Analyse de comportement de pare-feu par marquage de données

Dimension: px
Commencer à balayer dès la page:

Download "Analyse de comportement de pare-feu par marquage de données"

Transcription

1 Analyse de comportement de pare-feu par marquage de données Olivier Paul * Abstract: Dans cet article nous présentons les résultats préliminaires de l utilisation d un outil d analyse de comportement des systèmes de filtrage. Celui-ci fonctionne en utilisant un mécanisme de marquage de données qui permet distinguer de manière plus ou moins grossière quelles parties d'un paquet sont examinées par un pare feu en fonction de la configuration de celui-ci. Keywords: filtrage, virtualisation, marquage de données. 1 Introduction Les fonctions de filtrage sont aujourd'hui particulièrement répandues. On les trouve aussi bien dans les équipements destinés à une utilisation personnelle (routeurs personnels, routeursmodems/cable-adsl) que professionnelle (pare-feu dédiés, IPS, routeurs d'entreprise), aussi bien dans des équipements dédiés que dans des équipements dont ils viennent complémenter les fonctions. Par ailleurs leur déploiement s'est accompagné d'une complexification croissante. Aux fonctions de filtrage traditionnelles, se sont ajoutées au fil du temps des fonctions liées à la détection d'intrusion, à la détection d'attaques de dénis de service. Malheureusement, comme nous le montrons dans la section suivante, il n'est pas évident pour un utilisateur potentiel de déterminer quelles fonctions sont réellement implantées par un pare-feu, ni si une configuration donnée fonctionne de manière attendue. Dans cet article nous décrivons une ébauche de solution pour résoudre ce problème. Nous espérons dans le futur combiner cette ébauche avec d'autres techniques afin de permettre l'analyse de systèmes de filtrage de manière automatique. Notre proposition est pour le moment manuelle, et permet à l'utilisateur d'un système de filtrage de déterminer quelles données sont utilisées par un système de filtrage pour une configuration de filtrage bien définie. Dans la suite de cet article nous présentons l'architecture que nous proposons ainsi que des résultats de tests préliminaires. 2 Etat de l art 2.1 Utilisation de manuels et de standards La méthode la plus évidente pour déterminer les fonctionnalités de filtrage implantées par un outil est de lire le manuel qui lui est associé. Cependant cette méthode est rarement suffisante pour plusieurs raisons. D'une part certains outils ne possèdent pas de manuel. C'est par exemple le cas de nombreux routeurs/modems personnels qui possèdent uniquement un manuel de mise en route bien qu'ils implémentent des fonctions de filtrage [Pa07]. D'autres outils possèdent un manuel mais celui-ci n'est pas en phase avec les fonctionnalités réellement implantées par l'outil décrit. Dans certains cas, le manuel peut être optimiste vis à vis des fonctionnalités fournies * Institut Telecom Sud Paris, 9 rue Charles Fourier, Evry Cedex Tel : 33 (0) Fax : 33 (0) Submitted to SAR-SSI

2 [Pa07]. Il est à noter que cette absence d'information n'est pas toujours dans le mauvais sens. Ainsi il arrive parfois que certains outils fournissent des fonctionnalités plus perfectionnées que celles annoncées par le manuel correspondant [Pa07]. Ce cas se produit fréquemment dans les projets open-source ou l'objectif des développeurs est principalement l'avancement du code mais également pour certains outils commerciaux. Une solution fréquemment utilisée par les utilisateurs de systèmes open source pour palier ces problèmes est d'aller directement lire le code source des outils afin de comprendre leur fonctionnement. Cette solution même si elle ne peut qu'être bénéfique d'un point de vue de la sécurité est cependant assez fastidieuse et ne s'applique de toute façon qu'à une catégorie limitée d'outils. Une façon de remédier à ce manque d'information peut être l'utilisation de certifications. Au cours des dix dernières années, plusieurs spécifications de critères de certifications pour les outils de filtrage ont été réalisées par divers organismes tels que le CERT ou la NSA [CC]. Ces critères de certifications appelés profils de protection (PP) décrivent les fonctionnalités minimales qui doivent être implantées par un outil afin que celui-ci puisse être évalué. Cependant, dans la pratique, la majorité des équipements ne sont pas certifiés vis à vis de PPs standardisés parce que les constructeurs préfèrent faire valider leur produit vis à vis d'une description des fonctionnalités adaptée à leur produit qu'ils fournissent alors eux même. Dans ce cas la procédure de certification ne peut couvrir qu'une partie du PP, Une autre raison est tout simplement qu'aujourd'hui, de nombreux produits ne sont pas certifiés. Ainsi fin 2007, moins de 90 produits étaient certifiés et parmi ceux-ci seulement 5 étaient certifiés vis à vis d'un PP existant. Enfin les procédures de certification et de création de PPs étant relativement longues, les produits sont souvent certifiés par rapport à des fonctionnalités qui ne sont plus en rapport avec leurs véritables capacités. 2.2 Analyse par l'utilisation de batteries de tests Afin de faciliter le travail des développeurs, la plupart des outils de filtrage possèdent une batterie de tests permettant de déterminer si un outil de filtrage se comporte de manière similaire au comportement qu'il avait avant l'introduction de nouvelles fonctionnalités (tests de non régression). Ces tests se concentrent souvent sur la syntaxe des règles de configuration et fonctionnent dans un cadre local, sans mettre en œuvre de fonction réseau par exemple en utilisant une interface spécifique de test [Ipf]. Si ces tests permettent de s'assurer dans une certaine mesure de la cohérence du fonctionnement d'un outil dans le temps, ils ne permettent cependant pas à un utilisateur de comprendre la sémantique des règles de configuration. D'autre part, ils testent un nombre de points précis et ne permettent en aucun cas de garantir la stabilité du fonctionnement global de l'outil. De nombreux outils permettent la génération de trafic afin de tester le fonctionnement d'un outil de filtrage [hping]. Ils permettent au travers d'une description du trafic à générer de construire les unités de données ayant les caractéristiques désirées. Le test de l'outil de filtrage se fait alors une fois sa configuration réalisée en examinant les unités de données après traitement ainsi que les logs produits par l'outil. Cependant ces tests demandent une connaissance préalable de la sémantique des options de configuration et d'autre part l'analyse des logs et des unités de données non bloquées ne fournissent qu'une vision partielle des opérations réellement réalisées par un outil. Ainsi une règle de filtrage peut être examinée sans être appliquée, d'autre part des fonctions sont souvent mises en œuvre par défaut sans nécessiter de configuration explicite. Le problème de sémantique pourrait être réglé s'il existait une base publique de tests permettant de distinguer les cas de fonctionnement les plus courants. Ainsi une solution approchante concernant les NAT est proposée dans [Gu05]. Cependant les NATs sont des outils simples dont le comportement est relativement homogène. A notre connaissance il n'existe pas d'outil 2 Submitted to SAR-SSI 2008

3 similaire pour les pare-feu. Un certain nombre de travaux ont été réalisés afin de tester des points spécifiques des pare-feu pour lesquels le comportement attendu est bien défini et connu à l avance. Par exemple [Senn05] présente une méthode permettant de tester les caractéristiques d un automate de filtre à état TCP pour ce protocole à partir de la définition formelle de TCP. Cependant ce type d'outil, en dehors du fait qu'il se limite à une petite partie du fonctionnement d un outil de filtrage (les problèmes de temporisation ou de vérification de numéros de séquence sont par exemple ignorés) présuppose comme dans les cas précédent la connaissance de la sémantique des commandes de configuration. 2.3 Analyse de traces d'exécution Au cours des cinq dernières années, de nombreuses propositions ont été faites concernant l'analyse de comportement d'outils réseaux au travers de l'analyse de leurs traces d'exécution lors de la réception/émission de données. Ainsi [Mut05] présente l'une des seules analyses à notre connaissance d un outil de sécurité. Celle-ci est réalisée à partir de traces d exécution d outils de détection d intrusion. Les auteurs se basent sur l outil ptrace afin d obtenir celles-ci. Les auteurs montrent par la suite comment ces traces peuvent être utilisées pour déterminer les signatures utilisées par des outils de détection d intrusion. La limitation principale de cette approche est qu elle est limitée à l étude de processus utilisateurs du fait de l utilisation de ptrace et cela dans un environnement d exécution bien connu afin de pouvoir disposer de cette fonctionnalité. D autre part les auteurs donnent peu d information sur la façon dont l analyse des traces est réalisée. Plus récemment, un grand nombre de travaux se sont intéressés à caractériser le comportement des logiciels réseaux par la construction de modèles de l exécution d un programme de manière automatique et à partir de traces d exécution. Ainsi [Bru07] présente une architecture qui à partir de la trace d exécution d un programme et de son état final produit une formule symbolique de son exécution appelée pré condition la plus faible. Celle-ci permet de définir quelles données en entrée peuvent amener le programme à un état donné. Cet état est défini par les données produites. Les auteurs utilisent cette approche pour réaliser la prise d empreinte de logiciels. Une limitation actuelle de cette approche est qu elle semble pour le moment limitée à des logiciels de petite taille dans lesquels les entrées-sorties sont bien définies. [Yin07] présente une architecture associant un mécanisme de marquage de données au travers d un émulateur et un ensemble d outils systèmes permettant de lier ces données teintées à leur utilisation par un processus, une librairie ou un fichier particulier. Cette architecture permet de détecter des attaques en repérant des anomalies dans le cheminement des données au travers d un système. Un des inconvénients de cette approche est qu elle nécessite d installer un ensemble d outils sur le système à surveiller. Ceci n est pas toujours possible le cas dans le cadre d environnements propriétaires. 3 Architecture proposée Dans cette partie, nous essayons de montrer l utilité de utilisation du marquage de donnée dans la compréhension d un processus de filtrage. Dans le cas de produits commerciaux, l accès aux sources et au code exécutable du processus de filtrage est souvent impossible. De plus, parmi les produits commerciaux, il est assez fréquent de ne pas pouvoir modifier le système d exploitation ou d y introduire de nouvelles fonctions qui permettraient de comprendre le lien entre le processus de filtrage et le reste du système. Un autre problème dans la compréhension du comportement de ces processus est qu ils sont souvent implantés comme une partie du système d exploitation. Il est donc difficile de distinguer leur comportement du reste du système que l on Submitted to SAR-SSI

4 peut être alors contraint d analyser dans sa globalité. Celui-ci étant souvent d un degré de complexité bien supérieur à celui d un simple programme, cette tache n est pas aisée. Enfin les systèmes implantant ces fonctions étant multi-tâches, l analyse du système peut se révéler plus complexe que celle d un simple programme dont l exécution, du point de vue utilisateur, est sans interruptions. Afin de résoudre ces problèmes nous proposons d utiliser un émulateur afin de réaliser les opérations de base de surveillance. Nous présentons par la suite Argos, l outil sur lequel se base notre système puis les extensions qui s y rattachent. Celles-ci ont pour objectif de présenter à l utilisateur d un système de filtrage la vision la plus synthétique des opérations réalisées pour une configuration et un trafic de test donnés. 3.1 Argos Notre architecture se base sur Argos [Por06]. Argos est un outil d'analyse d'exécutables qui permet de repérer la mise en œuvre d'attaques au travers de l'analyse dynamique du code exécuté. Argos est lui même basé sur un outil appelé Qemu [Bel05]. Qemu est un outil de virtualisation qui permet l'émulation de différents types de machines (x86, Sparc, Mips, ARM, PPC, Alpha,...). Dans ce cadre il permet l'exécution de code natif pour ces machine sur un système cible au travers de machines virtuelles. Lors de son exécution le code natif est traduit de manière dynamique pour pouvoir être exécuté sur le système cible. L unité de traduction dans Qemu est le bloc de traduction (Translation block), une suite d instructions terminée par une fonction modifiant le contrôle de l exécution du programme (saut, appel de fonction,...). L utilisation de tels blocs permet de limiter le coût de la traduction en conservant un cache des blocs récemment utilisés et donc de conserver de bonnes performances d'émulation. La traduction en elle-même est réalisée au travers d un langage intermédiaire comprenant un nombre réduit de fonctions simples. Il permet une portabilité plus importante du traducteur ainsi qu une modification plus aisées de ces fonctions. Les fonctions de ce langage intermédiaire sont compilées préalablement à l utilisation de l émulateur. Celui-ci se charge par la suite de composer le code cible associé à ces fonctions en fonction du code natif à traduire à la manière d un compilateur. La capacité de traduction de Qemu est utilisée par Argos pour associer des fonctions de marquage de données aux instructions traduites afin permettre à la machine virtuelle de distinguer la provenance des données traitées. Argos étant construit pour la reconnaissance d attaques réseau, la seule source de données teintée dans Argos est l interface réseau. Notre intérêt pour Argos est lié à plusieurs de ses caractéristiques: - C est à notre connaissance le seul système de virtualisation supportant le marquage de données dont le code source soit disponible publiquement. - Il permet d obtenir des informations d exécution d un système de filtrage sans avoir à instrumenter celui-ci sous quelque forme que ce soit (code source, appels système, code binaire). - Il permet l exécution d une grande variété de systèmes de filtrage par le fait que Qemu supporte l émulation d un grand nombre de systèmes. Ainsi des systèmes aussi divers que JunOS ou QN sont au moins partiellement supportés. - Il permet d associer les instructions exécutées à leur provenance des données qu'elles manipulent. 3.2 Extensions d Argos Malgré toutes ses qualités, Argos ne répond pas totalement à nos besoins. En effet Argos est conçu pour suivre le cheminement des données. Il utilise pour cela deux outils principaux : - L instrumentation des fonctions provoquant le transfert de données de ou vers un 4 Submitted to SAR-SSI 2008

5 espace mémoire (au sens large, c'est-à-dire mémoire principale, registres,...) pour suivre leur cheminement. Ceci est réalisé en modifiant la sémantique des fonctions du langage intermédiaire utilisé par Qemu. - La gestion d un espace mémoire associé à la mémoire disponible pour la machine virtuelle qui contient des étiquettes indiquant la provenance des données. Ces étiquettes sont utilisées par les fonctions instrumentées pour propager cette information de provenance lorsque cela est nécessaire et d autre part pour rendre les services de détection d attaques fournis par Argos. Cependant ces outils ne permettent pas de détecter l utilisation, par d autres fonctions, de données teintées. D autre part Argos n a pas pour objectif de signaler l utilisation de données teintées d une manière générale. Nous avons donc étendu d une part les autres fonctions du langage intermédiaire afin de pouvoir repérer l utilisation de données teintées dans des fonctions autres que celles liées au mouvement des données. D autre part, nous avons muni Argos d un système permettant de mémoriser l utilisation de ces données et de fournir à la demande une trace d utilisation. Une autre limitation d Argos est qu il est conçu afin d associer à chaque donnée, son origine, c'est-à-dire si il provient du réseau ainsi qu une approximation de sa localisation dans le flux de données reçu par la carte réseau. Une telle information peut être stockée de manière économe mais n est cependant pas suffisamment précise pour nos besoins. Nous avons donc étendu Argos afin de pouvoir conserver la position précise de chaque octet dans un paquet ainsi que l identité du paquet d origine. L utilisation dans Argos du système de pagination des informations de marquage permet de limiter le coût d une telle mesure. Cette information n'est cependant utile que si l'on peut par la suite associer un type à chaque marque. Pour cela nous avons étendu le système de sauvegarde de données présent dans Argos afin de sauver les trames reçues par les cartes réseau sous une forme facilement analysable (format pcap). Au cours de l utilisation de notre version modifiée il est rapidement apparu que les informations de marquage n auraient d intérêt qu accompagnées d informations liées aux instructions exécutées. Fournir une telle information n est pas possible au travers du système de conservation des marques car celui-ci se place au niveau du langage intermédiaire et n a donc pas accès au code natif à traduire. Nous avons donc étendu les fonctions de conservation de logs présentes dans Qemu afin de pouvoir conserver une trace exhaustive de l exécution de toutes les instructions. Afin de limiter l impact en terme de performance d un telle conservation, nous avons développé un système d automatisation du déclenchement des opérations de prise de log en fonction des évènements se produisant dans la machine virtuelle (arrivée/départ de trames, exécution de séquences d instructions natives particulières,...). Celui-ci permet par ailleurs l exécution de scripts dans le moniteur Qemu ainsi que sur la machine hôte. Cette interface entre la machine virtuelle et la machine hôte permet de synchroniser l'utilisation des outils de configuration d'outils de filtrage, de génération de trafic de test, de configuration des opérations de capture de trace et d'analyse de ces traces. Enfin nous avons modifié Qemu afin qu il conserve une valeur de compteur programme (pc) valide lors de l exécution de blocs (Dans Qemu, le pc est uniquement mis à jour en fin d exécution de bloc pour des raisons de performance). Au final, le système modifié fournit donc trois types de traces: Trace 1: la liste de toutes les instructions exécutées pendant un test. Trace 2: la position des instructions utilisant des données marquées et les marques associées. Trace 3: Les trames correspondant aux données marquées. Submitted to SAR-SSI

6 3.3 Analyse des traces obtenues Les modifications présentées dans la section précédente permettent d associer à chaque utilisation de donnée provenant d une trame, l instruction ayant utilisé cette donnée et le bloc de traduction associé. Cette correspondance nous permet de faire plusieurs types d opérations de simplification sur les informations présentées à l utilisateur. Ces opérations sont présentées Fig 1. Dans cette figure, les informations présentées à l'utilisateur à la fin de l'analyse sont indiquées en gris foncé alors que les outils réalisant les opérations de simplification sont présentés en gris clair. Ces opérations sont nécessaires car la quantité d instructions exécutées lors d un test même simple est assez importante. Ainsi lors de nos tests, pour une seule règle de filtrage et un seul paquet de test, le nombre d instructions exécutées entre la réception du paquet et sa réémission variait entre 1 et 2 millions. Même si une partie de ces instructions est due au ralentissement engendré par les mécanismes de log (exécution d'interruptions supplémentaires par exemple), il est nécessaire de distinguer ce qui provient du mécanisme de filtrage des autres fonctions mises en œuvre par le système dans lequel il se place. Un premier moyen de faire cette distinction est de limiter l analyse dans le temps en déclenchent les opérations de log lors d évènements particuliers. Dans notre cas l instrumentation des fonctions de réception et d émission des cartes réseau virtuelles permet de rendre cette fonction étant donné que les filtres agissent principalement lorsque du trafic est présent dans le système étudié. Le marquage des données est un second moyen qui nous permet de distinguer les instructions intéressantes. Le marquage par type utilise les traces 2 et 3 et permet de faire le lien entre les données contenues dans les trames reçues, la position de ces données dans les trames et le type des champs correspondants au travers d'un logiciel d'analyse réseau tel que tshark [tshark]. Celui-ci produit une description au format PDML (Packet Details Markup Language) [Bal05] associant à chaque champ de chaque paquet son type (protocole, sémantique du champ) et sa valeur. Cette description peut être par la suite utilisée par un utilisateur afin de limiter la présentation des fonctions et instructions exécutées en fonction du type de donnée qu'il pense être utilisé par la configuration de filtrage. Cependant un grand nombre de fonctions manipulent les données réseau. Par exemple, en environnement x86, les entrées-sorties dans Qemu se font en utilisant les instructions in et out. Dans le cas de données provenant du réseau, ces instructions manipulent donc toutes les données. La simplification réalisée par le marquage devrait donc être complété par d autres types de simplification se basant par exemple sur le type d instructions. Argos/ Qemu Instructions Marques Données tshark Analyseur PDML instructions par champs utilisés graphe d'appel Filtre graphes antérieurs synthèse protocoles/ champs utilisés graphes coloriés Fig 1. Opérations réalisées à partir des traces. 6 Submitted to SAR-SSI 2008

7 Un autre moyen de réduire l information présentée à l utilisateur est d utiliser les différences entre traces provenant de tests différents afin d isoler de nouvelles instructions ou fonctions. Afin de réaliser cette opération nous construisons lors de chaque test un graphe d appel. Les blocs d instructions sont assemblés en fonction des instructions de contrôle de flux qui les terminent de telle sorte à représenter les appels de fonctions pouvant exister dans le code natif original. Chaque instruction de contrôle de flux est analysée de telle sorte à déterminer les transitions possibles entre le bloc courant et les blocs suivants. Il est à noter que certaines instructions ne permettent pas de déterminer la transition à réaliser à partir d une trace d instruction seule (e.g. appel du contenu d un espace mémoire). Dans ce cas nous estimons le saut le plus probable en fonction des blocs apparaissant par la suite. La construction du graphe d appel par le fait qu elle se base sur une trace d exécution peut ne pas être complète. Cependant en choisissant de manière appropriée les configurations de filtrage testées, il est possible de construire des graphes croissants de manière incrémentale. Il est alors possible de calculer les recouvrements entre graphes et d extraire les fonctions non représentées dans le graphe original. 4 Résultats préliminaires Dans cette partie nous décrivons un ensemble de tests réalisés sur l outil de filtrage IPfilter [ipf] sous FreeBSD 6.3. Nous montrons comment les outils présentés dans la section précédente permettent de fournir à l utilisateur une vision assez synthétique du processus de filtrage. Nous utilisons IPfilter car il est à la fois assez complexe (le code source du filtre seul sans les outils de configuration comprend environ lignes de code) et son code source est disponible ce qui nous permet de vérifier les informations fournies par nos outils. 4.1 Architecture de test Lors des tests nous utilisons deux machines virtuelles communiquant au travers d un VLAN fourni par Qemu. Afin de synchroniser les opérations de configuration et de test entre les deux systèmes sans utiliser les fonctions réseau nous utilisons deux disques virtuels partagés entre les deux machines. L utilisateur du système possède un écran de configuration qui permet de saisir une série de test à réaliser. Chacun est constitué des opérations de configuration du filtre, des commandes permettant de tester le fonctionnement de celui-ci et d'une indication que le résultat du test en question peut être utilisé comme base de comparaison avec les tests suivants pour la construction des graphes. Une fois les tests sélectionnés, la configuration du filtre est réalisée et les commandes de génération de trafic exécutées automatiquement. A la réception de trafic, la carte réseau virtuelle du système de filtrage déclenche un évènement qui met en route les fonctions de log et à l émission de celui-ci déclenche un autre évènement qui arrête les fonctions de log et exécute un script sur la machine hôte qui analyse les logs obtenus en utilisant les mécanismes décrits dans la section précédente. Pour chaque type de champ présent dans le trafic généré, une vue de la trace d exécution est crée qui présente les instructions assembleur utilisées, la fonction auquel appartient le bloc ainsi que les caractéristiques du champ marqué (paquet, sémantique, provenance). L utilisateur du système peut par la suite consulter ces vues en fonction du type de champ qu il pense être affecté par la configuration de filtrage. En dehors des analyses présentées ci-dessus, le script produit une description graphique des résultats au format GL (Graph Exchange Language) [Win01]. Ce graphe peut par la suite être visualisé après transformation au travers d un outil tel que Graphviz [Graphviz]. A l heure actuelle l exécution d un test prend environ 20 secondes. Submitted to SAR-SSI

8 4.2 Exemple de résultats Notre outil fournit une vision synthétique des champs utilisés dans le processus de filtrage. La Fig 2 fournit ainsi la liste des champs manipulés par IPfilter lors de l utilisation de la configuration suivante. Celle-ci autorise un paquet ICMP de type echo et provenant de l interface ed0 à traverser le filtre en provenance de n importe quelle adresse source vers n importe quelle destination. pass in quick on ed0 proto icmp from any to any icmp-type echo La sémantique des champs est obtenue à partir de la description PDML fournie par tshark alors que l'utilisation est calculée à partir de la trace contenant les marques. Il est intéressant de noter que le champ IP checksum n est pas utilisé par IPfilter dans notre installation. Les adresses IP sont vérifiées bien que la règle ne spécifie pas de condition à leur sujet. Le champ ICMP ident semble être utilisé. Cependant une vérification rapide du code obtenu montre que ce champ est copié en mémoire mais n est pas utilisé pas la suite dans le processus de filtrage. Field Used eth.dst eth.src eth.type ip.version ip.hdr_len ip.dsfield ip.len ip.id ip.flags ip.frag_offset ip.ttl ip.proto ip.checksum ip.src ip.dst icmp.type icmp.code icmp.checksum icmp.ident icmp.seq data Fig 2. Graphe d appel présentant l exécution du traitement d un paquet. La Fig 3 présente un exemple de graphe d appel de fonctions obtenu au travers de notre outil lors de l utilisation d IPfilter pour la configuration précédente. Chaque cercle représente une fonction utilisée lors du test. Les arcs entre cercles représentent les appels de fonction. Lorsque plusieurs arcs existent entre deux cercles, ils indiquent que plusieurs appels ont été réalisés à partir de positions différentes dans la fonction d'origine. La couleur associée à chaque fonction est calculée automatiquement de la manière suivante. Parmi ces cercles, les cercles orange indiquent les fonctions provenant de l utilisation d IPfilter. Ceux-ci sont obtenus en calculant la différence entre le graphe d exécution lorsqu'ipfilter est désactivé et celui lorsque la commande présentée ci-dessus est configurée. Les cercles verts représentent 8 Submitted to SAR-SSI 2008

9 Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc _ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc_ Proc _ Proc _ Proc _ Proc_ Proc _ Proc_ Proc_ Proc_ Proc _ Proc _ Proc _ Proc _ Proc _ Proc _ Proc _ Proc _ Proc _ Proc _ Proc _ Proc _ Proc _ Proc _ Proc _ Proc _ Proc _ Proc _ Proc _ Proc _ Proc _ Proc _ Proc _ Proc _ Proc _ Proc _ parmi ces fonctions, les fonctions manipulant le champ type ICMP dans le paquet IP traité par le filtre. Ceux-ci sont obtenus au moyen des informations de marquage fournies par notre version modifiée d Argos. Après vérification du code source du filtre les procédures indiquées (représentées dans le graphe par leur adresse) sont bien les seules dans IPfilter à manipuler ce champ. Fig 3. Graphe d appel présentant l exécution du traitement d un paquet. La Fig 4 présente un exemple de vue telle qu elle est fournie à l utilisateur lorsqu il désire obtenir les informations associées à un champ particulier. Notre exemple représente les fonctions liées à la manipulation du champ Type ICMP pour la règle présentée ci-dessus. Elle indique que les instructions movzbl, cmp et ja utilisent le champ type ICMP du paquet 54 (0x0036). block[0xc043549a;0x00054d7f]={in: 0xc043549a mov 0x4(%edx),%ax 0xc043549e mov %ax,0x3e(%ebx) 0xc04354a2 movzbl (%edx),%eax from 0x02650e54 [0x0036 icmp.type] 0xc04354a5 cmp $0x12,%eax from 0x02650e54 [0x0036 icmp.type] 0xc04354a8 ja 0xc from 0x02650e54 [0x0036 icmp.type] } Fig 4. Trace présentée à l utilisateur. 4.3 Estimation de l importance des opérations de simplification Lors des tests nous nous sommes intéressés à deux aspects. Le premier concerne la justesse de la simplification présentée à l utilisateur. L autre concerne le nombre d instructions présentées à l utilisateur en fonction des techniques de simplification utilisées. Le tableau ci-dessous présente Submitted to SAR-SSI

10 plusieurs combinaisons. La simplification temporelle correspond au fait de ne conserver une trace que lorsque un paquet est présent à l intérieur du système de filtrage. Le marquage sans type considère toutes les instructions manipulant les données d un paquet. Le marquage avec type considère les instructions manipulant le type donné en tête de colonne. L'utilisation du graphe d'appel consiste à ne présenter que les instructions qui appartiennent à des fonctions qui ne sont pas présentes dans un graphe original (ici le graphe original est obtenu lors d'une exécution dans laquelle le module de filtrage n'est pas activé). Enfin la simplification par type d instruction supprime les instructions (utilisation de la pile, entrée/sorties,...) dont la présence n est pas indispensable à la compréhension du code assembleur. Type de simplification Instructions (Addr IP DST) Instructions (Type ICMP) Aucun Temporel Temporel, marquage sans type Temporel, marquage avec type Temporel, marquage, graphe d appel Temporel, marquage, graphe d appel, type d instruction Le tableau montre les résultats pour deux configurations de filtrage différentes. Vis à vis de traces brutes, les différentes techniques de simplification permettent d affiner considérablement la vision fournie à l utilisateur. 5 Conclusion Dans cet article nous avons montré comment au travers de processus d analyse automatique il était possible pour l utilisateur d un système de filtrage de simplifier la vision qu il pouvait obtenir vis-à-vis d une trace d exécution brute. Cette simplification n est pour le moment pas directement utilisable dans la mesure où elle permet principalement d indiquer à l utilisateur dans comment une configuration provoque un fonctionnement différent d une autre configuration de filtrage. Celui-ci a donc toujours besoin de comprendre la syntaxe des règles de configuration et au moins une partie de leur sémantique afin de construire un trafic de test approprié. Notre objectif est donc d utiliser comme base ces outils afin de pouvoir construire un modèle formel des opérations réalisées par un filtre à la manière de [Bru07] sans que celui-ci ne soit de taille trop importante. Une telle approche nous permettrait de construire de manière automatique des unités de données validant (ou ne validant pas) une configuration du pare-feu. Cependant en l état actuel notre outil permet déjà d améliorer la compréhension que l on peut avoir d un outil de filtrage sans se reposer sur la lecture de son code source. References [Pa07] Olivier Paul. There s nothing like a firewall. Présentation au Workshop IEEE Monam [Gu05] Saikat Guha et Paul Francis. Characterization and Measurement of TCP Traversal through NATs and Firewalls, Dans ACM Internet Measurement Conference, Submitted to SAR-SSI 2008

11 [Mut05] Darren Mutz, Christopher Kruegel,, William Robertson, Giovanni Vigna, et Richard Kemmerer. Reverse Engineering of Network Signatures. Dans Information Technology Security Conference (AusCERT). Mai [Senn05] Senn Diana, Basin David et Caronni Germano. Firewall Conformance Testing. Dans IFIP TestCom LNCS [Yin07] Heng Yin, Dawn Song, Manuel Egele, Christopher Kruegel, et Engin Kirda. Panorama: Capturing System-wide Information Flow for Malware Detection and Analysis. Dans ACM CCS [Cab07] Juan Caballero, Heng Yin, Zhenkai Liang, Dawn Song. Polyglot: Automatic Extraction of Protocol Message Format using Dynamic Binary Analysis. Dans ACM CCS [Bel05] F. Bellard. Qemu, a fast and portable dynamic translator. Dans USENI Annual Technical Conference, FREENI Track, [Por06] Georgios Portokalidis, Asia Slowinska et Herbert Bos. Argos: an Emulator for Fingerprinting Zero-Day Attacks ACM EuroSys [Bru07] David Brumley, Juan Caballero, Zhenkai Liang, James Newsome, Dawn Song. Towards Automatic Discovery of Deviations in Binary Implementations with Applications to Error Detection and Fingerprint Generation. Dans Usenix Security [ipf] IP Filter - TCP/IP Firewall/NAT Software. Disponible à coombs.anu.edu.au/~avalon/. [hping] Hping - Active Network Security Tool. Disponible à [CC] Common criteria Protection Profiles. Disponible à [Win01] A. Winter, B. Kullbach, V. Riediger. An Overview of the GL Graph Exchange Language. Software Visualization, International Seminar Dagstuhl Castle [Graphviz] Graphfiz, Graph Visualization Software. Disponible à [tshark] tshark, the wireshark network analyzer. Disponible à [Bal05] M. Baldi et F. Risso Using ML for Efficient and Modular Packet Processing. Dans IEEE Globecom Submitted to SAR-SSI

Formation A2IMP. Acquisition d information sur les autres équipements du réseau. Frédéric Bongat IPSL Formation A2IMP 1

Formation A2IMP. Acquisition d information sur les autres équipements du réseau. Frédéric Bongat IPSL Formation A2IMP 1 Formation A2IMP Acquisition d information sur les autres Frédéric Bongat IPSL Formation A2IMP 1 Idée : corréler des informations via d autres Informations de base Connaître l horodatage (date, heure) des

Plus en détail

S E C U R I N E T S C l u b d e l a s é c u r i t é i n f o r m a t i q u e I N S A T. Atelier IDS. Snort. Outil de Détection d intrusion

S E C U R I N E T S C l u b d e l a s é c u r i t é i n f o r m a t i q u e I N S A T. Atelier IDS. Snort. Outil de Détection d intrusion Atelier IDS Snort Outil de Détection d intrusion Introduction Les systèmes de détection d intrusion ou IDS pour (Intrusion Detection System) sont indispensables pour la sécurité du réseau, ils permettent

Plus en détail

État de l'art des hyperviseurs de confiance. Geoffrey Plouviez. Agence Nationale de la Sécurité des systèmes d'information

État de l'art des hyperviseurs de confiance. Geoffrey Plouviez. Agence Nationale de la Sécurité des systèmes d'information État de l'art des hyperviseurs de confiance Geoffrey Plouviez Agence Nationale de la Sécurité des systèmes d'information La virtualisation Qu'est ce qu'un hyperviseur? Comme un système d'exploitation en

Plus en détail

La sécurité des Réseaux Partie 6.1 Les pare-feus

La sécurité des Réseaux Partie 6.1 Les pare-feus La sécurité des Réseaux Partie 6.1 Les pare-feus Fabrice Theoleyre Enseignement : INSA Lyon / CPE Recherche : Laboratoire CITI / INSA Lyon Références F. Ia et O. Menager, Optimiser et sécuriser son trafic

Plus en détail

LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN

LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN LES OUTILS D ALIMENTATION DU REFERENTIEL DE DB-MAIN Les contenues de ce document sont la propriété exclusive de la société REVER. Ils ne sont transmis qu à titre d information et ne peuvent en aucun cas

Plus en détail

Smart Packager Version 3. 2015 Landpark SAS. Tous droits réservés

Smart Packager Version 3. 2015 Landpark SAS. Tous droits réservés Smart Packager Version 3 Nouvelles fonctionnalités version 3 Smart Packager Prise en charge des App-V 5.x de Microsoft : Smart Packager prend désormais en charge les App-V 5.x avec la fonctionnalité pour

Plus en détail

Concept des VLAN Introduction au VLAN virtuel

Concept des VLAN Introduction au VLAN virtuel Les VLAN Sommaire 1.Concept des VLAN 1.1.Introduction au VLAN virtuel 1.2.Domaines de broadcast avec VLAN et routeurs 1.3.Fonctionnement d un VLAN 1.4.Avantages des LAN virtuels (VLAN) 1.5.Types de VLAN

Plus en détail

Travaux pratiques - Utilisation de Wireshark pour voir le trafic réseau

Travaux pratiques - Utilisation de Wireshark pour voir le trafic réseau Travaux pratiques - Utilisation de Wireshark pour voir le trafic réseau Topologie Objectifs 1ère partie : Télécharger et installer Wireshark (facultatif) 2e partie : Capturer et analyser les données ICMP

Plus en détail

Mode d emploi pour la P-machine utilisée lors des TPs et des projets du cours INFO010 Théorie des langages et de la compilation.

Mode d emploi pour la P-machine utilisée lors des TPs et des projets du cours INFO010 Théorie des langages et de la compilation. Mode d emploi pour la P-machine utilisée lors des TPs et des projets du cours INFO010 Théorie des langages et de la compilation. Sébastien COLLETTE et Gilles GEERAERTS 1 Introduction Ce document décrit

Plus en détail

RAPPORT DU PREMIER MINI PROJET «FORUM DE CHAT» Novembre 2005

RAPPORT DU PREMIER MINI PROJET «FORUM DE CHAT» Novembre 2005 Oussama ELKACHOINDI Wajdi MEHENNI RAPPORT DU PREMIER MINI PROJET «FORUM DE CHAT» Novembre 2005 Sommaire I. Préliminaire : Notice d exécution et mode opératoire...4 II. Architecture globale de l application...5

Plus en détail

switchport access vlan 20

switchport access vlan 20 Chapitre 3 examen Quelles affirmations décrivent les avantages des VLAN? (Choisissez deux réponses.) Les VLAN améliorent les performances du réseau en régulant le contrôle du flux et la taille de la fenêtre.

Plus en détail

TP4 : Firewall IPTABLES

TP4 : Firewall IPTABLES Module Sécurité TP4 : Firewall IPTABLES Ala Rezmerita François Lesueur Le TP donnera lieu à la rédaction d un petit fichier texte contenant votre nom, les réponses aux questions ainsi que d éventuels résultats

Plus en détail

ETNA Projet de Fin d Étude 2005-2007 RimElse Cahier des charges. c Copyleft 2006, ELSE Team

ETNA Projet de Fin d Étude 2005-2007 RimElse Cahier des charges. c Copyleft 2006, ELSE Team ETNA Projet de Fin d Étude 2005-2007 RimElse Cahier des charges c Copyleft 2006, ELSE Team 18 avril 2006 Table des matières 1 Introduction 2 2 Présentation du projet 3 2.1 Une distribution Évolulable..................

Plus en détail

Figure 1a. Réseau intranet avec pare feu et NAT.

Figure 1a. Réseau intranet avec pare feu et NAT. TD : Sécurité réseau avec Pare Feu, NAT et DMZ 1. Principes de fonctionnement de la sécurité réseau Historiquement, ni le réseau Internet, ni aucun des protocoles de la suite TCP/IP n était sécurisé. L

Plus en détail

10 Prototypage rapide de logiciel pour les systèmes avioniques

10 Prototypage rapide de logiciel pour les systèmes avioniques Introduction Le contexte aéronautique 1 a depuis plusieurs années mis en évidence le besoin croissant de technologies de sécurité permettant d éviter des utilisations malveillantes des matériels ou services

Plus en détail

LOSLIER Mathieu IR1 31 Mai 2011. Rapport TP Firewall

LOSLIER Mathieu IR1 31 Mai 2011. Rapport TP Firewall Rapport TP Firewall 1 Table des matières Rapport TP Firewall... 1 Introduction... 3 1. Plate-forme de sécurité étudiée... 3 2. Routage classique... 3 2.1 Mise en œuvre du routage classique... 4 2.2 Configuration

Plus en détail

Travaux Pratiques. Octobre 2015 CESI

Travaux Pratiques. Octobre 2015 CESI Travaux Pratiques Octobre 2015 CESI 1. Adressage dans Internet 1.1 Identification d une machine Une machine (appelée aussi hôte ou host) est identifiée dans l Internet par son adresse. L adresse Internet

Plus en détail

Analyse abstraite de missions sous PILOT

Analyse abstraite de missions sous PILOT Analyse abstraite de missions sous PILOT Damien Massé EA 3883, Université de Bretagne Occidentale, Brest damien.masse@univ-brest.fr Résumé Nous étudions la possibilité de réaliser un analyseur par interprétation

Plus en détail

IDS snort. Rémi JACHNIEWICZ et Romain GEGOUT 6 décembre 2008

IDS snort. Rémi JACHNIEWICZ et Romain GEGOUT 6 décembre 2008 IDS snort Rémi JACHNIEWICZ et Romain GEGOUT 6 décembre 2008 1 Table des matières 1 Les différents IDS 3 1.1 Les NIDS (Network IDS ou IDS Réseau)..................... 3 1.2 Les HIDS (Host IDS ou IDS Machine)......................

Plus en détail

Quelques éléments de compilation en C et makefiles

Quelques éléments de compilation en C et makefiles Quelques éléments de compilation en C et makefiles Guillaume Feuillade 1 Compiler un programme C Le principe de la compilation consiste à passer d un ensemble de fichiers de code à un programme exécutable

Plus en détail

Introduction aux systèmes d exploitation

Introduction aux systèmes d exploitation Introduction aux systèmes d exploitation Le système d exploitation est un ensemble de logiciels qui pilotent la partie matérielle d un ordinateur. Les principales ressources gérées par un système d exploitation

Plus en détail

Tutoriel d'utilisation de Wireshark

Tutoriel d'utilisation de Wireshark Tutoriel d'utilisation de Wireshark Ce tutoriel présente les principales fonctions de Wireshark nécessaires à une utilisation basique et se destine principalement à un public néophyte. Nous invitons le

Plus en détail

RAPPORT DE CONCEPTION UML :

RAPPORT DE CONCEPTION UML : Carlo Abi Chahine Sylvain Archenault Yves Houpert Martine Wang RAPPORT DE CONCEPTION UML : Bamboo Ch@t Projet GM4 Juin 2006 Table des matières 1 Introduction 2 2 Présentation du logiciel 3 2.1 Précisions

Plus en détail

LES FONCTIONS DE SURVEILLANCE DES FICHIERS

LES FONCTIONS DE SURVEILLANCE DES FICHIERS SYSLOG and APPLICATION LOGS Knowledge Module for PATROL - Data Sheet Version 1.5 Développé par http://www.axivia.com/ PRESENTATION DU PRODUIT SYSLOG and APPLICATION LOGS Knowledge Module for PATROL est

Plus en détail

Le filtrage de niveau IP

Le filtrage de niveau IP 2ème année 2008-2009 Le filtrage de niveau IP Novembre 2008 Objectifs Filtrage : Le filtrage permet de choisir un comportement à adopter vis à vis des différents paquets émis ou reçus par une station.

Plus en détail

2. MAQUETTAGE DES SOLUTIONS CONSTRUCTIVES. 2.2 Architecture fonctionnelle d un système communicant. http://robert.cireddu.free.

2. MAQUETTAGE DES SOLUTIONS CONSTRUCTIVES. 2.2 Architecture fonctionnelle d un système communicant. http://robert.cireddu.free. 2. MAQUETTAGE DES SOLUTIONS CONSTRUCTIVES 2.2 Architecture fonctionnelle d un système communicant Page:1/9 http://robert.cireddu.free.fr/sin LA SEGMENTATION VIRTUELLE DES DOMAINES DE DIFFUSION : LES VLANs

Plus en détail

2. MAQUETTAGE DES SOLUTIONS CONSTRUCTIVES. 2.2 Architecture fonctionnelle d un système communicant. http://robert.cireddu.free.

2. MAQUETTAGE DES SOLUTIONS CONSTRUCTIVES. 2.2 Architecture fonctionnelle d un système communicant. http://robert.cireddu.free. 2. MAQUETTAGE DES SOLUTIONS CONSTRUCTIVES 2.2 Architecture fonctionnelle d un système communicant Page:1/11 http://robert.cireddu.free.fr/sin LES DÉFENSES Objectifs du COURS : Ce cours traitera essentiellement

Plus en détail

TP 1.1.7 Utilisation des commandes ping et tracert à partir d une station de travail

TP 1.1.7 Utilisation des commandes ping et tracert à partir d une station de travail TP 1.1.7 Utilisation des commandes ping et tracert à partir d une station de travail Objectif Apprendre à utiliser la commande TCP/IP ping (Packet Internet Groper) à partir d une station de travail Apprendre

Plus en détail

CONFIGURATION P 2 P 3 P 3 P 10 P 11 P 13 P 14 P 16

CONFIGURATION P 2 P 3 P 3 P 10 P 11 P 13 P 14 P 16 CONFIGURATION 1 Présentation 2 Topologie du projet 3 Installation 4 Configuration 4.1 Création de la DMZ publique 4.2 Accès vers l Internet 4.3 Publication d Exchange 4.4 Rapports d activité et alertes

Plus en détail

Introduction : Le logiciel gère une pile des éléments textes du presse-papier de Windows.

Introduction : Le logiciel gère une pile des éléments textes du presse-papier de Windows. B. MALETTE : Fichier d'aide du logiciel «Presse papier» p. 1 Création mai 2013 dernière révision V 1.5._._ en mai 2015 Généralités : Le présent logiciel est libre de droit, il ne peut être vendu et reste

Plus en détail

Construction et sécurisation d'un système Linux embarqué. Frédéric AIME faime@janua.fr 0 950 260 370

Construction et sécurisation d'un système Linux embarqué. Frédéric AIME faime@janua.fr 0 950 260 370 Construction et sécurisation d'un système Linux embarqué Frédéric AIME faime@janua.fr 0 950 260 370 Différentes approches Création d'une distribution From Scratch Nécessite un investissement intellectuel

Plus en détail

De l ordinateur au processus : rôle d un système

De l ordinateur au processus : rôle d un système De l ordinateur au processus : rôle d un système Introduction aux systèmes d exploitation Gaël Thomas Présentation du cours Contexte du cours : Introduire notre objet d étude : les systèmes d exploitation

Plus en détail

Chap. III : Le système d exploitation

Chap. III : Le système d exploitation UMR 7030 - Université Paris 13 - Institut Galilée Cours Architecture et Système Le système d exploitation (ou O.S. de l anglais Operating System ) d un ordinateur est le programme qui permet d accéder

Plus en détail

Guide Utilisateur Rapide

Guide Utilisateur Rapide Guide Utilisateur Rapide Interface Graphique Opios (Version 1) Auteurs : Hozzy TCHIBINDA 11 Avril 2013 Version 1.0 www.openip.fr Table des matières 1 Présentation 2 1.1 Présentation de l Opios....................................

Plus en détail

GUIDE ADMINISTRATEUR COMMENT ADMINISTRER SIMPLEMENT?

GUIDE ADMINISTRATEUR COMMENT ADMINISTRER SIMPLEMENT? GUIDE ADMINISTRATEUR COMMENT ADMINISTRER SIMPLEMENT? SOMMAIRE 1 INTRODUCTION... 3 2 ADMINISTRATION DES UTILISATEURS ET DES FAX DE GROUPE... 3 3 ADMINISTRATION MULTIPLE... 7 4 PAGES DE GARDE... 8 5 GESTION

Plus en détail

Page 1 2 La présente invention concerne le domaine des architectures informatiques, et en particulier un procédé pour le développement d applications destiné à un fonctionnement en réseau, par exemple

Plus en détail

FRANÇAIS PHONE-VS. Guide d installation et utilisation

FRANÇAIS PHONE-VS. Guide d installation et utilisation FRANÇAIS PHONE-VS Guide d installation et utilisation INDEX 1 INTRODUCTION... 1 2 INSTALLATION ET MISE EN SERVICE... 1 3 REGISTRER L APPLICATION... 4 4 CONFIGURATION DES CONNEXIONS... 6 5 CONNEXION...

Plus en détail

Notre offre Système. systemes@arrabal-is.com

Notre offre Système. systemes@arrabal-is.com systemes@arrabal-is.com Généralités Généralités des systèmes Windows Les systèmes Microsoft sont au cœur du système d information de la majorité des entreprises, si bien qu environ 90% des postes utilisateurs

Plus en détail

Réseaux locaux virtuels : VLAN

Réseaux locaux virtuels : VLAN Réseaux locaux virtuels : VLAN I. Historique Les premiers réseaux Ethernet (on se situe donc en couche 2) étaient conçus à base de câbles coaxiaux raccordés entre eux et connectés aux ordinateurs, si bien

Plus en détail

Université Pierre Mendès France U.F.R. Sciences de l Homme et de la Société Master IC²A. TP sur IP

Université Pierre Mendès France U.F.R. Sciences de l Homme et de la Société Master IC²A. TP sur IP Université Pierre Mendès France U.F.R. Sciences de l Homme et de la Société Master IC²A TP sur IP L'objectif de ce premier TP est de vous montrer comment les données circulent dans un réseau, comment elles

Plus en détail

ASSEMBLAGE ET ÉDITION DES LIENS

ASSEMBLAGE ET ÉDITION DES LIENS ASSEMBLAGE ET ÉDITION DES LIENS Mewtow 11 novembre 2015 Table des matières 1 Introduction 5 2 La chaine d assemblage 7 2.1 Résolution des symboles.............................. 7 2.2 Relocation.....................................

Plus en détail

Administration de réseau : Outils publics et commerciaux

Administration de réseau : Outils publics et commerciaux Administration de réseau : III Administration de réseau : Christian LENNE, Christian.Lenne@grenet.fr CICG, Grenoble Nous présentons les solutions mises en œuvre sur le campus grenoblois pour la surveillance

Plus en détail

Sécurité avancée des réseaux Filtrage des paquets. IUT d Auxerre Département RT 2 ème année 2013-2014 ZHANG Tuo tuo.zhang@u-bourgogne.

Sécurité avancée des réseaux Filtrage des paquets. IUT d Auxerre Département RT 2 ème année 2013-2014 ZHANG Tuo tuo.zhang@u-bourgogne. Sécurité avancée des réseaux Filtrage des paquets IUT d Auxerre Département RT 2 ème année 2013-2014 ZHANG Tuo tuo.zhang@u-bourgogne.fr Outline Pare-feu & Filtre de Confiance Filtrage de paquets Pare-feu

Plus en détail

Sécurité et Firewall

Sécurité et Firewall TP de Réseaux IP pour DESS Sécurité et Firewall Auteurs: Congduc Pham (Université Lyon 1), Mathieu Goutelle (ENS Lyon), Faycal Bouhafs (INRIA) 1 Introduction: les architectures de sécurité, firewall Cette

Plus en détail

Chapitre N 7: Configuration et administration d un réseau local. Configuration et administration d un réseau local

Chapitre N 7: Configuration et administration d un réseau local. Configuration et administration d un réseau local Configuration et administration d un réseau local I Introduction : Une fois le matériel est choisi, le câblage est réalisé et les différentes composantes du réseau sont connectées, il faut. Quelque soit

Plus en détail

Comprendre le fonctionnement d un firewall et d une DMZ ; Étudier les règles de filtrage et de translation entre réseaux privées et public.

Comprendre le fonctionnement d un firewall et d une DMZ ; Étudier les règles de filtrage et de translation entre réseaux privées et public. TP 8.1 ÉTUDE D UN FIREWALL OBJECTIFS Comprendre le fonctionnement d un firewall et d une DMZ ; Étudier les règles de filtrage et de translation entre réseaux privées et public. PRÉ-REQUIS Système d exploitation

Plus en détail

Travaux pratiques 2.6.2 : Utilisation de Wireshark pour afficher des unités de données de protocole

Travaux pratiques 2.6.2 : Utilisation de Wireshark pour afficher des unités de données de protocole pour afficher des unités de données de protocole Objectifs pédagogiques Expliquer l objectif d un analyseur de protocoles (Wireshark) Exécuter une capture de base des unités de données de protocole (PDU)

Plus en détail

Le WiFi sécurisé. 16 Octobre 2008 PRATIC RIOM

Le WiFi sécurisé. 16 Octobre 2008 PRATIC RIOM Le WiFi sécurisé 16 Octobre 2008 PRATIC RIOM Plan Introduction Les réseaux sans fil WiFi Les risques majeurs liés à l utilisation d un réseau WiFi Comment sécuriser son réseau WiFi La cohabitation entre

Plus en détail

Description du datagramme IP :

Description du datagramme IP : Université KASDI MERBAH OUARGLA Faculté des Nouvelles Technologies de l information et de la Communication Département Informatique et Technologies de les Information 1 er Année Master académique informatique

Plus en détail

Chapitre X : Réseaux virtuels (VLAN)

Chapitre X : Réseaux virtuels (VLAN) Chapitre X : Réseaux virtuels (VLAN) Eric Leclercq & Marinette Savonnet Département IEM http://ufrsciencestech.u-bourgogne.fr http://ludique.u-bourgogne.fr/~leclercq 8 avril 2011 1 Principes Problématique

Plus en détail

Clément MILVILLE / Edouard SIMON. Projet CodeWar. Enseignant tuteur: Michaël Hauspie 1/17

Clément MILVILLE / Edouard SIMON. Projet CodeWar. Enseignant tuteur: Michaël Hauspie 1/17 Projet CodeWar Enseignant tuteur: Michaël Hauspie 1/17 2/17 Remerciements: Nous tenons à remercier tout particulièrement notre tuteur M. Michaël HAUSPIE pour son aide, ses conseils, ses avis et sa disponibilité

Plus en détail

Sécurité des réseaux Firewalls

Sécurité des réseaux Firewalls Sécurité des réseaux Firewalls A. Guermouche A. Guermouche Cours 1 : Firewalls 1 Plan 1. Firewall? 2. DMZ 3. Proxy 4. Logiciels de filtrage de paquets 5. Ipfwadm 6. Ipchains 7. Iptables 8. Iptables et

Plus en détail

Présentation du logiciel

Présentation du logiciel Chapitre A Présentation du logiciel R Pré-requis et objectif La lecture du chapitre sur l installation de R dans les Annexes peut se révéler utile. Ce chapitre présente les origines, l objectif et les

Plus en détail

* Un flux TCP/UDP est une communication (plusieurs sessions TCP ou UDP) entre deux machines IP pendant un intervalle de

* Un flux TCP/UDP est une communication (plusieurs sessions TCP ou UDP) entre deux machines IP pendant un intervalle de Plateforme de Surveillance réseau et sécurité Solution SecurActive NSS SecurActive NSS est une plateforme de surveillance réseau et sécurité basée sur un moteur d analyse innovant. SecurActive NSS capture

Plus en détail

Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc

Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc Solutions de gestion de la sécurité Livre blanc L intégration de la gestion des identités et des accès avec l authentification unique Objectif : Renforcer la politique de sécurité et améliorer la productivité

Plus en détail

Alexis Lechervy Université de Caen. M1 Informatique. Réseaux. Filtrage. Bureau S3-203 mailto://alexis.lechervy@unicaen.fr

Alexis Lechervy Université de Caen. M1 Informatique. Réseaux. Filtrage. Bureau S3-203 mailto://alexis.lechervy@unicaen.fr M1 Informatique Réseaux Filtrage Bureau S3-203 mailto://alexis.lechervy@unicaen.fr Sécurité - introduction Au départ, très peu de sécurité dans les accès réseaux (mots de passe, voyageant en clair) Avec

Plus en détail

Sécurité : les principaux risques et les moyens de protection associés

Sécurité : les principaux risques et les moyens de protection associés Sécurité : les principaux risques et les moyens de protection associés Les dangers sont très nombreux et divers. De plus, ils évoluent rapidement dans le temps. Néanmoins, les principaux risques pour les

Plus en détail

Configuration initiale d un routeur de services intégré Cisco (ISR)

Configuration initiale d un routeur de services intégré Cisco (ISR) Configuration initiale d un routeur de services intégré Cisco (ISR) Routeur de service intégré (ISR) Le routeur de service intégré Cisco est l'une des gammes les plus populaires de périphériques réseau

Plus en détail

Exemple de configuration à l'aide de la commande ip nat outside source static

Exemple de configuration à l'aide de la commande ip nat outside source static Exemple de configuration à l'aide de la commande ip nat outside source static Contenu Introduction Conditions préalables Conditions requises Composants utilisés Conventions Configurez Diagramme du réseau

Plus en détail

Présentation. Logistique. Résumé de la 1e Partie. Mise en place du système

Présentation. Logistique. Résumé de la 1e Partie. Mise en place du système Présentation Diapo01 Je m appelle Michel Canneddu. Je développe avec 4D depuis 1987 et j exerce en tant qu indépendant depuis 1990. Avant de commencer, je tiens à remercier mes parrains Jean-Pierre MILLIET,

Plus en détail

Installation d un ERP gratuit

Installation d un ERP gratuit Installation d un ERP gratuit Tutoriel réalisé par le labo 2 1 Sommaire Introduction :... 3 1 Présentation d un ERP... 3 1.1- Les ERP propriétaires... 4 1.2- Les ERP Open Source... 6 2- Présentation de

Plus en détail

B1-4 Administration de réseaux

B1-4 Administration de réseaux B1-4 Administration de réseaux Introduction École nationale supérieure de techniques avancées B1-4 Administration de réseaux 1 / 22 Désolé... L administration réseau ne s enseigne pas. c est un domaine

Plus en détail

Méthode de Test. Pour WIKIROUTE. Rapport concernant les méthodes de tests à mettre en place pour assurer la fiabilité de notre projet annuel.

Méthode de Test. Pour WIKIROUTE. Rapport concernant les méthodes de tests à mettre en place pour assurer la fiabilité de notre projet annuel. Méthode de Test Pour WIKIROUTE Rapport concernant les méthodes de tests à mettre en place pour assurer la fiabilité de notre projet annuel. [Tapez le nom de l'auteur] 10/06/2009 Sommaire I. Introduction...

Plus en détail

L approche Bases de données

L approche Bases de données L approche Bases de données Cours: BD. Avancées Année: 2005/2006 Par: Dr B. Belattar (Univ. Batna Algérie) I- : Mise à niveau 1 Cours: BDD. Année: 2013/2014 Ens. S. MEDILEH (Univ. El-Oued) L approche Base

Plus en détail

Travaux pratiques Utilisation de Wireshark pour examiner une capture DNS UDP

Travaux pratiques Utilisation de Wireshark pour examiner une capture DNS UDP Travaux pratiques Utilisation de Wireshark pour examiner une capture DNS UDP Topologie Objectifs 1re partie : Enregistrer les informations de configuration IP d un ordinateur 2e partie : Utiliser Wireshark

Plus en détail

Configuration firewall. Cette fiche explique la configuration du firewall intégré à NetXServ. Version 2.0. Date 28/12/2011 Validation

Configuration firewall. Cette fiche explique la configuration du firewall intégré à NetXServ. Version 2.0. Date 28/12/2011 Validation Diffusion : Libre Restreinte Interne Configuration firewall Cette fiche explique la configuration du firewall intégré à NetXServ Version 2.0 Auteur JP MAJ DD Date 28/12/2011 Validation RESIX - 10, rue

Plus en détail

Druais Cédric École Polytechnique de Montréal. Résumé

Druais Cédric École Polytechnique de Montréal. Résumé Étude de load balancing par un réseau de neurones de types HME (Hierarchical Mixture of s). Druais Cédric École Polytechnique de Montréal Résumé Cet article tente d introduire le principe de load balancing

Plus en détail

FAQ Compatibilité Windows des produits Rimage

FAQ Compatibilité Windows des produits Rimage Comment se passe la transition? En décembre 2011, Rimage commencera à livrer ses produits avec le système d exploitation Windows 7 préinstallé en standard les systèmes intégrés suivants : Rimage Professional

Plus en détail

Beamex. Calibration White Paper. www.beamex.com info@beamex.com. Configuration et étalonnage des instruments intelligents

Beamex. Calibration White Paper. www.beamex.com info@beamex.com. Configuration et étalonnage des instruments intelligents Beamex Calibration White Paper info@beamex.com Configuration et étalonnage des instruments intelligents Configuration et étalonnage des instruments intelligents Les instruments intelligents sont de plus

Plus en détail

I. Plusieurs types de VLAN

I. Plusieurs types de VLAN Type de la séance : Courrss Série : Commutation Les réseaux locaux virtuels VLAN Virtual LAN NOM : NOTE : Le :. Classe : Durée :.. Les réseaux virtuels (VLAN : Virtual Local Area Network) permettent de

Plus en détail

Modbus 06/05/2013. Version 1.3

Modbus 06/05/2013. Version 1.3 06/05/2013 Version 1.3 Le protocole Modbus TCP, mode «Maître» Table des matières 1 Pré-requis... 3 2 Connecteur Modbus... 3 2.1 Ajout d un connecteur Modbus TCP... 3 2.2 Configuration d un connecteur Modbus

Plus en détail

LES NOUVEAUTES DE COST AND PROFITABILITY MANAGEMENT 8.1

LES NOUVEAUTES DE COST AND PROFITABILITY MANAGEMENT 8.1 LES NOUVEAUTES DE COST AND PROFITABILITY MANAGEMENT 8.1 SAS Cost and Profitability Management, également appelé CPM (ou C&P), est le nouveau nom de la solution SAS Activity-Based Management. Cette version

Plus en détail

Le client/serveur repose sur une communication d égal à égal entre les applications.

Le client/serveur repose sur une communication d égal à égal entre les applications. Table des matières LES PRINCIPES DE BASE... 1 Présentation distribuée-revamping...2 Présentation distante...3 Traitements distribués...3 données distantes-rd...4 données distribuées-rda distribué...4 L'ARCHITECTURE

Plus en détail

VIALAR Yoann. Année scolaire 2012-2013. Rapport d activités

VIALAR Yoann. Année scolaire 2012-2013. Rapport d activités VIALAR Yoann Année scolaire 2012-2013 Rapport d activités 1 Sommaire 1. Présentation de l entreprise a. Description b. Les activités 2. Les activités dans l entreprise a. Présentation de l activité c.

Plus en détail

1 La visualisation des logs au CNES

1 La visualisation des logs au CNES 1 La visualisation des logs au CNES 1.1 Historique Depuis près de 2 ans maintenant, le CNES a mis en place une «cellule d analyse de logs». Son rôle est multiple : Cette cellule est chargée d analyser

Plus en détail

Principe de fonctionnement de l'outil 'AdisTlsAddUpDyn.exe'

Principe de fonctionnement de l'outil 'AdisTlsAddUpDyn.exe' Fiche technique AppliDis Principe de fonctionnement de l'outil Fiche IS00365 Version document : 1.01 Diffusion limitée : Systancia, membres du programme Partenaires AppliDis et clients ou prospects de

Plus en détail

La (L in)sécurité des systèmes de contrôle de processus

La (L in)sécurité des systèmes de contrôle de processus La (L in)sécurité des systèmes de contrôle de processus Étant donné les menaces existantes, la cyber-sécurité est devenue une priorité pour les environnements de contrôle. A l origine, les systèmes de

Plus en détail

Les systèmes RAID Architecture des ordinateurs

Les systèmes RAID Architecture des ordinateurs METAIS Cédric 2 ème année Informatique et réseaux Les systèmes RAID Architecture des ordinateurs Cédric METAIS ISMRa - 1 - LES DIFFERENTS SYSTEMES RAID SOMMAIRE INTRODUCTION I LES DIFFERENTS RAID I.1 Le

Plus en détail

Master d'informatique 1ère année. Réseaux et protocoles. Architecture : les bases

Master d'informatique 1ère année. Réseaux et protocoles. Architecture : les bases Master d'informatique 1ère année Réseaux et protocoles Architecture : les bases Bureau S3-203 Mailto : alexis.lechervy@unicaen.fr D'après un cours de Jean Saquet Réseaux physiques LAN : Local Area Network

Plus en détail

I. Configuration logicielle d'un réseau peer to peer :

I. Configuration logicielle d'un réseau peer to peer : LYCEE BEKALTA DISCIPLINE : SYSTÈMES D EXPLOITATION ET RÉSEAUX PROFESSEUR : Mr Grich Mourad Chapiittrree 7 CONFIGURATION ET ADMINISTRATION D'UN RÉSEAU LOCAL I. Configuration logicielle d'un réseau peer

Plus en détail

Romain MARCQ Clément BIDI Sylvain DE BEER PPE 4.1 2015. Contexte laboratoire GSB

Romain MARCQ Clément BIDI Sylvain DE BEER PPE 4.1 2015. Contexte laboratoire GSB Romain MARCQ Clément BIDI Sylvain DE BEER PPE 4.1 2015 Contexte laboratoire GSB 1 Table des matières Les principales fonctionnalités du Firewall choisit : m0n0wall 3 Avantage :... 5 Inconvénient :... 5

Plus en détail

Chap. V : Les interruptions

Chap. V : Les interruptions UMR 7030 - Université Paris 13 - Institut Galilée Cours Architecture et Système Nous étudions dans ce chapitre les interruptions matérielles (ou externes), c est-à-dire déclenchées par le matériel (hardware)

Plus en détail

TP 10.3.5a Notions de base sur le découpage en sous-réseaux

TP 10.3.5a Notions de base sur le découpage en sous-réseaux TP 10.3.5a Notions de base sur le découpage en sous-réseaux Objectif Identifier les raisons pour lesquelles utiliser un masque de sous-réseau. Faire la distinction entre un masque de sous-réseau par défaut

Plus en détail

Le service FTP. M.BOUABID, 04-2015 Page 1 sur 5

Le service FTP. M.BOUABID, 04-2015 Page 1 sur 5 Le service FTP 1) Présentation du protocole FTP Le File Transfer Protocol (protocole de transfert de fichiers), ou FTP, est un protocole de communication destiné à l échange informatique de fichiers sur

Plus en détail

ProCurve Manager Plus 2.2

ProCurve Manager Plus 2.2 ProCurve Manager Plus 2.2 ProCurve Manager Plus 2.2 est une plate-forme de gestion de réseau avancée basée sur Windows qui fournit à l administrateur des écrans simples à utiliser et détaillés pour configurer,

Plus en détail

et dépannage de PC Configuration Sophie Lange Guide de formation avec exercices pratiques Préparation à la certification A+

et dépannage de PC Configuration Sophie Lange Guide de formation avec exercices pratiques Préparation à la certification A+ Guide de formation avec exercices pratiques Configuration et dépannage de PC Préparation à la certification A+ Sophie Lange Troisième édition : couvre Windows 2000, Windows XP et Windows Vista Les Guides

Plus en détail

Chargement de processus Allocation contigüe Allocation fragmentée Gestion de pages. Gestion mémoire. Julien Forget

Chargement de processus Allocation contigüe Allocation fragmentée Gestion de pages. Gestion mémoire. Julien Forget Julien Forget Université Lille 1 École Polytechnique Universitaire de Lille Cité Scientifique 59655 Villeneuve d Ascq GIS 3 2011-2012 1 / 46 Rôle du gestionnaire de mémoire Le gestionnaire de mémoire a

Plus en détail

Archit Arc hit c e t c ure ure Ré Ré e s a e u

Archit Arc hit c e t c ure ure Ré Ré e s a e u Architectures Réseau Architecture d'un réseau Vous avez travaillé avec l'infrastructure du cours depuis quelque jours, et êtes un peu plus comfortables avec celle-ci Vous avez probablement la responsabilité

Plus en détail

Haka : un langage orienté réseaux et sécurité

Haka : un langage orienté réseaux et sécurité Haka : un langage orienté réseaux et sécurité Kevin Denis, Paul Fariello, Pierre Sylvain Desse et Mehdi Talbi kdenis@arkoon.net pfariello@arkoon.net psdesse@arkoon.net mtalbi@arkoon.net Arkoon Network

Plus en détail

Desktop Manager 2.8 Guide de mise à jour. Janvier 2014

Desktop Manager 2.8 Guide de mise à jour. Janvier 2014 Desktop Manager 2.8 Guide de mise à jour Janvier 2014 Ce document d'aide présente une méthodologie pour migrer d'une ancienne version de Desktop Manager vers la nouvelle version 2.8. Elle comporte deux

Plus en détail

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1

Machine de Turing. Informatique II Algorithmique 1 Machine de Turing Nous avons vu qu un programme peut être considéré comme la décomposition de la tâche à réaliser en une séquence d instructions élémentaires (manipulant des données élémentaires) compréhensibles

Plus en détail

Système. Introduction aux systèmes informatiques

Système. Introduction aux systèmes informatiques Introduction aux systèmes informatiques Système Un système est une collection organisée d'objets qui interagissent pour former un tout Objets = composants du système Des interconnexions (liens) entre les

Plus en détail

CREER ET FORMATER UNE PARTITION DE DISQUE DUR 1 QUE SONT LES PARTITIONS ET LES LECTEURS LOGIQUES? 6

CREER ET FORMATER UNE PARTITION DE DISQUE DUR 1 QUE SONT LES PARTITIONS ET LES LECTEURS LOGIQUES? 6 Table des matières. CREER ET FORMATER UNE PARTITION DE DISQUE DUR 1 QUE SONT LES PARTITIONS ET LES LECTEURS LOGIQUES? 6 QUE SONT LES DISQUES DE BASE ET LES DISQUES DYNAMIQUES? 6 FORMATAGE DES DISQUES ET

Plus en détail

EDUGRAF. L éditeur nouvelle génération. de GRAFCET. Version : 1.0. Edition Août 2012 EduLabo

EDUGRAF. L éditeur nouvelle génération. de GRAFCET. Version : 1.0. Edition Août 2012 EduLabo EDUGRAF L éditeur nouvelle génération de GRAFCET Version : 1.0 Compatible : Win XP, Vista, 7 Mise à jour automatique Grafcet avec : o Divergence convergence OU, o Divergence convergence ET, o Temporisateurs,

Plus en détail

1 Architecture du cœur ARM Cortex M3. Le cœur ARM Cortex M3 sera présenté en classe à partir des éléments suivants :

1 Architecture du cœur ARM Cortex M3. Le cœur ARM Cortex M3 sera présenté en classe à partir des éléments suivants : GIF-3002 SMI et Architecture du microprocesseur Ce cours discute de l impact du design du microprocesseur sur le système entier. Il présente d abord l architecture du cœur ARM Cortex M3. Ensuite, le cours

Plus en détail

Introduction au Makefile

Introduction au Makefile Introduction au Makefile Nicolas Kielbasiewicz 3 mars 2009 Le développement d un programme et plus généralement d un logiciel demande au(x) programmeur(s) de gérer plusieurs fichiers, voire plusieurs langages.

Plus en détail

Génie logiciel Configuration et déploiement

Génie logiciel Configuration et déploiement Génie logiciel Configuration et déploiement SPE4 - ESI 1 Configuration et déploiement Rôle Logiciel d installation d application Importance Critique : doit accompagner tout développement Outils de développement

Plus en détail

Plan. École Supérieure d Économie Électronique. Plan. Chap 9: Composants et systèmes de sécurité. Rhouma Rhouma. 21 Juillet 2014

Plan. École Supérieure d Économie Électronique. Plan. Chap 9: Composants et systèmes de sécurité. Rhouma Rhouma. 21 Juillet 2014 École Supérieure d Économie Électronique Chap 9: Composants et systèmes de sécurité 1 Rhouma Rhouma 21 Juillet 2014 2 tagging et port trunk Création des via les commandes sur switch cisco 1 / 48 2 / 48

Plus en détail

Intégration d un poste Linux dans un domaine W2K

Intégration d un poste Linux dans un domaine W2K Intégration d un poste Linux dans un domaine W2K Pascal Gachet EIVD pascal.gachet@eivd.ch mai 2003 Intégration d un poste Linux dans un domaine W2K 2 Table des matières Introduction... 2 Terminologie...

Plus en détail