ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSION ET PROGRAMME EXERCICE 2012 IMMIGRATION, ASILE, INTEGRATION

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSION ET PROGRAMME EXERCICE 2012 IMMIGRATION, ASILE, INTEGRATION"

Transcription

1 ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSION ET PROGRAMME EXERCICE 2012 IMMIGRATION, ASILE, INTEGRATION MAI 2013

2 2 COUR DES COMPTES Mission Immigration, asile et intégration Programme 303 Immigration et asile Programme 334 Intégration et accès à la nationalité française

3 MISSION IMMIGRATION ASILE ET INTEGRATION 3 Sommaire I - Introduction et présentation de la mission...7 II - Les dépenses de l exercice et la gestion des crédits...7 A - L exécution des crédits de la mission en B - La programmation des crédits...10 C - La gestion des crédits en cours d exercice...10 III - Les grandes composantes de la dépense...12 A - La masse salariale et la gestion des emplois (titre 2)..12 B - Les autres dépenses de fonctionnement (titre 3)...12 C - Les dépenses d intervention (titre 6)...14 D - Les dépenses d investissement (titre 5)...16 E - Les opérateurs...16 IV - Régularité, performance, soutenabilité...18 A - La régularité de l exécution budgétaire...18 B - La démarche de performance...18 C - La soutenabilité budgétaire...19 V - Les recommandations de la Cour A - Le suivi des recommandations formulées par la Cour au titre de B - Des pistes de réflexion et des recommandations complémentaires...23

4 4 COUR DES COMPTES Synthèse (M ) LFI AE : 631,89; CP : 631,79 ; Crédits ouverts AE : 771,83 ; CP : 749,27 Exécution AE : 763,48 1 ; CP : 734,200 Plafond d emplois (hors opérateurs) en ETPT : 582 ; exécution : 568 Plafond d emplois opérateurs en ETP : ; exécution : La mission Immigration, asile et intégration comporte, depuis qu elle a été créée, en 2008, deux programmes, le programme 104-Intégration et accès à la nationalité française et le programme 303-Immigration et asile. Elle regroupe les crédits de fonctionnement de la sous-direction des visas, située à Nantes ; les crédits finançant l exercice du droit d asile (instruction des demandes, prise en charge, accueil et hébergement des demandeurs) ; les crédits de fonctionnement des centres de rétention administrative (CRA), y compris pour les actions d assistance aux étrangers qui y sont menées, et d immobilier de ces centres ; les crédits pour les services centraux du secrétariat général à l immigration et à l intégration (SGII) ; les crédits pour l accueil et l intégration des migrants, ainsi que l aide au retour et à la réinsertion ; enfin les moyens de fonctionnement de la sous-direction de l accès à la nationalité française, située à Rezé. La mission retrace les actions menées par les services du secrétaire général à l immigration et à l intégration (SGII), qui a été placé sous l autorité du ministre de l intérieur le 25 novembre et l est resté depuis 4. Le responsable du programme 303 est le SGII ; celui du programme 104 est le directeur de l accueil, de l intégration et de la citoyenneté qui est subordonné au SGII. D un point de vue budgétaire, le 1 Le montant de consommations d AE (763,48 M ), prend en compte 9,66 M de retraitements sur le programme 303 et 4,85 M de retraitements sur le programme 104. Ainsi, le montant des consommations selon CHORUS, qui ne les prend pas en compte est de 748,32 M. 2 A ces emplois s ajoutent ceux de la Cité nationale de l histoire de l immigration (78 ETP prévus en LFI pour l année 2012) qui ne sont pas considérés ici car cet opérateur relève également du programme 224 Transmission des savoirs et démocratisation de la culture de la mission Culture, considéré comme «chef de file». 3 En application du décret n du 25 novembre 2010 relatif aux attributions du ministre de l intérieur, de l outre-mer, des collectivités territoriales et de l immigration. 4 Cf. décret n du 24 mai 2012 relatif aux attributions du ministre de l intérieur.

5 MISSION IMMIGRATION ASILE ET INTEGRATION 5 dispositif a semblé de nature à assurer la cohérence des actions et la simplicité de la gestion des crédits entre l ensemble des dispositifs d immigration, d accueil et d intégration dont il a la responsabilité administrative. Le secrétariat général de l immigration et de l intégration se définit principalement comme une «administration d'état-major» dont la mission est de concevoir et de piloter des politiques publiques. La mise en œuvre de ces politiques est en effet en grande partie assurée par des services du ministère de l intérieur (police nationale, gendarmerie nationale, préfectures) et d autres ministères (ambassades et postes consulaires, directions régionales des entreprises, de la concurrence, de la consommation, du travail et de l emploi (DIRECCTE), directions régionales de la jeunesse, des sports et de la cohésion sociale (DRJSCS) et surtout deux grands «opérateurs» qui sont l Office français de protection des réfugiés et apatrides (OFPRA) et l Office français de l immigration et de l intégration (OFII). L enjeu budgétaire le plus significatif de la mission est la gestion des demandes d asile. Dès qu une personne entre sur le territoire français et dépose une demande d asile auprès de l OFPRA, elle dispose, en vertu de la convention de Genève et de diverses directives communautaires, d un droit au logement et à la subsistance. L allocation temporaire d attente (ATA), créée par la loi de finances initiale (LFI) pour , est servie aux demandeurs ne pouvant être hébergés en centres d accueil pour demandeurs d asile (CADA), dès lors qu'ils ont accepté l offre de prise en charge qui leur a été présentée lors de leur admission au séjour. Elle est versée pendant toute la durée d instruction de leur demande, y compris en cas de recours devant la Cour nationale du droit d asile (CNDA).. Le stock important de demandeurs en attente de décision et la croissance du nombre de nouveaux demandeurs allongent le délai moyen de traitement des demandes par l OFPRA et la CNDA. Or plus les demandeurs attendent longtemps la décision d admission ou de rejet, plus les CADA sont engorgés, plus le coût de l hébergement d urgence augmente et plus l ATA est versée longtemps. La prévision des crédits nécessaires pour l ATA et la gestion de cette allocation sont au cœur des difficultés pointées par la Cour sur cette mission, en termes de manquement à la sincérité des lois de finances initiale et rectificative. En 2012, le montant des crédits ouverts par la LFI reposait en effet sur l hypothèse d une dotation de 89,65 M d AE et de CP pour l ATA, 5 Dispositions codifiées aux articles L et L du code du travail.

6 6 COUR DES COMPTES alors que, compte tenu du stock, connu, de demandeurs d asile, cette dotation était manifestement insuffisante, même au cas où le nombre de demandes nouvelles aurait été stable. En outre, il a été décidé en réunion interministérielle du 30 décembre 2011 d exonérer de mise en réserve les crédits destinés aux centres d accueil pour les demandeurs d asile ; en compensation, c est le reste du programme 303 qui a subi une mise en réserve supplémentaire de 12 M, dont 10 M ont grevé la dotation destinée à l ATA. Dans ces conditions, un abondement supplémentaire de la dotation relative à l ATA s est avéré nécessaire en cours d année : il est intervenu en loi de finances rectificative, pour un montant de plus de 89 M en AE et de plus de 83 M en CP. Pour autant, cet abondement n aura pas suffi, puisqu au 31 décembre 2012, l Etat n aura pu honorer la totalité des sommes dues à Pôle emploi, qui gère cette allocation : c est sur les crédits de l exercice 2013 que seront imputés les 14,6 M dus à Pôle emploi au titre de PRINCIPALES RECOMMANDATIONS - Recommandation n 1 : veiller à la sincérité de l inscription des crédits en loi de finances initiale s agissant du financement de l asile ; - Recommandation n 2 : consolider la démarche de pilotage par le SGII des services déconcentrés ; - Recommandation n 3 : poursuivre les actions visant à réduire les délais de traitement des dossiers auprès de l OFPRA et de la CNDA, afin de résorber le stock des demandes en attente ; - Recommandation n 4 : poursuivre et consolider le processus de contractualisation avec les opérateurs relevant de la mission, en mettant en place des indicateurs reflétant davantage la performance que l activité ; - Recommandation n 5 : renforcer le suivi et le contrôle du versement des prestations ATA aujourd hui assuré par Pôle emploi et en diminuer les frais de gestion.

7 MISSION IMMIGRATION ASILE ET INTEGRATION 7 I - Introduction et présentation de la mission La mission comporte deux programmes, le programme 104-Intégration et accès à la nationalité française et le programme 303-Immigration et asile. Le programme 303 est depuis 2008, année de création de la mission, celui qui regroupe la très grande majorité des crédits ouverts, disponibles et consommés au sein de la mission. C est ce programme, et notamment son action n 2 qui concerne le financement de la demande d asile, qui concentre l écart le plus importants entre crédits consommés et crédits initialement ouverts. En 2012, la sous-évaluation, dans le projet de loi de finances (PLF), notamment de la dotation pour l allocation temporaire d attente (ATA), a nécessité une ouverture complémentaire de crédits par la loi de finances rectificative (LFR) ; en outre, ce montant s est avéré insuffisant pour couvrir l ensemble des dépenses correspondantes de cet exercice. Ainsi le «rebasage» opéré dans la LFI (+ 35,6 M ) puis l abondement en LFR (+ 89,1 M ) n ont pas suffi pour faire face à l explosion des dépenses au titre de l ATA et de l hébergement d urgence et ce, en dépit des emplois supplémentaires accordés à l OFPRA (+ 45 ETPT en 2011 et 2012) pour participer à la réduction des délais globaux de traitement des dossiers de demandes d asile. La poursuite de l augmentation de la demande d asile en 2012 a en outre aggravé la situation. II - Les dépenses de l exercice et la gestion des crédits A - L exécution des crédits de la mission en 2012 Les crédits ouverts ont crû de 12 % en AE comme en CP entre la LFI 2011 et la LFI Les tableaux qui suivent retracent en exécution les différents mouvements de crédits au cours de l exercice 2012 en AE et en CP.

8 8 COUR DES COMPTES Tableaux de synthèse de l exécution en autorisations d engagement (en M ) Programme Programme Mission LFI 78,44 553,45 631,89 LFR -6,73 89,07 82,34 Total des mouvements de crédits 6 1,97 34,38 36,35 Fonds de concours 10,76 10,49 21,25 Total des crédits disponibles 84,44 687,39 771,83 Crédits consommés ,07 680,42 763,48 Crédits consommés ,14 646,66 724,80 Consommation 2012/ ,93 +33,76 +38,69 Source : DEPAFI et SGII, restitutions CHORUS Tableaux de synthèse de l exécution en crédits de paiement (en M ) Programme Programme Mission LFI 71,64 560,15 631,79 LFR -4,83 83,13 78,30 Total des mouvements de crédits 3,13 14,80 17,93 Fonds de concours 10,76 10,49 21,25 Total des crédits disponibles 80,70 668,57 749,27 Crédits consommés en ,18 655,02 734,20 Crédits consommés en ,43 646, Consommation 2012/ ,75 +8,69 10,44 Source : DEPAFI et SGII, restitutions Chorus Au total, les AE consommées ont été de 83 M (pour le programme 104) et 680 M (pour le programme 303) et les CP consommés de 79 M (pour le programme 104) et 655 M (pour le programme 303). Le taux de consommation des crédits ressort à 98 % en AE comme en CP. a) Programme 104 -Intégration et accès à la nationalité française 6 Reports, virements, transferts, décrets d avances, répartition dépenses accidentelles, annulations (AE non reportables).

9 MISSION IMMIGRATION ASILE ET INTEGRATION 9 Sur quelques lignes, les taux de consommation sont inférieurs à ces moyennes, mais pour des sommes faibles. Ainsi les AE non consommées sur le programme 104, au total 1,37 M, se décomposent comme suit : - une sous-consommation de 1,53 M sur l action 11 (actions nationales d accueil des étrangers primo-arrivants) consécutive à la réduction de la subvention prévue pour l OFII, afin de financer le dispositif provisoire d hébergement des réfugiés statutaires (DPHRS) de l association France Terre d Asile et les CADA-IR 7 ; - une sous-consommation de 0,27 M sur l action 12 (actions d intégration des étrangers en situation régulière) et une sousconsommation de 0,08 M sur l action 14 «naturalisation et accès à la nationalité» ; - des fonds de concours non consommés à hauteur de 1,40 M ; - ces sous-consommations ayant été pour partie compensées par une «sur-consommation» de 1,90 M sur l action 15 en matière d intégration des réfugiés. Les crédits de paiement connaissent une sous-consommation globale de 1,52 M qui se répartit sur les mêmes actions. b) Programme 303 -Immigration et asile Pour le programme 303, les AE sont globalement sousconsommées à hauteur de 6,7 M : sur l action 2 «asile» pour 2,33 M, l action 3 «lutte contre l immigration irrégulière» pour 3,38 M (investissement immobilier des CRA et éloignement), les actions 1 «visas» et 4 «soutien» pour 0,98 M (systèmes d information et fonctionnement courant). Les CP de l action 2 «asile» ont été consommés à pratiquement 100 % et ceux de l action 1 «fonctionnement de l administration des visas» à 76 %. Outre cette sous-consommation sur l action 1 (au total 5,75 M non consommés sur les actions 1 et 4), n ont pas été consommés 2,81 M sur l action 3 «investissement immobilier des CRA et éloignement» et 4,95 M sur l action 2. Au total, les CP non consommés du programme 303 s élèvent à 13,51 M. 7 IR pour «Intégration des Réfugiés».

10 10 COUR DES COMPTES B - La programmation des crédits La programmation triennale offre une vision à moyen terme sur les crédits des programmes. Toutefois, pour la mission, cette vision rencontre des limites dues à la difficulté de prévoir la demande d asile à moyen terme qui dépend assez largement de la situation politique dans les pays concernés. Des ajustements ont été opérés dans le budget triennal afin de prendre en compte l évolution à la hausse du nombre de demandeurs d asile. Ils sont apparus insuffisants et il a été décidé au stade du PLF 2012 d abonder les crédits destinés à l hébergement d urgence et à l ATA. C est ainsi que les crédits ouverts par la LFI 2012 ont excédé de quasiment 84 M en AE et 77 M en CP ceux prévus dans la tranche 2012 de la loi de programmation des finances publiques (LPFP) pour la période C - La gestion des crédits en cours d exercice En dépit du «rebasage» précité opéré par la LFI 2012, des écarts importants ont été constatés en exécution 2012 par rapport aux crédits votés sur les lignes budgétaires correspondant au financement de l hébergement d urgence (HU) des demandeurs d asile et de l ATA. Cette «sous-budgétisation» est récurrente. Le tableau ci-après montre les écarts importants sur la période 2005 à 2012, entre les crédits inscrits en LFI et ceux consommés s agissant de l hébergement d urgence et surtout de l ATA. Dotations initiales et dépenses liées au financement de l asile En M Hébergement d urgence CADA ATA Année LFI Exécution LFI Exécution LFI Exécution ,0 140,8 142,4 143,6 n. d. 117, ,0 103,7 148,1 144,8 129,0 79, ,0 57, ,4 38,0 47, ,3 53,1 190,8 192,5 28,0 47, ,0 72,8 195,6 195,7 30,0 68, ,0 110,2 202,6 202,3 53,0 105, ,0 134,3 199,0 198,6 54,0 157, ,9 135,3 194,0 194,4 89,7 149,8 Source : DEPAFI et SGII, février 2013

11 MISSION IMMIGRATION ASILE ET INTEGRATION 11 Depuis 2010, alors que les dépenses concernant les CADA varient peu, celles liées à l ATA progressent plus vite que celles d hébergement d urgence. Le SGII indique avoir élaboré, avec l aide d un prestataire extérieur, un «outil de modélisation des dépenses d asile». Cet outil a fait ressortir une augmentation des dépenses d ATA beaucoup plus forte que l évolution de la demande d asile combinée à l effet stock». C est pour expliquer ce phénomène que le ministre de l intérieur a demandé, conjointement avec le ministre délégué chargé du budget et le ministre de l emploi, un audit sur le versement de cette allocation, confié conjointement à l IGAS, l IGA et l IGF, et dont les conclusions étaient attendues à la fin du mois de mars Les mouvements de crédits en gestion n ont pas suffi à compléter les crédits pour l ATA à la hauteur des besoins : en effet, si le tableau précédent, issu des données de CHORUS, montre un montant de 149,8 M de dépenses pour l ATA, les dettes nées au titre de l exercice 2012 se sont élevées au total à 164,4 M : une partie (14,6 M ) n a pas été payée à Pôle emploi, à qui l Etat a délégué par convention le versement de l ATA aux bénéficiaires. En outre, en gestion, cette sous-budgétisation des dépenses liées à l ATA s est trouvée aggravée par le choix de se servir des crédits pour cette allocation comme variable d ajustement ; en effet, alors même que l insuffisance du montant initial des crédits était connue, il a été décidé en réunion interministérielle du 30 décembre 2011 d exonérer de mise en réserve les crédits destinés aux centres d accueil pour les demandeurs d asile ; en compensation, c est le reste du programme 303 qui a subi un gel supplémentaire de 12 M, dont 10 M ont grevé la dotation destinée à l ATA. Dans le cadre de la fongibilité à l intérieur de l action 2 du programme 303, en début d année, lors de la notification des BOP régionaux relatifs aux crédits pour l asile adressée à chaque préfet de région, les montants annoncés pour l enveloppe de l hébergement d urgence étaient supérieurs aux dotations ayant servi de base à la LFI. Selon le SGII, les enveloppes ainsi prévues pour cet hébergement, supérieures aux crédits disponibles lorsqu elles ont été communiquées aux préfets, ont permis de faire face aux besoins, car les crédits initialement ouverts ont été complétés en cours d année.

12 12 COUR DES COMPTES III - Les grandes composantes de la dépense A - La masse salariale et la gestion des emplois (titre 2) Les dépenses de rémunération se sont élevées à 37,16 M. Ces dépenses (cotisations au CAS Pensions incluses) représentent environ 5 % des dépenses de la mission. En administration centrale (SGII), le nombre d ETP tend à diminuer en exécution (582 ETP en plafond d emplois et 568 en exécution). A l avenir, ce nombre est susceptible de diminuer davantage si ces emplois d administration centrale rejoignent les autres emplois de même type au sein du programme Conduite et pilotage des politiques de l intérieur de la mission Administration générale et territoriale de l Etat, géré par le ministère de l intérieur. La gestion des emplois des opérateurs a connu certaines évolutions notables au cours de l exercice Une dégradation progressive des délais de traitement de la demande d asile depuis 2008 et une augmentation des stocks ayant été observés, l OFPRA a bénéficié d emplois nouveaux. Alors que le PAP annexé au PLF pour 2012 ne prévoyait que 410 ETP, ce nombre a été porté à 455 (+45 ETP) par voie d amendement gouvernemental. En revanche, l OFII, qui est désormais le seul opérateur de l Etat chargé de l immigration légale, a été doté de 820 ETP en 2012 (soit -15 emplois relativement à 2011), à comparer aux 920 ETP encore autorisés en Dotée de 78 ETP en 2012, la Cité nationale de l histoire de l immigration (CNHI) relève non seulement du programme 104 Intégration et accès à la nationalité française mais aussi du programme 224 Transmission des savoirs et démocratisation de la culture de la mission Culture, chef de file. Le ministère de l intérieur n a pas été en mesure de communiquer à la Cour le nombre d ETPT exécutés pour cet opérateur s agissant de l exercice B - Les autres dépenses de fonctionnement (titre 3) Les crédits pour les dépenses de fonctionnement (catégorie 31) ouverts par la LFI étaient de 75 M ; ils ont été consommés comme prévu.

13 MISSION IMMIGRATION ASILE ET INTEGRATION 13 Les deux opérateurs principaux bénéficient de subventions pour charge de service public. Ils mènent chacun une stratégie de maîtrise des dépenses de fonctionnement et ont également réalisé un schéma pluriannuel de stratégie immobilière (SPSI) validé par France Domaine. Les crédits prévus pour ces subventions ont été mis en réserve pour celle destinée à l OFII ; en revanche, s agissant de l OFPRA, non seulement aucun crédit n a été mis en réserve, mais leur montant a même été accru par une dotation complémentaire. Subventions pour charges de service public versées en 2012 Montants (en M ) Dates des versements 4,80 03/04/2012 OFII 3,60 14/05/2012 2,00 05/12/2012 Total OFII 10,40 14,74 03/02/2012 OFPRA 14,74 05/07/2012 7,37 07/11/2012 Total OFPRA 36,85 1,08 03/04/2012 Cité nationale de l histoire 0,81 28/06/2012 de l immigration (CNHI) 0,81 08/11/2012 Total CNHI 2,69 Source : DEPAFI et SGII, février 2013 a) La subvention à l OFII Trois versements ont été faits à l OFII, le dernier le 5 décembre 2012, à hauteur de 2 M, au lieu des 3,6 M prévus initialement. Le montant de la subvention a en effet été revu à la baisse au regard de la situation financière de l établissement et de besoins complémentaires sur le programme 104 Intégration et accès à la nationalité française, à savoir le développement de l action «Ouvrir l école aux parents» et le financement du dispositif provisoire d hébergement des réfugiés statutaires (DPHRS). b) La subvention à l OFPRA Les crédits prévus pour la subvention allouée à l OFPRA ont été, comme susdit, exemptés de mise en réserve en La subvention initialement prévue de 34,35 M prenait en compte le renfort des

14 14 COUR DES COMPTES 30 officiers de protection contractuels jusqu à fin juin 2012 mais n intégrait pas les mesures nouvelles résultant de la décision du Premier ministre du 15 septembre 2011, à savoir : - la consolidation en année pleine des emplois des 30 officiers de protection initialement recrutés pour une période de 18 mois à compter du 1 er janvier 2011 (0,58 M ) ; - le renfort de cinq officiers de protection supplémentaires (0,22 M ) et la consolidation de dix emplois de vacataires (0,4 M ) ; - la revalorisation du régime indemnitaire des personnels (1,45 M ) ; - les charges liées aux renforts d effectifs (interprétariat, frais postaux (0,2 M ). Ces dépense ont été financées essentiellement par le versement d une subvention complémentaire du programme 303 Immigration et asile de 2,5 M, portant ainsi la subvention 2012 à 36,85 M (cf. supra). C - Les dépenses d intervention (titre 6) Les dépenses d intervention (559 M d AE et 547 M de CP consommés) de la mission recouvrent essentiellement : - les dépenses relatives à la prise en charge des demandeurs d asile sur l action 2 «Garantie de l exercice du droit d asile» du programme 303-Immigration et asile ; - les dépenses relatives à la prise en charge sanitaire et sociale des retenus dans les CRA sur l action 3 «Lutte contre l immigration irrégulière» du programme 303 ; - les dépenses relatives à l intégration des primo arrivants et des réfugiés sur le programme 104-Intégration et accès à la nationalité française. Les bénéficiaires de dépenses d intervention sont principalement des associations, établissements publics, collectivités locales ainsi que des personnes physiques. Hormis les personnes physiques bénéficiaires de l ATA, les autres bénéficiaires recensés sont très nombreux (1 386 sur le programme 104 et 280 sur le programme 303). Les dépenses «à guichet ouvert» représentent plus d un quart des dépenses d intervention ; mais au-delà, de nombreuses dépenses réputées simplement «réglementées» ou «discrétionnaires», telles que celles destinées aux CADA, à l hébergement d urgence, aux centres

15 MISSION IMMIGRATION ASILE ET INTEGRATION 15 provisoires d hébergement et aux foyers de travailleurs migrants, sont en fait très contraintes. Crédits de paiement consommés en 2012 (en M ) Catégorie Intitulés Montants Dépenses de guichet Allocation temporaire d'attente 149,83 Total 149,83 Dépenses discrétionnaires Hébergement d'urgence déconcentré 124,77 Accompagnement social des demandeurs d'asile 0,23 Accompagnement social des retenus 5,85 Accompagnement sanitaire des retenus 7,84 Actions d'intégration des étrangers en situation régulière 24,84 Foyers de travailleurs migrants 11,28 Aides et secours aux réfugiés 4,11 Total 178,92 Dotations réglementées CADA 193,90 Hébergement d'urgence national 10,63 Centres provisoires d'hébergement 14,08 Total 218,61 Total des dépenses d intervention 547,36 Source : DEPAFI et SGII, février 2013 Catégorie Dépenses de guichet 105,00 157,83 149,83 Dépenses discrétionnaires 153,58 163,58 178,92 Dotations réglementées 257,23 240,16 218,61 Total des dépenses d'intervention exécutées (CP consommé en M ) 515,81 561,57 547,36 Source : DEPAFI et SGII, février 2013

16 16 COUR DES COMPTES Par rapport à 2011, les «dépenses de guichet» ont diminué de 5 % et les «dépenses réglementées» de 9 % ; les dépenses discrétionnaires ont quant à elles augmenté de 9 %. D - Les dépenses d investissement (titre 5) Les investissements (39 M d AE et 7 M de CP consommés) concernent le seul programme 303 Immigration et asile ; il s agit d investissements immobiliers pour les centres et locaux de rétention administrative, d une part, et informatiques, d autre part. Sur le BOP «Lutte contre l immigration irrégulière», il était prévu de consommer 28,60 M d AE et 4,80 M de CP pour l immobilier des CRA et des LRA ; 27,02 M d AE ont été consommés, dont 25 M pour la construction du CRA de Mayotte, et 4,20 M de CP. La sousconsommation de 1,58 M d AE est due à l inexécution de 1 M de travaux d accessibilité dans les CRA et LRA et de l abandon des 0,58 M de travaux de restructuration du CRA de Coquelles ; la sousconsommation de 0,60 M de CP résulte de l arrivée tardive de factures. Sur le BOP «Soutien», sur lequel sont imputées les dépenses relatives aux systèmes d information, il était prévu de consommer 19,93 M d AE et 18,99 M de CP ; la consommation a été de 16,45 M d AE et 13,51 M de CP. Les dépenses pour le renouvellement du parc d imprimantes des postes diplomatiques et consulaires affectés à l impression des visas et aux augmentations de capacité des plates-formes d exploitation de l application «Réseau Mondial Visa» (RMV) prévues pour 0,56 M n ont été réalisées que pour 0,24 M en AE et 0,28 M en CP. Une partie de ces projets peut être cofinancée par le Fonds européen pour le retour (FR) et le Fonds européen pour les frontières extérieures (FFE) du programme SOLID (Solidarité dans la gestion des flux migratoires) créés par le Parlement et la Commission européenne pour la période Ces cofinancements sont versés par l Union européenne à la France et rattachés par voie de fonds de concours au programme 303 Immigration et asile en remboursement de dépenses déjà réalisées. E - Les opérateurs Deux nouveaux contrats d objectifs et de performance pour la période sont actuellement en cours de concertation entre les deux établissements, OFPRA et OFII, et leurs tutelles.

17 MISSION IMMIGRATION ASILE ET INTEGRATION 17 1 L Office français de protection des réfugiés et apatrides Créé en 1952, l OFPRA est un établissement public administratif de l État placé, depuis le 15 novembre 2010, sous la tutelle du ministre de l intérieur. Son financement est assuré presque intégralement par une subvention pour charges de service public imputée sur le programme 303-Immigration et asile. Depuis l entrée en vigueur de la loi n du 10 décembre 2003, l OFPRA traite toutes les demandes d asile (conventionnel, constitutionnel, protection subsidiaire, anciennement asile territorial), au cours d une instruction unique et assure la protection des réfugiés. L action de l Office contribue à l atteinte de l objectif 3 du programme 303 visant à l amélioration du délai de traitement de la demande d asile. Les activités de l OFPRA sont encadrées par un contrat d objectifs et de moyens (COM) signé le 9 décembre 2008 et couvrant la période Il a été informellement prolongé d'une année jusqu'au 31 décembre L Office français de l immigration et de l intégration Aujourd hui placé sous la tutelle du ministre de l intérieur, l OFII créé par la loi n du 25 mars 2009 de mobilisation pour le logement et la lutte contre l'exclusion, remplit quatre principales missions que l Etat lui a déléguées : la gestion des procédures régulières aux côtés ou pour le compte des préfectures et des postes diplomatiques et consulaires ; l accueil et l intégration des immigrés autorisés à séjourner durablement en France et signataires à ce titre d un contrat d accueil et d intégration avec l Etat ; l accueil des demandeurs d asile ; l aide au retour et à la réinsertion des étrangers dans leur pays d origine. L'OFII est chargé de l accueil, de l'intégration des primo-arrivants et des formations linguistiques. Dans le cadre du parcours d intégration, l Office est chargé de mettre en œuvre le contrat d accueil et d intégration (CAI) et les dispositifs d'apprentissage de la langue française adaptés aux besoins d'intégration des personnes de nationalité étrangère. A l étranger, l OFII est représenté dans huit pays : le Maroc, la Tunisie, la Turquie, la Roumanie, le Mali, le Sénégal, le Canada, le Cameroun. Son financement est principalement assuré par des taxes affectées. Elles sont complétées par une subvention pour charges de service public imputée sur le programme 104 Intégration et accès à la nationalité

18 18 COUR DES COMPTES française, nécessaire notamment pour soutenir les dépenses de formation linguistique pour les personnes immigrées qui ne relèvent pas du CAI, ainsi que de fonds européens (Fonds européen d'intégration FEI). 3 La Cité nationale de l histoire de l immigration La Cité nationale de l histoire de l immigration (CNHI) est un établissement public administratif créé par le décret n du 16 novembre Il est placé sous la tutelle des ministres chargés de la culture, de l'intégration, de l'éducation nationale et de la recherche. La cité associe un site central à Paris (le musée de la Porte Dorée) et un réseau de partenaires qui a vocation à regrouper des associations, des institutions culturelles, des entreprises, des chercheurs et des collectivités territoriales en France et à l étranger pour contribuer à l'évolution des représentations sur l immigration et, ainsi, à la cohésion sociale. IV - Régularité, performance, soutenabilité A - La régularité de l exécution budgétaire Comme il a été dit, à la fin de l exercice 2012 subsiste une dette de 14,6 M à l égard de Pôle emploi au titre de l ATA. La facture de décembre 2012 sera à payer en Elle consommera ainsi des AE et des CP ouverts au budget de 2013, en infraction au principe d annualité budgétaire. L exécution budgétaire n appelle pas d autres observations relatives à sa régularité. B - La démarche de performance Les résultats des indicateurs des programmes 104 et 303 figurent dans les documents budgétaires. Pour le programme Intégration et accès à la nationalité française, l un des objectif est d améliorer les conditions d accueil et d intégration des étrangers. Sont calculés le «taux d'étrangers (non francophones) bénéficiaires d une formation linguistique dans le cadre du CAI qui obtiennent le DILF» et le «taux d'étrangers (non francophones) bénéficiaires d'une formation linguistique dans le cadre du CAI qui obtiennent le DILF dans les DOM». Pour mesurer l atteinte de l objectif consistant à «améliorer l'efficacité du traitement des dossiers de

19 MISSION IMMIGRATION ASILE ET INTEGRATION 19 naturalisation», est calculée la «durée moyenne d'instruction d'un dossier de naturalisation». Pour le programme Immigration et asile, l un des objectifs est d optimiser la prise en charge des demandeurs d asile dans les CADA. Sont calculés le «pourcentage d'hébergement en CADA des demandeurs d'asile en cours de procédure remplissant les conditions d'accès à cet hébergement» et le «pourcentage des places de CADA occupées par des demandeurs d'asile en cours de procédure et autres personnes autorisées». L objectif de réduire les délais de traitement de la demande d asile est mesuré par le «nombre de dossiers traités dans l'année par ETP d'agent instructeur». L objectif consistant à «améliorer l'efficacité de la lutte contre l'immigration irrégulière» est mesuré par le «nombre cumulé de mesures de reconduites effectives à la frontière» ou encore le «nombre cumulé d'interpellations de trafiquants et de facilitateurs» métropole DOM et COM. La maquette «objectifs/indicateurs» de la mission enregistre peu de modifications en 2012 à l'exception du programme 303 pour lequel l'objectif tendant à «favoriser l'immigration de travail» et l'indicateur qui en découlait ont été supprimés. Il apparaît ainsi que de nombreux indicateurs reflètent davantage des résultats quantitatifs d activité plutôt qu ils ne permettent d apprécier des performances. En outre, certains indicateurs, comme le nombre cumulé de mesures de reconduites effectives à la frontière et le nombre cumulé d'interpellations de trafiquants et de facilitateurs résultent d actions dont les moyens budgétaires ne sont pas inscrits dans la mission Immigration, asile, intégration. C - La soutenabilité budgétaire En 2011, les hypothèses, retenues dans le PLF, de stabilité de la demande d asile et de réduction rapide des délais d examen des demandes devant l OFPRA et la CNDA, n étaient guère plausibles. De fait, les prévisions s étaient révélées inexactes ; l exercice 2011 avait été caractérisé par une sous-évaluation manifeste des crédits nécessaires au financement des dispositifs liés à l asile. La loi n du 28 décembre 2010 de programmation des finances publiques pour les années 2011 à 2014 a été conçue en

20 20 COUR DES COMPTES La LFI 2012, qui en était la deuxième année d application, s est écartée de la prévision inscrite dans la loi qui était exagérément optimiste quant aux possibilités de maîtriser les dépenses en cause. a) La LFI 2012 par rapport à la loi de programmation Dans le PLF pour 2012, le Gouvernement a ainsi procédé à une revalorisation substantielle des montant prévus dans la loi de programmation, avec une augmentation des dotations relatives à l hébergement d urgence et à l ATA. Cette révision de la prévision initiale, appelée de ses vœux par la Cour, a été importante. La dotation pour l ATA a ainsi été portée de 54 M dans la LFI pour 2011 à 89,6 M dans la LFI pour 2012 pour faire face à l augmentation du nombre de demandeurs d asile bénéficiaires de cette allocation. Il apparaît néanmoins que, bien que nécessaire, cette correction a été insuffisante : en 2012, les dépenses liées à l asile ont été, une fois encore, largement sous-évaluées dans le PLF, ce qui pose à la fois la question de la sincérité et de la soutenabilité budgétaires. En 2011, alors que 54 M de crédits avaient été prévus pour l ATA, les dépenses se sont élevées à 157,8 M. Alors que rien ne laissait escompter une réduction du flux de demandes d asile en 2012 et que le nombre de demandes en attente était important, le montant des crédits a été porté comme susdit à 89,6 M dans la LFI pour 2012, soit 66 % de plus que dans la LFI pour 2011, mais 43 % de moins que la dépense constatée en L impossibilité de faire tenir cette allocation qui est un droit et s assimile donc à une «dépense de guichet» dans l enveloppe impartie était par conséquent sinon parfaitement connue lors de la préparation du PLF 2012, du moins largement prévisible. Ainsi que le tableau ci-après le montre, la hausse du nombre de demandeurs d asile a été en effet continue ces dernières années : 8 Loi n du 28 décembre 2010 de programmation des finances publiques pour les années 2011 à 2014.

Mission Provisions Note d analyse de l exécution budgétaire 2014

Mission Provisions Note d analyse de l exécution budgétaire 2014 Mission Provisions Note d analyse de l exécution budgétaire 2014 Provisions - Dotation pour dépenses accidentelles destinée à faire face à des calamités et pour dépenses imprévisibles - Dotation pour mesures

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2006 GUIDE DE LECTURE DES NOUVEAUX DOCUMENTS BUDGÉTAIRES PAR MISSION DU BUDGET DE L ÉTAT LES NOUVEAUX BLEUS BUDGÉTAIRES ET LES PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES Les documents

Plus en détail

ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSION ET PROGRAMME EXERCICE 2012 TRAVAIL ET EMPLOI

ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSION ET PROGRAMME EXERCICE 2012 TRAVAIL ET EMPLOI ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSION ET PROGRAMME EXERCICE 2012 TRAVAIL ET EMPLOI MAI 2013 2 COUR DES COMPTES Mission Travail et emploi Programme 102 Accès et retour à l emploi Programme

Plus en détail

RELATIONS AVEC LES COLLECTIVITES TERRITORIALES

RELATIONS AVEC LES COLLECTIVITES TERRITORIALES ANALYSE DE L EXECUTION DU BUDGET DE L ETAT PAR MISSIONS ET PROGRAMMES EXERCICE 2013 RELATIONS AVEC LES COLLECTIVITES TERRITORIALES mai 2014 Mission interministérielle Relations avec les collectivités territoriales

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère des affaires sociales, du travail et de la solidarité

Décrets, arrêtés, circulaires. Textes généraux. Ministère des affaires sociales, du travail et de la solidarité J.O n 247 du 24 octobre 2003 page 18112 texte n 5 Décrets, arrêtés, circulaires Textes généraux Ministère des affaires sociales, du travail et de la solidarité Décret n 2003-1010 du 22 octobre 2003 relatif

Plus en détail

LE BUDGET DE L ÉTAT VOTÉ POUR 2014

LE BUDGET DE L ÉTAT VOTÉ POUR 2014 LE BUDGET DE L ÉTAT VOTÉ POUR 2014 en quelques chiffres (Loi de finances initiale) Évaluation des recettes perçues par l État en 2014 (art. 60 de la loi de finances initiale pour 2014) RECETTES FISCALES

Plus en détail

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : DIRECTION DE L ACTION DU GOUVERNEMENT Version du 07/10/2014 à 08:41:05 PROGRAMME 333 : MOYENS MUTUALISÉS DES ADMINISTRATIONS DÉCONCENTRÉES MINISTRE

Plus en détail

Annexe 1 : Objectifs opérationnels du Dispositif de Premier Accueil des Demandeurs d Asile

Annexe 1 : Objectifs opérationnels du Dispositif de Premier Accueil des Demandeurs d Asile Direction de l Asile - PADA- Appel à Projet 2014 Juillet 2013 Annexe 1 : Objectifs opérationnels du Dispositif de Premier Accueil des Demandeurs d Asile Direction de l Asile - PADA- Appel à Projet 2014

Plus en détail

Mission d assistance technique de l AFRITAC Centre ATELIER TECHNIQUE SUR LA STRUCTURATION DES PROGRAMMES BUDGETAIRES

Mission d assistance technique de l AFRITAC Centre ATELIER TECHNIQUE SUR LA STRUCTURATION DES PROGRAMMES BUDGETAIRES F O N D S M O N É T A I R E I N T E R N A T I O N A L Centre Régional d Assistance Technique pour l Afrique Centrale AFRITAC Centre - Libreville, Gabon Mission d assistance technique de l AFRITAC Centre

Plus en détail

MISSION «CONSEIL ET CONTRÔLE DE L ÉTAT» M. Jean-Claude Frécon, rapporteur spécial

MISSION «CONSEIL ET CONTRÔLE DE L ÉTAT» M. Jean-Claude Frécon, rapporteur spécial - 1 - MISSION «CONSEIL ET CONTRÔLE DE L ÉTAT» M. Jean-Claude Frécon, rapporteur spécial AVANT-PROPOS... 2 I. LE PROGRAMME 126 : «CONSEIL ÉCONOMIQUE ET SOCIAL»... 3 A. LA CONSOMMATION DES CRÉDITS EN 2007

Plus en détail

Chapitre IV. La certification des comptes

Chapitre IV. La certification des comptes Chapitre IV La certification des comptes Aux termes de la Constitution, «les comptes des administrations publiques sont réguliers, sincères et donnent une image fidèle de leur gestion, de leur patrimoine

Plus en détail

La saisie des rubriques sera effectuée dans l application FARANDOLE avec les autres éléments du PAP. Autorisations d engagement

La saisie des rubriques sera effectuée dans l application FARANDOLE avec les autres éléments du PAP. Autorisations d engagement ANNEXE 2 EXPLICITATION DES RUBRIQUES La saisie des rubriques sera effectuée dans l application FARANDOLE avec les autres éléments du PAP. 1. Récapitulation des crédits destinés aux opérateurs de l État

Plus en détail

Section 1 La Spécialité. Section 4 L unité. Section 2 L Annualité. Section 5 L Universalité. Section 3 Le caractère limitatif des crédits

Section 1 La Spécialité. Section 4 L unité. Section 2 L Annualité. Section 5 L Universalité. Section 3 Le caractère limitatif des crédits Section 1 La Spécialité Section 4 L unité Section 2 L Annualité Section 5 L Universalité Section 3 Le caractère limitatif des crédits Section 6 La Sincérité Raymond FERRETTI 2 Raymond FERRETTI 3 art. 7.I

Plus en détail

Ministère du travail, de l emploi et de la santé Direction de la sécurité sociale

Ministère du travail, de l emploi et de la santé Direction de la sécurité sociale Ministère du travail, de l emploi et de la santé Direction de la sécurité sociale Sous-direction de l accès aux soins, des prestations familiales et des accidents du travail Bureau couverture maladie universelle

Plus en détail

Gestion budgétaire et financière

Gestion budgétaire et financière Élaboration et suivi de la programmation budgétaire Exécution budgétaire et comptable Aide au pilotage et contrôle financier externe Expertise financière et juridique Ministère de la Culture et de la Communication

Plus en détail

Circulaire du 28 mai 2015 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents de l État NOR : RDFF1427527C

Circulaire du 28 mai 2015 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents de l État NOR : RDFF1427527C RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de la décentralisation et de la fonction publique Ministère des finances et des comptes publics Circulaire du 28 mai 2015 relative au chèque-vacances au bénéfice des agents

Plus en détail

28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS

28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS 28 PLF 2015 GESTION DE LA DETTE ET DE LA TRÉSORERIE DE L ÉTAT TEXTES CONSTITUTIFS Loi organique n 2001-692 du 1er août 2001 relative aux lois de finances, article 22. Textes pris dans le cadre de l entrée

Plus en détail

BUDGET GÉNÉRAL MISSION MINISTÉRIELLE PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES ANNEXE AU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR CONSEIL ET CONTRÔLE DE L ÉTAT

BUDGET GÉNÉRAL MISSION MINISTÉRIELLE PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES ANNEXE AU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR CONSEIL ET CONTRÔLE DE L ÉTAT R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E BUDGET GÉNÉRAL MISSION MINISTÉRIELLE PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES ANNEXE AU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2015 CONSEIL ET CONTRÔLE DE L ÉTAT NOTE EXPLICATIVE

Plus en détail

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé

Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé Programme «Maladie» 47 Indicateur n 13 : Evolution des effectifs et des dépenses de personnel des établissements de santé Sous-indicateur n 13-1 : Évolution des effectifs (en équivalent temps plein) de

Plus en détail

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE

MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DE LA SANTÉ ET DES SPORTS PROTECTION SOCIALE PROTECTION SOCIALE ASSURANCE MALADIE, MATERNITÉ, DÉCÈS MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE, DE LA SOLIDARITÉ ET DE LA VILLE MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS, DE LA FONCTION

Plus en détail

L impact des réformes en cours sur la budgétisation des dépenses de personnel

L impact des réformes en cours sur la budgétisation des dépenses de personnel L impact des réformes en cours sur la budgétisation des dépenses de personnel Atelier régional sur le pilotage de la masse salariale Abidjan, 8 au 12 avril 2013 Bruno Imbert, Conseiller résident AFRITAC

Plus en détail

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : ADMINISTRATION GÉNÉRALE ET TERRITORIALE DE L ÉTAT

PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : ADMINISTRATION GÉNÉRALE ET TERRITORIALE DE L ÉTAT PLF 2015 - EXTRAIT DU BLEU BUDGÉTAIRE DE LA MISSION : ADMINISTRATION GÉNÉRALE ET TERRITORIALE DE L ÉTAT Version du 07/10/2014 à 08:39:01 PROGRAMME 216 : CONDUITE ET PILOTAGE DES POLITIQUES DE L INTÉRIEUR

Plus en détail

Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes

Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes Plus de 43 000 recrutements et deux concours externes 2013 marque le début de la refondation de la formation initiale des enseignants > Pour remplacer les départs des enseignants en 2013, 22 100 postes

Plus en détail

Association pour l Expérimentation de Nouvelles Structures d Accueil Pour Exclus (E.N.S.A.P.E.)

Association pour l Expérimentation de Nouvelles Structures d Accueil Pour Exclus (E.N.S.A.P.E.) TRIBUNAL INTERREGIONAL DE LA TARIFICATION SANITAIRE ET SOCIALE DE PARIS REPUBLIQUE FRANÇAISE CONTENTIEUX N 07.041 PRESIDENT/RAPPORTEUR : Monsieur LEVY COMMISSAIRE DU GOUVERNEMENT : Madame LARSONNIER SEANCE

Plus en détail

COMPTES D OPÉRATIONS MONÉTAIRES

COMPTES D OPÉRATIONS MONÉTAIRES R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E COMPTES SPÉCIAUX RAPPORTS ANNUELS DE PERFORMANCES ANNEXE AU PROJET DE LOI DE RÈGLEMENT DES COMPTES ET RAPPORT DE GESTION POUR 2007 COMPTES D OPÉRATIONS MONÉTAIRES

Plus en détail

applicable à compter de la rentrée de septembre 2014 Vu les articles L451-3 et D451-7 du code de l action sociale et des familles,

applicable à compter de la rentrée de septembre 2014 Vu les articles L451-3 et D451-7 du code de l action sociale et des familles, Règlement régional des bourses paramédicales et en travail social accordées sur critères sociaux aux étudiants poursuivant des formations dans les écoles et instituts de formation de Midi-Pyrénées applicable

Plus en détail

CONTRAT DE TRAVAIL DU SALARIÉ FRANÇAIS DANS LE CADRE D'UN DÉTACHEMENT OU D'UNE EXPATRIATION. Généralités

CONTRAT DE TRAVAIL DU SALARIÉ FRANÇAIS DANS LE CADRE D'UN DÉTACHEMENT OU D'UNE EXPATRIATION. Généralités I MAJ.05-2015 SOMMAIRE A - CONTRAT DE TRAVAIL INTERNATIONAL CONTRAT DE TRAVAIL DU SALARIÉ FRANÇAIS DANS LE CADRE D'UN DÉTACHEMENT OU D'UNE EXPATRIATION A10 A10 CRITÈRES DE DISTINCTION ENTRE LA SITUATION

Plus en détail

Habiter. Le travail illégal FICHE 15

Habiter. Le travail illégal FICHE 15 FICHE 15 Habiter Le travail illégal Sont interdits par la loi : > le travail dissimulé : absence de déclarations obligatoires, de remises de bulletin de paie, dissimulation d heures de travail ; > le prêt

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT ET DE L AMÉNAGEMENT DURABLES Décret n o 2007-1303 du 3 septembre 2007 fixant les règles nationales d éligibilité

Plus en détail

L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE

L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE L ORGANISATION GENERALE DE LA FONCTION PUBLIQUE I - LES SOURCES DU DROIT DE LA FONCTION PUBLIQUE A - La Constitution et le bloc de constitutionnalité Certains grands principes du droit de la fonction publique

Plus en détail

DIRECTIVE N 06/2009/CM/UEMOA PORTANT LOIS DE FINANCES AU SEIN DE L UEMOA

DIRECTIVE N 06/2009/CM/UEMOA PORTANT LOIS DE FINANCES AU SEIN DE L UEMOA UNION ECONOMIQUE ET MONETAIRE OUEST AFRICAINE ----------------------- Le Conseil des Ministres DIRECTIVE N 06/2009/CM/UEMOA PORTANT LOIS DE FINANCES AU SEIN DE L UEMOA LE CONSEIL DES MINISTRES DE L UNION

Plus en détail

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local?

Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Le 3 juillet 2014 Programme de stabilité 2015-2017 Quel impact sur l investissement local? Guy Gilbert * et Alain Guengant ** Les résultats qui suivent sont obtenus sous l hypothèse que les comportements

Plus en détail

Nous sommes là pour vous aider COLLECTIVITES & ENTREPRISES DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION APPEL A PROJET

Nous sommes là pour vous aider COLLECTIVITES & ENTREPRISES DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION APPEL A PROJET Nous sommes là pour vous aider COLLECTIVITES & ENTREPRISES DOSSIER DE DEMANDE DE SUBVENTION APPEL A PROJET Cocher la case correspondant à votre situation : première demande renouvellement d une demande

Plus en détail

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 MISSION «ECONOMIE» COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES

PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 MISSION «ECONOMIE» COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES 1 24 novembre 2011 PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2012 - MISSION «ECONOMIE» ET COMPTE DE CONCOURS FINANCIERS PRETS ET AVANCES A DES PARTICULIERS OU A DES ORGANISMES PRIVES Examen en séance publique : lundi

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L INTÉRIEUR, DE L OUTRE-MER, DES COLLECTIVITÉS TERRITORIALES ET DE L IMMIGRATION Arrêté du 22 août 2011 fixant les tarifs de vente d espaces pour

Plus en détail

Inspection générale de l Administration N 2013-M-004-01 N 13-028/12-123/01 N RM 2013-067P RAPPORT SUR. Établi par ARNAUD TEYSSIER

Inspection générale de l Administration N 2013-M-004-01 N 13-028/12-123/01 N RM 2013-067P RAPPORT SUR. Établi par ARNAUD TEYSSIER Inspection générale des finances Inspection générale de l Administration Inspection générale des affaires sociales N 2013-M-004-01 N 13-028/12-123/01 N RM 2013-067P RAPPORT SUR L HEBERGEMENT ET LA PRISE

Plus en détail

FASCICULE 1 - Mesures portant réforme de la taxe de séjour et de la taxe de séjour forfaitaire

FASCICULE 1 - Mesures portant réforme de la taxe de séjour et de la taxe de séjour forfaitaire FASCICULE 1 - Mesures portant réforme de la taxe de séjour et de la taxe de séjour forfaitaire L article 67 de la loi de finances pour 2015 procède à une refonte d ampleur de la taxe de séjour et de la

Plus en détail

N o t e m é t h o d o l o g i q u e. Art. 60 du règlement n 1083/2006 et art. 13 du règlement n 1828/2006 - voir annexe n 1.

N o t e m é t h o d o l o g i q u e. Art. 60 du règlement n 1083/2006 et art. 13 du règlement n 1828/2006 - voir annexe n 1. Modalités de réalisation du contrôle de service fait des opérations cofinancées au titre des programmes du Fonds social européen, pour la période 2007-2013 N o t e m é t h o d o l o g i q u e Sources règlementaires

Plus en détail

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187

Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 Décision du Défenseur des droits MDE-MSP-2014-187 RESUME ANONYMISE DE LA DECISION Décision de recommandations - article 25 de la loi organique Domaine(s) de compétence de l Institution : Défense des droits

Plus en détail

Produire les copies et présenter les originaux. 1 - Pièces justificatives communes à toutes les demandes

Produire les copies et présenter les originaux. 1 - Pièces justificatives communes à toutes les demandes PIECES A PRODUIRE POUR UNE DEMANDE DE CARTE DE RESIDENT PREMIERE DEMANDE Produire les copies et présenter les originaux 1 - Pièces justificatives communes à toutes les demandes Lettre de demande de carte

Plus en détail

Présentation des plateformes d accueil de Forum réfugiés Cosi. 13 septembre 2012

Présentation des plateformes d accueil de Forum réfugiés Cosi. 13 septembre 2012 Présentation des plateformes d accueil de Forum réfugiés Cosi 13 septembre 2012 Sommaire Introduction I. La plateforme de Lyon: la maison du réfugié 1. Présentation générale 2. Le réseau partenarial 3.

Plus en détail

Direction du budget I Recueil des règles de comptabilité budgétaire de l Etat I J.O. du 25 juillet 2014

Direction du budget I Recueil des règles de comptabilité budgétaire de l Etat I J.O. du 25 juillet 2014 de l Etat 2 INTRODUCTION L article 54 du décret n 2012-1246 du 7 novembre 2012 relatif à la gestion budgétaire et comptable publique (GBCP) prévoit que les règles des composantes de la comptabilité publique

Plus en détail

Bilan du rapport d évaluation à mi-parcours

Bilan du rapport d évaluation à mi-parcours Séminaire de communication Secrétariat général à l immigration et à l intégration Bilan du rapport d évaluation à mi-parcours Romain Varène Anthony Jabre 24 avril 2013 Sommaire 1 Le rapport à mi-parcours

Plus en détail

5. Le court séjour ou séjour touristique (hors Union Européenne) p. 28

5. Le court séjour ou séjour touristique (hors Union Européenne) p. 28 1. La demande d asile p. 4 1.1 Convocation ou rendez-vous préfecture pour demander l asile p. 6 1.2 Placement en procédure prioritaire p. 7 1.3 Convocation dite «Dublin II» p. 8 1.4 Autorisation provisoire

Plus en détail

L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer

L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer Inspection générale des affaires sociales RM2014-090R Inspection générale de l administration N 14-122/14-077/01 L'insertion professionnelle des bénéficiaires du RSA en outre-mer SYNTHESE Établie par Michel

Plus en détail

Association d Accueil aux Médecins et Personnels de Santé Réfugiés en France (APSR)

Association d Accueil aux Médecins et Personnels de Santé Réfugiés en France (APSR) Association d Accueil aux Médecins et Personnels de Santé Réfugiés en France (APSR) POUVOIR EXERCER LA PROFESSION DE CHIRURGIEN DENTISTE EN FRANCE POUR LES CHIRURGIENS DENTISTES À DIPLOME NON COMMUNAUTAIRE

Plus en détail

- CONSEIL RÉGIONAL DE LA MARTINIQUE

- CONSEIL RÉGIONAL DE LA MARTINIQUE Jérôme DUPUIS CONSULTANT Conseil en Gestion Des Organisations Publiques - CONSEIL RÉGIONAL DE LA MARTINIQUE Note de synthèse portant conclusion de l audit de gestion de la politique sportive régionale

Plus en détail

La Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes. Le Ministre des finances et des comptes publics

La Ministre des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes. Le Ministre des finances et des comptes publics Ministère des affaires sociales, de la santé et des droits des femmes Direction Générale de l Offre de Soins Sous-direction du pilotage de la performance des acteurs de l offre de soins Bureau de l efficience

Plus en détail

Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées

Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées Guide synthétique de la comptabilité des dépenses engagées La tenue de la comptabilité d engagement ou comptabilité administrative est de la responsabilité de l exécutif de la collectivité. Le CGCT prévoit

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045

LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045 LETTRE CIRCULAIRE n 2015 0000045 GRANDE DIFFUSION Réf Classement 1;010;04 Montreuil, le 12/08/2015 12/08/2015 DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE SOUS DIRECTION REGLEMENTATION

Plus en détail

Objet : délivrance des formules numérotées de reçus et justification de leur utilisation.

Objet : délivrance des formules numérotées de reçus et justification de leur utilisation. RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Paris, le 16 février 2015 Service juridique Pôle partis politiques Contact : suivi_recu_don@cnccfp.fr SJ/SPP/MP Objet : délivrance des formules numérotées de reçus et justification

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES FINANCES ET DES COMPTES PUBLICS Décret n o 2014-444 du 29 avril 2014 relatif au fonds de soutien aux collectivités territoriales et à certains

Plus en détail

RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Ministère de l Economie et des Finances Décret n relatif au fonds de soutien aux collectivités territoriales ayant souscrit des contrats de prêt ou des contrats financiers structurés

Plus en détail

Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité

Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité Décret n XXX du XX relatif aux effacements de consommation d électricité Le premier ministre, Sur le rapport du ministre de l écologie, du développement durable et de l énergie, Vu le code de l énergie,

Plus en détail

MECANISMES DE COUVERTURE DU RISQUE DE TAUX EN CONTRAT DE PARTENARIAT (CP)

MECANISMES DE COUVERTURE DU RISQUE DE TAUX EN CONTRAT DE PARTENARIAT (CP) MAPPP/12-16 FICHE : CRISTALLISATION DES TAUX MECANISMES DE COUVERTURE DU RISQUE DE TAUX EN CONTRAT DE PARTENARIAT (CP) Introduction Cette note examine les différentes modalités de couverture du risque

Plus en détail

COUR DES COMPTES. Juin 2013

COUR DES COMPTES. Juin 2013 COUR DES COMPTES Synthèse du Rapport public thématique Juin 2013 Le financement public de la recherche, un enjeu national Avertissement Cette synthèse est destinée à faciliter la lecture et l utilisation

Plus en détail

GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES

GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES REPUBLIQUE DU BENIN MINISTERE DE LA DECENTRALISATION, DE LA GOUVERNANCE LOCALE, DE L ADMINISTRATION ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE GUIDE D ASSISTANCE CONSEIL AUX COMMUNES Elaboré par la Direction Générale

Plus en détail

11 juin 2014. Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014

11 juin 2014. Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014 11 juin 2014 Dossier de presse à l occasion de la présentation du PLFR 2014 - 2 - Sommaire Le Pacte de responsabilité et de solidarité pour la croissance et l emploi... 5 Les dates clés du pacte de responsabilité

Plus en détail

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP

P opulation. ATLAS DES POPULATIONS IMMIGRÉES en Ile-de-France / Regards sur l immigration / Population 2. Photo : Philippe Desmazes/AFP P opulation Photo : Philippe Desmazes/AFP Près de 40 % des immigrés résidant en métropole vivent en Ile-de-France en 1999. Environ 15 % de la population francilienne est immigrée, c est une proportion

Plus en détail

La validité du CET était limitée à 10 ans, courant à partir de la date où le compte comportait 20 jours.

La validité du CET était limitée à 10 ans, courant à partir de la date où le compte comportait 20 jours. LE NOUVEAU RÉGIME DU COMPTE ÉPARGNE-TEMPS Paris, le 13 décembre 2012 Pour analyser le décret relatif au compte épargne-temps dans la fonction publique hospitalière, paru au Journal officiel du 8 décembre

Plus en détail

PROTECTION MALADIE LA COMPLÉMENTAIRE CMU

PROTECTION MALADIE LA COMPLÉMENTAIRE CMU LA COMPLÉMENTAIRE CMU La complémentaire CMU (Couverture maladie universelle) est une protection maladie complémentaire de service public, gratuite, sous condition de ressources, dont le contenu est défini

Plus en détail

OBJET : Mise en œuvre du décret n 2004-1144 du 26 octobre 2004 relatif à l'exécution des marchés publics par carte d'achat.

OBJET : Mise en œuvre du décret n 2004-1144 du 26 octobre 2004 relatif à l'exécution des marchés publics par carte d'achat. Secrétariat général DIRECTION DE L'EVALUATION DE LA PERFORMANCE, ET DES AFFAIRES FINANCIERES ET IMMOBILIERES SOUS-DIRECTION DES AFFAIRES IMMOBILIERES SLAC/N AFFAIRE SUIVIE PAR : Pierre AZZOPARDI Tél :

Plus en détail

I. Description générale du dispositif. 1) date limite de dépôt des dossiers :

I. Description générale du dispositif. 1) date limite de dépôt des dossiers : Fonds de soutien aux collectivités territoriales et à certains établissements publics ayant souscrit des contrats de prêt ou des contrats financiers structurés à risque les plus sensibles I. Description

Plus en détail

MISSION MINISTÉRIELLE PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES ANNEXE AU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR JUSTICE

MISSION MINISTÉRIELLE PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES ANNEXE AU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR JUSTICE R É P U B L I Q U E F R A N Ç A I S E MISSION MINISTÉRIELLE PROJETS ANNUELS DE PERFORMANCES ANNEXE AU PROJET DE LOI DE FINANCES POUR 2010 JUSTICE NOTE EXPLICATIVE Cette annexe au projet de loi de finances

Plus en détail

Présentation des macroprocessus SOMMAIRE

Présentation des macroprocessus SOMMAIRE Présentation des macroprocessus SOMMAIRE Edition de mars 2009 Table des Matières 1. Liminaire... 5 2. Qu est ce que le référentiel des macro-processus?... 6 2.1. La mise en œuvre de la LOLF...6 2.2. Une

Plus en détail

CREDIT SUPPLÉMENTAIRE URGENT 2013 13.043

CREDIT SUPPLÉMENTAIRE URGENT 2013 13.043 CREDIT SUPPLÉMENTAIRE URGENT 2013 13.043 Rapport du Conseil d'etat au Grand Conseil à l'appui d'un projet de décret portant octroi d un crédit supplémentaire urgent de 8.000.000 francs destiné à financer

Plus en détail

MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE

MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE MODE D EMPLOI CONTRAT D APPRENTISSAGE Mise à jour : 02/03/15 1 CONDITIONS GENERALES POUR ETRE APPRENTI p. 2 2 - ENREGISTREMENT DU CONTRAT p. 2 3 DEFINITION DU CONTRAT D APPRENTISSAGE p. 5 4 - EXECUTION

Plus en détail

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES

Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés METHODOLOGIE RELATIVE AUX COMPTES COMBINES CONSEIL NATIONAL DE LA COMPTABILITÉ Avis n 94-02 sur la méthodologie relative aux comptes combinés Le Conseil national de la comptabilité réuni en formation de Section des entreprises le 28 octobre 1994,

Plus en détail

Délibération n 407/CP du 23 mai 1995 relative aux bourses territoriales de formation professionnelles continue

Délibération n 407/CP du 23 mai 1995 relative aux bourses territoriales de formation professionnelles continue Délibération n 407/CP du 23 mai 1995 relative aux bourses territoriales de formation professionnelles continue Historique : Créée par Délibération n 407/CP du 23 mai 1995 relative aux bourses territoriales

Plus en détail

Simulation d application des règles CNAV AGIRC ARRCO sur des carrières type de fonctionnaires d Etat

Simulation d application des règles CNAV AGIRC ARRCO sur des carrières type de fonctionnaires d Etat CONSEIL D ORIENTATION DES RETRAITES Séance plénière du 10 avril 2014 à 9 h 30 «Carrières salariales et retraites dans les secteurs et public» Document N 9 Document de travail, n engage pas le Conseil Simulation

Plus en détail

Compte d opérations monétaires. Pertes et bénéfices de change

Compte d opérations monétaires. Pertes et bénéfices de change Compte d opérations monétaires Pertes et bénéfices de change Note d analyse de l exécution budgétaire 2014 2 COUR DES COMPTES Pertes et bénéfices de change LFI Exécution 1 Ecart Recettes 25 M 19,3 M -5,7

Plus en détail

Compte rendu. Mercredi 8 juillet 2009 Séance de 9 heures. Commission des Finances, de l économie générale et du contrôle budgétaire

Compte rendu. Mercredi 8 juillet 2009 Séance de 9 heures. Commission des Finances, de l économie générale et du contrôle budgétaire Compte rendu Commission des Finances, de l économie générale et du contrôle budgétaire Mercredi 8 juillet 2009 Séance de 9 heures Compte rendu n 108 Examen de la proposition de résolution sur l avant-projet

Plus en détail

PACTE DE RESPONSABILITÉ

PACTE DE RESPONSABILITÉ PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ Loi de finances rectificative pour 2014 Loi de financement rectificative de la sécurité sociale pour 2014 10 septembre 2014 1 LES PRINCIPALES MESURES SOCIALES DU

Plus en détail

Le 15 décembre 2014 ADOPTION DE LA LOI FAVORISANT LA SANTÉ FINANCIÈRE ET LA SUIVEZ RETRAITESAI SUR. Numéro 14-22

Le 15 décembre 2014 ADOPTION DE LA LOI FAVORISANT LA SANTÉ FINANCIÈRE ET LA SUIVEZ RETRAITESAI SUR. Numéro 14-22 SOMMAIRE Restructuration obligatoire pour tous les régimes Processus de restructuration Autres dispositions Tableau des principaux amendements depuis le 12 juin 2014 ADOPTION DE LA LOI FAVORISANT LA SANTÉ

Plus en détail

L utilisation des crédits du fonds social européen : des améliorations mais toujours une grande dispersion des actions

L utilisation des crédits du fonds social européen : des améliorations mais toujours une grande dispersion des actions 3 L utilisation des crédits du fonds social européen : des améliorations mais toujours une grande dispersion des actions PRESENTATION Le Fonds social européen (FSE) constitue, avec le Fonds de cohésion

Plus en détail

BUDGET DE LA MUTUALITE DES EMPLOYEURS POUR 2015

BUDGET DE LA MUTUALITE DES EMPLOYEURS POUR 2015 BUDGET DE LA MUTUALITE DES EMPLOYEURS POUR 2015 1 Résultat Budget Prévisionnel Budget Budget Article Compte 2013 2014 2014 2015 2016 Nombre - indice 761,00 780,01 775,17 789,70 804,47 DEPENSES BUDGET DES

Plus en détail

APPEL A PROJET HEBERGEMENT ET ACCOMPAGNEMENT AGNEMENT EDUCATIF MINEURS ISOLES ETRANGERS ET JEUNES MAJEURS ISOLES ETRANGERS

APPEL A PROJET HEBERGEMENT ET ACCOMPAGNEMENT AGNEMENT EDUCATIF MINEURS ISOLES ETRANGERS ET JEUNES MAJEURS ISOLES ETRANGERS APPEL A PROJET HEBERGEMENT ET ACCOMPAGNEMENT AGNEMENT EDUCATIF MINEURS ISOLES ETRANGERS ET JEUNES MAJEURS ISOLES ETRANGERS Appel à projet hébergement et accompagnement éducatif MIE JMIE octobre 2014 1

Plus en détail

LA SPECIALITE DES CREDITS. I - La spécialité des crédits dans les budgets des collectivités territoriales

LA SPECIALITE DES CREDITS. I - La spécialité des crédits dans les budgets des collectivités territoriales LA SPECIALITE DES CREDITS Grand principe de droit budgétaire il est appliqué dans les budgets locaux comme dans le budget de l Etat. I - La spécialité des crédits dans les budgets des collectivités territoriales

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE 3 novembre 2014 AMENDEMENT

ASSEMBLÉE NATIONALE 3 novembre 2014 AMENDEMENT ASSEMBLÉE NATIONALE 3 novembre 2014 PLF POUR 2015 - (N 2234) Commission Gouvernement Adopté AMENDEMENT présenté par le Gouvernement ---------- ARTICLE ADDITIONNEL N o II-464 (2ème Rect) APRÈS L'ARTICLE

Plus en détail

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal»

Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Le plafonnement des impôts directs : mise en place du «bouclier fiscal» Ce qu il faut retenir Article 74 de la loi de finances pour 2006 Dans la situation actuelle, il peut arriver que le montant total

Plus en détail

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME

FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME ENTREPRISES, INVESTISSEZ DANS VOTRE AVENIR AVEC LA FORMATION PROFESSIONNELLE. FORMATION PROFESSIONNELLE GUIDE PRATIQUE DE LA RÉFORME 1 SOMMAIRE INTRODUCTION

Plus en détail

Réponse concernant le financement de l assurance-emploi et les récentes mesures connexes. Ottawa, Canada 9 octobre 2014 www.pbo-dpb.gc.

Réponse concernant le financement de l assurance-emploi et les récentes mesures connexes. Ottawa, Canada 9 octobre 2014 www.pbo-dpb.gc. Réponse concernant le financement de l assurance-emploi et les récentes mesures connexes Ottawa, Canada 9 octobre 2014 www.pbo-dpb.gc.ca Le Directeur parlementaire du budget a pour mandat de présenter

Plus en détail

PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FONCTIONNEMENT MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA FONCTION PUBLIQUE

PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FONCTIONNEMENT MINISTÈRE DU BUDGET, DES COMPTES PUBLICS ET DE LA FONCTION PUBLIQUE PROTECTION SOCIALE SÉCURITÉ SOCIALE : ORGANISATION, FONCTIONNEMENT MINISTÈRE DU TRAVAIL, DES RELATIONS SOCIALES, DE LA FAMILLE ET DE LA SOLIDARITÉ MINISTÈRE DE LA SANTÉ, DE LA JEUNESSE, DES SPORTS ET DE

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX PREMIER MINISTRE Circulaire du 7 juillet 2008 relative à l organisation de l administration départementale de l Etat NOR : PRMX0816855C Paris, le 7 juillet

Plus en détail

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 6 juin 2014 AGEN

Pacte de responsabilité et de solidarité. Réunion du 6 juin 2014 AGEN Pacte de responsabilité et de solidarité Réunion du 6 juin 2014 AGEN 5 années de croissance perdues 1 850 Volume de la production nationale en milliard d'euros constants (valeur 2005) 1 800 1 750 1 700

Plus en détail

sur les bourses et les prêts d études (LBPE)

sur les bourses et les prêts d études (LBPE) Loi du 14 février 2008 Entrée en vigueur :... sur les bourses et les prêts d études (LBPE) Le Grand Conseil du canton de Fribourg Vu l article 65 al. 4 de la Constitution du canton de Fribourg du 16 mai

Plus en détail

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION

CONTRAT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Direction de la ville et de la cohésion urbaine CONTRATT DE VILLE DE NOUVELLE GENERATION Proposition d architecture Novembre 2014 Les contrats de ville de nouvelle génération qui succèderont, à compter

Plus en détail

Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015

Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015 CIRCULAIRE N 2015-10 DU 11 JUIN 2015 Direction des Affaires Juridiques INSX011-ACE Titre Portage salarial : effets de l ordonnance n 2015-380 du 2 avril 2015 Objet Suppression de l attestation spécifique

Plus en détail

action sociale en faveur des personnels de l académie de Paris et des retraités résidant à Paris

action sociale en faveur des personnels de l académie de Paris et des retraités résidant à Paris action sociale en faveur des personnels de l académie de Paris et des retraités résidant à Paris 2014 2015 Sommaire - Les bénéficiaires de l action sociale 3 - Les différentes allocations proposées aux

Plus en détail

Introduction. 1 Communication de la Commission au Conseil, au Parlement européen, au Comité économique et social

Introduction. 1 Communication de la Commission au Conseil, au Parlement européen, au Comité économique et social Observations du HCR sur la Communication de la Commission européenne «Programme commun pour l intégration : Cadre relatif à l intégration des ressortissants de pays tiers dans l Union européenne» (COM

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPB1511507D Intitulé du texte : Décret modifiant les décrets n 2010-509 et n 2010-518 Ministère à l origine de la mesure : Finances et comptes publics

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081

LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 Montreuil, le 16/10/2008 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE DIRRES LETTRE CIRCULAIRE N 2008-081 OBJET : Loi n 2008-596 du 25 juin 2008 portant modernisation du marché du

Plus en détail

Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement. Ministère de la santé et des solidarités

Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement. Ministère de la santé et des solidarités Ministère de l emploi, de la cohésion sociale et du logement Ministère de la santé et des solidarités Direction générale du travail Bureau RT3 - Durée et Revenus du Travail Section participation financière

Plus en détail

Le Président, Bordeaux, le 15 septembre 2011

Le Président, Bordeaux, le 15 septembre 2011 Le Président, Bordeaux, le 15 septembre 2011 Références à rappeler : CM/JPR/RODII/064 036 931 Monsieur le Directeur, Par lettre du 21 janvier 2011, vous avez été informé que la chambre régionale des comptes

Plus en détail

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1

REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008 1 RÉGIME DES PERSONNES IMPATRIÉES REGIME APPLICABLE AVANT LE 1 ER JANVIER 2008... 1 REGIME NOUVEAU... 4 A - Personnes concernées... 5 1 Salariés et mandataires sociaux... 5 2 Personnes non salariées... 6

Plus en détail

Décret 2002-628 du 25 Avril 2002 modifié pris pour l application de la loi 2002-5 du 4 Janvier 2002 relative aux musées de France

Décret 2002-628 du 25 Avril 2002 modifié pris pour l application de la loi 2002-5 du 4 Janvier 2002 relative aux musées de France Décret 2002-628 du 25 Avril 2002 modifié pris pour l application de la loi 2002-5 du 4 Janvier 2002 relative aux musées de France TITRE I er : HAUT CONSEIL DES MUSEES DE FRANCE Art. 1 er. - Le Haut Conseil

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS

BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS BULLETIN OFFICIEL DES IMPÔTS N 5 DU 12 JANVIER 2010 DIRECTION GÉNÉRALE DES FINANCES PUBLIQUES 7 S-1-10 INSTRUCTION DU 29 DECEMBRE 2009 IMPOT DE SOLIDARITE SUR LA FORTUNE. CALCUL DE L IMPOT. REDUCTION D

Plus en détail

MBA Spécialisé en Alternance

MBA Spécialisé en Alternance MBA Spécialisé en Alternance "Stratégie du Développement Durable" Diplôme d'etat de Niveau I enregistré au Registre National des Certifications Professionnelles JO du 14 Avril 2012 2 2013 / 2014 Groupe

Plus en détail

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE

FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE FICHE D IMPACT PROJET DE TEXTE REGLEMENTAIRE NOR : FCPT1431340D Intitulé du texte : Décret relatif au compte sur livret d épargne populaire Ministère à l origine de la mesure : Ministère des finances et

Plus en détail

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS

LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS LES PREMIÈRES ÉTAPES DU PACTE DE RESPONSABILITÉ ET DE SOLIDARITÉ EN SEINE-SAINT-DENIS Edition 2014 SOMMAIRE Editorial de Monsieur le préfet. 1 Le pacte est au service des entreprises et des ménages 2-3

Plus en détail