Auteur. Onderwerp. Datum

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Auteur. Onderwerp. Datum"

Transcription

1 Auteur Elegis - Banque & Finance Onderwerp Résiliation abusive d un compte Carpa Datum 15 mars 2007 Copyright and disclaimer Gelieve er nota van te nemen dat de inhoud van dit document onderworpen kan zijn aan rechten van intellectuele eigendom, die toebehoren aan bepaalde betrokkenen, en dat er u geen recht wordt verleend op die desbetreffende rechten. M&D Seminars wil u met dit document de nodige informatie verstrekken, zonder dat de in dit document vervatte informatie bedoeld kan worden als een advies. Bijgevolg geeft M& D Seminars geen garanties dat de informatie die dit document bevat, foutloos is, zodat u dit document en de inhoud ervan op eigen risico gebruikt. M&D Seminars, noch enige van haar directieleden, aandeelhouders of bedienden zijn aansprakelijk voor bijzondere, indirecte, bijkomstige, afgeleide of bestraffende schade, noch voor enig ander nadeel van welke aard ook betreffende het gebruik van dit document en van haar inhoud. M&D Seminars 2006 M&D CONSULT BVBA ARTHUR VERHAEGENSTRAAT GENT TEL 09/ FAX 09/

2 Lettre trimestrielle d informations juridiques Sommaire Editorial page 2 Résiliation abusive d un compte Carpa Sort des cautions d une personne dont la faillite a été clôturée avant le 7 août 2005 page 3 Renversement de la présomption légale de quittance en faveur de l État page 4 La clause de remploi d un crédit d investissement à l épreuve du Code civil page 5 Validité d une caution couvrant «toutes opérations de banque» page 6 La preuve d un ordre de bourse à défaut de bordereau La preuve de la négligence du titulaire d une carte de crédit page 7 De l étendue du devoir de conseil du banquier garant La participation criminelle du conseiller interne Il est rare, en droit pénal des affaires, qu un comportement culpeux soit le fait d un seul agent, même s il n est pas fréquent qu un conseiller interne soit directement mis en cause à raison d une infraction commise par l entreprise au sein de laquelle il travaille. Mais on a vu récemment plusieurs banques inculpées en même temps que des membres de leur personnel, dont des juristes d entreprise. Le conseiller interne peut être simplement interrogé au cours d une instruction, sans pour autant être directement inquiété personnellement. Quid si, à la suite de ses explications, le conseiller est également poursuivi? Le juge d instruction doit-il informer le conseiller de ce qu il est inculpé ou de ce qu il pourrait l être? La Cour de cassation a rendu un intéressant arrêt à ce sujet : «Le fait qu une personne prête une assistance technique aux enquêteurs ou à l expert dans l accomplissement de leur fonction, à leur demande et avec l accord du juge d instruction, n empêche pas que l instruction judiciaire soit également dirigée contre lui et qu il soit ultérieurement inculpé et poursuivi des faits qui font l objet de cette instruction lorsqu il existe des indices qu il est impliqué dans ces faits. La circonstance qu il n a pas été communiqué à cette personne, qui peut toujours refuser de collaborer, qu elle est déjà inculpée ou qu elle pourrait l être ultérieurement n entache pas la loyauté de l administration de la preuve et ne compromet pas ses droits de la défense». Cette décision nous amène à inciter tout conseiller appelé à apporter son concours à une enquête pénale à demander à quel titre il est entendu et à le faire acter par écrit. N oubliez pas de consulter notre site Jean-Pierre BUYLE Bureau de dépôt 1040 Bruxelles 4

3 Résiliation abusive d un compte Carpa Un avocat faisait le reproche à son banquier d avoir résilié unilatéralement et de manière abusive son compte professionnel et son compte Carpa. Le premier juge qui eût à connaître du litige estima que l attitude de la banque, «qui s est retranchée sans intérêt suffisant pour elle derrière le préavis conventionnel de 30 jours et qui avait refusé sans intérêt suffisant pour elle la prolongation limitée de ce délai, était constitutive d abus de droit en ce qui concerne le compte Carpa pour la tenue duquel elle ne devait supporter aucun risque financier». La Cour d appel de Bruxelles vers laquelle le litige fut porté rappela qu il ne peut être reproché à la banque d avoir mis fin aux relations entre parties, dès lors qu il s agissait de relations à durée indéterminée. Seules les relations dans lesquelles il est mis fin à de telles relations peuvent être critiquées. Selon un article de son règlement général des opérations, la banque avait le droit de mettre fin aux comptes ouverts en ses livres moyennant un préavis de 30 jours. Cette clause n est pas, en soi anormale ou illicite dit la Cour, et il n était en outre pas contesté que la banque avait respecté les formes et le délai imposés. L avocat soutenait toutefois que la banque avait abusé de ce droit. La Cour rappela que la Cour de cassation avait confirmé que constitue un abus de droit dans l exécution des conventions, l exercice de droits qui excèdent manifestement les limites de l exercice normal de ces droits par une personne prudente et diligente. Or, la Cour relève que l avocat était client de la banque depuis près de trente années tant pour ses activités professionnelles que pour ses affaires privées ainsi que celles de sa famille. La société civile de l avocat était de même cliente depuis plus de 10 ans. La Cour remarque également que la décision de résiliation était tout à fait SORT DES CAUTIONS D UNE PERSONNE DONT LA FAILLITE A ÉTÉ CLÔTURÉE AVANT LE 7 AOÛT 2005 U ne caution demandait à être dégagée de ses obligations par application de la loi sur les faillites, dès lors qu elle s était engagée à titre gratuit, que le débiteur principal avait bénéficié de l excusabilité et que son engagement était sans proportion avec sa situation patrimoniale. Au terme de l article 82 de la loi du 8 août 1997 sur les faillites «si le failli est déclaré excusable, il ne peut être poursuivi par ses créanciers. Si le failli n est pas déclaré excusable, les créanciers recouvrent le droit d exercer individuellement leur action sur ses biens». Sous l empire de cette loi, la caution ne pouvait se prévaloir de l excusabilité du failli pour faire échec aux poursuites du créancier garanti par elle. Répondant à une question préjudicielle, la Cour d arbitrage a dit, dans son arrêt du 28 mars 202 «qu en ce qu il ne permet en aucune manière qu un juge puisse décharger de leur engagement le conjoint ou la caution du failli déclaré excusable, l article 82 de la loi sur les faillites viole les articles 10 et 11 de la Constitution». Tirant enseignement de cet arrêt, le législateur a, par une loi du 4 septembre 2002, réparé l atteinte à l égalité de traitement et modifié l article 82 précité comme suit : l excusabilité éteint les dettes du failli et décharge les personnes physiques qui, à titre gratuit, se sont rendues cautions de ses obligations. Cette loi a été publiée au Moniteur belge du 21 septembre 2002 et était d application immédiate en ce qui concerne l article 82, à défaut de mesures transitoires. Elle consacrait la décharge automatique de toutes les cautions à titre gratuit dès l instant où le failli était déclaré excusable. Par un arrêt du 30 juin 2004, la Cour d arbitrage a toutefois annulé l article 82, premier alinéa, de la loi du 8 août 1997, tel que modifié par la loi du 4 septembre 2002, tout en maintenant les effets des dispositions annulées jusqu à l entrée en vigueur de nouvelles dispositions et, au plus tard, jusqu au 31 juillet Cette loi a donc cessé de produire ses effets à l heure actuelle. A la date à laquelle la Cour d arbitrage a annulé l article 82 alinéa 1 er précité, les droits du débiteur principal de notre caution susmentionnée n étaient pas encore irrévocablement fixés, bien qu elle ait introduit sa demande de décharge avant cette date. Elle ne peut dès lors, selon la Cour d appel de Bruxelles, se prévaloir de l application de cette disposition. Suivant l enseignement de l arrêt de la Cour d arbitrage du 30 juin 2004, le législateur a modifié une nouvelle fois la loi sur les faillites par la loi du 20 juillet 2005 entrée en vigueur le 7 août En vertu de cette loi, «sauf lorsqu elle a frauduleusement organisé son 2

4 insolvabilité, le tribunal décharge en tout ou en partie la personne physique qui à titre gratuit, s est constituée sûreté personnelle du failli lorsqu il constate que son obligation est disproportionnée à ses revenus et à son patrimoine» (art. 80, al. 3). La loi organise une procédure particulière : le créancier doit énoncer la sûreté personnelle dont il jouit dans sa déclaration de créance ou au plus tard dans les six mois du jugement déclaratif de faillite, sauf si la faillite est clôturée plus tôt, faute de quoi la caution est déchargée (art. 63). Pour bénéficier de la décharge, la caution est tenue, sur invitation du curateur dûment informé de l identité de la caution par la déclaration du créancier, de déposer au greffe du tribunal de commerce une déclaration attestant que son obligation est disproportionnée à ses revenus et à son patrimoine (art. 72bis). C est le tribunal de la faillite qui se prononce sur la décharge de la caution. La loi prévoit, en son article 10, des dispositions transitoires mais uniquement pour les faillites en cours et non encore clôturées au moment de son entrée en vigueur. La Cour constate toutefois que ces mesures transitoires ne peuvent s appliquer à une faillite clôturée depuis le 10 janvier Elle examine alors dans quelle mesure tout ou partie des dispositions de la loi du 20 juillet 2005 s applique aux faillites clôturées au jour de son entrée en vigueur. Elle relève à cet égard que tout le système mis au point par le législateur s inscrit dans le cadre d une faillite toujours en cours : le créancier doit énoncer qu il jouit d une sûreté personnelle dans sa déclaration de créance ou, au plus tard, dans les six mois de la date du jugement déclaratif de faillite, sauf si la faillite est clôturée plus tôt (art. 63) ; ce sont les curateurs qui avertissent les sûretés personnelles ; le failli est entendu sur la décharge ; c est le tribunal de la faillite qui se prononce sur la décharge ; en cas de procédure sommaire de clôture, le tribunal se prononce sur la décharge des cautions en même temps que sur l excusabilité du failli et la clôture de la faillite (art. 73). Aucune de ces dispositions de loi du 20 juillet 2005 n est donc applicable, selon la Cour, à la caution dans le litige qui lui était présenté. En toute hypothèse, la Cour, qui n est pas le tribunal de la faillite, ne serait pas compétente pour se prononcer sur la décharge de la caution en application de la loi du 20 juillet imprévisible pour son destinataire qui n avait jamais reçu la moindre réclamation ou mise en demeure de la banque. Les comptes étaient largement créditeurs au jour de la résiliation et la banque ne contestait pas qu ils n avaient jamais enregistré de retard de paiement, de sorte que la banque n avait aucun intérêt financier à leur résiliation. En revanche, la banque devait savoir que les comptes étaient à usage professionnel et que leur remplacement nécessiterait des démarches auprès des tiers. Compte tenu des circonstances propres à l espèce, la Cour estime que la banque aurait dû porter le délai de préavis de 30 jours à trois mois pour se comporter comme un banquier prudent et diligent. Cette prolongation de délai n aurait représenté aucun inconvénient pour elle mais aurait permis à la société civile de l avocat d effectuer les changements de comptes rendus nécessaires par la résiliation, dans des conditions moins défavorables pour celle-ci. La Cour estima dès lors que la banque avait commis un abus de droit lors de la résiliation des comptes précités. Pour déterminer le dommage, la Cour rejette les frais exposés pour signaler le changement de numéro de ses comptes à divers tiers, car ceux-ci auraient dû de toute manière être exposés mais retient un dommage moral résultant de la rupture brutale et non justifiée des relations bancaires et du doute quant à la solvabilité de l avocat qu elle a pu engendrer à l égard des tiers. Renversement de la présomption légale de quittance en faveur de l Etat Le Ministère des Finances adressa un avertissement-extrait de rôle à un contribuable lui annonçant un remboursement d impôts. Une assignation postale fut établie par le Ministère des Finances en faveur dudit contribuable mais celle-ci ne lui est jamais parvenue. Il fut établi que l assignation fut payée par un 3

5 bureau de poste de Nieuport à un tiers au moyen d une pièce d identité falsifiée. A la suite de ce paiement, l Etat belge refusa de payer une nouvelle fois le montant dû au contribuable invoquant l article 2 de la loi du 17 mai 1920 relative à la comptabilité publique, modifiée par la loi du 19 mars 1948, et plaida que l émission d une assignation par l Etat a un effet libératoire dès qu elle est accompagnée de la mention de l exécution. Il précisait que cet article établit à son profit un mode de preuve exorbitant du droit commun consistant en une présomption légale de paiement s attachant à tous les paiements faits par l Etat par l intermédiaire du Postchèque. Le litige fut porté devant le tribunal de commerce de Bruxelles où le contribuable cita l Etat, en lui reprochant de ne pas avoir valablement payé la somme lui revenant et la Poste pour avoir commis une faute en payant à un tiers la somme qui lui était destinée. Le contribuable invoquait que la présomption de quittance précitée pouvait être renversée, ce que l Etat contestait, car le renversement de la présomption n était pas prévu par la loi. Le tribunal confirme que la présomption dont se prévaut l Etat est une présomption légale et qu en vertu de l article 1352 al. 2 du Code civil, nulle preuve n est admise contre la présomption de la loi, lorsque, sur le fondement de cette présomption, elle annule certains actes ou dénie l action en justice, à moins qu elle n ait réservé la preuve contraire. En l espèce cependant, le tribunal relève que le présomption légale est une présomption de paiement, laquelle n emporte ni annulation d acte, ni déni d action en justice. Selon De Page, dans un tel cas, la présomption légale n est qu une présomption simple contre laquelle la preuve contraire peut être admise. Or, en l espèce il est acquis que l assignation litigieuse a été payée à un tiers. Cet élément, précise le tribunal, contient la preuve contraire renversant la présomption légale de Comme l article 82, alinéa 1 er, tel que modifié par la loi du 4 septembre 2002 a cessé de produire ses effets au 31 juillet 2005 et que la loi du 8 août 1997 ne faisait pas échec aux poursuites du créancier garanti, il faut admettre qu aucune disposition particulière ne règle actuellement le sort des cautions consenties pour garantir la créance d une personne physique dont la faillite a été clôturée avant le 7 août A défaut de disposition particulière, il convient, selon la Cour, d appliquer le droit commun et de conclure qu en l espèce, la caution n est pas déchargée de ses obligations de caution du fait de l excusabilité du débiteur principal. LA CLAUSE DE REMPLOI D UN CREDIT D INVESTISSEMENT À L ÉPREUVE DU CODE CIVIL U ne banque avait consenti deux crédits d investissement sur quinze ans à une asbl qui souhaitait rénover un bien immobilier. Cinq années plus tard, l association interrogea sa banque quant aux coûts du remboursement anticipé de ses crédits. L association s étonna du caractère disproportionné des indemnités de remploi qui lui étaient réclamées et demanda le détail du calcul de celles-ci à la banque. Toutefois, sans attendre les explications de la banque, elle remboursa ses deux crédits d investissement, en ce compris les indemnités de remploi sans émettre de réserve. Peu de temps après la banque communiqua le calcul intégral de l indemnité en précisant que l un des remboursements anticipés avait été calculé sur base d une indemnité de 6 mois d intérêts et que l autre l avait été sur base de la différence entre les intérêts que la banque aurait dû récolter sur les fonds remboursés et ceux qu elle perçoit lors du remploi de ces fonds pendant la période restant à courir jusqu à la révision contractuelle du taux ou à défaut jusqu à l échéance du crédit (méthode dite du «funding loss»). L association entama des négociations avec la banque afin de voir appliquer au second crédit la même méthode de calcul que celle utilisée pour le 1 er crédit (6 mois d intérêts). Faute d accord, elle prit l initiative de citer la banque devant le tribunal de 1 ère instance de Bruxelles. L association estimait que la méthode dite du funding loss était contraire à l article 1907bis du Code civil qui énonce que : «Lors d un remboursement total ou partiel d un prêt à intérêt, il ne peut en aucun cas être réclamé au débiteur, indépendamment du capital remboursé et des intérêts échus, une indemnité de remploi d un montant supérieur à six mois d intérêts calculés sur la somme remboursée au taux fixé par la convention». Selon la banque, cette disposition propre au contrat de prêt serait inapplicable à un crédit d investissement ou à une 4

6 ouverture de crédit en raison de leur caractère commercial. Elle invoquait, à l appui de cette thèse, la jurisprudence des Cours d appel d Anvers et de Bruxelles. Le tribunal constate que, dans son arrêt du 11 avril 2000, la Cour d appel de Bruxelles a uniquement déduit de la nature commerciale du crédit d investissement, l impossibilité de lui appliquer les lois du 4 août 1992 et du 12 juin 1992 et pour cause puisque celles-ci visent effectivement les consommateurs privés. Pour exclure l article 1907bis, la Cour s est uniquement appuyée sur une certaine doctrine qui, comme la Cour d appel d Anvers, limite l article 1907bis aux contrats privés en tirant argument de la place de l article 1907 dans le code civil, qui militerait en faveur de l écartement des ouvertures de crédit de son champ d application. Le tribunal n adhère pas à cette position. En effet, il ne lui paraît nullement justifié de restreindre les dispositions du Code civil aux seules opérations conclues entre particuliers. De manière générale, le fait qu un contrat ait un caractère ou un but commercial ne fait jamais en soi obstacle à ce qu il soit régi, à défaut de stipulations contraires, par les dispositions du Code civil. Au demeurant, la doctrine précitée considère à propos des ouvertures de crédit non réutilisables, comme l est le crédit d investissement litigieux que : «en réalité, ce type d ouverture de crédit ne présente guère de différences avec un prêt, si ce n est qu il confère plus de latitude au crédité en ce qui concerne la(les) date(s) de prélèvement et lui évite par conséquent de payer des intérêts sur une somme dont il n a pas un besoin immédiat» et encore «on se demande en effet bien pourquoi une différence touchant exclusivement à la manière dont l argent est mis à disposition du crédité justifierait un traitement différent de la validité des clauses relatives aux intérêts ou au remboursement anticipé du crédit». En conclusion, le tribunal estime que l article 1907bis du Code civil a également pour vocation à s appliquer au contrat litigieux. L application de la clause de remploi prévue au contrat ne peut donc aboutir à une indemnisation supérieure à celle prévue par l article 1907bis du Code civil eu égard au caractère impératif de celui-ci. Toutefois, comme le relève adéquatement la banque, il faut avoir égard au fait que l association a effectué le paiement de l indemnité de remploi litigieuse sans émettre la moindre réserve. Etant donné que lors de ce paiement, elle était déjà avisée de ce que ladite indemnité avait été fixée selon la technique du funding loss et qu elle n a même pas attendu la réponse de la banque alors qu elle ne justifie d aucune urgence particulière, le tribunal considère que l association a confirmé, tacitement mais certainement, car en toute connaissance de cause, la nullité de ladite clause, ce qu elle était en droit de faire s agissant d une nullité relative puisque découlant de la violation d une règle impérative. quittance dont se prévaut l Etat. A défaut pour l Etat d établir qu il s est valablement libéré de sa dette, il doit être condamné au paiement de la somme réclamée par le contribuable. Quant à la responsabilité de la Poste, le contribuable invoquait l article er de l arrêté ministériel du 12 janvier 1970 régissant le fonctionnement des services postaux, lequel prévoit que l intervention des agences se limite au paiement des assignations postales dont le montant n excède pas FB. Or, en l espèce le montant de l assignation était de BEF Le préposé ne pouvait donc payer en liquide le montant de l assignation. En agissant de la sorte, ce préposé a commis une faute qui a rendu possible l encaissement frauduleux de l assignation postale. Les conditions d application de l article 1382 du Code civil sont réunies à charge de la Poste. Le tribunal condamne donc in solidum l Etat et la Poste à payer le montant de l assignation au contribuable lésé. Validité d une caution couvrant «toutes opérations de banque» Une personne s était engagée à cautionner solidairement et indivisiblement toutes sommes généralement quelconques dont le débiteur principal serait ou deviendrait redevable envers la banque du chef de toutes opérations de banque conclues avec celle-ci et de tous les services bancaires procurés par elle, quelle qu en soit la nature. Par ailleurs, l article 3 de l acte de caution stipule que l engagement de la caution subsiste, quelles que puissent être les modifications que la banque et le débiteur principal pourraient apporter à l avenir ( ). L engagement de la caution s étend également ( ) à toutes sommes dont le cautionné pourrait devenir débiteur à l avenir du chef de toutes opérations de banque ou de tous services bancaires dont il ne bénéficie pas encore actuellement et qu il viendrait à conclure ou qui viendraient à lui être fournis par la banque. 5

7 La Cour d appel vient de rappeler à ce propos que le cautionnement pour toutes sommes dues ou à devoir par le débiteur au créancier est licite, à condition que les dettes aient un caractère déterminé ou déterminable au moment de la constitution de la sûreté. Cette condition est remplie, selon la Cour, par la précision qu il s agit des dettes naissant des relations d affaires entre la banque et le débiteur principal. Quant au devoir d information de la banque à l égard de la caution, la Cour précise dans le même arrêt que la caution qui s engage en raison des relations familiales et de confiance qui existent entre elle et les débiteurs principaux et qui peut, de ce fait, obtenir de ceux-ci toutes les informations nécessaires à l appréciation de leur solvabilité, ne peut reprocher à la banque de ne pas lui avoir appris ce qu elle devait raisonnablement savoir. La preuve de la négligence du titulaire d une carte de crédit Jusqu à la notification prévue à l article 8 de la loi du 17 juillet 2002 relative aux opérations effectuées au moyen d instruments de transfert électronique de fonds, le titulaire est responsable des conséquences liées à la perte ou au vol de l instrument de transfert électronique de fonds à concurrence d un montant de 150 euros, sauf s il a agi avec une négligence grave ou frauduleusement, auquel cas le plafond prévu n est pas applicable. Sont notamment considérés comme négligence grave le fait, pour le titulaire, de noter son numéro d identification personnel ou tout autre code, sous une forme aisément reconnaissable, et notamment sur l instrument de transfert électronique de fonds ou sur un objet ou document conservé ou emporté par le titulaire avec l instrument, ainsi que le fait de ne pas avoir notifié à l émetteur la perte ou le vol, dès qu il en eut connaissance. Pour l appréciation de la négligence du consommateur, le juge tient compte de l ensemble des circonstances de fait. La production par l émetteur des enregistrements LA PREUVE D UN ORDRE DE BOURSE À DÉFAUT DE BORDEREAU L e gérant d une société qui s était rendu dans son agence bancaire prétendait avoir à cette occasion fait part à l un des employés de la banque de son «intention éventuelle d acheter des valeurs boursières de la société P. pour un montant approximatif de $ pour le compte de sa société, le tout sous la condition suspensive de connaître préalablement le cours d introduction en bourse de ladite société, étant soucieux d émettre un cours limite». La banque prétendait que le gérant avait passé lors de cette visite deux ordres fermes d achat de 400 titres de la société P. à exécuter le lendemain au moment de la première cotation. Quelques jours plus tard, il fut prévenu téléphoniquement par un employé de l agence de l exécution des ordres. Une semaine s écoula avant que la société n adresse un courrier à la banque contestant que son gérant ait donné les ordres boursiers litigieux. La banque n avait pas fait signer les ordres donnés par le gérant, compte tenu des usages avec ce client habituel qui passait des ordres verbalement et par téléphone, sans écrit. Cet usage n était pas contesté, sauf que le gérant affirmait que conformément à l article 38 de loi du 6 avril 1995, chaque fois qu il passait verbalement des ordres pour son compte, la banque lui envoyait ensuite le bordereau légal constatant l opération, ce qui n avait pas été fait ici dans le délai légal pour les ordres contestés. La banque reconnaissait qu elle avait établi tardivement (après la contestation du client) les bordereaux relatifs aux ordres boursiers litigieux. Ce retard s expliquait selon elle exclusivement par un retard de son service bourse étrangère dans la comptabilisation des opérations dû à la quantité des opérations à encoder. Il expliquait aussi pourquoi l achat des titres ne figurait toujours pas sur l état des comptes titres arrêtés la veille du jour de la contestation de l achat ainsi que la raison pour laquelle l opération n était pas répertoriée le lendemain du jour de l exécution dans le système informatique de l agence. La Cour d appel de Bruxelles saisie du litige remarque que la banque soutient avec raison que l absence de l envoi dans le délai légal des bordereaux en question ne suffit pas à considérer à elle seule que le client aurait ainsi rapporté la preuve à suffisance de droit de l absence d ordre passé ni même sa vraisemblance. La Cour rappelle que la preuve des ordres boursiers passés ou non peut en effet, être rapportée par toute voie de droit en l espèce, alors qu il est constant que la passation d ordres verbaux et téléphoniques, sans exiger de confirmation par écrit par le donneur d ordre était d usage entre les parties. 6

8 Il convient en conséquence, alors que la réalité de la passation des ordres est établie, de vérifier les différents éléments apportés par les parties pour démontrer la réalité ou l absence des ordres donnés par le client, la charge de la preuve reposant sur la société qui conteste que son mandataire a donné les ordres qui ont été exécutés et agissant de cette manière en restitution de fonds débités sur ses comptes. La Cour relève au regard des faits de la cause que l interprétation donnée par la société au contenu des visites de son mandataire à l agence et aux coups de téléphone passés par lui au sujet des titres litigieux n est pas compatible ni crédible, comparée au comportement de leur mandataire. Cette invraisemblance est encore confirmée par l absence totale de réaction immédiate du gérant lorsqu il a été informé quelques jours après l exécution au cours d un coup de téléphone qu il a donné à la banque que ses ordres d achat avaient bien été exécutés. Rien n a été fait jusqu à la contestation écrite une semaine plus tard. Ce retard d une semaine dans la réaction est incompréhensible au vu des montants en jeu et de la grande stupéfaction suite à cette nouvelle qui aurait été celle du gérant, suivant sa lettre ultérieure. La Cour rejette en conséquence les demandes originaires en restitution des sommes débitées sur les comptes de la société. DE L ÉTENDUE DU DEVOIR DE CONSEIL DU BANQUIER GARANT U ne société avait demandé à sa banque d émettre par l intermédiaire d une banque locale une garantie de restitution d avances et une garantie de bonne exécution. Le marché est conduit à bonne fin et il ne sera pas fait appel aux garanties par le bénéficiaire de celles-ci. Par contre, un litige est né entre la société et la banque belge qui avait pour corps les commissions payées anticipativement à la banque locale mais sous réserve de remboursement partiel en fonction des libérations prévues pour la garantie de restitution d acompte. La banque locale refusa en effet de procéder au remboursement desdites commissions, parce qu elle n avait jamais reçu les procès-verbaux de réception provisoires des marchandises, ce qui avait eu pour conséquence que ses engagements à l égard du bénéficiaire n avaient jamais été réduits. des opérations et l utilisation de l instrument de paiement avec le code connu du seul titulaire, ne constituent pas une présomption suffisante de la négligence de celui-ci. Les clauses et conditions, ou les combinaisons de clauses ou conditions dans le contrat relatif à la mise à disposition et à l utilisation de l instrument de transfert électronique de fonds qui auraient pour effet d aggraver la charge de la preuve dans le chef du consommateur ou d atténuer la charge de la preuve dans le chef de l émetteur sont interdites ou nulles. Du point de vue de l émetteur, qui a la charge de la preuve de la négligence grave du titulaire, il est généralement impossible de prouver directement que le consommateur a inscrit son code PIN sur la carte, un document conservé avec la carte ou divulgué le code. Un jugement récent du tribunal de commerce de Bruxelles vient de rappeler qu au regard tant du texte de l article 8 que des travaux préparatoires, le législateur n a nullement entendu exclure le recours aux présomptions pour établir la négligence grave dans le chef du titulaire. Or, en l espèce, il résulte des circonstances de la cause : qu il n y a pas eu d utilisation des cartes litigieuses par le titulaire dans les moments ayant précédé le vol, ce qui implique que le code n a pu être surpris lors de sa composition sur le clavier d un terminal bancaire ; à l issue du vol malgré une tentative avortée en raison d un code incorrect, deux retraits ont été exécutés avec le bon code immédiatement après. Ce qui implique que les auteurs étaient bien en possession des codes, le choix erroné lors de la première utilisation permet d expliquer la première opération ; les titulaires ne connaissent pas parfaitement leur code. Cela résulte notamment d une opération avortée en raison de l introduction d un code incorrect avec une autre carte ; 7

9 La société mit en cause la responsabilité de sa banque à laquelle elle reprochait d avoir manqué à son obligation de conseil pour ne pas lui avoir rappelé que la banque locale acceptait de restituer la partie des commissions versées en trop pour autant que lui soient transmis en temps voulu les tests appropriés. La banque invoquait que cette modalité était reprise dans le texte de la contre-garantie qui avait été approuvé par sa cliente. La Cour d appel de Liège confirme que l obligation de la banque d assister et de conseiller son client reste limitée à des questions particulières de caractère technique, et ne s étend pas aux risques liés à la délivrance de garanties bancaires autonomes qui doivent être connus de tout exportateur. Ainsi, à l évocation d un défaut de conseil de la part du banquier, la Cour d appel de Bruxelles a répondu «qu il n est pas établi que le banquier ait failli à ses devoirs envers sa cliente en n attirant pas son attention sur les conséquences et la portée des engagements qu elle souscrivait, la lettre de garantie étant suffisamment explicite à cet égard». La Cour souligne qu il ne suffit pas pour être créancier d une obligation de renseignement d invoquer son ignorance. Il faut encore que celle-ci soit légitime. La Cour précise toutefois que le banquier agira prudemment en se ménageant, in tempore non suspecto, la preuve que le client a marqué son accord exprès sur le texte de l acte de garantie, et a parfaitement compris la nature et l étendue de ses obligations. Semblable précaution s indique particulièrement quand, pour rencontrer les exigences du maître de l ouvrage, le client prétend faire émettre par son banquier un texte de garantie contenant des clauses exorbitantes. En l espèce, il n était pas besoin d explication, selon la Cour. Le texte de la garantie sur lequel la société a marqué son accord est limpide et ne nécessite aucune interprétation. C est à la société qu il appartenait de transmettre en temps utile à la banque locale la copie de réception provisoire des marchandises. Il importe peu que la banque n ait pas rappelé à la société le caractère nécessaire de la communication des procès-verbaux à l occasion d un échange de courriers, tant celui-ci est évident pour la Cour. Cette dernière confirme par ailleurs que c est à tort que la société soutient que la banque ne peut lui opposer une exception soulevée par la banque locale sur base d une convention n existant qu entre ces deux banques. Le problème ne doit pas être posé en ces termes. En cette affaire, la banque belge est intervenue en tant que donneur d ordre pour compte de la société. Le contenu de l ordre donné par la banque belge à la banque locale a été déterminé de l accord et selon les instructions de la société. Celle-ci ne peut donc dès lors pas prétendre que le contenu et les modalités de la garantie lui sont étrangers. Dès lors que le champ de la garantie dont la société devait finalement répondre avait été clairement défini, c est à celle-ci qu il appartenait de faire les diligences et respecter les formalités prévues pour que la réduction automatique de la garantie puisse être opposée à et par 8 Banque & Finance est publié par l association d avocats Buyle Dieryck Maingain, société civile à forme de S.C.R.L. avec la collaboration de André-Pierre ANDRE-DUMONT Edmond BRONDEL Jean-Pierre BUYLE Olivier CREPLET Bruno DESSART Mady GEERTS Miguel MAIRLOT François MOÏSES pour le droit belge, Sylvie DECOSTER Catherine DELHEZ Christophe STEYAERT pour le droit européen et le droit français Réalisation Alphonse HOTTAT mise en page Colette FLAHAUT Les informations publiées par Banque et Finance sont données à titre de renseignements. Il ne s agit pas de consultations juridiques portant sur des situations déterminées. Les destinataires de cette lettre d informations sont informés par la présente de ce qu ils sont enregistrés dans un fichier établi en vue de l envoi de la lettre d informations. Le cas échéant, ils peuvent demander l application de la loi du 8 décembre 1992 relative à la protection de la vie privée. Reproduction autorisée, sauf à des fins commerciales, moyennant mention de la source. Prochain numéro : Juin 2007 Editeur responsable : Jean-Pierre Buyle Rue A. De Boeck, Bruxelles Tél Fax :

Instantie. Onderwerp. Datum

Instantie. Onderwerp. Datum Instantie Hof van Beroep te Luik Onderwerp Assurance. Garantie R.C. après livraison. Contrat. Mauvaise exécution du contrat. L'obligation de délivrance n'est pas couverte par la garantie souscrite auprès

Plus en détail

Instelling. Onderwerp. Datum

Instelling. Onderwerp. Datum Instelling Arbeidshof te Bergen Onderwerp Contrats de travail. Réglementation générale. Diminution des prestations de travail pour raisons médicales. Assiette de calcul de l'indemnité de rupture Datum

Plus en détail

Instantie. Onderwerp. Datum

Instantie. Onderwerp. Datum Instantie Hof van Cassatie Onderwerp Consumentenkrediet. Kredietovereenkomst Datum 7 januari 2008 Copyright and disclaimer Gelieve er nota van te nemen dat de inhoud van dit document onderworpen kan zijn

Plus en détail

Instantie. Onderwerp. Datum

Instantie. Onderwerp. Datum Instantie Hof van Cassatie Onderwerp Landverzekering. Overeenkomst. Verschillende risico's. Verzwijging of onjuiste mededeling. Nietigheid. Datum 9 juni 2006 Copyright and disclaimer Gelieve er nota van

Plus en détail

Instantie. Onderwerp. Datum

Instantie. Onderwerp. Datum Instantie Hof van Cassatie Onderwerp Art.341 WIB 1992. Indiciaire aanslag. Inlichtingen door de belastingplichtige verstrekt in antwoord op een vraag om inlichtingen omtrent zijn privéleven. Datum 4 januari

Plus en détail

Instelling. Onderwerp. Datum

Instelling. Onderwerp. Datum Instelling Hof van Cassatie Onderwerp Curator. Hypothecaire inschrijving namens de gezamenlijke schuldeisers Datum 2 mei 2013 Copyright and disclaimer De inhoud van dit document kan onderworpen zijn aan

Plus en détail

Auteur. Onderwerp. Datum

Auteur. Onderwerp. Datum Auteur Elegis Technologies de l information et de communication www.elegis.be Onderwerp Liens commerciaux abusifs sur Internet Datum Novembre et décembre 2007 Copyright and disclaimer Gelieve er nota van

Plus en détail

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies

Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies Responsabilité civile des administrateurs et des réviseurs d une société anonyme : questions choisies A. Introduction Les organes d une société anonyme de droit suisse sont le plus souvent recherchés en

Plus en détail

Instelling. Onderwerp. Datum

Instelling. Onderwerp. Datum Instelling Hof van Cassatie Onderwerp Wet 21 november 1989. Artikel 29bis. Slachtoffer. Zwakke weggebruiker volledig aansprakelijk voor het ongeval. Rechthebbenden. Gevolgschade. Vergoeding. Verzekeraar

Plus en détail

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER

I. OUVERTURE D UNE PROCEDURE COLLECTIVE SUR ASSIGNATION DU CREANCIER DROITS DES CREANCIERS 23/07/2012 Lorsqu une entreprise éprouve des difficultés financières telles qu elle se trouve en état de cessation des paiements, il y a lieu d ouvrir une procédure judiciaire. Cette

Plus en détail

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part,

b) Et. Domicilié, éventuellement représenté par., ci-après dénommé «le Courtier», de seconde part, CONVENTION D INTERMEDIAIRE D ASSURANCES. Entre les soussignés, ci-après dénommés «les Parties» : a) IBS Europe s.a. dont le siège social est situé au N 68 de la Route de Luxembourgà L-4972 DIPPACH (Grand

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES

CONDITIONS GÉNÉRALES ASSURANCE PROSPECTION GARANTIE DU REMBOURSEMENT DES CRÉDITS DE FINANCEMENT ASSURANCE PROSPECTION CONDITIONS GÉNÉRALES RÉFÉRENCE : FAP - 01 SOMMAIRE Préambule 5 Article 1 Objet de la garantie 6 Article

Plus en détail

Numéro du rôle : 5263. Arrêt n 151/2012 du 13 décembre 2012 A R R E T

Numéro du rôle : 5263. Arrêt n 151/2012 du 13 décembre 2012 A R R E T Numéro du rôle : 5263 Arrêt n 151/2012 du 13 décembre 2012 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 334 de la loi-programme du 27 décembre 2004, tel qu il a été modifié par l

Plus en détail

Fiche d information relative au fonctionnement des garanties «responsabilité civile» dans le temps

Fiche d information relative au fonctionnement des garanties «responsabilité civile» dans le temps GENERALI assurances Société Anonyme d Assurances Au capital de 53 193 775 EUR Entièrement versé. Entreprise régie par le code des Assurances Siège social : 7, boulevard Haussmann 75456 Paris Cedex 09 552

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES

CONDITIONS GENERALES CONDITIONS GENERALES 1. Sauf stipulation contraire écrite, toutes offres et toutes conventions (même celles à venir) sont régies par les présentes conditions, lesquelles en font partie intégrante et priment

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS de meubles incorporels (aussi appelée saisie-arrêt) est une procédure au moyen de laquelle il est possible pour un créancier d appréhender les biens dématérialisés constituant le patrimoine de son débiteur

Plus en détail

Contrat d agence commerciale

Contrat d agence commerciale http://www.droitbelge.net infos@droitbelge.net Contrat d agence commerciale Auteur: Me Frédéric Dechamps, avocat AVERTISSEMENT Ce document est une version d évaluation du contrat. Il a pour seul objectif

Plus en détail

Conditions générales de prestations de services

Conditions générales de prestations de services Conditions générales de prestations de services Article 1 Objet Les présentes conditions générales (ci-après les «Conditions Générales») ont pour objet de préciser les modalités d intervention de GEVERS

Plus en détail

FAILLITE ET RESTRUCTURATION

FAILLITE ET RESTRUCTURATION 139 FAILLITE ET RESTRUCTURATION Selon la législation constitutionnelle canadienne, le gouvernement fédéral exerce un contrôle législatif exclusif sur les faillites et l insolvabilité. Au Canada, les procédures

Plus en détail

2.3. Toute modification ou tout complément apporté au contrat nécessite impérativement un accord préalable écrit entre les deux parties.

2.3. Toute modification ou tout complément apporté au contrat nécessite impérativement un accord préalable écrit entre les deux parties. CONDITIONS générales de vente Poelmann Huizen B.V. Siège social : 7 Handelsweg - 1271 EJ Huizen Pays-Bas. I. GENERALITES Article 1 Applicabilité des conditions générales de vente 1.1. Ces conditions générales

Plus en détail

Code civil local art. 21 à 79

Code civil local art. 21 à 79 Code civil local art. 21 à 79 Toute association qui fixe son siège, ou qui transfère son siège en Alsace-Moselle doit rédiger des statuts conformes aux présents articles du Code civil local. 1. Dispositions

Plus en détail

Licence d utilisation de l application WINBOOKS ON WEB

Licence d utilisation de l application WINBOOKS ON WEB Licence d utilisation de l application WINBOOKS ON WEB Entre : La S.A. WINBOOKS dont le siège est sis fond Jean Pâques, 6C à 1348 Ottignies Louvain-la-Neuve, inscrite à la BCE sous le n 0455.575.742 Et

Plus en détail

Contrat de licence d utilisation First

Contrat de licence d utilisation First Contrat de licence d utilisation First 1. Définitions Les définitions suivantes s appliquent au présent Contrat : 1.1. Progiciel des comptes annuels First : logiciel destiné à l établissement des comptes

Plus en détail

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010

Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Délibération n 2010-207 du 27 septembre 2010 Âge Accès aux crédits à la consommation Recommandations L établissement de crédit X, filiale de F, a refusé d attribuer une carte de paiement adossée à une

Plus en détail

Responsabilité pénale de l association

Responsabilité pénale de l association Responsabilité pénale de l association Infractions limitativement définies : Le code pénal prévoit la responsabilité pénale des personnes morales à raison des infractions réalisées pour leur compte et

Plus en détail

Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287

Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287 Jurisprudence Cour de cassation Chambre commerciale 30 mars 2010 n 09-14.287 Sommaire : Texte intégral : Cour de cassation Chambre commerciale Cassation partielle 30 mars 2010 N 09-14.287 République française

Plus en détail

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE

CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHARTE DU CORRESPONDANT MODELE TYPE CHAPITRE 1: CONDITIONS DANS LESQUELLES LE BUREAU LUXEMBOURGEOIS ACCORDE, REFUSE OU RETIRE SON AGREMENT A UN CORRESPONDANT 1.1 Comment remplir la fonction de correspondant

Plus en détail

Numéro du rôle : 3717. Arrêt n 36/2006 du 1er mars 2006 A R R E T

Numéro du rôle : 3717. Arrêt n 36/2006 du 1er mars 2006 A R R E T Numéro du rôle : 3717 Arrêt n 36/2006 du 1er mars 2006 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative aux articles 147, 148, 149 et 152 du Code des droits de succession, posée par le Tribunal

Plus en détail

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE

LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE LE CONTENU DES MODALITÉS DE SERVICE Suite à l examen des modalités de service élaborées par différentes entreprises offrant des services de téléphonie cellulaire, l Union des consommateurs a constaté que

Plus en détail

Responsabilité des dirigeants d entreprise en société

Responsabilité des dirigeants d entreprise en société Responsabilité des dirigeants d entreprise en société François MOISES, avocat Un des objectifs de la constitution d une société est de mettre son patrimoine privé à l abri des poursuites des créanciers

Plus en détail

Conditions d entreprise

Conditions d entreprise 1. Contenu du contrat 1.1. Tout entrepreneur qui exécute des travaux pour le compte de (nommé ci-après BASF) accepte l application de ces conditions générales à l exclusion de ses propres conditions standards.

Plus en détail

Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et la Loi sur le recouvrement de certaines créances

Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et la Loi sur le recouvrement de certaines créances DEUXIÈME SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 48 Loi modifiant la Loi sur la protection du consommateur et la Loi sur le recouvrement de certaines créances Présentation Présenté par M.

Plus en détail

Numéro du rôle : 4767 et 4788. Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T

Numéro du rôle : 4767 et 4788. Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T Numéro du rôle : 4767 et 4788 Arrêt n 53/2010 du 6 mai 2010 A R R E T En cause : les questions préjudicielles concernant l'article 162bis du Code d'instruction criminelle, tel qu'il a été inséré par l'article

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007

REPUBLIQUE FRANCAISE. Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 REPUBLIQUE FRANCAISE 1 COUR NATIONALE DE LA TARIFICATION SANITAIRE ET SOCIALE Contentieux n A.2009.002 et A.2009.007 Président : M. DURAND-VIEL Rapporteur : Mme WOLF Commissaire du gouvernement : Mme PICARD

Plus en détail

CIRCULAIRE N 01/02 (annule et remplace la circulaire n 01/00)

CIRCULAIRE N 01/02 (annule et remplace la circulaire n 01/00) Rabat, le 11 mars 2002 CIRCULAIRE N 01/02 (annule et remplace la circulaire n 01/00) RELATIVE A LA RELATION ENTRE LES SOCIETES DE BOURSE ET LEUR CLIENTELE DANS LE CADRE DE L ACTIVITE D INTERMEDIATION Aux

Plus en détail

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE

FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE FICHE N 8 - LES ACTIONS EN RECOUVREMENT DES CHARGES DE COPROPRIETE A QUI INCOMBE LE RECOUVREMENT DES CHARGES? Le rôle du syndic : Le non-paiement des charges par un ou plusieurs copropriétaires oblige

Plus en détail

LICENCE D UTILISATION DE LA DO NOT CALL ME LIST : CONDITIONS GENERALES

LICENCE D UTILISATION DE LA DO NOT CALL ME LIST : CONDITIONS GENERALES LICENCE D UTILISATION DE LA DO NOT CALL ME LIST : CONDITIONS GENERALES Introduction Dans les présentes conditions, l'on entend par : - Abonné : toute personne physique ou morale qui utilise un service

Plus en détail

DISPOSITIONS GÉNÉRALES

DISPOSITIONS GÉNÉRALES DISPOSITIONS GÉNÉRALES Le présent contrat est régi par le Code civil du Québec Les références aux articles du Code civil du Québec accompagnant certaines dispositions ne sont données qu à titre indicatif

Plus en détail

REPUBL QUE FRANCA SE

REPUBL QUE FRANCA SE CIV.1 A.M COUR DE CASSATION Audience publique du 28 mai 2009 Cassation partielle sans renvoi M. BARGUE, président Pourvoi n S 08-15.802 Arrêt n 608 F-P+B REPUBL QUE FRANCA SE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Plus en détail

Renonciation réciproque à recours au bail et assurances

Renonciation réciproque à recours au bail et assurances Renonciation réciproque à recours au bail et assurances Préambule Les dispositions juridiques édictées par le Code Civil en matière de contrats de location (ou de dépôt) sont supplétives de la volonté

Plus en détail

DES MEUBLES INCORPORELS

DES MEUBLES INCORPORELS Un bien meuble incorporel est un bien qui n a pas d existence matérielle. C est un bien impalpable (ex : une somme d argent, les parts d une société). En France, il existe différents types de saisies de

Plus en détail

ANNEXE 3: Demande d émission et/ou de modification d un crédit documentaire à l'importation

ANNEXE 3: Demande d émission et/ou de modification d un crédit documentaire à l'importation ANNEXE 3: Demande d émission et/ou de modification d un crédit documentaire à l'importation La présente version annule et remplace toute version précédente. Elle a été enregistrée à Bruxelles le 28 septembre

Plus en détail

Article 1. Enregistrement d un nom de domaine

Article 1. Enregistrement d un nom de domaine Conditions Générales d Utilisation du Service «Nom de domaine pro» Les présentes Conditions Générales d Utilisation ont pour objet de définir les conditions dans lesquelles le Relais Internet, département

Plus en détail

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28

TABLE DES MATIERES. Section 1 : Retrait... 20-22 Section 2 : Renonciation... 23-25 Section 3 : Nullité... 26-28 Ordonnance n 03-08 du 19 Joumada El Oula 1424 correspondant au 19 juillet 2003 relative à la protection des schémas de configuration des circuits intégrés TABLE DES MATIERES Articles Titre I : Dispositions

Plus en détail

SGS ICS - CONDITIONS GÉNÉRALES POUR LES SERVICES DE CERTIFICATION

SGS ICS - CONDITIONS GÉNÉRALES POUR LES SERVICES DE CERTIFICATION SGS ICS - CONDITIONS GÉNÉRALES POUR LES SERVICES DE CERTIFICATION 1. DISPOSITIONS GENERALES 1.1 Sauf accord contraire écrit, toute offre faite ou service rendu ainsi que toutes les relations contractuelles

Plus en détail

Numéro du rôle : 2186. Arrêt n 121/2002 du 3 juillet 2002 A R R E T

Numéro du rôle : 2186. Arrêt n 121/2002 du 3 juillet 2002 A R R E T Numéro du rôle : 2186 Arrêt n 121/2002 du 3 juillet 2002 A R R E T En cause : la question préjudicielle concernant l article 29bis de la loi du 21 novembre 1989 relative à l assurance obligatoire de la

Plus en détail

Numéro du rôle : 4991. Arrêt n 108/2011 du 16 juin 2011 A R R E T

Numéro du rôle : 4991. Arrêt n 108/2011 du 16 juin 2011 A R R E T Numéro du rôle : 4991 Arrêt n 108/2011 du 16 juin 2011 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 41 de la loi du 25 juin 1992 sur le contrat d assurance terrestre, posée par le

Plus en détail

LICENCE SNCF OPEN DATA

LICENCE SNCF OPEN DATA LICENCE SNCF OPEN DATA Préambule Dans l intérêt de ses utilisateurs, SNCF a décidé de s engager dans une démarche «OPEN DATA», de partage de certaines informations liées à son activité, par la mise à disposition

Plus en détail

Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010)

Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010) Fiche pratique n 10 : les droits des clients en matière bancaire (25/01/2010) Frais excessifs, tarification difficilement compréhensible, les litiges entre les banques et leurs clients sont nombreux. Des

Plus en détail

Banque & Finance. Editorial. Sommaire. www.banquefin.be

Banque & Finance. Editorial. Sommaire. www.banquefin.be Lettre trimestrielle d informations juridiques Sommaire Editorial page 2 Notions de base et précisions jurisprudentielles sur la notion d intérêt www.banquefin.be Responsabilité des analystes financiers

Plus en détail

DAS Canada Legal Protection Insurance Company Limited. («DAS Canada») CONVENTION DE COURTAGE

DAS Canada Legal Protection Insurance Company Limited. («DAS Canada») CONVENTION DE COURTAGE DAS Canada Legal Protection Insurance Company Limited («DAS Canada») CONVENTION DE COURTAGE En soumettant les informations relatives à vos activités de courtage sur le formulaire d enregistrement en ligne

Plus en détail

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS

LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS LA DÉCISION D'URGENCE PROPOS INTRODUCTIFS L exécution d un chantier ou d une prestation de service sur une période relativement longue conduit quasi-inévitablement à des divergences de points de vue entre

Plus en détail

L INFORMATION DU CREANCIER MUNI DE SURETE... 2

L INFORMATION DU CREANCIER MUNI DE SURETE... 2 Fiche à jour au 20 mars 2009 FIICHE PEDAGOGIIQUE VIIRTUELLE diplôme : Master 1 Matière : Droit des sûretés Web-tuteur : Catherine Bernardin-Rabsztyn SEANCE N 2 - ASSURANCE DE CHOSE ET CREANCIIER MUNII

Plus en détail

Mise en contexte PAR CONSÉQUENT, IL EST CONVENU CE QUI SUIT : 1. Objet

Mise en contexte PAR CONSÉQUENT, IL EST CONVENU CE QUI SUIT : 1. Objet TERMES ET CONDITIONS OUVERTURE DE COMPTE-CLIENT PRÉVOYANT L UTILISATION D UN TRANSPONDEUR, DESTINÉ AU PÉAGE DU PONT SERGE-MARCIL, VÉHICULES DE CATÉGORIE 1 ET 2 Mise en contexte Ces modalités contractuelles

Plus en détail

DROIT DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES

DROIT DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES BULLETIN DROIT DE LA FAMILLE ET DES PERSONNES LE PATRIMOINE FAMILIAL À l occasion du lancement imminent de la première loi annotée sur le patrimoine familial au Québec, réalisée par les avocates du groupe

Plus en détail

Chapitre 1 er : Introduction. Fonds de protection des dépôts et des instruments financiers

Chapitre 1 er : Introduction. Fonds de protection des dépôts et des instruments financiers Fonds de protection des dépôts et des instruments financiers Modalités d'application de la protection des dépôts et des instruments financiers auprès d'établissements de crédit et d'entreprises d'investissement

Plus en détail

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage.

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Une des problématiques récurrente pour les collectivités en matière d occupation illégale de son territoire tient

Plus en détail

BNP PARIBAS FORTIS @ ISABEL CONDITIONS GÉNÉRALES

BNP PARIBAS FORTIS @ ISABEL CONDITIONS GÉNÉRALES Article premier : Dispositions générales BNP PARIBAS FORTIS @ ISABEL CONDITIONS GÉNÉRALES 1.1. Objet des Conditions Générales Les présentes Conditions Générales ont pour objet de définir les droits et

Plus en détail

Conditions générales de maintenance des logiciels

Conditions générales de maintenance des logiciels Conditions générales de maintenance des logiciels 1. Objet Les présentes Conditions Générales ont pour objet de définir les conditions et le contenu des prestations de maintenance fournies par la société

Plus en détail

ordre 1 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE PREMIER CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES ET PRINCIPES Section I Définition et législation Rôle du notaire

ordre 1 TABLE DES MATIÈRES CHAPITRE PREMIER CONSIDÉRATIONS GÉNÉRALES ET PRINCIPES Section I Définition et législation Rôle du notaire ordre 1 TABLE DES MATIÈRES Inhoud.............................................................. 9 Table alphabétique.................................................... 17 Zaakregister..........................................................

Plus en détail

Rôle n 2004-6775-A - Exercices d imposition 2001 et 2002. Intérêts sur un compte courant créditeur et requalification en dividendes

Rôle n 2004-6775-A - Exercices d imposition 2001 et 2002. Intérêts sur un compte courant créditeur et requalification en dividendes Tribunal de première instance de Bruxelles Jugement du 8 juin 2005 Rôle n 2004-6775-A - Exercices d imposition 2001 et 2002 Intérêts sur un compte courant créditeur et requalification en dividendes Arrêt

Plus en détail

- 45 - RESPONSABILITÉ DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE PREMIÈRE PARTIE LE FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE DE L ÉTAT CHAPITRE PREMIER

- 45 - RESPONSABILITÉ DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE PREMIÈRE PARTIE LE FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE DE L ÉTAT CHAPITRE PREMIER - 45 - RESPONSABILITÉ DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE PREMIÈRE PARTIE LE FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE DE L ÉTAT CHAPITRE PREMIER Principes généraux Article premier Responsabilité de

Plus en détail

Le non-paiement répété par la société de la dette d impôt en matière de TVA, est, sauf preuve du contraire, présumé résulter d une faute.

Le non-paiement répété par la société de la dette d impôt en matière de TVA, est, sauf preuve du contraire, présumé résulter d une faute. 23. Je suis dirigeant d une société. Existe-t-il des cas dans lesquels je peux être tenu des dettes de ma société vis-à-vis de la TVA ou du précompte professionnel? Cette situation peut effectivement se

Plus en détail

CE : comment obtenir vos budgets

CE : comment obtenir vos budgets Droit en du pratique CE Pour fonctionner ou proposer des ASC aux salariés, le CE a forcément besoin de moyens financiers! Or sa principale ressource en la matière, c est l employeur, puisque c est lui

Plus en détail

Conditions Générales de Vente Internet. www.teicee.com. 7, rue Alfred Kastler 14000 CAEN. informatiquetélécominternet

Conditions Générales de Vente Internet. www.teicee.com. 7, rue Alfred Kastler 14000 CAEN. informatiquetélécominternet informatiquetélécominternet Conditions Générales de Vente Internet www.teicee.com 7, rue Alfred Kastler 14000 CAEN Table des matières 1 Identification de l entreprise 3 2 Objet 3 3 Conditions de vente

Plus en détail

Table des matières TABLE DES MATIÈRES. Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9

Table des matières TABLE DES MATIÈRES. Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9 Table des matières 1 TABLE DES MATIÈRES Introduction... 9 1- L historique... 9 2- Les lois fédérales... 9 A- La Loi sur la faillite et l insolvabilité... 10 B- La Loi sur les arrangements avec les créanciers...

Plus en détail

Conditions générales

Conditions générales Conditions générales 1. Identification Dénomination sociale : MOBISPOT SPRL Siège social : Rue Colonel Bourg 127, 1140 Bruxelles Numéro de BCE : 0845.701.824 Site web : mobispot.be Téléphone : +32 2 609

Plus en détail

E n t r e : appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 14 août 2009,

E n t r e : appelante aux termes d un exploit de l huissier de justice Jean-Lou THILL de Luxembourg du 14 août 2009, Exempt - appel en matière de droit du travail. Audience publique du dix-sept juin deux mille dix. Numéro 35143 du rôle Présents: Edmond GERARD, président de chambre, Charles NEU, premier conseiller, Ria

Plus en détail

Le champ d application de l article 1415 du code civil

Le champ d application de l article 1415 du code civil Fiche à jour au 28 janvier 2009 FIICHE PEDAGOGIIQUE VIIRTUELLE diplôme : Master 1 Matière : Droit des sûretés Web-tuteur : Catherine d Hoir-Lauprêtre SEANCE N 3 - REGIIMES MATRIIMONIIAUX ET CAUTIIONNEMENT

Plus en détail

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat et Boucard, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat et Boucard, avocat(s) REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 15 mars 2011 N de pourvoi: 10-11575 Publié au bulletin Cassation Mme Favre (président), président SCP Célice, Blancpain et Soltner, SCP Thouin-Palat

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES POUR LA LOCATION DE GRUES, LE GRUTAGE ET LE TRANSPORT. 1. Conditions générales

CONDITIONS GENERALES POUR LA LOCATION DE GRUES, LE GRUTAGE ET LE TRANSPORT. 1. Conditions générales CONDITIONS GENERALES POUR LA LOCATION DE GRUES, LE GRUTAGE ET LE TRANSPORT 1. Conditions générales 1.1 Conditions générales : les contions ci-dessous concernent la location de grues, le grutage et le transport

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

LES BANQUES JURISPRUDENCE CRÉDIT À LA CONSOMMATION. N o 1524. Crédit à la consommation Soulevé d office du juge

LES BANQUES JURISPRUDENCE CRÉDIT À LA CONSOMMATION. N o 1524. Crédit à la consommation Soulevé d office du juge INC document JURISPRUDENCE LES BANQUES CRÉDIT À LA CONSOMMATION Crédit à la consommation Soulevé d office du juge Selon les articles L. 311-9 et L. 311-10 du code de la consommation, toute augmentation

Plus en détail

Président : M. Blin, conseiller le plus ancien faisant fonction., président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

Président : M. Blin, conseiller le plus ancien faisant fonction., président REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Le : 22/11/2011 Cour de cassation chambre criminelle Audience publique du 10 avril 1997 N de pourvoi: 96-83152 Publié au bulletin Rejet Président : M. Blin, conseiller le plus ancien faisant fonction.,

Plus en détail

Conditions d ouverture de crédit lombard

Conditions d ouverture de crédit lombard Conditions d ouverture de crédit lombard Article 1. Objet des présentes conditions 1.1 Les présentes conditions régissent les ouvertures de crédit lombard qui sont octroyées par Keytrade Bank Luxembourg

Plus en détail

Numéro du rôle : 4489. Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T

Numéro du rôle : 4489. Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T Numéro du rôle : 4489 Arrêt n 48/2009 du 11 mars 2009 A R R E T En cause : la question préjudicielle relative à l article 10, alinéa 2, de la loi du 12 avril 1965 concernant la protection de la rémunération

Plus en détail

Instruction COSOB n 03-03 du 21 décembre 2003 relative au modèle de convention d ouverture de compte conclue entre les teneurs de compteconservateurs

Instruction COSOB n 03-03 du 21 décembre 2003 relative au modèle de convention d ouverture de compte conclue entre les teneurs de compteconservateurs Instruction COSOB n 03-03 du 21 décembre 2003 relative au modèle de convention d ouverture de compte conclue entre les teneurs de compteconservateurs habilités et leurs clients Article 1er. En application

Plus en détail

Conditions : ces conditions de crédit, ainsi que toute annexe à ces Conditions; CONDITIONS DE CREDIT DE PAYDAY

Conditions : ces conditions de crédit, ainsi que toute annexe à ces Conditions; CONDITIONS DE CREDIT DE PAYDAY CONDITIONS DE CREDIT DE PAYDAY 1. Définitions Dans ces Conditions, les notions suivantes ont la signification qui suit: Demandeur de crédit : la personne (personne physique) qui présente une Demande de

Plus en détail

PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE

PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE 2001 Texte adopté par la Commission à sa cinquante-troisième session, en 2001, et soumis à l Assemblée générale dans

Plus en détail

OPÉRATIONS INDIVIDUELLES POLICE D ABONNEMENT

OPÉRATIONS INDIVIDUELLES POLICE D ABONNEMENT ASSURANCE CHANGE EXPORT OPÉRATIONS INDIVIDUELLES POLICE D ABONNEMENT ENVI TYPE 15-01 CONTRAT CONDITIONS GÉNÉRALES SOMMAIRE Préambule page 04 Chapitre I - Définitions page 05 Chapitre II - Principes généraux

Plus en détail

Dispositions relatives aux services bancaires en ligne valables dès le 1er janvier 2013

Dispositions relatives aux services bancaires en ligne valables dès le 1er janvier 2013 1. Objet et champ d application 1.1 Les dispositions suivantes règlent les services bancaires en ligne de la bank zweiplus sa (ci-après «services bancaires en ligne»). 1.2 Elles s appliquent au client

Plus en détail

Directive sur les services de paiement

Directive sur les services de paiement Directive sur les services de paiement Les principales dispositions - Novembre 2009 La Directive sur les Services de Paiement (DSP) est entrée en vigueur le 1er novembre dernier conformément à l Ordonnance

Plus en détail

PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE

PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE PROJET D ARTICLES SUR LA RESPONSABILITE DE L ÉTAT POUR FAIT INTERNATIONALEMENT ILLICITE 2001 Texte adopté par la Commission à sa cinquante-troisième session, en 2001, et soumis à l Assemblée générale dans

Plus en détail

Assurance obligatoire de la responsabilité objective après incendie ou explosion Conditions générales

Assurance obligatoire de la responsabilité objective après incendie ou explosion Conditions générales Assurance obligatoire de la responsabilité objective après incendie ou explosion Conditions générales CONDITIONS GÉNÉRALES ASSURANCE OBLIGATOIRE DE LA RESPONSABILITÉ OBJECTIVE APRÈS INCENDIE OU EXPLOSION

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant :

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS. LA COUR DE CASSATION, CHAMBRE COMMERCIALE, a rendu l arrêt suivant : Cour de cassation chambre commerciale Audience publique du 16 octobre 2012 N de pourvoi: 11-19981 Publié au bulletin Rejet M. Espel (président), président Me Jacoupy, SCP Richard, avocat(s) REPUBLIQUE

Plus en détail

FICHE D OUVERTURE DE CLIENT PARTICULIER

FICHE D OUVERTURE DE CLIENT PARTICULIER FICHE D OUVERTURE DE CLIENT PARTICULIER AGENCE Nº CLIENT/COMPTE TITULARITÉ Personnel: Indivis: Joint: Mixte: CONDITIONS DE FONCTIONNEMENT ENTITE TYPE DE PIECE D IDENTITÉ Nº PIÉCE D IDENTITÉ DATE DE NAISSANCE

Plus en détail

LICENCE SNCF OPEN DATA

LICENCE SNCF OPEN DATA LICENCE SNCF OPEN DATA PREAMBULE Dans l intérêt de ses utilisateurs, la SNCF a décidé de s engager dans une démarche de partage de certaines informations liées à son activité, permettant ainsi aux personnes

Plus en détail

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE. Les présentes conditions visent à répondre aux impératifs de l article L441-6 du Code de Commerce.

CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE. Les présentes conditions visent à répondre aux impératifs de l article L441-6 du Code de Commerce. CONDITIONS GÉNÉRALES DE VENTE Les présentes conditions visent à répondre aux impératifs de l article L441-6 du Code de Commerce. Elles se conforment aux obligations faites par la Loi du 4 août 2008 sur

Plus en détail

LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084

LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084 Montreuil, le 03/11/2009 ACOSS DIRECTION DE LA REGLEMENTATION, DU RECOUVREMENT ET DU SERVICE LETTRE CIRCULAIRE N 2009-084 OBJET : Loi de simplification et clarification du droit et d allègement des procédures

Plus en détail

CONVENTION DE GESTION DE COMPTE DE DEPOT

CONVENTION DE GESTION DE COMPTE DE DEPOT CONVENTION DE GESTION DE COMPTE DE DEPOT Entre les soussignés : BANQUE ATTIJARI DE TUNISIE, société anonyme au capital de 150 Millions de dinars, dont le siége social est à Tunis 95 Avenue de la liberté,

Plus en détail

Crédit à la consommation et crédit hypothécaire Surveillance et sanctions. Tom Van Dyck et Bart Garré. Brussels London - www.liedekerke.

Crédit à la consommation et crédit hypothécaire Surveillance et sanctions. Tom Van Dyck et Bart Garré. Brussels London - www.liedekerke. Crédit à la consommation et crédit hypothécaire Surveillance et sanctions Tom Van Dyck et Bart Garré Structure Partage de compétences Statut du prêteur Statut de l intermédiaire Sanctions Interaction avec

Plus en détail

Contrat de conception, reéalisation et hébergement de site web

Contrat de conception, reéalisation et hébergement de site web infos@droitbelge.net Contrat de conception, reéalisation et hébergement de site web Auteur: Me Frédéric Dechamps, avocat (Bruxelles) E-mail: fd@lex4u.com Tel: + 32 2 340 97 04 Web: www.lex4u.com AVERTISSEMENT

Plus en détail

CONVENTION D UNIDROIT SUR LE CREDIT-BAIL INTERNATIONAL (Ottawa, le 28 mai 1988)

CONVENTION D UNIDROIT SUR LE CREDIT-BAIL INTERNATIONAL (Ottawa, le 28 mai 1988) CONVENTION D UNIDROIT SUR LE CREDIT-BAIL INTERNATIONAL (Ottawa, le 28 mai 1988) LES ETATS PARTIES A LA PRESENTE CONVENTION, RECONNAISSANT l importance d éliminer certains obstacles juridiques au crédit-bail

Plus en détail

CONDITIONS GENERALES DE VENTE

CONDITIONS GENERALES DE VENTE 1 ) Définitions CONDITIONS GENERALES DE VENTE Les termes ci-après définis auront dans les présentes Conditions Générales de Vente les significations suivantes : Vendeur : la société 37DEUX, société à responsabilité

Plus en détail

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main!

On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! Finances Achats e-commerce Santé Tourisme Véhicules Shutterstock Immobilier énergie Justice On vous doit de l argent en Europe... Deux procédures judiciaires simplifiées à portée de main! brochure réalisée

Plus en détail

CONTRAT DE DOMICILIATION COMMERCIALE

CONTRAT DE DOMICILIATION COMMERCIALE Domiciliation Artisanale et Commerciale 41 rue Barrault 75013 PARIS Tél : 01 45 89 02 60 Fax : 01 45 89 30 21 Email : ism41@wanadoo.fr CONTRAT DE DOMICILIATION COMMERCIALE ET DE FOURNITURE DE PRESTATIONS

Plus en détail

INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CRÉDIT

INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CRÉDIT INSTRUMENTS DE PAIEMENT ET DE CRÉDIT MISE À JOUR OCTOBRE 2009 Christian Gavalda Jean Stoufflet Agrégé des facultés de droit Professeur émérite de l Université de Clermont-Ferrand I Doyen honoraire de

Plus en détail

SE PORTER CAUTION POUR UN LOCATAIRE

SE PORTER CAUTION POUR UN LOCATAIRE INC document FICHE PRATIQUE J. 190 Actualisation le 18-01-07 SE PORTER CAUTION POUR UN LOCATAIRE Se porter caution pour un locataire, c est s engager à payer ses dettes s il venait à cesser de payer. C

Plus en détail

COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE

COMMISSION BANCAIRE ET FINANCIERE Bruxelles, le 18 décembre 1997 CIRCULAIRE D1 97/9 AUX ETABLISSEMENTS DE CREDIT CIRCULAIRE D4 97/4 AUX ENTREPRISES D INVESTISSEMENT Madame, Monsieur, En vertu de l article 57, 3 de la loi du 22 mars 1993

Plus en détail