Stratégie d intervention contre les insectes secondaires de la pomme de terre

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Stratégie d intervention contre les insectes secondaires de la pomme de terre"

Transcription

1 Stratégie d intervention contre les insectes secondaires de la pomme de terre Rapport de recherche No. 217-T Présenté au : Par : M. Bruno Bélanger, agr. M.Sc. Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA) Johanne Caron et Lucie Laverdière Horti-Protection inc. Mars 23

2 Table des matières AVANT-PROPOS 8 INTRODUCTION 1 MATÉRIELS ET MÉTHODES 11 Volet 1 Ferme de recherche de Deschambault 11 Méthode et date de dépistage des insectes 12 Volet 2 Dépistage chez les Producteurs commerciaux de pommes de terre 14 Région de Portneuf (Raymond Doré, producteur de Pont-Rouge) 14 Région de Québec (Alain Labbé, producteur de l Ile d Orléans) 14 Région du Centre du Québec (2 producteurs : Raymond Cardinal de Ste-Brigitte des Saults ET Janelle et frères de Notre-Dame de Pierreville) 14 Région de Montréal/Laval/Lanaudière (Gaétan Cormier et Richard Jolicoeur de L'Assomption et Mario Riquier de St-Gérard Magella) 15 RÉSULTATS ET DISCUSSION 16 Volet 1 Ferme de recherche de Deschambault 16 CHAPITRE 1 - LES INSECTES DÉPISTÉS 16 Altise de la pomme de terre 16 Nombre d insectes comptés sur les plants de pommes de terre 16 Nombre d insectes capturés à l aide du filet 2 Nombre d insectes capturés à l aide de pièges collants jaunes 23 Dommages causés aux plants (nombre de trous sur la 4 e feuille) 26 Importance des captures en fonction des modes de dépistage 3 Cicadelles de l aster et cicadelles de la pomme de terre 32 Nombre d insectes comptés sur les plants de pommes de terre 32 Nombre d insectes capturés à l aide du filet 32 Nombre d insectes capturés à l aide de pièges collants jaunes 33 Cicadelle de l aster 33 Cicadelle de la pomme de terre 34 Importance des captures en fonctions des modes de dépistage 37 Punaises ternes 39 Nombre d insectes comptés sur les plants de pommes de terre 39 Nombre d insectes capturés à l aide du filet 41 Nombre d insectes capturés à l aide de pièges collants jaunes 45 Importance des captures en fonctions des modes de dépistage 49 Nombre d insectes comptés sur les plants de pommes de terre (adultes et larves) 5 Nombre d insectes capturés à l aide du filet 52 Nombre d insectes capturés à l aide de pièges collants jaunes 54 Importance des captures en fonctions des modes de dépistage 56 2

3 CHAPITRE 2 - LES MODES DE DÉPISTAGE 57 Insectes comptés sur les plants de pommes de terre 57 Insectes capturés à l aide du filet 58 Insectes capturés à l aide du piège collant jaune 59 CHAPITRE 3 LES RENDEMENTS MESURÉS 61 Volet 2 Dépistage chez les Producteurs 62 Région de Portneuf (producteur de Pont-Rouge) 62 Nombre d insectes comptés sur les plants de pommes de terre 62 Dommages causés aux plants par l altise ou nombre de trous sur la 4 e feuille 63 Nombre d insectes capturés à l aide du filet 63 Nombre d insectes capturés à l aide de pièges collants jaunes 65 Région de Québec (producteur de l Ile d Orléans) 67 Dommages causés aux plants par l altise ou nombre de trous sur la 4 e feuille 67 Dommages causés aux plants par la cicadelle 67 Nombre d insectes capturés à l aide de pièges collants jaunes 68 Région du Centre du Québec (2 producteurs : Ste-Brigitte des Saults et Notre-Dame de Pierreville) 7 Ste-Brigitte des Sauts 7 Dommages causés aux plants par l altise ou nombre de trous sur la 4 e feuille 7 Nombre d insectes capturés à l aide de pièges collants jaunes 7 Notre-Dame de Pierreville 72 Dommages causés aux plants par l altise ou nombre de trous sur la 4 e feuille 72 Nombre d insectes capturés à l aide de pièges collants jaunes 72 Lanaudière 74 Dommages causés aux plants par l altise ou nombre de trous sur la 4 e feuille 74 Dommages causés aux plants par la cicadelle 74 Nombre d insectes capturés à l aide de pièges collants jaunes 75 Dommages causés aux plants par l altise ou nombre de trous sur la 4 e feuille 76 Dommages causés aux plants par la cicadelle 77 Nombre d insectes capturés à l aide de pièges collants jaunes 78 Dommages causés aux plants par l altise ou nombre de trous sur la 4 e feuille 78 Nombre d insectes capturés à l aide de pièges collants jaunes 79 CONCLUSIONS 81 ANNEXE 84 Description des insectes 84 Altises de la pomme de terre (Epitrix cucumeris (Harris)) 84 Cicadelles de l aster et de la pomme de terre 84 Punaise terne (Lygus lineolaris (Palisot de Beauvois)) 84 Bibliographie 85 3

4 Liste des figures Figure 1a. Évolution du nombre d altises sur 2 plants de pommes de terre en fonction des différents traitements, en omettant le traitement Superior Bt, Deschambault, Figure 2. Nombre cumulatif d altises comptées sur les plants de pommes de terre pour chaque traitement, Deschambault, Figure 3. Nombre d altises comptées sur les plants de pommes de terre à chaque dépistage, parcelles non traitées seulement, Deschambault, Figure 4a. Nombre d altises capturées dans le filet en fonction des différents traitements, en omettant le traitement Superior Bt, Deschambault, Figure 5. Nombre cumulatif d altises capturées dans le filet pour chaque traitement, Deschambault, Figure 6. Nombre cumulatif d altises capturées dans le filet à chaque dépistage, parcelles non traitées seulement, Deschambault, Figure 7a. Nombre d altises capturées sur les pièges en fonction des différents traitements, en omettant le traitement Superior Bt, Deschambault, Figure 8. Nombre cumulatif d altises capturées sur les pièges pour chaque traitement, Deschambault, Figure 9. Nombre cumulatif d altises capturées sur les pièges à chaque dépistage, parcelles non traitées seulement, Deschambault, Figure 1a. Nombre de trous d altises observés sur la quatrième nouvelle feuille à partir du sommet des plants de pommes de terre en fonction des différents traitements, Deschambault, Figure 11a. Nombre cumulatif de trous d altises observés sur la quatrième nouvelle feuille des plants de pommes de terre pour chaque traitement, Deschambault, Figure 12a. Nombre cumulatif de trous d altises observés sur la quatrième nouvelle feuille à partir du sommet des plants de pommes de terre, à chaque dépistage, dans les parcelles non traitées seulement, Deschambault, Figure 13. Nombre d altises observées ou piégées selon le mode de dépistage, Deschambault, Figure 14. Nombre de cicadelles de l aster capturées sur les pièges en fonction des différents traitements, Deschambault, Figure 15. Nombre cumulatif de cicadelles de l aster capturées sur les pièges pour chaque traitement, Deschambault, Figure 16. Nombre cumulatif de cicadelles de l aster capturées sur les pièges à chaque dépistage, parcelles non traitées seulement, Deschambault, Figure 17. Nombre de cicadelles de la pomme de terre capturées sur les pièges en fonction des différents traitements, Deschambault, Figure 18. Nombre cumulatif de cicadelles de la pomme de terre capturées sur les pièges pour chaque traitement, Deschambault, Figure 19. Nombre cumulatif de cicadelles de la pomme de terre capturées sur les pièges à chaque dépistage, parcelles non traitées seulement, Deschambault, Figure 2. Nombre de cicadelles de l aster observées ou piégées selon le mode de dépistage, Deschambault, Figure 21. Nombre de cicadelles de la pomme de terre observées ou piégées selon le mode de dépistage, Deschambault,

5 Figure 22. Nombre de punaises ternes observées sur les plants de pommes de terre en fonction des différents traitements, Deschambault, Figure 23. Nombre cumulatif de punaises ternes observées sur les plants de pommes de terre pour chaque traitement, Deschambault, Figure 24. Nombre cumulatif de punaises ternes observées sur des plants de pommes de terre à chaque dépistage, parcelles non traitées seulement, Deschambault, Figure 25. Nombre d adultes de punaises ternes capturées dans le filet en fonction des différents traitements, Deschambault, Figure 26. Nombre de larves de punaises ternes capturées dans le filet en fonction des différents traitements, Deschambault, Figure 27. Nombre cumulatif d adultes de punaises ternes capturées dans le filet pour chaque traitement, Deschambault, Figure 28. Nombre cumulatif de larves de punaises ternes capturées dans le filet pour chaque traitement, Deschambault, Figure 29. Nombre cumulatif d adultes de punaises ternes capturées dans le filet à chaque dépistage, parcelles non traitées seulement, Deschambault, Figure 3. Nombre cumulatif de larves de punaises ternes capturées dans le filet à chaque dépistage, parcelles non traitées seulement, Deschambault, Figure 31. Nombre d adultes de punaises ternes capturées sur les pièges en fonction des différents traitements, Deschambault, Figure 32. Nombre cumulatif d adultes de punaises ternes capturées sur les pièges pour chaque traitement, Deschambault, Figure 33. Nombre cumulatif d adultes de punaises ternes capturées sur les pièges à chaque dépistage, parcelles non traitées seulement, Deschambault, Figure 34. Nombre de larves de punaises ternes capturées sur les pièges en fonction des différents traitements, Deschambault, Figure 35. Nombre cumulatif de larves de punaises ternes capturées sur les pièges pour chaque traitement, Deschambault, Figure 36. Nombre cumulatif de larves de punaises ternes capturées sur les pièges à chaque dépistage, parcelles non traitées seulement, Deschambault, Figure 37. Nombre de punaises ternes observées ou piégées selon le mode de dépistage, Deschambault, Figure 38. Nombre de coccinelles observées sur les plants de pommes de terre en fonction des différents traitements, Deschambault, Figure 39. Nombre cumulatif de coccinelles observées sur les plants de pommes de terre pour chaque traitement, Deschambault, Figure 4. Nombre cumulatif de coccinelles observées sur les plants de pommes de terre à chaque dépistage, parcelles non traitées seulement, Deschambault, Figure 41. Nombre de coccinelles capturées dans le filet en fonction des différents traitements, Deschambault, Figure 42. Nombre cumulatif de coccinelles capturées dans le filet pour chaque traitement, Deschambault, Figure 43. Nombre cumulatif de coccinelles capturées dans le filet à chaque dépistage, parcelles non traitées seulement, Deschambault, Figure 44. Nombre de coccinelles capturées sur les pièges en fonction des différents traitements, Deschambault,

6 Figure 45. Nombre cumulatif de coccinelles capturées sur les pièges pour chaque traitement, Deschambault, Figure 46. Nombre cumulatif de coccinelles capturées sur les pièges à chaque dépistage, tous traitements confondus, Deschambault, Figure 47. Nombre de coccinelles observées ou piégées selon le mode de dépistage, Deschambault, Figure 48a. Insectes secondaires comptés sur les plants de pommes de terre pour l ensemble de la saison, à l exception de l altise, Deschambault, Figure 49. Insectes secondaires capturés à l aide du filet pour l ensemble de la saison, Deschambault, Figure 5. Insectes secondaires capturés sur les pièges collants jaunes pour l ensemble de la saison, Deschambault, Figure 51. Nombre d insectes comptés sur les plants de pommes de terre, Pont-Rouge, Figure 52. Dégâts d altises observés sur les plants de pommes de terre, Pont-Rouge, Figure 53. Nombre d altises capturées à l aide du filet, Pont-Rouge, Figure 54. Nombre d insectes capturés à l aide du filet, Pont-Rouge, Figure 55. Nombre d altises capturées sur les pièges, Pont-Rouge, Figure 56. Nombre d insectes capturés sur les pièges, Pont-Rouge, Figure 57. Nombre de trous observés sur les plants de pommes de terre, Ile d Orléans, Figure 58. Nombre d altises et de cicadelles de l aster capturées sur les pièges, Ile d Orléans, Figure 59. Nombre de cicadelles de la pomme de terre, de punaises ternes et de coccinelles capturées sur les pièges, Ile d Orléans, Figure 6. Nombre de trous d altises observés sur les plants de pommes de terre, Ste- Brigitte des Sauts, Figure 61. Nombre d insectes capturés sur les pièges, en omettant la cicadelle de la pomme de terre, Ste-Brigitte des Sauts, Figure 62. Nombre de cicadelles de la pomme de terre capturées sur les pièges, Ste-Brigitte des Sauts, Figure 63. Nombre de trous d altises observés sur les plants de pommes de terre, Notre- Dame de Pierreville, Figure 64. Nombre d altises capturées sur les pièges, Notre-Dame de Pierreville, Figure 65. Nombre d insectes capturés sur les pièges, Notre-Dame de Pierreville, Figure 66. Nombre de trous d altises observés sur les plants de pommes de terre, L'Assomption, Figure 67. Nombre d altises capturées sur les pièges, L'Assomption, Figure 68. Nombre d insectes capturés sur les pièges, L'Assomption, Figure 69. Nombre de trous d altises observés sur les plants de pommes de terre, L'Assomption, Figure 7. Nombre d insectes capturés sur les pièges, L'Assomption, Figure 71. Nombre de trous d altises observés sur les plants de pommes de terre, L'Assomption, Figure 72. Nombre d insectes capturés sur les pièges, L'Assomption,

7 Liste des tableaux Tableau 1. Nombre total de cicadelles de l aster et de la pomme de terre observées sur les plants en fonction de différents traitements Tableau 2. Nombre total de cicadelles de l aster et de la pomme de terre capturées au filet en fonction de différents traitements...32 Tableau 3. Rendement vendable en pommes de terre selon différents modes de gestion des insectes, Deschambault, Tableau 4. Nature des dommages causés par la cicadelle sur 25 plants de pommes de terre, Ile d Orléans, Tableau 5. Nature des dommages causés par la cicadelle sur 25 plants de pommes de terre, L'Assomption, Tableau 6. Nature des dommages causés par la cicadelle sur 25 plants de pommes de terre, L'Assomption,

8 AVANT-PROPOS Ce projet sur le suivi des insectes secondaires de la pomme de terre était à sa deuxième année. Comme l an passé, il comportait deux volets soit un premier à la ferme expérimentale de recherche de Deschambault (IRDA) et un second directement chez des producteurs commerciaux de pommes de terre. Le premier volet a été exécuté par la compagnie Horti-Protection en plus du suivi chez le producteur de Pont-Rouge tandis que les conseillers agricoles du MAPAQ étaient responsables du projet chez les producteurs de pomme de terre, sous la supervision de M. Bruno Bélanger de l IRDA. Ce projet a été rendu possible grâce à la participation financière du Centre de référence en agriculture et agroalimentaire du Québec (CRAAQ) dans le cadre du Fonds végétal. Nous devons également souligner la participation de nombreux autres collaborateurs : M. Bruno Gosselin, agr. MAPAQ Direction régionale de Québec 1665, boul. Hamel, Édifice 2, bureau RC-22 Québec (Québec) G1N 3Y7 Tél. : (418) Fax : (418) M. Richard Turmel, d.t.a. MAPAQ Direction régionale du Centre du Québec 46, boul. Louis-Fréchette, 2 ème étage Nicolet (Québec) J3T 1Y2 Tél. : (819) Fax : (819) M. Jean-Pierre Sénécal, d.t.a. MAPAQ Direction régionale de Montréal/Laval/Lanaudière 867, boul. L Ange-Gardien, C.P L Assomption (Québec) J5W 4M9 Tél. : (45) Fax : (45) Les étudiants en régions et de l IRDA 8

9 Les producteurs participants M. Raymond Doré de Pont-Rouge M. Alain Labbé de l Île d Orléans M. Raymond Cardinal de Ste-Brigitte des Sauts Janelle et Frères de Notre-Dame de Pierreville M. Richard Jolicoeur de L Assomption M. Gaétan Cormier de L Assomption M. Mario Riquier de L Assomption Institut de recherche et de développement en agroenvironnement 27, rue Einstein Sainte-Foy (Québec) G1P 3W8 Tél. : (418) Fax : (418) Horti-Protection inc. Lucie Laverdière, tech. Johanne Caron, M.Sc. 11, rue des Peupliers Sainte-Hélène de Breakeyville (Québec) GS 1E1 Tél. et fax : (418) M. Bruno Bélanger, agr. M.Sc. Institut de recherche et de développement en agroenvironnement (IRDA) 27, rue Einstein Sainte-Foy (Québec) G1P 3W8 Tél. : (418) Fax : (418)

10 INTRODUCTION La pomme de terre occupe une place importante dans l agriculture québécoise avec environ 17 hectares. Si nous combinons à cette superficie les pratiques de phytoprotection, la pomme de terre est le légume qui utilise le plus de pesticides. Les efforts déployés ces dernières années pour développer des stratégies portent fruits. Avec l insecticide ADMIRE, les producteurs sont en mesure de bien contrôler le doryphore avec un ou deux traitements foliaires tôt en saison. Par contre, les gains réalisés au niveau du doryphore risquent d être annulés si nous ne développons pas rapidement des stratégies de lutte qui tiennent compte d autres insectes que sont les altises, les cicadelles et les punaises ternes. Historiquement, le doryphore de la pomme de terre a été considéré comme le ravageur principal de cette culture. Si nous reculons de quelques années, il fallait plusieurs traitements insecticides pour contrôler cet insecte. Dans ces circonstances, les insectes dits secondaires avaient peu de chance de se développer. Aujourd hui les choses ont changé. Ces insectes trouvent maintenant dans les champs de pommes de terre un lieu de prédilection pour se développer. Depuis quelques années, principalement dans le sud et le centre du Québec, le feuillage de champs entiers de pomme de terre est grandement affecté par ces insectes. On signale déjà dans la littérature que la mise en place de mesures de lutte plus efficaces et spécifiques au doryphore (ex : l insecticide ADMIRE et les plants résistants) fait en sorte que les cicadelles pourraient devenir le ravageur le plus important. D importants dégâts causés par l altise de la pomme de terre ont été observés sur les plants de pommes de terre dans le cadre de travaux de recherche menés par le chercheur Bruno Bélanger de l IRDA. Au Québec, très peu d informations sont disponibles sur ces insectes. Dans ce contexte et en l absence de données précises, les producteurs se voient dans l obligation de faire des traitements préventifs qui ne sont probablement pas toujours nécessaires. Nous avons donc voulu par ce projet combler ce manque d information en : Réalisant un inventaire des insectes que sont les altises, les cicadelles et les punaises ternes et les insectes utiles que l on retrouve dans la pomme de terre et; Proposant des éléments qui permettent une approche raisonnée dans la lutte à ces insectes. 1

11 MATÉRIELS ET MÉTHODES VOLET 1 - FERME DE RECHERCHE DE DESCHAMBAULT À Deschambault, les parcelles de pommes de terre (cv. Superior) ont été mises en place le 29 mai 22. Un mois de mai pluvieux et froid nous a retardé. Rappelons qu en 21, la plantation avait en lieu le 1 de mai. Chaque parcelle ou unité expérimentale a été établie en fonction de différents modes de gestion du doryphore. On comptait quatre répétitions (plan en blocs complets aléatoires). Les dimensions des parcelles étaient les suivantes : Quatre rangs de pommes de terre long de 7,5 mètres; Une distance de 93 cm entre les rangs; Une distance de 25 cm entre chaque plant sur le rang. Les insectes secondaires de la pomme de terre ont été suivis dans des parcelles qui faisait l objet d une gestion du doryphore sous six modes : Pomme de terre résistante au doryphore (Superior Bt); Pomme de terre traitée contre le doryphore avec l insecticide ADMIRE appliqué sur le feuillage; Pomme de terre traitée contre le doryphore avec l insecticide ADMIRE appliqué au sol à la plantation; Pomme de terre traitée contre le doryphore avec l insecticide ACTARA appliqué au sol à la plantation; Pomme de terre traitée contre le doryphore et les autres insectes avec l insecticide ADMIRE et des pyréthrinoïdes de synthèse (RIPCORD 4 EC et MATADOR 12 ou 5 EC) sur le feuillage; Pomme de terre produite sans traitement insecticide (témoin). Dans le cadre de ce projet, les insectes qui ont fait l objet d un dépistage sont : L altise de la pomme de terre (Epitrix cucumeris (Harris) (adulte); La cicadelle de la pomme de terre (adulte et larve); La cicadelle de l aster (adulte et larve); La punaise terne (Lygus lineolaris) (Palisot de Beauvois) (adulte et larve); Les coccinelles (adulte et larve); Le puceron de la pomme de terre (Macrosiphum euphorbiae) et le puceron vert du pêcher (Myzus persicae). Pour les parcelles devant recevoir des traitements foliaires, les plants ont été traités aux dates et selon les doses suivantes : 11

12 Parcelles recevant seulement du ADMIRE 24F foliaire (2 ml/ha); Premier traitement le 4 let; Second traitement le 11 let. Parcelles recevant du ADMIRE 24F foliaire (2 ml/ha) et diverses pyréthrinoïdes : 4 traitements ont été effectués; RIPCORD 4 (125 ml/ha), le 28 ; ADMIRE 24F (2 ml/ha), le 4 et 11 let; MATADOR 12 EC (83 ml/ha), le 2 ; MATADOR 5 EC (2 ml/ha), le 21. Pour les parcelles recevant du ADMIRE 24F au sol (85 ml/ha) et du ACTARA 24SC (485 ml/ha), les produits ont été appliqués au sol au moment de la plantation. Les parcelles de Superior Bt et le témoin n ont reçu aucun traitement insecticide. Méthode et date de dépistage des insectes Le dépistage a débuté à la fin, au rythme de 1 fois par semaine. Ce sont les conditions climatiques défavorables et l application de traitements insecticides prévus au protocole qui ont été responsables de cette situation. Pour évaluer l importance des insectes dans chaque parcelle, les éléments suivants ont été mesurés : Le nombre d insectes pour chaque espèce évalués sur 5 plants sélectionnés au hasard pour un total de 2 plants par traitement ou mode de gestion du doryphore (5 plants / parcelle X 4 parcelles par traitement). Le nombre d insecte capturé à l aide d un filet fauchoir. Cinq coups de filet (diamètre de 3 cm et maille de,4 mm), effectués en formant un mouvement en forme de 8, ont été donnés dans chaque parcelle. Avec soin, les différents insectes capturés ont été identifiés et dénombrés directement au champ. Un total de 2 coups de filet ont donc été donnés pour chaque traitement. Dans chaque parcelle, au centre, un piège collant jaune (Horiver de Koppert) a également été placé. Une fois par semaine, les pièges ont été ramassés et remplacés. L identification précise et le dénombrement des insectes ont été réalisés en laboratoire à l aide d une loupe binoculaire. Les dommages caractéristiques de chaque insecte ont été mesurés dans chaque parcelle. Altise de la pomme de terre : L évaluation des dommages provoqués par l altise a été notée en comptant le nombre de trous ou de piqûres sur la 4 e nouvelle feuille à partir du sommet. 12

13 Cicadelle : Deux espèces de cicadelles ont été suivies : la cicadelle de la pomme de terre et la cicadelle de l aster. Les dommages ont été identifiés selon les classes suivantes : o = aucun symptôme o 1 = enroulement des feuilles seulement o 2 = enroulement et nécrose et/ou brunissement de la marge des feuilles. Punaise terne : Les larves ont été séparées des adultes, dans la mesure du possible. Par contre, les différents stades larvaires n ont pas été identifiés. Les dommages ont été notés selon les classes suivantes : o = aucun symptôme o 1 = foliole piquée Les dépistages ont été faits en : = 25 let = 2, 8, 16, 22 et 3 = 5, 12, 19 et 26 Évaluation du rendement Le rendement en tubercules a été déterminé à partir de la récolte des deux rangées du centre de chaque parcelle. La récolte a été faite le 16 septembre 22. Le rendement vendable se compose des tubercules dont le diamètre varie de 47 mm à 76 mm pour le calibre Canada No 1 et de 77 mm à 114 mm pour le calibre No 1 grosse. 13

14 VOLET 2 DÉPISTAGE CHEZ LES PRODUCTEURS COMMERCIAUX DE POMMES DE TERRE Au niveau des entreprises commerciales visitées, la lutte au doryphore de la pomme de terre se fait sensiblement partout de la même façon : l utilisation quasi exclusive de l insecticide ADMIRE dirigé contre les larves. C est dans ce type de champs que le dépistage des autres insectes a été fait. Les insectes suivis et les outils utilisés sont les mêmes que ceux déjà mentionnés pour le travail à la station de Deschambault. Aucun rendement n a été mesuré chez les producteurs. Région de Portneuf (Raymond Doré, producteur de Pont-Rouge; cv Gold Rush et Umatilla Le dépistage a débuté le 25 et s est poursuivi, à raison d une fois par semaine, jusqu au 9 septembre. Durant la période du suivi du champ, trois applications foliaires ont été effectuées contre le doryphore avec l insecticide ADMIRE 24F (2 à 225 ml/ha) et un traitement contre l altise de la pomme de terre avec l insecticide RIPCORD 4 (75 ml/ha). À chaque visite, 25 plants sélectionnés au hasard ont été dépistés et dix coups de filet fauchoir ont été exécutés afin de capturer les insectes secondaires. L identification et le dénombrement des insectes capturés au filet ont été faits directement au champ. Cinq pièges jaunes ont été placés dans le champ soit un piège à chaque coin de la parcelle et un au centre. Dans ce champ, les pièges jaunes ont été observés en laboratoire à l aide d une loupe binoculaire. Région de Québec (Alain Labbé, producteur de l Ile d Orléans : cv. FL-127) Le dépistage a débuté le 18 et s est poursuivi jusqu au 16 septembre. À chaque visite, 25 plants sélectionnés au hasard ont été dépistés. Cinq pièges jaunes ont été placés dans le champ soit un piège à chaque coin de la parcelle et un au centre. L identification et le dénombrement des insectes sur les pièges jaunes ont été faits directement au champ. Région du Centre du Québec (2 producteurs : Raymond Cardinal de Ste-Brigitte des Sauts; cv Chieftain et Janelle et frères de Notre-Dame de Pierreville; cv Andover) À Ste-Brigitte des Saults, le dépistage a débuté le 12 et s est poursuivi, à raison d une fois par semaine, jusqu au 14. Dans ce champ, une application de ADMIRE sur les tubercules a été réalisée à la plantation. À Notre-Dame de Pierreville, le dépistage a débuté le 12 et s est poursuivi jusqu au 25 let. Dans ce cas, un traitement au ADMIRE a été effectué le 28 (dose de 83 ml/ha). À chaque visite, 25 plants sélectionnés au hasard ont été dépistés et dix coups de filet ont été exécutés afin de capturer les insectes secondaires. L identification et le dénombrement des insectes capturés au filet ont été faits directement au champ. Cinq pièges jaunes ont été placés dans le champ soit un piège à chaque coin de la parcelle et un au centre. L identification et le dénombrement des insectes sur les pièges jaunes ont été faits directement au champ. 14

15 Région de Montréal/Laval/Lanaudière (Gaétan Cormier de L Assomption, cv. Red Cloud, Richard Jolicoeur de L assomption, cv. Superior et Mario Riquier de L Assomption, cv. Superior) À la ferme Cormier, le dépistage a débuté le 6 et s est poursuivi, à raison d une fois par semaine, jusqu au 1. À la ferme Jolicoeur, le dépistage a débuté le 21 et s est poursuivi, à raison d une fois par semaine, jusqu au 9. À la ferme Riquier, le dépistage a débuté le 6 et s est poursuivi, à raison d une fois par semaine, jusqu au 8. À chaque visite, 25 plants sélectionnés au hasard ont été dépistés. Cinq pièges jaunes ont été placés dans le champ soit un piège à chaque coin de la parcelle et un au centre. L identification et le dénombrement des insectes sur les pièges jaunes ont été faits directement au champ. 15

16 RÉSULTATS ET DISCUSSION VOLET 1 - FERME DE RECHERCHE DE DESCHAMBAULT CHAPITRE 1 - LES INSECTES DÉPISTÉS À ce chapitre, nous avons regroupé les données par insecte dépisté. Pour chacun d eux, on retrouve les données relatives au nombre d individus mesurés en fonction du mode de dépistage (insectes sur les plants, insectes capturés avec le filet et insectes sur les plaques collantes jaunes). L ensemble des données est présenté sous forme de graphiques et selon une séquence qui se répète d un insecte à l autre et pour chaque mode de dépistage. Une première figure nous montre l évolution de la population d un insecte dans le temps en fonction des traitements. Le second graphique fait référence au cumul des individus comptés ou capturés pour toute la saison en fonction des traitements. Aussi, une courbe rend compte de l évolution des populations dans les parcelles non traitées. Pour terminer, on retrouve sur un même graphique l évolution de la population d un insecte en fonction du mode de dépistage. Dans le cas des altises, une quatrième série de données relatives aux dommages sur les plants ont été ajoutées. Pour la cicadelle de la pomme de terre et la punaise terne, nous avions également prévu une évaluation des dégâts. Dans ces cas, aucun dommage attribuable à coup sur à ces insectes n a pu être mesuré. Dans certaines parcelles témoin, une défoliation complète par le doryphore de la pomme de terre est survenue tôt en saison ce qui a fait en sorte que ces parcelles devenaient moins intéressantes pour les insectes. Altise de la pomme de terre Nombre d insectes comptés sur les plants de pommes de terre À partir des données des figures 1a et 1b, nous pouvons dégager les observations suivantes : Contrairement à 21 (voir le rapport 21), la population d altises est relativement faible en début de saison sauf dans le témoin non traité et dans les parcelles devant être traité avec des pyréthrinoïdes. En effet, dans ces parcelles, un premier traitement a eu lieu le 28 et a permis de faire chuter la population d altises (fig. 1a). Dans les parcelles témoins, où on avait une population relativement forte, ces dernières chutent au début let, ce qui correspond à la période de ponte de l altise dans le sol et à la mort naturelle des adultes hivernants. 16

17 Les trois premiers traitements effectués dans les parcelles «ADMIRE foliaire + pyréthrinoïdes» ont permis un bon contrôle de la population d altises. On observe une légère remontée des adultes d été et les deux derniers traitements de fin de saison (2 et 21 ) ont permis d abaisser. Après les premiers soubresaut des populations d altises du printemps, l insecte est quasiment disparu pour se manifester à nouveau en dans les parcelles non traité (témoin et SUPERIOR Bt) et celles traitées sur le feuillage avec le ADMIRE les 4 et 11 let. Dans les traitements «ACTARA au sol» et «ADMIRE au sol», les populations d altises sont demeurées faibles tout au long de la saison sauf à la fin où une faible remontée a été enregistrée. Le traitement «SUPERIOR Bt» a vu ses premières altises apparaître avec l émergence des adultes d été et la progression a été constante jusqu à la fin de la saison (fig. 1b). À la figure 2, on retrouve la somme des comptes pour toute la saison en fonction des traitements. On constate que dans tous les traitements, sauf dans le traitement Superior Bt, les niveaux de populations d altises sont semblables et plutôt faible par rapport à 21. Tout de même, on compte grosso modo 17 fois plus d altises dans le traitement «Superior Bt» que dans tous les autres traitements. Une abondance de feuillage couplée à l absence de traitement contre le doryphore dans ces parcelles expliquent cette situation. Au contraire, une défoliation quasi complète des plants dans le témoin nous a probablement empêché de compter un nombre plus important d altises. Il apparaît que les traitements «ACTARA au sol» et «ADMIRE au sol» donnent d excellents résultats avec une seule application en début de saison. La figure 3 donne un aperçu de l évolution des populations d adultes dans les parcelles non traitées (témoin et SUPERIOR Bt), pour toute la saison de dépistage. On remarque que les populations sont peu importantes en et elles diminuent en let, période de ponte de l altise et de mort naturelle de l insecte. Elles augmentent rapidement au début lorsque apparaissent les adultes d été. 17

18 Témoin Admire fol. Actara sol Admire fol. + pyréthrinoïdes Admire sol 2 Nombre d'altises Figure 1a. Évolution du nombre d altises sur 2 plants de pommes de terre en fonction des différents traitements, en omettant le traitement Superior Bt, Deschambault, 22. Date des traitements insecticides sur le feuillage : ADMIRE foliaire + pyréthrinoïdes: 28 (RIPCORD), 4 let (ADMIRE), 11 let (ADMIRE), 2 (MATADOR) et 21 (MATADOR) ADMIRE foliaire seul : 4 let et 11 let Nombre d'altises Figure 1b. Évolution du nombre d altises sur 2 plants de pommes de terre en fonction du traitement Superior Bt, Deschambault, 22. Date des traitements insecticides sur le feuillage : ADMIRE foliaire + pyréthrinoïdes: 28 (RIPCORD), 4 let (ADMIRE), 11 let (ADMIRE), 2 (MATADOR) et 21 (MATADOR) ADMIRE foliaire seul : 4 let et 11 let. 18

19 Nombre d'altises Témoin Admire foliaire Admire sol Actara sol Admire fol. + pyrèthes Superior Bt Traitements Figure 2. Nombre cumulatif d altises comptées sur les plants de pommes de terre pour chaque traitement, Deschambault, Nombre d'altises Figure 3. Nombre d altises comptées sur les plants de pommes de terre à chaque dépistage, parcelles non traitées seulement, Deschambault,

20 Nombre d insectes capturés à l aide du filet Les données relatives aux captures avec le filet (figure 4, 5 et 6) ressemblent à ce que nous avons obtenu avec les comptes sur le feuillage. Par contre, avec le filet, les captures sont plus importantes en fin de saison : Comme nous l avons noté pour le compte sur les plants, en début de saison, la population d altises est plutôt faible jusqu à la fin de let (fig. 4b). Les adultes d été réapparaissent au début et sont présents jusqu à la fin de la saison. Les populations les plus grandes ont été observées dans les parcelles non traitées et dans le traitement «ADMIRE foliaire». Au début, dans les parcelles «ADMIRE foliaire», les traitements contre le doryphore étant terminés, les adultes de l altise sont réapparus. Quelques adultes sont apparus en fin de saison dans les traitements au sol (ACTARA et ADMIRE) tandis que les populations sont demeurées presque nulles dans le traitement «ADMIRE foliaire + pyréthrinoïdes». La somme des captures au filet pour toute la saison en fonction des traitements (fig. 5) montre que les parcelles de «Superior Bt» et le témoin ont des niveaux de populations d altises plus élevés que pour tous les autres traitements. Les traitements au sol donnent d excellents résultats tous comme le traitement «ADMIRE foliaire + pyréthrinoïdes». L observation de l évolution des populations d adultes dans les parcelles non traitées, pour toute la saison de dépistage (fig. 6), confirme que les populations ont été faibles en, let (période de ponte de l altise) et augmentent au début lorsque apparaissent les adultes d été. 2

Résumé du suivi phytosanitaire du canola au Centre-du-Québec de 2009 à 2011

Résumé du suivi phytosanitaire du canola au Centre-du-Québec de 2009 à 2011 Résumé du suivi phytosanitaire du canola au Centre-du-Québec de 2009 à 2011 Brigitte Duval, agronome (MAPAQ Nicolet) et Geneviève Labrie, Ph.D. (CÉROM) en collaboration avec Joëlle Cantin, stagiaire, Mathieu

Plus en détail

ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS

ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS ÉVALUATION DU TYPE DE DOMMAGE CAUSÉ PAR LA PUNAISE PENTATOMIDE VERTE, ACROSTERNUM HILARE (SAY) SELON LE DÉVELOPPEMENT DES FRUITS CAROLINE PROVOST, MANON LAROCHE, MAUD LEMAY LES OBJECTIFS Objectif principal:

Plus en détail

Puceron rose et cécidomyie cidomyie du pommier: cycle de vie et moyens de lutte

Puceron rose et cécidomyie cidomyie du pommier: cycle de vie et moyens de lutte Puceron rose et cécidomyie cidomyie du pommier: cycle de vie et moyens de lutte Daniel Cormier, Ph. D. Institut de recherche et de développement d en agroenvironnement inc.. (IRDA), Québec, Canada Pourquoi

Plus en détail

La lutte intégrée contre les ravageurs de sol en grandes cultures. Geneviève Labrie

La lutte intégrée contre les ravageurs de sol en grandes cultures. Geneviève Labrie La lutte intégrée contre les ravageurs de sol en grandes cultures Geneviève Labrie La lutte intégrée Portrait des dommages au Québec Financière agricole du Québec 880 avis de dommages depuis 2008 224 avis

Plus en détail

BULLETIN de SANTE du VEGETAL Franche-Comté

BULLETIN de SANTE du VEGETAL Franche-Comté BULLETIN de SANTE du VEGETAL Franche-Comté Bulletin N 11-24 juillet 2015 INSCRIPTIONS Si vous ne recevez pas le BSV Légumes chaque semaine, vous pouvez vous inscrire aux listes diffusion de votre choix

Plus en détail

BILAN DE LA CAMPAGNE 2014

BILAN DE LA CAMPAGNE 2014 BSV n 13 bilan saison 214 Epidémiosurveillance BRETAGNE-NORMANDIE-PAYS DE LA LOIRE : Bilan de la Saison 214 SOMMAIRE BILAN DE LA CAMPAGNE 214 Les observateurs Les observations Les Bulletins de Santé du

Plus en détail

Petits fruits Bulletin d information No 15 17 mai 2013 PUNAISE TERNE. Description. Identification

Petits fruits Bulletin d information No 15 17 mai 2013 PUNAISE TERNE. Description. Identification Petits fruits Bulletin d information No 15 17 mai 2013 PUNAISE TERNE Identification Nom français : Punaise terne Nom latin : Lygus lineolaris Nom anglais : Tarnished plant bug Ordre : Hemiptera Famille

Plus en détail

CHOU BIOLOGIQUE. Evaluation d aménagements floristiques sur la répartition intra-parcellaire des auxiliaires

CHOU BIOLOGIQUE. Evaluation d aménagements floristiques sur la répartition intra-parcellaire des auxiliaires CHOU BIOLOGIQUE Evaluation d aménagements floristiques sur la répartition intra-parcellaire des auxiliaires Essai de plein champ conditions expérimentales 1 Auteurs : Christian ICARD (Ctifl-SERAIL), Nadine

Plus en détail

CRAM- 1-12-1595. Avril 2013 à janvier 2015 RAPPORT FINAL

CRAM- 1-12-1595. Avril 2013 à janvier 2015 RAPPORT FINAL Évaluation du type de dommage causé par la punaise pentatomide verte, Acrosternum hilare (Say) selon le développement des fruits (pommes et raisins) CRAM- 1-12-1595 Avril 2013 à janvier 2015 RAPPORT FINAL

Plus en détail

Identification des principaux lépidoptères ravageurs du maïs sucré

Identification des principaux lépidoptères ravageurs du maïs sucré Identification des principaux lépidoptères ravageurs du maïs sucré Rencontre du groupe RAP Maïs sucré, 3 avril 2013 Jean-Philippe Légaré, M. Sc., biologiste-entomologiste, Laboratoire de diagnostic en

Plus en détail

vérifiez leur compatibilité avec nos auxiliaires sur notre site web Bulletin d information sur les cultures fraises Stratégie IPM pour les fraises

vérifiez leur compatibilité avec nos auxiliaires sur notre site web Bulletin d information sur les cultures fraises Stratégie IPM pour les fraises Avant d utiliser des produits chimiques, vérifiez leur compatibilité avec nos auxiliaires sur notre site web www.biobest.be Bulletin d information sur les cultures fraises Stratégie IPM pour les fraises

Plus en détail

Journées portes ouvertes ECOPHYTO 18-11-2013

Journées portes ouvertes ECOPHYTO 18-11-2013 Journées portes ouvertes ECOPHYTO 18-11-2013 Principe: Favoriser la biodiversité fonctionnelle sur l exploitation -Impact très souvent sous estimé de la faune auxiliaire naturellement présente -Importance

Plus en détail

Ce qu'il faut retenir

Ce qu'il faut retenir N 10 5 juin 2015 Ce qu'il faut retenir Balanin : des balanins sont présents en verger et d'après les dissections de femelles et de mâles, les accouplements devraient commencer dans les prochains jours.

Plus en détail

Problématiques et solutions de la saison 2010: insectes et acariens

Problématiques et solutions de la saison 2010: insectes et acariens Problématiques et solutions de la saison 2010: insectes et acariens Par : JONATHAN ROY, agronome Conseiller en agriculture biologique MAPAQ - Chaudière re-appalaches Journée e d information d «Serres modiques

Plus en détail

PROTECTION ANTI-GRÊLE SUR VIGNE ET RAISIN DE TABLE

PROTECTION ANTI-GRÊLE SUR VIGNE ET RAISIN DE TABLE www.filpack-agricole.com PROTECTION ANTI-GRÊLE SUR VIGNE ET RAISIN DE TABLE POURQUOI INSTALLER DES TOILES ANTI-GRÊLE? LE SERVICE FILPACK LES DIFFERENTS SYSTEMES D INSTALLATION LE FILET ANTI-GRÊLE AVEC

Plus en détail

Produire en grand tunnel multichapelle ou en serre froide individuelle Quelle structure choisir?

Produire en grand tunnel multichapelle ou en serre froide individuelle Quelle structure choisir? Produire en grand tunnel multichapelle ou en serre froide individuelle Quelle structure choisir? Christine Villeneuve, agr. MAPAQ, Ste-Martine 25 janvier 2012 Impact des changements climatiques sur l'agroclimat

Plus en détail

POUR VENTE POUR UTILISATION DANS L EST DU CANADA ET EN COLOMBIE-BRITANNIQUE COMMERCIAL

POUR VENTE POUR UTILISATION DANS L EST DU CANADA ET EN COLOMBIE-BRITANNIQUE COMMERCIAL PMRA Approved April 22, 2010 GROUPE 3 INSECTICIDE INSECTICIDE decis 5 CE POUR VENTE POUR UTILISATION DANS L EST DU CANADA ET EN COLOMBIE-BRITANNIQUE COMMERCIAL NUMÉRO D HOMOLOGATION 22478 LOI SUR LES PRODUITS

Plus en détail

Trichogrammes. Les. dans le maïs sucré. Lutte contre la pyrale du maïs

Trichogrammes. Les. dans le maïs sucré. Lutte contre la pyrale du maïs Les Trichogrammes dans le maïs sucré Lutte contre la pyrale du maïs hristine Jean iologiste-entomologiste hargée de projet Para-io Saint-ugustin-de-Desmaures (Québec) Remerciements Para-io et l auteure

Plus en détail

Un peu d histoire. Lutte biologique. Que retirer de l expérience des producteurs de légumes de serre?

Un peu d histoire. Lutte biologique. Que retirer de l expérience des producteurs de légumes de serre? Lutte biologique ------------------------------ Un peu d histoire ------------------------- Que retirer de l expérience des producteurs de légumes de serre? Par : ANDRÉ CARRIER, agronome, M. Sc. Conseiller

Plus en détail

Ne laissez pas le mauvais temps détruire le fruit de votre travail!

Ne laissez pas le mauvais temps détruire le fruit de votre travail! Ne laissez pas le mauvais temps détruire le fruit de votre travail! Nous vous soutenons dans votre gestion de risques à l aide d une couverture d assurance globale contre les aléas climatiques. AU SERVICE

Plus en détail

Le verger du parc national du Mont-Saint-Bruno

Le verger du parc national du Mont-Saint-Bruno Le verger du parc national du Mont-Saint-Bruno Une vitrine unique de sensibilisation et de solutions pour la production pomicole dans un contexte de développement durable au Québec Vincent Philion 1, Gérald

Plus en détail

Sources de revenu et autonomie des immigrants âgés au Canada SOMMAIRE

Sources de revenu et autonomie des immigrants âgés au Canada SOMMAIRE Sources de revenu et autonomie des immigrants âgés au Canada SOMMAIRE Préparé pour la Conférence économique 2005, Ottawa 10 mai 2005 Colleen Dempsey Recherche et statistiques stratégiques Citoyenneté et

Plus en détail

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008

Fiche Technique. Filière Maraichage. Mais doux. Septembre 2008 Fiche Technique Production Peu Développée en Languedoc-Roussillon Filière Maraichage Mais doux Septembre 2008 Rédigée par : Julien GARCIA Chambre Régionale d Agriculture du Languedoc-Roussillon Potentiel

Plus en détail

Stratégies gagnantes dans la lutte contre certains insectes ravageurs des cultures maraichères biologiques. Jean Duval, agronome

Stratégies gagnantes dans la lutte contre certains insectes ravageurs des cultures maraichères biologiques. Jean Duval, agronome Stratégies gagnantes dans la lutte contre certains insectes ravageurs des cultures maraichères biologiques Jean Duval, agronome Éléments de stratégies gagnantes Identification et dépistage Lutte culturale

Plus en détail

Tétranyques à deux points: stratégies de contrôle

Tétranyques à deux points: stratégies de contrôle Tétranyques à deux points: stratégies de contrôle Par Jean-Paul Soucy, agr. Les acariens nuisibles en serre Tétranyque à deux points Tétranyque de Lewis Acariens des bulbes Mite du cyclamen/tarsonème du

Plus en détail

Biologie du psylle Inventaire des auxiliaires spontanés Evaluation de leur impact réel sur la saison

Biologie du psylle Inventaire des auxiliaires spontanés Evaluation de leur impact réel sur la saison ELEMENTS DE BIOLOGIE DU PSYLLE DE L ELAEAGNUS, CACOPSYLLA FULGURALIS (KUWAYAMA, 1908) [HEMIPTERA : PSYLLIDAE] ET RELATIONS AVEC SES AUXILIAIRES SPONTANÉS A. FERRE ET M. BEAUJEAN LIFE HISTORY TRAITS OF

Plus en détail

Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique

Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique Thème sélection génétique des plantes hybridation et génie génétique Exemple d activité : recenser, extraire et exploiter des informations afin de comprendre les caractéristiques et les limites de la modification

Plus en détail

La dette extérieure nette du Canada à la valeur marchande

La dette extérieure nette du Canada à la valeur marchande N o 11 626 X au catalogue N o 018 ISSN 1927-5048 ISBN 978-1-100-99873-2 Document analytique Aperçus économiques La dette extérieure nette du Canada à la valeur marchande par Komal Bobal, Lydia Couture

Plus en détail

RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008 C.R.E.A.B. MIDI-PYRENEES CENTRE REGIONAL DE RECHERCHE ET D EXPERIMENTATION EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE MIDI-PYRENEES RESULTATS DE L ESSAI VARIETES D ORGES D HIVER EN AGRICULTURE BIOLOGIQUE CAMPAGNE 2007-2008

Plus en détail

GRAP. dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie

GRAP. dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie dans l émergence d entreprises d économie sociale en Estrie Illustration de deux cas d entreprises tirés de la recherche du Groupe régional d activités partenariales en économie sociale de l Estrie (GRAP-Estrie)

Plus en détail

2. Les auxiliaires de culture

2. Les auxiliaires de culture III- Maîtriser les ravageurs et les adventices 2. Les auxiliaires de culture Insectes Le principe de la lutte biologique est la régulation des populations de ravageurs de culture par l utilisation de leurs

Plus en détail

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE

UNE MEILLEURE CONNAISSANCE CONCEVOIR ET GÉRER DES AMAS DE FUMIER SOLIDE AU CHAMP UNE MEILLEURE CONNAISSANCE pour un meilleur environnement En 2002, le Règlement sur les exploitations agricoles (REA) prévoyait l échéance des dispositions

Plus en détail

VITICULTURE 2012 V 12 / PACA 02 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE

VITICULTURE 2012 V 12 / PACA 02 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE VITICULTURE 212 V 12 / PACA 2 STRATEGIE D APPLICATION DU CUIVRE EN VITICULTURE Silvère DEVEZE Chambre d Agriculture de Vaucluse 1- Identification de l action a. Responsables techniques et partenaires :

Plus en détail

Grandes cultures n 15 du 10 mars 2015

Grandes cultures n 15 du 10 mars 2015 1 A retenir cette semaine - Très nette accélération des stades phénologiques. - 81% des cuvettes piègent des charançons de la tige du colza cette semaine. Le risque va s amplifier en fin de semaine avec

Plus en détail

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos»)

Sommaire. Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Sommaire Rentabilité du retour d une franchise de baseball de la Ligue majeure de baseball à Montréal (les «Expos») Novembre 2013 Table des matières 1. CONTEXTE ET OBJECTIFS... 3 2. MÉTHODES DE RECHERCHE...

Plus en détail

Rapport sur l intérêt des producteurs maraîchers de la région de Montréal quant aux modèles associatifs de mise en marché en circuits courts

Rapport sur l intérêt des producteurs maraîchers de la région de Montréal quant aux modèles associatifs de mise en marché en circuits courts Rapport sur l intérêt des producteurs maraîchers de la région de Montréal quant aux modèles associatifs de mise en marché en circuits courts par Équiterre 30 novembre 2011 Objet de l étude Cette étude

Plus en détail

Guide des auxiliaires indispensables : Aphelinus mali, punaises prédatrices et acariens prédateurs

Guide des auxiliaires indispensables : Aphelinus mali, punaises prédatrices et acariens prédateurs Lesauxiliaires auxiliaires Les enarboriculture arboriculture en Guide des auxiliaires indispensables : Aphelinus mali, punaises prédatrices et acariens prédateurs Insectes pollinisateurs : respecter les

Plus en détail

Auxiliaires. Vue d ensemble les ravageurs et leurs ennemis naturels

Auxiliaires. Vue d ensemble les ravageurs et leurs ennemis naturels Auxiliaires Vue d ensemble les ravageurs et leurs ennemis naturels Mouches Blanches L un des ravageurs les plus communs dans de nombreuses cultures. Lors d une forte attaque, la mouche blanche peut s avérer

Plus en détail

Désherbage maïs. Synthèse 2014. Présentation des essais. Le protocole

Désherbage maïs. Synthèse 2014. Présentation des essais. Le protocole Désherbage maïs Synthèse 2014 Cette synthèse regroupe les résultats de 9 essais du réseau de désherbage maïs Poitou-Charentes Vendée. L animation du réseau et la synthèse des données brutes sont assurés

Plus en détail

Bulletin de santé du végétal

Bulletin de santé du végétal Tous fr uitiers Le réseau d épidémio-surveillance en arboriculture (pomme, poire, cerise, prune) pour la région Centre comprend actuellement 44 parcelles tous piégeages confondus. Le réseau «carpocapse

Plus en détail

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant

Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Page1 Volume 4, numéro 1 Les étudiants dans le rouge : l impact de l endettement étudiant Extraits de «Endettement étudiant : État des lieux, déterminants et impacts», Fédération étudiante universitaire

Plus en détail

Petit conservatoire dans un jardin des Collines du Paradis

Petit conservatoire dans un jardin des Collines du Paradis Petit conservatoire dans un jardin des Collines du Paradis L espace d un an suffit pour constater la richesse et la diversité des populations d insectes qui prospectent dans le moindre carré de jardin.

Plus en détail

Evaluation de cépages résistants ou tolérants aux principales maladies cryptogamiques de la vigne

Evaluation de cépages résistants ou tolérants aux principales maladies cryptogamiques de la vigne VITICULTURE 27 Evaluation de cépages résistants ou tolérants aux principales maladies cryptogamiques de la vigne Marc Chovelon Grab Mathieu Combier Chambre d Agriculture du Var Gilles Masson Centre du

Plus en détail

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO-

CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- CONFIANCE DANS L INDUSTRIE AGRO- ALIMENTAIRE AU QUÉBEC RÉSULTATS D UNE CONSULTATION DES ACTEURS DU SECTEUR AGROALIMENTAIRE AU SUJET DE LEUR CONFIANCE ENVERS LEURS PERSPECTIVES FUTURES Préparé pour l Union

Plus en détail

PASSÉ, PRÉSENT ET FUTUR DES SYSTÈMES DE

PASSÉ, PRÉSENT ET FUTUR DES SYSTÈMES DE PASSÉ, PRÉSENT ET FUTUR DES SYSTÈMES DE PRODUCTION DANS LA FRAISE Par : LUC URBAIN, agronome Direction régionale de la Chaudière-Appalaches Depuis les 25 dernières années, nous avons connu de nombreuses

Plus en détail

Fertiliser le maïs autrement

Fertiliser le maïs autrement Fertiliser le maïs autrement Dans un contexte de renchérissement des ressources en azote organique et de recherche de plus d autonomie, les agriculteurs biologiques picards et leurs conseillers au sein

Plus en détail

INVENTAIRE DES BÂTIMENTS AGRICOLES DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST. Le positionnement des bâtiments

INVENTAIRE DES BÂTIMENTS AGRICOLES DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST. Le positionnement des bâtiments 23B Grange étable située au 18 21, rang des Lacs, Notre Dame des Monts. Patri Arch, 2011 INVENTAIRE DES BÂTIMENTS AGRICOLES DE LA MRC DE CHARLEVOIX-EST Le positionnement des bâtiments Décembre 2011 Le

Plus en détail

Placettes vers de terre. Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» www.observatoire-agricole-biodiversite.fr

Placettes vers de terre. Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» www.observatoire-agricole-biodiversite.fr Protocole Fiche «Description spécifique» Fiche «Observations» 13 PROTOCOLE 1/2 Les vers de terre sont de bons indicateurs de la qualité du sol. Ils sont également des acteurs indispensables de sa fertilité

Plus en détail

Les futures techniques de lutte contre les punaises de lit Taz Stuart 204.292.8444 tdts@tdts.ca

Les futures techniques de lutte contre les punaises de lit Taz Stuart 204.292.8444 tdts@tdts.ca Les futures techniques de lutte contre les punaises de lit Taz Stuart 204.292.8444 tdts@tdts.ca Phéromones d alarme. En phase de recherche. Aldéhydes 4-oxo-hexénal et 4-oxo-octénal chez les punaises de

Plus en détail

GUIDE D UTILISATION DES PRODUITS DE MAÏS

GUIDE D UTILISATION DES PRODUITS DE MAÏS GUIDE D UTILISATION DES PRODUITS DE MAÏS Refuge Advanced MC SmartStax MC Herculex MC ÉDITION CANADIENNE Le présent guide d utilisation du produit (le guide) établit les exigences pour la culture des hybrides

Plus en détail

Pesticides. agricoles Moins et Mieux. Cahier d auto- évaluation

Pesticides. agricoles Moins et Mieux. Cahier d auto- évaluation Pesticides agricoles Moins et Mieux Cahier spécifique Cahier d auto- évaluation Maïs sucré 1 re ÉDITION (2004) : Coordination et réalisation : Marie-Hélène April Raymond-Marie Duchesne Stratégie phytosanitaire

Plus en détail

MONITOR 480 Insecticide Liquide À USAGE RESTREINT

MONITOR 480 Insecticide Liquide À USAGE RESTREINT 28-FEB-2007 MONITOR 480 Insecticide Liquide À USAGE RESTREINT Page 1 of 7 GROUPE 1B INSECTICIDE Pour la suppression des insectes sur la Pomme de Terre, les Choux, la Laitue pommée et les Graines de colza

Plus en détail

La culture de la fraise à jours neutres

La culture de la fraise à jours neutres La culture de la fraise à jours neutres INTRODUCTION : Introduite en 1985 par l'université Laval à titre d'essai, la culture de la fraise à jour neutre est restée une production marginale au Québec. Le

Plus en détail

Etat des lieux octobre 2006: 2006-2007 Classe à PAC : Etude de l écosystème «mare» avec les élèves de 6 ème Mauve.

Etat des lieux octobre 2006: 2006-2007 Classe à PAC : Etude de l écosystème «mare» avec les élèves de 6 ème Mauve. Etat des lieux octobre 2006: 2006-2007 Classe à PAC : Etude de l écosystème «mare» avec les élèves de 6 ème Mauve. Cette année 2006-2007 les élèves de 6 ème Mauve bénéficient de la classe à PAC sur le

Plus en détail

Bulletin d information

Bulletin d information Bulletin d information CULTURES EN SERRES No 17 1 er mars 2004 RÉGULATEURS DE CROISSANCE EN ORNEMENTAL : GUIDE DES BONNES PRATIQUES La majorité des régulateurs de croissance employés en floriculture sont

Plus en détail

BULLETIN DE SANTÉ DU VÉGÉTAL PAYS DE LA LOIRE >>> MARAICHAGE

BULLETIN DE SANTÉ DU VÉGÉTAL PAYS DE LA LOIRE >>> MARAICHAGE BULLETIN DE SANTÉ DU VÉGÉTAL 2 AOÛT 2012 Retrouvez le Bulletin de santé du végétal sur le Web! www.draaf.pays-de-la-loire.agriculture.gouv.fr www.agrilianet.com - www.fredonpdl.fr Les maladies du feuillage

Plus en détail

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE

CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE CONGRES REGIONAL CTA/ ATPS DE LA JEUNESSE EN AFRIQUE Exploiter le Potentiel de la Science, de la Technologie et de l Innovation dans les chaînes Agro-alimentaires en Afrique : Créer emplois et richesse

Plus en détail

Recettes maison contre les ravageurs et les maladies par M. Jean-Claude Vigor

Recettes maison contre les ravageurs et les maladies par M. Jean-Claude Vigor Recettes maison contre les ravageurs et les maladies par M. Jean-Claude Vigor MISE EN GARDE : Les recettes de pesticides «maison» présentées ci-dessous (destinées à un usage domestique) sont données à

Plus en détail

Geoffroy Ménard, agr.

Geoffroy Ménard, agr. Geoffroy Ménard, agr. Photo: IGA Projet réalisé dans le cadre du Programme d appui à la mise en marché des produits biologiques (volet 1) du Ministère de l'agriculture, des Pêcheries et de l'alimentation

Plus en détail

Partie V Convention d assurance des cultures légumières

Partie V Convention d assurance des cultures légumières Partie V Convention d assurance des cultures légumières Légumes de transformation Moyenne du rendement agricole A. Dispositions générales La présente partie s applique à la betterave à sucre, à la betterave

Plus en détail

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015

Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Valérie Roy-Fortin, agr. Bio pour tous! - 6 mars 2015 Mise en contexte Résultats des essais du CETAB+ Méthodologie; Biomasse et facteurs de variation; Rendements en maïs et corrélations avec l azote apporté;

Plus en détail

Investissement en capital dans la transformation alimentaire canadienne

Investissement en capital dans la transformation alimentaire canadienne PROGRAMME DE RECHERCHE SUR LE SECTEUR DE LA TRANSFORMATION ALIMENTAIRE PROGRAMME DE RECHERCHE DE LA TRANSFORMATION ALIMENTAIRE / PROJET 6A PROJET 6a : CONNAISSANCES EN MATIÈRE D INNOVATION Investissement

Plus en détail

Annexe A : Tableau des exigences

Annexe A : Tableau des exigences E1 E1.1 E1.2 E1.3 E1.4 E1.5 E1.6 Exigences générales production Les végétaux destinés à la consommation humaine doivent être cultivés au Québec. Les végétaux destinés à la consommation humaine doivent

Plus en détail

Contacts. Juin 2014 CONSEILS DE SAISON

Contacts. Juin 2014 CONSEILS DE SAISON Juin 2014 CONSEILS DE SAISON Les fortes chaleurs dans les abris et en sont favorables au développement des ravageurs : thrips, acariens notamment sur cucurbitacées, aubergine,etc. Les auxiliaires naturels

Plus en détail

Le présent chapitre porte sur l endettement des

Le présent chapitre porte sur l endettement des ENDETTEMENT DES MÉNAGES 3 Le présent chapitre porte sur l endettement des ménages canadiens et sur leur vulnérabilité advenant un choc économique défavorable, comme une perte d emploi ou une augmentation

Plus en détail

SAVAIS-TU QUE DANS MA COUR D ÉCOLE...

SAVAIS-TU QUE DANS MA COUR D ÉCOLE... SAVAIS-TU QUE DANS MA COUR D ÉCOLE... Éditions Mariko Francoeur Miguel Hortega IL Y A DES ANIMAUX? 1 Mon école est à Montréal, rue Berri. C est une belle école primaire toute faite de briques. En temps

Plus en détail

Marteloscope Gounamitz 2

Marteloscope Gounamitz 2 Marteloscope Gounamitz 2 Description du dispositif Michel Soucy et André Cyr Faculté de foresterie, Université de Moncton, Campus d Edmundston Jean-Martin Lussier Centre canadien sur la fibre de bois,

Plus en détail

Les méthodes de luttes : De la protection «systématique» à la Protection Intégrée (P.B.I.)

Les méthodes de luttes : De la protection «systématique» à la Protection Intégrée (P.B.I.) Les méthodes de luttes : De la protection «systématique» à la Protection Intégrée (P.B.I.) Protection Biologique Intégrée Lutte phytosanitaire De la lutte «systématique» à la lutte raisonnée La lutte «systématique»

Plus en détail

Feuille 6 : Tests. Peut-on dire que l usine a respecté ses engagements? Faire un test d hypothèses pour y répondre.

Feuille 6 : Tests. Peut-on dire que l usine a respecté ses engagements? Faire un test d hypothèses pour y répondre. Université de Nantes Année 2013-2014 L3 Maths-Eco Feuille 6 : Tests Exercice 1 On cherche à connaître la température d ébullition µ, en degrés Celsius, d un certain liquide. On effectue 16 expériences

Plus en détail

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul

Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Colloque sur la pomme de terre Une production à protéger 13 novembre 2009, Québec Rotations dans la culture de pomme de terre : bilans humiques et logiciel de calcul Marc F. CLÉMENT., agronome, conseiller

Plus en détail

L ÉNERGIE C EST QUOI?

L ÉNERGIE C EST QUOI? L ÉNERGIE C EST QUOI? L énergie c est la vie! Pourquoi à chaque fois qu on fait quelque chose on dit qu on a besoin d énergie? Parce que l énergie est à l origine de tout! Rien ne peut se faire sans elle.

Plus en détail

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité

Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Document d orientation sur les allégations issues d essais de non-infériorité Février 2013 1 Liste de contrôle des essais de non-infériorité N o Liste de contrôle (les clients peuvent se servir de cette

Plus en détail

Rapport d activités du 1 novembre 2009 au 31 octobre 2010

Rapport d activités du 1 novembre 2009 au 31 octobre 2010 Rapport d activités du 1 novembre 2009 au 31 octobre 2010 Conseil d administration, comité exécutif et comité consultatif Conseil d administration Pour la dernière année d activités, les membres du conseil

Plus en détail

GUIDE D'INSTALLATION. Lave-Vaisselle

GUIDE D'INSTALLATION. Lave-Vaisselle GUIDE D'INSTALLATION Lave-Vaisselle SOMMAIRE 1/ CONSIGNES DE SECURITE Avertissements importants 03 2/ INSTALLATION DE VOTRE LAVE-VAISSELLE Appareil non encastré 04 Appareil encastré 04 Appareil encastré

Plus en détail

Surveillance et suivi d un émergent en Alsace Anoplophora glabripennis

Surveillance et suivi d un émergent en Alsace Anoplophora glabripennis Surveillance et suivi d un émergent en Alsace Anoplophora glabripennis Asian longhorned beetle (ALB) Longicorne asiatique Photo LNPV DRAAF - SRAL ALSACE Surveillance et suivi d un émergent en Alsace Anoplophora

Plus en détail

Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC)

Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC) GUIDE À L INTENTION DES ORGANISATIONS Devenez point de chute d une ferme du réseau québécois d agriculture soutenue par la communauté (ASC) Pour des paniers de légumes locaux et sains, directement livrés

Plus en détail

TOUT SAVOIR SUR LES POUX DE TÊTE

TOUT SAVOIR SUR LES POUX DE TÊTE TOUT SAVOIR SUR LES POUX DE TÊTE Les poux existent depuis toujours et ne sont pas près de disparaître. Heureusement, ils ne sont pas dangereux, mais ils sont dérangeants. Le saviez-vous? Les poux de tête

Plus en détail

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011

Flash économique. Agglomération de Montréal. Faits saillants. Septembre 2011 Septembre 2011 Faits saillants Selon les données émises par la Chambre immobilière du Grand Montréal, la revente de résidences dans l agglomération de Montréal a atteint les 16 609 transactions en 2010,

Plus en détail

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010

RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU RAD Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Les essentiels du Réseau agriculture durable RÉSULTATS DE L OBSERVATOIRE TECHNICO-ÉCONOMIQUE DU Synthèse 2011 - Exercice comptable 2010 Réseau d information comptable agricole du Ministère de l Agriculture,

Plus en détail

MESURES PRÉVENTIVES Pour les travailleurs qui peuvent entrer en contact avec des punaises de lit.

MESURES PRÉVENTIVES Pour les travailleurs qui peuvent entrer en contact avec des punaises de lit. MESURES PRÉVENTIVES Pour les travailleurs qui peuvent entrer en contact avec des punaises de lit. Introduction Au cours de la dernière décennie, il y a eu une augmentation exponentielle du nombre d infestation

Plus en détail

Cadre stratégique pour l agriculture du Canada Programmes d intendance environnementale

Cadre stratégique pour l agriculture du Canada Programmes d intendance environnementale Agriculture and Agri-Food Canada Agriculture et Agroalimentaire Canada Cadre stratégique pour l agriculture du Canada Programmes d intendance environnementale Les initiatives environnementales Eau Nutriments,

Plus en détail

CRITERES D EXAMEN DE VARIETES EN VUE DE LEUR ADMISSION AU CATALOGUE POMMES DE TERRE (Solanum tuberosum L.) - 13/12/2013

CRITERES D EXAMEN DE VARIETES EN VUE DE LEUR ADMISSION AU CATALOGUE POMMES DE TERRE (Solanum tuberosum L.) - 13/12/2013 1/9 CRITERES D EXAMEN DE VARIETES EN VUE DE LEUR ADMISSION AU CATALOGUE POMMES DE TERRE (Solanum tuberosum L.) - 13/12/2013 I. EXAMEN DE LA DISTINCTION, L HOMOGENEITE ET DE LA STABILITE (D.H.S.). L examen

Plus en détail

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL

JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL JEUNE CONSEIL DE MONTRÉAL XXVII e Édition Règlement n o 2014-02 : Règlement sur le développement des toits verts et l agriculture urbaine PRÉSENTATION Présenté par M. Charles Marois, membre du comité exécutif,

Plus en détail

Informations techniques sur la culture de l ananas

Informations techniques sur la culture de l ananas Informations techniques sur la culture de l ananas Conditions de culture favorables (choix de la parcelle) : Sol drainant et plutôt acide. Terrain exposé au soleil. Accès à l eau pour l irrigation durant

Plus en détail

Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La haute pression flottante

Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La haute pression flottante Économie d énergie dans les centrales frigorifiques : La haute pression flottante Juillet 2011/White paper par Christophe Borlein membre de l AFF et de l IIF-IIR Make the most of your energy Sommaire Avant-propos

Plus en détail

4. Résultats et discussion

4. Résultats et discussion 17 4. Résultats et discussion La signification statistique des gains et des pertes bruts annualisés pondérés de superficie forestière et du changement net de superficie forestière a été testée pour les

Plus en détail

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso

Adaptation Aux changements climatiques. Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Adaptation Aux changements climatiques Agriculture et sécurité alimentaire: Cas du Burkina Faso Sommaire Le Le contexte Notion Notion d adaptation Stratégies Stratégies et techniques d adaptation Les Les

Plus en détail

Nourrir les oiseaux en hiver

Nourrir les oiseaux en hiver les oiseaux en hiv Nourrir les oiseaux en hiver Sommaire : Pourquoi les nourrir...page 1 Comment les nourrir...page1 Quels ravitaillement pour quel oiseaux?...page2 Recette «pain de graisse»...page 3 Les

Plus en détail

Réseau électrique. Le transport de l énergie électrique depuis la centrale électrique jusqu à la maison de Monsieur Toulemonde

Réseau électrique. Le transport de l énergie électrique depuis la centrale électrique jusqu à la maison de Monsieur Toulemonde Alain ROBERT Réseau électrique Le transport de l énergie électrique depuis la centrale électrique jusqu à la maison de Monsieur Toulemonde Fabrication et utilisation de la maquette UTLO - Groupe InterGénérations

Plus en détail

La rémunération des concepteurs. en théâtre au Québec. de 2004 à 2006

La rémunération des concepteurs. en théâtre au Québec. de 2004 à 2006 La rémunération des concepteurs en théâtre au Québec de 2004 à 2006 Conseil québécois du théâtre - novembre 2007 Dans le cadre des travaux préparatoires des SECONDS ÉTATS GÉNÉRAUX DU THÉÂTRE PROFESSIONNEL

Plus en détail

Évaluation du potentiel du semis direct en agriculture biologique au Québec : construction d un «rouleur-crêpeur de couvre-sols» et essais à la ferme

Évaluation du potentiel du semis direct en agriculture biologique au Québec : construction d un «rouleur-crêpeur de couvre-sols» et essais à la ferme Évaluation du potentiel du semis direct en agriculture biologique au Québec : construction d un «rouleur-crêpeur de couvre-sols» et essais à la ferme Projet du Syndicat des producteurs de grains biologiques

Plus en détail

médicale canadienne, l Institut canadien d information sur la santé, Santé Canada et le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada.

médicale canadienne, l Institut canadien d information sur la santé, Santé Canada et le Collège royal des médecins et chirurgiens du Canada. DEPUIS PLUSIEURS ANNÉES, la Fédération des médecins omnipraticiens du Québec (FMOQ) interroge ses membres sur plusieurs aspects touchant leur pratique professionnelle à l aide de sondages, de groupes de

Plus en détail

TABLE DES MATIÈRES. PRINCIPES D EXPÉRIMENTATION Planification des expériences et analyse de leurs résultats. Pierre Dagnelie

TABLE DES MATIÈRES. PRINCIPES D EXPÉRIMENTATION Planification des expériences et analyse de leurs résultats. Pierre Dagnelie PRINCIPES D EXPÉRIMENTATION Planification des expériences et analyse de leurs résultats Pierre Dagnelie TABLE DES MATIÈRES 2012 Presses agronomiques de Gembloux pressesagro.gembloux@ulg.ac.be www.pressesagro.be

Plus en détail

Quelles évolutions au niveau des prédateurs nuisibles en culture de maïs et les moyens de lutte?

Quelles évolutions au niveau des prédateurs nuisibles en culture de maïs et les moyens de lutte? Quelles évolutions au niveau des prédateurs nuisibles en culture de maïs et les moyens de lutte? En culture de maïs, le pourcentage de surfaces traitées avec un insecticide avoisinne actuellement les 3

Plus en détail

LUTTE BIOLOGIQUE AUX RAVAGEURS : APPLICABILITÉ AU QUÉBEC. Par. Noémie Lambert

LUTTE BIOLOGIQUE AUX RAVAGEURS : APPLICABILITÉ AU QUÉBEC. Par. Noémie Lambert LUTTE BIOLOGIQUE AUX RAVAGEURS : APPLICABILITÉ AU QUÉBEC Par Noémie Lambert Essai présenté au Centre Universitaire de Formation en Environnement en vue de l obtention du grade de maître en environnement

Plus en détail

Bilan d activité 2013 de la surveillance des pollens en Poitou-Charentes

Bilan d activité 2013 de la surveillance des pollens en Poitou-Charentes ATMO Poitou-Charentes, centre régional de surveillance de la qualité de l air Bilan d activité 2013 de la surveillance des pollens en Poitou-Charentes Crédit-photo : Gérard Sulmont (RNSA) Référence : POLN_EXT_12_193

Plus en détail

Comptage de Cellules avec une Hémacytomètre Utilisation élémentaire de lê hémacytomètre Introduction Malgré les développements technologiques qui ont eu lieu dans les laboratoires scientifiques durant

Plus en détail

Renseignements relatifs aux baux de location pour 2014-2015

Renseignements relatifs aux baux de location pour 2014-2015 Renseignements relatifs aux baux de location pour 2014-2015 Siège social Siège social 1400, boul. Guillaume-Couture Lévis (Québec) G6W 8K7 6 735,7 1 654 611,60 $ Abitibi-Témiscamingue-Nord-du-Québec 53,

Plus en détail

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis

Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun. ou Phragmites australis Une espèce exotique envahissante: Le Roseau commun ou Phragmites australis Indigène vs exotique Il y a deux sous-espèces de Phragmites australis, L indigène: n envahit pas le milieu, cohabite avec les

Plus en détail

ESTIMATION DE LA TAILLE DES POPULATIONS D ANOURES DE LA FORET DE FONTAINEBLEAU (SEINE ET MARNE)

ESTIMATION DE LA TAILLE DES POPULATIONS D ANOURES DE LA FORET DE FONTAINEBLEAU (SEINE ET MARNE) ESTIMATION DE LA TAILLE DES POPULATIONS D ANOURES DE LA FORET DE FONTAINEBLEAU (SEINE ET MARNE) Philippe LUSTRAT 33 rue de la garenne 77760 VILLIERS SOUS GREZ Lustrat P. (1999) - Estimation de la taille

Plus en détail