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES NORME INTERNATIONALE D AUDIT 330 REPONSES DE L AUDITEUR AUX RISQUES EVALUES Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE Paragraphe

Plus en détail

Politique de gestion des risques

Politique de gestion des risques Objectif de la politique La gestion efficace des risques vise à assurer la continuité des opérations, le maintien de la qualité des services et la protection des actifs des organisations. Plus formellement,

Plus en détail

Plan. 1 Cycles de développement. 2 Méthodes agiles, principes généraux. 3 Comment se passe un Sprint?

Plan. 1 Cycles de développement. 2 Méthodes agiles, principes généraux. 3 Comment se passe un Sprint? Plan nitiation au Génie Logiciel Cours 5 ntroduction au π développement agile T. Genet (genet@irisa.fr) (STC/RSA) GEN-5 1/ 28 T. Genet (genet@irisa.fr) (STC/RSA) GEN-5 2/ 28 Bibliographie Plan L informatique

Plus en détail

Conseil d administration Genève, novembre 2002 LILS

Conseil d administration Genève, novembre 2002 LILS BUREAU INTERNATIONAL DU TRAVAIL GB.285/LILS/1 285 e session Conseil d administration Genève, novembre 2002 Commission des questions juridiques et des normes internationales du travail LILS PREMIÈRE QUESTION

Plus en détail

Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P

Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P Ecole des Mines d Alès Laboratoire de Génie Informatique et d Ingénierie de Production LGI2P Nîmes Sujet de thèse CIFRE RESULIS / LGI2P Titre Domaine De l ingénierie des besoins à l ingénierie des exigences

Plus en détail

Étude HERMES et agilité

Étude HERMES et agilité Département fédéral des finances Unité de stratégie informatique de la Confédération USIC Étude HERMES et agilité Unité de stratégie informatique de la Confédération USIC Friedheimweg 14 CH-3003 Berne

Plus en détail

La construction du temps et de. Construction du temps et de l'espace au cycle 2, F. Pollard, CPC Bièvre-Valloire

La construction du temps et de. Construction du temps et de l'espace au cycle 2, F. Pollard, CPC Bièvre-Valloire La construction du temps et de l espace au cycle 2 Rappel de la conférence de Pierre Hess -Démarche de recherche: importance de se poser des questions, de chercher, -Envisager la démarche mentale qui permet

Plus en détail

Entente administrative sur la certification de produits conclue entre. la Direction générale de Transports Canada, Aviation civile (TCAC)

Entente administrative sur la certification de produits conclue entre. la Direction générale de Transports Canada, Aviation civile (TCAC) Entente administrative sur la certification de produits conclue entre la Direction générale de Transports Canada, Aviation civile (TCAC) et l Agence européenne de la sécurité aérienne (AESA) (ci-après

Plus en détail

Enquête internationale 2013 sur le Travail Flexible

Enquête internationale 2013 sur le Travail Flexible Enquête internationale 2013 sur le Travail Flexible En octobre 2013, BakkerElkhuizen a mené une enquête en ligne parmi les professionnels RH en Allemagne, en Angleterre, en Belgique et aux Pays-Bas portant

Plus en détail

IFT3913 Qualité du logiciel et métriques. Chapitre 2 Modèles de processus du développement du logiciel. Plan du cours

IFT3913 Qualité du logiciel et métriques. Chapitre 2 Modèles de processus du développement du logiciel. Plan du cours IFT3913 Qualité du logiciel et métriques Chapitre 2 Modèles de processus du développement du logiciel Plan du cours Introduction Modèles de processus du développement du logiciel Qualité du logiciel Théorie

Plus en détail

Règles d engagement. Présentation Diapositives Bibliographie Questions Les vertus de la marche

Règles d engagement. Présentation Diapositives Bibliographie Questions Les vertus de la marche Règles d engagement Présentation Diapositives Bibliographie Questions Les vertus de la marche Plan Rappels sur l agilité Scrum : une implantation de l agilité Scrum ou XP? Conclusion Historique sélectif

Plus en détail

Conseil économique et social

Conseil économique et social Nations Unies ECE/CECI/2015/4 Conseil économique et social Distr. générale 30 juin 2015 Français Original : anglais Commission économique pour l Europe Comité de la coopération et de l intégration économiques

Plus en détail

Obligations des courtiers membres qui vendent des fonds négociés en bourse à effet de levier et à rendement inverse

Obligations des courtiers membres qui vendent des fonds négociés en bourse à effet de levier et à rendement inverse Avis sur les règles Note d orientation Règles des courtiers membres Destinataires à l interne : Affaires juridiques et conformité Détail Haute direction Formation Personne-ressource : Carmen Crépin Vice-présidente

Plus en détail

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES

SOMMAIRE. AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES AVRIL 2013 TECHNOLOGIE ÉTUDE POINTS DE VUE BDC Recherche et intelligence de marché de BDC TABLE DES MATIÈRES Faits saillants du sondage 2 Contexte et méthode de sondage 3 Profil des répondants 3 Investissements

Plus en détail

Architecture pragmatique pour la gestion du cycle de vie des applications (ALM)

Architecture pragmatique pour la gestion du cycle de vie des applications (ALM) Architecture pragmatique pour la gestion du cycle de vie des applications (ALM) Concepts Agile appliqués à l architecture et à la conception Jean-Louis Maréchaux jl.marechaux@ca.ibm.com Jean-Louis Maréchaux

Plus en détail

d évaluation Objectifs Processus d élaboration

d évaluation Objectifs Processus d élaboration Présentation du Programme pancanadien d évaluation Le Programme pancanadien d évaluation (PPCE) représente le plus récent engagement du Conseil des ministres de l Éducation du Canada (CMEC) pour renseigner

Plus en détail