RAPPORT DE L OBSERVATEUR INDEPENDANT POUR L ATTRIBUTION DES PERMIS D EXPLOITATION ET D AMENAGEMENT (PEA)

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "RAPPORT DE L OBSERVATEUR INDEPENDANT POUR L ATTRIBUTION DES PERMIS D EXPLOITATION ET D AMENAGEMENT (PEA)"

Transcription

1 RAPPORT DE L OBSERVATEUR INDEPENDANT POUR L ATTRIBUTION DES PERMIS D EXPLOITATION ET D AMENAGEMENT (PEA) RELATIF A L APPEL D OFFRES N 248/MEFCP/DIRCAB/DGEFCP DU 04 NOVEMBRE 2013 PAR LE CONSULTANT INDEPENDANT EXPERT EN OBSERVATION INDEPENDANTE FORESTIERE Jean Jacques Urbain MATHAMALE MODOKARA BP : 120 Bangui République Tél : / MARS 2014 Rapport de l Observateur Indépendant 1

2 Plan du travail INTRODUCTION I. CHAMP DE L OBSERVATION ET LA METHODOLOGIE II. III. IV. DE L OBSERVATION PROPREMENT DITE DES INCOHERENCES CONSTATEES CONCLUSION Rapport de l Observateur Indépendant 2

3 Sigles et Abréviation AGDRF Agence de Gestion Durable des Ressources Forestière APV Accord de Partenariat Volontaire CIMA Commission Interministérielle d Attribution CNMOS Commission Nationale de Mise en Œuvre et de Suivi FLEGT Forests Law Echange gouvernance et Trade PARPAF Projet d Appui à la Réalisation des Plans d Aménagement Forestier PEA Permis d Exploitation et d Aménagement SCE Sous Commission d Evaluation OI Observateur Indépendant Rapport de l Observateur Indépendant 3

4 INTRODUCTION Le code forestier de 2008 a innové par l introduction d un Observateur Indépendant dans le dispositif d attribution de Permis d Exploitation et d Aménagement (PEA). En effet, l article 37 de la loi du 17 octobre 2008, portant code forestier de la République centrafricaine énonce que le recrutement de l Observateur Indépendant est fait de manière compétitive et transparente. Cependant les articles 13, 14 et 15, du décret du 29 avril 2009, défini les critères de recrutement et les missions de l Observateur indépendant. L article 11du même décret énonce sa participation aux travaux de la Commission Interministérielle d Attribution (CIMA) et de la Sous Commission d Evaluation (SCE) des offres. En résumé celui-ci doit être un consultant indépendant et spécialement recruté pour chaque appel d offres en vue d attribution de PEA. Il est tenu de confirmer, la conformité des procédures d évaluation et d attribution des PEA aux dispositions du code forestier et du code des marchés publics, ainsi qu aux principes fondamentaux de transparence, d équité, d efficacité et d économie, suivant les standards internationaux en matière de passation de marchés publics. Le Manuel des procédures précise que l OI signe un contrat de prestation de service avec le ministre en charge des forets avant l ouverture des offres et participe à tous les travaux de la CIMA et de la SCE et qu il dresse un rapport qu il transmet au ministre à la fin des travaux d évaluation des offres. C est fort de ces dispositifs légaux et règlementaires que nous avons été recrutés de manière compétitive et transparente, (Cf. copie PV recrutement, copie du contrat de prestation de service), suite à l appel d offre pour le poste d Observateur Indépendant publié dans la presse nationale au même moment que l avis d appel d offres pour l obtention d un PEA en République Centrafricaine. Rapport de l Observateur Indépendant 4

5 I. CHAMP DE L OBSERVATION ET LA METHODOLOGIE Le champ d action de l Observateur Indépendant comprend : 1. les procédures de lancement des offres ; 2. la procédure d ouverture des offres ; 3. la procédure d évaluation des offres et 4. la procédure d attribution. La méthodologie a consisté à : 1. l analyse des différents textes de loi et règlements 2. la conformité des procédures aux différents textes, 3. la mise à disposition des documents Dans le cas d espèce, le ministre en charge des forets de la république centrafricaine a lancé le 04 Novembre 2013, l appel d offres pour l obtention d un Permis d Exploitation et d Aménagement en République centrafricaine. Initialement, cinq zones du massif forestier du sud ouest étaient concernées à savoir : ZONE A : le permis d exploitation et d aménagement dénommé PEA A intègre une grande partie de l ancien permis de SESAM 167. Il est constitué d un seul lot et est situé à cheval sur les préfectures de la MAMBERE- KADEI et de la Sangha Mbaéré. Le permis est défini par les coordonnées géographiques suivante : et de longitude Est 3 20 et 4 05 de latitude Nord. La superficie totale est de ha dont ha de superficie utile estimée. ZONE B : le permis d exploitation et d aménagement dénommé PEA B intègre une petite partie de l ancien permis de SESAM 167, la totalité de l ancien permis de SESAM 163 et une partie de l ancien permis SBB 166 Il est constitué d un seul lot et est situé entièrement dans la sous-préfecture de Nola dans la région de Salo. Le permis est défini par les coordonnés géographiques suivante : et de longitude Est, 2 40 et 3 30 de latitude Nord. La superficie totale est de ha dont ha de superficie utile estimée. ZONE C : le permis d exploitation et d aménagement dénommé PEA C composé par les trois quarts du périmètre de l ancien PEA 166 de SBB. Ce permis est constitué d un seul lot, situé dans la sous-préfecture de Bayanga, préfecture de la sangha-mbaéré. Le permis est défini par les coordonnés géographiques suivante : et de latitude Nord et Rapport de l Observateur Indépendant 5

6 et de longitude Est. La superficie totale est de ha dont ha de superficie utile estimée. ZONE D : le permis d exploitation et d aménagement dénommé PEA D est l ancien PEA 185 de la société forestière centrafricaine(scaf). Ce permis est constitué d un seul lot situé dans la préfecture de la Sangha-Mbaéré il est défini par les coordonnées suivante : et de longitude Est, 2 45 et 4 45 de latitude Nord. La superficie totale est de ha dont ha de superficie utile estimée. ZONE E : le permis d exploitation et d aménagement dénommé PEA E est l ancien PEA 187 de la société centrafricaine de développement(scd). Il est constitué d un seul lot situé dans la préfecture de l Ombella M poko, ce permis est défini par les coordonnées géographiques suivante : 3 34 et 2 36 de latitude Nord, et de longitude Est. La superficie totale est de ha dont ha de superficie utile. Le 15 janvier 2013, la Commission Interministérielle d Attribution (CIMA) a été convoquée, conformément à ses attributions, elle a procédé à l examen et la validation des différents documents d appel d offres. La deuxième journée, elle a procédé publiquement et en présence des représentants des soumissionnaires au dépouillement des offres. Au total sur les quatre zones définitivement en compétition, huit (08) offres ont été reçues et enregistrées de la manière suivante : PEA A Exotica Centrafrique Timberland Zone B (PEA B) Société de Transformation de Bois en Centrafrique (STBC) THANRY Centrafrique Zone C (PEA C) ALPICA SINFOCAM SEFICA Zone D (PEA D) Société de Transformation et d Exploitation de Bois (STEB). Rapport de l Observateur Indépendant 6

7 II. DE L OBSERVATION PROPREMENT DITE 1. les procédures de lancement d offres ; Si l appel d offres a été régulièrement lancé par le ministre en charge des forets de la République Centrafricaine, le 04 Novembre 2013 et initialement concernait cinq zonez mises en compétition, plusieurs cas de non respect de textes légaux et règlementaires ont été observés à savoir : Sur la publication de l avis d appel d offres ; Le deuxième alinéa de l article 20 du décret du 28 avril 2009 sur la publication de l avis d appel d offres par voie de médias publics et/ou privés nationaux, des médias internationaux et sur internet conformément aux dispositions du code des marchés publics et délégation des Services Publics en RCA. les conditions fixées par le Manuel des procédures à savoir la publication de l Avis d Appel d Offres qui en plus de l annonce dans un tirage national, le serait aussi sur la publication «Development Business» des nations Unies et le portail «DG Market» de la Banque Mondial. Ces dispositions n ont pas été respectées lors la publication de l avis d offres. Sur la publication de la liste des soumissionnaires ; l alinéa 2 de l article 34 de la loi du 17 octobre 2008, en ce qui concerne la publication de la liste des soumissionnaires dans les organes de la presse officielle, n a pas été respectée. Il n y a pas eu de publication. Sur le délai de soumission des offres ; L article 21 du décret du 28 avril 2009, sur le délai de soumission (45) jours après la date de publication de l appel d offres. L appel d offres est resté plus qu il le fallait, car au titre de la date de publication d appel offres, le dépouillement devrait intervenir le 19 Décembre 2013, cependant, et la date de clôture de dépôt et du dépouillement ont été repoussé à maintes reprises. Toutefois, le ministre a pris soin de faire un communiqué sur la prolongation ou du moins du report des dates de clôture de dépôt et du dépouillement. Rapport de l Observateur Indépendant 7

8 Sur la consultation préalable des populations autochtones ; L article 33 de la loi du 17 octobre 2008, sur la consultation préalable des populations riveraines, y compris les peuples autochtones comme condition de publication d un appel d offres. Les articles 29, 30 et 31 de l Arrêté du 30 avril 2009 fixant les modalités d application de la loi n du 17 octobre 2008, portant code forestier de Centrafrique, font obligation et fixent les conditions de consultation préalable des populations riveraines et autochtones en vue d une exploitation industrielle d une partie du domaine forestier de l Etat. Le ministre en charge des forets met à la disposition du Préfet de la localité de la zone à attribuer les informations relatives à la procédure d appel d offres et ce dernier transmet au service forestier de la localité qui de commun accord avec le Conseil Municipal informe les populations par toutes voies y compris celle d affiche et de diffusion par voie des ondes. L article 32 du même Arrêté, fait état du procès verbal dressé par le service forestier local, après avoir recueilli l opinion des populations et transmet ledit procès verbal au Préfet et au ministre. Le procès verbal intègre les éléments d opportunité et de contrainte issus de la consultation. Aucune consultation préalable n a été faite à l endroit des communautés riveraines, notamment des populations autochtones, comme l exige le code forestier, la déclaration des Nations Unies sur les peuples autochtones pour laquelle la Centrafrique a adhérée et la Convention 169 de l OIT, ratifiée par elle. Sur la réalisation d une enquête de moralité préalable. L article 36 de la loi du 17 octobre 2008, sur la réalisation d une enquête de moralité préalable dont les conclusions conditionneront les résultats du dépouillement des soumissions. Aucun procès-verbal d enquête de moralité n a été faite, cela viole les termes de cet article. Sur le retrait du lot de la zone D PEA D Un fait très marquant est le retrait du lot de la zone D du PEA D. A titre de rappel le PEA 185 a été attribué par décret N du 12 février 2004 à la Société Centrafricaine Forestière (SCAF) jusqu au jour ou un autre décret, notamment le décret N du 09/10/2013, fait retour au domaine de Rapport de l Observateur Indépendant 8

9 l Etat ce permis. Ce n est qu en début des travaux que les commissaires auront en main la copie du décret N du 06 janvier 2014, portant abrogation du décret du 09/10/2013. Il remet le PEA 185 à SCAF pour vice de forme : non respect de la procédure préalable de conciliation et pour absence de fondement. Ce décret porte la signature du président de la Transition de cette époque et les contreseings du premier ministre et celui du ministre en charge des forets. Nous avons observé la violation des dispositions de l Accord de Partenariat Volontaire entre la RCA et l UE, en ce qui concerne la transparence et l information à rendre publique et la gestion participative. 2. la procédure d ouverture des offres ; La séance d ouverture des plis a été faite de manière régulière par le Vice Président de la CIMA, représentant le Président qui est le ministre en charge des forêts. Elle a été publique, notamment en présence des soumissionnaires ou de leur représentant dument mandaté, des représentants des communes et de l OI. Notons que, les conditions des articles 31 et 32 n ont pas été entièrement respectées. En effet, par le fait que la date de clôture de dépôt des offres a été prolongée à deux reprises, la date d ouverture des offres ne s était pas fait immédiatement après l heure limite de dépôt des offres annoncée dans l avis d appel d offres. De même, les conditions de recevabilité administrative des offres n ont pas été traitées de manière rigoureuse par la CIMA, ce qui devrait conduire, si cela s est bien fait à l élimination d office, dès l instant d ouverture de plis de certains dossiers. Si la Sous Commission d Evaluation à suppléer à cette carence en examinant toutes les questions de recevabilité administrative pour donner un avis général, lors de la qualification technique des offres, cela n est pas conforme aux dispositions légales et règlementaires qui ont posés les critères de recevabilité administrative. C est le cas de nombreux dossiers dans lesquels les soumissionnaires n ont produit que des certificats de carence en lieu et place des documents explicitement prévus par les textes, pour justifier l absence de tel ou tel Rapport de l Observateur Indépendant 9

10 document. Il s agit pour la plupart des quitus OCSS, fiscale, ACFPE, bancaires etc., du fait de fermeture des administrations et autres agences de l Etat. Cette pratique, n a pas permis de faire une bonne analyse des capacités réelles du soumissionnaire. 3. la procédure d évaluation des offres et la procédure d attribution. Les travaux de la Sous Commission d Evaluation des offres se sont déroulés de manière régulière par la présence des membres. Selon la méthodologie adoptée, l absence d un des commissaires empêche la tenue des travaux. Il faut signaler que la composition initiale de la Sous Commission a subi des modifications. En effet, suite à la signature de l Accord de Partenariat Volontaire entre la RCA et l UE en 2011, l organigramme du ministère en charge des forets à intégrer le Secrétariat Technique Permanent (STP) dans son dispositif et deux directions ont été fondues en une, la Direction des Forets. Aussi le PARPAF est devenu, l Agence de Gestion et de Développement des Ressources Forestières (AGDRF). En tenant compte de ce changement, la CIMA a fait la proposition de reformulation et le ministre a pris une décision qui intègre les nouvelles entités de gouvernance forestière. Leur représentant a pris part effective aux travaux. Les membres ont développé une méthodologie de manière consensuelle pour les travaux et la présence régulière des membres a été déterminante pour parvenir à ce résultat. Toutefois des insuffisances ont été observées, notamment certains membres ne maitrisent pas encore les contextes de la gouvernance forestière en RCA, d une part et d autre l absence des ministères clés dans la Sous Commission, tel que celui du commerce pour l expertise en terme de droit OHADA etc., celui du transport, celui des impôts et de la justice. 4. La procédure d attribution des Permis d Exploitation et d Aménagement La Sous Commission a sanctionné ses travaux par la production du rapport d évaluation des offres. La CIMA a validé ledit rapport. (Art. 41 du décret du 28 avril 2009). Il est apparu claire durant l évaluation des offres une forte envie d obtenir des concessions forestières (PEA) par des sociétés qui n ont pas véritablement de professionnalisme et d expériences dans le métier. L observance des certains dossiers montre l absence de véritable expérience dans le métier ni en Centrafrique, ni ailleurs. Rapport de l Observateur Indépendant 10

11 III. Des incohérences constatées. Quelques incohérences ont été constatées pendant l analyse des offres par la Sous Commission d Evaluation, il s agit des cas suivants : 1. Une Société a produit les Curriculum vitae des deux cadres en fonction du ministère en charge des forets comme cadres de la société adjudicataire. Ils sont présentés comme les dirigeants dans l organigramme. Cette situation n est pas de nature à favoriser l évaluation et est assimilée à un délit d initié. Il y a lieu de prendre des mesures claires pour clarifier cette situation au regard de la loi sur le statut général de la fonction publique. Prévoir des mesures et des sanctions dans des tentatives pareilles et pour l agent et pour la société. 2. Des Sociétés qui exploitent déjà en Centrafrique, contournent les dispositions de l article 29 du décret du 28 avril 2009, faisant interdiction à toute société possédant de plus de hectares de surface utile en RCA de soumissionner en créant ou se réunissant dans un groupe d entreprise en vue de soumissionner. Il y a lieu ici de revoir les textes en vigueur et interdire aussi au groupe de société d acquérir plus de hectares.car comment interdire à une société une telle superficie et permettre à un groupe d en avoir plus. La porte a été ouverte à des sociétés de contourner facilement cette disposition de la loi. Certaines sociétés exploitantes ont plus hectares et n arrivent même à mettre en exploitation la surface attribuée en violation des conventions et cahier des charges, provoquant ainsi des manques à gagner pour l Etat, les collectivités et les communautés. 3. Des insuffisances énormes ont été constatées et assimilées à un manque de professionnalisme. Des sociétés existantes ne disposant ni de quitus OCSS, ni quitus fiscale, absence de caution ou de ligne bancaire véritable, etc. alors que certaines sont implantées dans des villes ou les services publics compétents continuent d exercer. Ces faits sont contraires à l article 29 de la loi sur le code forestier qui désigne l exploitation industrielle comme une activité nécessitant des investissements importants en capitaux, en équipement lourds et en main d œuvre. Rapport de l Observateur Indépendant 11

12 4. Des sociétés ont été crées après la validation du document d appel d offres. Jusqu à la fin des travaux et la phase d évaluation financière des offres, les commissaires n ont pas eu droit à la situation financière antérieure de certaines sociétés qui semble être cousues d arriérés des taxes forestières, se permettant d autre part d avaliser de nouvelles sociétés. 5. L absence de représentant du ministère de commerce a été ressentie pour clarifier certaines dispositions du code de commerce et du code OHADA, ainsi que ceux de la justice et des statistiques. 6. La faible représentation du ministère des finances, réduit seulement à un représentant provenant du service des marchés publics. 7. L absence des représentants de la société civile dans les différentes commissions et des populations autochtones pour respecter le principe de gestion participative.. Rapport de l Observateur Indépendant 12

13 IV. Conclusion La CIMA et la Sous commission d évaluation ont abattu un travail remarquable, caractérisé par une volonté des commissaires à faire mieux. Cependant, beaucoup reste encore à faire au regard des dispositions des conventions, accords et traités pour lesquels, la RCA est partie. L amélioration de la gouvernance forestière nécessite une véritable expertise des cadres de l administration forestière d abord et ensuite des autres départements impliqués, cette expertise reste faible et insuffisante pour permettre au gouvernement de respecter ses engagements régionaux et internationaux. Il en ait de même des autres départements qui semblent ne pas être concernés par les traités, accords, conventions etc. que le gouvernement a souscrits au plan régional et international dans le domaine de la gouvernance forestière, la gestion durable et participative, les droits des communautés. Le respect des textes et règlements soulignés ici dans ce rapport illustre bien cette faille et réduit la capacité du gouvernement à procéder à une meilleure attribution qui prend en compte toutes les dimensions des instruments juridiques. La République Centrafricaine a opté pour une gestion participative des forets, il est difficilement admissible que les parties prenantes au rang desquelles les populations autochtones et les organisations de la société civile ne puissent pas être informées, ni consultées pour une importante phase de la gestion forestière. Ces manquements pourront remettre en cause les attributions dont le gouvernement sera appelé à procéder, car cela risque de provoquer des frustrations voire des mécontentements de la part des communautés riveraines et autochtones. Le gouvernement à qui revient le droit d attribuer le permis d exploitation et d aménagement doit passer en revue les différents cas de violation du cadre juridique soulevés dans ce rapport, de l absence de professionnalisme affichée par les sociétés adjudicataires pour fonder son jugement en vue d y procéder, car beaucoup de ces sociétés au regard de leur engouement à obtenir un PEA, semble peu ou pas soucieuse de la gestion durable, de la certification forestière, et des droits des communautés. Rapport de l Observateur Indépendant 13

========================

======================== RESEAU DES FEMMES AFRICAINES POUR LE DEVELOPPEMENT DURABLE EN REPUBLIQUE CENTRAFRICAINE (REFADD/RCA) BP : 242/BANGUI Tel :(00236)75 03 77 26 Email : bata_gbako@yahoo.fr ======================== Projet

Plus en détail

LOI N 98-750 DU 23 DECEMBRE 1998 RELATIVE AU DOMAINE FONCIER RURAL Modifiée par la loi n 2004-412 du 14 août 2004

LOI N 98-750 DU 23 DECEMBRE 1998 RELATIVE AU DOMAINE FONCIER RURAL Modifiée par la loi n 2004-412 du 14 août 2004 LOI N 98-750 DU 23 DECEMBRE 1998 RELATIVE AU DOMAINE FONCIER RURAL Modifiée par la loi n 2004-412 du 14 août 2004 CHAPITRE PREMIER - DEFINITION ET COMPOSITION DU DOMAINE FONCIER RURAL Section première

Plus en détail

NOTE DE POSITION DE LA SOCIETE CIVILE CENTRAFRICAINE

NOTE DE POSITION DE LA SOCIETE CIVILE CENTRAFRICAINE NOTE DE POSITION DE LA SOCIETE CIVILE CENTRAFRICAINE Une réunion de restitution de la rencontre des représentants de la société civile avec la délégation de l Union européenne le 21 Novembre 2014 en vue

Plus en détail

Document de stratégie d observation indépendante des activités forestières sous régime FLEGT de la société civile centrafricaine

Document de stratégie d observation indépendante des activités forestières sous régime FLEGT de la société civile centrafricaine Document de stratégie d observation indépendante des activités forestières sous régime FLEGT de la société civile centrafricaine Plateforme de la société civile centrafricaine pour la gestion durable des

Plus en détail

RÈGLEMENT DE CONSULTATION

RÈGLEMENT DE CONSULTATION ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE L EQUIPEMENT, DU TRANSPORT ET DE LA LOGISTIQUE DIRECTION DE LA STRATEGIE, DES PROGRAMMES ET DE LA COORDINATION DES TRANSPORTS RÈGLEMENT DE CONSULTATION APPEL D OFFRES OUVERT

Plus en détail

Mutuelle Retraite Européenne N SIREN 477 908 305 STATUTS RÈGLEMENTS. M E RMutuelle Retraite Européenne

Mutuelle Retraite Européenne N SIREN 477 908 305 STATUTS RÈGLEMENTS. M E RMutuelle Retraite Européenne Mutuelle Retraite Européenne N SIREN 477 908 305 2015 STATUTS RÈGLEMENTS M E RMutuelle Retraite Européenne Statuts MRE applicables à compter du 01/01/2015 Titre I ER - Formation, Objet et composition

Plus en détail

conforme à l original

conforme à l original REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE Union - Discipline - Travail Copie certifiée -------------- conforme à l original DECISION N 020/2012/ANRMP/CRS DU 30 AOÛT 2012 SUR LE RECOURS DE LA SOCIETE MEDICAL PROGRESS

Plus en détail

Décret n 2008-517 du 20 mai 2008

Décret n 2008-517 du 20 mai 2008 Décret n 2008-517 du 20 mai 2008 Décret n 2008-517 du 20 mai 2008 fixant les modalités d organisation et de fonctionnement des Agences régionales de Développement. RAPPORT DE PRESENTATION En application

Plus en détail

Lettre d invitation. Toute offre parvenue au-delà des date et heure limites ci-dessus indiquées ne sera pas acceptée.

Lettre d invitation. Toute offre parvenue au-delà des date et heure limites ci-dessus indiquées ne sera pas acceptée. Lettre d invitation MINISTERE DE LA PROSPECTIVE, DU DEVELOPPEMENT ET DE L EVALUATION DE L ACTION PUBLIQUE Le Directeur de Cabinet A Madame / Monsieur le Directeur COTONOU Objet : Invitation à soumissionner

Plus en détail

Acronymes. Introduction

Acronymes. Introduction Société civile et observation indépendante de la mise en application de la loi forestière et de la gouvernance (OI-FLEG) en République du Congo : progrès, leçons tirées et ouverture sur l avenir Juin 2009

Plus en détail

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption

Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Nations Unies CAC/COSP/IRG/2015/2 Conférence des États parties à la Convention des Nations Unies contre la corruption Distr. générale 24 mars 2015 Français Original: anglais Groupe d examen de l application

Plus en détail

LA CCMOSS VOUS INFORME Bulletin N 5

LA CCMOSS VOUS INFORME Bulletin N 5 LA CCMOSS VOUS INFORME Bulletin N 5 NOUVELLES DISPOSITIONS DU CODE DES MARCHES PUBLICS Fin décembre 2008, plusieurs décrets sont venus modifier les dispositions du Code des marchés Publics : - Décret 2008-1334

Plus en détail

OBJET. Travaux de gardiennage, sécurité et de surveillance des locaux de l Agence Urbaine de Marrakech REGLEMENT DE LA CONSULTATION

OBJET. Travaux de gardiennage, sécurité et de surveillance des locaux de l Agence Urbaine de Marrakech REGLEMENT DE LA CONSULTATION ROYAUME DU MAROC MINISTERE DE L URBANISME ET DE L AMENAGEMENT DU TERRITOIRE ----------- AGENCE URBAINE DE MARRAKECH APPEL D'OFFRES OUVERT SUR OFFRE DE PRIX N 01/2014 OBJET Travaux de gardiennage, sécurité

Plus en détail

Guide pratique du nouveau code des marchés publics

Guide pratique du nouveau code des marchés publics Dominique Legouge Guide pratique du nouveau code des marchés publics Les nouvelles règles du jeu issues du décret de janvier 2004 Deuxième édition, 2004 ISBN : 2-7081-2998-8 Chapitre 7 Quels sont les rôles

Plus en détail

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT d un(e) ASSISTANT ADMINISTRATIF CONTRATS-FINANCES-MARCHES (AACFM) auprès du RAF ECOFAC V du RAPAC

TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT d un(e) ASSISTANT ADMINISTRATIF CONTRATS-FINANCES-MARCHES (AACFM) auprès du RAF ECOFAC V du RAPAC TERMES DE REFERENCE POUR LE RECRUTEMENT d un(e) ASSISTANT ADMINISTRATIF CONTRATS-FINANCES-MARCHES (AACFM) auprès du RAF ECOFAC V du RAPAC Autorité hiérarchique : Secrétaire Exécutif du RAPAC (SE), Expert-Responsable

Plus en détail

Mise en œuvre d'un dispositif de vidéosurveillance nocturne du cœur de ville

Mise en œuvre d'un dispositif de vidéosurveillance nocturne du cœur de ville CONSEIL MUNICIPAL 1 Séance du 06 décembre 2012 Mise en œuvre d'un dispositif de vidéosurveillance nocturne du cœur de ville Direction Solidarité Urbaine - Tranquillité Publique - Rapporteur(s) M. Christophe

Plus en détail

Association déclarée régie par la Loi de 1901. Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S T A T U T S TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

Association déclarée régie par la Loi de 1901. Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S T A T U T S TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES C.E.P.R.E.M.A.P. Décembre 2004 CENTRE POUR LA RECHERCHE ECONOMIQUE ET SES APPLICATIONS C.E.P.R.E.M.A.P. Association déclarée régie par la Loi de 1901 Siège Social : 48, Boulevard Jourdan -75014 PARIS S

Plus en détail

Règlement de la consultation

Règlement de la consultation PREFECTURE DE VAUCLUSE DIRECTION DEPARTEMENTALE DE LA COHESION SOCIALE DE VAUCLUSE SERVICE LOGEMENT SOCIAL 84905 AVIGNON CEDEX 9 PROCEDURE ADAPTEE en application de l article 28 du code des marchés publics

Plus en détail

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée

STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie. Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée STATUTS Association Cantonale d Animation de la Combe de Savoie Titre 1 : Constitution, objet, siège social, durée Article 1 : Constitution et dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents

Plus en détail

SÉNAT PROPOSITION DE LOI

SÉNAT PROPOSITION DE LOI N 61 SÉNAT SESSION ORDINAIRE DE 2010-2011 Enregistré à la Présidence du Sénat le 25 octobre 2010 PROPOSITION DE LOI sur les sondages visant à mieux garantir la sincérité du débat politique et électoral,

Plus en détail

Statuts de Paris Region Entreprises

Statuts de Paris Region Entreprises Statuts de Paris Region Entreprises Article 1. Forme et dénomination TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Il est institué entre les adhérents aux présents statuts et ceux qui y adhéreront, une Association

Plus en détail

certification Notice technique la certification professionnelle du ministère chargé de l emploi notice technique

certification Notice technique la certification professionnelle du ministère chargé de l emploi notice technique certification notice technique la certification professionnelle du ministère chargé de l emploi Notice technique pour l organisation et la mise en œuvre des sessions de validation Version de mai 2013 Sommaire

Plus en détail

L archéologie préventive

L archéologie préventive L archéologie préventive Le code du patrimoine (livre V) : définit le patrimoine archéologique et l archéologie préventive, répartit les compétences entre les différents acteurs, décrit la mise en œuvre

Plus en détail

Niger. Régime général des mutuelles de santé

Niger. Régime général des mutuelles de santé Régime général des mutuelles de santé Loi n 2008-10 du 30 avril 2008 [NB - Loi n 2008-10 du 30 avril 2008 portant régime général des mutuelles de santé en République du ] Titre 1 - Dispositions générales

Plus en détail

TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF

TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF TITRE V : ORGANISMES DE PLACEMENT COLLECTIF Chapitre I : Les Organismes de Placement Collectif en Valeurs Mobilières Section I : Dispositions générales Article 264 : Les dispositions du présent chapitre

Plus en détail

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Les relations entre les Cours constitutionnelles et les autres juridictions nationales, y compris l interférence, en cette matière, de

Plus en détail

CIRCULAIRE CDG90 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE

CIRCULAIRE CDG90 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE CIRCULAIRE CDG90 11/12 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée, portant droits et obligations

Plus en détail

Appel d offres ouvert N 01/2015

Appel d offres ouvert N 01/2015 Royaume du Maroc *** Ministère Délégué auprès du Ministre de l Industrie, du Commerce, de l Investissement et de l Economie Numérique Chargé du Commerce Extérieur المملكة المغربية *** الوزارة المنتدبة

Plus en détail

Statuts : Etoile Saint Amandoise.

Statuts : Etoile Saint Amandoise. Statuts : Etoile Saint Amandoise. Sommaire : Présentation But et composition Affiliation Ressources Administration et fonctionnement o Comité de direction o Le bureau o Assemblée générale Ordinaire o Assemblée

Plus en détail

conforme à l original

conforme à l original REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE Union - Discipline - Travail Copie certifiée -------------- conforme à l original DECISION N 006/2012/ANRMP/CRS DU 22 MARS 2012 SUR LE RECOURS DE LA SOCIETE J. DELAF CONTESTANT

Plus en détail

La nécessité d une législation européenne contre le commerce de bois illégal et pour une utilisation durable des ressources forestières

La nécessité d une législation européenne contre le commerce de bois illégal et pour une utilisation durable des ressources forestières La nécessité d une législation européenne contre le commerce de bois illégal et pour une utilisation durable des ressources forestières L exploitation illégale et abusive des forêts par l industrie forestière

Plus en détail

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS

REPUBLIQUE FRANCAISE AU NOM DU PEUPLE FRANCAIS Cour Administrative d Appel de Versailles N 07VE03227 Inédit au recueil Lebon 4ème Chambre M. BROTONS, président Mme Corinne SIGNERIN-ICRE, rapporteur Mme JARREAU, rapporteur public POULY, avocat(s) lecture

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires 1 er juin 2011 JOURNAL OFFICIEL DE LA RÉPUBLIQUE FRANÇAISE Texte 8 sur 152 Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE, DES TRANSPORTS ET DU LOGEMENT

Plus en détail

Point sur la régularisation fiscale des avoirs non déclarés situés à l étranger.

Point sur la régularisation fiscale des avoirs non déclarés situés à l étranger. Olivier HOEBANX Associé BMH Avocats Point sur la régularisation fiscale des avoirs non déclarés situés à l étranger. Introduction Depuis quelques années, de nombreux pays se sont engagés dans des démarches

Plus en détail

REGLEMENT DE CONSULTATION

REGLEMENT DE CONSULTATION ROYAUME DU MAROC PARLEMENT CHAMBRE DES CONSEILLERS APPEL D OFFRES OUVERT No 02/2012 SUR OFFRES DE PRIX RELATIF A LA MAINTENANCE DES INSTALLATIONS TECHNIQUES DE LA CHAMBRE DES CONSEILLERS - RABAT (EN UN

Plus en détail

LOI N 2006-01 portant Code des Postes

LOI N 2006-01 portant Code des Postes REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi LOI N 2006-01 portant Code des Postes EXPOSE DES MOTIFS Le secteur postal connaît actuellement des mutations liées notamment aux avancées technologiques,

Plus en détail

Loi n 2006-19 du 30 juin 2006 relative aux archives et aux documents administratifs 1 EXPOSE DES MOTIFS

Loi n 2006-19 du 30 juin 2006 relative aux archives et aux documents administratifs 1 EXPOSE DES MOTIFS Loi n 2006-19 du 30 juin 2006 relative aux archives et aux documents administratifs 1 EXPOSE DES MOTIFS La loi n 81-02 du 2 février 1981 relative aux archives constituait une avancée significative au moment

Plus en détail

RAPPORT D ACTIVITES DE MISE EN ŒUVRE DU DEVIS-PROGRAMME N 1 (DP1) ( Période du 1 er Octobre 2003 au 31 Décembre 2005)

RAPPORT D ACTIVITES DE MISE EN ŒUVRE DU DEVIS-PROGRAMME N 1 (DP1) ( Période du 1 er Octobre 2003 au 31 Décembre 2005) Comité Inter- Etats de Lutte Contre la Sécheresse au Sahel (CILSS) Programme Régional de Promotion des Energies Domestiques et Alternatives au Sahel (PREDAS) EQUIPE TECHNIQUE NATIONALE (ETN) DU PREDAS

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION DES FAMILLES DE CHARENTON-LE-PONT ***********

STATUTS DE L ASSOCIATION DES FAMILLES DE CHARENTON-LE-PONT *********** STATUTS DE L ASSOCIATION DES FAMILLES DE CHARENTON-LE-PONT *********** ARTICLE 1 : CONSTITUTION, APPELLATION, DUREE. Il est constitué une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

STATUTS TITRE PREMIER CONSTITUTION ET OBJET DE LA SOCIÉTÉ

STATUTS TITRE PREMIER CONSTITUTION ET OBJET DE LA SOCIÉTÉ Société de Réassurance mutuelle régie par le Code des Assurances Siège Social : 65, rue de Monceau - 75008 PARIS STATUTS TITRE PREMIER CONSTITUTION ET OBJET DE LA SOCIÉTÉ ARTICLE PREMIER - FORMATION -

Plus en détail

Copie Certifiée Conforme à l original

Copie Certifiée Conforme à l original REPUBLIQUE DE CÔTE D IVOIRE Union - Discipline - Travail ------------- Copie Certifiée Conforme à l original DECISION N 010/2015/ANRMP/CRS DU 02 AVRIL 2015 SUR LE RECOURS DE LA SOCIETE KINAN CONTESTANT

Plus en détail

1. Décret exécutif n 09-18 du 20 Janvier 2009, modifié et complété, fixant la réglementation relative à l'exercice de la profession d'agent

1. Décret exécutif n 09-18 du 20 Janvier 2009, modifié et complété, fixant la réglementation relative à l'exercice de la profession d'agent Ministère de l Habitat et de l Urbanisme Direction Générale de l Habitat et de la Construction Direction de la Gestion Immobilière Sous Direction de la Préservation du Patrimoine Immobilier Synthèse des

Plus en détail

ASSOCIATION «HABITER ENFIN!» Loi de 1901 STATUTS

ASSOCIATION «HABITER ENFIN!» Loi de 1901 STATUTS 1 ASSOCIATION «HABITER ENFIN!» Loi de 1901 STATUTS ARTICLE 1 - DENOMINATION La présente Association a pour dénomination : «Habiter Enfin!». ARTICLE 2 - SIEGE Le siège de l association est fixé au : 14

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DU REDRESSEMENT PRODUCTIF PETITES ET MOYENNES ENTREPRISES, INNOVATION ET ÉCONOMIE NUMÉRIQUE Ordonnance n o 2014-329 du 12 mars 2014 relative à l

Plus en détail

Congo. Loi règlementant l exercice de la profession de commerçant en République du Congo

Congo. Loi règlementant l exercice de la profession de commerçant en République du Congo Loi règlementant l exercice de la profession de commerçant en République du Loi n 19-2005 du 24 novembre 2005 Titre 1 - Dispositions générales Art.1.- La présente loi définit les conditions d exercice

Plus en détail

NEPALE NORD ESSONNE PALLIATIF

NEPALE NORD ESSONNE PALLIATIF NEPALE NORD ESSONNE PALLIATIF ASSOCIATION LOI 1901 STATUTS Statuts mis à jour le 28 Mars 2012 TITRE I CONSTITUTION OBJET SIEGE DUREE PREAMBULE Le 2 juillet 2002 à Arpajon, il a été établi les statuts initiaux

Plus en détail

THEME 1 : Le contrôle des ressources financières allouées au secteur de la santé publique

THEME 1 : Le contrôle des ressources financières allouées au secteur de la santé publique OBJECTIFS THEME 1 : Le contrôle des ressources financières allouées au secteur de la santé publique Présenté par l Inspection Générale d Etat de la Guinée Conakry Dans le cadre du programme de contrôle

Plus en détail

Loi concernant l inspection environnementale des véhicules automobiles

Loi concernant l inspection environnementale des véhicules automobiles DEUXIÈME SESSION TRENTE-NEUVIÈME LéGISLATURE Projet de loi n o 48 Loi concernant l inspection environnementale des véhicules automobiles Présentation Présenté par M. Pierre Arcand Ministre du Développement

Plus en détail

Statuts. Les soussignés :

Statuts. Les soussignés : Statuts Les soussignés : APICIL PRÉVOYANCE, institution de prévoyance régie par le titre III du livre IX du Code de la Sécurité sociale, dont le siège social est situé 38 rue François Peissel 69300 Caluire

Plus en détail

inscriptions le guide du titulaire d officine

inscriptions le guide du titulaire d officine DOC CNOP - Conseil Central des pharmaciens titulaires d officine - Septembre 2010 - Guide pratique tand M guide pratique inscriptions le guide du titulaire d officine Conseil Central des pharmaciens titulaires

Plus en détail

Projet de loi n o 30 (2003, chapitre 25)

Projet de loi n o 30 (2003, chapitre 25) PREMIÈRE SESSION TRENTE-SEPTIÈME LÉGISLATURE Projet de loi n o 30 (2003, chapitre 25) Loi concernant les unités de négociation dans le secteur des affaires sociales et modifiant la Loi sur le régime de

Plus en détail

RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS

RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS PREFECTURE DE LA HAUTE-GARONNE RECUEIL DES ACTES ADMINISTRATIFS Document consultable en intégralité à la préfecture de la Haute-Garonne, (accueil Saint-Etienne) et dans les sous-préfectures de Muret et

Plus en détail

RÉSIDENCE RANGUEIL MARTI CONSEIL SYNDICAL

RÉSIDENCE RANGUEIL MARTI CONSEIL SYNDICAL RÉSIDENCE RANGUEIL MARTI RÈGLES DE FONCTIONNEMENT DU CONSEIL SYNDICAL - 1/8 RÉSIDENCE RANGUEIL MARTI CONSEIL SYNDICAL 14 / 06 / 2010 RÈGLES DE FONCTIONNEMENT DU CONSEIL SYNDICAL SOMMAIRE : Article 1 :

Plus en détail

la certification professionnelle du ministère chargé de l emploi Notice technique pour l organisation et la mise en œuvre des sessions de validation

la certification professionnelle du ministère chargé de l emploi Notice technique pour l organisation et la mise en œuvre des sessions de validation certification la certification professionnelle du ministère chargé de l emploi Notice technique pour l organisation et la mise en œuvre des sessions de validation En application de l arrêté du 9/03/2006

Plus en détail

SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA

SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA TERMES DE REFERENCE SELECTION D UN CONSULTANT CHARGE DE LA MISE EN PLACE DES REFERENTIELS DE CONTROLE INTERNE ET DE LA MISE A JOUR DES MANUELS DE PROCEDURES DU GIM-UEMOA TDR : REFERENTIELS ET PROCEDURES

Plus en détail

VENTE PAR SOUMISSION CACHETEE D UN IMMEUBLE COMMUNAL SITUE DANS LE VILLAGE D UCEL LA VILLA SOLEIL CAHIER DES CHARGES

VENTE PAR SOUMISSION CACHETEE D UN IMMEUBLE COMMUNAL SITUE DANS LE VILLAGE D UCEL LA VILLA SOLEIL CAHIER DES CHARGES VENTE PAR SOUMISSION CACHETEE D UN IMMEUBLE COMMUNAL SITUE DANS LE VILLAGE D UCEL LA VILLA SOLEIL CAHIER DES CHARGES Vendeur : La Commune d UCEL, vendeur représentée par son Maire, Marc SOUTEYRAND, ayant

Plus en détail

GUIDE DES PROCEDURES DU DISPOSITIF DE CREATION DE NOUVELLES EXPLOITATIONS AGRICOLES ET D ELEVAGE

GUIDE DES PROCEDURES DU DISPOSITIF DE CREATION DE NOUVELLES EXPLOITATIONS AGRICOLES ET D ELEVAGE REPUBLIQUE ALGERIENNE DEMOCRATIQUE ET POPULAIRE MINISTERE DE L AGRICULTURE ET DU DEVELOPPEMENT RURAL GUIDE DES PROCEDURES DU DISPOSITIF DE CREATION DE NOUVELLES EXPLOITATIONS AGRICOLES ET D ELEVAGE - Circulaire

Plus en détail

PROTOCOLE DE KYOTO À LA CONVENTION-CADRE DES NATIONS UNIES SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES

PROTOCOLE DE KYOTO À LA CONVENTION-CADRE DES NATIONS UNIES SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES PROTOCOLE DE KYOTO À LA CONVENTION-CADRE DES NATIONS UNIES SUR LES CHANGEMENTS CLIMATIQUES Nations Unies 1998 FCCC/INFORMAL/83 GE.05-61647 (F) 070605 090605 PROTOCOLE DE KYOTO À LA CONVENTION-CADRE DES

Plus en détail

Missions connexes du Commissaires aux comptes

Missions connexes du Commissaires aux comptes Missions connexes du Commissaires aux comptes Le commissaire aux comptes Le commissaire aux comptes intervient sur des missions d audit légal pour certifier les comptes des entreprises et garantir la fiabilité

Plus en détail

(articles L. 1612-2 et L. 2412-1 du code général des collectivités territoriales) VU le code général des collectivités territoriales ;

(articles L. 1612-2 et L. 2412-1 du code général des collectivités territoriales) VU le code général des collectivités territoriales ; CHAMBRE REGIONALE DES COMPTES DE BOURGOGNE SEANCE du 8 juillet 2008 AVIS n 08.CB.08 COMMUNE d ARGILLY Budget principal, budget annexe de la section d ANTILLY (Département de la Côte-d'Or) BUDGET PRIMITIF

Plus en détail

ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE EURO-MÉDITERRANÉENNE GROUPE DE TRAVAIL SUR LE FINANCEMENT DE L ASSEMBLÉE ET LA RÉVISION DU RÈGLEMENT DE L APEM

ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE EURO-MÉDITERRANÉENNE GROUPE DE TRAVAIL SUR LE FINANCEMENT DE L ASSEMBLÉE ET LA RÉVISION DU RÈGLEMENT DE L APEM ASSEMBLÉE PARLEMENTAIRE EURO-MÉDITERRANÉENNE GROUPE DE TRAVAIL SUR LE FINANCEMENT DE L ASSEMBLÉE ET LA RÉVISION DU RÈGLEMENT DE L APEM DMED_PV(2010)1202_1 PROCÈS-VERBAL de la réunion du 2 décembre 2010

Plus en détail

LE PREMIER MINISTRE,

LE PREMIER MINISTRE, Décret n 2-98-482 du 11 ramadan 1419 (30/12/1998) fixant les conditions et les formes de passation des marchés de l Etat ainsi que certaines dispositions relatives à leur contrôle et à leur gestion. (

Plus en détail

LA MISE EN PLACE D UN SYSTEME D INFORMATIONS

LA MISE EN PLACE D UN SYSTEME D INFORMATIONS Royaume Du Maroc Ministère, de L Urbanisme et de l Aménagement du Territoire Agence Urbaine de Settat APPEL D OFFRE OUVERT SUR OFFRES DE PRIX N : 11/2014 DU O6 AOUT A 12H LOT UNIQUE RELATIF A LA MISE EN

Plus en détail

STATUTS ET RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA M U D E T

STATUTS ET RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA M U D E T STATUTS ET RÈGLEMENT INTÉRIEUR DE LA M U D E T STATUTS PRÉAMBULE - Vu la politique de développement social et culturel entreprise par les autorités nationales ; - Considérant qu il appartient à chacun

Plus en détail

Statuts. Mutuelle de France

Statuts. Mutuelle de France Statuts Mutuelle de France Mutuelle soumise aux dispositions du Livre II du Code de la Mutualité Inscrite au Registre National des Mutuelles sous le n 784 410 763 Sous convention de substitution au Groupe

Plus en détail

Sénégal. Textes d application de la loi relative à la promotion de la bancarisation

Sénégal. Textes d application de la loi relative à la promotion de la bancarisation Textes d application de la loi relative à la promotion de la bancarisation 1. Instruction n 1 du 8 mai 2004 relative à la promotion des moyens de paiements scripturaux et à la détermination des intérêts

Plus en détail

Rapport de la Table Ronde sur le Soutien Juridique en République du Congo

Rapport de la Table Ronde sur le Soutien Juridique en République du Congo Avril 2013 Rapport de la Table Ronde sur le Soutien Juridique en République du Congo Brazzaville, 27 mars 2013 Table des matières I - INTRODUCTION... 3 II - TRAVAUX DE LA TABLE RONDE... 4 II.1. La session

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION

REGLEMENT DE LA CONSULTATION PRÉFET DE LA CHARENTE Direction des Ressources Humaines, Des Finances et de la Logistique Mutualisée Bureau Interservices de l Immobilier et de la logistique mutualisée REGLEMENT DE LA CONSULTATION ENTRETIEN

Plus en détail

Directives pour la sélection et l emploi de consultants, l achat et le règlement de biens et services SÉRIE IG

Directives pour la sélection et l emploi de consultants, l achat et le règlement de biens et services SÉRIE IG OIBT Directives pour la sélection et l emploi de consultants, l achat et le règlement de biens et services SÉRIE IG 16 Deuxième édition 2009 OIBT SÉRIE IG 16 Directives pour la sélection et l emploi de

Plus en détail

Formation, Objet et Composition de la Mutuelle page 3. CHAPITRE II : Admission, Démission, Radiation et Exclusion page 3

Formation, Objet et Composition de la Mutuelle page 3. CHAPITRE II : Admission, Démission, Radiation et Exclusion page 3 STATUTS 1 SOMMAIRE Formation, Objet et Composition de la Mutuelle page 3 CHAPITRE I : Formation et Objet de la Mutuelle page 3 CHAPITRE II : Admission, Démission, Radiation et Exclusion page 3 Administration

Plus en détail

Responsabilité pénale de l association

Responsabilité pénale de l association Responsabilité pénale de l association Infractions limitativement définies : Le code pénal prévoit la responsabilité pénale des personnes morales à raison des infractions réalisées pour leur compte et

Plus en détail

L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 14 décembre 1996 1995 ;

L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 14 décembre 1996 1995 ; Loi n 96-022/ Régissant la mutualité en République du Mali. L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 14 décembre 1996 1995 ; Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur

Plus en détail

statuts RÉUNICA Prévoyance

statuts RÉUNICA Prévoyance statuts RÉUNICA Prévoyance Statuts RÉUNICA Prévoyance sommaire Réunica Prévoyance n Statuts Titre I DISPOSITIONS GÉNÉRALES... 3 Article 1 - NATURE JURIDIQUE DÉNOMINATION.... 3 Article 2 - SIÈGE SOCIAL......................................................3

Plus en détail

STATUTS DE L ASSOCIATION «NOUVEL HORIZON»

STATUTS DE L ASSOCIATION «NOUVEL HORIZON» STATUTS DE L ASSOCIATION «NOUVEL HORIZON» TITRE 1 : DEFINITION DE L ASSOCIATION Article 1 : Dénomination Il est fondé entre toutes les personnes morales ou physiques qui adhèrent aux présents statuts une

Plus en détail

Sur le rapport du ministre du travail et de la sécurité sociale, Vu la Constitution, notamment ses articles 85-4 et 125 (alinéa 2);

Sur le rapport du ministre du travail et de la sécurité sociale, Vu la Constitution, notamment ses articles 85-4 et 125 (alinéa 2); Décret exécutif n 2006-223 du 25 Joumada El Oula 1427 correspondant au 21 juin 2006 portant création, attributions, organisation et fonctionnement de l'organisme de prévention des risques professionnels

Plus en détail

Nouvelle norme de révision: Contrôle du rapport de gestion sur les comptes annuels (ou consolidés)

Nouvelle norme de révision: Contrôle du rapport de gestion sur les comptes annuels (ou consolidés) Nouvelle norme de révision: Contrôle du rapport de gestion sur les comptes annuels (ou consolidés) INTRODUCTION Historique 1. Le 6 octobre 1989, le Conseil de l IRE a approuvé une recommandation de révision

Plus en détail

STATUTS CONSTITUTIFS. Fonds de dotation MECENAT-MSE. FONDS DE DOTATION «Mécénat- MSE»

STATUTS CONSTITUTIFS. Fonds de dotation MECENAT-MSE. FONDS DE DOTATION «Mécénat- MSE» STATUTS CONSTITUTIFS Fonds de dotation MECENAT-MSE 1 L an DEUX MILLE ONZE Le 21 avril A Marseille, STATUTS CONSTITUTIFS du fonds de dotation MECENAT-MSE Le Conseil d administration de l association MODERNISER

Plus en détail

PEFC Gestion durable des forêts. PEFC Belgium asbl Thomas Davreux 26 novembre 2014

PEFC Gestion durable des forêts. PEFC Belgium asbl Thomas Davreux 26 novembre 2014 PEFC Gestion durable des forêts PEFC Belgium asbl Thomas Davreux 26 novembre 2014 1 Agenda Origines de la certification forestière L organisation PEFC Le standard PEFC Certifications PEFC PEFC en Belgique

Plus en détail

Le ministre de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales

Le ministre de l'intérieur, de la sécurité intérieure et des libertés locales DIRECTION DE LA DEFENSE ET DE LA SECURITE CIVILES SOUS DIRECTION DE LA DEFENSE CIVILE Paris, le 23 avril 2003 ET DE LA PREVENTION DES RISQUES Bureau de la Réglementation Incendie et des Risques pour le

Plus en détail

Loi organique relative à la Haute Cour

Loi organique relative à la Haute Cour Loi organique relative à la Haute Cour Dahir portant loi organique n 1-77-278 du 24 chaoual 1397 (8 octobre 1977) relative à la Haute Cour (1) Louange à Dieu Seul! (Grand Sceau de Sa Majesté Hassan II)

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION (R.C.)

REGLEMENT DE LA CONSULTATION (R.C.) Montélimar Sésame Règlement de la consultation Collecte des cartons des activités sur la commune de Montélimar MARCHE PUBLIC DE SERVICES OOO REGLEMENT DE LA CONSULTATION (R.C.) OOO Pouvoir adjudicateur:

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION. Procédure d appel d offres ouvert

REGLEMENT DE LA CONSULTATION. Procédure d appel d offres ouvert REGLEMENT DE LA CONSULTATION Référence accord-cadre n 03-2015 Procédure d appel d offres ouvert Régie par l article 29 du décret n 2005-1742 pris en application de l ordonnance n 2005-649 du 6 juin 2005

Plus en détail

Statuts de SNL Paris

Statuts de SNL Paris Statuts de SNL Paris ( dernière mise à jour consécutivement à l Assemblée Générale du 12 juin 2005 ) Préambule En 1988, des personnes décident d agir ensemble afin «d ouvrir l accès au logement à des personnes

Plus en détail

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE Article 1 - Constitution La présente association est une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901.

Plus en détail

STATUTS TYPE D UDCCAS. Union départementale des Centres Communaux et Intercommunaux d Action Sociale (UDCCAS)

STATUTS TYPE D UDCCAS. Union départementale des Centres Communaux et Intercommunaux d Action Sociale (UDCCAS) STATUTS TYPE D UDCCAS Union départementale des Centres Communaux et Intercommunaux d Action Sociale (UDCCAS) PREAMBULE Les statuts de l UNCCAS prévoient en leur article 5 la possibilité de constituer des

Plus en détail

LICENCE PROFESSIONNELLE

LICENCE PROFESSIONNELLE LICENCE PROFESSIONNELLE Composante : IUT Domaine : Droit, économie, gestion Mention : E-Commerce et Marketing numérique Parcours : Marketing et commerce sur internet Numéro d accréditation : 20150290 Régime

Plus en détail

VACANCES DE POSTES. I. Lieu d affectation : La préfecture de la KEMO avec des déplacements ponctuels dans la province (République centrafricaine).

VACANCES DE POSTES. I. Lieu d affectation : La préfecture de la KEMO avec des déplacements ponctuels dans la province (République centrafricaine). VACANCES DE POSTES Projet : Projet de Réhabilitation nutritionnelle d urgence au sein des populations (déplacés et autochtones) de l axe Dékoa-Sibut, préfecture sanitaire de KEMO, en RCA Postes vacants

Plus en détail

I. - LES FAITS NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROCÉDURE SPÉCIFIQUE D URGENCE A.

I. - LES FAITS NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROCÉDURE SPÉCIFIQUE D URGENCE A. MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DU TRAVAIL ET DE LA SOLIDARITÉ Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Sous-direction des formations en alternance et de l insertion des jeunes

Plus en détail

DECISIONS A L ORDRE DU JOUR :

DECISIONS A L ORDRE DU JOUR : PROCES VERBAL DE LA SEANCE DU BUREAU DE LA COMMUNAUTE D AGGLOMERATION DU 20 SEPTEMBRE 2007 Le Bureau de la Communauté d Agglomération du Haut Val-de-Marne, légalement convoqué le 14 septembre 2007, conformément

Plus en détail

LOI N 013-2013/AN BURKINA FASO IV E REPUBLIQUE ----------- ----------- PORTANT REGLEMENTATION DE LA PROFESSION DE COMMERÇANT AU BURKINA FASO

LOI N 013-2013/AN BURKINA FASO IV E REPUBLIQUE ----------- ----------- PORTANT REGLEMENTATION DE LA PROFESSION DE COMMERÇANT AU BURKINA FASO BURKINA FASO IV E REPUBLIQUE ----------- ----------- UNITE-PROGRES-JUSTICE CINQUIEME LEGISLATURE ----------- ASSEMBLEE NATIONALE LOI N 013-2013/AN PORTANT REGLEMENTATION DE LA PROFESSION DE COMMERÇANT

Plus en détail

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES

Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES Votre fiduciaire de confiance au Luxembourg EXPERTISE COMPTABLE ET FISCALE CONSEIL ECONOMIQUE GESTION DES SALAIRES ORDRE DES EXPERTS-COMPTABLES Membre inscrit I. Définitions Loi du 11 mai 2007 relative

Plus en détail

INTERNATIONAL TRIBUNAL FOR THE LAW OF THE SEA TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER

INTERNATIONAL TRIBUNAL FOR THE LAW OF THE SEA TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER INTERNATIONAL TRIBUNAL FOR THE LAW OF THE SEA TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER RÈGLEMENT FINANCIER ET RÈGLES DE GESTION FINANCIÈRE DU TRIBUNAL INTERNATIONAL DU DROIT DE LA MER Document établi

Plus en détail

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA

La protection des associés en droit congolais et en droit OHADA Le statut des associés des sociétés commerciales La protection des associés des sociétés commerciales constitue une avancée du droit OHADA sur le droit congolais La République démocratique du Congo (RDC)

Plus en détail

Réseau Forêts et Commerce d Afrique Centrale (CAFTN) pour la Foresterie Responsable

Réseau Forêts et Commerce d Afrique Centrale (CAFTN) pour la Foresterie Responsable Réseau Forêts et Commerce d Afrique Centrale (CAFTN) pour la Foresterie Responsable En quoi consiste le CAFTN? Cadre de partenariat avec les entreprises forestières dans le but de promouvoir la foresterie

Plus en détail

Participation des Communautés Locales et Autochtones à la Gestion des Concessions Forestières en République du Congo

Participation des Communautés Locales et Autochtones à la Gestion des Concessions Forestières en République du Congo Projet Observation Indépendante de l application de la loi forestière et de la gouvernance (OI-FLEG) en appui aux APV FLEGT dans le Bassin du Congo BP 254, Brazzaville, République du Congo Tel (242) 06

Plus en détail

Ligne ferroviaire LGV Sud Europe Atlantique Surfaces supplémentaires à acquérir pour travaux déclarés d utilité publique

Ligne ferroviaire LGV Sud Europe Atlantique Surfaces supplémentaires à acquérir pour travaux déclarés d utilité publique Commissaire enquêteur titulaire : Christian CHEVALIER Suppléant : Vincent-Emmanuel VALOIS Ligne ferroviaire LGV Sud Europe Atlantique Surfaces supplémentaires à acquérir pour travaux déclarés d utilité

Plus en détail

STATUTS-TYPE DES SOCIETES MUTUALISTES Décret du 18 février 1954 (14 djoumada II 1373) Sur les sociétés mutualistes

STATUTS-TYPE DES SOCIETES MUTUALISTES Décret du 18 février 1954 (14 djoumada II 1373) Sur les sociétés mutualistes Arrêté des Secrétaires d Etat au plan et aux Finances et à la santé Publique et aux Affaires Sociales du 26 Mai 1961 (12 doulhaja 1380), portant établissement des statuts type des sociétés mutualistes

Plus en détail

Le ministre de l'intérieur. La ministre des sports, de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative

Le ministre de l'intérieur. La ministre des sports, de la jeunesse, de l éducation populaire et de la vie associative MINISTERE DE L INTERIEUR MINISTERE DES SPORTS, DE LA JEUNESSE, DE L EDUCATION POPULAIRE ET DE LA VIE ASSOCIATIVE SECRETARIAT GENERAL DIRECTION DE LA MODERNISATION ET DE L ACTION TERRITORIALE SOUS-DIRECTION

Plus en détail

Version consolidée AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ----- Règlement intérieur du Collège. Chapitre 1 er Composition des formations

Version consolidée AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ----- Règlement intérieur du Collège. Chapitre 1 er Composition des formations Version consolidée AUTORITÉ DE CONTRÔLE PRUDENTIEL ----- Règlement intérieur du Collège Article 1 er Chapitre 1 er Composition des formations Les membres composant le Collège restreint, les sous-collèges

Plus en détail