Lignes directrices à l intention des praticiens

Save this PDF as:
Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Lignes directrices à l intention des praticiens"

Transcription

1 Janvier 2005 Lignes directrices à l intention des praticiens Visiter notre site Web : Le praticien exerçant seul ou au sein d un petit cabinet et l indépendance Le Code des principes d éthique et règles de conduite des CGA contient des règles portant sur l indépendance. En vertu de ces règles, le membre doit : 1. évaluer dans quelle mesure il est indépendant dans le cadre de toutes les missions professionnelles qu il entreprend; 2. se conformer à la Norme sur l indépendance de CGA-Canada applicable aux missions de certification et aux missions d application de procédés de vérification spécifiés; 3. se conformer aux exigences spécifiques portant sur la divulgation, la communication et la documentation relatives à l indépendance. L indépendance dans le cadre des missions de certification et des missions d application de procédés de vérification spécifiés La Norme sur l indépendance des CGA vise les missions de certification et les missions d application de procédés de vérification spécifiés et s applique aux membres et aux étudiants qui exercent l expertise comptable à titre de praticiens ou d employés. La norme s inscrit dans le Code des principes d éthique et règles de conduite et suit le modèle de la partie B, section 8, «Independence for Assurance Engagements» du code de déontologie de l International Federation of Accountants. Elle présente le cadre général devant être utilisé par les membres pour évaluer leur degré d indépendance envers leurs clients. La démarche décrite dans le cadre général comprend l identification et l évaluation des menaces et, au besoin, la mise en place de sauvegardes propres à éliminer toute menace pour l indépendance. Dans les cas où la menace est d une gravité telle qu aucune sauvegarde ne peut la ramener à un niveau acceptable, le membre doit alors soit éliminer la menace, soit refuser la mission. Cette démarche doit être appliquée systématiquement au début et à la fin de chaque mission, et des examens périodiques doivent être effectués durant la mission.

2 Les entités du réseau sont également visées par la norme. Une entité du réseau est définie comme une entité faisant l objet, dans un cabinet, d une unicité de contrôle, de propriété ou de gestion, ou une entité qui serait perçue par un tiers raisonnable et avisé ayant connaissance de tous les faits pertinents comme faisant partie du cabinet à l échelle nationale ou internationale. Par conséquent, les cabinets qui sont partie à une entente à l échelle nationale selon laquelle ils utilisent un même nom de marque ou partagent des ressources professionnelles importantes sont considérés comme des entités d un même réseau. La norme prévoit des interdictions liées aux missions de certification, aux missions d application de procédés de vérification spécifiés, aux missions de vérification et d examen et aux missions de vérification visant des entités cotées à l égard desquelles la mise en place de sauvegardes n est pas appropriée. Les interdictions, qui sont présentées en italiques dans la section 4 de la norme, ne se limitent pas à la détention d intérêts financiers. Elles visent également la prestation de services d évaluation, de technologie de l information, de vérification interne et de services autres que de certification comme la préparation des comptes et des états financiers. Il incombe au membre de consigner en dossier les détails du processus d évaluation de l indépendance et les résultats obtenus. À tout le moins, la documentation doit comprendre une description de la nature de la mission envisagée, du processus de révision, du processus d identification des intérêts, des relations ou influences qui pourraient donner lieu à une menace, des sauvegardes choisies et mises en place pour atténuer les menaces mises en lumière et des raisons pour lesquelles le membre estime que ces sauvegardes sont adéquates. Cette documentation doit être conservée dans le dossier relatif à la mission et mise à jour à mesure que la mission avance. Les missions de compilation et l indépendance S ils ne sont pas indépendants, les membres demeurent tenus en vertu des nouvelles règles de le communiquer dans l avis au lecteur lorsqu ils procèdent à une mission de compilation. Cette information doit être complète et directe. Un membre n est pas indépendant, par exemple, lorsqu il assume des fonctions de gestion comme la préparation des documents sources (p. ex., des écritures de journal ou la codification des factures) sans l approbation du client ou lorsqu il a la garde des actifs du client. Dans ces cas, il pourra utiliser le libellé suivant : «Nous avons assumé des fonctions de gestion au nom de {nom du client}». Bien que la Norme sur l indépendance des CGA s applique aux missions de certification et aux missions d application de procédés de vérification spécifiés, il est recommandé au membre de tenir compte du cadre général, des exemples et des interdictions lorsqu il évalue son indépendance dans le cadre de toutes les missions. Plus particulièrement, le membre doit éviter les activités identifiées comme portant atteinte à l indépendance qui sont indiquées dans la colonne de droite du tableau ci-après. Ces activités pouvant comporter une part de risque significative, la circonspection est de rigueur. Questions liées à l indépendance dans le cadre des autres missions professionnelles Outre les exigences énoncées ci-dessus, le membre est toujours tenu, en vertu des nouvelles règles, de divulguer tout intérêt, influence ou relation à l égard des affaires de son client (ou de son employeur) qui porte atteinte à son indépendance ou qui semble avoir cet effet. Ce sera le cas, par exemple, lorsque le membre touche des Page 2 de 11

3 honoraires ou des commissions liés à la vente ou à la recommandation d un produit ou d un service lorsque cette pratique ne constitue pas une pratique commerciale courante et qu il fournit des conseils à plusieurs clients qui sont parties à une même opération (il faut également tenir compte des questions de confidentialité propres à ce genre de situation). Tableau des services et foire aux questions sur les services offerts aux clients de services de certification Les deux sections qui suivent le tableau et la FAQ fournissent des exemples de services couramment offerts et indiquent si la prestation de ces services est susceptible de compromettre l indépendance du praticien. Le membre doit garder à l esprit que la liste des exemples n est pas exhaustive et évaluer chaque situation individuellement. N oubliez pas non plus que, pour passer de la colonne «Indépendance compromise» à «Indépendance non compromise», il peut suffire souvent de mettre en place les deux sauvegardes les plus efficaces et qui constituent les fondements mêmes d une pratique prudente, à savoir l obtention d une approbation en bonne et due forme de la part du client et la documentation. Les informations qui suivent ne s appliquent pas aux missions de vérification visant des entités cotées. Service autre que de certification fourni en conjugaison avec une mission de certification Préparation des comptes et des états financiers Indépendance non compromise Préparer des états financiers à partir des informations figurant sur la balance de vérification. Reporter sur la balance de vérification des entrées approuvées par le client. Inscrire des opérations pour lesquelles le client a déterminé ou approuvé le classement de compte, ou reporter des opérations codées par le client au grand livre général. Proposer des écritures de journal standard, de régularisation ou de correction qui ont une incidence sur les états financiers, à la condition que le client examine et comprenne la nature et l incidence des écritures en question. Transmettre des informations sur la paie ou d autres décaissements approuvés par le client à une banque ou à une autre institution financière lorsque le client a autorisé le membre Indépendance compromise* Autoriser ou approuver des opérations. Préparer des documents sources pour le client. Préparer ou modifier une écriture de journal ou encore déterminer ou modifier le code ou le classement d un compte dans quelque document comptable, sans obtenir l approbation du client. Modifier des documents sources sans obtenir l approbation du client. Signer ou cosigner des chèques, même si ce n est qu en cas d urgence. Page 3 de 11

4 Service autre que de certification fourni en conjugaison avec une mission de certification Prestation de services de conseils en placement ou en gestion Indépendance non compromise à le faire et s est organisé pour que l institution financière limite les paiements individuels quant au montant et au bénéficiaire. En outre, le client doit autoriser l institution financière à traiter l information par suite de la transmission. Utiliser des relevés de temps fournis et approuvés par le client, générer des chèques non signés ou préparer la paie pour le client. Préparer les formules de versement au gouvernement en vue de leur approbation et de leur paiement par le client. Préparer des chèques en vue de leur approbation et de leur signature par le client. Examiner comment les gestionnaires de comptes de placement gèrent le portefeuille d un client, par exemple déterminer si les gestionnaires de comptes : 1. suivent les lignes directrices en matière de placement du client; 2. atteignent les objectifs de placement du client; 3. se conforment aux styles de placement énoncés par le client. Recommander au client une répartition de fonds entre diverses catégories d actifs, à la lumière du taux de rendement visé par le client, de son profil de tolérance au risque, etc. Procéder à la tenue des comptes et à la communication des soldes du portefeuille du client, y compris l établissement d une analyse comparative des placements du client par rapport à des données de référence émanant d une source indépendante. Indépendance compromise* Autoriser ou approuver des décaissements au titre de la paie ou des charges sociales. Signer des formules de versement au gouvernement au nom de la direction du client. Approuver des factures de fournisseurs en vue de leur règlement. Contrôler les fonds d un client ou en avoir la garde et prendre des décisions liées au crédit ou aux affaires bancaires du client au nom de celui-ci. Avoir en sa possession des titres achetés par un client. Prendre des décisions de placement au nom de la direction du client ou avoir un pouvoir discrétionnaire à l égard des placements d un client. Conclure des opérations visant l achat ou la vente des placements d un client. Page 4 de 11

5 Service autre que de certification fourni en conjugaison avec une mission de certification Prestation de services en systèmes de TI Prestation de services en ressources humaines Indépendance non compromise Transmettre à un courtier ou son équivalent le choix des placements fait par un client, à la condition que le client ait autorisé le courtier ou son équivalent à conclure l opération. Installer un progiciel comptable grand public. Offrir une formation ou des instructions au personnel du client quant à un système d information et de contrôle. Concevoir, élaborer, installer ou intégrer un système d information qui n est pas lié aux états financiers ou aux comptes du client. Aider un client à configurer le plan comptable et le format des états financiers dans le cadre de son système d information financière. Examiner les compétences professionnelles des candidats. Formuler une opinion quant l aptitude des candidats par rapport à un poste, à la condition que les critères aient été établis par le client et que toutes les décisions de gestion, y compris en ce qui concerne le recrutement, soient prises par le client. Aider le client à dresser une liste restreinte des candidats qui seront invités à passer une entrevue, à la condition que cette liste ait été établie en fonction de critères fixés par le client et que toutes les décisions de gestion, y compris en ce qui concerne le recrutement, soient prises par le client. Indépendance compromise* Agir à titre de courtier ou jouer un rôle équivalent dans le cadre de la conclusion d opérations de placement. Concevoir, élaborer et implanter le système d information financière d un client. Exploiter le système de TI d un client, y compris le matériel et les logiciels, ainsi que les données utilisées ou générées par le système. Superviser le personnel du client dans le cadre de l exploitation quotidienne du système d information. Apporter des modifications importantes au code source sousjacent au système d information financière d un client. Chercher ou trouver des candidats potentiels à des postes de gestionnaire, de dirigeant ou d administrateur. Faire passer au personnel du client des tests psychologiques ou d autres types de tests structurés, ou appliquer d autres programmes d évaluation. Vérifier les références de candidats potentiels à un poste de dirigeant ou d administrateur. Agir en qualité de négociateur ou de médiateur pour le compte d un client auprès des employés ou futurs employés, par exemple pour la détermination de la situation hiérarchique, du statut ou du titre, de la rémunération, des avantages sociaux ou de toute autre condition d emploi. Page 5 de 11

6 Service autre que de certification fourni en conjugaison avec une mission de certification Prestation de services en matière de règlement de litiges Prestation de services d évaluation Indépendance non compromise Fournir des conseils dans le cadre de la prestation de services en matière de résolution de litiges à la condition que les membres de l équipe de certification ne participent pas à la prestation des services et que le client prenne la décision ultime. Fournir des services d évaluation qui portent sur des éléments qui ne sont pas importants par rapport aux états financiers de l entité et qui ne comportent pas un degré de subjectivité important, à la condition que les sauvegardes suivantes soient en place : 1. un collègue qui ne fait pas partie de l équipe de certification révise le travail effectué ou donne les conseils qu il juge opportuns; 2. le client de services de certification comprend les hypothèses qui sous-tendent l évaluation ainsi que la méthode qui sera utilisée, et donne son approbation à ce sujet; 3. le client reconnaît sa responsabilité quant aux résultats du travail effectué; 4. l employé qui fournit les services en question ne participe pas à la mission de certification. Indépendance compromise* Recommander ou conseiller à un client d engager un candidat en particulier pour un poste donné. Fournir des services en matière de résolution de litige lorsque les montants en cause sont importants par rapport aux états financiers. Fournir des services d évaluation qui portent sur des éléments qui sont importants par rapport aux états financiers et qui comportent un degré de subjectivité important. * Ces activités comportent une part de risque significative et les praticiens doivent faire preuve de circonspection. Foire aux questions Prestation de services autres que de certification à des clients de services de certification 1. J enregistre des écritures de journal tout en fournissant des services de tenue de comptes mensuels sans obtenir l approbation du client. Est-ce permis? Non. Pour que votre indépendance soit préservée, le client doit examiner et approuver les écritures de journal. Vous devez également vous assurer que la Page 6 de 11

7 direction comprenne bien la nature des écritures proposées et leur incidence sur les états financiers. 2. Dans le cadre de la prestation de services de tenue de comptes mensuels, je reçois des factures de la part du client. Le client approuve ces factures et indique sur chacune le compte du grand livre général dans lequel je dois comptabiliser l opération. Je prépare les chèques du client en vue du règlement des factures, je comptabilise les opérations dans le système de grand livre du client et j envoie les chèques au client pour approbation et signature. Je n ai pas le pouvoir de signer les chèques tirés à partir du compte du client. Est-ce permis? Oui, car la direction a établi et approuvé le classement dans les comptes, approuvé les factures en vue de leur règlement, et examiné et signé les chèques préparés. Vous devriez en outre vous assurer que les formules de versement au gouvernement sont signées par le client. 3. Dans le cadre de la prestation de services de tenue de comptes mensuels, je discute avec le client des écritures de journal récurrentes (par exemple en ce qui concerne l amortissement à l état des résultats) qui doivent être enregistrées chaque mois dans le grand livre général. Le client approuve les écritures récurrentes et prend toutes les décisions nécessaires (par exemple, la durée de vie utile des actifs). J enregistre donc ces écritures dans le grand livre général du client chaque mois. Est-ce permis? Oui, car des mesures ont été prises pour s assurer que le client comprenne la nature générale des écritures de journal et leur incidence sur les états financiers. 4. Un client inscrit tous les décaissements dans son chéquier et indique le type de charge (par exemple, téléphone ou loyer) sur le talon de chèque. Dans le cadre de la prestation de services de tenue de comptes mensuels, j affecte le numéro de compte du grand livre général concerné en m appuyant sur le type de charge indiqué par le client et j inscris ces paiements dans le système comptable du client. Est-ce permis? Oui, l indépendance n est pas compromise car vous ne déterminez pas le classement des opérations. 5. Au cours d une mission de vérification ou d examen, je propose des ajustements à apporter aux états financiers. Il peut s agir, par exemple, d écritures visant la charge d impôts de l exercice et les actifs et passifs d impôts futurs et le montant d amortissement nécessaire pour l exercice considéré. Le client examine ces écritures, comprend leur incidence sur les états financiers et comptabilise les ajustements proposés. Est-ce permis? Oui, le fait de proposer des ajustements s inscrit dans le cours normal d une mission de vérification ou d examen, et le client comprend la nature générale des écritures et leur incidence sur les états financiers. 6. Je prépare un rapprochement bancaire pour mon client dans le cadre de la prestation de services de tenue de comptes mensuels. Le client examine et approuve le rapprochement. Est-ce permis? Oui, car le client examine et approuve le rapprochement et comprend suffisamment bien les services pour pouvoir en superviser la prestation. Page 7 de 11

8 7. J aide un client à comprendre la nature de certaines écritures de régularisation et leur incidence sur les états financiers. Est-ce permis? Oui. Si un client a besoin d aide pour comprendre la nature des écritures et leur incidence sur les états financiers, vous pouvez leur expliquer les principes comptables sous-jacents aux régularisations ainsi que l incidence des régularisations sur les états financiers. 8. J exploite le système de réseau local (RL) d un client. Est-ce permis? Non. L exploitation du RL d un client est considérée comme une fonction de gestion portant atteinte à l indépendance. Le fait que le client supervise votre travail à titre de responsable de l exploitation du système n est pas considéré comme une sauvegarde adéquate pour préserver votre indépendance. Bien qu il soit reconnu que les processus de fonctionnement d un RL puissent être de nature mécanique, l exploitation d un RL est néanmoins considérée comme une fonction de gestion et doit être évitée. 9. Je m occupe de la maintenance du système de réseau local d un client (par exemple, mise à jour de la protection anti-virus, application de mises à jour et de programmes de correction, configuration des paramètres de l utilisateur conformément aux demandes de la direction). Est-ce permis? Oui, à la condition qu un employé compétent de l entité cliente prenne toutes les décisions et approuve toutes les activités. Le fait d assurer la maintenance du réseau n est pas considéré comme une activité d «exploitation» du RL. 10. J aide un client à obtenir et à conserver son accès Internet. Est-ce permis? Oui, à la condition qu un employé compétent de l entité cliente prenne toutes les décisions relatives au fournisseur de services Internet et aux services fournis. 11. J aide un client à exercer ses activités en matière de vérification interne. Est-ce permis? Oui, à la condition que le client soit responsable des activités de vérification interne et qu il reconnaisse par écrit sa responsabilité quant à l établissement, au maintien et à la surveillance du système de contrôle interne. Le client doit procéder à une évaluation afin de choisir, parmi vos recommandations, celles qui seront mises en œuvre et confier la responsabilité des activités de vérification interne à un employé compétent (de préférence un haut dirigeant). 12. Je fournis des services de fiscalité à un client de services de certification. Est-ce permis? Oui. Les services de fiscalité liés à la conformité, la planification, les opinions fiscales en bonne et due forme et l assistance dans le cadre du règlement de litiges fiscaux, ne portent généralement pas atteinte à l indépendance. Lorsqu il représente un client auprès de l Agence du revenu du Canada, ou tout autre tiers, le membre doit éviter de faire valoir le point de vue de son client au détriment de sa propre objectivité et de son jugement professionnel, car il en découlerait alors un risque lié à la représentation. Parmi les sauvegardes pouvant être mises en place dans ce genre de situation, mentionnons le fait d avoir recours à un employé du cabinet qui n est pas membre de l équipe de certification, de s assurer que le client prenne des décisions éclairées et de consigner l information pertinente en dossier. Page 8 de 11

9 13. Le total des honoraires généré par un seul client de services de certification représente une proportion importante du total de mes honoraires. Est-ce permis? Oui, quoique la dépendance à l égard du client en question et la crainte de le perdre peut créer un risque lié à l intérêt personnel. Parmi les sauvegardes pouvant être mises en place pour ramener la menace à un niveau acceptable, mentionnons les suivantes : discuter de l importance et de la nature des honoraires avec le comité de vérification ou, en l absence de comité de vérification, avec les responsables de la gouvernance; prendre des mesures pour réduire la dépendance à l égard de ce client; mettre en place un contrôle externe de la qualité; consulter un tiers, par exemple un collègue ou le membre conseiller de votre association provinciale. 14. Je fournis des conseils ou de l assistance à un client en vue de l aider à obtenir du financement. Est-ce permis? Oui, car vous ne prenez pas une décision de gestion au nom de votre client. 15. Je fournis à mon client des curriculum vitæ qui ont été déposés à mon bureau en vue de pourvoir un poste spécifique. J ai d abord communiqué par téléphone avec les candidats pour leur demander s ils consentaient à ce que je transmette leur CV à mon client. Le client a décidé d engager l un des candidats. Est-ce permis? Si le client prend la décision en ce qui concerne le recrutement et que le poste à pourvoir n est pas un poste de direction, cette pratique est normalement permise. En revanche, s il s agit d un poste de direction, votre indépendance se trouve compromise. Des sauvegardes comme la consultation du client, le consentement du client et la prise de décision par le client et la consignation en dossier des éléments pertinents sont cruciales. 16. Dois-je prévoir le remplacement de l associé responsable d une mission de vérification visant un client de longue date? Cette situation crée inévitablement un risque de familiarité. La rotation est recommandée mais elle n est pas obligatoire lorsque le client n est pas une entité cotée. Si la rotation n est pas possible, il est essentiel que le dossier soit révisé par un collègue qui n a pas participé à la vérification ou qu il soit révisé dans le cadre des inspections professionnelles périodiques menées par l Association. Encore une fois, une documentation étoffée du consentement fourni par le client est vitale. Page 9 de 11

10 Dispositions transitoires Les règles R202 à R202.3 du Code des principes d éthique et règles de conduite [CPERC] des CGA, et la Norme sur l indépendance connexe, entrent en vigueur : a) en ce qui concerne une mission de certification visant une période donnée d un client, à la première période ouverte après la plus éloignée des deux dates suivantes : le 31 décembre 2004 ou le 31 décembre de l année au cours de laquelle la Norme est adoptée par une association provinciale; b) en ce qui concerne toute autre mission de certification et toute mission visant la publication d un rapport sur les résultats de l application de procédés de vérification spécifiés, pour toute mission commencée après la plus éloignée des deux dates suivantes : le 31 décembre 2004 ou le 31 décembre de l année au cours de laquelle la Norme est adoptée par une association provinciale, sous réserve des dispositions transitoires suivantes qui sont applicables. 1. Prestation de services autres que de certification Les services autres que de certification visés aux paragraphes 4.63 à de la Norme sur l indépendance des CGA ne comprennent pas un service dont la prestation n est pas terminée avant la plus éloignée des dates suivantes : le 1 er janvier 2005 ou le 1 er janvier de l année qui suit l année au cours de laquelle la Norme sur l indépendance des CGA est adoptée par une association provinciale si : a) à la plus éloignée des dates suivantes : le 31 décembre 2004 ou le 31 décembre de l année au cours de laquelle la Norme est adoptée par une association provinciale, le membre ou le cabinet est lié par un contrat visant la prestation du service; b) la prestation du service est terminée avant la plus éloignée des deux dates suivantes : le 1 er janvier 2006 ou le 1 er janvier de l année qui suit l année au cours de laquelle la Norme est adoptée par une association provinciale; c) la prestation du service par le membre ou le cabinet n aurait pas contrevenu à la règle R202.1 du CPERC comme formulée avant la plus éloignée des dates suivantes : le 1 er janvier 2006 ou le 1 er janvier de l année qui suit l année au cours de laquelle la Norme est adoptée par une association provinciale. 2. Préapprobation de services de vérification et de services autres que de vérification Le paragraphe 4.62 de la Norme sur l indépendance des CGA ne s applique pas à un service professionnel dont la prestation n est pas terminée avant la plus éloignée des dates suivantes : le 1 er janvier 2005 ou le 1 er janvier de l année qui suit l année au cours de laquelle la Norme est adoptée par une association provinciale si : a) à la plus éloignée des dates suivantes : le 31 décembre 2004 ou le 31 décembre de l année au cours de laquelle la Norme est adoptée par une association provinciale, le membre ou le cabinet est lié par un contrat visant la prestation du service; b) la prestation du service est terminée avant la plus éloignée des deux dates suivantes : le 31 décembre 2005 ou le 31 décembre de l année au cours de laquelle la Norme est adoptée par une association provinciale. Page 10 de 11

11 3. Liens d emploi Les dispositions du paragraphe 4.54 de la Norme sur l indépendance des CGA relatives aux liens d emploi ne s appliquent pas aux liens d emploi établis par une personne avant la plus éloignée des dates suivantes : le 1 er janvier 2005 ou le 1 er janvier de l année qui suit l année au cours de laquelle la Norme est adoptée par une association provinciale. 4. Rémunération des associés en vérification Le paragraphe de la Norme sur l indépendance des CGA ne s applique pas à la rémunération d un associé en vérification pour l exercice de son cabinet qui englobe la plus éloignée des dates suivantes : le 31 décembre 2004 ou le 31 décembre de l année au cours de laquelle la Norme est adoptée par une association provinciale. 5. Rotation des associés en vérification Malgré les exigences du paragraphe 4.61 de la Norme sur l indépendance des CGA : a) un associé responsable de mission peut continuer d exercer ce rôle pour un client donné jusqu au deuxième exercice du client, inclusivement, ouvert après la plus éloignée des deux dates suivantes : le 31 décembre 2004 ou le 31 décembre de l année au cours de laquelle la Norme est adoptée par une association provinciale, même s il a exercé ce rôle ou le rôle de responsable du contrôle de la qualité de la mission pendant cinq ans ou plus avant ce deuxième exercice; b) un responsable du contrôle de la qualité d une mission peut continuer d exercer ce rôle pour un client donné jusqu au troisième exercice du client, inclusivement, ouvert après la plus éloignée des deux dates suivantes : le 31 décembre 2004 ou le 31 décembre de l année au cours de laquelle la Norme a été adoptée par une association provinciale, même s il a exercé ce rôle ou le rôle d associé responsable de mission pendant cinq ans ou plus avant ce troisième exercice; c) un associé visé à l alinéa 4.61 a) de la Norme sur l indépendance des CGA peut continuer d exercer ce rôle pendant au plus sept ans après la plus éloignée des deux dates suivantes : le 31 décembre 2004 ou le 31 décembre de l année au cours de laquelle la Norme a été adoptée par une association provinciale, même s il a exercé ce rôle pendant sept ans ou plus avant l exercice du client ouvert après le 31 décembre 2004 ou le 31 décembre de l année au cours de laquelle la Norme a été adoptée par une association provinciale; d) un membre peut commencer à exercer le rôle d associé responsable de mission pour un client donné avant la fin du deuxième exercice du client ouvert après la plus éloignée des deux dates suivantes : le 31 décembre 2004 ou le 31 décembre de l année au cours de laquelle la Norme est adoptée par une association provinciale, et peut continuer d exercer ce rôle pendant cinq ans, peu importe le nombre d années, le cas échéant, pendant lesquelles il a été auparavant responsable du contrôle de la qualité de la mission pour ce client. Avis important : Les cabinets de CGA exerçant l expertise comptable inscrits au Conseil canadien sur la reddition de comptes (CCRC) pourront choisir d appliquer la Norme sur l indépendance des CGA plutôt que la norme sur l indépendance de L Institut Canadien des Comptables Agréés lorsque la norme des CGA sera en vigueur dans leur province ou territoire. Page 11 de 11

204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées

204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées 204 Indépendance 204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées Supprimé: relatives à des Le membre ou le cabinet qui réalise une mission ou participe à une

Plus en détail

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du conseil d administration 1

Banque Canadienne Impériale de Commerce Mandat du conseil d administration 1 1 1. OBJET (1) Les membres du conseil d administration ont le devoir de surveiller la gestion des affaires tant commerciales qu internes de la Banque CIBC. Le conseil d administration donne, à la fois

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

Règle 204 Approuvée par le Comité sur la confiance du public Le 14 novembre 2013

Règle 204 Approuvée par le Comité sur la confiance du public Le 14 novembre 2013 Règle 204 Approuvée par le Comité sur la confiance du public Le 14 novembre 2013 204 Indépendance 204.1 Missions de certification et missions d application de procédures d audit spécifiées Le membre ou

Plus en détail

Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation.

Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation. Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation. Vous devez revoir votre rapport sur votre régime de capitalisation au moins une fois par année afin de vous assurer que celui-ci reflète

Plus en détail

CHARTE D AUDIT INTERNE

CHARTE D AUDIT INTERNE CHARTE D AUDIT INTERNE adoptée par le Conseil des gouverneurs le 26 mars 2013 Centre de recherches pour le développement international Ottawa, Canada Assurances et conseils afin de soutenir le développement

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE

CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE CHARTE CORPORATIVE Date de publication 2005-11-17 Date de révision 2014-06-10 Émise et approuvée par Conseil d administration de Uni-Sélect inc. CHARTE DU COMITÉ DE RÉGIE D ENTREPRISE PARTIE I. STRUCTURE

Plus en détail

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM)

ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) 1 ORGANISME CANADIEN DE RÉGLEMENTATION DU COMMERCE DES VALEURS MOBILIÈRES (OCRCVM) CHARTE DU COMITÉ DES FINANCES, DE L AUDIT COMPTABLE ET DE LA GESTION DES RISQUES Mandat Le Comité des finances, de l audit

Plus en détail

Résumé des modifications à la règle d indépendance visée au Code de déontologie des comptables professionnels agréés*

Résumé des modifications à la règle d indépendance visée au Code de déontologie des comptables professionnels agréés* Résumé des modifications à la règle d indépendance visée au Code de déontologie des comptables professionnels agréés* L article 36.4 du Code de déontologie des comptables professionnels agréés, entré en

Plus en détail

~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~

~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~ CHARTE DU COMITÉ DU RISQUE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION ~ ~ Superviser la gestion des risques de la Banque ~ ~ Principales responsabilités Approuver le cadre de gestion des

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU CONSEIL CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») 1. Généralités CHARTE DU CONSEIL Le conseil d administration de la société (le «conseil») a pour principale responsabilité la gouvernance

Plus en détail

PROCÈS-VERBAUX INTÉGRITÉ ET CONFLITS D INTÉRÊTS COMPOSITION RÔLE ET RESPONSABILITÉS. Étendue générale BANQUE NATIONALE DU CANADA

PROCÈS-VERBAUX INTÉGRITÉ ET CONFLITS D INTÉRÊTS COMPOSITION RÔLE ET RESPONSABILITÉS. Étendue générale BANQUE NATIONALE DU CANADA BANQUE NATIONALE DU CANADA CONSEIL D ADMINISTRATION Les administrateurs sont élus annuellement par les actionnaires pour superviser la gestion, en vertu de la loi, des activités commerciales et des affaires

Plus en détail

INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE

INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE INSTRUCTION GÉNÉRALE 25-201 RELATIVE AUX INDICATIONS À L INTENTION DES AGENCES DE CONSEIL EN VOTE CHAPITRE 1 OBJET ET CHAMP D APPLICATION 1.1. Objet Les Autorités canadiennes en valeurs mobilières (les

Plus en détail

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions

Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Passif au titre des sites contaminés : analyse des questions Préparée par les permanents du Conseil sur la comptabilité dans le secteur public Octobre 2009 TABLE DES MATIÈRES PARAGRAPHE Introduction....01

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1. Formation du Comité des ressources humaines Un Comité des ressources humaines (le «comité») du conseil d administration (le «conseil»)

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION

MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION MANDAT DU COMITÉ DE LA GESTION DES RESSOURCES EN PERSONNEL DE DIRECTION ET DE LA RÉMUNÉRATION Le conseil d administration a mis sur pied le comité de la gestion des ressources en personnel de direction

Plus en détail

PRÊTS DE L IAF À L INTENTION DES IMMIGRANTS

PRÊTS DE L IAF À L INTENTION DES IMMIGRANTS PRÊTS DE L IAF À L INTENTION DES IMMIGRANTS Les prêts de l IAF à l intention des immigrants aident à défrayer le coût des cours et des examens pour qu ils puissent faire au Canada le travail qu ils faisaient

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE PLACEMENT DU FONDS DE PENSION BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DE PLACEMENT DU FONDS DE PENSION BANQUE DU CANADA 24 septembre 2013 MANDAT DU COMITÉ DE PLACEMENT DU FONDS DE PENSION BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le

Plus en détail

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT

CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT Décembre 2014 CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT 1. CRÉATION Le Conseil d administration de la Banque du Canada (le «Conseil») est constitué en vertu de l article 5 de la Loi sur la Banque du Canada (la «Loi»).

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 OFFICE D INVESTISSEMENT DES RÉGIMES DE PENSION («INVESTISSEMENTS PSP») Approuvé par le conseil d administration le 13 novembre 2014 13 novembre 2014 PSP-Legal 1633578-1 Page 2 INTRODUCTION Le conseil d

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ D AUDIT

MANDAT DU COMITÉ D AUDIT MANDAT DU COMITÉ D AUDIT 1. Constitution Le comité d audit (le «comité») est constitué par le conseil d administration de la Banque afin d appuyer le conseil dans l exercice de ses fonctions en matière

Plus en détail

ANNEXE F MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE

ANNEXE F MANDAT DU COMITÉ DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE Le conseil d administration a constitué le Comité de gouvernance d entreprise (le «comité») pour le seconder dans son devoir de supervision de l efficacité du système de gouvernance d entreprise de la

Plus en détail

Réalisez votre audit interne et préparez-vous à l audit externe

Réalisez votre audit interne et préparez-vous à l audit externe ÉTAPE 14I Réalisez votre audit interne et préparez-vous à l audit externe Cette étape remplit une exigence de l article 4.2 de la norme. Exigences de la norme (article 4.2).1 Réalisez votre audit interne

Plus en détail

Annexe 9 : Transferts de fonds d un Établissement principal à un Établissement secondaire

Annexe 9 : Transferts de fonds d un Établissement principal à un Établissement secondaire Annexe 9 : Transferts de fonds d un Établissement principal à un Établissement secondaire 1. Définitions Chercheur principal le candidat principal d une demande de subvention ou de bourse qui a été approuvée

Plus en détail

Énoncé de la politique de placements Document 215027

Énoncé de la politique de placements Document 215027 Contexte et objet Énoncé de la politique de placements Document 215027 Le cumul des actifs investis par l Institut canadien des actuaires s est accru au fil des ans. La plupart de ces actifs se sont accumulés

Plus en détail

RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit

RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit RÈGLE 2400 RELATIONS ENTRE LES COURTIERS MEMBRES ET DES ENTITÉS DE SERVICES FINANCIERS : PARTAGE DE BUREAUX INTRODUCTION La présente Règle établit des lignes directrices à l intention des courtiers membres

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ D AUDIT

MANDAT DU COMITÉ D AUDIT MANDAT DU COMITÉ D AUDIT Le comité d audit (le «Comité») est responsable auprès du conseil d administration (le «Conseil») des politiques et pratiques relatives à l intégrité des déclarations financières

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D ÉVALUATION DES RISQUES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL

CHARTE DU COMITÉ D ÉVALUATION DES RISQUES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Approuvé par le Conseil d administration le 29 octobre 2013 CHARTE DU COMITÉ D ÉVALUATION DES RISQUES DE LA BANQUE DE MONTRÉAL Le Comité d évaluation des risques est chargé d aider le Conseil d administration

Plus en détail

Le Bureau du vérificateur général. Vérification interne des mécanismes de contrôle interne du système financier GX

Le Bureau du vérificateur général. Vérification interne des mécanismes de contrôle interne du système financier GX Préparé pour : Le Bureau du vérificateur général Vérification interne des mécanismes de contrôle interne du système financier GX Le 18 novembre 2009 1 Introduction KPMG s.r.l./s.e.n.c.r.l. a été chargée

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE LA BANQUE TORONTO-DOMINION Principales responsabilités ~~ Être responsable de l évaluation du rendement, de la rémunération et de

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT

CHARTE DU COMITÉ D AUDIT CHARTE DU COMITÉ D AUDIT I. OBJECTIF GÉNÉRAL ET PRINCIPAL MANDAT Le comité d audit (le «comité») est établi par le conseil d administration (le «conseil») d Ovivo Inc. (la «Société») pour l aider à s acquitter

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION LES COMPAGNIES LOBLAW LIMITÉE

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION LES COMPAGNIES LOBLAW LIMITÉE MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION de LES COMPAGNIES LOBLAW LIMITÉE LES COMPAGNIES LOBLAW LIMITÉE MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1. RÔLE DU CONSEIL Le rôle du conseil est d assumer la responsabilité

Plus en détail

APECA Siège social et régions

APECA Siège social et régions Vérification de l Instrument de délégation et de responsabilisation en matière de nomination (IDRN) APECA Siège social et régions Direction de la vérification interne Rapport final Juillet 2007 TABLE DES

Plus en détail

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO

CONSEIL SCOLAIRE PUBLIC DU GRAND NORD DE L ONTARIO Modifiée : Page 1 de 20 DIRECTIVES ADMINISTRATIVES DÉFINITIONS 1. La direction d école ou la direction nouvellement nommée s entend : a) d une direction qualifiée sans expérience dans ce poste au sein

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION

CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION CHARTE DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE LA RÉMUNÉRATION 1. Définition des termes Dans la présente charte, les termes suivants ont le sens que voici : «Charte» s entend de la charte du Comité, tel

Plus en détail

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU COMITÉ DE RISQUE ET DE VÉRIFICATION

CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU COMITÉ DE RISQUE ET DE VÉRIFICATION CORPORATION CANADIENNE DE COMPENSATION DE PRODUITS DÉRIVÉS (la «société») CHARTE DU COMITÉ DE RISQUE ET DE VÉRIFICATION 1. Généralités Le conseil d administration de la société (le «conseil») a formé un

Plus en détail

Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc.

Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc. Mandat du Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie VIA Rail Canada inc. 1. OBJET Le conseil d administration a délégué au Comité sur la gouvernance, le risque et la stratégie les fonctions

Plus en détail

Norme sur l indépendance Version1.2

Norme sur l indépendance Version1.2 Version1.2 Association des comptables généraux accrédités du Canada 800 1188 West Georgia Street Vancouver (C.-B.) V6E 4A2, 2006 Tous droits réservés. Il est interdit de reproduire le présent document

Plus en détail

Retrait d enfants placés

Retrait d enfants placés Page 1 de 10 Retrait d enfants placés Cette section contient les normes et les principes directeurs provinciaux qui régissent le retrait d un enfant du foyer nourricier où il a été placé. Elle s applique

Plus en détail

Politique d approbation des mémoires internationaux

Politique d approbation des mémoires internationaux Contexte et objet Politique d approbation des mémoires internationaux Document 215033 Un «mémoire» est soit la réponse officielle de l Institut à un appel à commentaires, soit un ensemble de commentaires

Plus en détail

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 510 MISSIONS D AUDIT INITIALES SOLDES D OUVERTURE

NORME INTERNATIONALE D AUDIT 510 MISSIONS D AUDIT INITIALES SOLDES D OUVERTURE NORME INTERNATIONALE D AUDIT 510 MISSIONS D AUDIT INITIALES SOLDES D OUVERTURE Introduction (Applicable aux audits d états financiers pour les périodes ouvertes à compter du 15 décembre 2009) SOMMAIRE

Plus en détail

Chapitre 3056, «Intérêts dans des partenariats»

Chapitre 3056, «Intérêts dans des partenariats» Alerte info financière NCECF JANVIER 2015 Chapitre 3056, «Intérêts dans des partenariats» Le Conseil des normes comptables (CNC) a publié en septembre 2014 le chapitre 3056 de la Partie II (Normes comptables

Plus en détail

Politique en matière d accessibilité et plan d accessibilité pluriannuel

Politique en matière d accessibilité et plan d accessibilité pluriannuel Politique en matière d accessibilité et plan d accessibilité pluriannuel Conformément au Règlement de l Ontario 191/11 pris en application de la Loi de 2005 sur l accessibilité pour les personnes handicapées

Plus en détail

Politique en matière d accessibilité de l Ontario

Politique en matière d accessibilité de l Ontario Politique en matière d accessibilité de l Ontario 1. Objectifs et portée La Loi de 2005 sur l accessibilité pour les personnes handicapées de l Ontario (LAPHO) élabore, met en œuvre et applique les normes

Plus en détail

Règlement sur les conditions et modalités de délivrance des permis de l Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec

Règlement sur les conditions et modalités de délivrance des permis de l Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec Règlement sur les conditions et modalités de délivrance des permis de l Ordre des traducteurs, terminologues et interprètes agréés du Québec Code des professions (chapitre C-26, a. 93, par. c.1 et a. 94,

Plus en détail

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 6 août 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RISQUES ASSOCIÉS À LA SÉCURITÉ, AU MILIEU DE TRAVAIL ET AUX PROJETS Le comité des risques associés à la sécurité, au milieu de travail et aux projets («comité») est un comité

Plus en détail

Examen des pratiques de gestion du risque d atteinte à la réputation Principes, observations et prochaines étapes

Examen des pratiques de gestion du risque d atteinte à la réputation Principes, observations et prochaines étapes Examen des pratiques de gestion du risque Principes, observations et prochaines étapes Contexte Le présent document n est pas une ligne directrice. Il a pour objet de communiquer les principes de base

Plus en détail

Auto-évaluation. Section Sujet traité Page. 10000 Résumé.. 10-2. 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3

Auto-évaluation. Section Sujet traité Page. 10000 Résumé.. 10-2. 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3 Auto-évaluation Chapitre 10 Auto-évaluation Section Sujet traité Page 10000 Résumé.. 10-2 10100 Guides de travail pour les évaluations.. 10-3 10200 Lettre déclarative de responsabilité.. 10-4 10300 Résolution

Plus en détail

CHARTE DU COMITÉ DES MISES EN CANDIDATURE ET DE GOUVERNANCE D'ENTREPRISE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC.

CHARTE DU COMITÉ DES MISES EN CANDIDATURE ET DE GOUVERNANCE D'ENTREPRISE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. CHARTE DU COMITÉ DES MISES EN CANDIDATURE ET DE GOUVERNANCE D'ENTREPRISE DU CONSEIL D ADMINISTRATION DE TIM HORTONS INC. Adoptée le 28 septembre 2009 (Modification la plus récente : novembre 2013) La présente

Plus en détail

Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec

Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec Audit des contrôles de base pour l Agence de développement économique du Canada pour les régions du Québec Octobre 2013 Bureau du contrôleur général Pourquoi est-ce important? Les Canadiens s attendent

Plus en détail

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004

Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité. Ébauche septembre 2004 Guide de préparation du manuel de politique visant le système de gestion de la sécurité Ébauche septembre 2004 Le présent guide a été conçu dans le but d aider les petits exploitants du domaine de l aviation

Plus en détail

Indications et outils à l intention des comités d audit

Indications et outils à l intention des comités d audit Indications et outils à l intention des comités d audit L organisation des Comptables professionnels agréés (CPA Canada) a publié de nouveaux documents en vue d aider les comités d audit à mieux surveiller

Plus en détail

Guide sur la mise à jour n o 4 du MAQ

Guide sur la mise à jour n o 4 du MAQ Guide sur la mise à jour n o 4 du MAQ Stuart Hartley FCA shartley@focusroi.com Au programme Aperçu de la mise à jour n o 4 du MAQ Nouveautés dans le MAQ et exemples de manuels de politiques. Comparaison

Plus en détail

DETAIL DES PRINCIPES RELATIFS AU TRAITEMENT DES DONNEES PERSONNELLES

DETAIL DES PRINCIPES RELATIFS AU TRAITEMENT DES DONNEES PERSONNELLES DETAIL DES PRINCIPES RELATIFS AU TRAITEMENT DES DONNEES PERSONNELLES 1. TRAITEMENT IMPARTIAL ET LEGAL IPSOS s engage à traiter les données personnelles de façon impartiale et légale. Pour se conformer

Plus en détail

Révisé pour janvier 2014

Révisé pour janvier 2014 SERVICES DE L AGRÉMENT Lignes directrices pour les programmes de formation paramédicale sur l utilisation du Profil national des compétences professionnelles (PNCP) 2011 de l Association des paramédics

Plus en détail

Politique du Conseil des Atikamekw de Manawan. Communications et reddition de comptes à la communauté. Octobre 2015

Politique du Conseil des Atikamekw de Manawan. Communications et reddition de comptes à la communauté. Octobre 2015 Politique du Conseil des Atikamekw de Manawan Communications et reddition de comptes à la communauté Octobre 2015 1. Contexte 2. Objectifs 3. Champ d application 4. Définition 5. Communications et reddition

Plus en détail

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE

DIRECTIVE DU COMMISSAIRE DIRECTIVE DU COMMISSAIRE SUJET: PROCESSUS INTERNE DE RÈGLEMENT DES DIFFÉRENDS N O: DC-12 DATE DE PUBLICATION: 10 AVRIL 2013 DATE D ENTRÉE EN VIGUEUR : 2 SEPTEMBRE 2013 INTRODUCTION Le gouvernement du Canada

Plus en détail

ORDRE DES HYGIÉNISTES DENTAIRES DU QUÉBEC POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE OBLIGATOIRE

ORDRE DES HYGIÉNISTES DENTAIRES DU QUÉBEC POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE OBLIGATOIRE ORDRE DES HYGIÉNISTES DENTAIRES DU QUÉBEC POLITIQUE DE FORMATION CONTINUE OBLIGATOIRE Adoptée le 1 er avril 2008 Révisée le 27 janvier 2012 ORDRE DES HYGIÉNISTES DENTAIRES DU QUÉBEC POLITIQUE DE FORMATION

Plus en détail

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 TEMBEC INC. MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION I. INTRODUCTION A. Objet et objectifs Le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec Inc. (la «Société») est responsable de

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES

MANDAT DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES MANDAT DU COMITÉ DE GESTION DES RISQUES 1. Constitution Le comité de gestion des risques (le «comité») est un comité créé par le conseil d administration de la Banque afin d appuyer le conseil dans l exercice

Plus en détail

Documentation Site Web Programme de Réanimation Fondation des maladies du cœur du Québec

Documentation Site Web Programme de Réanimation Fondation des maladies du cœur du Québec Documentation Site Web Programme de Réanimation 1. La page d accueil:... 2 2. La demande d ouverture de dossier:... 4 2.1 La fenêtre de type de compte... 4 2.2 La fenêtre des coordonnées de l instructeur...

Plus en détail

Votre permis de conduire et votre état de santé

Votre permis de conduire et votre état de santé Votre permis de conduire et votre état de santé Le présent document explique comment votre état de santé peut affecter votre capacité à être titulaire d un permis de conduire du Yukon, et comment le gouvernement

Plus en détail

CODE DE DÉONTOLOGIE DES ENTRAÎNEURS

CODE DE DÉONTOLOGIE DES ENTRAÎNEURS CODE DE DÉONTOLOGIE DES ENTRAÎNEURS RÉVISÉ ET APPROUVÉ en octobre 2002 1 CODE DE DÉONTOLOGIE DES ENTRAÎNEURS 1.0 ÉNONCÉ DU MANDAT DE PATINAGE CANADA Patinage Canada est une association qui a pour mandat

Plus en détail

RÈGLEMENT RÉGISSANT LE CONTRAT DE SERVICE PROFESSIONNEL

RÈGLEMENT RÉGISSANT LE CONTRAT DE SERVICE PROFESSIONNEL RÈGLEMENT RÉGISSANT LE CONTRAT DE SERVICE PROFESSIONNEL 2015 www.iccrc-crcic.ca Version : 2015-001 Dernière modification : 28 juillet 20 Page 2 de 12 Table des matières MODIFICATIONS DE SECTIONS... 3 SECTION

Plus en détail

Bureau du vérificateur général du Nouveau-Brunswick. États financiers

Bureau du vérificateur général du Nouveau-Brunswick. États financiers Bureau du vérificateur général du Nouveau-Brunswick États financiers États financiers CONTENU Rapport de l auditeur indépendant 3 État de la situation financière 4 État des résultats 5 État des flux de

Plus en détail

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification.

Système de certification. Système officiel ou agréé de certification. DIRECTIVES SUR L ÉLABORATION D ACCORDS D ÉQUIVALENCE RELATIFS AUX SYSTÈMES D INSPECTION ET DE CERTIFICATION DES IMPORTATIONS ET DES EXPORTATIONS ALIMENTAIRES SECTION 1 CHAMP D APPLICATION CAC/GL 34-1999

Plus en détail

RAPPORT ANNUEL DU COMITE D AUDIT ET DES RISQUES AU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE 2012

RAPPORT ANNUEL DU COMITE D AUDIT ET DES RISQUES AU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE 2012 RAPPORT ANNUEL DU COMITE D AUDIT ET DES RISQUES AU CONSEIL D ADMINISTRATION EXERCICE 2012 Avril 2013 TABLE DES MATIERES INTRODUCTION.2 AUDIT INTERNE 2 AUDIT EXTERNE.4 GESTION DES RISQUES..5 OPINION GLOBALE

Plus en détail

uestion de savoir Q Rôle et responsabilités du comité de retraite

uestion de savoir Q Rôle et responsabilités du comité de retraite 1. Quel est le rôle du comité de retraite? Le comité est l'administrateur du régime. Le comité est un sous-comité de l'employeur, du syndicat ou des deux qui approuve les décisions prises par le promoteur

Plus en détail

Demande d Inscription Initiale

Demande d Inscription Initiale Demande d Inscription Initiale ATTENDEZ D AVOIR TOUTE LA DOCUMENTATION REQUISE AVANT DE REMPLIR CE FORMULAIRE. Documents requis : Il incombe aux candidats de s assurer que leur relevé de notes est envoyé

Plus en détail

Bienvenue chez Banque Nationale Réseau des correspondants

Bienvenue chez Banque Nationale Réseau des correspondants Bienvenue chez Banque Nationale Réseau des correspondants Pour atteindre vos objectifs financiers, vous devez pouvoir compter sur un partenaire fiable pour la gestion de votre patrimoine. Et, à ce titre,

Plus en détail

LE MUSÉE CANADIEN DES DROITS DE LA PERSONNE. Politique d investissement

LE MUSÉE CANADIEN DES DROITS DE LA PERSONNE. Politique d investissement LE MUSÉE CANADIEN DES DROITS DE LA PERSONNE Politique d investissement Cette politique est en vigueur depuis le 18 juin 2009 POLITIQUE D INVESTISSEMENT 1. GÉNÉRALITÉS P R É A M B U L E Le Musée canadien

Plus en détail

STRUCTURES ORGANISATIONNELLES

STRUCTURES ORGANISATIONNELLES Introduction 9 STRUCTURES ORGANISATIONNELLES Par Sven Milelli INTRODUCTION Structures organisationnelles 11 Il existe une grande variété de structures juridiques possibles pour l exploitation d une entreprise

Plus en détail

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION

MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION MANDAT DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le conseil d administration (le «conseil») rend compte à l actionnaire et relève du Parlement par l intermédiaire du ministre de l Industrie. Le conseil assume la responsabilité

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA

MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 23 septembre 2014 MANDAT DU COMITÉ DES PENSIONS BANQUE DU CANADA 1. Introduction La Banque du Canada (la «Banque») est l administrateur du Régime de pension de la Banque du Canada (le «Régime de pension»)

Plus en détail

MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE

MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE MORNEAU SHEPELL INC. CHARTE DE LA RÉMUNÉRATION, DE LA NOMINATION ET DE LA GOUVERNANCE D ENTREPRISE La présente Charte de la rémunération, de la nomination et de la gouvernance d entreprise a été adoptée

Plus en détail

Évaluation des risques de crédit rattachés aux instruments financiers à valeur amortie aux fins du calcul des provisions pour dépréciation

Évaluation des risques de crédit rattachés aux instruments financiers à valeur amortie aux fins du calcul des provisions pour dépréciation Ligne directrice Objet : Évaluation des risques de crédit rattachés aux instruments financiers à valeur amortie aux fins du calcul des provisions pour dépréciation Catégorie : Comptabilité N o : C-1 Version

Plus en détail

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 5 novembre 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES

Groupe SNC-Lavalin inc. Rév. 5 novembre 2015 Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES Page 1 MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES Le comité des ressources humaines («comité») est un comité du conseil d administration de Groupe SNC-Lavalin inc. («Société») qui aide le conseil à s acquitter

Plus en détail

Recommandations du Comité d examen indépendant de la Fondation Universitas du Canada

Recommandations du Comité d examen indépendant de la Fondation Universitas du Canada Recommandations du Comité d examen indépendant de la Fondation Universitas du Canada Numéro de la recommandation et date REC-2010-1 (29/03/2010) REC-2010-2 (29/03/2010) REC-2010-3 (29/03/2010) REC-2010-4

Plus en détail

RÈGLEMENT RÉGISSANT LA GESTION DES DOSSIERS CLIENTS

RÈGLEMENT RÉGISSANT LA GESTION DES DOSSIERS CLIENTS RÈGLEMENT RÉGISSANT LA GESTION DES DOSSIERS CLIENTS 2015 www.iccrc-crcic.ca Version : 2015-002 Dernière modification : 13 juillet 2015 Page 2 de 9 Table des matières SECTION 1 OBJECTIF... 4 SECTION 2 DÉFINITIONS...

Plus en détail

Processus d accréditation

Processus d accréditation AGRI-STABILITÉ AGRI-QUÉBEC PLUS AGRI-INVESTISSEMENT AGRI-QUÉBEC Devis du préparateur accrédité de données Processus d accréditation Processus d accréditation, rôle et engagements du préparateur 2015 Avril

Plus en détail

Notes explicatives Propositions législatives concernant l impôt sur le revenu. Loi de l impôt sur le revenu

Notes explicatives Propositions législatives concernant l impôt sur le revenu. Loi de l impôt sur le revenu Article 1 Notes explicatives Propositions législatives concernant l impôt sur le revenu Compagnies d assurance Loi de l impôt sur le revenu 138 L article 138 de la Loi de l impôt sur le revenu (la Loi)

Plus en détail

Services-conseils et d intégration d applications réseau HP

Services-conseils et d intégration d applications réseau HP Services-conseils et d intégration d applications réseau HP Services HP Données techniques Les Services-conseils et d intégration d applications réseau HP (les «Services») sont en mesure de répondre à

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉGIE D ENTREPRISE

MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉGIE D ENTREPRISE MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES ET DE RÉGIE D ENTREPRISE 1. Constitution Le comité des ressources humaines et de régie d entreprise (le «comité») est un comité créé par le conseil d administration

Plus en détail

TECSYS INC. ÉNONCÉ DES PRATIQUES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE

TECSYS INC. ÉNONCÉ DES PRATIQUES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE TECSYS INC. ÉNONCÉ DES PRATIQUES EN MATIÈRE DE GOUVERNANCE D ENTREPRISE En date du 30 juin 2005, les autorités canadiennes en valeurs mobilières ont adopté le Règlement 58-101 et l Instruction générale

Plus en détail

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012

RAPPEL PLAN DE CONTINUITÉ D ACTIVITÉ ENTRÉE EN VIGUEUR DE L ARTICLE 3012 Négociation - Dérivés sur taux d intérêt Négociation - Dérivés sur actions et indices Back-office - Contrats à terme Back-office - Options Technologie Réglementation CIRCULAIRE Le 10 août 2005 RAPPEL PLAN

Plus en détail

3.1 La carte d achat sera émise par une institution financière retenue par le Conseil scolaire au nom de la personne autorisée et du Conseil.

3.1 La carte d achat sera émise par une institution financière retenue par le Conseil scolaire au nom de la personne autorisée et du Conseil. Procédure administrative : Cartes d achat Numéro : PA 4.006 Catégorie : Affaires et finances Pages : 8 Approuvée : le 19 mars 2007 Modifiée : le 1 er octobre 2012 1. Objet et portée La présente procédure

Plus en détail

Avis d approbation. 33. Le présent règlement entre en vigueur le 4 juin 2014.

Avis d approbation. 33. Le présent règlement entre en vigueur le 4 juin 2014. 1966 GAZETTE OFFICIELLE DU QUÉBEC, 4 juin 2014, 146 e année, n o 23 Partie 2 sans qu il n ait exercé dans ce domaine doit compléter avec succès le programme de mise à niveau déterminé par l Ordre. Ce programme

Plus en détail

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI)

COMMUNIQUÉ. Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI) COMMUNIQUÉ 14-COM-002 14 juillet 2014 Lignes directrices relatives à la gouvernance des technologies de l information (TI) L Association des superviseurs prudentiels des caisses (ASPC) a créé un groupe

Plus en détail

Lignes directrices relatives au processus de reconnaissance des acquis pour les élèves du secondaire 1 au secondaire 4

Lignes directrices relatives au processus de reconnaissance des acquis pour les élèves du secondaire 1 au secondaire 4 ANNEXE A Lignes directrices relatives au processus de reconnaissance des acquis pour les élèves du secondaire 1 au secondaire 4 Toutes les divisions scolaires doivent élaborer et mettre en œuvre des politiques

Plus en détail

Charte du Comité de gouvernance du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse

Charte du Comité de gouvernance du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse Charte du Comité de gouvernance du conseil d administration de La Banque de Nouvelle-Écosse Le Comité de gouvernance du conseil d administration («le comité») a les obligations et responsabilités décrites

Plus en détail

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION

CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION 1 ÉNONCÉ DE POLITIQUE CHARTE DU CONSEIL D ADMINISTRATION Le conseil d administration de Cogeco inc. (la «Société») est élu par les actionnaires de la Société afin de surveiller la gestion de l ensemble

Plus en détail

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques

Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements et la défense des droits. Société canadienne de la sclérose en plaques Cadre de travail sur les relations avec les gouvernements Société canadienne de la sclérose en plaques Juin 2009 Table des matières Contexte... 3 1.0 Mission de la Société canadienne de la sclérose en

Plus en détail

Caisse du Régime de retraite des cadres de la Ville de Québec. États financiers 31 décembre 2007

Caisse du Régime de retraite des cadres de la Ville de Québec. États financiers 31 décembre 2007 Caisse du Régime de retraite des cadres de la Ville de Québec États financiers Le 26 mai 2008 PricewaterhouseCoopers LLP/s.r.l./s.e.n.c.r.l. Comptables agréés Place de la Cité, Tour Cominar 2640, boulevard

Plus en détail

MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES

MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES 1. Constitution MANDAT DU COMITÉ DES RESSOURCES HUMAINES Est constitué un comité du conseil d administration appelé comité des ressources humaines. (art. 13.3) 2. Composition Le comité est composé des

Plus en détail

Agences de placement temporaire

Agences de placement temporaire Agences de placement temporaire Heures de travail et heures supplémentaires Remarque : Le présent document ne vous est fourni qu à titre indicatif. Il ne constitue pas un avis juridique. Pour obtenir des

Plus en détail

TEMBEC INC. CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION

TEMBEC INC. CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION TEMBEC INC. CHARTE DU COMITÉ DE VÉRIFICATION I. RAISON D ÊTRE ET OBJECTIFS GLOBAUX Le Comité de vérification (le «Comité») aide le Conseil d administration (le «Conseil») de la société par actions Tembec

Plus en détail

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE

DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE Les versions actuelles des documents approuvés sont mises à jour en ligne. Les copies imprimées ne sont pas contrôlées. Page 1 de 5 DIRECTIVES ET NORMES EN MATIÈRE DE PRINCIPE ADMINISTRATEURS, DIRIGEANTS,

Plus en détail

Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund

Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund Fonds des médias du Canada/Canada Media Fund Statuts du Comité de la gouvernance et des ressources humaines A. Mandat La principale fonction du Comité de la gouvernance et des ressources humaines (le «Comité»)

Plus en détail

La revue des pratiques de gestion de la région du Québec Rapport 26 janvier 2009

La revue des pratiques de gestion de la région du Québec Rapport 26 janvier 2009 La revue des pratiques de gestion de la région du Québec Rapport 26 janvier 2009 #1911743 1 Objectifs de la revue Les objectifs de la revue des pratiques de gestion sont les suivants : Assister la région

Plus en détail

ECAP : Le niveau Accréditation du programme d études des comptables généraux accrédités

ECAP : Le niveau Accréditation du programme d études des comptables généraux accrédités ECAP : Le niveau Accréditation du programme d études des comptables généraux accrédités Les connaissances comptables et financières, le professionnalisme et le leadership pour les besoins d aujourd hui

Plus en détail