PARTIE 2 : MISE EN SERVICE PARTIE 1 : CONCEPTION PARTIE 3 : ENTRETIEN PARTIE 4 : EN SAVOIR PLUS METTRE EN SERVICE L INSTALLATION...

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "PARTIE 2 : MISE EN SERVICE PARTIE 1 : CONCEPTION PARTIE 3 : ENTRETIEN PARTIE 4 : EN SAVOIR PLUS METTRE EN SERVICE L INSTALLATION..."

Transcription

1

2 SOMMAIRE PARTIE 1 : REGLER LES TEMPERATURES DE PRODUCTION ET DE DISTRIBUTION... 4 PREVENIR LE RISQUE LEGIONELLE... 5 CHOISIR UNE SOLUTION PRODUCTION D ECS INDIVIDUELLE CHOISIR UNE SOLUTION DE PRODUCTION D ECS COLLECTIVE... 8 CHOISIR UNE SOLUTION DE PRODUCTION D ECS SOLAIRE COLLECTIVE DIMENSIONNER LA PRODUCTION D ECS CONCEVOIR LA DISTRIBUTION LES EQUIPEMENTS A PREVOIR SUR LA BOUCLE D ECS CHOISIR LES EPAISSEURS DE CALORIFUGE DIMENSIONNER LA BOUCLE D ECS PREVENIR LES RISQUES DE BRULURE LIMITER L ENTARTRAGE PREVENIR LA CORROSION TRAITER L EAU PARTIE 2 : MISE EN SERVICE METTRE EN SERVICE L INSTALLATION PARTIE 3 : ENTRETIEN ADAPTER L ENTRETIEN EN FONCTION DU NIVEAU DE RISQUE PREVENIR LE RISQUE LEGIONELLE ENTRETENIR LES POSTES DE TRAITEMENT D EAU ENTRETENIR LES BALLONS D ECS ENTRETENIR LA DISTRIBUTION D ECS SURVEILLER LES INSTALLATIONS PARTIE 4 : EN SAVOIR PLUS REGLEMENTS POUR EN SAVOIR PLUS QUELQUES ADRESSES UTILES

3 REGLER LES TEMPERATURES DE PRODUCTION ET DE DISTRIBUTION PREVENIR LE RISQUE LEGIONELLE LIMITER LES FACTEURS DE RISQUE CE QUE DIT LA REGLEMENTATION Arrêté du 30 novembre 2005 modifiant l'arrêté du 23 juin 1978 Applicable fin 2006 Pièces de toilette : température maximale de 50 C Les principaux paramètres à maîtriser lors de la conception et de l entretien, pour limiter le développement des biofilms, au sein desquels les micro-organismes trouvent nutriments et protection pour se multiplier sont : Les températures La corrosion et l entartrage Les vitesses de circulation T C Inactivation Multiplication Dormance Volume 3 l Température minimale de 50 C En permanence 55 C en sortie ou au moins un fois par 24 h, être porté 60 minutes à 60 C, 4 minutes à 65 C ou 2 minutes 70 C Ajouter ballon de préchauffage 4 5

4 CHOISIR UNE DE PRODUCTION SOLUTION D ECS INDIVIDUELLE Prise d'eau chaude Sortie ECS Anode Les chauffe-eau électriques individuels Groupe de sécurité Isolant thermique et jaquette Elément chauffant Thermostat de régulation et de sécurité Brise-jet Arrivée eau froide Préférer les ballons verticaux aux ballons horizontaux afin d avoir un plus faible volume interface entre l eau chaude et l eau froide. LE CHAUFFE-EAU ELECTROSOLAIRE INDIVIDUEL Pour économiser 50% des besoins. RT2005 Pour une maison neuve, installer Les petits chauffe-eau de moins de 50 litres Sont particulièrement bien adaptés pour un poste de puisage isolé. Les systèmes de production instantanée Peuvent être choisis pour un poste de puisage très rarement utilisé. Dans le cas d une installation en maison existante, installer Ou si capacité 400 l Attention à l accessibilité des systèmes pour l entretien Pour en savoir plus : Guide pour l installateur - Eau chaude sanitaire solaire : Individuel et collectif - COSTIC, ADEME, FFB 6 7

5 CHOISIR DE PRODUCTION UNE SOLUTION D ECS COLLECTIVE PREVOIR L ENTRETIEN Raccorder les ballons d'eau chaude sanitaire en série. Un raccordement en parallèle multiplie les volumes interfaces eau chaude/eau froide à des températures intermédiaires et peut de par les déséquilibres hydrauliques générer un inconfort. Utiliser de préférence un réchauffeur de boucle Sur un plan tarifaire Ajouter une pompe d'homogénéisation afin de réchauffer l ensemble du volume stocké. Cette pompe doit être mise en fonctionnement environ 2 heures avant la fin de la période "heures creuses". T Bouclage Choisir des ballons équipés de trappes de visite (trou d homme d au moins 50 cm à partir de 1000 l) Prévoir les équipements nécessaires pour pouvoir effectuer des chasses en point bas des ballons (vanne DN32 mini, ¼ de tour et évacuation avec garde d air). Prévoir des robinets de prélèvement en point bas de ballon Prévoir éventuellement la possibilité de porter exceptionnellement la température de l eau à C calorifuge Dispositif de purge de gaz Sortie ECS Indicateur de température Anode Arrivée eau froide Pompe Clapet de non retour d'homogénéisation Réchauffeur Arrivée eau froide Trou d'homme p Thermostat de régulation et de sécurité Elément chauffant EA Soupape de sécurité Vidange Indicateur de température en sortie 8 9

6 CHOISIR UNE DE PRODUCTION D ECS LES CHAUFFE-EAU ELECTROSOLAIRES On retrouve tout d abord les schémas analogues à ceux rencontrés dans l individuel. Dans le cas d installations de grande taille (surface de capteurs supérieure à 40 m²), l échangeur assurant le réchauffage du ballon solaire est extérieur au stockage. Plusieurs configurations sont alors possibles : RT2005 Configuration 1 : Stockage solaire centralisé, appoint centralisé intégré SOLUTION SOLAIRE COLLECTIVE COLLECTIFS Configuration 4 : Stockage solaire divisé, appoint intégré Configuration 4 : Stockage solaire non sanitaire Configuration 2 : Stockage solaire centralisé, appoint centralisé extérieur Pour en savoir plus : Guide pour l installateur - Eau chaude sanitaire solaire : Individuel et collectif - COSTIC, ADEME, FFB 10 11

7 DIMENSIONNER LA PRODUCTION D ECS CHAUFFE-EAU INDIVIDUEL label Promotelec Chambre individu. et studio Type de logement 2 pièces 3 pièces 4 pièces 5 pièces et plus Occupation 1 pers. 1 ou 2 2 ou 3 3 ou 4 pers. pers. pers. Ballon vertical Ballon horizontal Ballon à double 4 ou 5 pers * puissance Ballon accéléré * Thermo-dynamique * implique la mise en œuvre d un chauffe-eau électrique supplémentaire de faible capacité, d au moins 15 litres en cuisine ou de 30 à 50 litres en salle d eau. CHAUFFE-EAU SOLAIRE INDIVIDUEL Nombre d occupants 1 à 2 3 à 4 5 à 6 7 et plus Volume total du ballon solaire en litres sans appoint intégré 100 à à à à 500 Volume total du ballon bi-énergie en litres avec appoint intégré 100 à à à à 650 Surface de capteurs en m 2 I1 2 à 3 3 à 5,5 4 à 7 5 à 7 selon la zone climatique I2 2 à 3 2,5 à 4,5 3,5 à 6,5 4,5 à 7 I3 2 à 2,5 2 à 4 3 à 5,5 3,5 à 7 I4 2 à 2,5 2 à 3,5 2,5 à 4,5 3,5 à 6 PRODUCTION COLLECTIVE Activité Caractéristiques Besoins en ECS à 60 C Hôtellerie 0-1 étoile (douches) 2-3 étoiles (douches/bains) 3-4 étoiles (bains) Sports d hiver litres par chambre et par jour 100 litres par chambre et par jour 150 litres par chambre et par jour 200 litres par chambre et par jour Camping Sanitaire collectif + Lavage vaisselle 60 litres par emplacement et par jour Restauration Santé Traditionnelle (50 à 150 repas par jour) Commerciale (500 repas par jour) Cuisine centrale (5000 repas par jour) Résidence pour personnes âgées Hôpitaux Cliniques / maternités Foyers pour handicapés 12 litres par repas 5 litres par repas 1 litre par repas 40 litres par lit et par jour 50 litres par lit et par jour 60 litres par lit et par jour 100 litres par lit et par jour Internat 40 litres par interne Sport Logement En salle Vestiaires, foot et rugby 1 personne (studio) 2 personnes (F2) 3 personnes (F3) 4 personnes (F4) 5 personnes (F5) et sports d hiver 25 litres par personne 40 litres par personne 50 litres par jour 75 litres par jour 100 litres par jour 150 litres par jour 200 litres par jour Ou Vivrelec PRODUCTION SOLAIRE COLECTIVE 13

8 CONCEVOIR LA DISTRIBUTION Éviter les canalisations en attente où les points de puisage peu utilisés Mitiger au plus près possible du point de puisage Réduire le plus possible la longueur des réseaux de distribution et en particulier entre la distribution collective et les points de puisage Attention aux circuits d eau froide Séparer les circuits Contenance en eau et temps d attente pour des canalisations en cuivre et en PER CUIVRE Diamètre intérieur/extérieur en mm 10/12 12/14 14/16 16/18 20/22 10 / / / / 25 Contenance en litres d eau par mètre 0,079 0,113 0,154 0,201 0,314 0,066 0,121 0,191 0,302 1m ,5 Temps d attente moyen en secondes pour un débit de 4 litres par minute (lavabo, évier) Temps d attente moyens en secondes pour un débit de 6 litres par minute (douche) 2 m 2,5 3,5 4,5 6 9,5 2, m 3, ,5 6 9,5 14,5 4 m ,5 8 12,5 19,5 5 m 6 8,5 11, ,5 5, ,5 24,5 6 m ,5 29,5 7 m ,5 34,5 8 m 9,5 13,5 18, , m 1 1 1, ,5 2 3,5 2 m 1,5 2, ,5 1, ,5 3 m 2,5 3,5 4,5 6 9,5 2, m 3 4, ,5 3 5, m ,5 10,5 16,5 6 m ,5 8 12,5 19,5 7 m 5, ,5 9,5 14, m 6,5 9 12, ,5 16,5 26 PER Disconnecteur (déclaration + entretien) Dispositif de protection contre les retours d eau schéma immeuble d habitation Temps d'attente = 7 s 2 m Cu 12/14 1 m Cu 16/18 1 m Cu 10/12 4 m Cu 14/16 Volume total en eau = 1,5 Temps d'attente = 12 s 3 m Cu 12/14 Temps d'attente = 12 s Temps d'attente = 6 s 2 m PER 13/16 0,5 m Cu 16/18 4 m PER 10/12 Volume total en eau = 1,3 Temps d'attente = 6 s 6 m PER 13/16 Temps d'attente = 9 s 14 15

9 LES EQUIPEMENTS A PREVOIR SUR LA BOUCLE ECS Dispositif de dégazage Températures débits, vitesses T Robinets de prélèvement d eau q T Tubes témoins Vannes de chasse et vidange Purgeurs automatiques T Températures Organes d équilibrage CHOISIR LES EPAISSEURS DE CALORIFUGE Exigences RT 2005? Dans le projet d arrêté de novembre 2005, garde-fou identique Valeurs de référence non spécifiées Acier galvanisé Cuivre C-PVC Diamètre nominal - Diamètre intérieur/extérieur en «Garde-fou» «Référence» mm Coefficient de perte thermique en W/m.K Mousse de caoutchouc synthétique ( λ = 0,042 W/m.K ) Epaisseur en mm Laine de verre ou de roche ( λ = 0,038 W/m.K ) Epaisseur en mm DN15-16,7/21,3 0,29 0,26 0,27 0,22 0,20 0,18 0,18 0,17 DN20-22,3/26,9 0,31 0,27 0,26 0,23 0,20 0,21 0,19 DN25-27,9/33,7 0,33 0,29 0,3 0,26 0,23 0,24 0,21 DN32-36,6/42,4 0,36 0,31 0,35 0,30 0,26 0,27 0,25 DN40-42,5/48,3 0,38 0,33 0,33 0,28 0,30 0,27 DN50-53,9/60,3 0,42 0,36 0,38 0,33 0,35 0,31 14/16 0,27 0,24 0,27 0,23 0,19 0,17 0,15 0,15 0,14 16/18 0,28 0,25 0,24 0,20 0,18 0,16 0,16 0,15 20/22 0,29 0,26 0,28 0,23 0,20 0,18 0,18 0,17 26/28 0,31 0,27 0,27 0,23 0,20 0,21 0,19 33/35 0,34 0,29 0,31 0,26 0,23 0,24 0,22 40/42 0,36 0,31 0,35 0,30 0,26 0,27 0,25 52/54 0,40 0,34 0,35 0,31 0,32 0,29 DN15-15,4/20 0,29 0,25 0,28 0,24 0,20 0,18 0,16 0,17 0,15 DN20-19,4/25 0,30 0,27 0,28 0,23 0,20 0,18 0,19 0,17 DN25-24,8/32 0,33 0,28 0,32 0,27 0,23 0,21 0,21 0,20 DN32-31/40 0,35 0,30 0,31 0,27 0,23 0,24 0,22 DN40-38,8/50 0,39 0,33 0,35 0,31 0,27 0,28 0,25 DN50-48,8/63 0,43 0,36 0,41 0,35 0,31 0,33 0,29 Tubes témoins imposés par le DTU 16 17

10 DIMENSIONNER LA BOUCLE D ECS Canalisations aller selon DTU Les exigences à respecter Une température > 50 C Des pertes thermiques limitées (RT2000) Des vitesses > 0,2 m/s dans le retour de boucle (régime turbulent) Des débits réglables par les organes d équilibrage Des vitesses < V. maxi (bruit, corrosion) Déterminer les débits et les diamètres des retours de boucle Acier galvanisé Cuivre C-PVC Diamètre nominal - Diamètre intérieur/extérieur en mm Débit minimal en m 3 /h pour la vitesse minimale de 0,2 m/s Débit maximal en m 3 /h pour les vitesses maximales CCTG Vitesse maximale en m/s Vitesse minimale en m/s DN15-16,7/21,3 0,15 0,45 0,55 DN20-22,3/26,9 0,3 1 0,7 DN25-27,9/33,7 0,45 1,8 0,8 DN32-36,6/42,4 0,75 3,4 0,9 DN40-42,5/48,3 1 4,85 0,95 14/16 0,1 0,3 0,55 16/18 0,15 0,45 0,6 20/22 0,25 0,8 0,7 0,2 26/28 0,4 1,35 0,7* 33/35 0,6 2,15 0,7* 40/42 0,9 3,15 0,7* DN15-15,4/20 0,15 0,4 0,6* DN20-19,4/25 0,2 0,75 0,7* DN25-24,8/32 0,35 1,2 0,7* DN32-31/40 0,55 1,9 0,7* DN40-38,8/50 0,85 3 0,7* * Ces vitesses maximales ne sont pas spécifiées dans le Cahier des Clauses Techniques Générales des marchés publics de génie climatique 18 19

11 PREVENIR LES RISQUES DE BRULURE LE RISQUE DE BRULURE Les brûlures par eau chaude sont particulièrement importantes par leur gravité. Avec des brûlures de 2 ème degré et 3 ème degré, des pertes hydriques importantes, de même que l infection, peuvent menacer la vie du sujet. Les brûlures de 3 ème degré nécessite une greffe de peau. La baignoire est un poste tout particulièrement à risque. Attention aux enfants et aux personnes âgées qui ont une résistance de la peau à la chaleur moins grande et des temps de réaction plus longs qu un adulte en bonne santé. Attention aux personnes ayant un handicap physique ou mental ou une déficience sensorielle liée par exemple à la prise de stupéfiant ou à l éthylisme qui ne sont pas en mesure de réagir rapidement. Température Durée d exposition provoquant une brûlure 2 ème degré de l eau Adulte en bonne santé Enfant de moins de 5 ans 50 C 5 min 2,5 min 55 C 30 s 10 s 60 C 5 s 1 s 70 C 1 s - (D après Moritz et Henriques) CE QUE DIT LA REGLEMENTATION 50 C 50 C - dans les pièces destinées à la toilette, la température maximale de l'ecs est fixée à 50 C aux points de puisage; - dans les autres pièces, la température de l'ecs est limitée à 60 C aux points de puisage Arrêté du 30 nov. 2005, voir page X 20 LIMITER LA TEMPERATURE DANS LES PIECES DESTINEES A LA TOILETTE Limiteur de température Limiteur de température 21 + Mitigeur thermostatique Dispositif anti-brûlure +

12 20 C 10 C LIMITER L ENTARTRAGE En fonction des caractéristiques de l eau De la conception de l installation : - Température de consigne - Flux thermique (4 w/cm2) Sur les grosses capacité, préférer l usage de plusieurs résistances de manière à limiter le flux thermique ph 8,5 8,0 ENTARTRAGE Ajouter un compteur sur l entrée Eau brute Filtre EA BAC à sel Vanne bipasse de l'adoucisseur Vanne bipasse TH résiduel Compteur à impulsions Prise échantillon Vers égout Module de commande A D O U C I S S E U R Eau partiellement adoucie Vers égout Prise échantillon Prise échantillon 7,5 7,0 30 C 40 C 60 C AGRESSIVITE 80 C 6, Degrés TAC ou Degrés TH pour les eaux adoucies par permutation 22 23

13 PREVENIR LA CORROSION Plusieurs types de corrosion : corrosion galvanique, par aération différentielle, acide, bactérienne, par érosion, Vitesses maximales - Cuivre :V < 1,2 m/s dans les tubes de retour de boucle - Acier galvanisé Additif n 4 du DTU Sous-sol ou vide sanitaire 2 m/s - Colonnes montantes 1,5 m/s - Branchements d étage et d appareil 1 m/s - Éviter les courbes trop brusques, les variations de diamètres trop importantes Vitesses minimales - Acier galvanisé : retour de boucle horizontal 0,2 m/s - Placer les boucles au plus près des points de puisage Dispositifs de dégazage - Après les points d échauffement, après mélange - Aux points hauts des colonnes montantes - Aux points où la pression diminue brusquement de 3 bars ou plus - Pose des canalisations horizontales avec une pente d environ 2 mm/m Pente d environ 2 mm/m pour les canalisations horizontales Protection des cuves Anodes : - Anodes en titane à courant imposé non sacrificielle - Anodes consommables de magnésium Robinet de purge en point bas 24 25

14 TRAITER L EAU Acier galvanisé : DTU 60.1 Additif n 4 - Température 60 C - Présence de tube ou partie en cuivre en amont de tube acier galvanisé à proscrire - Tubes et pièces de raccordement conformes à un ensemble de norme (NF A , grammage de la galvanisation à chaud). - Limites de qualité d eau Le conditionnement d eau - Réactifs ajoutés (circulaire du 7 mai 1990) : - Silico-polyphosphates - Orthophosphates et sels de zinc - Silicates alcalins - Limites de l eau à traiter (sauf mentions différentes dans avis techniques) Échangeurs Si TH < TAC Si TAC < TH Instantanés et semiinstantanés 5 f TH 25 f 5 f TAC 25 f Autres types 5 f TH 35 f 5 f TAC 35 f - A respecter au 1er point de puisage: - Teneur en phosphates totaux < 5 mg/l en P2O5 - Augmentation de la teneur en silicate < + 10 mg/l en SiO2 - A respecter au retour de boucle : - Teneur en zinc < 5 mg/l Traitement chimique en dernier recours 26 27

15 MISE EN SERVICE METTRE EN SERVICE METTRE AU POINT La mise au point est une phase trop souvent négligée, elle est pourtant indispensable pour satisfaire les objectifs de sécurité vis à vis des risques sanitaires, disponibilité, économie et confort. Elle consiste principalement à vérifier, mettre en marche, mesurer, régler. Vérifier la conformité de l installation Vérifier les plans (absence de bras mort) Régler l installation - Les températures, les pressions, les débits - Les postes de traitement d eau. Réaliser les essais d étanchéité Procéder aux essais de fonctionnement - Vérifier les pressions après les réducteurs et le surpresseur - Contrôler les appareils de mesure à demeure - Mesurer les températures en sortie de ballon - Mesures les températures sur chaque départ et retour de boucle Consigner les différentes opérations de mise au point effectuées. Noter, en particulier, dans une fiche récapitulative, les réglages des organes d équilibrage qui seront repérés. 28 L INSTALLATION 29 MISE EN SERVICE DESINFECTER L INSTALLATION Rincer pendant 2h à une vitesse d au moins 1 m/s Puis désinfecter l installation - Retirer et désinfecter les périphériques - Remplir le réseau - Ouvrir modérément les exutoires situés en bout d antenne - Régler le débit d injection de la solution désinfectante (chlore et permanganate de potassium) - Ouvrir chaque exutoire des branches les plus basses vers les plus hautes jusqu à apparition de la couleur violée - Isoler le réseau et laisser le temps de contact nécessaire Procéder ensuite au rinçage final - Rincer énergiquement pendant 2 h - Puis rincer à débit modéré pendant 24 h Le règlement sanitaire impose un rinçage et une désinfection des réseaux d eau avant leur mise ou remise en service validés par un contrôle analytique. A préciser METTRE EN MAIN Chlore : mg/l pendant 3 h, ou - 50 mg/l pendant 6 h, ou - 25 mg/l pendant 12 h, ou - 15 mg/l pendant 24 h Production d ECS Présenter au client les consignes de bon usage et de bon entretien et réceptionner l installation avec lui Remettre les dossiers techniques complets de l installation indispensables pour assurer l entretien de l installation (notices, plans, fiches de mise au point, ) E Pompe d injection Vannes d arrêt et dispositif EA Exutoire

16 ENTRETIEN / MAINTENANCE ADAPTER L ENTRETIEN EN FONCTION DU NIVEAU DE RISQUE L entretien / maintenance des installations d ECS fait l objet de recommandations spécifiées dans les circulaires de la DGS et dans le guide technique de maintenance ASTEE-CSTB (voir partie 4 : en savoir plus). Les opérations et les fréquences d entretien préventif des installations d ECS sont à adapter en fonction du niveau de risque sanitaire : - de la vulnérabilité des usagers, - des usages de l eau (douches, ingestion d eau, ) - des caractéristiques de l installation, - des résultats des contrôles... Sur les installations existantes, un diagnostic permettant de définir le programme d entretien et les travaux d amélioration est recommandé. Sans une maintenance préventive des installations, les objectifs de sécurité vis à vis des risques sanitaires, disponibilité, économie, durabilité et confort ne peuvent être atteints durablement. Dossier de maintenance Assurer une traçabilité des opérations d entretien. En cas de dérives, cela permet une meilleure analyse de la situation afin de déterminer les mesures à mettre en œuvre. C est une partie de la gestion des risques. ENTRETIEN / MAINTENANCE PREVENIR LE RISQUE LEGIONELLE GERER LES RISQUES SANITAIRES Mettre en place un système dynamique de gestion du risque. Il peut être décrit sous la forme d un mécanisme circulaire constamment amélioré par la prise en compte de nouvelles informations. 5. Vérifier, valider les mesures mises en oeuvre 4. Mettre en œuvre : - les mesures d entretien - le programme d amélioration - le plan de surveillance - «le système documentaire» LIMITER LES FACTEURS DE RISQUE Les principaux paramètres à maîtriser lors de la conception et de l entretien, pour limiter le développement des biofilms, au sein desquels les micro-organismes trouvent nutriments et protection pour se multiplier sont : Les températures 1. Bien connaître les installations sanitaires et leur utilisation La corrosion et l entartrage Les vitesses de circulation 2. Identifier, évaluer et hiérarchiser les risques 3. Définir les mesures à court et moyen termes pour sécuriser les installations - les mesures d entretien - le programme d amélioration - le plan de surveillance - «le système documentaire» 30 31

17 ENTRETIEN / MAINTENANCE ENTRETENIR LES POSTES ENTRETIEN / MAINTENANCE DE TRAITEMENT D EAU Noter les quantités ajoutées de sel et de produits. Remplacer le filtre en amont dès qu une coloration apparaît. Vérifier le bon fonctionnement des postes de traitement d eau au moins tous les 3 mois. Contrôler : - les phases de fonctionnement normal et de régénération de l adoucisseur, - les consommations de sel. La consommation en g par m 3 d eau adoucie divisée par la différence de TH en f eau brute et après mélange eau brute - eau adoucie doit être inférieure ou égale à 30 g. - les consommations de produits en ml par m 3 d eau consommée qui doivent être conformes aux spécifications Réaliser des analyses physico-chimiques au moins tous les trois mois. Mesurer : - Le TH eau brute, eau adoucie et après mélange eau bruteeau adoucie ainsi que les chlorures en sortie adoucisseur après régénération. - au moins un principe actif majoritaire, au premier point de puisage. La teneur en phosphates totaux doit être inférieure à 5 mg/l en P 2 O 5 et l augmentation de la teneur en silicate inférieure à 10 mg/l en SiO 2. - Le fer total en retour de boucle si l installation comporte des matériaux métalliques à base d acier. Si la valeur dépasse 0,2 mg/l ou augmente anormalement, un diagnostic de corrosion du réseau est recommandé. 32 État du filtre Nettoyer et désinfecter les postes de traitement d eau (y compris le bac à sel et le filtre) au moins une fois par an. Contrôler l état intérieur des manchettes témoins au moins une fois par an. Ou selon avis technique du produit de conditionnement Avant une absence prolongée, réaliser une régénération de l adoucisseur si adoucisseur volumétrique TH eau brute TH eau brute eau adoucie TH eau adoucie Chlorures 33 Fiches de suivis Environnement des postes Sur le schéma, ajouter un compteur en amont Graduer le bac de produit de conditionnement Examen manchette témoins Affichage des fiches de données de sécurité

18 ENTRETIEN / MAINTENANCE ENTRETENIR LES BALLONS D ECS Manœuvrer les soupapes de sécurité des ballons, tous les mois. Réaliser un chasse vigoureuse d environ 5 à 10 % de la capacité de stockage en partie basse, au moins une fois par mois. Cette chasse permet d éliminer les éventuels dépôts de tartre et de corrosion accumulés, qui favorisent le développement des biofilms, au sein desquels les bactéries trouvent nutriments et protection pour se multiplier. Vidanger, inspecter, nettoyer / détartrer, désinfecter les ballons au moins une fois par an. L entartrage du ballon influe sur les températures d ECS et crée des dépôts favorables aux développements de biofilms. Un détartrage peut permettre aussi de réduire les manques éventuels d ECS. Contrôler aussi l anode de protection contre la corrosion, lors de ces opérations. Après une absence prolongée, de plus de 6 semaines (exemple : à la réouverture du camping), procéder à un nettoyage et une désinfection des ballons et de toute l installation, validés éventuellement par un contrôle analytique. Chlore déconseillé par constructeur ballon inox 34 ENTRETIEN / MAINTENANCE ENTRETENIR LA DISTRIBUTION D ECS RESEAU DE DISTRIBUTION D ECS Supprimer tous les bras morts Procéder à des soutirages prolongés d eau froide et d eau chaude sanitaire, au moins une fois par semaine, sur tous les postes de puisage non utilisés. Le volume de ces soutirages devra correspondre à 2 à 3 fois le volume d eau en stagnation ou être d au moins 2 minutes. Réaliser des chasses vigoureuses sur les réseaux collectifs au moins une fois par an afin d éliminer les dépôts non adhérents. Rincer les bipasses au moins tous les 6 mois. L eau de rinçage sera évacuée à l égout. Contrôler annuellement le bon fonctionnement des vannes, clapets, mitigeurs, Après travaux et/ou arrêts prolongés d une partie de l installation, procéder à des soutirages suivis d une désinfection. TERMINAUX Nettoyer / détartrer et désinfecter les pommes de douches, mousseurs et brise-jets au moins une fois par an. Les dépôts sur les terminaux sont favorables aux développements bactériens. Remplacer tous les joints, filtres, pommes de douche et flexibles usagés ou en mauvais état. 35

19 ENTRETIEN / MAINTENANCE SURVEILLER PROCEDER A DES ANALYSES LEGIONELLES Ce que disent les circulaires relatives aux établissements de santé, aux bâtiments recevant du public et aux établissements sociaux et médicosociaux d'hébergement pour personnes âgées : - évaluer la qualité de l entretien par des analyses légionelles au moins une fois par an. - dénombrer les légionelles selon la norme NF T s adresser à un laboratoire agrée par le Ministère de la Santé ou accrédité par le COFRAC pour le paramètre Legionella. ENTRETIEN / MAINTENANCE LES INSTALLATIONS EFFECTUER UN SUIVI DES TEMPERATURES Mesurer les températures en divers points représentatifs. La température est un indicateur indirect de la présence ou l absence de légionelles. La seule réalisation d analyses légionelles ne constitue pas un moyen suffisant de surveillance des installations en raison de leur coût, des délais nécessaires et des incertitudes qui leur sont attachées. Choisir les points de contrôle en fonction de la configuration de l installation. Choisir une stratégie d échantillonnage adaptée Déterminer les points de prélèvements et les modalités de prélèvements pour obtenir une idée globale de la contamination de l installation. Les points préconisés dans les circulaires sont : - le fond du ballon d ECS, - le point d usage le plus défavorisé, - deux ou trois points d usage représentatifs, - en retour de boucle. Attention à l interprétation des résultats - quelques jours après un choc, résultat uniquement représentatif de l efficacité ponctuelle de la désinfection, - variation en fonction de l heure des prélèvements, si prélèvement après écoulement ou au premier jet. - ne mesurent que la concentration des légionelles en suspension, la plus grande partie étant dans le biofilm Autre méthode d analyse en cours de normalisation basée sur la recherche de l ADN grâce à une technique appelée PCR ne nécessitant que quelques heures. 36 Adapter la fréquence de mesure en fonction du niveau de risque. + Tpre eau froide La température de l eau est un facteur essentiel, conditionnant la survie et la prolifération des légionelles et autres microorganismes. Le respect de consigne de température en différents points des installations constitue un moyen de prévention efficace pour limiter la prolifération microbienne. 37

20 IL FAUT AUSSI SAVOIR TEXTES DE REFERENCE Code de la Santé Publique : Articles L à L1321-7, R à R et les annexes 13.1 et Arrêté du 30 novembre 2005 modifiant l'arrêté du 23 juin 1978 : relatif aux installations fixes destinées au chauffage et à l'alimentation en eau chaude sanitaire des bâtiments d'habitation, des locaux de travail ou des locaux recevant du public Arrêté du 29 novembre 2000 modifié (RT 2000) : caractéristiques thermiques des bâtiments nouveaux et des parties nouvelles de bâtiments Arrêté du 29 mai 1997 modifié : relatif aux matériaux et objets utilisés dans les installations fixes de distribution, de traitement et de distribution d eau destinée à la consommation humaine Décret du 19 juin 1975 et arrêté du 25 août 1976 : relatif à la répartition des frais d'eau chaude dans les immeubles collectifs Circulaire DGS/SD7A/DHOS/E4/DGAS/SD2/2005/493 du 28 octobre 2005 : relative à la prévention du risque lié aux légionelles dans les établissements sociaux et médico-sociaux d'hébergement pour personnes âgées Circulaire DGS/SD7A/SD5C-DHOS/E4 n 2002/243 du 22 avril 2002 : relative à la prévention du risque lié aux légionelles dans les établissements de santé 38 IL FAUT AUSSI SAVOIR Circulaire DGS n 98/771 du 31 décembre 1998 modifi ée : relative à la mise en œuvre de bonnes pratiques d'entretien des réseaux d'eau dans les établissements de santé et aux moyens de prévention du risque lié aux légionelles dans les établissements à risque et dans celles des bâtiments recevant du public Circulaire du 7 mai 1990 modifiée : relative aux produits et procédés de traitement des eaux destinées à la consommation humaine DTU 60.1 et ses additifs : Travaux de plomberie sanitaire pour bâtiments à usage d'habitation (NF P ) DTU 60.5 : Canalisations en cuivre. Distribution d'eau froide et chaude sanitaire. Evacuation d'eaux usées, d'eaux pluviales. Installations de génie climatique (NF P ) DTU : Canalisations d'eau chaude et froide sous pression et canalisations d'évacuation des eaux usées et eaux pluviales à l'intérieur des bâtiments. Règles générales de mise en œuvre (NF P ). DTU : Règles de calcul des installations de plomberie sanitaire et des installations d'évacuation des eaux pluviales (NF P ) Les circulaires de la DGS (Direction Générale de la Santé - Ministère de la Santé et des solidarités) sont disponibles sur le site internet à la rubrique «légionel-lose» dans les dossiers classés par ordre alphabétique. 39

21 IL FAUT AUSSI SAVOIR POUR EN SAVOIR PLUS Gestion du risque lié aux légionelles Conseil Supérieur d Hygiène Publique de France - Novembre Diffusé par la circulaire DGS n 2002/273 du 2 mai 2002 Disponible sur le site internet à la rubrique «légionellose» dans les dossiers classés par ordre alphabétique Guide technique de l eau dans les établissements de santé Ministère de la santé et des solidarités Diffusé par la circulaire DHOS/E4/DGS/SD7A/2005/417 du 9 septembre 2005 Disponible sur le site internet à la rubrique «hôpital» dans les dossiers classés par ordre alphabétique Guide technique n 1 bis - Qualité des installations de distribution d eau destinée à la consommation humaine à l intérieur des bâtiments : Conception Réalisation Entretien DGS, CSTB - Diffusé par la circulaire DGS/VS4/93/7 du 29 janvier 1993 Réseaux d eau destinée à la consommation humaine à l intérieur des bâtiments - Partie 1 : Guide technique de conception et de mise en oeuvre ASTEE-CSTB - Bâtiment et Santé CSTB Novembre 2003 Réseaux d eau destinée à la consommation humaine à l intérieur des bâtiments - Partie 2 : Guide technique de maintenance ASTEE-CSTB - Bâtiment et Santé - CSTB - Septembre Eau Chaude Sanitaire AICVF - Recommandation Guide GCCP IL FAUT AUSSI SAVOIR Cahier de notes Savoir.Faire - Distribution d eau sanitaire dans les bâtiments COSTIC, GDF - Sedit Editeur - Avril 2005 Eau chaude sanitaire solaire : Individuel et collectif - Guide pour l installateur COSTIC, ADEME, FFB En cours de réédition Cahier de maintenance de l installation solaire : Eau chaude collective solaire / gaz naturel COSTIC, FSE, GDF - Sedit Editeur Fiches Opératoires de Mise Au Point : Installations d eau froide et d eau chaude sanitaire COSTIC, FSE, FFB - Sedit Editeur Fiches Opératoires de Maintenance : Installation d eau froide et d eau chaude sanitaire COSTIC, FSE, FFB Sedit Editeur Diagrammes des pertes de charge linéiques : tubes acier, tubes cuivre et tubes plastiques COSTIC Sedit Editeur RETANET- Outil de recherche réglementaire en ligne Les textes réglementaires consolidés de l Equipement Technique du Bâtiment accessibles par mot-clé ou par date : Lois ordonnances décrets arrêtés circulaires Renseignements : Sedit - Domaine de St Paul route de Limours Bât Saint Rémy Les Chevreuse Cedex Tel : Fax : Mèl : - Site : 41

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE

Eau chaude sanitaire FICHE TECHNIQUE FICHE TECHNIQUE Eau chaude sanitaire 2 5 6 6 CONNAÎTRE > Les besoins d eau chaude sanitaire > Les modes de production > La qualité de l eau > Les réseaux de distribution > La température de l eau REGARDER

Plus en détail

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance.

de faible capacité (inférieure ou égale à 75 litres) doivent être certifiés et porter la marque NF électricité performance. 9.5. PRODUCTION D EAU CHAUDE sanitaire Les équipements doivent être dimensionnés au plus juste en fonction du projet et une étude de faisabilité doit être réalisée pour les bâtiments collectifs d habitation

Plus en détail

CARNET SANITAIRE DE VOTRE INSTALLATION D'EAU

CARNET SANITAIRE DE VOTRE INSTALLATION D'EAU CARNET SANITAIRE DE VOTRE INSTALLATION D'EAU (Indiquer le nom de l installation) Directions Régionale et Départementales des Affaires Sanitaires et Sociales du Nord-Pas-de-Calais Ministère de l emploi,

Plus en détail

DTUs & Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau

DTUs & Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau DTUs & Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau olivier.correc@cstb.fr Nouveaux Documents Techniques Unifiés DTU 60.1 Plomberie sanitaire pour

Plus en détail

Le chauffe eau à accumulation électrique

Le chauffe eau à accumulation électrique Le chauffe eau à accumulation électrique I) Composition d un chauffe eau électrique Leurs constitutions sont sensiblement les mêmes entre chaque fabriquant : Habillage Départ eau chaude Isolant Cuve Anode

Plus en détail

Recommandations pour la surveillance de la température de l eau chaude sanitaire

Recommandations pour la surveillance de la température de l eau chaude sanitaire Délégation territoriale du Val-d Oise Recommandations pour la surveillance de la température de l eau chaude sanitaire Maîtriser la température de l eau chaude sanitaire L exploitant d un réseau d eau

Plus en détail

Conception et maintenance des réseaux d eau à l intérieur des bâtiments

Conception et maintenance des réseaux d eau à l intérieur des bâtiments Conception et maintenance des réseaux d eau à l intérieur des bâtiments Olivier CORREC Mél : olivier.correc@cstb.fr Contexte des réseaux d eau sanitaire Exigences générales : o Sécuriser la consommation

Plus en détail

Manuel d entretien. Présentation de votre chauffe-eau. Poignées de préhension (haut et bas) Protection intérieure par émaillage. Isolation thermique

Manuel d entretien. Présentation de votre chauffe-eau. Poignées de préhension (haut et bas) Protection intérieure par émaillage. Isolation thermique Présentation de votre chauffe-eau Poignées de préhension (haut et bas) Isolation thermique Protection intérieure par émaillage Canne de prise d eau chaude Doigt de gant du thermostat Anode magnésium Résistance

Plus en détail

Le confort de l eau chaude sanitaire. Gamme complète certifiée ACS pour le traitement de l eau chaude sanitaire

Le confort de l eau chaude sanitaire. Gamme complète certifiée ACS pour le traitement de l eau chaude sanitaire Le confort de l eau chaude sanitaire Gamme complète certifiée ACS pour le traitement de l eau chaude sanitaire Attestation de Conformité Sanitaire Afi n de réduire les quantités de matières toxiques pouvant

Plus en détail

VOTRE EAU CHAUDE ELECTRIQUE

VOTRE EAU CHAUDE ELECTRIQUE G U I D E VOTRE EAU CHAUDE ELECTRIQUE SICAE Une réduction d'impôts peut être obtenue (sous certaines conditions) lors du remplacement de votre chauffe-eau électrique. Renseignez-vous auprès du Centre des

Plus en détail

Chauffe-eau électrique Chaffoteaux

Chauffe-eau électrique Chaffoteaux Chauffe-eau électrique Chaffoteaux Guide de montage Difficulté : Durée de l intervention : 1h30 à 2h00 Besoin d informations? Contactez-nous au 01 47 55 74 26 ou par email à Sommaire Introduction... 2

Plus en détail

Entretien domestique

Entretien domestique VÉRIFICATION DU BON FONCTIONNEMENT Mettez l appareil sous tension. Si votre tableau électrique est équipé d un relais d asservissement en heures creuses (tarif réduit la nuit), basculez l interrupteur

Plus en détail

BP/BL 150 à 500, B 650 à 1000

BP/BL 150 à 500, B 650 à 1000 BP/BL à, B 6 à PRÉPARATEURS D EAU CHAUDE SANITAIRE INDÉPENDANTS BP Préparateurs ecs indépendants Performance, capacité de à litres BL Préparateurs ecs indépendants, capacité de à litres B Préparateurs

Plus en détail

Eau chaude sanitaire

Eau chaude sanitaire 4 rue du maréchal FOCH, 68 460 LUTTERBACH 03 89 50 06 20 ou eie68@alteralsace.org La lettre d information d Alter Alsace Energies dans le cadre du défi des familles éco-engagées : N 8 Janvier 2013 Eau

Plus en détail

PRÉPARATEURS D EAU CHAUDE SANITAIRE INDÉPENDANTS

PRÉPARATEURS D EAU CHAUDE SANITAIRE INDÉPENDANTS BPB-BLC /BEPC /B /FWS PRÉPARATEURS D EAU CHAUDE SANITAIRE INDÉPENDANTS BPB : Préparateurs ecs indépendants Performance, capacité de à litres BLC : Préparateurs ecs indépendants Confort, capacité de à litres

Plus en détail

des réseaux (ECS) Vanne d'équilibrage auto-nettoyante pour réseaux sanitaires w w w. s o g o b a. c o m

des réseaux (ECS) Vanne d'équilibrage auto-nettoyante pour réseaux sanitaires w w w. s o g o b a. c o m Equilibrage & Maintenance des réseaux (ECS) Vanne d'équilibrage auto-nettoyante pour réseaux sanitaires Vanne d'équilibrage auto-nettoyante pour réseaux sanitaires G R K N E T E v o l u t i o n La solution

Plus en détail

FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Eau Chaude Sanitaire - ECS»

FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Eau Chaude Sanitaire - ECS» FICHE TECHNIQUE ENERGIE «Eau Chaude Sanitaire - ECS» Sources : CNIDEP et ADEME A. ETAT DE L ART 1. Caractéristiques générales Que demande t-on à une production d eau chaude sanitaire? Fournir une eau en

Plus en détail

F.I.C. n 2013/AI TH PS 01-B

F.I.C. n 2013/AI TH PS 01-B F.I.C. n 2013/AI TH PS 01-B Fiche d interprétation et / ou complément aux référentiels Qualitel et Habitat & Environnement Objet : Rubrique AI Acoustique Intérieure Rubrique TH Niveau de consommation d

Plus en détail

>> Une solution pour chaque projet

>> Une solution pour chaque projet Dossier spécial eau chaude sanitaire JUIN 2013 L eau chaude sanitaire par De Dietrich >> Une solution pour chaque projet solaire bois pompes à chaleur Condensation fioul/gaz Le Confort Durable L eau chaude

Plus en détail

ROTEX Solaris - Utiliser l énergie solaire gratuite. Nouveau : Chauffe-eau électro-solaire ROTEX HybridCube 343/0/0

ROTEX Solaris - Utiliser l énergie solaire gratuite. Nouveau : Chauffe-eau électro-solaire ROTEX HybridCube 343/0/0 ROTEX Solaris - Utiliser l énergie solaire gratuite Nouveau : Chauffe-eau électro-solaire ROTEX HybridCube 343/0/0 Nouvelle solution eau chaude solaire auto-vidangeable estampillée NF CESI et Bleu Ciel

Plus en détail

2 Trucs et Astuces 2

2 Trucs et Astuces 2 Trucs et Astuces 2 2 Le chauffe-eau solaire 1.Les capteurs 2.Les circuits solaires 3.Le circuit sanitaire 4.Les systèmes d appoint 5.Fiches synthèse 6.Bon à savoir Trucs et Astuces 3 1 Les capteurs Trucs

Plus en détail

SYSTEM O. Contrôler la température sur l ensemble de votre réseau...

SYSTEM O. Contrôler la température sur l ensemble de votre réseau... SYSTEM O Contrôler la température sur l ensemble de votre réseau... Contexte réglementaire La prévention des risques sanitaires est une priorité pour les maitres d ouvrage en particulier dans les Etablissements

Plus en détail

Eau chaude sanitaire. par Patrice BRAUD Ingénieur ENSAIS (École nationale supérieure des arts et industries de Strasbourg )

Eau chaude sanitaire. par Patrice BRAUD Ingénieur ENSAIS (École nationale supérieure des arts et industries de Strasbourg ) Eau chaude sanitaire par Patrice BRAUD Ingénieur ENSAIS (École nationale supérieure des arts et industries de Strasbourg ) 1. Bases de dimensionnement. Définition des besoins... B 9 190-2 1.1 Généralités...

Plus en détail

VERSION 2011. Ce document doit être complété et signé par l installateur agréé Soltherm ayant réalisé les travaux

VERSION 2011. Ce document doit être complété et signé par l installateur agréé Soltherm ayant réalisé les travaux VERSION 2011 Valable pour les travaux faisant l objet d une facture finale datée au plus tôt du 1 er janvier 2011. Ce document doit être complété et signé par l installateur agréé Soltherm ayant réalisé

Plus en détail

Infos pratiques. Choisir sa solution de production d eau chaude sanitaire (ECS) Solution économique. Solution confort. Les chauffe-eau solaires

Infos pratiques. Choisir sa solution de production d eau chaude sanitaire (ECS) Solution économique. Solution confort. Les chauffe-eau solaires Infos pratiques Choisir sa solution de production d eau chaude sanitaire (ECS) Solution économique La production d eau chaude instantanée concerne principalement les chaudières murales à gaz. Lors d un

Plus en détail

2195257 ballons ECS vendus en France, en 2010

2195257 ballons ECS vendus en France, en 2010 SOLUTIONS D EAU CHAUDE SANITAIRE En 2010, le marché de l ECS en France représente 2 195 257 ballons ECS de différentes technologies. Dans ce marché global qui était en baisse de 1,8 %, les solutions ENR

Plus en détail

Robinetterie «haut de gamme» + Systèmes Robinetterie pour installations d eau potable «Aquastrom T plus» «Aquastrom C» «Aquastrom P»

Robinetterie «haut de gamme» + Systèmes Robinetterie pour installations d eau potable «Aquastrom T plus» «Aquastrom C» «Aquastrom P» Innovation + Qualité Robinetterie «haut de gamme» + Systèmes Robinetterie pour installations d eau potable «Aquastrom T plus» «Aquastrom C» «Aquastrom P» Gamme de produits Conditions générales et directives

Plus en détail

Soltherm Personnes morales

Soltherm Personnes morales Soltherm Personnes morales Annexe technique Valable pour les travaux faisant l objet d une facture finale datée au plus tôt le 1 er janvier 2015 ou dans des maisons unifamiliales/appartements dont la déclaration

Plus en détail

Formulaire standardisé pour un chauffe-eau solaire

Formulaire standardisé pour un chauffe-eau solaire 1. Coordonnées du demandeur Nom du demandeur Adresse de l installation Rue : N :. Code Postal : Commune : Age du bâtiment : - plus de 5 ans - moins de 5 ans 2. 2. Coordonnées de l installateur agréé 1

Plus en détail

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P)

CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P) CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES (C.C.T.P) Marché privé de travaux - pièce n 3 Maître de l ouvrage : Fonds Calédonien de l Habitat Objet du marché : RESTRUCTURATION DE 103 LOGEMENTS «Rivière

Plus en détail

SOMMAIRE ARTIPRIX PIQUAGES - FORAGES - PERCEMENTS DES MURS FORAGES DANS MURS FORAGES DANS PLANCHERS PERCEMENTS SAIGNÉES SCELLEMENTS

SOMMAIRE ARTIPRIX PIQUAGES - FORAGES - PERCEMENTS DES MURS FORAGES DANS MURS FORAGES DANS PLANCHERS PERCEMENTS SAIGNÉES SCELLEMENTS 1 2 3 4 5 6 7 PIQUAGES - FORAGES - PERCEMENTS DES MURS FORAGES DANS MURS FORAGES DANS PLANCHERS 15 PERCEMENTS 16 SAIGNÉES SCELLEMENTS FRAIS DIVERS D'INTERVENTION DE DÉPANNAGE RECONNAISSANCE DES TRAVAUX

Plus en détail

Thierry Gallauziaux David Fedullo. La plomberie

Thierry Gallauziaux David Fedullo. La plomberie Thierry Gallauziaux David Fedullo La plomberie Deuxième édition 2010 Sommaire Sommaire Les bases de la plomberie Les matières synthétiques...16 Les dangers du gaz et de l eau...16 La plomberie...9 L eau...10

Plus en détail

Formulaire standardisé pour un chauffe-eau solaire

Formulaire standardisé pour un chauffe-eau solaire Formulaire standardisé pour un chauffe-eau solaire Annexe au formulaire de demande de prime 1. Coordonnées du demandeur Nom du demandeur Adresse Adresse de l installation Rue : N : Code Postal : Commune

Plus en détail

Saisie et optimisation des réseaux de distribution de chauffage et d eau chaude sanitaire en résidentiel. Guide pratique

Saisie et optimisation des réseaux de distribution de chauffage et d eau chaude sanitaire en résidentiel. Guide pratique Saisie et optimisation des réseaux de distribution de chauffage et d eau chaude sanitaire en résidentiel Guide pratique RT 2012 La polyvalence du système de chauffage à eau chaude Le système de chauffage

Plus en détail

SYSTEM O. Un système unique pour des réseaux distincts Eau froide sanitaire Eau chaude sanitaire

SYSTEM O. Un système unique pour des réseaux distincts Eau froide sanitaire Eau chaude sanitaire SYSTEM O Un système unique pour des réseaux distincts Eau froide sanitaire Eau chaude sanitaire CONCEPTION, CHOIX DES MATÉRIAUX ET MAINTENANCE : La sécurité des réseaux passe par une bonne conception,

Plus en détail

Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau

Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau Documents d'aide à la maintenance et à la conception des installations intérieur de distribution d eau Thierry POLATO Agence Régionale de Santé Pays de la Loire Délégation territoriale de Maine-et-Loire

Plus en détail

PLONGEZ AUX SOURCES DU CONFORT... Chauffe-eau électrique Chauffe-eau thermodynamique Chauffe-eau solaire ÉDITION 2013-2014

PLONGEZ AUX SOURCES DU CONFORT... Chauffe-eau électrique Chauffe-eau thermodynamique Chauffe-eau solaire ÉDITION 2013-2014 PLONGEZ AUX SOURCES DU CONFORT... Chauffe-eau électrique Chauffe-eau thermodynamique Chauffe-eau solaire ÉDITION 2013-2014 2 atlantic Avec ATLANTIC, Fabriqué en France vous trouverez toujours le chauffe-eau

Plus en détail

Installations de plomberie

Installations de plomberie Service de l urbanisme, des biens et de l aménagement Installations de plomberie Guide à l intention des propriétaires pour l interprétation des règlements municipaux de la ville de Winnipeg concernant

Plus en détail

DROUHIN Bernard. Le chauffe-eau solaire

DROUHIN Bernard. Le chauffe-eau solaire DROUHIN Bernard Le chauffe-eau solaire DROUHIN Bernard Le chauffe-eau solaire Principe de fonctionnement Les Capteurs Les ballons Les organes de sécurité Les besoins L ensoleillement dimensionnement Comment

Plus en détail

LES DTU PLOMBERIE SANITAIRE

LES DTU PLOMBERIE SANITAIRE Roger Cadiergues MémoCad ns03.a LES DTU PLOMBERIE SANITAIRE SOMMAIRE ns03.1. Le cadre DTU plomberie ns03.2. Le cadre du DTU 60.1 actuel ns03.3. L application du DTU 60.1 actuel ns03.4. Le cadre du DTU

Plus en détail

Chauffe-eau électrique

Chauffe-eau électrique Chauffe-eau électrique 100L Réf : 617537 150L Réf : 617538 200L Réf : 617539 300L Réf : 617540 version 12-A Votre produit [1] x1 [1] x1 [1] x1 [1] x1 [2] x2 [2] x2 [2] x2 [2] x2 100L 150L 200L 300L Ces

Plus en détail

Auré. AuréaSystème. Les solutions solaires. Chauffe-Eau Solaire. Combiné Solaire Pulsatoire 90% Système solaire AUTO-VIDANGEABLE et ANTI-SURCHAUFFE

Auré. AuréaSystème. Les solutions solaires. Chauffe-Eau Solaire. Combiné Solaire Pulsatoire 90% Système solaire AUTO-VIDANGEABLE et ANTI-SURCHAUFFE Les solutions solaires pour l Eau Chaude Sanitaire ou le Chauffage ficie z d'u Auréa n it Crédpôt d'imn la loi deueur Béné Solar Keymark N 011-7S841 F Chauffe-Eau Solaire selo s en vig ce finan Système

Plus en détail

Grille d'évaluation Compétences reliées aux activités Evaluation du stage en entreprise

Grille d'évaluation Compétences reliées aux activités Evaluation du stage en entreprise Page 1 sur 6 Grille d'évaluation Compétences reliées aux activités Evaluation du stage en entreprise Nom élève:.. Entreprise: Nom et fonction du professeur:. Dates de stage:.. Zone de compétence: Zone

Plus en détail

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC)

L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) L offre DualSun pour l eau chaude et le chauffage (SSC) SSC signifie : Système Solaire Combiné. Une installation SSC, est une installation solaire qui est raccordée au circuit de chauffage de la maison,

Plus en détail

Domosol : Système solaire combiné (SSC) de production d eau chaude et chauffage

Domosol : Système solaire combiné (SSC) de production d eau chaude et chauffage Domosol : Système solaire combiné (SSC) de production d eau chaude et chauffage Tc Le système solaire combiné (SSC) Domosol de ESE est basé sur le Dynasol 3X-C. Le Dynasol 3X-C est l interface entre les

Plus en détail

Questions à se poser lors de la signature d un contrat d exploitation de chauffage

Questions à se poser lors de la signature d un contrat d exploitation de chauffage Questions à se poser lors de la signature d un contrat d exploitation de chauffage Le contrat d exploitation de chauffage en copropriété La lecture d un contrat d exploitation de chauffage reste un exercice

Plus en détail

RUBIS. Production d'eau chaude sanitaire instantanée semi-instantanée. www.magnumgs.fr

RUBIS. Production d'eau chaude sanitaire instantanée semi-instantanée. www.magnumgs.fr RUS Production d'eau chaude sanitaire instantanée semi-instantanée www.magnumgs.fr Producteurs d'eau chaude instantanés RUS Le système intégré de production d'eau chaude sanitaire instantané permet, à

Plus en détail

produit De l eau chaude sanitaire à volonté Préparateurs ECS et accumulateurs d énergie Weishaupt

produit De l eau chaude sanitaire à volonté Préparateurs ECS et accumulateurs d énergie Weishaupt produit Information sur les préparateurs d eau chaude sanitaire De l eau chaude sanitaire à volonté Préparateurs ECS et accumulateurs d énergie Weishaupt Hygiène et propreté pour votre eau chaude sanitaire

Plus en détail

GUIDE TECHNIQUE. Maîtrise du risque de développement des légionelles dans les réseaux d eau chaude sanitaire. Maîtrise du risque de développement

GUIDE TECHNIQUE. Maîtrise du risque de développement des légionelles dans les réseaux d eau chaude sanitaire. Maîtrise du risque de développement Maîtrise du risque de développement des légionelles dans les réseaux d eau chaude sanitaire Ce document vise à apporter au chef d établissement ou au responsable gestionnaire, une meilleure lisibilité

Plus en détail

Travaux sur les systèmes de chauffage et d'eau chaude sanitaire

Travaux sur les systèmes de chauffage et d'eau chaude sanitaire Réhabilitation énergétique des copropriétés normandes construites entre 1948 et 1974 Travaux sur les systèmes de chauffage et d'eau chaude sanitaire Situation existante et enjeux Les différents diagnostics

Plus en détail

Accumuler la chaleur avec des ballons système individuels.

Accumuler la chaleur avec des ballons système individuels. ÉNERGIES RENOUVELABLES Ballons système Accumuler la chaleur avec des ballons système individuels. BALLON TAMPON BALLON D EAU CHAUDE / CHAUFFE-EAU BALLON COMBINÉ / À PRÉPARATION D EAU CHAUDE INSTANTANÉE

Plus en détail

Chaudières et chaufferies fioul basse température. Olio 1500, 2500, 3500, 4500, 7000

Chaudières et chaufferies fioul basse température. Olio 1500, 2500, 3500, 4500, 7000 Olio 1500, 2500, 3500, 4500, 7000 Chaudières et chaufferies fioul basse température 2 Chaudières et chaufferies fioul basse température Olio 1500 F. La qualité et la robustesse au meilleur prix. Les chaudières

Plus en détail

ENERGIS. CHAUDIÈRE ÉLECTRIQUE - EAU CHAUDE DE CHAUFFAGE 36 À 1 400 kw

ENERGIS. CHAUDIÈRE ÉLECTRIQUE - EAU CHAUDE DE CHAUFFAGE 36 À 1 400 kw NRGIS HUIÈR ÉLTRIQU - U HU HUFFG À 00 kw Souples d utilisation, fiables et performantes, les chaudières électriques eau chaude LZ NRGIS trouvent leurs applications dans de nombreux domaines. n fonctionnement

Plus en détail

Installations d eau chaude sanitaire dans les bâtiments (SIA 385/1 et 385/2)

Installations d eau chaude sanitaire dans les bâtiments (SIA 385/1 et 385/2) Information du domaine Sanitaire eau gaz Installations d eau chaude sanitaire dans les bâtiments (SIA 385/1 et 385/2) Introduction La norme SIA 385/1 «Installations d eau chaude sanitaire dans les bâtiments

Plus en détail

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http://

2.0. Ballon de stockage : Marque : Modèle : Capacité : L. Lien vers la documentation technique : http:// 2.0. Ballon de stockage : Capacité : L Lien vers la documentation technique : http:// Retrouver les caractéristiques techniques complètes (performances énergétiques et niveau d isolation, recommandation

Plus en détail

chauffage et eau chaude :

chauffage et eau chaude : En chauffage collectif, intervenez à bon escient, chauffage et eau chaude : l utilisation SYNDIC L H A B I T A T C O L L E C T I F En chauffage collectif, intervenez à bon escient Chauffage et eau chaude

Plus en détail

Avanttia Solar. Chaudière Hybride CONDENSATION. L innovation qui a du sens

Avanttia Solar. Chaudière Hybride CONDENSATION. L innovation qui a du sens Chaudière Hybride CONDENSATION GAZ AVEC CHAUFFE- EAU-SOLAIRE INTÉGRÉ www.marque-nf.com CIRCUIT SOLAIRE FONCTIONNANT EN AUTOVIDANGE PRÉPARATEUR SOLAIRE EN INOX CAPTEUR SOLAIRE - DRAIN L innovation qui a

Plus en détail

NOTICE D INSTALLATION

NOTICE D INSTALLATION BALLON THERMODYNAMIQUE MONOBLOC EAU CHAUDE SANITAIRE NOTICE D INSTALLATION Lisez attentivement la notice d installation avant le montage de l appareil www.airtradecentre.com SOMMAIRE A. REMARQUES IMPORTANTES...

Plus en détail

Décomposition du Prix Global et Forfaitaire

Décomposition du Prix Global et Forfaitaire Décomposition du Prix Global et Forfaitaire Création d'un espace périscolaire Et d'une nouvelle mairie A CUSE et ADRISANS Rue PATARD 25 680 CUSE et ADRISANS Lot n 3 Ventilation - Plomberie sanitaire Maître

Plus en détail

Le chauffe-eau thermodynamique à l horizon 2015-2020

Le chauffe-eau thermodynamique à l horizon 2015-2020 Chauffe-eau thermodynamique Le chauffe-eau thermodynamique à l horizon 2015-2020 Ballon de stockage ( 300 l) chaude M o d e c h a u f f a g e Q k T k Pompe à chaleur Effet utile Pompe à chaleur pour chauffer

Plus en détail

Eau chaude - électricité

Eau chaude - électricité Eau chaude - électricité Depuis 75 ans, «Bulex» est la marque belge par excellence en chauffage, production d eau chaude et ventilation. Au fil de toutes ces années, nous avons acquis un savoirfaire considérable.

Plus en détail

Formation Bâtiment Durable :

Formation Bâtiment Durable : Formation Bâtiment Durable : Rénovation à haute performance énergétique: détails techniques Bruxelles Environnement LE SYSTÈME DE CHAUFFAGE ET LA PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE François LECLERCQ et

Plus en détail

Règles sanitaires et techniques pour prévenir les risques liés aux Légionelles et aux Pseudomonas

Règles sanitaires et techniques pour prévenir les risques liés aux Légionelles et aux Pseudomonas Règles sanitaires et techniques pour prévenir les risques liés aux Légionelles et aux Pseudomonas Formation «plombiers» Organisée par la CAPEB et la DDASS du Var (26 novembre 2008) Laurent KIENE, Philippe

Plus en détail

Remeha ZentaSOL. La nouvelle norme en matière de simplicité, design et rendement

Remeha ZentaSOL. La nouvelle norme en matière de simplicité, design et rendement Remeha ZentaSOL La nouvelle norme en matière de simplicité, design et rendement ZentaSOL Système de chauffe-eau solaire Remeha ZentaSOL L'énergie solaire est la source de chaleur la plus écologique et

Plus en détail

Aide à l'application Chauffage et production d'eau chaude sanitaire Edition décembre 2007

Aide à l'application Chauffage et production d'eau chaude sanitaire Edition décembre 2007 Aide à l'application Chauffage et production d'eau chaude sanitaire 1. But et objet Une série d'aides à l'application a été créée afin de faciliter la mise en œuvre des législations cantonales en matière

Plus en détail

CENTRE HOSPITALIER CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES MAINTENANCE DES CHAUDIERES ET DES SYSTEMES DE CLIMATISATION

CENTRE HOSPITALIER CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES MAINTENANCE DES CHAUDIERES ET DES SYSTEMES DE CLIMATISATION CENTRE HOSPITALIER 1, rue du Docteur Paul Martinais 37600 LOCHES 02 47 91 33 33 02 47 91 32 00 CAHIER DES CLAUSES TECHNIQUES PARTICULIERES MISE EN CONCURRENCE PORTANT SUR MAINTENANCE DES CHAUDIERES ET

Plus en détail

+ de 800 photos. pour vous guider pas à pas. Robert Longechal. La plomberie. La maison du sol au plafond. J installe Je pose Je change Je répare

+ de 800 photos. pour vous guider pas à pas. Robert Longechal. La plomberie. La maison du sol au plafond. J installe Je pose Je change Je répare + de 800 photos pour vous guider pas à pas Robert Longechal La plomberie La maison du sol au plafond J installe Je pose Je change Je répare Maquette intérieure et couverture : Maud Warg Réalisation de

Plus en détail

La principale cause du développement

La principale cause du développement LES AUTRES thèmes LA MAÎTRISE DU RISQUE LEGIONELLES Gestion de la problématique Legionella dans les réseaux d eau chaude sanitaire : conception, maintenance et surveillance biologique Jacques Naitychia,

Plus en détail

CHAUFFE-EAU ÉLECTRIQUES

CHAUFFE-EAU ÉLECTRIQUES CHAUFFE-EAU ÉLECTRIQUES GAMMES COR-EMAIL, CEB, MIXTES MPL/SRL CAPACITÉS DE 10 À 500 LITRES CHAUFFE-EAU BLOC CHAUFFE-EAU MURAL VERTICAL CHAUFFE-EAU HORIZONTAL LES DIFFÉRENTS MODÈLES PROPOSÉS : une gamme

Plus en détail

C.C.T.P. D.P.G.F. LOT 8

C.C.T.P. D.P.G.F. LOT 8 Communauté de communes de la MONTAGNE BOURBONNAISE CONSTRUCTION D UN BATIMENT LOCATIF A USAGE ARTISANAL OU INDUSTRIEL Zone d activités du Mornier 03250 LE MAYET DE MONTAGNE Marché de travaux C.C.T.P. D.P.G.F.

Plus en détail

Et la ventilation créa l eau chaude

Et la ventilation créa l eau chaude VENTILATION DOUBLE EFFET VMC BBC + CHAUFFE-EAU THERMODYNAMIQUE Les P r o d u i t s 75 % D ÉCONOMIES SUR LA CONSOMMATION LIÉE À L EAU CHAUDE CHAUFFAGE DE L EAU JUSQU À 62 C AVEC LA POMPE À CHALEUR 10 %

Plus en détail

de l Université Laval Orientations et exigences générales et techniques de construction

de l Université Laval Orientations et exigences générales et techniques de construction de l Université Laval Orientations et exigences générales et techniques de construction Guide de conception de projets GC-3.2.4 Fabrication et distribution de l'air comprimé et de l'eau réfrigérée (11/2007)

Plus en détail

Individualisation de votre contrat de fourniture d eau

Individualisation de votre contrat de fourniture d eau GUIDE PRATIQUE Individualisation de votre contrat de fourniture d eau Édition 2015 1 1 - L ESSENTIEL Vous souhaitez réaliser une demande d individualisation SOMMAIRE Bienvenue chez Eau de Paris! 1 L essentiel

Plus en détail

RÉCUPÉRATEUR DE CHALEUR

RÉCUPÉRATEUR DE CHALEUR RÉCUPÉRATEUR DE CHALEUR POUR DOUCHE RECOH -VERT RECOH -DRAIN RECOH -TRAY RECOH -MULTIVERT Récupération de chaleur grâce à l eau de douche Qu est ce que c est? Suite aux différentes réglementations, les

Plus en détail

DPGF - LOT 3 - CVC / PLOMBERIE

DPGF - LOT 3 - CVC / PLOMBERIE 4, rue Dolorès Ibarruri DPGF - LOT 3 - CVC / PLOMBERIE L entreprise a la responsabilité de prévoir les bonnes quantités de fourniture pour la réalisation des travaux : - faire les métrés et renseigner

Plus en détail

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose

Le bac à graisses PRETRAITEMENT. Schéma de principe. Volume du bac à graisses. Pose Le bac à graisses Schéma de principe Lorsqu on a une longueur de canalisation importante entre la sortie des eaux de cuisine et la fosse septique toutes eaux, il est fortement conseillé d intercaler un

Plus en détail

RÉSERVOIRS ET CHAUFFE-EAU TOUTE ÉNERGIE ACIER THERMO-LAQUÉ ACIER INOXYDABLE

RÉSERVOIRS ET CHAUFFE-EAU TOUTE ÉNERGIE ACIER THERMO-LAQUÉ ACIER INOXYDABLE RÉSERVOIRS ET CHAUFFE-EAU TOUTE ÉNERGIE ACIER THERMO-LAQUÉ ACIER INOXYDABLE PRÉSENTATION - SOMMAIRE CHAROT, premier constructeur français de réservoirs E.C.S. grande capacité destinés aux utilisations

Plus en détail

Eau chaude Eau glacée

Eau chaude Eau glacée Chauffage de Grands Volumes Aérothermes Eau chaude Eau glacée AZN AZN-X Carrosserie Inox AZN Aérotherme EAU CHAUDE AZN AZN-X inox Avantages Caractéristiques Carrosserie laquée ou inox Installation en hauteur

Plus en détail

SANIBROYEUR, SANICOMPACT ET SANIPOMPE SILENCIEUX. pour créer des sanitaires partout dans la maison 50 ANS D INNOVATIONS!

SANIBROYEUR, SANICOMPACT ET SANIPOMPE SILENCIEUX. pour créer des sanitaires partout dans la maison 50 ANS D INNOVATIONS! 2008 50 ANS D INNOVATIONS! WC SALLE DE BAINS CUISINE BUANDERIE CHAUDIÈRE CLIMATISEUR SANIBROYEUR, SANICOMPACT ET SANIPOMPE SILENCIEUX pour créer des sanitaires partout dans la maison SFA c est facile pour

Plus en détail

PIERRE ASSELIN LES INSTALLATIONS DE PLOMBERIE SANITAIRE MISE EN ŒUVRE

PIERRE ASSELIN LES INSTALLATIONS DE PLOMBERIE SANITAIRE MISE EN ŒUVRE PIERRE ASSELIN LES INSTALLATIONS DE PLOMBERIE SANITAIRE MISE EN ŒUVRE SOMMAIRE 1 AVANT-PROPOS 17 2 LES RESPONSABILITÉS ET ASSURANCES 19 2.1 Domaines traditionnel et non traditionnel 20 2.2 Techniques courantes

Plus en détail

Mutualité Sociale Agricole 17, avenue André Malraux 57000 METZ

Mutualité Sociale Agricole 17, avenue André Malraux 57000 METZ Monneren le 03/12/2014 Mutualité Sociale Agricole 17, avenue André Malraux 57000 METZ REAMENAGEMENT DES LOCAUX RDC ET R+4 METZ LOT N 8 CHAUFFAGE - VENTILATION - PLOMBERIE - SANITAIRES DÉCOMPOSITION DU

Plus en détail

NOTICE DE MONTAGE ET D UTILISATION. Complément à la notice Fleck 5000 SXT. ADOUCISSEURS Mono bloc Classic Bi-bloc Bi-mono

NOTICE DE MONTAGE ET D UTILISATION. Complément à la notice Fleck 5000 SXT. ADOUCISSEURS Mono bloc Classic Bi-bloc Bi-mono NOTICE DE MONTAGE ET D UTILISATION Complément à la notice Fleck 5000 SXT ADOUCISSEURS Mono bloc Classic Bi-bloc Bi-mono VANNE Volumétrique Electronique Adoucisseurs d eau entièrement automatiques AQUAMAGASIN

Plus en détail

CHAUFFE-EAU ELECTRIQUE HELIO. MAJ 12/2011 Code Notice : 560822

CHAUFFE-EAU ELECTRIQUE HELIO. MAJ 12/2011 Code Notice : 560822 CHAUFFE-EAU ELECTRIQUE HELIO MAJ 12/2011 Code Notice : 560822 Notice technique CHAUFFE-EAU ELECTRIQUE HELIO MAJ 12/2011 Code Notice : 560822 SOMMAIRE 1) CHAUFFE-EAU HELIO 4 1.1) Réservoir de base 4 1.2)

Plus en détail

guide lot CVC Points de vigilance à l usage des conducteurs de travaux EG ENTREPRISES GÉNÉRALES DE FRANCE BTP

guide lot CVC Points de vigilance à l usage des conducteurs de travaux EG ENTREPRISES GÉNÉRALES DE FRANCE BTP ENTREPRISES GÉNÉRALES DE FRANCE BTP guide Points de vigilance à l usage des conducteurs de travaux EG lot CVC Avant-propos AVANT-PROPOS CHAUFFAGE... 1 CLIMATISATION... 2 GESTION TECHNIQUE CENTRALISÉE 3

Plus en détail

PARTICIPATIONS FINANCIERES H.T. DES ADHERENTS POUR L ANNEE 2010 ADOPTEES PAR LE COMITE SYNDICAL DU 19 FEVRIER

PARTICIPATIONS FINANCIERES H.T. DES ADHERENTS POUR L ANNEE 2010 ADOPTEES PAR LE COMITE SYNDICAL DU 19 FEVRIER ANNEXE COMPETENCES A LA CARTE DE LA BRANCHE EAU PARTICIPATIONS FINANCIERES H.T. DES ADHERENTS POUR L ANNEE 2010 ADOPTEES PAR LE COMITE SYNDICAL DU 19 FEVRIER 2010 Page 1 /14 26/02/2010 OPTION MAINTENANCE

Plus en détail

L eau à l intérieur des bâtiments: aspects règlementaires

L eau à l intérieur des bâtiments: aspects règlementaires L eau à l intérieur des bâtiments: aspects règlementaires 01 La règlementation concernant la qualité des eaux destinées à la consommation humaine s applique sans restriction aux installations d eau à l

Plus en détail

Les piscines à usage collectif Règles sanitaires. à usage collectif

Les piscines à usage collectif Règles sanitaires. à usage collectif Déclaration d ouverture La déclaration d ouverture d une piscine (accompagnée d un dossier justificatif) est à adresser en 3 exemplaires à la mairie d implantation de l établissement et un exemplaire en

Plus en détail

GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF

GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF Actualisé 22/02/2008 - FL GUIDE D ENTRETIEN DE VOTRE SPA A L OXYGENE ACTIF Un bon entretien de votre spa comporte 2 étapes indissociables : le traitement mécanique et le traitement chimique. TRAITEMENT

Plus en détail

MÉTHODE DE DÉSEMBOUAGE DE CIRCUITS DE CHAUFFAGE

MÉTHODE DE DÉSEMBOUAGE DE CIRCUITS DE CHAUFFAGE MÉTHODE DE DÉSEMBOUAGE DE CIRCUITS DE CHAUFFAGE (Radiateurs et planchers chauffants) Brevet de désembouage N 0116861 EURO FILTR'EAUX 18/22 RUE D ARRAS - F 92000 NANTERRE TÉL. : (33) 01 30 94 37 60 FAX

Plus en détail

Boilers VISTRON. Ballons tampons 9.33 Ballons tampons B 200 2000 9.36 Ballons tampons (avec éch. sol.) BS 300 1000

Boilers VISTRON. Ballons tampons 9.33 Ballons tampons B 200 2000 9.36 Ballons tampons (avec éch. sol.) BS 300 1000 VISTRON Boilers d ECS à registres émaillés Litres 9.2 Boilers verticaux U/W 120-150 9.4 Boilers horizontaux NV 150 200 9.6 Boilers sols F / FO 200 500 9.9 Boilers sols F 750 1000 9.11 Boilers solaires

Plus en détail

Système d énergie solaire et de gain énergétique

Système d énergie solaire et de gain énergétique Système d énergie solaire et de gain énergétique Pour satisfaire vos besoins en eau chaude sanitaire, chauffage et chauffage de piscine, Enerfrance vous présente Néo[E]nergy : un système utilisant une

Plus en détail

ENTRE NOUS, L EAU CHAUDE, ÇA BAIGNE!

ENTRE NOUS, L EAU CHAUDE, ÇA BAIGNE! PRODUCTION D EAU CHAUDE SANITAIRE CHAUFFAGE AUX ÉNERGIES RENOUVELABLES CONCEPTS DE CHAUFFAGE ÉLECTRIQUE ENTRE NOUS, L EAU CHAUDE, ÇA BAIGNE! NOUS RÉINVENTONS L EAU CHAUDE SANITAIRE Allier confort et économies

Plus en détail

Vannes à 2 ou 3 voies, PN16

Vannes à 2 ou 3 voies, PN16 4 847 Vannes 2 voies VVP47.-0.25 à VVP47.20-4.0 Vannes 3 voies VXP47.-0.25 à VXP47.20-4.0 Vannes 3 voies avec Té de bipasse VMP47.-0.25 à VMP47.15-2.5 Vannes à 2 ou 3 voies, PN16 VMP47... VVP47... VXP47...

Plus en détail

Saisie des chauffe-eau thermodynamiques à compression électrique

Saisie des chauffe-eau thermodynamiques à compression électrique Fiche d application : Saisie des chauffe-eau thermodynamiques à compression électrique Date Modification Version 01 décembre 2013 Précisions sur les CET grand volume et sur les CET sur air extrait 2.0

Plus en détail

LOT N 05 PLOMBERIE VENTILATION CHAUFFAGE

LOT N 05 PLOMBERIE VENTILATION CHAUFFAGE ETABLISSEMENT THERMAL DE LUZ SAINT SAUVEUR CCTP LOT N 05 PLOMBERIE VENTILATION CHAUFFAGE PAGE N 1/12 LOT N 05 PLOMBERIE VENTILATION CHAUFFAGE ETABLISSEMENT THERMAL DE LUZ SAINT SAUVEUR CCTP LOT N 05 PLOMBERIE

Plus en détail

TITRE PROFESSIONNEL DU MINISTERE CHARGE DE L EMPLOI INSTALLATEUR D EQUIPEMENTS SANITAIRES

TITRE PROFESSIONNEL DU MINISTERE CHARGE DE L EMPLOI INSTALLATEUR D EQUIPEMENTS SANITAIRES TITRE PROFESSIONNEL DU MINISTERE CHARGE DE L EMPLOI INSTALLATEUR D EQUIPEMENTS SANITAIRES Le titre professionnel de : INSTALLATEUR D EQUIPEMENTS SANITAIRES1 niveau V (code NSF : 233 s) se compose de deux

Plus en détail

Centre de Développement des Energies Renouvelables Caractéristiques techniques des Chauffe-eau eau solaires M. Mohamed El Haouari Directeur du Développement et de la Planification Rappels de thermique

Plus en détail

Le Plomb dans l eau AGENCE NATIONALE POUR L AMÉLIORATION DE L HABITAT

Le Plomb dans l eau AGENCE NATIONALE POUR L AMÉLIORATION DE L HABITAT Le Plomb dans l eau De quoi s agit-il? De quoi parle-t-on? Où le trouve-t-on? Quelle est son origine? Responsabilités Quels sont les effets néfastes du plomb dans l eau sur la santé? Comment les détecter?

Plus en détail

T.Flow Activ. Chauffer l eau. EXPERT

T.Flow Activ. Chauffer l eau. EXPERT E A U C H A U D E S A N I T A I R E T.Flow Activ Chauffer l eau. EXPERT T.Flow Activ Source inépuisable d eau chaude T.Flow Activ est un chauffe-eau thermodynamique qui révolutionne la production d eau

Plus en détail

GESTION CENTRALISÉE D EAU CHAUDE ET D ÉNERGIES APPLICATIONS STANDARDS ET NON STANDARDS

GESTION CENTRALISÉE D EAU CHAUDE ET D ÉNERGIES APPLICATIONS STANDARDS ET NON STANDARDS GESTION CENTRALISÉE D EAU CHAUDE ET D ÉNERGIES APPLICATIONS STANDARDS ET NON STANDARDS Poste prépondérant dans le bilan énergétique, la production d eau chaude est source d économies d énergie lorsqu elle

Plus en détail