Guide pratique du nouveau code des marchés publics

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Guide pratique du nouveau code des marchés publics"

Transcription

1 Dominique Legouge Guide pratique du nouveau code des marchés publics Les nouvelles règles du jeu issues du décret de janvier 2004 Deuxième édition, 2004 ISBN :

2 Chapitre 7 Quels sont les rôles des divers intervenants dans les procédures d achat? L essentiel Les procédures d achat public font intervenir, comme tous les processus complexes, un grand nombre d acteurs dans leur déroulement que les acheteurs et les fournisseurs doivent impérativement bien connaître. Ceux-ci se répartissent en quatre catégories : Les intervenants de l organisme acheteur. Les fournisseurs. Les contrôleurs. Les juges. Certains d entre eux tiennent leur compétence et leur rôle du code des marchés publics lui-même, d autres de textes spécifiques. Il ne faut cependant pas oublier qu au-delà de la mise en œuvre de concepts juridiques (commission d appel d offres, personne responsable du marché, candidat, titulaire du marché, etc.), les procédures d achat sont avant tout des mécanismes économiques de mise en relation entre «demande et offre» où interviennent utilisateurs, gestionnaires, experts, acheteurs et forces de vente. 129

3 1. Guide pratique du nouveau code des marchés publics Quels sont les intervenants de l organisme acheteur? Le code des marchés publics répartit les compétences à l intérieur du processus d achat entre le dirigeant de l organisme public acheteur, dénommé personne responsable du marché, et la commission d appel d offres La personne responsable du marché (PRM) La personne responsable du marché (PRM en abrégé) est la personne qui est habilitée à mettre en œuvre les procédures d achat, à signer et à mettre en œuvre les marchés au nom de l organisme public acheteur. Il s agit le plus souvent de son exécutif, c est-à-dire de son directeur ou de son président. Pour l État, la liste des personnes responsables de marché est, avec la liste précise des achats relevant de leur compétence, établie selon les cas par le ministre ou le préfet. S agissant du rôle de la PRM dans la procédure d achat, celui-ci est très important dans la mesure où tout ce qui n est pas énuméré par le code comme attribution de la commission d appel d offres, relève de la compétence de la PRM. Il lui revient, notamment, de : Sélectionner la procédure d achat à mettre en œuvre (appel d offres, procédure adaptée, procédure négociée, etc.) et de la paramétrer (calendrier de réalisation, nombre maximum de candidats, etc.). Élaborer les documents liés à la mise en concurrence (avis d appel public à la concurrence, règlement de la consultation, cahiers des charges, procès-verbaux de la commission d appel d offres, etc.) et mener les négociations lorsqu il y en a. Faire le choix (État et ses établissements publics ainsi que les établissements de santé et les établissements sociaux et 130

4 Les rôles des divers intervenants médico-sociaux) pour tout ce qui concerne la sélection des candidatures ou des offres. Rédiger et transmettre les pièces nécessaires à l intervention des contrôles. Notifier chaque marché et informer les fournisseurs non retenus (courriers, avis d attribution). Réaliser tous les actes (bons de commande, ordre de service, paiements, avenants, etc.) nécessaires à l exécution contractuelle des marchés. Pour des raisons pratiques, le code prévoit que les PRM des collectivités territoriales et de leurs établissements publics peuvent déléguer à d autres personnes leur compétence de PRM en précisant le périmètre des achats concernés par la délégation. Les PRM dans les collectivités territoriales et leurs établissements publics Commune : Maire Département : Président du Conseil général Région : Président du Conseil régional Hôpital : Directeur de l hôpital Remarque Les P.R.M. peuvent se faire représenter par leurs collaborateurs (acheteurs notamment) dans l exercice de leurs fonctions, sauf pour le choix de l attributaire et la signature du marché. Ceux-ci peuvent par exemple procéder à l ouverture des plis de candidature, négocier avec les candidats ayant présenté une offre en procédure négociée, mener le dialogue en procédure de dialogue compétitif et rédiger les actes d exécution des marchés (bons de commandes par exemple). Les articles L , L et L du Code général des Collectivités territoriales prévoient que le maire, le président du Conseil général ou le 131

5 Guide pratique du nouveau code des marchés publics président du Conseil régional, par délégation de leur assemblée délibérante, peuvent être chargés, pour la durée de leur mandat, de prendre toute décision concernant la préparation, la passation, l exécution et le règlement des marchés qui peuvent être passés selon la procédure adaptée en raison de leur montant, lorsque les crédits sont inscrits au budget. Il n en va pas de même pour les marchés issus des autres procédures (appel d offres, procédures négociées, etc ), l assemblée délibérante ayant seule compétence pour autoriser l exécutif de la collectivité à signer le marché avec le fournisseur que celui-ci souhaite retenir. Les mêmes solutions sont applicables aux présidents des groupements de collectivités territoriales La commission d appel d offres (CAO) Quel est le rôle de la commission d appel d offres? La commission d appel d offres, comme son nom l indique, intervient essentiellement dans les procédures d appel d offres. Le code des marchés publics lui confie des compétences diverses dont le contenu varie en fonction du statut juridique de l organisme acheteur conformément au tableau suivant : Type de procédure mis en œuvre État et établissements publics nationaux Rôle de la commission d appel d offres Établissements de santé, sociaux et médico-sociaux Collectivités territoriales et leurs établissements publics Appel d offres ouvert Donne un avis à la PRM avant l ouverture des enveloppes relatives aux offres sur les candidatures qui ne peuvent être admises. Décide de l élimination avant l ouverture des enveloppes relatives aux offres, des candidatures qui ne peuvent être admises. 132

6 Les rôles des divers intervenants Type de procédure mis en œuvre État et établissements publics nationaux Rôle de la commission d appel d offres Établissements de santé, sociaux et médico-sociaux Collectivités territoriales et leurs établissements publics Ouvre et enregistre le contenu des enveloppes relatives aux offres émanant de fournisseurs dont la candidature a été admise. Donne un avis à la PRM sur les offres qui doivent être éliminées pour non-conformité avec l objet du marché (cahier des charges). Donne un avis à la PRM sur l opportunité de demander des précisions ou des compléments d information sur la teneur des offres, si celles-ci n apparaissent pas suffisamment explicites. Le traitement des offres anormalement basses a été confié à la PRM et ne relève pas de la commission d appel d offres qui peut cependant si elle l estime souhaitable donner son avis dans ce domaine. Donne un avis à la PRM sur le classement des offres qu il lui semble souhaitable de faire et sur l offre qui y apparaît comme économiquement la plus avantageuse. Décide de l élimination des offres pour nonconformité avec l objet du marché (cahier des charges). Décide de demander des précisions ou des compléments sur la teneur des offres si celles-ci n apparaissent pas suffisamment explicites. Élimine, si le cas se produit, la ou les offres lui paraissant anormalement basse(s) après avoir demandé au(x) fournisseur(s) concerné(s) de justifier le prix. Classe les offres par ordre de mérite décroissant et choisit de retenir la première comme offre économiquement la plus avantageuse. Donne un avis sur la déclaration d infructuosité de l appel d offres pour le cas où aucune offre ne paraît acceptable. Peut décider de déclarer l appel d offres infructueux si aucune offre ne lui paraît acceptable. 133

7 Guide pratique du nouveau code des marchés publics Type de procédure mis en œuvre État et établissements publics nationaux Rôle de la commission d appel d offres Établissements de santé, sociaux et médico-sociaux Collectivités territoriales et leurs établissements publics Appel d offres restreint Propose à la PRM la liste des candidats qui lui paraissent devoir être invités à présenter une offre. Dresse la liste des candidats autorisés à présenter une offre. Ouvre et enregistre le contenu des plis relatifs aux offres émanant des fournisseurs invités à présenter une offre. Donne un avis à la PRM sur les offres qui doivent être éliminées pour non-conformité avec l objet du marché (cahier des charges). Donne un avis à la PRM sur l opportunité de demander des précisions ou des compléments d information sur la teneur de certaines offres. Le traitement des offres anormalement basses a été confié à la PRM et ne relève pas de la commission d appel d offres qui peut cependant si elle l estime souhaitable donner son avis dans ce domaine. Donne un avis à la PRM sur le classement des offres qui lui semble souhaitable de faire et sur l offre qui y apparaît comme économiquement la plus avantageuse. Décide de l élimination des offres pour nonconformité avec l objet du marché (cahier des charges). Décide de demander des précisions ou des compléments sur la teneur des offres si elle le juge utile. Élimine, si le cas se produit la ou les offres lui paraissant anormalement basses après avoir demandé au(x) fournisseurs concerné(s) de justifier leur(s) prix. Classe les offres par ordre de mérite décroissant et choisit de retenir la première offre comme économiquement la plus avantageuse. Donne un avis sur la déclaration d infructuosité de l appel d offres pour le cas où aucune offre ne paraît acceptable. Peut déclarer l appel d offres infructueux si aucune offre ne lui paraît acceptable. 134

8 Les rôles des divers intervenants Type de procédure mis en œuvre État et établissements publics nationaux Rôle de la commission d appel d offres Établissements de santé, sociaux et médico-sociaux Collectivités territoriales et leurs établissements publics Procédure adaptée ou allégée La CAO n a pas de compétence lorsque ce type de procédure est utilisé. Procédure de marché négocié (avec ou sans mise en concurrence) Procédure de dialogue compétitif Donne un avis à la PRM, à l issue des négociations, sur l offre qui lui paraît économiquement la plus avantageuse. Propose un classement des offres et donne un avis à la PRM sur l offre qui lui paraît être économiquement la plus avantageuse. Attribue le marché au vu d une proposition de classement des offres réalisée par la PRM. Attribue le marché au fournisseur qui a fait l offre qui lui semble être économiquement la plus avantageuse. Remarque : La commission d appel d offres ne joue aucun rôle dans l exécution des marchés à partir du moment où ils ont été notifiés au fournisseur retenu, sauf pour ce qui concerne la passation des avenants qui conduisent à une augmentation de plus de 5 % du montant global du marché initial (article 8 de la loi du 08 février 1995). 135

9 Guide pratique du nouveau code des marchés publics Qui participe à la commission d appel d offres? La composition de la commission d appel d offres varie essentiellement en fonction du statut juridique de l organisme acheteur (État ou collectivité locale). Par ailleurs, en cas de recours à une procédure de dialogue compétitif, la commission d appel d offres siège dans une formation spécifique. Les commissions d appel d offres de l État et de ses établissements publics administratifs Pour les organismes acheteurs relevant de cette catégorie juridique, la composition de la commission d appel d offres n est pas définie directement par le code des marchés publics. La désignation des membres de la commission d appel d offres relève en effet : Pour les administrations centrales (ministères) et les services à compétence nationale, de la compétence du ministre intéressé. Pour les services déconcentrés de l État (préfectures, directions départementales, etc.), de la compétence du préfet intéressé. Pour les établissements publics nationaux, de la mise en œuvre des règles d organisation et de fonctionnement applicables à chacun d entre eux. Par ailleurs, quel que soit le statut de l organisme acheteur, un représentant de la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes doit être invité aux réunions des commissions d appel d offres pour y siéger avec voix consultative. Les commissions d appel d offres des collectivités territoriales et de leurs établissements publics Leur composition, à la différence des commissions d appels d offres précédentes, est directement fixée par le code des marchés 136

10 Les rôles des divers intervenants publics, ce qui conduit, selon l organisme acheteur aux configurations suivantes : Organisme acheteur Régions et départements Communes Membres avec voix délibérative Président du conseil ou son représentant : président de la CAO. 5 membres du conseil élus en son sein à la représentation proportionnelle au plus fort reste (+5 suppléants). Le maire ou son représentant : président. 5 membres du conseil municipal (+ 5 suppléants) élus en son sein à la représentation proportionnelle au plus fort reste (commune de plus de habitants). 3 membres du conseil municipal (+ 3 suppléants) élus en son sein à la représentation proportionnelle au plus fort reste (commune de moins de habitants). Membres avec voix consultative Un représentant de la direction départementale de l équipement (mais uniquement dans certains cas comme celui où le marché porte sur des travaux subventionnés par l État). Éventuellement : les personnalités désignées par le président de la commission d appel d offres pour leur compétence en la matière qui fait l objet de l appel d offres. Sur invitation du président, le comptable public dont dépend l organisme acheteur, un représentant du directeur départemental de la commune, de la consommation et de la répression des fraudes. 137

11 Guide pratique du nouveau code des marchés publics Organisme acheteur Établissements publics de coopération intercommunale ou syndicat mixte Établissement public local Établissement public de santé ou établissement public social ou médicosocial. Membres avec voix délibérative Le président de l organisme ou son représentant : Président. 5 ou 3 (si aucune commune adhérente ne comporte plus de 3500 habitants) membres de l assemblée délibérante de l organisme, élus en son sein (+ 5 ou 3 suppléants). Le représentant légal de l établissement ou son représentant : Président. 2 à 4 membres de l organe délibérant désignés par celui-ci (+ 2 à 4 suppléants). Le représentant légal de l établissement ou son représentant : Président. des personnes désignées par celui-ci conformément aux règles d organisation et de fonctionnement arrêtées après avis du conseil d administration. Membres avec voix consultative Un représentant de la DDASS (pour les établissements publics de santé et les établissements publics sociaux et médico-sociaux). 138

12 Les rôles des divers intervenants La composition spécifique de la commission en cas de recours à la procédure de dialogue compétitif Statut organisme acheteur Régions et départements Communes Établissements publics de coopération intercommunale ou syndicats mixtes Établissements publics locaux Établissements publics de santé ou établissements publics sociaux ou médicosociaux Membres avec voix délibérative Même composition que pour la commission d appel d offres classique (voir pour détail chaque cas dans tableau précédent). Membres avec voix consultative Personnes désignées en raison de leur compétence* dans la matière qui fait l objet de la procédure de dialogue compétitif par la personne responsable du marché (PRM), en nombre égal au moins d 1/3 du nombre total des membres de la commission de la procédure de dialogue compétitif. Membres, avec voix consultative habituels (voir page 137) État ou établissements publics nationaux Même composition que pour la commission d appel d offres classique (voir tableau précédent). + Personnes désignées en raison de leur compétence* dans la matière qui fait l objet de la procédure de dialogue compétitif par la personne responsable du marché (PRM), en nombre égal au moins au 1/3 du nombre total des membres de la commission de la procédure de dialogue compétitif. Un représentant de la direction générale de la concurrence, de la consommation et de la répression des fraudes. * La désignation de ces personnes est obligatoire et spécifique à chaque procédure de dialogue compétitif. 139

13 Guide pratique du nouveau code des marchés publics Attention! Il est désormais possible tant pour l État que pour les collectivités territoriales de créer plusieurs commissions d appel d offres à caractère permanent ou bien constituées pour la passation d un marché déterminé. Rôle de la Direction Départementale de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes (DDCCRF) dans la passation des marchés La Direction de la Concurrence, de la Consommation et de la Répression des Fraudes peut être appelée à participer aux commissions d appel d offres, essentiellement, pour lutter contre les pratiques anticoncurrentielles (entente entre fournisseurs notamment). Son représentant, s il assiste à la commission d appel d offres peut demander à ce que son avis et ses remarques figurent expressément sur le procès-verbal de la réunion. Il doit signaler au procureur de la République tout fait délictueux dont il aurait connaissance Comment fonctionne la commission d appel d offres? Les convocations à chaque réunion de la commission d appel d offres doivent être adressées par son président aux membres de la commission d appel d offres que ceux-ci aient voix délibérative ou consultative au moins 5 jours francs avant la date prévue pour la réunion. Le quorum est atteint lorsque la moitié plus un des membres ayant voix délibérative sont présents (l absence des membres avec voix consultative ne pose pas de problème à condition qu ils aient été convoqués dans les délais). Si après une première convocation, ce quorum n est pas atteint, la commission d appel d offres est à nouveau convoquée. Elle se réunit alors valablement sans condition de quorum. 140

14 Les rôles des divers intervenants La commission d appel d offres dresse le procès-verbal de ses réunions et ses membres peuvent demander que leurs observations y soient portées. Ces séances ne sont pas publiques ce qui interdit aux personnes qui ne sont pas membres de la commission (fournisseurs notamment) d y participer. La commission d appel d offres peut cependant être assistée par le personnel administratif de l organisme acheteur (secrétariat par exemple) et faire appel au concours de ses agents ayant une compétence ou matière de droit des marchés publics. Conseils Acheteurs Joignez à l appui de la convocation de la commission d appel d offres : Pour l ouverture des plis : l avis d appel public à la concurrence (AAPC), le règlement de la consultation (RC) et le CCAP. Pour le choix : le rapport d analyse des candidatures et des offres. Prévoyez un temps de réunion suffisant permettant une étude sérieuse des candidatures et des offres. Fournisseurs Composez avec soin et précision vos dossiers de candidature ou d offre, les commissions d appel d offres étant obligées lors de l exercice de leurs compétences d être formalistes. Demandez, à la PRM si votre candidature ou votre offre n ont pas été retenues, les raisons de la décision (voir page 255). 141

15 Guide pratique du nouveau code des marchés publics 1.3. Les jurys Deux types de procédure de mise en concurrence appellent la mise en œuvre et la réunion d instances appelées «jurys». Il s agit : Des procédures de sélection formalisée des maîtres d œuvre quelle que soit leur nature (appel d offres, procédure négociée, concours restreint). Des procédures de concours. Les jurys qui doivent être désignés pour chaque opération nécessitant leur intervention ont les même règles de fonctionnement que la commission d appel d offres (délai de convocation, quorum, procès-verbal des séances, etc.). Ils ont par contre des règles de composition différentes qui sont les suivantes : Organisme acheteur Régions et départements Communes Établissements publics de coopération intercommunale ou syndicats mixtes Établissements locaux publics Établissements publics de santé, sociaux et médicosociaux Membres avec voix délibérative Membres avec voix délibérative de la commission d appel d offres (voir page 136). Personnalités désignées* par la PRM, si elle estime souhaitable et dont la participation présente un intérêt particulier au regard de l objet du marché (dans la limite cependant de 5 personnes maximum). Membres avec voix consultative Si le président du jury le souhaite : Comptable de l organisme public. Représentant DDCCRF. 142

16 Les rôles des divers intervenants Organisme acheteur Membres avec voix délibérative Personnalités qualifiées* qui doivent obligatoirement être appelées à participer au jury lorsqu une qualification ou une expérience particulière est exigée des candidats à la mise en concurrence. Ces personnes qualifiées, qui doivent avoir la même qualification ou la même expérience que celle exigée des candidats doivent représenter numériquement au moins un tiers des membres du jury. Membres avec voix consultative État ou établissements publics nationaux Représentant DGCCRF. Comptable public * Ces personnes doivent être indépendantes des candidats participant à la procédure de mise en concurrence impliquant la réunion du jury. 2. Quels sont les intervenants du côté des fournisseurs? Les entreprises qui interviennent dans le domaine de la commande publique relèvent de statuts juridiques différents selon leur positionnement et leur place dans le processus d achat Les candidats Le terme de candidat est utilisé pour désigner les fournisseurs qui participent aux procédures de marché en présentant leur candidature ou leur offre. 143

17 Guide pratique du nouveau code des marchés publics Les entreprises, lorsqu elles répondent à une mise en concurrence, peuvent présenter leurs candidatures : Soit sous forme isolée, une entreprise se portant candidate pour l attribution d un ou plusieurs marchés. Il s agit de l hypothèse la plus fréquente. Soit sous forme groupée, plusieurs fournisseurs associant momentanément leurs capacités, leurs moyens et leurs savoir-faire pour répondre à un ou plusieurs marchés. On parlera alors de «groupement d entreprises» candidat. Ces groupements d entreprises peuvent être, selon les cas, créés par convention entre leurs membres sous forme de groupement solidaire (chacun des membres du groupement est engagé sur la totalité des prestations objet du marché auquel il est candidat) ou sous forme de groupement conjoint (chacun des membres du groupement n est engagé que sur une partie des prestations objet du marché auquel il est candidat). Les organismes publics acheteurs peuvent exiger, dans le dossier de consultation, s ils l estiment nécessaire pour des raisons de sécurité juridique, que les candidats, s ils souhaitent se grouper, adoptent une forme particulière de groupement (en général solidaire plutôt que conjoint). Dans ce cas, si un groupement de candidats est déclaré attributaire du marché ou des marchés, il devra, si cela n était pas déjà le cas au moment de la remise de son offre, prendre la forme de groupement exigée. Attention! Un même individu ne peut représenter plus d un candidat pour un même marché. Une même entreprise ne peut être mandataire (c est-àdire représentant de l ensemble des entreprises membres du groupement et coordonnateur de leurs prestations) de plus d un groupement pour un même marché. Le règlement de la consultation d une mise en concurrence peut interdire aux candidats de présenter, pour un 144

18 Les rôles des divers intervenants même marché, plusieurs offres en agissant à la fois en qualité de candidats individuels ou de membres d un ou plusieurs groupements. La composition d un groupement ne peut pas être modifiée entre la remise des candidatures et la remise des offres Les fournisseurs titulaires de marchés Le terme de titulaire est employé pour désigner le candidat ou le groupement de candidats à qui a été attribué puis notifié un marché. Le titulaire de chaque marché est titulaire des droits et obligations liés au contrat d achat (le marché) qui a été passé avec lui Les sous-traitants Le terme de sous-traitant est employé pour désigner la ou les entreprises à qui le titulaire d un marché de services ou de travaux (il n y a pas de sous-traitance au sens juridique du terme dans les marchés de fournitures) souhaite confier une partie de l exécution des prestations qu il doit réaliser au titre de son marché. Les grands principes applicables à la sous-traitance dans les marchés publics tels qu ils résultent du code des marchés publics et de la loi MURCEF du 11 décembre 2001 La sous-traitance totale d un marché public de travaux ou de services n est pas autorisée. L intervention d un sous-traitant du titulaire dans l exécution d un marché public de travaux ou de services n est licite que si celui-ci a été agréé préalablement par l organisme acheteur. En cas de sous-traitance, le titulaire du marché reste seul responsable de la bonne exécution des prestations du marché, l organisme acheteur n ayant aucune relation avec le sous-traitant, hormis le paiement des prestations que celui-ci effectue. 145

19 Guide pratique du nouveau code des marchés publics Seul le sous-traitant de rang 1 a droit au paiement direct de prestations par l organisme acheteur après validation de ses factures par le titulaire dès lors que le montant du contrat de sous-traitance est 600 TTC. Acheteurs, attention! En cas de non réponse de votre part 21 jours après que le titulaire ait demandé l agrément de son sous-traitant, ce dernier est réputé avoir été tacitement accepté. 3. Par qui et comment sont effectués les contrôles? Les marchés publics sont soumis à différents types de contrôles qui varient en fonction du statut de l organisme acheteur. Certains de ces contrôles s exercent avant la notification du marché (appelés contrôles a priori), les autres sont effectués après la notification (appelés contrôles a posteriori). Les contrôles effectués par les comptables publics y tiennent une place à part, car ils n interviennent qu au moment de l exécution des marchés à l occasion des paiements. Contrôle a priori* Contrôles a posteriori Contrôle financier et contrôles fixés par chaque ministre. * ne concernent que l État et ses établissements publics administratifs. Contrôle de légalité du préfet pour les collectivités territoriales et leurs établissements publics. Cour et Chambres régionales des comptes. Mission interministérielle d enquête sur les marchés (MIEM). 146

20 Les rôles des divers intervenants 3.1. Le préfet, contrôleur des marchés passés par les collectivités territoriales et leurs établissements publics C est le préfet de chaque département qui, dans le cadre du contrôle de légalité des actes des collectivités locales, est chargé d effectuer le contrôle des marchés passés par les collectivités territoriales et leurs établissements publics. La procédure de contrôle par le préfet Transmission par la collectivité territoriale ou son établissement public, avant notification, d'un dossier de présentation du marché Contrôle du marché par les services préfectoraux (aidés par la DDCCRF) qui recherchent d'éventuelles irrégularités : dans la délibération, dans la procédure de passation et dans les pièces contractuelles Délai pour réaliser le contrôle et prendre une décision = 2 mois* Présence d'irrégularités potentielles oui Suivant les cas non Aucune action Lettre d'observation pour l'avenir Demande de correction de l'irrégularité (recours gracieux) Déféré du marché devant le juge administratif pour annulation * La demande d information complémentaire ou la mise en œuvre d un recours gracieux par le préfet interrompent le délai de 2 mois. Quelques chiffres sur le contrôle préfectoral* Plus de marchés contrôlés chaque année. 10 % des marchés contrôlés donnent lieu à l émission d une lettre d observation pour l avenir. Faible nombre de déférés préfectoraux (dans 75 % des cas le juge administratif donne raison au préfet). * Avec le nouveau code, le nombre de marchés formalisés soumis au contrôle préfectoral va fortement diminué. 147

21 Guide pratique du nouveau code des marchés publics 3.2. Les contrôles communs à l État et aux collectivités territoriales La mission interministérielle d enquête sur les marchés publics (MIEM) La mission interministérielle d enquête sur les marchés publics (MIEM) a été créée par le législateur en C est un organe d enquête dans le domaine des marchés publics et des délégations de service public, spécialisé dans la recherche de l infraction de délit de favoritisme. Composée de quelques fonctionnaires d origines diverses (corps d inspection, magistrature, etc.) intéressés par le contrôle de l achat public, la MIEM ne peut être saisie que par des autorités publiques (les entreprises mécontentes d une procédure d achat public ne peuvent donc la saisir directement). Celles-ci sont le suivantes : Premier ministre et ministres (pour l État et ses établissements publics). Cour des comptes. Procureurs de la République (qui peuvent confier à la MIEM la mission de déterminer si les faits dont ils sont saisis relèvent ou non du délit de favoritisme). Dotée de larges pouvoirs d investigation (comparables à ceux existants en matière fiscale et douanière), tant du côté des personnes publiques que des entreprises-candidates, la MIEM réalise une trentaine d enquêtes nouvelles par an (durée moyenne d une enquête : 2 ans), la plupart du temps, dans le secteur des collectivités territoriales, sur demande préfectorale. Pour en savoir plus : dernier rapport d activité MIEM sur internet ( 148

22 Les rôles des divers intervenants La Cour et les Chambres régionales des comptes La Cour des comptes (pour l État et ses établissements publics) et les Chambres régionales des comptes pour les collectivités locales et leurs établissements publics exercent traditionnellement deux types de contrôle bien différenciés : Un contrôle de nature juridictionnelle qui porte sur l activité des comptables publics, dont la qualité de travail est régulièrement jugée (les comptables peuvent par exemple être mis en débet, c est-à-dire être condamnés à reverser au Trésor public les sommes indûment payées s ils n ont pas exigé de l ordonnateur la production des pièces justificatives nécessaires au paiement d un mandat. Un contrôle général, de nature non juridictionnelle, portant sur le bon emploi de leurs crédits par les organismes publics, qui donne lieu à l établissement de rapports (lettres d observations). C est uniquement à ce titre que les personnes responsables des marchés (PRM) peuvent voir contrôler l efficacité et la régularité de la gestion de leurs achats. Il est important de noter qu en cas d irrégularité constatée dans l application des règles du code des marchés publics (ex. : fractionnement abusif d une acquisition pour échapper au formalisme), la Cour ou la chambre régionale des comptes, suivant le cas, sont tenues de saisir le procureur de la République qui décidera de l opportunité d engager des poursuites (au titre de délit de favoritisme par exemple) envers la personne responsable des marchés (PRM) compétente. Pour en savoir plus : 149

LA CCMOSS VOUS INFORME Bulletin N 5

LA CCMOSS VOUS INFORME Bulletin N 5 LA CCMOSS VOUS INFORME Bulletin N 5 NOUVELLES DISPOSITIONS DU CODE DES MARCHES PUBLICS Fin décembre 2008, plusieurs décrets sont venus modifier les dispositions du Code des marchés Publics : - Décret 2008-1334

Plus en détail

CIRCULAIRE CDG90 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE

CIRCULAIRE CDG90 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE CIRCULAIRE CDG90 11/12 COMITE TECHNIQUE COMITE D HYGIENE, DE SECURITE ET DES CONDITIONS DE TRAVAIL COMMISSION ADMINISTRATIVE PARITAIRE Loi n 83-634 du 13 juillet 1983 modifiée, portant droits et obligations

Plus en détail

Décret 2002-628 du 25 Avril 2002 modifié pris pour l application de la loi 2002-5 du 4 Janvier 2002 relative aux musées de France

Décret 2002-628 du 25 Avril 2002 modifié pris pour l application de la loi 2002-5 du 4 Janvier 2002 relative aux musées de France Décret 2002-628 du 25 Avril 2002 modifié pris pour l application de la loi 2002-5 du 4 Janvier 2002 relative aux musées de France TITRE I er : HAUT CONSEIL DES MUSEES DE FRANCE Art. 1 er. - Le Haut Conseil

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES

REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES RÉPUBLIQUE DU BÉNIN COUR CONSTITUTIONNELLE REGLEMENT INTERIEUR TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Article 1 er : Le présent Règlement Intérieur est pris en application des dispositions de la Loi n 90-032

Plus en détail

Responsabilité pénale de l association

Responsabilité pénale de l association Responsabilité pénale de l association Infractions limitativement définies : Le code pénal prévoit la responsabilité pénale des personnes morales à raison des infractions réalisées pour leur compte et

Plus en détail

Statuts de Paris Region Entreprises

Statuts de Paris Region Entreprises Statuts de Paris Region Entreprises Article 1. Forme et dénomination TITRE I : DISPOSITIONS GENERALES Il est institué entre les adhérents aux présents statuts et ceux qui y adhéreront, une Association

Plus en détail

CONVENTION PORTANT CREATION D UNE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE

CONVENTION PORTANT CREATION D UNE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE CONVENTION PORTANT CREATION D UNE COMMISSION BANCAIRE DE L AFRIQUE CENTRALE Sur recommandation du Comité Monétaire institué par la Convention de Coopération du 22 novembre 1972, Le Gouvernement de la République

Plus en détail

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE MONTREVEL EN BRESSE Place de la Résistance BP 69 01340 MONTREVEL EN BRESSE Tél: 04 74 25 68 98 Fax : 04 74 30 85 42

COMMUNAUTE DE COMMUNES DE MONTREVEL EN BRESSE Place de la Résistance BP 69 01340 MONTREVEL EN BRESSE Tél: 04 74 25 68 98 Fax : 04 74 30 85 42 COMMUNAUTE DE COMMUNES DE MONTREVEL EN BRESSE Place de la Résistance BP 69 01340 MONTREVEL EN BRESSE Tél: 04 74 25 68 98 Fax : 04 74 30 85 42 REGLEMENT INTERIEUR DES PROCEDURES ADAPTEES Article 28 du Code

Plus en détail

Entre les soussignés :

Entre les soussignés : Convention constitutive de groupement de commandes Création d un site internet de covoiturage, hébergement et maintenance du site Internet, proposition d un plan de communication covoiturage Entre les

Plus en détail

«Accès à la commande Publique, pour les PME-PMI» Les bonnes pratiques, les prés-requis et les contraintes pour accéder à la commande publique

«Accès à la commande Publique, pour les PME-PMI» Les bonnes pratiques, les prés-requis et les contraintes pour accéder à la commande publique «Accès à la commande Publique, pour les PME-PMI» Les bonnes pratiques, les prés-requis et les contraintes pour accéder à la commande publique Sommaire I) Qu est-ce qu un marché public?... 4 II) Quelles

Plus en détail

Règlement intérieur. de la Commission de surveillance

Règlement intérieur. de la Commission de surveillance Règlement intérieur de la Commission de surveillance L a loi du 28 avril 1816 dote la Caisse des Dépôts et Consignations d un statut particulier destiné à assurer à sa gestion une indépendance complète

Plus en détail

FONDEMENTS JURIDIQUES

FONDEMENTS JURIDIQUES PREFECTURE DE L ALLIER DIRECTION DES RELATIONS AVEC LES COLLECTIVITES TERRITORIALES Bureau du Conseil et du contrôle de légalité LA COMMISSION DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC (CDSP) élection, constitution,

Plus en détail

CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE

CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE II. CONTENTIEUX JUDICIAIRE DU PERMIS DE CONSTRUIRE Il convient de rappeler que le permis de construire est un acte administratif individuel. Il ne peut pas être apprécié ni interprété par un Tribunal civil.

Plus en détail

MAPA N 2012/2 RÈGLEMENT DE CONSULTATION MARCHÉ PUBLIC MAITRISE D ŒUVRE POUR LA CONSTRUCTION D UNE SALLE COMMUNALE JUIN 2012

MAPA N 2012/2 RÈGLEMENT DE CONSULTATION MARCHÉ PUBLIC MAITRISE D ŒUVRE POUR LA CONSTRUCTION D UNE SALLE COMMUNALE JUIN 2012 MAPA N 2012/2 RÈGLEMENT DE CONSULTATION MARCHÉ PUBLIC MAITRISE D ŒUVRE POUR LA CONSTRUCTION D UNE SALLE COMMUNALE JUIN 2012 Remise des offres avant le Jeudi 26 juillet 2012 à 12 heures Page 1 sur 11 1.

Plus en détail

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE

STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE STATUTS GRAND PARIS SEINE OUEST ENERGIE, AGENCE LOCALE DE L ENERGIE Article 1 - Constitution La présente association est une association régie par la loi du 1 er juillet 1901 et le décret du 16 août 1901.

Plus en détail

LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés?

LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés? LOI ALUR : Quoi de nouveau dans les copropriétés? La loi du 24 Mars 2014 dite «loi ALUR», publiée au J.O. du 26/03/2014 a apporté quelques modifications notables dans le domaine du droit de la copropriété.

Plus en détail

Mise en œuvre d une architecture réseau sécurisée à haute disponibilité pour le Centre Hospitalier de Guingamp.

Mise en œuvre d une architecture réseau sécurisée à haute disponibilité pour le Centre Hospitalier de Guingamp. Direction des Ressources Matérielles Mise en œuvre d une architecture réseau sécurisée à haute disponibilité pour le Centre Hospitalier de Guingamp. Cahier des Clauses Particulières Procédure adaptée établie

Plus en détail

AVIS D APPEL PUBLIC À LA CONCURRENCE

AVIS D APPEL PUBLIC À LA CONCURRENCE AVIS D APPEL PUBLIC À LA CONCURRENCE I- MODE DE PASSATION Travaux fournitures services Procédure d achat couverte par l accord sur les marchés publics de l OMC. Type de procédure : Procédure adaptée L

Plus en détail

MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX ACTE D'ENGAGEMENT MARCHÉ DE TRAVAUX, DE CRÉATION ET D ENTRETIEN DES VOIRIES COMMUNALES

MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX ACTE D'ENGAGEMENT MARCHÉ DE TRAVAUX, DE CRÉATION ET D ENTRETIEN DES VOIRIES COMMUNALES MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX ACTE D'ENGAGEMENT Cadre réservé à l acheteur MARCHÉ N NOTIFIÉ LE / / 2 0 A- Objet du marché Procédure adaptée passé en application des articles 26-II-5 et 28 du Code des Marchés

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION

REGLEMENT DE LA CONSULTATION REPUBLIQUE FRANCAISE Mairie d ORCINES Place Saint Julien 63870 ORCINES 04 73 62 10 09 04 73 62 73 00 mairie.orcines@wanadoo.fr www.orcines.fr REGLEMENT DE LA CONSULTATION Maître d ouvrage COMMUNE D ORCINES

Plus en détail

REGLEMENT INTERIEUR DU GIP ALFA CENTRE

REGLEMENT INTERIEUR DU GIP ALFA CENTRE REGLEMENT INTERIEUR DU GIP ALFA CENTRE Préambule Le Conseil d administration établit un règlement intérieur relatif à l organisation et au fonctionnement des services du groupement ainsi qu à la gestion

Plus en détail

LOI ORGANIQUE N 98-014 DU 10 JUILLET 1998 PORTANT ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DE LA COUR DES COMPTES.

LOI ORGANIQUE N 98-014 DU 10 JUILLET 1998 PORTANT ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DE LA COUR DES COMPTES. LOI ORGANIQUE N 98-014 DU 10 JUILLET 1998 PORTANT ORGANISATION ET FONCTIONNEMENT DE LA COUR DES COMPTES. Loi organique n 98-014 du 10 juillet 1998 portant o rganisation et fonctionnement de la Cour des

Plus en détail

LE 12 SEPTEMBRE 2011 16H00

LE 12 SEPTEMBRE 2011 16H00 PREFET DE LA REGION MIDI-PYRENEES Mission Régionale Achats 1 place Saint Etienne 31038 TOULOUSE Cedex 9 05.34.45.33.03. MARCHE PUBLIC DE PRESTATIONS DE SERVICES MISE A DISPOSITION DE BERCEAUX DANS DES

Plus en détail

VILLE DE MONTRICHARD MARCHES PUBLICS PRESTATIONS D'ASSURANCES ACTE D ENGAGEMENT. Lot 2 Responsabilité civile

VILLE DE MONTRICHARD MARCHES PUBLICS PRESTATIONS D'ASSURANCES ACTE D ENGAGEMENT. Lot 2 Responsabilité civile MARCHES PUBLICS PRESTATIONS D'ASSURANCES ACTE D ENGAGEMENT Lot 2 Responsabilité civile Personne publique VILLE DE MONTRICHARD Pouvoir Adjudicateur VILLE DE MONTRICHARD Personne habilitée à fournir des

Plus en détail

CE : comment obtenir vos budgets

CE : comment obtenir vos budgets Droit en du pratique CE Pour fonctionner ou proposer des ASC aux salariés, le CE a forcément besoin de moyens financiers! Or sa principale ressource en la matière, c est l employeur, puisque c est lui

Plus en détail

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE

BULLETIN OFFICIEL DU MINISTÈRE DE LA JUSTICE Circulaire du 11 mars 2015 relative à la communication aux administrations publiques et aux organismes exerçant une prérogative de puissance publique d informations ou copies de pièces issues des procédures

Plus en détail

STATUTS DE L'AGENCE DEPARTEMENTALE DE L ORNE

STATUTS DE L'AGENCE DEPARTEMENTALE DE L ORNE STATUTS DE L'AGENCE DEPARTEMENTALE DE L ORNE CHAPITRE I - CREATION ET DISSOLUTION DE L'AGENCE - DISPOSITIONS GENERALES Article 1 : CREATION DE L AGENCE En application de l'article 32 de la loi n 82-213

Plus en détail

Tribunal des Conflits n 3776 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de Montpellier

Tribunal des Conflits n 3776 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de Montpellier Tribunal des Conflits n 3776 Conflit sur renvoi du tribunal administratif de Montpellier SAS Mona Parfums Holding c/ SAS Centre Départemental de Télésurveillance Sécurité Séance du 28 mars 2011 Rapporteur

Plus en détail

ENTRETIEN DES ESPACES VERTS QUARTIER DU LEVANT 2015 2016 (RENOUVELABLE 2 FOIS)

ENTRETIEN DES ESPACES VERTS QUARTIER DU LEVANT 2015 2016 (RENOUVELABLE 2 FOIS) Document 1 Ville des ANDELYS ENTRETIEN DES ESPACES VERTS QUARTIER DU LEVANT 2015 2016 (RENOUVELABLE 2 FOIS) REGLEMENT DE LA CONSULTATION (R.C.) - Marché en procédure Adaptée - Date de remise des offres

Plus en détail

Titre I Des fautes de Gestion

Titre I Des fautes de Gestion Base de données Loi n 85-74 du 20 Juillet 1985 relative à la définition et à la sanction des fautes de gestion commises à l égard de l Etat, des établissements publics administratifs, des collectivités

Plus en détail

Marchés publics de fournitures et services EMISSION DE CARTES D ACHATS ET PRESTATIONS ANNEXES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.

Marchés publics de fournitures et services EMISSION DE CARTES D ACHATS ET PRESTATIONS ANNEXES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P. Marchés publics de fournitures et services EMISSION DE CARTES D ACHATS ET PRESTATIONS ANNEXES CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P.) Pouvoir adjudicateur : Ecole supérieure d art des Pyrénées

Plus en détail

ACQUISITION DE DEUX VEHICULES

ACQUISITION DE DEUX VEHICULES ACQUISITION DE DEUX VEHICULES EN REMPLACEMENT D UNE CLIO III ET D UNE 206 + (sans reprise) MARCHE A PROCEDURE ADAPTEE (ARTICLE 28 DU CODE DES MARCHES PUBLICS) CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES

Plus en détail

SOUSCRIPTION DES CONTRATS D ASSURANCE DE LA COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DE L ORÉE DE LA BRIE

SOUSCRIPTION DES CONTRATS D ASSURANCE DE LA COMMUNAUTÉ DE COMMUNES DE L ORÉE DE LA BRIE Communauté de communes Brie-Comte-Robert Chevry-Cossigny Servon 1 place de la gare 77170 Brie-Comte-Robert : 01 60 62 15 81 : communaute@loreedelabrie.fr SOUSCRIPTION DES CONTRATS D ASSURANCE DE LA COMMUNAUTÉ

Plus en détail

NOTE RELATIVE A L ELECTION ET AU MANDAT DES EXECUTIFS MUNICIPAUX ET COMMUNAUTAIRES

NOTE RELATIVE A L ELECTION ET AU MANDAT DES EXECUTIFS MUNICIPAUX ET COMMUNAUTAIRES 1 PRÉFET DES HAUTES-PYRÉNÉES NOTE RELATIVE A L ELECTION ET AU MANDAT DES EXECUTIFS MUNICIPAUX ET COMMUNAUTAIRES I. Le conseil municipal Renouvellement général TITRE I : LA COMMUNE Les conseillers municipaux

Plus en détail

I. - LES FAITS NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROCÉDURE SPÉCIFIQUE D URGENCE A.

I. - LES FAITS NÉCESSITANT LA MISE EN ŒUVRE DE LA PROCÉDURE SPÉCIFIQUE D URGENCE A. MINISTÈRE DES AFFAIRES SOCIALES, DU TRAVAIL ET DE LA SOLIDARITÉ Délégation générale à l emploi et à la formation professionnelle Sous-direction des formations en alternance et de l insertion des jeunes

Plus en détail

STATUTS TITRE PREMIER CONSTITUTION ET OBJET DE LA SOCIÉTÉ

STATUTS TITRE PREMIER CONSTITUTION ET OBJET DE LA SOCIÉTÉ Société de Réassurance mutuelle régie par le Code des Assurances Siège Social : 65, rue de Monceau - 75008 PARIS STATUTS TITRE PREMIER CONSTITUTION ET OBJET DE LA SOCIÉTÉ ARTICLE PREMIER - FORMATION -

Plus en détail

COPROPRIETE VIVRE EN COPROPRIETE C.S.A.B COLLECTION CE QUE TOUT PROPRIÉTAIRE OU COPROPRIÉTAIRE DOIT CONNAÎTRE

COPROPRIETE VIVRE EN COPROPRIETE C.S.A.B COLLECTION CE QUE TOUT PROPRIÉTAIRE OU COPROPRIÉTAIRE DOIT CONNAÎTRE COPROPRIETE VIVRE EN COPROPRIETE COLLECTION CE QUE TOUT PROPRIÉTAIRE OU COPROPRIÉTAIRE DOIT CONNAÎTRE C.S.A.B Cher copropriétaire, Vous êtes ou vous allez, avec d autres, devenir copropriétaire de l immeuble

Plus en détail

FORMATION DU 13 DECEMBRE 2012 LA DEMARCHE COMMERCIALE DANS LE RESPECT DES REGLES ETHIQUES

FORMATION DU 13 DECEMBRE 2012 LA DEMARCHE COMMERCIALE DANS LE RESPECT DES REGLES ETHIQUES FORMATION DU 13 DECEMBRE 2012 LA DEMARCHE COMMERCIALE DANS LE RESPECT DES REGLES ETHIQUES 1 Mise à jour : 26 11 2012 A - INTRODUCTION - Rappels - 2 LES 5 PRINCIPES DU DROIT DE LA CONCURRENCE 1. Liberté

Plus en détail

La vie en copropriété

La vie en copropriété UNIS COLLECTION Ce que tout copropriétaire doit connaître LIVRET 1 tout savoir sur La vie en copropriété Cher copropriétaire, Vous êtes ou vous allez, avec d autres, devenir copropriétaire de l immeuble

Plus en détail

VILLE DE FROUARD PRESTATIONS NETTOYAGE DES VITRES DES BATIMENTS COMMUNAUX CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (C.C.A.

VILLE DE FROUARD PRESTATIONS NETTOYAGE DES VITRES DES BATIMENTS COMMUNAUX CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (C.C.A. VILLE DE FROUARD PRESTATIONS NETTOYAGE DES VITRES DES BATIMENTS COMMUNAUX CAHIER DES CLAUSES ADMINISTRATIVES PARTICULIERES (C.C.A.P) (le présent cahier des clauses administratives contient 10 pages dont

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION. Procédure d appel d offres ouvert

REGLEMENT DE LA CONSULTATION. Procédure d appel d offres ouvert REGLEMENT DE LA CONSULTATION Référence accord-cadre n 03-2015 Procédure d appel d offres ouvert Régie par l article 29 du décret n 2005-1742 pris en application de l ordonnance n 2005-649 du 6 juin 2005

Plus en détail

Règlement de la Consultation R.C.

Règlement de la Consultation R.C. MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES COMMUNE de CAVEIRAC Place du Château 30820 CAVEIRAC PRESTATION DE SERVICES EN ASSURANCES Règlement de la Consultation Date d envoi à la publication

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES ---------------

MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES --------------- MARCHE PUBLIC DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES RENOUVELLEMENT DU STANDARD TELEPHONIQUE DU PRES UNIVERSITE DE TOULOUSE --------------- REGLEMENT DE LA CONSULTATION Procédure de consultation : Marché

Plus en détail

VIE ASSOCIATIVE ORGANISATION D ACTIVITES FACULTATIVES GESTION DE FONDS DANS LES ECOLES

VIE ASSOCIATIVE ORGANISATION D ACTIVITES FACULTATIVES GESTION DE FONDS DANS LES ECOLES Office central de la coopération à l école de Seine Saint Denis. 63 allée du colonel Fabien, 93320 Pavillons sous Bois Tel : 08.70.59.93.94 Tel/Fax : 01.48.50.27.10 Mail : ad93@occe.coop VIE ASSOCIATIVE

Plus en détail

Conclusions de Madame l'avocat général Béatrice De Beaupuis -------------------

Conclusions de Madame l'avocat général Béatrice De Beaupuis ------------------- 1 DEMANDE D AVIS N G 13-70.002 (Art. L. 441-1 du code de l'organisation judiciaire) (Art. 1031-1 à 1031-7 du code de procédure civile) (Art. 706-64 et suiv. du code de procédure pénale) TRIBUNAL DES AFFAIRES

Plus en détail

Fiche 8. Références : articles L.2121-29, L. 2121-30, L. 2121-31, L. 2121-33, L. 2241-1 et L. 2312-1 du code général des collectivités territoriales

Fiche 8. Références : articles L.2121-29, L. 2121-30, L. 2121-31, L. 2121-33, L. 2241-1 et L. 2312-1 du code général des collectivités territoriales Fiche 8 Notions clés sur l exécution des décisions du conseil municipal Le conseil municipal est amené à prendre différents types de décisions (1) qui obéissent à des règles précises pour rentrer en vigueur

Plus en détail

autonome loi 1901 A. CREATION DE L ASSOCIATION Une Coopérative scolaire peut se constituer en Association autonome.

autonome loi 1901 A. CREATION DE L ASSOCIATION Une Coopérative scolaire peut se constituer en Association autonome. INFORMATIONS LEGALES ET REGLEMENTAIRES EN MATIERE DE FONCTIONNEMENT D'UNE COOPERATIVE SCOLAIRE SELON LA FORME JURIDIQUE (Circ. n 2008-095 du 23/07/2008) Association : ce que dit la loi 1901 La Constitution

Plus en détail

LOI N 2006-01 portant Code des Postes

LOI N 2006-01 portant Code des Postes REPUBLIQUE DU SENEGAL Un Peuple Un But Une Foi LOI N 2006-01 portant Code des Postes EXPOSE DES MOTIFS Le secteur postal connaît actuellement des mutations liées notamment aux avancées technologiques,

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION

REGLEMENT DE LA CONSULTATION MARCHES PUBLICS DE PRESTATIONS INTELLECTUELLES Le pouvoir adjudicateur : Syndicat Intercommunal du Cimetière des Joncherolles (SICJ) Objet du marché : Mission de contrôle technique pour la création d une

Plus en détail

Nbre de membres en exercice : 53 Quorum : 27 Date de la convocation : 16/07/2012 Affichée le : 26/09/2012

Nbre de membres en exercice : 53 Quorum : 27 Date de la convocation : 16/07/2012 Affichée le : 26/09/2012 En vertu de l'article L.2131-1 du CGCT, le Maire de Poitiers atteste que le présent acte a été affiché, transmis en Préfecture le.. et/ou notifié le.. et qu'il est donc exécutoire. Pour le Maire, Par délégation

Plus en détail

Circulaire du 15 novembre 2012 relative à la mise en application du décret n o 2012-189 du 7 février 2012 relatif aux commissions de suivi de site

Circulaire du 15 novembre 2012 relative à la mise en application du décret n o 2012-189 du 7 février 2012 relatif aux commissions de suivi de site Prévention des risques MINISTÈRE DE L ÉCOLOGIE, DU DÉVELOPPEMENT DURABLE ET DE L ÉNERGIE Direction générale de la prévention des risques Service des risques technologiques Sous-direction des risques chroniques

Plus en détail

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL

PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL FIL D ACTUALITE MAI 2015 PARTIE I : LES RELATIONS INDIVIDUELLES DE TRAVAIL Rupture conventionnelle : de nouvelles précisions Dans deux arrêts du 25 mars 2015, la Cour de cassation considère d une part

Plus en détail

DECRET PORTANT REGLEMENTATION GENERALE DES MARCHES PUBLICS ET DES DELEGATIONS DE SERVICE PUBLIC AU BURKINA FASO

DECRET PORTANT REGLEMENTATION GENERALE DES MARCHES PUBLICS ET DES DELEGATIONS DE SERVICE PUBLIC AU BURKINA FASO MINISTERE DE l ECONOMIE ET DES FINANCES ------------ BURKINA FASO -=-=-=-=- Unité Progrès Justice DECRET PORTANT REGLEMENTATION GENERALE DES MARCHES PUBLICS ET DES DELEGATIONS DE SERVICE PUBLIC AU BURKINA

Plus en détail

F-Gif-sur-Yvette: Matériel informatique de sauvegarde 2008/S 78-105656 AVIS DE MARCHÉ. Fournitures

F-Gif-sur-Yvette: Matériel informatique de sauvegarde 2008/S 78-105656 AVIS DE MARCHÉ. Fournitures 1/5 F-Gif-sur-Yvette: Matériel informatique de sauvegarde 2008/S 78-105656 AVIS DE MARCHÉ Fournitures SECTION I: POUVOIR ADJUDICATEUR I.1) NOM, ADRESSES ET POINT(S) DE CONTACT: Synchrotron Soleil, L'Orme

Plus en détail

certification Notice technique la certification professionnelle du ministère chargé de l emploi notice technique

certification Notice technique la certification professionnelle du ministère chargé de l emploi notice technique certification notice technique la certification professionnelle du ministère chargé de l emploi Notice technique pour l organisation et la mise en œuvre des sessions de validation Version de mai 2013 Sommaire

Plus en détail

ASSOCIATION DE FINANCEMENT DU PARTI NOUS CITOYENS STATUTS

ASSOCIATION DE FINANCEMENT DU PARTI NOUS CITOYENS STATUTS ASSOCIATION DE FINANCEMENT DU PARTI NOUS CITOYENS STATUTS Article 1er : Dénomination Il est fondé entre les adhérents aux présents statuts une association régie par la loi du 1er juillet 1901 et le décret

Plus en détail

Formation, Objet et Composition de la Mutuelle page 3. CHAPITRE II : Admission, Démission, Radiation et Exclusion page 3

Formation, Objet et Composition de la Mutuelle page 3. CHAPITRE II : Admission, Démission, Radiation et Exclusion page 3 STATUTS 1 SOMMAIRE Formation, Objet et Composition de la Mutuelle page 3 CHAPITRE I : Formation et Objet de la Mutuelle page 3 CHAPITRE II : Admission, Démission, Radiation et Exclusion page 3 Administration

Plus en détail

STATUTS DE CONTACT PARIS ILE-DE-FRANCE

STATUTS DE CONTACT PARIS ILE-DE-FRANCE STATUTS DE CONTACT PARIS ILE-DE-FRANCE Chapitre 1 - BUT ET COMPOSITION DE L ASSOCIATION Article 1 Il est fondé entre les adhérent-e-s aux présents statuts une association régie par la loi du 1 er juillet

Plus en détail

LES ENJEUX JURIDIQUES ET TECHNIQUES DE LA DÉMATÉRIALISATION DES MARCHÉS PUBLICS

LES ENJEUX JURIDIQUES ET TECHNIQUES DE LA DÉMATÉRIALISATION DES MARCHÉS PUBLICS LES ENJEUX JURIDIQUES ET TECHNIQUES DE LA DÉMATÉRIALISATION DES MARCHÉS PUBLICS MARCHÉS PUBLICS INTRODUCTION La dématérialisation des procédures de marchés publics est une technique permettant une gestion

Plus en détail

ÉLECTIONS MUNICIPALES 2014 MODE D'EMPLOI

ÉLECTIONS MUNICIPALES 2014 MODE D'EMPLOI Supplément spécial ÉLECTIONS MUNICIPALES 2014 MODE D'EMPLOI Mairie-conseils décrypte pour vous les principaux changements apportés par la loi électorale du 17 mai 2013 : abaissement du seuil du scrutin

Plus en détail

Mutuelle Retraite Européenne N SIREN 477 908 305 STATUTS RÈGLEMENTS. M E RMutuelle Retraite Européenne

Mutuelle Retraite Européenne N SIREN 477 908 305 STATUTS RÈGLEMENTS. M E RMutuelle Retraite Européenne Mutuelle Retraite Européenne N SIREN 477 908 305 2015 STATUTS RÈGLEMENTS M E RMutuelle Retraite Européenne Statuts MRE applicables à compter du 01/01/2015 Titre I ER - Formation, Objet et composition

Plus en détail

Catalogue des Formations VECTEUR PLUS

Catalogue des Formations VECTEUR PLUS Catalogue des Formations VECTEUR PLUS 2015 CATALOGUE 2015 Page 1 NOS PARTENAIRES Des experts au service de votre formation Chaque année, le Groupe Moniteur organise 2 500 sessions de formation et forme

Plus en détail

L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 14 décembre 1996 1995 ;

L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 14 décembre 1996 1995 ; Loi n 96-022/ Régissant la mutualité en République du Mali. L Assemblée Nationale a délibéré et adopté en sa séance du 14 décembre 1996 1995 ; Le Président de la République promulgue la loi dont la teneur

Plus en détail

REGLEMENT DE CANDIDATURE MARCHE DE TRAVAUX. Construction modulaire d un pôle intercommunal. Lieu-dit les Vots 54113 BLENOD LES TOUL

REGLEMENT DE CANDIDATURE MARCHE DE TRAVAUX. Construction modulaire d un pôle intercommunal. Lieu-dit les Vots 54113 BLENOD LES TOUL Maîtrise d ouvrage : Syndicat de construction du Pôle Intercommunal Scolaire Périscolaire Culturel Sportif de BLÉNOD-lès-TOUL SCPI - Mairie de Blénod les Toul 1, Chemin des plantes 54113 Blénod les Toul

Plus en détail

REGLEMENT DE LA CONSULTATION ACCORD-CADRE

REGLEMENT DE LA CONSULTATION ACCORD-CADRE Ministère de l Education Nationale De La Jeunesse et de la Vie Associative Ministère de l Enseignement Supérieur Et de la Recherche B. P. 28 97425 LES AVIRONS 0262 38 29 87 0262 38 29 82 E-MAIL : groupcom-lycee-des-avirons@wanadoo.fr

Plus en détail

CNAFC CONSOMMATEURS. Entraide et vie quotidienne des familles Informer - Conseiller Concilier

CNAFC CONSOMMATEURS. Entraide et vie quotidienne des familles Informer - Conseiller Concilier CNAFC CONSOMMATEURS Entraide et vie quotidienne des familles Informer - Conseiller Concilier Copropriété Les honoraires de syndic : des charges inacceptables?. Pourquoi cette fiche. Près de la moitié des

Plus en détail

CONTRAT DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DES FOURRIERES

CONTRAT DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DES FOURRIERES CONTRAT DE DELEGATION DE SERVICE PUBLIC DES FOURRIERES Entre les soussignés : - La commune de CLERMONT, Oise représentée par son Maire, Monsieur Lionel OLLIVIER, autorisé par délibération du conseil municipal

Plus en détail

Dossier de Consultation

Dossier de Consultation Dossier de Consultation Marché n 06_05 Appel d offres ouvert passé en application de l article 28 du code des marchés publics Cahier des charges et modalités de la consultation ACQUISITION D UN LOGICIEL

Plus en détail

Cahier des Clauses Administratives Particulières

Cahier des Clauses Administratives Particulières Ville de Cysoing Hôtel de Ville 2, place de la République BP 67 59830 CYSOING Tél : 03.20.79.44.70. Fax : 03.20.79.57.59. 2012-08 VERIFICATION ET MAINTENANCE DES SYSTEMES DE SECURITE DES E.R.P. DE LA VILLE

Plus en détail

Statuts de la. Communauté d universités et établissements. Université Sorbonne Paris Cité

Statuts de la. Communauté d universités et établissements. Université Sorbonne Paris Cité Statuts de la Communauté d universités et établissements Université Sorbonne Paris Cité 1 / 22 L Université Sorbonne Paris Cité regroupe des établissements d enseignement supérieur et de recherche et des

Plus en détail

Renouvellement du conseil d administration du CCAS/CIAS

Renouvellement du conseil d administration du CCAS/CIAS Renouvellement du conseil d administration du CCAS/CIAS Actes-types : 1 / Fixation du nombre d administrateurs 2 / Délibération portant élections des représentants élus 3 / Affichage pour publicité aux

Plus en détail

Marché public de services REGLEMENT DE CONSULTATION

Marché public de services REGLEMENT DE CONSULTATION Marché public de services REGLEMENT DE CONSULTATION NETTOYAGE DES CHAUSSEES, CANIVEAUX, TROTTOIRS, AIRES DE STATIONNEMENT, ESPACES PUBLICS DE LA VILLE DE WISSOUS ANNEE 2015-2016 Marché 2015/27 Date limite

Plus en détail

P O R T AU TONOME DE PAR I S

P O R T AU TONOME DE PAR I S P O R T AU TONOME DE PAR I S REGLEMENT INTERIEUR DU CONSEIL D ADMINISTRATION ANNEXE I ANNEXE II - Délégations au Comité de Direction - Délégations au Directeur Général du Port ANNEXE III - Règlement applicable

Plus en détail

TELESURVEILLANCE DES LES BATIMENTS DE LA VILLE DE MAROMME 2011 ACTE D ENGAGEMENT (A.E.)

TELESURVEILLANCE DES LES BATIMENTS DE LA VILLE DE MAROMME 2011 ACTE D ENGAGEMENT (A.E.) OBJET DU MARCHE : TELESURVEILLANCE DES LES BATIMENTS DE LA VILLE DE MAROMME 2011 MODE DE PASSATION : PROCEDURE ADAPTEE (SUIVANT ARTICLE 28 DU CODE DES MARCHES PUBLICS) ACTE D ENGAGEMENT (A.E.) MODE DE

Plus en détail

Désignation d un commissaire aux comptes pour la période 2014-2019 de Lyon Tourisme & Congrès. Dossier de consultation

Désignation d un commissaire aux comptes pour la période 2014-2019 de Lyon Tourisme & Congrès. Dossier de consultation Désignation d un commissaire aux comptes pour la période 2014-2019 de Lyon Tourisme & Congrès Dossier de consultation Le dossier de consultation est constitué de 5 parties : 1. Règlement de la consultation..

Plus en détail

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI

ASSEMBLÉE NATIONALE PROJET DE LOI TEXTE ADOPTÉ n 387 «Petite loi» ASSEMBLÉE NATIONALE CONSTITUTION DU 4 OCTOBRE 1958 QUATORZIÈME LÉGISLATURE SESSION EXTRAORDINAIRE DE 2013-2014 21 juillet 2014 PROJET DE LOI relatif à l économie sociale

Plus en détail

Règlement intérieur de l Université Sorbonne Paris Cité

Règlement intérieur de l Université Sorbonne Paris Cité Règlement intérieur de l Université Sorbonne Paris Cité (adopté par le Conseil d administration du 8 octobre 2014) * Chapitre 1. Dispositions électorales communes aux instances de gouvernance Article 1.

Plus en détail

MARCHES PUBLICS DE TECHNIQUES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION

MARCHES PUBLICS DE TECHNIQUES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION MARCHES PUBLICS DE TECHNIQUES DE L INFORMATION ET DE LA COMMUNICATION REGION ALSACE DIRECTION DE L ENVIRONNEMENT ET DE L AMENAGEMENT 1 place Adrien Zeller BP 91006 67070 Strasbourg Cedex DEPLOIEMENT, PARAMETRAGE

Plus en détail

Cahier des Clauses Particulières Valant Acte d Engagement CCP/AE

Cahier des Clauses Particulières Valant Acte d Engagement CCP/AE Marché Publics de fournitures courantes et services Cahier des Clauses Particulières Valant Acte d Engagement () - Personne Publique : Mairie Boissy-sous-Saint-Yon Service des Marchés Publics Place du

Plus en détail

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès

Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Conférence des Cours constitutionnelles européennes XIIème Congrès Les relations entre les Cours constitutionnelles et les autres juridictions nationales, y compris l interférence, en cette matière, de

Plus en détail

CONVENTION PORTANT SUR L INSTRUCTION DES AUTORISATIONS D OCCUPATION ET D UTILISATION DU SOL

CONVENTION PORTANT SUR L INSTRUCTION DES AUTORISATIONS D OCCUPATION ET D UTILISATION DU SOL COMMUNE DE... Textes législatifs CONVENTION PORTANT SUR L INSTRUCTION DES AUTORISATIONS D OCCUPATION ET D UTILISATION DU SOL Vu le Code Général des Collectivités Territoriales, notamment l article L5211-4-2

Plus en détail

Algérie. Loi relative aux associations

Algérie. Loi relative aux associations Loi relative aux associations Loi n 90-31 du 4 décembre 1990 [NB - Loi n 90-31 du 4 décembre 1990 relative aux associations (JO 1990-31)] Titre 1 - Dispositions générales Art.1.- La présente loi a pour

Plus en détail

RÉSIDENCE RANGUEIL MARTI CONSEIL SYNDICAL

RÉSIDENCE RANGUEIL MARTI CONSEIL SYNDICAL RÉSIDENCE RANGUEIL MARTI RÈGLES DE FONCTIONNEMENT DU CONSEIL SYNDICAL - 1/8 RÉSIDENCE RANGUEIL MARTI CONSEIL SYNDICAL 14 / 06 / 2010 RÈGLES DE FONCTIONNEMENT DU CONSEIL SYNDICAL SOMMAIRE : Article 1 :

Plus en détail

La participation financière des collectivités territoriales à la protection sociale complémentaire de leurs agents

La participation financière des collectivités territoriales à la protection sociale complémentaire de leurs agents La participation financière des collectivités territoriales à la protection sociale complémentaire de leurs agents La protection sociale complémentaire des agents de la fonction publique territoriale est

Plus en détail

Procédure relative à la protection juridique des majeurs vulnérables

Procédure relative à la protection juridique des majeurs vulnérables Procédure relative à la protection juridique des majeurs vulnérables 1/ Objet et domaine d application date de mise à jour : 31 juillet 2012 - harmoniser les pratiques et améliorer la coordination entre

Plus en détail

Suivi des plans de désherbage communaux Positionnement dans la charte régionale d'entretien des espaces communaux 2015

Suivi des plans de désherbage communaux Positionnement dans la charte régionale d'entretien des espaces communaux 2015 Suivi des plans de désherbage communaux Positionnement dans la charte régionale d'entretien des espaces communaux 2015 ACTE D'ENGAGEMENT Marché passé selon une Procédure Adaptée Articles 26, 28, 29 et

Plus en détail

MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX

MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX MARCHES PUBLICS DE TRAVAUX Mairie de Saint-Sébastien-sur-Loire Service Marchés Publics Place Marcellin Verbe BP 63329 44233 SAINT SEBASTIEN SUR LOIRE Tél: 02 40 80 85 67 MISE EN PLACE D UNE ALARME INTRUSION

Plus en détail

Règlement de la consultation

Règlement de la consultation Communauté de communes du Pays de Saint-Aubin-du-Cormier 3 rue de la Libération, BP11, 35140 Saint-Aubin-du-Cormier Tel : 02.99.39.22.94 Fax : 02.99.45.18.03 Marché public de prestation de services Règlement

Plus en détail

LE CHAMP D APPLICATION

LE CHAMP D APPLICATION LES TEXTES Loi n 2001-420 du 15 mai 2001 relative aux nouvelles régulations économiques (art. 54 et 55) Décret n 2002-231 du 21 février 2002 modifiant le décret du 7 mars 2001 portant code des marchés

Plus en détail

Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration

Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration Annexe IV : rapport du Président du Conseil d Administration joint au rapport de gestion rendant compte des conditions de préparation et d organisation des travaux du Conseil ainsi que des procédures de

Plus en détail

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage.

Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Le stationnement irrégulier de véhicules appartenant à la communauté des gens du voyage. Une des problématiques récurrente pour les collectivités en matière d occupation illégale de son territoire tient

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX REGLEMENT DE CONSULTATION (RC) Maître d ouvrage

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX REGLEMENT DE CONSULTATION (RC) Maître d ouvrage MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX REGLEMENT DE CONSULTATION (RC) Maître d ouvrage COMMUNAUTE DE COMMUNES VAL DE SAONE CHALARONNE 1 place Georges Agniel 01140 Saint Didier sur Chalaronne Email : com.com.valdesaone.chalaronne@wanadoo.fr

Plus en détail

Ministère des affaires sociales et de la santé. Ministère de l'économie et des finances. Ministère de l agriculture, l agroalimentaire et de la forêt

Ministère des affaires sociales et de la santé. Ministère de l'économie et des finances. Ministère de l agriculture, l agroalimentaire et de la forêt Direction de la sécurité sociale Sous-direction du financement de la sécurité sociale Bureau du recouvrement (5C) Ministère des affaires sociales et de la santé Ministère de l'économie et des finances

Plus en détail

QUESTIONS/REPONSES : L ASSOCIATION ET SON FONCTIONNEMENT

QUESTIONS/REPONSES : L ASSOCIATION ET SON FONCTIONNEMENT QUESTIONS/REPONSES : L ASSOCIATION ET SON FONCTIONNEMENT Bureau 1. Une association peut-elle ne comporter qu un seul organe dirigeant, par exemple un conseil d administration et pas un bureau? 2. L ancien

Plus en détail

Règlement de la Consultation

Règlement de la Consultation DEPARTEMENT DE LA GIRONDE (33520) MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES Règlement de la Consultation Ville de Bruges Pôle Ressources Service Juridique et Commande Publique Hôtel de Ville

Plus en détail

Mise en œuvre d'un dispositif de vidéosurveillance nocturne du cœur de ville

Mise en œuvre d'un dispositif de vidéosurveillance nocturne du cœur de ville CONSEIL MUNICIPAL 1 Séance du 06 décembre 2012 Mise en œuvre d'un dispositif de vidéosurveillance nocturne du cœur de ville Direction Solidarité Urbaine - Tranquillité Publique - Rapporteur(s) M. Christophe

Plus en détail

MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES

MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES MARCHES PUBLICS DE FOURNITURES COURANTES ET SERVICES SICTOM PEZENAS-AGDE - Service Finances et Marchés Publics 27 avenue de Pézenas BP 112 34120 NEZIGNAN L EVÊQUE Tél: 04 67 98 58 05 PRESTATION DE TELESURVEILLANCE,

Plus en détail

Le fonctionnement du CHSCT

Le fonctionnement du CHSCT Le fonctionnement du CHSCT La personnalité civile du CHSCT La qualité à agir du CHSCT La capacité d ester en justice La prise en charge des frais de justice La capacité d acquérir et de contracter La responsabilité

Plus en détail