LA PRODUCTION DE MES VIGNES EST-ELLE COUVERTE EN CAS D INTEMPERIES?

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "LA PRODUCTION DE MES VIGNES EST-ELLE COUVERTE EN CAS D INTEMPERIES?"

Transcription

1 LA PRODUCTION DE MES VIGNES EST-ELLE COUVERTE EN CAS D INTEMPERIES? Il existe plusieurs dispositifs publics et privés pour indemniser voire réduire l impact financier d un aléa climatique qui détruit en partie ou totalement des parcelles de vignes. Voici un petit rappel en ces périodes où le Var est la cible de Dame Nature. Depuis 2009 les dommages sur la vigne issus de la grêle, du gel et des inondations sont plus importants que les dommages issus des maladies phytosanitaires (oïdium et mildiou). La prévention, la surveillance et la lutte phytosanitaire ont été la priorité des viticulteurs depuis la fin du 19 ème siècle 1 et elles «portent leurs fruits» aujourd hui avec des taux d infestation inférieurs à 1% de la production alors que l été 2012 débute avec hectares de vignes grêlés. Si nous ne pouvons pas intervenir à court terme sur le climat il existe cependant des outils pour limiter l impact des «évènements climatiques défavorables» sur la trésorerie des exploitations viticoles varoises. On peut recenser 5 outils en rapport avec les évènements climatiques et à disposition de la viticulture : le système des «calamités agricoles», les systèmes «compensatoires», le système des «catastrophes naturelles», les «assurances récoltes» et l épargne de précaution. Toutefois, ces 5 outils ne couvrent pas les viticulteurs de la même manière. 1. Les «Calam» Le système français des «calamités agricoles» est une procédure qui permet une indemnisation par le «Fonds National de Gestion des Risques en Agriculture» (FNGRA). Ce fonds est un fonds national cofinancé par l Etat et par la profession (en théorie le cofinancement est paritaire, 50/50, mais depuis 1993 l Etat finance 1/3 du fonds et la profession finance 2/3 du fonds). La profession contribue en acquittant une taxe annuelle de 11% du montant des contrats d assurance des bâtiments et des véhicules 2 de l exploitation. La taxe annuelle n aurait cessé d augmenter depuis la création de ce fonds en Depuis l arrêté interministériel du 29 décembre 2010, les pertes de récoltes en viticulture liées à un risque climatique (principalement gels, grêles, sècheresses et inondations pour le Var) sont exclues d une indemnisation par le FNGRA. Seules les pertes de fonds (les vignes mortes essentiellement) sont indemnisées. L indemnisation ne peut être supérieure à 75% de la valeur des pertes et l indemnisation moyenne se situe à environ 30% des pertes sur la base d un barème départemental révisé tous les 3 ans. Le délai d indemnisation varie de 1 à 3 ans. Ce système n est visiblement plus aussi séduisant qu au moment de sa création en 1964 et son avenir est incertain. Le zonage retenu par le comité d expertise des Calamités Agricoles suite aux épisodes de gel et de grêle de 2012 est le suivant : 1. par le gel de l'hiver 2012, à savoir, dans le département du Var, Bras, Pontevès, Pourrières, Rougiers, Saint Maximin-la sainte Baume, Seillons-source d'argens, Tavernes, Tourves, et dans le département des Bouches-du-Rhône, Peynier, Puyloubier, Rousset, Trets; 2. par la grêle du 27 mai 2012, à savoir, dans le département du Var, Besse sur Issole, Brignoles, Cabasse, Camps-la-Source, Carnoules, Carcès, Châteauvert, Correns, Cotignac, Flassans sur Issole, Le Val, Montfort sur Argens, Pignans, Pontevès, Pourriéres, Puget-ville, Sainte Anastasie, Vins sur Caramy; 1 Le vignoble varois a perdu les 2/3 de sa superficie au 19 ème siècle à cause du phylloxéra, du mildiou et de l oïdium. 2 D après l article L361-2 du code rural, modifié le 27 juillet 2010, disponible sur le site : «Sortez couvert par tous les temps!» v.1409 Page 1

2 2. Les systèmes compensatoires Il existe des systèmes compensatoires qui peuvent être sollicités «au cas par cas» tels que les dégrèvements sur les taxes foncières, les remises gracieuses, la dérogation de demande de TVA, des tolérances d achats, le fonds d allègement des charges d emprunts et les bonifications de prêts. Les réunions de la cellule de crise organisées dans le Var suite aux divers sinistres et présidées par la Chambre d Agriculture, rassemblant l ensemble des OPA, ont justement pour objet de solliciter ces systèmes compensatoires auprès des services de l Etat (Douanes, INAO, FranceAgriMer, ministères des finances et ministère de l emploi, Conseil Général), des institutions semi-publiques (MSA) et privées (banques et assurances). BILAN DES REUNIONS DE LA CELLULE DE CRISE: Les acteurs réunis périodiquement en cellule de crise appellent l attention des viticulteurs sur le caractère exceptionnel des mesures en cours. Dans le cadre de cette cellule, un long et régulier travail de concertation a permis d obtenir de vraies solutions pour limiter l impact de cette catastrophe et retrouver des volumes sur des bases légales grâce aux efforts et à la compréhension de tous et en premier lieu de l administration. La solidarité de la viticulture varoise reste le maître mot car elle ne fait appel à aucune directive obligatoire mais à la bonne volonté de chacun. Nous espérons que ce travail sensibilisera l ensemble des agriculteurs qui pourront se rapprocher des sinistres par le biais de leur fédération et veillerons à que ce travail obtienne des résultats à la hauteur de l investissement et de l attente de tous. Les mesures exceptionnelles d accompagnement pour la campagne 2012 sont les suivantes : 1/ De la part de France Agri Mer (FAM) : gestion des aides publiques - Dérogation à la date de dépôt des dossiers arrachage préalable au 30 avril pour les exploitants sinistrés ayant déposé une demande. - Priorisation du traitement des dossiers de plantation pour les viticulteurs sinistrés 2/ De la part des douanes : autorisations exceptionnelles d achats - autorisation exceptionnelle d'achat de raisins, moûts et vins par les vignerons sinistrés exclusivement pour les viticulteurs exploitant des parcelles sur le territoire des communes touchées : 1. par le gel de l'hiver 2012, à savoir, dans le département du Var, Bras, Pontevès, Pourrières, Rougiers, Saint Maximin-la sainte Baume, Seillons-source d'argens, Tavernes, Tourves, et dans le département des Bouches-du-Rhône, Peynier, Puyloubier, Rousset, Trets; 2. par la grêle du 27 mai 2012, à savoir, dans le département du Var, Besse sur Issole, Brignoles, Cabasse, Camps-la-Source, Carnoules, Carcès, Châteauvert, Correns, Cotignac, Flassans sur Issole, Le Val, Montfort sur Argens, Pignans, Pontevès, Pourriéres, Puget-ville, Sainte Anastasie, Vins sur Caramy; 3. par la grêle du 1er juillet 2012, dans le département des Bouches-du-Rhône, Roquefort-la Bédoule, et dans le département du Var, Pourcieux. -La commune d Ollières, impactée par la grêle du 1er juillet 2012, est intégrée aux mesures exceptionnelles. - autorisation exceptionnelle pour les viticulteurs sinistrés d'achat de raisins, de moûts et de vins dans la limite de 80 % des volumes déclarés sur leur dernière récolte. - les achats proviendront de mêmes cépages et de mêmes appellations que la récolte des viticulteurs acheteurs et dans les limites des rendements autorisés. «Sortez couvert par tous les temps!» v.1409 Page 2

3 Un formulaire de demande d autorisation est disponible auprès des fédérations de métiers et du service de la viticulture des douanes de Draguignan. 3/ de la part de l INAO : dérogations exceptionnelles au cahier des charges et définition des conditions de campagne. A propos des dérogations au cahier des charges: Le Directeur de l'inao, Jean-Louis BUER, n'est pas opposé à la signature de ces dérogations sous réserve de la sortie au journal officiel de l'arrêté qui a été présenté au comité national et qui fixe le cadre d'octroi de dérogations par le Directeur de l'inao sur une campagne pour les appellations Côtes de Provence et Coteaux Varois en Provence. Les dérogations demandées sont les suivantes : Pour les Coteaux Varois en Provence -Autoriser une taille longue de reformation sur les cépages autres que la syrah et le cabernet sauvignon. -Autoriser une proportion dans les règles d'assemblage de l'encépagement principal supérieur ou égal à 30% au lieu de 50%. Pour les Côtes de Provence -Autoriser un pourcentage maximum de pieds morts ou manquant de 50% pour les vignes ayant subi un gel d'hiver. -Autoriser une proportion dans les règles d'assemblage de l'encépagement principal supérieur ou égal à 30% au lieu de 50%. A propos de la définition des conditions de campagne : Pour les Coteaux Varois en Provence et les Côtes de Provence : A l initiative des ODG, la demande d augmentation des rendements à 60hl/ha a été acceptée par le comité national de l INAO du 6 septembre l augmentation de rendement de la récolte 2012 qui est donc porté à 60 hl/ha pour les trois couleurs. Toutefois, les exploitations sinistrées (grêle, gel) qui souhaiteraient bénéficier des dérogations prévues au Cahier des Charges ne pourront pas bénéficier de cette augmentation de rendement et ne pourront donc revendiquer que 55 hl/ha. POUR DES INFORMATIONS COMPLEMENTAIRES, N HESITEZ PAS A VOUS RAPPROCHER DE VOS FEDERATIONS DE METIERS ET/OU DE VOTRE SYNDICAT D APPELLATION. 3. La catastrophe naturelle En cas de «catastrophe naturelle», constaté par arrêté préfectoral, un fonds national d indemnisation peut être sollicité par les sinistrés. Ce fonds couvre uniquement les dégâts sur les infrastructures et les équipements assurés. Il ne couvre donc pas les dégâts sur la vigne (pertes de récoltes et pertes de fonds). L indemnisation est versée par les assurances, conformément aux contrats. Chaque assuré (particulier et professionnel) contribue au financement du fonds en prélevant 6% sur chaque contrat d assurance véhicule terrestre à moteur et 12% de chaque contrat multirisques habitation. L Etat intervient en se portant garant auprès des réassureurs et en publiant un arrêté de catastrophe naturelle permettant l indemnisation. 4. Les assurances récoltes Les conditions des «assurances récoltes» varient suivant les compagnies d assurance et font intervenir de nombreux paramètres (localisation de l exploitation pour le niveau historique d exposition au risque, le type de produits, l appellation concernée, les niveaux de valorisation «Sortez couvert par tous les temps!» v.1409 Page 3

4 historiques, l unité à la parcelle ou au produit, niveau de franchise, etc.). Leur complexité les rend incomparables et parfois incompréhensibles. Cependant il est essentiel de maitriser la notion de franchise. Les contrats proposent des franchises de 10% à 40%. Une franchise de 10% signifie qu on ne sera pas indemnisé par son assurance si on perd moins de 10% de sa récolte. D après nos observations, à 10% de franchise, le coût de l assurance récolte varie entre 5% et 10% du chiffre d affaires moyen et à 30% de franchise, le coût varie entre 2% et 4% du chiffre d affaires moyen. Plus la franchise est haute, moins la cotisation est élevée. A 10% de franchise l assurance récolte indemnise jusqu à 85% de la récolte perdue et à 30% elle indemnise jusqu à 60% (ou 70% dans certains contrats) de la récolte perdue. Plus la franchise est basse, plus l indemnisation est importante. Des aides possibles Les politiques publiques de ces dernières années ont incité à la souscription d une assurance récolte en proposant une subvention de 35% des cotisations d assurances en 2008, puis 50% en 2009 et aujourd hui de 65% 3. Actuellement, la prime est cofinancée par l Union Européenne et par la France (75% de la subvention est apportée par l Union Européenne via la PAC 4 ) et est versée 6 mois après le paiement de la cotisation. Pour 2014, il est prévu que l Union Européenne ne cofinance plus que 50% de la subvention (la subvention devrait toutefois se maintenir à 65% des cotisations d assurances). 5. Les déductions pour aléas Le système des «Déductions (fiscale) Pour Aléas» (DPA) est une compensation fiscale d une épargne individuelle de précaution. Pour bénéficier de ce système, il faut être assuré à minima contre les incendies de ses biens, avoir une assurance contre les aléas climatiques et être au régime d imposition des bénéfices agricoles «au réel 5». Ce système permet de déposer jusqu à /an (et par associé pour les GAEC et EARL) sur un compte spécifique rémunéré et non imposé pendant 10 ans, dans la limite de L épargne constituée est mobilisable uniquement pour faire face à un aléa climatique entrainant une perte de chiffre d affaire d au moins 10%. 3 Montant calculé pour une franchise d au moins 30%. 4 PAC : Politique Agricole Commune 5 Le régime d imposition au réel concerne obligatoirement les exploitations dont les recettes sont supérieures à /an sur 2 ans. Dans le Var, au moins 50% des exploitations viticoles sont au régime du réel. «Sortez couvert par tous les temps!» v.1409 Page 4

5 Conclusion Il faut connaître le risque qui nous entoure et son degré d impact pour que chacun puisse se positionner par rapport à ces 5 dispositifs. Est-on aujourd hui plus exposé qu hier aux risques climatiques? Le sera-t-on demain plus qu aujourd hui? Difficile à (pré)dire. Cependant un élément doit attirer notre attention : si les pertes de récoltes pour cause de grêle ne sont plus indemnisées par le dispositif des «calamités agricoles», c est bien parce que la grêle est considérée comme «un risque assurable». Si la grêle est assurable, c est parce qu on considère que le risque de grêle est suffisamment courant pour que les assureurs puissent estimer sa probabilité et suffisamment répandu pour intéresser un volume significatif de viticulteur 6. En moyenne en France, tous les 3-4 ans, un agriculteur subit une perte de revenu de 20% 7 au moins. Qu en sera-t-il pour le Var pour les 15 prochaines années? Quoiqu il en soit, l environnement climatique continue de changer et nous devons le prendre en compte : alors pensez à «protéger» votre récolte grâce à une couverture adaptée à votre situation. Nicolas FAUGERE Conseiller d entreprises Chambre d Agriculture du Var En France, environ ha sont assurés contre la grêle, soit environ ¼ de la superficie nationale. 7 D après le rapport de Christian Babusiaux, octobre «Sortez couvert par tous les temps!» v.1409 Page 5

6 Demande d'autorisation d'achat de raisins/moûts/vins Formulaire à déposer en deux exemplaires auprès du service de la viticulture de draguignan Déposée au titre de la campagne 2012/2013 GRELE /GEL récolte 2012 Identification du récoltant acheteur Nom ou raison sociale : N CVI : Adresse : Code postal et commune : Identification des fournisseurs Nom ou raison sociale N CVI Adresse Code postal et commune N 1 N 2 Productions antérieures Appellation Couleur Récolte 2011 (A)

7 Production récolte 2012 Appellation Couleur Volume récolté (B) Identification des produits achetés Appellation Couleur Volume acheté = (A x 80 %) B (maximum à ne pas dépasser) (130 Kgs = 1 Hl) Fait à : Le : Autorisation accordée le : Numéro : Signature de l'acheteur : Centre de viticulture de : DRAGUIGNAN

: IDENTIFIANT : BOURGOGNE, MOT DE PASSE : CAVB

: IDENTIFIANT : BOURGOGNE, MOT DE PASSE : CAVB SPECIALE ASSURANCES N 51 bis du mois de janvier 2014 La CAVB s est rapprochée de quelques compagnies d assurance afin de connaître les différentes offres existantes concernant les aléas climatiques. Vous

Plus en détail

La couverture des risques agricoles

La couverture des risques agricoles PACIFICA - ASSURANCES DOMMAGES La couverture des risques agricoles Patrick Degiovanni Directeur Général Adjoint Page 1 Marrakech, Jeudi 28 octobre 2010 Sommaire Le contexte Les risques du métier en Agriculture

Plus en détail

L assurance récoltes en France

L assurance récoltes en France P A C I F I C A - A S S U R A N C E S D O M M A G E S L assurance récoltes en France Colloque FARM - Pluriagri du 18 décembre 2012 Thierry LANGRENEY Directeur général de Pacifica L assurance, un outil

Plus en détail

Multirisque climatique récoltes

Multirisque climatique récoltes L assurance Multirisque ClimatiqueRécoltes Multirisque climatique récoltes Objectif : Protéger les cultures contre les Aléas climatiques avec une extension Frais Supplémentaires : La grêle Le gel La tempête

Plus en détail

Plan de soutien à l élevage français

Plan de soutien à l élevage français Plan de soutien à l élevage français MEMENTO Entreprises fragilisées dans le secteur agricole : quels outils pour quelles problématiques? Ce mémento récapitule de façon synthétique les outils existants

Plus en détail

Compte rendu de la réunion de la cellule de crise Grêle intempéries

Compte rendu de la réunion de la cellule de crise Grêle intempéries Communiqué de Presse vendredi 9 août 2013 Compte rendu de la réunion de la cellule de crise Grêle intempéries L'ensemble des organisations professionnelles agricoles, le Conseil général et les services

Plus en détail

Ne laissez pas le mauvais temps détruire le fruit de votre travail!

Ne laissez pas le mauvais temps détruire le fruit de votre travail! Ne laissez pas le mauvais temps détruire le fruit de votre travail! Nous vous soutenons dans votre gestion de risques à l aide d une couverture d assurance globale contre les aléas climatiques. AU SERVICE

Plus en détail

Coûts des pratiques viticoles dans le Sud-Ouest en fonction de la typologie de production. Damien AMELINE, CER France Midi-Pyrénées

Coûts des pratiques viticoles dans le Sud-Ouest en fonction de la typologie de production. Damien AMELINE, CER France Midi-Pyrénées Coûts des pratiques viticoles dans le Sud-Ouest en fonction de la typologie de production Damien AMELINE, CER France Midi-Pyrénées 10 Damien décembre Ameline 2010 (CER France Toulouse Midi-Pyrénées) Compétitivité

Plus en détail

FLASH SPECIAL GRELE. A l heure actuelle, il est impossible d estimer les dégâts occasionnés au vignoble.

FLASH SPECIAL GRELE. A l heure actuelle, il est impossible d estimer les dégâts occasionnés au vignoble. A tous les Adhérents FLASH SPECIAL GRELE Bilan météo de la nuit du 12 au 13 mai : Dans la nuit du 12 au 13 mai, un violent orage a éclaté sur le canton de Branne, accompagné de vent et surtout d averse

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LES RISQUES AGRICOLES

SEMINAIRE SUR LES RISQUES AGRICOLES SEMINAIRE SUR LES RISQUES AGRICOLES ASSURANCE ET REASSURANCE EL AURASSI le 10 juin 2007 Alger LA REASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES EN ALGÉRIE Expérience de la CCR Présentation de la CCR Historique de la

Plus en détail

MISE EN APPLICATION : IMMEDIATE

MISE EN APPLICATION : IMMEDIATE DECISION DU DIRECTEUR GENERAL DE FRANCEAGRIMER DIRECTION INTERVENTIONS UNITE AIDES AUX EXPLOITATIONS ET EXPRIMENTATION 12, RUE ROL-TANGUY TSA 50005 93555 MONTREUIL CEDEX Dossier suivi par : Marion Vérité

Plus en détail

Les facteurs de compétitivité sur le marché mondial du vin Veille concurrentielle 2012. 18 juin 2013 Vinexpo 2013, Bordeaux

Les facteurs de compétitivité sur le marché mondial du vin Veille concurrentielle 2012. 18 juin 2013 Vinexpo 2013, Bordeaux Les facteurs de compétitivité sur le marché mondial du vin Veille concurrentielle 2012 18 juin 2013 Vinexpo 2013, Bordeaux 1 Les facteurs de compétitivit titivité sur le marché mondial du vin Veille concurrentielle

Plus en détail

Assurance et prévention des risques naturels David BOURGUIGNON - MRN

Assurance et prévention des risques naturels David BOURGUIGNON - MRN 25 juin 2015 - Merlimont Assurance et prévention des risques naturels David BOURGUIGNON - MRN Eléments d introduction La Mission Risques Naturels association entre FFSA et GEMA 2 www.mrn.asso.fr 3 Les

Plus en détail

Régime des catastrophes naturelles

Régime des catastrophes naturelles actuel Contexte Dans la constitution de l après guerre, le principe de solidarité et d égalité entre les français est inscrit comme une règle d or. C est ce principe qui s applique au régime des catastrophes

Plus en détail

Dossier de presse Catastrophes naturelles

Dossier de presse Catastrophes naturelles Fédération Française des Sociétés d'assurances Dossier de presse Catastrophes naturelles Le système d indemnisation mis en place par la loi du 13 juillet 1982 Avant 1982, l assurance ne couvrait que certains

Plus en détail

PROFESSIONS AGRICOLES

PROFESSIONS AGRICOLES PROFESSIONS AGRICOLES Parce qu il vous faut produire, gérer, élever, Aréas est à vos côtés pour Protéger votre exploitation Nous couvrons vos bâtiments d exploitation en cas d incendie, de tempête, de

Plus en détail

NOTES ET ÉTUDES ÉCONOMIQUES

NOTES ET ÉTUDES ÉCONOMIQUES mars 2008 N 30 NOTES ET ÉTUDES ÉCONOMIQUES Philippe Boyer Tiré à part Assurer les calamités agricoles? NEE n 30, mars 2008, pp. 7-31 Résumé Depuis plus de 40 ans, en France, l indemnisation des dommages

Plus en détail

Mission des sociétés d assurances pour la connaissance et la prévention des risques naturels www.mrn-gpsa.org

Mission des sociétés d assurances pour la connaissance et la prévention des risques naturels www.mrn-gpsa.org Une association créée en 2000 entre : Mission des sociétés d assurances pour la connaissance et la prévention des risques naturels www.mrn-gpsa.org Le régime des catastrophes naturelles et technologiques

Plus en détail

CHAPITRE IV - LES AUTRES POSTES COMPTABLES

CHAPITRE IV - LES AUTRES POSTES COMPTABLES CHAPITRE IV - LES AUTRES POSTES COMPTABLES 1. Les subventions d exploitation... 107 2. Les autres impôts sur la production... 109 3. La rémunération des salariés... 112 4. Les intérêts... 114 5. Les charges

Plus en détail

NOTICE D INFORMATION À L ATTENTION DES BÉNÉFICIAIRES POTENTIELS DE LA PROCEDURE DES CALAMITES AGRICOLES

NOTICE D INFORMATION À L ATTENTION DES BÉNÉFICIAIRES POTENTIELS DE LA PROCEDURE DES CALAMITES AGRICOLES NOTICE D INFORMATION À L ATTENTION DES BÉNÉFICIAIRES POTENTIELS DE LA PROCEDURE DES CALAMITES AGRICOLES Cette notice présente les principaux points de la réglementation. Lisez-la avant de remplir la demande.

Plus en détail

Pratique. des. Entreprises

Pratique. des. Entreprises Guide Pratique des Entreprises Implanter ou développer votre Entreprise sur notre territoire 1 En recherche d'un lieu pour implanter votre Entreprise? Quel interlocuteur peut vous guider dans votre choix

Plus en détail

DOCUMENTS NECESSAIRES A L ELABORATION DU DOSSIER DE GESTION AGRICOLE

DOCUMENTS NECESSAIRES A L ELABORATION DU DOSSIER DE GESTION AGRICOLE CEGACIA Centre de gestion agréé du commerce et de l industrie de l Aisne Rue Antoine Parmentier Zac la Vallée 02100 SAINT QUENTIN DOCUMENTS NECESSAIRES A L ELABORATION DU DOSSIER DE GESTION AGRICOLE De

Plus en détail

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole

CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES. Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole CONGRES INTERNATIONAL SUR L ASSURANCE ET LA RÉASSURANCE DES RISQUES AGRICOLES 1 Marrakech -29, 30 et 31janvier 2014 Session 2 Partenariat Public Privé dans l Assurance Agricole L expérience de la Compagnie

Plus en détail

> Pourquoi s assurer?

> Pourquoi s assurer? E 145 Centre de documentation et d information de l assurance Mai 2009 L assurance des pertes d exploitation Si la plupart des entreprises assurent leurs biens, encore trop peu d entre elles pensent à

Plus en détail

Assurances de biens et de responsabilité

Assurances de biens et de responsabilité Enquête Juin 2011 Assurances de biens et de responsabilité Inondations du Var des 15 et 16 juin 2010 Bilan chiffré au 31 mai 2011 1 LES INONDATIONS DU VAR DES 15 ET 16 JUIN 2010 SYNTHESE Les conséquences

Plus en détail

Détail des cultures de l'exploitation en 2007

Détail des cultures de l'exploitation en 2007 République et Canton de Genève Département des finances Administration fiscale cantonale Formulaire annexe à la déclaration 2007 servant à déterminer le revenu et la fortune professionnels de l'agriculture

Plus en détail

Histoire d un groupement professionnel d assurance: le cas de la ROAM par Raymond Dartevelle

Histoire d un groupement professionnel d assurance: le cas de la ROAM par Raymond Dartevelle l Assurance Mutuelle SOMMAIRE Edito du Président P05 Introduction à la ROAM par Marie-Hélène Kennedy La galaxie de l assurance P06 P09 Histoire d un groupement professionnel d assurance: le cas de la ROAM

Plus en détail

ASSURANCE RECOLTE : LES PROPOSITIONS 2015

ASSURANCE RECOLTE : LES PROPOSITIONS 2015 Le 19 janvier 2015 ASSURANCE RECOLTE : LES PROPOSITIONS 2015 Nous avons sollicité les compagnies d assurances il y a plusieurs semaines afin d améliorer les conditions du contrat d assurance multirisques

Plus en détail

STRATEGIE DE GESTION DES RISQUES DANS LE SECTEUR AGRICOLE

STRATEGIE DE GESTION DES RISQUES DANS LE SECTEUR AGRICOLE Royaume du Maroc Ministère de l Agriculture et de la Pêche Maritime STRATEGIE DE GESTION DES RISQUES DANS LE SECTEUR AGRICOLE Congrès International sur l Assurance et la Réassurance des Risques Agricoles

Plus en détail

Formulaire de demande d un apport de trésorerie remboursable sur la fin de l année 2015

Formulaire de demande d un apport de trésorerie remboursable sur la fin de l année 2015 MINISTÈRE DE L AGRICULTURE DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT Direction départementale des territoires Direction départementale des territoires et de la mer Direction de l alimentation, de l agriculture

Plus en détail

L Assurance agricole au Sénégal

L Assurance agricole au Sénégal COLLOQUE FARM - Pluriagri : Assurer la production agricole Comment faire des systèmes assurantiels des outils de développement? 1 Paris, le 18 décembre 2012 Thème L Assurance agricole au Sénégal Un système

Plus en détail

Caisse Nationale de Mutualité Agricole

Caisse Nationale de Mutualité Agricole Séminaire national sur la vulgarisation, l appui-conseil et les bonnes pratiques agricoles Le rôle des Assurances Agricole dans le développement de la politique du renouveau Agricole et Rural Présentation

Plus en détail

CATASTROPHES NATURELLES PREVENTION ET ASSURANCES

CATASTROPHES NATURELLES PREVENTION ET ASSURANCES CATASTROPHES NATURELLES PREVENTION ET ASSURANCES Mission des sociétés d assurances pour la connaissance et la prévention des risques naturels WWW.mrn-gpsa.org Une association créée en 2000 entre : Mission

Plus en détail

Projet filière viticulture 2014-2018. Axe A : Pérenniser la filière viticole régionale. Action A1: Anticiper les volumes sur le plan structurel

Projet filière viticulture 2014-2018. Axe A : Pérenniser la filière viticole régionale. Action A1: Anticiper les volumes sur le plan structurel Projet filière viticulture 2014-2018 Axe A : Pérenniser la filière viticole régionale Action A1: Anticiper les volumes sur le plan structurel Problématique Les volumes de vins produits dans la région ne

Plus en détail

Armelle Bénard. Le Pôle Conseil

Armelle Bénard. Le Pôle Conseil Armelle Bénard Le Pôle Conseil Matthieu GUIHO Conseiller d entreprise Un contexte agro économique favorable Deux systèmes de productions particulièrement concernés : 1 - Les systèmes de Grandes Cultures

Plus en détail

Assurance de biens des particuliers

Assurance de biens des particuliers Assurance de biens des particuliers Chapitre 1 Introduction à l assurance de biens et responsabilité 29/04/2012 Chapitre 1 1 Assurance de biens des particuliers Évolution des produits d assurance Fonctionnement

Plus en détail

> Le régime légal. L assurance des catastrophes naturelles. Centre de documentation et d information de l assurance FP 139.

> Le régime légal. L assurance des catastrophes naturelles. Centre de documentation et d information de l assurance FP 139. FP 139 Centre de documentation et d information de l assurance Janvier 2008 L assurance des catastrophes naturelles Qu est-ce qu une catastrophe naturelle? Comment sont garantis les dommages qu elle provoque?

Plus en détail

Catastrophes naturelles. Prévention. assurance. M i s s i o n R i s q u e s N a t u r e l s

Catastrophes naturelles. Prévention. assurance. M i s s i o n R i s q u e s N a t u r e l s Catastrophes naturelles Prévention et assurance 420 communes inondées en 2 jours dans le sud-est en septembre 2002. 3 milliards d euros : coût des inondations de septembre 2002 et décembre 2003. 130 000

Plus en détail

La lettre d information du Syndicat de l AOC Corbières Boutenac SEPTEMBRE 2014 n 8

La lettre d information du Syndicat de l AOC Corbières Boutenac SEPTEMBRE 2014 n 8 Boutenac Info La lettre d information du Syndicat de l AOC Corbières Boutenac SEPTEMBRE 2014 n 8 Edito Nos lignes se sont coupées depuis plusieurs mois et pour cause! De nombreuses activités ont occupé

Plus en détail

6. Assurance automobile et assurance multirisques habitation : une année riche en actualité

6. Assurance automobile et assurance multirisques habitation : une année riche en actualité 6. Assurance automobile et assurance multirisques habitation : une année riche en actualité Comité consultatif du secteur financier Rapport 2010-2011 77 Au cours des années 2010 et 2011, le CCSF a porté

Plus en détail

La filière noisette : un développement des surfaces est encore possible d après Unicoque.

La filière noisette : un développement des surfaces est encore possible d après Unicoque. La filière noisette : un développement des surfaces est encore possible d après Unicoque. Cette action de diffusion est cofinancée par l Union européenne avec les Fonds Européen Agricole pour le Développement

Plus en détail

MINISTERE DE L'AGRICULTURE DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT (articles L361-1à 21 et D361-1 à R361-37 du Code rural)

MINISTERE DE L'AGRICULTURE DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT (articles L361-1à 21 et D361-1 à R361-37 du Code rural) MINISTERE DE L'AGRICULTURE DE L AGROALIMENTAIRE ET DE LA FORÊT (articles L3611à 21 et D3611 à R36137 du Code rural) DEMANDE D INDEMNISATION DES PERTES PROCEDURE DES CALAMITES AGRICOLES PERTES DE RECOLTE

Plus en détail

Pour l inscription d une société aux documents précédents s ajoutent les statuts et le journal d annonces légales.

Pour l inscription d une société aux documents précédents s ajoutent les statuts et le journal d annonces légales. L affiliation à la MSA Les contacts nécessaires avant toute création d entreprise Il est nécessaire de prendre contact avec la MSA, au moins trois mois avant toute installation pour y récupérer, la demande

Plus en détail

CONGRES MONDIAL 2010 PARIS. Thème proposé par le groupe français. L assurance obligatoire Mythes et réalités juridiques et économiques

CONGRES MONDIAL 2010 PARIS. Thème proposé par le groupe français. L assurance obligatoire Mythes et réalités juridiques et économiques CONGRES MONDIAL 2010 PARIS Thème proposé par le groupe français L assurance obligatoire Mythes et réalités juridiques et économiques Jérôme Kullmann Président de l AIDA-France Vice-Président de l AIDA

Plus en détail

TALENSIA. Pertes d exploitation Grêle sur récoltes. Dispositions spécifiques

TALENSIA. Pertes d exploitation Grêle sur récoltes. Dispositions spécifiques TALENSIA Pertes d exploitation Grêle sur récoltes Dispositions spécifiques L'introduction et la présentation du plan d assurances Entreprises Les dispositions communes Le lexique sont également d'application.

Plus en détail

RÉSUMÉ POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC. Par : Service de fiscalité

RÉSUMÉ POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC. Par : Service de fiscalité RÉSUMÉ POINT SUR LA SITUATION ÉCONOMIQUE ET FINANCIÈRE DU QUÉBEC Par : Service de fiscalité PRÉSENTATION Veuillez prendre note qu'il ne s'agit pas d'un résumé exhaustif de toutes les mesures contenues

Plus en détail

Analyse du comportement individuel et collectif des professionnels. des professionnels forestiers face aux risques

Analyse du comportement individuel et collectif des professionnels. des professionnels forestiers face aux risques Analyse du comportement individuel et collectif des professionnels forestiers face aux risques Réflexion sur la dimension assurantielle Carrefours de l innovation agronomique. Sylviculture, Forêts et Tempêtes,

Plus en détail

LA LETTRE DES ADHÉRENTS

LA LETTRE DES ADHÉRENTS LA LETTRE DES ADHÉRENTS NUMÉRO SPÉCIAL LOI DE FINANCES - 15 JANVIER 2014 N 2/2014 LOI DE FINANCES RECTIFICATIVE POUR 2013 INTRODUCTION La loi de finances rectificative pour 2013, définitivement adoptée

Plus en détail

un environnement économique et politique

un environnement économique et politique Vision d un économiste sur le risque agricole et sa gestion un sol un climat un environnement économique et politique Jean Cordier Professeur Agrocampus Ouest Séminaire GIS GC HP2E Prise en compte du risque

Plus en détail

Les assurances de dommages aux biens et de responsabilité

Les assurances de dommages aux biens et de responsabilité Les assurances de dommages aux biens et de responsabilité De nombreux événements ont marqué l année 2005 en ce qui concerne les dommages aux biens des assurés et leur responsabilité : la poursuite de l

Plus en détail

CONVENTION. Syndicat des éleveurs limousins de la Vienne. Syndicat des éleveurs charolais de la Vienne

CONVENTION. Syndicat des éleveurs limousins de la Vienne. Syndicat des éleveurs charolais de la Vienne CONVENTION Syndicat des éleveurs limousins de la Vienne Syndicat des éleveurs charolais de la Vienne 1 Préambule La filière viande bovine subit depuis plusieurs années des crises successives, mettant beaucoup

Plus en détail

L assurance complète pour la viticulture

L assurance complète pour la viticulture L assurance complète pour la viticulture Conseil spécialisé emmental assurance occupe une position de leader dans le secteur de l agriculture grâce à ses produits avantageux et spécifiques pour l agriculture

Plus en détail

Ne négligez surtout pas les assurances. de votre entreprise

Ne négligez surtout pas les assurances. de votre entreprise Ne négligez surtout pas les assurances de votre entreprise Animé par : Valérie Cadiou, Responsable Commerciale GROUPAMA et Maître Emmanuel Ergan Cabinet LEPORZOU DAVID ERGAN Un diagnostic assurance indispensable

Plus en détail

LE COURTAGE D ASSURANCE

LE COURTAGE D ASSURANCE Programme 1ère conférence : l éthique du courtier 2ème conférence : la profession du courtier Courtage et environnement concurrentiel Le cadre de l activité L activité La responsabilité des courtiers d

Plus en détail

Agreste Aquitaine. Analyses et résultats

Agreste Aquitaine. Analyses et résultats Analyses et résultats Numéro 84 - mai 2014 La production agricole est par nature soumise aux aléas climatiques. Le phénomène n est pas nouveau. Toutefois, au cours des vingt dernières années, le profil

Plus en détail

CONTROLE DES STRUCTURES DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER. Avant de remplir cette demande, lisez attentivement la notice d information.

CONTROLE DES STRUCTURES DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER. Avant de remplir cette demande, lisez attentivement la notice d information. MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE cerfa DIRECTION DEPARTEMENTALE DES TERRITOIRES DU PUY DE DOME N 11534* 02 N de dossier : Site de Marmilhat_BP43 63370 LEMPDES Tél : 04-73-42-14-78 ou 04-73-42-14-59

Plus en détail

COURTIER ET AGENT D ASSURANCE

COURTIER ET AGENT D ASSURANCE COURTIER ET AGENT D ASSURANCE SOMMAIRE LE MARCHÉ DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 2 LA RÉGLEMENTATION DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 4 L'ACTIVITÉ DU COURTIER ET AGENT D ASSURANCE... 7 LES POINTS

Plus en détail

CATASTROPHES NATURELLES PREVENTION ET ASSURANCES

CATASTROPHES NATURELLES PREVENTION ET ASSURANCES CATASTROPHES NATURELLES PREVENTION ET ASSURANCES Mission des sociétés d assurances pour la connaissance et la prévention des risques naturels WWW.mrn-gpsa.org Une association créée en 2000 entre : Catastrophes

Plus en détail

Le rôle de CCR dans le régime d indemnisation des catastrophes naturelles. Séisme de Lambesc (1909 - Sud-est de la France)

Le rôle de CCR dans le régime d indemnisation des catastrophes naturelles. Séisme de Lambesc (1909 - Sud-est de la France) Le rôle de CCR dans le régime d indemnisation des catastrophes naturelles. Séisme de Lambesc (1909 - Sud-est de la France) MACIF le 12 mai 2013 1 Rôle de la réassurance fractionner les risques afin de

Plus en détail

Les réformes de la PAC

Les réformes de la PAC www.supagro.fr Les réformes de la PAC Sophie Thoyer thoyer@supagro.inra.fr Centre international d études supérieures en sciences agronomiques La PAC d aujourd hui (2006 2014) En 2014, comment sont attribuées

Plus en détail

janvier 2010 Construire en zone agricole Ce qu il faut savoir PRÉFECTURE DU RHÔNE

janvier 2010 Construire en zone agricole Ce qu il faut savoir PRÉFECTURE DU RHÔNE janvier 2010 Construire en zone agricole Ce qu il faut savoir PRÉFECTURE DU RHÔNE Préambule Pourquoi ce guide? Avant propos Dans le département du Rhône, l étalement urbain grandissant et les grands projets

Plus en détail

Les assurances de dommages aux biens et de responsabilité

Les assurances de dommages aux biens et de responsabilité Les assurances de dommages aux biens et de responsabilité Le chiffre d affaires des assurances de biens et de responsabilité poursuit sa croissance en 2004, selon un rythme plus mesuré, aussi bien en assurances

Plus en détail

L environnement juridique et fiscal

L environnement juridique et fiscal L assurance française en 2009 Rapport annuel 2009 65 L environnement juridique et fiscal Nombre de sujets de toute première importance, touchant à l organisation et à l environnement réglementaire du secteur

Plus en détail

DEMANDE DE SUBVENTION EN FAVEUR DU PASTORALISME (DISPOSITIF N 323 C DU PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT RURAL HEXAGONAL) Cadre réservé à l administration

DEMANDE DE SUBVENTION EN FAVEUR DU PASTORALISME (DISPOSITIF N 323 C DU PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT RURAL HEXAGONAL) Cadre réservé à l administration N 13672*01 DEMANDE DE SUBVENTION EN FAVEUR DU PASTORALISME (DISPOSITIF N 323 C DU PROGRAMME DE DÉVELOPPEMENT RURAL HEXAGONAL) Cadre réservé à l administration N de dossier OSIRIS : Date de réception :

Plus en détail

FICHE 61 : GARANTIE ASSURANTIELLE CATASTROPHES NATURELLES SOMMAIRE. I. - Champ d application de la garantie catastrophes naturelles

FICHE 61 : GARANTIE ASSURANTIELLE CATASTROPHES NATURELLES SOMMAIRE. I. - Champ d application de la garantie catastrophes naturelles FICHE 61 : GARANTIE ASSURANTIELLE CATASTROPHES NATURELLES SOMMAIRE I. - Champ d application de la garantie catastrophes naturelles A. - Biens couverts par la garantie B. - Biens exclus de la garantie II.

Plus en détail

CONTROLE DES STRUCTURES DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER

CONTROLE DES STRUCTURES DEMANDE D AUTORISATION D EXPLOITER MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DE LA PECHE cerfa N de dossier : (adresse) N 11534* 02 DIRECTION DEPARTEMENTALE DE L EQUIPEMENT ET DE L'AGRICULTURE du Tél. Fax : CONTROLE DES STRUCTURES DEMANDE D AUTORISATION

Plus en détail

Cadre réservé à l administration Date de réception : N de dossier OSIRIS : Date de dossier complet :

Cadre réservé à l administration Date de réception : N de dossier OSIRIS : Date de dossier complet : Mise à jour : le 07/07/2011 n 13597 01 FORMULAIRE DE DEMANDE DE SUBVENTION «AIDE A LA CREATION ET AU DEVELOPPEMENT DE MICRO-ENTREPRISES» (DISPOSITIF N 312 DU PROGRAMME DE DEVELOPPEMENT RURAL HEXAGONAL)

Plus en détail

SEMINAIRE SUR LES RISQUES AGRICOLES POTENTIEL AGRICOLE ASSURABLE ET PERSPECTIVES D EVOLUTION

SEMINAIRE SUR LES RISQUES AGRICOLES POTENTIEL AGRICOLE ASSURABLE ET PERSPECTIVES D EVOLUTION REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMNET RURAL SEMINAIRE SUR LES RISQUES AGRICOLES POTENTIEL AGRICOLE ASSURABLE ET PERSPECTIVES D EVOLUTION Communication

Plus en détail

Prediagri Retraite. Préparer sa retraite, c est essentiel. Solutions Assurances Agriculteurs

Prediagri Retraite. Préparer sa retraite, c est essentiel. Solutions Assurances Agriculteurs Solutions Assurances Agriculteurs Complément de retraite Préparer sa retraite, c est essentiel. Votre retraite, c est à vous d en décider. Plus tôt vous la préparez, plus vous mettez d atouts de votre

Plus en détail

Pourquoi est-il important pour une banque de sécuriser le chiffre d affaires des entreprises agricoles?

Pourquoi est-il important pour une banque de sécuriser le chiffre d affaires des entreprises agricoles? Pourquoi est-il important pour une banque de sécuriser le chiffre d affaires des entreprises agricoles? Pourquoi est-il important pour une banque de sécuriser le chiffre d affaires des entreprises agricoles?

Plus en détail

Rapport de Présentation - Diagnostic - SCoT Provence Verte

Rapport de Présentation - Diagnostic - SCoT Provence Verte 57 SOMMAIRE I- LA PROVENCE VERTE, UNE IDENTITE EN MOUVEMENT 63 I-1. Héritages, passages, brassages et devenir 63 I-1.1. Présentation de la Provence Verte...63 I-1.2. Une histoire ancrée dans le territoire...66

Plus en détail

SOMMAIRE. Quelles questions se poser afin de faire mûrir votre projet? p 2 Comment bâtir votre plan de développement? p 3

SOMMAIRE. Quelles questions se poser afin de faire mûrir votre projet? p 2 Comment bâtir votre plan de développement? p 3 SOMMAIRE BÂTIR VOTRE PROJET Quelles questions se poser afin de faire mûrir votre projet? p 2 Comment bâtir votre plan de développement? p 3 Comment estimer la rentabilité de votre projet? Comment établir

Plus en détail

La lettre électronique du service économie agricole de l'essonne n 3 juillet 2012

La lettre électronique du service économie agricole de l'essonne n 3 juillet 2012 La lettre électronique du service économie agricole de l'essonne n 3 juillet 2012 Cette lettre du service d'économie agricole (SEA) de la DDT de l'essonne est gratuite. Elle peut librement être recopiée

Plus en détail

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49

Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Impact de la variabilité des prix des produits agricoles et des intrants sur les exploitations en France Marc VARCHAVSKY Conseil National CER FRANCE Olivier BOUCHONNEAU Président de CER FRANCE 49 Colloque

Plus en détail

L OFFRE AS SURANCES. Sécurisez vos investissements. www.entreprises.societegenerale.fr

L OFFRE AS SURANCES. Sécurisez vos investissements. www.entreprises.societegenerale.fr Assurance L OFFRE AS SURANCES SOGELEASE FRANCE Sécurisez vos investissements www.entreprises.societegenerale.fr À l occasion d une opération de crédit-bail mobilier, votre partenaire bancaire doit s assurer

Plus en détail

VOTRE ACTIVITE. Le vendeur colporteur de presse a un statut spécifique, tant sur le plan social et administratif, que sur le plan fiscal.

VOTRE ACTIVITE. Le vendeur colporteur de presse a un statut spécifique, tant sur le plan social et administratif, que sur le plan fiscal. VOTRE ACTIVITE Le vendeur colporteur de presse est un travailleur indépendant qui assure la vente et/ou la distribution de publications quotidiennes nationales, régionales et départementales, ainsi que

Plus en détail

TAXE D AMENAGEMENT - ANNEE 2014 - PART COMMUNALE - Base d imposition par commune SECTORISATION COMMUNALE

TAXE D AMENAGEMENT - ANNEE 2014 - PART COMMUNALE - Base d imposition par commune SECTORISATION COMMUNALE - Base d imposition par commune 001 LES ADRETS 4,00% 20% >100m² PTZ + 002 AIGUINES 3,00% 003 AMPUS 4,00% 004 LES ARCS 5,00% 005 ARTIGNOSC 5,00% 006 ARTIGUES 5,00% 007 AUPS 5,00% 008 BAGNOLS 5,00% 15% zones

Plus en détail

LES SOLUTIONS ASSURANCES DES PROFESSIONNELS. Assurances dommages. Protégez vos biens professionnels et privés

LES SOLUTIONS ASSURANCES DES PROFESSIONNELS. Assurances dommages. Protégez vos biens professionnels et privés LES SOLUTIONS ASSURANCES DES PROFESSIONNELS Assurances dommages Protégez vos biens professionnels et privés Faire vivre votre contrat En choisissant de vous assurer au Crédit Agricole, vous bénéficiez

Plus en détail

Les sociétés agricoles

Les sociétés agricoles Les sociétés agricoles L exercice d une activité agricole peut se faire soit dans le cadre d une entreprise individuelle soit dans le cadre d une société. Dans cette dernière situation, la loi prévoit

Plus en détail

Finance et performance des jeunes viticulteurs : les conséquences pour l installation

Finance et performance des jeunes viticulteurs : les conséquences pour l installation Finance et performance des jeunes viticulteurs : Julien Cadot, ISG Paris 1 Introduction A un moment ou un autre, le candidat à l installation en viticulture doit se poser la question du revenu qu il va

Plus en détail

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières

Revenu agricole 2013 : une année délicate pour les productions céréalières Agreste Champagne-Ardenne n 4 - Juillet 2015 Réseau d information comptable agricole En 2013, le Résultat Courant Avant Impôt (RCAI) moyen des exploitations agricoles champardennaises couvertes par le

Plus en détail

«Tempête Klaus du 24 janvier 2009 : conditions d indemnisation et de réparation des dommages» des précisions sur les conditions d indemnisation

«Tempête Klaus du 24 janvier 2009 : conditions d indemnisation et de réparation des dommages» des précisions sur les conditions d indemnisation Le Ministère de l Economie de l Industrie et de l Emploi, la Fédération Française des Sociétés d Assurances et le Groupement des Entreprises Mutuelles d Assurances, diffusent un dépliant intitulé : «Tempête

Plus en détail

PRESTATIONS 2015. Fevrier 2015. Mars 2015

PRESTATIONS 2015. Fevrier 2015. Mars 2015 IMPORTANT! Dans tous les cas, avant de vous déplacer, assurez-vous de la programmation de la manifestation auprès des organisateurs! LEGENDE COULEURS TELE SEVENTIES ( Spectacle d imitations ) SHOW ELVIS

Plus en détail

9 Référentiel de missions de l agence du service civique

9 Référentiel de missions de l agence du service civique BINOME 21 PROJET ASSOCIATIF 2011-2013 Pour une solidarité intergénérationnelle Erard Marie-Françoise Sommaire 1 Objectifs 2 Chartes 3 Fonctionnement de l association 4 Etude préalable 5 Projet actuel 6

Plus en détail

Le réseau des Chambres d agriculture, l installation* et la transmission

Le réseau des Chambres d agriculture, l installation* et la transmission Le réseau des Chambres d agriculture, l installation* et la transmission Un accompagnement historique! * Création ou reprise d entreprises agricoles Voyage de presse installation-transmission - 4 avril

Plus en détail

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013)

Votre résidence fiscale est en France. B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) Votre résidence fiscale est en France B8 Impôt sur la fortune (Mise à jour mai 2013) En France, l impôt sur la fortune, appelé Impôt de Solidarité sur la Fortune (ISF), est un impôt qui frappe le patrimoine.

Plus en détail

Mission Provisions Note d analyse de l exécution budgétaire 2014

Mission Provisions Note d analyse de l exécution budgétaire 2014 Mission Provisions Note d analyse de l exécution budgétaire 2014 Provisions - Dotation pour dépenses accidentelles destinée à faire face à des calamités et pour dépenses imprévisibles - Dotation pour mesures

Plus en détail

Information de l acquéreur ou du locataire. Obligations du vendeur ou du bailleur

Information de l acquéreur ou du locataire. Obligations du vendeur ou du bailleur Information de l acquéreur ou du locataire Obligations du vendeur ou du bailleur Introduction La loi du 30 juillet 2003 relative à la prévention des risques technologiques et naturels et à la réparation

Plus en détail

Solassur Auto du Pro est un contrat d assurance automobile modulable qui prend soin de vous et de votre véhicule en toutes circonstances.

Solassur Auto du Pro est un contrat d assurance automobile modulable qui prend soin de vous et de votre véhicule en toutes circonstances. Solassur Auto du Pro Assurez votre véhicule au plus près de vos besoins et de votre budget. EN BREF Solassur Auto du Pro est un contrat d assurance automobile modulable qui prend soin de vous et de votre

Plus en détail

Marché à procédure adaptée. Cahier des charges. Assurances

Marché à procédure adaptée. Cahier des charges. Assurances Marché à procédure adaptée Passé en application de l article 28 du code des marchés publics Cahier des charges Assurances Date limite de réception des offres Le 28 octobre 2011 à 12h00 Syndicat Mixte Interrégional

Plus en détail

Coordonnées souscripteur. Cocher les Garanties souhaitées du ou des Locaux d exploitation

Coordonnées souscripteur. Cocher les Garanties souhaitées du ou des Locaux d exploitation DEMANDE DE DEVIS RC PRO SECURITE / GARDIENNAGE / POSE INSTALLATION ET MAINTENANCE DE SYSTEME D INTRUSION ET INCENDIE Coordonnées souscripteur Raison Social (ainsi que la forme juridique : SARL, S.A ) :

Plus en détail

Agriculture et Finances

Agriculture et Finances Agriculture et Finances Quelles régulations pour une allocation optimale des capitaux? Cahier n 12 Présentation générale du Cahier Dans les systèmes d économie de marché des pays développés comme des pays

Plus en détail

Votre interlocuteur en cas d accident

Votre interlocuteur en cas d accident Votre Union Départementale a souscrit le contrat ASSO18, auprès de la MNSPF. Afin de vous permettre de connaître les risques assurés et les démarches à effectuer, nous avons le plaisir de vous adresser

Plus en détail

Annex 2. Fact Sheet Belgium

Annex 2. Fact Sheet Belgium Annex 2. Fact Sheet Belgium This Fact Sheet has just been received. This is the reason why it has not been included in the document. According to the contractor, the data of some important insurance companies

Plus en détail

L ASSURANCE AUTO FICHE PRODUIT

L ASSURANCE AUTO FICHE PRODUIT L ASSURANCE AUTO FICHE PRODUIT Avec amaguiz, vous avez le choix entre 2 offres en fonction de votre profil et de l utilisation de votre voiture : al ASSURANCE AUTO CLASSIQUE al ASSURANCE AUTO AU KILOMÈTRE

Plus en détail

IDENTIFICATION DU DEMANDEUR Rq : pour les agriculteurs : laisser la possibilité de coller l étiquette d identification pré-remplie basée sur le S1

IDENTIFICATION DU DEMANDEUR Rq : pour les agriculteurs : laisser la possibilité de coller l étiquette d identification pré-remplie basée sur le S1 n 13 681*02 MINISTÈRE DE L'ALIMENTATION, DE L'AGRICULTURE, DE LA PÊCHE, DE LA RURALITÉ ET DE L'AMENAGEMENT DU TERRITOIRE (articles L361-1à 21 et D361-1 à R361-37 du Code rural) DEMANDE D INDEMNISATION

Plus en détail

VITICULTURE 2012 V 12 / PACA 02 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE

VITICULTURE 2012 V 12 / PACA 02 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE VITICULTURE 212 V 12 / PACA 2 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE Silvère DEVEZE Chambre d Agriculture de Vaucluse 1- Identification de l action a. Responsables techniques et partenaires :

Plus en détail

Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures?

Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures? Les exploitations de grandes cultures face à la variabilité de leurs revenus : quels outils de gestion des risques pour pérenniser les structures? Benoît Pagès 1, Valérie Leveau 1 1 ARVALIS Institut du

Plus en détail

Pendant combien de temps faut-il conserver ses documents personnels?

Pendant combien de temps faut-il conserver ses documents personnels? Pendant combien de temps faut-il conserver ses documents personnels? Le délai de conservation des documents, indépendamment de leur format, varie selon leur nature. En matière civile, le délai de prescription

Plus en détail

Bilan Carbone des interventions viticoles

Bilan Carbone des interventions viticoles Chambre d agriculture de Vaucluse Bilan Carbone des interventions viticoles Silvère DEVEZE Chambre d Agriculture de Vaucluse Tél : 04.90.23.65.65 fax : 04.90.23.65.40 email : accueil@vaucluse.chambagri.fr

Plus en détail