I. L élu employeur, qui est il?

Save this PDF as:

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "I. L élu employeur, qui est il?"

Transcription

1 Colmar, le 14 octobre 2014 Kingersheim, le 23 octobre 2014 I. L élu employeur, qui est il? L autorité territoriale, le représentant légal de la collectivité M. Emmanuel BERNT, Directeur du CDG 68 La directive 89/391/CEE définit l employeur comme une «personne physique ou morale qui est titulaire de la relation de travail avec le travailleur et qui a la responsabilité de l entreprise et/ou de l établissement». Dans les collectivités et établissements publics, il s agit de l Autorité territoriale : le Maire / le Président. Le régime de responsabilité de l Autorité territoriale relève : du droit de la Fonction Publique Territoriale applicable aux agents territoriaux : Loi n du 26 janvier 1984 modifiée portant dispositions statutaires relatives à la Fonction Publique Territoriale ; Décret n du 10 juin 1985 modifié relatif à l hygiène et à la sécurité ainsi qu à la médecine professionnelle et préventive dans la Fonction Publique Territoriale. du droit du travail auquel le statut de la F.P.T. se réfère : Code du travail, 4 ème partie, livres I à V. L autorité territoriale est chargée de veiller à la sécurité et à la protection de la santé des agents placés sous son autorité et doit prendre toutes les mesures nécessaires allant en ce sens. Ces mesures comprennent la mise en place : des actions de prévention des risques professionnels et de la pénibilité au travail, des actions d information et de formation, d une organisation et de moyens adaptés. Elles doivent être adaptées pour tenir compte du changement des circonstances et tendre à l amélioration des situations existantes. Dans le domaine de la santé/sécurité du travail, l obligation de moyens ne suffit pas, il s agit d une obligation de résultat. 1

2 II. Quelles responsabilités pour l Autorité territoriale et les encadrants? Les différents types de responsabilités Mme Géraldine BOVI HOSY, formatrice juridique Lorsqu un agent de la collectivité est blessé au cours de son activité professionnelle, les répercussions sont multiples : humaines, économiques, juridiques, organisationnelles. et l image de la collectivité est également écornée. Mais qu en est il de l élu employeur ou des encadrants de l agent? Leur responsabilité personnelle peut elle être engagée? Que risquent ils? L élu sera t il jugé comme un employeur privé le serait? En premier lieu, de quels risques parle t on? Il faut distinguer rapidement les différentes formes de responsabilité : La responsabilité civile vise à réparer les dommages causés à une victime. Il existe des systèmes d assurance, mais il est parfois nécessaire d engager la responsabilité personnelle d une personne physique à l origine de l accident : on parle alors de responsabilité civile. Si la responsabilité de la collectivité publique est engagée par la victime, on parle alors de responsabilité administrative. Il s agit de responsabilités indemnitaires. La responsabilité disciplinaire permet à l autorité territoriale de faire respecter les règles de vie dans la collectivité territoriale en sanctionnant un agent. La responsabilité pénale contraint l auteur d une infraction à répondre de ses actes devant la société dans son ensemble : on punit l auteur parce qu il n a pas respecté certaines règles jugées essentielles. La personne condamnée doit assumer seule : aucune assurance ne peut prendre en charge les conséquences d une condamnation pénale (peine privative de liberté, amendes ). Il s agit de responsabilités sanctionnatrices. Avec un exemple, c est plus clair! Voyons un cas concret d accident dont serait victime un agent des services techniques de la commune. Envisageons les suites de cette affaire : Qui assurera l indemnisation de l agent? : en principe, c est la collectivité par le biais de la protection sociale liée à l accident de service. Éventuellement, on peut rechercher également la responsabilité administrative de la personne publique. En principe, il n y a pas d engagement de la responsabilité civile de l élu ou de l encadrant sauf à démontrer une faute personnelle de leur part. Il s agit d une forme de protection fonctionnelle. Il y aura éventuellement une procédure disciplinaire, si l autorité territoriale estime que l encadrant a commis une faute dans l exercice de ses missions. L élu, quant à lui, ne peut faire l objet d une procédure disciplinaire. Il pourrait y avoir une plainte pénale de l agent blessé, de ses proches voire une action spontanée du parquet, qui représente les intérêts de la société. Une enquête pénale peut en découler et élu et encadrant peuvent être inquiétés pénalement. 2

3 À noter que les poursuites pénales ne sont pas systématiques, mais qu une mise en cause pénale est souvent traumatisante, même lorsqu elle n aboutit pas à une condamnation. Voyons cela de plus près. Quelles infractions peuvent être retenues? En matière de santé et sécurité au travail, deux grandes catégories d infractions peuvent être retenues. Les infractions issues du Code du travail : absence ou non mise à jour du document unique, matériel non adapté. Il s agit du non respect des textes qui imposent certaines exigences de sécurité. Le juge pénal considère que l élu employeur public doit veiller personnellement à la stricte et constante exécution des dispositions édictées par le Code du travail en vue d assurer l hygiène et la sécurité des travailleurs Crim. 22 mai 1973 Les infractions issues du Code pénal : homicide involontaire, blessures involontaires : il faut un accident (mortel ou non) et caractériser des négligences, des imprudences ou des manquements délibérés ou non aux obligations de sécurité prévues par un texte, mise en danger délibérée de la vie d autrui : on n attend pas l accident, on se contente d un risque sérieux d accident grave causé par un manquement intentionnel à une obligation de sécurité prévue par un texte. Attention à de nouveaux risques liés au management : les poursuites pour harcèlements moral et sexuel. Dans notre affaire, les poursuites auront certainement lieu sur la base du Code pénal. Encore faut il déterminer qui sera mis en cause. Qui sera désigné responsable pénalement? Pour les infractions au Code du travail : C est l employeur qui est désigné par le Code du travail. C est donc l Autorité territoriale qui sera en principe mise en cause. Cependant, les juges répressifs ont admis, dès le début du 20 ème siècle, la possibilité d une délégation de pouvoirs en matière de sécurité et d hygiène. La délégation doit être opérée à l égard d une personne dotée : de la compétence, des moyens, nécessaires pour assumer cette charge. de l autorité, Il arrive régulièrement que les encadrants soient désignés comme ayant reçu une telle délégation en matière de sécurité. Cela est lié à leur formation, leur autorité sur les agents et leur pouvoir de direction. 3

4 La conséquence est un transfert de la responsabilité pénale sur le délégataire. Pragmatique, la position du juge dépendra toutefois des faits. Pour les infractions au Code pénal : Qui peut être inquiété? Le maire, un adjoint, la collectivité territoriale, l encadrant, un collègue? Tout est possible. Un accident sur le lieu de travail est souvent la conséquence non pas d une négligence isolée, mais la conjugaison de l imprudence de plusieurs acteurs de la collectivité. Le juge distingue l auteur direct de l auteur indirect. L auteur indirect est : soit celui qui n a pas pris les mesures permettant d éviter l accident, soit celui qui a créé ou contribué à créer la situation qui a permis la réalisation du dommage. Dès lors, il faut relever dans son comportement : soit une faute caractérisée qui expose la victime à un risque d une particulière gravité que l auteur indirect ne pouvait ignorer, soit un manquement délibéré à une obligation de sécurité. Dans ce contexte : comment se protéger? Il faut rappeler qu au titre de la protection fonctionnelle, un élu ou un agent d encadrement ou non disposerait en cas de mise en cause pénale : de la prise en charge par la collectivité, de ses frais de défense pénale, de mesures de protection plus ou moins étendues. Par ailleurs, voici quelques conseils à mettre en œuvre : se protéger par des écrits. signaler et alerter. Ne pas penser que d autres le feront. rappeler aux agents leurs obligations et les conseiller au regard de leurs droits. Pour aller plus loin : Étude sur la responsabilité pénale de l employeur public, étude de Samuel Crevel, magistrat, à la demande du Fonds National de Prévention de la Caisse Nationale de Retraites des Agents des Collectivités Locales, septembre 2013, 52 pages, disponible en téléchargement à l adresse suivante : Extrait du Guide du Maire DGCL (page consultée le 15/09/2014) responsabilite administrative et penale. collectivites.org/ : site de la société d assurance SMACL sur les risques de la vie territoriale brèves hebdomadaires abonnement gratuit (mise à disposition des articles pendant quelques jours) accès complet réservé aux adhérents de la SMACL. 4

5 III. Comment engager une démarche de prévention? De l évaluation des risques au plan d actions Mme Virginie FAVRY FRANTZ, Resp. service Prévention des risques professionnels du CDG 68 La mise en place d une démarche de prévention au sein d une collectivité répond à différents enjeux : humain : éviter / réduire les accidents du travail, préserver la santé physique et mentale des agents ; juridique : satisfaire aux différentes exigences réglementaires pour limiter au maximum la responsabilité de la collectivité, de l élu employeur et de l encadrement ; économique : diminution des coûts directs et indirects liés aux accidents du travail, aux maladies professionnelles ; technique : optimiser l organisation du travail, le choix des équipements, etc. ; managérial / sociétal : améliorer le climat social, responsabiliser les agents et lutter contre l absentéisme. Pour atteindre les objectifs, une démarche de progrès doit être engagée : 1 Préparer la démarche Définir une politique de prévention des risques professionnels : engagement des élus et des agents ; définition des objectifs. Désigner associer les acteurs de la prévention : assistant de prévention ; comité de pilotage / groupe de travail. Définir des indicateurs : AT/MP, absentéisme, suivi formation. Planifier la démarche. 5

6 2 Identifier et évaluer les risques Identifier les dangers : rechercher les dangers et les situations dangereuses associés aux activités exercées. Analyser / Évaluer les risques : coter les risques en fonction des conditions d exposition des agents à ces dangers (ex. : fréquence, gravité, maîtrise). Rédaction du document unique d évaluation des risques professionnels 3 Construire le plan d actions Finalité : favoriser la mise en place d actions de prévention. Lister les actions à accomplir (principes généraux de prévention) quoi? Définir les ressources qui? avec quels moyens? Définir les dates de réalisation quand? 4 Mettre en œuvre les solutions Phase opérationnelle. Application du plan d actions. 5 Évaluer les résultats Vérifier l efficacité des mesures mises en œuvre. Suivre les indicateurs. Réactualiser le document unique et le plan d actions. IV. Qui sont les personnes ressources? Les acteurs de la prévention des risques M. Gilles RENDLER, Directeur adjoint du CDG 68 Les partenaires extérieurs L Autorité Territoriale L encadrement Les instances représentatives CT/CHSCT Les agents L Agent Chargé de la Fonction d Inspection Le Médecin de prévention L Assistant / Conseiller de Prévention L encadrement : il aide à la mise en œuvre effective de la démarche de prévention et veille à son application sur le terrain. Il organise le travail des agents en y intégrant la prévention des risques professionnels. 6

7 Les agents : ils prennent soin, en fonction de leurs formations et de leurs possibilités, de leur santé et de leur sécurité ainsi que de celles de leurs collègues et le cas échéant des usagers. Pour cela ils appliquent les instructions et consignes de travail qui leurs sont données, font des suggestions en matière de prévention, signalent les dysfonctionnements à leur hiérarchie et disposent d un droit d alerte et de retrait lors d un danger grave et imminent. L Assistant de Prévention (AP) : il assiste et conseille l autorité territoriale dans la démarche d évaluation des risques et dans la mise en place d une politique de prévention des risques ainsi que dans la mise en œuvre des règles de sécurité et d hygiène au travail sous la responsabilité de cette dernière. Il constitue un niveau de proximité du réseau des agents de prévention. Une lettre de cadrage lui est attribuée pour définir les moyens mis à sa disposition pour l exercice de ses missions. Le Conseiller de Prévention (CP) : il exerce les mêmes missions que l Assistant de Prévention, auxquelles se rajoutent une mission de coordination entre les Assistants de Prévention. Il doit être institué dès que l importance des risques professionnels et/ou les effectifs de la collectivité le justifie : ce choix est laissé à l appréciation de l autorité territoriale. Le médecin de prévention : il assure la surveillance médicale des agents et réalise des actions de prévention en milieu professionnel. Il conseille l autorité territoriale, les agents et leurs représentants. L Agent Chargé de la Fonction d Inspection (ACFI) : il contrôle les conditions d application des règles en santé et sécurité au travail et propose à l autorité territoriale des mesures afin d améliorer la prévention des risques professionnels. L ACFI est soit un agent de la collectivité désigné avec son accord par l autorité territoriale, soit un agent du centre de gestion si la collectivité a signé une convention. Les instances représentatives du Comité Technique / Comité d Hygiène, de Sécurité et des Conditions de Travail (CT/CHSCT) : elles contribuent à la protection de la santé et de la sécurité des agents au travail. Composées de représentants de la collectivité et de représentants du personnel, elles émettent des avis sur les questions qui leur sont soumises. Les partenaires extérieurs : Fonds National de Prévention placé auprès de la C.N.R.A.C.L. : établit, au plan national, les statistiques des accidents du travail et des maladies professionnelles ; participe au financement, sous la forme d avances ou de subventions, des mesures de prévention arrêtées par les collectivités territoriales et établissements publics et conformes au programme d actions qu il a préalablement défini ; élabore des recommandations d actions en matière de prévention. M. Eric GILLERON, Chargé de développement Rue du Vergne BORDEAUX Cedex 7

8 C.N.F.P.T. : acteur principal de la formation professionnelle des agents ; il propose des stages qui permettent d acquérir une compétence ou de la perfectionner. ; Caisse d Assurance Retraite et de Santé au Travail (C.A.R.S.A.T.) : développe et coordonne la prévention des accidents du travail et des maladies professionnelles avec les employeurs et salariés du régime général de la Sécurité Sociale. alsacemoselle.fr/ Le : Service Prévention des risques professionnels : aide les collectivités à prévenir, réduire et maîtriser les risques liés aux activités professionnelles, accompagne à la réalisation du document unique d évaluation des risques professionnels (groupement de commandes), réalise la mission d inspection en santé et sécurité au travail, met en œuvre des actions de sensibilisation des élus et du personnel. 22 rue Wilson COLMAR Cedex Tél. : secretariat.prevention Pôle Handicap Maintien dans l Emploi : accompagne les collectivités territoriales dans l'insertion et le maintien dans l'emploi de personnes en situation de handicap ou souffrant de problèmes de santé, réalise des études ergonomiques de postes de travail afin d adapter le travail à l agent en adéquation avec ses capacités physiques et cognitives (intégration, reclassement, maintien dans l emploi), assure les secrétariats du Comité médical et de la Commission de réforme, gère le contrat groupe d assurance statutaire et le contrat de prévoyance. Mme Emmanuelle MOREIRA, Chargée de mission 22 rue Wilson COLMAR Cedex Tél. :

9 V. Questions / Réponses Schéma récapitulatif des responsabilités découlant d un accident de service ou du non respect des règles en matière de sécurité et de santé au travail Responsabilité disciplinaire d un agent Responsabilités sanctionnatrices Responsabilité civile d un agent ou d un élu Agent accidenté ou règles de sécurité non respectées Responsabilité pénale d un agent, d un élu, de la commune Responsabilités indemnisatrices Responsabilité administrative de la commune Sélection de quelques questions des participants : Comment intervenir en cas de non respect de la réglementation par les salariés d une entreprise intervenant dans les locaux de la collectivité? Dans un certain nombre de cas, une collectivité qui fait intervenir une entreprise extérieure doit élaborer un plan de prévention (art. L et suivants du Code du travail). La collectivité utilisatrice a un droit de regard et une obligation juridique de suivi quant au respect du plan de prévention par l entreprise extérieure. Ainsi, la collectivité utilisatrice doit alerter le chef de l entreprise extérieure dans le cas où elle aurait connaissance que l un des travailleurs serait exposé à un danger grave, même si ce dernier est uniquement le fait de l entreprise extérieure. La collectivité utilisatrice doit s assurer que l entreprise extérieure met bien en œuvre les mesures décidées dans le plan de prévention et que les travailleurs ont reçu les instructions appropriées aux risques créés par la co activité (art. R et suivants du Code du travail). La collectivité peut également, en cas de danger grave et imminent pour un salarié de l entreprise extérieure, décider d interrompre le chantier et peut également saisir l inspection du travail. À défaut de toutes ces actions, la collectivité peut voir sa responsabilité engagée, en particulier en cas d accident dont serait victime un salarié de l entreprise extérieure. 9

10 Par ailleurs, il est nécessaire de faire des rapports du non respect des obligations en matière de sécurité, afin de pouvoir les utiliser éventuellement pour écarter une offre de la même entreprise dans un marché public futur. Enfin, il peut arriver que l entreprise extérieure bénéficie d un agrément d une autorité de contrôle (préfecture, organisme professionnel.). Un signalement de la méconnaissance des obligations de sécurité peut être fait auprès de cette autorité, avec pour conséquence un contrôle extérieur voire la perte de l agrément. À lire pour aller plus loin : droit prevention.com/le point sur/4 chantiers et co activites Chantier et coactivité : règles et responsabilités Novembre 2011 FNP et CNRACL. Quels sont les risques liés à des activités effectuées par des bénévoles dans le cadre d opérations organisées par la commune, telles que des nettoyages de printemps.? Selon la jurisprudence administrative, lorsqu une personne privée accomplit une mission qui normalement incombe à une personne publique, elle collabore au fonctionnement du service public et a donc la qualité de collaborateur occasionnel ou bénévole. Il en est ainsi dans les opérations de secours, les activités de loisirs ou des opérations de travaux publics. La jurisprudence a établi que les collaborateurs occasionnels du service public sont protégés par l administration qui prend en charge les dommages qu ils ont subis ou causés du fait de l activité, à trois conditions cumulatives : il s agissait d une activité bénévole et occasionnelle, ils collaboraient à un service public, la collaboration a été acceptée par la collectivité ou du moins est elle connue d elle, sans qu elle s y soit opposée (sauf urgente nécessité). Lorsque le collaborateur a subi un dommage, c est la responsabilité sans faute de l administration qui s applique. Seule la faute de la victime (imprudence grave) pourrait limiter ou supprimer cette responsabilité de l administration. Ainsi, en cas d opérations de nettoyage organisées par les communes, la plus grande prudence s impose dans le respect des règles de sécurité au travail (équipement de protection, matériel entretenu, respect des obligations de formation.), sous peine de voir la responsabilité de la collectivité être engagée. Il convient également de vérifier que les bénévoles sont couverts par les éventuelles assurances multirisques souscrites par la collectivité. 10

11 Dans une école, qu en est il du document unique élaboré pour le personnel de l Éducation Nationale? Le DUER de la commune doit il intégrer le personnel de l Éducation Nationale? Pour ce qui est du personnel de l Éducation Nationale, c est au directeur de l établissement de rédiger le document unique d évaluation des risques (DUER). Cependant, son élaboration doit être collective et ne doit pas reposer exclusivement sur le directeur d école. Il semble nécessaire d associer un représentant de la commune, ainsi qu un représentant au moins du personnel communal qui intervient régulièrement dans l école (voir modèle proposé sur le site de l académie de Rouen). Le personnel communal, en particulier les ATSEM, qui intervient pendant le temps scolaire et effectuant des tâches également en dehors du temps scolaire, doit être intégré dans le DUER élaboré par la commune pour son personnel. Par contre, le DUER de la commune ne doit pas intégrer le personnel enseignant, sauf si ce dernier est employé par la commune pour certaines tâches (surveillance de la restauration, activités périscolaires.). Il serait ainsi utile que la commune puisse disposer d une copie du DUER élaboré pour l école, même si à notre connaissance, une telle obligation n existe pas. De même, on peut envisager qu un extrait du DUER puisse être communiqué au directeur de l école, pour ce qui est de faciliter la connaissance des risques professionnels rencontrés par les agents qui interviennent dans l établissement. rouen.fr/document unique d evaluation des risques professionnels 6060.kjsp Quelques conseils pour finir : Formaliser par écrit les obligations : règlement intérieur, procédures d interventions, fiches de poste, ordres de mission, procédures de mise à disposition, Respecter la règle du CPC : Clair Précis Concis, Prouver la connaissance des obligations par l agent (signature), Conseiller aux agents de ne pas hésiter à signaler un problème (ex. : cahier d incident), Faire respecter sur le terrain les obligations (port des EPI, respect des procédures ), Réagir au moindre incident et en garder la trace, Assurer une veille réglementaire et technique, Assurer la formation des agents, Accorder la protection fonctionnelle aux élus et agents mis en cause au plan civil ou pénal. 11

Inspection en hygiène et sécurité

Inspection en hygiène et sécurité Centre de Gestion du Haut-Rhin Fonction Publique erritoriale 22 rue Wilson - 68027 COLMAR Cedex él. : 03 89 20 36 00 - Fax : 03 89 20 36 29 - cdg68@calixo.net - www.cdg68.fr Circulaire n 09/2013 Cl. C44

Plus en détail

Service Prévention et Sécurité CNRS DR18

Service Prévention et Sécurité CNRS DR18 Service Prévention et Sécurité CNRS DR18 Fiche de lecture : Loi n 2010-751 du 05/07/2010 relative à la rénovation du dialogue social et comportant diverses dispositions relatives à la fonction publique

Plus en détail

Référentiel Bases Essentielles en Santé et Sécurité au Travail (BES&ST)

Référentiel Bases Essentielles en Santé et Sécurité au Travail (BES&ST) Document élaboré par la Commission Enseignement Supérieur du CNESST. Référentiel Bases Essentielles en Santé et Sécurité au Travail (BES&ST) Ce référentiel rassemble des compétences de base en santé et

Plus en détail

Responsabilité civile et pénale de l instituteur

Responsabilité civile et pénale de l instituteur Responsabilité civile et pénale de l instituteur 1 Responsabilité civile et pénale de l instituteur Le terme instituteur désigne toute personne mandatée ou agréée par l administration pour assurer un enseignement

Plus en détail

Santé et Sécurité au Travail SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL : L ACCOMPAGNEMENT DES COLLECTIVITES PAR LE CDG 01

Santé et Sécurité au Travail SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL : L ACCOMPAGNEMENT DES COLLECTIVITES PAR LE CDG 01 SANTE ET SECURITE AU TRAVAIL : L ACCOMPAGNEMENT DES COLLECTIVITES PAR LE CDG 01 De l obligation générale de sécurité de l élu-employeur vis-à-vis de ses agents "L'employeur prend les mesures nécessaires

Plus en détail

Sommaire détaillé. Sommaire. Les acteurs au sein de la collectivité. Les intervenants extérieurs. Le rôle du CHSCT dans la prévention des risques

Sommaire détaillé. Sommaire. Les acteurs au sein de la collectivité. Les intervenants extérieurs. Le rôle du CHSCT dans la prévention des risques détaillé Réf. Internet Pages Partie 1 Les acteurs de la prévention Les acteurs au sein de la collectivité Les acteurs de la prévention dans la collectivité : rôles, liens et coordination...5509 9 Responsabilité

Plus en détail

eprésentation du personnel dans les Associations Droit d expression et organisation collective des salariés

eprésentation du personnel dans les Associations Droit d expression et organisation collective des salariés R eprésentation du personnel dans les Associations Droit d expression et organisation collective des salariés Le droit d expression des salariés Dans toutes les entreprises (associations incluses), quel

Plus en détail

ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NOTE D'INFORMATION

ET DE LA FONCTION PUBLIQUE NOTE D'INFORMATION MINISTÈRE DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE Direction générale des collectivités locales SDELFPT Bureau FP3 Paris, le NOTE D'INFORMATION relative à la mise en œuvre, dans la fonction publique

Plus en détail

RÈGLES DE GESTION INTERNE

RÈGLES DE GESTION INTERNE RÈGLES DE GESTION INTERNE TITRE: NATURE DU DOCUMENT: Règlement x Procédure Page 1 de 6 x Politique Directive C.A. C.E. x C.G. Direction générale Résolution 00-650-6.00 Direction x Nouveau document x Amende

Plus en détail

Juillet 2012. Bulletin de prévention n 5 - Les troubles musculo squelettiques 00

Juillet 2012. Bulletin de prévention n 5 - Les troubles musculo squelettiques 00 Guide Conventions de mise à disposition des Adjoints techniques territoriaux des établissements d enseignement (ATTEE) (anciennement TOS, exerçant dans les lycée et collèges) Juillet 2012 Bulletin de prévention

Plus en détail

Fiche Hygiène et Sécurité. Assistant de prévention / Conseiller de prévention

Fiche Hygiène et Sécurité. Assistant de prévention / Conseiller de prévention Stop Info! Assistant de prévention / Conseiller de prévention L assistant de prévention et le cas échéant, le conseiller de prévention, précédemment dénommés ACMO (Agent Chargé de la Mise en Œuvre des

Plus en détail

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE

RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE RISQUE SPORTIF ET ASSURANCE 1 SOMMAIRE I. NOTION DE RESPONSABILITES A. La responsabilité civile 1. La responsabilité civile délictuelle 2. La responsabilité civile contractuelle B. La responsabilité pénale

Plus en détail

Formation à l hygiène et à la sécurité des membres des CT et CHSCT

Formation à l hygiène et à la sécurité des membres des CT et CHSCT Formation à l hygiène et à la sécurité des membres des CT et CHSCT 1. Introduction Cette mallette pédagogique, réalisée par la sous-commission technique «Hygiène et sécurité» rattachée à la commission

Plus en détail

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF

RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF RESPONSABILITES ET ASSURANCE DANS LE DOMAINE ASSOCIATIF L ASSOCIATION : Construction humaine, Construction juridique. RAPPEL Un cadre législatif fondamental - article 1 loi du 1 juillet 1901 : «l association

Plus en détail

Les élus-employeurs et la prévention des risques professionnels. Service : Conditions de Travail. Date : 03/12/2015 www.cdg35.fr

Les élus-employeurs et la prévention des risques professionnels. Service : Conditions de Travail. Date : 03/12/2015 www.cdg35.fr Les élus-employeurs et la prévention des risques professionnels Sommaire La prévention : a priori et enjeux Historique de la réglementation L organisation de la prévention en collectivité L accompagnement

Plus en détail

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION

GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION GUIDE ASSISTANT DE PREVENTION SOMMAIRE PROFIL DE RECRUTEMENT - STATUT... 1 LES QUALITES ATTENDUES LA FORMATION... 1 ROLE, MISSIONS ET CHAMP D INTERVENTION... 1 A. Rôle et champ d intervention... 1 B. Les

Plus en détail

relative à la sécurité et à la protection de la santé au travail dans l administration cantonale Le Conseil d Etat du canton de Fribourg

relative à la sécurité et à la protection de la santé au travail dans l administration cantonale Le Conseil d Etat du canton de Fribourg .0.8 Ordonnance du 4 avril 007 relative à la sécurité et à la protection de la santé au travail dans l administration cantonale Le Conseil d Etat du canton de Fribourg Vu les articles 8 à 88 de la loi

Plus en détail

CHARTE DE BONNES PRATIQUES DE LA SOUS-TRAITANCE

CHARTE DE BONNES PRATIQUES DE LA SOUS-TRAITANCE CHARTE DE BONNES PRATIQUES DE LA SOUS-TRAITANCE Cette charte a vocation à s appliquer lors de travaux effectués par une ou plusieurs entreprises, dites sous-traitantes, à l intérieur de l enceinte et des

Plus en détail

Il devra adapter son discours et ses exemples au niveau et à l activité prépondérante des stagiaires de son groupe.

Il devra adapter son discours et ses exemples au niveau et à l activité prépondérante des stagiaires de son groupe. Face à face pédagogique : 14 heures 1. Tour de table Introduction 2. Contexte et enjeux de la sécurité 3. Rôle et missions du titulaire d un certificat de Niveau 2 4. Evaluation des risques et définition

Plus en détail

Note de présentation

Note de présentation Note de présentation Objet : Projet de décret d application de la loi n 24-09 relative à la sécurité des produits et des services et complétant le dahir du 9 ramadan 1331 (12 aout 1913) formant code des

Plus en détail

La responsabilité des directeurs d unité

La responsabilité des directeurs d unité 9 mai 2012 - Journée des administrateurs et responsables des laboratoires de l INSIS La responsabilité des directeurs d unité Direction des affaires juridiques CNRS/DAJ/MF l 9 mai 2012 Journée INSIS P.

Plus en détail

Octobre 2012 22/08/2012. Contexte et principes de la réforme. Les acteurs de la prévention. Le dispositif du Centre de Gestion.

Octobre 2012 22/08/2012. Contexte et principes de la réforme. Les acteurs de la prévention. Le dispositif du Centre de Gestion. Octobre 2012 Contexte et principes de la réforme Les acteurs de la prévention Le dispositif du Centre de Gestion Les CHSCT Le Conseil Supérieur Les autres points 1 La réforme SST : Le contexte et les principes

Plus en détail

Règlement intérieur du CHSCT. de l Université d Aix-Marseille du 11-03-2015

Règlement intérieur du CHSCT. de l Université d Aix-Marseille du 11-03-2015 Conformément à l article 51 du décret 82-453 du 28 mai 1982 modifié relatif à l hygiène et la sécurité au travail ainsi qu à la prévention médicale de la fonction publique, le CHSCT de l Université d Aix

Plus en détail

Flash Info Hygiène & Sécurité. Les Acteurs de la Prévention

Flash Info Hygiène & Sécurité. Les Acteurs de la Prévention Page1 Flash Info Hygiène & Sécurité N 1 - Mars 2014 Service Hygiène et Sécurité Les Acteurs de la Prévention La qualité, la continuité du service public et la préservation de la santé et de la sécurité

Plus en détail

(CHSCT)? Rôle du CHSCT

(CHSCT)? Rôle du CHSCT Le Comité d'hygiène et Sécurité des Conditions de Travail (CHSCT)? Des points de repères pour y voir plus clair Attention, les échéance de renouvellement des membres du CHSCT, contrairement aux autres

Plus en détail

LA GESTION DU TRAVAIL ISOLE

LA GESTION DU TRAVAIL ISOLE I. Définition et problématique du travail isolé Dans certaines situations des personnes peuvent se trouver seules à leur poste de travail, sans autre personne dans le service, à l étage, voire dans le

Plus en détail

La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne

La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne La formation professionnelle continue Formation externe / Formation interne L intitulé «formation», qui peut être affiché dans un document publicitaire, n est pas suffisant pour garantir son financement

Plus en détail

LE DOCUMENT UNIQUE A- LA REGLEMENTATION

LE DOCUMENT UNIQUE A- LA REGLEMENTATION Fédération Autonome de la Fonction Publique Territoriale Cette fiche est consacrée au «Document Unique». Le Document Unique d évaluation des risques professionnels est : le premier outil de gestion des

Plus en détail

Le CHSCT. 1.Ses missions 2.Ses attributions 3.Ses moyens. Forum CHSCT du 4 juin 2013 1

Le CHSCT. 1.Ses missions 2.Ses attributions 3.Ses moyens. Forum CHSCT du 4 juin 2013 1 Le CHSCT 1.Ses missions 2.Ses attributions 3.Ses moyens 1 Le CHSCT 1. Ses missions 2 Domaines de compétence Le CHSCT est compétent pour toutes les questions en lien avec : L hygiène, La sécurité, Les conditions

Plus en détail

N 13 LE DOCUMENT UNIQUE

N 13 LE DOCUMENT UNIQUE Fiche Info Prévention & Sécurité N 13 LE DOCUMENT UNIQUE REGLEMENTATION Médecine préventive - Nombreux sont les élus qui ont été contactés par des entreprises privées ou ont entendu parler du «document

Plus en détail

Rectorat d Académie d Aix-Marseille Septembre 2014 Délégation Académique Sécurité Hygiène et Conditions de Travail (DASH-CT)

Rectorat d Académie d Aix-Marseille Septembre 2014 Délégation Académique Sécurité Hygiène et Conditions de Travail (DASH-CT) Rectorat d Académie d Aix-Marseille Septembre 2014 Délégation Académique Sécurité Hygiène et Conditions de Travail (DASH-CT) Consultez notre site Internet : http://www.pedagogie.ac-aix-marseille.fr/jcms/c_43964/accueil

Plus en détail

TPE/PME: salarié compétent en prévention des risques professionnels : Transformer une obligation réglementaire en opportunité

TPE/PME: salarié compétent en prévention des risques professionnels : Transformer une obligation réglementaire en opportunité TPE/PME: salarié compétent en prévention des risques professionnels : Transformer une obligation réglementaire en opportunité Objectif de la réunion Connaître et comprendre la nouvelle réglementation Intérêt

Plus en détail

1. Fonctionnement des CHSCT académique et départementaux

1. Fonctionnement des CHSCT académique et départementaux Programme annuel de prévention académique pour l année civile 2013 RECTORAT Secrétariat Général Le programme annuel de prévention académique 2013 a été rédigé en s appuyant sur les orientations stratégiques

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DE L ASSOCIATION EDI FORMATION

REGLEMENT INTERIEUR DE L ASSOCIATION EDI FORMATION REGLEMENT INTERIEUR DE L ASSOCIATION EDI FORMATION GENERALITES L association a été crée par déclaration en date du 4 août 1988, à la Sous Préfecture de GRASSE, sous le titre EDIFORM (J.O. du 7 septembre

Plus en détail

Les risques psychosociaux: nouvelle réglementation

Les risques psychosociaux: nouvelle réglementation Les risques psychosociaux: nouvelle réglementation Dès le 1er septembre 2014, la nouvelle réglementation concernant les risques psychosociaux sera d application. De récentes modifications ont été apportées

Plus en détail

Nous constatons de nos jours

Nous constatons de nos jours LA RESPONSABILITE DES DIRIGEANTS DE SOCIETES par Me Jean Brucher Nous constatons de nos jours que l internationalisation et la globalisation des problèmes relatifs à l activité des entreprises ainsi que

Plus en détail

L achat de formation en 3 étapes :

L achat de formation en 3 étapes : L achat de formation en 3 étapes : 1- La définition du besoin de formation L origine du besoin en formation peut avoir 4 sources : Une évolution des choix stratégiques de l entreprise (nouveau métier,

Plus en détail

Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation.

Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation. Mettre à jour votre rapport sur votre régime de capitalisation. Vous devez revoir votre rapport sur votre régime de capitalisation au moins une fois par année afin de vous assurer que celui-ci reflète

Plus en détail

Institut Interuniversitaire de médecine du travail de Paris Ile de France, 16 mars. S Fantoni Quinton, CHRU Lille

Institut Interuniversitaire de médecine du travail de Paris Ile de France, 16 mars. S Fantoni Quinton, CHRU Lille Institut Interuniversitaire de médecine du travail de Paris Ile de France, 16 mars. S Fantoni Quinton, CHRU Lille La responsabilité : répondre de Responsabilité morale Responsabilité sociétale Responsabilité

Plus en détail

Charte de Compliance ERGO Insurance sa

Charte de Compliance ERGO Insurance sa Charte de Compliance ERGO Insurance sa Introduction Sur la base de la circulaire PPB/D. 255 du 10 mars 2005 sur la compliance adressée aux entreprises d assurances, une obligation légale a été imposée

Plus en détail

Les Rencontres Territoriales de la santé et de la sécurité au travail. 27 et 28 novembre 2014 Limoges

Les Rencontres Territoriales de la santé et de la sécurité au travail. 27 et 28 novembre 2014 Limoges Les Rencontres Territoriales de la santé et de la sécurité au travail 27 et 28 novembre 2014 Limoges IMPACTS DE LA MUTUALISATION SUR LES POLITIQUES DE LA SANTÉ SÉCURITÉ AU TRAVAIL L accompagnement des

Plus en détail

Fiche de jurisprudence Responsabilité pénale TGI PARIS, 3 septembre 2003 Hôpital TROUSSEAU

Fiche de jurisprudence Responsabilité pénale TGI PARIS, 3 septembre 2003 Hôpital TROUSSEAU Fiche de jurisprudence Responsabilité pénale TGI PARIS, 3 septembre 2003 Hôpital TROUSSEAU FAITS Un enfant est hospitalisé, suite à des vomissements répétés, une intolérance alimentaire et une forte déshydratation.

Plus en détail

Je suis Assistant de prévention dans ma collectivité : quelles actions mettre en place?

Je suis Assistant de prévention dans ma collectivité : quelles actions mettre en place? Je suis Assistant de prévention dans ma collectivité : quelles actions mettre en place? Quel est le rôle et le positionnement de l Assistant de Prévention? L Assistant de Prévention assiste et conseille

Plus en détail

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM

I OBJECTIF PROFESSIONNEL DU CQPM COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 1997 03 42 69 0156 Catégorie : C* Dernière modification : 10/09/2009 REFERENTIEL DU CQPM TITRE DU CQPM : Chargé (e) de travaux

Plus en détail

Risques psychosociaux (RPS) Présentation générale et cadre légal

Risques psychosociaux (RPS) Présentation générale et cadre légal Risques psychosociaux (RPS) Présentation générale et cadre légal Plan de la présentation Introduction - Définition Cadre légal Facteurs de risques psychosociaux et atteinte à la santé Prévention et gestion

Plus en détail

CHAPITRE V: LA QUALITÉ DE VIE

CHAPITRE V: LA QUALITÉ DE VIE CHAPITRE V: LA QUALITÉ DE VIE SECTION 5.3: LA SANTÉ ET LA SÉCURITÉ AU TRAVAIL POLITIQUE INSTITUTIONNELLE RELATIVE À LA SANTÉ ET LA PAGE: 1 CHAPITRE: V Adoptée : CAD-7600 (26 08 03) ÉNONCÉ Assurer à la

Plus en détail

MODIFICATION DU CADRE REGLEMENTAIRE RELATIF A L HYGIENE ET LA SECURITE AU TRAVAIL

MODIFICATION DU CADRE REGLEMENTAIRE RELATIF A L HYGIENE ET LA SECURITE AU TRAVAIL CIRCULAIRE n 12-08 /mars 2012 MODIFICATION DU CADRE REGLEMENTAIRE RELATIF A L HYGIENE ET LA SECURITE AU TRAVAIL Références : Date d effet : 6 février 2012 (pour une partie seulement des dispositions cf.

Plus en détail

Livret de suivi du candidat(outil B)

Livret de suivi du candidat(outil B) A chaque étape du parcours CQP, son outil : Branche de la Miroiterie, Transformation et Négoce du Verre CQP Animateur d équipe de 1 er niveau Livret de suivi du candidat(outil B) Document à remplir par

Plus en détail

Un nouvel acteur dans l entreprise

Un nouvel acteur dans l entreprise Mai 2014 Un nouvel acteur dans l entreprise Le salarié compétent en santé-sécurité au travail A quoi sert-il? Quels liens avec les autres acteurs de l entreprise? Quelles compétences? Quels moyens? Chargé

Plus en détail

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ;

5 Actions d assistance dans les divers actes de la vie, de soutien, de soins et d accompagnement, y compris à Titre palliatif ; Livre III Action sociale et médico-sociale mise en œuvre par des établissements et des services Titre Ier : Établissements et services soumis à autorisation Chapitre Ier : Dispositions générales Section

Plus en détail

Anthropie Expert CHSCT. Exper&se CHSCT. Anthropie Tous droits réservés

Anthropie Expert CHSCT. Exper&se CHSCT. Anthropie Tous droits réservés Anthropie Expert CHSCT Exper&se CHSCT Notre expertise au service du CHSCT! Anthropie, cabinet de conseil en ergonomie, est agréé par le Ministère du Travail en tant qu expert CHSCT. Notre expertise nous

Plus en détail

Programme de formation Trois jours de 9h à 12h et 13h à 17h

Programme de formation Trois jours de 9h à 12h et 13h à 17h Innovation - Prévention conseil - accompagnement - formation Programme de formation Trois jours de 9h à 12h et 13h à 17h «Formation des Membres du C.H.S.C.T.» Avec Suivi et Accompagnement d un an Contact

Plus en détail

Sylvie DAVID Chargée de mission sécurité et risques majeurs Conseillère de prévention DSDEN 91 Sylvie-christin.david@ac-versailles.

Sylvie DAVID Chargée de mission sécurité et risques majeurs Conseillère de prévention DSDEN 91 Sylvie-christin.david@ac-versailles. Sylvie DAVID Chargée de mission sécurité et risques majeurs Conseillère de prévention DSDEN 91 Sylvie-christin.david@ac-versailles.fr «L'homme et sa sécurité doivent constituer la première préoccupation

Plus en détail

Ils ont vocation, sous l autorité fonctionnelle d'un ou plusieurs médecins de prévention coordonnateurs régionaux (MPCR) à :

Ils ont vocation, sous l autorité fonctionnelle d'un ou plusieurs médecins de prévention coordonnateurs régionaux (MPCR) à : INTRODUCTION La présente doctrine d emploi a pour objet de préciser les missions et le positionnement des assistants régionaux à la médecine de prévention (ARMP). Les ARMP participent à l'amélioration

Plus en détail

DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS

DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS CADRE LÉGISLATIF DOCUMENT N 1 DOCUMENT UNIQUE D EVALUATION DES RISQUES PROFESSIONNELS Secteur de la poissonnerie DOC N1.indd 1 21/11/2014 10:49 OBLIGATIONS DE L EMPLOYEUR Article L4121-1du code du travail

Plus en détail

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

FICHE D IDENTITÉ DE LA QUALIFICATION VALIDÉE OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE COMMISSION PARITAIRE NATIONALE DE L'EMPLOI DE LA METALLURGIE Qualification : 2001 01 89 0195 (Cette fiche annule et remplace, à compter du 9 janvier 2007, la précédente fiche d identité) FICHE D IDENTITÉ

Plus en détail

http://www.droit-technologie.org présente :

http://www.droit-technologie.org présente : http://www.droit-technologie.org présente : EXEMPLE DE DIRECTIVES RELATIVES À L UTILISATION DU COURRIER ÉLECTRONIQUE ET D INTERNET AU SEIN DE L ENTREPRISE Olivier Rijckaert Ericsson, Manager HR & Legal

Plus en détail

LES RENCONTRES DES PREVENTEURS DE CDG 21 juin 2006

LES RENCONTRES DES PREVENTEURS DE CDG 21 juin 2006 21 juin 2006 INTRODUCTION L Agent Chargé de la Fonction d Inspection, ACFI, selon le décret n 85-603 du 10/06/1985 modifié (art. 5, 5-2, 14-1, 28, 38, 40-1, 43 et 46) Qui est-il? La fonction peut être

Plus en détail

Titre III : Médecine de prévention.

Titre III : Médecine de prévention. Titre III : Médecine de prévention. Article 10 Modifié par Décret n 2011-774 du 28 juin 2011 - art. 19 Un service de médecine de prévention, dont les modalités d organisation sont fixées à l article 11,

Plus en détail

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT)

Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Le comité d hygiène, de sécurité et des conditions de travail (CHSCT) Synthèse Constitué dans tous les établissements occupant au moins 50 salariés, le CHSCT a pour mission de contribuer à la protection

Plus en détail

MISSION RELATIVE AU LICENCIEMENT ECONOMIQUE

MISSION RELATIVE AU LICENCIEMENT ECONOMIQUE MISSION RELATIVE AU LICENCIEMENT ECONOMIQUE L intervention de l expert-comptable en cas de licenciement économique consiste principalement à analyser les raisons et la pertinence de la mesure envisagée,

Plus en détail

Système de gestion Santé, Sécurité et Environnement Procédure compilation données et indicateurs SSE

Système de gestion Santé, Sécurité et Environnement Procédure compilation données et indicateurs SSE Préparé par : Daniel Dufresne Approuvé CÉF par : Bernard Roy Date : 31 juillet 2012 Révisé par : Gilbert Hautcoeur Approuvé CSF par : Yvan Lebel Page : 1 de 5 1.0 OBJET Cette procédure a pour objectif

Plus en détail

Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion

Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion Principes d action de la Délégation des Commissions de gestion Adoptés par la Délégation des Commissions de gestion le 16 novembre 2005, soumis pour information aux Commissions de gestion le 20 janvier

Plus en détail

7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles

7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles CHAPITRE 7 Les accidents et les maladies professionnelles 7.2 - Le traitement administratif des accidents de service, de travail et des maladies professionnelles 7.2.1 Méthodologie Définitions L accident

Plus en détail

ANALYSE DU PROJET DE LOI NO 42

ANALYSE DU PROJET DE LOI NO 42 ANALYSE DU PROJET DE LOI NO 42 Loi regroupant la Commission de l équité salariale, la Commission des normes du travail et la Commission de la santé et de la sécurité du travail et instituant le Tribunal

Plus en détail

Conseils pour l élaboration du Document Unique d Evaluation des Risques

Conseils pour l élaboration du Document Unique d Evaluation des Risques Partie 2 SOMMAIRE v Les objectifs du Document Unique v Quelques Recommandations v L évaluation Professionnels Une démarche Méthodologique 25-06- 2015 Isabelle Weissberger Président de BW Consultants Précédemment

Plus en détail

Esarc - Pôle formations à distance

Esarc - Pôle formations à distance MASTER EUROPEEN EN MANAGEMENT DES RESSOURCES HUMAINES - BAC+5 - MRH Le Master Européen est un diplôme Bac+5, délivré par la FEDE (Fédération Européenne des Écoles). La FEDE est une association à but non

Plus en détail

Président(e) : qui êtes-vous et que faites-vous? (Juin 2012)

Président(e) : qui êtes-vous et que faites-vous? (Juin 2012) Président(e) : qui êtes-vous et que faites-vous? (Juin 2012) Sans président, l association est en danger. Homme ou femme, le président est avant tout la personne qui représente physiquement l association.

Plus en détail

Direction Générale de la Cohésion Sociale

Direction Générale de la Cohésion Sociale Fiche technique : Présentation du décret n 2013-994 du 7 novembre 2013 organisant la transmission d informations entre départements en application de l article L. 221-3 du code de l action sociale et des

Plus en détail

Convention d adhésion au service Santé/Prévention du

Convention d adhésion au service Santé/Prévention du Convention d adhésion au service Santé/Prévention du Centre de Gestion de la Fonction Publique Territoriale de la Seine-Maritime v Collectivités et établissements affiliés La mise en œuvre du statut de

Plus en détail

Convention de partenariat local

Convention de partenariat local Convention de partenariat local CRAM Alsace-Moselle / Centre de Gestion 67 DANS LE DOMAINE DE LA PREVENTION DES RISQUES PROFESSIONNELS DES AGENTS DES COLLECTIVITES ET ETABLISSEMENTS PUBLICS. Convention

Plus en détail

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION

RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL PROFESSIONNEL ET DUPERSONNEL DE SOUTIEN (PO 13) RECUEIL DES RÈGLES DE GESTION POLITIQUE RELATIVE À L APPRÉCIATION DU PERSONNEL

Plus en détail

NOTE D INFORMATION DELEGATIONS DE SIGNATURE AUX FONCTIONNAIRES TERRITORIAUX

NOTE D INFORMATION DELEGATIONS DE SIGNATURE AUX FONCTIONNAIRES TERRITORIAUX Mise à jour le 10.08.2009 NOTE D INFORMATION CV/CV Réf. : II-2-4-5 26 mars 2008 05 63 60 16 50 L:/CIRCULAIRES//Délégations de signature fonct.terr. DELEGATIONS DE SIGNATURE AUX FONCTIONNAIRES TERRITORIAUX

Plus en détail

LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX

LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX LA RESPONSABILITE CIVILE ET PENALE EN MATIERE DE SANTE AU TRAVAIL : BREF ETAT DES LIEUX Par Michel LEDOUX Avocat Associé CABINET MICHEL LEDOUX ET ASSOCIES 10 RUE PORTALIS 75008 PARIS Tél : 01.44.90.98.98

Plus en détail

Foire Aux Questions (FAQ)

Foire Aux Questions (FAQ) Foire Aux Questions (FAQ) Le 18 mars 2015 Réseau CHSCT Foire aux questions Service conseil, hygiène et sécurité au travail KG/VB Tél. : 02 96 58 24 83 kristell.gehannin@cdg22.fr Cette Foire aux Questions

Plus en détail

Bureau National des Risques Professionnels

Bureau National des Risques Professionnels Bureau National des Risques Professionnels Évaluation & Prévention du Risque Professionnel - Mise en conformité avec la législation sur le Travail Registre Unique pour la sécurité des travailleurs SOMMAIRE

Plus en détail

Circulaire du 4 septembre 2009

Circulaire du 4 septembre 2009 RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère du budget, des comptes publics, de la fonction publique et de la réforme de l Etat NOR : BCFF0920191C Circulaire du 4 septembre 2009 relative à l organisation, aux attributions

Plus en détail

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE

OBJECTIF PROFESSIONNEL DE LA QUALIFICATION VALIDEE Commission paritaire nationale de l'emploi de la Métallurgie Qualification : MQ 2007 10 89 0264 FICHE D IDENTITE DE LA QUALIFICATION VALIDEE TITRE DE LA QUALIFICATION : Coordonnateur (trice) du développement

Plus en détail

CHARTE DES BENEVOLES ASSOCIATIFS

CHARTE DES BENEVOLES ASSOCIATIFS CHARTE DES BENEVOLES ASSOCIATIFS Sommaire GENERALITES Définition du bénévole Qu'est ce que le bénévolat INFORMATIONS Responsabilité civile Responsabilité pénale Responsabilité financière Assurance Frais

Plus en détail

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres

Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Réponses aux questions de la page 2 du questionnaire RESPONS sur la responsabilité sociale des cadres Question 1 : «En France, la rédaction d un rapport sur la responsabilité sociale et environnementale

Plus en détail

Signature de la convention cadre de partenariat pour l information, la formation et la promotion de la Prévention des Risques Professionnels

Signature de la convention cadre de partenariat pour l information, la formation et la promotion de la Prévention des Risques Professionnels Dossier de presse : Signature de la convention cadre de partenariat pour l information, la formation et la promotion de la Prévention des Risques Professionnels jeudi 28 avril 2011 à 14h00 bureau du Proviseur

Plus en détail

Notions de responsabilité. Stage initial initiateur CTD 74 - nov 2003 -Jean-Pierre GUERRET

Notions de responsabilité. Stage initial initiateur CTD 74 - nov 2003 -Jean-Pierre GUERRET Notions de responsabilité L initiateur responsable! La pratique de la plongée présente des risques particuliers avec des recherches de responsabilité systématiques en cas d accident L initiateur est confronté

Plus en détail

Actualités de la législation relative aux chiens dangereux

Actualités de la législation relative aux chiens dangereux Actualités de la législation relative aux chiens dangereux Jean-Michel MICHAUX Thibaut LANCHAIS Actualités de la législation relative aux chiens dangereux Modification de la législation relative aux chiens

Plus en détail

Mise en œuvre du plan national d'action pour la prévention des risques psychosociaux dans les trois fonctions publiques

Mise en œuvre du plan national d'action pour la prévention des risques psychosociaux dans les trois fonctions publiques Livret 1 MINISTÈRE DE LA DÉCENTRALISATION ET DE LA FONCTION PUBLIQUE 1 Mise en œuvre du plan national d'action pour la prévention des risques psychosociaux dans les trois fonctions publiques OUTILS DE

Plus en détail

CHARTE INFORMATIQUE. Bon usage des moyens informatiques et du réseau des prestations de l association Comput Yourself

CHARTE INFORMATIQUE. Bon usage des moyens informatiques et du réseau des prestations de l association Comput Yourself CHARTE INFORMATIQUE Bon usage des moyens informatiques et du réseau des prestations de l association Comput Yourself Ce texte, bien qu ayant un caractère réglementaire, est avant tout un code de bonne

Plus en détail

Direction des études

Direction des études Direction des études Mission Santé-sécurité au travail dans les fonctions publiques (MSSTFP) Les ACMO : nomination, missions, règles, rôles, place, recrutement. L ACMO ET L EMPLOYEUR LES MISSIONS DE L

Plus en détail

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration

Tous droits réservés. Règles Du Conseil D administration Règles Du Conseil D administration Table des Matières I. OBJECTIFS... 3 II. FONCTIONS ET RESPONSABILITÉS DU CONSEIL... 3 A. Stratégie et budget... 3 B. Gouvernance... 3 C. Membres du Conseil et des comités...

Plus en détail

Mesurer l étendue des missions de l Acfi

Mesurer l étendue des missions de l Acfi Les missions et le cadre d intervention des Acfi Saisissez la Référence Internet 5611 dans le moteur de recherche du site www.weka.fr pour accéder à cette fiche Référence Internet 5611 1 outil associé

Plus en détail

Introduction. 1 Enjeux en santé et sécurité au travail

Introduction. 1 Enjeux en santé et sécurité au travail Introduction La santé et la sécurité au travail sont, aujourd hui, l objet d enjeux très importants en termes d accidents du travail et de maladies professionnelles dont nous rappellerons les définitions.

Plus en détail

DEFINITION DE POSTE MISSIONS DU SERVICE

DEFINITION DE POSTE MISSIONS DU SERVICE DEFINITION DE POSTE DIRECTION : Direction des Ressources et des Relations Humaines MISSIONS DU SERVICE Mise en oeuvre de la politique de gestion des Ressources Humaines auprès du Conseil Général de la

Plus en détail

LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT. Formation AVS Janvier 2013

LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT. Formation AVS Janvier 2013 LES RESPONSABILITES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT Formation AVS Janvier 2013 LES RESPONSABILITES GENERALES DES AGENTS PUBLICS DE L ÉTAT Les responsabilités des agents publics de l État sont de trois ordres:

Plus en détail

ENTRE : ET : Organisations Syndicales CFE-CGC CFDT INTERCO ETANT EXPOSE :

ENTRE : ET : Organisations Syndicales CFE-CGC CFDT INTERCO ETANT EXPOSE : ACCORD DE BRANCHE relatif à la formation des travailleurs à la prévention des risques liés à l amiante Branche des entreprises de services d Eau et d Assainissement ENTRE : La Fédération Professionnelle

Plus en détail

Hébergement de chercheurs extérieures à l établissement

Hébergement de chercheurs extérieures à l établissement Hébergement de chercheurs extérieures à l établissement entre L Université René Descartes, représentée par son Président, pour le compte de.., Université René Descartes Paris 5 12, rue de l Ecole de Médecine

Plus en détail

ANNEXE 2010-CA544-17-R5717. Politique sur la santé et la sécurité en milieu de travail et d études

ANNEXE 2010-CA544-17-R5717. Politique sur la santé et la sécurité en milieu de travail et d études ANNEXE 2010-CA544-17-R5717 Politique sur la santé et la sécurité 12 avril 2010 Avant-propos La politique sur la santé et la sécurité affirme la volonté de l UQTR de protéger la santé, la sécurité et l

Plus en détail

MODIFICATION REGLEMENTATION MANIFESTATIONS SPORTIVES NE COMPORTANT PAS LA PARTICIPATION DE VEHICULES A MOTEUR

MODIFICATION REGLEMENTATION MANIFESTATIONS SPORTIVES NE COMPORTANT PAS LA PARTICIPATION DE VEHICULES A MOTEUR MODIFICATION REGLEMENTATION MANIFESTATIONS SPORTIVES NE COMPORTANT PAS LA PARTICIPATION DE VEHICULES A MOTEUR ET QUI SE DEROULENT EN TOTALITE OU PARTIELLEMENT SUR UNE VOIE PUBLIQUE OU OUVERTE A LA CIRCULATION

Plus en détail

LES PRINCIPES DE LA FORMATION

LES PRINCIPES DE LA FORMATION LES PRINCIPES DE LA FORMATION 1 SOMMAIRE I.L évolution de la législation p 3 II. La formation, un élément essentiel de la mise en œuvre des missions de service public p 3 III. La formation répond à de

Plus en détail

CONVENTION ENTRE LES SOUSSIGNÉS

CONVENTION ENTRE LES SOUSSIGNÉS CONVENTION ADHÉSION À LA PRESTATION «DOCUMENT UNIQUE» POUR L ACCOMPAGNEMENT DES COLLECTIVITÉS ET ÉTABLISSEMENTS PUBLICS DE VENDÉE PAR LE CENTRE DE GESTION DANS L ÉLABORATION DE LEUR DOCUMENT UNIQUE D ÉVALUATION

Plus en détail

COMITÉ DE GESTION DES RISQUES [CONSEIL D ADMINISTRATION]

COMITÉ DE GESTION DES RISQUES [CONSEIL D ADMINISTRATION] COMITÉ DE GESTION DES RISQUES [CONSEIL D ADMINISTRATION] EXTRAIT DU RÈGLEMENT N O 1 RÈGLEMENTS GÉNÉRAUX DE L INSTITUT UNIVERSITAIRE DE CARDIOLOGIE ET DE PNEUMOLOGIE DE QUÉBEC 1. Préambule Par cette section

Plus en détail

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE

éq studio srl Gestion des informations pour un choix- consommation raisonnée - GUIDE EXPLICATIVE Résumé PREFACE 2 INTRODUCTION 2 1. BUT ET CHAMP D APPLICATION 2 2. REFERENCES DOCUMENTAIRES ET NORMES 3 3. TERMES ET DEFINITIONS 3 4. POLITIQUE POUR UNE CONSOMMATION RAISONNEE (PCC) 3 5. RESPONSABILITE

Plus en détail