VILLE DE FUVEAU. Immeuble dit «Café du Cours» DIAGNOSTIC PATRIMONIAL 12 Décembre 2016

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "VILLE DE FUVEAU. Immeuble dit «Café du Cours» DIAGNOSTIC PATRIMONIAL 12 Décembre 2016"

Transcription

1 VILLE DE FUVEAU Immeuble dit «Café du Cours» DIAGNOSTIC PATRIMONIAL 12 Décembre 2016 Commune de Fuveau 26, bd Emile Loubet Fuveau Laurent DUFOIX Inès CASTALDO SELARL Eupalinos Historienne de l art Architecte du Patrimoine 5, Grand rue Jean Moulin 4 rue Mirabeau Montpellier Fuveau

2 SOMMAIRE Chapitre I : Etat des Lieux p3 Chapitre II: Recherches Historiques et documentaires p23 Chapitre III: Analyse évolutive du bâtiment p31 Chapitre IV: Synthèse de la valeur architecturale au regard des caractéristiques architecturales, de l histoire des lieux - p35 Rappel de la mission: Mission de diagnostic comportant une étude architecturale, documentaire et paysagère d un édifi ce situé au 24 Cours Victor Leydet Présentation à l architecte des Bâtiments de France avant dépôt. Chapelle Saint-Michel ISMH en 1982 Laurent DUFOIX, SELARL EUPALINOS, Architecte du Patrimoine - Inès CASTALDO, Historienne de l'art 2

3 1- Présentation Extrait cadastral / Vue aérienne Référence cadatrale : 000 BR 240 Contenance cadastrale : 30 m2 Adresse : 24 Crs Leydet FUVEAU Référence cadatrale : 000 BR 128 Contenance cadastrale : m2 Adresse : 24 Crs Leydet FUVEAU La parcelle est située aujourd hui à la jonction entre le village ancien et le secteur des faubourgs développés dans la deuxième moitié du XXème siècle, secteur composé d équipements, et de villas. La parcelle est également positionnée à l extrémité de la place, crée fi n XIXème, déplaçant la centralité du village, et à l amorce d un mail, aujourd hui utilisé en parc de stationnement, et sur lequel un grand projet est envisagé, nécessitant la démolition de l immeuble situé sur la parcelle d étude. Laurent DUFOIX, SELARL EUPALINOS, Architecte du Patrimoine - Inès CASTALDO, Historienne de l'art 3

4 L immeuble est situé sur un terrain en pente, la déclivité étant Ouest-Est, dans le sens de la rue Sainte -Victoire. 2- Plan du RDC Entrée sur rue Saint Victoire Cours Victor Leydet L immeuble occupe l intégralité de la parcelle et comprend plusieurs parties : - La plus à l Ouest, avec les murs les plus épais, constituée de 4 caves voûtées et d une citerne. - La partie centrale, avec accès depuis la rue Sainte-Victoire qui se fait par un portail et donne sur à une ancienne écurie. Cette salle est couverte par un plancher bois. - La partie Est composée de deux garages modernes et d une cave voutée aux murs épais. L accès à ces pièces se fait depuis le parking à l Est. Ces 3 salles correspondent à une terrasse extérieure L ensemble est inoccupé. Plancher béton Parking Tableau de surfaces: 01: m² 02: m² 03: m² 04: m² 05: m² 06: 7.20 m² 07: m² 08: 3.60 m² 09: m² 10: m² 11: m² Total: m² N Rue Sainte Victoire Portail d accès à l ancienne étable ou écurie Laurent DUFOIX, SELARL EUPALINOS, Architecte du Patrimoine - Inès CASTALDO, Historienne de l'art 4

5 Documents photographiques RDC rue Saint Victoire Vue 1: Depuis l ancienne étable Vue 2 : Les caves voûtées Vue3 : Vue vers l étable Vue 4 : Escalier d accès au niveau du cours Quatres caves voûtées en berceau, appareil en moellons irréguliers, enduit pierre vue. Escalier avec marche en pierre. Vue 5 : Vue intérieure cave Vue 6 : Vue intérieure cave : Puits sous les planches Vue 7: Depuis l ancienne écurie Laurent DUFOIX, SELARL EUPALINOS, Architecte du Patrimoine - Inès CASTALDO, Historienne de l'art 5

6 L emprise bâtie est moins importante au niveau haut sur cave, correspondant à l entrée principale sur le cours Victor Leydet, toute la partie Est étant occupée par une grande terrasse extérieure. On distingue toujours deux parties de bâtiments : - La partie la plus ancienne à l Ouest, composée de deux grands volumes réguliers de part et d autre d un passage central, accueillant l escalier desservant les niveaux supérieurs. Le volume au Nord est un ancien commerce, ajouré seulement sur le cours à l Ouest. Au Sud Ouest, la grande salle de l ancien café, très ajourée sur la place, qui est seulement accessible à l Ouest. - La partie centrale, aux murs plus étroits, composée d une grande salle et de locaux de services ( cuisine). - La partie Est, correspondant à la terrasse. 2- Plan du RDC Entrée sur Cours Victor Leydet Tableau de surfaces: 100: m² 101: m² 102: 7.60 m² 103: m² 104: m² 105: 9.70 m² 106: m² Cours Victor Leydet Total: m² Terrasse extérieure N Rue Sainte Victoire Portail d accès depuis le cours Victor Leydet Laurent DUFOIX, SELARL EUPALINOS, Architecte du Patrimoine - Inès CASTALDO, Historienne de l'art 6

7 Documents photographiques RDC sur cours Victor Leydet Vue 5 : L ancien café. La salle principale Vue 1 Vue 2 : L ancien café. La salle principale L ensemble des revêtements de sol, plafonds, élévations.. a été refait dans la 2ème moitié du XXème siècle; Le seul élément intéressant est la porte d entrée fin XVIIIème. Vue 6 : La salle sur terrasse du café vue vers le Sud Vue 3 : Revers de la porte d entrée Vue 4 : Escalier d accès à l extension Vue 7 : La salle sur terrasse du café vue vers le Nord principale sur le cours XXème Laurent DUFOIX, SELARL EUPALINOS, Architecte du Patrimoine - Inès CASTALDO, Historienne de l'art 7

8 Le 1er étage est accessible par un escalier encloisonné qui était rampe sur rampe, à noyaui creux. L étage était à l origine composé de trois salles, séparées par des murs de refends, avant d être transformée en une seule grande salle au XIXème, et adjonction au XIXème de la partie Est. Cette salle devait être utilisée par l auberge pour les banquets, et comportait une salle latérale, au nord pour le service. La partie XIXème,côté Est, était utilisée comme logement. La grande salle se caractérise par une structure très légère ( 2 poteaux centraux). Les marches d escalier sont habillées en terre cuite. Le rythme des ouvertures entre la façade Nord et la façade Sud n est pas régulier. 2- Plan du 1er étage Tableau de surfaces: 200: m² 201: m² 202: m² 203: m² 204: m² 205: m² 206: 4.00 m² 207: 9.40 m² Total: m² Terrasse extérieure N Cours Victor Leydet Rue Sainte Victoire Escalier principal Laurent DUFOIX, SELARL EUPALINOS, Architecte du Patrimoine - Inès CASTALDO, Historienne de l'art 8

9 Documents photographiques 1er étage Vue 1 : Salle de bain partie logement Vue 2 : Les chambres squattées Vue 3 : La grande salle avec ces poteaux de fonte et au fond, une des rares menuiseries d origine, conservée. Vue 4 : Couloir partie logement Vue 5 : Sol terre cuite Vue 6 Vue 7 : Grande salle partie Est : On observe que les linteaux des baies sur les murs Sud sont droits. Laurent DUFOIX, SELARL EUPALINOS, Architecte du Patrimoine - Inès CASTALDO, Historienne de l'art 9

10 Cours Victor Leydet Commune de Fuveau / Diagnostic patrimonial / Immeuble dît "Café du Cours" Le 2ème étage correspond à l emprise de la maison XVIIIème d origine, puis de l Hôtel. Il est composé de 3 volumes, séparés par deux murs de refends dans le sens de la longueur, et par deux murs transversaux perpendiculairement. La distribution est simple, se faisant par le palier d arrivée de l escalier. Ce niveau, bien que formant combles, devait être utilisé en logement pour les gérants du café, ou de chambres pour l Hôtel au XIXème. La sous face de la couverture est parfaitement visible, ainsi que les pannes. Le sol est en terre cuite. L ensemble est vétuste. Les percements sont répartis sur les façades Sud et Nord. 2- Plan du 2ème étage, combles Tableau de surfaces: 200: m² 201: m² 202: m² 203: m² 204: m² 205: m² Total: m² N Rue Sainte Victoire Palier d étage Laurent DUFOIX, SELARL EUPALINOS, Architecte du Patrimoine - Inès CASTALDO, Historienne de l'art 10

11 Documents photographiques 2ème étage combles Vue 1 : Ouverture occultée au Sud Vue 2 : témoignage d habitation ; La cheminée Vue 3: passage ente les pièces Vue 4: Une des pièces d habitation Vue 5 : Ouverture occultée à l Ouest Vue 6 : Palier d arrivée de l escalier Vue 7 : Vue du palier sur les salles Vue 8 : Menuiserie d origine Laurent DUFOIX, SELARL EUPALINOS, Architecte du Patrimoine - Inès CASTALDO, Historienne de l'art 11

12 Cours Victor Leydet Commune de Fuveau / Diagnostic patrimonial / Immeuble dît "Café du Cours" Plan de la couverture Surface toiture: m² La couverture n est pas visible. Elle est en tuiles et a été refaite. La sous face est constituée d ondulines, dont il conviendra de s assurer de la teneur ou non en amiante Il n est pas possible au vu des documents en notre possession de contrôler si des souches ont été conservées ou non... N Rue Sainte Victoire Laurent DUFOIX, SELARL EUPALINOS, Architecte du Patrimoine - Inès CASTALDO, Historienne de l'art 12

13 La coupe montre bien la composition tripartite de l immeuble, son extension vers l Est, avec la dernière en date, la partie terrasse sur garage. 2- Coupe longitudinale AA La couverture est en tuiles, refaite ces dernières années Cours victor LEYDET Parking 09 Immeuble d origine 1ère extension Laurent DUFOIX, SELARL EUPALINOS, Architecte du Patrimoine - Inès CASTALDO, Historienne de l'art 2ème extension 13

14 2- Façade Ouest, cours Victor Leydet Surface élévation m² La façade comporte 2 niveaux sur rez de chaussée sur le cours. Elle se décompose en trois travées, régulières,, axées. Au centre la porte d entrée d origine sur la rue, avec de part et d autre deux ouvertures a peu prés similaires, à linteau droit, vraisemblablement remodelées fi n XIXème ou au XXème. Au 1er étage, 3 baies à arc surbaissé de dimensions similaires, avec des contrevents en bois XIXème en façade. Les menuiseries ne sot plus les menuiseries d origine. Au dernier niveau, 3 ouvertures régulières, occultées. Une génoise à trois rangs borde la partie droite, doublée par une gouttière pendante. Trois descentes EP sont réparties sur le linéaire de façade. La façade est très sobre, sans ornementation spécifique autre que l enduit aux étages dont les joints sont lissés au fer. Il s agit d un enduit du XIXème, réalisé poiur la construction de l extension à l Est. Le parement correspondant à l ouverture du commerce situé à gauche de la porte a été doublé dans les années 50. L enduit a été refait au rdc, et est badigeonné. Laurent DUFOIX, SELARL EUPALINOS, Architecte du Patrimoine - Inès CASTALDO, Historienne de l'art 14

15 Documents photographiques Façade Ouest, cours Victor Leydet La façade est dans un état de vétusté avancée. Deux fi ssures verticales toute hauteur sont à noter entre les baies. Le seul élément intéressant est la porte d entrée en bois, d origine, avec son imposte en métal, avec le monogramme du propriétaire fi n XVIIIème ( voir chapitre historique). Les contrevents extérieurs sont d origine au 1er, mais en très mauvais état. Le rez de chaussée est dénaturé par le double placage de gauche, par le store sur l ancien commerce de droite,par les seuils rapportés sur l espace public en carrelage,par les grilles et fermetures en métal. Vue 1: du cours, avec l immeuble concerné sur la droite Vue 2 : Vue de l angle des façades sur le cours Victor Leydet et sur la rue Sainte-Victoire Vue 6: le trottoir et les emmarchements rapportés en carrelage. Vue 3 : Vue de la porte d entrée principale Vue 4 : La partie Nord de la façade Vue 5 : La partie Sud de la façade Laurent DUFOIX, SELARL EUPALINOS, Architecte du Patrimoine - Inès CASTALDO, Historienne de l'art 15

16 2- Façade Sud, sur place et rue Sainte-Victoire Surface élévation m² La façade qui donne sur le Sud, sur la place, est plus hétérogène. On comprend très bien que le pignon régulier a été étendu vers l Est en deux temps Le rez de chaussée. a été entièrrement refait, avec 4 baies réparties régulièrement, sans lien avec les baies du niveau supérieur. Au 1er, 3 baies mieux réparties et de dimensions plus conformes avec les ouvertures sur le Cours Leydet, mais toutefois à linteaux plats.les contrevents sont du XIXème. Aucune ouverture apparente au dernier niveau des combles, Elles sont occultées. La 1ère extension présente une ouverture également remaniée, et des ouvertures irrégulières aux étages Immeuble d origine 1ère extension 2ème extension Laurent DUFOIX, SELARL EUPALINOS, Architecte du Patrimoine - Inès CASTALDO, Historienne de l'art 16

17 Vue 1: Vue de la façade depuis le fond de la place Vue 2 : Partie rue Sainte-Victoire avec 1ère extension Documents photographiques Façade Sud, rue Sainte Victoire Cette façade est également dans un état vétuste, bien que le rez de chaussée ait été réenduit. Une grande fi ssure verticale souligne les ajouts successifs, notamment au droit de la jonction entre le bâtiment d orgine et la 1ère extension. L enduit sur le niveau comble dissimule deux ouvertures occultées, visibles sur le plan du 2ème niveau, et sur des images anciennes. Il ne reste pratiquement plus rien du bandeau formant enseigne qui signalait aux voyageurs l hôtel restaurant et couronnait le rez de chaussée. Les ouvertures d origine ont toutes disparu. Plusieurs réseaux en façade la dénature. Vue 3 : Vue rapprochée de l ensemble de la façade Vue 4: Vue biaie de la façade sur la rue Sainte-Victoire Laurent DUFOIX, SELARL EUPALINOS, Architecte du Patrimoine - Inès CASTALDO, Historienne de l'art 17

18 2- Façade Est, sur parking Surface élévation m² La façade Est sur parking correspond à une deuxième étape dans la vie du bâtiment, car correspondant à l extension. Elle est elle-même «doublée «par l extension la plus récente des garages., surmontée de la terrasse. Une partie en pierre semble plus ancienne, mais ne fi gure pas sur le plan napoléonien; Enfin sur la droite un petit local associatif a été crée. 1ère extension 2ème extension garages et terrasse Edifi ce XIXème non répére sur cadastre napoléonien, aux murs plus épais que les garages Local associatif Laurent DUFOIX, SELARL EUPALINOS, Architecte du Patrimoine - Inès CASTALDO, Historienne de l'art 18

19 Documents photographiques Façade Est sur parking Surface élévation m² La façade Est originelle de l extension ne comportait pas d ouverture au RDC. Elle correspondait à l écurie. La façade est enduite, vétuste. Les percements aux étages, nombreux, ont été modifi és et présentent des proportions variées. Réseaux, conduit fumée, store, grilles, dénaturent la façade. La partie plus ancienne est en moellons irréguliers, avec des joints ciments suivant une technique classique dans les années 30. Vue 1: vue d ensemble de la façade Vue 2: Partie arrère avec l escalier béton d accès à la terrasse Vue 5 : Local associatif avec son bar extérieur Vue 3: Vue de l angle Nord Est. Vue 4 : Vue frontale Laurent DUFOIX, SELARL EUPALINOS, Architecte du Patrimoine - Inès CASTALDO, Historienne de l'art 19

20 La façade Nord est peu visible car accessible par une venelle, privée, dont l entrée est peu perceptible depuis le cours Leydet Ce grand pignon présente un aspect uniforme par le traitement de l épiderme ( enduit à joints lissés au ciment), par le grand versant de couverture qui recouvre l extension. 2- Façade Nord sur ruelle Surface élévation m² L extension la plus récente, à l Est, correspondant à la terrasse, vient en saillie sur la façade. Les percement du 1er étage sont du XVIIIème, avec des arcs surbaissés, et sont encore équipés des menuiseries à petits bois. Les percements des combles sont occultés. Laurent DUFOIX, SELARL EUPALINOS, Architecte du Patrimoine - Inès CASTALDO, Historienne de l'art 20

21 Documents photographiques Façade Nord sur ruelle La façade Nord est sale, vétuste. L enduit est fi ssuré, décollé par endroit. Le niveau bas est détérioré par les remontées capillaires. Des réseaux, panneaux publicitaires dénaturent la façade. On note l existence d une grande fi ssure verticale à la jonction des deux bâtiments, et de plusieurs fi ssures sur l enduit. L escalier d accès en béton à la terrasse a été ajouté, ainsi que le garde corps contemporain Vue 1: Vue del angle Nord - Est Vue 2 : Vue de la Venelle vers le cours Victor Leydet Vue 3 : Vue du cours Victor Leydet Vue 4 : La façade partie haute Vue 5 ; Pignon latérale côté Est Laurent DUFOIX, SELARL EUPALINOS, Architecte du Patrimoine - Inès CASTALDO, Historienne de l'art 21

22 Documents photographiques Détails matériaux construction Vue 1: Façade Nord menuiserie 1er Vue 2 : Façade Nord menuiserie 1ervue extérieure Vue 3 : Vue intérieure porte d entrée Vue 4 : Vue extérieure porte d entrée La construction a été très remaniiée et est en mauvais état hors couverture. Au niveau des matériaux : - La couverture est en tuiles sur onduline, refaite il y a quelques années - Les façades sont enduites, l enduit d origine n existant plus. Tout a été refait fi n XIX ème en même temps que la 1ère extension. - Les menuiseries ont été, hors deux exemplaires façade Nord au 1er, remplacées. Les contrevents ont été réalisés fi n XIXème également. - La porte d entrée est de la fi n du XVIIIème. A l intérieur : - L escalier est en terre cuite, et n a pas changé. - Les caves voûtées au sous sol sont dans leurs dispositions d origine en moellons irréguliers, avec enduit pierre vue, comme dans de nombreuses autes maisons de Fuveau - L étage occupé par le café a été entièrement réhabillé avec des matériaux modernes - Le 2ème étage a conservé le sol terre cuite et les parois enduites au plâtre. Le plafond d origine est dissimulé sous un faux plafond Il reste les deux poteaux en fonte qui reprennent les charges de l ancienne salle de banquets. - Le sol des combles est constitué des terre cuite d origine, avec des manques. Les murs sont enduits. Il n a pas été repéré d éléments constructifs spécifiques, particulièrement intéressants. L immeuble dans sa globalité est dans un état de vétusté avancé. Vue 5 : sol granito Vue 6 : Enduit avec reste enseigne Vue 7 : Sols terre cuite Laurent DUFOIX, SELARL EUPALINOS, Architecte du Patrimoine - Inès CASTALDO, Historienne de l'art 22

23 Chapitre 2 : Recherches historiques et documentaires 1- Fuveau, du village médieval aux embellissements du XIXème siècle Fuveau, implanté sur un promontoire stratégique, garda longtemps ses allures de village seigneurial médiéval et ne favorisa guère, jusqu au XIXe siècle, la construction architecturale en dehors de ses remparts. «Depuis les origines même du village, la quasi-totalité des habitants vivait à l intérieur du village ; les campagnes n étaient pas sûres, et il était préférable de bâtir sa demeure à l abri des solides remparts qui protégeaient la plupart du temps des incursions des bandes armées. Avec le retour de la sécurité, à l exception des plus riches, ils n ont pourtant pas cherché à s installer à l extérieur : l habitat est resté groupé. [ ] La construction de la chapelle Saint-Roch a entraîné après coup par exemple des aménagements, et permis une extension du village : «30 livres qu il a payées à M. Richier, maître maçon de ce lieu pour avoir abattu le rocher de la chapelle Saint-Roch afi n que le chemin soit praticable le long du village» (Archives communales de Fuveau, compte de trésorerie, 1760). Et le cadastre de 1776 mentionne à plusieurs reprises des emplacements situés à Saint-Roch pour la plupart et destinés à la construction: la croissance de la population n y est pas étrangère. Le village s étend: on commence à construire à l extérieur, «hors la porte Fabre», vers l actuelle rue Rondet, six maisons en tout, dont l une sert d auberge [...]. La place manque dans ce village, enserré d épais remparts, ce qui ne permet pas l agrandissement des maisons déjà existantes: la plupart des habitations qui dépassent les 80 m2 se trouvent d ailleurs à Saint-Roch. La disposition des maisons est tout-à-fait classique : au rez-de-chaussée, la remise et la cuisine, avec une cheminée qui sert à chauffer l étage au dessus, à l étage les pièces à vivre, salle commune et chambres, au dessus dans la plupart des cas, le grenier, où l on entrepose les réserves et les récoltes». Ancienne porte Fabre Cadastre napoléonien, AD BDR-Aix (avec mention approximative de l emplacement des anciens remparts). - Le cadastre napoléonien de 1828, offre pour la première fois une vision iconographique, à notre connaissance, du plan général de Fuveau. Laurent DUFOIX, SELARL EUPALINOS, Architecte du Patrimoine - Inès CASTALDO, Historienne de l'art 23

24 Chapitre 2 : Recherches historiques et documentaires La ville conserve son allure moyenâgeuse, mais quelques maisons ont été édifi ées en descendant vers le Sud, le long de l actuelle rue Rondet (hors de l ancienne porte Fabre). L édifi cation de ces maisons augurera la création du futur Cours au XIXe siècle. - Le XIXe siècle à Fuveau, un constant désir d agrandissement et d embellissement : Le village de Fuveau connut au XIXe siècle un développement urbain sans pareil. Engoncée dans ses remparts, la ville s étendit progressivement en contrebas de la colline qui formait son emplacement depuis le Moyen-âge. Les avancées de l industrie, l ouverture de nombreuses mines d exploitation, notamment de charbon, engendrèrent inévitablement la venue de nouveaux habitants ainsi que la construction d une «ville nouvelle». Favorisés par l installation d une nouvelle ligne de chemins de fer reliant Aubagne à La Barque, en passant par Fuveau, les transports de minerais, mais aussi des voyageurs, permit au village de prendre un nouvel essor. Parmi les embellissements les plus emblématiques, la création du Cours et du boulevard, bordés de nouvelles maisons, donna à Fuveau un visage nouveau. «Simples notes et dates des événements les plus marquants ou les plus curieux de Fuveau au XIXe siècle : 1844 : Le Cours commence à être créé. Les plantations se font plus tard : Le conseil municipal assemblé, le 4 mai, approuve le plan et le projet de reconstruction de l église, tels que le curé Joubert les lui a présentés. Le conseil délibère ensuite à l unanimité d acheter le terrain du Cours où des plantations ont été commencées (1844 et plus tard, ), et des maisons bâties régulièrement tout autour, mais qui n est pas encore la propriété authentique de la commune. Le 28 septembre, un acte défi nitif remplace la convention élémentaire passée en 1844 entre J. Vitalis, possesseur, et Menut, maire, prix : 3000 francs : Arrangement de la place neuve. MM. Siffrein Depousier et Charles, Auguste, Verminck, mus par leurs bons sentiments à l égard du village, font cession gratuite du terrain nécessaire à la création du boulevard. D Hupays maire». Cours et sa fontaine publique, aménagés dans les années Le Plan et projet de construction du boulevard entre les chemins vicinaux n 11 et 1, en date du 14 octobre 1867, en rouge sur le plan ci-contre (Archives municipales de Fuveau), fut à son tour une étape importante de l agrandissement de la ville de Fuveau en dehors de ses remparts. Laurent DUFOIX, SELARL EUPALINOS, Architecte du Patrimoine - Inès CASTALDO, Historienne de l'art 24

25 Chapitre 2 : Recherches historiques et documentaires - Le paysage urbain se modifie, on y distingue un «bas» et un «haut» Fuveau : L agrandissement de la ville de Fuveau en contrebas de l ancien village, créa une sorte de césure entre ancien et nouveau parcellaire. La commodité des logements et la facilité de circulation offerte par les nouveaux axes routiers favorisa l installation de nombreux fuvelains dans ce nouveau quartier. «Le paysage urbain se modifi e, il prend sa forme actuelle, avec un «bas» qui ne cesse de s étendre, un «haut» de moins en moins attractif avec comme résultat une différenciation irréversible entre ces deux parties, au-delà du seul stade topographique : Des maisons partout : Ce lent mouvement d occupation des terrains disponibles à l extérieur des remparts remonte au moins à 1846, comme le signale le dénombrement effectué cette année là. Nombreuses sont déjà les maisons qui s égrènent allègrement un peu partout, sur les pentes douces ou délibérément dans les parties basses, en direction du Sud et de l Est, plus ou moins groupées en quartiers : Le Cours comprend 38 constructions nouvelles. [ ] Un habitant sur quatre n habite plus à l intérieur des remparts». - Le nouveau Cours L édifi cation des maisons neuves dans la continuation de la rue Rondet, vers le Sud, formant alors ce qui pourrait être «la ville nouvelle» de Fuveau, en contrebas de la ville médiévale, permis la mise en place de nouveaux embellissements, dont le Cours et sa fontaine publique, aménagés dans les années Faisant partie d un programme d urbanisation, notamment grâce au rachat par la ville de terres appartenant aux Vitalis, la création du Cours engendra la vente de terrains à des particuliers et ainsi la construction de nouvelles maisons, longeant le Cours de chaque côté et dans des rues nouvellement tracées parallèlement à celui-ci vers l Est ; - La rue Rondet : «Partant du cours Leydet jusqu à l église, elle voit défi ler bien des événements de la vie de Fuveau. Elle rappelle le nom d un syndicaliste des mines de la région de Saint- Etienne, Michel RONDET qui est d ailleurs statufi é à l entrée de cette ville. Cet homme a fait une apparition éclair chez nous pour un rapide meeting de propagande à la fi n du dix-neuvième siècle. Il est généralement admis qu il serait à l origine de la CGT Curieusement, avant de prendre cette appellation au début du siècle dernier elle s appelait rue Vendôme! C est d ailleurs à cette même époque qu un certain nombre de rues sont devenues rue Kléber, rue Mirabeau, rue Hoche, actuelle rue Barthélémy Niollon». Laurent DUFOIX, SELARL EUPALINOS, Architecte du Patrimoine - Inès CASTALDO, Historienne de l'art 25

26 La famille Vitalis posséda pendant longtemps des biens au sein du village de Fuveau. S il s agit probablement d une branche homonyme des seigneurs de Vitalis, il est nécessaire de ne pas la confondre avec cette famille noble, apparue en 1448 à Fuveau. Les Vitalis qui possédèrent la maison de l actuelle rue Rondet aux XVIIIe et XIXe siècles, certainement édifiée entre 1750 et 1780, ne possédaient pas de particule. Chapitre 2 : Recherches historiques et documentaires 2- La maison Vitalis - Septembre 1744 : État des terres dans le terroir de Fuveau sur lesquelles Monseigneur de Malherbes, curé dudit lieu, prétend avoir la dîme (AD BDR-Marseille, 1 H 895) : Tout autour du village, il est fait mention dans ce document de terres cultivées, vignes, champs d oliviers et autres parcelles appartenant à des particuliers. Nombre d entre elles sont proches des remparts mais aucune ne comporte de constructions signifi catives. Possessions de Joseph Vitalis : «Joseph Vitalis, tailheur, possède une vigne au près du village à la petite fontaine à la tête de laquelle il y avoit une petite rive le long du chemin d Auriol, qui a été défrichée cette année d environ un civadier en semance». En marge : «Personne ne se souvient d avoir veu cultiver cette rive qui est de très peu de conséquence» mai 1790 : Encadastrement des biens de Joseph Vitalis (AD BDR-Aix, C 2172). C est la première fois qu apparaît dans les archives la mention de la maison : «Nous Joseph Amalbert géomètre du lieu de Trets expert nommé par la communauté de Fuveau et François-Toussaint Jean notaire royal du lieu de Peynier nommé par messire Joseph Vitalis pretre cosseigneur dudit Fuveau pour procéder à l encadastrement des biens nobles dudit messire Vitalis [ ]. Ensuite et à l indication de Louis Vitalis ménager dudit Fuveau indicateur que la communauté nous a donné, nous avons trouvé que les biens nobles dudit messire Vitalis soumis audit encadastrement consistent, En deux maisons attenantes et régale du coté du nord, situées près la porte des fabres confrontant du levant maison de sieur Antoine Fouque, du midy la rue et la place publique, du couchant maison des heoirs de Jean Suzanne et du nord le vieux chemin daix à Toulon, de la contenance de nonante deux cannes estimées savoir les maisons soixante quatre cannes à cent vingt huit livres, et le régale, cloaque et rocher trente cannes dix livres, en tout cent trente huit livres [ ]». Au dessus de la porte d entrée de la maison Vitalis, est encore en place le monogramme d un Vitalis en fer forgé. La porte, caractéristique de la seconde moitié du XVIIIe siècle est en effet décorée des initiales J. J. V., peut-être un Jean-Joseph ou Jean-Jacques Vitalis, bâtisseur de la maison et ancêtre de Joseph et Jean-Michel Vitalis Laurent DUFOIX, SELARL EUPALINOS, Architecte du Patrimoine - Inès CASTALDO, Historienne de l'art 26

27 Chapitre 2 : Recherches historiques et documentaires La maison Vitalis, bastide ou maison de maître? La maison Vitalis de Fuveau, implantée en dehors des remparts mais au bord d un vaste domaine agricole et terrien, pourrait être apparentée à une maison de maître, éventuellement à une bastide, quoiqu il semble dans ce cas précis nécessaire de nuancer cette dernière appellation et également de la défi nir. Même si derrière la maison s étendaient des terres cultivables, le cadastre napoléonien de 1830 la positionne clairement dans un alignement de rue. La typologie des bastides provençales est caractéristique de riches demeures implantées sur des sites historiques : «La construction de bastides dans les campagnes ne constitue pas, comme d aucuns le laisseraient entendre, un phénomène qui daterait seulement du dernier quart du XVIe siècle. Certes, la plupart des demeures rurales qui existent actuellement sont en général postérieures aux années 1580 mais, parmi elles, nombreuses sont celles qui ont été reconstruites sur les ruines d édifi ces antérieurs datant du Moyenâge ou de la Renaissance quand ce n est pas sur le site d anciennes villas gallo-romaines [ ] (1)». Le devis de construction de la Pinchinate, au Plan d Aillane, passé en 1532 (disparue), prévoyait «la construction d un bâtiment de plan carré de 5 cannes et 2 pans de côté dans œuvre, fl anqué aux angles de quatre tours rondes de 13 pans de diamètre dans œuvre. En élévation, le bâtiment comprenait d abord un rez-de-chaussée surélevé d environ un mètre au dessus du sol, sous lequel était creusée une cave voûtée éclairée par des soupiraux, qui s étendait sur toute la longueur de l édifice. Au dessus s élevait un étage noble de 12 pans de haut (environ 3 mètres), que surmontait un deuxième étage de 10 pans (environ 2 mètres 50), le tout coiffé par une classique toiture en tuiles à quatre pentes. Le matériau mis en œuvre était essentiellement la maçonnerie de blocage à chaux et sable recouverte d un enduit au mortier, la pierre de taille n étant utilisée que pour les encadrements de baies ouvertes dans les murailles. [ ] C était une traditionnelle bastide fortifi ée, sans doute bâtie sur le modèle de celles qu on avait élevées dans la campagne aixoise au cours des siècles précédents et dont le type se perpétuera jusqu au début du XVIIe siècle lorsque la sécurité des campagnes sera assurée». La composition et la distribution de la maison Vitalis, comprenant deux étages d habitation posés sur un niveau de caves voûtées, se rapprochent de la typologie des bastides provençales du XVIe siècle. Mais il est clair que toutes les maisons de ville, voire les hôtels particuliers des XVIIe et XVIIIe siècles possèdent cette même typologie. Concernant la distribution intérieure, la maison Vitalis fut conçue à l image de la plupart des maisons de village du XVIIIe siècle, composée de quatre pièces à chaque niveau encadrant un escalier central, cœur de la composition. La bastide de La Beauvalle, à Aix-en- Provence, respecte également cette composition, certes, mais cette typologie est en réalité très courante : «Comme la grande majorité des bastides du Pays d Aix mises en chantier à l époque classique, la bastide de La Beauvalle est entièrement construite en maçonnerie de blocage recouverte d un enduit, la pierre de taille n étant utilisée que pour les chaînes d angles et les encadrements des baies. Si son volume primitif et sa structure interne, comportant deux étages sur rez-de-chaussée, desservis par une cage d escalier centrale rampe sur rampe, n ont pas subi de sensibles modifi cations depuis le milieu du XVIIe siècle, il n en va pas de même pour l élévation des façades [ ] (2)». Il est à noter que la disposition de l escalier d honneur au centre de l édifi ce est une caractéristique typique des maisons et hôtels particuliers urbains du XVIIIe siècle, et que là n est donc pas une disposition exceptionnelle. Bien plus sophistiquées que le modèle de bastide rurale précité, et beaucoup plus éloignées de la typologie de la maison Vitalis de Fuveau, les somptueuses bastides provençales adoptent un style architectural plus soigné. Les exemples de bastides sont nombreux et parsèment le paysage rural des environs d Aix-en-Provence et de Marseille. Florissant de façon conséquente aux XVIIe et XVIIIe siècles, ces véritables demeures de plaisance, implantées au sein de vastes domaines, adoptent un parti architectural quasi-identique, à savoir un corps de bâtiment cossu et massé, des décors plus ou moins sobres en façades et une toiture généralement réalisée à quatre pentes, décorée d une génoise. Mireille Nys, dans son ouvrage, en fait une juste description générale (3) : «Les termes de pavillon et de bastide recouvrent en fait le même type d architecture ; c est surtout par leur fonction qu ils se différencient. Pavillons et bastides sont des constructions cubiques au toit à quatre pentes, aux façades recouvertes d un enduit et encadrées de chaînages d angle (Lenfant, en photographie ci-contre, Bidaine, Repentance, La Gaude, etc.). Leurs ouvertures sont régulièrement rythmées, en général rectangulaires ou en arc-segment. Le toit à quatre pentes qui les recouvre est parfois dissimulé par une forte corniche, comme au pavillon de Vendôme à Aix-en-Provence, ou décoré d une génoise à plusieurs rangs. Certains pavillons sont de dimensions très modestes et ne possèdent qu un étage sur rezde-chaussée, tel le pavillon de Lenfant [aux Pinchinats à Aix-en- Provence] avant sa transformation au XVIIIe siècle. 2- La maison Vitalis Mais en général, ces demeures s élèvent sur trois niveaux dont un en attique. Le décor architectural est extrêmement sobre ; seule la porte d entrée fait l objet d une recherche décorative. Un encadrement de pierre, un entablement avec corniche comme au pavillon de Trimont ou à Lenfant, constituent souvent l essentiel du décor. L encadrement des fenêtres est simplement souligné par un bandeau [ ]». La maison Vitalis, que l on peut désormais qualifi er de maison de maître et non de bastide, avait certes été édifi ée au XVIIIe siècle au sein d un vaste domaine terrien, mais elle était parfaitement insérée dans le nouveau tissu urbain. Loin des grandes architectures et des grands décors, elle présentait dans sa forme primitive, les principales caractéristiques des maisons de village du XVIIIe siècle, à savoir une distribution organisée autour d un escalier central et une architecture en façade faite de moellons recouverts d un enduit, avec, pour seul décor de pierres l encadrement de ses fenêtres et de ses portes. (1) BOYER Jean, «Deux bastides du XVIe siècle : la «Pinchinate» au Plan d Aillane (1532), les Quatre tours à Venelles (1555)», Le Courrier d Aix, octobre (2) BOYER Jean, «Une bastide du XVIIe siècle : La Beauvalle», Le Courrier d Aix, 25 juillet (3) NYS Mireille, Le jardin classique en Provence méridionale, Aix-en- Provence, Édisud, 2001, p. 58. Laurent DUFOIX, SELARL EUPALINOS, Architecte du Patrimoine - Inès CASTALDO, Historienne de l'art 27

28 Chapitre 2 : Recherches historiques et documentaires La comparaison de la maison Vitalis avec d autres édifi ées à la même époque, par exemple dans la rue Rondet, pourrait éventuellement témoigner de son allure primitive. Or, il n en existe qu une seule. En effet, à l époque de la construction de la maison Vitalis, il ne fut construit qu une maison, en dehors des remparts, celle des Barthélémy, un peu plus haut (4 rue Rondet) (4). La maison Vitalis et la maison Barthélémy, quoique seuls éléments architecturaux du paysage hors de l ancienne porte Fabre, étaient déjà bien alignées dans le chemin qui deviendrait la rue Rondet. Le cadastre napoléonien de 1830 montre la rue Rondet quasiment lotie, mais les autres maisons ont été édifi ées à partir des années Ainsi, située deux maisons plus haut que de la maison Vitalis (au 4 rue Rondet), cette demeure propose les vestiges d une façade faite de moellons apparents (privée de son enduit d origine) et des encadrements de portes et de fenêtres en pierre. La composition des étages est la même, deux étages sur rez-de-chaussée dont le dernier est moins haut, ainsi les fenêtres plus petites. Au vu de ces considérations, la maison Vitalis, maison de maître, présentait peut-être à l époque de son édifi cation un intérêt architectural, et l on peut s en faire une idée à présent, mais, en dehors du monogramme de son entrée et de ses caves voûtées, il n en reste aucun vestige. De plus, au vu de la comparaison effectuée plus haut avec la maison Barthélémy, édifiée à la même époque que la maison Vitalis, il semble évident qu elles présentaient à l époque les mêmes caractéristiques architecturales (dont l évidence ne se fait plus à l œil nu). La maison Barthélémy peut par conséquent constituer un exemple unique et tout-à-fait représentatif de la typologie des maisons fuvelaines du XVIIIe siècle. (4) Source orale, issue des recherches en archives municipales de Fuveau, par l historien Jean-François ROUBAUD. 3 - La maison Vitalis après la Révolution La maison resta en possession des Vitalis, tout comme les terres alentours : État de la parcelle dans le cadastre napoléonien (AD BDR- Aix, Cadastre de Fuveau, section G) : N 253 : Jardin et cour appartenant à François-Hilaire Depousier. N 254 : Maison et cour de Jean-Michel Vitalis (ancien café du Cours), 22 portes et fenêtres, 305 m². N 255 : Labour appartenant à Jean-Michel Vitalis. N 256 : Vignes appartenant à Jean-Michel Vitalis. N 257 : Vignes et oliviers appartenant à Jean-Michel Vitalis (plus autres labours et vignes appartenant au même propriétaire aux numéros 258, 259, 260 et 261). Nous constatons sur le cadastre napoléonien que la maison de Jean-Michel Vitalis est plus étroite qu aujourd hui, ce qui nous conforte dans l idée de l ajout d une extension comportant au rez-de-chaussée une ancienne écurie ou remise, certainement édifiée dans la seconde moitié du XIXe siècle. En effet, sur un plan plus tardif, datant de 1867, d extension est visible 4 - Le café Le projet du nouveau Cours de Fuveau incluait également le lotissement des abords de l ancien café, à l Est, ce qui ne fut jamais réalisé. En 1880, Louis Coulomb, cafetier, est cité comme étant le propriétaire des lieux, mais il devait l être aussi en janvier 1875 : Plan de la commune de Fuveau dressé par l agent voyer cantonal en vue du percement de la rue de Nice (Archives municipales de Fuveau). Rien ne change concernant l allure du bâtiment mars 1880 : Ouverture d un chemin direct du cours de Fuveau au chemin vicinal ordinaire n 6, projet de l agent voyer cantonal A. Gautin (Archives municipales de Fuveau). Percement de la rue bordant l ancien café du cours, et descendant vers l actuel parking, d une longueur de 129 mètres. Le bâtiment est un café et était alors la propriété de Louis Coulomb, cafetier. «Exposé des motifs : L ouverture d un chemin direct à travers la propriété Coulon Louis, cafetier, aux abords du chef-lieu de la commune de Fuveau, est de la plus grande utilité et répond aux besoins incessants de la population. Ce chemin offrira un raccourci de 311 mètres. 1er pour se rendre à la sortie des eaux de la galerie des Fontaines où les femmes du pays sont obligées de se rendre aux époques très fréquentes de disette d eau. 2e pour rejoindre le chemin vicinal n 6 dit de Rousset, Trets, etc.. La rampe unique sera de 0,0583 par mètre, tandis que la partie du chemin vicinal n 6 que le nouveau chemin permettra d éviter offre une rampe de 0,08 par mètre. Ces motifs concluants ont décidé la présentation du présent projet octobre 1867 : Plan et projet de construction du boulevard entre les chemins vicinaux n 11 et 1, formant une longueur de 151,45 m (Archives municipales de Fuveau). Sur le plan, l extension de la maison est nettement visible, réalisée donc entre 1830 et janvier octobre 1867 Laurent DUFOIX, SELARL EUPALINOS, Architecte du Patrimoine - Inès CASTALDO, Historienne de l'art 28

29 Chapitre 2 : Recherches historiques et documentaires - Le café du Cours (dans FAURE-VINCENT Noëlle et BONFILLON Jean, Nos racines sont les vôtres, Fuveau un siècle de mémoire, Marseille, Autres Temps, 2000, p. 83) : «Il existait déjà dans sa forme actuelle au XIXe siècle. Il servait alors d auberge et de relais. Les gens et leurs bêtes savaient y trouver le vivre et le couvert. Aujourd hui, une partie du bâtiment abrite le bureau de tabac. En contrebas, le jeu de boules attenant est toujours très fréquenté. La grande salle du premier étage, qui servait autrefois de salle des fêtes et de bal, est fermée pour cause de vétusté» mars 1880 Sur cette carte postale, il est indiqué que l hôtel appartient aux Frégier-Rosia. Non datée, cette carte pourrait correspondre à l époque Description et avant-métré : Le tracé consiste à poursuivre l alignement de la rue au midi du bâtiment Coulon Louis dans la propriété de ce dernier jusqu à la rencontre du chemin vicinal ordinaire n 6, c'est-à-dire sur une longueur de 74 mètres et sur une largeur uniforme de 7 mètres, soit une superfi cie de 518 mq à acquérir par la commune. Les travaux consistent en remblais d emprunt de manière à former une unique pente du cours de Fuveau au chemin vicinal n 6. L emprunt pour remblais sera pris dans les incultes au midi et au levant du village. Il sera formé un revêtement en pierre aux talus des remblais de manière à n obtenir que 40 % au besoin d inclinaison pour assurer une voie d au moins 4 mètres tout en ne disposant que d une largeur totale de 7 mètres. Au fur et à mesure que des bâtisses s élèveront le long de ce chemin (ce qui est certain) la voie atteindra la largeur de 7 mètres» : Plan révisé du cadastre napoléonien (AD BDR-Marseille, 197 W 112). La terrasse côté Est a été édifiée entre temps, ainsi entre 1880 et Laurent DUFOIX, SELARL EUPALINOS, Architecte du Patrimoine - Inès CASTALDO, Historienne de l'art 29

30 Chapitre 2 : Recherches historiques et documentaires : Plan de la ville de Fuveau pour un projet de travaux d alimentation en eau potable (Archives municipales de Fuveau). Carte postale, cours et fontaine de Fuveau. Vue partielle de l ancien café de la rue Rondet (Hôtel-restaurant). Carte envoyée en 1968 (AD BDR-Marseille, 6 Fi 7088). 5- Le devenir de l édifice au XXIème siècle - 3 mai 2000 : Rachat de la maison de l ancien café du Cours par la commune de Fuveau, et des terrains alentours (sections BR numéros 124, 128 et 240) auprès de Roger REY (acte passé chez le notaire Alain GIRAULT, de Salon de Provence, procuré par les Services Urbanisme de la commune de Fuveau). Son père le possédait depuis le début du XXe siècle. Le terrain à l Ouest servirait à l aménagement du jeu de boules : «[ ] Monsieur REY Roger Célestin, retraité, et Madame GAR- JANNE Charlotte Victoria Maria Josette, retraitée, son épouse [ ], ci-après dénommés «le vendeur». La commune de Fuveau, département des Bouches-du-Rhône, ci-après dénommée «l acquéreur». [ ] Ledit immeuble étant loué à la SARL du Cours en vertu d un bail commercial suivant l acte sous seing privé en date du 10 juin 1983 consenti à l origine à Madame Simone AGOSTINI [ ]. Et à Monsieur et Madame Philippe REBUFFAT en vertu d un bail commercial consenti à l origine à Madame Simone AGOSTINI [ ]. Origine de propriété : L immeuble présentement vendu dépend de la communauté existant entre les époux REY/GARJANNE, par suite des faits et actes ci-après : Pour Monsieur REY l avoir recueilli dans la succession de son père, Monsieur René Marius Etienne REY, né à Fuveau le 15 février 1902, en son vivant débitant de boissons [ ]». Carte postale, Fuveau, cours Leydet, vue partielle de l ancien café de la rue Rondet. Carte non datée, en couleurs (AD BDR-Marseille, 6 Fi 7092). Carte postale, Le bar-tabac du cours, Fuveau. Carte envoyée en 1979 (AD BDR-Marseille, 6 Fi 7098). Laurent DUFOIX, SELARL EUPALINOS, Architecte du Patrimoine - Inès CASTALDO, Historienne de l'art 30

31 Chapitre 3 : EVOLUTION ET VALEUR PATRIMONIALE XVIIIIème : Une maison de maitre, au milieu des labours ( la maison Vitalis), construite en bordure d une nouvelle voie du village. Cette maison répondait au rez de chaussée bas à des fonctions agricoles permettant de régler la question de la déclivité. Nous ne savons rien des percements origines hormis au niveau bas. Des sondages devraient être réalisés pour mieux comprendre la composition et l intérêt de cette façade. XIXème : La maison s étend entre 1830 et Elle est devient vraisemblablement une auberge puis un hôtel restaurant accueillant les visiteurs et leurs montures. XXème: Un café, des garages, la terrasse étant créée dans les années 1930 Le cours est crée dans les années 1844, avec une fontaine publique L implantation à l Est d un alignement de maisons dans les années 1867 renforcera son aspect de mail, et la qualité des lieux. Un chemin est crée, qui deviendra la rue Sainte Victoire en Laurent DUFOIX, SELARL EUPALINOS, Architecte du Patrimoine - Inès CASTALDO, Historienne de l'art 31

32 Chapitre 3 : EVOLUTION ET VALEUR PATRIMONIALE Approche sur la valeur patrimoniale de l édifice : L édifi ce ne bénéfi cie à ce jour d aucune protection spécifi que. Quels pourraient être les éléments à prendre en compte? - En terme historique: Aucune personnalité n a habité dans cette maison, aucun fait spécifi que est noté dans l histoire. - En terme artistique et architectural: L édifi ce a été construit en plusieurs phases. dès la 2ème moitié du XVIIIème. Il est construit sur une typologie typique du XVIIIème dabns la région. Il ne comporte pas d éléments architecturaux spécifiques interessants, hormis l imposte en ferronnerie avec le monogramme du 1er propriétaire. Les caves voûtées, les menuiseries et revêtements de sol d origine ont le caractère des bâtisses de cette époque. - En terme de la mémoire de la commune, d un point de vue ethnographique: Cette maison a été bâtie très tardivement dans l histoire du village, a été un lieu de convivialité pendant une durée d un siècle env. Cette mémoire est conservée par des ouvrages et carte postale. Cet édifice a une valeur patrimoniale du fait de sa construction au XVIIIème siècle, de la rareté des maisons construites à cet époque dans le village. Restaurée, elle sera un témoignage intéressant. Approche sur la valeur paysagère : Perception lointaine: La photo prise depuis l Est du village, en point haut, vers le village, montre que la maison Vitalis n est pas un élément constituant de l architecture et de l urbanisme de Fuveau depuis ce site. L immeuble ne se dégage pas dans le paysage. Perception proche depuis l esplanade Est (parking): la maison a un impact paysagé très fort, de part sa volumétrie, en 1er plan. La terrasse et l extension dissimule le mail planté à l arrière que constitue le cours. Perception proche par la rue Sainte Victoire vers le village: La maison dissimule les façades arrières,de qualité. Couverture du café Vue lointaine depuis l Est Vue depuis le Nord Est Vue de l Est rue Sainte - Victoire Laurent DUFOIX, SELARL EUPALINOS, Architecte du Patrimoine - Inès CASTALDO, Historienne de l'art 32

33 Chapitre 3 : EVOLUTION ET VALEUR PATRIMONIALE Approche sur la valeur paysagère depuis l arrivée sur le cours : Perception proche: La photo prise depuis la place montre montre bien que l espace de la place prend, entre autres raisons, sens de part la présence d une élévation dans le prolongement de la rue Rondet et du cours descendant Victor Leydet, de sa perpendiculaire, élévation qui ferme, structure l espace de la place, constituée en plusieurs temps. Pour autant doit on considérer que l intégralité de la hauteur du bâtiment est nécessaire à cette perception? Il convient de se remémorer que l édifi ce n était pas aussi vaste à l origine, et que la restitution du volume d origine serait une amélioration certaine. Vue de la place aujourd hui, avec les axes de composition, les fuyantes... Vue de la place volumétrie d origine restituée Laurent DUFOIX, SELARL EUPALINOS, Architecte du Patrimoine - Inès CASTALDO, Historienne de l'art 33

34 Chapitre 3 : EVOLUTION ET VALEUR PATRIMONIALE Approche sur la valeur urbanistique : 1 le côté Ouest d alignement de maisons et la maison Vitalis 2 l alignement Est et renforcement de l alignement Ouest. Les documents attestent d une évolution constante du bâti, en fonction des besoins et usages. Les parties 1 sont les éléments fondateurs du futur quartier, générant le tracé du cours. La maison Vitalis est le point focal du cours, et présente donc une valeur remarquable de par son implantation. Les deux images ci dessous, avec ou sans maison, montrent la nécessité pour garder la qualité de place, de conserver un plan qui clôt le tracé de la place. Pour autant, en fonction de l évolution de la commune, de la présence d équipements structurants à proximité, de la pratique de nouveaux usages, de la volonté de valoriser le coeur de ville, et de sécurité pour les habitants, des enjeux du XXIème siècle, il semble possible de concilier une réponse en lien avec les nouveaux usages par un aménagement adaptant les tracés structurants Ancienne porte Fabre 2 Vue aérienne de l ensemble urbain aujourd hui Vue aérienne de l ensemble urbain après restitution volumétrie d origine Laurent DUFOIX, SELARL EUPALINOS, Architecte du Patrimoine - Inès CASTALDO, Historienne de l'art 34

CONNAISSANCE DU PATRIMOINE ARCHITECTURAL ET URBAIN RAPPORT DE PRÉSENTATION

CONNAISSANCE DU PATRIMOINE ARCHITECTURAL ET URBAIN RAPPORT DE PRÉSENTATION ARCHITECTURAL ET URBAIN ZPPAUP Montpellier Gambetta Clemenceau Figuerolles Rapport de présentation Juillet 2006 Page 73 Zone de Protection du Patrimoine Architectural, Urbain et Paysager SECTEUR GAMBETTA

Plus en détail

Guide des autorisations d urbanisme

Guide des autorisations d urbanisme Guide des autorisations d urbanisme de Service Urbanisme Villenoy 2014 TABLE DES MATIERES QUEL DOSSIER DEPOSER POUR MON PROJET?... 2 QUELQUES NOTIONS POUR BIEN DEMARRER.... 2 MON PROJET EST-IL SOUMIS A

Plus en détail

AGORA 2014 Appel à idées Habiter les toits à Bordeaux Et pour compléter

AGORA 2014 Appel à idées Habiter les toits à Bordeaux Et pour compléter AGORA 2014 Appel à idées Habiter les toits à Bordeaux Et pour compléter 1 SOMMAIRE Vues générales des toits 3 Type de charpentes, de la plus simple à la plus sophistiquée quelques coupes transversales

Plus en détail

communes du pays de brouilly. Four du hameau de Chardignon Saint-Lager

communes du pays de brouilly. Four du hameau de Chardignon Saint-Lager Schéma de restaurationvalorisation du petit patrimoine des communes du pays de brouilly. Four du hameau de Chardignon Saint-Lager SOMMAIRE 1) ÉDIFICE PRÉSENTE... 3 A) DÉNOMINATION ET POSITION GÉOGRAPHIQUE...

Plus en détail

Maison, actuellement bureaux

Maison, actuellement bureaux Maison, actuellement bureaux 95 avenue du Grand-Port Chourdy-Pont Rouge Aix-les-Bains Dossier IA73002139 réalisé en 2013 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine

Plus en détail

Vocabulaire maisons Maisons Paysannes de Charente

Vocabulaire maisons Maisons Paysannes de Charente Vocabulaire maisons Maisons Paysannes de Charente Définition de la maison C est l abri qui permet aux humains de vivre décemment. Elle se compose de 4 murs et d un toit qui nous apparaissent ainsi : -

Plus en détail

Immeuble, Le Square Duvernay

Immeuble, Le Square Duvernay Immeuble, Le Square Duvernay rue Duvernay rue Comte-de-Loche Quartier de la gare Aix-les-Bains Dossier IA73002041 réalisé en 2012 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du

Plus en détail

LE PARC DE FIGUEROLLES

LE PARC DE FIGUEROLLES LE PARC DE FIGUEROLLES SUR LES RIVES DE L ETANG L DE BERRE A MARTIGUES LE PATRIMOINE RURAL DU SITE Vue aériennea du site de Figuerolles en limite Nord de la Commune de Martigues Le caractère re rural de

Plus en détail

Vu le dahir du 7 kaada 1371 (30 Juillet 1952) relatif à l urbanisme et, notamment, son article 18 ;

Vu le dahir du 7 kaada 1371 (30 Juillet 1952) relatif à l urbanisme et, notamment, son article 18 ; Décret n 2-64-445 du 21 chaabane 1384 (26 décembre 1964) définissant les zones d habitat économique et approuvant le règlement général de construction applicable à ces zones. (B.O. n 2739 du 28-4-1965,

Plus en détail

(B.O. n 2739 du 28-4-1965, page 489) LE PREMIER MINISTRE,

(B.O. n 2739 du 28-4-1965, page 489) LE PREMIER MINISTRE, DECRET N 2-64-445 DU 21 CHAABANE 1384 (26 DECEMBRE 1964) DEFINISSANT LES ZONES D HABITAT ECONOMIQUE ET APPROUVANT LE REGLEMENT GENERAL DE CONSTRUCTION APPLIABLE A CES ZONES (B.O. n 2739 du 28-4-1965, page

Plus en détail

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti

Fiche Technique d Évaluation sismique : Construction basse en Maçonnerie Non-armée, Chaînée, ou de Remplissage en Haïti .0 RISQUES GEOLOGIQUES DU SITE NOTES. LIQUÉFACTION : On ne doit pas trouver de sols granulaires liquéfiables, lâches, saturés, ou qui pourraient compromettre la performance sismique du bâtiment, dans des

Plus en détail

PLAN DE SITUATION C'est le plan qui localise votre terrain PCMI 1. SAINT DENIS - Bellepierre Parcelle AY 592. Ech : 1/ 2000 ème

PLAN DE SITUATION C'est le plan qui localise votre terrain PCMI 1. SAINT DENIS - Bellepierre Parcelle AY 592. Ech : 1/ 2000 ème PERMIS DE M. X. Plan de situation. Plan de masse 3. Coupe 4. Notice descriptive. Façades et plan de toiture. Insertion graphique 7. Photo dans le paysage proche 8. Photo dans le paysage lointain Mise à

Plus en détail

Ferme dite la Vieille Cour, actuellement maison

Ferme dite la Vieille Cour, actuellement maison Ferme dite la Vieille Cour, actuellement maison 11 route côtière Chenac-Saint-Seurin-d'Uzet Dossier IA17045091 réalisé en 2012 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine

Plus en détail

ETAT DES LIEUX RAPPEL DE L ETAT DES LIEUX EFFECTUE EN JANVIER 1993

ETAT DES LIEUX RAPPEL DE L ETAT DES LIEUX EFFECTUE EN JANVIER 1993 ETAT DES LIEUX RAPPEL DE L ETAT DES LIEUX EFFECTUE EN JANVIER 1993 1 ETAT DES LIEUX AU PRINTEMPS 2010 Végétation Souche effondrée Végétation Parties hautes des murs effondrées Cheminées effondrées Ouverture

Plus en détail

Le financement du projet

Le financement du projet Le financement du projet Comment financer mon projet? 14 Votre budget doit faire l objet d une étude approfondie. Pour vous aider à établir votre plan de financement, faites appel à l Association Départementale

Plus en détail

Direction de l'urbanisme. Foire Aux Questions. Service Urbanisme

Direction de l'urbanisme. Foire Aux Questions. Service Urbanisme Foire Aux Questions 1 Je dois faire des travaux, dois- je faire une demande? Quel type de dossier faut- il pour des travaux? a) Vous déposerez une demande de Permis de Construire notamment pour : Créer

Plus en détail

3. Ligne Eaux-Vives - Moillesulaz

3. Ligne Eaux-Vives - Moillesulaz 200 3. Ligne Eaux-Vives - Moillesulaz Se développant sur 3,991 km, la ligne des Vollandes relie Les Eaux- Vives à Annemasse en France par Moillesulaz (carte nationale 1/100000). 201 Bâtiment des voyageurs

Plus en détail

DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N

DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE N CARACTERE DE LA ZONE Zone faisant l objet d une protection en raison soit de la qualité des sites, des milieux naturels, des paysages et de leur intérêt notamment du

Plus en détail

Villa dite Saint-Cloud

Villa dite Saint-Cloud Villa dite Saint-Cloud 54 boulevard Frédéric-Garnier Royan Dossier IA17046390 réalisé en 2014 Copyrights Copyrights Auteurs (c) Région Poitou-Charentes, Inventaire du patrimoine culturel Enquêteur : Suire

Plus en détail

Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs

Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs Le château de Versailles Architecture et décors extérieurs Les rois de France viennent régulièrement chasser à Versailles à partir du XVI ème siècle. Henri IV y amène son fils, le futur Louis XIII. Devenu

Plus en détail

Présentation renouveau école Georges Pamart

Présentation renouveau école Georges Pamart MAIRIE DE QUERENAING DEPARTEMENT DU NORD REPUBLIQUE FRANCAISE LIBERTE EGALITE FRATERNITE Arrondissement de Valenciennes - Canton de Valenciennes Sud www.querenaing.fr Présentation renouveau école Georges

Plus en détail

Restaurant les Covagnes

Restaurant les Covagnes Restaurant les Covagnes Flaine Front de neige Magland Dossier IA74000962 réalisé en 2006 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; Ecole d'architecture

Plus en détail

RÉGLEMENT ZONE DE PROTECTION DU PATRIMOINE ARCHITECTURAL URBAIN ET PAYSAGER C O M M U N E D E L A R E O L E DEPARTEMENT DE LA GIRONDE

RÉGLEMENT ZONE DE PROTECTION DU PATRIMOINE ARCHITECTURAL URBAIN ET PAYSAGER C O M M U N E D E L A R E O L E DEPARTEMENT DE LA GIRONDE Avril 2008 DEPARTEMENT DE LA GIRONDE C O M M U N E D E L A R E O L E ZONE DE PROTECTION DU PATRIMOINE ARCHITECTURAL URBAIN ET PAYSAGER RÉGLEMENT Délibération du Conseil Municipal Enquête publique Avis

Plus en détail

Salon de Provence CÔTÉ. Bastides LES VIOUGUES

Salon de Provence CÔTÉ. Bastides LES VIOUGUES Salon de Provence CÔTÉ LES VIOUGUES Votre partenaire immobilier côté confiance Né de l expertise conjointe de professionnels de l immobilier et de la construction, Côté Sud Promotion maîtrise parfaitement

Plus en détail

Décrets, arrêtés, circulaires

Décrets, arrêtés, circulaires Décrets, arrêtés, circulaires TEXTES GÉNÉRAUX MINISTÈRE DES TRANSPORTS, DE L ÉQUIPEMENT, DU TOURISME ET DE LA MER Arrêté du 15 janvier 2007 portant application du décret n o 2006-1658 du 21 décembre 2006

Plus en détail

LOCAUX COMMUNS CREATION D'UNE PEPINIERE D'ENTREPRISES ESQUISSE N 2 RDC R+1 R+2 R+3 TOTAL Accueil 47 473 m2 Bureau administration 15 Local repro/archives 12 Petite salle de réunion 35 Salle de conférence

Plus en détail

La Chapelle de la Ferme d Ithe

La Chapelle de la Ferme d Ithe La Chapelle de la Ferme d Ithe Le Tremblay-sur-Mauldre / Jouars-Pontchartrain (78 Yvelines) Une dizaine de jeunes, âgés de 17 à 20 ans, ont inauguré, durant les deux dernières semaines de juillet, une

Plus en détail

PORTFOLIO ETUDES D ARCHITECTURE LOUISE LEONARD

PORTFOLIO ETUDES D ARCHITECTURE LOUISE LEONARD PORTFOLIO ETUDES D ARCHITECTURE LOUISE LEONARD Mail : leonardlouisearchitecte@yahoo.fr Site Web : www.leonardlouisearchitecte.sitew.com BI-CURSUS, DESS, MATERIAUX POUR L ARCHITECTURE 2003-2004 École d

Plus en détail

CHAPITRE VII REGLEMENT DE LA ZONE UF*

CHAPITRE VII REGLEMENT DE LA ZONE UF* CHAPITRE VII REGLEMENT DE LA ZONE UF* Zone à dominante d activités économiques (PME, services, activités artisanales, activités tertiaires) et d équipements collectifs PLU Champigny-sur-Marne Approuvé

Plus en détail

PROJET DE RESTAURATION DE L ANCIEN COUVENT DE LA VISITATION. Monument Historique. Place de la République 72000 LE MANS

PROJET DE RESTAURATION DE L ANCIEN COUVENT DE LA VISITATION. Monument Historique. Place de la République 72000 LE MANS PROJET DE RESTAURATION DE L ANCIEN COUVENT DE LA VISITATION Monument Historique Place de la République 72000 LE MANS 01 PRÉSENTATION DE LA VILLE Le Mans Paris Rennes Nantes Le Mans À seulement 50 minutes

Plus en détail

Le Château de Kerjean est classé monument historique

Le Château de Kerjean est classé monument historique restauration du château 7/06/06 18:13 Page 1 restauration du château 7/06/06 18:14 Page 2 Le Château de Kerjean est classé monument historique Ce classement a été effectué en 1911, lorsque le château a

Plus en détail

CREATION D UN GROUPE SCOLAIRE

CREATION D UN GROUPE SCOLAIRE S.I.C.A. HABITAT RURAL DE LA SAVOIE 40, rue du Terraillet 73190 SAINT BALDOPH Tél. 04 79 33 06 94 Fax 04 79 85 69 92 E-mail : info@sica-hr.com Dossier 1918-2011 SYNDICAT INTERCOMMUNAL DE ST OFFENGE CREATION

Plus en détail

INTERVENIR SUR LE BATI ANCIEN

INTERVENIR SUR LE BATI ANCIEN I - Données Générales INTERVENIR SUR LE BATI ANCIEN Rivalités entre réhabilitation, restauration et rénovation Au cours des dernières années, d'importantes études ont été entreprises dans les quartiers

Plus en détail

2ème OPERATION Travaux d'urgence de l'eglise paroissiale et intégration architecturale de la porte des morts

2ème OPERATION Travaux d'urgence de l'eglise paroissiale et intégration architecturale de la porte des morts 2ème OPERATION Travaux d'urgence de l'eglise paroissiale et intégration architecturale de la porte des morts DESCRIPTION ET PLAN L église paroissiale de Cernay- La- Ville inscrite à l inventaire des Monuments

Plus en détail

Désignation. Localisation. Description de l édifice. Historique, datation édifice. Protection / Statut juridique. Architecte, auteur

Désignation. Localisation. Description de l édifice. Historique, datation édifice. Protection / Statut juridique. Architecte, auteur Nom : Pont sur La Barberolle Typologie architecturale secondaire : Dénomination : ouvrage d'art / pont Dénomination secondaire : Typologie régionale : Localisation Canton : Bourg de Péage / Pays : Drôme

Plus en détail

90 rue Jean-Jaurès Creil Dossier IA60001641 réalisé en 2006

90 rue Jean-Jaurès Creil Dossier IA60001641 réalisé en 2006 Ancienne fonderie de zinc Allary, puis usine de serrurerie (usine de coffres-forts) Fichet, puis garage de réparation automobile, puis dépôt d'autobus, puis entrepôt commercial 90 rue Jean-Jaurès Creil

Plus en détail

Domaine. à Bayonne. Une nouvelle vie pour un nouveau quartier

Domaine. à Bayonne. Une nouvelle vie pour un nouveau quartier Domaine du Moulin à Bayonne Une nouvelle vie pour un nouveau quartier ** * Ceci n est pas un label. Cet immeuble fera l objet d une demande de label BBC-effinergie, Bâtiment Basse Consommation, auprès

Plus en détail

PROJET DE CONSTRUCTION DOSSIER DE FAISABILITE B3

PROJET DE CONSTRUCTION DOSSIER DE FAISABILITE B3 ECOLE SPECIALE DES TRAVAUX PUBLICS PROJET DE CONSTRUCTION DOSSIER DE FAISABILITE B3 AUTEUR : GABILLAT Arnaud PACAUD Fabien BUSSUTIL Clothilde TAN Vincent B3 1 IMPLANTATION DU PROJET Programme : Réalisation

Plus en détail

Octobre 2007 : pourquoi la réforme des demandes d autorisation d urbanisme?

Octobre 2007 : pourquoi la réforme des demandes d autorisation d urbanisme? Octobre 2007 : pourquoi la réforme des demandes d autorisation d urbanisme? Objectifs : prise en compte de l insatisfaction et de l attente des usagers réduire le nombre d autorisations simplifier les

Plus en détail

Ywood Les Docks Libres à Marseille

Ywood Les Docks Libres à Marseille Ywood Les Docks Libres à Marseille S. Bouquet 1 Ywood Les Docks Libres à Marseille Stéphane Bouquet NEXITY / YWOOD FR-Paris, Marseille 2 Ywood Les Docks Libres à Marseille S. Bouquet 5 ème Forum International

Plus en détail

LES ESCALIERS. Les mots de l escalier

LES ESCALIERS. Les mots de l escalier Les mots de l escalier L escalier :ouvrage constitué d une suite régulière de plans horizontaux (marches et paliers) permettant, dans une construction, de passer à pied d un étage à un autre. L emmarchement

Plus en détail

Un pavillon se compose de murs et d'un toit qui peuvent être réalisés de différentes façons suivant le budget donné :

Un pavillon se compose de murs et d'un toit qui peuvent être réalisés de différentes façons suivant le budget donné : Un pavillon se compose de murs et d'un toit qui peuvent être réalisés de différentes façons suivant le budget donné : l'assemblage de parpaings le moulage dans un coffrage donnant une forme circulaire

Plus en détail

Ce guide se divise en six chapitres, dont quatre sont dédiés à une catégorie de bâtiment :

Ce guide se divise en six chapitres, dont quatre sont dédiés à une catégorie de bâtiment : INTRODUCTION Constructions de pointe et d usage courant, les escaliers métalliques doivent répondre à d autres exigences, que celle de pouvoir passer d un niveau à un autre. L un des principaux points

Plus en détail

LE LAVOIR DE LA MONTAGNE - RAPPORT DE PRESENTATION - DOSSIER PHOTOGRAPHIQUE

LE LAVOIR DE LA MONTAGNE - RAPPORT DE PRESENTATION - DOSSIER PHOTOGRAPHIQUE LE LAVOIR DE LA MONTAGNE - RAPPORT DE PRESENTATION - DOSSIER PHOTOGRAPHIQUE 1 La mairie de Ressons-le-Long souhaite restaurer le lavoir de la Montagne. L opération fait l objet d une souscription «Fondation

Plus en détail

OPAH MODE D EMPLOI BOUCHES-DU-RHÔNE

OPAH MODE D EMPLOI BOUCHES-DU-RHÔNE OPAH MODE D EMPLOI BOUCHES-DU-RHÔNE Une OPAH? Qu est ce que c est? O.P.A.H = Opération Programmée d Amélioration de l Habitat. Il s'agit d'une action menée par Ouest Provence et les communes membres en

Plus en détail

Menuiseries du bâtiment

Menuiseries du bâtiment D. Mugniery C. Pruvost Menuiseries du bâtiment Portes et fenêtres Volets Parquets Escaliers Revêtements muraux Agencement Graphisme de couverture : Maud Warg Maquette intérieure : Maud Warg Mise en pages

Plus en détail

Le plombier chauffagiste a aussi besoin de cette représentation pour savoir ce qu il y a à l intérieur de la maison au niveau des hauteurs.

Le plombier chauffagiste a aussi besoin de cette représentation pour savoir ce qu il y a à l intérieur de la maison au niveau des hauteurs. Les informations du plan Vous connaissez trois types de représentation d un pavillon : 1 : La perspective 2 : Les façades (page 2 ) 3 : La vue en plan (page 3) Observer attentivement la vue de la page

Plus en détail

Etat de conservation : établissement industriel désaffecté ; restauré

Etat de conservation : établissement industriel désaffecté ; restauré Département : IA000251 Aire d'étude : Limoges Adresse : Emile-Zola (rue) 2, 12 Dénomination : usine de chaussures Destinations : immeuble de bureaux ; immeuble à successives et actuelles Appellation et

Plus en détail

DUBROVNIK. Hors les murs - un paysage en echo avec la ville - DOCUMENT SOUMIS AU DROIT D'AUTEUR

DUBROVNIK. Hors les murs - un paysage en echo avec la ville - DOCUMENT SOUMIS AU DROIT D'AUTEUR La ville de Dubrovnik prend part à l Europan 11 pour questionner la manière d inplanter un parking conséquent voué à subvenir aux nécéssités d accueil générées par une ville classée au patrimoine mondiale

Plus en détail

2 Pour les puits de lumière :

2 Pour les puits de lumière : CHAPITRE V LES USAGES ET BÂTIMENTS PRINCIPAUX SECTION I RÈGLE GÉNÉRALE Domaine d'application 59. Les normes contenues dans le présent chapitre s'appliquent à toutes les zones. Dispositions générales aux

Plus en détail

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS

L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN 2003 : UNE ANALYSE TERRITORIALISÉE DES PROFILS D OCCUPATION DES PARCS ET DES QUARTIERS ATELIER PARISIEN D URBANISME - 17, BD MORLAND 75004 PARIS TÉL : 01 42 71 28 14 FAX : 01 42 76 24 05 http://www.apur.org Observatoire de l'habitat de Paris L ANALYSE DU «PARC SOCIAL DE FAIT» PARISIEN EN

Plus en détail

Ouvrage d'entrée dit Tour de Moingt

Ouvrage d'entrée dit Tour de Moingt Ouvrage d'entrée dit Tour de Moingt Moingt Dossier IA42003629 réalisé en 2006 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; Conseil général de la Loire Guibaud

Plus en détail

ACOUSTIQUE REGLEMENTATION ISOLEMENT AUX BRUITS AÉRIENS ISOLEMENT AUX BRUITS DE CHOCS

ACOUSTIQUE REGLEMENTATION ISOLEMENT AUX BRUITS AÉRIENS ISOLEMENT AUX BRUITS DE CHOCS ACOUSTIQUE REGLEMENTATION Dans les exigences réglementaires, on distingue l isolement aux bruits aériens (voix, télévision, chaîne-hifi...) et l isolement aux bruits d impact (chocs). ISOLEMENT AUX BRUITS

Plus en détail

Regard sur le béton. Maison «Mannaz» à Wasseiges

Regard sur le béton. Maison «Mannaz» à Wasseiges Regard sur le béton Maison «Mannaz» à Wasseiges La maison «Mannaz» s implante dans la campagne de la Hesbaye, ouverte sur son paysage et ancrée dans son patrimoine bâti. L architecte Yves Delincé traduit

Plus en détail

LOCALITÉ DE CLEMENCY ZONES CENTRALES -TYPE 12

LOCALITÉ DE CLEMENCY ZONES CENTRALES -TYPE 12 PROJET D AMÉNAGEMENT PARTICULIER DE LA COMMUNE DE KÄERJENG PROJET D AMÉNAGEMENT PARTICULIER - QUARTIER EXISTANT DE LA COMMUNE DE KÄERJENG LOCALITÉ DE CLEMENCY ZONES CENTRALES -TYPE 12 VERSION POUR AVIS

Plus en détail

Conseil d Architecture, d Urbanisme et d Environnement de la Seine-Maritime. Construire sa maison : les clefs du projet

Conseil d Architecture, d Urbanisme et d Environnement de la Seine-Maritime. Construire sa maison : les clefs du projet Conseil d Architecture, d Urbanisme et d Environnement de la Seine-Maritime Construire sa maison : les clefs du projet Conseil d Architecture, d Urbanisme et d Environnement de la Seine-Maritime Construire

Plus en détail

Accessibilité / voirie et espaces publics DDE 27 1 1

Accessibilité / voirie et espaces publics DDE 27 1 1 Accessibilité > voirie et espaces publics Réglementation et mise en oeuvre Accessibilité / voirie et espaces publics DDE 27 1 1 Les références réglementaires Le cadre législatif Loi n 2005-102 du 11 février

Plus en détail

La nouvelle RÉGLEMENTATION PARASISMIQUE applicable aux bâtiments

La nouvelle RÉGLEMENTATION PARASISMIQUE applicable aux bâtiments La nouvelle RÉGLEMENTATION PARASISMIQUE applicable aux bâtiments dont le permis de construire est déposé à partir du 1 er mai 2011 Janvier 2011 Ministère de l'écologie, du Développement durable, des Transports

Plus en détail

Municipalité de Saint-Marc-sur- Richelieu

Municipalité de Saint-Marc-sur- Richelieu Plania Municipalité de Saint-Marc-sur- Richelieu Chapitre 11 Dispositions particulières applicables à certaines zones P031607 303-P031607-0932-000-UM-0023-0A Municipalité de Saint-Marc-sur-Richelieu 102

Plus en détail

église paroissiale ; cimetière Saint-Pierre de Poulainville, devenus cimetière communal (détruit)

église paroissiale ; cimetière Saint-Pierre de Poulainville, devenus cimetière communal (détruit) Ancienne église paroissiale et cimetière Saint-Pierre de Poulainville, devenus cimetière communal (détruit) place de l' Eglise Poulainville Dossier IA80003711 réalisé en 2002 Copyrights Copyrights Auteurs

Plus en détail

Nouvel immeuble de bureaux pour la C.U.B - Groupe FAYAT

Nouvel immeuble de bureaux pour la C.U.B - Groupe FAYAT COMPTE RENDU DE VISITE ECOLE CENTRALE PARIS Nouvel immeuble de bureaux pour la C.U.B - Groupe FAYAT Introduction Pour la dernière journée de notre voyage d intégration, nous avons été accueillis le vendredi

Plus en détail

TITRE 3 - DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE A URBANISER (zone AU )

TITRE 3 - DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE A URBANISER (zone AU ) TITRE 3 - DISPOSITIONS APPLICABLES A LA ZONE A URBANISER (zone AU ) La zone AU couvre les espaces non équipés par les réseaux de viabilisation, que la commune souhaite réserver au développement de l urbanisation

Plus en détail

MACONNERIE/GROS OEUVRE

MACONNERIE/GROS OEUVRE GIDE AVANT METRE MACONNERIE/GROS OEVRE MET 2 ORDRE D EXECTION Infrastructure Maçonnerie soubassement : murs, poteaux, poutres, chaînages, enduit d étanchéité, escaliers Maçonnerie superstructure : Dallage

Plus en détail

PROCES VERBAL DE CONSTAT DESCRIPTIF

PROCES VERBAL DE CONSTAT DESCRIPTIF PROCES VERBAL DE CONSTAT DESCRIPTIF L an DEUX MILLE QUINZE, et le DIX SEPT AVRIL A la requête de : Madame Valérie MAIK veuve RELIGA, Née le 28 novembre 1927 à OPALNICA, 105 Route de Cassel 59940 NEUF BERQUIN

Plus en détail

les Vorzes Magneux-Haute-Rive Dossier IA42003352 réalisé en 2007

les Vorzes Magneux-Haute-Rive Dossier IA42003352 réalisé en 2007 Ferme les Vorzes Magneux-Haute-Rive Dossier IA42003352 réalisé en 2007 Copyrights Copyrights Auteurs Région Rhône-Alpes, Inventaire général du patrimoine culturel ; Conseil général de la Loire Guibaud

Plus en détail

Direction des Services Techniques. Phase I : DIAGNOSTIC. de type «R, X, L» : Ile Fanac

Direction des Services Techniques. Phase I : DIAGNOSTIC. de type «R, X, L» : Ile Fanac Direction des Services Techniques Phase I : DIAGNOSTIC de type «R, X, L» : Ile Fanac Commission Communale d Accessibilité pour les Personnes Handicapées (CCAPH) Réunion n 4 du 13 février 2008 1 ère partie

Plus en détail

VII Escaliers et rampes

VII Escaliers et rampes VII Escaliers et rampes 1. Généralité et terminologie des escaliers Les escaliers permettent de franchir une dénivellation et de relier les différences de niveaux d une construction ou d un jardin. A son

Plus en détail

Montant H.T. Montant T.V.A 20,00% Montant T.T.C.

Montant H.T. Montant T.V.A 20,00% Montant T.T.C. PARIS LE 15/07/2015 mario.marques356@gmail.com http://www.cifidf.fr/ REF. CHANTIER M. Mme LAGRAA 44 RUE DE MARINES 95750 CHARS M. Mme LAGRAA 42 AV. HENRI BARBUSSE 92700 COLOMBES DEVIS N 05873635 TRAVAUX

Plus en détail

CASERNE NIEL Quai des Queyries à Bordeaux DIAGNOSTIC POUR LA CONSERVATION D UNE CHARPENTE METALLIQUE

CASERNE NIEL Quai des Queyries à Bordeaux DIAGNOSTIC POUR LA CONSERVATION D UNE CHARPENTE METALLIQUE CASERNE NIEL Quai des Queyries à Bordeaux DIAGNOSTIC POUR LA CONSERVATION D UNE CHARPENTE METALLIQUE S O M M A I R E CHAPITRE 1 - PRÉSENTATION GÉNÉRALE... 2 CHAPITRE 2 - SÉCURITÉ DES PERSONNES VIS A VIS

Plus en détail

Organiser, plannifier

Organiser, plannifier Dossier HABITAT - Organiser, plannifier Organiser, plannifier 010-011 Les métiers et l organisation Situation de départ : Les travaux de la maison vont commencer, qui doit intervenir en premier, comment

Plus en détail

Statistique des permis d'urbanisme. Modèle II

Statistique des permis d'urbanisme. Modèle II MINISTERE DES AFFAIRES ECONOMIQUES INSTITUT NATIONAL DE STATISTIQUE Statistique des permis d'urbanisme Rue de Louvain, 44 1000 Bruxelles Tél : 02/548.62.48 Statistique des permis d'urbanisme Modèle II

Plus en détail

Ensemble d habitations

Ensemble d habitations Ensemble d habitations C o l l i n e S a i n t - D e n i s à L a g n y s u r M a r n e Une démarche architecturale à l épreuve du temps Ces maisons furent construites au début de la seconde moitié du XX

Plus en détail

Un état descriptif de 1776 nous permet de mesurer la qualité de la conservation du bâtiment conçu par Mathurin Cherpitel.

Un état descriptif de 1776 nous permet de mesurer la qualité de la conservation du bâtiment conçu par Mathurin Cherpitel. L Hôtel du Châtelet L Hôtel du Châtelet Dès le 18 ème siècle, l Hôtel du Châtelet est considéré comme une des plus belles demeures de Paris par les voyageurs qui en font la description à la fin du siècle.

Plus en détail

- 1 - Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillers généraux,

- 1 - Monsieur le Président, Mesdames et Messieurs les Conseillers généraux, - 1 - Commune de Bevaix Conseil général Rapport du Conseil communal au Conseil général à l appui d une demande de crédit de Fr. 600'000.- pour la rénovation de l immeuble rue du Temple 4. Monsieur le Président,

Plus en détail

GITE D'ETAPE "chez Mimile"

GITE D'ETAPE chez Mimile GITE D'ETAPE "chez Mimile" Notre gîte d'étape est en train de voir le jour, après des mois et des années d'études et de recherche de fonds pour sa réalisation. Merci au Conseil Général, à la Région, au

Plus en détail

un lieu d exception pour goûter l art de vivre en bretagne

un lieu d exception pour goûter l art de vivre en bretagne un lieu d exception pour goûter l art de vivre en bretagne le château du grand val accueille séminaires et incentives haut de gamme Le Château du Grand Val, dont les origines remontent au XVème siècle,

Plus en détail

L architecture de Neuilly Collection est fortement inspirée des résidences de standing de Neuilly-sur-Seine et des beaux quartiers de l Ouest

L architecture de Neuilly Collection est fortement inspirée des résidences de standing de Neuilly-sur-Seine et des beaux quartiers de l Ouest L architecture de Neuilly Collection est fortement inspirée des résidences de standing de Neuilly-sur-Seine et des beaux quartiers de l Ouest parisien : larges balcons, grandes ouvertures et matériaux

Plus en détail

Département : 77 Référence : IA77000555

Département : 77 Référence : IA77000555 Département : 77 Référence : IA77000555 Aire d'étude Commune Adresse : Melun : Melun : Château (rue du) Titre courant Dénomination : silos : silos Cartographie : Lambert1 0623518 ; 1092962 Cadastre : 1985

Plus en détail

Commune X. Quelles nouvelles exigences pour l accessibilité de la voirie? Les prescriptions techniques de l arrêté du 15 janvier 2007

Commune X. Quelles nouvelles exigences pour l accessibilité de la voirie? Les prescriptions techniques de l arrêté du 15 janvier 2007 Commune X Quelles nouvelles exigences pour l accessibilité de la voirie? Les prescriptions techniques de l arrêté du 15 janvier 2007 Centre d'études Techniques de l'équipement Méditerranée Les cheminements

Plus en détail

Références : Loi n 79-1150 du 29 décembre 1979 modifiée par la loi n 95-101 du 2 février 1996 (article 53).

Références : Loi n 79-1150 du 29 décembre 1979 modifiée par la loi n 95-101 du 2 février 1996 (article 53). Objet : Publicité, enseignes et pré-enseignes. Références : Loi n 79-1150 du 29 décembre 1979 modifiée par la loi n 95-101 du 2 février 1996 (article 53). Le décret n 96-946 du 24 octobre 1996 pris en

Plus en détail

Extérieur faubourg & Intérieur jardin

Extérieur faubourg & Intérieur jardin Extérieur faubourg & Intérieur jardin benjaminfleury Arch tecturbaniste 8 Logements 10 rue Berthier - Pantin Avril 2014 (@) atelier@benjaminfleury.com (http) /// www.benjaminfleury.com 214 rue Etienne

Plus en détail

ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) INSTALLATIONS OUVERTES AU PUBLIC (IOP) NOTICE D ACCESSIBILITÉ AUX PERSONNES HANDICAPÉES

ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) INSTALLATIONS OUVERTES AU PUBLIC (IOP) NOTICE D ACCESSIBILITÉ AUX PERSONNES HANDICAPÉES ÉTABLISSEMENTS RECEVANT DU PUBLIC (ERP) INSTALLATIONS OUVERTES AU PUBLIC (IOP) NOTICE D ACCESSIBILITÉ AUX PERSONNES HANDICAPÉES Textes de référence : Champ d application : Code de la Construction et de

Plus en détail

La Règue Verte 54 logements THPE à structure béton et enveloppe à ossature bois

La Règue Verte 54 logements THPE à structure béton et enveloppe à ossature bois Forum Bois Construction Beaune 2011 La Règue verte - 54 logements THPE à structure béton et enveloppe à ossature bois B. Dayraut 1 La Règue Verte 54 logements THPE à structure béton et enveloppe à ossature

Plus en détail

ensemble d'édifices à cour commune

ensemble d'édifices à cour commune Ensemble d'édifices à cour commune, dit Cour Wavrans cour Wavrans 134 à 136 rue Denfert-Rochereau quartier Saint-Jean Saint-Quentin Dossier IA02002956 réalisé en 2006 Copyrights Copyrights Auteurs (c)

Plus en détail

Hôtel de voyageurs, Hôtel de la Galerie, puis Grand Hôtel de la Galerie, puis Métropole Hôtel, actuellement Hôtel Métropole

Hôtel de voyageurs, Hôtel de la Galerie, puis Grand Hôtel de la Galerie, puis Métropole Hôtel, actuellement Hôtel Métropole Hôtel de voyageurs, Hôtel de la Galerie, puis Grand Hôtel de la Galerie, puis Métropole Hôtel, actuellement Hôtel Métropole 11 place Carnot 179 rue du Casino Centre historique Aix-les-Bains Dossier IA73001168

Plus en détail

Immeuble, résidence de tourisme Les Loges du Park et immeuble de bureaux, cabinet de radiologie

Immeuble, résidence de tourisme Les Loges du Park et immeuble de bureaux, cabinet de radiologie Immeuble, résidence de tourisme Les Loges du Park et immeuble de bureaux, cabinet de radiologie 105 avenue Marie-de-Solms rue Jean-Louis-Victor-Bias Quartier de la gare Aix-les-Bains Dossier IA73002126

Plus en détail

RESTRUCTURATION DE LA BIBLIOTHEQUE DE TOURS

RESTRUCTURATION DE LA BIBLIOTHEQUE DE TOURS RESTRUCTURATION DE LA BIBLIOTHEQUE DE TOURS LIEU : SURFACE D INTERVENTION: COÛT : LIVRAISON : ARCHITECTES : ARCHITECTES ASSOCIES : B.E.T. : MAÎTRE DE L OUVRAGE : MISSION : TOURS 3 000 m² (SHON) 3 845 000

Plus en détail

Usine de décolletage Anthoine Emile et ses fils actuellement Sté M.B.A. décolletage

Usine de décolletage Anthoine Emile et ses fils actuellement Sté M.B.A. décolletage Usine de décolletage Anthoine Emile et ses fils actuellement Sté M.B.A. décolletage 50 rue Jeanne-d'arc avenue de Saint-Martin rue des Rânes Sallanches Dossier IA74000771 réalisé en 2005 Copyrights Copyrights

Plus en détail

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX Selon la procédure adaptée CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CCTP

MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX Selon la procédure adaptée CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES CCTP Mairie de BRAILLANS 9 rue de la mairie 25640 BRAILLANS 03 81 57 93 30 Email : mairie.braillans@orange.fr MARCHE PUBLIC DE TRAVAUX Selon la procédure adaptée CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES

Plus en détail

OBLIGATION D INSTALLATION D UN GARDE-CORPS

OBLIGATION D INSTALLATION D UN GARDE-CORPS 2 CHAPITRE OBLIGATION D INSTALLATION D UN GARDE-CORPS 2.1. CAS GÉNÉRAL L installation d un garde-corps est obligatoire lorsque la hauteur de chute comptée à partir de la zone de stationnement normal (ZSN)

Plus en détail

COMMUNE DE HAZEBROUCK Résidence Jean FERRAT - Rue Verlyck. Une opération qui conjugue mixité sociale, Services de proximité et environnement.

COMMUNE DE HAZEBROUCK Résidence Jean FERRAT - Rue Verlyck. Une opération qui conjugue mixité sociale, Services de proximité et environnement. COMMUNE DE HAZEBROUCK Résidence Jean FERRAT - Rue Verlyck Une opération qui conjugue mixité sociale, Services de proximité et environnement. PRESENTATION GENERALE DE L OPERATION Construction d un centre

Plus en détail

ACCESSOIRES ET TEMPORAIRES AUTORISÉS DANS LES COURS ET LES MARGES

ACCESSOIRES ET TEMPORAIRES AUTORISÉS DANS LES COURS ET LES MARGES TERMINOLOGIE (RÈGLEMENT 5001, ART.21) ABRI D AUTO PERMANENT (CAR-PORT) Construction accessoire reliée à un bâtiment principal formée d'un toit appuyé sur des piliers, dont un des côtés est mitoyen au bâtiment

Plus en détail

C0nstruire une mais0n. Sommaire

C0nstruire une mais0n. Sommaire Sommaire Page 2 : Le terrain Page 3 : Les raccordements Page 4 : Les fondations Page 5 : La chape Page 6 : Les murs Page 8 : Les planchers Page 9 : Le toit Page 10 : La charpente Page 12 : Les tuiles C0nstruire

Plus en détail

NOM équipement. Notice accessibilité pour les établissements recevant du public

NOM équipement. Notice accessibilité pour les établissements recevant du public NOM équipement Notice accessibilité pour les établissements recevant du public Textes de référence : Loi n 2005-102 du 11 février 2005 Décret n 2006-555 du 17 mai 2006 Arrêté du 1er Règles en vigueur considérées

Plus en détail

Création et aménagement a Bar Restaurant Commerce Multiservices

Création et aménagement a Bar Restaurant Commerce Multiservices Département des Alpes de Haute Provence Création et aménagement a d un Bar Restaurant Commerce Multiservices A Lurs 04700 Démolition Désamiantage Maçonnerie - Aménagements MAITRE D OVRAGE Commune de Lurs

Plus en détail

Les dimensions mentionnées sont pour la plupart reprises dans la réglementation (STS54, NBN EN 3509), RGPT, arrêté royal du 07/07/97)

Les dimensions mentionnées sont pour la plupart reprises dans la réglementation (STS54, NBN EN 3509), RGPT, arrêté royal du 07/07/97) Préliminaires Les dimensions mentionnées sont pour la plupart reprises dans la réglementation (STS54, NBN EN 3509), RGPT, arrêté royal du 07/07/97) Ces obligations assurent la sécurité dans les escaliers

Plus en détail

CONCLUSIONS ET AVIS MOTIVE DU COMMISSAIRE ENQUETEUR

CONCLUSIONS ET AVIS MOTIVE DU COMMISSAIRE ENQUETEUR DEPARTEMENT DE LA GIRONDE COMMUNE DE BORDEAUX Enquête publique du 1 er juillet 2013 au 31 juillet 2013 inclus : Demande de permis de construire déposée à la mairie de Bordeaux et concernant le projet d

Plus en détail

IMMEUBLE DE BUREAUX UNIQUE 1, rue Georges Berger 75017 Paris

IMMEUBLE DE BUREAUX UNIQUE 1, rue Georges Berger 75017 Paris IMMEUBLE DE BUREAUX UNIQUE 1, rue Georges Berger 75017 Paris LE MOST Invesco Real Estate a confié à l agence Axel Schoenert architectes la restructuration complète, la mise en conformité et l accessibilité

Plus en détail

LQCM. Enquête sur la qualité d usage des logements. Expérimentation «Didier DAURAT» Le Polygone à Valence (Drôme)

LQCM. Enquête sur la qualité d usage des logements. Expérimentation «Didier DAURAT» Le Polygone à Valence (Drôme) LQCM logement à qualité et coût maîtrisés Plan urbanisme construction architecture Enquête sur la qualité d usage des logements Expérimentation «Didier DAURAT» Le Polygone à Valence (Drôme) Centre d'études

Plus en détail

.4..ESCALIER. Critères d'accessibilité répondant aux besoins des personnes ayant une déficience visuelle. 4.1 Concept de base

.4..ESCALIER. Critères d'accessibilité répondant aux besoins des personnes ayant une déficience visuelle. 4.1 Concept de base énovation.4..escalie. 4.1 Concept de base S assurer que l emplacement des escaliers soit uniforme d un étage à l autre pour que leur localisation soit prévisible. egrouper l'escalier et les principaux

Plus en détail